Version classiqueVersion mobile

Les Palestines du quotidien

 | 
Jean-François Legrain

Jabal Al-Quds

Jéricho

Texte intégral

LA CIRCONSCRIPTION

  • 1 Dabbâgh, VIII/2 : 526-579  ; Marcî, Sd.  ; Musallam, 1997.

1Avec seulement 12 906 inscrits, Jéricho est la plus petite circonscription des territoires autonomes1. À l’époque ottomane, les villages du sud de la vallée du Jourdain, avec Jéricho, relevaient de la nâhiyya d’Al-Wâdiyya, aujourd’hui partagée avec les circonscriptions de Jérusalem et de Bethléem. Al-Wâdiyya comprenait les villages de l’est du Jabal Al-Quds et ses tribus bédouines sous la houlette traditionnelle des cUrayqât dont le kursî se situait à Abû Dîs. Les “Urayqât, bédouins Huwaytât, exercent aujourd’hui leur pouvoir politique depuis Jéricho, leurs quartiers d’hiver traditionnels. Les villages du nord de la vallée relevaient quant à eux de Machârîq Al-Jarrâr et Machârîq Al-Baytâwî.

  • 2 Tamari & Giacaman, 1997.

2Après avoir été rattachée au qadâ’ de Jérusalem dans les années 1940, Jéricho est devenue avec les Jordaniens chef-lieu du qadâ’ qui porte son nom. L’actuelle circonscription couvre une bonne partie de la vallée du Jourdain. Sa population a subi toutes les conséquences des guerres de 1948 et de 1967. Lors de la création de l’État d’Israël, en effet, elle reçut un des afflux les plus importants en Cisjordanie. Les réfugiés furent installés à Jéricho, dans le village d’Al-cAwjâ et dans 3 immenses camps, Al-Nuwaycma, cAyn Al-Sultân et cAqabat Jabr. Des semi-nomades de la région de Bîr Sabc trouvaient également refuge dans cette région à l’écosystème comparable à celui du Néguev, telles les populations de Zbaydât2. De 1948 à 1967, plus de 85 % des habitants de la région étaient ainsi des réfugiés.

3D’intenses bombardements menés en 1967 sur toute la région par l’aviation israélienne conduisirent la majorité de ces réfugiés à quitter une fois encore leurs biens. Le camp d’Al-Nuwaycma fut totalement évacué et ceux de cAyn Al-Sultân et cAqabat Jabr perdirent l’immense majorité de leurs habitants, réinstallés dans de nouveaux camps en Jordanie. Les villages de Jiftlik et de Makhrûq, situés plus au nord, furent totalement rasés et leurs habitants traversèrent eux aussi le Jourdain. Une partie de Zbaydât fut également détruite.

4Après la guerre, les confiscations de terres, la création de zones militaires fermées, la destruction de bâtiments ou encore l’assèchement de puits artésiens prirent le relai pour l’expulsion des fermiers palestiniens et la construction, le long de la vallée, des 17 colonies israéliennes.

5La municipalité de Jéricho, avec ses 6 116 inscrits dans 9 bureaux, constituait l’ensemble démographique le plus important pesant pour 47,4 % du corps électoral.

  • 3 Qudsiyya, 1990 : 130-140.

6Les anciens camps, quasi vidés en 1967, abritent aujourd’hui des populations mêlées, réfugiés et bédouins, mais aussi autochtones originaires des villages qui avaient accueilli ces camps. cAqabat Jabr compte également un certain nombre de “returnees” parmi les plus pauvres3. Ces 4 camps, avec 4 544 inscrits, comptaient pour 35,2 % de l’ensemble. Situé au sud de la ville de Jéricho, le camp de cAqabat Jabr, le plus important de Cisjordanie avant 1967 avec ses 45 000 habitants, comptait 2 241 inscrits dans 3 bureaux (17,4 %). À cAyn Al-Sultân, situé au nord-est de Jéricho et habité par 35 000 réfugiés en 1967, 469 électeurs s’étaient inscrits dans 1 bureau. Les 25 000 habitants du camp d’Al-Nuwaycma, dans les immédiats environs nord de Jéricho, passèrent tous outre Jourdain en 1967. L’ancien camp et le village comptaient en 1996 595 inscrits. Plus petits et situés plus au nord encore, village et camp d’Al-cAwjâ abritaient 1 239 inscrits dans 2 bureaux en 1996. Ils rassemblaient quelque 10 000 habitants en 1967.

7Les villages, enfin, avec 2 246 inscrits dans 7 bureaux pesaient pour 17,4 % du corps électoral. À l’instar des autres agglomérations, les villages, comme il a déjà été souligné, abritent des populations extrêmement mêlées, autochtones mais aussi réfugiés, villageois ou bédouins.

Les candidats

  • 4 Al-Nahâr, 09/12/95.

8La circonscription disposait d’un siège musulman pour lequel 6 candidats sont entrés en lice dont 2 sous étiquette politique. Personnalité d’envergure nationale depuis son insertion dans la délégation de Madrid, Sâ’ib cUrayqât appartient à la famille qui a traditionnellement exercé depuis Abû Dîs le pouvoir sur la nâhiyya d’Al-Wâdiyya. Bédouin Huwaytât, son clan, comme bien d’autres grandes hamûla-s de Jérusalem ou de Râmallâh, avait fait de Jéricho ses quartiers d’hiver. Yasser Arafat avait promu cet universitaire de profession “ministre” des Collectivités locales, en charge à ce titre de l’organisation de ces élections. C’est aussi l’un des principaux interlocuteurs des Israéliens dans les négociations en cours. Parfois désigné comme le “pro-consul de Jéricho”, son investiture par Fath ne laissait guère de place au doute. Lors d’une réunion tenue le 8 décembre 1995, pourtant, alors que militants et cadres du mouvement étaient censés débattre de l’identité du candidat à investir, son nom fut avancé comme déjà adopté par Yasser Arafat. Bon nombre de membres de Fath quittèrent alors la salle en signe de protestation4.

9Sâ’ib se trouvait concurrencé par un cousin, Da’ûd cUrayqât, membre du Comité Central du PPP et investi par lui. Banni dès le début de l’occupation et résidant à Damas, il a longtemps occupé une place fondamentale dans l’appareil du parti avant de revenir récemment en Palestine.

10Les 4 autres candidats se présentaient comme indépendants. Deux d’entre eux étaient des réfugiés venus de Jérusalem et sa région, Nâdhif cAbduh, un homme d’affaires, et Yûsuf Mrâr, un avocat (originaire de cAyn Kârim). Les autres étaient autochtones. Le pharmacien Ibrâhîm Bâlû appartient aux Jalâyta, l’une des 6 grandes cachîra-s de Jéricho. L’avocat Mahmûd cUtayfât, ancien banni en 1969, est quant à lui originaire du village d’Al-cAwjâ.

11La gauche manifestait ainsi sa présence avec le candidat PPP Da’ûd cUrayqât, et les indépendants Nâdhîf cAbduh et Yûsuf Mrâr. FPLP et FDLP se trouvaient absents comme la tendance islamique, tous 3 pourtant représentés dans le conseil municipal mis en place en août 1994 mais auto-dissous en février 1995.

LE SCRUTIN

Les résultats

  • 5 LAWE, 1996; 6.

12De façon générale, comme à Hébron et Râmallâh, plusieurs des organes d’observation ont fait état d’irrégularités plus nombreuses qu’ailleurs en Cisjordanie, suffisamment nombreuses en tout cas pour que LAWE appelle à l’organisation de nouvelles élections dans la circonscription5.

13En l’absence de données exactes sur le nombre de votants, il est impossible dé déterminer si le taux de participation de 101,6 % relevé dans le bureau 21 (Marj Nicma, 209 inscrits) renvoie à un réel problème. De façon générale, les villages se sont mobilisés (88,7 %) plus que la ville (86,3 %) et surtout plus que les camps (75,1 %). Ce dernier chiffre cependant doit être relativisé car principalement dû au bureau 14 (cAqabat Jabr) où 592 seulement des 1 128 inscrits (52,5 %) se seraient déplacés. Ce bureau mis à part, les autres bureaux des camps ont voté à 82,5 %.

14À l’instar des autres circonscriptions dotées d’un scrutin uninominal, les coefficients de remplissage des bulletins de vote pour l’élection du Conseil, basés sur le nombre de suffrages accordés à Yasser Arafat et Samîha Khalîl, dépassent les 100 % dans bien des bureaux.

15Le bureau 12 (Zbaydât) partage avec les bureaux 17 (Tûlkarm) et 78 (cAkâba) de Tûlkarm et le bureau 216 (Al-Zawâyyidîn) d’Hébron de n’avoir accordé aucun de ses suffrages à Samîha Khalîl.

16Le scrutin pour le Conseil, sans surprise, donne une victoire écrasante à Sâ’ib cUrayqât doté de 58,9 % des suffrages. 18 des 22 bureaux de vote lui accordent la 1ère place avec des scores variant de 95 % (Zbaydât) à 46,9 %. Al-cAwjâ, tout en lui offrant une 2e place, lui préfère Mahmûd cUtayfât, le fils du pays. Les bureaux 3 et 8 de Jéricho, qui lui accordent également la 2’ place, donnent quant à eux la victoire à Ibrâhîm Bâlû Jalâyta. Aucun des 3 autres candidats n’obtient de score significatif. Chaykh Da’ûd cUrayqât échoue ainsi à drainer ne serait-ce qu’une partie des voix de sa hamûla face à son éminent cousin.

La carte des solidarités

17En dépit de l’aspect massif des suffrages accordés dans la quasi totalité des bureaux de vote à Sâ’ib cUrayqât, des différences interviennent que l’analyse factorielle met bien en valeur. L’axe 1er oppose ainsi très clairement la cité (bureaux 1 à 9, seul ce dernier faisant légère exception), placée dans sa partie négative, à l’ensemble des villages groupés dans sa partie positive, les camps de cAqabat Jabr (bureaux 13 à 15) et d’Al-Nuwaycma (bureau 22) occupant une position médiane. Par leur votes favorables à Ibrâhîm Bâlû, les bureaux 3 et 8 de Jéricho, bien qu’intégrés dans le nuage de la ville, se retrouvent rejetés à l’extrême négatif de l’axe 1er et l’extrême positif de l’axe 2e. Al-cAwjâ affiche également sa particularité liée au vote favorable à cUtayfât. Bien que partageant avec les autres villages la partie positive de l’axe 1er, il se retrouve ainsi rejeté à l’extrême positif de l’axe loin de ces derniers qui se partagent sa partie négative.

18L’analyse factorielle souligne également la distance entre l’autochtone Jalâyta, dont le vote s’inscrit dans celui de la ville, et les bédouins cUrayqât, dont les suffrages renvoient à ceux des villages.

Bethléem : Typologie des suffrages exprimés dans chaque bureau

« Jéricho : Typologie des suffrages rassemblés par chaque candidat ».

Le renouvellement de la représentation

19En se donnant pour représentant Sâ’ib cUrayqât, la circonscription a témoigné d’un vote qui constitue l’exemple type de la quête d’une conjugaison entre l’héritage familial et l’insertion au plus haut niveau dans le pouvoir d’aujourd’hui. En confiant cette représentation à un membre d’une famille bédouine venue d’outre Jourdain via Abû Dîs, la ville n’a plus cherché à placer l’un des siens. Une telle réalité renvoie sans doute tant à l’extrême diversité interne à la population de Jéricho qu’à la réussite de l’enracinement local de ces grandes familles venues de Jérusalem ou d’ailleurs depuis près d’un siècle. Un Kâmil cUrayqât, d’ailleurs, avait occupé à 7 reprises un siège de député à Amman.

Notes

1 Dabbâgh, VIII/2 : 526-579  ; Marcî, Sd.  ; Musallam, 1997.

2 Tamari & Giacaman, 1997.

3 Qudsiyya, 1990 : 130-140.

4 Al-Nahâr, 09/12/95.

5 LAWE, 1996; 6.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search