Version classiqueVersion mobile

Jordanie : les élections législatives du 8 novembre 1989

 | 
Pascaline Eury

Troisième partie : le résultat des élections législativesé  : analyse et perspectives

Texte intégral

1Le 7 novembre 1989 à minuit, conformément à la loi électorale, la campagne officielle doit prendre fin. En théorie, tous les calicots, banderoles, affiches qui ont envahi villes et villages pendant plus de trois semaines devraient être enlevés pour n’influencer en aucune manière les électeurs. Dans la pratique, il est évident qu’une telle opération est irréalisable. Le port d’armes est toujours interdit par les autorités pour éviter d’éventuels incidents mais il est fort probable que l’application de cette directive, prévue également par la loi électorale, soit peu effective.

2Le jour J des élections, 2 000 bureaux de vote ouvrent leurs portes de 7 heures à 19 heures. 20 000 policiers et fonctionnaires sont chargés de veiller sur le bon déroulement des élections. Les candidats ont aussi le droit de poster dans chaque centre de vote un de leurs "agents" qui les représente symboliquement auprès des électeurs et qui prévient toute irrégularité. Les électeurs, hommes et femmes votant dans des centres différents, écrivent sur un bulletin les noms des candidats qu’ils ont choisis. S’ils sont analphabètes, ils peuvent les prononcer à voix haute, les fonctionnaires ayant entre autres pour tâche de les écrire à leur place. Devant l’importance de l’événement, la télévision jordanienne a prévu de diffuser des bulletins spéciaux d’information à trois reprises au cours de la mémorable journée.

  • 1 Quelques plaintes ont été déposées par des candidats dans certaines circonscriptions : des électeu (...)

3Aucun incident lors du scrutin n’est à signaler1. Le dépouillement, qui doit commencer à 21 heures, est long et fastidieux et l’absence d’informatisation retarde la communication des résultats. Ceux de la circonscription de Kérak font même l’objet d’un contretemps à propos duquel les nouveaux élus sont très discrets. A la fin du dépouillement, le nombre de bulletins dépassait le nombre de votants. Y-a-t-il eu, comme l’affirment certains, irrégularité volontaire (un échange d’urne par exemple) ou simple erreur de dépouillement ?

I. UNE FAIBLE PARTICIPATION2

  • 2 Voir en annexe les différents taux de participation
  • 3 Cette réflexion nous a souvent été faite lors de nos deux séjours, mais plus particulièrement en a (...)

4Les premières indications qui ressortent du scrutin font état d’un taux de participation très faible. En effet, 62,9 % des personnes ayant retiré leur carte d’électeur ont voté. Mais ce chiffre est à relativiser et doit être comparé avec d’autres, plus significatifs. Le pourcentage de votants par rapport aux électeurs inscrits sur les listes électorales n’est plus que de 54,06 % et celui des votants par rapport aux électeurs potentiels tombe à… 37,16 % ! Pour les premières élections générales libres depuis 22 ans, il faut bien reconnaître que ce taux de participation est très décevant et ne peut qu’alimenter le discours de ceux qui prétendent que le Parlement actuel n’est pas représentatif3.

  • 4 Entretien avec un membre du Conseil des Notables, ancien ministre et membre de la commission charg (...)

5Comment expliquer cette abstention massive, surprenante lorsqu’elle est comparée aux passions suscitées par la campagne ? L’un des membres du Conseil des Notables pense que les Jordaniens ont été tellement dubitatifs qu’ils n’ont pas cru tout d’abord à l’éventualité des élections ; ils n’ont donc pas jugé utile de s’inscrire puis de retirer leur carte ; le jour des élections, ceux qui avaient rempli toutes les formalités, ont pensé qu’elles ne seraient-pas libres et que de toutes façons, elles ne changeraient rien4.

6Les différentes étapes par lesquelles le futur électeur doit passer expliquent en partie le faible taux de participation : il faut en effet s’inscrire sur les listes électorales, puis, lorsque ces listes sont établies, retirer l’indispensable carte d’électeur et le jour des élections aller jusqu’à l’un des centres de vote pour accomplir son devoir électoral, tout cela dans des délais relativement brefs. Il semble par conséquent que toutes ces démarches aient découragé bon nombre d’électeurs potentiels. A cette abstention réelle, il faut ajouter une "abstention de fait" dans la mesure où certains électeurs n’ont pas utilisé pleinement leur vote, en ne choisissant qu’un seul candidat alors qu’il fallait en désigner trois ou en omettant de voter pour les sièges réservés aux représentants des minorités. Les différentes campagnes d’information sur les subtilités de la loi électorale n’ont visiblement pas porté leurs fruits.

7Nous avons déjà évoqué les difficultés posées par l’anaphabétisme dans le déroulement du scrutin ainsi que la manière dont les autorités tentent de les résoudre. Il est évident que c’est un élément important qui explique en partie les taux d’abstention élevés. L’adoption d’un système semblable à celui qui est pratiqué en Egypte par exemple, à savoir l’utilisation de symboles (fleur, voiture, téléphone, revolver…) représentant chaque candidat, en face desquels l’électeur trace une croix pour exprimer son choix, pourrait-elle résoudre ces difficultés avec plus de satisfaction ? Tous les doutes sont permis car ce système ne touchera en rien les autres causes d’abstention, et surtout pas le faible degré de culture politique de certaines populations jordaniennes.

8Les meilleurs indices sont enregistrés dans les zones rurales, surtout à Ma’an et à Tafileh, deux gouvernorats du sud. Les circonscriptions rurales, à l’exception de Kérak, se caractérisent en effet par des chiffres supérieurs à la moyenne nationale. L’importance de la mobilisation tribale en est peut-être l’une des explications. Kérak est un cas intéressant : malgré un pourcentage de retrait des cartes parmi les plus élevés (94,14 %), le taux de participation n’atteint que 56,16 %. Il est vrai que les autorités locales, comme partout ailleurs dans les zones rurales, avaient multiplié leurs efforts pour mobiliser les électeurs inscrits et les encourager à ne pas abandonner en si bon chemin la voie des urnes. Le décalage entre le nombre de votants et le nombre d’électeurs ayant retiré leur carte s’expliquerait donc par une sorte de "résistance" méfiante des populations contre un empressement officiel étonnant.

9Les zones urbaines, en revanche, ont quelque peu boudé le scrutin. Cela est d’autant plus vrai dans les zones à forte concentration palestinienne, comme par exemple dans la circonscription d’Amman II : Si 63,73 % des électeurs ayant rempli les formalités pré-électorales ont participé au scrutin, ils ne représentent en fait que 23,06 % des électeurs potentiels. Les Palestiniens, dont le comportement électoral était très attendu, ont donc visiblement peu voté.

10Notons enfin que la circonscription semi-urbaine de Madaba-Amman VI, qui affiche un taux de participation important (70,95 %), enregistre le record de la participation par rapport au nombre d’électeurs potentiels (57,31 %).

II. LES RESULTATS

1. Les islamistes

  • 5 "Fundamentalists, supporters, take lion’s share of seats" Jordan Times du 11-11-1989.
  • 6 En Arabe "Dar al Qur’an" ; Leith Shbeilat, islamiste "moderniste" est l’un de ces deux députés ; i (...)
  • 7 Voir en annexe le "palmarès" des vainqueurs selon le nombre de voix et par pourcentage.

11Dès le lendemain des élections, il est évident que, comme le titre le Jordan Times, les islamistes ont pris la "part du lion"5. Sur les 26 candidats officiellement soutenus par l’Association des Frères Musulmans, 20 sont élus. A ces 20 Frères Musulmans s’ajoutent deux islamistes membres du mouvement "Maison du Coran"6 et douze autres candidats indépendants de tendance islamiste. Avec 34 représentants, le mouvement islamiste remporte donc près de la moitié des sièges (42, 5 %). Cette "victoire" des islamistes constitue donc la "surprise" -mais est-ce vraiment une surprise ?- des élections législatives du 8 novembre 1989. Seules les trois circonscriptions bédouines échappent à leur contrôle grâce à l’élection de personnalités tribales traditionalistes. Les islamistes obtiennent 14 des 19 sièges musulmans (arabes et circassiens) à Amman, 5 sièges sur 8 à Irbid-ville, et 6 sièges sur 7 à Kérak. En outre, ce sont eux qui obtiennent généralement le plus grand nombre de voix7. Même s’ils ne représentent pas une majorité au Conseil des Députés, il est clair que s’ils s’organisent en un bloc uni et solidaire et s’ils décident de jouer un rôle d’opposition, ils peuvent parfaitement gêner le régime.

2. Les traditionalistes

  • 8 Le Jordan Times utilise le terme "tribalist".

12Le groupe le plus important, mais pas autant qu’il était escompté, est celui des traditionalistes et indépendants qui totalisent à l’issue du scrutin 36 sièges (45 %). Aux 22 personnalités tribales8, s’ajoutent 14 indépendants (dont quatre chrétiens) parmi lesquels se trouvent d’anciens ministres comme Taher Al Masri (Amman III), Abdallah Nsour (Balqa), Thouqan Hindawi (Irbid-ville), Abdel Raouf Rawabdeh (Irbid-ville), Suleyman Arar (Ma’an), Marwan Hmoud (Balqa). Mais à l’exception d’Abdallah Nsour et de Suleyman Arar, les anciens ministres ont eu beaucoup de difficultés à l’emporter. D’autres personnalités officielles ont dû s’incliner, généralement devant des candidats islamistes. C’est le cas par exemple de ministres comme Shafiq Zawaideh (Amman VI), de Hamdi Tabba et Mohammad Dabbas (Amman III). D’anciens maires, ambassadeurs, gouverneurs, députés (par exemple Riadh Nawaiseh de Tafileh) ont connu un sort identique. Dans les deux circonscriptions bédouines du nord et du sud, des leaders tribaux ont été battus par des candidats plus jeunes appartenant à la même tribu. Le gouvernorat d’Irbid est celui où les traditionalistes-indépendants recueillent le plus de sièges (8 sur 19 sièges au total, contre 5 pour les islamistes et 6 pour la gauche et les nationalistes).

3. La gauche et les nationalistes arabes

13Entre les islamistes (34 sièges) et les traditionalistes (36 sièges), il ne reste que peu de place pour une opposition progressiste. Sur les 10 sièges disponibles, quatre reviennent à une gauche laïque et six à des pan-arabistes.

14Les nationalistes arabes obtiennent donc six sièges, trois d’entre eux revenant à des Baathistes, les trois autres à des pan-arabistes indépendants. Les nationalistes ont remporté de beaux scores à Kérak, Balqa et Irbid en particulier.

  • 9 Le PCJ est en fait, à l’origine, une formation palestinienne. Pendant la deuxième guerre mondiale, (...)

15La gauche ne fait entrer au Parlement que quatre députés : le secrétaire général adjoint du Parti Communiste Jordanien, l’un des dirigeants du PDPJ (c’est-à-dire le Parti Démocratique et Populaire Jordanien, branche jordanienne du FDLP de Nayef Hawatmeh), un candidat du FPLP de George Habache et un indépendant. Les déceptions sont de taille chez les sympathisants des formations de gauche. Le secrétaire général du PCJ, Yaqoub Zayedine, est lui-même battu et le parti ne possède qu’un seul représentant au Parlement. A titre de consolation, les communistes jordaniens ne doivent pas oublier que certains candidats se réclamant du PCJ n’ont échoué que de justesse à Zarqa, Irbid, Salt (circonscription de Balqa) et Amman III par exemple. Il faut souligner que le seul député communiste, Issa Mdanat, a permis au parti de recueillir 10274 voix, ce qui représente un score très honorable, dans une circonscription qui est, il est vrai, le lieu d’origine des fondateurs de la branche jordanienne du parti9. Les autres mouvements de gauche comme le FDLP (devenu PDPJ) et le FPLP, s’ils n’ont pas remporté un nombre de sièges important, ont cependant bénéficié d’un certain succès à Irbid, Amman, Zarqa, Salt (circonscription de Balqa), et d’une manière générale dans les régions à forte concentration palestinienne.

16Aucun membre de l’"opposition réformiste" n’a été élu, contrairement aux prévisions qui avaient été faites.

4. Les chrétiens et les Circassiens

  • 10 Un candidat chrétien de la circonscription de Zarqa, le docteur Munib Al Wirr, qui a quant à lui é (...)

17Il est important de noter que sur les neuf sièges réservés aux chrétiens jordaniens, cinq d’entre eux reviennent à des candidats nationalistes et de gauche (un siège nationaliste et les quatre sièges de gauche). Les quatre autres députés se sont rangés du côté des traditionalistes et certains d’entre eux ont dû contracter des alliances avec des candidats islamistes pour pouvoir remporter les élections10.

18Les élus circassiens sont deux islamistes et un nationaliste "socialisant", ancien membre de la résistance palestinienne. Le choix des deux islamistes n’est pas dû au hasard. En ayant fait un choix islamiste semblable à celui des musulmans arabes, les Circassiens font prévaloir l’appartenance religieuse sur l’appartenance ethnique pour tenter de se démarquer d’une identité minoritaire très réductrice. En outre, il ne faut pas oublier que la loi électorale permet à tous les citoyens jordaniens, quelles que soient leur ethnie et leur religion, de voter pour les candidats concourant pour les sièges réservés, quand ils sont prévus par la loi électorale, bien évidemment. Il est donc tout à fait normal que les sièges circassiens suivent la même tendance que les sièges musulmans.

5. Les femmes

  • 11 Voir en annexe, les résultats obtenus par ces candidates ainsi que leur "palmarès".
  • 12 Déclaration de Asma Khader, avocate et spécialiste des droits de l’homme et…de la femme, in Jordan (...)

19Aucune des douze candidates n’a été élue11. Pourtant, près de la moitié des votants étaient des femmes. Celles-ci ont-elles été influencées par leurs maris, pères et frères comme le prétendent certains (ou plutôt certaines) ? L’ironie de la situation est telle qu’il est fort probable que les hommes aient plus voté pour les candidates que les femmes. Cet échec est vraisemblablement dû au fait que ces candidates se sont présentées aux élections sur des programmes n’abordant que des préoccupations purement "féminines". Pour avoir quelque chance de succès, elles auraient dû s’inscrire dans un cadre plus global et national12.

6. Les Palestiniens

20Si nous observons les résultats obtenus dans les zones urbaines à forte concentration palestinienne, il nous apparaît que le choix des quelques Palestiniens qui ont voté s’est porté sur des candidats" marxistes" (FPLP et PDPJ) mais surtout sur des islamistes. En effet, sur les onze élus d’origine palestinienne, neuf affichent une sensibilité islamiste. La "vague" islamiste n’a donc pas épargné, bien au contraire, les Palestiniens.

III. ANALYSE DES RESULTATS

21Ainsi, toutes les prévisions communiquées avant les élections se sont révélées fausses. Pourtant la prise en compte de certains facteurs aurait sans aucun doute évité de telles erreurs d’appréciation. Le "demi-échec" des traditionalistes était en effet prévisible, en particulier celui des membres des tribus. Les bons scores enregistrés par les islamistes dans des régions traditionnellement "conservatrices" ne sont pas dûs au hasard. Les fissures, observées dès le début de la campagne électorale, dans le système tribal sont plus que confirmées par les résultats des élections. Les conflits de générations que nous avons dèjà évoqués auparavant ne sont pas les seules manifestations de ces fissures. La multiplication et la "partisanisation" des candidatures en sont deux autres exemples. Et si ces problèmes entament l’unité tribale, d’autres portent atteinte à la hiérarchie entre les tribus, ou d’une manière générale, aux relations, de solidarité ou de domination, entre les différentes tribus. Les exemples ne manquent pas pour illustrer cette situation. La grande tribu Majali de Kérak, n’ayant pu s’accorder sur une candidature unique, assiste avec impuissance à l’échec de ses quatre candidats. Les tribus du nord ne sont pas épargnées par ces phénomènes : la grande tribu Batayneh d’Irbid connaît le même sort. Avec un électorat potentiel (parmi les membres de la tribu) de 5 000 personnes, cinq candidats se sont présentés mais aucun n’a été élu. Certaines tribus mineures, à Kérak par exemple, ont pris une revanche sur l’histoire en refusant d’accorder leurs suffrages aux clans dominants. A Ramtha, les échanges de voix entre deux clans différents se sont mal passés : Les 8 000 électeurs du clan Obeidat ont respecté l’engagement qui les obligeait à voter pour le clan Dardour sans obtenir en retour les voix du clan allié. Même les circonscriptions bédouines ont vu se dérouler d’âpres compétitions.

22Les personnalités officielles ont elles aussi connu quelques difficultés lors de ces élections : tout le prestige d’une fonction officielle ne vaut rien à côté de l’espoir de changement incarné par les islamistes. Sans compter que les personnalités liées plus ou moins au dernier gouvernement de Zayd Rifaï sont presque inexorablement compromises aux yeux de beaucoup de Jordaniens et ne sont donc plus dignes de leur confiance.

  • 13 Sur les partis politiques dans le Monde arabo-musulman, voir BADIE Bertrand, "Analyse des partis p (...)

23La faible performance des mouvements de gauche et des nationalistes arabes s’explique en partie par les nombreuses années de semi-clandestinité, les diverses restrictions qui leur ont été imposées par le régime jordanien, les divisions internes qui les ont opposés et le contexte d’incertudes précédant la campagne électorale. Mais se limiter à ces explications n’est pas satisfaisant. Nous avons déjà évoqué auparavant l’ambiguïté de ces formations "marxistes" et nationalistes : usant de la carte traditionnelle "d’allégeance tribale" à défaut de pouvoir utiliser celle de l’appartenance à un parti politique, ou mélangeant l’une et l’autre selon les cas, ils font bien piètre figure, malgré des slogans attrayants, face au seul modèle de véritable parti politique qu’est l’Association des Frères Musulmans. En outre, les formations de gauche et nationalistes arabes souffrent d’une autre tare. Les premières sont inspirées et importées directement de l’Occident et ne correspondent donc pas à la société et à la culture jordaniennes13. Les formations marxistes d’origine palestinienne comme le FPLP et PDPJ ont quant à elles le "défaut"… d’être palestiniennes. Quant aux mouvements nationalistes arabes, ils ne se sont pas remis de la "grande catastrophe" de 1967, même si le contexte régional leur a, semble-t-il, donné une nouvelle impulsion.

  • 14 C'est-à-dire le drapeau.
  • 15 C’est l’un des slogans les plus utilisés par les Frères Musulmans au cours de la campagne.

24Comment expliquer le succès électoral du courant islamiste et, plus particulièrement, de son ossature très efficace, l’Association des Frères Musulmans ? La réponse la plus habituelle, qui est généralement apportée par les candidats non islamistes mécontents des résultats des élections, est que la Confrérie était la seule formation politique autorisée de longue date à s’exprimer en toute liberté, ou presque. Bien organisée, unifiée, elle est très présente et active sur le terrain, surtout dans les zones urbaines les plus défavorisées. Elle propose tout un réseau de services sociaux (des hôpitaux par exemple), supervise d’autres associations, et si elle ne possède pas encore d’organe officiel, l’hebdomadaire de tendance islamiste Al-Liwa’14 et des maisons d’édition lui servent de tribune. En outre, l’utilisation pendant la campagne électorale de slogans bien choisis ne pouvait que mobiliser autour des islamistes certaines catégories de Jordaniens, généralement les plus mal lotis, parmi lesquels se trouvent bien évidemment les Palestiniens des camps de réfugiés, mais aussi toutes les victimes de la crise et des maux dont souffrent la société jordanienne. Les candidats islamistes ont aussi bénéficié des "malheurs" de leurs concurrents politiques. L’Association des Frères Musulmans offre l’image d’un parti politique, au sens occidental du terme, qui aurait renoué avec un passé, une tradition, une culture propres à la société jordanienne qui souffre de mille et un problèmes pour lesquels aucune solution n’a été trouvée jusqu’à présent par les responsables qui se sont succédés aux plus hautes fonctions de l’Etat. Alors pourquoi ne pas recourir à la solution qui, selon les islamistes, est la seule qui convienne, à savoir l’Islam ? Tous les Jordaniens sont susceptibles de se retrouver dans les propos tenus par les Frères Musulmans, même les chrétiens pour lesquels l’Islam, à défaut d’être une religion, est une culture. Les vociférations de quelques islamistes plus extrémistes ne doivent pas faire oublier, les précédents en la matière peuvent en apporter la preuve, que la prise de fonctions politiques s’accompagne toujours d’une certaine modération pragmatique. Pourquoi la nouvelle voie préconisée par les islamistes, qui ne s’oriente "ni à l’Ouest, ni à l’Est"15 ne pourrait-elle pas être expérimentée, même (surtout ?) si cela déplait fortement aux bailleurs de fonds occidentaux ?.

IV. LES IMPLICATIONS DES RESULTATS

1. Portrait des députés du nouveau Parlement

  • 16 Ce petit nombre indique un certain déclin de l’ancienne puissance mandataire.

25Le nouveau Conseil des Députés se caractérise en premier lieu par la jeunesse de ses membres. L’âge moyen des députés est en effet de 47 ans. Le corps professionnel le plus représenté est celui des enseignants (24), puis viennent ensuite les militaires, les avocats, les médecins (respectivement, 9, 9 et 6). Par conséquent, une majorité de députés est diplômée de l’enseignement supérieur (69), et a généralement suivi des études à l’étranger : dans les pays arabes voisins (Egypte, Syrie, Liban) mais aussi aux Etats-Unis (neuf), en Grande-Bretagne (trois16), en France (deux), au Pakistan, en Yougoslavie etc. Seize députés ont fait des études universitaires islamiques. Onze députés seulement sont d’origine palestinienne. Le nouveau Parlement offre de nouveaux visages puisque neuf députés uniquement appartenaient déjà à l’ancienne chambre.

  • 17 Cf. supra, à propos des débats parlementaires sur la loi électorale de 1986.

26La présence de certains députés donne la mesure du changement opéré en Jordanie. Deux des membres les plus radicaux des Frères Musulmans, qui ont eu quelques problèmes avec les autorités, Abou Zant et Koufahi, ont non seulement été élus mais font partie des mieux placés au sommet du "palmarès" des élections. Issa Mdanat, le seul député communiste, a lui aussi connu à plusieurs reprises les geôles jordaniennes (il a passé 12 ans de sa vie en prison) et la répression orchestrée par les fameux "Services de Renseignements", les "Mukhabarat". Deux anciens Fédayines, d’origine transjordanienne, font aussi une entrée remarquée au Parlement. Mansour Merad, membre actif de la Résistance Palestinienne, a combattu en Israël et au Liban et a été impliqué dans l’attentat contre la compagnie aérienne israélienne El Al. Bassam Haddadine est aussi un élément très actif de la Résistance Palestinienne ; il est l’un des dirigeants du PDPJ. Leith Shbeilat, cet islamiste moderniste qui n’a jamais manqué de critiquer le pouvoir17, fait également partie des grands vainqueurs du scrutin du 8 novembre qui l’a confirmé dans ses fonctions, acquises pour la première fois lors des élections partielles de 1984. La présence de tels "contestataires" est un signe révélateur de la liberté de vote qui a régné pendant les élections et de l’ampleur des changements possibles si la Jordanie poursuit ses efforts dans cette voie.

2. Enseignements et perspectives

  • 18 Discussions avec des Palestiniens du camp de réfugiés de Baqaa, hommes et femmes d’âges différents (...)

27Pour les premières élections législatives générales depuis avril 1967, la déception principale est relative aux taux d’abstention records enregistrés dans toutes les circonscriptions. Certaines explications ont déjà été avancées pour justifier la faible participation des Jordaniens au scrutin du 8 novembre : méfiance, désillusion, lourdeur des démarches pré-électorales. Nous avons aussi fait remarquer que les chiffres les moins élevés caractérisaient les zones urbaines où les Palestiniens dominent numériquement. Il semble donc évident que l’électorat palestinien ne s’est pas rendu aux urnes le jour des élections pour les raisons déjà précisées mais sûrement pour d’autres raisons encore. En refusant de participer aux élections législatives jordaniennes, les Palestiniens ont montré qu’ils les considéraient comme une affaire purement intérieure dont ils ne devaient pas se méler en tant que Palestiniens. Cette nette distinction entre les deux identités, qui contraste avec les slogans, parfois à la limite de la démagogie, entendus pendant la campagne électorale sur cette question, illustre parfaitement l’espoir que gardent toujours les Palestiniens de retourner prochainement vivre en Palestine18. La création d’un nouvel Etat palestinien sur toute la Palestine semble de ce fait la solution la plus préconisée par ces Palestiniens. Le problème palestinien reste par conséquent la préoccupation principale des populations vivant en Jordanie, qu’elles soient Palestiniennes ou Transjordaniennes.

28Mais les Palestiniens n’étaient pas les seuls à ne pas participer au scrutin puisque les zones rurales, y compris le sud du pays où vivent pourtant des populations transjordaniennes très homogènes, ont aussi, dans une moindre mesure, "boudé" les élections. En ce qui concerne les villes du sud, traditionnellement fidèles au régime, une partie de l’électorat du pouvoir a visiblement délaissé le chemin des urnes. Une certaine désillusion quant aux incidences réelles de ces élections est peut-être à l’origine de cette attitude. Les populations qui se sont mobilisées en avril 1989 pour crier pour la première fois haut et fort leur mécontentement auraient sans doute préféré, en réponse à leur soulevement, des mesures moins "symboliques" et plus significatives, dans le domaine économique en particulier. La démocratie n’a pas de véritable vertu nutritive !

29Si l’abstention massive est un signe des changements opérés dans la société jordanienne, les résultats du scrutin en illustrent d’autres, plus apparents. Le "demi-échec" des "loyalistes", qui profite plus particulièrement aux islamistes, semble tout indiquer que les Jordaniens qui ont voté ont tenu, par une sorte de "vote-sanction", à exprimer dans un climat de liberté étonnant leur désapprobation face aux différentes politiques (économiques et sociales, intérieures et extérieures) qui ont été conduites depuis des années en Jordanie. La déroute de nombreuses personnalités officielles est l’une des conséquences de la volonté de changement qui anime les Jordaniens.

  • 19 Cette remise en cause est une réalité depuis longtemps dans certains camps de réfugies palestinien (...)

30Quant à l’électorat palestinien, il s’est nettement prononcé pour des candidats islamistes. Le succès des candidats islamistes dans des quartiers populaires à forte concentration de populations palestiniennes va de pair avec les mauvais résultats de certaines personnalités appartenant à de grandes familles palestiniennes, comme par exemple Taher Al Masri. Les couches palestiniennes les plus défavorisées semblent donc se détourner de leurs dirigeants modérés, ce qui pourrait provoquer, à terme, une remise en cause du Président de l’OLP, Yasser Arafat19.

31Au lendemain du scrutin, lors d’une brève conférence de presse, le roi Hussein apparaît à son peuple et au monde entier très serein. Les élections, qui étaient selon ses propres termes "a burden that I was carrying for many years", se sont déroulées dans un climat de liberté et d’intégrité tel qu’il l’avait promis :

  • 20 Jordan Times du 11-11-1989.

"I’m satisfied with all the results of the elections […] We were totally successful in the process… every element in Jordan was given an opportunity to take part in the elections… the people have chosen their representatives, who, hopefully, will share the responsability in a diligent manner"20.

  • 21 En particulier dans les milieux aisés, chrétiens et musulmans, qui généralement ignorent tout des (...)
  • 22 Jordan Times du 11-11-1989.

32La sérénité affichée par le roi tranche avec les réactions négatives que suscite la publication des résultats des élections chez certains Jordaniens21 et en Occident. Le "danger" islamiste qui effraie tant les uns et les autres n’en est pas un selon le roi, ce n’est même pas une "opposition" : " it is more like a participation in the decision-making process"22. Quelles sont donc les perspectives de la "nouvelle donne" politique, issue des élections, dont cette dernière phrase du roi nous offre un avant-goût ? La première impression "d’échec" personnel du souverain hachémite résiste-t-elle à un examen plus minutieux de la situation ?

33Le roi espérait une victoire massive des candidats "loyalistes" qui auraient pu dès lors contrôler le Conseil des Députés. Les élections devaient donc permettre d’apporter une "couleur" démocratique à la Jordanie, visible par tous, mais qui n’aurait été en fait qu’une simple apparence, le pouvoir législatif restant, par députés loyalistes interposés, entre les mains du Palais. Le scénario était presque parfait. Pourtant, il sous-estimait l’ampleur des changements dont la Jordanie était en train de faire la dure expérience : une structure tribale, bien que toujours présente dans la société, secouée par des crises internes et en pleine transformation ; des populations sans réelle perspective d’avenir, en totale désillusion ; une perte de confiance dans les dirigeants et les responsables politiques ; l’impasse de la question palestinienne…Une seule force semblait épargnée par la tourmente : les islamistes, qui ne peuvent que tirer profit de cette situation dans la mesure où ils représentent, par les solutions qu’ils proposent pour résoudre les problèmes de la Jordanie, par l’espoir qu’ils suscitent, par les référents qu’ils emploient, une alternative séduisante et parviennent à mobiliser autour d’eux les mécontents, les laissés-pour-compte, les oubliés de la croissance, les "égarés" culturellement et intellectuellement, les "non-intégrés" et les "non-intégrables", etc. c’est-à-dire tous ceux qui peuvent un jour, comme cela c’est déjà produit en avril 1989, recourir à la force, à la violence ou à d’autres moyens pour tenter de mettre fin à la situation présente, pour faire voler en éclats le statu quo politique. La victoire des islamistes n’est donc pas, dans ce contexte précis, quelque chose de surprenant.

  • 23 A tel point que certains observateurs pensent que les élections n’avaient pour unique but que celu (...)

34Si le roi est si serein au lendemain des élections, malgré l’affolement de certains Jordaniens, en particulier des grandes familles chrétiennes qui craignent que l’influence des islamistes au Parlement remette en cause leur position privilégiée (dans tous les sens du terme) dans la société jordanienne, c’est sûrement parce qu’il a conscience des avantages qu’il peut tirer de cette situation. En effet, en permettant à ces islamistes, si populaires parmi les populations "à risque" du Royaume, de s’exprimer dans le cadre d’une institution officielle, légale, il offre ainsi à ces populations une occasion inespérée de s’intégrer, d’avoir une place dans la société par l’intermédiaire de ces porte-paroles très motivés que sont les députés islamistes. En acceptant de jouer la carte de la légalité, les uns et les autres assurent au roi un gage de "bonne conduite", voire même d’allégeance dans la mesure où ils ne contestent en aucun cas sa légitimité ni sa position à la tête de l’Etat jordanien23.

35Mais, par ailleurs, le roi ne peut permettre qu’un courant comme celui des islamistes soit trop influent, même s’ils se sont rarement manifestés en tant qu’opposants. Par précaution tout d’abord, il doit "assurer ses arrières", car ceux dont il dit qu’ils ne sont pas une "opposition" peuvent très bien changer d’attitude à son encontre et devenir… une véritable force d’opposition. En outre, il ne peut pas non plus prendre le risque de provoquer le mécontentement des "loyalistes" (parmi la population en général mais aussi parmi les députés) dont certains n’ont pas apprécié la composition du nouveau Conseil des Députés et n’aimeraient assurément pas voir le roi se tourner vers d’autres qu’eux. Et puis il ne faut pas oublier que dès la communication des résultats, l’Occident s’est inquiété et a eu beaucoup de difficulté à comprendre que ce petit pays si calme, si tolérant, qu’il soutient économiquement et politiquement, soit soudain tombé entre les mains de "barbus enturbannés" et cela, comble du comble, non pas par une révolution islamique comme en Iran mais par la voie démocratique des élections.

36Sachant qu’islamistes et laïcs de gauche et nationalistes arabes ont peu de chance de s’entendre dans les circonstances post-électorales, et que pour appliquer efficacement la célèbre maxime politique "diviser pour régner", les adversaires doivent être de même force, le roi prend donc la décision de contre-balancer le courant religieux islamiste par un pôle laïc que seule l’opposition progressiste, c’est-à-dire la gauche et les nationalistes arabes, peut représenter, le résultat de cette "manœuvre" étant la neutralisation des deux adversaires. Il n’a d’autre solution que de favoriser le retour de ce pôle laïc. Mais étant donné l’état de délabrement dans lequel se trouvent ces mouvements, le roi doit les aider à se reconstituer, à reprendre quelque force en prenant des mesures de libéralisation politique dont la plus significative à cet égard est l’autorisation des partis politiques. Ces mouvements ne pourront dès lors plus utiliser l’argument maintes fois entendu qui consiste à expliquer le succès islamiste par les libertés exceptionnelles dont jouissent les islamistes en Jordanie.

  • 24 Cf. par exemple COLOMBE Marcel Orient arabe et non-engagement Publications Orientalistes de France (...)

37Mais deux précautions valant mieux qu’une, et pour éviter de retrouver la situation des années 195024 au cours desquelles le pluralisme politique et la politisation de la société avaient provoqué de graves crises internes et abouti en 1957 à l’interdiction de tous les partis politiques, le roi évoque à nouveau, dès le lendemain des élections, un "vieux" projet, qui, dans les circonstances post-électorales, lui tient particulièrement à cœur, à savoir celui de la rédaction d’une Charte Nationale qui servira, entre autres, de "cadre légal à la formation des partis politiques". Cette tâche incombera à une commission de soixante membres, nommés par le roi, et le projet une fois achevé sera soumis au peuple jordanien par voie de référendum. De la désignation des membres de la commission à l’épreuve finale de la consultation populaire, le roi aura donc tout le loisir de contrôler les différentes étapes et d’éviter d’éventuels débordements.

38Il faut remarquer que le roi dispose, dans l’hypothèse où une certaine opposition viendrait à se constituer, d’un atout non négligeable : la Constitution, qui fait du "Sénat" l’instance décisive au sein du pouvoir legislatif. Un éventuel projet de loi "gênant", accepté par le Conseil des Députés, pourra toujours être refusé par le Conseil des Notables qui sont, ne l’oublions pas, nommés par le roi qui ne choisira certainement pas des personnalités trop contestataires mais, c’est évident, plutôt des "loyalistes" inconditionnels.

39Sur le plan régional, le processus de démocratisation, lancé par le roi avec l’organisation des élections législatives et enrichi des promesses de mesures de libéralisation, comme l’abrogation de la loi martiale par exemple, peut, s’il se confirme, faire de la Jordanie l’un des rares pays "démocratiques" dans cette partie du monde. Il peut faire des émules dans les Etats arabes environnants ; il embarrasse d’ores et déjà Israël, qui se targue d’être la seule démocratie de la région et ne cesse de répéter à qui veut l’entendre que la démocratisation du régime jordanien est un véritable danger.

40Dans ces conditions, pourquoi le roi Hussein n’aurait-il pas le droit d’être serein ?

Notes

1 Quelques plaintes ont été déposées par des candidats dans certaines circonscriptions : des électeurs auraient voté sans avoir de carte électorale.

2 Voir en annexe les différents taux de participation

3 Cette réflexion nous a souvent été faite lors de nos deux séjours, mais plus particulièrement en avril.

4 Entretien avec un membre du Conseil des Notables, ancien ministre et membre de la commission chargée de la rédaction de la Charte Nationale.

5 "Fundamentalists, supporters, take lion’s share of seats" Jordan Times du 11-11-1989.

6 En Arabe "Dar al Qur’an" ; Leith Shbeilat, islamiste "moderniste" est l’un de ces deux députés ; il se définit lui-même plutôt comme un islamiste indépendant.

7 Voir en annexe le "palmarès" des vainqueurs selon le nombre de voix et par pourcentage.

8 Le Jordan Times utilise le terme "tribalist".

9 Le PCJ est en fait, à l’origine, une formation palestinienne. Pendant la deuxième guerre mondiale, les vives tensions qui opposent les membres juifs et arabes du Parti Communiste Palestinien obligent une partie de ces derniers à former un mouvement indépendant, basé après la création d’Israël en Cis-jordanie. L’annexion de la rive occidentale du Jourdain par la Jordanie et la prise de conscience par ces communistes palestiniens de l’impossibilité d’un réglement rapide de la question palestinienne font que la "Ligue de la Libération Nationale en Palestine" prend le nom de Parti Communiste Jordanien. "Le PC Jordanien" in Fiches du Monde Arabe. n°736,30-08-1977, Beyrouth/Nicosie.

10 Un candidat chrétien de la circonscription de Zarqa, le docteur Munib Al Wirr, qui a quant à lui échoué aux élections, était surnommé ironiquement "Cheikh Munib" en raison du soutien que lui témoignaient les candidats islamistes.

11 Voir en annexe, les résultats obtenus par ces candidates ainsi que leur "palmarès".

12 Déclaration de Asma Khader, avocate et spécialiste des droits de l’homme et…de la femme, in Jordan Times du 14-11-1989.

13 Sur les partis politiques dans le Monde arabo-musulman, voir BADIE Bertrand, "Analyse des partis politiques en monde musulman ; la crise des paradigmes universels" in MENY(Y) et alii. Hommage à Georges 1avau, FNSP, Paris 1990.

14 C'est-à-dire le drapeau.

15 C’est l’un des slogans les plus utilisés par les Frères Musulmans au cours de la campagne.

16 Ce petit nombre indique un certain déclin de l’ancienne puissance mandataire.

17 Cf. supra, à propos des débats parlementaires sur la loi électorale de 1986.

18 Discussions avec des Palestiniens du camp de réfugiés de Baqaa, hommes et femmes d’âges différents ; certains Palestiniens, parfaitement intégrés semble-t-il dans la population d’origine transjordanienne, tiennent un discours identique.

19 Cette remise en cause est une réalité depuis longtemps dans certains camps de réfugies palestiniens, comme celui de Baqaa par exemple.

20 Jordan Times du 11-11-1989.

21 En particulier dans les milieux aisés, chrétiens et musulmans, qui généralement ignorent tout des conditions de vie qui existent dans les quartiers populaires.

22 Jordan Times du 11-11-1989.

23 A tel point que certains observateurs pensent que les élections n’avaient pour unique but que celui-ci.

24 Cf. par exemple COLOMBE Marcel Orient arabe et non-engagement Publications Orientalistes de France Paris 1973. ALEM Jean-Pierre Le Proche-Orient Arabe. Que sais-je ? PUF, Paris 1982. ARURI (NH) Jordan, a study in Political Development 1921-1965. M Nijhof, The Hague, 1972.

© Presses de l’Ifpo, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search