Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Palestines du quotidien

 | 
Jean-François Legrain

Le Jabal Nâblus

Jénine

Texte intégral

LA CIRCONSCRIPTION

  • 1 Doumani, 1995.
  • 2 Cuinet, 1896, t.1 : 192-195 ; Dabbâgh, 1985, III/2 : 9-228.

1La région de Jénine appartient au Jabal Nâblus traditionnel. Pour des raisons stratégiques liées au contrôle de la route du Pèlerinage, elle avait été administrativement séparée de Naplouse lors de l’arrivée des Ottomans dans le cadre du sancak de cAjlûn et Lajjûn. Dès 1657 cependant, une partie de ses terres (Chacrâwiyya et Jarrâr) devenaient des nâhiyya-s du sancak de Naplouse. Un siècle plus tard, traduction de l’intégration de la région à l’espace social du Jabal Nâblus sous la houlette des cAbd Al-Hâdî et des Jarrâr, l’ensemble des terres de Lajjûn étaient réunifiées dans le cadre d’un nouveau qadâ’ du sancak de Naplouse et Balqâ’ dont Jénine était le chef-lieu1. Ce qadâ’ comportait alors quelque 120 villages2. Après la défaite de 1948, il n’en comptait plus que 70 qui relevaient auparavant de 3 différentes nâhiyya-s.

  • 3 Sur Jénine, lire Hanîtî, Sd., Hasan, Sd.-1, et Jarrâr, 1988 : 65-76 ; SWP, t.2 : 43-88.

2La ville de Jénine rassemblait à elle seule en janvier 1996 12 165 inscrits dans 17 bureaux, soit 14,8 % du corps électoral3.

  • 4 Selon Schôlch : 183.
  • 5 Sur la famille Jarrâr, lire Jarrâr, 1988 : 78-105.

3Avec leur 65 779 inscrits, les villages constituaient l’immense majorité du corps électoral (79,9 %). Au nord de l’actuelle circonscription, les villages relevaient de l’ancien Bilâd Hâritha (encore appelé Al-Hâritha Al-Chimâliyya, Al-Hâritha septentrionale) dont la majeure partie se trouve aujourd’hui en Israël et forme, autour d’UmmAl-Fahm, la région connue sous la dénomination du “Triangle”. À l’origine le chaykh de cette nâhiyya portait le nom d’Al-Hârithî, d’où sa désignation, et son kursî se trouvait à Sîlat Al-Hârithiyya (2 576 inscrits aujourd’hui)4. Sa famille s’étant éteinte, les Tûqân de Naplouse et les Jarrâr de Jabc et de Sânûr (Machârîq Jarrâr) se disputèrent le contrôle de la région. Les Jarrâr prirent le dessus après la parenthèse de l’occupation égyptienne (1831-1840) durant laquelle la nâhiyya était tombée sous la coupe des cAbd Al-Hâdî dont le siège était à cArrâba (Chacrâwiyya). cAbd Al-Hâdî et Jarrâr, bien que de même origine tribale, se disputent en effet la zone depuis leur arrivée de Transjordanie au xviie siècle5. Avec 20 781 inscrits, les 18 villages de l’ancien Bilâd Al-Hâritha constituaient 25,2 % du corps électoral de la circonscription.

  • 6 Selon Dabbâgh, 1985, III/2 : 10, le terme vient de chacrâ, un endroit planté de nombreux arbres. I (...)

4À l’ouest, les villages relevaient de l’ancienne nâhiyya d’Al-Chatâwiyya Al-Charqiyya dont une partie se trouve aujourd’hui en Israël6. Les cAbd Al-Hâdî y exerçaient leur pouvoir, obtenu grâce à leur alliance avec l’Égyptien Ibrâhîm Pacha, depuis cArrâba puis Naplouse. Avec 20 759 inscrits les 16 villages d’Al-Chacrâwiyya, Yacbad (4 857 inscrits) et cArrâba (3 617 inscrits) étant les plus importants, comptaient pour 25,2 % du corps électoral.

  • 7 Cuinet, 1896, t.1 : 192-195 ; Dabbâgh, 1985, II/2 : 425-461 ; SWP, t.2 : 155-158.

5Au sud-est, enfin, 16 villages appartenaient à l’ancien Machârîq Al-Jarrâr (également appelé Al-Hâritha Al-Qibliyya, Al-Hâritha de la qibla i.e. méridionale selon la direction de la prière, ou encore Al-Chacrâwiyya Al-Gharbiyya), aujourd’hui à cheval sur les circonscriptions de Naplouse et de Tûbâs7. La nâhiyya portait le nom des Jarrâr qui exerçaient leur pouvoir depuis Sânûr (1 352 inscrits) (voir supra dans le chapitre Naplouse). Avec Qabâtiyya (5 984 inscrits) pour agglomération principale, Machârîq Al-Jarrâr comptait en janvier 1996 24 239 inscrits soit 29,4 % du total.

  • 8 Qudsiyya, 1990 : 203-211. Lire également Yûsuf cAnzâwî, “Mukhayyam Jînîn” (Le camp de Jénine), Al-(...)

6La circonscription compte également un camp qui jouxte la ville de Jénine. Avec seulement 4 370 inscrits dans 6 bureaux, il ne pesait que pour 5,3 % des inscrits8. Ce camp accueille d’anciens habitants de villages du qadâ’ de Haïfa ou des environs de Jénine passés sous souveraineté israélienne en 1948.

LES CANDIDATS

7La circonscription bénéficiait de 6 sièges à pourvoir qui furent disputés par 36 candidats. Aucun siège chrétien n’ayant été alloué à cette circonscription qui ne compte qu’un seul village chrétien, Tayyiba, la victoire de Ghassân Barham n’aurait pas manqué de susciter un casse-tête juridique. Sur les 36 candidats, 11 s’étaient enregistrés dans le cadre de 5 listes (Fath, Fida, FLA-CP, FLPP et PPP). Aucun des autres enregistrés comme indépendants n’a ensuite mené campagne au sein de listes improvisées.

La liste Fath

  • 9 Al-Nâs wa-l-Intikhâbât, 09/12/95.

8Avec 5 candidats, Fath présentait la liste la plus nombreuse quoiqu’incomplète par rapport aux 6 sièges à pourvoir. Le mouvement tint une sorte de primaires dès le 7 décembre 1995 mais la liste des candidats potentiels dont le nom fut proposé à Yasser Arafat n’est pas connue9.

  • 10 Wallach, 1989 : 157-170. C’est à ma connaissance le premier Palestinien à offrir des avis de jusri (...)

9Dans sa composition de la liste officielle, en tout cas, Yasser Arafat a croisé appartenance aux appareils de Fath et extraction familiale. La liste officielle comprend en effet 2 membres du Comité Révolutionnaire Fath, cAzzâm Al-Ahmad et Burhân Jarrâr, tous 2 “returnees”, ainsi que 2 membres du Haut Comité, Jamâl Al-Hindî et Ahmad Rchayd. Seul Mahmûd Abû Al-Rabb ne semble pas appartenir aux appareils du mouvement. Burhân Jarrâr jouissait ainsi à la fois de la légitimité nationale, ayant assumé de hautes responsabilités militaires au sein de Fath, et de la légitimité familiale, sa hamûla ayant dominé la région depuis le xviie siècle. Seul Jarrâr à être entré en lice, Burhân avait su déjouer d’autres candidatures de la famille, favorisé en cela par le boycott de Hamas. Dans l’hypothèse, en effet, où le mouvement islamiste aurait participé au scrutin, Bassâm Jarrâr, l’une de ses principales figures charismatiques en Cisjordanie, n’aurait sans doute pas hésité à se présenter10. Mahmûd Abû Al-Rabb, doyen de la faculté d’Économie de l’université Najâh de Naplouse, appartient à l’une des 4 grandes hamûla-s de Qabâtiyya. Avec 3 candidats de la famille, les Abû Al-Rabb, à l’évidence, ne se sont pas entendus sur une unique candidature familiale, pas plus que les Zakârnâ, autre hamûla de Qabâtiyya. cAzzâm Al-Ahmad, fils de Najîb figure du nationalisme dont le retour avait été refusé par Israël, a été ambassadeur de Palestine en Irak. Ahmad Rchayd appartient à l’une des plus vieilles familles de la région, Sacâda Rchayd présentant également une candidature. Curieusement, Chacrâwiyya n’est pas représentée au sein de la liste, pas plus que la ville de Jénine. Plusieurs candidats, néanmoins, y habitaient tout en étant d’origine villageoise. La jeune génération, plutôt marginalisée dans le choix de Yasser Arafat, ne pouvait ici se reconnaître qu’en Jamâl Al-Hindî banni durant l’intifada pour ses activités dans les organisations de jeunesse de Fath.

Les autres listes

10Fida, dans le cadre d’une “liste de l’olivier” (Qâ’imatAl-Zaytûn), présentait 2 candidats, tous 2 originaires de Chacrâwiyya. Membre de son Comité Central, Sâlih Râfa’t Sâlih, “returnee” récemment installé en Palestine fait également office de secrétaire général du mouvement. Sâmî Zayd Al-Kîlânî, enseignant à l’université Najâh de Naplouse, avait quant à lui appartenu à la délégation de Madrid. Comme Hikmat Zayd, il appartient à l’une des plus importantes familles de Yacbad.

  • 11 Al-Nahâr, 23/12/95 ; Al-Râyy, 23/12/95.

11Le PPP présentait lui aussi 2 candidats, apparemment dépourvus de fonctions particulières dans son appareil, un commerçant de Jénine, Khâlid cAbd Al-cAzîz, et un journaliste de Tayyiba, Muhammad Jabbârîn, également enseignant à l’université de Bîr Zayt. En décembre 1995, le nom de 2 autres personnalités avait également été avancé comme d’ores et déjà investies par le PPP, Hilmî Abû Samra et Nûr Al-Dîn Qafât11.

12Le FLA-CP et le FLPP présentaient chacun 1 candidat, cAbd Allâh Qabhâ pour l’organisation de Jamîl Chahâda et Ghassân Barham pour celle de Samîr Ghawcha.

Les indépendants

13La majorité des 25 autres candidats inscrits comme indépendants témoignaient de positions proches de celles de Fath. L’un d’entre eux, le “returnee” Hikmat Zayd Al-Kîlânî appartenait même au Comité Révolutionnaire du mouvement. Membre de l’une des plus importantes familles de Yacbad, ancien ambassadeur de Palestine au Yémen et en Hongrie et ancien gouverneur de Jénine, il avait pourtant échoué à recevoir l’investiture de son mouvement.

14De façon générale, les électeurs de “gauche” pouvaient se reconnaître dans quelques indépendants outre les candidats du PPP. Usâma Nazzâl semble ainsi avoir à certaines époques partagé les idées du PPP. Deux avocats de cArrâba, Walîd cArida et Yûsuf cArîdî, fort critiques d’Oslo, affichaient quant à eux des idées proches de celles du FDLP. Les positions du FPLP n’étaient pas absentes non plus du débat avec les candidatures de Fakhrî Ahmad Turkmân et de Muhsin Abû Ghâlî.

15La sensibilité islamiste, en revanche, semblait quasi absente, un seul candidat étant connu pour sa pratique religieuse, Râchid Mansûr, un enseignant du camp de Jénine. Ancien membre de l’appareil de Fath, il aurait rompu avec le mouvement en adoptant des positions critiques vis-à-vis d’Oslo au nom de sa foi religieuse.

16L’ancien establishment proche de la Jordanie n’avait pas jugé bon d’entrer en lice, à l’exception Chaykh Ribhî Abû Al-Rabb, personnalité locale de Jalbûn ayant affiché par le passé des sentiments pro-hachémites, sans toutefois détenir aucun rôle régional.

La sociologie

17Les 36 candidats, du point de vue des origines géographiques, témoignent de déséquilibres flagrants. Bien que représentant près du quart du corps électoral, les villages du Bilâd Hâritha ne voyaient que 5 de leurs fils se présenter, soit 13,9 % seulement des candidats. Ce déséquilibre n’était pas compensé par la ville de Jénine immergée dans le Bilâd. Ses 4 candidats (11,1 % de l’ensemble) la situaient en effet en-dessous de son poids démographique (14,8 % des inscrits). Chacrâwiyya, qui rassemblait près du quart des inscrits, parvenait presque à la parité avec son poids démographique avec ses 8 candidats, soit 22,2 % de l’ensemble, mais aucun de ses fils n’était investi par Fath. Le déséquilibre profitait ainsi massivement à Machârîq Al-Jarrâr qui pouvait se reconnaître dans 15 candidats, soit 41,7 % du total, alors que son poids démographique n’atteignait pas les 30 % des inscrits. Avec 4 candidats (11,1 %), le camp de Jénine s’imposait également avec force. Ce déséquilibre général à la défaveur du Bilâd Hâritha et de Jénine constitue peut-être la traduction de la perte en 1948 des régions nord et ouest désormais en Israël. Coeur du Bilâd Hâritha, Umm Al-Fahm constitue en effet aujourd’hui en Israël la très active “capitale” du “Triangle”.

18Une seule candidate était entrée en lice, Subhiyya Ghânim, très impliquée dans les milieux associatifs proches de Fath. Avec 5 candidats, en revanche, les “returnees” marquaient fortement leur présence. Tandis que cAzzâm Al-Ahmad et Burhân Jarrâr étaient investis par Fath et que Sâlih Sâlih l’était par Fida, Hikmat Zayd et Isâm Al-Sâlih s’engageaient comme indépendants. Jamâl Al-Hindî était le seul ancien banni à entrer en lice.

LE SCRUTIN

Les résultats

19Les résultats ne laissent apparaître aucune anomalie flagrante. 5 bureaux présentent néanmoins des taux de participation suspects. Dans le cas du bureau 90 (Zahr Al-cAbd), le taux de 102,2 % de participation va de pair avec un coefficient de remplissage des bulletins des plus bas (36,4 %) au profit quasi exclusif de clsâm Al-Sâlih (95 voix des 100 votants estimés) et de cAbd Allâh Qabhâ (76 voix). Les 32 voix restantes ont été dispersées entre 12 candidats, 22 autres n’ayant bénéficié d’aucun suffrage. Les bureaux 145 (Yacbad), 16 (Mahattât), 20 (Mitulla) et 21 (Mughayyar) présentent également des taux de participation légèrement supérieurs à 100 % qui demeurent inexpliqués.

20Concernant les présidentielles, le bureau 137 est dépourvu de données. Les résultats obtenus par les 2 candidats n’offrent aucune prise à des conclusions d’ordre sociologique. Même si, en effet, Jénine a en moyenne offert à Samîha Khalîl son meilleur score, les écarts entre bureaux d’une même zone sont souvent considérables.

Le bilan politique

21Le vote donne une écrasante victoire à la liste Fath puisque 4 de ses 5 membres sont élus. Mahmûd Abû Al-Rabb, son seul candidat malheureux, n’est distancé par le dernier des élus que par quelques dizaines de voix. Très ramassés, les scores ne traduisent aucun véritable consensus autour d’éventuelles figures charismatiques. Le meilleur élu, Burhân Jarrâr, n’obtient ainsi que 30,5 % des suffrages sur l’ensemble de la circonscription. Plus que l’investiture politique de Fath, son appartenance clanique semble avoir joué, si telle est la signification du vote du camp de Jénine où cet héritier de la plus importante hamûla de la région n’obtient qu’une 11e place avec seulement 7,6 % des suffrages. Partout ailleurs, ses scores sont étales en position d’éligible, Chacrâwiyya et Jénine ne lui réservant néanmoins qu’une 3e place.

22Jamâl Al-Hindî, en revanche, arrivé 2e avec 28,7 % des suffrages, a visiblement su drainer un vote beaucoup plus équilibré. C’est en tous cas le seul parmi les élus à avoir bénéficié d’une place d’éligible dans l’ensemble des sous-régions même s’il demeure avant tout le candidat du camp de Jénine qui lui offre une 2e place avec 58,3 % de ses suffrages. Réfugié, il parvient en effet à obtenir la 1er place à Jénine avec 35,6 % des voix, un score quasi équivalent à celui qu’il obtient dans Bilâd Hâritha où il est placé 2e derrière Burhân Jarrâr. Machârîq Al-Jarrâr et Chacrâwiyya le mettent également en position d’élu. Son activisme durant l’intifada et son jeune âge lui ont sans doute attiré les voix peu enclines à soutenir les autres candidats pris dans les rapports traditionnels de familles.

23Hikmat Al-Kîlânî, quoique non investi par Fath, parvient à se faire élire 3e avec 23,3 % des suffrages. Bilâd Hâritha, dont il est originaire, ne lui réserve pourtant qu’une 5e place tandis que Jénine le place en 2e position derrière Hindî. Le camp l’élit également mais en 6e place. Machârîq Al-Jarrâr, en revanche, ne le fait pas figurer parmi ses candidats éligibles. cAzzâm Al-Ahmad doit quant à lui son élection en 4e position avec 23,3 % des suffrages au Bilâd Hâritha, d’où il est originaire, et à Chacrâwiyya. Ni Jénine, ville et camp, ni Machârîq Al-Jarrâr ne lui ont en effet offert une place d’éligible. Ahmad Rchayd n’a su convaincre ni Chacrâwiyya ni le camp, mais ses bons scores du Bilâd Hâritha, joint à ceux de Machârîq Al-Jarrâr, berceau de sa famille, et de Jénine lui permettent d’être élu en 5e position avec 22 % des voix. Indépendant proche du FPLP, Fakhrî Turkmân réussit également à se faire élire en 6e position avec 18,9 % des suffrages. Quatrième dans le camp mais avec un score de 55,8 % des voix, il est également élu à Jénine en 4e position avec 27,5 % des voix. Les villages, en revanche, pris globalement ne lui accordent pas de place d’élu.

La sociologie

24En l’absence de candidats dotés d’un charisme suffisant à mobiliser le consensus général, aucune région ne voit ainsi ses vœux totalement exaucés. Dans cette infortune, Jénine et Bilâd Hâritha peuvent néanmoins se targuer de voir siéger au Conseil 5 de leurs candidats placés en situation d’éligibles dans leurs bureaux. À quelques dizaines de voix près, Mahmûd Abû Al-Rabb, fils de Qabâtiyya, échoue à se faire élire en dépit de la mobilisation de son Machârîq Al-Jarrâr natal et du Bilâd Hâritha. La multiplication de candidatures au sein des Abû Al-Rabb comme le manque de mobilisation de Jénine, ville et camp, et d’Al-Chacrâwiyya lui auront été fatals.

25Yâsîn Al-Sacdî, membre d’une famille de Jénine qui lui avait donné un maire, élu 5e dans sa ville comme dans le camp, échoue pour sa part à convaincre la campagne de le soutenir. La ville témoigne ainsi d’un vote très éclaté. Yâsîn Al-Sacdî est en effet le seul de ses fils placé en position d’élu, Hikmat Zayd Al-Kîlânî, ancien gouverneur de la ville, étant en effet originaire du Bilâd Hâritha. Les 3 autres candidats originaires de Jénine, personnalités marginales, ne font que des scores médiocres. En raison sans doute de ses petites dimensions et en l’absence de candidats d’envergure issus de Jénine même, la ville, à la différence des grands centres urbains de Cisjordanie, n’a pas hésité à donner ses voix à la fois aux candidats de son camp de réfugiés mais également aux personnalités Fath même issues des villages. Aucun de ses fils dès lors n’a été élu.

26Chacrâwiyya voit l’échec de 2 de ses 6 élus potentiels. Sâmî Al-Kîlânî, à qui elle avait offert la 2e place, demeure totalement prisonnier de ses solidarités locales comme clsâm Al-Sâlih, placé 4e, aucun des 2 n’ayant été placé ailleurs en situation d’éligible. Trop marginaux et locaux, aucun des candidats originaires de Chacrâwiyya n’a ainsi été élu.

27Machârîq Al-Jarrâr et le camp de Jénine ne voient que la moitié de leurs voeux pris en compte mais se retrouvent dotés d’élus originaires de chez eux. Mahmûd Abû Al-Rabb, déjà cité, élu 2e dans Machârîq échoue de peu à la 6e place. Sâbir Sabâcana et cAbd Al-Rahmân Abû Al-Rabb, eux aussi élus dans Machârîq, prisonniers de l’étroitesse de leur cercle de solidarité n’obtiennent qu’une 18e et 19e place au niveau de la circonscription.

28Le camp s’est massivement battu pour le succès de ses fils dont 2 sont élus. Jamâl Al-Hindî, élu 2e dans le camp avec 58,3 % des voix, est également élu en 2e position avec 28,7 % des suffrages de la circonscription. Fakhrî Turkmân, 4e avec 55,8 % des voix du camp, obtient quant à lui la 6e place au niveau de la circonscription avec 18,9 % des voix. Le préféré du camp, en revanche, Râchid Mansûr, qui y rassemble sur son nom 63,2 % des suffrages n’obtient qu’une 10e place au niveau de la circonscription tandis que cAbd Al-Râziq Abû Al-Hîjâ’, 3e dans le camp avec 56,9 % des suffrages ne fait qu’une 11e place au niveau de la circonscription. Loin derrière les fils du camp, Yâsîn Al-Sacdî, de Jénine, et Hikmat Zayd, ancien gouverneur de Jénine même si lié à Bilâd Hâritha, sont également placés en position d’élus. Aucun des autres candidats ne franchit la barre des 10 % (19 étant en dessous des 5 %).

29Ce localisme se traduit par l’absence totale d’un vote politique de liste. Le vote massif en faveur des candidats Fath demeure ainsi dépendant des espaces de solidarités locales de chacun d’entre eux. C’est, en effet, manifestement le poids démographique des villages dont sont originaires 4 des 5 candidats du mouvement qui a compté, seule l’élection de Jamâl Al-Hindî, originaire du camp de Jénine, faisant exception. De la même manière, les 2 candidats officiels de Fida, Sâmî Zayd Al-Kîlânî et Sâlih Sâlih, tout comme l’indépendant proche du parti, Isâm Al-Sâlih, font de bons scores relativement homogènes mais dans leur seule région d’origine, Cha’râwiyya, où ils arrivent respectivement 2e, 8e et 4e mais seulement 12e, 8e et 9e sur la circonscription avec des scores très variables entre eux selon les régions. cAbd Allâh Qabhâ, candidat FLA-CP, arrivé 17e dans la circonscription avec 8,3 % des suffrages, n’a vraiment convaincu que les électeurs de Chacrâwiyya qui lui offrent une 7e place avec 20,3 % des votants. L’avocat Ghassân Barham, le candidat du FLPP arrivé avant-dernier de la circonscription avec 2,6 % des suffrages, n’a su convaincre que ses amis de Zabâbda qui lui offrent un score de 77,9 %. Arrivés 33e et 36e (3,3 % et 1,5 %), Muhammad Jabbârîn et Khâlid cAbd Al-cAzîz, les 2 candidats du PPP, ont totalement échoué en dehors de leur environnement le plus étroit.

La carte des solidarités

30L’analyse factorielle des résultats met en évidence un système de solidarités à 3 pôles, en dépit de la très forte prégnance de l’un d’entre eux. L’axe 1er oppose en effet bon nombre de villages qui relevaient de l’ancienne Al-Chacrâwiyya Al-Charqiyya, regroupés dans sa partie positive, à d’autres villages qui relevaient de Machârîq Al-Jarrâr, groupés dans sa partie négative. La grande majorité des bureaux et des candidats des villages du Bilâd Hâritha comme de Jénine ville et camp se trouvent regroupés autour du point d’inertie. L’axe 2e, pour sa part, oppose ce même groupe du Bilâd Hâritha, Jénine, ville et camp, aux 2 groupes de Machârîq Al-Jarrâr et Al-Chacrâwiyya Al-Charqiyya.

Jéni Jénine : Typologie des suffrages exprimés dans chaque bureau

Jénine : Typologie des suffrages rassemblés par chaque candidat

Les candidats selon leur origine

31Une fois encore, l’analyse de données met en évidence les permanences historiques. Jénine n’apparaît pas comme une ville séparée et encore moins opposée à son hinterland. Jénine est intégrée à son arrière pays du Bilâd Hâritha. Cette proximité a sans doute été renforcée par la rareté de candidatures présentées par les citadins au regard de l’omniprésence des candidats du Bilâd Hâritha. Contrairement à bien d’autres cas en Cisjordanie, le camp, selon l’axe 1 n’apparaît pas comme totalement séparé de la ville qu’il jouxte même s’il témoigne d’une identité très forte. Selon l’axe 2e, en revanche, ses solidarités sont les plus éloignées de celles des villages, la ville faisant l’articulation.

32L’imbrication relativement forte des 3 anciennes nâhiyya-s via certains villages pourrait renvoyer aux incertitudes historiques, la région tout entière n’ayant jamais connu de permanence stricte dans les dominations, à la différence des nâhiyya-s situées plus au sud. Tout au long des 2 derniers siècles, en effet, les villages sont sans cesse passés de la domination d’une famille à une autre. Ces grandes familles connaissaient elles-mêmes des tensions internes très fortes ayant même, pour les Jarrâr par exemple, débouché sur un éclatement interne entre Qays et Yaman. Bien que siège de qadâ’, enfin, Jénine n’a jamais vraiment constitué une ville, à la différence de Naplouse ou d’Hébron, et apparaît, à l’instar des autres agglomérations sièges de nâhiyya, comme encore proche des solidarités régionales villageoises.

33Machârîq Al-Jarrâr apparaît éclatée en 3 pôles même si la majorité de ses villages sont regroupés dans la partie négative de l’axe 1er. Les 4 bureaux de Jabc, au plus négatif de l’axe 2e (desquels Ismat Fawâkhriyya est prisonnier) et les 3 bureaux de Maythalûn (avec Samîr Danûf pour élu) se distinguent ainsi très nettement des 9 bureaux de Qabâtiyya groupés dans la partie positive de l’axe 2e et à l’extrême négatif de l’axe 1er. Al-Chacrâwiyya, bien que ses bureaux soient massivement groupés dans la partie positive de l’axe 1er, connaît d’intenses tensions entre la majorité de ses villages attirés dans l’orbe de Jénine et de Bilâd Hâritha face à quelque autres, dont les 4 bureaux de Bartaca (avec cAbd Allâh Qabhâ pour héros) situés à l’extrême pointe positive de l’axe 1er et manifestement réticents à cette attraction. L’identité Yaman défendue par Jabc et Maythalûn face à l’identité Qays défendue par Jénine, Yacbad et cArrâba pourrait rendre compte de la distance affichée encore aujourd’hui par ces bureaux.

Le renouvellement de la représentation

  • 12 Fayyâd Jarrâr est aujourd’hui installé à Zarqâ en Jordanie dont il est le député depuis 1984.
  • 13 Un autre Kîlânî, Ibrâhîm Zayd était député de Amman durant la législature 1993-1997 après avoir dé (...)

34La circonscription de Jénine a témoigné en janvier 1996 d’une fidélité exemplaire à ses familles détentrices traditionnelles du pouvoir. Burhân Jarrâr s’inscrit ainsi dans une longue lignée de chaykhs qui, depuis le xviie siècle, avaient étendu leur pouvoir sur toute la région. Plus récemment, Fawzî Jarrâr et son fils Fayyâd Jarrâr avaient occupé à 3 reprises des sièges de députés à Amman, plusieurs Jarrâr ayant également siégé au conseil municipal de Jénine12. Leurs vieux rivaux dans la région, les cAbd Al-Hâdî, qui, à 4 reprises, avaient siégé comme député de Jénine à Amman, avaient quant à eux préféré présenter une candidature dans la circonscription de Naplouse (où ils échouent). Ahmad Rchayd peut lui aussi se targuer d’assurer la continuité avec les 6 autres Rchayd qui ont occupé à 9 reprises des sièges au parlement d’Amman. Un Kîlânî, enfin, avait également déjà occupé un siège de député jordanien tandis qu’un autre avait appartenu au conseil municipal de Yacbad13. La véritable rupture avec le passé intervient ainsi dans l’élection des 2 réfugiés.

Notes

1 Doumani, 1995.

2 Cuinet, 1896, t.1 : 192-195 ; Dabbâgh, 1985, III/2 : 9-228.

3 Sur Jénine, lire Hanîtî, Sd., Hasan, Sd.-1, et Jarrâr, 1988 : 65-76 ; SWP, t.2 : 43-88.

4 Selon Schôlch : 183.

5 Sur la famille Jarrâr, lire Jarrâr, 1988 : 78-105.

6 Selon Dabbâgh, 1985, III/2 : 10, le terme vient de chacrâ, un endroit planté de nombreux arbres. Il s’agit ici de la Chacrâwiyya orientale (charqiyya), l’occidentale, Al-Charcâwiyya Al-Gharbiyya, relevant du qadâ’ de Tûlkarm. SWP, t.2 : 46-47, 153-155.

7 Cuinet, 1896, t.1 : 192-195 ; Dabbâgh, 1985, II/2 : 425-461 ; SWP, t.2 : 155-158.

8 Qudsiyya, 1990 : 203-211. Lire également Yûsuf cAnzâwî, “Mukhayyam Jînîn” (Le camp de Jénine), Al-cAwda, 05/12/85.

9 Al-Nâs wa-l-Intikhâbât, 09/12/95.

10 Wallach, 1989 : 157-170. C’est à ma connaissance le premier Palestinien à offrir des avis de jusrisprudence islamique sur le web (www.bailasan.comm/religious/religious.htm).

11 Al-Nahâr, 23/12/95 ; Al-Râyy, 23/12/95.

12 Fayyâd Jarrâr est aujourd’hui installé à Zarqâ en Jordanie dont il est le député depuis 1984.

13 Un autre Kîlânî, Ibrâhîm Zayd était député de Amman durant la législature 1993-1997 après avoir détenu un portefeuille ministériel.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Jéni Jénine : Typologie des suffrages exprimés dans chaque bureau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Jénine : Typologie des suffrages rassemblés par chaque candidat
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Les candidats selon leur origine
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6022/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 611k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540