Version classiqueVersion mobile

Jordanie : les élections législatives du 8 novembre 1989

 | 
Pascaline Eury

Deuxième partie : les élections législatives du 8 novembre 1989

Texte intégral

1L’annonce des élections législatives générales de novembre 1989, les premières depuis avril 1967, provoque des réactions diverses au sein de la population jordanienne : entre l’espoir d’une démocratisation du régime et le scepticisme fataliste, toutes les nuances sont permises. La Jordanie va-t-elle renouer, avec les principes de sa Constitution en élisant ses représentants, détenteurs du pouvoir législatif, conformément à la loi électorale de 1986 et aux amendements apportés en avril et juillet 1989 ? Dans quelles conditions la campagne électorale va-t-elle se dérouler ? Quels sont les enjeux de ces élections ?

I. LES ENJEUX

2Les événements d’avril 1989 nécessitent une réponse rapide de la part du pouvoir. L’appel à la démocratisation du régime jordanien et la soif de liberté exprimés pendant les émeutes par les plus fidèles soutiens du roi font figure de défi. La dynastie hachémite est habituée depuis longtemps à subir des épreuves, qu’elles proviennent de l’intérieur du pays comme de l’extérieur. Le quasi monopole du politique, concentré entre les mains d’un petit nombre de personnes, a pu se maintenir jusqu’à présent car la moindre aspiration démocratique a été ignorée, voire parfois étouffée, sous prétexte de menace et d’ingérence étrangères, comme dans les années 1950 et 1960 (l’Egypte nassérienne et la Syrie baathiste en sont indiscutablement deux incarnations non négligeables) ou bien encore de menace intérieure comme en 1970 lors de la crise jordano-palestinienne. Mais la crise d’avril 1989, nous l’avons vu, est d’une toute autre nature et cette fois-ci, le pouvoir peut difficilement se dérober.

3Est-ce à dire que les élections qui vont se dérouler le 8 novembre 1989 ont été "arrachées" au roi par la pression populaire et qu’elles sont, par conséquent, la preuve d’une certaine faiblesse ou l’expression d’une impuissance de la part du souverain hachémite ? Cette éventualité semble peu probable étant donné l’expérience et l’intelligence du roi Hussein qui en font l’un des chefs d’Etat les plus respectés dans le monde entier.

  • 1 DUCLOS Louis-Jean, "Les élections législatives en Jordanie 8/11/1989" in Maghreb-Machrek Monde Ara (...)

4Les élections législatives présentent en effet au moins deux avantages. En entraînant son peuple dans l’"aventure" démocratique, le roi offre ainsi un "divertissement", inédit pour une grande partie des Jordaniens, qui peut faire oublier, temporairement bien sûr, les difficultés de la vie quotidienne et la morosité d’une vie politique sans surprise1. Comment ne pas se sentir emporté par le tourbillon des préparations pré-électorales lorsque le simple concept d’"élections législatives" n’est qu’un souvenir, vécu ou rapporté ? Le second avantage que procure l’organisation des élections est, à long terme et sous réserve d’erreur d’appréciation, beaucoup plus important et "payant" en théorie. En ayant pris l’initiative de ces élections, le roi apparaît -ou espère apparaître- comme l’acteur principal du processus de démocratisation. Cette réponse positive aux aspirations à la liberté et à la participation politique implique -ou devrait impliquer- en retour la confiance et le soutien retrouvés des populations du sud. L’opération peut donc être très fructueuse pour un souverain qui a vu en quelques jours son image plus ou moins ternie et l’allégeance qui lui était accordée par ses plus fidèles sujets s’effriter sous les effets de la pauvreté et de la crise économique. Tel est du moins ce qui ressort des différentes estimations concernant les résultats des élections législatives. L’écrasante majorité des sièges (60 à 65), d’après ces estimations, doit revenir aux "loyalistes", soutiens du régime, c’est-à-dire les indépendants et les membres des tribus. Les islamistes, et plus particulièrement les Frères Musulmans, sont crédités d’un nombre non négligeable de sièges (10 à 20). Quant à la gauche, très divisée, elle n’obtiendrait qu’une dizaine de sièges.

  • 2 Jordan Times du 08-10-1989.

5Le roi n’a apparemment rien à craindre de ces élections, bien au contraire, puisque, s’il se fie à ces estimations, il devrait en sortir renforcer dans sa position et dans sa légitimité. Il prend cependant la précaution de prévenir ses sujets contre les dangers de l’extrémisme religieux dans un discours radio-télévisé2, le 7 octobre avant même le début de la campagne électorale. Mélanger la religion à la politique conduit à une situation extrême telle qu’en connaît le Liban, dit-il en substance. Il s’en prend aux prédicateurs islamistes qui s’intéressent plus, selon lui, à la manière dont s’habillent les femmes qu’à leur rôle dans la famille et la société :

6"They have forgotten that Islam is the religion of ethics and values which curb all animal instincts in both men and women and that Islam is the religion of action and production that cannot accept the crippling of half the society or concede on its lofty perspectives on our mothers, sisters and daughters" [...]"Our religion is the religion of forgiveness and moderation. It is the religion of mercy..."

  • 3 Jordan Times du 23-10-1989.

7De même, le 20 octobre, lors d’une interview pour la BBC3, il exprime une fermeté semblable vis-à-vis de l’extrémisme religieux, tout en promettant des élections totalement libres :

"All Jordanians have the same rights, duties and responsabilities, and there is no differentiation between one Jordanian and another".

8Répondant à une question concernant le rôle des islamistes jordaniens dans les prochaines élections, le roi Hussein dit :

"Religion should not be an avenue to power or to anything else. Jordan is an islamic state, but we live in the state as one family consisting of Muslims and Christians and will not compromise our national unity."

  • 4 FILIU Jean-Pierre, communication sur les Frères Musulmans en Jordanie, réunion de l’AFEMAM du 09-0 (...)

9Le roi Hussein a en effet conscience du fait que la liberté laissée depuis toujours (c’est-à-dire depuis 1946, date de l’apparition du mouvement des Frères Musulmans en Jordanie) aux islamistes, qui font figure depuis quelque temps d’"opposition de Sa Majesté"4 peut influencer le résultat des élections législatives qui sont pour lui un véritable plan de "reconquête" de l’allégeance et du soutien du peuple jordanien et surtout de ses "fiefs" du sud.

II. LA CAMPAGNE ELECTORALE

l. Une certaine liberté

  • 5 Entretien avec ce député, avril 1990.

10La non-application du paragraphe E de l’article 18 de la loi électorale n’est pas le seul geste de bonne volonté que concède le pouvoir pour aviver les espoirs de démocratisation exprimés par le peuple jordanien et l’inciter à participer au jeu nouveau de la démocratie. Quelques semaines seulement avant le début de la campagne électorale, des prisonniers politiques sont libérés, certains d’entre eux s’avérant de futurs candidats à la députation et un climat de relative liberté semble régner en Jordanie. L’un des députés de l’actuel Parlement, qui a passé 12 ans de sa vie dans les geôles jordaniennes, reconnaît avoir vécu caché jusqu’au début du mois de septembre 19895.

  • 6 La non-application du paragraphe E de l’article 18 en est l’exemple le plus significatif.
  • 7 Interview du Ministre de l’Intérieur, M. Salem Masa’deh, "Un code de bonne conduite", Le Jourdain, (...)

11De même, le pouvoir fait preuve d’une relative souplesse vis-à-vis de la loi électorale6. La campagne électorale effective n’aurait dû commencer que le 17 octobre, c’est-à-dire après l’examen et l’acceptation des candidatures par l’administration jordanienne, ce qui est, somme toute, plus logique. Or, dès le 14 octobre, date du début des dépôts de candidatures et de la campagne officielle, calicots, tracts et cartes de visite se multiplient. Cette "entorse" à la loi électorale est parfaitement autorisée par le pouvoir. Il est vrai que 25 jours de campagne officielle, conformément aux dispositions de la loi, pour réamorcer "un processus de vie démocratique en sommeil depuis 22 ans"7 paraissent insuffisants aux nombreux candidats qui se lancent dans ce qui est une véritable compétition électorale. La concurrence est, dans certaines circonscriptions, très âpre. A Amman (qui représente 6 circonscriptions), 211 candidats se disputent 21 sièges (dont 25 candidats pour deux sièges chrétiens et 14 circassiens pour deux autres sièges réservés à cette minorité) ; à Kérak, 64 candidats sont en lice pour neuf sièges (neuf candidats chrétiens pour deux sièges).

2. Deux préoccupations

  • 8 Le Jourdin, op.cit.
  • 9 Jordan Times du 05-09-1989.

12La préparation des élections soulève les passions des Jordaniens, peu habitués aux jeux et aux mises en scène de la campagne électorale. Pourtant, ceux qui sont inscrits sur les listes électorales sont peu nombreux à être en possession de leur carte d’électeur. Deux semaines avant le jour J des élections, 20 % seulement des cartes ont été retirées auprès des administrations locales. Le 16 octobre, 554 371 personnes sur 1 019 501 inscrits ont accompli toutes les formalités nécessaires à leur participation au scrutin du 8 novembre8. Une campagne d’information sur la nécessité de la carte électorale est conduite par le ministère de l’Intérieur afin de sensibiliser les Jordaniens à ce problème, ce qui aboutit à une augmentation sensible des chiffres. Le 8 novembre, 876 693 personnes ont retiré leur carte électorale, soit 86 % de l’ensemble des électeurs inscrits. En outre, les autorités décident de ne pas appliquer à la lettre les dispositions concernant les cartes électorales : La présence d’une photographie, obligatoire conformément à la loi, ne l’est plus pour ne pas poser de difficultés aux citoyens jordaniens qui habitent des endroits très isolés. Mais ceux-ci devront apporter le jour du scrutin une pièce d’identité officielle sur laquelle figurera nécessairement une photographie, cette mesure visant à éviter toute tentative de fraude9.

  • 10 Voir en annexe le détail de la répartition des sièges selon les circonscriptions et les "communaut (...)
  • 11 Jordan Times du 14-10-1989.

13Un autre problème inquiète les autorités. Le mode de scrutin, plurinominal à un tour, est rendu complexe par les dispositions de la loi électorale concernant la représentation des minorités. Le schéma est le suivant : dans une circonscription donnée, la loi alloue un certain nombre de sièges aux musulmans arabes, et éventuellement, selon l’importance démographique des minorités religieuse et ethnique dans cette circonscription, aux chrétiens et aux Circassiens. Ainsi, la circonscription de Zarqa doit élire quatre députés musulmans arabes, un chrétien et un Circassien ; la circonscription de Kérak, sept musulmans arabes et deux chrétiens ; la circonscription de Tafileh, trois musulmans arabes seulement10. Chaque électeur, dans sa circonscription, doit donc voter pour autant de candidats arabes musulmans qu’il y a de sièges pour les musulmans arabes, et pareillement s’il y a des sièges réservés à des chrétiens et à des Circassiens. L’électeur à Zarqa devra donc mentionner les noms de quatre candidats musulmans arabes, celui d’un candidat chrétien et celui d’un candidat circassien ; à Kérak, il lui faudra voter pour sept musulmans arabes et deux chrétiens ; à Tafileh, il n’aura qu’à choisir trois candidats musulmans arabes. Ce mode de scrutin, simple quand il est explicité, est un véritable "casse-tête" pour la plupart des Jordaniens qui pensent qu’ils ne devront voter que pour les candidats de leur religion ou de leur ethnie, ou bien même qu’ils ne devront choisir qu’un seul candidat. Des personnes travaillant pour des candidats chrétiens ont demandé dès le 14 octobre à la presse jordanienne d’expliquer dans leurs colonnes les subtilités du mode scrutin afin d’éviter toute déperdition de voix11. La tâche du gouvernement est donc d’une ampleur et d’une importance particulière. Toute la question est de savoir si les différentes campagnes d’information porteront leurs fruits.

3. Les candidats

  • 12 Jordan Times du 05-O9-1989.
  • 13 Le Jourdain, op.cit.
  • 14 Jordan Times du 16-10-1989.
  • 15 A propos des candidatures refusées, certaines l’auraient cependant été pour des raisons politiques (...)

14Au début du mois de septembre, alors que les Jordaniens se préparent déjà pour les prochaines élections, la presse annonce que 1 000 à 2 000 personnes se porteront candidates12 ! En fait, le chiffre définitif est beaucoup moins important. Le 8 novembre, 652 candidats entrent en lice et se disputent les 80 sièges du Conseil des Députés. Sur les 662 dossiers fournis aux huit gouvernorats du royaume, seuls sept ont été écartés pour "vice de procédure". Trois candidats appartenant à des tribus faisant partie des "circonscriptions bédouines" se sont vu refuser le droit de se présenter hors des régions où vivent leurs communautés d’origine. Il s’agit de Mashour Haditha, de Naïf Khreishat et de Terad Al Qadi. "En tant que bédouins, ils ne peuvent prétendre à un siège hors des circonscriptions qui leur sont réservées. Même s’ils sont nés, habitent ou travaillent à Amman ou Irbid13". Le recours qu’ils ont présenté devant la Cour d’Appel ne servira à rien. Soutenus par certains hommes de loi, ils ont essayé de faire prévaloir la Constitution (l’article 6 affirme l’égalité de tous les Jordaniens "devant la loi en droit et en devoir, quelles que soient entre eux les différences de race, de langue ou de religion") sur la loi électorale (qui assigne un certain nombre de sièges aux Circassiens, aux chrétiens et aux bédouins et empêchent les citoyens appartenant à ces trois catégories de se présenter pour d’autres sièges), mais sans succés14. Trois autres candidats ont dû abandonner la compétition parce qu’ils ne remplissaient pas certaines conditions de la loi électorale. En effet, ils ne possédaient pas la nationalité jordanienne depuis au moins 10 ans ou possédaient une double nationalité. Enfin, une autre personne a vu sa candidature rejetée en raison de son passé judiciaire (crime non politique). Trois autres candidats ont choisi de se retirer. Aucune candidature n’a donc été rejetée pour des motifs purement politiques15, ce qui est un bon présage pour les élections à venir.

Les "loyalistes"

  • 16 Cf. infra.

15Le groupe de candidats qui est très important numériquement, celui pour lequel le régime espère une victoire massive conformément aux estimations avancées, est celui qui est désigné par le terme générique d’"indépendant" ou bien encore de "traditionaliste", ce qui sous-entend un loyalisme à toute épreuve. Il réunit en fait les chefs des tribus, ou les personnes liées aux tribus, ainsi que tous ceux qui gravitent ou ont gravité autour du pouvoir, à savoir les anciens ministres, les officiels locaux, les ambassadeurs, les hommes d’affaires, les militaires, etc. Ces candidats comptent entre autres sur leur rang, le prestige de leurs fonctions, leur poids économique, l’influence de leur famille, pour remporter les élections. Ainsi certains candidats appartenant à de grandes familles très influentes, qui résidaient à l’étranger, sont rentrés en Jordanie quelques jours seulement avant le début de la campagne. Mais rien n’est simple en Jordanie, dans le contexte très particulier de cette année 1989. Les candidats qui appartenaient au dernier gouvernement de Zayd Rifaï doivent s’en désolidariser s’ils veulent obtenir le soutien de populations qui, quelques mois auparavant s’étaient révoltées en réaction contre ce même gouvernement. La tâche n’est pas moins aisée pour les membres des tribus où régnent tensions et divisions16.

La gauche et les nationalistes arabes

  • 17 Entretien avec l’un des membres de cette "coalition".

16La non application du paragraphe E de l’article 18 de la loi électorale de 1986 permet à des candidats connus pour leurs sympathies politiques de gauche, voire même pour un certain activisme, de se présenter aux élections sans être inquiétés. Mais 32 ans d’interdiction (36 pour le parti communiste, interdit par la promulgation en décembre 1953 de la loi 91 dite de "lutte contre le communisme") ont quelque peu émoussé la mobilisation populaire des partis dits "de gauche" (PCJ mais aussi organisations palestiniennes de tendance marxiste) qui n’ont d’ailleurs jamais bénéficié du soutien d’une réelle "base" en Jordanie. Des Baathistes notoires, de tendance irakienne ou syrienne, des nationalistes arabes indépendants (panarabistes) participent aussi à ces élections. Mais la division est la caractéristique principale de la campagne électorale de ces candidats, même si quelques exceptions, comme par exemple à Kérak où un "bloc" est créé et regroupe cinq candidats nationalistes ou de gauche17, sont là pour confirmer la règle. Ces candidats comptent en général sur leur "statut" d’opposants pour mobiliser autour d’eux les Jordaniens mécontents de leurs conditions de vie et frustrés depuis de longues années par le manque de liberté et de participation politique. Des candidats se réclamant d’une opposition dite "réformiste" (Rassemblement Démocratique Unitaire) participent également à la compétition électorale.

Les islamistes

17Les islamistes connaissent une situation très différente de celle des candidats de gauche ou des nationalistes. Il est vrai que certains d’entre eux, plus radicaux, ont aussi subi les "foudres" du régime. Le Cheikh Abdelmoneim Abou Zant, par exemple, qui appartient à la tendance "dure" des Frères Musulmans a été interdit de prêche par le gouvernement. Les enregistrements de ses discours sont très prisés dans les quartiers pauvres d’Amman (en particulier dans les zones à dominance palestinienne et dans les camps de réfugiés). Quant au Cheikh Ahmad Koufahi, qui appartient aussi à la Confrérie, il a été arrété en février 1989 pour avoir appelé au rétablissement du Califat. Ces quelques exceptions ne sauraient faire oublier l’attitude très "loyaliste" des islamistes, qu’ils soient Frères Musulmans ou indépendants, en particulier jusqu’en 1985. La position plus critique à l’égard du pouvoir qu’ils adoptent après la réconciliation jordano-syrienne fait des islamistes "l’opposition de Sa Majesté". Quoi qu’il en soit, les restrictions et la répression exercées sur certains membres de la confrérie sont habilement utilisées, à des fins électorales, comme le font les candidats de gauche, pour tenter de mettre l’accent sur leur éventuel statut d’opposants. Les islamistes, et plus particulièrement les Frères Musulmans, seule formation jordanienne unie et organisée (la Confrérie présente officiellement 26 candidats mais en soutient beaucoup d’autres) sont très soucieux de leur image de marque. Ils n’apprécient guère les accusations d’extrémisme et de violence qui sont portées contre eux.

"The way that the media are portraying Islam is very far from the reality of our religion".

  • 18 Jordan Times du 22-10-1989.

18L’extrémisme et la violence se sont pas le propre des Frères Musulmans mais de certaines personnes très isolées, disent les candidats appartenant à la Confrérie. En fait, selon un candidat Frère Musulman, les membres de la Confrérie sont accusés injustement puisqu’au contraire, ce sont eux qui sont "les victimes de la violence et de l’extrémisme exercés à leur encontre par les différents régimes"18.

19L’attitude neutre que les candidats islamistes adoptent lors de l’"affaire Toujane Fayçal" illustre parfaitement cette volonté d’offrir une image plus tolérante aux futurs électeurs, même si, par ailleurs, certains de ces candidats s’autorisent parfois quelques écarts de langage.

Les femmes candidates

  • 19 Jordan Times du 29-10-1989.

20Douze femmes entrent en lice pour la première fois dans l’histoire parlementaire de la Jordanie. La plus célèbre d’entre elles -mais elle se serait sûrement passé de cette célébrité- est Toujane Fayçal, journaliste et présentatrice de l’émission télévisée "Affaires de femmes" (elle a abandonné ses fonctions à la T.V. au mois de mai 1989 quand il lui a été interdit d’enregistrer une émission sur la polygamie), candidate pour le siège circassien de la circonscription d’Amman V. Le 28 octobre marque le début d’une "mini-affaire Rushdie au féminin". Toujane Fayçal, auteur d’un article paru le 21 septembre dans le quotidien Al-Raï qui a pour titre "They curse us and we elect them"19 et qui est en fait une réponse à certains écrits islamistes sur le rôle des femmes dans la société, est accusée d’apostasie et d’athéisme par deux sympathisants islamistes. Le tribunal islamique qui doit juger l’affaire mais qui n’est pas persuadé d’avoir la compétence nécessaire pour le faire, doit prononcer son verdict le 9 novembre, soit le lendemain des élections. Les deux islamistes demandent de prononcer son divorce, de la séparer de ses trois enfants, de la déclarer incompétente, de garantir l’immunité à quiconque répandra son sang, de lui confisquer tous ses droits, de lui interdire d’écrire et enfin, d’interdire à la presse d’évoquer l’affaire.

21Toujane Fayçal qui se considère comme une bonne musulmane, se défend d’avoir jamais porté atteinte à l’Islam :

"These extremists want to stop woman’s advancement. They are trying to make an example out of me and to hursh the voices who can contradict them".

22Des menaces par téléphone s’ajoutent à des visites de militants "barbus" qui l’insultent et lui dénient le droit d’obtenir un poste de responsabilités officielles. Selon Toujane Fayçal, le but de ces personnes est avant tout politique :

"The charges are, in my opinion, political rather than Islamic because they waited over one month until the elections and my candidacy to even raise the issue... even at that the charges that are cited against me are based on excerpts taken out of context from the article. [...] I am a moslem and I say that God is one and Mohammad is the Prophet of God. So they have no ground for their case in Islam because only God can judge if a person is sincere".

23Les deux sympathisants islamistes ont déclaré devant la Cour que les femmes ne devraient pas être autorisées à faire partie du Parlement et que tous les hommes qui soutiendraient les droits des femmes devraient aussi être punis.

24Cette "affaire Toujane Fayçal", qui constitue le seul incident important de la campagne électorale, embarrasse les islamistes et plus particulièrement les candidats Frères Musulmans.

  • 20 Interview de Zayd Abou Ghanimeh, candidat des Frères Musulmans, rapportée par le Jordan Times du 3 (...)

"This is a piece of theatrics to give a bad image to the Islamic movement. [...] We believe the case is not only against Mrs Toujan but also against us. We have no relation with this problem."20

  • 21 Op.cit.
  • 22 Jordan Times du 04-11-1989.

25Les candidats islamistes, refusant de condamner les deux plaignants, décident alors d’adopter une position intermédiaire ("We don’t agree with the case, we don’t disagree with it"21). En revanche, de nombreux candidats non-islamistes soutiennent Toujane Fayçal. L’un d’entre eux, candidat à Amman III, dénonce ce qu’il considère comme étant "une tentative d’étouffer le mouvement des femmes en Jordanie". Des professeurs d’université, des journalistes, des organisations de femmes, comme beaucoup de membres de l’Association des avocats, sont derrière elle. Une pétition, signée par 500 personnes, est remise au roi Hussein. Les charges contre Toujane Fayçal sont une "intellectual and psychological intimidation which will reflect badly on Jordan’s image and on the democratic atmosphere for the elections". Finalement, le Tribunal islamique refusera le 3 novembre toutes les charges dont Toujane Fayçal faisait l’objet22.

26Si l’"affaire Toujane Fayçal" est un cas extrême, il n’est cependant pas rare d’entendre tout au long de la campagne électorale des électeurs comme des candidats proférer des propos peu favorables à la participation politique des femmes et limitant leur rôle dans la société : la voix d’une femme devrait compter pour moitié de celle d’un homme ; sa vraie place est au foyer etc. L’un des candidats islamistes, le docteur Ali Hawamdeh par exemple, n’hésite pas à dire devant une foule d’environ 600 hommes et 40 femmes :

"I announce here today that women should stay at home waiting for their husbands or their future bridegrooms, supported financially by their fathers, and unemployed men should take their jobs. [... ] It is unacceptable that men remain at home unemployed while women go out and work. [...] This is the perfect day to solve the problem of unemployment."

27Lors d’un débat public, ce même candidat va jusqu’à condamner la possibilité d’une représentation féminine au Parlement.

28Sur les douze femmes candidates, sept se présentent à Amman. Elles viennent d’horizons divers, deux d’entre elles sont avocates, l’une est dentiste, une autre écrivain ; l’unique conductrice de taxi du royaume se porte elle aussi candidate. Vouloir se présenter à des élections pour une femme est beaucoup plus difficile, selon elles, que pour un homme.

  • 23 Interview de Janet Moufti, ex-membre du Conseil National consultatif et candidate au siège circass (...)
  • 24 Interview de Houda Fakhouri, dentiste et candidate à Salt (circonscription de Balqa), op. cit.

"L’absence de vie parlementaire depuis 22 ans et les ambitions des hommes, qui trouvent l’occasion de se manifester, laissent peu de place aux femmes. Sans oublier les problèmes d’argent : peu de femmes peuvent faire campagne sans que leurs maris ne les financent".23
"Manque de confiance et dépendance jouent contre nous. Pour se présenter, il faut une forte personnalité, être bien informée. Les hommes devraient d’ailleurs posséder les mêmes qualités. Mais il leur suffit d’être soutenus par la famille ou la tribu pour se présenter aux élections".24

29Les revendications exprimées par les douze candidates sont très précises : égalité avec les hommes au regard de la loi civile et pénale ; droit au travail, au divorce etc. L’importance de ces problèmes n’a pas échappé à certains candidats masculins qui n’ont pas manqué de faire entrer dans leur programme et leur discours des idées semblables, appelant leurs "mères, sœurs et filles" à accomplir leur devoir de citoyennes. Reste à savoir si les femmes jordaniennes, qui constituent plus de la moitié de l’électorat, ont les mêmes préoccupations que les candidates et si elles se laisseront convaincre par leur "programme".

Les Palestiniens

  • 25 Voir la déclaration qu’il a faite le 31 juillet 1988 à ce sujet après la rupture des liens adminis (...)
  • 26 Déclaration de l’OLP in Jordan Times du 02/03-11-1989.

30Beaucoup plus importante que le vote des femmes et la prestation des candidates aux élections législatives, l’attitude des populations palestiniennes face à ce scrutin est l’objet de toutes les attentions car elle renvoie directement au problème de l’identité jordanienne. Le roi lui-même n’insiste-t-il pas à plusieurs reprises25 sur l’unité des citoyens jordaniens, quelle que soit leur origine, afin de surmonter le clivage Palestiniens/Transjordaniens ? Nous avons déjà évoqué la grande discrétion des populations palestiniennes lors des événements d’avril 1989. Les élections législatives sont l’occasion pour l’OLP26 de faire preuve une nouvelle fois d’une certaine neutralité dans la mesure où elle considère que ces élections ne relèvent que de la politique intérieure de la Jordanie. Il n’est donc pas question pour des Palestiniens responsables de formations politiques de se présenter à ces élections en tant que tels. Il est vrai qu’un trop grand nombre de candidatures de Jordaniens d’origine palestinienne validerait l’idée israélienne selon laquelle la Jordanie serait une patrie de substitution pour les Palestiniens.

31Quoi qu’il en soit, l’importance numérique de l’électorat palestinien (il représenterait 30 % des 1 019 501 électeurs inscrits) est une donnée à ne pas oublier et contraste avec le faible pourcentage de candidats d’origine palestinienne (8 %). Son taux de participation aux élections législatives du 8 novembre sera un indicateur de son degré d’assimilation à la population transjordanienne. La position des habitants des onze camps de réfugiés (qui constitueraient 100 000 électeurs potentiels), qui aurait pu représenter un certain "danger" pour le pouvoir, est d’ores et déjà neutralisée par les nouvelles dispositions de la loi électorale, dans la mesure où, comme nous l’avons fait remarquer auparavant, le découpage électoral permet de circonscrire tout vote spécifiquement palestinien.

32La question (les questions ?) palestinienne n’en reste pas moins l’un des enjeux des élections jordaniennes. Tous les candidats sans exception l’ont inscrite à leur programme :

  • 27 Interview d’un futur candidat aux élections, in Jordan Times du 08-10-1989.

"Palestine is not for Palestinians alone. They cannot reserve the privilege of determination to themselves. Palestine belongs to all Arabs and Muslims. We want to liberate all of Palestine and will not accept any other solution".27

33Les candidats d’origine transjordanienne qui ont dans leur circonscription des camps de réfugiés multiplient leurs efforts pour ne pas prendre du retard sur ceux qui ont un poids considérable dans ces zones, à savoir les islamistes. Mais, en privé, certains de ces candidats critiquent la candidature de Jordaniens d’origine palestinienne. Car la "patrie de substitution" à laquelle chacun fait référence est selon eux le danger inévitable qui peut s’abattre sur la Jordanie dans l’hypothèse d’une trop forte présence palestinienne au Parlement. De telle sorte que la décision prise par certains anciens députés de Cisjordanie de se représenter aux élections, mais cette fois dans des circonscriptions jordaniennes, a provoqué des débats très vifs parmi les autres candidats.

  • 28 Nous n’avons pas pour intention de nier les sentiments anti-palestiniens qui existent bel et bien (...)

34La question palestinienne est aussi utilisée d’une façon très démagogique par certains candidats pour troubler les esprits et créer des controverses inutiles. C’est le cas, par exemple, d’un candidat qui, s’adressant à un public visiblement d’origine palestinienne, n’hésite pas à affirmer avec beaucoup d’opportunisme28 que certains candidats pensent que les Jordaniens d’origine palestinienne ne devraient pas avoir le droit de voter.

  • 29 Des entretiens avec des députés des deux origines confirment ce double engagement.

35Les candidats, qu’ils soient d’origine palestinienne ou transjordanienne, adoptent en général une position qui affirme leur engagement pour la Palestine comme pour la Jordanie29. Ainsi ce candidat d’origine transjordanienne :

"I carry my love, endearments and my insistence to liberate Palestine and carry my sincerest allegiance for this dear Arab land in which I was born and where my personality was crystallised, and I do not see a contradiction between these two sentiments".

36Et ce candidat d’origine palestinienne qui dit à propos des années qu’il a passées à Amman :

  • 30 Jordan Times. Op. cit.

"They are an extension of the years which I spent in my village in Palestine. My allegiance to Palestine when it is being discussed and my allegiance to Jordan when it is discussed are not contradictory, and anyone who tries to highlight a contradiction is harming Jordan, Palestine and the Arab world".30

37Il y a par conséquent une certaine volonté, chez la plupart des candidats, de ne pas accentuer les clivages identitaires de la société jordanienne. Notons pour clore ce sujet les propos d’un autre candidat :

  • 31 Op. cit.

"The number of candidates who are originally from this place or that is now only a matter of detail. What is important is that to ensure that Jordan enjoys the support of nationalists and the allegiance of all Jordanians who live on this soil and that Palestine enjoys the support of this country with which it has unique relations which are stronger than any which connect it with any other Arab country".31

4. Les programmes politiques

38L’ensemble des "programmes politiques", si tant est qu’ils puissent être considérés ainsi, est caractérisé par une superbe unanimité qui ne souffre que de rares exceptions. Les mots d’ordre, communs à tous les candidats, tournent autour de trois thèmes : la démocratie, la Palestine, et l’économie :

  • 32 Extrait de l’article du docteur Fahed FANEK (économiste), "Election campaign and the economic cris (...)

"All candidates are for the restoration of democracy, safeguarding of the constitution, public freedoms, a state based on institutions, dependence of the judiciary, organisation of political parties and expression of opinion.
All candidates are for the Palestinian cause, support of the Intifada, and all call for an independent Palestinian state on the Palestinian soil. They are for the national unity and for equal opportunities in jobs and education for all citizens irrespective of their origin.
All candidates want the economic crisis to be solved. They are strongly against unemployment and higher prices. They support subsidies for basic consumer commodities".32

  • 33 LAYNE Linda "Tribesmen as Citizens, Primordial Ties and Democracy in Rural Jordan" in LAYNE (L) et (...)

39D’après une étude concernant les différentes plateformes politiques, publiée par le plus grand quotidien jordanien Al-Raï le 22 octobre 1989, l’Intifada et la question palestinienne sont les sujets les plus abordés par les candidats. Ce n’est pas un hasard dans la mesure où la question palestinienne, comme nous l’avons vu, fait partie de ce que Linda Layne33, reprenant à ce sujet le concept adopté par Donald Stokes, appelle les "enjeux de valence", c’est-à-dire, que cette question peut recueillir l’approbation et le soutien de presque tous les citoyens.

40Les candidats affichant des sensibilités de gauche ou pan-arabes complètent cet éventail de thèmes mobilisateurs par des revendications plus axées sur la liberté d’expression (individuelle mais aussi politique et syndicale). Ils prônent une modification de la loi électorale dont ils contestent les dispositions concernant les sièges réservés aux minoritaires (chrétiens, Circassiens et bédouins) et refusent la dépendance unilatérale de leur pays vis-à-vis de l’Occident qui doit être nécessairement contre-balancée par le développement de relations avec l’URSS et les pays de l’Est.

  • 34 Voir le programme des Frères Musulmans in Al Harakat al Islamiyya fi al Urdun (les mouvements isla (...)
  • 35 "Al Islam huwwa al Hall", c’est-à-dire, l’Islam est la solution, est le slogan-leitmotiv des Frère (...)

41Les Frères Musulmans comme les islamistes indépendants se démarquent des autres candidats en affichant un programme politique plus élaboré et touchant tous les domaines de la vie quotidienne, y compris le domaine moral34. Quelles que soient ces difficultés, il n’y a qu’une seule solution : l’Islam35. Quoi qu’il soit possible de penser de cette vision des choses, il est incontestable qu’elle ne peut que séduire une grande partie de la population jordanienne. L’impact de certains slogans, comme par exemple "la Jordanie ne doit pas rembourser sa dette", sur une population touchée de plein fouet par la crise et la rigueur économiques et ulcérée par des inégalités croissantes, est évident. De même que les slogans enflammés, très proches de ceux de l’organisation islamiste palestinienne Hamas (Jihad pour libérer toute la Palestine de la Méditerranée au Jourdain et application de la Charia en Jordanie) ne peuvent que sensibiliser la population d’origine palestinienne (surtout celle des camps de réfugiés).

42Il est intéressant de noter que, quelles que soient les sympathies politiques d’un candidat, il ne contestera jamais, ni le système monarchique, ni la personne-même du roi.

5. Les méthodes utilisées pour "faire campagne"

  • 36 La presse jordanienne est composée principalement de quatre quotidiens : trois en Arabe (Al Raï. S (...)

43Tous les moyens sont bons pour tenter de toucher le plus d’électeurs possible. Si l’usage de la télévision et de la radio est interdit par la loi électorale, les journaux36 constituent un support électoral peut-être "rentable" mais de toutes façons très coûteux. Notons que la presse s’est réellement mobilisée à l’occasion de ces élections : le Jordan Times par exemple consacre une rubrique quotidienne spéciale intitulée "ELECTIONS ’89 " dans laquelle sont rapportés des anecdotes et des commentaires provenant de candidats et de simples citoyens.

44La loi électorale interdit de coller sur les murs des posters ou des affiches. Mais les municipalités peuvent allouer des emplacements destinés spécifiquement à cet objet. Comme ces quelques emplacements ne suffisent pas, et une loi n’existant que pour être contournée, les Jordaniens sont parvenus à pallier cet obstacle à l’expression de leurs préférences électorales en... écrivant sur les murs des slogans ou des invitations à voter pour tel ou tel candidat.

  • 37 Le Jourdain, op cit. ; remarque : le mansaf est une spécialité culinaire jordanienne.

45Parmi les méthodes les plus utilisées, mais aussi les plus onéreuses, pour faire campagne, les Jordaniens affectionnent particulièrement les pantagruéliques banquets de 50 à 150 mansaf37 ou bien encore les rencontres dans les salons (diwan) prêtés par la famille (élargie) ou les amis des candidats, où il est possible d’écouter (ou parfois simplement d’apercevoir), autour d’une tasse de thé ou du traditionnel café, les candidats de la circonscription s’exprimer sur leur programme électoral.

46Un moyen moins traditionnel et sans aucun doute moins coûteux pour tenter de séduire l’électorat consiste à organiser des meetings et des débats. Les Frères Musulmans, seule formation politique unifiée, organisée et autorisée de longue date, sont les maîtres en la matière et n’utilisent pratiquement que cette méthode (en plus des encarts dans la presse) pour se faire connaître. Dans leurs meetings, qui réunissent jusqu’à 7000 personnes, il n’y a rien de superflu. Un article extrait de la rubrique "ELECTIONS’89" du Jordan Times illustre parfaitement le style de la campagne des Frères Musulmans :

  • 38 MURAD Nermeen, "ELECTIONS’89", in Jordan Times du 18-10-1989.

""We can’t have a part of the country eating sweets while the rest are tasting bitterness ; we want democracy" [...] the crowds were divided into two : a side for women and children, and another for men. There were no softdrink cans distributed to the voters, no tea or coffee, no Kenafeh, nothing but sentences full of ideals, dreams and aspiration"38

  • 39 Lors des meetings des candidats membres du PCJ, les services de renseignements seraient intervenus (...)

47Les candidats appartenant à d’autres tendances politiques ont beaucoup moins de succès lorsqu’ils choisissent cette formule. Un membre du PCJ, par exemple, n’est parvenu à mobiliser que 2 000 personnes39, ce qui est un bon chiffre par rapport à la moyenne qui est généralement de 150 à 200 personnes pour les meetings d’autres candidats.

48D’autres meetings, ayant plus l’apparence de conférences, réunissent parfois à la même tribune des candidats de tendances politiques différentes qui s’expriment chacun leur tour sur leur programme électoral. Mais cette formule n’a généralement que peu de succès et reste bien souvent réservée à une certaine élite.

49Tous les moyens sont bons pour rallier des voix, même les moins "moraux". Propager de fausses rumeurs sur l’abandon d’un candidat génant oblige ce dernier à rétablir la vérité, généralement par voie de presse, c’est-à-dire à un certain coût ; mais de toutes façons, les électeurs sont troublés, ne savent plus que penser et les conséquences de telles rumeurs peuvent être dramatiques pour le candidat-victime. De même, propager la rumeur selon laquelle tel candidat a succombé à une crise cardiaque ne dément pas, bien au contraire, l’idée qu’il n’y a pas de moralité en politique. D’autres candidats ont reçu des menaces de mort provenant d’un concurrent irascible et désireux de l’emporter à tout prix. Dans un autre registre, un candidat à Aqaba a distribué en même temps que ses tracts une petite somme d’argent, pensant avoir trouvé ainsi un argument plus convaincant que son programme politique.

50Certains candidats comptaient sur l’application du paragraphe E de l’article 18 de la loi électorale, qui aurait éliminé bon nombre de candidatures, pour remporter plus facilement les élections. L’étonnante souplesse du régime leur vaut bien des tracas : ils doivent maintenant se concerter pour prendre la grave décision de réduire le nombre de candidats afin de ne pas se géner et laisser dans la compétition ceux qui ont le plus de chances de gagner les élections. Pour en finir avec ces petites anecdotes sur les différentes méthodes possibles et imaginables de faire campagne (la liste est loin d’être exhaustive !), signalons, mais c’est une évidence, que les banderoles, bannières et autres calicots ne résistent guère à l’esprit partisan.

6. Tribalisme et partis politiques

  • 40 LAYNE L.Op.cit.
  • 41 En Arabe, il s’agit du néologisme "’acha’iriyya".

51Linda Layne40, dans son étude sur les élections législatives partielles de 1984, aborde le problème du tribalisme41 et de ses deux alternatives "modernes", l’individualisme méritocratique et les partis politiques.

52Le tribalisme, considéré par une grande partie de l’intelligentsia jordanienne comme un système archaïque qui n’est pas compatible avec la notion d’Etat, est opposé et préféré par cette même intelligentsia à une appartenance politique plus moderne qui comporte deux volets : l’individualisme méritocratique, c’est-à-dire la prévalence du mérite individuel sur l’appartenance tribale ; et les partis politiques.

53Lors des élections partielles de 1984, le tribalisme si décrié était le grand vainqueur. Qu’en sera-t-il le 8 novembre 1989 ? Notons d’ores et déjà que seuls les Frères Musulmans correspondent à l’alternative moderniste/moderne des partis politiques (même s’ils s’en défendent). Car bien que les membres de certaines formations de gauche ou nationalistes aient le droit de participer aux élections, les incertitudes concernant le fameux paragraphe E de l’article 18 de la loi électorale maintenues jusqu’au dernier moment, ainsi que la désorganisation et les profondes divisions qui minent ces différentes formations ne leur permettent pas d’agir en tant que telles. En fait, il semble que la plupart des candidats non-islamistes soient obligés, lors de la campagne électorale, de jouer la carte du tribalisme au sens où l’entend Linda Layne (c’est-à-dire le fait de placer les liens familiaux au-dessus de toute allégeance politique). Nombreux sont les députés, nationalistes ou de gauche, de l’actuel Parlement que nous avons rencontrés qui ont reconnu, presque à contre-cœur parfois, avoir utilisé leur famille (élargie) et les liens que celle-ci entretient avec d’autres clans pour faire campagne et mobiliser l’électorat.

  • 42 SABBAGH R, "elections fever tranforms Ma’an", Jordan Times du 23-10-1989.
  • 43 SHAHIN M., " Political trends vie nationalism in Karak" Jordan Times du 25-10-1989.

54Les membres des tribus ont bien entendu utilisé aussi la carte du tribalisme pendant leur campagne électorale. Mais tous ont dû faire face à d’importantes difficultés. En effet, ces élections sont l’occasion de contester l’autorité tribale incarnée par le chef, ou d’affirmer sa volonté de se démarquer du tribalisme. Ces fissures dans le système tribal, déjà observées en 1984, traduisent généralement un conflit de génération42. Alors que chaque tribu ne devrait présenter qu’un seul de ses membres, le nombre de candidats se multiplie, allant jusqu’à cinq, voire sept, chacun d’entre eux se réclamant d’une tendance politique différente. Dans la circonscription de Kérak, la grande tribu des Majali n’a pas pu se mettre d’accord sur une candidature unique : il y en aura donc quatre (pour un électorat potentiel dans la tribu d’environ 4 000 personnes)43. Une autre grande tribu de Kérak, les Muaita, ira aux élections en présentant sept candidats, un pour chacun des sept villages dominés depuis des générations par cette tribu. La grande tribu des Tarawneh, quant à elle, engage dans la compétition électorale quatre candidats.

55L’un d’entre eux, Mohammad Faris Tarawneh, nous précise son opinion sur cette situation :

  • 44 Op.cit.

"Almost every tribe has more than two or three candidates running in the elections. [...] Because there are more seats in the Karak constituency, more people are running. Secondly, as the tribe grows in number there are more likely to be divisions of various characters; there are divisions among the young and old as well as those who have certain political tendencies. Many of the younger members of the clan would like to see older traditionalists being replaced by younger more dynamic members of the same tribe"44.

56Le tribalisme, variable constante de la vie politique jordanienne, pourra-t-il surmonter une nouvelle fois le défi que lui lance l’alternative plus moderne de l’appartenance à un parti politique, incarnée en particulier par les Frères Musulmans, et cela, malgré les fissures qui le minent ?

Notes

1 DUCLOS Louis-Jean, "Les élections législatives en Jordanie 8/11/1989" in Maghreb-Machrek Monde Arabe n° 129. Nous le remercions d’avoir bien voulu nous communiquer cet article avant sa parution.

2 Jordan Times du 08-10-1989.

3 Jordan Times du 23-10-1989.

4 FILIU Jean-Pierre, communication sur les Frères Musulmans en Jordanie, réunion de l’AFEMAM du 09-07-1990 au 11-07-1990 ; Paris.

5 Entretien avec ce député, avril 1990.

6 La non-application du paragraphe E de l’article 18 en est l’exemple le plus significatif.

7 Interview du Ministre de l’Intérieur, M. Salem Masa’deh, "Un code de bonne conduite", Le Jourdain, supplément en Français du Jordan Times du 19/20-10-1989.

8 Le Jourdin, op.cit.

9 Jordan Times du 05-09-1989.

10 Voir en annexe le détail de la répartition des sièges selon les circonscriptions et les "communautés".

11 Jordan Times du 14-10-1989.

12 Jordan Times du 05-O9-1989.

13 Le Jourdain, op.cit.

14 Jordan Times du 16-10-1989.

15 A propos des candidatures refusées, certaines l’auraient cependant été pour des raisons politiques. En effet, les trois candidats "bédouins" sont connus comme étant pro-palestiniens et avaient l’intention de se présenter dans des circonscriptions où les Palestiniens sont très nombreux. Machhour Haditha, par exemple, est populaire auprès des Palestiniens car il a participé en 1968 à la bataille de Karamé. Un autre candidat, cette fois-ci d’origine palestinienne, aurait vu sa candidature refusée en raison de ses fonctions au bureau de l’OLP à Amman. Bien que n’étant pas diplomate, il aurait été considéré comme tel et n’aurait par conséquent pas eu le droit de concourir. ANDONI Lamis, "Mixed Signals", in Middle East International. 20-10-1989.

16 Cf. infra.

17 Entretien avec l’un des membres de cette "coalition".

18 Jordan Times du 22-10-1989.

19 Jordan Times du 29-10-1989.

20 Interview de Zayd Abou Ghanimeh, candidat des Frères Musulmans, rapportée par le Jordan Times du 30-10-1989.

21 Op.cit.

22 Jordan Times du 04-11-1989.

23 Interview de Janet Moufti, ex-membre du Conseil National consultatif et candidate au siège circassien d’Amman III, in Le Jourdain, supplément en Français du Jordan Times du 04-11-1989.

24 Interview de Houda Fakhouri, dentiste et candidate à Salt (circonscription de Balqa), op. cit.

25 Voir la déclaration qu’il a faite le 31 juillet 1988 à ce sujet après la rupture des liens administratifs et légaux entre les deux rives du Jourdain, déclaration rapportée dans le Jordan Times du 08-10-1989.

26 Déclaration de l’OLP in Jordan Times du 02/03-11-1989.

27 Interview d’un futur candidat aux élections, in Jordan Times du 08-10-1989.

28 Nous n’avons pas pour intention de nier les sentiments anti-palestiniens qui existent bel et bien en Jordanie comme nous avons pu le constater aux cors de discussions avec certains Jordaniens ; mais il semble évident que dans ce cas précis, comme dans d’autres, il s’agit purement et simplement de manipulations "electoralistes" !

29 Des entretiens avec des députés des deux origines confirment ce double engagement.

30 Jordan Times. Op. cit.

31 Op. cit.

32 Extrait de l’article du docteur Fahed FANEK (économiste), "Election campaign and the economic crisis" Jordan Times du 22-10-1989.

33 LAYNE Linda "Tribesmen as Citizens, Primordial Ties and Democracy in Rural Jordan" in LAYNE (L) et alii, Recent elections in the Middle East. Westview Press, Boulder, 1986.

34 Voir le programme des Frères Musulmans in Al Harakat al Islamiyya fi al Urdun (les mouvements islamistes en Jordanie) du docteur Mousa Zayd AL KEILAN1, Dar al Bachir, Amman, 1990.

35 "Al Islam huwwa al Hall", c’est-à-dire, l’Islam est la solution, est le slogan-leitmotiv des Frères Musulmans.

36 La presse jordanienne est composée principalement de quatre quotidiens : trois en Arabe (Al Raï. Sawt al Chaab. Al Dusturt et un en Anglais (Jordan Timesl Ces journaux sont contrôlés par l’Etat jusqu’en décembre 1989. L’interdiction d’utiliser la TV et la radio pour "faire campagne" est une véritable aubaine pour la presse jordanienne qui a pris la précaution d’augmenter les tarifs des encarts électoraux de 50 % en moyenne avant même le début de la campagne ! Le Jourdain, supplément en Français du Jordan Times, 19/20-10-1989.

37 Le Jourdain, op cit. ; remarque : le mansaf est une spécialité culinaire jordanienne.

38 MURAD Nermeen, "ELECTIONS’89", in Jordan Times du 18-10-1989.

39 Lors des meetings des candidats membres du PCJ, les services de renseignements seraient intervenus pour essayer d’intimider l’auditoire ; c’est du moins ce que nous a affirmé l’un de ces candidats.

40 LAYNE L.Op.cit.

41 En Arabe, il s’agit du néologisme "’acha’iriyya".

42 SABBAGH R, "elections fever tranforms Ma’an", Jordan Times du 23-10-1989.

43 SHAHIN M., " Political trends vie nationalism in Karak" Jordan Times du 25-10-1989.

44 Op.cit.

© Presses de l’Ifpo, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search