Version classiqueVersion mobile

Jordanie : les élections législatives du 8 novembre 1989

 | 
Pascaline Eury

Annexes

Épilogue

Texte intégral

  • 1 Date du vote de confiance au gouvernement de Moudar Badrane

1C'est volontairement que nous avons choisi, pour la première version de cette étude rédigée en été 1990, le 1° janvier 19901 comme limite à ce sujet. Cependant, l'abondance des événements qui se sont déroulés depuis, en Jordanie et dans la région du Moyen-Orient, exige, dans cette seconde version quelque peu modifiée, des remarques supplémentaires tenant compte de l'évolution de la situation plus d'un an après les élections du 8 novembre 1989.

2Les premiers mois post-électoraux permettent aux différents courants d'opposition parlementaire potentielle de prendre leurs marques. La gauche et les nationalistes pan-arabes s'organisent en partis politiques et affichent une attitude relativement conciliante vis-à-vis de l'exécutif jordanien. Les islamistes essaient d'accroître, avec plus ou moins de succès, leur influence déjà très apparente, mais se révèlent malgré tout peu revendicatifs. Les uns et les autres s'opposent et ne jouent qu'un rôle législatif symbolique.

  • 2 Entretiens avec des députés islamistes, pan-arabes et de gauche.

3En juin, les différentes tendances "d'opposition" dénoncent, séparément, l'incompétence du premier ministre Moudar Badrane et de son gouvernement qui ne sont pas parvenus à résoudre, ou tout au moins à atténuer, les problèmes qui minent la Jordanie. Certains députés, appartenant aux différents courants, décident alors d'entamer des discussions dans le but de créer un nouveau groupe parlementaire suffisamment puissant pour obtenir un remaniement ministériel qui aboutirait à la désignation d'un nouveau gouvernement plus "représentatif"2.

  • 3 D'aucuns prétendaient en août 1990 que même Issa Mdanat, seul député communiste et de confession ch (...)

4C'est alors qu'éclate la crise du Golfe qui soulève l'unanimité en Jordanie autour de l'Irak. Les députés ne font pas exception à cette règle. Tous, quels que soient leur origine, leur religion, leur environnement et leur sensibilité politique, soutiennent le puissant voisin irakien. Le même discours apparaît bientôt, résultat d'une synthèse de discours auparavant opposés, dans lequel nationalisme arabe, socialisme et islamisme sont associés et reconnus par beaucoup comme la nouvelle triade de l'avenir3 L'illustration de cette évolution de la scène politique jordanienne, qui avait donc commencé avant le début de la crise du Golfe qui a servi ensuite de catalyseur, est l'élection du nouveau président du Conseil des députés. Le 18 novembre 1990, Abdellatif Arabiyyat, porte-parole du groupe parlementaire des Frères Musulmans est sorti vainqueur de ce scrutin grâce aux voix de certains députés de gauche et nationalistes pan-arabes. En outre, certains Frères Musulmans ont obtenu des porte-feuilles ministériels d'importance. Les islamistes jordaniens, qui sont parvenus en moins d'un an à pénétrer au cœur même du régime, n'ont maintenant plus qu'à faire leurs preuves dans un contexte intérieur et extérieur où il ne sera pas facile de manœuvrer.

Paris, décembre 1990

CARTE GENERALE DE LA JORDANIE

CARTE GENERALE DE LA JORDANIE

Source : RIVIER (F) Croissance industrielle dans une économie assistée : le cas jordanien ; Beyrouth : CERMOC, 1980

Notes

1 Date du vote de confiance au gouvernement de Moudar Badrane

2 Entretiens avec des députés islamistes, pan-arabes et de gauche.

3 D'aucuns prétendaient en août 1990 que même Issa Mdanat, seul député communiste et de confession chrétienne, avait adopté le célèbre slogan des Frères Muslmans "l'Islam est la solution" ! Ce qui peut paraître comme une boutade n'est cependant pas loin de la réalité.

Table des illustrations

Titre CARTE GENERALE DE LA JORDANIE
Légende Source : RIVIER (F) Croissance industrielle dans une économie assistée : le cas jordanien ; Beyrouth : CERMOC, 1980
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses de l’Ifpo, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search