Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ibn ʿAqīl et la résurgence de l’islam traditionaliste au XIe siècle (Ve siècle de l’Hégire)

 | 
George Makdissi

Chapitre III. Les éléments constitutifs de l’Islam bagdadien

Texte intégral

I. LES SUNNITES

1. LES ḤANAFITES

1Les grands jurisconsultes qui dominent l’école ḥanafite du ve/xie siècle sont au nombre de trois ; à savoir, al-Qudūrī, aṣ-Ṣaimarī et ad-Dāmaġānī. Leurs grands prédécesseurs furent al-Ǧurğānī, maître d’al-Qudūrī, et al-Ḫawārizmī, maître d’aṣ-Ṣaimarī. Al-Ǧurğānī et al-Ḫawārizmī avaient été, tous deux, élèves du grand maître du ive/xe siècle, Abū Bakr ar-Rāzī al-Ǧaṣṣāṣ. Le ve/xie siècle eut encore deux autres maîtres : ad-Dailamī et Nūr ad-Daula az-Zainabī. L’un fut le premier professeur du Mašhad d’Abū Ḥanīfa, le grand collège ḥanafite contemporain de la Niẓāmīya šāfi‘ite ; l’autre occupa ensuite la même chaire pendant un demi-siècle. Parmi les grands fonctionnaires ḥanafites, on trouve ad-Dāmaġānī et son fils, Abū ’l-Ḥasan, tous deux qāḍī ’l-quḍāt dans l’administration califienne. Il y a aussi le syndic des hāšimites, Ṭirād, frère de Nūr al-Hudā az-Zainabī. Il conviendra de mentionner aussi, parmi les ḥanafites non-bagdadiens, al-Pazdawī et as-Saraḫsī, mais surtout Abū Zaid ad-Dabūsī, qu’Ibn ‘Aqīl, dans son Kitāb al-Funūn, apprécie beaucoup.

2Plusieurs grands seigneurs pourvurent aux besoins de l’école ḥanafite. Le plus important fut Abū Sa‘d al-Mustaufī, ministre financier des salğūqides, et fondateur du grand collège ḥanafite.

3Nommons aussi ad-Dāmaġānī, père, qu’Ibn ‘Aqīl eut pour maître en science de controverse. Quant à Nur al-Hudā az-Zainabī, Ibn ‘Aqīl trouva en lui un collègue qu’il respecta et avec lequel il participa à de fréquentes séances de controverses juridiques.

4Dans les pages qui suivent, nous allons traiter particulièrement des ḥanafites qui vécurent au ve/xie siècle.

a. Les maîtres et auteurs ḥanafites

Abū Bakr al-Ḫawārizmī (m. 403/1012)1

  • 1 Abū Bakr Muḥammad b. Mūsā b. Muḥammad al-Ḫawārizmī ; voir sur lui les notices biographiques dans T (...)
  • 2 Voir infra, p. 227 et n. 1.
  • 3 Voir infra, p. 189 et n. 2.
  • 4 Cf. Fawā’id, loc. cit.
  • 5 260-354 H. ; traditionniste bagdadien bien connu ; voir sur lui, entre autres, Muntaẓam, VII, 32.
  • 6 Ǧāmī‘ al-Madīna, connu aussi sous le nom de Ǧāmī‘ al-Manṣūr ; cf. G. Le Strange, Baghdad, index, s (...)
  • 7 Sur les institutions d’enseignement de l’époque, voir G. Makdisi, Institutions.

5L’année de la mort d’Abū Bakr al-Ḫawārizmī est aussi celle du grand ḥanbalite, Ibn Ḥāmid2, et du célèbre mālikite aš‘arite, al-Bāqillānī3. Le grand maître ḥanafite est compté par Ibn al-Aṯīr4 parmi les rénovateurs (muğaddid) de l’Islam au ve siècle. Son principal maître de ḥadīṯ fut Abū Bakr aš-Šāfi‘ī5, qui eut le courage de continuer à donner ses conférences sur les compagnons du Prophète à la Mosquée d’al-Manṣūr6, et dans son masğid7, en dépit des buwaihides, qui faisaient écrire sur les portes des mosquées la condamnation des pieux ancêtres (salaf) sunnites.

  • 8 Cf. GAL, I, 388-389, Suppl., I, 671-673, et ses ouvrages, notamment VII (Risāla fī iṯbāt al-istiwā (...)
  • 9 Cf. infra, chap. IV, section I, 1.

6C’est vraisemblablement à ce maître qu’al-Ḫawārizmī doit sa propre doctrine dogmatique, d’inspiration traditionaliste, qui s’oppose à la théologie rationaliste (kalām). Car lorsqu’on lui demandait sa position dogmatique, il disait : « Notre religion est celle des vieilles femmes (al-‘ağā’iz) et nous n’avons rien à faire avec le kalām. » Cette position des gens de la tradition (ahl al-ḥadīṯ) se retrouve chez le grand aš‘arite, Imām al-Ḥaramain al-Ǧuwainī, à la fin de sa vie ; ses notices biographiques, et certains de ses ouvrages, en témoignent8. On ne doit donc pas s’étonner, dans ce siècle si important pour le développement de la théologie musulmane, de voir des ḥanafites et des šāfi‘ites prendre la même position traditionalisante que celle des ḥanbalites vis-à-vis du kalām, et l’on ne peut pas non plus attribuer à une école juridique une adhésion particulière à l’un quelconque des systèmes théologiques de l’époque (nous reviendrons sur ce point)9. La position dogmatique d’al-Ḫawārizmī était si proche de celle des ḥanbalites que c’est à la prière dirigée par un šaiḫ ḥanbalite qu’il assistait.

  • 10 Aḥmad b. ‘Alī, connu sous le laqab d’al-Ǧaṣṣāṣ (305-370 H.) ; voir notamment Ǧawāhir, I, 84-85.

7En fiqh, son maître fut le bagdadien Abū Bakr ar-Rāzī10, lui aussi un grand maître ḥanafite.

  • 11 Voir Ǧawāhir, II, 141.
  • 12 Voir infra, p. 170 et n. 3.

8La maison d’al-Ḫawārizmī à Darb ‘Abda était aussi son masğid, c’est-à-dire son collège-mosquée, où il enseignait le fiqh ḥanafite11. Son principal élève en fiqh fut aṣ-Ṣaimarī12. Celui-ci parlait de son maître à al-Ḫaṭīb al-Baġdādī : il le considérait comme le plus grand ḥanafite de son époque, il disait que son enseignement était excellent, il assurait qu’il refusa à plusieurs reprises de prendre une fonction administrative.

  • 13 Abū ’1-Qāsim Mas‘ūd b. Muḥammad al-Ḫawārizmī (m. 423 H.) ; voir Ǧawāhir, II, 171.

9Al-Ḫawārizmī avait un fils, Mas‘ūd13, auquel il enseigna le fiqh, mais qui ne joua pas un rôle important dans l’école ḥanafite.

Abū ‘1-Ḥusain al-Qudūrī (m. 428/1037)14

  • 14 Abū ’l-Ḥusain Aḥmad b. Muḥammad b. Abī Bakr al-Qudūrī al-Baġdādī ; outre les notices biographiques (...)
  • 15 Cette nisba, l’auteur du Tāğ admet n’en pas savoir l’origine ; celui des Fawā’id suggère une relat (...)
  • 16 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Yaḥyā b. Mahdī al-Ǧurğānī (m. 398 H.) ; voir sa notice dans Ǧawāhir, II (...)

10Après al-Ḫawārizmī, c’est al-Qudūrī15 qui devint le grand ḥanafite de son temps. Son maître de fiqh fut al-Ǧurğānī16 qui, à l’instar d’al-Ḫawārizmī qu’il précéda de cinq ans dans la tombe, fut aussi l’élève d’Abū Bakr ar-Rāzī.

  • 17 Sur cet ouvrage, qui eut plusieurs commentaires, voir GAL, loc. cit.
  • 18 Abū ’1-Ḥasan ‘Ubaid Allāh b. al-Ḥusain al-Karḫī, (260-340 H.) ; grand maître ḥanafite, et auteur d (...)
  • 19 Ouvrage en sept tomes (asfār) sur les divergences juridiques entre Šāfi‘ī et Abū Ḥanīfa, et qu’il (...)
  • 20 Ouvrage, en un volume, sur les divergences juridiques entre Abū Ḥanīfa et les ḥanafites.
  • 21 Ouvrage sur le même sujet que le précédent contenant les preuves qui y manquaient ; cet ouvrage fu (...)

11Al-Qudūrī fut un des auteurs les plus importants de son école. Bien qu’il eût écrit plusieurs ouvrages, c’est notamment par son abrégé de fiqh, al-Muḫtaṣar, le manuel par excellence des élèves ḥanafites de l’époque, qu’il devint célèbre17. Il écrivit aussi un commentaire de l’abrégé de fiqh d’al-Karḫī, Šarḫ Muḫtaṣar al-Karḫī18, le Kitāb at-tağrīd19, le Kitāb at-taqrīb20, et at-Taqrīb aṯ-ṯānī21.

  • 22 Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad quitta Bagdad en 430 H. pour s’installer à Rāmhurmuz où il enseigna jus (...)

12Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, qui a transmis quelques-unes de ses traditions, le considère comme un traditionniste digne de foi. Abū ‘Abd Allah ad-Dāmaġānī, un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl dont nous aurons à parler, a également transmis quelques-unes de ses traditions. Son élève en fiqh, connu sous le laqab d’al-Aqṭa‘22, écrivit un commentaire sur le célèbre Muḫtaṣar du maître.

13Al-Qudūrī avait un fils pour lequel il écrivit un muḫtaṣar de fiqh particulier. Nous savons, d’autre part, qu’il avait un fils à qui il ne voulait pas faire suivre une carrière de fiqh. Il s’agit peut-être du même fils. Et alors son livre aurait représenté une connaissance suffisante des principes juridiques de l’école ḥanafite dans la forme d’un manuel facile à apprendre. La mort de ce fils fut précoce.

  • 23 Voir infra, p. 195 et n. 1.
  • 24 Cf. aussi Šaḏarāt, loc. cit.
  • 25 Voir notamment Tāğ, n° 13, note 53.

14Al-Qudūrī était un controversiste juridique très connu à son époque. Il tenait des séances de discussion avec le célèbre šāfi‘ite Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī23 qui avait pour lui un grand respect, et qui, nous assure le biographe šāfi‘ite Ibn Ḫallikān24, le préférait à l’imām aš-Šāfi‘ī. Al-Qudūrī tenait aussi des séances de discussion avec le maître šāfi‘ite d’Ibn ‘Aqīl, Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī25.

Abū ‘Abd Allāh aṣ-Ṣaimarī (m. 436/1045)26

  • 26 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Aḥmad b. Muḥammad b. Ǧa‘far aṣ-Ṣaimarī ; voir, outre les notices indiq (...)
  • 27 D’après Fawā’id, loc. cit., cette nisba est relative à Ṣaimar, prononcé parfois Ṣaimur, ville dans (...)
  • 28 Voir infra, 171 et n. 6.
  • 29 Voir Ǧawāhir, I, 357-359 ; Fawā’id, 120.
  • 30 Voir infra, 174 et n. 4.

15La mort d’al-Qudūrī ne laissa pour grand maître à Bagdad, pendant les douze ans qui suivirent, qu’aṣ-Ṣaimarī27, qui était qāḍī dans le Karḫ à Bagdad et l’avait été à Madā’in. Il avait été l’élève en fiqh d’Abū Bakr al-Ḫawārizmī, dont nous avons déjà parlé. Ses principaux élèves furent : Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī28, qui devint célèbre à son tour, aṣ-Ṣandalī, de Nīsābūr29, et Ilyās b. Nāṣir ad-Dailamī30, qui succéda à son maître comme qāḍī du Karḫ.

  • 31 Abū ‘Alī al-Ḥasan b. Aḥmad b. Šāḏān al-Bazzāz (339-426 H.) ; voir sur lui, Tārīḫ Baġdād, VII, 279  (...)
  • 32 Voir infra, chap. V, section I, 3.
  • 33 Abū Ǧa‘far Aḥmad b. Muḥammad aṭ-Ṭaḥāwī al-Azdī ; né 229 ou 230H., mort 321 H. ; l’un des plus gran (...)
  • 34 Fawā’id, 67 (ligne 13). Brockelmann (GAL, Suppl., I, 285) en cite un ouvrage de Manāqib sur Abū Ḥa (...)
  • 35 Abū ’1-Ḥusain Muḥammad b. ‘Alī b. aṭ-Ṭaiyib al-Baṣrī al-Mu‘tazilī (m. 436 H.) ; voir, en plus des (...)

16Aṣ-Ṣaimarī avait appris le ḥadīṯ sous la direction des grands maîtres de l’époque, parmi lesquels figure le nom du traditionniste renommé, ad-Dāraquṭnī, ainsi que le traditionniste ḥanafite-aš‘arite, Abū ‘Alī b. Šāḏān31, et Abū ’1-Faḍl az-Zuhrī, que nous citerons plus loin comme grand-père maternel possible d’Ibn ‘Aqīl32. Mais c’est surtout en fiqh qu’aṣ-Ṣaimarī se distingua. Il écrivit un commentaire du célèbre abrégé de fiqh d’aṭ-Ṭaḥāwī33, Šarḫ Muḫtaṣar aṭ-Ṭaḥāwī, en plusieurs tomes. On lui doit aussi un gros volume sur Abū Ḥanīfa et l’école ḥanafite, intitulé : Aḫbār Abī Ḥanīfa wa-aṣḥābih, qui fut mis à contribution par l’auteur des Fawā’id34. Il fut le contemporain du grand maître du mu‘tazilisme à Bagdad, le ḥanafite Abū ’1-Ḥusain al-Baṣrī35, sur lequel il fit les prières funèbres.

  • 36 Sur son collège-mosquée, voir G. Makdisi, Institutions, 18.

17Ce grand maître ḥanafite36 laissa à Bagdad, après sa mort, deux élèves que nous venons de citer, Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī et Ilyās b. Nāṣir ad-Dailamī. Traitons d’abord d’ad-Dāmaġāni, qui fut aussi le maître d’ad-Dailamī.

Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī (m. 478/1085)37

  • 37 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Alī ad-Dāmaġānī ; voir sur lui, en plus des notices citées dans GAL, I (...)

18Ce célèbre élève d’aṣ-Ṣaimarī se trouve à la tête d’une grande famille de plusieurs générations de qāḍī ḥanafites ; mais il reste sans doute le plus célèbre d’entre eux. Les biographes ḥanafites se réfèrent à lui avec l’épithète « le grand » après son nom ethnique (kunya), ainsi : ad-Dāmaġānī’l-kabīr. Quand il s’agit du ve/xie siècle, il faut se garder de le confondre avec son fils, dont la kunya, Abū ’1-Ḥasan, sert à le distinguer de son père Abū ‘Abd Allāh. C’est le père qui fut un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl, lequel lui témoignait un grand respect, tandis qu’il considérait le fils comme beaucoup moins digne.

  • 38 Le lundi 8 rabī‘ II 398 H.
  • 39 Il y arriva le jeudi 26 ramaḍān 419 H.
  • 40 Al-Qudūrī fut aussi son maître en ḥadīṯ ; cf. le certificat d’audition daté de ḏū ’l-qa‘da 423 H. (...)

19Ad-Dāmaġānī naquit à Dāmaġān (Dāmġān)38, dans la province de Qūmis, où il fit ses premières études de fiqh. Il vint ensuite à Bagdad à l’âge de 21 ans39. Dans la capitale, il pour­suivit ses études de fiqh sous la direction des ḥanafites al-Qudūrī40 et aṣ-Ṣaimarī.

  • 41 Voir Bundārī, Tārīḫ, fol. 46a, en marge, selon Sam‘ānī.
  • 42 Muntaẓam, IX, 22.
  • 43 C’était pendant qu’il étudiait ainsi qu’il fut, selon une anecdote (rapportée dans Muntaẓam, loc. (...)
  • 44 Voir, sur as-Simnānī, la notice dans Muntaẓam, VIII, 287 ; Ibn al-Ǧauzī trouvait cette combinaison (...)

20Ses premières années d’études à Bagdad furent difficiles du point de vue matériel, car il était pauvre et n’avait personne pour subvenir à ses besoins. Il dut donc travailler pour gagner sa vie de façon à pouvoir poursuivre ses études. Il faisait la garde nuitamment41 et étudiait la nuit en se servant de la lampe de la sentinelle42. Très adonné à l’étude, il avait un goût spécial pour le fiqh, et en étudiait les abrégés jusqu’à ce qu’il les eût appris par cœur43. Il se distingua bientôt comme jurisconsulte (faqīh), et se maria avec la fille du qāḍī Abū ’1-Ḥasan as-Simnānī, qu’il nomma plus tard qāḍī à Bāb aṭ-Ṭāq, côté est de Bagdad, et qui fut un ḥanafite-aš‘arite44.

21Lorsque le qāḍī ’l-quḍāt Ibn Mākūlā mourut en 447/1055, le calife al-Qā’im dit à Abū Manṣūr b. Yūsuf, le grand homme d’affaires, qu’Ibn Mākūlā avait été un homme bon et exempt de faiblesses, mais qu’il n’avait pas la connaissance de la science religieuse ; il fallait donc chercher comme successeur un candidat qui en fut doué. Abū Manṣūr b. Yūsuf, mécène ḥanbalite, pour se rapprocher du wazīr puissant de Ṭuġril, ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī, lui-même ḥanafite, choisit ad-Dāmaġānī pour ce poste important dans l’administration califienne.

  • 45 Muntaẓam, IX, 210.

22D’autres étaient plus dignes que lui, mais les circonstances politiques plaçaient ad-Dāmaġānī dans une situation favorable. C’est ce qu’Ibn ‘Aqīl, plus tard, rappellera au fils, le qāḍī ’l-quḍāt Abū ’1-Ḥasan. Lésé par ce dernier, il lui dira que son père, doué de meilleures qualités, savait bien sa place et s’en contentait. Ibn ‘Aqīl nommera, comme plus hautement qualifiés pour ce poste, le qāḍī Abū ’ṭ-Ṭayib aṭ-Ṭabarī, al-Māwardī, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī et Ibn aṣ-Ṣabbāġ, tous šāfi‘ites45.

  • 46 Elle fut pillée en 450 H., lors du siège de Bagdad par al-Basāsīrī (Muntaẓam, VIII, 192), et en 49 (...)

23Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī fut donc nommé qāḍī ’l-quḍāt le mardi, 9 ḏū ’l-qa‘da 447 H. Le lendemain, il se rendit au palais sultanien pour présenter ses respects à Ṭuġril Beg, qui lui présenta des robes d’honneur et une mule. Ad-Dāmaġānī, loin d’avoir à se plaindre de sa pauvreté, possédait une des maisons les plus riches à Bagdad, assez riche pour être convoitée par les pillards46.

  • 47 Cf. Muntaẓam, IX, 24.
  • 48 Selon Ibn ‘Aqīl, dans Muntaẓam, IX, 210.

24Il fut considéré à son époque comme l’un des chefs de l’école ḥanafite, et se distingua surtout en matière de controverse. Il fut qāḍī ’l-quḍāt pendant 30 ans sous les règnes des deux califes : al-Qā’im et al-Muqtadī. Sous chacun d’eux, il servit comme remplaçant du wazīr destitué47, ne voulant pas accepter le poste de wazīr, que lui avait offert al-Qā’im, pour ne pas dépasser les limites de sa position de qāḍī ’l-quḍāt48.

Abū Ṭāhir ad-Dailamī (m. 461/1069)49

  • 49 Abū Ṭāhir Ilyās b. Nāṣir b. Ibrāhīm ad-Dailamī ; voir sur lui les notices dans Diary XIX, 288 et 2 (...)
  • 50 Voir G. Makdisi, Institutions, 18.
  • 51 Voir op. cit., 22.

25Ad-Dailamī étudia le fiqh, d’abord sous la direction d’aṣ-Ṣaimarī, et ensuite sous celle d’ad-Dāmaġānī. Connu surtout comme professeur de fiqh ḥanafite, il enseigna pendant un certain temps à Wāsiṭ. A Bagdād, il eut une chaire de fiqh à la Mosquée d’al-Manṣūr. Il enseigna aussi dans le collège-mosquée où avait enseigné son maître aṣ-Ṣaimarī50. C’est le premier professeur à être nommé à la chaire de fiqh dans le Mašhad d’Abū Ḥanīfa, le grand collège ḥanafite à Bagdad51. Après sa mort, cette chaire fut donnée à Nūr al-Hudā az-Zainabī.

Nūr al-Hudā az-Zainabī (m. 512/1118)52

  • 52 Abū Ṭālib al-Ḥusain b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī, connu sous le laqab de Nūr al-Hudā Ḏū ’š-Šaraf (...)
  • 53 Voir Funūn, loc. cit.

26Ce maître ḥanafite, qui appartenait à la noblesse hāsimite de Bagdad, était de onze ans l’aīné d’Ibn ‘Aqīl. Il tenait des séances de controverse juridique dans le Mašhad d’Abū Ḥanīfa, où il fut nommé une quinzaine de jours après la mort d’ad-Dailamī. Cette chaire de fiqh, il l’occupa pendant tout le reste de sa vie, donc pendant plus d’un demi-siècle. Ibn ‘Aqīl, à plusieurs reprises53, nous dit avoir discuté avec les docteurs de l’époque, dans les séances de Nūr al-Hudā, telle ou telle question de fiqh et de uṣūl al-fiqh.

  • 54 Aḥmad b. ‘Alī b. al-Ḥusain al-Muḥtasib (m. 442 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, IV, 324 ; Šaḏarāt, III, 26 (...)
  • 55 Muḥammad b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. Ġailān (m. 440 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, III, 234-235 ; Muntaẓam(...)
  • 56 Karīma bint Aḥmad b. Muḥammad b. Ḥātim al-Marwazīya, morte à la Mecque en 463 H. ; voir Diary, XIX (...)

27Nūr al-Hudā apprit le Coran sous la direction d’Abū ’1-Ḥusain b. at-Tūzī54. Parmi ses maîtres de ḥadīṯ figurent Abū Ṭālib b. Ġailān55 et la célèbre traditionniste centenaire Karīma al-Marwazīya, dont il est question dans le journal contemporain d’Ibn al-Bannā’56. C’est d’elle qu’il apprit le Ṣaḥīḥ d’al-Buḫārī dans la transmission duquel elle s’était spécialisée ; et il devint le seul survivant parmi les élèves de cette traditionniste à Bagdad, le seul à transmettre ce recueil canonique de traditions d’après son autorité.

28En fiqh, son maître fut Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī. Après la mort de ce maître en 478 H., c’est à Nūr al-Hudā que revint la primauté en la connaissance des principes juridiques ḥanafites.

  • 57 Cf. Šaḏarāt, IV, 34, où l’orthographe de ce nom est établie.
  • 58 Cf. Diary, XIX, index, s.v. naqīb an-nuqabā’, et Diary, XIX, 300, n. 4.

29Il fut syndic des ḥāšimites (naqīb an-nuqabā’) pendant quelques mois ; mais il ne tarda pas à demander sa démission d’un poste qui ne lui était que source d’inquiétude, car il ne pouvait pas se résoudre à punir les ḥāšimites qui relevaient de sa juridiction. Sa démission eut lieu en l’an 450 H., et il fut remplacé par son frère Abū ’1-Fawāris Ṭirād57 az-Zainabī qui avait été naqīb à Baṣra58.

  • 59 Comme nous le confirme les notes d’Ibn ‘Aqīl dans ses Funūn, loc. cit.
  • 60 Cette déclaration nous est transmise par son ami Ibn ‘Aqīl ; cf. Muntaẓam, loc. cit.

30Nūr al-Hudā fut aussi l’ambassadeur du Calife envoyé aux rois des provinces (mulūk al-aṭrāf). Mais il se distingua surtout en tant que détenteur de la chaire de fiqh dans le Mašhad d’Abū Ḥanīfa pendant plus de 50 ans. Il enseignait le fiqh ḥanafite et dirigeait des séances savantes sur les fondements de la loi et ses applications pratiques. Il fut actif jusqu’à la fin de sa vie59. Ibn ‘Aqīl lui témoignait du respect et de l’amitié pour cette activité intellectuelle, et surtout à cause de son humilité d’esprit, car Nūr al-Hudā disait, en dépit de sa connaissance toute particulière de la tradition : « mon père est arrivé dans la connaissance de la science religieuse à un degré que je n’atteindrai jamais »60.

  • 61 Abū ’1-Qāsim ‘Alī b. al-Ḥusain b. Aḥmad az-Zainabī, dont le laqab est al-Akmal (470-543 H.) : voir (...)
  • 62 Voir G. Makdisi, Institutions, 18.

31Son fils, Abū ’1-Qāsim ‘Alī61, qui mourut en 543 H., époque qui dépasse notre période, devint qāḍī ’l-quḍāt après la mort d’Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī en 513 H., et enseigna dans le grand collège ḥanafite du vivant même de son père et après sa mort. Il apprit le fiqh sous la direction de son père. Sa charge de qāḍī ’l-quḍāt exigeant de lui un temps plus considérable que celui dont pouvait disposer un professeur, il se nomma un substitut (nā’ib) pour enseigner pendant ses absences62.

***

  • 63 Voir sur al-Karḫī (m. 340/952), GAL, I, 295.
  • 64 Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Marwazī al-Balḫī, connu sous le sobriquet d’al-Ḥākim (...)
  • 65 Le nom complet d’al-Aqṭa‘ est Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad b. Muḥammad ; voir les notices dans Ǧawāh (...)

32Voilà donc les grands maîtres de fiqh ḥanafite à Bagdad pendant la période qui nous occupe. Parmi eux, al-Qudūrī, aṣ-Ṣaimarī et Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī fournirent les principaux manuels à l’usage des élèves ḥanafites de l’époque. Rappelons, à cet égard, l’œuvre d’al-Qudūrī, de beaucoup la plus célèbre : son Muḫtaṣar, qui eut de nombreux commentaires, étant l’abrégé de fiqh ḥanafite le plus étudié de l’époque, et resté très en honneur parmi les étudiants des générations qui suivirent. Ensuite, les commentaires des Muḫtaṣar suivants : celui d’al-Karḫī63 par al-Qudūrī, celui d’aṭ-Ṭaḥāwī par aṣ-Ṣaimarī, celui d’al-Ḥākim64 par Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī, et celui d’al-Qudūrī par son élève al-Aqṭa‘, mort en 474 H., qui quitta Bagdad en 430 H., un an avant la naissance d’Ibn ‘Aqīl, pour s’installer à Rāmhurmuz dans le Ḫūzistān65.

***

  • 66 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm b. Mūsā, connu sous le nom de Faḫr al-Islām al-Pazd (...)
  • 67 Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Sahl, connu sous le nom de Šams al-A’imma as-Saraḫsī (m. 483 H.) (...)

33En ce qui concerne la science des fondements de la loi (‘ilm al-uṣūl), les auteurs qui se distinguèrent au ve/xie siècle, d’une façon particulière, n’appartenaient pas à l’école de Bagdad. Il y eut al-Pazdawī66, as-Saraḫsī67 et ad-Dabūsī. Nous nous occuperons particulièrement de ce dernier à cause de son influence sur Ibn ‘Aqīl.

  • 68 Abū Zaid ‘Ubaid Allāh b. ‘Umar b. ’Īsā ad-Dabūsī (m. 430 H.), dont la nisba se réfère à son villag (...)
  • 69 Les sources ne sont pas tout à fait d’accord sur sa date de mort, mais il ne semble pas que ceux q (...)
  • 70 Dans les Funūn, Ibn ‘Aqīl s’y réfère des façons suivantes : al-Qāḍī Abū Zaid, al-Qāḍī ad-Dabūsī, p (...)

34Abū Zaid ad-Dabūsī (m. 430/1039)68 est l’un des docteurs ḥanafites qu’Ibn ‘Aqīl appréciait le plus sans toutefois être d’accord avec lui en théologie dogmatique. Abū Zaid naquit à Dabūsīya, un village de la province de Suġd, entre deux villes renommées, Samarqand et Buḫārā ; c’est en cette dernière qu’il mourut en 430 H., à l’âge de 63 ans69. Ibn ‘Aqīl, né en 431 H., ne pouvait non seulement pas l’avoir connu personnellement, mais non plus avoir connu son œuvre que par la place importante occupée par celle-ci à Bagdad. Car nous n’apprenons nulle part qu’Abū Zaid ad-Dabūsī70 soit venu passer quelque temps à Bagdad. Il aurait pu le faire en route pour le pèlerinage de la Mecque, à l’instar d’un grand nombre de docteurs ḥanafites des provinces environnantes, mais nous ne croyons pas qu’il l’ait fait, car aucun de ses biographes n’en parle et il n’est pas mentionné par l’historien al-Ḫaṭīb al-Baġdādī. En tout cas, son œuvre jouit d’une faveur toute spéciale à Bagdad.

  • 71 أول من وضع علم الخلاف ; cf. Bidāya, loc. cit., qui y ajoute : أبرزه الى و الوجود.
  • 72 Voir sur lui les notices dans Ǧawāhir, II, 247 (où Ibn ‘Abd Allāh est ajouté à ce nom qui n’est pa (...)

35Ad-Dabūsī est surtout connu comme le fondateur de la controverse juridique, en tant que science, ‘ilm al-ḫilāf71, à laquelle s’intéressait Ibn ‘Aqīl d’une façon particulière. Il fit ses études de fiqh sous la direction d’Abū Ǧa‘far al-Usrūšanī72, dont la distinction paraît avoir été due au fait qu’ad-Dabūsī fut son élève.

  • 73 Sur ses ouvrages existants, v. GAL, I, 175, Suppl., I, 296-297.
  • 74 Voir Funūn, fol. 68b. Le nom complet de ce maître de fiqh n’y est pas donné ; c’est, peut-être, an (...)

36De l’œuvre d’ad-Dabūsī, les biographes citent les ouvrages suivants : Kitāb al-asrār, Kitāb taqwīm al-adilla, Kitāb al-amad al-aqṣā, et an-Naẓm fī ’l-fatāwā73. Les deux premiers sont les plus cités communément par les biographes, et le plus important est le pre­mier, Kitāb al-asrār. En effet, cet ouvrage se trouve souvent lié à son nom : « Abū Zaid ad-Dabūsī, l’auteur d’al-Asrār ». Dans les Funūn d’Ibn ‘Aqīl, cet ouvrage d’ad-Dabūsī est cité à plusieurs reprises, à l’exclusion des autres. Ibn ‘Aqīl nous dit l’avoir appris sous la direction du Šaiḫ Abū ‘Umar al-faqīh, qui le lui dicta (au moins en partie)74.

  • 75 Voir Fawā’id, 144, où ‘Alā’ ad-Dīn ‘Alī al-Marwazī ; voir aussi Ǧawāhir, II, 379, où ‘Alā’ ad-Dīn (...)

37Dans les Funūn, mention est faite du qāḍī ’l-quḍāt Abū Muḥammad al-Marwazī qui était de passage à Bagdad en route pour le pèlerinage de la Mecque. C’est un des élèves d’Abū Zaid ad-Dabūsī sur lequel nous avons très peu de renseignements75.

  • 76 Où un des élèves du grand Qāḍī Abū Bakr b. al-‘Arabī vint du Maġreb le copier dans la bibliothèque (...)

38Ainsi, à Bagdad, l’œuvre d’ad-Dabūsī s’enseignait, et ses doctrines se discutaient, comme on peut s’en rendre compte par leur citation dans les Funūn. Une copie d’al-Asrār était conservée dans la bibliothèque du grand collège ḥanafite de Bagdad76.

b. Les fonctionnaires ḥanafites

39On sait bien que les turcs salğūqides adhéraient en fiqh à l’école ḥanafite. Cette adhésion ne pouvait manquer d’apporter aux jurisconsultes de cette école un avantage sur ceux qui se réclamaient de l’une des autres écoles. Seule l’école šāfi‘ite saura concurrencer l’école ḥanafite, dans ce domaine, sous la politique habile de Niẓām al-Mulk. Toujours est-il que, dès l’entrée des salğūqides à Bagdad en 447/1055, et surtout après le triomphe de Ṭuġril sur son rival al-Basāsīrī quatre ans plus tard, lorsqu’on ne douta plus que les salğūqides resteraient en Iraq, les ḥanafites se trouvèrent favorisés non seulement à la cour salğūqide, mais aussi à Bagdad.

  • 77 Voir supra, p. 173.

40En tant qu’exemple de cette faveur, rappelons le cas d’Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī qui fut choisi pour le calife par le grand marchand, protecteur d’Ibn ‘Aqīl, le Šaiḫ Ağall Abū Manṣūr b. Yūsuf. Ce mécène ḥanbalite, très rapproché du calife, conseillait à celui-ci de nommer le ḥanafite ad-Dāmaġānī au poste de qāḍī ’l-quḍāt, pour se rapprocher par là du wazīr ‘Amid al-Mulk al-Kundurī et, sans doute, de Ṭuġril lui-même77.

41C’est dire qu’au moins quelques nominations ont pu, comme celle-ci, avoir pour origine un désir de satisfaire aux partis pris des grands hommes de la cour salğūqide. Sans vouloir attribuer toute position de haut rang à une pareille origine, il suffit de se rendre compte que les docteurs ḥanafites avaient, ou pouvaient avoir, de puissants patrons. A Nīsābūr, les prônes anti-aš‘arites, faits avec l’autorisation de Ṭuġril, avaient leur origine dans le zèle anti-aš‘arite des docteurs ḥanafites qui trouvaient l’appui né­cessaire chez le sultan.

42Ce désir de la part des sultans salğūqides de s’attirer les docteurs ḥanafites rencontrait parfois de polis refus de la part de certains d’entre eux, qui trouvaient dans la vie de cour une atteinte à leur qualité de docteur (‘ālim), de celui qui doit s’occuper de la science religieuse d’une façon désintéressée, et non s’en servir pour des gloires mondaines ou en tant que gagne-pain. C’est dire qu’il y avait parmi les ḥanafites, comme parmi les docteurs des autres écoles, ceux qui ne voulaient pas se laisser vendre. Leur désir de s’écarter de la vie de cour et de ses bénéfices matériels fut d’autant plus louable qu’ils possédaient un vrai pouvoir auprès des masses populaires qui les honoraient, et qu’ils refusaient de se placer à la disposition des princes qui cherchaient à contrôler les masses par leur intermédiaire, refus qui leur coûtait cher au point de vue matériel.

  • 78 Voir supra, p. 170, n. 6.

43Ce genre d’esprit ascétique ne manquait pas parmi les ḥanafites, bien que les notices biographiques n’en indiquent pas de cas fréquents. Citons, en tant qu’exemple, celui d’aṣ-Ṣandalī an-Nīsābūrī78, qui fut un des docteurs qui accompagnèrent Ṭuġril à Bagdad, mais qui, après son retour à Nīsābūr, ne se rendit plus à la cour salğūqide, menant désormais une vie ascétique. Plusieurs années plus tard, le sultan Malik-šāh se trouvait une fois dans la Grande Mosquée à Nīsābūr, et, rencontrant aṣ-Ṣandalī, lui demanda pourquoi il ne venait pas le voir. La réponse d’aṣ-Ṣandalī fut : « J’ai voulu que tu sois le plus excellent des rois à cause de tes visites chez les ‘ulamā’, et je n’ai pas voulu être des plus mauvais ‘ulamā’ à cause de mes visites chez les rois. » A un roi donc de s’approcher de Dieu en fréquentant la société de ceux qui s’occupent des sciences religieuses ; à un ‘ālim d’éviter la fréquentation des cours des princes où il n’a que faire des ambitions mondaines.

  • 79 On se réfère à lui aussi sous les titres de Naqīb al-Hāšimīyīn, ou Naqīb, tout court.
  • 80 Abū ’1-Fawāris Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī al-Hāšimī, dont le laqab est al-Kāmil. Voir su (...)
  • 81 Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Bazzāz an-Narsī (m. 411 H.) ; voir la notice dans Tārīḫ Baġ (...)
  • 82 Cf. Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. ‘Amr al-Ġazzāl (m. 412 H.) ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, V (...)
  • 83 Abū ’1-Fatḥ Hilāl b. Muḥammad al-Ḥaffār (m. 414 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, XIV, 75 ; Muntaẓam, VIII, (...)
  • 84 Abū ‘Alī Aḥmad b. Muḥammad al-Baradānī al-Mustamlī al-Ḥāfiẓ (m. 498 H.) ; parmi ses propres élèves (...)

44Mais il n’en était pas ainsi chez d’autres ḥanafites qui menaient de front une vie de cour et une carrière d’enseignement de sciences religieuses. Au nombre de ceux-ci on peut compter non seulement ceux qui enseignaient le fiqh, mais aussi, ce qui était d’ordinaire plus rare, les traditionnistes. Parmi ces derniers, il convient de mentionner le Naqīb an-nuqabā’79 Ṭirād az-Zainabī, qui joua dans l’affaire d’Ibn ‘Aqīl un rôle hostile au šarīf ḥanbalite Abū Ǧa‘far80. Il était surtout célèbre, en matière de sciences religieuses, pour sa connaissance du ḥadīṯ, qu’il étudia à fond, principalement sous la direction de trois maîtres dont il devint le seul de sa génération à transmettre les traditions : Abū Naṣr an-Narsī81, al-Ḥusain b. ‘Amr b. Barhān82 et Hilāl al-Ḥaffār83. Ṭirād az-Zainabī était le dernier à transmettre les traditions d’après leur autorité, et se distinguait dans ce domaine de science religieuse. Plusieurs étudiants de ḥadīṯ venaient suivre ses cours des diverses parties du califat. Il donnait le ḥadīṯ en dictée à la Mosquée d’al-Manṣūr où il avait une chaire, et où il était assisté par le mustamlī ḥanbalite, Abū ‘Abd Allāh al-Baradānī84, qui était aussi le mustamlī du Qāḍī Abū Ya‘lā (m. 458 H.). Chez Ṭirād se rendaient également les traditionnistes et les jurisconsultes, dont le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ‘Alī ad-Dāmaġānī, pour assister à ses séances de ḥadīṯ. En dehors de Bagdad, il enseigna le ḥadīṯ dans nombre de villes, notamment à la Mecque et à Médine, lors de son pèlerinage en 489 H.

  • 85 Voir p. 175. — Ṭirād avait aussi un autre frère, traditionniste obscur : Abū Ya‘lā Ḥamza b. Muḥamm (...)
  • 86 Pour les circonstances de cette démission, voir la notice dans Muntaẓam, X, 135-136.
  • 87 Voir G. Makdisi, Institutions, 22-23.

45Sa famille compta d’illustres personnages. Lorsque Ṭirād était le syndic des ḥāšimites à Baṣra, au début de sa carrière, son frère Nūr al-Hudā, dont nous avons déjà parlé85, fut le syndic de ceux de Bagdad ; et après la démission de celui-ci86, le calife al-Qā’im fit appeler Ṭirād de Baṣra et le nomma à la place de son frère, qui dut plus tard, en 461 H., prendre la chaire de fiqh au grand collège ḥanafite87.

  • 88 Abū ’1-Qāsim ‘Alī b. Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī b. Abī Tammām az-Zainabī (m. 538 H.) qui reçut du c (...)
  • 89 Abū ’1-Ḥasan Muḥammad b. Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī ; naquit, selon Muntaẓam, X, 123, en (...)

46Ṭirād avait deux fils. Le premier, ‘Alī b. Ṭirād88, succéda à son père comme syndic des ḥāšimites, et fut ensuite nommé wazīr par les califes al-Mustaršid et al-Muqtafī ; il eut une carrière mouvementée et participa aux campagnes militaires d’al-Mustaršid. L’autre fils de Ṭirād, Muḥammad89, était aussi un traditionniste, mais moins réputé que son père et que son frère.

  • 90 Voir Ibn ‘Adīm, Zubda, II, 16-17, sur son ambassade à Alep en 462 H. chez le mirdāside Maḥmūd b. N (...)

47A Bagdad, le père Ṭirād participa à la vie de la cour califienne où il trouva une place très distinguée auprès du calife, qui l’envoya, à plusieurs reprises, en ambassade chez les sultans et les rois90. C’est à cause de cette activité politique que certains de ses contemporains dédaignaient de suivre ses cours de ḥadīṯ, estimant que la vie de cour cadrait mal avec celle des études religieuses. Qu’on se rappelle ici la fière réplique d’aṣ-Ṣandalī au sultan Malik-šāh dans la mosquée de Nīsābūr.

  • 91 Voir Muntaẓam, X, 109, et L. Massignon, Cadis-Naqibs, 112, où « Abū ‘Alī b. Abī Tammām » doit se l (...)

48Plusieurs membres de la famille de Ṭirād az-Zainabī furent des syndics hāšimites : son fils ‘Alī, son frère Nūr al-Hudā, son père, son grand-père et son bisaïeul91.

  • 92 Voir infra, p. 223 et n. 2.
  • 93 Cf. L. Massignon, Cadis-Naqibs, 110, 112.
  • 94 Voir infra, chap. V, section II, 1 k.
  • 95 Voir p. 183 et n. 2.

49Il est à remarquer que les fonctions importantes de qāḍī ’l-quḍāt et de naqīb an-nuqabā’ furent occupées par des ḥanafites, sauf dans le cas du šāfi‘ite aš-Šāmī92, qui fut qāḍī ’l-quḍāt pendant dix ans, de 478 à 488 H., et cela, depuis le début de l’époque salğūqide en 447/1055 jusqu’à la fin de la période qui nous occupe, et même après. En plus, la première fonction est dominée par le nom ḥanafite ad-Dāmaġānī, d’abord celui du père, Abū ‘Abd Allāh et, après la mort d’aš-Šāmī, celui du fils, Abū ’1-Ḥasan. La fonction de naqīb est dominée pendant 41 ans (de 450 à 491 H.) par le nom de Ṭirād az-Zainabī. Ensuite, de 491 à 512 H., c’est à son frère Nūr al-Hudā que revint cette fonction. Celui-ci l’avait déjà occupée quelques mois en 450 H. Puis, ‘Alī, fils de Ṭirād az-Zainabī fut nommé en 512 H. à cette charge qu’il assuma jusqu’en 538 H. (il fut wazīr de 522 à 526 H.)93. Ibn ‘Aqīl eut des relations très fructueuses avec Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī et Nūr al-Hudā, des relations hostiles avec Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī. Aš -Šāmī fut un de ses maîtres les plus respectés94, et Ṭirād az-Zainabī eut, comme nous l’avons déjà mentionné, un rôle à jouer dans l’affaire ’aqīlienne pendant la jeunesse d’Ibn ‘Aqīl95.

c. Les mécènes des ḥanafites

50Lorsqu’on traite d’une école juridique, en tant que communauté, il convient d’y inclure, en plus de ceux qui s’occupent des études religieuses d’une manière exclusive, ou qui y ajoutent une fonction administrative, tels les qāḍī et les naqīb, ceux de ses membres qui sont à même de pourvoir aux besoins matériels de cette communauté. Nous les joignons ici sous le titre de mécènes, titre qui leur appartient de par l’intérêt économique qu’ils portent à l’école dont ils se réclament, au nom de la charité prescrite par la loi musulmane divine, la ṣadaqa. Ces grands seigneurs relèvent notamment de deux catégories : les hauts personnages de l’administration sultanienne, tel le mustaufi ; et les hommes d’affaires, les entrepreneurs et négociants riches.

  • 96 Celui qui se chargeait de la surveillance et du règlement des recettes et des dépenses de l’État ; (...)
  • 97 Voir Muntaẓam, IX, 128.

51En ce qui concerne l’école ḥanafite, le wazīr ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī ne semble pas avoir fait bâtir quelque construction pour l’école dont il se réclamait. Peut-être cela tient-il au fait qu’il fut trop occupé par la vie politique, si mouvementée sous Ṭuġril. En effet, les grandes constructions ne furent mises en chantier qu’après sa mort. Ce fut Abū Sa‘d al-Mustaufī96 qui fit construire le grand collège ḥanafite à côté de la tombe d’Abū Ḥanīfa. Ce fut lui aussi qui fit construire le dôme sur cette tombe. On lui attribue encore la construction de plusieurs ribāṭ et un autre collège à Marw97.

  • 98 Dont le nom ressemble à celui du ḥanafite précédent : Abū Sa‘d Muḥammad b. Manṣūr b. an-Nasawī (m. (...)
  • 99 Voir Muntaẓam, IX, 128-129.
  • 100 Voir notamment Sam‘ānī, dans Bundārī, loc. cit.

52Un autre personnage de grande fortune, connu sous le nom de ‘Amīd Ḫurāsān98, fit construire deux madrasa, toutes deux pour les ḥanafites, l’une à Marw, et l’autre à Nīsābūr ; dans cette dernière se trouva sa tombe par la suite99. A notre connaissance, il n’en fit pas autant pour l’école ḥanafite à Bagdad. Il y vint cependant avec le wazīr ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī après 450 H., disent les sources100.

  • 101 Abū Sa‘d ‘Abd al-Malik b. Muḥammad b. al-Ḥasan as-Sāmarrī (m. 493 H.) ; voir Muntaẓam, IX, 117.

53Un autre ḥanafite, Abū Sa‘d as-Sāmarrī101, homme riche et très réputé pour ses œuvres de charité, était aussi traditionniste. Ses œuvres de charité étaient surtout réservées aux lieux saints, la Mecque et Médine ; on lui doit aussi deux hôpitaux à Bagdad : al-‘Aḍudī et al-‘Atīq, les grandes mosquées de la capitale, le pont et les cimetières d’ar-Rusāfa. A sa mort, il fut enterré près de la tombe de l’Imām Abū Ḥanīfa.

  • 102 Abū ’1-Qāsim Šaibān b. al-Ḥasan b. Šaibān al-Ḥalabī (m. 494 H.) ; voir Ǧawāhir, I, 258-259.

54Abū ’l-Qāsim al-Ḥalabī102 fut lui aussi un marchand fort considéré à Bagdad. On lui attribue la fondation d’un collège-mosquée (masğid).

  • 103 Voir G. Makdisi, Institutions, 29 et ss.

55Nous avons parlé ailleurs103 de l’importance de l’œuvre charitable de ces personnages de grandes ressources pour l’école juridique dont ils se réclamaient. Il suffit ici de retenir que le grand nombre d’établissements d’enseignement de l’époque doivent leur existence à ces œuvres de charité. Les sources qui nous sont parvenues sur les ḥanafites du ve/xie siècle ne nous livrent pas autant d’informations sur la générosité de leurs grands seigneurs que nous en livrent les sources beaucoup plus riches sur les šāfi‘ites et les ḥanbalites. La raison en est sans doute imputable, au moins en partie, au fait que les ḥanafites ne se sont occupés que plus tard d’écrire des ṭabaqāt, ou histoires de leur école. Les exemples que nous en avons donnés suffiront pour établir le fait de l’existence de ces mécènes chez les ḥanafites comme dans les autres écoles. Les informations que nous avons sur ceux des šāfi‘ites et des ḥanbalites serviront à nous donner une idée sur ceux des ḥanafites. En tout cas, nous avons ici des hommes d’affaires qui se sont intéressés, avec plus ou moins de zèle, aux sciences religieuses, et auxquels on attribuait une connaissance du Coran, du ḥadīṯ et du fiqh. Plusieurs d’entre eux ont été des šuhūd-notaires, ayant eu leur šahāda acceptée par le qāḍī ’l-quḍāt. Ainsi les affaires occupaient-elles une place importante dans la vie religieuse de l’époque.

2. LES MĀLIKITES

a. Le caractère minoritaire de l’école mālikite bagdadienne

  • 104 Sur les ouvrages mālikites existants, voir GAL, I, 383 et ss., Suppl., I, 660 et ss.

56Lorsqu’on pense aux grands docteurs mālikites du ve/xie siècle, ce n’est pas à Bagdad qu’on s’attend à les trouver ; car l’école mālikite avait son centre, on le sait bien, au Maġreb et en Andalousie. Néanmoins, en dépouillant les histoires de Bagdad, on ne manque pas de relever des renseignements, épars certes, mais nous permettant tout de même d’entrevoir qu’il y existait à cette époque une école mālikite qui, sans être comparable aux trois autres écoles juridiques, devait avoir ses professeurs, ses collèges-mosquées, et ses manuels à l’usage des étudiants en fiqh. L’activité intellectuelle des docteurs de cette école devait être réduite pour la plupart à la judicature (qaḍā’), aux décisions légales (fatwā) nécessaires pour la petite communauté mālikite, et rarement à la composition des ouvrages de fiqh ; car on pouvait se servir de la production littéraire en cette matière des grands docteurs mālikites de l’Islam occidental104.

b. Les représentants mālikites les plus connus

  • 105 Voir sur lui le travail en cours du Père R. McCarthy qui nous a déjà donné une édition du Tamhīd e (...)

57Le premier nom mālikite qu’on puisse citer pour le début du ve/xie siècle, est celui du célèbre théologien aš‘arite Abū Bakr al-Bāqillānī (m. 403/1013), qui fut un qāḍī mālikite, mais qui doit sa renommée à ses ouvrages sur la théologie aš‘arite105.

  • 106 Abū Muḥammad ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Alī b. Naṣr al-Baġdādī al-Mālikī. Voir sur lui les notices biograp (...)

58Le grand jurisconsulte mālikite de Bagdad à cette époque fut le Qāḍī Abū Muḥammad al-Mālikī106 qui fit ses études de fiqh sous la direction de deux jurisconsultes mālikites bagdadiens de la fin du ive/xe siècle : Ibn al-Qaṣṣār et Ibn al-Ǧallāb, et avait treize ans lorsque mourut le jurisconsulte mālikite, Abū Bakr al-Abharī, qu’il connaissait.

  • 107 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Ṣāliḥ al-Abharī al-Mālikī (289-375 H.) ; voir, entre autres, Mu (...)

59Son vieux contemporain al-Abharī107 fut le contemporain du ḥanafite Abū Bakr ar-Rāzī. Ces deux jursiconsultes partageaient les mêmes idées concernant le poste de qāḍī ’l-quḍāt, qu’ils refusèrent, l’un désignant l’autre comme candidat. On lui attribue plusieurs ouvrages sur le fiqh mālikite.

  • 108 Al-Qāsim b. Ǧallāb al-Mālikī, mort en 378 H., selon Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, III, 93) qui dit qu’on (...)

60Son maître Ibn al-Ǧallāb108 fut un compagnon d’Abū Bakr al-Abharī et l’auteur du Kitāb at-tafrī‘ et du Kitāb masā’il al-ḫilāf.

  • 109 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. ‘Umar b. Aḥmad, connu sous le nom d’Ibn al-Qaṣṣār ; voir, sur lui, les notice (...)
  • 110 ‘Abd b. Aḥmad b. Muḥammad, jurisconsulte et traditionniste mecquois (m. 434 H.) ; voir, entre autr (...)

61On attribue aussi à son maître Ibn al-Qaṣṣār109 un Kitāb masā’il al-ḫilāf, très apprécié par le docteur šāfi‘ite Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl en cette matière. Ibn al-Qaṣṣār fut considéré par le jurisconsulte mālikite, Abū Ḏarr al-Harawî110, comme le plus grand faqīh mālikite de sa connaissance.

  • 111 Bidāya, loc. cit.
  • 112 يحفظه الطلبة.

62Le Qāḍī Abū Muḥammad al-Mālikī étudia donc sous la direction des grands mālikites de la fin du ive/xe siècle ; à son tour, il devint le plus grand docteur mālikite de Bagdad. Nous avons là-dessus le témoignage de deux célèbres šāfi‘ites de l’époque : al-Ḫaṭīb al-Baġdādī et Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, deux maîtres d’Ibn ‘Aqīl. Al-Ḫaṭīb avoue n’avoir rencontré parmi les mālikites (de Bagdad) personne de plus expert que lui en fiqh ; et aš-Šīrāzī fait remarquer qu’il fut un faqīh controversiste aux séances duquel il assista, et qu’il écrivit plusieurs ouvrages dans tous les domaines de la science religieuse. Ibn al-Ǧauzī111 lui attribue un Kitāb at-talqīn à l’usage des étudiants, qui devait être sans doute un manuel de fiqh, et que les étudiants apprenaient par cœur112.

63Abū Muḥammad fut qāḍī à Bādarāyā et Bākusāyā, en Iraq. Il enseigna peut-être à Bagdad, où il passa de longues années, mais nos sources ne nous disent rien là-dessus. Ce qui est sûr, dans ces sources, est que ce jurisconsulte dut quitter Bagdad vers la fin de sa vie, car il n’y trouvait pas les moyens de gagner sa vie. Les grands hommes d’État et les docteurs des autres écoles l’accompagnèrent au bout de la ville par respect pour lui, et il leur dit qu’il n’aurait pas quitté Bagdad s’il y avait trouvé les moyens de vivre. En route pour le Caire, il passa par le village syrien de Ma‘arrat an-Nu‘mān où il fut l’hôte du poète célèbre Abū ’l-‘Alā’ al-Ma‘arrī.

  • 113 Cf. Bidāya, XII, 33 (ligne 10 ; mètre : basīṭ) :
    ظللت حيران أمشي في أزقتها كأنني
    Ibn ‘Aqîl — 8

64Abū Muḥammad avait un certain talent poétique et on a de lui des vers composés au Caire, sur la ville de Bagdad dont il avait la nostalgie. On a également des poèmes de lui sur le coût de la vie dans cette capitale ‘abbāside où la vie était agréable, mais où il se sentait, lui qui n’avait pas d’argent, aussi oisif qu’« un Coran dans la maison d’un hérétique »113. Les biographes s’accordent sur le fait que son indigence le contraignit à changer ainsi sa rési­dence, et qu’une fois au Caire sa situation s’améliora et qu’il devint assez riche, mais qu’il mourut peu après, à l’âge de 60 ans. On a aussi de lui des vers erotiques.

  • 114 Cf. Šaḏarāt, III, 225, d’après Ibn Bassām, Kitāb aḏ-Ḏaḫīra, (mètre : ṭawīl) :
    فقالت ألم أخبر بأنك ز (...)

65Peut-être la situation financière de ce jurisconsulte mālikite nous renseigne-t-elle avec assez d’exactitude sur l’importance de l’école mālikite à Bagdad. Les autres écoles avaient pour mécènes ou bien les hommes d’État ou bien les marchands et entrepreneurs pour subvenir à leurs besoins. Les mālikites, ne formant pas un groupe assez large pour jouer un rôle important dans la vie politique, n’avaient donc pas ces mécènes. Car la plupart de ces derniers qui subvenaient aux besoins des ‘ulamā’, le faisaient parce qu’ils y trouvaient un avantage. Ce n’est pas à dire que Bagdad se vidait de mālikites à cause de cette situation, car, comme nous le verrons par la suite, il y restait toujours des mālikites. Mais ceux qui restaient devaient se contenter d’occuper, en tant que jurisconsultes, des positions bien moins importantes que ceux des autres écoles qui jouirent de la vie de cour. Ce n’est pas à dire non plus que les mālikites étaient les seuls à occuper cette position moins importante au point de vue matériel ; nombreux étaient les docteurs des autres écoles qui menaient une vie d’ascète. Mais ils différaient du Qāḍī Abū Muḥammad al-Mālikī en ce qu’ils la choisissaient de leur gré ; car on peut soupçonner que le qāḍī n’avait pas le goût de l’ascétisme ; un de ses vers erotiques en témoigne114.

  • 115 Voir Šaḏarāt, III, 225 (dans la notice du frère). — Abū ’1-Ḥasan naquit à Bagdad en 372/982 et mou (...)
  • 116 Op. cit., loc. cit. — Abū ’1-Ḥasan ‘Alī mourut le 2 ramaḍān 391/26 juillet 1001.

66Abū Muḥammad avait un frère, Abū ’1-Ḥasan Muḥammad b. ‘Alī b. Naṣr115 auquel on attribue un Kitāb al-mufāwaḍa dont il fit présent au buwaihide Ǧalāl ad-Daula ; c’était une manière de journal où il consignait ses observations. Le père était un des grands šuhūd-notaires de Bagdad116.

  • 117 Abū ‘Alī al-Ḥasan b. Muḥammad b. Ibrāhīm al-Mālikī. Voir Šaḏarāt, III, 261; mourut en 438 H. Est-c (...)

67Il y eut d’autres jurisconsultes mālikites à Bagdad après Abū Muḥammad ; mais les sources ne nous donnent pas grand’chose sur leur vie ni sur leur action. Abū ‘Alī al-Baġdādī117, un mālikite, fut l’auteur d’ar-Rauḍa fī ’l-qirā’āt al-‘ašr, ouvrage sur les dix systèmes de variantes coraniques.

  • 118 Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. ‘Ubaid Allāh b. Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Amrūs al-Bazzāz. Voir les notices da (...)

68Abū ’1-Faḍl al-Bazzāz118 fut à son époque le plus grand jurisconsulte mālikite de Bagdad. Il reçut une bonne formation en sciences religieuses, et excella dans la lecture du Coran et la connaissance du ḥadīṯ. Sa šahāda fut acceptée par le Qāḍī ’l-quḍāt ad-Dāmaġānī.

  • 119 Aḥmad b. Muḥammad ; voir Muntaẓam, IX, 175. — Abū ’l-‘Abbās naquit en 413/1022-23 et mourut à Bagd (...)

69Son fils, Abū ’l-‘Abbās119 fut aussi jurisconsulte et traditionniste.

  • 120 Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥasan al-Baṣrī, connu sous le nom d’Ibn aṣ-Ṣauwāf. Voir les notices dans M (...)

70Abū Ya‘lā al-‘Abdī120, de Baṣra, vint à Bagdad en 420 H., pour un certain temps ; il dut y faire des études de ḥadīṯ et de fiqh. Il fut professeur de fiqh, peut-être seulement à Baṣra. Les biographes lui attribuent une connaissance encylopédique, et une vie d’ascète.

  • 121 Voir sur lui la notice dans Muntaẓam, IX, 190, et surtout Bundārī, Tārīḫ (selon Sam‘ānī), fol. 112 (...)

71Il y eut sans doute à Bagdad, bien que les sources ne les mentionnent pas toujours, des mālikites de passage qui y venaient de l’occident, tel par exemple, Abū ‘Abd Allāh, connu sous l’épithète d’aḏ-Ḏakī121 qui y vint de la Sicile, en route pour le Ḫurāsān, Ġazna et les Indes, et mourut à Iṣbahān.

  • 122 Voir les fol. 53a, 56a.

72Dans le Kitāb al-funūn d’Ibn ‘Aqīl, il est fait mention de mālikites, dont les noms ne sont pas donnés, qui participaient aux séances de controverse122, mais non pas aussi fréquemment que les jurisconsultes des autres écoles.

  • 123 En 571 H., après une émeute, il fut interdit aux wā‘iẓ de continuer leurs prônes, sauf un pour cha (...)

73Ainsi que les autres écoles juridiques, les mālikites avaient donc leurs maîtres, leurs manuels de fiqh, leurs jurisconsultes et qāḍī qui participaient à la vie intellectuelle de la capitale ; toutefois leur nombre était bien plus réduit que celui de chacune des trois grandes écoles juridiques qui y étaient représentées : ḥanafite, šāfi‘ite et ḥanbalite123.

3. LES ŠĀFI‘ITES

74La lignée intellectuelle šāfi‘ite du siècle d’Ibn ‘Aqīl commence avec le grand maître Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī, maître du célèbre écrivain de droit politique al-Māwardī, et d’Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī qui devint à son tour le grand maître. Isfarā’inī eut beaucoup d’autres élèves de moindre importance, parmi lesquels al-Maḥāmilī et ar-Rāzī. Ṭabarī eut à son tour un grand nombre d’élèves, dont Abū Bakr aš-Šāmī, qui sera rangé avec al-Māwardī parmi les grands fonctionnaires šāfi‘ites, et deux autres qui devinrent les grands maîtres de leur époque, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī et Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbāġ, rivaux avant l’inauguration du grand collège šāfi‘ite, la Madrasa Niẓāmīya, en 459 H. Se distingua après eux Abū Bakr aš-Šāšī, qui étudia sous leur direction. Abū ’1-Fatḥ b. Barhān, dernier šāfi‘ite dont nous traitons ici, fut l’élève d’aš-Šāšī et de deux autres maîtres non-bagdadiens, al-Ġazzālī, orginaire de Ṭūs, et al-Kiyā al-Harrāsī, de Ṭabaristān, tous deux élèves célèbres d’un maître également célèbre de l’école šāfi‘ite de Nīsābūr, Imām al-Ḥaramain al-Ǧuwainī. Les mécènes šāfi‘ites furent dominés par la personnalité du grand ministre salğūqide, Niẓām al-Mulk.

75Ibn ‘Aqīl fut l’élève de certains de ces šāfi‘ites. Il étudia la controverse juridique sous la direction de Ṭabarī, Šīrāzī, Ibn aṣ-Ṣabbāġ et aš-Šāmī. De plus, al-Kiyā al-Harrāsī fut un de ses amis, et Ibn Barhān, avant de passer de l’école ḥanbalite à la šāfi‘ite, fut un de ses élèves. Au sujet de Niẓām al-Mulk, Ibn ‘Aqīl s’est exprimé de façon à nous éclairer sur la personnalité et la place de ce personnage.

a. Les maîtres et auteurs šāfi‘ites

Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī (m. 406/1016)124

  • 124 Abū Ḥāmid Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Isfarā’inī (344-406 H.). Voir sur lui les notices biograph (...)
  • 125 A ne pas confondre avec Abū Isḥāq al-Isfarā’inī (m. 418 H.).
  • 126 G. Le Strange, Lands, s.v.
  • 127 Cf. Muntaẓam, loc. cit. : en 363 ou 364 H.
  • 128 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Aḥmad b. al-Marzubān al-Baġdādī, grand maître Šāfi‘īte, mourut à Bagdad en 46 (...)
  • 129 Abū ’1-Qāsim ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Abd Allāh ad-Dārakī (m. 375 H.), fut considéré par Isfarā’inī comme (...)
  • 130 Aḥmad b. Ibrāhīm (m. 370 H.), v. Šaḏarāt, III, 72.

76Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī125, originaire d’Isfarā’in dans le Ḫurāsān126, vint à l’âge de 19 ou 20 ans127 à Bagdad où il étudia le fiqh, d’abord sous la direction d’Abū ’1-Ḥasan b. al-Marzubān128, et ensuite sous celle d’Abū ’1-Qāsim ad-Dārakī129, les deux grands šāfi‘ites de leur époque. Il étudia le ḥadīṯ auprès d’Abū Bakr al-Ismā‘īlī et le grand traditionniste ad-Dāraquṭnī130, et d’autres.

  • 131 Voir G. Makdisi, Institutions, 52.

77Isfarā’inī, qui devint riche plus tard, avait été obligé de gagner sa vie en travaillant comme gardien pendant ses années d’études. A la différence d’Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī qui travaillera comme sentinelle pendant la nuit dans la ville de Bagdad, Isfarā’inī travaillait le jour en gardant des silos. Cet emploi de sentinelle ou de gardien devait être très commode pour les étudiants nécessiteux, car il leur permettait d’étudier leurs leçons tout en remplissant leur tâche de surveillance131.

  • 132 Voir p. 168 et n. 2, et p. 170 et n. 3.

78Déjà à 17 ans, Isfarā’inī commençait à donner des décisions légales (fatwā), tant il était devenu compétent en fiqh, et il continua à en donner jusqu’à sa mort. Sa connaissance du fiqh n’était pas seulement reconnue par les partisans de l’école šāfi‘ite, dont il faisait partie, mais aussi par les deux grands faqīh contemporains de l’école ḥanafite, al-Qudūrī et aṣ-Ṣaimarī, dont nous avons déjà parlé132. Al-Qudūrī affirmait qu’il n’avait jamais rencontré parmi les šāfi‘ites un plus grand faqīh ; et aṣ-Ṣaimarī le considérait comme le plus éminent des faqīh en matière de controverse juridique (munāẓara). En effet, ces témoignages se trouvent appuyés par les notices biographiques de ses maîtres de fiqh qui, pour faire ressortir leur importance, ne manquent pas de citer le fait que le grand faqīh Isfarā’inī était leur élève.

  • 133 Pour ce masğid, v. G. Makdisi, Institutions, 24 ; et pour Qaṭī‘at ar-Rabī‘, v. G. Le Strange, Bagh (...)
  • 134 Voir Muntaẓam, loc. cit. ; le nombre est de 400 selon Kāmil, VII, 280. et de 300 selon Abū Isḥāq a (...)
  • 135 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Alī aš-Šāšī al-Qaffāl (m. 365/976) ; fit ses études de fiqh à Bagdad et à Da (...)
  • 136 Cf. Manāqib, loc. cit. : و عنهما انتشر المذهب .

79Abū Ḥāmid Isfarā’inī était le plus grand professeur de fiqh šāfi‘ite à Bagdad à son époque. Il enseignait dans le collège-mosquée de ‘Abd Allāh b. al-Mubārak, situé à Qaṭī‘at ar-Rabī‘ dans le Karḫ133. Un grand nombre d’étudiants de fiqh assistaient aux cours qu’il y donnait. Selon le témoignage d’al-Ḫaṭīb al-Bagdādī qui assistait, lui aussi à ses cours de fiqh, Isfarā’inī avait un auditoire de 700 étudiants134. C’est lui qui institua la méthode (ṭarīqa) bagdadienne du fiqh šāfi‘ite, tandis qu’al-Qaffāl135 avait institué celle du šāfi‘isme ḫurāsānien ; l’école šāfi‘ite leur doit la propagation de ses principes juridiques136.

  • 137 Sur al-Muzanī et son Muḫtaṣar, v. GAL, I, 180, Suppl., I, 305 ; voir aussi R. Brunschvig, Muzanī.
  • 138 Sur cette madrasa, v. Dāris, I, 459 et ss.
  • 139 Il me semble que Subkī veut dire que ces différences ne sont pas l’effet des variantes des copiste (...)

80Le plus important de ses ouvrages fut sa Ta‘līqa, en 50 volumes, qui contenait, entre autres, des annotations sur le Muḫtaṣar d’al-Muzanī137. Ibn Qāḍī Šuhba décrit cet ouvrage comme contenant les points de divergence des grands jurisconsultes, leurs doctrines, leurs sources, et leurs discussions sur les divers points de fiqh. Subkī, bien qu’il ne donne pas le nombre des volumes, affirme avoir vu la plus grande partie de ce grand ouvrage de fiqh écrite de la main d’un des disciples d’Isfarā’inī, Sulaim ar-Rāzī. Cette copie était érigée en waqf à la Madrasa Nāṣirīya de Damas138. Subkī affirme en avoir vu aussi d’autres et qu’il s’y trouvait parfois des différences139. Subkī dit avoir vu aussi son ouvrage sur les uṣūl al-fiqh, et un muḫtaṣar intitulé ar-Raunaq attribué à Isfarā’inī par le père de ce Subkī qui, lui, ne voulait pas affirmer d’une façon catégorique qu’Isfarā’inī en fût l’auteur. Un autre ouvrage, enfin, qui lui est attribué par Ibn Ḫallikān sous le titre de Kitāb al-bustān, et est décrit comme contenant des choses rares, semble concerner le fiqh. Isfarā’inī a, en effet, en cette matière des points de vue tout personnels.

  • 140 Abū ’l-‘Abbās b. ‘Umar b. Suraiğ (m. 306/918) ; cité dans GAL, I) 180-181, Suppl. I, 306-307, dans (...)

81Une partie non-négligeable de la notice de Subkī donne des extraits du grand ouvrage de fiqh d’Isfarā’inī, qu’il considère comme le plus illustre faqīh šāfi‘ite après le grand maître et auteur Abū ’1-‘Abbās b. Suraiğ140, mort juste un siècle avant lui, en 306 H., et dont il critiqua les principes juridiques à maintes reprises. Subkī déplore le fait qu’Isfarā’inī n’eût pas d’égaux à son époque qui pussent s’opposer à ses critiques, d’autant plus qu’il y avait entre Isfarā’inī et Ibn Suraiğ d’autres imām du maḏhab šāfi‘ite qui étaient plus forts que lui, mais qui n’eurent pas autant de succès. Il a fallu attendre l’avènement d’Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī, qui se distingua, en matière de fiqh, plus que tout autre imām bagdadien, pour que les doctrines d’Isfarā’inī trouvent leur critique.

82Il ressort de ce court exposé de Subkī qu’Isfarā’inī était un des esprits les plus originaux parmi les faqīh šāfi‘ites du ive/xe siècle et des premières années du ve/xie, et qu’il ne trouva son égal que dans Ṭabarī qui mourut au milieu de ce siècle. Les sympathies de Subkī vont du côté d’Ibn Suraiğ et d’Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī, et il se détourne d’Isfarā’inī sur certains points de fiqh dans lesquels celui-ci s’oppose à la doctrine juridique du fondateur même de l’école. On sait bien que ces divergences, en matière de fiqh, sont acceptées surtout lorsqu’il s’agit de muğtahid tels que ceux que nous venons de citer, et que ceux que nous rencontrerons plus loin lorsque nous traiterons de l’école ḥanbalite.

83Ce parti pris de Subkī l’amène à tempérer les éloges qu’Isfarā’inī reçoit dans les autres notices biographiques et qui proviennent notamment des ḥanafites. Nous avons déjà cité celles d’al-Qudūrī et d’aṣ-Ṣaimarī. A la différence de ces deux grands faqīh ḥanafites qui considèrent al-Isfarā’inī comme le plus grand faqīh et controversiste šāfi‘īte, Subkī ne le désigne que comme un des grands représentants de l’école à son époque. Toutefois, bien entendu, il fait ressortir plus loin que les autres n’eurent pas autant de succès ni comme maîtres ni comme auteurs. Déjà avant Subkī le grand šāfi‘ite Abū Isḥāq aš-Šīrāzī trouvait exagéré l’éloge du grand ḥanafite al-Qudūrī : d’après cet éloge, al-Isfarā’inī aurait été plus fort que le fondateur même de l’école šāfi‘ite, aš-Šāfi‘ī, tant en matière de fiqh que de controverse juridique (munāẓara).

  • 141 Voir infra.

84L’importance politique d’al-Isfarā’inī devait être assez grande. Les hommes d’État lui rendaient visite par respect pour sa position sociale due sans doute au nombre de ses disciples et à son influence auprès des masses populaires. Cette position sociale lui permit de s’opposer au calife141.

  • 142 Tome VII, p. 277.

85Isfarā’inī dut à sa célébrité de recevoir de toutes parts des aumônes pour les distribuer aux pauvres. Les bénéficiaires en furent les šāfi‘ites pauvres et les pèlerins de la Mecque. D’après le Muntaẓam142, les premiers recevaient chaque mois la somme de 160 dinars à se partager, et il y avait des années où les pèlerins recevaient jusqu’à 14.000 dinars. Isfarā’inī devait être lui-même assez riche ; on dit qu’il envoya acheter une fois au Caire une copie des amalī d’aš-Šāfi‘ī pour 100 dinars.

86De ses nombreux élèves en fiqh, à part al-Māwardī, dont nous parlerons plus loin, il convient de mentionner ici les deux jurisconsultes suivants.

Abū ’1-Ḥasan al-Maḥāmilī (m. 415/1024)143

  • 143 Abū ’1-Ḥasan Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad b. al-Qāsim al-Maḥāmilī ; cette nisba, selon les biographe (...)
  • 144 Muḥammad b. Aḥmad (332-407 H.) ; voir, entre autres, la notice dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 42.

87Al-Maḥāmilī fut le meilleur disciple d’al-Isfarā’inī, et celui qui devint le plus grand šāfi‘ite bagdadien après la mort de son maître. Celui-ci disait qu’al-Maḥāmilī avait plus de mémoire que lui pour retenir le fiqh šāfi‘ite. De famille bagdadienne, son père était l’un des témoins légaux dans cette capitale. Il apprit le fiqh d’abord sous la direction de son père, Abū ’1-Ḥusain144, ensuite sous celle d’al-Isfarā’inī. Lorsque les biographes disent qu’il mourut jeune, à l’âge de 47 ans, il faut entendre par là qu’il mourut très tôt après son maître qui dominait son époque. Ainsi, Abū ’1-Ḥasan al-Maḥāmilī n’occupa la place importante laissée par son maître que pendant neuf ans.

  • 145 Op. cit., III, 20-23.

88Sa production littéraire fut assez importante en matière de fiqh et de ḫilāf, notons en particulier les ouvrages suivants : al-Muqni‘, al-Muǧarrad, al-Lubāb, al-Ausaṭ, al-Maǧmū‘, Ru’ūs al-masā’il, en deux volumes, et ‘Uddat al-musāfir. Des questions traitées dans al-Muqni‘ sont citées par Subkī145. On lui attribue aussi une copie de la ta‘līqa de son maître Isfarā’inī. Sulaim ar-Rāzī, dont nous traitons ci-après, dit que plusieurs des ouvrages d’al-Maḥāmilī étaient des plagiats, notamment al-Muqni‘ et al-Muǧarrad, copiés sur le grand ouvrage de fiqh d’al-Isfarā’inī, et que celui-ci invoqua Dieu contre lui en disant : « il a dispersé mes ouvrages ; que Dieu lui disperse la vie ! » D’après Sulaim, ce serait à cause de ce plagiat qu’al-Maḥāmilī mourut jeune. Cette anecdote a du moins le mérite de confirmer la rivalité entre les deux disciples d’al-Isfarā’inī.

Abū ’l-Fatḥ Sulaim ar-Rāzī (m. 447/1055)146

  • 146 Abū ’1-Fatḥ Sulaim b. Aiyūb b. Sulaim ar-Rāzī. Voir GAL, Suppl., I, 730, et les notices suivantes (...)
  • 147 Voir G. Makdisi, Institutions, 24.
  • 148 Abū ’1-Fatḥ Naṣr b. Ibrāhīm al-Maqdisī, mort en 490 H., à 80 ans passés. Voir, sur lui, les notice (...)

89Nous avons déjà mentionné Sulaim ar-Rāzī comme le copiste du plus important ouvrage de fiqh de son maître al-Isfarā’inī. Comme son contemporain Abū ’1-Ḥasan al-Maḥāmilī, il étudia le fiqh sous la direction du père de celui-ci et d’al-Isfarā’inī. On dit qu’il ne commença cependant à étudier le fiqh qu’à l’âge de 40 ans, après s’être spécialisé en matière d’exégèse coranique, de ḥadīṯ et de philologie. Les informations biographiques ne sont pas précises à son égard. Il enseigna le fiqh à Bagdad après la mort de son maître, dans ce même collège-mosquée où ce dernier avait enseigné, c’est-à-dire dans le masǧid de ‘Abd Allāh b. al-Mubārak, situé dans Qaṭī‘at ar-Rabī‘147. Cela signifie qu’il était le successeur direct au poste d’enseignement de son maître. Ensuite, il quitta Bagdad pour s’installer à Tyr (Ṣūr) où il fut le premier faqīh šāfi‘ite à répandre les doctrines juridiques de cette école. Le célèbre faqīh šāfi‘ite Naṣr al-Maqdisī148 fut un de ses élèves.

90On lui attribue plusieurs ouvrages dont un tafsīr intitulé Ḍiyā’ al-qulūb. Abū Isḥāq aš-Šīrāzī le considère non seulement comme faqīh, mais aussi comme uṣūlī ; donc il devait avoir écrit sur les uṣūl al-fiqh.

  • 149 Šaḏarāt, III, 276.

91La rivalité que nous avons mentionnée en traitant de son contemporain al-Maḥāmilī, qui avait à peu près le même âge que lui mais qui mourut bien avant lui, se trouve confirmée par une autre anecdote où il accuse al-Maḥāmilī de plagiat à l’égard de leur maître al-Isfarā’inī149 : on lui demanda une fois quelle était la différence entre ses ouvrages et ceux d’al-Maḥāmilī. Sulaim répondit : « La différence est que ceux-ci furent écrits en Iraq [c.-à-d., tout près du maître], tandis que les miens le furent en Syrie [c.-à-d., indépendamment du maître] ! »

Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī (m. 450/1058)150

  • 150 Abū ’ṭ-Ṭaiyib Ṭāhir b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir b. ‘Umar aṭ-Ṭabarī (348-450 H.) ; voir les notices biog (...)

92Aṭ-Ṭabarī, originaire de Ṭabaristān, d’où sa nisba, commença ses études tardivement à l’âge de 14 ans. Il fit des voyages d’études à Ǧurğān, Nīsābūr et Bagdad où il s’installa d’une façon permanente pour une longue carrière de muftī, qāḍī et professeur de fiqh šāfi‘ite. Il occupa le poste de qāḍī dans le Karḫ, après la mort d’aṣ-Ṣaimarī en 436 H.

  • 151 Voir Šaḏarāt, loc. cit. — Sur Ma‘arrī, v. l’étude de H. Laoust, Vie, et la bibliographie qui y est (...)
  • 152 Voir la note autobiographique d’Ibn ‘Aqīl dans Muntaẓam, IX, 213 ; Ḏail, I, 173.

93A Bagdad, Ṭabarī étudia le fiqh sous la direction d’Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī. Il jouit, après son maître, d’une grande renommée comme jurisconsulte. Les šāfi‘ites iraqiens qui se réfèrent à lui dans leurs ouvrages, le désignent par le titre tout court d’« al-Qāḍī », marque d’un auteur célèbre. Il fut loué par le poète Abū ’l-‘Alā’ al-Ma‘arrī151 pour son savoir et son bon sens, par son illustre disciple aš-Šīrāzī pour ses qualités de faqīh, et par Ibn ‘Aqīl qui apprécia les moments passés en sa compagnie à une époque où Ṭabarī avait cessé d’enseigner. Ibn ‘Aqīl n’avait pas encore vingt ans152.

  • 153 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 176, et Šaḏarāt, III, 284.
  • 154 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 195. — Il y a, à Top Kapı Sarayı, dans la Collection Ahmet III (n° (...)
  • 155 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 182, 189.

94Ṭabarī est l’auteur de plusieurs ouvrages en matière de controverse juridique (ḫilāf), en fiqh et en uṣūl ; il n’y en a qu’un dont on sache le titre : Šarḥ muḫtaṣar al-Muzanī153. Subkī nous donne des extraits de sa Ta‘līqa en fiqh et de son Šarḥ154. Il rapporte aussi, dans la notice qu’il consacre à Ṭabarī, deux de ses séances de controverse juridique, dont une avec le jurisconsulte ḥanafite al-Qudūrī155.

Abū Isḥāq aš-Šīrāzī (m. 476/1083)156

  • 156 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‘Alī b. Yūsuf al-Fīrūzābādī aš-Šīrāzī (393-476 H.) ; ajouter aux notices biog (...)

95Aš-Šīrāzī fut l’héritier de la célébrité de son maître aṭ-Ṭabarī. Il fit ses études de fiqh à Fārs, puis à Baṣra, avant de venir à Bagdad où il arriva en 415 H. Après avoir achevé ses études de fiqh, sous la direction d’aṭ-Ṭabarī, il l’assista dans son enseignement en tant que répétiteur (mu‘īd). Et, à son tour, il devint le maître incontesté de la controverse juridique.

  • 157 Voir infra, chap. IV, section III, 2 c-d.

96Abū Isḥāq aš-Šīrāzī avait un collège-mosquée (masğid) dans le quartier de Bāb al-Marātib, où il enseignait, avant que la Madrasa Niẓāmīya fût construite pour lui par le wazīr salğūqide Niẓām al-Mulk. Il donna sa leçon inaugurale, à la Niẓāmīya, le samedi, 1erḏū ’l-ḥiğğa 459 H. Il fut aussi l’envoyé du calife al-Muqtadī auprès du sultan Malik-šāh. Son action publique fut très importante à Bagdad : tantôt il est avec les ḥanbalites pour rétablir les bonnes mœurs dans la ville, tantôt il se range contre eux avec les šāfi‘ites-aš‘arites dans les émeutes autour de la Niẓāmīya157.

  • 158 Voir cette note dans Muntaẓam, IX, 212.

97Abū Isḥāq fut réputé aussi pour sa vie ascétique. A cet égard, il semble que le nom d’Ibn aš-Šīrāzī, cité par Ibn ‘Aqīl dans sa note autobiographique comme un de ses maîtres en zuhd, soit celui d’Abū Isḥāq158.

  • 159 Cf. la liste dans Wafayāt, I, 10 (n° 5) et GAL, I, 387-388, Suppl., I, 669-670.
  • 160 Cf. GAL, Suppl., I, 670 (d’après Kašf aẓ-ẓunūn, 489). Le Kitāb at-tanbīh, écrit en 452-3/1061-2, e (...)
  • 161 Cf. GAL, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit.

98La production littéraire juridique d’aš-Šīrāzī fut féconde ; et la plupart de ses ouvrages dont nous connaissons les titres sont parvenus jusqu’à nous159. Son livre de fiqh qui eut le plus grand succès, même jusqu’à nos jours, est le Tanbīh, l’un des cinq ouvrages šāfi‘ites les plus célèbres160. L’importance de cet ouvrage se voit dans le nombre de ses commentaires161.

  • 162 GAL, loc. cit.
  • 163 Voir Ḏail, I, 26 (lignes 12-13). — En effet, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī s’oppose aux doctrines aš‘arites (...)
  • 164 Ibn ‘Asākir, Tabyīn, 276-278.
  • 165 Pour cette émeute, voir infra, chap. IV, section III, 2 c.

99Parmi les ouvrages d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī on trouve une Profession de foi des Anciens (‘Aqīdat as-Salaf)162 qui indique sa doctrine traditionaliste. Son action publique fut de même traditionalisante. En 464 H., ce fut avec le ḥanbalite Abū Ǧa‘far al-Hāšimī qu’il protesta contre les mauvaises mœurs de la capitale ‘abbāside. Même en 469 H., lorsqu’il eut à se plaindre des ḥanbalites lors de l’émeute du ṣūfī šāfi‘ite-aš‘arite al-Qušairī, il réaffirma au Šarīf Abū Ǧa‘far al-Hāšimī son opposition aux aš‘arites dans ses ouvrages d’uṣūl al-fiqh163. Le fait qu’Ibn ‘Asākir cite aš-Šīrāzī dans son Tabyīn164 parmi les aš‘arites ne change rien au traditionalisme certain de ce maître šāfi‘ite. Ibn ‘Asākir, qui ne cite pas un seul ouvrage pour appuyer son point de vue, cherche à minimiser l’anti-aš‘arisme des uṣūl al-fiqh d’aš-Šīrāzī, et ne peut citer que l’émeute de 469 H.165 comme preuve de l’aš‘arisme du grand maître.

  • 166 Cf. la remarque intéressante de Niẓām al-Mulk, rapportée par Ibn ‘Aqīl (citée dans Muntaẓam, IX, 5 (...)

100Lorsqu’aš-Šīrāzī mourut en 476 H., c’est son élève Ibn ‘Aqīl qui s’occupa de l’ablution rituelle du cadavre, avant la prière qui fut dite par le calife al-Muqtadī lui-même ; et Niẓām al-Mulk, chez qui aš-Šīrāzī jouissait d’un très grand respect166, assista aux funérailles.

Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbaġ (m. 477/1084)167

  • 167 Abū Naṣr ‘Abd as-Saiyid b. Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid b. Aḥ-mad b. Ǧa‘far b. aṣ-Ṣabbāġ (400-477 H.) (...)
  • 168 Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 231. Sur la Madrasa Niẓāmīya, voir G. Makdisi, Institutions, 31-48, (...)

101Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbāġ fut, à l’instar de son contemporain et collègue, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, un élève très réputé du grand maître šāfi‘ite Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī. Il fut de sept ans le cadet d’aš-Šīrāzī. L’opinion šāfi‘ite était partagée sur la question du mérite respectif de ces deux grands représentants de leur école. Ibn Ḫallikān pense qu’Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbāġ ne le cédait en rien à aš-Šīrāzī, voire le surpassait en matière de droit šāfi‘ite, et qu’on venait à lui de loin pour suivre ses cours en cette matière. L’opinion générale semble avoir été qu’ils étaient tous deux sur le même niveau, tant en droit šāfi‘ite que dans les questions de divergences entre les doctrines juridiques de leur école et celles de l’école ḥanafite. Subkī admet l’égalité des deux en droit šāfi‘ite, mais non pas dans les questions de divergences où il considère aš-Šīrāzī sans égal. Mais il est assez clair que Subkī n’est pas sans préjugé : il est pour Šīrāzī et contre Abū Naṣr ; on s’en rend bien compte lorsqu’il traite de l’affaire de la Madrasa Niẓāmīya, où il laisse croire à l’ambition d’Abū Naṣr, mais ne dit pas tout à l’égard d’aš-Šīrāzī168.

  • 169 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit.
  • 170 Muntaẓam, IX, 12-13.

102Ibn ‘Aqīl le considère avec deux autres de ses maîtres, Abū Ya‘lā et Abū ’1-Faḍl al-Hamaḏānī, comme ayant, seul parmi tous les docteurs de sa connaissance, toutes les qualités du muğtahid muṭlaq169. Il disait de lui qu’il était le seul šāfi‘ite capable de tenir tête au qāḍī ’l-quḍāt ḥanafite Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī, et de s’acquitter d’une manière satisfaisante d’une séance de controverse juridique avec lui170.

  • 171 Wafayāt, II, 385-386 (n° 372).
  • 172 Voir Wafayāt, loc. cit., et surtout Kašf aẓ-ẓunūn, 1114.
  • 173 Ibn ‘Asākir n’essaie pas de l’inclure dans ses notices biographiques sur les aš‘arites (dans Tabyī (...)

103Il écrivit plusieurs ouvrages dont il n’est parvenu jusqu’à nous que le Kitāb aš-šāmil fī ’l-fiqh, ouvrage très apprécié par Ibn Ḫallikān171. Son ouvrage aṭ-Ṭarīq as-sālim172 semble bien être de tendance traditionalisante. De toutes façons, Ibn aṣ-Ṣabbāġ ne semble pas avoir été de croyance aš‘arite173, mais plutôt, comme aš-Šīrāzī, šāfi‘ite traditionaliste.

Abū Bakr aš-Šāšī (m. 507/1114)174

  • 174 Faḫr al-Islām Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad aš-Šāšī al-Mustaẓhirī ; voir GAL, I, 390-391, Suppl., I, (...)
  • 175 Aux manuscrits de cet ouvrage signalés dans GAL, I, 391 et Suppl., I, 674, ajouter celui de Top Ka (...)

104Aš-Šāšī naquit à Maiyāfāraqīn, ville dans laquelle il commença ses études de fiqh avant de venir les parfaire à Bagdad sous la direction des deux grands maîtres šāfi‘ites de l’époque, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī et Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbāġ. A Bagdad, il apprit aussi le ḥadīṯ auprès du grand ḥanbalite Abū Ya‘lā b. al-Farrā’, du grand traditionniste de l’époque, al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, et de son maître en fiqh, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī. Connu principalement comme faqīh, il fut le répétiteur d’aš-Šīrāzī en cette matière. Auprès d’Ibn aṣ-Ṣabbāġ, il étudia surtout le grand ouvrage de fiqh de ce dernier, intitulé aš-Šāmil, pour lequel il écrivit un commentaire en 20 volumes, intitulé aš-Šāfī fī šarḥ aš-Šāmil, mais qu’il n’acheva pas, car il en restait encore le cinquième à écrire lorsqu’il mourut. Ce fait est à retenir parce qu’il nous montre l’importance qu’attachait aš-Šāšī à l’œuvre d’Ibn aṣ-Ṣabbāġ. De cet ouvrage de son maître, il fit aussi un abrégé, le Muḫtaṣar aš-Šāmil. Un autre ouvrage fut dédié par lui au calife al-Mustaẓhir, donc écrit pendant le règne de celui-ci (487-512), qu’il intitula Ḥilyat al-‘ulamā’ fī ’l-maḏhab, et qu’il appela al-Mustaẓhirī175, en deux volumes. Un autre ouvrage fut dédié de la même façon par son contemporain al-Ġazzālī. Mais, à la différence de ce dernier ouvrage qui est une réfutation des bāṭinites, celui d’aš-Šāšī traite du fiqh šāfi‘ite et comporte, après chaque question traitée, les divergences des jurisconsultes sur cette question. Son ouvrage al-Mu‘tamad, d’après Subkī, en était comme un commentaire. Il écrivit aussi : at-Tarġīb fī ’l-maḏhab, sur le fiqh šāfi‘ite ; aš-Šafī fī šarḥ muḫtaṣar al-Muzani, un commentaire de plus pour cet abrégé de l’illustre docteur šāfi‘ite ; et al-‘Umda qui, selon Subkī, est l’abrégé célèbre de fiqh d’aš-Šāšī lui-même. A ces ouvrages, il faut ajouter encore deux qui sont cités par Ibn Kaṯīr : une ‘Aqīda, qui devait être aš‘arite, puisque l’auteur suivit les principes théologiques de cette école, et un petit traité, as-Suraiğīya, qui concernait peut-être des doctrines juridiques d’Abū ’l-‘Abbās b. Suraiğ dont nous avons déjà parlé. Ibn Kaṯīr le considère comme un uṣūlī, mais aucun de ses ouvrages cités par les biographes ne semble traiter des uṣūl, sinon la ‘Aqīda en matière des uṣūl ad-dīn.

105Après ses deux maîtres Ibn aṣ-Ṣabbāġ et aš-Šīrāzī, le disciple aš-Šāšī devint le plus grand faqīh šāfi‘ite de son époque à Bagdad. Il doit avoir été bien accueilli par Ibn aṣ-Ṣabbāġ, car si l’on en juge par le commentaire que nous venons de citer, il semble qu’il admirait l’œuvre juridique de ce maître. Il semble qu’aš-Šāšī fut également bien accueilli par Abū Isḥāq aš-Šīrāzī qui l’amena avec lui à Nīsābūr. Là, aš-Šāšī eut des discussions sur le fiqh en la présence d’Imām al-Ḫaramain al-Ǧuwainī.

  • 176 Qarāḥ Ẓafar (le Jardin de Ẓafar) se situait juste à côté de ce quartier sur la rive orientale de B (...)
  • 177 Voir G. Le Strange, Baghdad, loc. cit. ; G. Makdisi, Topography, index, s.v. Ḫarābat Ẓafar.
  • 178 Voir G. Makdisi, Institutions, 41.

106Aš-Šāšī enseigna d’abord dans une madrasa qu’il fit bâtir à Qarāḥ Ẓafar, près du quartier aẓ-Ẓafarīya où habitait son contemporain Ibn ‘Aqīl176. Ensuite, Tāğ al-Mulk fit construire la Madrasa Tāğīya et l’y nomma professeur. Cette madrasa aussi était près d’aẓ-Ẓafarīya177. Ainsi, pendant assez longtemps, aš-Šāšī enseignait tout près du quartier d’Ibn ‘Aqīl. Mais en 504 H., après la mort d’al-Kiyā al-Harrāsī, professeur à la Madrasa Niẓāmīya, aš-Šāšī succéda à ce dernier et enseigna jusqu’à sa destitution en 506 H. Il mourut l’année suivante178.

  • 179 Cf. fol. 56b, 228b.

107Ibn ‘Aqīl, en ses Funūn179, parle de lui dans des discussions sur des questions de fiqh avec al-Kiyā al-Harrāsī.

  • 180 Pour celui-ci, voir supra, p. 171 et n. 6.

108Comme Ibn ‘Aqīl, aš-Šāšī se plaignait à la fin de sa vie de se trouver seul après la mort des grands maîtres bagdadiens. Et aussi, à l’instar d’Ibn ‘Aqīl, il témoignait un grand mépris pour le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī180.

  • 181 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 285.
  • 182 Abū ’1-Muẓaffar, mort en 529 H. Voir Muntaẓam, X, 52 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 48.
  • 183 Abū Muḥammad, né en 481 H., mort en 528 H.

109Aš-Šāšī laissa après sa mort un frère, Abū Ḥafs ‘Umar181 qui, lui aussi, eut pour maître de fiqh Abū Isḥāq aš-Šīrāzī et qui mourut en 550 H. ; et deux fils : Aḥmad182, qui mourut jeune, et ‘Abd Allāh183, qui étudia le fiqh sous la direction de son père et enseigna après lui à la Madrasa Tāğīya.

Abū ’1-Fatḥ b. Barhān (m. 518/1124)184

  • 184 Abū ’1-Fatḥ Aḥmad b. ‘Alī b. Muḥammad b. Barhān. Voir sur lui les notices biographiques suivantes  (...)

110Après Abū Bakr aš-Šāšī, Abū ’1-Fatḥ b. Barhān est le dernier grand maître šāfi‘ite bagdadien de l’époque qui nous occupe. Il fut d’abord ḥanbalite et étudia le fiqh sous la direction d’Ibn ‘Aqīl. Mais il se heurta à certains ḥanbalites qui s’opposaient à lui ; les causes de cette opposition ne sont pas spécifiées par ses biographes ; alors, changeant d’école, il devint šāfi‘ite. Nous aurons à en reparler plus loin en traitant de l’affaire de son premier maître, Ibn ‘Aqīl.

  • 185 Voir supra, p. 175 et n. 3.

111Abū ’1-Fatḥ b. Barhān apprit le fiqh šāfi‘ite sous la direction d’Abū Bakr aš-Šāšī, d’al-Ġazzālī et d’al-Kiyā al-Harrāsī. Bien que surtout faqīh et uṣūlī, il ne négligea pas d’apprendre le ḥadīṯ et étudia le Ṣaḥīḥ d’al-Buḫārī sous la direction d’Abū Ṭālib az-Zainabī185.

  • 186 Cité dans Šaḏarāt, loc. cit.
  • 187 Al-Ausaṭ, dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit. ; al-Wasīṭ, dans Šaḏarāt, loc. cit.
  • 188 Dont il y a un extrait dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit.
  • 189 Cité dans Bidāya, loc. cit. Nous avons trouvé de lui (en 1955) un ouvrage manuscrit sur les uṣūl a (...)
  • 190 Cf. folios 239a, 267a.

112On lui attribue quatre ouvrages sur les uṣūl al-fiqh : al-Basīṭ186, al-Ausaṭ ou al-Wasīṭ187, al-Wağīz188 et aḏ-Ḏaḫīra fī uṣūl al-fiqh189. Quand Ibn ‘Aqīl cite Abū ’1-Fatḥ b. Barhān dans les Funūn190, il lui donne le titre d’aš-Šaiḫ. Dans les Funūn, on voit Abū ’1-Fatḥ discuter sur le fiqh avec les jurisconsultes.

  • 191 Voir G. Makdisi, Institutions, 42.

113Ibn Barhān enseigna à la Niẓāmīya à deux reprises. Mais on ne peut pas attribuer à cela son importance au sein de l’école šāfi‘ite. Il enseigna en effet à la Niẓāmīya, la première fois pendant moins d’un mois, et la deuxième, un seul jour. Nous avons eu l’occasion de parler de lui ailleurs191 en traitant plus longuement de la Madrasa Niẓāmīya. C’est plutôt à ses ouvrages, à ses nombreux élèves, et à sa participation à la vie intellectuelle de son époque qu’il faut attribuer cette importance, qui dut être d’ailleurs de courte durée, puisqu’il mourut jeune.

***

114Tels furent les grands maîtres et auteurs šāfi‘ites qu’on peut désigner comme bagdadiens. Il en est d’autres, des non-bagdadiens, dont il importe de traiter ici à cause de leur importance en tant que maîtres šāfi‘ites à Bagdad, bien que leur action n’ait été, relativement parlant, que de courte durée. Les plus importants parmi eux, quant au développement de l’école šāfi‘ite, sont Abū Ḥāmid al-Ġazzālī et al-Kiyā al-Harrāsī, les deux plus grands disciples du jurisconculte et théologien célèbre, Imām al-Ḥaramain Abū ’1-Ma’ālī al-Ǧuwainī.

Abū Ḥāmid al-Ġazzālī (m. 505/1111)192

  • 192 Ḥuğğat al-Islām Zain ad-Dīn Abū Ḥāmid Muḥammad b. Muḥammad b. Muḥammad al-Ġazzālī. Voir GAL, I, 41 (...)

115Ce grand personnage est le šāfi‘ite du ve/xie siècle actuellement le plus étudié. Ici, nous voudrions seulement évoquer quelques détails de sa vie en tant que maître et auteur de fiqh šāfi‘ite. On ne saurait l’ignorer dans une étude sur l’Islam bagdadien et surtout lorsqu’il s’agit des maîtres šāfi‘ites à Bagdad, car il y passa quelques années, notamment à la Niẓāmīya, où il contribua à la formation juridique des étudiants šāfi‘ites.

  • 193 Abū Ḥāmid Aḥmad b. Muḥammad at-Ṭūsī ar-Rāḏakānī (ainsi établi dans la source citée ci-après) ; cet (...)
  • 194 Le texte donne : Abū Naṣr al-Ismā‘īlī, mais le seul personnage que nous avons pu trouver dans les (...)
  • 195 Il copia toute sa ta‘līqa.
  • 196 Voir sur lui GAL, I, 388-389, Suppl., I, 671-673.
  • 197 « Tu m’as enterré vivant, aurait-il dit à al-Ġazzālī, que n’as-tu pas attendu ma mort ? »

116Rappelons donc qu’al-Ġazzālī apprit le fiqh šāfi‘ite à Ṭūs sous la direction d’Aḥmad ar-Rāḏakānī193. De Ṭūs, il alla continuer ses études de fiqh à Ǧurğān, province avoisinante du Ḫurāsān, sous la direction d’al-Ismā‘īlī194 dont il suivit jusqu’à la fin les cours de fiqh195. De retour à son petit village ar-Rāḏakān, il y resta trois ans, pendant lesquels il aurait appris par cœur toute la ta‘liqa de son dernier maître. C’est après cela qu’il se rendit à Nīsābūr où il poursuivit ses études de fiqh, sous la direction du grand šāfi‘ite Imām al-Ḥaramain196 dont il devint le meilleur disciple, et qu’il ne quitta pas jusqu’à sa mort en 478 H. Dès avant la mort de ce grand maître, al-Ġazzālī avait écrit un ouvrage d’uṣūl al-fiqh, al-Manḫūl, qui suscita chez son maître une grande admiration : le maître se déclara dépassé par son disciple197. Après la mort d’Imām al-Ḥaramain, al-Ġazzālī se rendit à la cour de Niẓām al-Mulk qui, comme al-Ġazzālī, était originaire d’ar-Rāḏakān. Après un séjour auprès de ce grand ministre et mécène qui lui avait fait un accueil digne de sa personne, al-Ġazzālī, muni d’un ordre de Niẓām al-Mulk, se rendit à Bagdad comme professeur à la Niẓāmīya, où il occupa la chaire de fiqh de 484 à 488 H., après quoi il cessa son enseignement dans cette institution et s’en alla faire son pèlerinage à la Mecque, laissant son frère Abū ’1-Futūh Aḥmad al-Ġazzālī comme substitut (nā’ib) en attendant d’être remplacé par un professeur titulaire. Il revint encore une fois à Bagdad, mais ce fut pour y enseigner pendant un certain temps, dans le ribāṭ de Bahrūz, son ouvrage Iḥyā’ ‘ulūm ad-dīn, composé pendant son séjour en Syrie.

117A Bagdad, les élèves de fiqh d’al-Ġazzālī eurent presque toujours d’autres maîtres, en particulier, Abū Bakr aš-Šāšī et al-Kiyā al-Harrāsī. Si certains de ses élèves de fiqh n’étudièrent qu’avec lui, ce fut à Ṭūs où il demeura assez longtemps. Le plus important parmi ses ouvrages juridiques est celui qui traite des uṣūl al-fiqh, intitulé al-Mustaṣfā fī ‘ilm al-uṣūl.

  • 198 Voir Muntaẓam, X, 169 ; cf. Bidāya, XII, 174 et Ḏail, I, 177, ligne 10. Ibn al-Ǧauzī continue en d (...)
  • 199 M. L. Massignon nous a montré une fois, dans sa bibliothèque, un passage dans Salāmī (Kitāb ġāyat (...)

118Ce qui est remarquable, du point de vue de ses relations avec les intellectuels de Bagdad, c’est qu’Ibn ‘Aqīl ne le cite pas une fois dans les Funūn. Il est vrai que nous ne possédons cet ouvrage monumental d’Ibn ‘Aqīl que fragmentairement ; mais il n’en reste pas moins que nous y trouvons des contemporains šāfi‘ites cités plus d’une fois, tels qu’Abū Bakr aš-Šāšī et surtout al-Kiyā al-Harrāsī. Ibn al-Ǧauzī, qui est l’une des sources principales sur Ibn ‘Aqīl et son époque, dit qu’Ibn ‘Aqīl et son contemporain ḥanbalite al-Kalwaḏānī furent au nombre des grands docteurs de Bagdad qui vinrent l’entendre à la Niẓāmīya198. C’est ici le seul cas, à notre connaissance, où Ibn ‘Aqīl est mentionné avec al-Ġazzālī. Nous n’avons trouvé nulle part dans les ouvrages existants d’Ibn ‘Aqīl, ni dans les extraits que nous en avons trouvés dans la littérature ultérieure, un seul passage concernant al-Ġazzālī. Il en est autrement avec le grand maître šāfi‘ite suivant199.

Al-Kiyā al-Harrāsī (m. 504/1110)200

  • 200 Šams al-Islām ‘Imād ad-Dīn Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. ‘Alī aṭ-Ṭabarī al-Harrāsī, connu sous (...)
  • 201 Le célèbre traditionniste as-Silafī (m. 576 H.), un des disciples de ḥadīṯ de Kiyā, dit qu’il ente (...)

119Al-Kiyā fit ses premières études dans le Ṭabaristān qu’il ne quitta qu’à l’âge de 20 ans. Du même âge qu’al-Ġazzālī, il vint lui aussi parfaire ses études de fiqh sous la direction du grand maître šāfi‘ite de Nīsābūr, Imām al-Ḥaramain Abū ’1-Ma‘ālī al-Ǧuwainī. Après une période très studieuse, il excella en fiqh, dans le domaine des uṣūl comme dans celui des furū‘, et en ḫilāf. Il fut l’un des plus importants répétiteurs de fiqh d’Imām al-Ḥaramain, et les biographes le qualifient de double d’al-Ġazzālī, avec cette différence qu’il était bien plus éloquent, plus capable d’exposer clairement et efficacement201.

  • 202 Voir G. Le Strange, Lands, 391 et Map VIII. C’est aussi bien le nom d’un district que le nom usuel (...)

120De Nīsābūr, al-Kiyā se rendit à Baihaq202 où il enseigna le fiqh aux šāfi‘ites. Il entreprit ce séjour à Baihaq très vraisemblablement après la mort de son maître Imām al-Ḥaramain en 478 H., alors qu’al-Ġazzālī se rendit à Ṭūs à la cour de Niẓām al-Mulk. Après ce séjour à Baihaq, il se rendit à Bagdad où il fut nommé professeur à la Niẓāmīya en 493 H., poste qu’il devait tenir jusqu’à sa mort onze ans plus tard.

  • 203 اذا جالت فرسان الأحاديث في ميادين الكفاح طارت رؤوس المقاييس في مهاب
  • 204 Littéralement : un ‘ālim.

121Il était surtout faqīh, comme al-Ġazzālī, mais il avait aussi étudié le ḥadīṯ et passait pour un muḥaddiṯ de mérite. Le grand traditionniste, Abū Ṭāhir as-Silafī, fut un de ses élèves. En cette matière, il fut plus expert qu’al-Ġazzālī. Dans ses séances de controverse juridique, il s’appuyait beaucoup sur le ḥadīṯ. On lui attribue le dicton : « Lorsque les chevaliers des traditions courent dans les champs de bataille, les têtes (coupées) des analogies en sont emportées par le vent ! »203. On cite de lui aussi une décision légale (fatwā), où, à la question de savoir si ceux qui s’occupent du ḥadīṯ peuvent être inclus dans un testament (il s’agissait d’un legs) en faveur des ‘ulamā’, sa réponse fut : « Oui ! pourquoi pas ? » Et il donna comme base de cette décision le ḥadīṯ du Prophète : « Ceux qui apprennent par cœur quarante ḥadīṯ concernant ma communauté (umma), Dieu les ressuscitera au jugement dernier parmi les ‘ulamā’ »204.

  • 205 Nous avons déjà eu l’occasion de rapprocher de la pensée d’al-Ġazzālī celle de Muwaffaq ad-Dīn b. (...)

122Contre al-Ġazzālī, al-Kiyā admettait la damnation de Yazīd b. Mu‘āwiya pour le meurtre d’al-Ḥusain, fils de ‘Alī. Nous aurons encore à parler d’al-Kiyā, lorsque nous traiterons des bāṭinites et de l’accusation de bāṭinisme qu’on porta contre lui, et nous verrons qu’Ibn ‘Aqīl était le principal jurisconsulte à le justifier ; car Ibn ‘Aqīl, et non seulement al-Ġazzālī, était connu comme un grand lutteur contre l’hérésie du bātinisme tant par ses décisions légales que par ses écrits. Il suffit de dire ici qu’al-Ġazzālī s’opposait à cette attitude d’al-Kiyā, car, dit-il, il n’est pas établi que Yazīd voulait tuer al-Ḥusain, et, même s’il en est coupable, « la porte du repentir (tauba) est (toujours) ouverte »205.

  • 206 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 282.

123Parmi les ouvrages d’al-Kiyā, les biographes citent Šifā’ al-muršidīn que Subkī, qui en fait des citations dans sa notice sur al-Kiyā206, considère comme un des plus excellents ouvrages sur les divergences juridiques (ḫilāfīyāt). Contre les doctrines juridiques qui sont particulières à Aḥmad b. Ḥanbal, et qu’on appelle mufradāt, il écrivit Kitāb naqd mufradāt al-Imām Aḥmad. On lui attribue aussi un ouvrage sur les uṣūl al-fiqh.

  • 207 Voir Funūn, fol. 56b, 57b, 58b, 59b.
  • 208 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 282, où des variantes sont signalées, mais qui ne changent pas le s (...)

124A la différence de son camarade de classe al-Ġazzālī, qui avait participé lui aussi à la vie intellectuelle de Bagdad, le nom d’al-Kiyā al-Harrāsī est lié à celui de notre grand docteur ḥanbalite, Ibn ‘Aqīl. Dans ce qui nous reste des Funūn de celui-ci, al-Kiyā est cité à plusieurs reprises207 comme participant aux discussions juridiques. Les biographes citent un vers d’al-Kiyā récité par lui à Ibn ‘Aqīl à l’occasion d’une séance de controverse juridique avec Ibn ‘Aqīl où celui-ci l’emportait sur lui. L’esprit fin et sympathique d’al-Kiyā apparaît dans ce vers où il suppliait Ibn ‘Aqīl : « Sois bienveillant envers ton esclave doué d’un bégaiement montagnard/ Alors que toi, tu as la plaine de Bagdad et le cours rapide de ses eaux »208. Ce vers est d’autant plus fin et plein d’intérêt qu’al-Kiyā était connu à son époque précisément pour son éloquence.

  • 209 Les biographes disent qu’al-Ġazzālī, même après son expérience ascétique et mystique, et après son (...)

125Comme al-Ġazzālī trouvait sa fortune auprès de Niẓām al-Mulk, al-Kiyā trouva la sienne auprès du fils de Niẓām, Faḫr al-Mulk, et il devint l’envoyé du sultan Barkiyārūq à Bagdad. Il devint riche, comme al-Ġazzālī209, et devait servir pendant un certain temps comme qāḍī, avant de venir à Bagdad.

  • 210 Voir sur lui, Al-Ṭāhir, aš-Ši‘r al-‘arabī, I, 178-184. Al-Ġazzī naquit en 441 H. à Ġazza, en Pales (...)

126Lors de la mort d’al-Kiyā al-Harrāsī, le poète Ibrāhīm b. ‘Uṯman al-Ġazzī fit son éloge dans une élégie210. Mais il était presque de rigueur que ce poète fit une élégie funèbre à l’occasion de la mort d’un professeur de la Niẓāmīya. Voici qui est plus significatif au sujet de la place occupée par al-Kiyā dans la vie intellectuelle de Bagdad : les deux grands ḥanafites de l’époque, Abū Ṭālib az-Zainabī et Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī, firent aussi son éloge, en vers. Il était pourtant en rivalité avec eux, les biographes l’assurent. Cette rivalité était vraisemblablement politique. L’autorité et la personnalité d’al-Kiyā étaient telles, qu’en dépit de sa position favorisée auprès des princes, il pouvait néanmoins continuer à jouir du respect et même de l’amitié des jurisconsultes bagdadiens non-šāfi‘ites.

***

  • 211 G. Makdisi, Institutions, 38-43 passim.

127Pour ce qui concerne les autres professeurs de fiqh non-bag-dadiens qui enseignèrent à la Niẓāmīya, avant ou après ceux dont nous venons de traiter, nous renvoyons à une étude que nous avons faite sur les institutions d’enseignement à Bagdad, où ils sont envisagés par rapport à l’histoire de la Niẓāmīya211. Nous aurons à les mentionner ici de temps en temps, mais ils n’ont pas autant d’importance, du moins en ce qui concerne l’Islam bag-dadien.

  • 212 Voir infra, p. 221 et n. 4.
  • 213 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, 1169-1170.
  • 214 Voir GAL, I, 389, Suppl., I, 671 ; Fu’ād as-Saiyid, Fihris, 241-242.
  • 215 Voir GAL, I, 424, Suppl. I, 754.

128Il y eut, à cette époque, deux manuels de fiqh célèbres à l’usage des étudiants šāfi‘ites, à savoir : le Tanbīh d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, et aš-Šāmil d’Ibn aṣ-Ṣabbāġ, son rival. Nombreux sont les ouvrages de fiqh et d’uṣūl écrits par les grands šāfi‘ites de cette époque. Chacun d’eux avait sa ta‘liqa de fiqh ; le plus célèbre de ce genre d’ouvrages ayant été celui d’Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī en 50 volumes. Al-Māwardī212 écrivit deux ouvrages sur le fiqh, un gros, al-Hāwī, et un petit, al-Iqnā‘ ; le premier, selon lui, contenait quatre mille feuillets et le second, une quarantaine. Aš-Šāšī écrivit un abrégé de fiqh, al-‘Umda, destiné au fils du calife al-Mustaẓhir, dont le laqab fut ‘Umdat ad-Dīn et qui devint le calife al-Mustaršid ; cet ouvrage eut plusieurs commentaires213. En uṣūl al-fiqh, plusieurs ouvrages appartiennent aux šāfi‘ites de cette époque, mais les plus célèbres furent ceux des šāfi‘ites non-bagdadiens, à savoir : deux ouvrages d’Imām al-Ḥaramain al-Ǧuwainī, le Kitāb al-Waraqāt et al-Burhān fī uṣūl al-fiqh214 ; et l’ouvrage d’al-Ġazzālī, al-Mustaṣfā fī ‘ilm al-uṣūl215.

  • 216 Voir les traductions et les études là-dessus, dans GAL, I, 386, Suppl., I, 668 ; nous en rappelons (...)
  • 217 Édité par Muḥammad Ḥāmid al-Fiqī. Ces deux ouvrages mériteraient d’être étudiés de près ; non seul (...)

129De cette époque aussi est l’ouvrage célèbre d’al-Māwardī, al-Aḥkām as-sulṭāniya216. Son contemporain ḥanbalite, le Qāḍī Abū Ya‘lā, écrivit un ouvrage sous le même titre217.

b. Les fonctionnaires šāfi‘ites

  • 218 Voir Tāğ, n 203.

130Nous avons déjà montré que les fonctions importantes de la niqāba, ou syndicat des ḥāšimites, ainsi que celle du grand qāḍī, appartenaient aux ḥanafites. Mais il y eut, à l’époque qui nous occupe, une exception en ce qui concerne cette dernière fonction. Le šāfi‘ite Abū Bakr aš-Šāmī, un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl, occupa le poste de qāḍī ’l-quḍāt pendant dix ans. Depuis 447 H., ce poste fut occupé par un autre maître d’Ibn ‘Aqīl, le ḥanafite Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī. Après aš-Šāmī, le poste fut de nouveau donné à un ḥanafite, un fils d’ad-Dāmaġānī. Ce poste important passait donc pour être ḥanafite, si bien que le biographe ḥanafite Ibn Quṭlūbuġā compte le šāfi‘ite Abū Bakr aš-Šāmī parmi les ḥanafites dont ils traitent, et lui consacre une notice biographique dans son ouvrage Tāğ at-tarāğim218. Nous n’avons à traiter sous cette rubrique que de lui et d’al-Māwardī, lequel remplit surtout la fonction d’envoyé du calife.

Abū ’1-Ḥasan al-Māwardī (m. 450/1058)219

  • 219 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. Ḥabīb al-Māwardī al-Baṣrī. Voir, sur lui, GAL, I, 386, Suppl., I, (...)
  • 220 Cf. le journal contemporain d'Ibn al-Bannā’, G. Makdisi, Diary, XIX, 439 (§ 170).
  • 221 E. Fagnan, Statuts.

131Al-Māwardī, qui portait à son époque le titre honorifique de Aqdā ’l-quḍāt220, est connu surtout pour son ouvrage al-Ahkām as-sulṭānīya221 ; mais il joua un rôle important à la fois dans le domaine de la politique et dans celui de l’enseignement juridique šāfi‘ite. Nous avons eu déjà l’occasion de le mentionner comme l’envoyé d’al-Qā’im auprès du salğūqide Ṭuġril, en l’an 435 H. Avant cela, en 429 H., il donna une décision légale contre l’emploi du titre de šāh-in-šāh, roi des rois, par le prince buwaihide de l’époque, affaire que les chroniqueurs ne manquent pas de citer et qui fut discutée longtemps après par les jurisconsultes. On le consultait constamment, car il était l’un des jurisconsultes les plus importants de l’époque.

  • 222 Abū ’1-Qāsim ‘Abd al-Wāḥid b. al-Ḥusain aṣ-Ṣaimarī (mort après 386/997) ; voir, sur lui, Ṭabaqāt a (...)

132Originaire de Baṣra, où il commença ses études de fiqh sous la direction d’Abū ’1-Qāsim aṣ-Ṣaimarī222, il vint à Bagdad les poursuivre sous la direction du grand maître šāfi‘ite Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī. Il exerça le métier de qāḍī dans plusieurs endroits hors de Bagdad.

  • 223 Sur ce maître d’Ibn ‘Aqīl, v. infra, chap. V, section II, 1 g.
  • 224 Sur ses ouvrages, voir GAL, loc. cit., et aussi E. Fagnan, dans son introduction à Māwardī, Statut (...)

133Il enseigna le fiqh à Baṣra et à Bagdad, et, d’après les informations que nous livrent les sources à notre disposition, son disciple le plus important à Bagdad fut un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl, Abū ’1-Faḍl al-Hamaḏānī, dont la spécialité juridique était la succession ab intestat et qui enseignait le calcul comme sujet complémentaire223. Ce n’est cependant pas en tant que grand maître qu’il se distingua dans l’école šāfi‘ite, mais plutôt en tant qu’auteur, car il écrivit plusieurs ouvrages sur le fiqh, tant en uṣūl qu’en furū‘. Ses deux ouvrages les plus cités en fiqh sont al-Ḥāwī, ouvrage de longue haleine, et l’Iqnā‘, un abrégé où il émet des opinions personnelles224.

Abū Bakr aš-Šāmī (m. 488/1095)225

  • 225 Abū Bakr Muḥammad b. al-Muẓaffar b. Bakrān b. ‘Abd aṣ-Ṣamad b. Sulaimān al-Ḥamawī aš-Šāmī (400-488 (...)
  • 226 342-428 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, XI, 314 ; Muntaẓam, VIII, 92.
  • 227 339-430 H.
  • 228 346 (347 ? 348 ?)-440 H. ; voir les notices dans Tārīḫ. Baġdād, III, 234-235 (où l’édition du Cair (...)
  • 229 367-441 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, IV, 379 ; Muntaẓam, VIII, 142.

134Abū Bakr aš-Šāmī était originaire de Ḥamāh, en Syrie, d’où ses nisba, al-Ḥamawī aš-Šāmī. Il fit le pèlerinage de la Mecque à l’âge de 17 ans. Après avoir fait ses premières études de fiqh dans son pays, il vint les poursuivre à Bagdad sous la direction du grand šāfi‘ite Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī. De tendance traditiona-lisante, il étudia beaucoup le ḥadīṯ, et l’on cite parmi ses maîtres traditionnistes : ‘Utmān b. Dūst226, Abū ’1-Qāsim b. Bišrān227, Abū Ṭālib b. Ġailān228 et Abū ’1-Ḥasan al-‘Atīqī229.

  • 230 Subkī, dans ses Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya (III, 83), dit qu’il vit une ancienne copie de Kitāb aḍ-ḍu‘afā (...)

135Dans le quartier de Qaṭī‘at ar-Rabī‘, situé à l’intérieur du Karḫ, côté ouest de Bagdad, aš-Šāmī avait un collège-mosquée (masğid) où il enseigna, pendant plus de 55 ans, le fiqh et le ḥadīṯ230.

  • 231 Sur ce personnage, notable hāšimite, dont nous n’avons pas trouvé de notice, voir Diary, XIX, 31, (...)
  • 232 Selon Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 84.
  • 233 Cf. Manāqib, fol. 167a ; Šaḏarāt, III, 391.

136En matière de fiqh šāfi‘ite, aš-Šāmī était considéré comme ayant eu une formation très solide. Abū ‘Alī b. Sukkara231 dit de lui qu’il serait à lui seul capable de reproduire, de mémoire, tout le fiqh de son école šāfi‘ite232. En théologie dogmatique (uṣūl ad-dīn), il suivait la voie des Anciens (salaf) ; ses doctrines traditionalisantes ont été exposées dans un ouvrage intitulé Kitāb al-bayān fī uṣūl ad-dīn233.

  • 234 Plus tard, Ibn ‘Aqīl critiquera Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī, successeur d’aš-Šāmī, pour le vêtement d (...)
  • 235 Attitude qui ressemble d’ailleurs à celle dont il est question dans La République de Platon.
  • 236 Allusion à la tradition qu’on ne doit pas refuser le poste de qāḍī si on en a les qualités requise (...)
  • 237 Pour ses qualités de qāḍī, voir infra, chap. V, section II, 1 k.

137Pendant les dix dernières années de sa vie, il fut qāḍī ’l-quḍāt. A la mort d’Abū ‘Abd Allāh al-Dāmaġānī en rağab 478 H., plusieurs candidats avaient sollicité ce poste ; deux d’entre eux, en particulier, avaient offert de grosses sommes d’argent au calife pour se l’assurer. Nous en avons déjà cité un, le fils même du détenteur qui venait de mourir. L’autre était le docteur ḥanbalite Abū Muḥammad at-Tamīmī, un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl. Mais le wazīr du calife, l’historien bien connu Abū Šuğā‘ ar-Rūḏrāwarī, offrit la succession à aš-Šāmī. Celui-ci s’en excusa au premier abord ; puis, lorsqu’on insista, accepta, mais non sans avoir stipulé les conditions suivantes, à savoir : de juger sans rémunération aucune, de refuser toute intercession en faveur des contestants, de ne pas être obligé de modifier son habillement234. On sait l’attitude dédaigneuse qu’avait certains ‘ulamā’ pour tout poste gouvernemental235. Aš-Šāmī, plus tard, faisait souvent remarquer qu’il avait accepté ce poste seulement après y avoir été contraint, et parce qu’il ne voulait pas pécher en le refusant236. Peut-être le wazīr Abū Šuğā‘, homme très pieux, et reconnu pour tel à son époque, exerça-t-il une influence décisive sur aš-Šāmī, le portant à accepter le poste237.

138Aš-Šāmī mena, jusqu’à sa mort, une vie pieuse et intransigeante à l’égard des excès de l’époque.

c. Les mécènes des šāfi‘ites

  • 238 Abū ‘Alī Ḥassan b. Sa‘d al-Manī‘ī al- Ḥāğğī (m. 463/1071) ; voir sur lui les notices biographiques (...)
  • 239 Abū ’1-Ġanā’im al-Marzubān b. Ḫusrū, connu sous le titre honofique de Tāğ al-Mulk (m. 485/1093) ; (...)
  • 240 Il est parvenu de lui des traditions qu’il dicta en 480 H., en deux séances (muḥarram et ṣafar), l (...)
  • 241 Voir infra, chap. IV, section III, 2 c ; voir aussi G. Makdisi, Institutions, 30 et passim.
  • 242 Op. cit.

139Les sources sur les šāfi‘ites de cette époque citent les œuvres de charité de plusieurs personnages dont les plus importants sont Abū ‘Alī al-Manī‘ī, Tāğ al-Mulk et Niẓām al-Mulk. C’est à Abū ‘Alī al-Manī‘ī238 que les šāfi‘ites de l’époque doivent la fondation de plusieurs collèges-mosquées (masğid) et monastères (ribāṭ) ; mais les sources ne spécifient pas une seule de ces institutions comme ayant été fondée à Bagdad. Tāğ al-Mulk239 est connu surtout pour sa fondation de la Madrasa Tāğīya à Bagdad, ainsi nommée après lui et inaugurée en 482 H., trois ans avant sa mort. Mais c’est Niẓām al-Mulk qui fut le grand seigneur le plus célèbre de l’époque. Ses œuvres de charité à l’intention des šāfi‘ites, à Bagdad et partout ailleurs dans l’empire ’abbāside dépassèrent de loin celles de tout autre personnage. L’action publique de ce grand ministre salğūqide déborde le cadre des fonctionnaires de cette époque240. Nous l’avons déjà rencontré en parlant de la situation politique et nous aurons encore l’occasion de nous en entretenir plus loin241. Il suffit ici de rappeler qu’il fonda la Madrasa Niẓāmīya à Bagdad, dont l’inauguration eut lieu en 459 H., et un ribāṭ. Il fit de même partout ailleurs dans les villes importantes de l’empire. Dans une étude sur les institutions d’enseignement de cette période242, nous avons essayé de montrer que Niẓām al-Mulk, personnage inégalé de cette époque, fonda le réseau de ses madrasa, moins par zèle religieux que pour s’en servir en tant qu’instrument de sa politique. Il voulait attirer à son service les ‘ulamā’ šāfi‘ites et aš‘arites en leur créant un système d’institutions hors de portée du calife ; institutions où il pouvait nommer ses favoris aux professorats et les destituer selon sa volonté pour les remplacer par des nouveaux. On ne doit pas croire qu’il fut original en ce qu’il faisait, que ce soit la fondation de madrasa ou le fait de s’en servir pour ses propres besoins politiques. Il ne faisait que suivre l’exemple de ses devanciers parmi les gouvernants. Mais on doit avouer qu’il eut le génie politique d’un grand homme d’État, le sens de son époque et le génie administratif pour savoir exploiter les forces qu’elle contenait. Tout comme il serait erronné de juger Niẓām al-Mulk hors du contexte de son époque et, par là, de lui porter préjudice par un jugement de valeur défavorable, il ne faudrait pas non plus lui attribuer des sentiments purement altruistes concernant ses fondations pieuses. Il était le fils de son siècle, doué d’un plus grand génie politique que ses contemporains.

4. LES ḤANBALITES

a. Les maîtres et auteurs ḥanbalites

140On peut compter sept grands ḥanbalites dont les carrières, avec celles de leurs principaux élèves, embrassent le ve/xie siècle, si important dans l’histoire du hanbalisme. Le premier, Ibn Ḥāmid, mort au début du siècle, avait eu plusieurs élèves, principalement le Qāḍī Abū Ya‘lā. Celui-ci, par le fait qu’il enseigna pendant plus d’un demi-siècle et écrivit un nombre considérable d’ouvrages, domina la première moitié du siècle et se fit une place estimable dans la littérature ultérieure à côté des grands docteurs ḥanbalites. Parmi ses nombreux disciples on peut compter quatre grands juris-consultes ; les deux premiers, le Šarīf Abū Ǧa‘far et Ya‘qūb al-Barzabīnī, sont moins célèbres que les deux qui suivirent, al-Kalwaḏānī et Ibn ‘Aqīl. Le septième ḥanbalite est Ibn az-Zāġūnī, élève de Ya‘qūb al-Barzabīnī. Après l’écoulement du siècle, les noms dont la place sera prépondérante dans la littérature ḥanbalite ultérieure, sont surtout ceux d’Ibn ‘Aqīl et d’Abū Ya‘lā, d’Ibn Ḥāmid, d’al-Kalwaḏānī et d’Ibn az-Zāġūnī.

Abū ‘Abd Allāh Ibn Ḥāmid (m. 403/1012)243

  • 243 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥasan b. Ḥāmid b. ‘Alī b. Marwān al-Warrāq al-Ḥanbalī al-Baġdādī. Voir, sur lui, (...)
  • 244 Abū Bakr Aḥmad b. Salmān b. al-Ḥasan b. Isrā‘īl b. Yūnus an-Nağğād (253-348 H.). Voir, sur lui, Ṭa (...)
  • 245 Abū Bakr ‘Abd al-‘Aziz b. Ǧa‘far b. Aḥmad b. Yazdād b. Ma‘rūf, Ġulām al-Ḫallāl (285-363 H.). Voir, (...)
  • 246 Abū ’1-Qāsim ‘Umar b. al-Ḥusain b. ‘Abd Allāh b. Aḥmad al-Ḫiraqī (m. 363 H.) ; voir sur lui, notam (...)
  • 247 Aḥmad b. Sālim al-Ḫatlī, v. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 171.
  • 248 Le célèbre ḥanbalite Yūsuf b. ‘Abd al-Hādī, mort au début du xe/xvie siècle (l’an 909/1503), en co (...)

141Ibn Ḥāmid reçut une solide formation en ḥadīṯ et en fiqh. Parmi ses maîtres, signalons le grand ḥanbalite Abū Bakr an-Naǧǧāb244, lui aussi traditionniste et jurisconsulte de grand mérite. Un autre grand maître d’Ibn Ḥāmid fut Abū Bakr ‘Abd al-‘Azīz, connu aussi sous le nom de Ġulām al-Ḫallāl245. Ces deux ḥanbalites furent de grands maîtres de leur époque et des auteurs considérables. Le dernier était contemporain du célèbre jurisconsulte ḥanbalite al-Ḫiraqī246. Élève en fiqh d’Abū Bakr ‘Abd al-‘Azīz, Ibn Ḥāmid étudia aussi le Muḫtaṣar d’al-Ḫiraqī sous la direction d’un maître247 qu’il cite en tête d’un isnād remontant à l’auteur même. Cet ouvrage, écrit au ive/xe siècle, sera le manuel de fiqh par excellence et l’objet d’un nombre considérable de commentaires248.

  • 249 Šaṭṭī, Muḫtaṣar, loc. cit.

142Les biographes d’Ibn Ḥāmid nous disent qu’il écrivit nombre d’ouvrages dans divers domaines des sciences religieuses. Malheureusement, comme beaucoup d’autres ouvrages de l’époque, ceux-ci ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Leurs titres mêmes ne nous sont pas tous connus. On attribue à Ibn Ḥāmid cinq ouvrages dans les domaines du fiqh, des uṣūl al-fiqh et des uṣūl ad-dīn. Les voici : al-Ǧāmī‘ fī ’l-maḏhab, ouvrage de fiqh ḥanbalite, de longue haleine, en 400 ğuz’ environ où il traite des divergences entre les jurisconsultes (iḫtilāf al-fuqahā’) ; Šarḥ al-Ḫiraqī, commentaire du célèbre manuel de fiqh que nous venons de mentionner ; Šarḥ uṣūl ad-dīn, ainsi intitulé par les biographes, ouvrage sur la théologie dogmatique ; un autre ouvrage sur les uṣūl al-fiqh ; et finalement, Tahḏīb al-ağwiba, qui lui est attribué par un biographe récent249, et qui paraît être une collection de fatwā, ou décisions légales. Son ouvrage sur la théologie dogmatique paraît avoir été un ouvrage assez important, car il fut abrégé par un de ses élèves comme nous le verrons par la suite.

  • 250 Sans être vu ; car les califes ne paraissaient pas souvent à la vue des fidèles.
  • 251 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 177.
  • 252 Remarquons ici que les bons calligraphes, ceux qui pouvaient écrire rapidement et en même temps d’ (...)

143Ibn Ḥāmid jouit d’une grande estime auprès du calife al-Qādir, aussi bien pour son érudition juridique que pour ses qualités personnelles. Mais ses qualités, d’une tendance ascétique marquée, le tenaient à l’écart de toute participation active à la vie politique, conformément à la meilleure tradition de l’école ḥanbalite. Il fut une fois appelé, avec son grand contemporain šāfi‘ite, Abū Ḥāmid al-Isfarā’inī, à tenir une séance de controverse juridique dans le palais califien en un endroit où le calife pouvait les entendre250. Après cette séance, où Ibn Ḥāmid dut briller, le calife lui envoya une bourse importante qu’il refusa au nom de cette vie chaste et ascétique qu’il menait, bien qu’il en aurait eu besoin au moins en partie. Car Ibn Ḥāmid, bien qu’il fût le plus grand professeur ḥanbalite de son époque, devait gagner sa vie en se faisant copiste à gages. Nous connaissons la routine journalière de ses activités dans sa salle d’étude. Il commençait sa classe (mağlis) en faisant réciter le Coran, après quoi il enseignait le fiqh. Ensuite, sa classe terminée, il se mettait à copier des textes pendant le temps qui lui restait de la journée ainsi consacrée à l’enseignement. C’est pour cela qu’il fut surnommé « le copiste » (al-warrāq)251. L’époque des grandes écoles, où les professeurs étaient nommés avec traitement aux chaires de fiqh, était encore à venir, et même là, les ḥanbalites seront les derniers des professeurs des trois grands systèmes juridiques de Bagdad à être ainsi servis. Ibn Ḥāmid vivait donc d’une vie simple où il se consacrait à l’étude, à ses élèves et à son gagne-pain252.

  • 253 Voir, sur cette attaque, les chroniques, sub anno, 403.

144Cet homme pieux fit, à plusieurs reprises, le pèlerinage de la Mecque ; et c’est en revenant de son dernier pèlerinage qu’il mourut en route, près de Wāqiṣa, lors d’une attaque des pèlerins par les bédouins. Ces derniers, qui avaient rendu amère l’eau des puits avec de la coloquinte, exigèrent une grosse somme d’argent des chefs de la caravane et, ne l’obtenant pas, ils les attaquèrent alors qu’ils étaient affaiblis par la soif. Ibn Ḥāmid périt avec des milliers de pèlerins253.

145Les plus connus parmi ses élèves, après Abū Ya‘lā, sont ceux qui suivent :

  • 254 Abū Bakr Aḥmad b. Mūsā b. ‘Abd Allāh b. Isḥāq, connu sous la kunya d’ar-Rūšanānī (ar-Rūšānī ?) ; v (...)
  • 255 Abū ‘Abd Allāh ‘Ubaid Allāh b. Muḥammad, connu sous le nom d’Ibn Baṭṭa, dont la généalogie remonte (...)
  • 256 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit., où Ibn Abī Ya‘lā dit en avoir vu une copie de la main d’Abū ’ (...)

146Abū Bakr ar-Raušanānī (m. 401/1011)254, qui était aussi l’élève du grand docteur ḥanbalite Ibn Baṭṭa255, fit un abrégé de l’ouvrage de son maître Ibn Ḥāmid sur la théologie dogmatique : al-Muḫtaṣar fī uṣūl ad-dīn256.

  • 257 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Umar al-Barmakī ; voir op. cit., 190.
  • 258 Abū Ḥafs ‘Umar b. Aḥmad b. Ibrāhīm al-Barmakī (m. 387 H.) ; voir notamment Ṭabaqāt al-ḥanābila, II (...)

147Abū ’l-‘Abbās al-Barmakī (m. 401/1011)257, traditionniste et jurisconsulte, eut pour maîtres de fiqh son père258 et Ibn Ḥāmid.

  • 259 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‘Umar al-Barmakī ; voir op. cit., II, 190-191.

148Son frère Abū Isḥāq al-Barmakī (m. 445/1054)259, qui fut aussi jurisconsulte et eut une connaissance particulière dans le domaine du droit successoral, eut pour maîtres de fiqh Ibn Baṭṭa et Ibn Ḥāmid.

  • 260 Abū ’1-Qāsim ‘Abd as-Salām b. al-Farağ al-Mazrafī ; voir op. cit., II, 181.

149Abū ’1-Qāsim al-Mazrafī (m. 423/1032)260, auquel on attribue des ouvrages de fiqh ḥanbalites sans en donner les titres, eut un cercle d’étude (ḥalqa) à la Mosquée d’al-Manṣūr.

  • 261 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Mūsā, connu sous la kunya d’al-Fuqā‘ī ; v. op. cit., II, 182.

150Abū ‘Abd Allāh al-Fuqā‘ī (m. 424/1033)261, qui se maria avec la fille de son maître de fiqh, Ibn Ḥāmid, et auquel on attribue des ouvrages de fiqh et d’uṣūl al-fiqh, fut jurisconsulte et controversiste et eut aussi une ḥalqa à la Mosquée d’al-Manṣūr.

  • 262 Abū Ṭālib Aḥmad b. ‘Abd Allāh b. Sahl, connu sous le nom d’Ibn al-Baqqâl ; voir op. cit., II, 189- (...)

151Abū Ṭālib b. al-Baqqāl (m. 440/1048)262, jurisconsulte controversiste éloquent, résident du quartier de Bāb Baṣra, eut une ḥalqa à la Mosquée d’al-Manṣūr et un collège-mosquée à Bāb aṭ-Ṭāqāt.

152Parmi ces élèves d’Ibn Ḥāmid, aucun ne joua un rôle aussi Important dans le développement du hanbalisme du ve/xie siècle que celui du Qāḍī Abū Ya‘lā.

Al-Qāḍī Abū Ya‘lā (m. 458/1066)263

  • 263 Abū Ya‘lā Muḥammad b. al-Ḥusain b. Muḥammad b. Ḫalaf b. Aḥmad b. al-Farrā’ ; sur l’orthographe de (...)
  • 264 Cf. Ibn BadrĀn, Madḫal, 204, où il distingue, à juste titre, entre « Abū Ya‘lā, le grand (al-kabīr(...)
  • 265 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Muḥammad b. Ḫalaf al-Farrā’, mort en ša‘bān, 390 H. ; voir la notice d (...)
  • 266 D’après son propre témoignage à Abū Bakr al-Ḫaṭīb, Abū Ya‘lā naquit le 27 ou le 28 muḥarram 380 H. (...)
  • 267 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194.
  • 268 Au côté ouest de Bagdad, sous le quartier al-Ḥarbīya, cf. G. Le Strange, Baghdad, Map VI, n° 8, et (...)

153Le Qāḍī Abū Ya‘lā, auteur très considérable, fut l’organisateur de l’école ḥanbalite au ve/xie siècle. Très célèbre, il est connu non seulement sous l’appellation d’al-Qāḍī Abū Ya‘lā, mais aussi d’« al-Qāḍī », tout court, ou ajouté à Abū Ya‘lā b. al-Farrā’264. Son père, qui fut ḥanafite265, mourut en 390 H. alors qu’il avait dix ans266. Il fut donc confié, selon le témoignage de son fils Ibn Abī Ya‘lā267, à un homme qui habitait le quartier Dār al-Qazz268, connu sous la nisba d’al-Ḥarbī. C’est ici, à Dār al-Qazz, que le jeune Abū Ya‘lā étudia le Coran et le fiqh.

  • 269 Poète qui consacra la plupart de ses poèmes à la louange des Com­pagnons du Prophète, et à la réfu (...)
  • 270 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194.
  • 271 Il en existe un manuscrit à la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas (cf. GAL, Suppl., I, 686). Ibn Badrān (...)

154La formation d’Abū Ya‘lā commença à l’âge de cinq ans, lorsqu’il se mit à apprendre le ḥadīṯ d’Abū ’l-Ḥasan as-Sukkarī269. Après la mort de son père, alors qu’il avait l’âge de dix ans, il commença à apprendre le Coran sous la direction d’un lecteur coranique connu sous le nom d’Ibn Mufriḥa270, qui guida ses premiers pas dans l’étude de l’ouvrage célèbre de fiqh ḥanbalite, Muḫtaṣar al-Ḫiraqī, pour lequel Abū Ya‘lā écrira à son tour un commentaire271.

  • 272 Anecdote rapportée par Ibn Abī Ya‘lā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 195.

155C’est ce maître, Ibn Mufriḥa, qui conseilla à Abū Ya‘lā d’aller continuer ses études sous la direction du maître incontesté de l’école ḥanbalite de l’époque, le Šaiḫ Abū ‘Abd Allāh b. Ḥāmid, qui donnait ses cours dans un masğid à Bāb aš-Ša‘īr. De Dār al-Qazz, Abū Ya‘lā alla étudier le fiqh chez Ibn Ḥāmid jusqu’à la mort de celui-ci en 403 H. Or, un an avant la mort de ce dernier, alors qu’il préparait son voyage à la Mecque pour faire le pèlerinage, ses élèves voulurent savoir ce qu’ils devaient faire pour poursuivre leurs études de fiqh. « Sous la direction de qui, leur demandèrent-ils, nous faut-il étudier ? » Ibn Ḥāmid leur désigna le Qāḍī Abū Ya‘lā en leur disant : « Sous la direction de ce jeune homme »272.

156Après la mort du grand maître, l’année suivante, Abū Ya‘lā, disciple favorisé, commença sa longue carrière d’auteur et de professeur dans l’école ḥanbalite, carrière qui dura jusqu’à sa mort en 458 H., pendant plus d’un demi-siècle.

  • 273 Op. cit., II, 196.

157Traditionniste de bonne réputation, les traditions relatées d’après son autorité furent utilisées par Abū Bakr al-Ḫaṭīb qui le considérait comme digne de foi. Selon son fils Ibn Abī Ya‘lā273 il fit des voyages d’études à la Mecque, à Damas et à Alep, entre autres. En plus, Abū Ya‘lā connaissait à fond le Coran dont il savait les variantes suivant les dix systèmes de lecture.

  • 274 Mort en 447 H. ; cf. L. Massignon, Cadis-Naqibs, 109, et 111 pour Abū Ya‘lā.
  • 275 Mourut en 390 H., année même de la mort du père d’Abū Ya‘lā.
  • 276 Mort en 370 H., voir la notice dans Muntaẓam, VII, 103-104.
  • 277 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194, 199 ; Muntaẓam, VII, 103-104. Mentionnons ici qu’Abū Ya‘lā était iss (...)
  • 278 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 199 ; peut-être Abū ’Abd Allāh b. Ǧarada, dont nous aurons à traiter avec (...)
  • 279 Un autre maître d’Ibn ’Aqīl.
  • 280 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 199.
  • 281 De ces deux villes où les ḥanbalitess furent bien représentés, Ḥarrān devint l’un des centres les (...)

158Abū Ya‘lā fut très réputé pour sa connaissance du droit, et c’est cette réputation et sa place éminente dans l’école ḥanbalites et auprès du calife al-Qā’im qui lui valut l’offre du poste de qāḍī du Ḥarīm, quartier du Palais du Calife, après la mort du qāḍī’lquḍāt Ibn Mākūlā274. Mais, à l’instar de son grand-père, Ibn Ǧanīqa275 et du maître de celui-ci, le grand faqīh ḥanafite, Abū Bakr ar-Rāzī276, Abū Ya‘lā refusa d’abord cette offre277. Mais il l’accepta par la suite, après l’entremise d’Abū Manṣūr b. Yūsuf et d’autres, sur les instances du wazīr d’al-Qā’im, Ra’īs ar-Ru’asā’ Ibn al-Muslima278. Le qāḍī Abū ’ṭ-Ṭaiyib279 ambitionnait l’emploi de qāḍī dans le Ḥarīm, mais Abū Ya‘lā, selon son fils Ibn Abī Ya‘lā280, lui fut préféré. Abū Ya‘lā n’accepta pourtant ce poste qu’après avoir proposé des conditions qui furent aussitôt agréées, à savoir, que sa présence ne soit pas exigée pendant les processions solennelles, qu’il ne soit pas obligé de sortir avec les délégués califaux pour recevoir les hauts dignitaires politiques, ni de mettre les pieds dans le Palais du Sultan ; et qu’il lui soit permis, une fois par mois, de siéger un jour dans le quartier de Narh al-Mu‘allā et un autre dans celui de Bāb al-Azağ, et de désigner un député qui prenne sa place dans le quartier du Palais du Calife (Ḥarīm) pendant ces jours-là. A sa circonscription judiciaire dans le Ḥarīm, on ajouta plus tard celle de Ḥarrān et de Ḥulwān281. Il désigna des députés pour le représenter dans ces deux villes. Il donna des décisions légales (fatwā) pendant de longues années.

  • 282 Mort en 407 H., voir la notice dans Tārīḫ Baġdād, I, 333.
  • 283 Op. cit., II, 256.
  • 284 Cf. H. Laoust, Essai, 78.
  • 285 Cf. G. Makdisi, Diary, XVIII, 12.

159Au début de sa carrière, Abū Ya‘lā fut considéré par le šāfi‘ite Abū ’l-Ḥusain b. al-Maḥāmilī282 comme le ḥanbalite le plus doué de bon-sens parmi tous les ḥanbalitess de sa connaissance283. Ibn Taimiya lui reprochera plus tard ses tendances šāfi‘ites284, qui devaient influer sur certains de ses élèves285.

  • 286 Ce mystique ḥanbalites fait l’objet d’une étude en cours par le Père S. de Beaurecueil ; v. l’arti (...)
  • 287 Voir GAL, I, 351, Suppl., I, 594 pour les manuscrits et les éditions de cet ouvrage.
  • 288 Ajouter à al-Anṣārī al-Harawī, que nous venons de mentionner, l’autre grand ṣūfī ḥanbalites, fonda (...)

160Le Qāḍī Abū Ya‘lā eut un grand nombre d’élèves, tant en ḥadiṯ qu’en fiqh ; il est traité de la plupart d’entre eux dans le Ḏail ‘alā tabaqāt al-ḥanābila d’Ibn Rağab. Il n’est pas question de traiter ici de chacun de ses élèves ; encore moins des docteurs qui ne furent pas ses élèves et qui appartiennent en propre à d’autres régions que celle de l’Iraq. Nous songeons au grand mystique ḥanbalites al-Anṣārī al-Harawī (m. 481 /1089) qui, à notre connaissance, n’eut pas de relations avec l’école de Bagdad286. Nous songeons aussi à des ḥanbalitess de Bagdad, bien connus en d’autres domaines que celui du fiqh, tel qu’as-Sarrāğ (m. 500/1106), auteur de Maṣāri‘ al-‘uššāq287. En effet, l’école ḥanbalite compte dans ses rangs un nombre non négligeable de personnages qui se sont distingués dans d’autres domaines que celui du fiqh, et dont l’appartenance à l’école ḥanbalite est ou peu connue ou ignorée288. Nous aurons sans doute à parler de plusieurs d’entre eux, en cours de route, lorsque nous les rencontrerons dans le déroulement des événements de notre époque, ou lorsque leur mention y apportera un intérêt spécial, notre dessein ici étant de traiter de ceux qui jouèrent un rôle principal dans l’école ḥanbalites de l’époque d’Ibn ‘Aqīl.

***

161Avant de traiter des autres grands maîtres de Bagdad, nous voudrions dire un mot sur quelques autres disciples d’Abū Ya‘lā qui nous intéressent ici par leur rôle important dans la propagation des doctrines ḥanbalitess en dehors de la capitale ‘abbāside.

  • 289 Al-Qāḍī Abū ’l-Fatḥ ’Abd al-Wahhāb b. Aḥmad b. ’Abd al-Wahhāb b. Ğabala al-Baġdādī al-Ḥarrānī al-Ğ (...)
  • 290 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit.
  • 291 D’après Ibn Raǧab, Ḏail, loc. cit.
  • 292 Op. cit., loc. cit.
  • 293 Abū ’l-Qāsim ’Alī b. Muḥammad b. ’Alī al-’Alawī al-Ḥusainī al-Ḥanbalī al-Muqri’ ; voir sur lui, Ša (...)
  • 294 Cf. Ibn Raǧab, Ḏail, I, 107-108. C’est cette Ibāna d’Ibn Baṭṭa qui fait l’objet de l’étude, de l’é (...)

162Qāḍī Ḥarrān (m. 476/1083)289. — On n’est pas d’accord sur son pays natal. Ibn Abī Ya‘lā dit qu’il était de Ḥarrān et qu’il vint étudier le fiqh sous la direction de son père le Qāḍī Abū Ya‘lā290. Ibn as-Sam’ānī291, au contraire, dit qu’il était originaire de Bagdad et qu’il vint résider en permanence à Ḥarrān. Ibn Rağab292, qui cite ces deux sources, opte pour cette dernière opinion, si l’on en juge par sa citation des nisba de Qāḍī Ḥarrān : « le Bagdadien, ensuite le Ḥarrānien ». De toutes façons, ce disciple d’Abū Ya‘lā qui, après ses études de fiqh, fut nommé par le Qāḍī Abū Ya‘lā comme son représentant judiciaire à Ḥarrān, y fut non seulement le qāḍī, mais aussi le muftī, le sermonnaire (wā‘iẓ), le ḫaṭīb, et le professeur de fiqh ḥanbalite. A Ḥarrān, il devint le disciple d’Abū ’l-Qāsim az-Zaidī293, šarīf ḥanbalite qui y enseignait l’important ouvrage de théologie dogmatique d’Ibn Baṭṭa, al-Ibāna aṣ-ṣuġrā294.

  • 295 Voir Kāmil, VIII, 133 ; Bidāya, XII, 124.

163Qāḍī Ḥarrān et ses deux fils furent tués par l’émir šī‘ite ‘uqailide, Muslim b. Quraiš, par suite d’un complot où le qāḍī voulut livrer Ḥarrān aux mains d’un émir sunnite295.

164On attribue à Qāḍī Ḥarrān des ouvrages sur le fiqh et les uṣūl al-fiqh, ainsi que sur la théologie dogmatique. On n’en a conservé que les titres de trois ouvrages de fiqh : Muḫtaṣar al-muğarrad, un abrégé de l’ouvrage de son maître Abū Ya‘lā, sans doute ; Ru’ūs al-masā’il, et an-Niẓām bi-ḫiṣāl al-aqsām.

  • 296 Cf. Šaḏarāt, III, 251, où sa véridicité en matière de ḥadīṯ fut douteuse, et Ibn Rağab, Ḏail, I, 1 (...)
  • 297 Sur le ḥanbalisme à Ḥarrān au temps de la dynastie ḥanbalites des Taimīya, voir H. Laoust, Essai, (...)

165A Ḥarrān il y avait déjà le Šarīf Abū ’1-Qāsim az-Zaidī. Mais il semble que son enseignement portait surtout sur la théologie dogmatique et sur le ḥadīṯ296. En revanche, l’enseignement de Qāḍī Ḥarrān semble avoir été principalement dans le domaine du fiqh, et son principal biographe Ibn Abī Ya‘lā, suivi par Ibn Rağab, insiste sur sa fonction de professeur de fiqh. Il aura donc été le premier à y enseigner le fiqh ḥanbalites297.

  • 298 Abū ’l-Farağ ’Abd al-Wāḥid b. Muḥammad aš-Šīrāzī, connu surtout sous la kunya d’al-Maqdisī ; il en (...)
  • 299 Ḏail, I, 86.
  • 300 Voir la liste dans Ḏail, I, 89 et H. Laoust, Op. cit., loc. cit.
  • 301 L’école ḥanbalites syrienne de cette époque mériterait d’être étudiée et en commençant par son pre (...)

166Abū’l-Farağ aš-Šīrāzī (m. 486/1094)298. — C’est à Abū ’l-Farağ aš-Šīrāzī, élève d’Abū Ya‘lā, qu’on attribue la propagation des doctrines ḥanbalites à Jérusalem et à Damas. Le biographe ḥanbalite Ibn Rağab299 le considère comme le grand maître ḥanbalites de son temps en Syrie, où il s’était rendu après sa formation bagdadienne sous la direction d’Abū Ya‘lā. Il était réputé pour sa connaissance du fiqh et des uṣūl al-fiqh, et de la théologie dogmatique traditionalisante qui lui valut des querelles avec les aš‘arites syriens. Connu pour son ascèse, on dit qu’il fut hautement respecté par Tutuš, l’émir salğūqide de Damas. On lui attribue plusieurs ouvrages300 dont aucun n’est parvenu jusqu’à nous. Plusieurs de ses nombreux descendants se consacrèrent aux sciences religieuses, et cette lignée fut connue comme « la famille Ibn al-Ḥanbalī »301.

Aš-Šarīf Abū Ǧa‘far (m. 470/1077)302

  • 302 Abū Ǧa‘far ‘Abd al-Ḫāliq b. ‘Isā b. Aḥmad b. Abī Mūsā al-Hāšimī ; voir sa généalogie complète selo (...)
  • 303 Sur l’histoire de l’aš‘arisme à cette époque, voir infra, chap. IV, section III, 2 et 3 ; cf. auss (...)

167Le Šarīf Abū Ǧa‘far appartient à cette catégorie de ḥanbalitess qui luttèrent incessamment contre les innovations de leur époque. On a en lui l’exemple type de ceux qui se dressèrent sans crainte — puisqu’ils luttaient selon le commandement de Dieu contre les innovations blâmables — contre les mauvaises mœurs, tantôt contre les intérêts des agents salğūqides, tantôt contre ceux du calife ‘abbaside. Il était intransigeant devant le mu‘tazilisme renaissant ainsi que devant l’aš’arisme qui voulait s’introduire dans la capitale ‘abbaside. L’aš’arisme n’y avait pas encore gagné droit de cité303. En effet, c’est en méditant l’action politique de docteurs ḥanbalitess tels que le Šarīf Abū Ǧa‘far, qu’on est mis en état de comprendre bien des problèmes politico-religieux de l’époque. L’action menée par le Šarīf est traitée ailleurs avec les grands problèmes de l’époque : la politique salğūqide à Bagdad dans certains de ses aspects, le mu‘tazilisme et, surtout, l’aš’arisme. Nous nous bornerons ici à sa situation de grand maître ḥanbalite.

  • 304 Faisons remarquer ici qu’une ta‘līqa, à l’époque qui nous occupe, est surtout un ouvrage de fiqh o (...)
  • 305 Peut-être non pas seulement les uṣūl al-fiqh, mais aussi les uṣūl ad-dīn, puisqu’Abū Ya‘lā s’occup (...)

168Abū Ǧa’far reçut une bonne formation en ḥadīṯ et en fiqh, comme il se doit pour tout bon ḥanbalite. On ne lui connaît aucun ouvrage en ḥadīṯ, mais, en fiqh, il se distingua d’une façon particulière. Il devint, après son maître, le Qāḍī Abū Ya‘lā, l’un des deux grands maîtres de fiqh ḥanbalites de son temps, l’autre étant, comme nous l’avons déjà fait remarquer, le Qāḍī Abū ’Alī al-‘Ukbarī. Abū Ǧa‘far commença ses études de fiqh sous la direction d’Abū Ya‘lā en 428 H., et continua à suivre ses cours jusqu’en 451 H. Pendant cette période, il assistait aux séances (mağlis) de fiqh d’Abū Ya‘lā, et copiait la ta‘līqa304 de son maître, dont il devint le répétiteur en matière de furū‘ et d’uṣūl305. Il enseigna bien le fiqh, tint des séances de controverse juridique, eut une bonne connaissance du droit successoral et de la science coranique.

169Ses nombreux déplacements témoignent de sa vie mouvementée. Il changea maintes fois de résidence et de masğid. Il enseigna d’abord dans un collège-mosquée situé à Sikkat al- Ḫiraqī dans le quartier de Bāb Baṣra. Il avait aussi un cercle d’étude à la Mosquée d’al-Manṣūr. Puis il s’installa sur la rive orientale et enseigna dans un collège-mosquée situé en face du palais califien. C’était avant l’inondation de l’an 466 H. Cette inondation le contraignit à déménager de nouveau, cette fois pour le quartier de Bāb aṭ-Ṭāq, où il résida dans une maison située à Darb ad-Dīwān, à Ruṣāfa. Il enseigna à la Mosquée d’al-Mahdī et dans un collège-mosquée situé près de la porte de Darb ad-Dīwān.

  • 306 GAL, loc. cit., et Ibn Badrān, Madḫal, 219.
  • 307 Cette méthode fut aussi celle d’Abū ’l-Ḫaṭṭāb al-Kalwaḏānī (v. infra) et d’al-‘Ukbarī ; voir là-de (...)

170Son ouvrage le plus connu est Ru’ūs al-masā’il dont il existe une copie à la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas306. Dans cet ouvrage, le Šarīf Abū Ǧa‘far cite les points de fiqh où l’Imām Aḥmad b. Ḥanbal se trouve contredit par d’autres jurisconsultes, puis il fournit des preuves en faveur des doctrines d’Ibn Ḥanbal et cite ceux qui tiennent pour les même doctrines307. On lui attribue aussi d’autres ouvrages : Šarḥ al-maḏhab, inachevé, où il arriva jusqu’à la ṣalāt et où il suivit, dit-on, la même méthode que son maître Abū Ya‘lā dans l’ouvrage al-Ǧāmī al-kabīr ; Adab al-fiqh, un ğuz’ ; et Ba’ḍ faḍā’il Aḥmad wa-tarğīh maḏhabih.

  • 308 Voir infra.
  • 309 Voir Muntaẓam, VIII, 219.
  • 310 G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ’Aqīl, 122-123.
  • 311 Déjà en 453 H., Abū Sa‘d al-Mustaufī demandait à Abū Manṣūr de chātier Ibn ‘Aqīl pour ses propos a (...)
  • 312 Muntaẓam, VIII, 316 :
  • 313 Op. cit., 317.

171Nous avons sur sa vie quelques dates précises. Déjà avant la mort de son maître Abū Ya‘lā, il commençait à enseigner le fiqh et à donner des décisions légales (fatwā). Ce fut vraisemblablement à partir de 451 H., dernière année de ses études et de sa fonction de répétiteur sous la direction d’Abū Ya‘lā. En 453 H., lui et son camarade de classe, le Qāḍī Abū ‘Alī al-‘Ukbarī308, furent admis comme témoins légaux par le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī309. D’après notre étude sur l’affaire d’Ibn ‘Aqīl310, la première poursuite judiciaire contre celui-ci fut faite avant l’administration de Niẓām al-Mulk en 456 H. Comme il est presque certain qu’Abū Ǧa‘far fut à la tête de cette poursuite, il nous semble probable qu’elle eut lieu entre 451 et 456 H. Ibn ‘Aqīl avait 20 à 25 ans, et était, depuis 453 H. au moins, protégé du Šaiḫ, Ağall Abū Manṣūr b. Yūsuf311. Cette affaire occupe le Šarīf en 460 H., après la mort d’Abū Manṣūr, et, en 461 H., lors de l’exil d’Ibn ‘Aqīl. Le Šarīf se donne de la peine pour combattre le mu‘tazilisme qui renaissait à Bagdad sous l’impulsion d’Abū ‘Alī b. al-Walīd. C’est en 464 H. qu’Abū Ǧa’far s’occupe de l’affaire des mœurs à Bagdad, avec le grand jurisconsulte šāfi‘ite, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī. En 465 H. eut lieu le dénouement de l’affaire d’Ibn ’Aqīl. Et enfin, en 469 H., l’affaire d’Ibn al-Qušairī, propagandiste aš’arite, aboutit à la mort du Šarīf. Bien que cette affaire eût pour effet d’éloigner Ibn al-Qušairī de Bagdad définitivement, donc qu’elle fût une victoire pour le Šarīf contre l’aš‘arisme, elle lui aurait coûté la vie : épuisement à cause de son jeûne continu ? ou empoisonnement ? Certains de ses biographes ont l’air de soupçonner que sa mort ne fut pas naturelle. Ibn al-Ǧauzī fait remarquer que les masses populaires, arme puissante du Šarīf contre les innovateurs, criaient lors de sa procession funèbre : « Invoquez la miséricode de Dieu sur le Šarīf — le martyr, l’assassiné, l’empoisonné ! »312. « Car, continue Ibn al-Ǧauzī, on disait qu’un innovateur hérétique avait mis du poison dans sa chaussure »313.

172Le Šarīf Abū Ǧa‘far avait vécu une vie mouvementée d’environ deux décennies. Mais il ne faut pas s’imaginer qu’il ne s’occupait que de ses luttes contre les innovations blâmables de son époque. Car, en plus d’un enseignement qu’il avait à cœur de continuer pendant les périodes tranquilles, il tenait une séance de controverse juridique où s’assemblaient les jurisconsultes pour discuter. Une des doctrines juridiques du Šarīf, nous l’évoquions plus haut, révèle le caractère opportun des question qui le préoccupèrent. Son cadet Ibn ‘Aqīl trouva cette doctrine si intéressante qu’il la conserva dans son Kitāb al-funūn. C’est celle où Abū Ǧa‘far dit que les salğūqides, qui pillèrent les habitants de Bagdad en 447/1055, devaient être jugés comme des voleurs de grand chemin, puisque les habitants étaient sans défense contre eux. C’est à travers une pareille déclaration, faite à l’époque par un jurisconsulte « engagé », qu’on peut vraiment comprendre sans équivoque les sentiments du peuple envers ces conquérants envahisseurs et barbares considérés trop longtemps chez les historiens occidentaux comme les champions du sunnisme, libérateurs de Bagdad et destructeurs du joug buwaihide šī‘ite.

  • 314 Ḏail, passim.
  • 315 Cf. Ḏail, I, 31.

173Ibn ‘Aqīl cite, à plusieurs reprises, le Šarīf Abū Ǧa‘far dans son Kitāb al-funūn ; mais, ces citations, nous ne les avons pas dans ce qui nous reste de cet ouvrage monumental d’Ibn ‘Aqīl. Dans le manuscrit unique de cet ouvrage, qui nous est conservé dans la Bibliothèque Nationale à Paris, le Šarīf ne se trouve pas cité une fois. C’est grāce aux extraits qui en ont été faits par des auteurs ultérieurs dans leurs ouvrages que nous connaissons plusieurs doctrines juridiques du Šarīf. Dans le Ḏail d’Ibn Rağab314, où nous avons plusieurs de ces extraits, il en est une où Ibn ‘Aqīl se prononce sur la valeur du grand érudit juridique que fut le Šarīf Abū Ǧa‘far, ce même Šarīf qui fut pour lui, pendant sa jeunesse précoce, la cause de tant de peine. Il le qualifie d’imām, d’ascète, doué d’une finesse d’esprit et d’une grande valeur juridique315.

174Le Šarīf Abū Ǧa‘far fut aussi loué par d’autres savants appartenant à l’école šāfi‘ite. Ibn as-Sam’ānī, qui dit avoir reçu des ḥadīṯ transmis sur son autorité par Abū Bakr b. ‘Abd al-Bāqī, le désigne comme l’imām sans reproche des ḥanbalitess de son époque ; c’est-à-dire, doué de la plus grande connaissance du fiqh ḥanbalites parmi ses contemporains après son maître Abū Ya‘lā Ibn Ḫairūn le place en tête de ses contemporains pour l’honneur, la science religieuse et l’ascétisme. Ibn ‘Aqīl insiste aussi bien sur son caractère ascétique que sur sa connaissance du droit successoral. Ibn Rağab insiste aussi sur son dédain jusqu’à l’extrême pour les biens de ce monde et, avec raison, y associe son caractère de lutteur infatigable « de main et de langue » contre les innovations et les mauvaises mœurs de son temps.

175Ce n’est pas en vain qu’on insiste sur l’ascétisme du Šarīf, surtout dans le sens de son dédain pour le gain matériel. Nous voyons là le souci du Šarīf de se tenir à l’écart de tout patronage qui put compromettre son activité contre les innovations de l’époque. Un docteur libre, sans les entraves qu’impose le patronage d’un politicien ou d’un marchand, était libre de critiquer n’importe qui, dès que l’intérêt supérieur de la religion était en jeu. Les masses populaires écoutaient de préférence les docteurs qui ne ménageaient pas les hauts personnages.

176La personnalité d’Abū Ǧa‘far mérite de retenir l’attention. Elle est représentative d’une attitude permanente, surtout au sein de l’école ḥanbalite, l’attitude de ceux qui se tiennent à l’écart de toute compromission, afin de mieux servir le vrai Chef de la Cité, Dieu seul. Ils se tiennent à distance du pouvoir et de la richesse pour mieux combattre les puissants et les riches.

177La tradition du Prophète commande que le bon combat soit mené « par la main, par la bouche ou par le cœur ». Par la main, c’est-à-dire l’action directe. Quand celle-ci n’est pas possible, par la bouche, c’est-à-dire en critiquant hautement les Abūs, afin que les injustes se réforment. A défaut de la parole, il reste à résister par le cœur, c’est-à-dire témoigner par la patience contre l’oppression.

178Le Šarīf Abū Ǧa‘far sut aussi bien mener la lutte active que celle que de nos jours on nomme résistance passive. Mais le Šarīf n’avait recours à cette dernière que lorsque l’autre était impossible. Il fut un jour emprisonné par le fils de son cousin germain al-Qā’im, le calife al-Muqtadī, qui craignait la puissance du ministre salğūqide Niẓām al-Mulk. C’était lors de l’émeute d’Ibn al-Qušairī. Le Šarīf se mit à jeûner.

  • 316 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 239.
  • 317 Coran, II, 42/45.
  • 318 « ... C’est là (chose) pénible, sauf pour les Humbles qui pensent rencontrer leur Seigneur et reve (...)
  • 319 Cf. šahr aṣ-ṣabr, le mois du jeūne ; Lane, Lexicon, s.v. ṢBR.

179Son élève Ibn Abī Ya‘lā, le fils de son maître Abū Ya‘lā, qui étudiait sous la direction du Sarif depuis l’an 465 H., décrit dans son histoire des ḥanbalitess316 les derniers jours du Šarīf. Le wazīr du calife al-Muqtadī avait, par stratagème, mis la main sur le Šarīf, et l’avait tenu en prison dans une chambre où l’on lui permettait cependant de recevoir des visiteurs, permission qui fut plus tard retirée. Son élève nous dit qu’il était allé lui rendre visite un jour. Le Šarīf récitait le Coran. Il en était à ce verset317 : « Demandez aide à la patience et à la Prière !... »318 et il interrogea son élève : comprenait-il ce que c’était que le ṣabr (patience, pouvoir d’endurer). La réponse étant négative, le Šarīf expliqua : « C’est le jeûne »319. Et il refusa de rompre son jeûne jusqu’à ce ce qu’il devīnt malade à l’extrême. Les masses populaires firent une émeute à cause de sa maladie, et peut-être aussi par ce qu’on ne leur permettait pas de lui rendre visite. Le wazīr permit son transfert au Ḥarīm Ṭāhirī, sur la rive occidentale, chez sa sœur. Mais le Šarīf était déjà mourant et il ne tarda pas à perdre la vie.

180Une personnalité telle que celle du Šarīf était trop dangereuse pour les milieux dirigeants. Nous sommes là à l’époque où Malik-šāh était le sultan salğūqide, jeune et sans maturité politique, mais secondé par le vrai souverain salğūqide, son ministre puissant Niẓām al-Mulk, mécène des docteurs aš‘arites. Nous aurons à traiter longuement du caractère des émeutes à Bagdad à cette époque. Retenons seulement ici qu’il n’est pas difficile d’ajouter foi à l’accusation des masses populaires, selon laquelle leur Šarīf aurait été empoisonné. Les aš‘arites le redoutaient comme obstacle à la propagation de leurs doctrines dans la capitale ‘abbāside, et ils avaient l’appui du grand ministre Niẓām al-Mulk. Dans ce siècle, c’était chose aisée de se débarrasser d’un antagoniste en le faisant tuer par des assassins à gages. Il y aura, après la mort du Šarīf, d’autres émeutes à cause des aš‘arites, mais on n’oubliera jamais la force avec laquelle luttait un des plus grands de leurs antagonistes, le Šarīf Abū Ǧa‘far.

  • 320 Ce sont les trois jurisconsultes cités comme disciples d’Abū Ǧa‘far par Ibn Raǧab, Ḏail, I, 22. Il (...)

181Ce grand maître ḥanbalite eut plusieurs disciples, dont les plus importants furent Abū ’1-Fatḥ al-Ḥulwānī, al-Muḫarrimī et Ibn Abī Ya‘lā320. Nous parlerons plus loin d’al-Muḫarrimī, car il compléta ses études sous Ya‘qūb al-Barzabīnī et se rangerait par son caractère plutôt du côté de celui-ci que de celui d’Abū Ǧa‘far.

  • 321 Abū ’l-Fatḥ Muḥammad b. ‘Alī b. Muḥammad al-Ḥulwānī. Voir, sur lui, les notices biographiques suiv (...)
  • 322 Voir Diary, XIX, 292 et n. 4 (§ 109).

182Abū ’l-Fatḥ al-Ḥulwānī (m. 505/1112)321. — Comme son maître Abū Ǧa‘far, al-Ḥulwānī fut un jurisconsulte et un ascète. Il étudia le fiqh d’abord sous la direction d’Abū Ya‘lā ; et ensuite, sous celle du Šarif Abū Ǧa‘far et de Ya‘qūb al-Barzabīnī, il compléta ses études en matière de fiqh et d’uṣūl al-fiqh. Il donna des décisions légales et enseigna dans le collège-mosquée où enseignait son maître Abū Ǧa‘far, dans le Ḥarīm, côté est de Bagdad. Il fut aussi traditionniste. Silafī, qui transmit des traditions d’après son autorité, en parle dans sa Mašyaḫa, le décrivant comme un jurisconsulte ḥanbalite très religieux et ascétique. On lui attribue les ouvrages suivants : Kitāb kifāyat al-mubtadī fī’l-fiqh, manuel de fiqh à l’usage des débutants, comme l’indique son titre, en un volume ; un autre volume, plus important, sur le fiqh ; un ouvrage sur les uṣūl al-fiqh, en deux volumes ; et Muḫtaṣar al-‘ibādāt. Il n’est cité qu’une seule fois dans le fragment du journal d’Ibn al-Bannā’, mais assez clairement pour qu’on puisse le situer dans la même famille d’esprits que son maître Abū Ǧa‘far322.

  • 323 Abū ’l-Ḥusain Muḥammad b. Muḥammad b. al-Ḥusain b. Muḥammad b. al-Farrā’, connu sous le nom d’Ibn (...)
  • 324 Voir, sur lui, la notice dans Ḏail, I, 13-14 ; mourut en 468 H.
  • 325 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 237-241.
  • 326 Ḏail, loc. cit.
  • 327 En voici la liste : (a) sur le fiqh : al-Mağmū‘ fī ’l-furū‘ ; Ru’ūs al-masā’il ; al-Mufradāt fī ’l (...)
  • 328 Voir Ḏail, I, 214.
  • 329 Les circonstances de sa mort ne sont pas sans divergence ou contradiction parmi ses biographes.

183Ibn Abī Ya‘lā (m. 526/1131)323. — Ibn Abī Ya‘lā est le second des trois fils du Qādī Abū Ya‘lā qui nous soit connu. Son nom usuel, « fils d’Abū Ya‘lā », témoigne non seulement de la grande renommée du père, mais aussi de ce fils, en particulier, parmi les fils du Qāḍī. Il avait 7 ans à la mort de son père. Il étudia le Coran, avec ses systèmes de variantes, sous la direction d’Abū Bakr al-Ḫaiyāt324. Il fut surtout jurisconsulte, et son maître en matière de fiqh fut le Šarīf Abū Ǧa‘far, pour lequel il avait un très grand respect, comme on peut s’en apercevoir en lisant la notice qu’il lui consacre dans son histoire des ḥanbalites325. A l’instar du Šarīf, il combattit les aš‘arites. Son biographe Ibn Rağab326 lui attribue une douzaine d’ouvrages327, dont seule l’histoire des ḥanbalites nous est parvenue. Ibn Rağab nous donne un extrait de l’ouvrage al-Mufradāt fī uṣūl al-fiqh328, qu’il put consulter dans l’original de l’auteur. Ibn Abī Ya‘lā mourut assassiné, pendant qu’il dormait dans sa maison à Bāb al-Marātib, par des gens qui le servaient et qui fréquentaient son domicile329.

Ya’qūb al-Barzabīnī (m. 486/1093)330

  • 330 Abū ‘Alī Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Aḥmad b. Suṭūr al-’Ukbarī al-Barzabīnī. Son nom usuel, tel qu’il se (...)
  • 331 Cf. Yāqūt, Mu‘ğam, s.v. Barzabīn, où il situe ce village entre Bagdad et Awānā ; ce dernier villag (...)

184Camarade de classe du Šarīf Abū Ǧa‘far, Ya‘qūb al-Barzabīnī était originaire, comme l’indique une de ses nisba, du village de Barzabīn, situé à cinq parasanges au nord de Bagdad, entre la capitale et ‘Ukbarā331. Il vint à Bagdad après l’an 430 H., ayant déjà fait des études de ḥadiṯ à ’Ukbarā. Le Šarīf Abū Ǧa‘far avait déjà commencé ses études de fiqh sous la direction d’Abū Ya‘lā en 428 H. ; il était donc de quelques années l’aīné de Ya‘qūb comme disciple du grand maître ḥanbalite, et Ya‘qūb n’était que de deux ans plus āgé que lui. Comme son camarade de classe, il commençait à enseigner le fiqh du vivant de son maître Abū Ya‘lā. Ils étaient, tous deux, reçus le même jour, en 453 H., comme šuhūd-notaires par le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī. Ils étaient tous deux accueillis par leur maître qui, on le sait, était qāḍī du Ḥarīm. Un an avant cela, en 452 H., il était devenu qāḍī du quartier de Bāb al-Azağ, rive orientale de Bagdad, sous la juridiction du Qāḍī Abū Ya‘lā. Il se peut que Ya‘qūb ait terminé ses études de fiqh l’année précédente, en 451 H., comme le Šarīf Abū Ǧa‘far, et qu’ils aient tous deux commencé d’enseigner à partir de cette date ; car les biographes, notamment le fils d’Abū Ya‘lā, nous assurent qu’ils ont tous deux enseigné le fiqh du vivant de leur maître. Le grand maître Abū Ya‘lā continuait sans doute à enseigner ; Ibn ‘Aqīl nous assure avoir suivi ses cours de fiqh à partir de l’an 447 H. jusqu’à la fin de la vie d’Abū Ya‘la, en 458 H. Ibn ‘Aqīl et Kalwaḏānī, venant après le Šarīf Abū Ǧa‘far et Ya‘qūb al-Barzabīnī, étaient néanmoins les disciples directs d’Abū Ya‘lā.

185Qāḍī dans le quartier de Bāb al-Azağ, Ya‘qūb enseignait le ḥadīṯ et le fiqh. Il avait une chaire à la Mosquée du Palais (Ǧāmi‘ al-Qaṣr). Son enseignement en ces deux matières était couronné de succès. Il avait de nombreux disciples. Les premiers lui vinrent du Qāḍī Abū Ya‘lā, soit directement, soit après avoir passé par l’enseignement du Šarīf Abū Ǧa‘far. D’autres commencèrent leurs études sous sa direction. Nous parlerons, dans la suite, de ceux qui furent les plus célèbres.

  • 332 Voir là-dessus Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit., et Ibn al-Munḏirī, Tārīḫ al-qaḍā’, d’après Ḏail, I, (...)

186En 472 H., le mardi 1errabī‘ II, vingt ans après sa nomination à la judicature, il abandonna de son propre chef, mais sans qu’on sache les vrais mobiles, l’exercice de cette fonction. Il la reprit six ans plus tard, en 478 H., et s’y maintint jusqu’à sa mort, en 486 H.332.

187Ibn ‘Aqīl dit qu’il entendit plus d’une personne louer le Qāḍī Ya‘qūb pour sa connaissance en matière de judicature et de contrats (aḥkām al-qaḍā’ wa ’š-šurūt). Il dit aussi que les agents de finance (wakīl) du calife ne respectaient aucun qāḍī autant que Ya’qūb ; si bien qu’on le comparait à ‘Amr b. al-‘Āṣṣ et al-Muġīra b. Šu‘ba parmi les compagnons du Prophète, pour la solidité de son jugement.

188Ibn as-Sam‘ānī, šāfi‘ite, le loua aussi, pour sa connaissance du Coran, du ḥadīṯ, du fiqh, et de l’art de la controverse. Il le loua pour sa bonne réputation et son honorabilité en tant que qāḍī, et dit que la masse des ḥanbalites bagdadiens suivirent ses cours et en profitèrent. Ibn as-Sam‘ānī cite plusieurs de ses maîtres de ḥadīṯ iṣbahāniens comme ayant transmis des traditions par iğāza (licence) du Qāḍī Ya‘qūb ; de même, Ibn al-Ǧauzī dit que ses professeurs de ḥadīṯ lui ont aussi transmis des traditions sur l’autorité du Qāḍī. Toujours est-il que l’enseignement du fiqh fut sa spécialité et c’est d’abord en tant que jurisconsulte qu’il se distingua d’une façon particulière.

189On lui attribue des ouvrages sur le fiqh et les uṣūl, vraisemblablement non seulement sur les uṣūl al-fiqh, mais aussi sur les uṣūl ad-dīn, ou théologie dogmatique. Car Ibn Rağab, auquel nous sommes si redevables pour son excellent ouvrage biographique, où il nous a conservé des extraits importants des doctrines de certains docteurs ḥanbalitess, nous a conservé dans le cas du Qāḍī Ya‘qūb un extrait sur une question théologique ayant rapport à la parole divine, à savoir les ḥurūf, ou lettres ; sont-elles d’une seule nature, éternelle ? ou bien de deux : éternelle et contingente ? Il s’agit de paroles humaines qui s’accordent avec celles du Coran dans la prononciation et dans la disposition des lettres. Il n’est pas question ici de discuter ce problème intéressant, qui a rapport à la validité de la prière (ṣalāt), car cela nous mènerait hors du cadre essentiellement historique de notre présent travail. Mais nous n’avons pas pu nous empêcher de le citer parce qu’il peut nous renseigner sur le Qāḍī Ya‘qūb, personnage malheureusement peu connu par rapport à son camarade de classe, le Šarīf Abū Ǧa‘far, et surtout mal connu dans sa relation avec son maître Abū Ya‘lā. Car la doctrine que Ya‘qūb choisit comme sienne fut aussi celle d’Abū Ya‘lā, à savoir l’unique nature, éternelle.

  • 333 Voir Ibn Taimīya, MRM, III, 71.

190On peut se demander à quelle source Ibn Rağab emprunte cet extrait de doctrine théologique. Lorsqu’il parle des ouvrages du Qāḍī Ya‘qūb, il ne cite que la Ta‘līqa de fiqh, qui fut un abrégé de la Ta‘līqa de son maître Abū Ya‘lā. Nous croyons que s’il s’était agi d’un ouvrage qu’Ibn Rağab connaissait, il l’aurait cité avec la Ta‘līqa, selon son habitude de dresser ses listes bibliographiques dans les notices de son histoire. C’est, semble-t-il, dans un autre ouvrage qu’il vit cette question discutée. Il cite Abū ’l-’Abbās b. Taimīya comme s’opposant à la doctrine du Qāḍī Ya‘qūb, et par cela même à la doctrine du Qāḍī Abū Ya‘lā. Nous savons, de notre part, que le grand ḥanbalites Taqī ad-Dīn b. Taimīya (m. 728/ 1328) s’y opposait aussi, et indiquait que celle d’Ibn ‘Aqīl était meilleure333.

191Ibn Rağab nous donne aussi des extraits de la Ta‘līqa du Qāḍī Ya‘qūb. Aucun des autres biographes du Qāḍī, cités par nous, ne nous donne d’autres titres d’ouvrages.

  • 334 Cf. Ḏail, I, 95.
  • 335 Cf. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 111.

192Parmi ses opinions juridiques, il en est une qui nous est d’un intérêt tout particulier, et qui porte sur les hāšimites. Il professait la légitimité de percevoir la zakāh au bénéfice des hāšimites, descendants de la famille du Prophète, lorsqu’on leur aura refusé leur droit à la cinquième partie (des terres des pays conquis)334. Cette opinion en faveur des hāšimites prouve du moins que le Qāḍī Ya‘qūb ne leur était pas hostile, comme groupe social, et que son hostilité envers le hāšimite Šarīf Abū Ǧa‘far, lors de l’affaire d’Ibn ‘Aqīl en l’an 461 H., ne se peut interpréter que dans le sens d’une hostilité personnelle335.

  • 336 Nous avons déjà parlé d’Abū ’l-Fatḥ al-Ḥulwānī (m. 505 H.) parmi les élèves du Šarīf Abū Ǧa‘far, b (...)

193A la différence de ses ouvrages dont il ne nous reste qu’un seul titre, le Qāḍī Ya‘qūb, maître ḥanbalite, plein de succès, eut un grand nombre d’élèves. Le plus célèbre parmi ceux-ci, si l’on en juge par la littérature ultérieure, fut Abū ’l-Ḥasan b. az-Zāġūnī, personnage que nous croyons assez important pour être traité, dans une notice particulière, plus loin, à sa place chronologique parmi les grands maîtres. Trois autres sont remarquables : Ṭalḥa al-‘Āqūlī, Abū Sa‘d al-Muḫarrimī et Abū Ḫāzim b. Abī Ya‘lā336.

  • 337 Abū ’l-Ḅarakāt Ṭalḥa b. Aḥmad b. Ṭalḥa al-‘Āqūlī. Voir notamment la notice de Ḏail, I, 167-170, et (...)
  • 338 Cf. G. Le Strange, Lands, 35, et Map II (« Neighborhood of Baghdad »), dans le coin droit.
  • 339 De 447 à 451 H., date à laquelle Ṭuġril put enfin l’emporter sur son rival Basāsīrī, la capitale ‘ (...)

194Talḥa al-‘Aqūlī (m. 512/1118)337. — Comme l’indique sa nisba, Ṭalḥa était originaire de Dair al-’Āqūl338, ville située au sud-est de Bagdad, sur le Tigre, à 15 parasanges de la capitale (affirme Ibn Rağab), à mi-chemin entre Madā’in et Ǧarğarāyā. Il vint s’installer dans la capitale ‘abbāside à l’âge de 16 ans, en 448 H., un an après l’entrée des hordes salğūqides ; mais il n’y commença ses études de science religieuse qu’à partir de l’an 452 H. Son biographe Ibn Rağab ne nous donne pas la raison de ce délai qui est d’autant plus intéressant que Bagdad se trouvait à ce moment-là au pouvoir du grand salğūqide Ṭuġril339.

  • 340 Cf. Ḏail, I, 169, où des extraits.

195Ṭalḥa, qui eut plusieurs maîtres de ḥadīṯ, fut avant tout un jurisconsulte. Il fit ses études de fiqh d’abord sous la direction du Qāḍī Abū Ya‘lā, avec lequel il étudia particulièrement deux de ses ouvrages : al-Ḫiṣāl wa ’l-aqsām et al-Ǧāmi‘ aṣ-ṣaġīr, ouvrages qu’il enseigna d’après son autorité. Cette période d’étude ne paraît pas avoir été d’une longue durée, car il continua ensuite ses études de fiqh sous la direction du Qāḍī Ya‘qūb, dont il fut l’un des premiers élèves. Il acquit une solide connaissance des doctrines juridiques ḥanbalites et, comme son maître Ya‘qūb, il eut une chaire à la Mosquée d’al-Manṣūr où il tint des séances de controverse (munā-ẓara). Le grand ḥanbalite, Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma (m. 620/1223), se réfère aux doctrines juridiques de Ṭalḥa dans son ouvrage monumental al-Muġnī, ainsi que dans al-Kāfī340.

  • 341 Le fut-il à Bāb al-Azağ (où il fut enterré) comme son maître le fut avant lui ?

196Ṭalḥa al-‘Āqūlī fut qāḍī341, à l’instar de ses deux maîtres de fiqh.

  • 342 Abū Sa‘d al-Mubārak b. ’Alī b. al-Ḥusain b. Bundār al-Baġdādī al-Muḫarrimī. Camarade de classe d’I (...)
  • 343 Cf. G. Makdisi, Institutions, 29.
  • 344 Cf. G. Le Strange, Baghdad, Map V.
  • 345 Cf. Muntaẓam, IX, 86 ; la date de 489 H., copiée par Ibn Rağab de la notice du Muntaẓam, IX, 216, (...)

197Abū Ša‘d al-Muḫarrimī (m. 513/1119)342. — La première madrasa ḥanbalite à Bagdad, dont parlent les sources à notre disposition, est celle d’Abū Sa‘d al-Muḫarrimī343. Il fut originaire de Bagdad, si l’on se tient à sa nisba qui se rapporte à l’un des quartiers de la rive orientale344. Ayant commencé ses études sous la direction du Qāḍī Abū Ya‘lā, il les compléta d’abord sous la direction du Šarīf Abū Ǧa‘far et ensuite sous celle du Qāḍī Ya‘qūb al-Barzabīnī. Le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ’l-Ḥasan ad-Dāmaġānī l’agréa comme témoin légal en l’an 488 H.345, et il devint, à son tour, qādī au quartier de Bāb al-Azağ, à l’instar de son maître Ya‘qūb. Il donna des décisions légales, enseigna le fiqh et assista aux séances de controverse juridique. Il fut destitué de la judicature en 511 H., par suite d’une affaire sur laquelle les biographes ne donnent pas de renseignements suffisants, se bornant à dire qu’il dut verser de l’argent ayant rapport aux comptes des waqf des mausolées.

  • 346 Voir G. Makdisi, Institutions, 29 et n. 1.
  • 347 Ḏail, I, 200-201.
  • 348 Op. cit., 201.

198Al-Muḫarrimī fit bâtir la madrasa ḥanbalite déjà mentionnée dans le quartier de Bāb al-Azağ, où il fut qāḍī. La date approximative de sa fondation peut être placée entre les années 495 et 511 H.346. A l’époque où écrivait Ibn Rağab (m. 795/1393), cette madrasa était connue d’après le nom du grand mystique ḥanbalite, le Šaiḫ ‘Abd al-Qādir al-Ǧīlānī (m. 561/1167), élève du fondateur. Cela, nous dit Ibn Rağab, à cause du fait qu’al-Ǧīlānī l’avait élargie et s’y installa347. Ibn Rağab souligne le fait qu’Abū Sa‘d al-Muḫarrimī fut à la tête d’une longue postérité de mystiques, ascètes et traditionnistes348.

199Ibn ‘Aqīl eut avec Abū Sa‘d al-Muḫarrimī des discussions juridiques, et Ibn Rağab consacre le reste de sa notice sur ce dernier à une controverse (munāẓara) sur la vente des biens sous certaines conditions, controverse à laquelle Ibn Rağab ajoute ses propres opinions. Bien qu’Ibn Rağab n’en cite pas la source, il semble que la source première en soit le Kitāb al-funūn.

  • 349 Abū Ḫāzim Muḥammad b. Muḥammad b. al-Ḥusain b. Abī Ya‘lā al-Farrā’. Voir, sur lui, la notice dans (...)

200Abū Ḫāzim b. Abī Ya‘lā (m. 527/1133)349. — Né un an avant la mort de son père, Abū Ḫāzim est le dernier des fils du Qāḍī Abū Ya‘lā cités par les biographes. Sa kunya, Abū Ḫāzim, il l’a en commun avec son oncle paternel (donc frère du Qāḍī Abū Ya‘lā), accusé de mu‘tazilisme.

201Ce fils d’Abū Ya‘lā reçut une formation en ḥadīṯ et en fiqh. Son frère, le biographe Abū ’l- Ḥusain b. Abī Ya‘lā avait dit que leur père leur avait donné tous deux l’iğāza ; et en effet, Ibn Nuqṭa rapporte qu’Abū Ḫāzim transmit des traditions d’après l’autorité de son père, et fait remarquer que ce dut être par iğāza seulement, car ce fils n’avait qu’un an lorsque son père mourut.

202Abū Ḫāzim étudia le fiqh, le ḫilāf et les uṣūl al-fiqh sous la direction du Qāḍī Ya‘qūb al-Barzabīnī. Ibn Rağab lui attribue plusieurs ouvrages de mérite dont il donne trois titres : Kitāb at-tabṣira fī ’l-ḫilāf, Kitāb ru’ūs al-masā’il, et un commentaire sur le célèbre Muḫtaṣar al-Ḫiraqī.

203A la différence de son frère Abū ’l-Ḥusain qui résidait à Bāb al-Marātib, quartier des riches, et qui y fut étranglé une nuit par des voleurs, Abū Ḫāzim, réputé comme ascète, habitait le même quartier que son maître Ya‘qūb, Bāb al-Azağ.

***

204Avant de parler du plus célèbre parmi les élèves de Ya‘qūb al-Barzabīnī, Abū ’l-Ḥasan b. az-Zāġūnī, et pour poursuivre notre liste des grands maîtres d’une façon chronologique, il nous faut traiter d’abord d’un grand disciple d’Abū Ya‘lā, le jurisconsulte al-Kalwaḏānī, plus célèbre encore qu’Ibn az- az-Zāġūnī, et camarade de classe de son aîné, notre ḥanbalite Ibn ‘Aqīl.

Abū ’l-Ḫaṭṭāb al-Kalwaḏānī (m. 510/1116)350

  • 350 Abū ’l-Ḫaṭṭāb Mahfūẓ b. Aḥmad b. al-Ḥasan b. Aḥmad al-Kalwaḏānī al-Baġdādī. En plus des notices ci (...)
  • 351 Nisba se rapportant à la ville située à une courte distance de Bagdad, au sud-est, sur l’orthograp (...)

205Kalwaḏānī351 naquit un an et quatre mois après Ibn ‘Aqīl et mourut trois ans avant la mort de ce dernier. Ainsi, à l’instar de son contemporain plus célèbre al-Ġazzālī, la durée de sa vie est embrassée par celle d’Ibn ‘Aqīl.

  • 352 Voir Ibn Aṭīr, Lubāb, I, 224 et Kašf aẓ-ẓunūn, 593 ; cf. Ḏail, I, 144, n. 5.
  • 353 Voir Ibn Aṭīr, op. cit., I, 204 ; cf. Ḏail, I, 144, n. 6.

206Bien qu’essentiellement jurisconsulte, Kalwaḏānī eut une solide formation en ḥadīṯ où, parmi ses maîtres, se retrouve son maître de fiqh, le Qāḍī Abū Ya‘lā ; et parmi les élèves qu’il enseigna en cette matière on trouve Ibn Nāṣir, maître du célèbre ḥanbalite Ibn al-Ǧauzī, et l’un des grands traditionnistes, qui le louèrent pour sa véridicité. Le célèbre traditionniste šāfi‘ite, as-Silafī, en fut un autre. Il dit que Kalwaḏānī enseignait l’ouvrage, Kitāb al-ğalīs wa ’l-anīs, par Abū ’l-Farağ al-Ǧarīrī352, d’après l’autorité d’al-Ǧāzirī353 qui l’avait appris sous la direction de l’auteur lui-même. Kalwaḏānī était devenu le seul à l’enseigner d’après l’autorité de cet isnād remontant à l’auteur, et Silafī exprime son regret de n’avoir pas pu trouver le temps de suivre le cours avant de quitter Bagdad.

  • 354 Nous aurons l’occasion de le voir chez le grand maître šāfi‘ite, Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī, et nous (...)
  • 355 Celle que Šaṭṭī, l’auteur du Muḫtaṣar, a éditée à Damas en 1326 H., se compose de 43 vers ; la ver (...)

207Kalwaḏānī était doué d’un talent de versificateur, assez fréquent à son époque parmi les jurisconsultes354. Il nous a laissé une ‘aqīda, profession de foi, en 48 vers355 rimant avec la lettre dāl, d’où le titre : al-‘Aqīda ad-dālīya. Cette profession de foi est tout ce qui nous est parvenu de lui sur la théologie dogmatique ; les titres de ses ouvrages, tels qu’ils nous sont rapportés par les biographes, ne renferment aucun ouvrage de ce domaine.

  • 356 Cf. Ḏail, I, 144.
  • 357 Voir Muntaẓam, VIII, 86.

208Son maître de fiqh fut le Qāḍī Abū Ya‘lā, et il se distingua sous sa direction en fiqh ḥanbalite et en ḫilāf. On a, d’après l’autorité d’un de ses élèves356, l’anecdote où al-Kiyā al-Harrāsī disait lorsqu’il voyait s’approcher al-Kalwaḏānī : « Voici le fiqh qui vient ! » Il donnait les fatwā selon les doctrines juridiques de son école et tenait des séances de controverses juridiques (munāẓara). Il fut accepté comme témoin légal, en même temps qu’Abū Sa‘d al-Muḫarrimī, au mois de ša‘bān 488 H.357.

  • 358 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥasan b. Muḥammad al-Wannī al-Faraḍī (m. 450 H.) ; voir, sur lui : Muntaẓam, VII (...)
  • 359 Cf. GAL, loc. cit.
  • 360 Abū ’l-Muẓaffar ‘Abd Allāh b. Yūnus al-Azağī (m. 593/1197) ; voir sur lui la notice dans Ḏail (éd. (...)
  • 361 C’est Abū ’l-Barakāt b. Taimīya (m. 652/1245), grand-père du célèbre Ibn Taimīya ; voir surtout GA (...)
  • 362 C’est Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma (m. 620/1223), célèbre ḥanbalite syrien.

209Kalwaḏānī étudia aussi le droit successoral sous la direction d’Abū ‘Abd Allāh al-Wannī358, spécialiste en cette matière, et dont les biographes nous disent qu’il fut tué lors de l’affaire d’al-Basāsīrī en 450 H., mais sans préciser les circonstances de sa mort. Kalwaḏānī devait se distinguer à son tour, en cette matière ; on lui doit un ouvrage là-dessus intitulé at-Tahḏīb fī ’l-farā’id, ouvrage dont un manuscrit nous est conservé à Munich359, et qui fut critiqué par un ḥanbalite tardif, le wazīr Ibn Yūnus360, dans son Auhām Abī ’l-Ḫaṭṭāb fī ’l-farā’iḍ wa-muta‘alliqātihā mina ’l-waṣāya wa’l-masā’il al-ḥisābīya. Ibn Rağab dit avoir vu cet ouvrage en partie ; puis il nous donne dans sa notice sur Kalwaḏānī certaines des doctrines où celui-ci devait être en erreur, mais où Ibn Rağab cherche à l’en disculper. Toutefois, Ibn Rağab admet que Kalwaḏānī fut critiqué aussi, en cette matière, par l’auteur d’al-Muḥarrar361 et l’auteur d’al-Muġnī362.

210Les connaissances de Kalwaḏānī en fiqh, ḫilāf, et uṣūl al-fiqh, paraissent avoir été beaucoup plus sûres. On le considérait comme un muğtahid, et Ibn Rağab lui consacre quelques pages dans sa notice, où il cite des doctrines juridiques dans lesquelles il s’est distingué des doctrines de son école ḥanbalite, tirées de deux de ses ouvrages : al-Intiṣār et al-Hidāya.

  • 363 Voir GAL, Suppl., I, 687.
  • 364 Voici cette liste : al-Hidāya fī ’l-fiqh ; al-Ḫilāf al-kabīr, nommé aussi, al-Intiṣār fī ’l-masā’i (...)

211Kalwaḏānī écrivit des ouvrages en matière de jurisprudence dont un certain nombre est parvenu jusqu’à nous363 et dont la liste la plus complète est celle d’Ibn Rağab364.

212En plus, Ibn Rağab cite, de lui, des fatwā qu’il avait données en réponse à des questions qu’on lui avait adressées d’ar-Raḥba et auxquelles avaient répondu aussi les deux grands jurisconsultes ḥanbalites contemporains : Ibn ‘Aqīl et Ibn az-Zāġūnī. Ibn Rağab, comme c’est sa coutume lorsqu’il s’agit de divergences juridiques parmi les grands maîtres de l’école ḥanbalite, nous donne plusieurs réponses de Kalwaḏānī, en signalant les cas où ses deux contemporains se trouvent en accord, ou en contradiction, avec lui ou entre eux.

  • 365 Ibn Rağab n’en cite que trois : ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥamza (m. 515 H.), Abū Bakr ad-Dīnawarī (m. 532 (...)
  • 366 Sauf pour le grand mystique célèbre ‘Abd al-Qāḍīr al-Ǧīlānī, sur lequel nous renvoyons à GAL, I, 4 (...)

213Kalwaḏānī eut plusieurs élèves, nous dit Ibn Rağab365, dont le suivant qui seul doit retenir notre attention comme maître ḥanbalite366.

  • 367 Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad ad-Dīnawarī al-Baġdādī ; voir notamment la notice dans Ḏail, I (...)
  • 368 Voir Funūn, fol. 247a.
  • 369 Ibid.

214Abū Bakr ad-Dīnawarī (m. 532/1138)367. — Ce fut l’élève le meilleur d’al-Kalwaḏānī. Il raconte lui-même une anecdote sur son progrès en matière de fiqh : il fut si bien considéré par son maître qu’il en vint à prendre place auprès de lui dans le cercle d’étude ; c’est la marque de l’élève favori. Ce n’est pas là une prétention sans fondement car, non seulement Ibn Rağab l’introduit dans la notice qu’il lui consacre comme un des grands personnages et imām de l’école ḥanbalite, mais nous avons, en plus, des renseignements fournis par Ibn ‘Aqīl dans son Kitāb al-funūn. C’est de celui-ci que nous apprenons qu’à Abū Bakr ad-Dīnawarī, auquel il se réfère avec le titre d’Imām, fut donné par le calife al-Mustaẓhir, après la mort de son maître Kalwaḏānī, la chaire de celui-ci à la Mosquée d’al-Manṣūr368. Ibn ‘Aqīl nous donne aussi le texte des munaẓara auxquels assista Dīnawarī369. Il fut si bien connu comme controversiste en matière juridique que le professeur de fiqh à la Niẓāmīya, As’ad al-Mīhanī (m. 523/1129), dit de lui : « Abū Bakr ad-Dīnawarī ne s’oppose à la preuve de qui que ce soit sans y faire une brèche ! »

215La formation de Dīnawarī fut surtout ḥanbalite. Il entendit le ḥadiṯ auprès des grands maîtres Abū Muḥammad at-Tamīmī et Ǧa‘far as-Sarrāğ. Il ne paraît pas avoir eu d’autre maître de fiqh qu’Abū’l-Ḫaṭṭāb al-Kalwaḏānī.

216De ses ouvrages sur le fiqh, Ibn Rağab ne cite qu’un seul titre : Kitāb at-taḥqīq fī masā’il at-ta‘lq.

  • 370 Mort en 583/1187 ; voir sur lui la notice dans Ḏail (éd. F.), I, 358-365.
  • 371 Mort en 560/1165 ; voir sur lui GAL, I, 398, Suppl., I, 687-688, et la longue notice dans Ḏail (éd (...)

217Parmi ses élèves figurent des imām de l’école ḥanbalite dont les plus importants sont : Abū ’l-Fatḥ b. al-Munā370, le wazīr Ibn Hubaira371, et Ibn al-Ǧauzī, qui jouèrent de si grands rôles dans le hanbalisme du vie/xiie siècle à Bagdad.

  • 372 De ces points, Ibn al-Ǧauzī raconte dans son Talbīs Iblīs que Dīnawarī lui conseilla de s’occuper (...)

218Son biographe Ibn Rağab cite certains points juridiques qu’on lui attribuait et qui ne semblent pas avoir été calculés pour lui gagner les respects des docteurs ḥanbalites372.

  • 373 Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr b. as-Sarī az-Zāġūnī, selon la généalogie donnée par Ibn (...)

219Abū ’l-Ḥasan az-Zāġūnī (m. 527/1132)373

220Az-Zāġūnī eut une solide formation en ḥadīṯ et en fiqh, comme il se doit pour un maître ḥanbalite, et fut un lecteur avide d’ouvrages de philologie, de grammaire et de droit successoral. Son maître de fiqh fut le Qāḍī Ya‘qūb al-Barzabīnī. Parmi les contemporains d’Ibn ‘Aqīl, ce fut le jurisconsulte ḥanbalite le plus proche de notre ḥanbalite par l’ampleur de ses connaissances. Sa production littéraire embrasse les uṣūl al-fiqh et les uṣūl ad-dīn, le fiqh, le ḥadīṯ et le wa‘z. Et ce fut aussi un homme connu à son époque pour sa vie d’ascèse et de piété.

  • 374 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr az-Zāġūnī (468-552 H.) ; il passait pour avoir été le me (...)

221Il eut un frère, Abū Bakr b. az-Zāġūnī374, bien connu à son époque comme traditionniste, qui lui survécut.

  • 375 En voici la liste selon son biographe, Ibn Rağab (Dail, I, 217-218) ; Ibn Badrān (Madḫal, 209) n’e (...)

222Il est dommage, dans le cas d’az-Zāġūnī, comme dans celui de plusieurs auteurs de l’époque, que ses ouvrages soient perdus375.

  • 376 Ḏail, I, 219-220.

223Nous n’avons que des extraits de l’Iqnā‘ et des Manāsik al-ḥağğ, cités par Ibn Rağab376.

224Auteur très important de l’école ḥanbalite, Zāġūnī était aussi l’un de ses maîtres les plus connus. Son biographe Ibn Rağab le considère à la fois comme jurisconsulte, traditionniste, et sermonnaire ; et en effet, c’est dans ces trois domaines qu’il se distingua comme maître, si l’on en juge par les plus remarquables de ses élèves, à savoir : Ṣadaqa b. al-Ḥusain et Ibn al-Ǧauzī.

225Ṣadaqa, qui fut aussi l’élève d’Ibn ‘Aqīl, fut jurisconsulte, théologien, poète, littérateur et historien. Il écrivit une continuation de l’histoire de son maître Zāġūnī, depuis la mort de celui-ci en 527 H., jusqu’aux environs de sa propre mort en 573 H.

226Ibn al-Ǧauzī naquit trop tard pour être l’élève d’Ibn ‘Aqīl ; il en subit néanmoins l’influence d’une façon assez considérable. Il fut l’élève de Zāġūnī en ḥadīṯ et en fiqh et assistait à ses séances de wa‘ẓ. Zāġūnī avait une chaire à la Mosquée d’al-Manṣūr, où il tenait des séances de controverse juridique et de wa‘ẓ. Nous aurons à parler de ces deux grands ḥanbalites parmi les disciples d’Ibn ‘Aqīl, avec lequel ils ont en commun l’expérience d’avoir été soupçonnés de tendances hérétiques ou, du moins, novatrices, en matière de théologie dogmatique.

227Zāġūnī est donc le dernier des grands maîtres ḥanbalitess de l’époque d’Ibn ‘Aqīl, et ses disciples importants appartiennent au hanbalisme du vie/xiie siècle. Traitons maintenant des fonctionnaires ḥanbalitess de l’époque d’Ibn ‘Aqīl.

228b. Les fonctionnaires ḥanbalites

229Ne perdons pas de vue, en parlant du Qāḍī Abū ‘Alī al-Hāšimī et de son disciple Abū Muḥammad at-Tamīmī, que ces fonctionnaires étaient aussi maîtres et auteurs de l’école. Nous les traitons ici pour deux raisons ; d’abord, ils sont les seuls grands ḥanbalitess à être mêlés à la vie de cour à notre époque en tant que fonctionnaires ; ensuite, leur activité, en tant qu’auteurs, fut réduite, et, en tant que maîtres, éclipsée, eu égard à l’activité de leurs contemporains dont nous venons de traiter. L’enseignement du Qāḍī Abū Ya‘lā s’avérait d’une grande importance déjà au début du ve/xie siècle, après la mort de son maître Ibn Ḥāmid en 403 H. Il est donc compréhensible qu’on ne trouve pas chez le Qāḍī Abū ’Alī al-Hāšīmī une suite d’élèves aussi imposante que celle d’Abū Ya‘lā. Et de même la prédominance d’Abū Ya‘lā, puis de ses deux disciples, le Šarīf Abū Ǧa‘far et le Qāḍī Ya‘qūb al-Barzabīnī, ne laissait pas de place pour Tamīmī.

230Nous voyons dans ce fait le fonctionnement d’une tradition sociale à l’intérieur de chacune des écoles juridiques au ve/xie siècle, abstraction faite du procédé innovateur qu’introduisit Niẓām al-Mulk avec sa Madrasa Niẓāmīya. Une parenté spirituelle et intellectuelle, pour ainsi dire, existait entre le maître et ses élèves favoris ; le patrimoine du maître passait volontiers à ceux-ci. Le patrimoine de Tamīmī venait de son maître Abū ’Alī al-Hāšimī, et ils furent tous deux les seuls parmi les grands ḥanbalites de notre époque à être des courtisans ‘abbāsides. C’est avec cette manière de voir les moyens d’influence qu’on peut comprendre les anecdotes où Tamīmī se trouve opposé tantôt à Abū Ya‘lā, tantôt au Šarīf Abū Ǧa‘far. Que ces anecdotes soient, ou non, fabriquées de toutes pièces, ne change rien au fait qu’un Tamīmī en aurait pu être capable.

Al-Qāḍī Abū ’Alī al-Hāšimī (m. 428/1037)377

  • 377 Abū ’Alī Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Mūsā al-Hāšimī ; à ne pas confondre avec son neveu le Šarīf Abū (...)
  • 378 Abū ’l-Ḥasan ‘Abd al-Azīz b. al-Ḥāriṯ b. Asad at-Tamīmī (317-371 H.) ; voir sur lui les notices da (...)

231Le Qāḍī Abū ‘Alī al-Hāšimī, qui eut une bonne formation en ḥadīṯ et en fiqh, fut considéré comme traditionniste véridique et jurisconsulte de grand mérite. Il est connu surtout pour son ouvrage al-Iršād fī ’l-maḏhab, qui fut commenté par son élève Abū Muḥammad at-Tamīmī. On lui attribue aussi un commentaire sur le Muḫtaṣar al-Ḫiraqī, dont Ibn Abī Ya‘lā déclare avoir vu des ğuz’ autographes. Pour maître de fiqh, il eut, entre autres, Abū ’l-Ḥasan at-Tamīmī378, le grand-père paternel de son disciple Abū Muḥammad at-Tamīmī.

  • 379 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 183-184.

232Sa profession de foi, dans la meilleure tradition ḥanbalite, est conservée par la notice biographique que lui consacre Ibn Abī Ya‘lā379.

233Il enseignait à la Mosquée d’al-Manṣūr où il eut une chaire ; son disciple le plus important fut ce Tamīmī dont nous allons parler par la suite.

234Abū ‘Alī al-Hāšimī eut beaucoup de respect et de vénération pour le fondateur de son école, l’Imām Aḥmad b. Ḥanbal, dont il visitait la tombe. On raconte que Tamīmī, qui l’accompagnait une fois, le vit baiser le pied de la tombe. Tamīmī lui demanda s’il y avait une tradition permettant cet acte de vénération, et son maître lui répondit : « Aḥmad occupe une très grande place dans mon esprit, et je ne crois pas que Dieu Très-Haut me châtiera pour ce que j’ai fait. » Cette marque de vénération pour l’Imām Aḥmad trouvera aussi chez Tamīmī, sous une autre forme, sa place permanente.

  • 380 Cf. Muntaẓam, VIII, 67.

235Sur la vie de cour que mena al-Hāšimī, nous n’avons pas grand’ chose dans les sources à notre disposition. Homme riche, il fut un certain temps réduit à la pauvreté : il dut vendre ses biens immeubles pour subvenir à ses besoins. Puis le calife le nomma qāḍī à Kūfa et il regagna bientôt sa fortune. En 423 H., dans un différend entre le calife al-Qā’im et le sultan buwaihide, on le voit représenter le calife auprès du sultan dans une mission qui exigeait du tact380. Son biographe Ibn Abī Ya‘lā dit qu’il fut hautement considéré par les deux califes al-Qādir et al-Qā’im.

Abū Muḥammad at-Tamīmī (m. 488/1095)381

  • 381 Abū Muḥammad Rizq Allāh b. ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Abd al-‘Azīz b. al-Ḥāriṯ b. al-Asad at-Tamīmī ; voir (...)
  • 382 317-371 H. ; voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 139 ; Muntaẓam, VII, 110 où Ibn al-Ǧauzī le soutient co (...)
  • 383 Mort en 334 H., v. GAL, I, 183, Suppl., I, 311.
  • 384 Mort en 410 H., voir les notices dans Tārīḫ Baġdād XI, 14 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 179 ; Muntaẓa (...)
  • 385 353-425 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, XI, 32 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 183 ; Muntaẓam, (...)

236Élève en fiqh d’Abū ‘Alī al-Hāšimī, at-Tamīmī appartenait à une famille qui avait déjà ses ḥanbalitess bien connus. Son grand-père paternel, Abū ’l-Ḥasan ‘Abd al-‘Azīz at-Tamīmī382, fut un disciple du célèbre ḥanbalite Abū ’l-Qāsim al-Ḫiraqī383, et parmi ses propres disciples fut le Qāḍī Abū ‘Alī al-Hāšimī. Son oncle paternel fut Abū ’l-Faḍl ‘Abd al-Wāḥid at-Tamīmī384 qui enseignait le ḥadīṯ et avait un cercle de wa‘ẓ et de fatwā à la Mosquée d’al-Manṣūr. Son père Abū ’l-Farağ ‘Abd al-Wahhāb at-Tamīmī385 pris la place de l’oncle, que nous venons de mentionner, à la Mosquée d’al-Manṣūr, en matière de wa‘ẓ et de fatwā.

  • 386 328-417 H., voir Tārīḫ Baġdād, XI, 329-330, et Diary, XIX, 438, n. 1, où d’autres renseignements.
  • 387 318-410 H. ; voir Tārīḫ Baġdād, XI, 13 ; Muntaẓam, VII, 295.
  • 388 Mort en 420 H. ; voir Ibn Ǧazarī, Ṭabaqāt, I, 84-85 ; cf. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 243.
  • 389 328-415 H.
  • 390 339-430 H.
  • 391 339-426 H. ; voir Tārīḫ Baġdād, VII, 279 ; Muntaẓam, VIII, 86-87.
  • 392 Cf. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 250.

237Tamīmī eut une solide formation dans les sciences religieuses de l’époque : Qur’ān, ḥadīṯ, tafsīr, fiqh, uṣūl, ainsi que dans la langue et la littérature arabes ; des extraits de sa poésie se trouvent cités par ses biographes. Parmi ses maîtres en Qur’ān, il eut le célèbre Abū ’l-Ḥasan al-Ḥammāmī386 ; en ḥadīṯ, le même al-Ḥammāmī, Abū ‘Umar b. Mahdī387, Aḥmad b. ‘Alī b. al-Bādā388, les deux Ibn Bišrān : Abū ’l-Ḥusain389 et Abū ’l-Qāsim390, et Abū ‘Alī b. Šāḏān391. Il eut plusieurs maîtres de fiqh, à savoir : son père Abū ’l-Farağ et son oncle paternel Abū ’l-Faḍl, ainsi que le Qāḍī Abū Ya‘lā selon le témoignage du fils de celui-ci392. Mais il paraît que le maître qu’il estimait le plus en cette matière fut le Qāḍī Abū ‘Alī al-Hāšimī, dont nous venons de parler, et dont l’ouvrage de fiqh ḥanbalite, al-Iršād fī ’l-maḏhab, fut commenté par at-Tamīmī.

238Il enseigna le ḥadīṯ à la Mosquée du Palais. A la Mosquée d’al-Manṣūr il succéda à son père, dans son cercle de wa‘ẓ et de fatwā, jusqu’en 450 H., après quoi il cessa d’y donner ses cours et il changea de résidence, s’en allant au quartier de Bāb al-Marātib. Quatre fois par an il allait donner ses sermons auprès de la tombe du fondateur de son école, Aḥmad b. Ḥanbal, sermons auquels assistait un nombreux auditoire.

  • 393 Cf. Muntaẓam, VIII, 219-220, IX, 47, 56 ; Mir’āt az-zamān, fol. 222b.
  • 394 Cf. Ḏail, I, 107.

239Il joua un rôle assez important sur la scène politique de son époque. Les deux califes, al-Qā’im et al-Muqtadī, l’envoyèrent en mission à la cour salğūqide393. A la différence de la plupart des ḥanbalites de l’époque, il s’intéressait à la vie de cour, et jouissait d’une grande renommée auprès des hommes d’État. On rapporte qu’un de ses fils portait des vêtements de soie394, et il est bien possible qu’il fût lui-même accusé de cette pratique très mal vue par les ‘ulamā’, et surtout par sa propre école, car il y eut contre lui plusieurs critiques.

240Son esprit hautain se laisse voir dans la manière dont il traita le Qāḍī ’l-quḍāt Abū ‘Abd Allāh ad-Dāmaġānī. At-Tamīmī, qui était un šāhid à l’époque du prédécesseur d’ad-Dāmaġānī, ne voulut pas renouveler sa šahāda après la nomination de celui-ci. Ibn ‘Aqīl, qui avait, en cette affaire, de la sympathie pour ad-Dāmaġānī, blâma plus tard l’orgueil de l’autre.

  • 395 430-507 H. ; voir sur lui Muntaẓam, IX, 176.
  • 396 445-507 H. ; Muntaẓam, IX, 179 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 313.
  • 397 Cf. G. Makdisi, Diary, XIX, 31, n. 1.
  • 398 467-550 H. ; voir Muntaẓam, X, 162-163.
  • 399 Voir Ḏail, I, 98-99, où ils sont groupés.
  • 400 Voir Ḏail, I, 98, n. 2.
  • 401 Cf. pourtant G. Makdisi, Diary XIX (index des noms), où ces deux personnages semblent appartenir à (...)

241Les opinions des contemporains paraissent avoir été divisées à propos de Tamīmī. Ibn ‘Aqīl en parle en termes flatteurs, sauf lors du blâme que nous venons de mentionner. Louangeuses également sont les remarques de Šuğā‘ aḏ-Ḏuhlī395, de Mu’taman as-Sāğī396, d’Abū ‘Alī b. Sukkara397, d’Ibn Nāṣir398, et d’autres. Mais ces éloges399 prennent pour la plupart un ton d’apologie. Al-Mu‘taman as-Sāğī assure que ce qu’on avait dit contre lui n’était que le résultat d’un parti pris. Al-‘Abdarī400, après avoir fait son éloge, dit qu’il ne sait sur lui que ce qui est bon, laissant supposer qu’il avait des détracteurs. Abū ‘Alī b. Sukkara s’excuse de n’en avoir pas parlé longuement dans une notice qu’il lui consacra dans sa Mašyaḫa, se jugeant incapable de faire justice à sa perfection et son excellence401.

  • 402 Il s’agit de Abū ’l-Qāsim Hibat Allāh b. Salāma al-Muqri’ al-Ḍarīr al-Mufassir (m. 410 H.), et de (...)

242On raconte, d’après l’autorité d’un des élèves d’at-Tamīmī, qu’il lui entendit dire qu’il avait enseigné le ḥadīṯ à Samarqand, pendant une de ses missions diplomatiques, et qu’il s’était fait payer cent dinars par chacun de ses cinq auditeurs, pour leur avoir transmis un ouvrage de son grand-père maternel qui le lui avait enseigné402. Or c’était une pratique mal vue par les tradi-tionnistes qui gagnaient leur pain par d’autres professions, n’acceptant pas d’argent pour leur enseignement de la tradition. De telles innovations, ou démarches indépendantes, qui choquaient les esprits des traditionnistes de l’époque, peuvent être à la base des critiques qu’on lui a adressées.

  • 403 Voir G. Makdisi, Diary, XIX, index des noms.
  • 404 Ḏail, I, 98 : كل الطوائف تدعيني .
  • 405 Cf. Muntaẓam, IX, 90.

243Dans le journal contemporain d’Ibn al-Bannā’, on peut voir qu’en l’affaire d’Ibn ‘Aqīl, at-Tamīmī n’était pas du côté du Šarīf Abū Ǧa‘far, mais qu’il le dédaignait403. Tamīmī s’était exprimé aussi contre le Qāḍī Abū Ya‘lā, comme nous l’indique la notice consacrée à ce dernier dans le Kāmil d’Ibn Aṯīr. Bien qu’on ne puisse pas s’appuyer sur le témoignage d’un chroniqueur dont on connaīt bien le parti pris contre les ḥanbalites, la remarque nous montre du moins qu’at-Tamīmī était de ceux qui avaient un esprit indépendant. Il pouvait bien, sans se faire de scrupules, s’opposer au Qāḍī Abū Ya‘lā comme il l’avait fait vis-à-vis du disciple, le Šarīf Abū Ǧa‘far. D’ailleurs, at-Tamīmī lui-même affirmait que « toutes les écoles me revendiquent ! »404. A la lumière de cette déclaration, on peut se demander quelles étaient ses réactions lorsque le mu‘tazilite Abū Yūsuf al-Qazwīnī, en plaisantant, se référait à lui comme un mušabbih, anthropomorphiste, terme péjoratif usité contre les ḥanbalites, d’ailleurs point mérité, devant le wazīr Niẓām al-Mulk405. Il est incontestable qu’at-Tamīmī représente l’un des éléments les plus indépendants dans l’école ḥanbalite de l’époque.

c. Les mécènes des ḥanbalites

  • 406 Voir Diary, XIX, index des noms.

244Trois personnages se distinguent comme mécènes des ḥanbalites de l’époque d’Ibn ‘Aqīl, à savoir : Abū Manṣūr b. Yūsuf et ses deux beau-fils, Abū ’l-Qāsim b. Riḍwān et Abū ‘Abd Allāh b. Ǧarada. Ce fait est assez clairement représenté par Ibn al-Bannā’ dans son journal contemporain406. Les sources ḥanbalites ultérieures, appuyant les données du journal, font connaître ces trois personnages comme des mécènes ḥanbalites. L’action d’Abū Manṣūr b. Yūsuf paraît plus remarquable que celle d’Ibn Ǧarada ; quant à celle d’Ibn Riḍwān, elle est tombée dans l’oubli.

  • 407 Abū Manṣūr ‘Abd al-Malik b. Muḥammad b. Yūsuf (395-460 H.) ; voir sur lui les notices biographique (...)

245Abū Manṣūr b. Yūsuf407 fut pour Bagdad ce que fut Niẓām al-Mulk pour le Ḫurāsān ; il fut auprès du calife ce que fut Niẓām auprès du sultan. Tous deux se distinguèrent des hommes de leur époque par leur génie politique et administratif. Tous deux furent puissants et riches. Les richesses d’Abū Manṣūr lui vinrent de son commerce et furent la source de son pouvoir, tandis que celles de Niẓām venaient du pouvoir qu’il exerçait au nom du sultan.

  • 408 Zubda, 23 ; Ibn Riḍwān fut envoyé par Abū Manṣūr b. Yūsuf chez Ibn Dārust pour le chercher.

246L’action politique d’Ibn Yūsuf, comme celle de Niẓām, débordait les limites d’un simple particulier. A Bagdad, Abū Manṣūr agit en sorte de faire destituer le wazīr califien, Abū Turāb al-Aṯīrī, en 453 H., et de le faire remplacer par Ibn Dārust408. En 447 H., c’est Ibn Yūsuf qui fit nommer Dāmaġānī comme qāḍī ’l-quḍāt par le calife, pour faire plaisir aux conquérants salğūqides ḥanafites. Trois ans plus tard, au retour de Basāsīrī à Bagdad, Abū Manṣūr b. Yūsuf, en relations amicales avec les salğūqides, fut emprisonné par Basāsīrī, rival du salğūqide Ṭuġril Beg. Ibn Yūsuf dut verser de grosses sommes d’argent pour retrouver sa liberté, et ne se sentit entièrement en sécurité que l’année suivante, après le retour de Ṭuġril. Dans l’affaire du mariage de Ṭuġril avec la fille du calife, Abū Manṣūr joua un rôle principal, agissant en médiateur (avec Dāmaġānī) entre le calife et le sultan. C’est à lui et à Dāmaġānī que Ṭuġril s’adressa dans une lettre pour décider le calife à agir en sa faveur.

247Dans les notices biographiques sur lui, Ibn Yūsuf est connu comme celui qui se chargea de la reconstruction de l’hôpital al-Māristān al-‘Aḍudī, qui érigea en waqf des propriétés pour pourvoir en perpétuité aux besoins de cet hôpital.

  • 409 Voir Muntaẓam, VIII, 251.

248Comme tout grand homme détenteur d’influence à cette époque, Ibn Yūsuf savait s’attirer la loyauté de ceux qui pouvaient lui être utiles ; à savoir les šaiḫ ḥanbalitess et ascètes qui ne fréquentaient pas les gens du monde, les hommes religieux détenteurs de partisans, les sermonnaires propagandistes, les notables hāšimites (šarīf) et leurs partisans, les fonctionnaires salğūqides (les šiḥné, les ‘amid) et les émirs bédouins et turcs. C’est ainsi, dit Ibn ‘Aqīl, qu’Abū Manṣūr fut respecté et aimé plus que personne, et que les califes et les rois eurent besoin de son influence409.

  • 410 Voir les détails de cette affaire dans G. Makdisi, Institutions, 32 et ss.

249Cette influence d’Ibn Yūsuf cadrait mal avec les projets de Niẓām al-Mulk. D’après notre étude sur les institutions d’enseignement à Bagdad, il paraîtrait que la construction de la Niẓāmīya à Bagdad par Niẓām était considérée par Ibn Yūsuf comme une atteinte à sa sphère d’influence. Pour des raisons qui nous restent inconnues, Ibn Yūsuf, agissant en parfait accord avec le calife, installa Ibn Ṣabbāġ à la place d’Abū Isḥaq aš-Šīrāzī. Celui-ci avait refusé, pour des scrupules d’ordre cultuel, d’être nommé à l’unique professorat de cette institution. Nous croyons qu’Ibn Yūsuf dut payer de sa vie cette ingérence dans les projets bagdadiens de Niẓām al-Mulk, lequel ne souffrit point de telles actions et suivit une politique, courante à cette époque, d’élimination des rivaux par le meurtre410.

  • 411 Ce n’étaient ni Niẓām al-Mulk, ni le calife, qui empêchaient l’enseignement public du mu‘tazilisme (...)

250L’action publique de cet influent homme d’affaires fut surtout l’appui des traditionalistes à Bagdad, ḥanbalitess et autres. A rencontre de Niẓām al-Mulk qui, bien que mécène des šāfi‘ites-aš‘arites, attira à lui un certain nombre de savants mu’tazilites de l’époque, Ibn Yūsuf protégeait les ḥanbalitess et les traditionalistes tout en réduisant les mu’tazilites au silence. C’est à cause de son influence que le grand professeur mu’tazilite de l’époque, Ibn al-Walīd, ne put enseigner publiquement ses doctrines. L’émeute de 460 H., après la mort d’Ibn Yūsuf, entre les ḥanbalites et Ibn al-Walīd, eut pour cause la réapparition de celui-ci pour enseigner le mu‘tazilisme publiquement, car Ibn Yūsuf avait disparu de la scène411.

  • 412 Abū ’l-Qāsim ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Riḍwān (m. 474 H.) ; voir, sur lui, Zubda, 3 ; Kāmil, VIII, 13 (...)
  • 413 Muntaẓam, VIII, 248.
  • 414 Op. cit., VIII, 287.

251Avec la mort d’Ibn Yūsuf, les ḥanbalitess subirent une grande perte. Il apparaît dans le journal contemporain d’Ibn al-Bannā’ qu’on s’attendait à ce que son beau-fils Abū ’l-Qāsim b. Riḍwān412 prît sa place auprès des ḥanbalites ; mais ce ne fut pas le cas ; les informations de ce journal, et ce que nous avons pu trouver dans les sources ultérieures, en font foi. Ibn Riḍwān paraît succéder à son beau-père comme personnage influent auprès du calife. En 460 H., année même de la mort d’Ibn Yūsuf, le calife nomma Ibn Riḍwān surveillant du Māristān al-’Aḍudī, que le beau-père avait reconstruit413. Partout où il s’agit d’influence et d’affaires, Ibn Riḍwān apparaît l’héritier d’Ibn Yūsuf. Mais la ressemblance s’arrête là. Loin de suivre la politique de son beau-père vis-à-vis de Niẓām al-Mulk, Ibn Riḍwān se rapprocha de celui-ci : en 466 H., Mu’aiyad al-Mulk, fils de Niẓām, épousa la fille d’Ibn Riḍwān414. Il ne semble pas avoir, comme son beau-père Ibn Yūsuf ou son beau-frère Ibn Ǧarada, construit des masğid pour les ḥanbalites. Il apparaît cependant, dans le journal d’Ibn al-Bannā’, comme ayant pourvu, avec Ibn Ǧarada, aux besoins funéraires de certains šaiḫ ḥanbalites.

  • 415 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ǧarada (m. 476 H.) ; voir les notices sur lui dans Muntaẓam, IX, 9-10 ; (...)
  • 416 Voir G. Makdisi, Institutions, 30.
  • 417 Il est à remarquer que le Šarīf suspectait Ibn Riḍwān de mu‘tazilisme ; v. G. Makdisi, L’affaire d (...)

252Abū ‘Abd Allāh b. Ǧarada415, à l’encontre d’Ibn Riḍwān, semble avoir hérité de la place d’honneur qu’avait Ibn Yūsuf auprès des ḥanbalites. Il leur bâtit des collèges-mosquées (masğid) à Bagdad, dont un porte son nom416. Les sources, silencieuses à l’égard d’Ibn Riḍwān, vantent la générosité fabuleuse d’Ibn Ǧarada. C’est lui qui fournit l’argent pour la protection de la famille du calife et celle du sultan Ṭuġril lors de l’affaire d’al-Basāsīrī en 450 H. Sa résidence à Bāb al-Marātib, peut-être la plus importante de l’époque, comprit une trentaine de bâtiments, dont un servit de maison d’accueil pour le Šarīf Abū Ǧa‘far lors de l’émeute de 460 H. Le biographe des ḥanbalitess, Ibn Abī Ya‘lā, parle d’Ibn Yūsuf et d’Ibn Ǧarada comme ayant été ḥanbalites, sans mentionner Ibn Riḍwān. C’est à Ibn Ǧarada que le Šarīf Abū Ǧa‘far, sur le point de mourir, empoisonné par ses ennemis, adressa son dernier testament, conseillant aux ḥanbalites de trouver en lui leur appui417.

5. LES ẒĀHIRITES

a. Le caractère minoritaire de l’école ẓāhirite bagdadienne

  • 418 Selon un passage dans Maqdisī, Aḥsan, 439, 1. 12, cité dans A. Mez, Renaissance, 212, n. 9. Madqis (...)

253A l’époque d’Ibn ‘Aqīl, l’école ẓāhirite avait déjà perdu l’importance dont elle jouissait à Bagdad au siècle précédent. A l’instar de l’école mālikite, le nombre de ses adeptes fut réduit. Elle n’avait plus comme au ive/xe siècle le haut patronnage de ce ‘Aḍud ad-Daula qui paraît avoir été ẓāhirite418. Son représentant le plus important, Ibn Ḥazm, résidait non pas à Bagdad, mais à Cordoue. Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, après avoir parlé dans ses Ṭabaqāt al-fuqahā’ d’un jurisconsulte ẓāhirite qui mourut à Bagdad à la fin du ive/xe siècle, dit que cette école s’éteignit dans cette ville.

254Toutefois, on y peut trouver des représentants de cette école tout au long de la période qui nous occupe. Leur doctrine « littéraliste » suscita de la part d’Ibn ‘Aqīl des remarques intéressantes, heureusement conservées dans son Kitāb al-Funūn. C’est dommage que nous n’ayons pas l’Histoire des ẓāhirites par Abū Bakr b. al-Aḫḍar, qu’aš-Šīrāzī cite dans son ouvrage (v. infra) ; et l’on peut se demander si cette histoire était continuée par son fils Abū ‘Abd Allāh. En l’absence de tels ouvrages spécialisés, nos informations sur les ẓāhirites de Bagdad à cette époque doivent être tirées de sources historiques plus générales.

255b. Les représentants ẓāhirites les plus connus

  • 419 Abū ’l-Ḥasan ‘Abd al-‘Azīz b. Aḥmad al-Ḫarazī. Voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ B (...)

256A la fin du ive/xe siècle mourut Abū ’l-Ḥasan al-Ḫarazī419, qui fut professeur de fiqh ẓāhirite à Bagdad. Il y était venu de Šīrāz en même temps que le théologien aš’arite al-Bāqillānī, tous deux dans l’entourage du buwaihide ‘Aḍud ad-Daula (367-372 H.). A Bagdad, il fut qāḍī d’une circonscription s’étendant du Muḫarrim jusqu’à l’extrêmité de Bāb al-Azağ, sur la rive orientale. Versé dans la science de la controverse, il fut loué par les jurisconsultes ḥanafites Abū Bakr al-Ḫawārizmī et Abū ‘Abd Allāh aṣ-Ṣaimarī. Les ẓāhirites de Bagdad étudièrent le fiqh sous sa direction, car il était devenu le professeur en chef de leur école. Parmi ses élèves fut son propre fils, qu’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī dit avoir vu sans nous en donner le nom.

  • 420 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Umar b. Muḥammad b. Ismā‘īl b. ‘Ubaid Allāh b. al-Aḫḍar. Voir les notices su (...)

257Le Qāḍī Abū Bakr b. al-Aḫdar fut un autre de ses élèves420. Ce fut aussi un traditionniste, et al-Ḫaṭīb al-Baġdādī dit avoir appris des traditions sous sa direction et le qualifie d’homme digne de foi. Il habita Sūq al-Ḥaṭṭābīn sur la rive orientale. Abū Isḥāq aš-Šīrāzī dit qu’il fut un des plus notables šuhūd-notaires du qāḍī ’l-quḍāt de Bagdad. Il est l’auteur d’une histoire des ẓāhirites, Aḫbār ahl aẓ-Ẓahir, qui ne nous est pas parvenue.

258Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, qui est pour nous un bon guide sur les ẓāhirites de Bagdad, cite, après le Qāḍī Abū Bakr b. al-Aḫḍar, un certain Abū Bakr b. Binān, qui était peut-être de Bagdad, puis il dit : « cette école s’éteignit (ensuite) à Bagdad. » Il passe sous silence son contemporain Abū ‘Abd Allāh b. al-Aḫḍar, fils du Qāḍī Abū Bakr dont nous venons de traiter. Il se peut que l’école ẓāhirite n’ait plus eu de professeurs de fiqh à Bagdad ; mais cela n’empêche pas qu’elle y ait eu des représentants, car nous en trouvons encore.

  • 421 Abū ‘Abd Allāh Aḥmad b. Muḥammad b. ’Umar b. al-Aḫḍar. Voir sur lui, Muntaẓam, VIII, 327 ; Bidāya, (...)

259Abū ‘Abd Allāh b. al-Aḫḍar421, dont le père fut peut-être le dernier professeur de fiqh ẓāhirite à cette époque à Bagdad, fut surtout connu pour sa science du Coran et sa science du ḥadīṯ. Il mena une vie d’ascète.

  • 422 Abū ’l-Faḍl Muḥammad b. Ṭāhir b. ‘Alī b. Aḥmad al-Maqdisī. Voir sur lui, Muntaẓam, IX, 177-179 ; W (...)

260Un autre ẓāhirite de cette époque fut le traditionniste Abū ’l-Faḍl al-Maqdisī422. Il fut loué comme traditionniste par le mystique traditionniste ḥanbalite Yaḥyā b. ‘Abd al-Wahhāb b. Manda (m. 511/1118), et par le traditionniste Abū Ṭāhir as-Silafī qui dit l’avoir entendu dire qu’il copia sept fois en tant que copiste à gage, le Šāḥiḥ de Buḫārī, celui de Muslim et les Sunan d’Ibn Abī Dāwūd. Parmi ceux qui le louent se trouve aussi Ibn as-Sam‘ānī. Par contre, le traditionniste Abū ’l-Faḍl b. Nāṣir et son élève Ibn al-Ǧauzī le condamnent pour sa doctrine selon laquelle tout est permis (maḏhab al-ibāḥa). Ibn as-Sam‘ānī admet ce caractère licencieux d’Abū ’l-Faḍl al-Maqdisī, mais le disculpe pour s’en être repenti, ce qui porte Ibn al-Ǧauzī à critiquer Ibn as-Sam‘ānī.

261Abū ’l-Faḍl, qui vint à Bagdad à l’âge de 19 ans, est l’auteur de trois ouvrages qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous : Kitāb fī ibā-ḥat as-samā’, Kitāb fī ’t-taṣauwuf (critiqué par Ibn al-Ǧauzī qui l’intitule : Ṣifat at-taṣauwuf), et Kitāb fī ğawāz an-naẓar ilā’l-murd.

  • 423 Abū ‘Āmir Muḥammad b. Sa‘dūn al-‘Abdarī al-Qurašī. Voir sur lui, Muntaẓam, X, 19 ; Bidāya, XII, 20 (...)
  • 424 Ibn al-‘Imād (loc. cit.) l’appelle : al-Maiyūrqī, de l’Ile de Majorque.

262Le dernier ẓāhirite qu’il convient de citer ici est Abū ‘Āmir al-‘Abdarī423, jursiconsulte et traditionniste. Originaire de Barqa (Cyrénaïque)424, il vint à Bagdad en 484 H. Il fut loué pour sa vie ascétique et pour sa science du ḥadīṯ.

II. LES ŠĪ‘ITES

1. Les imāmites

  • 425 C. van Arendonck, Opkomst.

263Il y avait à cette époque à Bagdad une forte représentation šī‘ite, dont le centre était le grand quartier du Karḫ. Cette représentation était presque exclusivement imāmite, du moins d’après les sources à notre disposition. On y trouvera un jurisconsulte zaidite, ce qui laisse deviner une certaine représentation de cette secte, dont le centre principal était au Yémen425, mais on n’y trouvera pas des représentants ismā‘ilites, qui furent, par contre, accueillis par les fāṭimites de l’Égypte, centre de leur propagande extrémiste. Les šī‘ites de Bagdad étaient continuellement ameutés contre les sunnites, notamment ceux de l’école ḥanbalite du quartier de Bāb al-Baṣra. Nous aurons plus loin à en parler. En traitant ici des savants šī‘ites, nous nous bornerons aux plus représentatifs parmi leurs écrivains et professeurs de fiqh. Il est à noter que leur position, favorisée sous la dynastie šī‘ite des buwaihides, cessa de l’être sous celle des salğūqides qui embrassèrent le sunnisme. Aussi leur représentation dans la capitale ‘abbāside s’amenuisa-t-elle après la chute de leurs patrons buwaihides vers le milieu du siècle.

  • 426 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. an-Nu‘mān, connu sous le nom d’Ibn al-Mu‘allim. Voir sur lu (...)
  • 427 Voir GAL, I, 188 et Suppl., I, 322-323.

264Ibn al-Mu‘allim (m. 413/1022).426. — Dans la première partie du siècle mourut Ibn al-Mu‘allim, chef incontesté des imāmites, en kalām, en fiqh et dans la science de la controverse. Il habitait Darb Riyāḥ, dans le Karḫ, où il tenait des séances de controverse fréquentées par les savants sunnites aussi bien que šī‘ites. Ses biographes, tant sunnites que šī‘ites, le reconnaissent comme le plus grand représentant des imāmites de son époque. Grand écrivain, on lui attribue 200 ouvrages, dont un certain nombre sont parvenus jusqu’à nous427. Il fut très en honneur auprès du buwaihide ‘Aḍud ad-Daula qui lui rendait visite fréquemment, et auprès de gouverneurs de provinces qu’il attirait au šī’isme.

  • 428 Sur les naqībs ‘alīdes de Bagdad, voir L. Massignon, Cadis-Naqibs, 113.
  • 429 Ḏū ’l-Ḥasabain Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. al-Ḥusain al-Mūsawī al-‘Alawī (359-406 H.) ; voir notammen (...)

265Parmi ses élèves on trouve les deux naqīb ‘alides : le Šarīf ar-Raḍī, et son frère, le Šarīf al-Murtaḍā qui, à la mort de son maître, composa une élégie à sa mémoire428 ; on y trouve aussi le jurisconsulte Abū Ǧa‘far aṭ-Ṭūsī. Le Šarīf ar-Raḍī429, connu comme poète plutôt que comme jurisconsulte, mourut six ans après son père et sept ans avant son maître Ibn al-Mu‘allim. Il avait succédé à son père, du vivant de celui-ci, comme syndic des ‘alides.

  • 430 Ḏū ’l-Mağdain ‘Alam al-Hudā Abū ’l-Qāsim ‘Alī b. al-Ḥusain al-Mūsawī al-‘Alawī. Voir GAL, I, 404-4 (...)
  • 431 Voir GAL, I, 405 (n° 22), Suppl., I, 323 (m. 463 H.).
  • 432 Voir Muntaẓam, VIII, 120.
  • 433 Voir GAL, Suppl., I, 706, n° 6.
  • 434 GAL, I, 188, n  15.
  • 435 Op. cit., loc. cit.

266Aš-Šarīf al-Murtaḍā (m. 436/1045)430. — Le Šarīf al-Murtaḍā succéda à son frère ar-Raḍī comme syndic des ‘alides pendant une trentaine d’années, jusqu’à sa mort. A l’instar de son frère ar-Raḍī, il fut l’un des poètes célèbres de son temps à Bagdad, et il étudia le fiqh sous la direction du grand jurisconsulte Ibn al-Mu‘allim, à qui il survécut pendant 23 ans et auquel il succéda en tant que grand jurisconsulte imāmite à Bagdad. Après son maître, ce fut chez lui que s’organisèrent les séances de controverses (mağālis an-naẓar) auxquelles participaient les savants sunnites et šī‘ites. Aussi bien se chargea-t-il de l’enseignement du fiqh à la place de son maître, et l’on trouve, parmi ses élèves, Sallār b. ‘Abd al-‘Azīz ad-Dailami431, qui avait commencé ses études sous la direction d’Ibn al-Mu‘allim. Poète et jurisconsulte, il fut aussi philologue et théologien. On lui attribue des tendances mu‘tazilites432. S’il prend parti dans son ouvrage sur l’imāma šī‘ite, aš-Šāfī fī ’l-imāma, contre le mu‘tazilite al-Asadābāḏī (m. 418/1024)433, c’est sans doute par son šī‘isme qu’il le fait, en opposition au šāfī‘isme sunnite de ce dernier. Il reprit certains des ouvrages d’Ibn al-Mu‘allim, dont un notamment sur les doctrines imāmites où il ajouta ses propres recherches à celles de son maître434. Dans la notice qui lui est consacrée dans le Muntaẓam435, on trouve une liste des doctrines juridiques du Šarīf al-Murtaḍā, copiée par Ibn al-Ǧauzī de l’autographe même d’Ibn ‘Aqīl, quatorze questions qui intéressaient ce dernier, peut-être à cause de la divergence entre leur solution et celle du consensus (iğmā‘).

  • 436 GAL, I, 512, 1b.
  • 437 Op. cit., Suppl. I, 706, 1c.

267Deux de ses élèves sont cités par Brockelmann : Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. Muḥammad al-Baṣrī, dont il nous est parvenu un ouvrage sur la bibliographie de son maître al-Murtaḍā436, et Taqī ad-Dīn al-Ḥillī, auteur d’un ouvrage sur les uṣūl et furū‘ imāmites qui est aussi parvenu jusqu’à nous437.

  • 438 Abū Ǧa‘far Muḥammad b. al-Ḥasan aṭ-Ṭūsī. Voir notamment GAL, I, 405, Suppl., I, 706-707 et L. Mass (...)
  • 439 Après Bagdad, la ville d’al-Ḥilla devint un des plus grands centres scientifiques šī‘ites, d’où la (...)

268Abū Ǧa‘far aṭ-Ṭūsī (m. 460/1067)438. — Exégète coranique, traditionniste, jurisconsulte et théologien, Abū Ǧa‘far aṭ-Ṭūsī fut le dernier des grands savants šī‘ites à Bagdad439. Élève, lui aussi, du grand maître, Ibn al-Mu‘allim, c’est lui, plus qu’aucun des élèves de ce dernier, qui continua dans la tradition de son grand maître à enseigner et à écrire sur les sciences religieuses selon les doctrines šī‘ites.

  • 440 La liste de Brockelmann, GAL, loc. cit., comprend 19 ouvrages (dont le commentaire) qui sont parve (...)

269Originaire de Ṭūs, comme l’indique sa nisba, il vint à Bagdad où il finit par être converti, sous l’influence d’Ibn al-Mu‘allim, du šāfi‘isme sunnite à l’imāmisme šī‘ite. Grand auteur, il écrivit plusieurs ouvrages célèbres dont un commentaire du Coran, en 20 tomes, que ses biographes ne manquent pas de citer440.

270Aṭ-Ṭūsī vécut pendant les dernières années de la dynastie buwaihide šī‘ite et au début de celle des salğūqides. En 448 H., il s’enfuit de Bagdad de peur d’être tué, et sa maison et sa bibliothèque furent pillées et brûlées.

  • 441 Ṣadr ad-Dīn Abū ’l-Qāsim ‘Abd al-‘Azīz b. Niḥrīr b. ‘Abd al-‘Azīz, connu sous le nom d’Ibn al-Barr (...)

271Un de ses élèves fut Ṣadr ad-Dīn b. al-Barrāğ (m. 481/1088)441, qui avait étudié sous la direction du Šarīf al-Murtaḍā. Il fut qāḍī à Tripoli, en Syrie, et certains de ses ouvrages de fiqh sont parvenus jusqu’à nous.

  • 442 Abū Ya‘lā Muḥammad b. al-Ḥusain b. Ḥamzī al-Ǧa‘farī ; voir les notices dans Muntaẓam, VIII, 271 ; (...)

272Après la chute des buwaihides on ne trouve plus de jurisconsultes šī‘ites comparables à ceux que nous venons de mentionner. Sans doute s’en trouvait-il encore à Bagdad, mais leur activité n’était pas aussi publique sous les salğūqides qu’auparavant, et ils cherchaient peut-être asile dans leur doctrine de dissimulation (taqīya). Parmi les obituaires de l’an 463 H., on trouve la mention d’Abū Ya‘lā al-Ǧa‘farī442, avec la simple mention qu’il fut le jurisconsulte imàmite de son époque.

  • 443 Ḫāẓin Dār al-Kutub al-qadīma, ainsi fut connu Muḥammad b. Aḥmad b. Ṭāhir b. Aḥmad b. Manṣūr ; v. M (...)

273Le dernier grand faqīh imāmite de l’époque d’Ibn ‘Aqīl semble avoir été Muḥammad b. Aḥmad, « le bibliothécaire de l’ancienne Dār al-Kutub »443. Il peut s’agir de la bibliothèque fondée par Sābūr b. Ardašīr en 381 H., et brûlée lors de l’affaire basāsīrienne en 451 H. ; ou bien de celle fondée par Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī l’année suivante. Nous croyons que c’était la première, à cause de sa fondation šī‘ite. Le bibliothécaire Muḥammad fut un traditionniste respecté par les sunnites, qui lui reprochent d’avoir été le jurisconsulte des imāmites et leur muftī.

2. LES ZAIDITES

  • 444 Abū ’l-Ḥusain Yaḥyā b. al-Ḥusain b. Ismā‘īl b. Zaid al-Ḥasanī ; v. Muntaẓam, IX, 35.

274Les zaidites devaient être représentés à Bagdad au ve/xie siècle, mais les sources ne nous en parlent pas beaucoup. De cette secte šī‘ite, dont le centre principal fut au Yémen, on trouve l’obituaire d’Abū ’l-Ḥusain al-Ḥasanī444, qui fut le muftī de sa secte à Bagdad, aussi bien que traditionniste et théologien.

3. LES EXTRÉMISTES BĀṬINITES

275Nous ne saurions conclure notre brève discussion sur les šī‘ites de Bagdad sans mentionner les bāṭinites dont l’influence politique se fit sentir dans la capitale ‘abbāside dès le ive/xe siècle, et leur présence même dès le règne du sultan salğūqide Malik-šāh (465-485 H.). Ils doivent nous intéresser aussi d’autant plus qu’Ibn ‘Aqīl fut parmi les grands écrivains qui réfutèrent leurs doctrines.

  • 445 Voir, dans Muntaẓam, VIII, 38-40, le texte intéressant d’une lettre de Maḥmūd b. SAbuktakīn au cal (...)
  • 446 Voir, dans Muntaẓam, VIII, 152-153, un aperçu des activités du bāṭinite aš-Šabbās et de son fils à (...)
  • 447 Voir Muntaẓam, IX, 120-123 et Mir’āt az-zamān, fol. 241a-242a ; cf. Kāmil, VIII, 200-204 (sub anno (...)
  • 448 Voir Cl. Cahen, Chronique Syrienne, 115 ; voir Muntaẓam, IX, 122, I. 14 et ss., pour la corroborat (...)

276On ne s’attendra pas, naturellement, à une liste des savants bāṭinites à Bagdad ; car, même s’il y en avait, ils nous seraient restés inconnus à cause de leur mise en pratique du principe de la dissimulation (taqīya). Avant l’époque de Malik-šāh, on en entend parler dans la province de Raiy445 et à Baṣra446. Mais en ce qui concerne Bagdad, nous n’avons pas de source plus sûre en la matière que le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī. Selon son habitude de consacrer un aperçu historique sur une dynastie ou sur une secte, mais seulement au moment où leur importance s’impose, cet historien ne nous parle systématiquement des bāṭinites que parmi les événements de l’an 494 H.447. Cette année, le sultan Barkiyārūq exécuta une foule de bāṭinites, plus de 300, et l’écrivit au calife qui, à son tour, fit le nécessaire pour s’emparer de ceux qui auraient été dans la capitale. Ce fut une période dangereuse pour la ville en ce sens que chacun risquait d’être dénoncé comme bāṭinite par ses ennemis personnels. On brûla cette année à Bagdad l’ouvrage encyclopédique des ismā‘ilites, secte šī‘ite auquel appartiennent les bāṭinites, Rasā’il Iḫwān aṣ-Ṣafā’ (« Traités des frères de la pureté »)448.

  • 449 Muntaẓam, IX, 114 ; Kāmil, VIII, 196 (anno 493) ; Bidāya, XII, 158.
  • 450 Muntaẓam, IX, 148-149 ; Kāmil, VIII, 237 (anno 500) ; Bidāya, XII, 167.
  • 451 Muntaẓam, IX, 163 ; Kāmil, VIII, 259 (anno 503) ; Bidāya, XII, 171.

277Le wazīr Niẓām al-Mulk fut le premier grand personnage à être assassiné par les bāṭinites en 485 H. En 493 H., le šiḥna d’Iṣ-bahān, et sa famille, ainsi qu’un émir à Raiy, furent tués par des bāṭinites449. Un fils de Niẓām al-Mulk, Faḫr al-Mulk, fut ainsi assassiné en 500 H.450. Trois ans après, un autre de ses fils, Niẓām ad-Dīn, faillit l’être451. L’assassin, saisi et mis dans un état d’enivrement, avoua la présence d’un groupe de bāṭinites assassins dans une mosquée du quartier al-Ma’mūnīya ; sur quoi, ils furent exécutés, lui et ses camarades.

  • 452 Muntaẓam, IX, 77.
  • 453 Tout comme à l’époque du Sultan Maḥmūd de Ġazna ; voir, là-dessus, Biberstein-Kazimirski, Menoutch (...)
  • 454 Muntaẓam, IX, 129-130 ; Bidāya, XII, 162.

278Les assassinats bāṭinites déclenchèrent une période de terreur au sein de la populace bagdadienne. De nombreuses personnes accusées de bāṭinisme perdirent leurs vies injustement. Tel fut le cas d’un nommé al-Labbād qui fut mis à mort en 486 H.452. La crise dura assez longtemps avant qu’on ait pu la contrôler. Et même les plus célèbres parmi les ‘ulamā’ ne semblent pas avoir pu échapper à l’ignominie d’une telle accusation453. Un célèbre professeur de la Madrasa Niẓāmīya, al-Kiyā al-Harrāsī, en fut accusé en 495 H., et ne put échapper à l’accusation que par suite d’une requête signée par les savants notables de la ville, dont notre ḥanbalite Ibn ‘Aqīl454.

  • 455 Muntaẓam, IX, 73-74 ; Ḏail, I, 180 ; en voir la traduction, infra.
  • 456 Muntaẓam, IX, 103 ; Bidāya, XII, 154.

279Le rôle d’Ibn ‘Aqīl pendant cette crise fut des plus importants. A l’époque de Malik-šāh, ayant entendu que ce sultan avait subi des influences bāṭinites qui l’amenèrent à douter de l’existence de Dieu, Ibn ‘Aqīl écrivit au sultan une lettre qu’il envoya par l’intermédiaire d’un confident. Le texte de cette lettre, qui est censé avoir influé sur le sultan, nous est parvenu dans le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī, copié sur l’autographe même d’Ibn‘Aqīl455. En 490 H., on retrouve Ibn ‘Aqīl comme un des principaux jurisconsultes condamnant à mort un bāṭinite avéré456. Et cinq ans après, comme nous l’avons déjà mentionné, il sauve son ami šāfi‘ite, al-Kiyā al-Harrāsī, d’un sort qui aurait pu lui coûter la vie.

  • 457 Voir Minhāğ as-sunna, IV, 147 et Radd ‘alā ’l-manṭiqīyīn, 142.

280L’énergie qu’Ibn ‘Aqīl mit dans la lutte contre le bāṭinisme de l’époque ne se limita pas à son activité politique. De plus, il employa son talent d’écrivain polémique ; si bien qu’on trouve son nom plus de deux siècles plus tard, dans des listes de polémistes anti-bāṭinites qui vécurent au ve/xie siècle, dressée par le célèbre Ibn Taimīya457.

  • 458 Dans son introduction à l’ouvrage d’al-Ġazzālī, Kitāb fadā’iḥ al-bāṭinīya, qu’il édita et analysa, (...)
  • 459 Voir sur Alamūt, l’article récent de M.G.S. Hodgson dans EI2, s. v.

281D’après le travail de Goldziher, Streitschrift des Ġazālī gegen die Bātinijja-Sekte, on serait amené à conclure que l’ouvrage polémique d’al-Ġazzālī contre le bāṭinisme du ve/xie siècle est, non seulement original, ce qui n’est pas improbable, mais aussi le seul de son époque, ce qui n’est pas tout à fait le cas. En effet, nous disposons maintenant de la liste d’Ibn Taimīya qui nous signale plusieurs auteurs anti-bāṭinites. Goldziher semble bien avoir raison de ne pas croire à une dépendance totale de l’ouvrage d’al-Ġazzālī par rapport à celui d’al-Bāqillānī458. D’autre part le second ne saurait dépendre du premier en ce qui concerne les bāṭinites de son époque propre, étant donné qu’il y a à peu près un siècle d’écart entre les deux auteurs. Goldziher cite quelques prédécesseurs d’al-Ġazzālī, un mu‘tazilite et deux šī‘ites, tous appartenant à la période d’avant Ḥasan b. Ṣabbāḥ, le redoutable chef des assassins d’Alamūt459. Cette liste n’accorderait donc qu’à al-Ġazzālī d’avoir écrit sa polémique en pleine période de crise bāṭinite à Bagdad, celle dont nous venons de parler.

  • 460 Voir les deux listes, l’une plus longue que l’autre dans Ibn Taimīya, Radd, 142-143 (8 noms), et I (...)
  • 461 Al-Isfarā’inī, m. 418 H., selon l’éditeur ; ou bien encore aš-Šīrāzī, m. 476 H.
  • 462 Il y a lieu de croire, selon l’éditeur d’Ibn Taimīya, Radd (voir 142, n. 5) qu’il s’agit d’Ibn Fūr (...)

282En réalité, les plus grands esprits de la période s’engagèrent à écrire des polémiques, y compris al-Ġazzālī. Les autres, selon la liste d’Ibn Taimīya, sont les suivants460 : al-Bāqillānī (m. 403 H.), Qāḍī ‘Abd al-Ǧabbār b. Aḥmad (m. 415 H.), Qāḍī Abū Ya‘lā (m. 448 H.), Abū Isḥāq461, Ibn Fūrak (m. 478 H.)462, al-Ġazzālī (m. 505 H.), Ibn ‘Aqīl (m. 513 H.), et aš-Šahrastānī (m. 548 H.). Un ouvrage indépendant (un kitāb) est attribué par Ibn Taimīya à chacun des trois auteurs suivants : al-Bāqillānī, Qāḍī ‘Abd al-Ǧabbār et al-Ġazzālī ; mais il ne donne que le titre de l’ouvrage d’al-Bāqillānī. Aux autres, il attribue des polémiques (kalām) qui doivent se trouver distribuées dans leurs ouvrages importants.

283Ainsi al-Ġazzālī doit-il partager l’honneur d’écrivain anti-bāṭinite avec d’autres contemporains, notamment Ibn ‘Aqīl.

***

284Il est clair, d’après ce que nous venons de dire, que les écoles les plus importantes à Bagdad furent celles des ḥanafites, des šāfi‘ites et des ḥanbalites. De ces trois écoles sunnites, seule la ḥanbalites était strictement bagdadienne. L’activité intellectuelle des ḥanafites venait principalement du dehors, dirigée par des savants de la Transoxiane ; celle des šāfi‘ites se trouvait partagée entre le Ḫurāsān et Bagdad, caractérisée par une prépondérance ḫurāsānienne ; celle des ḥanbalites était essentiellement bagdadienne et rayonnait à l’extérieur.

285Du point de vue politique, le pouvoir sultanien trouvait son appui dans les deux écoles, la ḥanafite et la šāfi‘ite ; tandis que le pouvoir califien trouvait le sien dans l’école ḥanbalite, porte-parole du légitimisme califien. Les ḥanafites et les šāfi‘ites étaient donc favorisés par les dirigeants sultaniens, les šāfi‘ites l’étant particulièrement par Niẓām al-Mulk. Les ḥanbalites avaient pour mécènes certains grands marchands bagdadiens en relations intimes avec le calife.

286Dans le chapitre suivant, il sera question des rapports entre ces écoles juridiques et les mouvements socio-religieux.

Notes

1 Abū Bakr Muḥammad b. Mūsā b. Muḥammad al-Ḫawārizmī ; voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, III, 447 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 123 ; Muntaẓam, VII, 266 ; Bundārī, Tārīḫ, fol. 76a ; Kāmil, VIII, 268 (anno 403) ; Ǧawāhir, II, 135 ; Šaḏarāt, III, 170 ; Fawā’id, 201-202. Il mourut le 18 ğumādā I 403/5 décembre 1012, et fut enterré dans sa maison à Darb ‘Abda ; son corps fut transféré plus tard au cimetière de la rue d’al-Manṣūr (cf. la note sur al-Qudūrī, infra, p. 168 n. 2).

2 Voir infra, p. 227 et n. 1.

3 Voir infra, p. 189 et n. 2.

4 Cf. Fawā’id, loc. cit.

5 260-354 H. ; traditionniste bagdadien bien connu ; voir sur lui, entre autres, Muntaẓam, VII, 32.

6 Ǧāmī‘ al-Madīna, connu aussi sous le nom de Ǧāmī‘ al-Manṣūr ; cf. G. Le Strange, Baghdad, index, s.v.

7 Sur les institutions d’enseignement de l’époque, voir G. Makdisi, Institutions.

8 Cf. GAL, I, 388-389, Suppl., I, 671-673, et ses ouvrages, notamment VII (Risāla fī iṯbāt al-istiwā’ al-fauqīya) et XII ou al-‘Aqīda (ar-Risāla an-Niẓāmīya).

9 Cf. infra, chap. IV, section I, 1.

10 Aḥmad b. ‘Alī, connu sous le laqab d’al-Ǧaṣṣāṣ (305-370 H.) ; voir notamment Ǧawāhir, I, 84-85.

11 Voir Ǧawāhir, II, 141.

12 Voir infra, p. 170 et n. 3.

13 Abū ’1-Qāsim Mas‘ūd b. Muḥammad al-Ḫawārizmī (m. 423 H.) ; voir Ǧawāhir, II, 171.

14 Abū ’l-Ḥusain Aḥmad b. Muḥammad b. Abī Bakr al-Qudūrī al-Baġdādī ; outre les notices biographiques dans GAL, I, 183, Suppl., I, 295, voir les suivantes : Muntaẓam, VIII, 91 ; Kāmil, VIII, 14 (anno 428) ; Bidāya, XII, 40 ; Šaḏarāt, III, 233 ; Fawā’id, 30-31. Sa kunya est « Abū ’1-Ḥasan » dans Muntaẓam, loc. cit., suivi par Bidāya, loc. cit., qui est incorrect selon Tāğ, n° 13, note 48. — Al-Qudūrī est parmi les saints musulmans enterrés à Bagdad ; v. L. Massignon, Pèlerinages, 644, et le même, Saints, 335. Il mourut le 15 rağab 428/4 mai 1037, et l’enterrement se fit d’abord dans sa maison à Darb Abī Ḫalaf, puis le corps fut transféré au cimetière de la rue d’al-Manṣūr, à côté de celui de son prédécesseur Abū Bakr al-Ḫawārizmī.

15 Cette nisba, l’auteur du Tāğ admet n’en pas savoir l’origine ; celui des Fawā’id suggère une relation avec la manufacture ou la vente des marmites (qudūr), ou bien avec un village de Bagdad du nom de Qudūra ; cf. aussi la note 154 du Tāğ, où Qudūra, hameau ou quartier de Bagdad.

16 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Yaḥyā b. Mahdī al-Ǧurğānī (m. 398 H.) ; voir sa notice dans Ǧawāhir, II, 143 ; sur son collège-mosquée, voir G. Makdisi, Institutions, 18.

17 Sur cet ouvrage, qui eut plusieurs commentaires, voir GAL, loc. cit.

18 Abū ’1-Ḥasan ‘Ubaid Allāh b. al-Ḥusain al-Karḫī, (260-340 H.) ; grand maître ḥanafite, et auteur d’al-Muḫtaṣar, al-Ǧāmī‘ al-kabīr, et al-Ǧāmi‘ aṣ-ṣaġīr, tous ouvrages inspirés du ḥadīṯ, selon l’auteur du Tāğ (v. n° 115).

19 Ouvrage en sept tomes (asfār) sur les divergences juridiques entre Šāfi‘ī et Abū Ḥanīfa, et qu’il commença à donner en dictée en 405 H.

20 Ouvrage, en un volume, sur les divergences juridiques entre Abū Ḥanīfa et les ḥanafites.

21 Ouvrage sur le même sujet que le précédent contenant les preuves qui y manquaient ; cet ouvrage fut enseigné par Ibn Quṭlūbuġā (voir Tāğ, n° 13). Ces ouvrages sont établis principalement d’après Fawā’id, 30-31, qui est fondé sur Madīnat al-‘ulūm min kutub al-ḥanafīya ; v. GAL, II, 426, Suppl., II, 633 ; dans d’autres notices, ces ouvrages se trouvent confondus.

22 Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad quitta Bagdad en 430 H. pour s’installer à Rāmhurmuz où il enseigna jusqu’à sa mort en 474 H. Voir, sur lui, Ǧawāhir, I, 119 ; Fawā’id, 40.

23 Voir infra, p. 195 et n. 1.

24 Cf. aussi Šaḏarāt, loc. cit.

25 Voir notamment Tāğ, n° 13, note 53.

26 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Aḥmad b. Muḥammad b. Ǧa‘far aṣ-Ṣaimarī ; voir, outre les notices indiquées dans GAL, Suppl., I, 636, celles qui suivent : Muntaẓam, VIII, 119 ; Kāmil, VIII, 41 (anno 436) ; Bidāya, XII, 52 ; Šaḏarāt, III 256 ; Fawā’id 67.

27 D’après Fawā’id, loc. cit., cette nisba est relative à Ṣaimar, prononcé parfois Ṣaimur, ville dans le Ǧabal et le Ḫūzistān ; c’est aussi le nom d’un canal à Baṣra ; c’est à la ville de Ḫūzistān qu’aurait appartenu la nisba de ce docteur ḥanafite ; d’après Muntaẓam, loc. cit., sa nisba appartiendrait au canal de Baṣra.

28 Voir infra, 171 et n. 6.

29 Voir Ǧawāhir, I, 357-359 ; Fawā’id, 120.

30 Voir infra, 174 et n. 4.

31 Abū ‘Alī al-Ḥasan b. Aḥmad b. Šāḏān al-Bazzāz (339-426 H.) ; voir sur lui, Tārīḫ Baġdād, VII, 279 ; Tabyīn, 245-246 ; Muntaẓam, VIII, 86-87 ; Kāmil, VIII, 427 (sub anno 426) ; Bidāya, XII, 39 ; Ǧawāhir, I, 186-187.

32 Voir infra, chap. V, section I, 3.

33 Abū Ǧa‘far Aḥmad b. Muḥammad aṭ-Ṭaḥāwī al-Azdī ; né 229 ou 230H., mort 321 H. ; l’un des plus grands docteurs ḥanafites et de leurs plus considérables auteurs ; voir GAL, I, 173-174, Suppl., I, 293-294, et aussi la notice dans Fawā’id, 31-34, y compris la note sur p. 31.

34 Fawā’id, 67 (ligne 13). Brockelmann (GAL, Suppl., I, 285) en cite un ouvrage de Manāqib sur Abū Ḥanīfa ; ajouter aux manuscrits cités dans GAL, loc. cit., celui de Manisa (Turquie), n° 1342 (Manāqib Imām al-a’imma) daté de l’an 563 H. (163 folios).

35 Abū ’1-Ḥusain Muḥammad b. ‘Alī b. aṭ-Ṭaiyib al-Baṣrī al-Mu‘tazilī (m. 436 H.) ; voir, en plus des notices citées dans GAL, I, 459, Suppl., I, 829, celles qui suivent : Muntaẓam, VIII, 126-127 ; Ǧawāhir, II, 93-94 ; Šaḏarāt, III, 259.

36 Sur son collège-mosquée, voir G. Makdisi, Institutions, 18.

37 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Alī ad-Dāmaġānī ; voir sur lui, en plus des notices citées dans GAL, I, 460, Suppl., I, 637, celles dans Tārīḫ Baġdād, III, 109 ; Muntaẓam, IX, 22-24 ; Bundārī, Tārīḫ, fol. 46a ; Kāmil, VIII, 139 (sub anno 478) ; Mir’āt az-zamān, fol. 191b-192a ; Bidāya, XII, 129 ; Šaḏarāt, III, 362. — Ad-Dāmaġānī mourut en rağab 478/oct.-nov. 1085, et fut enterré dans sa maison à Nahr al-Qallā’īn, puis, à la mort de son fils Abū ’1-Ḥasan en 513 H., son corps fut transféré au mausolée d’Abū Ḥanīfa.

38 Le lundi 8 rabī‘ II 398 H.

39 Il y arriva le jeudi 26 ramaḍān 419 H.

40 Al-Qudūrī fut aussi son maître en ḥadīṯ ; cf. le certificat d’audition daté de ḏū ’l-qa‘da 423 H. dans le manuscrit de Köprülü (Istanbul), Mağmū‘a (de ḥadīṯ), n° 1584 (fol. 41a-44a), fol. 41b.

41 Voir Bundārī, Tārīḫ, fol. 46a, en marge, selon Sam‘ānī.

42 Muntaẓam, IX, 22.

43 C’était pendant qu’il étudiait ainsi qu’il fut, selon une anecdote (rapportée dans Muntaẓam, loc. cit.), surpris par le vieux prince, fils du calife al-Muqtadir, qui, admirant sa connaissance de la loi, l’invita à venir chez lui tous les jeudis et l’aida matériellement.

44 Voir, sur as-Simnānī, la notice dans Muntaẓam, VIII, 287 ; Ibn al-Ǧauzī trouvait cette combinaison ingénieuse, car on ne s’attendait pas à ce qu’un ḥanafite fût aš‘arite en matière de théologie. Nous verrons plus bas (chap. IV, section I, 2) que les ḥanafites de Bagdad étaient surtout mu‘tazilites.

45 Muntaẓam, IX, 210.

46 Elle fut pillée en 450 H., lors du siège de Bagdad par al-Basāsīrī (Muntaẓam, VIII, 192), et en 493 H., après sa mort, les pillards volèrent dans sa maison, habitée à cette époque par son fils, le qāḍī ’l-quḍāt Abū ’1-Ḥasan, deux malles de vêtements qu’on eut beaucoup de peine à récupérer, sans doute à cause de leur valeur ; peut-être les robes d’honneur du père en faisaient partie (ce qui expliquerait, peut-être, le nom du père au lieu de celui du fils cité dans le texte du Muntaẓam, IX, 113).

47 Cf. Muntaẓam, IX, 24.

48 Selon Ibn ‘Aqīl, dans Muntaẓam, IX, 210.

49 Abū Ṭāhir Ilyās b. Nāṣir b. Ibrāhīm ad-Dailamī ; voir sur lui les notices dans Diary XIX, 288 et 299, § 131 (maintenant identifié d’une façon certaine, grâce à nos recherches sur les ḥanafites de l’époque) ; voir aussi op.cit., 288 et 300, 136, s.v. Ilyās ; Ǧawāhir, I, 163. — Ad-Dailamī mourut le vendredi, 22 ğumādā II 461/17 avril 1069, et fut enterré dans le cimetière al-Ḫaizurānīya ; les prières funèbres furent dites par son maître ad-Dāmaġānī. — Aṣ-Ṣaidalānī dit (v. Ǧawāhir, I, 163) qu’il mourut le jeudi et qu’il fut enterré le lendemain ; mais nous avons préféré nous fonder directement sur le journal contemporain d’Ibn al-Bannā’, Diary, loc. cit.

50 Voir G. Makdisi, Institutions, 18.

51 Voir op. cit., 22.

52 Abū Ṭālib al-Ḥusain b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī, connu sous le laqab de Nūr al-Hudā Ḏū ’š-Šarafain ; voir sur lui les notices dans Muntaẓam, IX, 201 ; Kāmil, VIII, 285 (anno 512) ; Bidāya, XII, 183 ; Ǧawāhir, I, 219-220 ; Šaḏarāt, IV, 34 ; voir aussi les sources contemporaines où il s’agit de lui : Diary, XIX, 136, 288 et 300, § 136, et Funūn, fols. 2a, 7a, 125b, 155a. — Nūr al-Hudā mourut le 11 ṣafar 512/3 juin 1118. Son fils, Abū ’1-Qāsim ‘Alī (v. ci-dessous), se chargea des prières funèbres. Aux obsèques assistèrent les grands hommes d’Etat et les grands ‘ulamā’. Il fut enterré près de la tombe d’Abū Ḥanīfa, à l’intérieur du dôme.

53 Voir Funūn, loc. cit.

54 Aḥmad b. ‘Alī b. al-Ḥusain al-Muḥtasib (m. 442 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, IV, 324 ; Šaḏarāt, III, 268 (où aṯ-Ṯaurī).

55 Muḥammad b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. Ġailān (m. 440 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, III, 234-235 ; Muntaẓam, VIII, 139-140 ; cf. Diary, XVIII, 19, n. 5.

56 Karīma bint Aḥmad b. Muḥammad b. Ḥātim al-Marwazīya, morte à la Mecque en 463 H. ; voir Diary, XIX, 28 et n. 9, où des notices biographiques.

57 Cf. Šaḏarāt, IV, 34, où l’orthographe de ce nom est établie.

58 Cf. Diary, XIX, index, s.v. naqīb an-nuqabā’, et Diary, XIX, 300, n. 4.

59 Comme nous le confirme les notes d’Ibn ‘Aqīl dans ses Funūn, loc. cit.

60 Cette déclaration nous est transmise par son ami Ibn ‘Aqīl ; cf. Muntaẓam, loc. cit.

61 Abū ’1-Qāsim ‘Alī b. al-Ḥusain b. Aḥmad az-Zainabī, dont le laqab est al-Akmal (470-543 H.) : voir Muntaẓam, X, 135-136.

62 Voir G. Makdisi, Institutions, 18.

63 Voir sur al-Karḫī (m. 340/952), GAL, I, 295.

64 Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Marwazī al-Balḫī, connu sous le sobriquet d’al-Ḥākim aš-Šahīd, « le martyr », car il fut tué en 334 H. par des émeutiers militaires ; auteur du Muḫtaṣar dont il est question ici, il écrivit al-Muntaqā et al-Kāfī, deux ouvrages également sur le fiqh ḥanafite et considérés par l’auteur des Fawā’id comme fondamentaux dans la matière. Voir sur lui les notices dans GAL, I, 174, Suppl, I, 294 et Fawā’id, 185-186.

65 Le nom complet d’al-Aqṭa‘ est Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad b. Muḥammad ; voir les notices dans Ǧawāhir, I, 119 et Fawā’id, 40.

66 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm b. Mūsā, connu sous le nom de Faḫr al-Islām al-Pazdawī (m. 482 H.) ; voir sur lui les notices biographiques citées dans GAL, I, 469, Suppl., I, 637 (où la pagination de Fawā’id doit être 124 au lieu de 52).

67 Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Sahl, connu sous le nom de Šams al-A’imma as-Saraḫsī (m. 483 H.) ; voir les notices citées dans GAL, I, 469, Suppl., I, 638 (où la pagination de Fawā’id doit être 158-159 au lieu de 64). Sa date de mort est placée par les biographes en 483, ca. 490, ca. 500 H. ; nous avons adopté, sous réserve, celle de GAL.

68 Abū Zaid ‘Ubaid Allāh b. ‘Umar b. ’Īsā ad-Dabūsī (m. 430 H.), dont la nisba se réfère à son village Dabūsīya (cf. G. Le Strange, Lands, 468, 471 et Map IX) ; outre les notices biographiques citées dans GAL, I, 175, Suppl., I, 296, voir celles qui suivent : Bidāya, XII, 46-47 ; Ǧawāhir, I, 339 et II, 252-253 (c’est-à-dire que l’auteur des Ǧawāhir lui consacre deux notices, dont seule la seconde, sous son nom usuel d’Abū Zaid ad-Dabūsī, est citée dans GAL ; on trouvera encore deux autres notices dans Ǧawāhir ; l’une t. I, p. 279 sous le ism de ‘Abd Allāh, car il est cité parfois sous ce nom ; l’autre t. II, p. 306 ; mais ces notices ne font que reporter le lecteur à la notice sous le ism : ‘Ubaid Allāh et ‘Abd Allāh, respectivement) ; Šaḏarāt, III, 245-246 ; Fawā’id, 109.

69 Les sources ne sont pas tout à fait d’accord sur sa date de mort, mais il ne semble pas que ceux qui s’écartent de cette date (432 H. selon Ibn aẓ-Ẓāhirī dans Ǧawāhir ; le jeudi 15 ğumādā II, 432 H., dans Tāğ, n° 107, dont la précision perd de son mérite à cause de l’anonymat de la source ; et même 457 H., selon Ibn Taġrībirdi, Nuğūm, cf. GAL, loc. cit., qui est seul à la citer parmi les biographes à notre disposition) puissent l’emporter sur celle de 430 H., sur laquelle les sources les plus sûres sont d’accord.

70 Dans les Funūn, Ibn ‘Aqīl s’y réfère des façons suivantes : al-Qāḍī Abū Zaid, al-Qāḍī ad-Dabūsī, parfois : ad-Dabūsī, et même : al-Qāḍī, tout court.

71 أول من وضع علم الخلاف ; cf. Bidāya, loc. cit., qui y ajoute : أبرزه الى و الوجود.

72 Voir sur lui les notices dans Ǧawāhir, II, 247 (où Ibn ‘Abd Allāh est ajouté à ce nom qui n’est pas non plus donné complètement dans la notice suivante :) et Fawāid, 57-58. La nisba dérive de la province d’Usrūšana ; voir G. Le Strange, Lands, 474-476 (et Map IX) où les variantes de l’orthographe de cette province ; Fawā’id, 58, y ajoute Ustrūšanī (Usturūšanī) mais dit que la première nisba citée est correcte, selon Sam‘ānī.

73 Sur ses ouvrages existants, v. GAL, I, 175, Suppl., I, 296-297.

74 Voir Funūn, fol. 68b. Le nom complet de ce maître de fiqh n’y est pas donné ; c’est, peut-être, an-Nuhāwandī (410-497 H.), Muntaẓam, IX, 141.

75 Voir Fawā’id, 144, où ‘Alā’ ad-Dīn ‘Alī al-Marwazī ; voir aussi Ǧawāhir, II, 379, où ‘Alā’ ad-Dīn Šaiḫ al-Islām al-Qāḍī al-Marwazī.

76 Où un des élèves du grand Qāḍī Abū Bakr b. al-‘Arabī vint du Maġreb le copier dans la bibliothèque. Qāḍī Ibn al-‘Arabī, qui en citait des passages à ses élèves à Tlemcen et Fās, fut ravi de pouvoir combler les lacunes de sa propre copie en se servant de cette copie de son élève, bien qu’elle fut défectueuse, car, dit Qāḍī Ibn al-‘Arabī, l’élève ne l’avait ni fait examiner par un professeur ni lue en sa présence (Širāğ al-Murīdīn, d’après Ǧawāhir, loc. cit., où d’ailleurs, une lacune). Il ne faut pas conclure de cette expérience d’Ibn al-‘Arabī qu’un ouvrage de fiqh ḥanafite ait pu trouver un auditoire important au Maġreb où le mālikisme était presque exclusivement en honneur ; d’ailleurs Ibn al-‘Arabī ne manque pas de nous dire que c’était le seul élève qui s’intéressât à ses citations de l’ouvrage d’ad-Dabūsī.

77 Voir supra, p. 173.

78 Voir supra, p. 170, n. 6.

79 On se réfère à lui aussi sous les titres de Naqīb al-Hāšimīyīn, ou Naqīb, tout court.

80 Abū ’1-Fawāris Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī al-Hāšimī, dont le laqab est al-Kāmil. Voir sur lui les notices biographiques dans Muntaẓam, IX, 106 ; Kāmil, VIII, 188 (anno 491) ; Bidāya, XII, 155-156 ; Ǧawāhir, I, 266 ; Šaḏarāt, III, 396-397. Voir aussi, sur ses activités, Diary, XVIII, 252, et n. 9 qui contient toutes les références à lui dans ce journal ; Zubda, 24, 38. En ce qui concerne son rôle dans l’affaire d’Ibn ‘Aqīl, voir G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 103, 107-8, 120. — Ṭirād az-Zainabī mourut à la fin de šauwāl 491/sept. 1098, et fut enterré d’abord dans sa maison à Bāb al-Baṣra, et ensuite, l’année suivante, dans le Cimetière des Martyrs.

81 Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Bazzāz an-Narsī (m. 411 H.) ; voir la notice dans Tārīḫ Baġdād, IV, 371.

82 Cf. Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. ‘Amr al-Ġazzāl (m. 412 H.) ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, VIII, 82 ; Muntaẓam, VIII, 4.

83 Abū ’1-Fatḥ Hilāl b. Muḥammad al-Ḥaffār (m. 414 H.) ; voir Tārīḫ Baġdād, XIV, 75 ; Muntaẓam, VIII, 15.

84 Abū ‘Alī Aḥmad b. Muḥammad al-Baradānī al-Mustamlī al-Ḥāfiẓ (m. 498 H.) ; parmi ses propres élèves de ḥadīṯ fut ‘Alī, le fils de Ṭirād az-Zainabī dont il s’agit ici. Voir, entre autres, sur Abū ‘Alī al-Baradānī, la notice dans Ḏail, I, 117-118. — Il y a dans la Mağmū‘a (de ḥadīṯ) de la Bibliothèque Köprülü, n° 1584 (fols. 104a-117b), deux ğuz’ des traditions d’az-Zainabī publiées par le traditionniste ḥanbalite Abū ‘Alī al-Baradānī. Le fils d’az-Zainabī, ‘Alī b. Ṭirād, devint à son tour un des élèves de ḥadīṯ d’al-Baradānī (v. Ḏail, I, 117).

85 Voir p. 175. — Ṭirād avait aussi un autre frère, traditionniste obscur : Abū Ya‘lā Ḥamza b. Muḥammad b. ‘Alī al-Baġdādī (m. 504 H., âgé de 97 ans) ; voir, sur lui, Šaḏarāt, IV, 8.

86 Pour les circonstances de cette démission, voir la notice dans Muntaẓam, X, 135-136.

87 Voir G. Makdisi, Institutions, 22-23.

88 Abū ’1-Qāsim ‘Alī b. Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī b. Abī Tammām az-Zainabī (m. 538 H.) qui reçut du calife al-Mustaẓhir le laqab d’ar-Riḍā Ḏū ’š-Šarafain ; voir notamment la notice dans Muntaẓam, X, 109.

89 Abū ’1-Ḥasan Muḥammad b. Ṭirād b. Muḥammad b. ‘Alī az-Zainabī ; naquit, selon Muntaẓam, X, 123, en 462 H., comme son frère ; mais Bidāya, XII, 222, dit qu’il mourut à l’âge approximatif de 70 ans ; cette source dit aussi qu’il fut naqīb an-nuqabā’, mais ceci paraît être une faute en copiant le Muntaẓam où ce titre se réfère à son père ; cf. L. Massignon, Cadis-Naqibs, 112, où à juste titre, il ne se trouve pas cité parmi les naqīb.

90 Voir Ibn ‘Adīm, Zubda, II, 16-17, sur son ambassade à Alep en 462 H. chez le mirdāside Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ, à l’occasion du remplacement de la ḫuṭba fāṭimite par celle du calife ‘abbāside al-Qā’im suivi du nom du sultan Alp Arslan.

91 Voir Muntaẓam, X, 109, et L. Massignon, Cadis-Naqibs, 112, où « Abū ‘Alī b. Abī Tammām » doit se lire : « Abū ’1-Qāsim ‘Alī... ».

92 Voir infra, p. 223 et n. 2.

93 Cf. L. Massignon, Cadis-Naqibs, 110, 112.

94 Voir infra, chap. V, section II, 1 k.

95 Voir p. 183 et n. 2.

96 Celui qui se chargeait de la surveillance et du règlement des recettes et des dépenses de l’État ; voir R. Dozy, Supplément, s.v. WFY. — Sur Abū Sa‘d Muḥammad b. Manṣūr al-Mustaufī, dont le laqab était Šaraf al-Mulk (m. 494 H.), voir les notices biographiques dans : Muntaẓam, IX, 128 ; Kāmil, VIII, 205 (anno 494) ; Bundārī, Tārīḫ, fol. 77a ; Bidāya, XII, 161.

97 Voir Muntaẓam, IX, 128.

98 Dont le nom ressemble à celui du ḥanafite précédent : Abū Sa‘d Muḥammad b. Manṣūr b. an-Nasawī (m. 494 H.). Voir les notices dans Muntaẓam, IX, 128-129 ; Bundārī, Tārīḫ, fol. 77a-b ; Bidāya, XII, 161.

99 Voir Muntaẓam, IX, 128-129.

100 Voir notamment Sam‘ānī, dans Bundārī, loc. cit.

101 Abū Sa‘d ‘Abd al-Malik b. Muḥammad b. al-Ḥasan as-Sāmarrī (m. 493 H.) ; voir Muntaẓam, IX, 117.

102 Abū ’1-Qāsim Šaibān b. al-Ḥasan b. Šaibān al-Ḥalabī (m. 494 H.) ; voir Ǧawāhir, I, 258-259.

103 Voir G. Makdisi, Institutions, 29 et ss.

104 Sur les ouvrages mālikites existants, voir GAL, I, 383 et ss., Suppl., I, 660 et ss.

105 Voir sur lui le travail en cours du Père R. McCarthy qui nous a déjà donné une édition du Tamhīd et du Bayān et qui prépare une monographie sur ce théologien ; v. aussi GAL, I, 197, Suppl., I, 349, et l’article récent du P. McCarthy dans EI2, s.v. al-Bāḳillānī.

106 Abū Muḥammad ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Alī b. Naṣr al-Baġdādī al-Mālikī. Voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, XI, 31 ; Muntaẓam, VIII, 61 ; Kāmil, VII, 357 (anno 422) ; Bidāya, XII, 32-33 ; Šaḏarāt, III, 223-225. — Abū Muḥammad naquit à Bagdad le 7 šauwāl 362/11 juillet 973, et mourut au Caire, où il s’était installé à la fin de sa vie le 14 ṣafar 422/10 février 1031.

107 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Ṣāliḥ al-Abharī al-Mālikī (289-375 H.) ; voir, entre autres, Muntaẓam, VII, 131.

108 Al-Qāsim b. Ǧallāb al-Mālikī, mort en 378 H., selon Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, III, 93) qui dit qu’on lui attribue d’autres ism.

109 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. ‘Umar b. Aḥmad, connu sous le nom d’Ibn al-Qaṣṣār ; voir, sur lui, les notices dans Tārīḫ Baġdād, XII, 41-42 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 142 ; Kāmil, VII, 238 (où il faut corriger le nom ; voir aussi n. 3) ; Šaḏarāt, III, 149. Ibn Farḥūn, Dībāğ (p. 199 ; cf. Kāmil, loc. cit.) donne sa date de mort en 398 H., qu’il faut corriger, selon Tārīḫ Baġdād (et les autres notices) où elle est précisée : le samedi 7 ḏū ’l-qa‘da 397/25 juillet 1007.

110 ‘Abd b. Aḥmad b. Muḥammad, jurisconsulte et traditionniste mecquois (m. 434 H.) ; voir, entre autres, Tārīḫ Baġdād, XI, 141 ; Muntaẓam, VIII, 115 ; Šaḏarāt, III, 254.

111 Bidāya, loc. cit.

112 يحفظه الطلبة.

113 Cf. Bidāya, XII, 33 (ligne 10 ; mètre : basīṭ) :
ظللت حيران أمشي في أزقتها كأنني
Ibn ‘Aqîl — 8

114 Cf. Šaḏarāt, III, 225, d’après Ibn Bassām, Kitāb aḏ-Ḏaḫīra, (mètre : ṭawīl) :
فقالت ألم أخبر بأنك زاهد فقلت بلى ما زلت أزهد من الزهد
« Elle (me demanda) : ne m’a-t-on pas dit que tu étais un abstinent (= ascète) ? Si, répondis-je, je n’ai jamais cessé de m’abstenir d’abstinence ! » — Il y a ici, comme on le voit, un jeu de mots sur la racine ZHD.

115 Voir Šaḏarāt, III, 225 (dans la notice du frère). — Abū ’1-Ḥasan naquit à Bagdad en 372/982 et mourut à Baṣra en rabī‘ I 437/sept.-oct. 1045.

116 Op. cit., loc. cit. — Abū ’1-Ḥasan ‘Alī mourut le 2 ramaḍān 391/26 juillet 1001.

117 Abū ‘Alī al-Ḥasan b. Muḥammad b. Ibrāhīm al-Mālikī. Voir Šaḏarāt, III, 261; mourut en 438 H. Est-ce le même qu’Abū ‘Alī al-Ḥasan b. Muḥammad, connu sous le nom d'Ibn ‘Adīsa (‘Udaisa ?), dans Tārīḫ Baġdād, VII, 425 et Muntaẓam, VIII, 130 ? Tous deux furent des lecteurs coraniques et ont la même date de décès.

118 Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. ‘Ubaid Allāh b. Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Amrūs al-Bazzāz. Voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, II, 339 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 143 (où le nom, incomplet, donne : « Ibn ‘Amr », au lieu de : « Ibn ‘Amrūs ») ; Muntaẓam, VIII, 218 ; Kāmil, VIII, 90 (anno 452, où il faut corriger le nom) ; Bidāya, XII, 86 ; Šaḏarāt, III, 290. — Abū ’1-Faḍl al-Bazzāz mourut en muḥarram 452/fév.-mars 1060.

119 Aḥmad b. Muḥammad ; voir Muntaẓam, IX, 175. — Abū ’l-‘Abbās naquit en 413/1022-23 et mourut à Bagdad en ramaḍan 507/fév.-mars 1114 ; les prières funèbres furent dites par le ḥanbalite Abū Bakr b. ‘Abd al-Bāqī.

120 Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥasan al-Baṣrī, connu sous le nom d’Ibn aṣ-Ṣauwāf. Voir les notices dans Muntaẓam, IX, 103 ; Bidāya, XII, 154 ; Šaḏarāt, III, 394. — Abū Ya‘lā b. aṣ-Ṣauwāf naquit à Baṣra en 400/1009-10 et y mourut en ramaḍan 490/août-sept. 1097.

121 Voir sur lui la notice dans Muntaẓam, IX, 190, et surtout Bundārī, Tārīḫ (selon Sam‘ānī), fol. 112b-113b ; il traitait Ġazzālī d’hérétique. — Aḏ-Ḏakī mourut à Iṣbahān vers l’an 500/1106-07.

122 Voir les fol. 53a, 56a.

123 En 571 H., après une émeute, il fut interdit aux wā‘iẓ de continuer leurs prônes, sauf un pour chacune des écoles représentées : un ḥanbalite, un šāfi‘ite et un ḥanafite. Ibn al-Ǧauzī, qui nous donne ce renseignement (voir Muntaẓam, X, 259), et qui fut lui-même le wā‘iẓ représentant son rite ḥanbalite, n’en cite pas pour l’école mālikite. Comme les ẓāhirites avaient disparu au cours du ve/xie siècle, il paraît que les mālikites cessèrent de figurer comme communauté à Bagdad au cours du vie/xiie siècle.

124 Abū Ḥāmid Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Isfarā’inī (344-406 H.). Voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, IV, 368 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 103 ; Wafayāt, I, 55 (n° 25) ; Muntaẓam, VII, 277 ; Kāmil, VII, 280 (anno 406) ; Ṭabaqāt aš-Šāfi‘īya, III, 24-31 ; Bidāya, XII, 2-3 ; Manāqib, fol. 105b-106a ; Šaḏarāt, III, 178. — Abū Ḥāmid naquit en 344/955-56 et mourut le samedi 19 šauwāl 406/31 mars 1016. Enterré d’abord à sa maison, son corps fut transféré en 410/1020 au cimetière de Bāb Ḥarb.

125 A ne pas confondre avec Abū Isḥāq al-Isfarā’inī (m. 418 H.).

126 G. Le Strange, Lands, s.v.

127 Cf. Muntaẓam, loc. cit. : en 363 ou 364 H.

128 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Aḥmad b. al-Marzubān al-Baġdādī, grand maître Šāfi‘īte, mourut à Bagdad en 466 H., peu d’années après l’arrivée d’Is-farā’inī qui devait être son principal disciple ; lui-même fut disciple d’Abū ’1-Ḥasan Aḥmad b. Muḥammad al-Baġdādī, connu sous le nom d’Ibn al-Qaṭṭān (m. 359 H.), grand maître, et auteur de plusieurs ouvrages sur les uṣūl et les furū‘ du fiqh, et dernier des disciples du grand Šāfi‘īte Ibn Suraiğ (m. 306 H.). Sur cette lignée des grands maîtres šāfi‘ites : Ibn Suraiğ, Ibn al-Qaṭṭān, Abū ’1-Ḥasan b. al-Marzubān, voir respectivement, entre autres, les notices suivantes, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, II, 87-96 ; Šaḏarāt, III, 28 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, II, 245.

129 Abū ’1-Qāsim ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Abd Allāh ad-Dārakī (m. 375 H.), fut considéré par Isfarā’inī comme le plus grand faqīh de sa connaissance ; fut professeur de fiqh dans le masğid de Di‘liğ, situé sur la rue d’Abū Ḫalaf dans Qaṭī‘at ar-Rabī‘, côté ouest de Bagdad, dans le quartier du Karḫ (v. G. Le Strange, Baghdad, Map IV) ; Subkī dit que la nisba dérive de Dārak, village dans Iṣbahān (cf. G. Le Strange, Lands, 250 qui cite Dārak dans Fārs) ; voir sur lui, Muntaẓam, VII, 129-130 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, II, 240-241.

130 Aḥmad b. Ibrāhīm (m. 370 H.), v. Šaḏarāt, III, 72.

131 Voir G. Makdisi, Institutions, 52.

132 Voir p. 168 et n. 2, et p. 170 et n. 3.

133 Pour ce masğid, v. G. Makdisi, Institutions, 24 ; et pour Qaṭī‘at ar-Rabī‘, v. G. Le Strange, Baghdad, Map IV et index s.v.

134 Voir Muntaẓam, loc. cit. ; le nombre est de 400 selon Kāmil, VII, 280. et de 300 selon Abū Isḥāq aš-Šīrāzī (dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 25).

135 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Alī aš-Šāšī al-Qaffāl (m. 365/976) ; fit ses études de fiqh à Bagdad et à Damas ; voir, sur lui, GAL, Suppl., I, 307, et les notices biographiques qui y sont citées, notamment Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, II, 176 et ss.

136 Cf. Manāqib, loc. cit. : و عنهما انتشر المذهب .

137 Sur al-Muzanī et son Muḫtaṣar, v. GAL, I, 180, Suppl., I, 305 ; voir aussi R. Brunschvig, Muzanī.

138 Sur cette madrasa, v. Dāris, I, 459 et ss.

139 Il me semble que Subkī veut dire que ces différences ne sont pas l’effet des variantes des copistes, mais des différences de textes dues à l’auteur ; la copie d’al-Bandanīǧī lui fut dictée par Isfarā’inī lui-même. Nous avons ici sans doute un cas où le professeur éditait les notes de ses cours de temps en temps, en y apportant des modifications plus ou moins importantes. Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 28 (le haut de la page).

140 Abū ’l-‘Abbās b. ‘Umar b. Suraiğ (m. 306/918) ; cité dans GAL, I) 180-181, Suppl. I, 306-307, dans les notices de ses disciples ; voir surtout op. cit., Suppl., I, 307, pour quelques notices biographiques ; mais il faut y corriger la date de mort (306 H., au lieu de 305 H.) et la notice dans Ibn Ḫallikān, Wafāyāt (n° 20, au lieu de 26).

141 Voir infra.

142 Tome VII, p. 277.

143 Abū ’1-Ḥasan Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad b. al-Qāsim al-Maḥāmilī ; cette nisba, selon les biographes, dérive du pluriel de maḥmal. Voir GAL, I, 181, Suppl., I, 307, et les notices suivantes en plus de celles qui y sont citées : Tārīḫ Baġdād, IV, 372 ; Muntaẓam, VIII, 17 ; Kāmil, VII, 319 (anno 415) et n. 3 ; Bidāya, XII, 18 ; Manāqib, fol. 111b ; Šaḏarāt, III, 202. — Abū ’1-Ḥasan naquit en 368/978-9 et mourut à Bagdad en 20 rabī‘ II 415/1 juillet 1024.

144 Muḥammad b. Aḥmad (332-407 H.) ; voir, entre autres, la notice dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 42.

145 Op. cit., III, 20-23.

146 Abū ’1-Fatḥ Sulaim b. Aiyūb b. Sulaim ar-Rāzī. Voir GAL, Suppl., I, 730, et les notices suivantes en plus de celles qui y sont citées ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 111 ; Manāqib, fol. 127a-127b ; Šaḏarāt, III, 275-276. — Sulaim ar-Rāzī mourut dans un naufrage en Mer Rouge, sur la côte de Jidda, après être allé en pèlerinage à la Mecque. Ce fut en ṣafar 447/1055, à 80 ans passés.

147 Voir G. Makdisi, Institutions, 24.

148 Abū ’1-Fatḥ Naṣr b. Ibrāhīm al-Maqdisī, mort en 490 H., à 80 ans passés. Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 27 ; Manāqib, fol. 169b-170a ; Šaḏarāt, III, 395-396.

149 Šaḏarāt, III, 276.

150 Abū ’ṭ-Ṭaiyib Ṭāhir b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir b. ‘Umar aṭ-Ṭabarī (348-450 H.) ; voir les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, IX, 358-360 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 106-107 ; Muntaẓam, VIII, 198, où une faute d’orthographe : ة و ستين, au lieu de : مائة و سنتين (160 au lieu de 102) ; Zubda, 23 ; Kāmil, VIII, 87 (sub anno 450) ; Mir’āt az-zamān, fol. 53a-53b ; Wafayāt, II, 195-199 (n° 284) ; ḎahabĪ, Duwal, I, 204 ; Yāfi‘ī, Mir’āt, III, 70-72 (la même faute d’orthographe que dans Muntaẓam, loc. cit.) ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 176-197 ; Bidāya, XII, 79-80 ; Manāqib, fol. 130a-131a ; Šaḏarāt, III, 283-285 (où une confusion de deux notices ayant pour effet de confondre al-Wannī (al-Walī, dans Muntaẓam, VIII, 197, mais al-Wannī, dans Bidāya, loc. cit.) avec aṭ-Ṭabarī ; voir la notice sur al-Walī, mort aussi en 450 H., dont le nom complet est Abū ‘Abd Allāh al-Ḥasan b. Muḥammad al-Faraḍī, dans Muntaẓam, VIII, 197-198 ; donc la notice dans Šaḏarāt, loc. cit., ne concerne aṭ-Ṭabarī qu’après le premier mot de la p. 284). — Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī naquit en 348/959-60 à Āmul, dans le Ṭabaristān, et mourut à Bagdad le 20 rabī‘ I 450/17 mai 1058 ; il fut enterré dans le cimetière de Bāb Ḥarb.

151 Voir Šaḏarāt, loc. cit. — Sur Ma‘arrī, v. l’étude de H. Laoust, Vie, et la bibliographie qui y est citée.

152 Voir la note autobiographique d’Ibn ‘Aqīl dans Muntaẓam, IX, 213 ; Ḏail, I, 173.

153 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 176, et Šaḏarāt, III, 284.

154 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 195. — Il y a, à Top Kapı Sarayı, dans la Collection Ahmet III (n° 850) 11 tomes de la Ta‘līqa de Ṭabarī ; j’en ai vu le tome 1er (239 folios, où le titre at-Ta‘līqā al-kubrā ; et ce qu’on m’a dit être le dernier des 11 tomes ; celui-ci était le tome 14 (264 folios) où est annoncé la suite traitant de la question : قتال أهل الردة. Donc cet ouvrage doit être de plus de 14 tomes.

155 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 182, 189.

156 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‘Alī b. Yūsuf al-Fīrūzābādī aš-Šīrāzī (393-476 H.) ; ajouter aux notices biographiques dans GAL, I, 387-388, Suppl., I, 669, celles qui suivent : Muntaẓam, IX, 7-8 ; Kāmil, VIII, 134 (sub anno 476) ; Mir’āt az-zamān, fol. 181a-182a ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 15a ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 88-111 ; Bidāya, XII, 124 ; Šaḏarāt, III, 349. — Le nom de ce maître est donné avec la kunya d’Abū ’l-Ḥasan (au lieu d’Abū Isḥāq) dans la notice biographique consacrée à Ibn ‘Aqīl par Ḏahabī, Tārīḫ, ms. Aya Sophia, 3010, fol. 102b ; ce qui nous paraît être un lapsus. Ibn ‘Aqīl se réfère à lui par la kunya d’al-Fīrūzābādī, au lieu d’aš-Šīrāzī. — Abū Isḥāq naquit en 393/1003 à Fīrūzābād et mourut à Bagdad le 21 ğumāda II 476/6 nov. 1083.

157 Voir infra, chap. IV, section III, 2 c-d.

158 Voir cette note dans Muntaẓam, IX, 212.

159 Cf. la liste dans Wafayāt, I, 10 (n° 5) et GAL, I, 387-388, Suppl., I, 669-670.

160 Cf. GAL, Suppl., I, 670 (d’après Kašf aẓ-ẓunūn, 489). Le Kitāb at-tanbīh, écrit en 452-3/1061-2, est traduit par G. H. Bousquet.

161 Cf. GAL, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit.

162 GAL, loc. cit.

163 Voir Ḏail, I, 26 (lignes 12-13). — En effet, Abū Isḥāq aš-Šīrāzī s’oppose aux doctrines aš‘arites dans son Kitāb al-Luma‘ ; voir ibid., pp. 7 (l. 13), 8 (ll. 17 et 23), 15 (ll. 24 et 26), 18 (l. 1) et 46 (l. 4).

164 Ibn ‘Asākir, Tabyīn, 276-278.

165 Pour cette émeute, voir infra, chap. IV, section III, 2 c.

166 Cf. la remarque intéressante de Niẓām al-Mulk, rapportée par Ibn ‘Aqīl (citée dans Muntaẓam, IX, 59) qui se tenait à côté de lui, concernant l’ascèse d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī qu’il opposait aux intérêts mondains d’Ibn ‘Alak, enterré auprès de lui.

167 Abū Naṣr ‘Abd as-Saiyid b. Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid b. Aḥ-mad b. Ǧa‘far b. aṣ-Ṣabbāġ (400-477 H.) ; voir sur lui GAL, I, 388, Suppl., I, 671 ; ajouter aux notices biographiques qui y sont citées, celles qui suivent : Muntaẓam, IX, 12 ; Kāmil, VIII, 137 (sub anno 477) ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 48a ; Ṣafadī, Nakt (fondée sur Ibn an-Naǧǧār, Ḏail), 193 ; Bidāya, XII, 126 ; Manāqib, fol. 155a-b. — Abū Naṣr b. aṣ-Ṣabbāġ eut la vue très faible vers la fin de sa vie. Né en 400/1009-10, il mourut le 13 ğumādā I 477/18 sept. 1084, et fut enterré le lendemain à sa maison dans le Karḫ ; son corps fut transféré plus tard au cimetière de Bāb Ḥarb.

168 Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 231. Sur la Madrasa Niẓāmīya, voir G. Makdisi, Institutions, 31-48, et passim.

169 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit.

170 Muntaẓam, IX, 12-13.

171 Wafayāt, II, 385-386 (n° 372).

172 Voir Wafayāt, loc. cit., et surtout Kašf aẓ-ẓunūn, 1114.

173 Ibn ‘Asākir n’essaie pas de l’inclure dans ses notices biographiques sur les aš‘arites (dans Tabyīn).

174 Faḫr al-Islām Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad aš-Šāšī al-Mustaẓhirī ; voir GAL, I, 390-391, Suppl., I, 674, et les notices suivantes en plus de celles qui y sont citées : Muntaẓam, IX, 179 ; Kāmil, VIII, 268 (anno 507) ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 3b-4a ; Bidāya, XII, 177-178 ; Manāqib, fol. 187b-188a ; Šaḏarāt, IV, 16-17. — Aš-Šāšī naquit le 7 muḥarram 429/20 oct. 1037 et mourut à Bagdad le 25 šauwāl 507/4 avril 1114 ; il fut enterré près d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī à Bāb Abraz.

175 Aux manuscrits de cet ouvrage signalés dans GAL, I, 391 et Suppl., I, 674, ajouter celui de Top Kapı Sarayı, Collection Ahmet III, n° 1048, complet en deux volumes (288 et 279 folios), daté le 4 ḏū ’l-ḥiğğa 864 H.

176 Qarāḥ Ẓafar (le Jardin de Ẓafar) se situait juste à côté de ce quartier sur la rive orientale de Bagdad ; v. G. Le Strange, Baghdad, 288 et Map VIII ; cf. G. Makdisi, Topography, index, s.v. Ḫarābat Ẓafar.

177 Voir G. Le Strange, Baghdad, loc. cit. ; G. Makdisi, Topography, index, s.v. Ḫarābat Ẓafar.

178 Voir G. Makdisi, Institutions, 41.

179 Cf. fol. 56b, 228b.

180 Pour celui-ci, voir supra, p. 171 et n. 6.

181 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 285.

182 Abū ’1-Muẓaffar, mort en 529 H. Voir Muntaẓam, X, 52 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 48.

183 Abū Muḥammad, né en 481 H., mort en 528 H.

184 Abū ’1-Fatḥ Aḥmad b. ‘Alī b. Muḥammad b. Barhān. Voir sur lui les notices biographiques suivantes : Muntaẓam, IX, 250-251 (où « Barhān » est écrit « T-rkān », peut-être une faute de copiste) ; Kāmil, VIII, 317 (sub anno 518) ; Wafayāt, I, 82 (n° 38) où l’orthographe du nom « Barhān » est établie ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 19b (qui ajoute : al-Wakīl) ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 42 (qui établit l’orthographe du nom « Barhān ») ; Bidāya, XII, 194 (sub anno 518, notice fondée sur Muntaẓam), et 196 (sub anno 520, une deuxième notice fondée peut-être sur Ibn Ḫallikān, si l’on en juge par la date 520 H. comme date de mort) ; Manāqib, fol. 196a-196b (qui établit la date de mort 518 H., sur le témoignage de l’historien ḥanbalite contemporain Ibn az-Zāġūnī, mort, lui, en 527 H.) ; Šaḏarāt, IV, 61-62 (sub anno 518, donne Ibn Ḫallikān comme source de la date 520 H., mais opte pour celle de 518 H.). — Abū ’1-Fatḥ naquit en šauwāl 479/janv.-fév. 1087 et mourut en ğumādā I 518/17 juin 1124.

185 Voir supra, p. 175 et n. 3.

186 Cité dans Šaḏarāt, loc. cit.

187 Al-Ausaṭ, dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit. ; al-Wasīṭ, dans Šaḏarāt, loc. cit.

188 Dont il y a un extrait dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, loc. cit.

189 Cité dans Bidāya, loc. cit. Nous avons trouvé de lui (en 1955) un ouvrage manuscrit sur les uṣūl al-fiqh intitulé al-Wuṣūl ilā ’l-uṣūl fī ‘ilm al-uṣūl, Top Kapı Sarayı, Collection Ahmet III, 1321 dans un recueil contenant deux ouvrages d’Imām al-Ḥaramain : le Kitāb al-burhān et la Risāla Niẓāmīya.

190 Cf. folios 239a, 267a.

191 Voir G. Makdisi, Institutions, 42.

192 Ḥuğğat al-Islām Zain ad-Dīn Abū Ḥāmid Muḥammad b. Muḥammad b. Muḥammad al-Ġazzālī. Voir GAL, I, 419 et ss., Suppl., I, 744 et ss. — Ajouter aux études qui y sont citées, celle du Père F. Jabre, Biographie, étude critique fondée sur Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 101-182 ; et celle de J. M. Abd al-Jalil, Sincérité. — Ajouter aux sources biographiques qui y sont citées les notices suivantes : Muntaẓam, IX, 168-170 ; Bundārī, Tārīḫ, fol. 60a-61a (d’après Sam‘ānī) ; Kāmil, VIII, 264 (anno 505, où une très simple mention : citation du nom, suivie de « imām célèbre ») ; Dimyāṭī, Mustqfād, fol. 13a-13b ; Bidāya, XII, 173-174 ; Manāqib, fol. 181b-187a ; Šaḏarāt, IV, 10-13. — Sur la chronologie de ses oeuvres, voir l’importante « note » de L. Massignon, Textes, 93, fondée sur les indications de Ġazzālī lui-même (reprise dans GAL, Suppl., I, 745) ; M. Bouyges, Chronologie, étude inédite publiée par V. Chelhot, Qisṭās, 91-94 ; et récemment l’étude de G. Hourani, Chronology, à la bibliographie de laquelle il faudrait ajouter l’étude précédente, et indiquer que les Qawāṣim al-Bāṭinīya (v. p. 231) n’est plus perdu, ayant été déjà publié en 1954 par A. Ateş, Ġaẓālī. A. Ateş en cite un passage qui place la composition de l’ouvrage après celle d’al-Mustaẓhirī, et G. Hourani le situe avant Ǧawāhir al-Qur’ān (p. 231), ce qui nous donne deux points de repère. — Sur l’orthographe de la nisba « al-Ġazzālī » (par analogie avec al-Qaṣṣārī, al-‘Aṭṭārī, al-Harrāsī) comme plus en cours qu’al-Ġazālī (= wa-huwa (c.-à-d., « al-Ġazālī ») ḫilāfu ’l-mašhūr), voir le manuscrit 2596 de la Bibliothèque Köprülü, fol. 283a, dans une notice sur Abū ’1-Futūḥ, frère d’Abū Ḥāmid. — Al-Ġazzālī naquit en 450/1058-9 (même année que son camarade de classe, al-Kiyā al-Harrāsī) et mourut le 14 ğumādā II 505/19 déc. 1111 à Ṭūs, dans le Ḫurāsān.

193 Abū Ḥāmid Aḥmad b. Muḥammad at-Ṭūsī ar-Rāḏakānī (ainsi établi dans la source citée ci-après) ; cette nisba se rapporte à Rāḏakān ou Rāḏkān (v. G. Le Strange, Lands, 394), un village de Ṭūs. Sur ce personnage, voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 36.

194 Le texte donne : Abū Naṣr al-Ismā‘īlī, mais le seul personnage que nous avons pu trouver dans les Ṭabaqāt de Subkī (v. III, 37) mourut en 405 H. (date donnée aussi par Ibn ‘Asākir, Tabyīn, 231-232). P. Jabre (Biographie, 77) croit que ce fut Abū’1-Qāsim al-Ismā‘īlī (m. 477/1084 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 129-130).

195 Il copia toute sa ta‘līqa.

196 Voir sur lui GAL, I, 388-389, Suppl., I, 671-673.

197 « Tu m’as enterré vivant, aurait-il dit à al-Ġazzālī, que n’as-tu pas attendu ma mort ? »

198 Voir Muntaẓam, X, 169 ; cf. Bidāya, XII, 174 et Ḏail, I, 177, ligne 10. Ibn al-Ǧauzī continue en disant (ibid.) : « et ils étaient saisis d’admiration pour ces propos, le considérèrent comme plein d’intérêt, et copièrent ses propos dans leurs ouvrages. » Qu’on nous permette ici une exégèse grammaticale : Ibn al-Ǧauzī donne les verbes au pluriel, non pas au singulier ; ce qui veut dire que leur sujet se rapporte à tous les docteurs qui entendirent al-Ġazzālī, non pas nécessairement Ibn ‘Aqīl et al-Kalwaḏānī. En effet, si l’on tient compte de la façon avec laquelle Ibn al-Kaṯīr (Bidāya, loc. cit.) et Ibn Raǧab (Ḏail, loc. cit.) traitent le même passage, on voit que le premier essaie de faire ressortir cette nuance en paraphrasant, et que le second l’omet complètement.

199 M. L. Massignon nous a montré une fois, dans sa bibliothèque, un passage dans Salāmī (Kitāb ġāyat al-amānī, II, 357) où ‘Abd al-Laṭīf b. ‘Abd ar-Raḥmān aurait dit qu’Ibn ‘Aqīl avait critiqué l’Iḥyā’ d’al-Ġazzālī. Salāmī ne nous donne pas la source où il a puisé ce renseignement. La chose est possible ; mais nous mettons ce renseignement de Salāmī un peu en doute. Car, comme cette prétendue critique d’Ibn ‘Aqīl devait porter sur les traditions de l’Iḥyā’, nous nous demandons si Salāmī ne se serait pas trompé de ḥanbalite et n’aurait pas dû écrire « Ibn al-Ǧauzī » au lieu d’« Ibn‘Aqīl ». Car il appartient à un traditionniste (muḥaddiṯ) de faire la critique du ḥadīṯ, alors qu’Ibn ‘Aqīl fut essentiellement jurisconsulte (faqīh). D’ailleurs on sait bien qu’Ibn al-Ǧauzī critiqua les ḥadīṯ non seulement de l’Iḥyā’, mais aussi d’al-Mustaẓhirī, deux ouvrages importants d’al-Ġazzālī.

200 Šams al-Islām ‘Imād ad-Dīn Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. ‘Alī aṭ-Ṭabarī al-Harrāsī, connu sous le nom d’al-Kiyā. La nisba al-Harrāsī est établie dans Šaḏarāt, loc. cit., où l’auteur avoue ne pas savoir l’origine de la nisba. Nous avons vu ailleurs la nisba al- Ḫabbāzī relative au métier de ḫabbāz (boulanger), et croyons pouvoir ranger celle d’al-Harrāsī, comme celle d’al-Ġazzālī, sous cette même rubrique, comme provenant des métiers de harrās (qui prépare ou vend le mets appelé harīsa ; traiteur, restaurateur ; cf. Dozy, Supplément, s.v.) et ġaẓẓāl (fileur, fileur de laine, marchand de fil). L’auteur des Šaḏarāt vocalise aussi : « Ilkiyā », au lieu d’« al-Kiyā ». Voir sur lui GAL, I, 390, Suppl., I, 674, et les notices biographiques suivantes en plus de celles qui y sont citées : Muntaẓam, IX, 167 (qui donne 405 comme année de naissance, la même erreur dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 281) ; Kāmil, VIII, 262 (anno 504) ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 58a ; Bidāya, XII, 172-173 ; Manāqib, fol. 181a ; Šaḏarāt, IV, 8-10. — Al-Kiyā naquit le 5 ḏū ’l-qa‘da 450/25 déc. 1058, dans le Ṭabaristān, et mourut le 1er muḥarram 504/20 juil. 1110 ; il fut enterré à Bāb Abraz, auprès d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī.

201 Le célèbre traditionniste as-Silafī (m. 576 H.), un des disciples de ḥadīṯ de Kiyā, dit qu’il entendit les fuqāhā’ à Bagdad rapporter le jugement suivant de Ǧuwainī sur ses trois meilleurs disciples : « à al-Ḫawāfī (m. 500 H.) appartient la vérification (at-taḥqīq) ; à al-Ġazzālī, la facilité de la conversation (al-ğarayān) ; et à al-Kiyā, la clarté de l’exposition (al-bayān) ». (Voir DimyĀṭĪ, loc. cit.). Subkī (Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 103) en donne une autre version, en ajoutant que le grand maître éprouvait secrètement, à la fin de sa vie, une vive émotion de colère à l’égard d’al-Ġazzālī.

202 Voir G. Le Strange, Lands, 391 et Map VIII. C’est aussi bien le nom d’un district que le nom usuel (au moyen âge) d’une de ses villes, Sabziwār ; situé à l’ouest de Nīsābūr et au sud du district de Ǧuwain, d’où la nisba d’Imām al-Ḥaramain : « al-Ǧuwainī ».

203 اذا جالت فرسان الأحاديث في ميادين الكفاح طارت رؤوس المقاييس في مهاب

204 Littéralement : un ‘ālim.

205 Nous avons déjà eu l’occasion de rapprocher de la pensée d’al-Ġazzālī celle de Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma sur le repentir (voir Ibn Qudāma, Kitāb at-Tauwābīn, pp. xvn-xvm). Ibn Qudāma raconte (op. cit., 78-80) l’histoire du pénitent qui avait tué 100 personnes et qui avait reçu une fatwā que ses péchés seraient pardonnes. Ce récit est raconté par ailleurs dans la Ġunya, I, 143 du mystique ḥanbalite Ǧīlānī, qui, lui aussi, dut exercer une influence sur Ibn Qudāma, un de ses derniers élèves.

206 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 282.

207 Voir Funūn, fol. 56b, 57b, 58b, 59b.

208 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 282, où des variantes sont signalées, mais qui ne changent pas le sens général du vers.

209 Les biographes disent qu’al-Ġazzālī, même après son expérience ascétique et mystique, et après son retour à son pays natal à Ṭūs, y fit bâtir un couvent (ribāṭ), une madrasa à côté, une maison avec un jardin, dans la meilleure tradition persane ; voir G. Makdisi, Institutions, 40 et n. 3.

210 Voir sur lui, Al-Ṭāhir, aš-Ši‘r al-‘arabī, I, 178-184. Al-Ġazzī naquit en 441 H. à Ġazza, en Palestine, ville natale de l’Imām aš-Šāfi‘ī, et mourut en allant de Marw à Balḫ en 524 H. ; eut pour maître à Damas, en 481 H., Ibrāhīm al-Maqdisī ; résida dans la Niẓāmīya de Bagdad plusieurs années et composa des élégies pour nombre des professeurs du collège, dont al-Kiyā.

211 G. Makdisi, Institutions, 38-43 passim.

212 Voir infra, p. 221 et n. 4.

213 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, 1169-1170.

214 Voir GAL, I, 389, Suppl., I, 671 ; Fu’ād as-Saiyid, Fihris, 241-242.

215 Voir GAL, I, 424, Suppl. I, 754.

216 Voir les traductions et les études là-dessus, dans GAL, I, 386, Suppl., I, 668 ; nous en rappelons la traduction de E. Fagnan, Statuts, et l’étude de H. A. R. Gibb, Māwardi.

217 Édité par Muḥammad Ḥāmid al-Fiqī. Ces deux ouvrages mériteraient d’être étudiés de près ; non seulement pour déterminer le degré et la qualité de la dépendance de l’un sur l’autre, mais aussi pour la lumière qu’ils peuvent jeter sur l’époque dans laquelle ils étaient composés.

218 Voir Tāğ, n 203.

219 Abū ’1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. Ḥabīb al-Māwardī al-Baṣrī. Voir, sur lui, GAL, I, 386, Suppl., I, 668 et, en plus des sources et des études qui y sont citées, y ajouter les notices biographiques suivantes : Tārīḫ Baġdād, XII, 102 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 110 ; Muntaẓam, VIII, 199-200 ; Kāmil, VIII, 87 (anno 450) ; Bidāya, XII, 80 ; Manāqib, 131b-132a ; Šaḏarāt, III, 285-287. — Al-Māwardī mourut le 30 rabī‘ I 450/28 mai 1058 (11 jours après la mort du grand šāfi‘ite Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī), à l’âge de 86 ans, et il fut enterré à Bāb Ḥarb.

220 Cf. le journal contemporain d'Ibn al-Bannā’, G. Makdisi, Diary, XIX, 439 (§ 170).

221 E. Fagnan, Statuts.

222 Abū ’1-Qāsim ‘Abd al-Wāḥid b. al-Ḥusain aṣ-Ṣaimarī (mort après 386/997) ; voir, sur lui, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, II, 243-244. A ne pas confondre avec Abū ‘Abd Allāh aṣ-Ṣaimarī (m. 436/1045), jurisconsulte ḥanafite de Bagdad.

223 Sur ce maître d’Ibn ‘Aqīl, v. infra, chap. V, section II, 1 g.

224 Sur ses ouvrages, voir GAL, loc. cit., et aussi E. Fagnan, dans son introduction à Māwardī, Statuts, VI-VII. — Sur ses tendances mu‘tazilites, voir notamment Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 304-305.

225 Abū Bakr Muḥammad b. al-Muẓaffar b. Bakrān b. ‘Abd aṣ-Ṣamad b. Sulaimān al-Ḥamawī aš-Šāmī (400-488 H.) ; voir sur lui les notices biographiques dans Muntaẓam, IX, 94-96 ; Bundārī, Tārīḫ (selon Sam‘āni), fol. 71a-b ; Kāmil, VIII, 178 (sub anno 488, où aš-Šāšī, fautivement, dans l’édition du Caire) ; Mir’āt az-zamān, fol. 226a-b ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 83 ; Bidāya, XII, 151 (où, fautivement, aš-Šāšī) ; Manāqib, fol. 166b-167a ; Šaḏarāt, III, 391. — Abū Bakr aš-Šāmī naquit à Ḥamāh en 400/1009-10 et mourut le 10 ša‘bān 488/16 août 1095 ; il fut enterré dans le cimetière du grand šāfi‘ite Abū ’1-‘Abbās b. Suraiğ, à l’entrée de Qaṭī‘at al-Fuqahā’, à l’intérieur du Karḫ.

226 342-428 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, XI, 314 ; Muntaẓam, VIII, 92.

227 339-430 H.

228 346 (347 ? 348 ?)-440 H. ; voir les notices dans Tārīḫ. Baġdād, III, 234-235 (où l’édition du Caire a, fautivement, Abū Ṭāhir, cf. Bundārī, Tārīḫ, fol. 56a) ; Muntaẓam, VIII, 139-140 ; sur le recueil de ḥadīṯ intitulé al-Ġailānīyāt, voir Diary, XVIII, 19, n. 5.

229 367-441 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, IV, 379 ; Muntaẓam, VIII, 142.

230 Subkī, dans ses Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya (III, 83), dit qu’il vit une ancienne copie de Kitāb aḍ-ḍu‘afā’ par Abū Ǧa‘far al-‘Uqailī contenant un samā‘ de l’ouvrage entier par a š-Šāmī sous la direction de son maître de ḥadīṯ Abū ’1-Ḥasan al-‘Atīqi, ouvrage qu’aš-Šāmī enseignait à ses élèves de ḥadīṯ en l’an 477 H. (nous lisons , au lieu de de l’édition du Caire où cette dernière leçon doit être fautive, puisque Šāmī mourut avant 497 H.).

231 Sur ce personnage, notable hāšimite, dont nous n’avons pas trouvé de notice, voir Diary, XIX, 31, n. 1.

232 Selon Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 84.

233 Cf. Manāqib, fol. 167a ; Šaḏarāt, III, 391.

234 Plus tard, Ibn ‘Aqīl critiquera Abū ’1-Ḥasan ad-Dāmaġānī, successeur d’aš-Šāmī, pour le vêtement de soie, porté par lui et son entourage, et symbolisant un mode de vie mondain à éviter par les hommes de sciences religieuses.

235 Attitude qui ressemble d’ailleurs à celle dont il est question dans La République de Platon.

236 Allusion à la tradition qu’on ne doit pas refuser le poste de qāḍī si on en a les qualités requises. — Voir surtout Manāqib, fol. 167a.

237 Pour ses qualités de qāḍī, voir infra, chap. V, section II, 1 k.

238 Abū ‘Alī Ḥassan b. Sa‘d al-Manī‘ī al- Ḥāğğī (m. 463/1071) ; voir sur lui les notices biographiques dans Muntaẓam, VIII, 270 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 131 ; Bidāya, XII, 103 ; Manāqib, fol. 142a-b ; Šaḏarāt, III, 311.

239 Abū ’1-Ġanā’im al-Marzubān b. Ḫusrū, connu sous le titre honofique de Tāğ al-Mulk (m. 485/1093) ; voir sur lui, inter alia, la notice dans Muntaẓam, IX, 74.

240 Il est parvenu de lui des traditions qu’il dicta en 480 H., en deux séances (muḥarram et ṣafar), la première à la Niẓāmīya et la deuxième à la Mosquée d’al-Mahdī ; voir Riḍā, Amālī ; cf. Kašf aẓ-ẓunūn, 166.

241 Voir infra, chap. IV, section III, 2 c ; voir aussi G. Makdisi, Institutions, 30 et passim.

242 Op. cit.

243 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥasan b. Ḥāmid b. ‘Alī b. Marwān al-Warrāq al-Ḥanbalī al-Baġdādī. Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Tārīḫ Baġdād, VII, 303 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 171-177 ; Muntaẓam, VII, 263-264 ; Kāmil, VIII, 269, et n. 2 (anno 403) ; Bidāya, XI, 349 ; Šaḏarāt, III, 166-167 ; Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 26 ; Ibn Badrān, Madḫal, 206. — Ibn Ḥāmid mourut en ṣafar 403/août-sept. 1012, tué par des bandits bédouins lors de son retour d’un pèlerinage de la Mecque.

244 Abū Bakr Aḥmad b. Salmān b. al-Ḥasan b. Isrā‘īl b. Yūnus an-Nağğād (253-348 H.). Voir, sur lui, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 7-12 et Šaḏarāt, II, 376-378.

245 Abū Bakr ‘Abd al-‘Aziz b. Ǧa‘far b. Aḥmad b. Yazdād b. Ma‘rūf, Ġulām al-Ḫallāl (285-363 H.). Voir, sur lui, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 119-127 ; Šaḏarāt, III, 45-46.

246 Abū ’1-Qāsim ‘Umar b. al-Ḥusain b. ‘Abd Allāh b. Aḥmad al-Ḫiraqī (m. 363 H.) ; voir sur lui, notamment, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 75-118, où sont des extraits de son célèbre Muḫtaṣar. Cet ouvrage, où l’on a compté 2.300 questions traitées, contient certains points de fiqh où Ġulām al-Ḫallāl et l’auteur al-Ḫiraqī ne s’accordent pas ; voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 76. Ġulām al-Ḫallāl en a compté une soixantaine sans les avoir précisées. Cela, d’après l’auteur des Ṭabaqāt al-ḥanābila qui lut cette affirmation d’Abū Bakr sur une copie du Muḫtaṣar, mais qui s’est mis ensuite à les chercher et en trouva 98. Ce sont ces 98 questions de fiqh qu’il cite dans la notice (pp. 76 et ss.), donnant l’opinion d’al-Ḫiraqī, ensuite celle de Ġulām al-Ḫallāl, et enfin, son opinion personnelle.

247 Aḥmad b. Sālim al-Ḫatlī, v. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 171.

248 Le célèbre ḥanbalite Yūsuf b. ‘Abd al-Hādī, mort au début du xe/xvie siècle (l’an 909/1503), en comptera 300 (cf. Ibn Badrān, Madḫal, 214).

249 Šaṭṭī, Muḫtaṣar, loc. cit.

250 Sans être vu ; car les califes ne paraissaient pas souvent à la vue des fidèles.

251 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 177.

252 Remarquons ici que les bons calligraphes, ceux qui pouvaient écrire rapidement et en même temps d’une belle écriture, le rendement de leur métier leur permettait parfois de faire leur fortune. Ce fut le cas d’Abū ‘Alī b. Šihāb al-‘Ukbarī (335-428 H.) qui fut connu pour sa belle calligraphie et qui, dit-on, pouvait copier le dīwān d’al-Mutanabbī en trois nuits. Voir, sur lui, G. Makdisi, Diary, XVIII, 10-11.

253 Voir, sur cette attaque, les chroniques, sub anno, 403.

254 Abū Bakr Aḥmad b. Mūsā b. ‘Abd Allāh b. Isḥāq, connu sous la kunya d’ar-Rūšanānī (ar-Rūšānī ?) ; voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 179-180.

255 Abū ‘Abd Allāh ‘Ubaid Allāh b. Muḥammad, connu sous le nom d’Ibn Baṭṭa, dont la généalogie remonte à un des compagnons du Prophète (304-387 H.). Voir sur lui l’étude récente de H. Laoust, Profession.

256 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit., où Ibn Abī Ya‘lā dit en avoir vu une copie de la main d’Abū ’1-Qāsim al-Azağī.

257 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Umar al-Barmakī ; voir op. cit., 190.

258 Abū Ḥafs ‘Umar b. Aḥmad b. Ibrāhīm al-Barmakī (m. 387 H.) ; voir notamment Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 153-155.

259 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‘Umar al-Barmakī ; voir op. cit., II, 190-191.

260 Abū ’1-Qāsim ‘Abd as-Salām b. al-Farağ al-Mazrafī ; voir op. cit., II, 181.

261 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Mūsā, connu sous la kunya d’al-Fuqā‘ī ; v. op. cit., II, 182.

262 Abū Ṭālib Aḥmad b. ‘Abd Allāh b. Sahl, connu sous le nom d’Ibn al-Baqqâl ; voir op. cit., II, 189-190.

263 Abū Ya‘lā Muḥammad b. al-Ḥusain b. Muḥammad b. Ḫalaf b. Aḥmad b. al-Farrā’ ; sur l’orthographe de « Ya‘lā », voir le manuscrit de Köprülü (Istanbul), Mağmū‘a 1590, fol. 259b, et sur l’orthographe de « Farrā’ », voir en outre, Sam‘ānī, Ansāb, fol. 419b (en bas). Sur Abū Ya‘lā, voir les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, II, 256 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 193-230 (par son fils) ; Ansāb, fol. 419b-420a ; Muntaẓam, VIII, 243-244 ; Ibn al-Ǧauzī, Manāqib, 520-521 ; Kāmil, VIII, 104 (sub anno 458) ; Mir’āt az-zamān, fol. 108b-109a ; Ḏahabī, Duwal, I, 207-208 ; Ṣafadī, Wāfī (ms. Paris 5860), fol. 247a ; Yāfi’ī, Mir’āt, 111,83 ; Bidāya, XII, 94-95 ; Nābulusī, Muḫtaṣar, 377-388 ; Šaḏarāt, III, 306-307 ; Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 26-27. Brockelmann, dans le passage où il traite d’Abū Ya‘lā (GAL, Suppl., I, 686), cite deux notices biographiques, la première notice citée ci-dessus, et une seconde, Ṭabaqāt al-ḥanābila, qui n’est en réalité que l’abrégé de cet ouvrage par Nābulusī, tel que nous l’avons cité, l’ouvrage entier n’ayant pas encore été publié. Il faut noter cette distinction, car l’abrégé de Nābulusī est un peu plus qu’un abrégé : l’auteur y apporte des renseignements supplémentaires tirés d’autres sources. — Abū Ya‘lā naquit en muḥarram 380/avril 990 et mourut le 19 ramaḍān 458/15 août 1066 ; il fut enterré dans le cimetière de Bāb Ḥarb. Les prières funèbres furent dites par son disciple, le Šarīf Abū Ǧa‘far, sur la demande expresse d’Abū Ya‘lā. Ses funérailles à Bagdad furent des plus grandioses.

264 Cf. Ibn BadrĀn, Madḫal, 204, où il distingue, à juste titre, entre « Abū Ya‘lā, le grand (al-kabīr) », et « Abū Ya‘lā, le petit (aṣ-ṣaġīr) ». Le « grand » Abū Ya‘lā est bien notre ḥanbalite ; « le petit » n’est pas, selon Ibn Badrān, le fils Muḥammad qui écrivit les Ṭabaqāt al-ḥanābila, mort en 527 H. (dont la kunya est d’ailleurs Abū ’l-Ḥusain), mais le petit-fils Muḥammad (dont la kunya est également Abū Ya‘lā), mort en 560 H. dans la même année que le grand wazīr ḥanbalite Ibn Hubaira, qui fut aussi un qāḍī. Grand-père et petit-fils se trouvent donc parfois désignés tous les deux, sans distinction, al-Qāḍī Abū Ya‘lā b. al-Farrā’, mais plus couramment avec la distinction de « le grand » ou « le petit » après leur kunya commune. Le fils, auteur des Ṭabaqāt, se désigne couramment par le nom d’Ibn Abī Ya‘lā. Pour le fils et le petit-fils, tous deux nommés Muḥammad, voir, inter alia, Šaḏarāt, IV, 82 et 190.

265 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusain b. Muḥammad b. Ḫalaf al-Farrā’, mort en ša‘bān, 390 H. ; voir la notice dans Muntaẓam, VII, 210, où aussi une autre notice biographique sur le grand-père maternel d’Abū Ya‘lā, connu sous le nom d’Ibn Ǧalīqa (d’après l’établissement de ce nom par Abū Ya‘lā lui-même corrigeant celui d’al-Ḫaṭīb al- Baġdādī qui l’écrit « Ǧanīqa » dans son Tārīḫ Baġdād, X, 377, cf. Muntaẓam, loc. cit., n. 1). Le père d’Abū Ya‘lā étudia les doctrines d’Abū Ḥanīfa sous la direction du faqīh Abū Bakr ar-Rāzī (m. 370 H., v. Muntaẓam, VII, 105) et, à l’instar de son maître, refusa le poste de qāḍī ’l-quḍāt à l’époque du calife al-Muṭī‘ et du buwaihide Mu‘izz ad-Daula. En cela, Abū Ya‘lā ira sur leurs brisées, mais finira par accepter le poste à certaines conditions intéressantes qu’on va voir dans la suite.

266 D’après son propre témoignage à Abū Bakr al-Ḫaṭīb, Abū Ya‘lā naquit le 27 ou le 28 muḥarram 380 H. ; v. Tārīḫ Baġdād, II, 256. Sur son père, voir Ǧawāhir, II, 405.

267 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194.

268 Au côté ouest de Bagdad, sous le quartier al-Ḥarbīya, cf. G. Le Strange, Baghdad, Map VI, n° 8, et pp. 137, 139.

269 Poète qui consacra la plupart de ses poèmes à la louange des Com­pagnons du Prophète, et à la réfutation des Rāfiḍa (šī‘ites) et de leurs poètes ; mort en 413 H., année même de la mort du grand šī‘ite Ibn al-Mu‘allim ; v. Muntaẓam, VII, 10.

270 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194.

271 Il en existe un manuscrit à la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas (cf. GAL, Suppl., I, 686). Ibn Badrān (Madḫal, 216) donne sur ce commentaire d’Abū Ya‘lā une courte analyse de sa méthode et il la compare avec celle utilisée par Ibn Qudāma dans son propre commentaire. Un autre commentaire est attribué à Ibn al-Bannā’ (v. Diary, XVIII, 20 et n. 3) et à Ibn Abī Ya‘lā (Dail, I, 221), tous deux aussi de l’école ḥanbalite du ve/xie siècle. — Aux manuscrits des ouvrages d’Abū Ya‘lā signalés dans GAL, I, 398, Suppl., I, 686, ajouter celui de Top Kapı Sarayı, Coll. Ahmet III, n° 1121, le Kitāb ar-riwāyatain (257 fols.), copié dans la Madrasa Mustanṣirīya par ‘Abd Allāh b. Sulaimān b. Ḫumārtāš al-Farrāš, qui l’acheva le lundi 6 ğumādā II 643 H.

272 Anecdote rapportée par Ibn Abī Ya‘lā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 195.

273 Op. cit., II, 196.

274 Mort en 447 H. ; cf. L. Massignon, Cadis-Naqibs, 109, et 111 pour Abū Ya‘lā.

275 Mourut en 390 H., année même de la mort du père d’Abū Ya‘lā.

276 Mort en 370 H., voir la notice dans Muntaẓam, VII, 103-104.

277 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 194, 199 ; Muntaẓam, VII, 103-104. Mentionnons ici qu’Abū Ya‘lā était issu d’une famille où les deux côtés, paternel et maternel, appartenaient à l’école ḥanafite.

278 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 199 ; peut-être Abū ’Abd Allāh b. Ǧarada, dont nous aurons à traiter avec Abū Manṣūr b. Yūsuf, y était-il aussi, v. Op. cit., II, 197.

279 Un autre maître d’Ibn ’Aqīl.

280 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 199.

281 De ces deux villes où les ḥanbalitess furent bien représentés, Ḥarrān devint l’un des centres les plus célèbres du ḥanbalisme.

282 Mort en 407 H., voir la notice dans Tārīḫ Baġdād, I, 333.

283 Op. cit., II, 256.

284 Cf. H. Laoust, Essai, 78.

285 Cf. G. Makdisi, Diary, XVIII, 12.

286 Ce mystique ḥanbalites fait l’objet d’une étude en cours par le Père S. de Beaurecueil ; v. l’article al-Anṣārī al-Harawī dans EI2 (S. de Beaurecueil) et la bibliographie citée ; v. aussi L. Massignon, Textes, 90.

287 Voir GAL, I, 351, Suppl., I, 594 pour les manuscrits et les éditions de cet ouvrage.

288 Ajouter à al-Anṣārī al-Harawī, que nous venons de mentionner, l’autre grand ṣūfī ḥanbalites, fondateur de l’ordre mystique connu sous le nom d’al-Qādīrīya, ’Abd al-Qādīr al-Ǧīlānī. Citons, enfin, le mathématicien, traditionniste, jurisconsulte et spécialiste en science ab intestat, Abū Bakr Qāḍī ’l-Māristān (m. 535 H. ; v. sur lui, Ḏail, I, 230-237), ce même savant dont le nom fut relevé par G. Sarton (Introduction, I, 761) comme auteur possible d’un commentaire sur le Livre X d’Euclide, traduit en latin par Gherardo Cremonese. Il ne semble plus nécessaire de mettre cette attribution en doute, vu ce que nous savons maintenant de la formation et de la vie de ce ḥanbalite. Ibn Rağab (v. Ḏail, I, 231) nous dit qu’il fut l’élève d’Abū Ya‘lā en fiqh et qu’il « excella en droit successoral (farā’iḍ), en arithmétique (ḥisāb), en algèbre (al-ğabr wa ’l-muqābala) et en géométrie (al-handasa) » (cf. Ḫawārizmī, Mafātīh al-’ulūm, 116-117). Qāḍī ’l-Māristān eut aussi une connaissance de la langue grecque qu’il apprit pendant qu’il était prisonnier (un an et demi) en pays byzantin où il avait voyagé. V. Ḏail, I, 232, bas de la page. — Il paraîtrait qu’il dūt son emprisonnement à son refus de se convertir au christianisme.

289 Al-Qāḍī Abū ’l-Fatḥ ’Abd al-Wahhāb b. Aḥmad b. ’Abd al-Wahhāb b. Ğabala al-Baġdādī al-Ḥarrānī al-Ğazzār ; fut connu sous le sobriquet de Qāḍī Ḥarrān. Voir sur lui les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 245 ; Ibn Raǧab, Ḏail, I, 54-57 ; Šaḏarāt, III, 352 (où al-Ḫarrāz, au lieu d’al-Ǧazzār).

290 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit.

291 D’après Ibn Raǧab, Ḏail, loc. cit.

292 Op. cit., loc. cit.

293 Abū ’l-Qāsim ’Alī b. Muḥammad b. ’Alī al-’Alawī al-Ḥusainī al-Ḥanbalī al-Muqri’ ; voir sur lui, Šaḏarāt, III, 251.

294 Cf. Ibn Raǧab, Ḏail, I, 107-108. C’est cette Ibāna d’Ibn Baṭṭa qui fait l’objet de l’étude, de l’édition et de la traduction de H. Laoust, dans Profession.

295 Voir Kāmil, VIII, 133 ; Bidāya, XII, 124.

296 Cf. Šaḏarāt, III, 251, où sa véridicité en matière de ḥadīṯ fut douteuse, et Ibn Rağab, Ḏail, I, 107-108.

297 Sur le ḥanbalisme à Ḥarrān au temps de la dynastie ḥanbalites des Taimīya, voir H. Laoust, Essai, 7 et ss.

298 Abū ’l-Farağ ’Abd al-Wāḥid b. Muḥammad aš-Šīrāzī, connu surtout sous la kunya d’al-Maqdisī ; il en avait aussi d’autres, ad-Dimašqī, al-Anṣārī, as-Sa’dī, al-’Ubādī, al-Ḫazrağī. Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 248-249 (où fautivement 406 comme date de mort) ; Kāmil, VIII, 169 (anno 486) ; Ibn Rağab, Ḏail, I, 85-92 (où ’Ulaimī, al-Manhağ al-Aḥmad, 206 ; Nābulusī, Muḫtaṣar, 401 ; Šaḏar āt, III, 378). Voir aussi les remarques de M. Schreiner, Beiträge, et de H. Laoust, Essai, 13 et n. 2. — Abū ’l-Farağ mourut le 28 ḏū ’l-ḥiğğa 486/20 janv. 1094, à Damas, où l’on continua à visiter sa tombe dans les siècles qui suivirent.

299 Ḏail, I, 86.

300 Voir la liste dans Ḏail, I, 89 et H. Laoust, Op. cit., loc. cit.

301 L’école ḥanbalites syrienne de cette époque mériterait d’être étudiée et en commençant par son premier organisateur, Abū ’l-Farağ aš-Šīrāzī.

302 Abū Ǧa‘far ‘Abd al-Ḫāliq b. ‘Isā b. Aḥmad b. Abī Mūsā al-Hāšimī ; voir sa généalogie complète selon deux de ses élèves, dont Ibn Abī Ya‘lā qui fut aussi son biographe, dans Ibn Rağab (voir ci-après). La notice que lui consacre C. Brockelmann (GAL, Suppl., I, 687) est fondée sur Nābulusī (v. ci-après). Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 237-241 ; Muntaẓam, VIII, 315-317 ; Bidāya, XII, 119 ; Ibn Rağab, Ḏail, I, 20-33 (et la note des éditeurs où plusieurs de ces notices sont citées) ; Nābulusī, Muḫtaṣar, 393-395 ; Šaḏarāt, III, 336-338 ; Ibn Badrān, Madḫal, 208, 219. Voir aussi G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, passim. — Son nom usuel est aš-Šarīf Abū Ǧa‘far ; souvent aussi, aš-Šarīf Ibn Abī Mūsā, et encore, aš-Šarīf Abū Ǧa‘far b. Abī Mūsā. Il ne faut pas le confondre avec son oncle paternel, dont nous parlerons plus loin, auquel on se réfère souvent aussi sous le nom d’aš-Šarīf Ibn Abī Mūsā, mais dont le nom usuel est al-Qāḍī Abū ‘Alī, la distinction étant faite par le titre et la kunya (voir infra, la notice sur ce dernier, mort en 428 H.). — Abū Ǧa‘far naquit en 411/1020-21 et mourut le 15 ṣafar 470/8 sept. 1077. Selon sa demande, avant sa mort, la lotion rituelle de son corps fut faite par deux de ses partisans qui l’avaient servi tout au long de sa maladie ; Abū Sa‘īd al-Baradānī et Ibn al-Fatā (voir Ḏail, I, 29). Les prières funèbres furent dites le lendemain à la Mosquée d’al-Manṣūr, comme il l’avait demandé dans son dernier testament envoyé au grand marchand ḥanbalite Abū ‘Abd Allāh b. Ǧarada (cf. Muntaẓam, VIII, 316). L’imām de la prière fut son frère Abū ’l-Faḍl Muḥammad (voir Ḏail, I, 29 ; ce Šarīf, à la différence de son frère Abū Ǧa‘far, n’est pas connu dans les chroniques de l’époque ; je ne lui trouve pas de notice biographique). La procession fut une des plus grandes de l’époque (comp. celles d’al-Qazwīnī en 442 H., d’Abū Ya‘lā en 458 H., et d’Abū Manṣūr al-Ḫaiyāṭ en 499 H. ; cf. Ḏail, I, 120, ligne 5). Le Šarīf fut enterré à côté de la tombe d’Aḥmad b. Ḥanbal dans le cimetière de Bāb Ḥarb.

303 Sur l’histoire de l’aš‘arisme à cette époque, voir infra, chap. IV, section III, 2 et 3 ; cf. aussi G. Makdisi, Institutions, 3-4, 47 et passim.

304 Faisons remarquer ici qu’une ta‘līqa, à l’époque qui nous occupe, est surtout un ouvrage de fiqh ou d’uṣūl al-fiqh composé par un jurisconsulte d’après les notes de ses conférences en la matière, sujet à révision d’année en année. Il y en a de très importants qui furent publiés par leurs auteurs. Pour plus de détails, voir G. Makdisi, Institutions, 13.

305 Peut-être non pas seulement les uṣūl al-fiqh, mais aussi les uṣūl ad-dīn, puisqu’Abū Ya‘lā s’occupait des deux uṣūl.

306 GAL, loc. cit., et Ibn Badrān, Madḫal, 219.

307 Cette méthode fut aussi celle d’Abū ’l-Ḫaṭṭāb al-Kalwaḏānī (v. infra) et d’al-‘Ukbarī ; voir là-dessus, Ḏail, I, 206.

308 Voir infra.

309 Voir Muntaẓam, VIII, 219.

310 G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ’Aqīl, 122-123.

311 Déjà en 453 H., Abū Sa‘d al-Mustaufī demandait à Abū Manṣūr de chātier Ibn ‘Aqīl pour ses propos audacieux. Peut-on dire que la première poursuite d’Ibn ‘Aqīl eut lieu donc entre 451 H. (date où Abū Ǧa‘far se sépare d’Abū Ya‘lā) et 453 H. (date où Abū Manṣūr est déjà le protecteur d’Ibn ‘Aqīl) ?

312 Muntaẓam, VIII, 316 :

313 Op. cit., 317.

314 Ḏail, passim.

315 Cf. Ḏail, I, 31.

316 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 239.

317 Coran, II, 42/45.

318 « ... C’est là (chose) pénible, sauf pour les Humbles qui pensent rencontrer leur Seigneur et revenir vers Lui. » Voir R. Blachère, Coran, II, 740.

319 Cf. šahr aṣ-ṣabr, le mois du jeūne ; Lane, Lexicon, s.v. ṢBR.

320 Ce sont les trois jurisconsultes cités comme disciples d’Abū Ǧa‘far par Ibn Raǧab, Ḏail, I, 22. Il en avait encore d’autres : Abū ’l-Qāsim b. Abī Ya‘lā (443-469 H.), fils aīné d’Abū Ya‘lā et frère de l’auteur des Ṭabaqāt al-ḥanābila ; traditionniste et jurisconsulte. Il avait étudié d’abord sous la direction de son père, puis sous celle d’Abū Ǧa‘far. On lui trouvera une bonne notice dans Ḏail, I, 16-17.
Ǧa‘far ad-Darzīğānī, lecteur coranique, lutteur comme Abū Ǧa‘far ; étudia le fiqh, d’abord sous la direction d’Abū Ya‘lā, compléta ensuite ces études sous celle du Šarīf ; apprit le ḥadīṯ auprès d’Abū ‘Alī b. al-Bannā’ ; mourut à Darzīgān, près de Bagdad, en 506 H. Voir sa notice dans Ḏail, I, 136-137.
Abū Bakr Muḥammad b. ’Alī al-Baġdādī (442-515 H.), jurisconsulte et traditionniste ; voir sa notice dans Ḏail, I, 207-208.
Abū ’l-Ḥasan b. al-Fā‘ūs (m. 521 H.), ascète, lecteur coranique, disciple d’Abū Ǧa‘far, respecté et suivi des masses populaires ; une bonne notice dans Ḏail, I, 209-211.

321 Abū ’l-Fatḥ Muḥammad b. ‘Alī b. Muḥammad al-Ḥulwānī. Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 257 ; Muntaẓam, IX, 170-171 ; Bundārī, Tārīḫ Baġdād, fol. 49b (d’après Ibn as-Sam‘ānī) ; Ḏail, I, 131-132 (où les notices suivantes : ‘Ulaimī, Manhağ, 219 et Nābulusī, Muḫtaṣar, 408 ; Ibn Badrān, Madḫal, 210. — Abū ’l-Fatḥ mourut le jour de la Fête du Sacrifice, 11 ḏū’l-ḥiğğa 505/10 juin 1112, et fut enterré dans le cimetière de Bāb Ḥarb.

322 Voir Diary, XIX, 292 et n. 4 (§ 109).

323 Abū ’l-Ḥusain Muḥammad b. Muḥammad b. al-Ḥusain b. Muḥammad b. al-Farrā’, connu sous le nom d’Ibn Abī Ya‘lā. Voir, sur lui, Muntaẓam, X, 29 ; Bundārī, Tārīḫ Baġdād, fol. 62a-62b (d’après Ibn as-Sam‘ānī ; où, mort en 525 H.) ; Kāmil, VIII, 338 (anno 526) ; Bidāya, XII, 204 ; Ibn Rağab, Ḏail, I, 212-214 (où sont citées les notices suivantes : ‘Ulaimī, Manhağ, 239 et Šaḏarāt, IV, 79). — Abū ’l-Ḥusain naquit à Bagdad en 451/1059-60 et mourut le 10 muḥarram (‘āšūrā’) 526/3 déc. 1131 ; il fut enterré auprès de la tombe de son père à Bāb Ḥarb.

324 Voir, sur lui, la notice dans Ḏail, I, 13-14 ; mourut en 468 H.

325 Voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 237-241.

326 Ḏail, loc. cit.

327 En voici la liste : (a) sur le fiqh : al-Mağmū‘ fī ’l-furū‘ ; Ru’ūs al-masā’il ; al-Mufradāt fī ’l-fiqh ; at-Tamām li-kitāb ar-riwāyatain wa ’l-wağhain (suite d’un des ouvrages de son père) ; (b) sur les uṣūl al-fiqh : al-Mufradāt fī uṣūl al-fiqh ; (c) histoire : Ṭabaqāt al-aṣḥāb (al-ḥanābila) ; (d) hérésiographie et polémique ; Iḍāḥ al-adilla fī ’r-radd ‘alā ’l-firaq aḍ-ḍālla wa ’l-muḍilla ; ar-Radd ‘alā zā’iġī al-i‘tiqādāt fī man‘ihim min samā‘ al-āyāt ; Šaraf al-ittibā‘ wa-saraf al-ibtidā‘ ; (e) apologétique : Tanzīh Mu‘āwiya Ibn Abī Šufyān ; et encore deux ouvrages de fiqh : al-Muqni‘ fī ’n-nīyāt ; al-Miftāh fī ’l-fiqh.

328 Voir Ḏail, I, 214.

329 Les circonstances de sa mort ne sont pas sans divergence ou contradiction parmi ses biographes.

330 Abū ‘Alī Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Aḥmad b. Suṭūr al-’Ukbarī al-Barzabīnī. Son nom usuel, tel qu’il se trouve dans la source contemporaine qu’est le journal d’Ibn al-Bannā’, où il est cité à quatre reprises, se compose de la kunya, Abū ‘Alī, seule, ou de la nisba, al-‘Ukbarī, seule, ou des deux ensemble ; son titre, al-Qāḍī, se trouve employé une fois avec la kunya. Yāqūt, tardif (m. 626 H.), le cite selon sa nisba al-Barzabīnī. Chez l’auteur ḥanbalite tardif, Ibn Taimīya (m. 728 H.), son nom usuel est Ya‘qūb al-Barzabīnī. Un disciple d’Ibn Taimīya, Ibn Rağab (m. 795 H.), qui connaīt le journal d’Ibn al-Bannā’, et qui ajoute au nom complet la kunya al-‘Ukbarī, le cite usuellement, comme Ibn Taimīya, sous l’ism Ya’qūb. Il en ressort que ce maître ḥanbalite se connaīt sous deux noms usuels : Abū ‘Alī al-‘Ukbarī (à son époque), et Ya‘qūb al-Barzabīnī (tardivement). Remarquons que sous le nom de Qāḍī Abū ‘Alī, tel qu’il est cité une fois dans le journal d’Ibn al-Bannā’, on peut le confondre avec un autre ḥanbalite du même nom, mort avant lui, en 428 H., l’oncle paternel du Šarīf Abū Ǧa‘far. Nous utiliserons ici, à l’instar d’Ibn Taimīya et d’Ibn Rağab, l’ism Ya‘qūb, avec ou sans la kunya al-Barzabīnī, étant donné qu’ils sont les éléments les plus distinctifs de son nom complet.
Voir sur lui, les notices biographiques suivantes : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 245-247 (où l’erreur : « al-Barzīnī ») ; Ibn al-Ǧauzī, Manāqib, 524 (ou : mort en 488) ; Muntaẓam, IX, 80 ; Yāqūt, Mu‘ğam, sub verbo Barzabīn (où : mort à l’âge de 80 ans) ; Kāmil, VIII, 169 (anno 486, où : al-Marzubānī) ; Ḏail, I, 92-95 (où les notices suivantes sont citées) ; Nābulusī, Muḫtaṣar, 399 ; ‘Ulaimī, Manhağ, 205 ; Šaḏarāt, III, 384 (où : mort en 488). Voir aussi G. Makdisi, Diary, XVIII, 253 et n. 3 (où l’indication d’autres citations dans le journal). — Sur son hostilité envers le Šarīf Abū Ǧa‘far à l’époque de l’affaire d’Ibn ‘Aqīl, v. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, notamment, p. 111. — Ya‘qūb al-Barzabīnī mourut le 22 šauwāl 486/16 nov. 1093, et fut enterré à Bāb al-Azağ, dans le Cimetière de l’Éléphant, à côté du célèbre ḥanbalite Abū Bakr al-Ḫallāl.

331 Cf. Yāqūt, Mu‘ğam, s.v. Barzabīn, où il situe ce village entre Bagdad et Awānā ; ce dernier village se trouve au sud de ‘Ukbarā qui est mieux connu. Cf. G. Le Strange, Lands, Map II, en face de p. 25 (« Neighborhood of Samarra »), dans le coin gauche.

332 Voir là-dessus Ṭabaqāt al-ḥanābila, loc. cit., et Ibn al-Munḏirī, Tārīḫ al-qaḍā’, d’après Ḏail, I, 92.

333 Voir Ibn Taimīya, MRM, III, 71.

334 Cf. Ḏail, I, 95.

335 Cf. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 111.

336 Nous avons déjà parlé d’Abū ’l-Fatḥ al-Ḥulwānī (m. 505 H.) parmi les élèves du Šarīf Abū Ǧa‘far, bien qu’il eût aussi appris le fiqh sous la direction du Qāḍī Ya‘qūb. De même, sera-t-il ci-après question d’élèves de ce dernier qui firent des études de fiqh auprès du Šarīf. Dans chaque cas nous avons essayé de les ranger auprès du maître qui nous a paru avoir eu le plus d’influence sur leur formation. Outre les élèves dont nous allons traiter, ajoutons : Abū ’l-Qāsim b. aš-Šauwā’ al-Azağī (442-512 H.) ; jurisconsulte et traditionniste ; étudia le fiqh d’abord sous la direction d’Abū Ya‘lā (et il se fit le copiste de la plupart de ses nombreux ouvrages), ensuite sous celle du Qāḍī Ya‘qūb ; voir sur lui, la notice biographique dans Ḏail, I, 170-171, et n. 4 (p. 170) où d’autres notices sont signalées.

337 Abū ’l-Ḅarakāt Ṭalḥa b. Aḥmad b. Ṭalḥa al-‘Āqūlī. Voir notamment la notice de Ḏail, I, 167-170, et les notices supplémentaires indiquées par les éditeurs dans la note 1 (p. 168) ; y ajouter la courte notice que lui consacre son contemporain Ibn Abī Ya‘lā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 259 (paru après Ḏail). — Ṭalḥa al-‘Aqūlī naquit à Dair al-‘Āqūl le 23 ša‘bān 432/29 avril 1041 et mourut à Bagdad le 2 ša‘bān 512/19 nov. 1118 ; il fut enterré à Bāb al-Azağ, dans le Cimetière de l’Éléphant, près de la tombe d’Abū Bakr al-Ḫallāl.

338 Cf. G. Le Strange, Lands, 35, et Map II (« Neighborhood of Baghdad »), dans le coin droit.

339 De 447 à 451 H., date à laquelle Ṭuġril put enfin l’emporter sur son rival Basāsīrī, la capitale ‘abbāside était dans un état qui ne contribuait pas au progrès intellectuel. Sans doute continuait-on à vivre, comme on le fait toujours lorsqu’il s’agit d’une longue période, même troublée, d’une vie plus ou moins active dans le domaine intellectuel, car nous sommes loin de croire que cette activité put être supprimée d’emblée. Ibn ‘Aqīl nous dit lui-même qu’il commença ses études de fiqh en 447 H., après le pillage de son quartier par les salğūqides. Peut-être le délai de Ṭalḥa al-‘Āqūlī fut-il dū à d’autres causes et n’était-ce là qu’une coīncidence ; mais peut-être aussi, dans son cas, particulier, ce délai eut-il un rapport quelconque avec la période Ṭuġril-Basāsīrienne.

340 Cf. Ḏail, I, 169, où des extraits.

341 Le fut-il à Bāb al-Azağ (où il fut enterré) comme son maître le fut avant lui ?

342 Abū Sa‘d al-Mubārak b. ’Alī b. al-Ḥusain b. Bundār al-Baġdādī al-Muḫarrimī. Camarade de classe d’Ibn Abī Ya‘lā qui lui consacre une notice dans Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 258-259. Voir aussi la notice bien plus importante dans Ḏail, I, 199-205, et n. 2 (p. 199) où des indications biographiques supplémentaires par les éditeurs. — Abū Sa‘d naquit en Rağab 446/oct.-nov. 1054 et mourut le 12 muḥarram 513/26 avril 1119 ; il fut enterré dans le cimetière de Bāb Ḥarb, à côté d’Abū Bakr al-Ḫallāl, aux pieds de l’Imām Aḥmad b. Ḥanbal.

343 Cf. G. Makdisi, Institutions, 29.

344 Cf. G. Le Strange, Baghdad, Map V.

345 Cf. Muntaẓam, IX, 86 ; la date de 489 H., copiée par Ibn Rağab de la notice du Muntaẓam, IX, 216, est donc fausse.

346 Voir G. Makdisi, Institutions, 29 et n. 1.

347 Ḏail, I, 200-201.

348 Op. cit., 201.

349 Abū Ḫāzim Muḥammad b. Muḥammad b. al-Ḥusain b. Abī Ya‘lā al-Farrā’. Voir, sur lui, la notice dans Ḏail, I, 220-221 et n. 1 (p. 221) où d’autres notices sont signalées. — Abū Ḫāzim naquit en ṣafar 457/janv.-fév. 1065 et mourut le 29 ṣafar 527/10 janvier 1133 ; il fut enterré à Bāb al-Azağ. Les prières funèbres furent dites le lendemain à la Mosquée du Palais où avait enseigné son maître et, peut-être, lui aussi. Sept ans plus tard, son corps fut transféré au cimetière d’Aḥmad b. Ḥanbal à Bāb Ḥarb, auprès de son père.

350 Abū ’l-Ḫaṭṭāb Mahfūẓ b. Aḥmad b. al-Ḥasan b. Aḥmad al-Kalwaḏānī al-Baġdādī. En plus des notices citées dans GAL, I, 398 et Suppl., I, 687, voir sur lui celles qui suivent : Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 258 ; Muntaẓam, IX, 190-193 ; Mir’āt az-zamān, I, 66-68 ; Mustafād, fol. 68b-69a ; Bidāya, XII, 180 ; Ḏail, I, 143-154 ; Nābulusī, Muḫtaṣar, 409 ; ‘Ulaimī, Manhağ, 222 ; Šṭṭī, Muṭṭaṣar, 28-29 ; Ibn Badrān, Madḫal, 211. Dans GAL, Suppl., I, 687 « b. a. Ya‘lā » est en réalité Nābulusī. Dans le journal contemporain d’Ibn al-Bannā’, al-Kalwaḏānī est cité une fois sous le nom : Abū ’l-Ḫaṭṭāb Maḥfūẓ ; voir Diary, XIX, 43 et n. 4 (§ 92). Voir enfin G. Makdisi, Ibn Qudāma (Introduction) où il s’agit de quelques vers de Kalwaḏānī interprétés par le grand docteur ḥanbalite Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma (m. 620 H.) comme dirigés contre Ibn ‘Aqīl. — Le nom usuel, tel qu’il se trouve dans la littérature ultérieure, est une combinaison de la kunya avec la nisba, tel que nous l’avons cité plus haut, ou seulement l’un de ces deux éléments. — Abū ’l-Ḫaṭṭāb naquit le 2 šauwāl 432/6 juin 1041 et mourut le 3 ğumādā II 510/3 nov. 1116 ; les prières funèbres furent dites par l’ascète ḥanbalite Ibn al-Fā’ūs, le surlendemain, dans la Mosquée du Palais (cf. Ḏail, I, 45 où il donne aussi la date du 24 ğumādā I, selon Ibn al-Ǧauzī, Muntaẓam, loc. cit.). Il y eut une grande procession funèbre, et l’enterrement eut lieu dans le cimetière d’Aḥmad b. Ḥanbal, à côté d’Abū Muḥammad at-Tamīmī.

351 Nisba se rapportant à la ville située à une courte distance de Bagdad, au sud-est, sur l’orthographe de laquelle les historiens ne sont pas d’accord. L’orthographe que nous avons adoptée est celle établie dans Šaḏarāt, IV, 27. Yāqūt, dans son Mu‘ğam (sub verbo), la conteste en donnant al-Kilwaḏī et al- Kilwāḏī. G. Le Strange, qui pourtant fait fréquent usage du Mu‘ğam de Yāqūt, adopte néanmoins la même orthographe qui se trouve dans Šaḏarāt ; cf. G. Le Strange, Lands, index, s.v. — Pour la situation géographique de Kalwāḏā, voir ibid., Map II (« Neighborhood of Baghdad »), dans le coin droit.

352 Voir Ibn Aṭīr, Lubāb, I, 224 et Kašf aẓ-ẓunūn, 593 ; cf. Ḏail, I, 144, n. 5.

353 Voir Ibn Aṭīr, op. cit., I, 204 ; cf. Ḏail, I, 144, n. 6.

354 Nous aurons l’occasion de le voir chez le grand maître šāfi‘ite, Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī, et nous le verrons encore chez Ibn ‘Aqīl. Comme Ṭabarī, Kalwaḏānī dut une fois rendre une décision légale (fatwā), en vers, à un jeune homme qui voulait savoir ce qu’il devait faire pour s’être distrait de sa prière en regardant une belle femme qui passait. Dans le même mètre et la même rime, Kalwaḏānī lui écrivit, en réponse, de se repentir pour recevoir la miséricorde de Dieu. Ce qui montre, comme chez Ṭabarī, le côté gai d’al-Kalwaḏānī. Son biographe Ibn Rağab nous cite, en plus, plusieurs échantillons de ses vers érotiques.

355 Celle que Šaṭṭī, l’auteur du Muḫtaṣar, a éditée à Damas en 1326 H., se compose de 43 vers ; la version plus complète, en 48 vers, se trouve dans la notice biographique qu’Ibn al-Ǧauzī consacre à Kalwaḏānī dans le Muntaẓam, IX, 190-193, qui devient ensuite la source ultime pour Mir’āt az-zamān, fol. 41a ; Nābulusī, Muḫtaṣar, loc. cit., et d’autres. Cette ‘Aqīda est datée (v. GAL, loc. cit.) de 505 H., cinq ans avant la mort de l’auteur.

356 Cf. Ḏail, I, 144.

357 Voir Muntaẓam, VIII, 86.

358 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥasan b. Muḥammad al-Wannī al-Faraḍī (m. 450 H.) ; voir, sur lui : Muntaẓam, VIII, 197-198 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 163.

359 Cf. GAL, loc. cit.

360 Abū ’l-Muẓaffar ‘Abd Allāh b. Yūnus al-Azağī (m. 593/1197) ; voir sur lui la notice dans Ḏail (éd. F.), I, 392-395.

361 C’est Abū ’l-Barakāt b. Taimīya (m. 652/1245), grand-père du célèbre Ibn Taimīya ; voir surtout GAL, I, 399, Suppl., I, 690.

362 C’est Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma (m. 620/1223), célèbre ḥanbalite syrien.

363 Voir GAL, Suppl., I, 687.

364 Voici cette liste : al-Hidāya fī ’l-fiqh ; al-Ḫilāf al-kabīr, nommé aussi, al-Intiṣār fī ’l-masā’il al-kibār ; al-Ḫilāf aṣ-ṣaġīr, nommé aussi, Ru’ūs al-masā’il (ouvrage qui, semble-t-il, était du même genre et relevait peut-être de la même méthode que celui du même titre par le Šarīf Abū Ǧa‘far ; cf. Ibn Rağab, Ḏail, I, 206) ; at-Tahḏīb fī ’l-farā’iḍ ; at-Tamhd fī uṣūl al-fiqh ; Kitāb al-‘ibādāt al-ḫams ; Manāsik al-ḥağğ. Les deux derniers cités ne se trouvent pas cités par Brockelmann dans GAL, I, 398, Suppl., I, 687 ; outre la ‘Aqīda dont nous avons déjà parlé, celui-ci cite un Kitāb al-fiqh qui peut être Ru’ūs al-masā’il ; les quatre ouvrages qui restent : Hidāya, Intiṣār, Tahḏīb et Tamhīd, y sont cités.

365 Ibn Rağab n’en cite que trois : ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥamza (m. 515 H.), Abū Bakr ad-Dīnawarī (m. 532 H.) et le grand šaiḫ ḥanbalite mystique, fondateur de l’ordre mystique d’al-Qādirīya, ‘Abd al-Qādir al-Ǧīlānī (m. 561 H.). Dans le cas de ce dernier, il faut dire que Kalwaḏānī ne fut qu’un de ses quatre maîtres de fiqh, les autres étant : notre ḥanbalite Ibn ‘Aqīl (m. 513 H.), Abū Sa‘d al-Muḫarrimī (m. 513 H.) et Ibn Abī Ya‘lā (m. 526 H.) ; cf., là-dessus, Šaḏarāt, IV, 199. Kalwaḏānī eut aussi d’autres élèves : son fils, Muḥammad (m. 533 H.), Duwāḥī (m. 526 H.) et Abū ’l-Maḥāsin al-Ḥarrānī ; voir, sur ces élèves, la note suivante.

366 Sauf pour le grand mystique célèbre ‘Abd al-Qāḍīr al-Ǧīlānī, sur lequel nous renvoyons à GAL, I, 435, Suppl., I, 777-779, nous donnons ci-après les noms complets, avec la notice biographique principale, de chacun des autres élèves de Kalwaḏānī qui nous sont connus, dans l’ordre chronologique de leur date de mort :
Abū Sa‘d ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥamza b. ‘Umar al-Baġdādī (457-515 H.) ; voir, sur lui Ḏail, I, 207, et n. 3 où d’autres notices sont signalées.
Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. al-Ḥasan ad-Duwāhī ( ? — ad-Duwāğī ?), jurisconsulte et sermonnaire (m. 526 H.) ; voir la notice, Op. cit., 214.
Abū Ǧa‘far Muḥammad b. Maḥfūẓ b. Aḥmad al-Kalwaḏānī (500-533 H.) ; voir sur lui, Ibn Rağab, op. cit., 230, qui conteste — et ajuste titre, d’après ce que semble être son âge lors de la mort de son père — qu’il pūt être l’élève de son père en fiqh.
Abū ’l-Maḥāsin Hibat Allāh b. Naṣr b. al-Ḥusain b. Naṣr al-Ḥarrānī ; cité, op. cit., 247, dans la notice du père Naṣr b. al-Ḥusain al-Ḥarrānī, où manque la date de mort et pour le père et pour le fils. Ce Hibat Allāh eut aussi d’autres maîtres de fiqh, dont Ibn az-Zāġūnī.

367 Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad ad-Dīnawarī al-Baġdādī ; voir notamment la notice dans Ḏail, I, 228-229, et n. 2 (p. 228) où des indications supplémentaires d’ordre biographique. — Abū Bakr mourut le 1er ğumādā I 532/16 janv. 1138, et fut enterré aux pieds d’Abū Manṣūr al-Ḫaiyāt, près de la tombe d’Aḥmad b. Ḥanbal.

368 Voir Funūn, fol. 247a.

369 Ibid.

370 Mort en 583/1187 ; voir sur lui la notice dans Ḏail (éd. F.), I, 358-365.

371 Mort en 560/1165 ; voir sur lui GAL, I, 398, Suppl., I, 687-688, et la longue notice dans Ḏail (éd. F.), I, 251-289.

372 De ces points, Ibn al-Ǧauzī raconte dans son Talbīs Iblīs que Dīnawarī lui conseilla de s’occuper de ce qui était strictement obligatoire et de laisser de côté le surérogatoire en matière d’actes cultuels. Aussi, il publia une tradition d’après l’autorité d’Aḥmad b. Ḥanbal, selon laquelle celui qui était dans le doute sur la direction de la prière, la qibla, devait prier quatre fois, une fois pour chacun des quatre points cardinaux — doctrine qui était, dit-on, en opposition avec le consensus juridique de l’époque.

373 Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr b. as-Sarī az-Zāġūnī, selon la généalogie donnée par Ibn Rağab d’après l’autorité d’Ibn Šāfi‘ et d’Ibn al-Ǧauzī ; voir aussi les généalogies que ce biographe donne d’après l’autorité d’Ibn an-Nağğār, d’Ibn Nuqṭa et d’Ibn as-Sam‘ānī ; on s’y réfère usuellement par le nom de : Abū’l-Ḥasan az-Zāġūnī, Abū’l-Ḥasan b. az-Zāġūnī, Ibn az-Zāġūnī et az-Zāġūnī, sa nisba étant ce qu’il y a de plus important dans son nom. Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Muntaẓam, X, 32 ; Kāmil, VIII, 341 (anno 527) ; Bidāya, XII, 205 ; Ḏail, I, 216-220 ; ‘Ulaimī, Manhağ, 240 ; Šaḏarāt, IV, 80-81 ; Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 32 ; Ibn Badrān, Madḫal, 209. — Abū’l-Ḥasan az-Zāġūnī naquit en 455/1063 (peut-être au mois de ğumādā I/mai, selon Ḏail, I, 217), il mourut à Bagdad, à l’âge de 72 ans, le 16 muḥarram 527/28 nov. 1132.

374 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr az-Zāġūnī (468-552 H.) ; il passait pour avoir été le meilleur relieur à son époque, et le calife lui confia l’œuvre de relier les livres de sa bibliothèque personnelle. Voir, sur lui, notamment Muntaẓam, X, 179, et Šaḏarāt, IV, 164.

375 En voici la liste selon son biographe, Ibn Rağab (Dail, I, 217-218) ; Ibn Badrān (Madḫal, 209) n’en énumère que cinq. Sur le fiqh : al-Iqnā‘, un volume ; al-Wāḍiḥ ; al-Ḫilāf al-kabīr ; al-Mufradāt, en deux volumes contenant 100 questions juridiques. Sur le droit successoral : at-Talḫīs ; ‘Awīṣ al-masā’il al-ḥisā-bīya ; ad-Dūr wa ’l-waṣāyā. Sur la théologie dogmatique : al-Īḍāḥ fī uṣūl ad-dīn, un volume. Sur les uṣūl al-fiqh : Ġurar al-bayān fī uṣūl al-fiqh, en plusieurs volumes ; recueils de sermons composés par lui : Dīwān ḫutab ; Mağālis fī’l-wa‘ẓ. Sur l’histoire : Tārīḫ, sur les événements dès le début du règne du calife al-Mustaršid, en 512 H., jusqu’à l’année de la mort de l’auteur, en 527 H. (voir les sources supra, p. 24). Cet ouvrage est cité fautivement dans Šaṭṭī, loc. cit. : تاريخ علماء (histoire des savants sunnites), mais doit être corrigé en : تاريخ على السنين (histoire événementielle selon les années) ; on voit bien la possibilité d’une telle faute d’origine orthographique. On lui doit aussi des ouvrages divers relevant du fiqh : Manāsik al-ḥağğ ; Fatāwā ; Fatāwā raḥbīya ; du Coran : Masā’il fī ’l-Qur’ān ; du ḥadīṯ : Taṣḥīḥ ḥadīṯ al-aṭīṭ, un ğuz’ ; des uṣūl : Šaḏra fī ’l-mustaḥīl ; Samā‘ al-mautā fī qubūrihim.

376 Ḏail, I, 219-220.

377 Abū ’Alī Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Mūsā al-Hāšimī ; à ne pas confondre avec son neveu le Šarīf Abū Ǧa‘far, car ils ont en commun un nom usuel : Ibn Abī Mūsā al-Hāšimī ; ils se distinguent ordinairement par la kunya ou par le titre. Cf. supra. — Voir, sur lui, les notices biographiques suivantes : Tārīḫ Baġdād, I, 354 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 147 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 182-186 ; Muntaẓam, VIII, 93 ; Bidāya, XII, 41 ; Šaḏarāt, III, 238-241 (où sa profession de foi) ; Ibn Badrān, Madḫal, 209. — Abū ‘Alī naquit en ḏū ’l-qa‘da 345/fév.-mars 957 et mourut le 3 rabī‘ II 428/25 janv. 1037 ; il fut enterré près de la tombe d’Aḥmad b. Ḥanbal.

378 Abū ’l-Ḥasan ‘Abd al-Azīz b. al-Ḥāriṯ b. Asad at-Tamīmī (317-371 H.) ; voir sur lui les notices dans Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 139 ; Muntaẓam, VII, 110.

379 Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 183-184.

380 Cf. Muntaẓam, VIII, 67.

381 Abū Muḥammad Rizq Allāh b. ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Abd al-‘Azīz b. al-Ḥāriṯ b. al-Asad at-Tamīmī ; voir, sur lui, les notices biographiques dans Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 250-251 ; Muntaẓam, IX, 88-89 ; Kāmil, VIII, 178 (sub anno 488) ; Mir’āt az-zamān fol. 222b-223a ; Dimyāṭī, Mustafād, fol. 36b ; Bidāya, XII, 150 ; Ḏail, I, 96-106 ; Šaḏarāt, III, 384. — Abū Muḥammad at-Tamīmī mourut le 15 ğumādā I 488/24 mai 1095, et fut enterré à sa maison à Bāb al-Marātib. Quand son fils, Abū ’l-Faḍl, mourut en 491 H., le corps du père fut exhumé et les deux furent enterrés dans le sépulcre d’Aḥmad b. Ḥanbal. Là, aussi, avaient été enterrés le père d’at-Tamīmī, son oncle et son grand-père. Le fils, Abū ’l-Faḍl, fut un sermonnaire, à l’instar de son père et de son frère Abū ’l-Qāsim (une notice sur celui-ci dans Ḏail, I, 107 ; dernier des Tamīmī, il mourut en 493 H.). On dut avoir la permission du calife al-Mustaẓhir pour enterrer at-Tamīmī à sa maison située dans le quartier de Bāb al-Ma-rātib, car on ne faisait pas des enterrements à l’intérieur de la muraille. Cf. là-dessus, Muntaẓam, VIII, 317 (anno 470) où il s’agit de l’enterrement de la fille de Niẓām al-Mulk, femme du wazīr califien Faḫr al-Mulk b. Ǧāhīr, et de son fils mort-né dans le quartier de Bāb al-‘Āmma, et où l’explication suivante : ولم تكن العادة جارية بالدفن فيما يدور عليه السور. Cf. là-dessus les remarques de L. Massignon concernant l’inhumation, Cité, 31 ; cf. aussi celles de Fayien, Une Française, 56, cité par L. Massignon, Op. cit., 33 (« rien de commun avec (nos cimetières) ... (avec) toute cette angoisse que de hauts murs essayent d’épargner aux vivants. »

382 317-371 H. ; voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 139 ; Muntaẓam, VII, 110 où Ibn al-Ǧauzī le soutient contre la critique du mu‘tazilite Abū ’l-Qāsim b. Bar-hān (maître de grammaire d’Ibn ‘Aqīl) qui l’accuse d’avoir donné une fausse tradition et blâme Abū Bakr al-Ḫatīb d’avoir propagé cette critique sur l’autorité d’un mu‘tazilite, d’être dénigreur des ḥanbalites et louangeur des partisans du kalām.

383 Mort en 334 H., v. GAL, I, 183, Suppl., I, 311.

384 Mort en 410 H., voir les notices dans Tārīḫ Baġdād XI, 14 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 179 ; Muntaẓam, VII, 295.

385 353-425 H. ; voir les notices dans Tārīḫ Baġdād, XI, 32 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 183 ; Muntaẓam, VIII, 81.

386 328-417 H., voir Tārīḫ Baġdād, XI, 329-330, et Diary, XIX, 438, n. 1, où d’autres renseignements.

387 318-410 H. ; voir Tārīḫ Baġdād, XI, 13 ; Muntaẓam, VII, 295.

388 Mort en 420 H. ; voir Ibn Ǧazarī, Ṭabaqāt, I, 84-85 ; cf. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 243.

389 328-415 H.

390 339-430 H.

391 339-426 H. ; voir Tārīḫ Baġdād, VII, 279 ; Muntaẓam, VIII, 86-87.

392 Cf. Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 250.

393 Cf. Muntaẓam, VIII, 219-220, IX, 47, 56 ; Mir’āt az-zamān, fol. 222b.

394 Cf. Ḏail, I, 107.

395 430-507 H. ; voir sur lui Muntaẓam, IX, 176.

396 445-507 H. ; Muntaẓam, IX, 179 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 313.

397 Cf. G. Makdisi, Diary, XIX, 31, n. 1.

398 467-550 H. ; voir Muntaẓam, X, 162-163.

399 Voir Ḏail, I, 98-99, où ils sont groupés.

400 Voir Ḏail, I, 98, n. 2.

401 Cf. pourtant G. Makdisi, Diary XIX (index des noms), où ces deux personnages semblent appartenir à deux camps opposés.

402 Il s’agit de Abū ’l-Qāsim Hibat Allāh b. Salāma al-Muqri’ al-Ḍarīr al-Mufassir (m. 410 H.), et de son ouvrage Kitāb an-nāsiḫ wa ’l-mansūḫ ; voir, sur lui, les notices dans Muntaẓam, VII, 296-297 ; Ṣafadī, Nakt, 302 ; Šaḏarāt, III, 192 (où il faut corriger le nom) ; voir aussi Kašf aẓ-ẓunūn, 1920, où son ouvrage est cité sous la rubrique : ناسخ الحديث و منسوخه .

403 Voir G. Makdisi, Diary, XIX, index des noms.

404 Ḏail, I, 98 : كل الطوائف تدعيني .

405 Cf. Muntaẓam, IX, 90.

406 Voir Diary, XIX, index des noms.

407 Abū Manṣūr ‘Abd al-Malik b. Muḥammad b. Yūsuf (395-460 H.) ; voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, X, 434 ; Muntaẓam, VIII, 250-252 ; Zubda, 33 (et pp. 20-23) ; Kāmil, VIII, 106 (sub anno 460) ; Bidāya, XII, 97 ; v. aussi Diary, XVIII, 254, n. 8, surtout pour les citations le concernant dans ce journal. Voir aussi Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 197 et Ḏail, I, index, s.v. Abū Manṣūr b. Yūsuf.

408 Zubda, 23 ; Ibn Riḍwān fut envoyé par Abū Manṣūr b. Yūsuf chez Ibn Dārust pour le chercher.

409 Voir Muntaẓam, VIII, 251.

410 Voir les détails de cette affaire dans G. Makdisi, Institutions, 32 et ss.

411 Ce n’étaient ni Niẓām al-Mulk, ni le calife, qui empêchaient l’enseignement public du mu‘tazilisme ; cf. infra, chap. IV, section III, 1.

412 Abū ’l-Qāsim ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Riḍwān (m. 474 H.) ; voir, sur lui, Zubda, 3 ; Kāmil, VIII, 130 (sub anno 474) ; Bidāya, XII, 123 ; voir Diary, XVIII, 250, n. 3, où les nombreuses citations le concernant dans ce journal ; nous ne lui avons pas trouvé de mention dans les histoires ḥanbalites d’Ibn Abī Ya‘lā et d’Ibn Rağab.

413 Muntaẓam, VIII, 248.

414 Op. cit., VIII, 287.

415 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ǧarada (m. 476 H.) ; voir les notices sur lui dans Muntaẓam, IX, 9-10 ; Bidāya, XII, 123 ; Kāmil, VIII, 134 ; v. aussi Diary, XVIII, 248 n. 6, où les nombreuses citations le concernant dans ce journal ; v. aussi Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 197 et Ḏail, I, 29.

416 Voir G. Makdisi, Institutions, 30.

417 Il est à remarquer que le Šarīf suspectait Ibn Riḍwān de mu‘tazilisme ; v. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 101.

418 Selon un passage dans Maqdisī, Aḥsan, 439, 1. 12, cité dans A. Mez, Renaissance, 212, n. 9. Madqisī fait du ẓāhirisme la 4e école juridique et place les ḥanbalites parmi les traditionnistes ; voir là-dessus, Taimūr, Naẓra, 6. — Le fondateur de l’école ẓāhirite, Dāwūd aẓ-Ẓāhirī (m. 270/883), est un des saints musulmans enterrés à Bagdad, à l’instar d’Abū Ḥanīfa et d’Ibn Ḥanbal ; voir L. Massignon, Saints, 336, et le même, Pèlerinages, 53-54 ; le fondateur de l’école šāfi‘ite est enterré au Caire, v. L. Massignon, Cité, figure 7.

419 Abū ’l-Ḥasan ‘Abd al-‘Azīz b. Aḥmad al-Ḫarazī. Voir sur lui les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, X, 466 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 151 ; Sam-‘ānī, Ansāb, fol. 194a ; Muntaẓam, VII, 218 ; Bidāya, XI, 330 ; Šaḏarāt, III, 137 ; v. aussi L. Massignon, Cadis-Naqibs, 110 (ligne 1). — Abū ’l-Ḥasan mourut le 5 ğumādā I 391/3 avril 1001.

420 Abū Bakr Muḥammad b. ‘Umar b. Muḥammad b. Ismā‘īl b. ‘Ubaid Allāh b. al-Aḫḍar. Voir les notices suivantes : Tārīḫ Baġdād, III, 38 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 151 ; Muntaẓam, VIII, 99. — Abū Bakr naquit en 353/964 et mourut le 7 šauwāl 429/14 juil. 1038.

421 Abū ‘Abd Allāh Aḥmad b. Muḥammad b. ’Umar b. al-Aḫḍar. Voir sur lui, Muntaẓam, VIII, 327 ; Bidāya, XII, 121. — Abū ‘Abd Allāh mourut en rabī‘ II 473/sept.-oct. 1080 et fut enterré dans le cimetière de Bāb Ḥarb.

422 Abū ’l-Faḍl Muḥammad b. Ṭāhir b. ‘Alī b. Aḥmad al-Maqdisī. Voir sur lui, Muntaẓam, IX, 177-179 ; Wafayāt, III, 415-416 (n° 591) ; Dimyātī, Mustafād, fol. llb-12a ; Bidāya, XII, 176-177 ; Šaḏarāt, IV, 18. — Abū’l-Faḍl al-Maqdisī naquit en 448/1056-7 à Jérusalem (d’où sa nisba) ; il mourut à Bagdad en rabī‘ I 507/août-sept. 1113.

423 Abū ‘Āmir Muḥammad b. Sa‘dūn al-‘Abdarī al-Qurašī. Voir sur lui, Muntaẓam, X, 19 ; Bidāya, XII, 201-202 ; Šaḏarāt, IV, 70. — Abū ‘Āmir mourut en rabī‘ II 524/mars-avril 1130.

424 Ibn al-‘Imād (loc. cit.) l’appelle : al-Maiyūrqī, de l’Ile de Majorque.

425 C. van Arendonck, Opkomst.

426 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. an-Nu‘mān, connu sous le nom d’Ibn al-Mu‘allim. Voir sur lui, en plus de GAL, I, 188, Suppl., I, 322-323, les notices biographiques suivantes : Tārīḫ Baġdād, III, 231 ; Muntaẓam, VIII, 11-12 ; Ṣafadī, Wāfī, I, 116 ; Bidāya, XII, 15-16 ; Šaḏarāt, III, 199-200 (fondée en partie sur l’histoire d’Ibn Abī Ṭaiy, Tārīḫ al-Imāmīya, perdue). — Ibn al-Mu‘allim mourut en 413/1022-3, à l’âge de 76 ans, et l’on compta 80.000 šī‘ites à sa procession funèbre.

427 Voir GAL, I, 188 et Suppl., I, 322-323.

428 Sur les naqībs ‘alīdes de Bagdad, voir L. Massignon, Cadis-Naqibs, 113.

429 Ḏū ’l-Ḥasabain Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. al-Ḥusain al-Mūsawī al-‘Alawī (359-406 H.) ; voir notamment GAL, I, 82, Suppl., I, 131-132, où il est cité parmi les poètes de Bagdad ; voir, en plus, Muntaẓam, 279-283 ; Ṣafadī, Wāfī, II, 374-379.

430 Ḏū ’l-Mağdain ‘Alam al-Hudā Abū ’l-Qāsim ‘Alī b. al-Ḥusain al-Mūsawī al-‘Alawī. Voir GAL, I, 404-405, Suppl., I, 704-706 ; v. aussi Muntaẓam, VIII, 120-126. — Le Šarif al-Murtaḍā naquit en 355/966 et mourut le 25 rabī‘ I 436/31 oct. 1044 ; il fut enterré à sa maison dans le Karḫ.

431 Voir GAL, I, 405 (n° 22), Suppl., I, 323 (m. 463 H.).

432 Voir Muntaẓam, VIII, 120.

433 Voir GAL, Suppl., I, 706, n° 6.

434 GAL, I, 188, n  15.

435 Op. cit., loc. cit.

436 GAL, I, 512, 1b.

437 Op. cit., Suppl. I, 706, 1c.

438 Abū Ǧa‘far Muḥammad b. al-Ḥasan aṭ-Ṭūsī. Voir notamment GAL, I, 405, Suppl., I, 706-707 et L. Massignon, Textes, 223-225 ; y ajouter les notices suivantes : Muntaẓam, VIII, 252 ; Mir’āt az-zamān, fol. 115a ; Ṣafadī, Wāfī, II, 349 ; Bidāya, XII, 97. — Abū Ǧa‘far naquit en 385/995 et mourut le 24 muḥarram 460/5 déc. 1067, à Kūfa, dans le Mašhad de ‘Alī où il s’était réfugié après sa fuite de Bagdad en 448 H.

439 Après Bagdad, la ville d’al-Ḥilla devint un des plus grands centres scientifiques šī‘ites, d’où la nisba « al-Ḥillī » parmi tant de savants de cette secte. Cf. al-Muṭahhar al-Ḥillī contre lequel le célèbre ḥanbalite Ibn Taimīya écrivit son ouvrage très important, le Minhāğ as-sunna (GAL, Suppl., II, 120). Sur la fondation de cette ville, voir G. Makdisi, Ḥilla.

440 La liste de Brockelmann, GAL, loc. cit., comprend 19 ouvrages (dont le commentaire) qui sont parvenus jusqu’à nous.

441 Ṣadr ad-Dīn Abū ’l-Qāsim ‘Abd al-‘Azīz b. Niḥrīr b. ‘Abd al-‘Azīz, connu sous le nom d’Ibn al-Barrāğ, v. notamment GAL, Suppl., I, 708, 2c.

442 Abū Ya‘lā Muḥammad b. al-Ḥusain b. Ḥamzī al-Ǧa‘farī ; voir les notices dans Muntaẓam, VIII, 271 ; Kāmil, VIII, 110 (anno 463) ; Bidāya, XII, 104.

443 Ḫāẓin Dār al-Kutub al-qadīma, ainsi fut connu Muḥammad b. Aḥmad b. Ṭāhir b. Aḥmad b. Manṣūr ; v. Muntaẓam, IX, 189-190 ; Bidāya, XII, 180, — Muḥammad mourut en 510/1116-17.

444 Abū ’l-Ḥusain Yaḥyā b. al-Ḥusain b. Ismā‘īl b. Zaid al-Ḥasanī ; v. Muntaẓam, IX, 35.

445 Voir, dans Muntaẓam, VIII, 38-40, le texte intéressant d’une lettre de Maḥmūd b. SAbuktakīn au calife al-Qāhir, où le premier lui raconte sa victoire sur les bāṭinites de Raiy en l’an 420 H.

446 Voir, dans Muntaẓam, VIII, 152-153, un aperçu des activités du bāṭinite aš-Šabbās et de son fils à Baṣra en 444 H.

447 Voir Muntaẓam, IX, 120-123 et Mir’āt az-zamān, fol. 241a-242a ; cf. Kāmil, VIII, 200-204 (sub anno 494) et Bidāya, XII, 159-160, tous deux fondés sur les textes précédents.

448 Voir Cl. Cahen, Chronique Syrienne, 115 ; voir Muntaẓam, IX, 122, I. 14 et ss., pour la corroboration de la deuxième partie des événements de 494 H. dans cette Chronique Syrienne.

449 Muntaẓam, IX, 114 ; Kāmil, VIII, 196 (anno 493) ; Bidāya, XII, 158.

450 Muntaẓam, IX, 148-149 ; Kāmil, VIII, 237 (anno 500) ; Bidāya, XII, 167.

451 Muntaẓam, IX, 163 ; Kāmil, VIII, 259 (anno 503) ; Bidāya, XII, 171.

452 Muntaẓam, IX, 77.

453 Tout comme à l’époque du Sultan Maḥmūd de Ġazna ; voir, là-dessus, Biberstein-Kazimirski, Menoutchehri, 4.

454 Muntaẓam, IX, 129-130 ; Bidāya, XII, 162.

455 Muntaẓam, IX, 73-74 ; Ḏail, I, 180 ; en voir la traduction, infra.

456 Muntaẓam, IX, 103 ; Bidāya, XII, 154.

457 Voir Minhāğ as-sunna, IV, 147 et Radd ‘alā ’l-manṭiqīyīn, 142.

458 Dans son introduction à l’ouvrage d’al-Ġazzālī, Kitāb fadā’iḥ al-bāṭinīya, qu’il édita et analysa, Goldziher essaie de réfuter un passage qui paraît dans un ouvrage ultérieur du même auteur, Ihyā’ ‘ulūm ad-Dīn, où le premier ouvrage est cité comme dérivé de l’ouvrage anti-bāṭinite d’un célèbre prédécesseur aš‘arite, al-Bāqillānī, intitulé, Kitāb kašf al-asrār wa-hatk al-astār. (Voir Streitschrift, 16, n. 1, où Goldziher dit que ce passage lui a été indiqué par Snouck Hurgronje). Goldziher croit ce passage apocryphe, et donne ses raisons. Puis il dit qu’en tous cas Ġazzālī polémique principalement contre les bâtinites d’une époque suivant celle d’al-Bāqillānī et que, par conséquent, il ne peut pas dépendre de lui en cette matière. En outre, Ġazzālī n’était pas satisfait de la manière dont ces prédécesseurs traitaient ce sujet. Ce problème de dépendance ne saurait être tranché que lorsqu’on aura trouvé l’ouvrage d’al-Bāqillānī, maintenant perdu. Toutefois, il n’est pas sans importance que le biographe šafi‘ite-aš‘arite as-Subkī, lorsqu’il parle des polémistes anti-bāṭinites, choisisse de citer le seul ouvrage d’al-Bāqillānī.

459 Voir sur Alamūt, l’article récent de M.G.S. Hodgson dans EI2, s. v.

460 Voir les deux listes, l’une plus longue que l’autre dans Ibn Taimīya, Radd, 142-143 (8 noms), et Ibn Taimīya, Minhāğ, IV, 147 (6 noms). Cf. la liste de L. Massignon, Esquisse, 334-335 : Bāqillānī (m. 403 H.) ; Abū Sa‘īd al-Iṣṭaḫrī (vers 430 H.) ; Abū ’l-Qāsim Ismā‘īl b. Aḥmad al-Bustī (écrit vers 430 H.) ; Niẓām al-Mulk (m. 485 H.) ; Ġazzālī (m. 505 H.), où, entre autres, Mawāhim al-Bāṭinīya, d’après Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 116 (ligne 15), v. l’édition et la traduction (turque) récente par A. Ateṣ de cet ouvrage sous le titre de Qawasim al-Bāṭinīya. — Voir aussi l’édition récente par Kauṯarī de l’ouvrage d’al-Ḥimādī (milieu du ve/xie siècle), Kašf.

461 Al-Isfarā’inī, m. 418 H., selon l’éditeur ; ou bien encore aš-Šīrāzī, m. 476 H.

462 Il y a lieu de croire, selon l’éditeur d’Ibn Taimīya, Radd (voir 142, n. 5) qu’il s’agit d’Ibn Fūrak qui mourut en 406 H. ; mais il nous semble aussi vraisemblable qu’il s’agisse du petit-fils, al-Fūrakī, connu aussi sous le même nom que son grand-père, Ibn Fūrak ; voir là-dessus G. Makdisi, Diary, XVIII, 249 (§ 4), n. 4.

© Presses de l’Ifpo, 1963

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter