Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ibn ʿAqīl et la résurgence de l’islam traditionaliste au XIe siècle (Ve siècle de l’Hégire)

 | 
George Makdissi

Chapitre II. La situation politique

Texte intégral

I. LA SITUATION POLITIQUE AVANT L’ARRIVÉE DES SALǦŪQIDES A BAGDAD

1. NOTIONS GÉNÉRALES

1La période d’Ibn ‘Aqīl est, quant au sultanat, celle de la chute des buwaihides, et de l’accession puis de la décadence des salğûqides ; quant au califat, elle le voit récupérer partiellement le pouvoir qui lui appartenait jadis ; le dernier calife de la période ‘aqīlienne aura son armée à lui.

  • 1 Règne : 422-467/1031-1075.
  • 2 Règne : 467-487/1075-1094.
  • 3 Règne : 487-512/1094-1118.
  • 4 Règne : 512-529/1118-1135.
  • 5 Abū Naṣr Ḫusrū Fīrūz, règne : 440-447/1048-1055.
  • 6 447-455/1055-1063.
  • 7 455-465/1063-1072.
  • 8 465-485/1072-1092.
  • 9 Sur ces deux dynasties, voir, entre autres, Lane-Poole, Dynasties, 117 et 119.

2Les califes de cette période furent : al-Qā’im1, al-Muqtadī2, al-Mustaẓhir3 et al-Mustaršid4. La dynastie des buwaihides cessa avec la chute d’al-Malik ar-Raḥīm5 en 447/1055. A la suite de cette dynastie commença celle des salğūqides dont l’âge d’or dura jusqu’en 485/1092 sous les règnes de Ṭuġril Beg6, d’Alp Arslān7 et de Malik-šāh8, suivi d’une longue décadence dépassant les limites de notre période. Moins puissants sont les autres sultans de cette période, Barkiyārūq, Malik-šāh II, Muḥammad, Maḥmūd et Sanğar. Les petites dynasties ayant des rapports étroits avec Bagdad sous les salğūqides furent celles des ‘uqailides et des mazyadites9.

  • 10 J. Maritain, Man and the State, 126 : “Authority and Power are two different things : Power is the (...)

3La vie politique de cette période fut caractérisée par une lutte entre califes et sultans pour le pouvoir. Entre le calife et le sultan il y avait une opposition d’intérêt fondée sur un conflit fondamental. Pour comprendre ce conflit, il nous faut bien comprendre et distinguer les sens de deux notions de philosophie politique; nous ferons appel à la distinction claire et succincte qu’en a faite récemment Jacques Maritain10 : « Autorité et Pouvoir, dit-il, sont deux choses différentes : Pouvoir, c’est la force par quoi vous pouvez obliger les autres à vous obéir. Autorité, c’est le droit de diriger et de commander, d’être écouté et obéi par les autres. L’Autorité requiert le Pouvoir. Pouvoir, sans Autorité, est tyrannie. »

4Une pareille distinction est indispensable pour comprendre l’organisation des pouvoirs de fait à l’époque qui nous occupe. Elle nous permet d’y bien situer le calife et le sultan. Le calife fut celui en qui résidait l’autorité et, lorsqu’il en avait les moyens, il fut aussi le détenteur du pouvoir. L’autorité lui incombait en vertu de sa qualité de calife. Mais il n’en était pas de même en ce qui concerne le pouvoir ; car, jouir du pouvoir, c’est en détenir les moyens : la force contraignante dévolue à celui qui dispose d’une armée bien payée, d’un trésor bien garni et continuellement rempli par les butins des conquêtes, aussi bien que par la bonne administration des territoires conquis.

5Cet état idéal du califat, siège de l’autorité et du pouvoir, est traité par al-Māwardī (m. 450/1058), dans son ouvrage, al-Aḥkām as-sulṭānīya. C’est l’état qui existait à l’âge d’or du califat, à l’époque des Umaiyades et à celle des ‘Abbāsides jusqu’à l’avènement des maires du palais au milieu du ixe siècle. Mais à partir de cette époque, le calife ne jouit plus d’un pouvoir exclusif ; cependant, il ne perdit pas son autorité et il n’eut jamais à la justifier. L’autorité, on ne saurait trop y insister, lui appartint en tant que calife. Elle eut ses bases solides dans les institutions du droit public musulman. L’opinion publique musulmane, tant parmi les docteurs de la loi (les ‘ulamā’) que les gens du peuple, n’admettait aucune autre autorité ; en plus, elle n’admettait aucun pouvoir sans la sanction de l’autorité califienne. Quand même le calife ne disposa pas du pouvoir suprême, tout pouvoir, pour être respecté, dut chercher sa légitimité auprès de lui.

  • 11 Sur le califat et le sultanat, voir, entre autres, W. Barthold, Khalif ; C. H. Becker, Barthold’s (...)

6L’autorité est écoutée par ceux qui veulent « faire le bien et éviter le mal ». Le pouvoir, quand il contraint, a intérêt à se légitimer s’il veut éviter les insurrections. C’est en cela que résidait la force du califat. Il est vrai que du moment où il perdait les moyens matériels nécessaires au pouvoir, le califat ne pouvait plus s’attendre au retour de ce pouvoir sans en avoir, au préalable, récupéré les moyens. Mais, contrairement à l’idée prédominante de nos manuels d’histoire musulmane, il est vrai aussi que le califat n’était pas du tout nécessairement condamné au rôle d’une marionnette entre les mains du sultanat. C’est le sultan qui, en fin de compte, avait besoin du calife et non le contraire11.

  • 12 Ainsi les chroniqueurs expliquent l’importance de l’émir turc, Basāsīrī, en l’attribuant au fait q (...)

7Les califes de la période qui nous occupe surent bien faire usage de leur autorité pour se maintenir dans une situation importante dans l’organisation des pouvoirs. Cette situation, il est vrai, changeait en importance selon les circonstances du moment. Lorsqu’il y avait un sultan puissant, détenteur d’un pouvoir qui n’était contesté d’aucun émir, il y avait un calife dont l’autorité était négligée. Par contre, lorsque le sultan avait à établir son pouvoir en face de rivaux puissants, le calife jouissait de la plus grande considération. L’intérêt du calife fut donc de maintenir un juste équilibre entre son autorité et le pouvoir d’un sultan ; et il sut bien que le moyen le plus efficace fut de regarder avec faveur les autres émirs de l’empire, en d’autres termes de veiller à ce que le pouvoir d’un sultan ne se maintînt pas seul parmi d’autres émirs par trop impuissants. Il lui fut nécessaire de maintenir plusieurs émirs, plus ou moins importants, qui fussent, dans leur ensemble, capables, à un moment donné, de tenir tête au seul sultan12.

8De son côté, l’émir qui aspire au sultanat aura besoin, avons-nous dit, de l’autorité califienne pour légitimer son pouvoir. Mais son intérêt ne se limite pas à cela. Il ne peut contrôler effectivement le calife que si son propre pouvoir est incontesté. Il cherchera donc aussi à éliminer tout autre émir rival, soit en l’invitant ou le contraignant à se soumettre à lui, soit en le supprimant. Lorsque le pouvoir du sultan sera incontesté, il cherchera quand même à faire montre de respect envers le calife pour se faire accepter aux yeux du peuple musulman. — C’est ce qui nous expliquera d’ailleurs la différence entre les relations publiques et privées du sultan et du calife. — Lorsque le pouvoir du sultan est sujet à être contesté de rivaux puissants parmi les émirs des diverses provinces de l’empire, son respect envers le calife est bien plus urgent et réel. Comme sa qualité de lieutenant du calife dépend de celui-ci, elle peut en somme lui être retirée, même en présence du contrat entre le calife et le sultan titulaire. Car la légitimité du sultanat se fonde sur un état de fait obligeant le calife à renoncer à certaines de ses prérogatives en face d’une nécessité contraignante. Rien n’empêche donc que le calife nomme un autre lieutenant, plus puissant que le titulaire, d’après le même principe de nécessité contraignante. Cette situation de fait peut se produire sans que le calife y soit pour quelque chose. Mais rien n’empêche, encore une fois, que le calife, surtout lorsqu’il est mécontent de sa position vis-à-vis du sultan, n’agisse de manière à provoquer cette situation de fait. De là l’état précaire du sultanat.

  • 13 MĀwardĪ, Statuts, 66-67 (Aḥkām, 54-55). Sur les attitudes des islamisants à l’égard de la valeur h (...)

9Cet état des choses est traité également par al-Māwardī dans ses Statuts gouvernementaux, dont nous citons le passage suivant, passage qui peut être regardé comme le statut du sultanat, car al-Māwardī, dans son ouvrage, s’occupe aussi bien de la théorie que de la pratique13 : « L’émirat de conquête, qui est conféré par suite de circonstances impératives, consiste en ce qu’un chef qui s’est rendu maître d’un pays par la force est investi de l’émirat de ce pays par le khalife, qui lui en confie la direction et le gouvernement, lesquels sont, par le fait de la conquête, exercés exclusivement par l’émir, mais qui se trouve, grâce à l’autorisation consentie par le khalife, obtenir une sanction légale, de sorte qu’un état de chose défectueux est régularisé et que ce qui était interdit devient admissible. Mais ce procédé, bien qu’étranger, par ses conditions et par ses règles, au mode habituel de conférer l’investiture proprement dite, applique, en sauvegardant les règles légales et en respectant les prescriptions religieuses, des principes qu’on ne peut laisser affaiblir ni miner non plus que vicier ou ébranler. La conquête et les nécessités qu’elle entraîne rendent admissibles des choses inacceptables dans l’investiture de capacité et de libre choix, à raison de l’existence de conditions différenciatives de la possibilité ou de la non-possibilité d’agir. »

  • 14 Op. cit., 69 ; ces passages dont il est traité dans A. von Kremer, Geschichte, 421, et le même, Cu (...)

10Il est vrai que le calife doit respecter ces conditions, mais la nécessité peut l’en dispenser. Devant une autre force plus contraignante que celle dont dispose le titulaire, il n’a qu’à reconnaître le nouvel état de fait. De pareils cas sont prévus par al-Māwardī qui écrit14 : « La nécessité dispense des conditions qui sont, quand la réalisation en est possible, exigées » ; et encore : « quand, dans les questions d’intérêt général, il y a lieu de redouter quelque inconvénient, on exige des conditions moins rigoureuses que celle qu’on requiert dans les affaires privées. »

11Al-Māwardī donne les règles légales obligeant à la fois le calife investiteur et « plus étroitement encore, l’émir conquérant investi. » Nous citons ici celles qui ont pour nous le plus grand intérêt :

12« La reconnaissance de la situation acquise à l’imamat en sa qualité tant de lieutenance du prophétat que de souveraineté spirituelle, ce qui assure le maintien de l’imamat, dont le caractère de nécessité est proclamé par la Loi, et le respect des droits qui en dérivent ;

13« La manifestation d’une pieuse obéissance, telle qu’elle éloigne toute idée qu’il y ait, chez l’investi, aucune résistance et qu’elle efface son péché d’insubordination...

14« Que l’émir, attentif à maintenir la religion dans le peuple, se détourne des actes interdits par Dieu, dont il proclame les droits quand ils sont reconnus, et au respect desquels il rappelle quand ils sont méconnus. »

  • 15 Cf. l’article récent et bien documenté, Amīr, dans EI2 (A. A. Duri) où, cependant, il n’y a pas me (...)

15Puis al-Māwardī donne les points de distinction entre l’émirat de conquête, c’est-à-dire, le sultanat15, et l’émirat de capacité, dont nous donnons les deux suivants :

16« Le premier (l’émirat de conquête) est personnel au conquérant, le second (l’émirat de capacité) ne dépend que du libre choix de celui qui l’institue ;

17« Le premier s’étend à tous les pays conquis par le titulaire, le second est restreint aux pays indiqués par l’acte de l’instituant. »

18C’est à partir de tels principes qu’on arrivera à bien comprendre les événements politiques de la période ‘aqīlienne. Il y avait une lutte continue entre le calife et le sultan selon les termes que nous avons esquissés. Maints faits historiques de cette période s’y accorderaient. Cette lutte sera gagnée, en fin de compte, par les califes, et cela se verra surtout à l’époque suivante, mais déjà avec le calife al-Mustaršid.

  • 16 Voir E. Tyan, Sultanat, 55.

19On a souvent dit qu’à l’avènement du sultanat, il y eut une séparation de pouvoirs, le calife se bornant au pouvoir spirituel, alors que le sultan s’attribua le seul pouvoir temporel. Récemment, on a critiqué cette opinion : on a dit que le calife qui possédait les deux pouvoirs, investissait de ses deux pouvoirs le sultan16. En théorie, nous sommes parfaitement d’accord avec cette dernière opinion ; mais en ce qui concerne les faits historiques de la période qui nous occupe, nous nous voyons obligé de renoncer à l’une et à l’autre de ces deux opinions. Car la lutte entre le calife et le sultan ne laissait à l’un et à l’autre que le temps d’exercer le pouvoir temporel. Le pouvoir spirituel trouvait ses exécuteurs, en réalité, chez les ‘ulamā’; alors que le calife et, par délégation, le sultan, détenteurs de ce pouvoir, ne faisaient que ratifier les demandes de ceux des ‘ulamā’ dont ils avaient besoin auprès du peuple.

20Nous ne nous proposons pas de donner ici toute l’histoire politique de l’époque à laquelle vécut Ibn ‘Aqīl. Une telle tâche, qui d’ailleurs reste à faire, dépasserait les limites de notre travail. Nous nous bornerons aux faits susceptibles de vérifier les principes que nous venons de donner et d’éclairer pour nous le milieu bagdadien durant la vie d’Ibn ‘Aqīl.

2. LES DERNIERES ANNEES DE LA DECADENCE BUWAIHIDE

  • 17 Sur les origines salğūqides, voir Cl. Cahen, Pénétration ; le même, Malik-nameh ; le même, Tribus  (...)

21A la naissance d’Ibn ‘Aqīl en 431/1039, le pouvoir des sultans buwaihides tirait vers sa fin ; lorsque notre ḥanbalite aura atteint l’âge de seize ans, en 447/1055, il sera témoin de l’entrée triomphale à Bagdad du premier sultan salğūqide, Ṭuġril Beg17. Que s’est-il passé dans l’intervalle, et dans quelles conditions s’opéra ce passage de la dynastie buwaihide à celle des salğūqides ?

  • 18 Voir surtout les travaux de W. Barthold, Turkestan, 305 (où les salğūqides sont dépeints comme mei (...)

22Une opinion très répandue est que le calife al-Qāim fit appel à Ṭuġril qui vint le délivrer de l’oppression buwaihide ; que Ṭuġril, sunnite fervent18, accourut à l’aide de son souverain sunnite qu’il délivra effectivement de l’oppression du dernier des buwaihides šī‘ites. Mais cette théorie risque bien de ne pas tenir devant les faits. Les faits qui s’y opposent sont : le caractère faible du pouvoir buwaihide à cette époque, le caractère de la correspondance entre le calife al-Qā’im et le salğūqide Ṭuġril et leur opposition d’intérêts.

  • 19 De 367/977 à 372/982. — Sur les relations entre les buwaihides et les califes ‘abbāsides, voir M. (...)
  • 20 Sur les derniers buwaihides, voir H. Bowen, Buwaihids (y voir aussi la table généalogique, p. 227, (...)

23Le pouvoir buwaihide avait atteint son apogée sous ‘Aḍud ad-Daula qui régna dans la seconde moitié du ive/xe siècle19. Ce fut au début du ve/xie siècle, après la mort de Bahā’ ad-Daula en 403/1012, que survint graduellement la décadence de cette dynastie20. L’étendue territoriale de ses possessions alla s’amoindrissant d’année en année ; son trésor, s’appauvrissant, amena l’indiscipline des troupes qui réclamaient leurs soldes. Bagdad fut la scène d’émeutes continuelles ; émeutes des troupes contre le sultan buwaihide ; luttes entre les sunnites et les šī‘ites dans certains quartiers de la ville ; vols et brigandages ; autant de signes de l’instabilité de celui qui détenait le pouvoir.

24La situation du calife s’améliorait au fur et à mesure que celle du buwaihide déclinait. Ce fut le calife qui joua le rôle de médiateur entre le sultan buwaihide et les troupes en révolte. La faiblesse buwaihide rendait au calife son pouvoir ; mais elle invita aussi d’autres émirs à saisir ce pouvoir chacun pour son compte, ou à se le partager, chacun selon sa capacité. A Bagdad, il y eut le général turc al-Basāsīrī ; autour de Bagdad, il y eut les émirs des provinces, surtout les ‘uqailides et les mazyadites. Plus loin, et bien plus puissants, furent les salğūqides.

25En présence d’une telle situation, l’intérêt du calife aurait été de saisir tout le pouvoir pour son propre compte, mais les moyens matériels lui manquaient. Il avait donc intérêt à veiller à ce que le pouvoir se morcelât entre plusieurs émirs. Comme nous allons le voir dans la suite, il n’aurait pas répugné à conserver la faible dynastie buwaihide avec, autour d’elle, plusieurs autres émirs et de moindres dynasties.

3. LES RELATIONS ENTRE AL-QĀ’IM ET ṬUĠRIL BEG D’APRÈS LEUR CORRESPONDANCE

  • 21 E. Tyan, partisan de cette opinion, ne fait qu’une seule réserve : le mariage de Ṭuġril avec la fi (...)

26Dans les manuels d’histoire musulmane on adopte souvent l’opinion selon laquelle l’avènement des salğūqides signifiait le triomphe du sunnisme califien sur le šī‘isme des buwaihides oppresseurs. Certains chroniqueurs tardifs ont contribué à créer cette opinion. Le premier salğūqide Ṭuġril, en renversant le dernier des buwaihides, l’aurait fait dans l’intérêt du calife et du sunnisme qu’il représentait. Le moins qu’on voulût dire des salğūqides est qu’ils furent plus bienveillants que les buwaihides envers le calife21. Aussi s’attend-on à trouver un calife impatient de voir la fin de la domination des buwaihides, pour recevoir à bras ouverts les salğūqides.

27De telles images rendent incompréhensibles ou contradictoires bien des passages des chroniques plus rapprochées de l’époque qui nous concerne, ou fondées sur des sources contemporaines ; l’étude de celles-ci nous a conduit à des conclusions qui vont à l’encontre de maintes notions que nous avions apprises antérieurement.

28Les relations entre le calife al-Qā’im et le salğūqide Ṭuġril Beg vont paraître claires, croyons-nous, grâce à l’étude de leur correspondance épistolaire. Nous n’avons malheureusement pas le texte intégral de ces lettres ; les chroniques ne nous en ont gardé que des abrégés ou des descriptions.

  • 22 Zubda, 7.
  • 23 Kāmil, VIII, 15 (anno 429).
  • 24 Chronography, 198.
  • 25 Ibn al-Aṯīr (Kāmil, loc. cit.) cite d’autres missions dans le même but à Raiy, Hamaḏān et Ǧabal.

29Les historiens, al-Bundārī22, Ibn al-Aṯīr23 et Barhebraeus24, rapportent qu’une mission califienne25 porta une lettre du calife al-Qā’im au chef salğūqide Ṭuġril Beg, à l’occasion de la prise de Nīsābūr par ses troupes en 429/1037, pendant le mois de ramaḍān. Les armées ġuzz voulaient piller le pays, mais Ṭuġril le leur défendit à cause du caractère sacré du mois de ramaḍān. On rapporte qu’il leur dit que le pillage en ce mois leur donnerait mauvaise réputation. Toutefois, il leur promit de le leur permettre après la fête du fiṭr, à la fin du mois. C’est alors qu’il aurait reçu la lettre du calife où celui-ci aurait demandé aux ġuzz de craindre Dieu, de bien traiter ses sujets et de s’abstenir de la destruction de ses pays.

30Bien que les ġuzz se fissent gloire de cette mission califienne, et qu’ils traitassent l’envoyé du calife très honorablement en lui donnant treize robes d’honneur, ils se mirent à faire les préparatifs, sitôt après la fête, pour piller le pays selon la promesse de Ṭuġril. Cependant, celui-ci ne voulait plus l’accorder à cause de la lettre du calife ; mais il dut verser à son frère Čaġrī Beg, qui n’y attachait pas la même importance, la somme de 40.000 dinars à prélever sur Nīsābūr.

31Dès la première mention d’une correspondance entre al-Qā’im et Ṭuġril, al-Bundārī et Ibn al-Aṯīr nous la rapportent en nous donnant l’impression d’une attitude de grande vénération de la part du salğūqide envers le calife.

32La relation de Barhebraeus est, à cet égard, plus précieuse. Elle est plus ample que chez les deux autres et, partout, fait ressortir le caractère des relations entre Ṭuġril Beg et al-Qā’im d’une façon qui correspond au déroulement ultérieur des événements à Bagdad.

  • 26 Chronography, 200.

33En 434 H., Ibrāhīm Ināl, frère utérin de Ṭuġril Beg, et gouverneur du Ḫurāsān, envoya une lettre au Calife al-Qā’im26. Il nomme Ṭuġril Beg comme étant šāh-in-šāh, et roi du Ḫurāsān et du Ḫawārazm. Puis il dit que Ṭuġril voulait envoyer une armée à Bagdad, parce qu’il avait entendu parler du pillage commis par les nomades sur la route du pèlerinage. Ibrāhīm conseilla au calife d’accueillir les troupes de son frère avec « honneurs et cadeaux », et lui dit que les salğūqides allaient faire régner la paix sur la terre.

  • 27 Op. cit., 201.

34En 435 H., Ṭuġril Beg envoya une lettre à al-Qā’im dans laquelle il lui énuméra les services qu’il avait rendus au calife : « ... dans tous les pays sous ma domination j’ai fait triompher la proclamation du calife, et j’ai débarrassé les hommes de l’oppression des gouverneurs Maḥmūd et Mas‘ūd [les ġaznawides] qui étaient mes prédécesseurs. » Puis il demande au calife de lui témoigner plus d’honneurs qu’aux ġaznawides qui étaient, dit-il, des esclaves du calife; et il prétend, lui, avoir dans les veines le sang royal des Huns27.

  • 28 Voir Muntaẓam, VIII, 116 ; Kāmil, VIII, 39 ; Bidāyā, XII, 51 ; Šaḏarāt, III, 254. Bundārī (Zubda, (...)
  • 29 Op. cit., loc. cit. ; les historiens ne s’accordent pas sur tous les détails.

35En l’an 435/1043, les historiens citent la mission califienne du célèbre al-Māwardī à Ṭuġril, lors de sa conquête de Raiy28. D’après Ibn al-Ǧauzī29, les armées de Ṭuġril avaient ravagé la ville, où il ne restait plus que 3.000 habitants. La lettre du calife blâmait l’action des troupes à Raiy, et demandait que soient bien traités les survivants. Al-Māwardī fut très bien reçu par Ṭuġril, par respect pour le calife.

  • 30 Bidāya, loc. cit.
  • 31 Kāmil, loc. cit.
  • 32 Ibn Kaṯīr suit Ibn al-Aṯīr, et Ibn al-‘Imād suit Ibn al-Ǧauzī.

36Avant cette mission, Ibn al-Ǧauzī rapporte un échange de lettres entre Ṭuġril et le sultan buwaihide, Ǧalāl ad-Daula, où ils s’adressèrent l’un à l’autre avec le titre « le grand roi » (al-malik al-ğalīl). Ṭuġril signa sa lettre en faisant suivre son nom de l’épithète « le client du prince des croyants » (maula amīr al-mu’minīn). Ibn Kaṯīr30 rapporte que Ṭuġril menaça Ǧalāl ad-Daula en lui commandant de bien traiter les sujets et leurs tuteurs à Bagdad. Ibn al-Aṯīr31 rapporte cette mission en insistant sur le respect montré par Ṭuġril envers l’envoyé califien, son obéissance au calife et son respect pour ses ordres auxquels il se conformait32.

37Ibn al-Aṯīr, en soulignant l’obéissance de Ṭuġril et le présentant ainsi comme un bon musulman, ne fait pas mention de la lettre de reproche du calife à Ṭuġril. Cet historien veille à ce que son rapport ne montre Ṭuġril que sous le meilleur aspect, et dans les cas où ce n’est pas possible, le récit se fait discret, comme par exemple, lors du mariage de Ṭuġril avec la fille du calife, contre le gré du père.

38Il y eut donc cette année-là, une correspondance entre Ṭuġril et Ǧalāl ad-Daula, et une autre entre le calife et Ṭuġril. L’année précédente, 434 H., Ǧalāl ad-Daula, qui se trouvait dans une situation précaire au point de vue pécunier, déposséda le calife du produit de l’impôt de capitation dû par les non-musulmans (al-ğāwālī). En 435 H., les ğawālī furent rendus au calife par Ǧalāl ad-Daula. Nous croyons voir ici l’explication de la correspondance entre Ṭuġril et le buwaihide. Il se peut que ce dernier rendît les ğawālī au calife par crainte que celui-ci ne se rapprochât du salğūqide Ṭuġril. De son côté, Ṭuġril se faisait accepter par le calife en lui montrant sa sollicitude pour son bien-être, en ordonnant avec menaces au buwaihide de bien traiter le calife et ses sujets. Une fois les ğawālī rendus au calife, celui-ci voulut rétablir la paix entre les rivaux, car sa politique, comme nous l’avons déjà dit, fut de maintenir un juste équilibre entre les détenteurs du pouvoir pour se faire obéir et respecter des uns par l’intermédiaire des autres.

  • 33 Chronography, 203-204.

39Barhebraeus nous cite encore une lettre envoyée par al-Qā’im à Ṭuġril Beg33 dans laquelle il lui dit : 1° de ne pas conquérir d’autres pays sous la domination des émirs musulmans et que ceux dont il dispose doivent lui suffire ; 2° de se comporter en tant que vassal qui lui doit obéissance et en bon musulman ; 3° d’agir avec justice envers les sujets ; 4° de lui payer tribut pour les pays qu’il occupe suivant la coutume de ses prédécesseurs. En récompense de quoi le calife lui enverrra des robes d’honneur et des titres honorifiques applicables à sa qualité de roi et il ne sera pas un tyran.

  • 34 Zubda, 9.

40En l’an 437/1045, al-Bundārī34 rapporte la nomination d’Ibn al-Muslima au wazirat d’al-Qā’im. Puis il fait mention de deux faits ; d’abord, que ce fut aussi l’année de l’entrée des ġuzz dans la province de l’Iraq, et ensuite que l’envoyé califien, Abū Muḥammad Hibat Allāh b. Muḥammad b. al-Ḥasan b. al-Ma’mūn, était chez Ṭuġril avec mission de le persuader de venir à Bagdad. Bundārī dit que l’envoyé dut résider longtemps à la cour de Ṭuġril avant que celui-ci se décidât à accepter cette invitation. Ensuite, Bundārī passe des événements de l’an 437/1045, à ceux de l’an 447/1055, en se contentant de nous donner un passage de prose rythmé sur les ravages des salğūqides dans les pays qui subirent leur conquête. Ce passage ne nous explique pas pourquoi Ṭuġril n’entra à Bagdad que dix ans après.

41Mais il y eut bien, entre al-Qā’im et Ṭuġril, d’autres occasions de correspondance. Sibṭ b. al-Ǧauzī nous les rapporte dans les événements des années 442, 444 et 447 H.

  • 35 Mir’āt az-zamān, fol. 4b.

42En l’an 442/1050, Sibṭ rapporte que le calife al-Qā’im envoya un message à Ṭuġril, à l’occasion de la conquête de Nīsābūr et d’Ahwāz par les ġuzz. Bagdad avait réagi avec crainte. C’est dans ces circonstances que le calife écrivit sa lettre, dont Sibṭ ne nous fournit ni le texte, ni le sommaire du contenu. Les habitants de Baṣra et d’Ahwāz se réfugièrent à Bagdad de peur des ġuzz35.

  • 36 Chronography, 206.

43Barhebraeus rapporte, parmi les événements de 442 H.36, la demande de l’intervention du calife faite par les habitants d’Iṣbahān assiégés par Ṭuġril Beg. Le calife refusa d’abord, car, dit Barhebraeus, depuis longtemps Ṭuġril Beg demandait au calife les titres nécessaires pour la reconnaissance de son mulk. Puis il accepta et lui donna les titres suivants : « roi légitime », « asile des musulmans », « Rukn ad-Dīn (Pilier de la Religion) Sulṭān Ṭuġril Beg », et intercéda en faveur des habitants d’Iṣbahān. Ṭuġril lui envoya 20.000 dinars et 2.000 dinars pour les fonctionnaires du calife.

  • 37 Mir’āt az-zamān, fol. 6b-7a.

44En l’an 444/1052, Sibṭ rapporte que Ṭuġril, ayant conquis Hamaḏān et ses environs, désirait ardemment venir en Iraq. Il reçut une lettre en secret l’invitant à s’y rendre, mais il dut s’en abstenir, selon Sibṭ, par crainte de ce qu’y feraient les ġuzz37.

  • 38 Chronography, 207.
  • 39 C’est-à-dire, à ce qu’il paraît, par le calife.

45Barhebraeus rapporte parmi les événements de 446 H.38, une lettre de Ṭuġril Beg à al-Qā’im, dans laquelle il lui fit part : 1° de son désir de venir à Bagdad « afin d’être honoré dans le service du Prophète et d’être béni »39 ; 2° de son désir de faire le pèlerinage de la Mecque ; 3° de débarrasser les routes du pèlerinage des nomades pilleurs ; 4° de faire la guerre (contre les fāṭimides) en Syrie et en Égypte. Puis, le chroniqueur dit que le calife, bien qu’à contre-cœur, et par pure nécessité, lui écrivit de venir à Bagdad.

  • 40 Mir’āt az-zamān, fol. 10a.

46Enfin, en 447/1055, les nouvelles de l’arrivée imminente de Ṭuġril à Bagdad ayant inspiré une grande crainte aux habitants de la ville, il y eut une correspondance entre al-Qā’im et Ṭuġril. Sibṭ, qui ne nous dit rien sur la lettre d’al-Qā’im, rapporte que Ṭuġril répondit au Calife qu’il ne venait à Bagdad que pour offrir ses respects au Calife et solliciter sa bénédiction, après quoi il voulait faire le pèlerinage, rouvrir la route de la Mecque, et ensuite, combattre contre les fāṭimites de la Syrie et de l’Égypte40.

  • 41 A cet égard, nous voudrions faire remarquer tout l’intérêt qu’il y aurait à lire la correspondance (...)

47La correspondance entre al-Qā’im et Ṭuġril n’est pas si claire et détaillée qu’on le désirerait. La pénurie des documents rend difficile l’intelligence des relations entre les deux hommes ; mais elle n’est pas sans nous en donner quelque idée41. Ṭuġril s’y montre très respectueux envers le calife. Les ravages dans les pays sont imputés à ses troupes, non pas à lui. Il dira plus tard, lors du pillage de Bagdad, qu’il n’est pas capable de maintenir tant de troupes dans la discipline ; mais il démontrera quand même que lorsqu’il y voit son intérêt, il en est très capable. Aux lettres du calife il répondait comme quelqu’un qui entend obéir, mais les ravages continuaient tout de même.

48Nous ne croyons pas que le calife l’ait invité à Bagdad. Nous savons qu’en ce temps-là, le général turc al-Basāsīrī devenait de plus en plus important dans la capitale. Le calife aurait pu demander secours à Ṭuġril contre l’ascendant de Basāsīrī, mais c’est le wāzīr Ibn al-Muslima, et non pas le calife, que Basāsīrī accusera d’avoir secrètement invité Ṭuġril à Bagdad. Le calife n’aurait pas voulu remplacer un homme puissant tel que Basāsīrī par un autre bien plus puissant ; il aurait préféré tenir Basāsīrī en tutelle seulement en pouvant le menacer avec Ṭuġril.

49Les sources ne nous fournissent pas assez de faits pour voir au juste la part du wāzīr Ibn al-Muslima dans cette affaire. Mais il y a un autre facteur qui peut nous renseigner sur l’attitude du calife à l’égard de l’entrée de Ṭuġril à Bagdad. Ce sont les déclarations de Ṭuġril lui-même qui en donnent la raison.

50La première déclaration est celle qu’il donne dans sa réponse à al-Qā’im que nous venons de citer. Il se dit de passage à Bagdad, en route pour faire le pèlerinage de la Mecque, puis pour combattre les fāṭimites.

  • 42 Muntaẓam, VIII, 164 ; Mir’āt az-zamān, fol. 10a.
  • 43 Muntaẓam, loc. cit.

51Peu de temps après, il fit une autre déclaration. C’était avant son entrée à Bagdad. Le wāzīr Ibn al-Muslima était venu le recevoir à Nahrawān pour lui rendre l’hommage qu’on avait coutume de rendre aux puissants. A cette occasion officielle, Ṭuġril dit : « je ne suis venu que par obéissance aux hauts ordres, me distinguant des rois du Ḫurāsān en me rapprochant de la cour califienne, et en tirant vengeance de ses ennemis »42. Puis il réitéra son intention de conquérir la Syrie et de rétablir la route du pèlerinage43.

  • 44 Mir’āt az-zamān, fol. 11b.

52Plus tard, dans le mois de šauwāl, après son entrée à Bagdad qui eut lieu le 25 ramaḍān, à l’occasion de son examen des revenus du calife et du wazīr Ibn al-Muslima, et de leur augmentation, il dit : « Par Dieu ! si ce n’était pour le fait que ces pays ont besoin de soldats et que les ennemis sont nombreux, je n’aurais pas entrepris la conquête de l’Iraq ! »44.

53Ainsi, dans l’intervalle d’un mois environ, Ṭuġril s’excuse plus d’une fois d’être venu dans la ville du calife ‘abbāside. Ses excuses seraient sans raison si le calife l’y avait vraiment invité.

54On verra plus tard que Ṭuġril vint à Bagdad sur l’invitation d’Ibn al-Muslima, qui lui promit une somme de 300.000 dinars, somme que le wāzīr avait l’intention de confisquer à Basāsīrī, son ennemi, qu’il cherchait à éloigner en attirant Ṭuġril.

4. L’OPPOSITION D’INTÉRÊTS ENTRE AL-QĀ’IM ET ṬUĠRIL BEG

55Ainsi l’on peut voir que, dès le début de leurs relations, il y avait une certaine réserve de la part du calife envers celui en qui on a vu le sauveur du sunnisme en péril. Les relations qui s’ensuivirent ne font que confirmer une opposition d’intérêts entre le ‘abbāside et le salğūqide.

  • 45 Op. cit., fol. 10a ; voir aussi, sur cette première rencontre du wazīr Ra’īs ar-Ru’asā’ Ibn al-Mus (...)

56Dès avant l’entrée de Ṭuġril à Bagdad, le wāzīr Ibn al-Muslima envoyé par le calife à Nahrawān pour le recevoir solennellement, demanda à Ṭuġril que le sultan buwaihide, al-Malik ar-Raḥīm, fût traité par lui comme un de ses enfants et que sa situation ne fût changée en rien, car on devait à ses ancêtres des privilèges anciens. Alors Ṭuġril donna sa main au wazīr en signe de consentement à ne pas nuire au buwaihide régnant45.

  • 46 Muntaẓam, VIII, 164 ; Mirāt az-zamān, fol. 10a.

57A Bagdad la ḫuṭba fut faite au nom de Ṭuġril, tout en maintenant celle du buwaihide qui fut faite à la suite. Mais al-Malik ar-Raḥīm fut arrêté par Ṭuġril à la fin du mois de ramaḍān, à peine une semaine après son entrée à Bagdad. Ṭuġril envoya son prisonnier dans une forteresse et fit cesser la ḫuṭba en son nom46.

58Le 2 šauwāl, Ṭuġril résida dans le palais Dār al-Mamlaka, à la place du buwaihide. Ainsi s’accomplit le passage d’une dynastie à l’autre. Le calife dut reconnaître la puissance de Ṭuġril en lui donnant des robes d’honneur, le titre de Rukn ad-Dīn Šāh-in-šāh ; et le ‘ahd de Ṭuġril fut lu devant le calife.

  • 47 Les chroniques de l’époque gardent le silence là-dessus, et Maqrīzī, l’historien de ces pèlerins, (...)

59Ici, il nous faut préciser quelques points. Les déclarations de Ṭuġril concernant ses intentions sur Bagdad ne s’accordent pas avec ce qui s’est passé ensuite. Nulle part nous n’apprenons que Ṭuġril fit alors le pèlerinage de la Mecque selon son intention déclarée47. Sa promesse de ne pas nuire au sultan buwaihide, il l’a rompue en moins d’une semaine en prenant résidence dans le palais de celui-ci. Ce qui veut dire que ses intentions sur Bagdad n’étaient pas celles d’un visiteur de passage.

60Il nous faut regarder de plus près la réaction du calife en face des actions de Ṭuġril. Il est vrai que le calife lui donna des robes d’honneur, un titre, la ḫuṭba et le ‘ahd. Mais ces choses ne doivent être regardées que comme des insignes accordés à celui qui démontrait un pouvoir contraignant, par un calife temporairement obligé à le faire. Car Ṭuġril résidera à Bagdad pendant 13 mois sans une seule fois rencontrer le calife al-Qā’im. Et celui-ci ne lui accordera une audience solennelle qu’en 449 H., deux ans après son entrée à Bagdad, occasion à laquelle ils se verront pour la première fois. Avant cette date, la situation de Ṭuġril fut précaire de par le fait qu’il y avait d’autres émirs puissants que le calife pouvait, lorsqu’il le jugeait nécessaire en vue de ses propres intérêts, rapprocher de lui. Ṭuġril n’atteindra une position incontestée que lorsqu’il aura été débarrassé de tous ses rivaux, tâche qui l’occupera jusqu’à la fin de 451/1059. L’intérêt du calife al-Qā’im sera tout autre : il ne voudra pas voir disparaître les rivaux de Ṭuġril. Et cette opposition d’intérêts se renouvellera dans le cas de chacun des califes et des sultans qui viendront par la suite.

II. LES GRANDS SALǦŪQIDES (447-485/1055-1091)

61Dans les pages qui suivent, nous allons voir cette opposition d’intérêts dans le cas de chacun des califes et des sultans à l’époque des grands salğūqides : Ṭuġril, Alp Arslān et Malik-šāh. C’est là une période de 38 ans, à laquelle fera suite une autre, celle de la décadence salğūqide. Le récit sera toujours le même, à l’âge d’or comme en période de décadence ; une lutte menée par le sultan sur deux fronts : contre les émirs rivaux en vue de les éliminer, et contre le calife qui cherchera à les maintenir. Cette situation donna naissance à des révoltes, des intrigues, des complots, des changements brusques et continuels dans la vie politique, sociale et économique de toute la période. Une courte durée de stabilité pendant cette période, les chroniqueurs ne manquent jamais de la mentionner comme on ferait d’un événement hors de coutume.

1. LE RÈGNE DE ṬUĠRIL BEG (447-455/1055-1063)

  • 48 Pour une bibliographie sur l’histoire des salğūqides, voir J. Sauvaget, Introduction, 140 et s. Su (...)

62Parmi les trois premiers règnes salğūqides48, c’est celui de Ṭuġril qui nous occupera le plus longuement, et cela pour diverses raisons. C’est le premier règne de la dynastie salğūqide, et il y eut beaucoup d’intrigues avant qu’elle fût installée à la place de la dynastie buwaihide. Ṭuġril à la différence de ses deux successeurs, fut presque tout le temps mêlé aux affaires de Bagdad. Le déroulement des événements se reproduira, dans ses grandes lignes, au cours des règnes suivants, et par conséquent, l’étude de ce règne facilitera la compréhension de toute la période salğūqide en ce qui concerne Bagdad.

63Le règne de Ṭuġril peut se diviser en deux périodes : celle où il eut à s’occuper de ses rivaux et celle de son pouvoir suprême. L’élimination de ses rivaux l’occupera dès le début jusqu’à la mort d’al-Basāsīrī en 451 H. ; son pouvoir suprême durera ensuite jusqu’à sa mort en 455 H. Parlons d’abord de ses rivaux qui aspiraient, eux aussi, au pouvoir et de leurs rapports avec le calife.

a. L’élimination des émirs rivaux

1) L’épisode d’al-Basāsīrī

  • 49 Sur un précurseur du type basāsīrien, voir ‘Anbar Abū ’l-Misk, un ḫādim de Bahā’ ad-Daula (m. 421 (...)
  • 50 Sa réponse au message que lui envoya le calife fut : « je ne me plains que du wazīr (Ibn al-Muslim (...)
  • 51 Où il est reçu par le mirdāside Ṯamāl b. Ṣāliḥ ; v. Ibn al-‘Adīm, Zubda, I, 270-271. — Plus tard, (...)

64Avant l’arrivée de Ṭuġril à Bagdad, al-Basāsīrī, général turc au service des derniers buwaihides, s’était montré très puissant49. Une telle situation fut sans doute contre les intérêts du calife, qui fut obligé de le traiter avec les égards dus aux puissants. Mais en 446 H., les émirs ‘uqailides, en contact avec le diwān du calife, s’emparèrent d’al-Mauṣil et d’al-Anbār, d’où ils chassèrent les agents de Basāsīrī, et y supprimèrent son nom de la ḫuṭba. Depuis ce moment Basāsīrī commença à s’éloigner du diwân califien. Le calife essaya de le calmer et de s’en rapprocher, mais Basāsīrī se plaignit du wazīr Ibn al-Muslima50. Ce ne fut que l’année suivante que le calife put en tirer un serment d’obédience; mais, à l’approche de Ṭuġril dans les environs de Bagdad, il dut s’enfuir à Raḥba51.

65Ce ne fut là que le commencement de l’épisode de Basāsīrī, épisode qui mériterait d’être étudié de près. Les sources là-dessus ne sont pas toujours assez claires, et nous n’avons pas l’ambition de résoudre ici cette question dans tous ses détails. Ce qui doit cependant retenir notre attention, ce sont les relations, d’une part, entre lui et le wazīr du calife, et d’autre part, entre lui et le calife. Nous aurons aussi occasion de nous référer au calife fāṭimite al-Mustanṣir et à son wazīr al-Maġribī qui, eux aussi, jouèrent leur rôle dans cet épisode.

  • 52 Sur le ḥallāğisme d’Ibn al-Muslima, voir L. Massignon, Isnād, 390. — D’autre part, il ne faut pas (...)

66Lorsqu’on étudie les passages que nous donnent les chroniques sur ces relations, on se rend compte que l’hostilité de Basāsīrī eut pour cause principale le wazīr du calife, Ibn al-Muslima52. Qu’il y eut eu des relations entre Basāsīrī et le calife fāṭimite du Caire, on ne peut pas en douter, car il existe des textes de lettres qui s’y rapportent. Mais, à notre avis, si Basāsīrī entra en rapport avec le rival du calife ‘abbāside de Bagdad, c’était pour faire pièce à la politique anti-basāsīrienne d’Ibn al-Muslima avec le salğūqide Ṭuġril. Car Basāsīrī, dans ses relations avec le fāṭimite, se montra plus intéressé à sa propre fortune, qu’à celle du fāṭimite. La raison en est que tout émir avait besoin non seulement de mercenaires, mais aussi d’une source continue de biens matériels pour pourvoir à leurs besoins et, par là, s’assurer leur loyauté continue sous ses ordres. En face de l’invasion de Bagdad par Ṭuġril, Basāsīrī se vit dans une situation précaire. Pour tenir tête à ce rival puissant, il fit une alliance avec le Caire d’où il se procura de grosses sommes d’argent, et du matériel.

  • 53 Il n’est donc pas nécessaire de supposer des tendances šī‘ites chez les émirs ; cf., entre autres, (...)

67La question religieuse, le sunnisme ‘abbāside ou le šī‘isme fāṭimite, n’entrait pas en jeu avec les émirs turcs ou bédouins. Ainsi Quraiš b. Badrān, émir ‘uqailide, d’abord au service du calife de Bagdad, s’allia-t-il par la suite avec Basāsīrī, sous l’étendard du calife fāṭimite dans la conquête de Bagdad. Nūr ad-Daula, émir mazyadite, fut tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Ibrāhīm Ināl, émir salğūqide, lors de sa révolte contre son frère Ṭuġril, fit cause commune avec Basāsīrī sous l’étendard fāṭimite. La décision des émirs de s’allier à l’un ou à l’autre des deux califes rivaux ne dépendait que des circonstances individuelles du moment. Ainsi la loyauté des émirs se montrait-elle dans un état de flux continuel. Un émir turc sunnite, sous l’étendard fāṭimite šī‘ite, c’eût été aussi banal, du point de vue des émirs eux-mêmes, qu’un émir buwaihide šī‘ite, sous l’étendard ‘Abbāside sunnite53.

  • 54 Cette rupture de la promesse de protection (ḏimām) de la part de Quraiš b. Badrān, ne le gêna pas (...)
  • 55 La rencontre de Basāsīrī et d’Ibn al-Muslima, lors de la livraison de celui-ci par Manṣūr b. Mazya (...)

68La reconquête de Bagdad, en l’absence de Ṭuġril préoccupé par la révolte de son frère Ināl, fut faite par Basāsīrī en alliance avec Quraiš b. Badrān. Ils s’étaient mis d’accord pour partager entre eux les richesses de Bagdad et ne pas prendre des décisions arbitraires, mais s’accorder ensemble sur toute chose. Une fois la ville réduite, le calife al-Qā’im et son wazīr Ibn al-Muslima se rendirent chez Quraiš et lui demandèrent asile (ḏimām, protection). Quraiš accepta tout de suite la protection du calife, mais le wazīr dut lui faire deux fois sa demande avant qu’il l’acceptât. Basāsīrī reprocha à son allié cette décision arbitraire, et celui-ci l’apaisa en lui livrant le wazīr54. Basāsīrī accepta ce partage, très content de mettre la main sur son grand ennemi55.

  • 56 Ṭuġril, émir turc militaire comme Basāsīrī, étranglera son frère Ināl de ses propres mains en se s (...)

69Ce que fut le sort d’Ibn al-Muslima aux mains de Basāsīrī est bien connu. Le fait qu’il fut supplicié par Basāsīrī de la manière la plus cruelle ne doit pas nous surprendre, une fois comprise la vive hostilité entre les deux antagonistes, et étant donné cette période de troubles profonds et les mœurs contemporaines56. Mais ce qui doit retenir notre attention dans le cas d’Ibn al-Muslima, c’est que les gens du peuple à Bagdad lui témoignèrent une haine qui semble avoir été aussi vive que celle de Basāsīrī. Pour en voir la cause, il nous faut jeter un coup d’œil rapide sur le rôle principal joué par le wazīr dans ce grand drame du siècle, rôle qui non seulement allait contre les intérêts de Basāsīrī et les habitants de Bagdad, mais qui même répugnait au sultan Ṭuġril Beg et au calife al-Qā’im.

  • 57 Mir’āt az-zamān, fol. 8b.
  • 58 Op. cit., fol. 9b : (و كل ذلك مضاف الى تدبير رئيس الرؤساء ( ابن المسلمة  ; pour ces événements, vo (...)
  • 59 Mir’āt az-zamān, fol. 12a.

70Ce fut en 446/1054, nous l’avons déjà vu, que Basāsīrī se plaignit du waẓīr au calife al-Qā’im57. L’année suivante, Basāsīrī prêta un serment d’obédience au calife qui le lui demandait. Mais cette entente fut de nouveau viciée par Ibn al-Muslima qui permit aux mercenaires turcs de piller le palais de Basāsīrī, se répandit en invectives contre celui-ci, et l’accusa d’être entré en alliance avec le calife fāṭimite al-Mustanṣir. L’historien Sibṭ b. al-Ǧauzī, en rapportant ces événements, dit, à juste raison, que cette alliance est due au fait qu’à Bagdad les affaires étaient dirigées par Ibn al-Muslima58. Encore au début de 448/1056, ce fut sous les ordres d’Ibn al-Muslima que le général salğūqide Ḫumār-takīn se mit avec ses troupes en embuscade, guettant un groupe de partisans de Basāsīrī qui voulait le rejoindre de Bagdad ; une vingtaine de ses lieutenants y furent tués59.

  • 60 Op. cit., fol. 13a.

71La politique d’Ibn al-Muslima envers Ṭuġril ne fut pas sans inconvénient. En ṣafar de la même année, Ṭuġril voulut sortir personnellement à la rencontre de Basāsīrī qui avait l’intention de rentrer à Bagdad. Ibn al-Muslima l’en empêcha en lui disant d’y envoyer un de ses généraux60. Il se peut que Ṭuġril représentât pour Ibn al-Muslima l’élément le plus sûr de sécurité à Bagdad contre Basāsīrī. Mais cette explication s’accorderait mal avec un pareil désir de la part du calife al-Qā’im, qui voulut lui aussi garder Ṭuġril à Bagdad. Il nous paraît donc plus vraisemblable que le calife et même le wazīr ne voulurent pas voir Ṭuġril devenir le seul émir puissant et incontesté en éliminant Basāsīrī, car cela aurait vicié l’équilibre du pouvoir parmi les émirs.

72Deux mois plus tard, en rabī‘ II, Ṭuġril se trouva dans une situation critique. Il y eut des rumeurs selon lesquelles un autre groupe de militaires auraient rejoint Basāsīrī ; une mission venue du Caire serait arrivée chez celui-ci avec de l’argent, des robes d’honneur, des titres ; elle aurait reçu de lui et de ses partisans turcs, kurdes et bédouins la bai‘a pour al-Mustanṣir ; lui-même se préparerait à conquérir Bagdad. Dans l’intervalle, la plupart des troupes de Ṭuġril étaient retournées dans le Ḫurāsān. De peur que les troupes restantes s’en aillent à leur tour, laissant le pays sans troupes ni protection, Ṭuġril demanda au calife de fournir leur solde. Dans ce message, qu’il fit parvenir par son wazīr al-Kundurī, il se plaignit d’Ibn al-Muslima : « Ra’īs ar-Ru’asā’ (Ibn al-Muslima) m’avait garanti 300.000 dinars si je venais en Iraq (Bagdad). Il m’a déjà fait parvenir la somme de 180.000, mais il m’a refusé le reste. » Dans la longue discussion qui s’ensuivit, le wazīr du calife se défendit en disant : « je pensais obtenir cette somme des biens de Basāsīrī et de ses partisans, mais ces biens ont été emportés. Moi-même je paierai ces jours-ci la somme de 20.000 dinars. »

  • 61 Op. cit., fol. 14a.
  • 62 Op. cit., fol. 14b : « La torture s’est renouvelée (le mois de ğumādā I) pour la femme d’al-Basāsī (...)
  • 63 Op. cit., fol. 18a. Il s’agit de la province d’al-Ǧibāl (voir IbnAbd al-Ḥaqq, Marāṣid al-iṭṭilā(...)
  • 64 Op. cit., fol. 16b.
  • 65 Muntaẓam, VIII, 173 ; Mir’āt az-zamān, fol. 17b ; ce fut al-Kundurī qui en donna l’ordre au chef d (...)

73En l’absence des biens de Basāsīrī que celui-ci avait emportés avec lui en quittant Bagdad, Ibn al-Muslima se décida à prélever cette somme sur d’autres sources : les habitants de Bagdad, la concubine de Basāsīrī du nom de Zahra, sa femme, et son secrétaire chrétien, Abū’l-Ḥasan b. ‘Ubaid. Les moyens du wazīr furent sévères, et lui valurent la haine des habitants. Ses efforts vis-à-vis de Zahra qu’il emprisonna avec ses enfants ne semblent pas avoir réussi61. Avec la femme de Basāsīrī, il employa les mêmes moyens, si bien que Sibṭ b. al-Ǧauzī en parle comme d’une chose qui eut lieu périodiquement62. Vers la fin de l’année, ces deux femmes et la fille de Zahra furent sorties de prison et livrées aux agents de Ṭuġril pour être emprisonnées dans une forteresse dans le Ǧabal63. Quant au secrétaire, qui était chrétien, croyant échapper à la torture, il devint musulman au mois sacré de ramaḍān64. Mais cette conversion ne lui permit pas d’échapper le mois suivant au supplice, ordonné par Kundurī, wazīr de Ṭuġril65.

  • 66 Mir’āt az-zamān, fol. 22a-b.

74Ainsi les partisans de Ṭuġril ne comptèrent-ils pas sur les seuls efforts d’Ibn al-Muslima pour obtenir l’argent qu’il leur fallait. Le ‘amīd de Bagdad, agent de Ṭuġril, mit la main sur un intendant du calife lui-même, nommé Ṣandal. Le calife dut écrire à son wazīr Ibn al-Muslima pour obtenir la libération de Ṣandal66.

  • 67 Op. cit., fol. 29a.

75Ibn al-Muslima, qui blâmait un émir kurde, ‘Alī b. Warrām, de s’être rapproché de Basāsīrī, en reçut la réponse suivante, qui est typique du sentiment qu’on témoignait envers ce wazīr du calife : « Vous autres nous avez obligés à cela ; car vous avez éloigné les gens de vous, lorsque le sultan vint dans ces pays, par le fait que ses troupes s’emparèrent des biens, des enfants et des femmes. Il ne nous est resté aucun refuge. Nous avons donc couru les pays par crainte pour nos femmes et pour nos biens »67.

  • 68 Op. cit., fol. 49a : يا رئيس الرؤساء : قمرت في الدولة العباسية فقمرتها

76Une accusation analogue fut adressée au wazīr par un hāšimite lorsque Basāsīrī fut sur le point de s’emparer de Bagdad : « O Ra’īs ar-Ru’asā ! l’interpella-t-il, tu as joué au jeu de hasard en mettant la dynastie ‘abbāside en jeu, et voilà qu’on te l’a gagnée ! »68.

77Ainsi donc la responsabilité de l’entrée des salğūqides à Bagdad reposait sur les épaules d’Ibn al-Muslima. Sa politique envers Ṭuġril avait éloigné de lui le calife et les habitants de Bagdad qui subirent les mauvais traitements des troupes salğūqides, les ravages de guerre et les confiscations. Sa politique anti-basāsīrienne, il la paya de sa vie par ordre de Basāsīrī, sans avoir même gagné la gratitude de Ṭuġril, qui lui reprochait de ne lui avoir pas payé toute la somme promise.

  • 69 Le calife al-Qā’im, à son lit de mort, énuméra à son fils et successeur al-Muqtadī, les quatre waz (...)

78Lors de la livraison d’Ibn al-Muslima par Quraiš b. Badrān à Basāsīrī, celui-ci dut le protéger des gens du peuple ; il faillit le perdre, à plusieurs reprises, tant était grande leur fureur. Ainsi ce wazīr dut-il avoir, après son supplice, très peu de partisans en deuil. Le calife qui, avec lui, prit asile auprès du ‘uqailide Quraiš, ne semble pas avoir essayé de le sauver69. Quraiš le livra volontiers pour être supplicié, car il avait mis les pays de l’Iraq en danger et c’était à cause de lui que les émirs des provinces avaient subi les pillages et les ravages des salğūqides.

  • 70 Kāmil, VIII, 70 (anno 447).
  • 71 Kāmil, loc. cit.

79Ibn al-Aṯīr fait observer, ajuste titre, qu’Ibn al-Muslima mit le désordre dans les relations entre le calife et Basāsīrī à tel point qu’il n’y avait plus l’espoir de les rétablir70. C’est là la conclusion à laquelle on arrive après avoir parcouru les événements qui précédèrent l’arrivée de Ṭuġril à Bagdad. Tous les malheurs de Basāsīrī provinrent du dīwān califien où siégea le wazīr du calife. Les chroniqueurs situent l’hostilité entre Basāsīrī et le dīwān à partir de l’an 446/1054. L’hostilité de Quraiš b. Badrān contre Basāsīrī reçut son impulsion et son appui du dīwān71 Il y eut des combats entre ces deux émirs, qui s’arrachèrent des provinces l’un à l’autre, mais qui devaient plus tard s’allier pour reprendre Bagdad à Ṭuġril.

  • 72 Muntaẓam, VIII, 160 ; Kāmil, VIII, 68.
  • 73 Muntaẓam, VIII, 163 ; Mir’āt az-zamān, fol. 9b, où il faut lire آلات (maintenant) au lieu de VI sa (...)
  • 74 Kāmil, VIII, 70.

80L’hostilité de Basāsīrī contre le dīwān califien alla en s’accroissant. Le calife chercha à le calmer en lui envoyant un message conciliant, auquel Basāsīrī répondit qu’il n’avait à se plaindre que du seul wazīr Ibn al-Muslima72. Celui-ci, accusant Basāsīrī de ses relations avec les fāṭimites, demanda au calife de le tuer ; mais le calife fut d’avis contraire, disant : « ce n’est pas le moment de le tuer »73. Toutefois le calife écrivit au buwaihide al-Malik ar-Raḥīm de se séparer de Basāsīrī, sans quoi les serments entre eux seraient nuls et non avenus, et de se rendre à Bagdad (de Wāsiṭ) où le dīwān arrangerait sa situation avec Ṭuġril qui devait entrer dans la capitale. Le buwaihide suivit ce conseil ; et Ibn al-Aṯīr fait remarquer que ce fut l’une des causes les plus importantes de la conquête de l’Iraq par Ṭuġril74.

  • 75 Voir les textes des lettres dans Mir’āt az-zamān, fol. 9b.
  • 76 Voir Muntaẓam, VIII, 164.

81Basāsīrī, après sa fuite de Bagdad devant les hordes salğūqides, aurait demandé au calife fāṭimite du Caire son intercession auprès d’al-Qā’im qui ne l’aurait pas acceptée75. Quoi qu’on pense de la vraisemblance de cette intercession, il n’en reste pas moins certain que Basāsīrī demanda secours au fāṭimite, comme nous le rapportent les chroniqueurs ; celui-ci le lui donna, et le fit gouverneur de Raḥba, en retour de la ḫuṭba en son nom en Iraq76.

  • 77 Kāmil, VIII, 71.
  • 78 Voir supra, pp. 93-94.

82Ibn al-Muslima avait poussé les militaires turcs de Bagdad, qui réclamaient leurs soldes à Basāsīrī, à marcher contre leur émir. Mais, quand Ṭuġril approcha de Bagdad, ils se rendirent compte de la traîtrise d’Ibn al-Muslima et envoyèrent un message au calife dans lequel ils lui dirent : « Nous avons tout fait contre Basāsīrī, alors qu’il est notre chef et notre émir, sous les ordres du Prince des Croyants. Et le Prince des Croyants nous a promis d’éloigner de nous cet ennemi (Ṭuġril), mais nous le voyons s’approcher de nous sans qu’il lui soit interdit de venir. » Ils demandèrent qu’on lui ordonnât de s’éloigner, mais, dans la réponse, on chercha à les tromper sur l’arrivée de Ṭuġril77. Se rendant compte aussi de cette situation, les militaires turcs essayèrent de rejoindre Basāsīrī, sans avoir pu y réussir complètement. Nous avons déjà vu qu’Ibn al-Muslima fit tuer plusieurs de leurs chefs par les salğūqides78.

  • 79 Mir’āt az-zamān, fol. 13b.
  • 80 Op. cit., fol. 17a.
  • 81 Barhebraeus (Chronography, 209, en bas de la page) nous a conservé un message envoyé à al-Qā’im pa (...)

83L’année suivante, en 448 H., nous voyons le calife tantôt ordonnant à Ṭuġril de poursuivre Basāsīrī79, tantôt l’empêchant de le faire80. Mais les faits cités ne nous permettent pas de déterminer le vrai sentiment du calife là-dessus. A cette époque, le calife manifestait un esprit d’hésitation continuelle, ne sachant que faire lorsqu’il s’agissait d’une décision grave à prendre. Nous croyons qu’une fois que le calife eut subi les mauvais traitements des salğūqides, il sentit la nécessité de cultiver des rivaux puissants pour les opposer à Ṭuġril, Basāsīrī en étant un81.

  • 82 Muntaẓam, VIII, 191 ; Kāmil, VIII, 83 ; Mir’āt az-zamān, fol. 48a.

84En 450 H., lorsque Basāsīrī fut sur le point de rentrer dans Bagdad, le calife hésita s’il devait fuir Bagdad et risquer ainsi le pillage de son palais, ou y rester et risquer son sort avec Basāsīrī. Son wazīr Ibn al-Muslima voulait prendre la fuite. Après nombre d’hésitations, le calife choisit d’y rester contre le gré de son wazīr82. Ce fut ce dernier, et non pas le calife, qui, en fin de compte, eut à souffrir de ce choix, supplicié comme il le fut par Basāsīrī.

  • 83 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 52a.

85Le calife, exilé de Bagdad par suite d’un accord entre Quraiš b. Badrān et Basāsīrī, écrivit à ces deux émirs. Il les suppliait de le faire retourner à Bagdad. Il parlait d’y vivre en bonne intelligence avec eux et leur jurait solennellement qu’il était innocent de tout ce dont on l’accusait83. Ainsi le calife attribuait-il le drame salğūqide et tout ce qui s’y attachait à Ibn al-Muslima, son wazīr, chargé des affaires du dīwān califien.

  • 84 Muntaẓam, VIII, 194 ; Mir’āt az-zamān, fol. 51b. Le calife s’humilia devant Quraiš, lui rappela so (...)

86Les deux émirs ne voulurent pas du calife à Bagdad. Ils étaient occupés du pillage de ses trésors, c’est pour cela qu’il fallait l’éloigner de son palais84. Le calife, en exil, sous le contrôle des deux émirs, par un contrat avec l’émir bédouin Muhāriš, leur fut une garantie contre Ṭuġril ; car tout émir, pour garder son sultanat, avait besoin de l’autorité califienne.

  • 85 Muntaẓam, VIII, 201.

87Basāsīrī aurait été satisfait, ce nous semble, par la solution suivante : la réinstallation du calife à Bagdad, la destitution et la punition d’Ibn al-Muslima, l’éloignement de Ṭuġril qui devait se contenter d’un tribut, un arrangement satisfaisant pour lui et Quraiš, avec des provinces en fief, et pour lui-même Bagdad, et le choix d’un wazīr pour le calife avec leur accord. Tant qu’Ibn al-Muslima vivait et que Basāsīrī restait sans ressources, cette solution n’était pas possible ; d’où la mort du premier et le pillage du palais califien. Il ne lui resta plus qu’à se débarrasser de Ṭuġril, sur lequel il eut le dessus en ayant en son contrôle le calife. Il traita la mère du calife avec beaucoup de respect, agit à Bagdad avec une justice remarquable, tout en tirant vengeance de ses ennemis ; et, selon la coutume des émirs militaires, il traita avec respect les grands marchands de Bagdad qui lui fournirent de grosses sommes d’argent85.

88Les relations de Basāsīrī avec le calife fāṭimite du Caire furent au seul profit de Basāsīrī. Celui-ci ne s’intéressait pas au fond à servir le fāṭimite ; leurs relations furent très faibles d’abord à cause de la distance qui les séparait et de la difficulté des moyens de communication, mais, bien plus fondamentalement, à cause du désir de Basāsīrī, qui s’attendait à regagner sa place à Bagdad, où il se proposait de réinstaller le calife ‘abbāside, une fois son grand ennemi Ṭuġril éloigné d’une façon définitive. Il ne voulut pas du tout livrer, comme on a l’habitude de le dire, le calife ‘abbāside entre les mains du calife fāṭimite. Il lui fallait le calife ‘abbāside pour asseoir, d’une façon définitive, son pouvoir à Bagdad sur l’autorité califienne ‘abbāside. Autrement, il n’aurait pas refusé de renseigner les agents du fāṭimite sur le lieu de l’exil d’al-Qā’im, comme il refusa de le recevoir prématurément de Muhāriš, qui voulait s’en débarrasser pour recevoir l’argent promis. Basāsīrī n’aurait pas livré le calife Qā’im au fāṭimite, pas plus que ne l’avaient fait avant lui son maître buwaihide, ni les prédécesseurs de celui-ci.

89L’une des choses qui empêchent le plus de comprendre l’histoire politique de cette époque, et qui contribuent le plus à y faire apparaître des contradictions multiples, c’est l’attribution aux émirs militaires d’un souci ou d’un sentiment religieux dans leurs affaires. Ils sont d’abord des professionnels à la recherche de butins de guerre et, partant, de la plus grande gloire dans le pouvoir. Ce pouvoir, pour le retenir, avons-nous dit, devait trouver son appui dans l’autorité califienne. S’allier à un sunnite ou à un šī‘ite leur était égal. Seulement, dans un pays sunnite, il valait mieux s’allier à un souverain sunnite, pour éviter les insurrections et s’assurer des conditions de paix. A défaut du calife sunnite, un autre, šī‘ite, ne leur répugnait pas du tout. C’est là le cas de Basāsīrī qui reprit Bagdad au nom du fāṭimite, qui avait déjà des gouverneurs installés en Syrie.

  • 86 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 56a-b.
  • 87 Op. cit., 55b-56b.
  • 88 Op. cit., fol. 58a-b. Basāsīrī lui avait envoyé six petits éléphants, mais rien d’autre, à ce que (...)

90Mais le calife fāṭimite s’aperçut bientôt que Basāsīrī ne suivait pas ses ordres. Il y eut entre eux des correspondances et des missions86. Le wazīr du fāṭimite, Abū ’l-Farağ b. al-Maġribī, conseilla à son maître de ne plus s’occuper de Basāsīrī, de peur qu’il ne lui arrivât du mal, surtout dans les provinces fatimites de Syrie87. Un an après, l’envoyé de Basāsīrī au Caire revint à Bagdad les mains vides. Le fāṭimite avait beaucoup à lui reprocher : les nouvelles de la conquête de Bagdad arrivèrent au Caire par la voie des agents fāṭimites de Syrie, et non par Basāsīrī lui-même ; il maltraitait ses troupes ; il agissait de son propre chef, ne suivant pas les ordres du Caire ; il fit la conquête de Bagdad avant qu’on lui en eût donné l’ordre ; il pilla le palais califien, emprisonna le calife ‘abbāside sans renseigner le Caire sur le lieu où il l’avait mis ; il tua et crucifia les partisans du ‘abbāside sans en avoir demandé la permission ; enfin, il ne pensa même pas « nous payer pour ce qu’il reçut de nous, et nous n’envoyons, nous, de l’argent pour la conquête des territoires que pour le faire repayer plusieurs fois autant »88.

  • 89 Il en sera de même, plus tard, avec les ismā‘ilites nizāriens, plus connus sous l’appellation d’as (...)

91Il est clair que Basāsīrī utilisa le Caire à ses propres fins89. De son côté, le calife ‘abbāside exilé ne fut pas lui-même en état d’aspirer au pouvoir en face d’adversaires tels que Ṭuġril, Basāsīrī, et d’autres émirs. Il devait reconnaître l’un quelconque de ces émirs, mais il ne fallait pas que celui-ci manqât de rivaux. C’est pour cela que nous le voyons essayer tour à tour de rapprocher de lui des émirs à même de tenir tête au salğūqide Ṭuġril. La présence d’autres émirs puissants lui assurait un Ṭuġril plus traitable. Deux affaires, celle d’Ibrāhīm Ināl et celle d’Anūširwān, nous montreront cette politique du calife.

2) La révolte d’Ibrāhīm Ināl

  • 90 Il y avait quatre frères : Čaġrī Beg, Dāwūd, Ṭuġril Beg, Ibrāhīm Ināl et Qutlumuš.
  • 91 Voir cette division dans Zubda, 8.
  • 92 Muntaẓam, VIII, 114 ; Kāmil, VIII, 34-35 ; Zubda, 8-9.
  • 93 En 434 H. ; voir les lieux cités.
  • 94 En 437 H. ; Muntaẓam, VIII, 128 ; Kāmil, VIII, 41 ; Zubda, 9.
  • 95 En 438 H. ; voir Muntaẓam, VIII, 130 ; Kāmil, VIII, 43.
  • 96 Kāmil, VIII, 45.
  • 97 Op. cit., loc. cit.
  • 98 Il y avait eu, déjà avant son expédition, une autre, commandée par un parent de Ṭuġril, mais qui n (...)
  • 99 Op. cit., 49-50.

92Ibrāhīm Ināl, frère utérin de Ṭuġril, aspirait à un rang plus haut que ne lui permettait son frère. Tout au début de sa carrière, telle que nous la font connaître les chroniqueurs, Ināl semble avoir vécu à l’abri de Ṭuġril, bien qu’il fût, comme celui-ci, un des premiers chefs de la dynastie salğūqide90. Après que les salğūqides eurent battu le ġaznawide Mas‘ūd b. Maḥmūd b. Sabuktakīn en 430 H., le royaume salğūqide fut partagé entre les quatre chefs91 : Čaġrī Beg, Dāwūd, Ṭuġril et Ināl. Mais ce fut Ināl qui, en 434 H., s’empara de Raiy, où Ṭuġril, qui y vint la recevoir de ses mains, trouva de riches trésors92. L’une après l’autre, Ināl conquit les villes de Hamaḏān93, Qirmīsīn et Ḥulwān94 ; cette dernière conduisait en ligne directe jusqu’au cœur de la province de l’Iraq, à Bagdad, siège du califat ‘abbāside. Ḥulwān, reperdue, fut de nouveau reconquise pour son propre compte par Sa‘dī b. Abī ’š-Šauk qui y fit la ḫuṭba au nom d’Ināl95. En 439 H., le bruit court à Bagdad qu’Ināl se proposait d’entrer dans la ville96. Cette même année, Ināl envoya son wazīr contre Šahrazūr, au nord de Ḥulwān, et la conquit97. L’année suivante, il mena une expédition contre les byzantins, et ses conquêtes furent spectaculaires98. En cette même année, 440 H., Sa‘dī b. Abī ’š-Šauk, s’alliant de nouveau avec Ināl, s’empara des environs de Daskara et de Ba’qūbâ, dans l’Iraq, tout près de Bagdad, et y fit aussi la ḫuṭba au nom d’Ināl99.

  • 100 Op. cit., 51-52.

93Ainsi, Ibrāhīm Ināl devint suffisamment puissant pour aspirer à faire son entrée dans Bagdad. Il possédait l’importante ville de Hamaḏān et plusieurs forteresses. C’est à cette époque que commença une hostilité entre lui et Ṭuġril. En 441 H., Ṭuġril demanda à Ināl de lui livrer la ville de Hamaḏān et les forteresses qu’il avait conquises dans le Ǧabal ; Ināl refusa, et dans la bataille qui s’ensuivit entre les deux frères, Ṭuġril mit en déroute Ināl et le dépouilla de toutes ses forteresses et de toutes ses villes ; puis il lui proposa l’alternative de gouverner une province sous ses ordres ou de l’accompagner. Ibrāhīm choisit de l’accompagner100.

94Ibrāhīm Ināl se vit donc de nouveau à l’abri de son frère ; il avait perdu tout ce qu’il avait gagné pour son propre compte ; il avait, en effet, servi à Ṭuġril de conquérant à gages.

95En 447/1055, ce fut son frère Ṭuġril, non pas lui, qui fit une entrée triomphale à Bagdad, et la ḫuṭba dans cette ville fut faite au nom de Ṭuġril, non pas au sien.

  • 101 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 44b-45a.

96Il est donc aisé de comprendre pourquoi Ināl se révolta contre Ṭuġril lorsque l’occasion se présenta. Le calife et son wazīr, qui traitaient Ināl avec égards, voulaient que Ṭuġril en fît autant. Ṭuġril craignait les conséquences d’un tel rapprochement entre le dīwān et son frère Ināl, mais le calife et son wazīr essayèrent de le calmer101. L’intérêt du dīwān califien était de garder Ināl dans l’obédience du calife pour ne pas laisser le pouvoir tomber dans les seules mains de Ṭuġril. Ināl, de son côté, s’intéressait au pouvoir qui lui avait échappé à cause de Ṭuġril.

  • 102 Mir’āt az-zamān, fol. 46a-b.

97Il y eut des rumeurs selon lesquelles Ināl serait entré en relation avec le fāṭimite du Caire et Basāsīrī contre Ṭuġril. Basāsīrī comprenait bien le désir d’Ināl, lui inspirait l’espoir de s’emparer seul du pouvoir, et lui promettait aide à cette fin. Une lettre en ce sens, adressée par Basāsīrī, aurait été interceptée par le wazīr Ibn al-Muslima. Ce dernier prit la lettre, mais laissa partir l’espion sans lui faire du mal, pour s’attirer l’amitié d’Ināl. L’espion en fit part à Ināl, qui se mit en route pour Hamaḏān, à l’insu de Ṭuġril. Ce fut à Hamaḏān que se trouvaient les campements des troupes, les trésors et les provisions de guerre appartenant à Ṭuġril. Les troupes lui prêtèrent serment d’obéissance à trois conditions : 1° de ne pas faire la paix avec son frère Ṭuġril ; 2° de ne pas les charger de quitter leur pays pour marcher sur l’Iraq, ni sur aucun autre pays ; 3° de ne nommer un wazīr qu’avec leur accord102.

  • 103 Op. cit., fol. 46b.

98Ayant appris la révolte d’Ināl, Ṭuġril se hâta vers Hamaḏān, après avoir envoyé sa femme Ḫātūn, son wazīr al-Kundūrī, et Anūširwān, fils de Ḫātūn, à Bagdad, où ils arrivèrent le 4 šauwāl 450 H. ; lui-même arriva à Hamaḏān le 25 du mois103.

99La lutte entre Ṭuġril et son frère utérin fut une lutte pour l’émirat suprême, et ce fut une lutte à mort — la mort d’Ibrāhīm, étranglé des mains de Ṭuġril avec une corde d’arc. Mais Ṭuġril était dans une situation critique, car Ibrāhīm, tout d’abord, eut le dessus. Les ġuzz, à Hamaḏān, s’opposaient volontiers à Ṭuġril ; ils avaient contre lui des griefs dont on peut entrevoir la gravité dans les conditions auxquelles ils s’étaient ralliés auprès de son rival Ibrāhīm.

100Ṭuġril eut donc besoin d’aide militaire pour vaincre Ibrāhīm. Il la demanda d’une part à Bagdad, à sa femme Ḫātūn et à son wazīr ‘Amīd al-Mulk, d’autre part aux fils de son frère Dāwūd, dont Alp Arslān. C’est avec l’aide d’Alp Arslān et de ses frères, que Ṭuġril put vaincre le seul ennemi redoutable qui lui résistait.

3) Le complot de ‘Amīd al-Mulk al-Kundūrī

  • 104 Cf. Tārīḫ Baġdād, IX, 400-401.
  • 105 Cf. Muntaẓam, VIII, 191.
  • 106 Cf. Kāmil, VIII, 83 (anno 450).
  • 107 Zubda, 15.
  • 108 Mir’āt az-zamān, fol. 46b-48a.

101Pendant que Ṭuġril luttait contre son frère Ibrāhīm, à Bagdad éclatait un complot dirigé par ‘Amīd al-Mulk. Ce wazīr de Ṭuġril voulait le remplacer par le fils de Ḫātūn, Anūširwān. Parmi les historiens suivants : al-Ḫaṭīb al-Baġdādī104, Ibn al-Ǧauzī105, Ibn al-Aṯīr106, al-Bundārī107 et Sibṭ b. al-Ǧauzī108, il n’y a que les deux derniers cités qui mentionnent ce complot. Les autres mentionnent des faits qui s’y rattachent, mais qui sont rendus incompréhensibles ou contradictoires par l’omission du fait central du complot.

  • 109 Op. cit., fol. 45b.

102En ramaḍān de l’an 450 H., lorsque Ṭuġril partait de Bagdad pour aider ses partisans à Mauṣil contre Basāsīrī, il semble que Kundurī ait déjà mis sur pied le complot contre son maître Ṭuġril. Celui-ci, à son départ, trouva qu’il n’avait avec lui que 2.000 soldats. Il dit alors à son wazīr Kundurī : « Pourquoi ne m’as-tu pas informé pour que j’attende jusqu’à ce qu’ils se soient rassemblés ? »109. Cette question, que l’historien Sibṭ b. al-Ǧauzī tint à enregistrer dans son Mir’āt, serait de peu d’intérêt, si l’on ne tenait pas compte des événements qui eurent lieu par la suite sous la direction de ce wazīr astucieux.

103De Hamaḏān, devant la supériorité militaire d’Ināl, Ṭuġril manda à Ḫātūn et à Kundurī de venir à son aide. Ḫātūn voulut partir, mais le calife et son wazīr, d’un côté, et Kundurī, de l’autre, la firent changer d’intention. Le calife se plaignit que la ville se vidait de troupes, tandis que Kundurī, qui avait des projets personnels, affirmait impossible d’entrer en contact avec Ṭuġril à Hamaḏān, puisqu’Ināl entourait la ville ; les soldats tomberaient entre les mains d’Ināl et cela ne servirait qu’à affaiblir le sultan en même temps qu’elle-même.

  • 110 Par exemple, les conditions selon lesquelles les troupes de Hamaḏān se joignirent à Ināl contre Ṭu (...)

104Pour quelles raisons empêchaient-ils Ḫātūn de rejoindre son mari ? Nous ne pouvons, à la lumière des événements qui s’ensuivirent, que deviner ce que nous croyons avoir été leurs intérêts. Personne ne semble avoir voulu le retour de Ṭuġril. Ibn al-Muslima craignait ses exigences monétaires ; il craignait aussi le retour de Basāsīrī ; Ināl lui aurait été préférable, et, en effet, le wazīr s’était déjà montré en faveur de ce frère rival de Ṭuġril en cherchant à gagner sa confiance. Le calife aurait peut-être aussi préféré Ināl à Ṭuġril, à cause de la modération de ses ambitions en comparaison de celles de son frère110. Quant à Kundurī, il voulait installer Anūširwān, maniable et sans expérience, à la place de Ṭuġril, auprès duquel il lui était impossible d’agir à sa volonté. Le wazīr de Ṭuġril avait, lui aussi, ses ambitions.

105Kundurī commença donc d’arranger l’affaire avec les troupes sultaniennes à Bagdad. Comme ce fut l’équivalent d’un changement de pouvoir, l’argent de la bai‘a fut demandé par les troupes, et on le leur paya. Y contribuèrent Kundurī, Ḫātūn et Anūširwān, aussi bien que le calife et les riches de Bagdad, marchands et fonctionnaires.

  • 111 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 46b-48a.
  • 112 Sibṭ, op. cit., fol. 47b, en donne plusieurs raisons possibles.

106Mais ce projet de Kundurī ne réussit pas. Deux des émirs militaires, ‘Umar et Inānğīl, refusèrent de reconnaître Anūširwān. Et le calife dit à Kundurī, qui lui avait demandé la proclamation d’Anūširwān au sultanat, que l’affaire devait être différée, et qu’en face du danger de Basāsīrī il fallait s’occuper des troupes de façon que la ville n’en fût pas dépourvue111. Ḫātūn s’opposa aussi au projet112 et alla rejoindre son mari.

  • 113 Op. cit., fol. 64b.
  • 114 Dans les notices biographiques à lui consacrées (voir, entre autres, Muntaẓam, VIII, 234, ll. 1-2) (...)

107Nous n’avons pas suffisamment de faits pour connaître en détail ce complot. On retrouve plus tard, Kundurī et Anūširwān, encore une fois au service de Ṭuġril. Ils combattront Basāsīrī après avoir négocié avec Ibn Mazyad de le livrer113. Tous deux rentrèrent ainsi dans les grâces du sultan114.

4) Le calife et les intérêts individuels des émirs

  • 115 Il nous faut reculer le début de cette dynastie jusque vers le milieu du IVe/Xe siècle ; voir, là- (...)

108Nous avons traité des rivaux de Ṭuġril parmi les émirs militaires, à savoir son frère Ināl, et Basāsīrī, l’émir turc au service du dernier buwaihide ; et nous avons mentionné le complot de Kundurī, qui préconisait l’émirat suprême d’Anūširwān à la place de Ṭuġril. Mais il y avait encore d’autres émirs qui figuraient dans cette lutte et qui furent chefs de dynasties. Nous en avons parlé en cours de route surtout en parlant de Basāsīrī ; ce sont : Quraiš b. Badrān, Abū ’l-Ḥāriṯ Muhāriš et Dubais b. Mazyad. A la différence de Basāsīrī et d’Ināl, ces émirs étaient déjà installés en Iraq. Ils appartenaient à des dynasties qui, sous la suzeraineté des buwaihides, gouvernaient, depuis le siècle précédent, des territoires précis. Quraiš et Muhāriš, cousins germains, étaient de la dynastie ‘uqailide ; Dubais appartenait à la dynastie mazyadite115. Ces émirs, installés depuis longtemps dans des domaines légués de père en fils, étaient vulnérables dans leurs territoires, leurs sujets et leurs biens. Les émirs militaires, sans responsabilités dynastiques, n’avaient pas de tels risques, et, par conséquent, pouvaient agir bien plus librement.

109Pour ces chefs de dynasties, surtout Quraiš et Dubais, l’entrée imminente de Ṭuġril à Bagdad en 447/1055, fut cause d’une grande inquiétude ; car ses hordes, en quête de butin, ne pouvait signifier autre chose qu’un grand danger pour leurs possessions. Leur conduite fut dictée à tout instant par le souci de subir le moindre dommage possible. Les relations entre les émirs furent caractérisées par l’inconstance, la méfiance et la traîtrise. Pour illustrer ces relations nous n’avons qu’à parcourir brièvement les événements à partir de l’an 446/1054, époque où Basāsīrī commençait à se brouiller avec le dīwān califien, jusqu’à la fin de 450/1058, année de l’exil du calife al-Qā’im.

  • 116 Kāmil, VIII, 67.
  • 117 Op. cit., 67-68.
  • 118 Muntaẓam, VIII, 161.

110En 446 H., au mois de rağab, les ‘uqailides pillèrent Ǧāmi‘ain et d’autres territoires mazyadites. Dubais demanda aide à Basāsīrī qui infligea une défaite aux ‘uqailides116. Le mois suivant, en ša‘bān, le ‘uqailide Quraiš, émir de Mauṣil, conquit Anbār, y fit la ḫuṭba au nom du salğūqide Ṭuġril, pilla ce qui y appartenait à Basāsīrī, ainsi que les campements de ses partisans117. Le mois suivant, en ramaḍān, Basāsīrī apprit que deux partisans de Quraiš étaient venus à Bagdad en mission secrète, invités par le wazīr Ibn al-Muslima. Il voulut s’emparer des envoyés, mais le dīwān califien s’y opposa. Trois mois plus tard, en ḏū’l-ḥiğğa, Basāsīrī, aidé de Dubais b. Mazyad, reprit al-Anbār, brûla Damāma et Fallūğa, et mit en prison le ‘uqailide Abū ’l-Ġanā’im b. al-Maḥlabān118.

111Donc, à la fin de 446 H., il y avait d’un côté, Basāsīrī, allié à Dubais b. Mazyad, et de l’autre côté, Quraiš b. Badrān, partisan du salğūqide Ṭuġril et en rapport avec le wazīr Ibn al-Muslima.

112En 447/1055, rien ne semble avoir changé. Les relations de Basāsīrī avec le dīwān califien allèrent de mal en pis ; le wazīr Ibn al-Muslima cherchait à se débarrasser de Basāsīrī par tous les moyens.

  • 119 A l’approche de Ṭuġril de Bagdad, Basāsīrī s’était rendu à Raḥba ; c’est là que Muqtabil le rejoig (...)
  • 120 Il est intéressant, à cet égard, de noter ici les raisons données par Quraiš, pour sa soumission à (...)

113En ṣafar, 448/1056, l’inimitié se développa entre Quraiš et son frère Muqtabil. Ce dernier, avec des émirs bédouins et kurdes, se séparant de Quraiš, se rallia à Basāsīrī, qui lui avait donné des robes d’honneur (ḫil‘a) de la part du calife fāṭimite du Caire119. Mais il y eut un rétablissement de l’équilibre politico-militaire. Dubais b. Mazyad décida de se soumettre à Ṭuġril, comme l’avait fait Quraiš, et pour la même raison : épargner à son pays le pillage des hordes salğūqides120.

  • 121 Sur les pourparlers entre le ‘amīd Muẓaffar, représentant de Ṭuġril, et Quraiš et Dubais, voir Mir (...)

114Ce regroupement ne dura guère. Avant la fin de l’année, Dubais et Quraiš, l’un à la suite de l’autre, changèrent encore une fois de camp, quittant Ṭuġril et se ralliant à Basāsīrī121.

115Ainsi, à la fin de 448/1056, Ṭuġril, militairement maître de Bagdad depuis un an, se trouvait face à une alliance entre Basāsīrī, son ennemi intransigeant, et les deux dynasties bédouines, les mazyadites et les ‘uqailides. Ṭuġril s’appuyait sur l’autorité califienne ‘abbāside, et les autres se réclamaient du calife fāṭimite du Caire.

  • 122 Voir les détails, op. cit., fol. 241 et ss.
  • 123 Op. cit., fol. 27a.
  • 124 Quraiš, en route à Raḥba où il cherchait Basāsīrī, rencontra Dubais à Hīt qui rentrait à sa provin (...)
  • 125 Ṭuġril, en apprenant la décision de Quraiš, le traita de traître et de menteur ; Dubais fut discul (...)

116Mais cette solidarité entre les émirs locaux fut de courte durée. Chefs de dynasties, Dubais et Quraiš avaient beaucoup plus à perdre que Basāsīrī. Devant la force des troupes de Ṭuġril, qui surpassaient les leurs en nombre, ils durent, tous les deux, rentrer dans les grâces du salğūqide l’année suivante, 449/1057. Ils essayèrent, en vain, de faire entrer Basāsīrī sous l’obédience de Ṭuġril. Ils avaient obtenu de celui-ci la promesse que Baṣra serait donnée en fief (iqṭā‘) à Basāsīrī. Ce dernier n’accepta pas. Il disait n’avoir pas confiance dans les promesses de Ṭuġril, que ces promesses n’avaient d’autre objet que de défaire leur solidarité, qu’elles n’étaient qu’une ruse et que Ṭuġril se moquait d’eux tous122. Ce qui était vrai. Quraiš et Dubais eurent bientôt à se plaindre. Leurs campements étaient attaqués et pillés par les troupes sultaniennes123. Quraiš, plus atteint que Dubais, se décida de s’allier de nouveau avec Basāsīrī124. La soumission à Ṭuġril n’obtenait pas que le pays soit épargné. Il semble que Ṭuġril causait plus de dommage aux forts parmi les émirs qu’aux faibles. Étant plus fort que Dubais, Quraiš subit, outre la destruction de son domaine, l’occupation par les troupes sultaniennes. Il se rallia donc définitivement à Basāsīrī, ne trouvant aucun avantage à être du côté de Ṭuġril. Ce faisant, il ne courait pas, de la part de Ṭuġril, de risques plus graves et il pouvait espérer, Basāsīrī se préparant à retourner à Bagdad, réparer ses pertes en partageant avec celui-ci le butin de la capitale ‘abbāside125.

  • 126 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 191 et ss. ; Mir’āt az-zamān, fol. 48a et ss.

117A la fin de l’année suivante, le 8 ḏū’l-ḥiğğa 450/1058, Basāsīrī fit sa rentrée à Bagdad. C’était l’heure la plus sombre pour Ṭuġril, aussi bien que pour celui qui avait été la cause de son arrivée à Bagdad, le wazīr Ibn al-Muslima. Ṭuġril était occupé à combattre son frère Ibrāhīm Ināl à Hamaḏān. A Bagdad se tramait le complot de Kundurī, wazīr de Ṭuġril. Basāsīrī et Quraiš se heurtèrent, dans le quartier du palais califien, à la résistance des partisans du calife et du sultan ; elle se désagrégea au bout d’un mois. Le calife fut alors exilé à Hadīṯat ‘Āna et son wazīr, Ibn al-Muslima, fut supplicié126.

  • 127 Cela tenait à la situation militaire de l’époque. Le recrutement militaire se faisant par bandes, (...)

118Ṭuġril, après avoir tué, de ses propres mains, son frère Ibrāhīm Ināl, et après la faillite du complot monté par son propre wazīr, Kundurī, avait encore à combattre son grand ennemi, Basāsīrī. Mais ce fut là une affaire bien plus délicate que les autres. Les émirs alliés, Quraiš et Basāsīrī, tenaient le calife en leur pouvoir. Ṭuġril eut à agir de façon à dégager le calife sans dommage pour celui-ci. Le pouvoir de Ṭuġril était nul, en effet, même aux yeux de ses propres troupes, sans l’autorité canonique califienne ; il en avait besoin, lui, comme tout autre émir aspirant à l’émirat suprême, c’est-à-dire, au sultanat127. Pour s’assurer définitivement du pouvoir suprême, la stratégie de Ṭuġril comportait désormais deux étapes; la première consistait, par la diplomatie, les intrigues, les promesses et les menaces, à dénouer les liens entre les deux alliés pour s’emparer du calife; la deuxième, à continuer d’éliminer les rivaux.

  • 128 Voir sur ‘Āna, l’article dans EI2, s.v. (S. H. Longrigg), où l’un des nāḥiya dans le qaḍā de ‘Āna (...)
  • 129 Nous sommes donc loin de l’idée que le calife fut sauvé par des amis qui l’emportèrent vers l’Euph (...)
  • 130 Muntaẓam, VIII, 205 ; cf. Mir’āt az-zamān, fol. 61a.

119L’exil du calife dura un an environ. Quraiš et Basāsīrī l’envoyèrent chez Muhāriš, cousin de Quraiš, à Ḥadīṯat ‘Āna128. Nous savons déjà que le calife voulait retourner à Bagdad. Il se déclarait innocent de tout ce qui s’était passé, et demandait à vivre en bonne intelligence avec les deux émirs129. Basāsīrī voulait d’abord s’assurer des intentions de Ṭuġril ; il ne voulait pas libérer le calife sans avoir obtenu au préalable les garanties indispensables écrites et attestées par des témoins légaux. Les voici : 1° que Basāsīrī soit lui-même lieutenant du calife à Bagdad et le seul commandant militaire sous les ordres califiens ; 2° que Ḫūzistān et Baṣra lui soient rendus ; 3° que la ḫuṭba à Bagdad soit faite au seul nom du calife, sans qu’y soit ajouté celui de Ṭuġril ; 4° que les envoyés de Basāsīrī soient présents avec ceux de Ṭuġril lors de l’acceptation de ces conditions par le calife, garanties par un serment solennel130.

  • 131 Voir le texte de cette lettre, signée le mois de ramaḍān 451 H., dans Muntaẓam, VIII, 203-204, et (...)
  • 132 Text. : عجم.

120Il va sans dire que Ṭuġril ne pouvait accepter de telles conditions, étant donné ses propres intérêts. Ṭuġril poursuivit ses négociations avec Quraiš pendant l’exil du calife. Ces négociations consistaient en promesses mêlées d’allusions menaçantes. La lettre à Quraiš est un des documents les plus intéressants de cette affaire131. Ṭuġril lui proposait dans cette lettre l’alternative suivante : 1° « Ou bien l’Émir [Quraiš] accompagnera notre maître et seigneur [le calife al-Qā’im] au siège de son califat et au trône de sa grandeur [à Bagdad], auquel cas l’émir serait appelé à son service, se chargeant de son gouvernement, se conformant à ses ordres ; car c’est ce que nous désirons ; et l’émir serait notre lieutenant dans ce service d’institution divine, dans l’administration de toute la province de l’Iraq, où seront à lui seul les carrefours sur terre et sur mer. Pas un seul pied de cheval salğūqide132 ne touchera le sol de ces provinces-là sinon à la demande de l’émir pour l’aider contre ses ennemis. 2° Ou bien garder pour nous la personne de notre grand seigneur en le transférant de la forteresse à son campement [c’est-à-dire : de la forteresse de Ḥadīṯat ‘Āna au campement de Quraiš], ou de le garder dans la forteresse jusqu’à ce que nous y soyons arrivés pour le servir et prendre soin de son retour [à Bagdad]. » Ici Ṭuġril lui offrait de le nommer gouverneur de l’Iraq et de l’admettre au service de la cour califienne ; puis il continuait : « nous tournerons nos yeux vers les royaumes de l’est, car il n’y a que cette cause qui soit visée par nos intérêts. Nous ne désirons aucun de ces royaumes-ci ; au contraire, notre intérêt est d’ordre (purement) religieux. »

121Dans cette lettre, dont nous n’avons donné qu’un court extrait, il est assez évident que Ṭuġril voulait attirer à lui l’émir ‘uqailide par la flatterie et par les menaces gentiment exprimées. Sa lettre était calculée pour montrer le grand intérêt qu’il y aurait à suivre ses demandes, et que ceux qui ne lui seraient pas loyaux ne seraient pas sous sa protection, mais, au contraire, subiraient l’attaque de son armée.

  • 133 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 206 et Mir’āt az-zamān, fol. 61a.
  • 134 Sur ces négociations, voir Muntaẓam, VIII, 169 et Mir’āt az-zamān, fol. 62b. Seuls ces deux histor (...)

122Quraiš, sachant que les conditions de Ṭuġril cadraient mal avec celles de Basāsīrī essaya, en vain, de se faire livrer le calife par son cousin Muhāriš. Celui-ci, protestant que Basāsīrī avait refusé de recevoir le calife et de payer l’argent promis et qu’il avait, par là-même, rompu le pacte entre eux, affirma que le calife lui-même avait, depuis lors, fait un pacte avec lui, et qu’il ne lui était plus possible de le leur livrer133. Muhāriš espérait recevoir lui-même une récompense importante de Ṭuġril pour son précieux protégé. Mais cette récompense de Ṭuġril fut une déception. Il y eut des négociations : Muhāriš fit des demandes qui ne furent pas agréées de Ṭuġril. Celui-ci finit par lui promettre le paiement de 10.000 dinars, dont 7.000 à percevoir du trésor d’al-Ahwāz et 3.000 de Hīt. Muhāriš n’en fut pas satisfait, sentant sans doute que le prix ne correspondait pas à l’importance de l’objet livré ; mais il n’était plus à même de marchander, ayant déjà fait sa livraison134.

  • 135 Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al-Fūrakī (408-478 H.), voir sur lui Muntaẓam, IX, 17 ; Ṭabaqāt aš-šāfi (...)
  • 136 Cette mission est citée dans la lettre de Tuġril à Quraiš ; en fut chargé, avec al-Fūrakī, le Šaiḫ(...)
  • 137 Voir le compte rendu de la mission d’al-Fūrakī donné par lui-même dans Muntaẓam, VIII, 206-207 ; M (...)

123L’envoyé de Ṭuġril, le théologien aš‘arite Abū Bakr al-Fūrakī135, avait été chargé de faire les négociations avec Quraiš au sujet du calife et avait l’argent qui devait lui être versé136. Quraiš, n’étant pas celui qui livrait le calife, ne reçut pas cet argent à lui destiné. Mais Muhāriš ne le reçut pas non plus. Ce fut l’émir Badr b. Muhalhal qui reçut l’argent et les vêtements d’al-Fūrakī. Muhāriš avait, avec le calife, quitté Ḥadīṯa. Il avait fui son cousin Quraiš dont l’intention était de s’emparer du calife, et il s’était réfugié chez l’émir Badr. Il semble donc que l’affaire ait été arrangée par cet émir137.

  • 138 Pour la prière d’al-Qā’im lors de son exil, invoquant Dieu contre Basāsīrī, voir le Mağmū‘ ms. 234 (...)
  • 139 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 208-211 ; Mir’āt az-zamān, fol. 63b-65b. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, (...)

124La première étape de la stratégie de Ṭuġril s’acheva d’une façon heureuse : le calife lui fut livré, grâce à la vénalité des émirs locaux qui, à l’envi l’un de l’autre, cherchaient l’argent versé par Ṭuġril. Celui-ci amena le calife à Bagdad138. La seconde étape était l’élimination des rivaux. Basāsīrī fut tué139. Pour Ṭuġril, la mort de Basāsīrī, dernier émir militaire assez audacieux pour lui tenir tête, était d’autant plus désirable que Basāsīrī avait avec lui le butin très considérable qui résultait de son pillage de Bagdad et du palais califien.

  • 140 Muntaẓam, VIII, 211 ; Mir’āt az-zamān, fol. 65b.
  • 141 Muntaẓam, VIII, 219 ; Mir’āt az-zamān, fol. 72b.
  • 142 Kāmil, VIII, 91. Quraiš ne semble pas avoir regagné ses provinces avant sa mort ; c’était à son fi (...)

125Après la mort de Basāsīrī, Ṭuġril put reprendre haleine. Quant à Dubais b. Mazyad, il rentra sous l’obédience du sultan par l’entremise de Hazārasb140. Quant à Quraiš b. Badrān, le calife lui-même envoya une mission en 453 H. chez Ṭuġril, lui demandant de rendre à Quraiš les provinces qui lui avaient été enlevées. Pour cette entremise, Quraiš paya au calife 10.000 dinars, et celui-ci fut prêt à oublier les humiliations que lui avait infligées cet émir141. Quraiš mourut cette même année142.

126Ainsi fut vainqueur Ṭuġril dans la lutte des émirs au sujet de la personne du calife.

127L’émirat suprême, c’est ce qu’on peut appeler le sultanat par excellence, ce terme signifiant « le pouvoir ». Or, comme le pouvoir se fonde sur une situation de fait, personne n’a le pouvoir suprême tant qu’il ne s’est soumis les autres détenteurs de pouvoir.

b. L’émirat suprême de Ṭuġril Beg

128Après la mort d’Ibrāhīm Ināl, de Basāsīrī, et de Quraiš b. Badrān, et la soumission de Dubais b. Mazyad, Ṭuġril devint l’émir suprême et incontesté. Il n’y avait plus personne qui songeât à lui tenir tête. Sa plus grande et dernière lutte venait de s’achever. Il ne lui restait désormais qu’à profiter des dépouilles. Parmi les salğūqides, il n’y avait que deux sultans qui eussent atteint cette position enviable : Ṭuġril et Malik-šāh.

129A ce point de sa vie, Ṭuġril, âgé d’environ 66 ans, se trouvait à l’apogée de sa carrière de guerrier. Il s’apprêtait à cueillir les fruits de sa vie longue et troublée. Une chose lui tenait au cœur plus que toute autre : se distinguer des autres émirs du califat ‘abbāside. Pour réaliser ce vœu, pour se distinguer d’une façon incontestable, il désira ce qui était impensable à l’époque : épouser la fille du calife. Jamais pareille honte n’avait effleuré un calife.

130Il n’est possible de mesurer le caractère scandaleux de cette affaire, l’extrême audace de Ṭuġril, et le déshonneur sans précédent du calife, que lorsqu’on comprend la distance qui les séparait aux yeux de la loi aussi bien qu’au niveau social. Le calife représentait tout ce qu’il y avait de permanent et de légitime aux yeux de la loi et des fidèles ; la légitimité de l’émir suprême dépendait du calife, et sa permanence dépendait du pouvoir de fait dont il disposait. Or, en ce temps-là, nous venons de le voir, rien de plus précaire que le pouvoir du sultan, tant à cause des autres émirs du califat ‘abbāside que des propres parents du sultan. Au niveau social, il y avait la prodigieuse différence entre un monarque civilisé et un guerrier barbare.

  • 143 E. Tyan (Sultanat, 97-99) continue cette tradition, mais on doit lui savoir gré d’avoir vu le mari (...)

131Au lieu de voir dans cette affaire du mariage de Ṭuġril le scandale dont parlent les chroniqueurs de l’époque, les historiens occidentaux ne témoignent, en général, que du mépris pour un calife qui, à leurs yeux, prétendait à la gloire des califes passés. Leur dérision est d’autant plus compréhensible qu’ils voyaient dans Ṭuġril non seulement le représentant du pouvoir de fait — ce qui est bien fondé —, mais aussi le souverain responsable, le défenseur de la sunna, le champion du sunnisme contre le šī‘isme des temps précédents — ce qui est sans fondement143.

132Les relations entre le calife et le sultan, dans les années qui suivirent, furent dominées par l’affaire du mariage. Nous ne nous proposons pas de donner ici les détails de cette affaire qui mériterait d’être traitée à part, notre objet ici n’étant que d’en évoquer les conclusions. Tous les moyens furent employés par Ṭuġril pour arriver à son but audacieux, et par le calife pour éviter cette humiliation. A force de longues négociations avilissantes pour le calife, ce dernier se résigna à ce mariage à condition qu’il ne fut pas consommé. D’abord il était promis que la fille du calife ne quitterait pas le palais califien ; Ṭuġril y viendrait pour la voir. Cette promesse ne fut pas honorée, et la fille du calife dut être livrée à Ṭuġril dans son palais. Il fut alors promis qu’elle ne quitterait pas Bagdad. Cette promesse ne fut pas honorée non plus, et Ṭuġril obligea son épouse à quitter Bagdad avec lui. Ce dut être avec une grande joie que le calife et sa femme lurent dans la lettre de leur fille, reçue le 24 ramaḍān 455/1063, que le sultan Ṭuġril était mort le 8 de ce mois. Les chroniqueurs alors précisent que cette mort eut lieu six mois et 23 jours après les noces.

  • 144 Sur les détails de cette affaire, voir Mir’āt az-zamān, fol. 72a-88a, où cette affaire domine tous (...)

133On peut attribuer le succès du mariage aux soins de Kundurī, wazīr de Ṭuġril, qui employa, à ces fins, des tactiques sans scrupules144.

2. LE RÈGNE D’ALP ARSLĀN (455-465/1063-1072)

  • 145 Nous croyons voir ici la raison du fait qu’Alp Arslān ne vint pas à Bagdad. Cl. Cahen (art. Alp Ar (...)
  • 146 Son frère ; le premier de la lignée des sultans salğūqides de Kirmān.
  • 147 Fils de Quraiš b. Badrān et son successeur.
  • 148 Dont le fils, Sulaimān, fut le premier des sultans salğūqides de Rūm.
  • 149 Gouverneur d’Ahwāz et de Baṣra sous le règne de Ṭuġril.
  • 150 Qāwurt, fils de Čaġrī Beg, qui se trouve à la tête de la dynastie salğūqide de Kirmān, sur laquell (...)

134A la différence du règne de Ṭuġril, celui d’Alp Arslān ne se divise pas en deux périodes. Pour celui-ci, il n’y eut que celle de l’élimination des rivaux ; car il mourut avant de jouir de l’émirat suprême145. Entre le règne de Ṭuġril et le sien, il y eut un interrègne de sept mois environ ; celui de Ṭuġril s’achevant le 8 ramaḍān 455 H. et le sien ne commençant qu’au 18 rabī‘ II 456 H. Il mourut le 10 rabī‘ I 465 ; son puissant rival, le salğūqide Qāwurt146, lui survivait. Les autres aspirants au sultanat avaient été l’émir ‘uqailide Muslim b. Quraiš147, l’émir salğūqide Qutlumuš148, l’émir kurde Hazārasb149 et le wazīr de Ṭuġril, ‘Āmid al-Mulk al-Kundurī. Alp Arslān s’était débarrassé d’eux quatre : trois étaient morts et un s’était soumis. Le cinquième, Qāwurt150, vivra encore, rival de Malik-šāh, le fils d’Alp Arslān.

a. L’élimination des émirs rivaux

1) Muslim b. Quraiš

  • 151 Voir Muntaẓam, VIII, 231 ; et surtout Mir’āt az-zamān, fol. 91a, 92a-93a, 94b, pour l’exposé détai (...)

135A la mort de Ṭuġril, Muslim, fils et successeur de Quraiš b. Badrān dans la dynastie ‘uqailide, eut l’intention d’entrer à Bagdad, de s’installer à Dār al-Mamlaka, palais sultanien, et d’assiéger et de piller le palais califien. Bien entendu, le calife s’y opposa, aidé des émirs locaux. Muslim dut, en fin de compte, renoncer à son projet151. Trop d’émirs aspiraient, eux aussi, à élargir leurs domaines respectifs. Le calife put donc les engager dans la lutte contre Muslim sans difficulté, car ils servaient en même temps leurs propres intérêts. Cela n’empêcha pas que l’un d’eux, Dubais b. Mazyad, demandât au calife qu’il y eût, à la tête de l’armée contre Muslim, un officier califien, que la lutte fût sous l’étendard califien, et que les combattants fussent à la solde du calife.

  • 152 Voir sa lettre adressée au dīwān califien, Mir’āt az-zamān, fol. 92b.
  • 153 Voir op. cit., fol. 93b : انا العبد الجاني و مهما أمرت به أمتثلته من غير مخالفةو لا مراجعة

136Muslim se plaignait de ce que les ‘uqailides, à la différence des autres émirs, n’avaient pas été réinstallés dans leurs domaines par Ṭuġril. Il prétendait reprendre, après la mort de celui-ci, ce qui lui appartenait de droit. Il affirmait ne pas vouloir annexer ce qui ne lui appartenait pas152. Il dut rebrousser chemin devant l’étendard califien et, mortifié, il envoya demander au dīwān le pardon. Ainsi avorta son projet de dominer la province de l’Iraq153.

  • 154 Voir op. cit., fol. 100a (sub anno 456), 100b (sub anno 457), 122b (sub anno 462), 136b (sub anno (...)
  • 155 Zubda, 37.

137Dans les années qui suivirent, Muslim, soumis aux ordres du calife et du sultan, parvint à récupérer les provinces qui appartenaient à son père154. Il suivait l’exemple de Dubais b. Mazyad. Après la mort de Hazārasb en 462 H., Muslim se rapprocha encore d’Alp Arslān en se mariant avec la sœur de celui-ci, qui avait été l’épouse de Hazārasb155.

  • 156 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 98a.
  • 157 Op. cit., fol. 112b.

138Il semble que le projet de Muslim, en vue de dominer la province de l’Iraq, ait été encouragé par le wazīr du calife, Faḫr ad-Daula b. Ǧahīr qui, cependant, s’y opposa par la suite. Ce wazīr en sera blâmé par un agent du sultan Alp Arslān, Ra’īs al-‘Irāqain an-Nahāwandī156, et surtout par le calife lui-même, comme on peut le voir dans l’une des accusations que celui-ci porta contre son wazīr, lorsqu’il le destitua en l’an 460 H.157. Cet intérêt que le wazīr portait à Muslim s’explique peut-être par la confusion qui suivit la mort de Ṭuġril. Le wazīr voulait s’attirer le plus puissant des émirs locaux. Puisque le calife s’y opposait, il est permis de supposer un intérêt tout à fait personnel de la part du wazīr dans cette affaire.

2) Qutlumuš

  • 158 Zubda, 28.
  • 159 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 95a-b ; Zubda, 28.

139L’affaire de Qutlumuš, comme celle de Muslim, fut réglée en 455 H., année de la mort de Ṭuġril, mais ne le fut pas de la même façon. Qutlumuš, cousin de Ṭuġril et du père d’Alp Arslān158, contestait avec celui-ci la succession de Ṭuġril. Il eut à s’opposer non seulement à Alp Arslān, mais aussi à Kundurī. Avant sa mort, Ṭuġril avait désigné comme son successeur, Sulaimān, frère d’Alp Arslān. Au nom de ce choix de Ṭuġril, Kundurī fit la ḫuṭba à Raiy. Qutlumuš, à la tête d’une armée qu’il venait de recruter, mit en déroute celle de Kundurī qui était allée à sa rencontre en dehors de Raiy. Kundurī y retourna et fit appel à Alp Arslān pour le secourir contre Qutlumuš. Ce fut là, comme on va le voir, un changement de tactique de la part de Kundurī envers Alp Arslān. Qutlumuš alla à la rencontre de l’avant-garde de l’armée d’Alp Arslān à Dāmaġān, en vue de les vaincre, pour retourner aussitôt à Raiy abattre définitivement Kundurī. Il aurait réussi si Alp Arslān n’était accouru au secours de son avant-garde et n’avait vaincu Qutlumuš, qui fut ensuite tué par un des partisans d’Alp Arslān, à la fin de l’an 455 H.159.

3) Hazārasb

  • 160 Mir’āt az-zamān, fol. 92b :هذا أمر لا يمكن الا في السلجوقية و يجب ان تتشاغل بقاورت بك الذي هو بقرب (...)

140L’affaire de Hazārasb jette encore plus de lumière que celle de Muslim b. Quraiš sur la situation défait dans l’empire ‘abbāside, à l’époque qui suivit la mort du sultan Ṭuġril. Au moment où le calife, avec l’aide des émirs turcs et bédouins, combattait Muslim b. Quraiš, l’émir kurde Hazārasb, gouverneur d’al-Ahwāz, écrivit une lettre au calife lui offrant la somme de 100.000 dinars pour le sultanat. La réponse du calife fut qu’un tel arrangement ne se pouvait faire qu’avec le consentement des salğūqides, qu’il fallait s’occuper d’abord de l’émir salğūqide Qāwurt qui occupait la région avoisinante, après quoi Hazārasb pourrait commencer sa négociation160. Qāwurt avait déjà écrit à Hazārasb pour lui réclamer obédience et exiger qu’il fît la ḫuṭba et la sikka en son nom dans le Ḫūzistān et à Baṣra et ses environs.

  • 161 Mir’āt az-zamān, fol. 99a.
  • 162 Op. cit., fol. 99b-100a.
  • 163 Voir op. cit., 106a : أنت قد طار في رأسك الملك و مكاتبة الخليفة تطلبه و بذل المال و الاشتغال بالسو (...)
  • 164 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 126a ; Zubda, 36-37.

141Au début, Alp Arslān aida Hazārasb à s’emparer de Šīrāz161. Mais bientôt après, il lui demanda de lui verser le tribut qu’il devait pour les territoires dont il disposait162. Hazārasb résista, ne voulant pas verser la somme que lui demandait Alp Arslān et qui, au début de 458 H., se montait à un million de dinars, dû pour les trois ans depuis la mort de Ṭuġril. Alp Arslān garda Hazārasb chez lui jusqu’à ce qu’il payât. Celui-ci voulait retourner chez lui sous prétexte de recueillir cette somme, mais Alp Arslān lui disait qu’il n’y avait pas moyen de quitter le camp sultanien avant d’avoir versé la somme. Finalement, après avoir été traité tantôt avec gentillesse, tantôt avec des menaces et des humiliations, Hazārasb put quitter le camp ayant versé 100.000 dinars et promis de payer le reste après sa rentrée chez lui. Alp Arslān savait bien que Hazārasb avait demandé au calife le sultanat, moyennant une bourse de 100.000 dinars; il le taquinait à ce sujet, et l’accusait d’avoir construit une muraille autour d’al-Ahwāz pour s’y fortifier163. Cela se passait en l’an 458 H. En 462 H., Hazārasb mourut en allant d’Iṣbahān à Ahwāz. Il était déjà soumis à Alp Arslān, qui lui avait donné sa sœur en mariage164.

4) ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī

142Rappelons que ce wazīr de Ṭuġril avait déjà essayé de remplacer celui-ci par Anūširwān, beau-fils de Ṭuġril, et, semble-t-il, plus malléable aux yeux de Kundurī. A la mort de Ṭuġril, Kundurī eut de nouveau l’occasion d’avoir un sultan docile. Ṭuġril désigna comme successeur, Sulaimān, le fils de son frère Čaġrī et frère d’Alp Arslān. Il n’est pas improbable que ce choix lui fut suggéré par Kundurī lui-même. De toutes façons, lorsqu’il s’agit de la succession à une position de pouvoir, la désignation préalable par le titulaire mourant n’avait pas, en soi, beaucoup de valeur, car il fallait démontrer ce pouvoir de façon claire en éliminant tous ceux qui se croyaient en mesure de s’y opposer. Or, Alp Arslān était prêt à s’opposer au choix de Ṭuġril, et c’est à Kundurī qu’il eut affaire.

  • 165 Mir’āt az-zamān, fol. 103a.
  • 166 Op. cit., fol. 95a.
  • 167 Op. cit., fol. 95b ; Alp Arslān lui dit : « ma joie est de t’avoir près de moi ! comment veux-tu d (...)

143Kundurī, ayant dès le début fait la ḫuṭba à Raiy au nom de Sulaimān, écrivit une lettre à Alp Arslān, de teneur menaçante, lui disant de se contenter du Ḫurāsān. Ne s’effrayant pas facilement, Alp Arslān marcha sur Raiy165. Kundurī, qui sentit le danger des troupes de Qutlumuš aussi bien que de celles d’Alp Arslān, fit appel, comme nous l’avons déjà vu, à celui-ci contre Qutlumuš et, à Raiy, il fit la ḫuṭba au nom d’Alp Arslān166. Arrivé au palais sultanien de cette ville, Alp Arslān s’y installa sans faire montre de ses vrais sentiments envers Kundurī qui, lui, voulut changer de résidence, car il résidait dans le palais ; mais Alp Arslān insista pour qu’il y restât167. Alp Arslān avait besoin de Kundurī, car celui-ci avait en sa possession la fortune laissée par Ṭuġril ; c’était là le principal intérêt du puissant émir salğūqide. Il ne tarda pas à réclamer cette fortune à l’astucieux wazīr.

  • 168 Op. cit., fol. 95b.
  • 169 Op. cit., fol. 103b.
  • 170 Op. cit., loc. cit.

144A chaque changement de règne, celui qui aspirait au pouvoir devait payer les troupes avec les richesses du trésor pour s’assurer de leur loyauté, surtout à ce moment-là plein de danger, face à l’attaque des émirs puissants. Kundurī s’était acquitté de ce devoir comme c’en était la coutume. Face aux demandes d’Alp Arslān, il lui versa la somme de 500.000 dinars confisqués à l’entourage du sultan défunt. Et lorsque Alp Arslān le blâma pour avoir ainsi prodigué l’argent du trésor, Kundurī lui dit qu’il ne pouvait faire autrement et qu’il lui versait alors ce qu’il avait dépensé168. Mais Alp Arslān n’en fut pas satisfait et le garda chez lui comme il avait fait avec Hazārasb ; et il le traita de la même façon qu’il avait traité celui-ci : tantôt avec gentillesse et égards, tantôt en lui faisant craindre pour sa vie. Il le blâmait d’avoir dissipé l’argent du trésor ; et Kundurī essaya de lui faire croire qu’il le faisait à son intention. Ce n’était donc pas dissiper l’argent, car, autrement, Alp Arslān n’aurait eu « ni argent, ni forteresse, ni Raiy »169. La réplique que lui fit Alp Arslān est intéressante. Il dit à Kundurī que sa position était semblable à celle de l’oiseau de proie qui saisit sa proie croyant qu’elle est la sienne, jusqu’à ce que soit arrivé son propriétaire qui l’en débarrasse. Puis il le blâma d’avoir voulu accaparer le pouvoir, le taxant d’ignorance crasse pour s’être imaginé capable de faire face aux trois émirs salğūqides : lui-même, Qāwurt, et Qutlumuš170.

  • 171 Op. cit., fol. 104a ; on disait que l’argent était caché dans les ustensiles de cuisine.

145Poursuivant ses demandes, Alp Arslān put le dépouiller de tous les beaux vêtements qu’il possédait et de tous ses bijoux ; mais il ne put en extraire que 2.000 dinars et 70.000 dirhems171. Il est certain que Kundurī avait de grosses sommes d’argent cachées; il en offrira plus tard à ceux qu’il croyait capables d’intervenir en sa faveur auprès d’Alp Arslān.

146Kundurī fut mis en prison à Marwarrūḏ. Il essaya, à plusieurs reprises, de rentrer dans les grâces d’Alp Arslān, mais en vain. Celui-ci, ayant en possession la lettre que Kundurī lui avait écrite de Raiy et dans laquelle il le menaçait de se contenter du Ḫurāsān, l’envoya au malheureux wazīr. Cette lettre démentit les allégations de Kundurī, qui prétendait avoir payé les troupes pour appuyer le règne d’Alp Arslān.

  • 172 Kundurī essaya, après la mort de Tuġril, de s’emparer des bijoux de la fille du calife ; v. Muntaẓ (...)
  • 173 Voir Muntaẓam, VIII, 235, 239 ; Mir’āt az-zamān, fol. 105a, et 105b où Sibṭ affirme que c’était Ni (...)
  • 174 Le riche marchand šāfi‘ite, le Ra’īs Abū ‘Alī Ḥassān b. Sa‘d al- Manī‘ī (m. 463 H.) ; voir sa noti (...)

147Kundurī fut mis à mort en 457 H. par ordre d’Alp Arslān auquel, semble-t-il, le calife l’avait demandé. Alp Arslān, pour s’attirer la gratitude du calife, lui avait renvoyé sa fille, qui avait été forcée de quitter Bagdad avec Ṭuġril. Toute la responsabilité du mariage de Ṭuġril reposait sur les épaules de Kundurī. Niẓām al-Mulk ne manqua pas de dire à la fille du calife que l’emprisonnement de Kundurī était en châtiment des traitements qu’elle avait subis172. Alp Arslān lui-même dit que l’exécution de Kundurī était recommandée par les conseillers califiens et sultaniens. Leur avis était qu’on ne pouvait pas se fier à Kundurī173. Niẓām al-Mulk poussa sans doute à cette exécution et avec lui, d’autres grands personnages, tels que Manī‘ī174.

b. La survivance d’un émir

  • 175 Muntaẓam, VIII, 234-235 ; Mir’āt az-zamān, fol. 95b ; c’est à cette occasion que le calife dit à A (...)
  • 176 Mir’āt az-zamān, fol. 91b.

148Alp Arslān fut accepté par le calife, comme successeur de Ṭuġril, après qu’il eut emprisonné Kundurī et renvoyé au calife sa fille, qui arriva à Bagdad le 13 rabī‘ II 456 H. Une ambassade d’Alp Arslān, munie d’une lettre, accompagnait la fille du calife. En réponse, celui-ci témoigna sa gratitude, et fit la ḫuṭba à Bagdad au nom d’Alp Arslān175. La ḫuṭba au nom de Ṭuġril avait cessé depuis la fin de ramaḍān 455 H.176 ; il y eut donc un interrègne de plus de six mois.

  • 177 Muntaẓam, VIII, 276-277. Les hommes pieux de Buḫārā, dit Ibn al-Ǧauzī, ville qui venait d’être pil (...)
  • 178 Pour la correspondance entre les deux frères, voir notamment Mir’āt az-zamān, fol. 99a, 118a ; sur (...)

149Alp Arslān mourut le 10 rabī‘ I 465 H., quatre jours après avoir été blessé par un de ses prisonniers177. A la différence de Ṭuġril, il n’était pas arrivé à se débarrasser de tous ses rivaux qui aspiraient au sultanat ; car son frère Qāwurt lui survivait178.

3. LE RÈGNE DE MALIK-ŠĀH (465-485/1072-1092)

a. Le caractère distinctif de ce règne

  • 179 Voir supra, p. 120, n. 1.

150Le règne de Malik-šāh est le troisième et dernier règne de l’âge d’or salğūqide. Son règne ressemble plus à celui de Ṭuġril qu’à celui de son père Alp Arslān. Celui-ci eut à s’occuper de ses rivaux tout au long de son règne, sans pour cela parvenir à les éliminer tous. Il ne vint jamais à Bagdad, et il ne vit jamais le calife ; ce qui ne veut pas dire qu’il évitait de se mêler des affaires califiennes179. A la différence d’Alp Arslān, Malik-šāh put se débarrasser de tous ses rivaux et, par conséquent, à l’instar de Ṭuġril, il eut le temps de venir à Bagdad et de se mêler des affaires du calife sur place. Son règne peut se diviser en deux périodes : celle de l’élimination de ses rivaux, et celle de son pouvoir suprême. A notre sens, il n’y eut donc que deux sultans salğūqides, à cette époque, qui atteignirent au pouvoir suprême : Ṭuġril et Malik-šāh. Ce sont aussi les deux sultans qui maltraitèrent les califes : Ṭuġril, dans l’affaire du mariage, et Malik-šāh quand il s’efforça, comme nous allons le voir, de déposer le calife.

  • 180 Ce n’est donc pas le simple fait que les wazīr, à cette époque, exerçaient plus d’« autorité » qu’ (...)

151Mais il y a dans le règne de Malik-šāh un nouvel élément qui le met à part : c’est la place occupée par son fameux wazīr Niẓām al-Mulk. On ne peut pas traiter du règne de Malik-šāh sans parler de ce wazīr. La raison en est qu’il se produisit sous ce règne un phénomène politique, qui n’existait pas sous les deux règnes précédents. Dès le début, Niẓām agit de façon à ce que le jeune Malik-šāh lui délégât, par une délégation explicite, le pouvoir qui ne devait être exercé que par le sultan. C’est-à-dire que le pouvoir qui appartenait à l’origine au calife, détenteur de l’autorité à base canonique, pouvoir qu’il déléguait au sultan lorsque celui-ci démontrait une force contraignante, ce pouvoir, le sultan Malik-šāh, se trouvant dans une grave situation politico-militaire, et ne sachant comment se tirer d’affaire, le délégua, à son tour, à son wazīr Niẓām al-Mulk, tout en gardant le sultanat qui lui fut reconnu par le calife. Il se produisit donc une situation de fait telle qu’il n’en existait pas au temps des salğūqides précédents. Ce fut désormais Niẓām, plutôt que Malik-šāh, qui possédait le pouvoir de fait. Ainsi, vis-à-vis de son wazīr, le sultan se trouva-t-il dans une situation analogue à celle qui existait déjà entre lui et le calife. Car, à partir de cette époque, les intrigues se joueront surtout autour de Niẓām, détenteur du pouvoir de fait. Et le sultan emploiera pour récupérer ce pouvoir, les moyens mêmes que le calife avait usés vis-à-vis du sultan180.

152On se demandera, peut-être, pourquoi Niẓām al-Mulk n’usurpa-t-il pas le sultanat ? Jouissant du pouvoir de fait, pourquoi ne renversa-t-il pas Malik-šāh pour devenir lui-même sultan ? Nous ne prétendons pas en savoir les raisons ; nous ne faisons que constater la signification des faits historiques, telle que nous l’avons saisie d’après les sources qui sont parvenues jusqu’à nous. Nous pouvons cependant hasarder l’opinion que Niẓām n’était pas un guerrier comme le furent les salğūqides, son talent trouvant son expression la plus forte dans l’administration de l’empire. Le sultanat l’aurait entraîné non seulement dans les guerres de conquêtes, mais aussi dans les guerres intestines entre émirs aspirant au pouvoir suprême, besogne à laquelle un salğūqide guerrier était plus apte. Comme émir guerrier, on avait ou à disposer du pouvoir suprême, ou à se soumettre à un autre, à moins d’être supprimé. Comme wazīr du genre niẓāmien, on pouvait disposer du pouvoir suprême de fait, sans encourir les dangers du sultanat, et l’on pouvait garder le wazīrat tout-puissant sous les sultans successifs. Ainsi Niẓām passait-il d’Alp Arslān, tué par un prisonnier, à Malik-šāh, à qui il espérait survivre pour « servir » son fils Barkiyārūq.

  • 181 H. Bowen (art. Niẓām al-Mulk dans EI) dit à juste titre que la position de Niẓām fut analogue à ce (...)

153L’idée d’un wazīr détenteur du pouvoir de fait fut une idée ingénieuse, mais, même au temps des salğūqides181, elle ne trouvait pas son origine en Niẓām al-Mulk. Juste avant lui, le wazīr de Ṭuġril, Kundurī, faisait de même avec le successeur de Ṭuġril, Sulaimān, au nom duquel il fit la ḫuṭba à Raiy. Alp Arslān blâma Kundurī de vouloir accaparer le pouvoir suprême, le mulk, ce qui signifiait à cette époque le sultanat, non qu’il pensait que celui-ci voulut se faire sultan, mais plutôt qu’il cherchait à en avoir les privilèges au nom de Sulaimān, comme le fit après lui avec bien plus de succès son grand ennemi Niẓām al-Mulk. Il se peut que le succès de Niẓām al-Mulk fut dû à la supériorité de sa science du gouvernement ; mais il y a aussi autre chose. Kundurī, à la différence de Niẓām, n’eut pas un délai de temps suffisant pour mettre sur pied son projet ; tandis que Niẓām eut un délai d’à peu près dix ans pendant le règne d’Alp Arslān. Et Kundurī ne savait peut-être pas disposer de ses ennemis avec autant de promptitude et de finesse que Niẓām. L’assassinat à cette époque se pratiquait avec subtilité et raffinement.

  • 182 Sur le règne de Malik-šāh, voir I. KafesoǦlu, Melikşāh.

154Dès lors, les rivaux de Malik-šāh qui lui contestaient le pouvoir furent aussi ceux de Niẓām al-Mulk ; mais celui-ci avait en outre ses rivaux personnels. Nous essayerons de traiter des uns et des autres, sans nous engager dans trop de détails182.

b. L’élimination des émirs rivaux et l’émirat suprême

  • 183 Selon Mir’āt az-zamān, fol. 142b.
  • 184 Ses fils furent emprisonnés comme leur père, mais l’on se contenta de leur faire crever les yeux a (...)
  • 185 Les soldats, en condamnant Niẓām al-Mulk et Malik-šāh, protestèrent que ce n’était pas là le derni (...)
  • 186 Voir les détails notamment dans Mir’āt az-zamān, fol. 139b-140b, 143b (notice biographique sur Qāw (...)
  • 187 Son offre ne fut pas acceptée par le calife qui suivit, en cela, le conseil de son wazīr Faḫr ad-D (...)

155Malik-šāh, choisi par son père Alp Arslān comme successeur au sultanat, eut, comme tout autre nouveau sultan, à éliminer ses rivaux, qui furent tous de la famille salğūqide. Le premier fut son oncle Qāwurt, qu’il mit à mort en 465 H. L’historien contemporain Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī183 attribue cette mort au zèle de Niẓām al-Mulk. Qāwurt fut sans doute le rival le plus puissant184. Mais cette solution n’était pas celle conseillée par Alp Arslān avant sa mort185, ni celle que voulaient les hauts officiers de l’armée. Ils avaient invité Qāwurt à venir prendre le pouvoir. Niẓām al-Mulk contrecarra leur projet. Ils se révoltèrent après la mise à mort de Qāwurt. Niẓām mettait ainsi Malik-šāh dans une situation difficile. Le jeune sultan la trouvant au-dessus de ses capacités, Niẓām obtint la délégation de pouvoir qu’il convoitait. A cette occasion, il distribua de grosses sommes d’argent aux officiers et aux troupes. Par de telles prodigalités, il s’attirait leur loyauté. Dès lors, Niẓām devint plus qu’un wazīr186. Qāwurt avait en vain offert au calife la somme de 300.000 dinars pour le sultanat187.

  • 188 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 145b.

156En 466 H., Ilyās, frère de Malik-šāh, mourut à Balḫ, où il revenait d’une bataille contre les ġaznawides. Malik-šāh fut très content, car Ilyās s’était proposé de contester le sultanat de son frère. Mais Niẓām al-Mulk conseilla à Malik-šāh, pour respecter les convenances, de faire montre de douleur et non de joie188. Ceci eut lieu au début de l’année, au mois de muḥarram. Le mois suivant, en safar, le calife envoya le ‘ahd à Malik-šāh, dans lequel il lui déléguait son pouvoir. C’était onze mois après la mort d’Alp Arslān.

  • 189 Op. cit., fol. 154b.

157En ša‘bān 467 H., on apprit à Bagdad que Malik-šāh faisait tuer sa tante Kūhar Ḫātūn sur le conseil de Niẓām al-Mulk. Elle, aussi, s’était opposée à la mort de Qāwurt, et avait pris parti contre la politique de Niẓām189.

  • 190 Voir les détails sur ces deux frères de Malik-šāh dans Mir’āt az-zamān, fol. 178a.
  • 191 Op. cit., fol. 189a.

158En 475 H., Malik-šāh se rendit à Balḫ pour combattre son frère Tukuš qu’il ne put pas vaincre ; il dut en accepter les conditions de paix, laissant à Tukuš son enfant comme otage. A Saraḫs, son frère Ṭuġān-šāh, qui lui était soumis, fut envoyé en prison à Iṣbahān, et ses biens furent confisqués190. Trois ans plus tard, en ğumādā II 478 H., Tukuš fut saisi et emprisonné dans la forteresse de Fīrūzkūh, près de Dāmaġān191.

  • 192 Il nous est parvenu sur cet émir des inscriptions sur des œuvres pies ordonnées par son wazīr dans (...)
  • 193 Op. cit., fol. 180a.
  • 194 Op. cit., fol. 188b.
  • 195 Op. cit., fol. 193a.
  • 196 Op. cit., fol. 193b.

159En 476 H., Tutuš192 se proposait de s’allier avec le Caire fāṭimite, en se mariant avec la fille de Badr al-Ǧamālī, et ainsi se mettant à même de s’opposer effectivement à son frère Malik-šāh ; mais il renonça à son projet sur le conseil d’Ibn ‘Ammār, gouverneur de Tripoli. Les cadeaux lui étaient déjà arrivés du Caire avec des dépêches193. Deux ans plus tard, en 478 H., Muslim b. Quraiš et Urtuq se proposaient une alliance avec le Caire et voulaient y inclure Tutuš194. L’année suivante, Tutuš tua Sulaimān b. Qutlumuš195 et, plus tard, entra sous l’obédience de Malik-šāh196. Il sera, après la mort de celui-ci, le rival de Barkiyārūq pour la succession.

  • 197 Cf. op. cit., fol. 180a.

160Cette année 479 H. marqua pour Malik-šāh son triomphe définitif sur ses rivaux pour le pouvoir suprême. Il n’en restait plus qui fussent actifs. Les salğūqides de Kirmān lui étaient soumis197, ainsi que les ‘uqailides, les marwānides et les mazyadites. A la fin de l’année, Malik-šāh fit son entrée à Bagdad pour la première fois, quatorze ans environ après avoir reçu le ‘ahd du calife.

c. Les complots contre Niẓām al-Mulk

161Déjà avant 479 H., Niẓām al-Mulk avait des rivaux auprès de Malik-šāh ; mais leurs complots furent sans succès avant cette date. La décision de se débarrasser de son wazīr ne vint à Malik-šāh que lorsqu’il y vit son plus grand intérêt. Ses actions vis-à-vis de Niẓām, comme de tout autre, étaient déterminées par le gain personnel qu’il y voyait ; en cela, le sultan ne différait pas de nombre d’autres hommes politiques de l’époque. Avant qu’il eut été débarrassé de ses rivaux, Malik-šāh, à notre avis, ne pensa pas sérieusement à supprimer son wazīr, car il en avait encore grand besoin ; mais il ne dédaigna pas de se faire payer les grosses sommes qui étaient de coutume toutes les fois qu’il s’agissait de rentrer dans les grâces du souverain.

162Les rivaux de Niẓām furent des hauts fonctionnaires qui étaient assez proches de Malik-šāh pour se sentir à même de s’opposer au puissant wazīr. Ils crurent au succès de leurs complots parce que ce succès aurait coïncidé avec l’intérêt principal de Malik-šāh : le gain matériel, source de tout pouvoir de fait et son maintien. De son côté, Niẓām sut réagir à temps et de la façon la plus efficace : offrir au sultan ce qu’il cherchait et en obtenir l’élimination des comploteurs. D’autres facteurs entraient sans doute en ligne de compte : le système d’espionnage niẓāmien, le pouvoir de fait niẓāmien et ses moyens matériels concomittants, mais surtout le besoin qu’avait Malik-šāh de Niẓām. Les hauts fonctionnaires comploteurs furent : Sa‘d ad-Daula Kūhrā’īn, Ḫumārtakīn aš-Šarābī, le secrétaire de celui-ci, Bahmanyār, Saiyid ar-Ru’asā’, Abū ’l-Maḥāsin b. Abī ’r-Riḍā, et finalement Tağ al-Mulk, destiné à remplacer Niẓām comme wazīr de Malik-šāh. Il y eut peut-être encore d’autres personnages et d’autres complots ; mais ce sont là les principaux comploteurs dont parlent les chroniques. Tous les complots échouèrent quant à leur objet principal, sauf le dernier qui porta fruit ; mais ce fut un fruit mortel, successivement, pour Niẓām al-Mulk, Malik-šāh et Tāğ al-Mulk.

  • 198 Muntaẓam, VIII, 323 ; Kāmil, VIII, 128 où il faut lire (ligne 9), للسلطان, au lieu de السلطان, et (...)

163L’inimitié entre Ḫumartakīn et Sa‘d ad-Daula, d’un côté, et Niẓām al-Mulk, de l’autre, aboutit, en 472 H., à la mort d’un des agents de celui-ci, Ibn ‘Allān al-Yāhūdī, fermier de Baṣra. Suivant leur conseil, Malik-šāh saisit Ibn ‘Allān, le mit à mort, et s’empara de ses biens, procédé qui lui valut à peu près 400.000 dinars. A sa place, il nomma Ḫumārtakīn qui entreprit de lui payer 100.000 dinars par an et 100 chevaux. La réaction de Niẓām fut d’abord de se retirer, en signe d’inimitié. Il finit par offrir un banquet à Malik-šāh, quand ce dernier revint à Iṣbahān. A cette occasion, tout en faisant de riches cadeaux au jeune monarque pour s’attirer sa confiance, il se permit de le blâmer gentiment. Le sultan, à son tour, rassura le vieux wazīr198. Ainsi Malik-šāh profita-t-il du complot de 472 H.

164Deux ans plus tard, Bahmanyār, secrétaire de Ḫumārtakīn, porta des accusations contre Niẓām auprès de Malik-šāh. Il lui dit que Niẓām faisait des distributions annuelles d’argent montant à 700.000 dinars, partout dans le royaume, et qu’il se faisait payer directement, par le fermier d’Iṣbahān même, la somme de 70.000 dinars. Cela signifie que Niẓām attirait à lui personnellement, à l’insu du sultan, la loyauté des agents gouvernementaux du royaume, et qu’il percevait une grosse somme d’argent du fermier d’Iṣbahān, également à l’insu du sultan.

  • 199 Muntaẓam, VIII, 330 ; Mir’āt az-zamān, fol. 172a-b.
  • 200 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 173b-174a (cf. aussi Muntaẓam, VIII, 330), où il est d (...)

165De son côté, Niẓām accusa Bahmanyār de vouloir le faire assassiner. Deux meurtriers à gages étaient venus chez Niẓām dans ce but, mais l’un d’eux avait averti Niẓām à temps et, au lieu de les punir, Niẓām les récompensa. Il paraîtrait de ces faits, cités par les chroniqueurs, que le drame avait été mis en scène par Niẓām al-Mulk lui-même pour se protéger contre les accusations de Bahmanyār, qui, loin d’avoir été niées par Niẓām, avaient été admises par lui lors du complot de 476 H. Bahmanyār se défendit en affirmant que Niẓām voulait l’éloigner du sultan, et ainsi empêcher que l’argent garanti par Bahmanyār fût versé au sultan ; car Bahmanyār assurait un plus grand revenu que Niẓām. Le sultan garda Bahmanyār près de lui199. Mais cet échec de Niẓām ne fut que temporaire ; car, au cours de cette même année, Bahmanyār fut destitué par Malik-šāh, qui l’emprisonna et lui fit arracher les yeux200.

  • 201 Muntaẓam, VIII, 6-7 ; Mir’āt az-zamān, fol. 180b ; Kāmil, VIII, 133-134 ; Bidāya, XII, 124.

166En 476 H., il y eut le complot d’Abū ’l-Maḥāsin b. Abī ’r-Riḍā dont les causes ressemblaient à celles des précédents. Malik-šāh, délaissant Niẓām, fit grand cas d’Abū ’l-Maḥāsin, qui lui garantissait le paiement d’un million de dinars pour se substituer à Niẓām. Celui-ci donna un banquet à Malik-šāh, lui fit des dons considérables en argent et objets précieux, lui parla de sa longue vie au service des salğūqides, et lui promit d’extraire encore une somme d’argent de ceux qui l’accusaient. Malik-šāh y consentit. Abu ’l-Maḥāsin fut saisi, emprisonné, et eut les yeux arrachés201.

  • 202 Tāğ al-Mulk fonda la Madrasa Tāğīya en l’an 482 H., v. G. Makdisi, Institutions, 25-26. Ses œuvres (...)

167Ainsi le sultan savait-il toujours tirer le meilleur parti des complots contre Niẓām. L’un des moyens les plus effectifs de remplir le trésor d’un prince était la confiscation des biens de ses hauts fonctionnaires. Le fonctionnaire, de son côté, essayait de s’enrichir aux dépens de son maître. Niẓām al-Mulk put échapper aux complots contre lui au moyen de grosses sommes d’argent, sorte de contribution volontaire pour se racheter. Il nous semble donc que Malik-šāh attendait le moment propice pour dépouiller, d’une façon complète et définitive, son riche et puissant wazīr. Le comploteur cette fois fut Tāğ al-Mulk202, destiné par Malik-šāh à remplacer Niẓām comme wazīr.

  • 203 Mir’āt az-zamān, fol. 198b.
  • 204 Voir Répertoire, nos 2780, 2783, 2792, 2798.
  • 205 Op. cit., nos 2775, 2799.

168Avec Tāğ al-Mulk apparaît sur la scène politique de l’époque un rival à la mesure de Niẓām al-Mulk. Tāğ al-Mulk, on le sait bien, fonda la Tāğīya à Bagdad, qui, dans le domaine politique, devait concurrencer la Niẓāmīya de Niẓām al-Mulk, selon la chronique de Sibṭ b. al-Ǧauzī203. Un fait significatif, à notre avis, en ce qui concerne le pouvoir de Niẓām al-Mulk, se trouve dans les inscriptions de l’époque qui sont parvenues jusqu’à nous. Dans les inscriptions datées 475 H. à Damas, le wazīr de Tutuš fit inclure le nom de Niẓām al-Mulk à côté de ceux du calife al-Muqtadī, du sultan Malik-šāh et de son souverain immédiat, Tutuš. Plus tard, entre 482 et 484 H., Niẓām ne se trouve mentionné204 que dans les inscriptions qui le concernent directement205. A notre avis, Niẓām al-Mulk avait déjà perdu son pouvoir de fait au cours des complots que nous venons de citer. En 479 H., Malik-šāh atteignit son émirat suprême, et il ne lui restait plus qu’à dépouiller son vieux wazīr. Tāğ al-Mulk lui servit d’instrument.

d. Trois morts violentes

  • 206 L’agent de Malik-šāh fut le qāḍī ’l-quḍāt Abū Bakr aš-Šāmī, et celui de Tāğ al-Mulk fut Abū Ṭāhir (...)

169Au début de l’an 485 H., Malik-šāh, Niẓām al-Mulk et Tāğ al-Mulk ordonnèrent chacun de son côté, la construction d’un palais à Bagdad, et, à cette fin, chacun d’eux institua un agent pour diriger les travaux. L’agent de Niẓām al-Mulk fut Abū Sa‘d b. Samḥā al-Yāhūdī206. Ils quittèrent Bagdad en rabī‘ I, et six mois plus tard, en ramaḍān, ils étaient en train de revenir, quand Niẓām al-Mulk fut assassiné en chemin.

  • 207 Muntaẓam, VIII, 63.
  • 208 W. Fischel, Jews, 33, n. 1, dit que le sultan se lamenta sur la mort d’Ibn ‘Allān pendant trois jo (...)

170A notre avis, les responsables de l’assassinat de Niẓām sont Tāğ al-Mulk, qui aspirait au wazīrat, et Malik-šāh, qui avait intérêt à s’emparer des richesses de la victime. Niẓām fut assassiné le 10 ramaḍān. La nouvelle arriva à Bagdad le 18 du mois. Le mois suivant, en šauwāl, son agent juif, Abū Sa‘d b. Samḥā al-Yāhūdī, fut, lui aussi, mis à mort207. Nous ne croyons pas qu’il y eut ici pure coïncidence. L’assassinat de l’un, pour un gain matériel, entraîna celui de l’autre pour la même raison. Rappelons ici que la même raison avait entraîné la mort d’un autre agent juif de Niẓām, Ibn ‘Allān al-Yāhūdī, le fermier de Baṣra208.

  • 209 Muntaẓam, VIII, 62, 74.
  • 210 Op. cit., VIII, 74.

171En šauwāl aussi, au milieu du mois, mourut Malik-šāh209. Personne ne fit sur lui la prière des morts. Les raisons alléguées pour sa mort prématurée sont : la fièvre par suite d’un traitement médical ; une fièvre violente ; l’empoisonnement par un certain Ḫardak210. Il est difficile de ne pas prendre au sérieux la dernière allégation. C’était les soins des partisans de Niẓām qui vengeaient leur maître, ou, même plus vraisemblablement, les soins du calife à qui Malik-šāh avait ordonné de quitter Bagdad dans les dix jours ; mais celui-ci mourut avant de pouvoir donner suite à son ordre.

  • 211 Ibid. ; pour ces trois grands personnages, voir aussi les notices dans Kāmil, VIII, 161-165 (anno (...)

172A la fin de l’année, en ḏū ’l-ḥiğğa, mourut aussi Tāğ al-Mulk, d’abord wazīr de Malik-šāh, puis du fils de celui-ci, Maḥmūd. Dans une bataille contre Barkiyārūq qui réclamait le sultanat, Tāğ al-Mulk fut saisi par les partisans niẓāmiens qui se rallièrent à Barkiyārūq, et coupé par eux en morceaux ; car ils lui attribuaient la mort de Niẓām al-Mulk211.

  • 212 Voir, là-dessus, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 92.

173Ainsi moururent les trois grands personnages qui avaient commandé des palais à Bagdad pour y résider. Le sultan n’était peut-être pas seul à vouloir remplacer le calife par un autre de son choix, comme par exemple le fils du calife, Abū ’l-Faḍl, dont la mère était la fille de Malik-šāh212. L’assassinat de Niẓām al-Mulk n’exclut pas qu’il partageât l’avis du sultan. Mais le sultan et ses wazīr moururent sans pouvoir réaliser leurs vœux de résider dans la capitale, tandis que le calife, à qui on avait enjoint d’en sortir, y demeurait.

III. LA DÉCADENCE SALǦŪQIDE

1. LES SULTANS ET L’ÉVOLUTION DU STATUT SULTANIEN

  • 213 Règne : 527-547/1133-1152.
  • 214 Règne : 530-555/1136-1160.
  • 215 Règne de Mustaršid : 512-529/1118-1135.

174Le règne de Malik-šāh fut l’apogée de la dynastie salğūqide qui, après sa mort, commença à se désagréger. La cause principale en fut les guerres meurtrières entre les descendants de Malik-šāh. Ce fut une assez longue période de décadence ; le dernier salğūqide, Ṭuġril II, mourut en 590. Il y eut des périodes de renaissance, notamment sous le règne de Mas‘ūd213, mais le pouvoir en Iraq revint graduellement aux califes qui, à partir du règne d’al-Muqtafī214 après la mort de Mas‘ūd, régnèrent seuls dans cette province. Déjà avec le calife al-Mustaršid, dont le règne commença un an avant la mort d’Ibn ‘Aqīl215, il y eut un accroissement considérable du pouvoir califien, à tel point que ce calife organisa sa propre armée, à l’instar de ses anciens ancêtres, et lutta contre les sultans salğūqides.

175Depuis la mort de Malik-šāh en 485 H. jusqu’à celle d’Ibn ‘Aqīl en 513 H., plusieurs sultans salğūqides se disputèrent le sultanat. Dans la période précécente, chacun des grands salğūqides fut reconnu à Bagdad par la mention de son nom dans la ḫuṭba. Celui qui était reconnu ainsi comme sultan, avait encore à parvenir au pouvoir suprême, et c’est sans plaisir que le calife le voyait éliminer les émirs rivaux. La situation va changer. Le sultanat de la décadence tombe de plus en plus sous l’influence des machinations des califes. Ils assistent joyeusement à l’instabilité croissante du sultanat et bientôt à son partage entre deux titulaires, chose jusque là inouïe.

  • 216 Muntaẓam, IX, 62-63. Ce fut à Barūğird, voir là-dessus l’article récent dans EI2 (L. Lockhardt), s (...)
  • 217 Muntaẓam, IX, 76-77.
  • 218 Op. cit., IX, 80, 82.
  • 219 Op. cit., 87. Voir sur Barkiyārūq, l’étude (déjà ancienne mais bonne à certains égards dans sa nar (...)

176Après Malik-šāh, la ḫuṭba fut faite à Bagdad au nom de son fils Maḥmūd. Ce fut en šauwāl 485 H. A la fin de cette même année, le fils aîné de Malik-šāh, Barkiyārūq, aidé des partisans de Niẓām al-Mulk, vainquit les forces de son frère Maḥmūd, dont le wazīr Tāğ al-Mulk fut massacré216. En 486 H., Tutuš, frère de Malik-šāh, se déclara lui-même sultan. Il fut vaincu par Barkiyārūq, qui fut accueilli à Bagdad à la fin de l’année217. Au début de 487 H., celui-ci devint sultan218. En 488 H., Tutuš mourut dans une bataille contre son neveu Barkiyārūq219.

  • 220 En 493 H., la ḫuṭba fut faite au nom de Barkiyārūq à partir du vendredi 15 ṣafar, et l’on cessa d’ (...)

177Barkiyārūq eut à recommencer sa lutte pour le sultanat quatre ans plus tard, lorsque son frère Muḥammad demanda la ḫuṭba pour son propre compte à Bagdad et l’obtint à la fin de 492 H. Il y eut entre ces deux frères, jusqu’à la mort de Barkiyārūq en 498 H., plusieurs batailles pour le sultanat. Pendant ce temps, la ḫuṭba à Bagdad se fit au nom de l’un ou de l’autre, selon les circonstances220. En 495 H., il y eut entre les deux frères une paix. Ils stipulèrent que Barkiyārūq serait le sulṭān, et Muḥammad, le malik. Le malik aurait droit à ce qu’on batte trois fois le tambour, comme c’était la coutume pour les petits dynastes. Il aurait aussi des territoires dont le revenu annuel montait à plus de 1.300.000 dinars. Cette paix ne dura pas longtemps, et l’on reprit les luttes intermittentes jusqu’à la mort de Barkiyārūq au début de l’an 498 H.

  • 221 Sur le titre de sulṭān et malik, cf. W. Barthold, Histoire, 83-84 ; cependant, sa conception du ca (...)

178Les règnes de cette période furent donc fort instables. Volontiers le calife accordait de faire la ḫuṭba au nom tantôt d’un sultan, tantôt d’un autre. Le sultanat en était de plus en plus avili. Barkiyārūq et Muḥammad ne se laissaient pas longtemps le titre de sultan. Ils conclurent un nouvel arrangement semblable à celui qui figurait dans la paix de 495 H., mais dont les clauses étaient restées sans effets. Ce traité consacra un titre déjà ancien, celui de malik, mais employé récemment dans une nouvelle acception. Les petits dynastes étaient déjà connus sous le nom de mulūk al-aṭrāf. Un Muslim b. Quraiš, ou un Ṣadaqa b. Mazyad, était déjà connu sous le titre de malik, roi. Tout sulṭān fut aussi malik, mais, bien entendu, tout malik n’était pas sulṭān. Le sulṭān fut un malik dont le nom figurait dans la ḫuṭba à Bagdad avec celui du calife221.

179Le traité de 495 H. entre les deux frères salğūqides introduisait une innovation : l’installation d’un malik à côté du sulṭān. Cette innovation répondait au désir du calife qui préférait s’entourer de plusieurs émirs que d’en voir un seul arriver à l’émirat suprême et s’y maintenir. Plus tard, le calife fera la ḫuṭba aux noms de deux sultans en même temps. Atteint dans son unicité, le sultanat se trouvera dédoublé.

  • 222 Muntaẓam, IX, 141-142.
  • 223 Op. cit., IX, 143. Cf. l’article Ayāz dans EI2 (anon.).

180Après la mort de Barkiyārūq en 498 H., son fils Malik-šāh II, âgé de 4 ans et 10 mois, fut installé à sa place, avec Ayāz comme tuteur222. Muḥammad élimina le nouveau sultan mineur en faisant tuer Ayāz223. L’année suivante, un prétendant au sultanat, un des fils d’Alp Arslān, fut tué à Bagdad. Et en 501 H., Ṣadaqa b. Mazyad, Saif ad-Daula, le plus puissant des mazyadites, fut tué dans une bataille contre Muḥammad. Celui-ci, resté sans rivaux, régna jusqu’à sa mort en 511 H. Son fils Maḥmūd lui succéda, la ḫuṭba étant faite au nom de ce dernier à Bagdad au début de l’an 512 H.

  • 224 Sur le règne de Sanğar, voir l’étude de M. Köymen, Büyük (1954) ; y ajouter, sur les institutions (...)
  • 225 Voir Muntaẓam, IX, 130 et X, 178 ; cf. supra, pp. 142-3.
  • 226 Op. cit., IX, 205, 206.

181Mais l’accession de Maḥmūd au sultanat fut contestée par son oncle Sanğar224, qui, dans une cérémonie en 495 H., avait été nommé malik et successeur de Muḥammad, lequel avait été nommé sulṭān225. Il y eut donc une bataille entre Sanğar et Maḥmūd, dans laquelle le sultan Maḥmūd fut battu. Sanğar, qui s’empara de Raiy, avait à son service cinq rois (mulūk, sg. malik), dont le malik de Ġazna. Maḥmūd vint ensuite donner à son oncle Sanğar un témoignage de respect et de soumission. Et Sanğar envoya au calife et à son wazīr respectivement 50.000 et 10.000 dinars226.

  • 227 Muntaẓam, IX, 216 ; Mir’āt az-zamān, fol. 297b. C’est ainsi que les chroniqueurs diront plus tard (...)

182Au début de 514 H., la ḫuṭba à Bagdad fut faite, pour la première fois, semble-t-il, aux noms de deux sultans, Sanğar, et son neveu, Maḥmūd, en même temps et au même lieu, chacun d’eux recevant le titre de šāh-in-šāh, réservé aux sultans, et un laqab : ‘Aḍūd ad-Daula, pour Sanğar, et Ǧalāl ad-Daula, pour Maḥmūd227.

  • 228 Sanğar fut malik pendant 22 ans, et malik et sulṭān pendant 40 ans environ, dit Ibn al-Ǧauzī, son (...)
  • 229 Muntaẓam, IX, 130, 131.

183Cette double cérémonie fut le résultat immédiat des guerres intestines qui étaient allées croissant depuis la mort de Malik-šāh. En 495 H., dans une double cérémonie, Muḥammad avait été déclaré sulṭān et son frère Sanğar, malik228. Cette cérémonie avait eu lieu le 11 muḥarram. Le 18 du même mois, il y avait eu un accord entre Muḥammad et Barkiyārūq selon lequel ce dernier devait être le sulṭān et Muḥammad le malik, mais cet accord n’avait pas duré229. Dans le cas de Sanğar et Maḥmūd, en 514 H., la paix entre les prétendants au sultanat se fit en partageant la ḫuṭba à Bagdad et en déclarant les deux salğūqides sultans.

  • 230 Règne : 530-555/1136-1160.

184Nous n’avons pas l’intention de poursuivre l’histoire des sultans salğūqides jusqu’à sa fin en 590 H., hors du cadre de notre travail. Plusieurs salğūqides successifs perdirent progressivement le pouvoir, alors que les califes ‘abbāsides le récupéraient. A partir du calife al-Muqtafī230, le pouvoir salğūqide disparut définitivement de la scène bagdadienne. Après plus de deux siècles sous le joug des émirs de conquête, les califes ‘abbāsides régnèrent à Bagdad en disposant d’un pouvoir effectif et intégral.

2. LES CALIFES ET LEUR POUVOIR

  • 231 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 111b-112a ; v. aussi G. Makdisi, Diary, XVIII, 254, n. (...)

185Les califes de l’époque d’Ibn ‘Aqīl agirent tous, comme ceux qui les devancèrent, de façon à secouer le joug sultanien. Nous donnerons ici des exemples de leurs actions audacieusement anti-salğūqides. Le calife al-Qā’im ne put pas agir effectivement dans ce sens sous le règne de Ṭuġril Beg, à partir de 451 H., car celui-ci avait éliminé ses rivaux. Mais, sous le règne d’Alp Arslān, en 460 H., il destitua son wazīr Ibn Ǧahīr, trop influencé par la cour sultanienne231.

  • 232 Muntaẓam, VIII, 293 ; Mir’āt az-zamān, fol. 214a.
  • 233 Muntaẓam, VIII, 293 ; Bidāya, XII, 111.

186L’acte le plus audacieux du calife al-Muqtadī fut la réponse qu’il fit par écrit à Tutuš. Celui-ci, après la mort de Malik-šāh, demandait, avec menaces, le sultanat. Le calife énuméra les conditions requises, à savoir l’élimination des rivaux, y compris les fils de Malik-šāh, et il lui conseilla de faire sa demande en tant que sujet du calife, et même en tant que son esclave, avec humilité, sous peine d’encourir son courroux232. Pendant son règne, disent les chroniqueurs, la dynastie ‘abbāside retrouva le respect qui lui était dû233.

  • 234 Voir, sur cette muraille, G. Makdisi, Topography, 40-42.
  • 235 L’importance du calife al-Mustaẓhir apparaît aussi dans le nombre d’ouvrages contemporains à lui d (...)

187Au début du règne d’al-Mustaẓhir, en 488 H., à Bagdad fut construite une muraille autour d’une très grande partie du côté est. Désormais cette partie sera souvent appelée al-ḥarīm. Les trois premiers salğūqides n’auraient pas permis une action aussi visiblement anti-sultanienne234. Le sultanat assistait à sa décadence235.

  • 236 Muntaẓam, IX, 197.
  • 237 Voir l’affaire du frère d’al-Mustaršid, sa fuite du palais califien pour se déclarer lui-même cali (...)

188Le dernier calife de l’époque ‘aqīlienne fut al-Mustaršid. Lorsqu’Ibn ‘Aqīl lui fit la baia, il parla de l’excellence des qualités du nouveau calife ; il le préféra à tous les autres califes de l’époque, en comparant son orthodoxie à celle de son ancêtre al-Qādir236. Al-Mustaršid eut sa propre armée à la tête de laquelle il combattait personnellement sur les champs de bataille. Il disposait ainsi d’un pouvoir réel, et les intrigues qui tournaient autour des sultans commencèrent à graviter autour du calife237.

  • 238 Cf. le document de la collection Geniza qui fait preuve d’une « attitude indépendante » vis-à-vis (...)
  • 239 Sur Sanğar (m. 552 H.) qui fut malik de 490 à 512 H. et sulṭān à partir de cette année-là, v. Munt (...)
  • 240 Nous n’avons pas traité des croisades pour la simple raison que Bagdad n’y fut pas mêlé. Sur les c (...)

189Ainsi, même à l’époque ‘aqīlienne, les califes commencèrent-ils à tenir tête aux salğūqides238. Ce processus se développera avec plus ou moins de succès jusqu’à l’avènement d’al-Muqtafī. Avec la mort du sultan Mas‘ūd en 547 H., et la défaite de Sanğar239 l’année suivante, l’influence des salğūqides à Bagdad disparaîtra240.

IV. L’ÉTAT DU PAYS

1901. LES RAVAGES ET LES ABUS

  • 241 Pour les détails, voir G. Makdisi, Topography, 282-296 ; sur la ville de Bagdad en général, voir l (...)
  • 242 Voir G. Makdisi, op. cit.
  • 243 Cf. op. cit.

191Nous venons de voir que la période salğūqide, comme la buwaihide, se caractérisa par une lutte de pouvoir entre calife et sultan, lutte à laquelle ils consacrèrent leurs plus grands efforts. Avec le temps, Bagdad en souffrit. Ce n’est pas à dire que les malheurs dans la vie socio-économique soient imputables directement et uniquement à cette situation de fait ; car Bagdad fut de tout temps exposée à des ravages d’ordre physique : inondations, pluies torrentielles, vents forts, grêles, sècheresses, sauterelles241. Aux ravages d’ordre physique s’ajoutèrent des ravages d’ordre politique : invasions, taxes illégales, émeutes, pillages, incendies242. Il y eut plus de destructions que de reconstructions243. La ville et le gros de ses habitants eurent beaucoup à souffrir : famines, cannibalisme, épidémies, épizootie, crimes et vices.

  • 244 Cf. G. Makdisi, Topography, passim.

192L’avènement des salğūqides n’apporta pas des conditions socio-économiques meilleures que celles du temps des buwaihides. Bagdad, comme toute autre ville, représentait un certain revenu pour les coffres sultaniens. Elle fut donc donnée à bail à un haut fonctionnaire civil, le ‘amīd, moyennant un contrat de trois ans, normalement, et une grosse somme de plusieurs centaines de milliers de dinars. A côté de cet ‘amīd, un haut fonctionnaire militaire, muni de troupes, le šiḥné, eut pour fonction de maintenir l’ordre et la paix dans la ville, moyennant certaines concessions à lui assigner. Les efforts d’urbanisme et de police furent dictés par le souci d’accroître le revenu qu’on tirait de la ville. Les agents salğūqides étaient des étrangers imposés au pays par la force militaire. Ces ‘amīd firent des constructions qui furent moins dans l’intérêt de la ville qu’au profit de hauts personnages ; et ces constructions furent faites aux dépens d’autres, car les matériaux de construction n’abondaient pas à Bagdad244.

  • 245 Cf. pour Byzance les remarques de J. Laurent, Byzance, 102 : « Les turcs avaient en peu d’années t (...)
  • 246 Muntaẓam, VIII, 163, 165-166 ; Kāmil, VIII, 72 (anno 447) ; Bidāya, XII, 67.
  • 247 Muntaẓam, VIII, 170-171, 173, 179 ; Kāmil, VIII, 79 (anno 448), 81 (anno 449) ; Bidāya, XII, 68, 7 (...)
  • 248 Muntaẓam, VIII, 234.
  • 249 Voir G. Makdisi, Diary, XVIII, 249 (§§ 6 et 7 où le rêve ayant rapport à Alp Arslān et son interpr (...)

193L’arrivée des salğūqides à Bagdad fut une véritable invasion au milieu du ve/xie siècle. Elle amena la misère245 : l’insécurité des routes fit cesser le commerce avec l’extérieur ; à l’intérieur de la ville, une échauffourée s’engagea entre la populace et les turcs, et il y eut des morts, des emprisonnements et des vols du côté est de Bagdad, ce qui causa la hausse des prix et la ruine des habitants246. Cette hausse des prix continua pendant deux ans247. Dans les années qui suivirent, lorsqu’il y eut des rumeurs de l’arrivée imminente du sultan salğūqide à Bagdad, les habitants s’y préparèrent en cachant leurs biens, leurs marchandises ; ils guettaient l’arrivée du sultan salğūqide et de ses hordes barbares résolues à s’approprier les maisons des gens, à voler, à violer. En 456 H., rien que la rumeur de l’arrivée du sultan Alp Arslān amena la hausse des prix248. En 460 H., il y eut encore des rumeurs sur l’arrivée d’Alp Arslān. Le contemporain Ibn al-Bannā’ nous laisse entrevoir dans son journal ce que cela signifiait alors pour la population de Bagdad249.

  • 250 Aux funérailles de la sœur du calife al-Qā’im n’assistaient qu’une quarantaine de personnes, car l (...)
  • 251 Cf. le cas du traditionniste Ibn ‘Uššārī, maître d’Ibn ‘Aqīl, dans Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 192.
  • 252 Nous devons le texte de cette fatwā à Ibn ‘Aqīl qui y admirait beaucoup le raisonnement du Sarīf ; (...)

194Les habitants ne se trouvaient jamais à leur aise lorsqu’il s’agissait de l’arrivée des salğūqides à Bagdad. En 448 H., la ville se vida de ses habitants : ils mouraient de mort violente ou de pauvreté250. La littérature de l’époque nous a conservé des anecdotes se rapportant à cette malheureuse situation. Le vol se faisait en plein jour et chez tout le monde sans égard pour la position sociale, tant chez les marchands que chez les hommes de religion251. Le Šarīf Abū Ǧa‘far, dans une décision légale (fatwā), assimila le cas des ġuzz salğūqides, qui ravageaient la ville, à celui des coupeurs de route en plein désert qui méritent la plus grande peine, car les victimes de Bagdad, raisonnait-il, à l’instar de ceux des grands chemins désertiques, n’avaient aucun moyen de secours252.

  • 253 Voir, par exemple, dans Bagdad et environs, Muntaẓam, VIII, 128 et 129 (anni 437 et 438), 179-181 (...)
  • 254 Kitāb al-funūn, fol. 235b.

195La hausse des prix dans Bagdad fut chronique, amenée par des causes d’ordre physique ou politique. Les épidémies et les épizooties y abondaient253. Les chroniqueurs en parlent de temps en temps, surtout des plus importantes, et il y en eut de moindres bien qu’ils ne les mentionnent guère. Ibn ‘Aqīl nous raconte dans son Kitāb al-funūn l’anecdote du fossoyeur qui, lorsqu’on lui demanda comment allaient ses affaires, répondit qu’elles étaient mauvaises à cause de « cette malheureuse année où il n’y eut même pas une épidémie de cinq jours ! » Ibn ‘Aqīl écrivait vers l’an 510 H.254.

  • 255 Voir, sur les ‘aiyārūn, Cl. Cahen, Mouvements populaires.
  • 256 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, et IX, passim, et Cl. Cahen, op. cit.
  • 257 Voir notamment Muntaẓam, IX, 137 (anno 497).

196Plus accablantes encore, pour la population bagdadienne victime d’invasions et de pillages, furent les taxes prélevées en temps de paix. Non seulement les marchands furent sujets à payer ces taxes, mais aussi les gens du peuple. La perception des impôts se fit sous la surveillance de ceux qui furent chargés de maintenir l’ordre et la paix dans la ville, d’abord le ṣāḥib al-ma‘ūna ou ṣāḥib aš-šurṭa, à l’époque buwaihide, ensuite le šiḥné, à l’époque salğūqide. La perception des impôts maintint la ville dans un état chronique de troubles. Les sunnites et les šī‘ites, d’habitude en guerre intermittente entre eux, s’allièrent plus d’une fois contre les percepteurs. La police, lorsqu’elle ne parvenait pas à percevoir les impôts, suscitait des troubles entre sunnites et sî’ites pour pouvoir mieux piller les quartiers des émeutiers. Les ‘aiyārūn255 y jouèrent aussi leur rôle. Quand ils ne furent pas occupés par les guerres entre eux, sunnites et šī‘ites, ils s’opposèrent aux ṣāhib aš-šurṭa et aux šiḥné. Nous sommes enclins à croire que les ‘aiyārūn furent des gens du peuple en révolte contre les conditions politiques du pays. Leur action ne fut pas dirigée seulement contre les riches, mais aussi contre les agents de police, les percepteurs des impôts qui furent la cause du malheur de la population réduite, par leurs demandes excessives, à la pauvreté256. Le ṣāḥib al-ma‘ūna, à l’époque buwaihide, et le šihné, à l’époque salğūqide, semblent avoir disposé de la perception des impôts comme d’une concession257.

2. LA LUTTE DES ‘ulamā’ CONTRE LES MAUVAISES MŒURS

  • 258 Muntaẓam, VIII, 272 ; Bidāya, XII, 105 ; Dail, I, 24.
  • 259 Muntaẓam, VIII, 272-273 ; Kāmil, VIII, 119 ; Dail, I, 24.
  • 260 Le calife offrit au šiḥné 1.000 dinars que celui-ci refusa en objectant que le revenu annuel était (...)
  • 261 Ce qui explique le manque d’intérêt fondamental à faire la guerre aux croisés ; Bagdad étant trop (...)
  • 262 Il y eut des exceptions parmi les fonctionnaires qui, acceptant un poste gouvernemental, gardèrent (...)

197Le šiḥné eut une autre concession, à savoir la prostitution organisée. Cette concession il la tint du sultan. En 464 H., sous le règne du calife al-Qā’im, les deux grands jurisconsultes, le Šarīf Abū Ǧa‘far, ḥanbalite, et Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, šāfi‘ite, essayèrent en vain de faire cesser, entre autres, la prostitution à Bagdad258. Le Šarīf Abū Ǧa‘far, cousin du calife, fit plus tard allusion à l’inondation de 466 H. comme provenant de Dieu en châtiment de ce que le calife ne faisait point cesser la prostitution259. Ce ne fut qu’en 469 H. que le calife al-Muqtadī parvint à la faire cesser, en remboursant le šiḥné la somme de 1.800 dinars260. Il n’est pas certain que les paiements furent versés au šiḥné tous les ans ; c’est peut-être pour cela que, dans les années qui suivirent, les chroniqueurs nomment encore la prostitution comme un vice auquel s’opposent les ‘ulamā’. Ici, comme dans le cas des impôts exigés de la population de la ville ou des pèlerins qui vont à la Mecque, lorsque les chroniqueurs rapportent leur cessation, il faut se garder de croire que ces cessations sont définitives. Pour obtenir la cessation des vices, il fallait toujours une action vigoureuse et continue de la part des ‘ulamā’ auprès de celui qui devait « ordonner le bien et interdire le mal » en tant que chef de la communauté : le calife. Mais le calife était trop engagé dans la lutte pour le pouvoir avec le sultan. Seule la situation politique les intéressait, et seulement localement261. Les questions de mœurs et de religion n’intéressaient en réalité que les ‘ulamā’ et, parmi ceux-ci, surtout ceux qui n’acceptèrent pas de postes gouvernementaux, se maintenant dans une condition libre afin de pouvoir critiquer les gouvernants262.

198Ces mêmes principes agissaient dans le cas des minorités confessionnelles.

3. LA SITUATION DES MINORITÉS CONFESSIONNELLES

  • 263 A. Mez, Renaissance. Pour une bibliographie sur les minorités confessionnelles, voir, entre autres (...)
  • 264 A. Mez, Renaissance, 50.

199On sait que, surtout en période ‘abbāside, des restrictions furent imposées par les califes aux tributaires chrétiens et juifs (ahl aḏ-dimma) en vue de leur faire suivre un mode de vie qui les distingât des croyants musulmans, seuls véritables citoyens de l’État. Ces restrictions concernaient leurs vêtements, leurs montures, leurs maisons, leurs tombes, les églises des uns et les synagogues des autres, enfin tout point de contact avec les croyants. Mez, dans son travail très utile sur l’Islam du ive/xe siècle263, traite des chrétiens et des juifs pendant cette période qui précède celle qui nous occupe. Tout au long du ive/xe siècle, dit-il, on n’entend guère parler de ces restrictions ; mais, lorsque l’orthodoxie retrouva son ascendant au ve/xie siècle, on s’en occupa plus sérieusement264.

  • 265 Autrefois, les muḫammisa, šī‘ites extrémistes, purent jouer ce rôle dans l’État musulman ; voir là (...)
  • 266 Cf. déjà le cas de l’astronome chrétien dont se moquaient deux musulmans qui lui reprochaient de n (...)

200Il est vrai que les chroniques parlent bien plus fréquemment des restrictions contre les tributaires à l’époque des salğūqides qu’à l’époque précédente des buwaihides. Et il serait, par conséquent, aisé de croire que cela est dû à l’orthodoxie des uns et à l’hétérodoxie des autres. Sans doute, l’orthodoxie sunnite y est pour une grande part ; mais la réalité est un peu plus complexe, du moins en ce qui concerne la période qui nous occupe. En dernier lieu, la stricte application de ces restrictions incombait à ceux qui ne perdaient rien à se mettre en opposition avec les tributaires, si importants dans l’administration de l’État265. Ce n’était pas le cas des sultans, qu’ils soient buwaihides ou salğūqides, ni même parfois celui des califes ; tous dépendaient des talents des tributaires pour l’administration des affaires de l’État266. Là où l’on s’attendrait à l’application des restrictions, le véritable chef de la cité, le calife, et son wazīr, se trouvent en fait ceux qui veillent souvent à la protection des tributaires. Mais le sort de ces derniers changea selon les époques et les tenants du pouvoir. Tandis que le wazīr Ibn al-Muslima les protégeait, le wazīr et historien Abū Šuğā‘ ar-Rūḏrāwārī fut des plus stricts dans l’application des restrictions contre eux. Mais cette attitude d’orthodoxie zélée, qui cadrait mal avec les affaires séculières de l’État, lui coûta finalement son poste. Seuls les ‘ulamā’ qui n’étaient pas liés au gouvernement, et qui étaient, par conséquent, libres de critiquer, n’ayant rien à y perdre, pouvaient, véritables censeurs des mœurs, poursuivre sans relâche la tâche de maintenir les marques distinctives qui devaient placer les tributaires à part, comme citoyens de seconde zone.

  • 267 En ce qui concerne le vie/xiie siècle en Espagne, où la question des ḏimmī se posait de la même fa (...)

201Les remarques intéressantes de Mez sur les tributaires du ive/xe siècle s’appliquent en grande partie à ceux du siècle suivant267. Dans les pages qui suivent nous interrogerons les chroniques sur les faits concernant ce problème des restrictions contre les tributaires, dès la fin du ive/xe siècle jusqu’après la mort d’Ibn ‘Aqīl au vie/xiie siècle. Car ce problème religieux éclaire bien des relations sociales et politiques de l’époque.

  • 268 Muntaẓam, VII, 219 ; Bidāya, XI, 330.

202A la fin du ive/xe siècle, en l’an 392/1001, une église fut brûlée par suite d’une émeute où la population se porta contre les chrétiens ; plusieurs personnes y périrent, y compris des musulmans qui s’y trouvaient268. La présence des musulmans dans l’église suggère que les chrétiens tentaient de faire des conversions.

  • 269 Muntaẓam, VII, 262 ; Bidāya, XI, 348. Cet incident est rapporté aussi par A. S. Tritton, Caliphs, (...)

203En 403/1012, la procession funèbre de la femme d’un notable chrétien, Ibn Isrā’īl, fut attaquée par la populace musulmane, l’initiative ayant été prise par un hāšimite. Cette procession est décrite dans les chroniques comme ayant été faite en plein jour, avec tambours, trompettes, moines, crucifix et chandelles. Le hāšimite ayant été tué sur place, une émeute s’ensuivit : et la populace musulmane, excitée, attaqua Dār ar-Rūm, quartier des chrétiens au côté est de la ville, y pillant l’église et les maisons environnantes. L’état d’émeute dura du mois de šauwāl au mois suivant, ḏū’l-qa‘da ; et il y eut beaucoup de tués parmi les chrétiens. Sous la pression de la populace excitée, le calife dut intervenir dans l’affaire, et l’ordre fut rétabli par suite de la détention d’Ibn Isrā’īl chez le calife dans le but, assez obvie, de calmer la populace, car Ibn Isrā’īl fut ensuite relâché. C’est à cette occasion que les restrictions contre les tributaires furent rétablies269.

  • 270 Il est à noter que le titre sulṭān appartient en réalité, à cette époque, au calife ; il s’agit do (...)
  • 271 Voir, sur lui, G. Makdisi, Diary, XIX, 32 (§ 61), n. 3.
  • 272 Muntaẓam, VIII, 171 ; Bidāya, XII, 69.

204En 448/1056, un an après l’entrée des salğūqides à Bagdad, le muhtasib, sous les ordres du calife270, se mit à appliquer les restrictions contre les tributaires, les obligeant à porter les marques distinctives, en particulier, des turbans teints d’une certaine couleur. Mais ces restrictions ne furent pas observées par Ḫātūn, femme du salğūqide Ṭuġril Beg et dont le secrétaire fut le juif Abū ‘Alī b. Faḍlān271, qui empêcha le muḥtasib d’appliquer ces restrictions272.

205L’application des ces restrictions nous fournit une occasion de plus de comprendre la nature des relations entre les tenants du pouvoir, d’un côté, et les ‘ulamā’, véritables censeurs des mœurs, de l’autre. Les premiers, ayant besoin du service des tributaires, n’agissaient contre eux que lorsqu’ils y étaient contraints par ce qu’on appellerait, de nos jours, l’opinion publique : une opinion éclairée par les ‘ulamā’, à la tête de la populace. Nous croyons que ce fut sous la pression de ces ‘ulamā’-censeurs que le calife ordonna au muḥtasib, ainsi que nous venons de le voir, d’appliquer les restrictions. Donc l’opposition de Ḫātūn ne fut peut-être pas contre le gré du calife. On peut deviner que lourde était la tâche dont le calife devait s’acquitter en qualité de chef de l’État. En 403 H., à l’occasion de la grande émeute que nous avons déjà citée, ce ne fut qu’après une démonstration collective publique que le calife se trouva obligé d’agir.

  • 273 Abū ’l-Qāsim ‘Abd aṣ-Ṣamad b. ‘Umar ad-Dīnawarī (m. 397 H.), sermonnaire, ascète, connu pour sa pi (...)
  • 274 Voir, sur lui, op. cit., XIX, 31 (§ 57), n. 1.
  • 275 Voir supra, p. 156, n. 3.
  • 276 Voir sur lui, la notice biographique dans Muntaẓam, IX, 141 ; il mourut en 497 H.
  • 277 Op. cit., VIII, 190.

206C’est ce qui eut encore lieu deux ans après l’opposition de Ḫātūn. En 450/1058, dans le mois sacré de ramaḍān, un groupe de hāšimites, qui se nommaient « les partisans de ‘Abd aṣ-Ṣamad »273, et dont le principal représentant était Ibn Sukkara274, demandèrent de nouveau que les restrictions sur les tributaires fussent appliquées. Ibn Sukkara se présenta au dīwān où il s’entretint là-dessus avec le wazīr du calife, Ibn al-Muslima, se plaignant des libertés prises par les tributaires dans leur comportement public. Le wazīr, dont les intérêts en la matière cadraient mal avec ceux d’Ibn Sukkara, n’eut point de sympathie pour ce dernier, et l’entretien se termina sur un ton aigre. Le calife dut ensuite s’occuper de l’affaire, sous la pression de l’opinion publique. Toutefois, il est à noter que son wazīr chercha les moyens d’échapper à la nécessité de faire appliquer les restrictions. Au secrétaire juif de Ḫātūn, Abū ‘Alī b. Faḍlān275, et au secrétaire chrétien du dīwān, Ibn al-Mūṣilāya276, il conseilla de ne pas venir à leur travail, de rester à leur maison, et de conseiller aux autres chrétiens et juifs, marchands, banquiers et artisans, de faire grève aussi. Mais sur l’ordre du calife, le wazīr dut rappeler les tributaires au travail277.

207Cependant, il est certain que ces restrictions ne purent pas être maintenues devant le manque d’intérêt que leur portaient le calife, le sultan, et leurs officiers. Ceux-ci, avons-nous déjà dit, ne pouvaient pas se passer aisément des services de leurs tributaires, détenteurs de métiers d’importance essentielle à l’administration des affaires de l’État. Ainsi est-il question, tout au long du ve/xie siècle, de la demande réitérée d’appliquer les restrictions ; c’est qu’elles ne furent appliquées que pour apaiser la populace excitée contre l’ostentation des tributaires riches, et les libertés et privilèges dont ils jouissaient publiquement, étant donné leur importance au point de vue politique et social. C’est ce qui explique le comportement de la populace musulmane qui, dépourvue de recours efficace auprès du gouvernement, prit en main sa propre vindicte en brûlant les églises, pillant les maisons, et suscitant parfois des émeutes sanglantes.

  • 278 Op. cit., IX, 14.

208En 478/1085, dans le mois de rabī‘ I, la populace se plaignit des juifs à cause des libertés qu’ils manifestaient en public278. Le grief était qu’ils dépassaient les limites de ce qui leur était permis et que, par conséquent, les croyants musulmans pouvaient se considérer comme affranchis de leur responsabilité de protection (ḏimām) à leur égard.

  • 279 Cf. Mawardī, Statuts, 513.
  • 280 Voir supra, p. 157, n. 1.
  • 281 Muntaẓam, IX, 17 ; Bidāya, XII, 127.

209Vers la fin de la même année, le calife al-Muqtadī donna l’ordre de démolir celles des maisons des juifs qui dépassaient une certaine hauteur, la restriction, en ce cas, étant que leur hauteur ne devait pas dépasser celle des maisons des croyants avoisinants. Ils durent aussi s’engager à ne réciter la Torah dans leurs maisons qu’à voix basse, à porter le turban d’une teinte prescrite comme marque distinctive. Le calife fit aussi proclamer qu’on se chargeât « d’ordonner le bien et d’interdire le mal », devoir qui incombe au muḥtasib en particulier, mais, d’une façon générale, d’après le Coran (III, 100), à tout musulman lorsque le bien est manifestement négligé279. Il ordonna aussi à l’agent chargé des délits de chaque quartier d’agir en cela à la manière des partisans de ‘Abd aṣ-Ṣamad280, lutteurs zélés contre les mauvaises mœurs. Les vins furent répandus, les instruments de musique cassés et les lupanars détruits281. Tout cela fut donc considéré comme appartenant à la même catégorie de mauvaises mœurs.

  • 282 Voir G. Le Strange, Lands, index.
  • 283 Muntaẓam, IX, 38.

210Deux ans plus tard, en 480/1087, la stricte application des restrictions fut poussée plus loin, au-delà de la ville, à l’est dans le Ṭarīq Ḫurāsān282 et au sud dans la ville des mazyadites, al-Ḥilla, les juifs s’y comportant comme musulmans, même avec des surnoms (kunya) musulmans, et un manque total des marques distinctives qu’ils devaient porter. Des délégations de jurisconsultes et de šuhūd-notaires y furent envoyées pour rétablir les bonnes mœurs283.

  • 284 Mourut en 498 H. ; sa famille, restée chrétienne, ne put pas, en raison des exigences de la loi mu (...)
  • 285 Muntaẓam, IX, 55 ; Bidāya, XII, 137.

211Les restrictions devinrent de plus en plus strictes, arrivant au point culminant quatre ans plus tard, en 484/1091. Le 14 ṣafar, un édit du calife fut publié imposant les restrictions suivantes sur les tributaires : pour les hommes : le turban du teint prescrit, la ceinture, la pièce de plomb cachetée avec le terme « ḏimmī » (tributaire) ; pour les femmes : cette même pièce portée au cou dans les bains publics, une paire de souliers, l’un noir, l’autre rouge, et une clochette au pied. Ces mesures furent appliquées de la manière la plus stricte, si bien que le secrétaire Ibn al-Mūṣilāya et son neveu, Abū Naṣr b. Hibat Allūh284, passèrent du christianisme à l’Islam en présence du calife al-Muqtadī285.

  • 286 Muntaẓam, IX, 55. Voir aussi A. S. Tritton, Caliphs, 120-121.

212Les restrictions et leur application d’une façon plus stricte que d’ordinaire, pendant cette période du règne du calife al-Muqtadī, paraîtraient être le résultat du zèle religieux de ce calife. Il n’en est rien ; c’est à son wazīr Abū Šuğā‘ ar-Rūḏrāwarī qu’il le doit. Ibn al-Ǧauzī dit expressément que ce fut sous les instances d’Abū Šuğā‘ que le calife publia son édit de 484 H.286. Ce wazīr fut connu de son vivant pour sa piété, son ascétisme, sa place d’honneur parmi les ‘ulamā’, son zèle religieux. Aussi est-il loué dans son obituaire pour ses bonnes œuvres, parmi lesquelles fut son zèle dans l’application des restrictions sur les tributaires. Sous ses ordres, le muḥtasib châtiait ceux des musulmans, surtout les marchands d’étoffe, qui vendaient le vendredi, sabbat des musulmans, et fermaient leurs boutiques le samedi, à l’instar des juifs. Il veillait à ce que la ḫisba fût appliquée dans tous les domaines, aussi bien en ce qui concernait le ġiyār que le commerce.

  • 287 Muntaẓam, IX, 56 ; Kāmil, VIII, 154 (anno 484) ; Bidāya, XII, 137.

213Mais ce wazīr fut destitué de son poste par le calife, précisément à cause de son zèle religieux qui dérangeait la bonne administration du gouvernement. Le sultan Malik-šāh, le grand wazīr Niẓām al-Mulk et le calife al-Muqtadī se trouvèrent tous à la fois désireux de se débarrasser de lui. Les plaintes que firent contre lui les agents représentant le sultan à Bagdad coïncidèrent avec les intérêts de Niẓām al-Mulk, qui insista auprès du calife en vue de la destitution du wazīr ; et la plainte du sultan auprès du calife arriva au moment où celui-ci commençait à être embarrassé par les démarches de son wazīr, qui agissait contre les intérêts séculiers du dīwān et de l’armée, dans son zèle d’appliquer la loi divine musulmane. Lorsque les nouvelles arrivèrent à Bagdad, annonçant la conquête de Samarqand par Malik-šāh, ce fut l’occasion de sa destitution. Le calife donna des robes d’honneur au porteur des nouvelles de cette victoire ; son wazīr, au contraire, condamna sévèrement le sultan pour avoir conquis une ville musulmane. Ce blâme fit scandale dans les milieux gouvernementaux. Le wazīr fut destitué lors d’une séance dans le dīwān même287.

  • 288 Muntaẓam, IX, 143 ; Bidāya, XII, 164.

214En 498/1104, les restrictions contre les tributaires imposées en 484/1091 furent abolies, et les chroniqueurs rapportent ce fait, mais sont dans l’embarras pour en expliquer la cause288. En effet, un acte officiel abolissant ces restrictions semble bien avoir été superflu, car les tributaires ne se donnaient guère la peine de s’y conformer. C’est précisément à cause de ce manque de conformité, sauf dans les périodes les plus troublées, que la nécessité d’une imposition officiellement déclarée se fit sentir selon les exigences des ‘ulamā’.

  • 289 Muntaẓam, X, 20.
  • 290 Voir op. cit., IX, 228. Voir aussi A. S. Tritton, Caliphs, 121 ; et S. D. Goitein, Report. Goitein (...)

215Dans les années qui suivent on n’entend plus parler des restrictions ; ce n’est qu’en 525/1130 qu’elles furent réimposées289. Avant cela, en 515 H., les tributaires avaient versé la somme de 20.000 dinars au sultan et 4.000 au calife, procédé qui leur avait épargné cette expérience humiliante290.

216Cet exposé sommaire sur les minorités confessionnelles nous permet de conclure que les gouvernants salğūqides n’étaient pas tolérants envers elles, mais plutôt indifférents du point de vue religieux. Le mauvais traitement qu’elles subissaient de temps en temps venaient surtout de la haute position sociale de fait dont jouissaient les juifs ou les chrétiens, à cause de leur rôle administratif ou financier auprès du gouvernement. Les ‘ulamā’, porte-parole de la population, avaient du succès contre les minorités auprès du gouvernement chaque fois que celui-ci y voyait son intérêt. Ainsi, lorsque le gouvernement avait besoin d’argent, il n’avait qu’à menacer les minorités d’appliquer les restrictions pour en tirer de l’argent. D’ailleurs, les fonctionnaires musulmans eux-mêmes n’échappaient pas aux confiscations du gouvernement. Juifs et Chrétiens subirent les mêmes confiscations au moyen de ces méthodes. Le paiement d’argent rendait inutile l’application des restrictions, qui se faisaient sans discernement entre juifs et chrétiens. Ceux qui avaient les moyens de payer souffraient davantage, qu’ils fussent chrétiens ou juifs, les considérations de caractère religieux n’y étant pour rien. Les juifs n’étaient pas soumis à ces menaces en tant que juifs, mais en tant que possesseurs d’argent, à l’instar des wazīr, des ‘amīd, des šiḥné, des marchands, toutes les fois que le calife ou le sultan en avaient besoin.

***

217La situation politique de l’époque d’Ibn ‘Aqīl est caractérisée par la primauté du temporel, non pas du spirituel. Buwaihides ou salğūqides, tous les émirs, y compris ceux des petites dynasties, étaient à la recherche du pouvoir. Le calife, seul détenteur de l’autorité à proprement parler, en usait pour frustrer les intérêts des émirs, dans le but de récupérer son pouvoir perdu. Le récit politique est toujours le même, de la décadence buwaihide jusqu’à la décadence salğūqide : opposition d’intérêts entre le calife et l’émir suprême, intrigues, révoltes, complots, assassinats. La recherche du pouvoir était poursuivie aux dépens du bien-être de la population — bien-être économique aussi bien que moral.

218Il est vrai que sur le plan de la philosophie politique, le calife était chargé du spirituel et du temporel ; et que, par une délégation expresse du calife au sultan, celui-ci était aussi, à son tour, chargé du spirituel et du temporel. Mais le chaos politique ne laissait loisir à l’un ni à l’autre que de s’occuper du temporel. Les califes ne cessèrent pas d’aspirer au retour de leur pouvoir ; ils y travaillèrent sans relâche. Et comme il n’y avait pas une séparation entre le spirituel et le temporel, selon laquelle le spirituel serait le domaine exclusif du calife et le temporel celui du sultan, les intérêts s’opposaient, la lutte continuait et, en dernière analyse, le peuple en souffrait.

219C’est dire aussi que la restauration du sunnisme qui caractérise le ve/xie siècle n’était pas l’œuvre des califes, et encore moins celle des sultans. La part principale en revient aux ‘ulamā’, ces docteurs en sciences religieuses qui se considéraient les dépositaires fidèles de la tradition prophétique. Dans le chapitre suivant, nous traitons de ces docteurs selon leur appartenance aux diverses écoles juridiques. Aussi croyons-nous utile de nous informer de l’Islam bagdadien à l’époque qui nous occupe, avant d’entrer dans les luttes pour la restauration du sunnisme.

Notes

1 Règne : 422-467/1031-1075.

2 Règne : 467-487/1075-1094.

3 Règne : 487-512/1094-1118.

4 Règne : 512-529/1118-1135.

5 Abū Naṣr Ḫusrū Fīrūz, règne : 440-447/1048-1055.

6 447-455/1055-1063.

7 455-465/1063-1072.

8 465-485/1072-1092.

9 Sur ces deux dynasties, voir, entre autres, Lane-Poole, Dynasties, 117 et 119.

10 J. Maritain, Man and the State, 126 : “Authority and Power are two different things : Power is the force by means of which you can oblige others to obey you. Authority is the right to direct and command, to be listened to or obeyed by others. Authority requests Power. Power without authority is tyranny.” Cf. J. Maritain, Scholasticism and Politics, chap. iv, surtout pp. 73-74.

11 Sur le califat et le sultanat, voir, entre autres, W. Barthold, Khalif ; C. H. Becker, Barthold’s Studien (où Becker traduit la plus grande partie de l’article précité ; v. surtout “These 5 und 6”, pp. 356-364 ; T. W. Arnold, Caliphate ; A. Sanhoury, Califat ; A. H. Siddiqi, Caliphate and Kingship ; le même, Caliphate and Sultanate ; E. Tyan, Sultanat. — En ce qui concerne notre période, importante à l’égard du développement historique des deux institutions, le califat et le sultanat, nous nous trouvons en désaccord avec les thèses présentées ou adoptées dans ces ouvrages, à l’exception de celui de Tyan avec lequel nous sommes en accord à certains points de vue. Voir aussi l’art. ‘Abbāsides, dans ΕΙ2 (B. Lewis), excellent à plusieurs égards, mais reflétant encore, en ce qui concerne la question du pouvoir califien, les thèses des études citées (v. surtout pp. 17a et 20a).

12 Ainsi les chroniqueurs expliquent l’importance de l’émir turc, Basāsīrī, en l’attribuant au fait qu’il n’avait pas de pareils : كان قد عظم أمره و استفحل شأنه لعدم نظائره ; v. Tārīḫ Baġdād, IX, 339 (dans la notice sur le calife al-Qā’im) ; Muntaẓam, VIII, 163.

13 MĀwardĪ, Statuts, 66-67 (Aḥkām, 54-55). Sur les attitudes des islamisants à l’égard de la valeur historique du traité de Māwardī, v. D. Sourdel, Vizirat, pp. xii-xiii ; v. ces attitudes dans J. Sauvaget, Introduction, 89 ; L. Gardet, Cité, 152-153 ; H. A. R. Gibb, Māwardī, 291-302 ; le même, Considerations, 402 ; Cl. Cahen, L’évolution, 37 ; le même, L’histoire, 101-102. Il va sans dire qu’on ne saurait juger du traité de Māwardī que lorsqu’on aura étudié son époque à fond. De toutes façons, ce traité, composé dans la période qui nous occupe, s’accorde avec notre observation des faits tels qu’ils se laissent appréhender dans les sources à notre disposition, en ce qui concerne l’émir de conquête, c’est-à-dire l’émir buwaihide ou salğūqide auquel les textes se réfèrent en employant les termes malik ou sulṭān. Notre attitude s’accorde donc avec celles de H. A. R. Gibb et de Cl. Cahen.

14 Op. cit., 69 ; ces passages dont il est traité dans A. von Kremer, Geschichte, 421, et le même, Culturgeschichte, I, 409-410, ont amené l’auteur à croire au caractère éphémère du « pouvoir politique » califien et les efforts faits pour faire valoir sa « souveraineté religieuse ».

15 Cf. l’article récent et bien documenté, Amīr, dans EI2 (A. A. Duri) où, cependant, il n’y a pas mention des sultans salğūqides en tant qu’amīr de conquête, bien que le terme y soit employé pour désigner les buwaihides.

16 Voir E. Tyan, Sultanat, 55.

17 Sur les origines salğūqides, voir Cl. Cahen, Pénétration ; le même, Malik-nameh ; le même, Tribus ; le même, Selchükids ; I. Kafesoğlu, Doğu ; voir la critique de Cl. Cahen, A propos ; M. Köymen, Büyük (1956-58).

18 Voir surtout les travaux de W. Barthold, Turkestan, 305 (où les salğūqides sont dépeints comme meilleurs musulmans que les ġaznawides Maḥmūd et Mas‘ūd) et C. H. Becker, Barthold’s Studien, 357.

19 De 367/977 à 372/982. — Sur les relations entre les buwaihides et les califes ‘abbāsides, voir M. Kabir, Relation, étude estimable pour les faits qui y sont cités, mais nous nous trouvons en désaccord avec l’auteur pour l’interprétation de ces faits, et partout, sur les principes régissant les relations entre les califes et les émirs, ces derniers fussent-ils buwaihides, salğūqides, ou autres,

20 Sur les derniers buwaihides, voir H. Bowen, Buwaihids (y voir aussi la table généalogique, p. 227, où les indications de mariage entre les buwaihides et les salğūqides), v. aussi l’art. Abū Kālīdjār dans EI2 (H. Bowen).

21 E. Tyan, partisan de cette opinion, ne fait qu’une seule réserve : le mariage de Ṭuġril avec la fille du calife al-Qā’im, contre le gré de celui-ci. Voir E. Tyan, Sultanat, 98-99.

22 Zubda, 7.

23 Kāmil, VIII, 15 (anno 429).

24 Chronography, 198.

25 Ibn al-Aṯīr (Kāmil, loc. cit.) cite d’autres missions dans le même but à Raiy, Hamaḏān et Ǧabal.

26 Chronography, 200.

27 Op. cit., 201.

28 Voir Muntaẓam, VIII, 116 ; Kāmil, VIII, 39 ; Bidāyā, XII, 51 ; Šaḏarāt, III, 254. Bundārī (Zubda, 27) en fait une simple mention dans l’obituaire d’al-Māwardī, mais en donne la date de 433 H. Barhebraeus cite le fait de la mission sans nous dire le contenu du message à Ṭuġril Beg, v. Chronography, 201.

29 Op. cit., loc. cit. ; les historiens ne s’accordent pas sur tous les détails.

30 Bidāya, loc. cit.

31 Kāmil, loc. cit.

32 Ibn Kaṯīr suit Ibn al-Aṯīr, et Ibn al-‘Imād suit Ibn al-Ǧauzī.

33 Chronography, 203-204.

34 Zubda, 9.

35 Mir’āt az-zamān, fol. 4b.

36 Chronography, 206.

37 Mir’āt az-zamān, fol. 6b-7a.

38 Chronography, 207.

39 C’est-à-dire, à ce qu’il paraît, par le calife.

40 Mir’āt az-zamān, fol. 10a.

41 A cet égard, nous voudrions faire remarquer tout l’intérêt qu’il y aurait à lire la correspondance entre al-Qā’im et le prédécesseur de Ṭuġril Beg, le ġaznawide Mas‘ūd ; voir, là-dessus, Biberstein-Kazimirski, Menoutchehri (Introduction, fondée sur Baihaqī, Tārīḫ ; édition récente par S. Naficy, Tārīḫ), pp. 67-74 ; à lire aussi est la lettre des trois salğūqides Baïġū, Ṭuġril et Dāwūd au ministre du ġaznawide Mas‘ūd. — Remarquons ici que cette introduction de Biberstein-Kazimisrski au « règne du Sultan Mas‘oud le ghaznévide » est une des plus solides études que nous ayons vues sur les relations entre sultans et émirs. Les points faibles ou douteux dans cette étude sont pour la plupart imputables à la pénurie des documents à l’époque de l’auteur (1886).

42 Muntaẓam, VIII, 164 ; Mir’āt az-zamān, fol. 10a.

43 Muntaẓam, loc. cit.

44 Mir’āt az-zamān, fol. 11b.

45 Op. cit., fol. 10a ; voir aussi, sur cette première rencontre du wazīr Ra’īs ar-Ru’asā’ Ibn al-Muslima avec Ṭuġril, Chronography, 207-208.

46 Muntaẓam, VIII, 164 ; Mirāt az-zamān, fol. 10a.

47 Les chroniques de l’époque gardent le silence là-dessus, et Maqrīzī, l’historien de ces pèlerins, ne le cite pas parmi eux dans son ouvrage, Ḏahab. Cf. aussi, à cet égard, la note de M. C. Defrémery, Histoire, 428, n. 2 : « Thogril ne fit pas le pèlerinage de la Mekke, mais publia seulement qu’il allait le faire, et cela, afin de se ménager un prétexte de se rendre à Bagdad, qui était sur sa route » ; v. aussi Mirchond, Geschichte, 54, cité par Defrémery.

48 Pour une bibliographie sur l’histoire des salğūqides, voir J. Sauvaget, Introduction, 140 et s. Sur cette dynastie, on ne saurait manquer de consulter les travaux de Cl. Cahen dont nous citons ici, en ce qui concerne les sources, son étude Malik-nameh, et, pour l’exposé des faits politico-militaires, son étude Pénétration ; M. Köymen, Büyük (1956-58). Voir aussi la traduction encore utile de M. C. Defrémery, Histoire. Pour la situation en Syrie à l’époque qui nous occupe, voir surtout l’introduction de H. A. R. Gibb à sa traduction d’Ibn al-Qalānisī, Damascus.

49 Sur un précurseur du type basāsīrien, voir ‘Anbar Abū ’l-Misk, un ḫādim de Bahā’ ad-Daula (m. 421 H.), dans Muntaẓam, VIII, 52.

50 Sa réponse au message que lui envoya le calife fut : « je ne me plains que du wazīr (Ibn al-Muslima) » ; voir Muntaẓam, VIII, 160-161 ; cf. Kāmil, VIII, 68 ; Bidāya, XII, 65.

51 Où il est reçu par le mirdāside Ṯamāl b. Ṣāliḥ ; v. Ibn al-‘Adīm, Zubda, I, 270-271. — Plus tard, lorsque succombera Basāsīrī devant les forces salğūqides qui s’empareront des richesses qu’il avait avec lui, ce sont les mirdāsides qui s’empareront des richesses laissées par lui à Raḥba ; v. là-dessus, op. cit., 275.

52 Sur le ḥallāğisme d’Ibn al-Muslima, voir L. Massignon, Isnād, 390. — D’autre part, il ne faut pas voir dans Ibn al-Muslima un « ḥanbalite fanatique », selon M. Kabir, Relation, 33.

53 Il n’est donc pas nécessaire de supposer des tendances šī‘ites chez les émirs ; cf., entre autres, l’article al-Basāsīrī dans EI2 (M. Canard).

54 Cette rupture de la promesse de protection (ḏimām) de la part de Quraiš b. Badrān, ne le gêna pas du tout, ce qui indique le peu de scrupule de cet émir bédouin. Sa réponse à Basāsīrī, lorsque celui-ci lui reprocha d’avoir agi arbitrairement en donnant asile aux deux réfugiés, fut la suivante : « ton ennemi est Ibn al-Muslima : prends-le et moi je prends le calife. » Voir Muntaẓam, VIII, 193 ; Mir’āt az-zamān, fol. 50b.

55 La rencontre de Basāsīrī et d’Ibn al-Muslima, lors de la livraison de celui-ci par Manṣūr b. Mazyad, est très instructive, car on y voit très clairement que l’objet de la haine de Basāsīrī fut bien ce wazīr, et les raisons de cette haine sont énumérées dans le dialogue qui s’ensuivit, dont voici la traduction : « Sois le bienvenu, toi qui anéantis les dynasties, qui jettes les nations dans la ruine, qui dévastes les pays, qui sépares les proches les uns des autres ! » — Ibn al-Muslima le supplia : « Le pardon s’accorde par ceux qui en sont capables ! » — Al-Basāsīrī lui répondit : « Tu as pu, et tu n’as pas pardonné ! Bien que tu sois marchand et homme de religion, tu n’as pas eu compassion des femmes, ni des enfants, ni des biens ! Comment donc veux-tu que je te pardonne, alors que je suis, moi, homme de guerre, que tu as saisi mes biens, que tu as puni les femmes de ma maison, que tu les as bannies dans les pays et les forteresses où tu les as retenues en captivité, que tu as tué mes partisans, que tu as détruit mes maisons, que tu m’as séparé des miens et m’as jeté dans le trouble, — comment veux-tu que je te pardonne alors que tu as fait ces mauvaises actions-là ? Ce ne doit être que l’effet de ta conception dépravée et de ton esprit méprisable ! »

56 Ṭuġril, émir turc militaire comme Basāsīrī, étranglera son frère Ināl de ses propres mains en se servant de la corde d’un arc.

57 Mir’āt az-zamān, fol. 8b.

58 Op. cit., fol. 9b : (و كل ذلك مضاف الى تدبير رئيس الرؤساء ( ابن المسلمة  ; pour ces événements, voir aussi Muntaẓam, VIII, 163.

59 Mir’āt az-zamān, fol. 12a.

60 Op. cit., fol. 13a.

61 Op. cit., fol. 14a.

62 Op. cit., fol. 14b : « La torture s’est renouvelée (le mois de ğumādā I) pour la femme d’al-Basāsīrī ».

63 Op. cit., fol. 18a. Il s’agit de la province d’al-Ǧibāl (voir IbnAbd al-Ḥaqq, Marāṣid al-iṭṭilā‘, s.v. al-Ǧabal ; Le Strange, Lands, 185 et ss., et Map VII) dont les villes principales étaient Raiy, Iṣbahān, Hamaḏān et Qirmīsīn (= Kirmānšāh).

64 Op. cit., fol. 16b.

65 Muntaẓam, VIII, 173 ; Mir’āt az-zamān, fol. 17b ; ce fut al-Kundurī qui en donna l’ordre au chef de police, Ibn an-Nasawī, fonctionnaire califien sous les ordres d’Ibn al-Muslima.

66 Mir’āt az-zamān, fol. 22a-b.

67 Op. cit., fol. 29a.

68 Op. cit., fol. 49a : يا رئيس الرؤساء : قمرت في الدولة العباسية فقمرتها

69 Le calife al-Qā’im, à son lit de mort, énuméra à son fils et successeur al-Muqtadī, les quatre wazīr qu’il avait eus à son service dont Ibn Muslima ; puis il lui dit qu’il n’en vit aucun de plus probe pour l’État que son dernier wazīr Ibn Ǧahīr, et il conseilla à son fils de l’employer comme wazīr et de le rapprocher de lui avec son fils. (Voir, là-dessus, Muntaẓam, VIII, 290). Ce qu’il faut retenir de ce jugement de valeur, c’est que le wazīr Ibn Ǧahīr, que le calife eut des raisons de destituer en 460 H., fut néanmoins préféré au wazīr Ibn al-Muslima qui le servit dans la période la plus troublée de son règne.

70 Kāmil, VIII, 70 (anno 447).

71 Kāmil, loc. cit.

72 Muntaẓam, VIII, 160 ; Kāmil, VIII, 68.

73 Muntaẓam, VIII, 163 ; Mir’āt az-zamān, fol. 9b, où il faut lire آلات (maintenant) au lieu de VI sans nûn, faute due sans doute au copiste et qui donnerait un sens contraire : « Il n’y a qu’à le tuer. »

74 Kāmil, VIII, 70.

75 Voir les textes des lettres dans Mir’āt az-zamān, fol. 9b.

76 Voir Muntaẓam, VIII, 164.

77 Kāmil, VIII, 71.

78 Voir supra, pp. 93-94.

79 Mir’āt az-zamān, fol. 13b.

80 Op. cit., fol. 17a.

81 Barhebraeus (Chronography, 209, en bas de la page) nous a conservé un message envoyé à al-Qā’im par Ṭuġril Beg, où celui-ci, en colère contre le calife, l’accuse de l’avoir détourné de poursuivre al-Basāsīrī.

82 Muntaẓam, VIII, 191 ; Kāmil, VIII, 83 ; Mir’āt az-zamān, fol. 48a.

83 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 52a.

84 Muntaẓam, VIII, 194 ; Mir’āt az-zamān, fol. 51b. Le calife s’humilia devant Quraiš, lui rappela son serment de protection (ḏimām) et lui demanda de ne pas l’envoyer en exil chez son cousin ‘uqailide Muhāriš ; sur quoi Quraiš, l’assurant qu’il n’y avait rien à craindre, lui dit que Basāsīrī ne voulait pas que le calife restât à Bagdad en même temps que lui.

85 Muntaẓam, VIII, 201.

86 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 56a-b.

87 Op. cit., 55b-56b.

88 Op. cit., fol. 58a-b. Basāsīrī lui avait envoyé six petits éléphants, mais rien d’autre, à ce que rapporte Sibṭ b. al-Ǧauzī, op. cit., fol. 55b.

89 Il en sera de même, plus tard, avec les ismā‘ilites nizāriens, plus connus sous l’appellation d’assassins, qui commenceront leur lutte contre les salğūqides sous l’égide des fāṭimites du Caire pour aboutir à la faire pour leur propre compte. Cf. là-dessus, M. G. S. Hodoson, Assassins, 62, et l’art. Alamūt (ii : la dynastie) dans EI2.

90 Il y avait quatre frères : Čaġrī Beg, Dāwūd, Ṭuġril Beg, Ibrāhīm Ināl et Qutlumuš.

91 Voir cette division dans Zubda, 8.

92 Muntaẓam, VIII, 114 ; Kāmil, VIII, 34-35 ; Zubda, 8-9.

93 En 434 H. ; voir les lieux cités.

94 En 437 H. ; Muntaẓam, VIII, 128 ; Kāmil, VIII, 41 ; Zubda, 9.

95 En 438 H. ; voir Muntaẓam, VIII, 130 ; Kāmil, VIII, 43.

96 Kāmil, VIII, 45.

97 Op. cit., loc. cit.

98 Il y avait eu, déjà avant son expédition, une autre, commandée par un parent de Ṭuġril, mais qui n’eut pas un grand succès. Voir les détails de cette expédition dans Kāmil, VIII, 48.

99 Op. cit., 49-50.

100 Op. cit., 51-52.

101 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 44b-45a.

102 Mir’āt az-zamān, fol. 46a-b.

103 Op. cit., fol. 46b.

104 Cf. Tārīḫ Baġdād, IX, 400-401.

105 Cf. Muntaẓam, VIII, 191.

106 Cf. Kāmil, VIII, 83 (anno 450).

107 Zubda, 15.

108 Mir’āt az-zamān, fol. 46b-48a.

109 Op. cit., fol. 45b.

110 Par exemple, les conditions selon lesquelles les troupes de Hamaḏān se joignirent à Ināl contre Ṭuġril, dont celle de n’être pas obligé de quitter leur pays pour venir en Iraq ; aussi est-il probable que le calife se rendait déjà bien compte de l’extravagance des ambitions de Ṭuġril, lesquelles se réaliseront après l’élimination de ses rivaux.

111 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 46b-48a.

112 Sibṭ, op. cit., fol. 47b, en donne plusieurs raisons possibles.

113 Op. cit., fol. 64b.

114 Dans les notices biographiques à lui consacrées (voir, entre autres, Muntaẓam, VIII, 234, ll. 1-2), Ṭuġril est dit avoir été clément envers ceux qui complotaient contre lui.

115 Il nous faut reculer le début de cette dynastie jusque vers le milieu du IVe/Xe siècle ; voir, là-dessus, G. Makdisi, Ḥilla, 262.

116 Kāmil, VIII, 67.

117 Op. cit., 67-68.

118 Muntaẓam, VIII, 161.

119 A l’approche de Ṭuġril de Bagdad, Basāsīrī s’était rendu à Raḥba ; c’est là que Muqtabil le rejoignit ; voir Mir’āt az-zamān, fol. 13a.

120 Il est intéressant, à cet égard, de noter ici les raisons données par Quraiš, pour sa soumission à Ṭuġril, aux émirs qui accompagnèrent son frère Muqtabil chez Basāsīrī. Muqtabil avait poussé les émirs à dire à son frère : « Ne sont-ce pas ces ġuzz-là [c’est-à-dire, les salğūqides] ceux dont nous avons tué en 435 [allusion à la bataille où les ġuzz salğūqides furent massacrés, en revanche, par le ‘uqailide Qirwāš b. Muqallad, aidé de Dubais b. Mazyad ; voir Muntaẓam, VIII, 117] les enfants et les partisans et mis leurs femmes en captivité ? Ne cherchent-ils pas à venger le sang dont nous sommes responsables ? Si donc nous rejoignons leurs bandes, nous mettrons par là-même nos vies, nos femmes, nos biens et nos territoires en danger ! » Quraiš leur répondit : « Vous avez raison en ce que vous dites. Mais c’est là un grand sultan [c’est-à-dire, Ṭuġril], accompagné d’une grande armée. Si nous ne les rejoignons pas, ils détruiront nos pays et pilleront nos biens sans que nous puissions les en défendre. Le sage projet serait de tâcher de lui complaire et de lui témoigner notre respect ; ainsi nous nous assurerons vite la sécurité tout en éloignant le mal. » Voir Mir’āt az-zamān, fol. 13 b.

121 Sur les pourparlers entre le ‘amīd Muẓaffar, représentant de Ṭuġril, et Quraiš et Dubais, voir Mir’āt az-zamān, fol. 16a-b. Ce fut en šauwāl que Quraiš, devant la supériorité des troupes qui s’opposaient à lui, rentra en amitié avec son frère Muqtabil et avec Basāsīrī, par l’entremise de Dubais ; voir les détails, op. cit., 17a-18a.

122 Voir les détails, op. cit., fol. 241 et ss.

123 Op. cit., fol. 27a.

124 Quraiš, en route à Raḥba où il cherchait Basāsīrī, rencontra Dubais à Hīt qui rentrait à sa province, et il lui dit : « Toi, tu retournes dans ta province qui est devenue vide de troupes (sultaniennes) et tu peux t’y installer et t’occuper de sa reconstruction. Quant à moi, ma province est une désolation et le sultan y est encore et, de ses intentions, je ne vois rien qui puisse me rassurer. Je m’en vais donc à Raḥba où je vais arranger mes affaires avec Basāsīrī. » Voir, là-dessus, Mir’āt az-zamān, fol. 27b.

125 Ṭuġril, en apprenant la décision de Quraiš, le traita de traître et de menteur ; Dubais fut disculpé auprès du sultan par le wazīr Ibn al-Muslima. Voir Mir’āt az-zamān, fol. 29b.

126 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 191 et ss. ; Mir’āt az-zamān, fol. 48a et ss.

127 Cela tenait à la situation militaire de l’époque. Le recrutement militaire se faisant par bandes, chacune ayant son chef, et se soumettant à ses ordres au lieu qu’aux ordres du chef suprême, ces chefs individuels pouvaient changer d’allégeance selon leurs intérêts particuliers. Or, il valait mieux se rallier à celui qui disposait de l’autorité califienne, qui pourrait donc faire des conquêtes militaires au nom du calife. C’est pour cela que nous voyons Ṭuġril demandant au calife de bien vouloir se montrer personnellement à ses troupes, pour qu’elles s’assurent de l’avoir repris d’entre les mains de Quraiš et de Basāsīrī. Voir Muntaẓam, VIII, 208 ; Mir’āt az-zamān, fol. 63a.

128 Voir sur ‘Āna, l’article dans EI2, s.v. (S. H. Longrigg), où l’un des nāḥiya dans le qaḍā de ‘Āna (qui fait partie du liwā’ de Dulaim), se nomme al-Qā’im, les autres étant Ḥadīṯa et Ǧubba. — ‘Āna est représenté dans cet article comme ayant été le lieu de refuge du calife al-Qā’im (cf. G. Le Strange, Lands, 106) ; mais il nous faut voir maintenant qu’il y fut envoyé à contre-gré.

129 Nous sommes donc loin de l’idée que le calife fut sauvé par des amis qui l’emportèrent vers l’Euphrate (R. Levy, Baghdad, 189) où il trouva refuge (G. Le Strange, Lands, 106).

130 Muntaẓam, VIII, 205 ; cf. Mir’āt az-zamān, fol. 61a.

131 Voir le texte de cette lettre, signée le mois de ramaḍān 451 H., dans Muntaẓam, VIII, 203-204, et Mir’āt az-zamān, fol. 60a-b.

132 Text. : عجم.

133 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 206 et Mir’āt az-zamān, fol. 61a.

134 Sur ces négociations, voir Muntaẓam, VIII, 169 et Mir’āt az-zamān, fol. 62b. Seuls ces deux historiens, Ibn al-Ǧauzī et Sibṭ b. al-Ǧauzī, citent le fait des négociations ; Ibn al-Aṯīr, Bundarī et Ibn Kaṯīr le passent sous silence.

135 Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al-Fūrakī (408-478 H.), voir sur lui Muntaẓam, IX, 17 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 32 ; à ne pas confondre avec Abū Bakr b. Fūrak (m. 406 H., voir GAL, I, 166, Suppl., I, 277-278), son grand-père ; cf. G. Makdisi, Diary, XVIII, 249, n. 4. — Faisons remarquer ici l’indifférence religieuse des salğūqides qui ont été dépeints en tant que ḥanafites fanatiques qui persécutaient les šāfi‘ites ; cf., entre autres, W. Barthold, Histoire, 86. A cette époque, le wazīr de Ṭuġril fut al-Kundurī, lui aussi ḥanafites.

136 Cette mission est citée dans la lettre de Tuġril à Quraiš ; en fut chargé, avec al-Fūrakī, le Šaiḫ Abū ’l-Wafā’ b. Zīrak ; ils avaient avec eux de l’argent et des vêtements destinés au calife ; voir Muntaẓam, VIII, 204.

137 Voir le compte rendu de la mission d’al-Fūrakī donné par lui-même dans Muntaẓam, VIII, 206-207 ; Mir’āt az-zamān, fol. 61b-62a.

138 Pour la prière d’al-Qā’im lors de son exil, invoquant Dieu contre Basāsīrī, voir le Mağmū‘ ms. 2346, à Top Kapı Sarayı, Collection Aḥmet III, fol. 2 b.

139 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, 208-211 ; Mir’āt az-zamān, fol. 63b-65b. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, VIII, 86), Bundārī (Zubda, 18) et Ibn Kaṯīr (Bidāya, XII, 83) en parlent brièvement sans se soucier de nombre de détails importants.

140 Muntaẓam, VIII, 211 ; Mir’āt az-zamān, fol. 65b.

141 Muntaẓam, VIII, 219 ; Mir’āt az-zamān, fol. 72b.

142 Kāmil, VIII, 91. Quraiš ne semble pas avoir regagné ses provinces avant sa mort ; c’était à son fils Muslim qu’incombait cette tâche ; v. infra.

143 E. Tyan (Sultanat, 97-99) continue cette tradition, mais on doit lui savoir gré d’avoir vu le mariage de Ṭuġril avec la fille du calife comme une atteinte à la dignité califienne.

144 Sur les détails de cette affaire, voir Mir’āt az-zamān, fol. 72a-88a, où cette affaire domine tous les autres événements rapportés pendant la période en question. Les informations de Sibṭ reposent sur le témoignage contemporain de Muḥammad b. Hilāl aṣ-Ṣābī dont l’Histoire est perdue. Sibṭ, à lui seul, suffirait non seulement pour tous les points principaux de l’affaire, mais pour les textes de plusieurs lettres constituant la correspondance se rapportant à l’affaire, et maints détails passés sous silence, ou négligés à divers degrés, par les autres sources. Malheureusement, le manuscrit de son Mir’āt dont la partie qui nous concerne se trouve à la Bibliothèque Nationale (fonds arabe 1506) est une copie médiocre à certains égards : il s’y trouve plusieurs lacunes qui n’ont pas été comblées dans la collation, et les points diacritiques, qui d’ailleurs ne manquent pas trop souvent, se trouvent fréquemment ailleurs qu’à leur place. A défaut d’autres copies actuellement à notre disposition, nous avons trouvé que le Muntaẓam (VIII, 218-219, 220, 221-222, 223-224, 226, 229-230) de son grand-père Ibn al-Ǧauzī, ouvrage que Sibṭ avait en main lors de la rédaction de sa propre histoire, peut bien nous servir à préciser la bonne leçon et combler bien des lacunes. De moindre importance sont les sources suivantes que nous avons néanmoins étudiées : Kāmil, VIII, 92-93, 94 ; Zubda, 19-22, 25-26 ; Bidāya, XII, 86-87, 88-89. Cf. M. C. Defrémery, Histoire, 429 ; Mirchond est moins explicite sur les moyens employés par ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī (op. cit., loc. cit., n. 1).

145 Nous croyons voir ici la raison du fait qu’Alp Arslān ne vint pas à Bagdad. Cl. Cahen (art. Alp Arslān, dans EI2) suggère qu’il n’y vint pas parce qu’il voulut éviter les querelles qu’avait eu avant lui Ṭuġril Beg avec le calife et les émirs de l’Iraq. Mais Alp Arslān n’y vint pas même pour un court séjour, à l’occasion de l’audience accordée par le calife aux émirs salğūqides ayant éliminé leurs rivaux puissants. Il n’y eut pas de troubles dans la ville lorsque Ṭuġril, avant Alp Arslān, eut cette audience solennelle en 449 H., ni lorsque Malik-šāh, après lui, l’eut en 479 H. Une visite prématurée, c’est-à-dire, avant l’élimination des rivaux pour l’émirat suprême, aurait été un acte hostile, pour ainsi dire, entraînant l’hostilité des autres émirs, jetant la ville dans le trouble. De là, le souci de la population, les préparations faites pour arrêter le commerce, la hausse des prix, etc., lorsqu’il y eut de telles visites prématurées, ou des rumeurs à cet égard. Pour les rumeurs sur de telles visites par Alp Arslān, voir Muntaẓam, VIII, 234 (sub anno 456) et, en 460 H., en šauwāl et ḏū ’l-qa‘da, Diary §6, § 19. Alp Arslān, croyons-nous, attendait le moment opportun pour faire son entrée triomphale à Bagdad, moment qui, à la différence de Ṭuġril et de Malik-šāh, ne vint jamais.

146 Son frère ; le premier de la lignée des sultans salğūqides de Kirmān.

147 Fils de Quraiš b. Badrān et son successeur.

148 Dont le fils, Sulaimān, fut le premier des sultans salğūqides de Rūm.

149 Gouverneur d’Ahwāz et de Baṣra sous le règne de Ṭuġril.

150 Qāwurt, fils de Čaġrī Beg, qui se trouve à la tête de la dynastie salğūqide de Kirmān, sur laquelle dynastie voir M. Th. Houtsma, Geschichte (table généalogique, p. 366).

151 Voir Muntaẓam, VIII, 231 ; et surtout Mir’āt az-zamān, fol. 91a, 92a-93a, 94b, pour l’exposé détaillé de son affaire.

152 Voir sa lettre adressée au dīwān califien, Mir’āt az-zamān, fol. 92b.

153 Voir op. cit., fol. 93b : انا العبد الجاني و مهما أمرت به أمتثلته من غير مخالفةو لا مراجعة

154 Voir op. cit., fol. 100a (sub anno 456), 100b (sub anno 457), 122b (sub anno 462), 136b (sub anno 464) ; voir aussi Zubda, 31 (sub anno 457).

155 Zubda, 37.

156 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 98a.

157 Op. cit., fol. 112b.

158 Zubda, 28.

159 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 95a-b ; Zubda, 28.

160 Mir’āt az-zamān, fol. 92b :هذا أمر لا يمكن الا في السلجوقية و يجب ان تتشاغل بقاورت بك الذي هو بقربك و قد استولى على البلاد ختى تدفعه و يكون لك بعد ذلك حديث

161 Mir’āt az-zamān, fol. 99a.

162 Op. cit., fol. 99b-100a.

163 Voir op. cit., 106a : أنت قد طار في رأسك الملك و مكاتبة الخليفة تطلبه و بذل المال و الاشتغال بالسور au lieu de : cf. loc. cit., plus bas, lorsqu'il parle de la muraille (sūr) autour d'al-Ahwāz) على ألأهواز للتحصن

164 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 126a ; Zubda, 36-37.

165 Mir’āt az-zamān, fol. 103a.

166 Op. cit., fol. 95a.

167 Op. cit., fol. 95b ; Alp Arslān lui dit : « ma joie est de t’avoir près de moi ! comment veux-tu donc t’éloigner de nous ? » (سروري بقربك فكيف تبعد عنا).

168 Op. cit., fol. 95b.

169 Op. cit., fol. 103b.

170 Op. cit., loc. cit.

171 Op. cit., fol. 104a ; on disait que l’argent était caché dans les ustensiles de cuisine.

172 Kundurī essaya, après la mort de Tuġril, de s’emparer des bijoux de la fille du calife ; v. Muntaẓam, VIII, 230-231.

173 Voir Muntaẓam, VIII, 235, 239 ; Mir’āt az-zamān, fol. 105a, et 105b où Sibṭ affirme que c’était Niẓām al-Mulk qui poussa l’entourage à conseiller la mise à mort de Kundurī.

174 Le riche marchand šāfi‘ite, le Ra’īs Abū ‘Alī Ḥassān b. Sa‘d al- Manī‘ī (m. 463 H.) ; voir sa notice biographique dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 131-132, et surtout le passage tiré de l’histoire de ‘Abd al-Ġāfir. C’est là aussi l’opinion de H. Bowen (fondée sur le Mir’āt az-zamān), Sargudhasht, 782, n. 2. C’était aussi, avant lui, celle d’E. G. Browne, Persia, II, 175, de G. Weil, Geschichte, III, 104 et de A. Müller, Islamstudien, II, 86. Elle n’est pas celle de K. von S. Sghabinger, Geschichte, qui cherche à justifier Niẓām al-Mulk. Schabinger a lieu de croire que la prophétie de Kundurī adressée à Niẓām, selon laquelle la mort de celui-ci est prédite par Kundurī, a dû être fabriquée de toutes pièces après la mort de Niẓām al-Mulk ; mais cela n’empêche pas que cette légende, mise en circulation après coup, fût possible précisément parce qu’elle cadrait avec les faits. D’ailleurs, Niẓām al-Mulk nous fournit assez de cas de meurtres pour qu’on puisse douter de ses tactiques.

175 Muntaẓam, VIII, 234-235 ; Mir’āt az-zamān, fol. 95b ; c’est à cette occasion que le calife dit à Alp Arslān de supprimer Kundurī.

176 Mir’āt az-zamān, fol. 91b.

177 Muntaẓam, VIII, 276-277. Les hommes pieux de Buḫārā, dit Ibn al-Ǧauzī, ville qui venait d’être pillée par les troupes salğūqides, jeunèrent et prièrent pour qu’il mourût.

178 Pour la correspondance entre les deux frères, voir notamment Mir’āt az-zamān, fol. 99a, 118a ; sur Faḍlawaih (Faḍlūya), qu’Alp Arslān soutint contre Qāwurt, v. op. cit., fol. 100a-b ; sur le fils de Qāwurt, Sulṭān-šāh Isḥāq, révolté contre son père, soutenu contre lui sans succès par Alp Arslān, v. op. cit., fol. 122b.

179 Voir supra, p. 120, n. 1.

180 Ce n’est donc pas le simple fait que les wazīr, à cette époque, exerçaient plus d’« autorité » qu’auparavant, à cause de l’analphabétisme des sultans salğūqides qui les rendaient incapables de comprendre le caractère embrouillé de l’administration bureaucratique (cf. W. Barthold, Turkestan, 308). Niẓām n’avait pas ce pouvoir auprès d’Alp Arslān, ni Kundurī, avant lui, auprès de Ṭuġril.

181 H. Bowen (art. Niẓām al-Mulk dans EI) dit à juste titre que la position de Niẓām fut analogue à celle des barmakides et à celle du célèbre wazīr buwaihide, Ismā‘īl b. ‘Abbād.

182 Sur le règne de Malik-šāh, voir I. KafesoǦlu, Melikşāh.

183 Selon Mir’āt az-zamān, fol. 142b.

184 Ses fils furent emprisonnés comme leur père, mais l’on se contenta de leur faire crever les yeux au lieu de les faire mourir ; voir aussi Ṣafadī, Nakt, 117-119. Ils s’échapperont de prison et se sauveront à Kirmān où ils continueront la dynastie des salğūqides de Kirmān.

185 Les soldats, en condamnant Niẓām al-Mulk et Malik-šāh, protestèrent que ce n’était pas là le dernier testament d’Alp Arslān (ما هكذا أوصى ألب أرسلان)

186 Voir les détails notamment dans Mir’āt az-zamān, fol. 139b-140b, 143b (notice biographique sur Qāwurt) ; et dans Muntaẓam, VIII, 277-278.

187 Son offre ne fut pas acceptée par le calife qui suivit, en cela, le conseil de son wazīr Faḫr ad-Daula b. Ǧahīr ; Mir’āt az-zamān, fol. 160a.

188 Voir Mir’āt az-zamān, fol. 145b.

189 Op. cit., fol. 154b.

190 Voir les détails sur ces deux frères de Malik-šāh dans Mir’āt az-zamān, fol. 178a.

191 Op. cit., fol. 189a.

192 Il nous est parvenu sur cet émir des inscriptions sur des œuvres pies ordonnées par son wazīr dans la Mosquée des Umaiyades à Damas, datées de l’an 475 H. ; ce sont des constructions de certaines parties de la mosquée citées comme ayant été faites « pendant le califat » de Muqtadī, « sous l’empire » du sulṭān Malik-šāh, « aux jours » d’al-malik al-ağall Tutuš, « et dans les jours du wazīrat » de Niẓām al-Mulk, par le wazīr Abū Naṣr Aḥmad b. al-Faḍl. Voir les numéros 2734, 2735 (où Niẓām al-Mulk n’est pas nommé par le wazīr de Tutuš ; se peut-il qu’elle doive être datée avant celle de 2734 ?), 2736, 2737, dans Répertoire. Deux autres inscriptions concernant des œuvres pies ordonnées par Tutuš lui-même, désigné al-malik ağall (n° 2778, daté 482 H.) et al-malik al-mu‘aẓẓam (n° 2860, sans date ; mais sans doute après la mort de Malik-šāh en 485 H.).

193 Op. cit., fol. 180a.

194 Op. cit., fol. 188b.

195 Op. cit., fol. 193a.

196 Op. cit., fol. 193b.

197 Cf. op. cit., fol. 180a.

198 Muntaẓam, VIII, 323 ; Kāmil, VIII, 128 où il faut lire (ligne 9), للسلطان, au lieu de السلطان, et (ligne 11), أربعة مائة au lieu de مائة (si l’on s’en tient aux autres sources) ; Bidāya, XII, 120.

199 Muntaẓam, VIII, 330 ; Mir’āt az-zamān, fol. 172a-b.

200 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 173b-174a (cf. aussi Muntaẓam, VIII, 330), où il est difficile de ne pas y voir la main dirigeante de Niẓām al-Mulk.

201 Muntaẓam, VIII, 6-7 ; Mir’āt az-zamān, fol. 180b ; Kāmil, VIII, 133-134 ; Bidāya, XII, 124.

202 Tāğ al-Mulk fonda la Madrasa Tāğīya en l’an 482 H., v. G. Makdisi, Institutions, 25-26. Ses œuvres pies, à l’instar des autres hauts personnages du commerce ou du gouvernement, dataient déjà d’avant cette fondation pieuse à Bagdad ; cf. dans la salle à coupole à l’entrée nord-est du Masğid Ǧāmi‘ d’Iṣbahān l’inscription portant la date de 481 H., n° 2774 du Répertoire.

203 Mir’āt az-zamān, fol. 198b.

204 Voir Répertoire, nos 2780, 2783, 2792, 2798.

205 Op. cit., nos 2775, 2799.

206 L’agent de Malik-šāh fut le qāḍī ’l-quḍāt Abū Bakr aš-Šāmī, et celui de Tāğ al-Mulk fut Abū Ṭāhir b. al-Iṣbāġī. Voir Muntaẓam, VIII, 60-61 ; Bidāya, XII, 138-139.

207 Muntaẓam, VIII, 63.

208 W. Fischel, Jews, 33, n. 1, dit que le sultan se lamenta sur la mort d’Ibn ‘Allān pendant trois jours ; il sait que cette mort fut le résultat d’intrigues, mais ne semble pas avoir compris le rôle qu’y joua le sultan. Nous ne savons pas comment l’auteur a pu comprendre ainsi sa source (Kāmil, sub anno 472), qui est d’ailleurs assez claire. Il fait aussi d’Ibn Samḥa un agent de Malik-šāh, alors qu’il fut celui de Niẓām al-Mulk.

209 Muntaẓam, VIII, 62, 74.

210 Op. cit., VIII, 74.

211 Ibid. ; pour ces trois grands personnages, voir aussi les notices dans Kāmil, VIII, 161-165 (anno 485). — Sur Niẓām al-Mulk et sa chute, voir E. G. Browne, Persia, II, 175-176, 184 et ss. M. Th. Houtsma, Death (où Tāğ al-Mulk est justifié et le meurtre assigné aux bāṭinites, mais cela n’empêche pas qu’ils fussent des meurtriers à gages, employés par les ennemis de Niẓām al-Mulk) ; H. Bowen, art. Niẓām al-Mulk dans ΕΙ ; K. Rippe, Sturz.

212 Voir, là-dessus, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 92.

213 Règne : 527-547/1133-1152.

214 Règne : 530-555/1136-1160.

215 Règne de Mustaršid : 512-529/1118-1135.

216 Muntaẓam, IX, 62-63. Ce fut à Barūğird, voir là-dessus l’article récent dans EI2 (L. Lockhardt), s.v. Barūdjird.

217 Muntaẓam, IX, 76-77.

218 Op. cit., IX, 80, 82.

219 Op. cit., 87. Voir sur Barkiyārūq, l’étude (déjà ancienne mais bonne à certains égards dans sa narration des faits) de M. C. Defrémery, Recherches, à contrôler par l’étude récente dans EI2, s.v. (Cl. Cahen), où l’auteur dit qu’il manquait dans l’entourage de Barkiyārūq un homme doué d’une autorité incontestée tel que Niẓām al-Mulk. Cf. aussi M. F. Sanaullah, Decline, 39 et ss. Nous croyons, cependant, que Barkiyārūq s’y serait opposé à la manière de son père Malik-šāh, vu les intérêts personnels de Niẓām al-Mulk.

220 En 493 H., la ḫuṭba fut faite au nom de Barkiyārūq à partir du vendredi 15 ṣafar, et l’on cessa d’y mentionner le nom de Muḥammad (voir Muntaẓam, IX, 112) ; le 14 rağab de la même année, elle passa de Barkiyārūq à Muḥammad (op. cit., IX, 113). En 494 H., elle fut faite de nouveau au nom de Barkiyārūq en šauwāl, et en ğumādā II, de nouveau, au nom de Muḥammad ; le ḫaṭīb, se trompant de nom, fut destitué pendant deux semaines ; (op. cit., 123, 124). En 496 H., dans le même mois, rabī‘ I, la ḫuṭba passa de Muḥammad à Barkiyārūq, puis fut limitée au seul nom du calife, par ordre de celui-ci, à cause de l’état de guerre indécis entre les deux frères (op. cit., 134). En 497 H., il y eut une paix entre les deux, et la ḫuṭba passa au nom de Barkiyārūq (op. cit., 138), qui mourut au début de l’année suivante (op. cit., 141).

221 Sur le titre de sulṭān et malik, cf. W. Barthold, Histoire, 83-84 ; cependant, sa conception du calife comme « chef de la religion » et du sultan comme celui « auquel le calife avait cédé son pouvoir temporel » doit être corrigée maintenant par E. Tyan, Sultanat.

222 Muntaẓam, IX, 141-142.

223 Op. cit., IX, 143. Cf. l’article Ayāz dans EI2 (anon.).

224 Sur le règne de Sanğar, voir l’étude de M. Köymen, Büyük (1954) ; y ajouter, sur les institutions de ce règne, l’étude de A. K. S. Lambton, Administration.

225 Voir Muntaẓam, IX, 130 et X, 178 ; cf. supra, pp. 142-3.

226 Op. cit., IX, 205, 206.

227 Muntaẓam, IX, 216 ; Mir’āt az-zamān, fol. 297b. C’est ainsi que les chroniqueurs diront plus tard que Maḥmūd et Sanğar « s’associèrent dans le sultanat » (اشتركا في السلطنة) ; voir là-dessus E. Tyan, Sultanat, II, 34 et n. 3, qui ne considère pas ce passage comme l’expression d’une réalité juridique et qui l’explique comme signifiant que « les deux personnages reconnurent réciproquement l’autorité l’un de l’autre sur leurs territoires respectifs, puisque, aussi bien, nous savons, d’autre part, que, depuis quelque temps déjà, le seul et véritable sultan, reconnu par toute la famille salğūqide, était Sanğar. » — E. Tyan veut garder l’unicité juridique du sultanat, car, dit-il, « une dualité du sultanat serait un empiètement sur le statut du calife même et supposerait une division de l’institution califienne » (loc. cit.). Mais notre texte (Muntaẓam, IX, 216) parle de « deux sultans » (خطب للسلطانين), chacun d’eux recevant le titre de šāh-in-šāh, roi des rois, donc plus haut placé qu’un simple roi, ou malik. — Il faut se rappeler que le sultanat, appelé par Māwardī l’émirat de conquête, n’avait pas à proprement parler un statut juridique, et répondait simplement à une situation de fait, à laquelle était contraint le calife temporairement. Une dualité de sultanat ne pouvait que servir le but du califat, à savoir la faiblesse de cette institution anti-califienne et non constitutionnelle.

228 Sanğar fut malik pendant 22 ans, et malik et sulṭān pendant 40 ans environ, dit Ibn al-Ǧauzī, son contemporain, dans une notice biographique qu’il consacre à ce salğūqide dans le Muntaẓam, X, 178 ; cf. Kāmil, IX, 55 (anno 552) ; Bidāya, XII, 237.

229 Muntaẓam, IX, 130, 131.

230 Règne : 530-555/1136-1160.

231 Voir les détails dans Mir’āt az-zamān, fol. 111b-112a ; v. aussi G. Makdisi, Diary, XVIII, 254, n. 1 ; Muntaẓam, VIII, 249-250.

232 Muntaẓam, VIII, 293 ; Mir’āt az-zamān, fol. 214a.

233 Muntaẓam, VIII, 293 ; Bidāya, XII, 111.

234 Voir, sur cette muraille, G. Makdisi, Topography, 40-42.

235 L’importance du calife al-Mustaẓhir apparaît aussi dans le nombre d’ouvrages contemporains à lui dédiés (cf. les ouvrages dont les titres sont parvenus jusqu’à nous : par Isfarā’inī (m. 488 H.), Ġazzālī (m. 505 H.) et Šāšī (m. 507 H.) ; v. Kašf aẓ-ẓunūn, 690, 1030, 1674) ; cf. aussi le cas des deux suppliques adressées au calife pour des diplômes de confirmation de biens « considérée comme utile en un pays éloigné comme l’Arrān ou le Širvān pour une question de propriété », Cl. Cahen et V. Minosrky, Recueil, 121.

236 Muntaẓam, IX, 197.

237 Voir l’affaire du frère d’al-Mustaršid, sa fuite du palais califien pour se déclarer lui-même calife, appuyé en cela par les émirs, sa livraison au calife par l’émir mazyadite moyennant le paiement de 20.000 dinars, son emprisonnement par al-Mustaršid, et le paiement par celui-ci au sultan Maḥmūd qui demanda la liberté du frère du calife (qui eut une grande valeur comme rival du calife) de la somme de 300.000 dinars pour le taire. Voir, là-dessus, Muntaẓam, IX, 204-205, 218 ; voir aussi la notice sur ce frère d’al-Mustaršid, dans Ḫarīda, I, 35-36.

238 Cf. le document de la collection Geniza qui fait preuve d’une « attitude indépendante » vis-à-vis des salğūqides, S. D. Goitein, Report, 62 (nous ne sommes pas toutefois d’accord sur le rôle du calife comme protecteur des ḏimmī contre le sultan, loc. cit., n. 5 ; le calife lui-même eut sa part de l’argent payé par les ḏimmī, v. op. cit., 61, et Muntaẓam, IX, 228, anno 515).

239 Sur Sanğar (m. 552 H.) qui fut malik de 490 à 512 H. et sulṭān à partir de cette année-là, v. Muntaẓam, X, 178 ; Kāmil, IX, 55 (anno 552) ; Wafayāt, n° 265 ; Bidāya, XII, 237 ; Šaḏarāt, V, 162 ; v. aussi E. G. Browne, Account, 849 et ss.

240 Nous n’avons pas traité des croisades pour la simple raison que Bagdad n’y fut pas mêlé. Sur les croisades, à l’époque qui nous occupe, nous renvoyons le lecteur aux études récentes de Cl. Cahen, Introduction, et L’Islam, et de H. A. R. Gibb, Caliphate.

241 Pour les détails, voir G. Makdisi, Topography, 282-296 ; sur la ville de Bagdad en général, voir l’article récent, Baghdād, dans EI2 (A. A. Duri).

242 Voir G. Makdisi, op. cit.

243 Cf. op. cit.

244 Cf. G. Makdisi, Topography, passim.

245 Cf. pour Byzance les remarques de J. Laurent, Byzance, 102 : « Les turcs avaient en peu d’années totalement ruiné le pays » ; v. aussi, ibid., n. 3 (pp. 106-107).

246 Muntaẓam, VIII, 163, 165-166 ; Kāmil, VIII, 72 (anno 447) ; Bidāya, XII, 67.

247 Muntaẓam, VIII, 170-171, 173, 179 ; Kāmil, VIII, 79 (anno 448), 81 (anno 449) ; Bidāya, XII, 68, 70-71.

248 Muntaẓam, VIII, 234.

249 Voir G. Makdisi, Diary, XVIII, 249 (§§ 6 et 7 où le rêve ayant rapport à Alp Arslān et son interprétation par Ibn al-Bannā’). Plus loin (§ 19, p. 254) ces rumeurs semblent avoir été confirmées dans des rapports arrivés à Bagdad ; mais Alp Arslān n’y vint pas.

250 Aux funérailles de la sœur du calife al-Qā’im n’assistaient qu’une quarantaine de personnes, car la ville, explique le chroniqueur, se vida de ses habitants (لخلو البلاد و انقراض الناس بالموت و الفقر), Muntaẓam, VIII, 175 (anno 448).

251 Cf. le cas du traditionniste Ibn ‘Uššārī, maître d’Ibn ‘Aqīl, dans Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 192.

252 Nous devons le texte de cette fatwā à Ibn ‘Aqīl qui y admirait beaucoup le raisonnement du Sarīf ; voir Ḏail, I, 31 où il faut lire : الغز إلى بغداد ,, au lieu de : الغزالي بغداد.

253 Voir, par exemple, dans Bagdad et environs, Muntaẓam, VIII, 128 et 129 (anni 437 et 438), 179-181 (anno 449), 216 (anno 452), 232 (anno 455), 246 (anno 459 ; v. aussi Bidāya, XII, 95), 290 (anno 467 ; aussi Bidāya, XII, 109), 294-295 (anno 467 ; aussi Bidāya, XII, 112), 307 (anno 469 ; Bidāya, XII, 115), IX, 14-15 (anno 478 ; Bidāya, XII, 127), 27 (anno 479), 113 (anno 493 ; aussi Kāmil, VIII, 195).

254 Kitāb al-funūn, fol. 235b.

255 Voir, sur les ‘aiyārūn, Cl. Cahen, Mouvements populaires.

256 Voir les détails dans Muntaẓam, VIII, et IX, passim, et Cl. Cahen, op. cit.

257 Voir notamment Muntaẓam, IX, 137 (anno 497).

258 Muntaẓam, VIII, 272 ; Bidāya, XII, 105 ; Dail, I, 24.

259 Muntaẓam, VIII, 272-273 ; Kāmil, VIII, 119 ; Dail, I, 24.

260 Le calife offrit au šiḥné 1.000 dinars que celui-ci refusa en objectant que le revenu annuel était de 1.800 ; alors, le calife écrivit à Niẓām al-Mulk qui accepta de verser les 800 dinars et la prostitution cessa. Muntaẓam, VIII, 307.

261 Ce qui explique le manque d’intérêt fondamental à faire la guerre aux croisés ; Bagdad étant trop loin de la scène, ni le calife, et encore moins les salğūqides qui se disputaient la succession au sultanat, ne purent s’y intéresser.

262 Il y eut des exceptions parmi les fonctionnaires qui, acceptant un poste gouvernemental, gardèrent en même temps leur privilège, en tant que musulmans, de critiquer toute action gouvernementale qui s’opposait à l’esprit de la loi musulmane ; tels, par exemple, le qāḍī’l-quḍāt Abū Bakr aš-Šāmī, maître d’Ibn ‘Aqīl, et l’historien Abū Šuğā‘ ar-Rūḏrāwarī, wazīr du calife al-Muqtadī, voir Muntaẓam, IX, 96 et 56 respectivement.

263 A. Mez, Renaissance. Pour une bibliographie sur les minorités confessionnelles, voir, entre autres, A. S. Tritton, Caliphs ; le même, Non-Muslim ; E. Strauss, Social ; S. D. Goitein, Report ; A. Fattal, Statut.

264 A. Mez, Renaissance, 50.

265 Autrefois, les muḫammisa, šī‘ites extrémistes, purent jouer ce rôle dans l’État musulman ; voir là-dessus l’étude de L. Massignon, Recherches (surtout pp. 381-382 pour l’explication de l’infiltration de cet élément minoritaire ‘šī‘ite dans l’administration ‘abbāside sunnite).

266 Cf. déjà le cas de l’astronome chrétien dont se moquaient deux musulmans qui lui reprochaient de ne pas porter les signes distinctifs (giyār) ; se plaignant au gouvernant au service duquel il était, les deux musulmans furent emprisonnés ; voir A. S. Tritton, Islam, 334.

267 En ce qui concerne le vie/xiie siècle en Espagne, où la question des ḏimmī se posait de la même façon, voir la fatwā publiée par R. Gottheil, Fetwa.

268 Muntaẓam, VII, 219 ; Bidāya, XI, 330.

269 Muntaẓam, VII, 262 ; Bidāya, XI, 348. Cet incident est rapporté aussi par A. S. Tritton, Caliphs, 109.

270 Il est à noter que le titre sulṭān appartient en réalité, à cette époque, au calife ; il s’agit donc ici, non pas du sultan Ṭuġril Beg, mais bien du calife al-Qā’im. Pour l’usage de ce titre à cette époque, voir la source contemporaine qu’est le journal d’Ibn al-Bannā’ (m. 471 H.), dans G. Makdisi, Diary, XVIII, 249 (§ 4), n. 2.

271 Voir, sur lui, G. Makdisi, Diary, XIX, 32 (§ 61), n. 3.

272 Muntaẓam, VIII, 171 ; Bidāya, XII, 69.

273 Abū ’l-Qāsim ‘Abd aṣ-Ṣamad b. ‘Umar ad-Dīnawarī (m. 397 H.), sermonnaire, ascète, connu pour sa piété, sa critique des mœurs et ses nombreux partisans. Voir, sur lui, Tārīḫ Baġdād, XI, 43-44, Muntaẓam, VII, 235-236 ; cf. G. Makdisi, Diary, XIX, 295 (§ 123), n. 4.

274 Voir, sur lui, op. cit., XIX, 31 (§ 57), n. 1.

275 Voir supra, p. 156, n. 3.

276 Voir sur lui, la notice biographique dans Muntaẓam, IX, 141 ; il mourut en 497 H.

277 Op. cit., VIII, 190.

278 Op. cit., IX, 14.

279 Cf. Mawardī, Statuts, 513.

280 Voir supra, p. 157, n. 1.

281 Muntaẓam, IX, 17 ; Bidāya, XII, 127.

282 Voir G. Le Strange, Lands, index.

283 Muntaẓam, IX, 38.

284 Mourut en 498 H. ; sa famille, restée chrétienne, ne put pas, en raison des exigences de la loi musulmane, aspirer à l’héritage ; voir les notices biographiques dans Kāmil, VIII, 229 (anno 498) ; Ṣafadī, Nakt, 201-203.

285 Muntaẓam, IX, 55 ; Bidāya, XII, 137.

286 Muntaẓam, IX, 55. Voir aussi A. S. Tritton, Caliphs, 120-121.

287 Muntaẓam, IX, 56 ; Kāmil, VIII, 154 (anno 484) ; Bidāya, XII, 137.

288 Muntaẓam, IX, 143 ; Bidāya, XII, 164.

289 Muntaẓam, X, 20.

290 Voir op. cit., IX, 228. Voir aussi A. S. Tritton, Caliphs, 121 ; et S. D. Goitein, Report. Goitein dit que la mention du resh galutha indique clairement qu’il s’agissait de la communauté juive ; c’était assurément à cause de leur capacité de payer. Les extorsions ne distinguaient pas alors entre chrétiens et juifs, ni même musulmans (cf. les cas des wazīr, des ‘amīd, des šiḥné, des marchands enrichis, qui durent de temps à autre se soumettre aux mêmes procédés). Voir aussi A. Fattal, Statut, 104, où sont cités les restrictions des années 484 et 515.

© Presses de l’Ifpo, 1963

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter