Version classiqueVersion mobile

Les Palestines du quotidien

 | 
Jean-François Legrain

Épilogue

Texte intégral

1En une cinquantaine d’années, la structure sociale et politique prédominante en Palestine depuis au moins 2 siècles s’est trouvée confrontée à toute une série de facteurs de déstabilisation. Le démembrement du pays en 1948 en 3 souverainetés distinctes, sa réunification par l’occupation militaire en 1967 et la formation d’une diaspora désormais démographiquement majoritaire par l’addition des populations “réfugiées” de 1948 et “déplacées” de 1967 ont entraîné de profonds bouleversements politiques et démographiques. Dans le même temps, la transformation massive des activités professionnelles (dépaysanisation) et l’insertion dans une économie de marché en dépendance de l’économie israélienne ont constitué une mutation économique déterminante. Sous la pression de cet environnement, le processus de formation et du renouvellement des élites comme de la mobilisation politique dans les territoires occupés n’a pu qu’être profondément affecté au gré des rapports de force entretenus par les 3 acteurs “extérieurs” (Israël, Jordanie, instances dirigeantes de l’OLP) dans la création, le renforcement ou l’affaiblissement d’un leadership palestinien local dit “de l’Intérieur”.

2La méthode mathématique de l’analyse factorielle des correspondances appliquée aux résultats du scrutin de janvier 1996 a démontré la non-pertinence d’une grande partie de l’historiographie aujourd’hui dominante dans les études palestiniennes. Contrairement aux attentes de beaucoup, le facteur politique, au sens d’appartenance à une liste ou même de simple réputation d’appartenance ou de proximité vis-à-vis d’un parti ou d’une ligne politique identifiable, n’est en effet jamais apparu comme prépondérant dans la construction de la cohérence des manières de voter. Dans la quasi totalité des cas, en revanche, c’est le lien géographique entre, d’une part, le bureau de vote et, d’autre part, l’origine géographique du candidat qui a rendu compte du vote désignant ainsi la centranté de l’ethno-localisme. Devant une telle réalité, c’est toute l’appréhension habituelle du système politique palestinien qui doit être revue.

  • 1 Malki, 1994.
  • 2 Comme le fait Brynen, 1995.
  • 3 La catégorie de néo-patriarcat élaborée par Sharabi, 1996, pour caractériser la structure socio-po (...)
  • 4 L’emploi de ce terme en Palestine m’a été signalé par Sâlih Abd Al-Jawâd, entretien personnel, 199 (...)
  • 5 Roy, 1997.

3Caractérisant la société villageoise de Cisjordanie, Majdi Al-Malki affirmait que “les clans et lès relations familiales étendues se sont tour à tour affaiblis et reconsolidés en étroite relation avec le changement et la conjoncture politique et économique. Pendant les 26 ans d’occupation israélienne, la dissociation ou la polarisation clanique ont été essentiellement un mécanisme d’adaptation aux changements permanents et brutaux qui ont frappé la structure socio-politique villageoise et un moyen de répondre aux pressions extérieures exercées sur la société paysanne”1. L’étude des comportements électoraux de janvier 1996 montre qu’une telle sociologie, pourtant habituellement disqualifiée au nom de la modernisation de la société palestinienne2, peut non seulement s’appliquer aux villages mais également, dans une moindre mesure certes mais néanmoins bien prégnante, aux villes et aux camps de réfugiés des territoires occupés et autonomes3. Plus que d’une casabiyya (solidarité) de hamûla, cependant, il convient dorénavant de parler d’une casabiyya à base locale, vécue en Palestine en termes de jihâwiyya4. La notion de “polarisation clanique”5 se trouve ainsi dans le cas palestinien élargie en “ethno-localisme” comme base des nouveaux espaces de solidarité.

  • 6 Hourani, 1968. Robinson, 1997 : 201, rappelle très justement que cette approche des réalités proch (...)

4Dans le cadre d’une élection nationale, en conférant au lien clanique et à l’appartenance à une communauté locale la priorité sur l’allégeance à un parti ou à une ligne politique nationale, électeurs, candidats et Autorité ont cependant manifesté l’inachèvement du processus de la construction nationale palestinienne conçue en termes d’État-nation. Leur consensus en la matière a ainsi exprimé la permanence de la dichotomie du politique entre le pouvoir, toujours extérieur, et la population, mais également souligné l’intégration du modèle par l’ensemble des acteurs. L’étude des comportements électoraux de janvier 1996 conduit également à affirmer que, loin d’une structuration du politique en partis sur une base idéologique et une autonomie de son fonctionnement liée à une société civile, nous sommes aujourd’hui en Palestine en présence d’une forme renouvelée de ce qu’Albert Hourani, dans une étude devenue un classique de la Palestine des tanzimât, avait défini comme la “politique des notables”6. La nouvelle Autorité de Gaza, comme la Porte au xixe siècle et plus tard le pouvoir hachémite, se comporte en centre tandis que la population demeure dans un état de périphérie, la médiation entre les deux se trouvant assumée par des “notables”.

5Cette politique que l’on peut aujourd’hui qualifier des “néo-notables” apparaît ainsi comme intrinsèquement liée à cette société non-intégrée qu’elle s’avère, cahin-caha, capable de faire fonctionner. Les 2 bases de l’influence politique des notables définies par Hourani comme nécessaires à l’établissement d’une “politique des notables” demeurent en tout cas d’actualité. Aujourd’hui comme au xixe siècle, les notables “doivent posséder un ‘accès’ à l’autorité, et ainsi être capable de conseiller, d’avertir, et en général de parler pour la société ou une partie d’entre elle à la cour du dirigeant”. Ils doivent, parallèlement, “avoir un certain pouvoir social propre, quelle que soit sa forme ou son origine, qui n’est pas dépendant du dirigeant et leur donne une position de leadership accepté et ‘naturel’”. L’accès à l’autorité des notables d’aujourd’hui se fait via les réseaux associatifs et politiques qu’ils ont contribué à fonder et à faire fonctionner de longue date. Tous jouissent par ailleurs soit de la fortune et/ou du passé de leur hamûla, soit de leur qualité d’ancien combattant.

6La radicale transformation des 3 conditions que Hourani définit comme favorisant l’émergence d’une “politique des notables” donne, en revanche, un tour paradoxal à la situation actuelle. Un tel type de politique aurait ainsi tendance à apparaître, selon Hourani, “quand une société est ordonnée selon des relations de dépendance personnelle”. Aujourd’hui, pourtant, l’artisan citadin produisant principalement pour des patrons patriciens et les paysans produisant pour des propriétaires, cités par Hourani comme base de ce type de relation, n’existent plus. Effectuée dans le cadre d’une occupation militaire, l’introduction de l’économie de marché n’aurait ainsi peut-être pas eu les mêmes conséquences qu’ailleurs, les liens personnels devenant les seuls garants de la survie de la société.

  • 7 Tamari, 1995-2, analyse le phénomène en termes contraires.

7En affirmant, par ailleurs, que la “politique des notables” apparaît “quand la société est dominée par des notables citadins”, Hourani nous suggère un autre paradoxe. Pour la 1re fois de leur histoire, en effet, les réfugiés ont obtenu le droit de vote, entrant ainsi de plain pied dans le cercle de représentation politique de l’Intérieur d’où ils avaient été systématiquement exclus par les notables autochtones. Les villageois, pour leur part, par leur participation massive à l’intifada ont eux aussi acquis une intégration certaine à la vie politique jusque là confisquée par les citadins. L’intégration des réfugiés et des villageois à la société politique palestinienne se ferait ainsi sous le mode d’une “citadinisation”7 du mode de fonctionnement des élites sans pour autant déboucher sur la disparition de la césure entre le pouvoir et la population.

8Un autre paradoxe, enfin, surgit lorsque Hourani affirme que la “politique des notables” apparaît “lorsque ces notables jouissent d’une certaine liberté d’action politique”. Aujourd’hui, en effet, prise entre le carcan des Accords d’Oslo et une Autorité de plus en plus lestée des pratiques autoritaires de son président, la liberté des nouveaux notables se retrouve bien à l’étroit.

9Désigner le jeu politique de la Palestine d’aujourd’hui en termes de “politique de notables” ne signifie évidemment pas qu’il y aurait permanence d’une société traditionnelle, comme figée, dans un “État” moderne. Les élections de janvier 1996 nous amènent au contraire à prendre conscience de l’ampleur des modifications opérées dans l’espace politique et territorial palestinien par le fait de l’État ou plutôt de son faux-semblant d’aujourd’hui qu’est l’Autorité. C’est, en effet, dans le cadre de cette modernité que les réseaux d’allégeances se recomposent dans un système de notabilités renouvelées. Hourani, pour sa part, avait déjà bien souligné que, selon les circonstances, la fonction de notables a pu être assurée par des groupes dotés de différentes sortes de pouvoir social, ulémas au pouvoir dérivé de leur position religieuse, chefs de garnisons locales, ou encore notables séculiers, individus ou familles, au pouvoir enraciné dans un passé politique ou militaire, la mémoire d’un ancêtre ou le contrôle de richesses.

  • 8 Je ne vise évidemment pas ici les grands noms de la côte méditerranéenne écartés du pouvoir local (...)

10Aujourd’hui en Palestine, nous assistons à un profond bouleversement de la représentation des hamûla-s. Ainsi, certains des grands clans traditionnellement dotés d’un pouvoir de représentation auprès de l’autorité centrale n’ont pas su conserver leur place par l’élection8. Leur capacité de maintien a varié selon les régions. Si, en effet, la société du nord de la Cisjordanie comme celle d’Hébron a manifesté une certaine continuité dans les allégeances claniques et les représentations du passé, les populations de la région centre, et tout particulièrement de Jérusalem, ont rompu avec ce passé. Dans le nord, les Masrî, Jarrâr, Chakca et Kîlânî ont obtenu des sièges au Conseil. Les cAbd Al-Hâdî, en revanche, ont disparu comme les Duwaykât, Nimr et autres Tûqân. Dans la région d’Hébron, les Natcha, Qawâsmî, Machcal et cAmrû siègent eux aussi au Conseil mais les Jacbarî, Muhtasib et Tamîmî en sont absents. De Jéricho/Abû Dîs, un Urayqât, comme il se doit, est présent, comme un Barghûthî de Ramallâh, toutes ces familles ayant traditionnellement occupé des postes de Chaykh Al-Nâhiyya. À Gaza, les Chawâ et les Rayyis maintiennent leur présence au sein du pouvoir mais les Bsîsû ou les Sûrânî sont absents. La quasi totalité des grandes hamûla-s de Jérusalem, comme de Khân Yûnis, ont soit échoué soit se sont abstenues de briguer un place dans les rangs du Conseil. Cette absence, du fait du suffrage universel, de représentants de certaines grandes hamûla-s, sans doute jugée préjudiciable au bon fonctionnement du jeu social s’est trouvée compensée par des nominations à des postes de “ministres” (Nachâchîbî de Jérusalem), de directeurs généraux de “ministère” ou encore de membres du CEOLP (Ghawcha, Nachâchîbî et Husaynî de Jérusalem, Aghâ de Khân Yûnis) ou de gouverneurs de provinces (Jacbarî d’Hébron, Abû Samhadâna de Rafah).

11Au sein des grandes hamûla-s encore présentes dans le jeu politique central, leur représentant n’est plus forcément issu de leurs branches les plus riches ni n’émerge nécessairement du centre de la hamûla. Aucun des Barghûthî candidats élus ou non aux élections à Râmallâh n’est, par exemple, un chef au sein du clan. Marwân, l’élu au Conseil d’autonomie, est un jeune cadre de Fath qui a gravi les échelons du mouvement de Yasser Arafat par ses activités au sein du conseil étudiant de l’université de Bîr Zayt avant l’intifada et ensuite par ses responsabilités politiques en tant que banni des territoires occupés. Mustafâ, son rival malheureux aux élections, est lui aussi un jeune cadre politique, qui a fait ses armes au sein du PPP en tant qu’animateur de ses réseaux associatifs dans le domaine de la santé. Bachîr, le “ministre” de l’Industrie, est un ancien journaliste, secrétaire général du PPP.

12Dans la logique d’une “politique de notables”, plus que l’âge, la richesse, la profession ou la fonction sociale au sein de la société globale, plus même que la fonction traditionnelle de représentation de la hamûla, plus aussi que le passé combattant, un lien antérieur et à l’efficacité reconnue avec le pouvoir et son bras organisationnel - Fath - fonctionne comme le meilleur garant du vote de la hamûla et de ses alliés locaux à la faveur de certains de leur membres plutôt qu’à d’autres. À Râmallâh comme à Jéricho, par exemple, les Barghûthî et les cUrayqât ont préféré Marwân et Sâ’ib, en prise directe sur le pouvoir par leur fonction respective de président du Haut Comité Fath et de “ministre” des Collectivités locales, à Mustafâ et Da’ûd. Hautement respectés pour leurs activités patriotiques comme animateur du plus important réseau de santé des territoires pour l’un, et ancien banni au long militantisme politique, pour l’autre, Mustafâ Barghûthî et Da’ûd cUrayqât, pour ces activités mêmes menées comme opposants à Fath en tant que hauts responsables du PPP, ont ainsi été suspectés d’incapacité à faire profiter la hamûla et la communauté locale des dividendes de leur présence au sein du Conseil.

13Dans le cas d’une société politique non-intégrée comme la Palestine, le choix du centre n’est pas envisageable. Le centre est. À travers le temps, il s’impose et l’élection n’est dès lors qu’une manifestation d’allégeance dont chacun espère ensuite tirer profit. En janvier 1996, la désignation de Yasser Arafat à la présidence apparaissait comme “naturelle”, sa personne et ses fonctions ayant été confondues depuis des lustres. L’absence de tout compétiteur réel montrait bien que l’enjeu du scrutin se situait ailleurs que dans le choix.

  • 9 L’accusation a d’ailleurs été prononcée sur la base du taux de participation contre l’ensemble des (...)

14Dans un système de “politique des notables”, voter pour un membre de l’opposition n’a ainsi de sens que si aucun autre candidat issu de la hamûla ou de ses alliés locaux ne se présente. Chaque “député” au centre du pouvoir représentant les intérêts de sa communauté d’origine, voter pour un candidat issu de la ville, du camp ou des villages rivaux n’a en revanche aucun sens quand bien même ce candidat défendrait des idées politiques partagées par le votant. Dès lors, la réticence de Hamas et d’autres mouvements d’opposition à se lancer dans la bataille des élections du Conseil d’autonomie pourrait renvoyer à une claire conscience de leurs enjeux réels. L’incapacité prévisible, en tant qu’opposition, à obtenir des sièges dans le cadre de la “politique des notables” serait immanquablement interprétée en termes de politique partisane comme une défaite de leur ligne idéologique9.

15Dans un contexte des plus périlleux, la nouvelle Autorité palestinienne a donc décidé de jouer la continuité en menant une “politique de notables”. Elle s’insérait ainsi dans le jeu traditionnel entre un pouvoir monopolisé par un centre extérieur, Istanbul, Amman, OLP-Beyrouth puis Tunis, et une population toujours périphérique. Le comportement électoral de janvier 1996 a montré que la population des territoires occupés et autonomes, à l’encontre de son propre discours idéologisé comme celui du pouvoir, fonctionnait dans le cadre de cet ordre politique d’une société non intégrée. L’envoi de néo-notables au Conseil d’autonomie constituait ainsi le mode “naturel” pour la population de l’Intérieur d’appropriation des nouvelles institutions -contrôlées par l’ancien leadership de l’Extérieur - et de partage des ressources afférentes. Néanmoins, passé l’instant de communion nationale que fut le scrutin, le système manifestait très rapidement ses limites et ses contradictions.

  • 10 Quelques bilans de l’action du Conseil ont été dressés. Lire, par exemple, Abû Amr Ziad, 1997, Has (...)

16Bénéficiant dorénavant de la légitimité des urnes, les néo-notables, en effet, erraient entre la tentante mais dangereuse autonomie démocratique et la soumission à l’ordre dont la stabilité assurait leur survie. La critique répétée des pratiques autoritaires de l’Autorité par bon nombre d’entre eux n’a pas empêché le Conseil d’autonomie de se contenter de voter de simples “résolutions” adressées à l’Exécutif sans aucun effet pratique10. Néanmoins, en bloquant le débat sur la Loi fondamentale, véritable constitution provisoire pour la période intérimaire qui aurait dû être la 1re loi adoptée par le Conseil, comme en ne “consultant” ce dernier sur l’Accord d’Hébron de janvier 1997 qu’après sa signature avec les Israéliens, l’exécutif alimentait publiquement les reproches qui lui étaient de plus en plus fréquemment adressés.

  • 11 Les électeurs y obéissent, en effet, à une stricte discipline de listes sur une scène politique ré (...)
  • 12 Lire Karamé, 1997.

17La population, pour sa part, accordait périodiquement dans les scrutins idéologisés que sont les élections professionnelles la majorité de ses voix aux organisations de l’opposition et intégrait de plus en plus les réseaux associatifs (tout particulièrement ceux de Hamas en expansion)11, La plupart des centaines d’associations, qui en d’autres époques avaient assuré sur une base partisane la médiation entre l’Intérieur et l’Extérieur dans l’ensemble des domaines de la vie sociale, se retrouvaient dorénavant dans un même consensus trans-organisationnel à dénoncer les tentatives de l’Autorité, jugées liberticides, visant à redéfinir leur rôle. Réunies dans un Palestinian Non Governmental Organizations Network (PNGON), un certain nombre d’entre elles dénonçaient, au nom de la défense des droits de la société civile, de nouvelles confédérations constituées d’ONGs entièrement contrôlées par l’Autorité et d’organismes gouvernementaux12.

18Ainsi, en accordant à Yasser Arafat plus de 87 % de ses suffrages lors de l’élection à la présidence de l’exécutif palestinien, la population désignait le lieu du pouvoir réel au sein de la sphère palestinienne et en envoyant des néo-notables au Conseil d’autonomie, elle entendait quérir des ressources auprès de ce pouvoir central. Arc-boutée sur ses innombrables espaces de solidarités locaux et clos, elle indiquait avec force que l’intégration de la société politique palestinienne n’était encore qu’un vœu et que la construction nationale était un processus inachevé. En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, la Palestine se vit ainsi bel et bien aujourd’hui encore au pluriel, comme autant de “petites Palestines” seules à même d’assurer la survie du groupe.

Notes

1 Malki, 1994.

2 Comme le fait Brynen, 1995.

3 La catégorie de néo-patriarcat élaborée par Sharabi, 1996, pour caractériser la structure socio-politique arabe rend ainsi bien compte du cas palestinien.

4 L’emploi de ce terme en Palestine m’a été signalé par Sâlih Abd Al-Jawâd, entretien personnel, 1997.

5 Roy, 1997.

6 Hourani, 1968. Robinson, 1997 : 201, rappelle très justement que cette approche des réalités proches-orientales en termes de “politique des notables” a été initiée par Ira Lapidus, tout particulièrement avec son Lapidus, 1967, une approche ensuite précisée par Hourani.

7 Tamari, 1995-2, analyse le phénomène en termes contraires.

8 Je ne vise évidemment pas ici les grands noms de la côte méditerranéenne écartés du pouvoir local dès 1948 du fait de la dispersion.

9 L’accusation a d’ailleurs été prononcée sur la base du taux de participation contre l’ensemble des forces d’opposition qui avaient boycotté le scrutin mais également sur la base de ses scores contre le PPP.

10 Quelques bilans de l’action du Conseil ont été dressés. Lire, par exemple, Abû Amr Ziad, 1997, Hasan, 1997, JMCC, 1998, National Democratic Institute for International Affairs, 1996-2, ou encore le numéro spécial de People’s Right, mars 1997, publié par LAWE, “The Palestinian Council after One Year”. Le site du CPRS (www.cprs-palestine.org) met à disposition un rapport de son Parliamentary Research Unit sous le titre “Evaluation of the Palestinian Législative Council’s First Year”.

11 Les électeurs y obéissent, en effet, à une stricte discipline de listes sur une scène politique réduite à une quasi bipolarité depuis le début des années 1990. Dans l’immense majorité des cas, Fath et Hamas s’y partagent à égalité la presque totalité des suffrages, ne devant leur victoire finale qu’à la négociation des voix, désormais marginales par le nombre mais centrales dans la construction des coalitions, obtenues par les FPLP, FDLP et PPP dans le camp nationaliste et par le MJIP chez les islamistes.

12 Lire Karamé, 1997.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search