Version classiqueVersion mobile

Jordanie : les élections législatives du 8 novembre 1989

 | 
Pascaline Eury

Conclusion

Texte intégral

1Le roi Hussein comptait sur les élections législatives du 8 novembre 1989 pour retrouver le soutien de son peuple, et plus particulièrement celui de ses sujets traditionnellement les plus fidèles, et renforcer sa légitimité dans un contexte intérieur difficile, où les marges de manœuvre dans tous les domaines sont étroites, et dans un contexte régional et international encore plus aléatoire. Les différentes estimations concernant les résultats de ces élections ne faisaient que confirmer cet espoir. Cependant le roi, conscient de certains changements qui ont bouleversé la société jordanienne depuis quelques années et dont profitaient les islamistes, bien implantés parmi la population, et libres presque sans condition de s’exprimer et d’agir, décidait, avant même le début de la campagne électorale, et suivi peu après par son frère, le Prince héritier Hassan, de mettre en garde les Jordaniens contre les dangers auxquels aboutit inévitablement la combinaison "politique-religion", lançant ainsi un avertissement aux extrémistes religieux.

2Après une campagne électorale, passionnée mais sans trop d’incidents, et un scrutin d’une liberté et d’une honnêteté surprenantes, il semblait évident que le roi n’avait pas été entendu, puisque 34 des 80 sièges du Conseil des Députés revenaient à des candidats d’obédience islamiste, les "loyalistes", qui étaient crédités de près de 60 sièges, n’en obtenant que 36 et ne pouvant donc pas constituer à eux seuls une majorité. Mais cette "victoire" des candidats islamistes n’était pas pour autant la "catastrophe" que se plaisaient à décrire certains Jordaniens, à l’instar des Occidentaux.

  • 1 BURGAT François. L’Islamisme au Maghreb, la Voix du Sud. Karthala, Paris 1988

3En effet, la participation à la vie politique jordanienne de députés appartenant au courant islamiste, dans le cadre légal du Parlement, permettrait en même temps l’intégration de leur base qui, par sa nature-même, représente un danger potentiel de troubles sociaux et d’instabilité à l’intérieur du pays. En outre, par sa "modernité" politique, l’Association des Frères Musulmans, qui est en fait un véritable parti politique, au sens occidental du terme, mais qui offre la possibilité à tous ceux qui adhèrent à ses thèses de renouer avec le référent culturel arabo-islamique1, généralement absent dans les autres formations politiques, qu’elles soient nationalistes arabes ou de tendance marxiste, représente un défi pour le roi qui ne peut le relever qu’en mettant sur son chemin un concurrent, si possible de son envergure. Le but de cette "manœuvre" est d’éviter l’émergence de toute suprématie échappant au contrôle direct du roi, au sein du Parlement mais aussi dans la rue, qui serait susceptible de devenir un courant d’opposition dangereux pour le Palais. Devant la faiblesse actuelle des structures tribales et dans l’attente, peut-être, de leur recomposition, le roi doit choisir la solution de la Charte Nationale, cadre légal pour la constitution de partis politiques, qui lui permettra de poursuivre le processus de démocratisation, commencé par l’organisation des élections législatives du 8 novembre 1989, tout en le contrôlant avec une attention toute particulière.

  • 2 Mme Sharaf est aussi l’épouse de Abdel Hamid Sharaf, fils du Chérif Sharaf. émir de Taëf et gouver (...)
  • 3 Discours du trône d’ouverture de la première session du onzième Conseil de la Nation jordanien (en (...)
  • 4 La perspective de cette élection avait auparavant conduit les députés à former des groupes ou des (...)

4Les quelques semaines qui suivent les élections sont riches en événements et en changements. Le 14 novembre, un décret royal appelle le Parlement à se réunir le 27 novembre ; le 23, le roi nomme le nouveau Conseil des notables composé pour la circonstance de 40 membres, parmi lesquels se trouve une femme, Mme Layla Sharaf, ancien ministre de l’Information2. Dans le discours3 qu’il fait lors de l’investiture du nouveau Parlement, le roi Hussein s’emploie surtout à rappeler les réalisations accomplies par "son" gouvernement. Il donne aussi le ton de la "nouvelle étape" que la Jordanie est en train d’aborder : la légalisation des partis politiques grâce à la Charte Nationale qui devra aussi définir l’identité nationale jordanienne", la vie démocratique, sont au programme, mais sous le contrôle vigilant du roi. L’élection du Président du Conseil des Députés, qui a lieu aussi le 27 novembre, est remportée par un candidat proche du régime, Suleyman Arar, après un deuxième tour qui marque la défaite de l’islamiste Youssef Mabaydin4.

5Le 4 décembre, le premier ministre Zayd Ben Chaker présente la démission de son gouvernement qui n’était en place qu’à titre transitoire. Moudar Badrane, chef de la Maison Royale et ancien responsable des Moukhabarat, est chargé par le roi de former le nouveau gouvernement. Les Frères Musulmans réclament l’un des porte-feuilles les plus importants, celui de l’éducation, mais il leur est refusé. Dix députés de diverses tendances participent à ce gouvernement, parmi lesquels se trouve le député islamiste Youssef Mabaydin qui obtient le ministère de la justice. Le choix pour un poste de première importance de la personnalité très controversée qu’est Moudar Badrane alimente les discours et laisse prévoir de vifs débats lors de la séance parlementaire du 1° janvier 1990 consacrée au "vote de confiance". Les Frères Musulmans déclarent accepter de voter en faveur de Moudar Badrane si celui-ci applique en échange une série de mesures qu’ils préconisent. Si les échanges verbaux entre certains députés et le premier ministre sont en effet très vifs, il n’en reste pas moins que celui-ci obtient la confiance des députés avec 65 voix pour, 9 voix contre et 6 abstentions. Les députés Frères Musulmans, bien qu’ils n’aient pas obtenu satisfaction sur l’application de leurs "14 points", votent tous, à l’exception de Abou Zant, en faveur de Moudar Badrane. Quant aux députés appartenant à des formations de gauche, ils s’abstiennent, apportant ainsi leur accord implicite.

6Le vote de confiance illustre parfaitement la situation dans laquelle se trouve la Jordanie pendant les premiers mois qui suivent les élections. Les députés appartenant aux tendances politiques qui devraient être les plus enclins à revendiquer et à contester sont, en fin de compte, relativement neutralisés. La promesse et l’application de certaines mesures, comme la libération de prisonniers politiques, la "dénationalisation" de la presse aboutissant à une certaine liberté d’expression, la restitution de passeports confisqués pour des raisons politiques, le futur gel de la loi martiale et de la loi anti-communiste, l’examen de cas de corruption etc, si elles s’inscrivent en droite ligne dans le processus de démocratisation, ne doivent pas faire oublier l’omniprésence du pouvoir qui détient toujours, semble-t-il, toutes les ficelles de la vie politique, malgré la réactivation du Parlement.

7Mais cette situation peut-elle durer indéfiniment ? Les députés islamistes, s’ils continuent à soutenir le gouvernement sans que celui-ci fasse de réelles concessions ou sans qu’il parvienne à des résultats tangibles dans sa politique économique par exemple, ne risquent-ils pas de se discréditer et de perdre le contrôle de leur base ? Les députés appartenant à l’opposition progressiste peuvent-ils rester silencieux et accepter toutes les conditions dictées par le pouvoir, alors que la relative liberté dont ils jouissent pourrait leur permettre de se réorganiser et de se renforcer ? Cela semble bien impossible et si les uns et les autres décident de dépasser les clivages et les différences qui les opposent, ils pourraient peut-être former une véritable opposition pour réclamer, d’une seule voix, le pouvoir législatif dont ils ont en théorie la responsabilité mais qui semble être toujours entre les mains de l’exécutif.

8En attendant l’éventuelle formation d’une telle opposition qui pourrait permettre à la Jordanie d’accéder véritablement à la démocratie, les Jordaniens profitent des mesures de libéralisation qui leur font oublier partiellement les difficultés de la réalité quotidienne.

9Le modèle jordanien, unique en son genre jusqu’à présent, est à observer avec beaucoup d’attention car il pourrait bien être considéré comme l’exemple à suivre par d’autres États de la région ou, tout au moins, par leurs populations. Pour comprendre l’évolution probable des sociétés arabo-islamiques, il faudra maintenant, plus que jamais, s’intéresser à la Jordanie.

Notes

1 BURGAT François. L’Islamisme au Maghreb, la Voix du Sud. Karthala, Paris 1988

2 Mme Sharaf est aussi l’épouse de Abdel Hamid Sharaf, fils du Chérif Sharaf. émir de Taëf et gouverneur de Médine pendant le règne du Chérif Hussein ; A. H. Sharaf. proche conseiller du roi. est nommé premier ministre en décembre 1979 ; il ne restera que six mois à ce poste.

3 Discours du trône d’ouverture de la première session du onzième Conseil de la Nation jordanien (en arabe)

4 La perspective de cette élection avait auparavant conduit les députés à former des groupes ou des "blocs", le dernier en date étant le "bloc démocratique" rassemblant les députés de gauche et les nationalistes, ainsi que d’autres personnalités se sentant alors plus proches de ce groupe que de celui des "loyalistes" inconditionnels.

© Presses de l’Ifpo, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search