Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ibn ʿAqīl et la résurgence de l’islam traditionaliste au XIe siècle (Ve siècle de l’Hégire)

 | 
George Makdissi

Chapitre I. Les sources

Texte intégral

I. LES SOURCES BIOGRAPHIQUES

1. LES SOURCES CONTEMPORAINES EXISTANTES

  • 1 Pour la notice d’Ibn Abi Ya‘lā sur Ibn ‘Aqīl, voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 259.

1Trois sources contemporaines de la vie d’Ibn ‘Aqīl nous sont parvenues directement. La première est simplement une notice nécrologique qui se borne à nous donner son nom, la date de sa naissance et la date de sa mort. A nous en tenir à l’édition du Caire, la seule imprimée, cette source se révèle de peu d’utilité. Ibn ‘Aqīl y est cité comme Qāḍī ’l-quḍāt, alors que de sa vie il ne le fut, et la date de sa naissance est fautive. Cette source, intitulée les Ṭabaqāt al-ḥanābila, est l’ouvrage biographique d’Ibn Abī Ya‘lā (m. 526/1131), contemporain d’Ibn ‘Aqīl et fils d’un de ses maîtres les plus importants, le Qāḍī Abu Ya‘lā (m. 458/1065)1.

  • 2 Voir G. Makdisi, Diary.
  • 3 Voir G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl.

2La deuxième consiste en plusieurs passages d’un ouvrage historique qui nous est conservé dans un état fragmentaire à la Bibliothèque Ẓāhirīya de Damas. C’est le brouillon autographe du journal d’un historien ḥanbalite, Abū ‘Alī b. al-Bannā’ (m. 471/1078)2, ancien disciple du maître d’Ibn ‘Aqīl que nous venons de citer. Une partie importante de la vie d’Ibn ‘Aqīl y est rapportée par l’auteur, contemporain des faits et témoin oculaire. Dans une étude que nous avons faite sur ces passages se rapportant à Ibn ‘Aqīl3, nous les avons divisés en deux groupes : ceux qui traitent de notre ḥanbalite en citant son nom, et ceux qui en traitent sans s’y référer. Nous avons trouvé qu’une partie non négligeable du journal s’occupe d’Ibn ‘Aqīl, particulièrement en ce qui concerne les événements importants de cette époque qui se place en 460-461/1068-1069. Ces événements se rapportent à la deuxième persécution d’Ibn ‘Aqīl qui aboutit à sa rétractation publique en 465/1072.

  • 4 Ms. arabe Paris 787.

3La troisième et dernière source contemporaine sur Ibn ‘Aqīl consiste en quelques passages autobiographiques tirés de son Kitāb al-funūn4.

  • 5 Voir L. Massignon, Passion, 366-367 ; le même, Textes inédits, 92 ; le même, Isnād, 391. Voir auss (...)
  • 6 Voir ibid., 91 et passim.

4Voilà donc tout ce que nous avons trouvé comme sources contemporaines et directes sur Ibn ‘Aqīl. La première n’offre aucun renseignement qui mérite d’être retenu. La deuxième est d’un auteur qui ne sympathise point avec notre ḥanbalite, car celui-ci était suspect à tout un groupe de son école, à cause de cet esprit réfractaire et indépendant qui le mena à étudier les doctrines des mu‘tazilites de son temps et à manifester une grande admiration pour le martyr mystique de l’Islam, al-Ḥallāǧ5. L’auteur de la première source ne laisse pas voir la véritable importance d’Ibn ‘Aqīl au sein de son école. Il le traite sans considération en lui consacrant une très courte notice. L’attitude hostile de l’auteur de la deuxième source ne se cache pas dans son journal où l’on voit sa sympathie pour le Šarīf Abū Ǧa‘far (m. 470/1077), chef du groupe persécuteur6. Mais cette source n’est pas pour autant moins fondamentale à propos d’une période cruciale de la vie d’Ibn ‘Aqīl. La troisième source, étant autobiographique, est, par là même, limitée dans son utilité en tant que source impartiale. Elle est cependant précieuse du point de vue psychologique.

2. LES SOURCES TARDIVES

5Outre ces trois sources contemporaines, nous disposons de notices biographiques dont un certain nombre contiennent des sources remontant à des contemporains d’Ibn ‘Aqīl. Les voici, par ordre chronologique de leurs auteurs, et examinées, par la suite, chacune à son tour :

6Ibn al-Ǧauzī, Muntaẓam, IX, 212-215.

7Ibn al-Ǧauzī, Manāqib, 526-527.

8Ibn al-Aṯīr, Kāmil, sub anno 513.

9Sibṭ b. al-Ǧauzī, Mir’āt az-zamān, ms. arabe Paris 1506, fol. 295-296 (éd. Ḥaidarābād, I, 83-89).

10Ḏahabī, Tārīḫ al-Islām, ms. Aya Sophia 3010, fol. 101b-102b.

11Ḏahabī, Duwal al-Islām, II, 28.

12Ibn Aibak ad-Dimyāṭī, al-Mustafād min Ḏail Tārīḫ Baġdād li ’bn an-Naǧǧār, fol. 57b-58a.

13Ibn Šākir al-Kutubī, ‘Uyūn at-tawārīḫ, ms. Dār al-Kutub, Tārīḫ 1497, pp. 183-184 ; ms. Cambridge, Add. 2922, fol. 31a-b.

14Yāfi‘ī, Mir’at al-ǧanān, III, 204.

15Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, 184.

16Ibn Raǧab, Ḏail, I, 171-199.

17Nābulsī, Muḫtaṣar, 413.

18Ǧazarī, Ṭabaqāt, I, 556-557.

19Ibn al-Ahdal, Ġirbāl az-zamān, ms. Br. Mus., Add. 21,587, fol. 108b.

20Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm (éd. Dār al-Kutub), V, 219.

21‘Ulaimī, Manhaǧ, 230 et ss.

22Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt, IV, 35-40.

23Ālūsī (Nu‘mān), Ǧilā’ al-‘ainain, 99-101.

24Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 29-32.

  • 7 Né en 508 H. (510 ?), Abu ’l-Faraǧ b. al-Ǧauzī avait trois ou cinq ans lorsque mourut Ibn ‘Aqīl.
  • 8 Ibn QudĀma, Taḥrīm.
  • 9 Šaḏarāt, IV, 331.
  • 10 Šaḏarāt, loc. cit.

25La notice biographique sur Ibn ‘Aqīl dans le Muntaẓam est fondamentale. L’auteur, Ibn al-Ǧauzī (m. 597/1200)7, poly-graphe ḥanbalite bien connu, eut une grande admiration pour Ibn ‘Aqīl. Sa bibliothèque contenait plusieurs tomes de l’ouvrage « encyclopédique » d’Ibn ‘Aqīl, le Kitāb al-funūn, dont il distribua le contenu dans ses ouvrages. Il montre sa sympathie pour Ibn ‘Aqīl par le grand respect qu’il lui porte et par l’influence qu’eut sur lui la lecture de cet ouvrage monumental. Le grand jurisconsulte de Damas, Muwaffaq ad-Dīn b. Qudāma (m. 620/1223), qui consacra un ouvrage contre les mutakallimūn8, les partisans de la théologie spéculative (kalām), et contre Ibn ‘Aqīl qu’il considérait comme tel, fit la déclaration suivante sur Ibn al-Ǧauzī : « nous ne trouvons pas bons ses ouvrages sur la Sunna, ni la méthode dont il se sert en la matière9. » Ibn Raǧab dit, plus explicitement, qu’Ibn al-Ǧauzī fut critiqué sévèrement par les grands maîtres de son école à cause de son utilisation du ta’wīl dans certains de ses ouvrages. Ibn Raǧab trouve ce reproche légitime. A son tour, il critique Ibn al-Ǧauzī pour avoir négligé de réfuter les fausses doctrines des mutakallimūn, alors qu’il était éminemment qualifié pour cette tâche par sa prodigieuse connaissance de la tradition du Prophète et de ses Compagnons. Ibn Raǧab attribue cette négligence de la part d’Ibn al-Ǧauzī à l’influence qu’eut sur lui Ibn ‘Aqīl10.

  • 11 Voir RŪdĀnĪ, Ṣila, fol. 100b.

26Ibn al-Ǧauzī cite trois sources dans la notice qu’il consacre à Ibn ‘Aqīl dans son Muntaẓam. Il cite son professeur Abu ’l-Faḍl b. Nāṣir (m. 550/1155) qui, élève d’Ibn ‘Aqīl, transmit certains ouvrages de celui-ci à Ibn al-Muqaiyir11. Puis il cite un autre de ses professeurs qu’il ne nomme pas, mais qui, comme le premier, est un contemporain d’Ibn ‘Aqīl. Le premier nous donne la date de naissance d’Ibn ‘Aqīl d’après l’autorité même de ce dernier, et le second nous donne quelques détails sur sa mort. Tout le reste de cette notice d’Ibn al-Ǧauzī se compose de passages autobiographiques d’Ibn ‘Aqīl. Quant à l’autre ouvrage d’Ibn al-Ǧauzī, les Manāqib, où il y a une courte notice, aucune source n’y est citée, et elle n’ajoute rien de nouveau aux données du Muntaẓam.

  • 12 Voir sur lui les notices biographiques citées dans GAL, I, 345, Suppl. I, 587.
  • 13 Sur la méthodologie peu rassurante de cet historien, voir l’excellente étude de H.A.R. GIBB, Notes(...)

27Ibn al-Aṯīr (m. 630/1232)12 ne donne pas la source de sa biographie sur Ibn ‘Aqīl ; mais elle peut bien être le Muntaẓam, auquel il n’ajoute rien de nouveau13.

28Sibṭ b. al-Ǧauzī (m. 654/1256), historien et prédicateur ḥa-nafite, se fonde, pour sa notice sur Ibn ‘Aqīl, sur le Muntaẓam de son grand-père que nous venons de citer, et il y ajoute des histoires curieuses qu’il dit avoir tirées du Kitāb al-funūn d’Ibn ‘Aqīl. Il y ajoute aussi, ça et là, des observations personnelles. Cette notice est plus développée que celle du Muntaẓam, mais elle n’apporte pas de données historiques nouvelles.

29Ḏahabī (m. 748/1347), traditionniste šāfi‘ite, a une très courte notice dans ses Duwal al-Islām. Il en a une autre beaucoup plus développée dans son ouvrage inédit, Tārīḫ, al-Islām, qui fut utilisée comme source par Ibn Raǧab et Ǧazarī (v. plus bas). A ses propres observations, Ḏahabī ajoute les informations qu’il puisa chez Ibn al-Ǧauzī, sans doute dans le Muntaẓam.

  • 14 Voir, infra, les histoires de Bagdad.

30Ibn Aibak ad-Dimyātī (m. 749/1348) est l’auteur d’un abrégé de l’ouvrage d’Ibn an-Naǧǧār (m. 643/1245), Ḏail Tārīḫ Baġdād, dictionnaire biographique monumental, dont nous ne possédons qu’une partie14.

  • 15 Voir GAL, Suppl. I, 563.
  • 16 La version originale devait être dans le ms. de la Bibliothèque Nationale de Paris, mais ce ms. es (...)
  • 17 Né en 472/1079.

31Ibn Aibak ad-Dimyāṭī (m. 749/1348)15 nous a conservé une version de la notice d’Ibn an-Naǧǧār sur Ibn ‘Aqīl16. Silafī (m. 576/1180)17, traditionniste šāfi‘ite, est cité dans cette notice comme une source concernant la date de naissance d’Ibn ‘Aqīl. Outre les informations qu’on trouve dans le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī, cette notice contient des extraits en prose et en poésie d’Ibn ‘Aqīl, en témoignage de son goût littéraire.

  • 18 Ṣalāh ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sākir al-Kutubī ; v. GAL, II, 48, et Suppl., II, 48 ; comp (...)

32Ibn Šakir al-Kutubī (m. 764/1362)18, polygraphe šāfi‘ite, qui répète, comme presque tous les autres biographes, les renseignements du Muntaẓam sur les maîtres d’Ibn ‘Aqīl, cite Ibn an-Naǧǧār et Ḏahabī comme sources, et nous donne des vers d’Ibn ‘Aqīl qu’il a dû copier sur Ibn an-Naǧǧār. Il ajoute à cela ses propres observations sur la formation d’Ibn ‘Aqīl.

  • 19 ‘Afīf ad-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. As‘ad al-Yāfi‘ī (né peu avant 700/1300) ; v. GAL, II, 176- (...)
  • 20 Cf. Šaḏarāt, IV, 35-36, où il y a une reproduction intégrale du ‘Ibar sur Ibn ‘Aqīl.

33Yāfi‘ī (m. 768/1366)19, polygraphe ṣūfi šāfi‘ite-aš‘arite, se repose sur les ‘Ibar de Ḏahabī, sans y faire référence20.

  • 21 Voir, sur cet historien, l’étude de H. Laoust, Ibn Kaṯīr.

34Ibn Kaṯīr (m. 774/1372)21, šāfi‘ite-traditionaliste, ne cite aucune source dans sa notice, mais si l’on compare celle-ci avec celle d’Ibn Šākir al-Kutubī on s’aperçoit que la première reproduit littéralement la seconde sauf dans sa partie finale qu’elle abrège.

  • 22 Voir infra, p. 60 et n. 6.

35Ibn Raǧab (m. 795/1392)22, ḥanbalite, auteur de la Continuation des Ṭabaqāt d’Ibn Abī Ya‘lā, consacre à Ibn ‘Aqīl la plus longue et la plus importante de toutes les notices de ses biographes, et il lui accorde une plus grande place que pour tout autre hanbalite de son époque. Cet auteur tardif cite plusieurs sources principales dans sa notice, y copie nombre d’extraits des ouvrages d’Ibn ‘Aqīl, et y fait des observations personnelles sur l’homme et sur son œuvre. C’est un biographe bien renseigné, qui fait ses compilations d’une façon intelligente et judicieuse. Le caractère fondamental de cette notice repose sur le fait qu’Ibn Raǧab y conserve des sources qui n’existent pas ailleurs, des extraits d’ouvrages qui ne nous sont pas parvenus. Aussi est-il utile de donner ci-après, par ordre chronologique des auteurs, une liste de ces sources, en indiquant la relation directe ou indirecte entre elles et l’auteur. Les voici :

  • Extraits des ouvrages d’Ibn ‘Aqīl (m. 513/1119), notamment du Kitāb al-funūn23 : une grande partie de ces extraits est tirée indirectement du Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī.
  • Abū’1-Faḍl b. Nāṣir (m. 550/1155)24, traditionniste ḥanbalite, témoin oculaire ; selon le Muntaẓam, mais, à un seul endroit, dans une version plus complète que celle qui paraît dans l’édition de Ḥaidarābād.
  • Abū ’l-Maḥāsin Mas‘ūd b. Muḥammad b. Ġānim al-Adīb al-Ġānimī (m. 553/1158)25, ḥanafite, est l’auteur de cinq vers à la louange d’Ibn ‘Aqīl.
  • Sam‘ānī (m. 562/1167)26, traditionniste šāfi‘ite, transmetteur immédiat de cinq vers par al-Ġānimī à la louange d’Ibn ‘Aqīl.
  • Silafī (m. 576/1180)27, traditionniste šāfi‘ite, témoin oculaire ; son ouvrage, où ces extraits figurent, nous reste inconnu.
  • Ibn al-Ǧauzī (m. 597/1200)28, polygraphe hanbalite, c’est l’auteur auquel se réfère le plus souvent Ibn Raǧab, qui copie son Muntaẓam dans plusieurs passages traitant d’Ibn ‘Aqīl, y compris la notice consacrée à ce dernier.
  • Abū Muḥammad b. as-Samarqandī (m. 516/1122)29, traditionniste šāfi‘ite, témoin oculaire ; donne une date de naissance d’Ibn ‘Aqīl d’après l’autorité de ce dernier.
  • Al-Mubārak b. Kāmil al-Ḫaffāf (m. 543/1148)30, traditionniste ḥanbalite, témoin oculaire ; renseigne sur les funérailles d’Ibn ‘Aqīl ; l’une des sources les plus citées dans le Ḏail d’Ibn an-Naǧǧār.
  • Ibn al-Mandā’ī (m. 552/1157)31, traditionniste šāfi‘ite, est pour Ibn Raǧāb une source sur le fils d’Ibn ‘Aqīl : Abū ’l-Ḥasan ‘Aqīl.
  • Ibn al-Qaṭī‘ī (m. 634/1236)32, historien ḥanbalite, il est pour Ibn Raǧab le transmetteur immédiat d’un renseignement d’Ibn ‘Aqīl sur la naissance de son fils Abū ’l-Ḥasan ‘Aqīl (m. 510/1116).
  • Ibn an-Naǧǧār (m. 643/1245)33, historien šāfi‘ite dont le Ḏail (mais non l’abrégé qu’en fit Ibn Aibak ad-Dimyāṭī) est copié directement par Ibn Raǧab, qui nous fournit ainsi onze vers d’Ibn ‘Aqīl, avec leur chaîne de transmission ; Dimyāṭī n’en donne que six, sans chaîne de transmission.
  • Ḍiyā’ ad-Dīn al-Maqdisī (m. 643/1245)34, traditionniste hanbalite, transmetteur médiat d’un passage précieux, descriptif et critique, par Ibn ‘Aqīl, sur les disciples d’Aḥmad b. Ḥanbal.
  • Al-Qurṭubī (m. 656/1258)35, traditionniste mālikite, auteur d’un commentaire sur le Ṣaḥīḥ de Muslim, al-Mufhim fī mā aškala min talḫīṣ kitāb Muslim, souvent utilisé par an-Nawawī ; Ibn Raǧab y trouve un passage autobiographique d’Ibn ‘Aqīl.
  • Ibn Muḥammad al-Birzālī (m. 739/1308)36, traditionniste šāfi‘ite, transmetteur, avec Ḍiyā’ ad-Dīn al-Maqdisī, du passage décrit ci-dessus (n° 12).
  • Ḏahabī (m. 748/1347)37, traditionniste šāfi‘ite, dont le monumental Tārīḫ al-Islām est l’une des sources d’Ibn Raǧab sur le Kitāb al-funān d’Ibn ‘Aqīl.
  • ‘Alī b. Mas‘ūd b. Hibat Allāh al-Bazzār38 ; copie Ibn ‘Aqīl pour la date de sa naissance et l’année où il commença à étudier le fiqh.
  • Abū Ḥafṣ ‘Umar b. ‘Alī al-Qazwīnī (750/1349)39, traditionniste, contemporain d’Ibn Raǧab, et transmetteur d’un renseignement, sur l’autorité d’un de ses maîtres qu’il ne nomme pas, concernant le Kitāb al-funūn d’Ibn ‘Aqīl40.

36Ce sont là les sources d’Ibn Raǧab dans sa notice sur Ibn ‘Aqīl. Nous poursuivons maintenant l’énumération des biographes de ce dernier.

  • 41 Šams ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Qādir an-Nābulusī (né vers 727/1326) ; une notice b (...)

37Nābulusī (m. 797/1394)41, ḥanbalite, l’auteur d’un abrégé des Ṭabaqāt d’Ibn Abī Ya‘lā, ajoute à la très courte notice de cet auteur sur Ibn ‘Aqīl des passages non négligeables tirés de l’ouvrage d’Ibn al-Ǧauzī, le Muntaẓam.

  • 42 Šams ad-Dīn Abū’l-Ḫair Muḥammad b. Muḥammad (né en 751/1350) ; lecteur coranique, auteur considéra (...)

38Ǧazarī (m. 833/1492)42, traditionniste šāfi‘ite, auteur d’une continuation des Ṭabaqāt al-qurrā’ d’aḏ-Ḏahabī, doit à ce dernier sa notice sur Ibn ‘Aqīl.

  • 43 Badr ad-Dīn Abū Muḥammad al-Ḥusain b. ‘Abd ar-Raḥmān b. Muḥammad al-Ḥasanī ; voir GAL, II, 185 ; S (...)

39Ibn al-Ahdal (m. 855/1451)43, historien šāfi‘ite-aš‘arite, dont le Ġirbāl az-zamān est un résumé de Mir’āt al-ǧanān d’al-Yāfi‘ī, y consacre à Ibn ‘Aqīl une courte notice où as-Silafī se trouve cité.

  • 44 Abū ’l-Maḥāsin Ǧamāl ad-Dīn Yūsuf b. Taġrībirdī b. ‘Abd Allāh aẓ-Ẓāhirī al-Ǧuwainī ; v. GAL, II, 4 (...)

40Ibn Taġrībirdī (m. 874/1469)44, historien ḥanafite, auteur d’an-Nuǧūm az-zāhira, y consacre à Ibn ‘Aqīl une courte notice.

  • 45 Abū ’l-Yumn ‘Abd ar-Raḥmān b. Muḥammad al-‘Ulaimī.

41‘Ulaimī (m. 927/1520)45, ḥanbalite, dont l’ouvrage est une continuation de la continuation d’Ibn Raǧab, s’appuie sur cet auteur pour sa notice sur Ibn ‘Aqīl.

  • 46 Abū ’l-Fath ‘Abd al-Ḥaiy b. Aḥmad b. al-‘Imād al-Ḥanbalī.

42Ibn al-‘Imād (m. 1089/1678)46, ḥanbalite, est scrupuleux dans la citation de ses sources. La première partie de sa notice est copiée intégralement des ‘Ibar d’aḏ-Ḏahabī ; vient ensuite un abrégé de la notice d’Ibn Raǧab sur Ibn ‘Aqīl et ses deux fils auxquels il survécut.

  • 47 Ḫair ad-Dīn Abū ’1-Barakāt Nu‘mān al-Ālūsī ; voir sur lui, GAL, Suppl., II, 787.

43Ālūsī (m. 1317/1899)47 fonda sa notice sur celles d’Ibn al-Aṯīr, auteur du Kāmil, et d’Ibn al-‘Imād, auteur des Šaḏarāt.

  • 48 Muḥammad Ǧamīl aš-Šaṭṭī.
  • 49 Citons ici la brève notice que lui consacre Ibn Abī ’l-Wafā’ dans ses biographies ḥanafites, Ǧawāh (...)

44Šaṭṭī (contemporain)48, ḥanbalite, ne cite pas ses sources immédiates ; les données de sa notice sur Ibn ‘Aqīl, qu’il reproduit de l’ouvrage d’al-‘Ulaimī, sont une combinaison de celles d’Ibn al-Ǧauzī et d’Ibn Raǧab49.

45Telles sont les sources biographiques dont nous nous sommes servi. Nous n’avons pas essayé d’épuiser tous les ouvrages biographiques contenant des notices sur Ibn ‘Aqīl. Notre but a été de faire valoir toutes les sources principales à notre disposition, imprimées ou manuscrites, et les ouvrages tardifs qui les conservent. Il doit exister encore d’autres notices dans les ouvrages tardifs ; mais nous croyons pouvoir être certain que, dans les notices citées ci-dessus, nous possédons tout ce que cette catégorie de source peut contenir sur la vie d’Ibn ‘Aqīl.

3. LES SOURCES CONTEMPORAINES INDIRECTES

46Résumons, maintenant, les sources biographiques dont les auteurs sont contemporains d’Ibn ‘Aqīl. Il y en a deux : Ibn Abī Ya‘lā et Ibn al-Bannā’. La première est sans intérêt aucun, sinon qu’elle nous renseigne sur l’attitude de son auteur ; alors que la seconde est précieuse pour les détails concernant les poursuites judiciaires contre Ibn ‘Aqīl pendant la première période de sa vie. Ces deux sources, avec plusieurs passages autobiographiques d’Ibn ‘Aqīl, nous sont parvenues directement. Celles qui ne nous sont parvenues qu’indirectement, c’est-à-dire conservées dans les notices des auteurs ultérieurs, sont rapportées sous le nom des contemporains suivants :

47Abū Muḥammad b. as-Samarqandī (444-516/1052-1122), traditionniste šāfi‘ite ;

48Al-Mubārak b. Kāmil al-Ḫaffāf (495-543/1101-1148), traditionniste ḥanbalite ;

49Abū ’l-Faḍl b. Nāṣir (467-550/1074-1155), traditionniste ḥanbalite ;

50Abū ’l-‘Abbās b. al-Mandā’ī (476-552/1083-1157), jurisconsulte šāfi‘ite ;

51Abū ’l-Maḥāsin Mas‘ūd b. Muḥammad al-Ġānimī (464-553/ 1071-1158), jurisconsulte ḥanafite ;

52Abū Ṭāhir as-Silafī (472-576/1079-1180), traditionniste šāfi‘ite.

II. LES CHRONIQUES

1. LA LISTE DES CHRONIQUEURS SELON AL-QIFṬĪ

  • 50 Tārīḫ al-ḥukamā’, 110-111 ; voir Kašf aẓ-ẓunūn, 290, s.v. Tārīḫ Ṯābit ; sur ce même passage, v. au (...)
  • 51 Pour ceux qui traitèrent de la période antérieure, v. QifṬĪ, Tārīḫ, 110-111, et Kašf aẓ-ẓunūn, 290 (...)

53Al-Qifṭī, dans son histoire des médecins50, à l’endroit où il traite de l’historien et médecin Ṯābit b. Sinān, dresse une liste d’ouvrages historiques à l’usage de ceux qui veulent s’instruire sur les événements qui se sont déroulés depuis le commencement du monde jusqu’en 616/1219. L’importance de cette liste dérive du fait qu’elle renferme les noms des historiens qui, seuls, ont rédigé d’une façon exhaustive les événements de leur époque particulière, surtout à Bagdad, centre culturel du monde musulman. Quelques-uns de ces historiens ont inclus, en abrégé, les renseignements de leurs prédécesseurs. Voici, d’après cette liste, ceux qui s’occupèrent de première main de notre période51 :

541) Hilāl b. al-Muḥassin b. Ibrāhīm aṣ-Ṣābī (m. 448/1056), transfuge du sabéisme ;

552) Ġars an-Ni‘ma Muḥammad b. Hilāl aṣ-Ṣābī (m. 480/ 1088), fils du précédent ;

563) al-Hamaḏānī (m. 521/1127), šāfi‘ite-traditionaliste ;

574) Abū ’l-Ḥasan b. az-Zāġūnī (m. 527/1132), ḥanbalite.

  • 52 Voir H. F. Amedroz, op. cit.

58Aucune des chroniques de ces historiens ne nous est parvenue directement ; il n’en existe que des passages dans les ouvrages de leurs successeurs. Un seul fragment nous est parvenu de l’ouvrage de Hilāl aṣ-Ṣābī, mais il traite de la période antérieure à la nôtre52. Les trois historiens cités ci-après achèvent la liste d’al-Qifṭī :

595) Ṣadaqa b. al-Ḥaddād (m. 573/1177), ḥanbalite ;

606) Ibn al-Ǧauzī (m. 597/1200), ḥanbalite ;

617) Abū ‘Abd Allāh al-Qādisī (m. 632/1235).

62Des chroniques de ces trois historiens, il ne nous est parvenu directement que celle d’Ibn al-Ǧauzī.

2. LES CHRONIQUEURS CONTEMPORAINS

63Dans les paragraphes qui suivent, nous donnons une brève notice sur chacun de ces historiens, dans le but de déterminer la juste valeur de ses renseignements et à quel point nous avons pu nous servir de son œuvre.

  • 53 Abū ’l-Ḥusain Hilāl b. al-Muḥassin b. Ibrāhīm b. Hilāl b. Zahrūn aṣ-Ṣābī (359-448/969-1056) ; v. s (...)
  • 54 Abū ’1-Ḥasan Ṯābit b. Sinān b. Ṯābit b. Qurra (m. 365/975), oncle maternel de Hilāl aṣ-Ṣābï, auteu (...)
  • 55 Tārīḫ al-ḥukamā’, 110.
  • 56 Iršād, VII, 142 ; de même, Mir’āt az-zamān, fol. 199b.

64Hilāl aṣ-Ṣābī53, neveu de l’historien-médecin, Ṯābit b. Sinān54, fut secrétaire d’État, poste qui lui donna accès aux documents officiels. Il écrivit une chronique qui, selon al-Qifṭī55, coïncide avec celle de son oncle maternel, Ṯābit, et en est la continuation jusqu’à l’an 447/1055. Selon Yāqūt56, la chronique de son oncle se termine en 360/970, et la sienne la continue en commençant avec l’année suivante, 361/971.

  • 57 Br. Mus. Add. 19,360.
  • 58 H. F. Amedroz, op. cit. ; pour la liste, v. 506-507.
  • 59 H. Bowen a signalé l’importance particulière de Mir’āt az-zamān surtout à partir de l’an 448 H. où (...)

65Le seul fragment qui nous est parvenu de la continuation de Hilāl aṣ-Ṣābī, conservé au British Museum57, a déjà été étudié dans un article par H. F. Amedroz, qui y donne une liste des historiens qui s’en sont servis58. Parmi ceux-ci, nous nous intéressons aux suivants : 1o Sibṭ b. al-Ǧauzī, qui cite la continuation de Hilāl pour de nombreux événements dans son histoire Mir’āt az-zamān59 entre les années de 360 H. et 447 H. Ces citations, d’après une collation avec le fragment existant, se montrent comme ayant été faites presque littéralement ; 2° Ibn Ḫallikān, dans ses Wafayāt, et 3° Ḏahabī, dans son Tārīḫ.

  • 60 Un autre historien, Ibn Taġrībirdī s’est servi de l’ouvrage de Hilāl, v. W. Popper, Hilāl, 237-43.

66Pour nous, l’ouvrage de Sibṭ b. al-Ǧauzī est précieux en tant que source qui nous a conservé la chronique de Hilāl aṣ-Ṣābī ; et il nous est d’autant plus précieux qu’il nous conserve aussi de longs extraits de l’ouvrage perdu du fils et continuateur de Hilāl, comme on le verra dans la suite60.

  • 61 Selon SibṬ, Mir’āt, fol. 199b qui en donne le titre : ‘Uyūn at-tawārīḫ. Qiftī (Tārīḫ, loc. cit.) d (...)

67Abū ’l-Ḥasan Ġars an-Ni‘ma b. Hilāl aṣ-Ṣābī, fils du précédent, est l’auteur d’une chronique continuant celle de son père jusqu’à l’an 479 H.61. Al-Qifṭī loue cet ouvrage, mais il dit que cet historien dut être bref à la fin de son ouvrage pour des circonstances inconnues.

  • 62 Si l’on en juge d’après l’état plus développé de ses passages auprès de ceux du Muntaẓam de son gr (...)

68De toutes les chroniques que nous avons étudiées concernant notre période, nous n’en avons rencontré aucune où se trouve cité l’ouvrage d’Ibn Hilāl aussi systématiquement et, à ce qu’il paraît, aussi fidèlement62, que dans le Mir’āt az-zamān de Sibṭ b. al-Ǧauzī.

  • 63 Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. ‘Abd al-Malik al-Hamaḏānī (463-521/1070-1127) ; v. sa notice biographique (...)
  • 64 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 81.

69Al-Hamaḏāni63, šāfi‘ite traditionaliste, est l’auteur de plusieurs ouvrages historiques qui, à l’exception d’une histoire antérieure à notre période, ne nous sont pas parvenus. Ibn an-Naǧǧār en avait dressé une liste. Elle comprend cinq ouvrages. Elle fut copiée par Subkī dans sa notice biographique consacrée à al-Hamaḏānī64. Cette liste, on peut l’augmenter encore de deux ouvrages, dont il existe des extraits dans les Wafayāt d’Ibn Ḫallikān, et que Ḥāǧǧī Ḫalīfa cite dans son ouvrage bibliographique. On s’est trompé bien des fois sur l’un ou l’autre des ouvrages d’al-Hamaḏānī, en assimilant l’un d’eux à un autre, ou en en supprimant un en faveur d’un autre. Cela tient à ce que certains de ces ouvrages portent des titres similaires, et que d’autres traitent de la même période, mais de sujets différents. Or, il n’est pas facile d’établir la liste de ces ouvrages, car les historiens ultérieurs qui en font usage ne les citent pas toujours d’après leurs propres titres, mais se contentent de leur donner le titre de ḏail (continuation), ou de tārīḫ. (histoire), sans préciser de quelles continuations ou histoires il s’agit. Voici la liste que nous avons pu établir, suivie d’une notice sur chacun d’eux :

  • Continuation de l’histoire d’aṭ-Ṭabarī = at-Takmila ;
  • Continuation de l’histoire d’Ibn Miskawaih ;
  • ‘Unwān as-siyar ;
  • Aḫbār al-wuzarā’ ;
  • Ṭabaqāt al-fuqahā’ ;
  • Al-Ma‘ārif al-muta’aḫḫira fi’t-tārīḫ ;
  • ‘Uyūn as-siyar fī maḥāsin al-badw voa ’l-ḥaḍar.
  • 65 Nous citons ici, une fois pour toutes, les lieux où il s’agit de cet ouvrage dans notre notice. Vo (...)
  • 66 Ms. arabe 1469 ; ce manuscrit traite de la période entre l’accession du calife Muqtadir (en l’an 2 (...)

701) Continuation de l’histoire d’aṭ-Ṭabarī = at-Takmila65. Cet ouvrage historique d’al-Hamaḏānī intitulé at-Takmila se trouve conservé à la Bibliothèque Nationale à Paris66. Saḫāwī en cite un passage dans l’I‘lān, en l’identifiant comme provenant de la continuation d’al-Hamaḏānī à l’histoire d’aṭ-Ṭabarī, lequel passage se trouve dans les folios 3b-4a du manuscrit de la Takmila, conservé à la Bibliothèque Nationale.

  • 67 Brockelmann dit que cet ouvrage atteignait l’an 487/1084 dans le manuscrit de Paris 1469 (v. GAL, (...)

71Selon Saḫāwī, la période traitée dans cet ouvrage s’étend du règne d’al-Muqtadir (295-320/908-932) jusqu’à l’époque de ‘Aḍud ad-Daula. Or, le règne de ce sultan buwaihide en Iraq commença en 367/977. L’unique manuscrit de la Bibliothèque Nationale est donc complet, si nous nous en tenons à l’autorité de Saḫāwī, puisque ses 154 folios représentent une chronique des années 296/ 908 à 367/97767.

  • 68 C’est le cas dans EI, art. Malikshāh (Houtsma), dans la bibliographie à la fin de l’article où l’o (...)

72On a dû croire cet ouvrage incomplet parce qu’il s’arrête à une époque antérieure à celle de son auteur, ou, plus précisément, parce qu’on lui a attribué, à tort, des passages de dates ultérieures, cités dans des ouvrages où la source est donnée sans titre précis68. Or, au lieu de continuer l’histoire d’aṭ-Ṭabarī jusqu’à son époque propre, al-Hamaḏānī écrivit une tout autre chronique qui est aussi une continuation.

73Nous avons donc à distinguer entre deux continuations d’al-Hamaḏānī : celle dont nous venons de traiter, antérieure à notre période, et celle dont nous allons traiter dans la notice suivante et qui nous intéresse davantage du fait qu’elle se rapporte à notre période.

  • 69 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, loc. cit., Ibn Ḫallikan, op. cit., I, 443, trad. de Slane, I, 464 ; (...)
  • 70 Ẓahīr ad-Dīn Abū Šuǧā‘ Muḥammad b. al-Ḥusain ar-Rūḏrāwarī, (437-488/1045-1085), wazīr du Calife al (...)
  • 71 De même, C. Brockelmann cite deux continuations de l’histoire d’Ibn Miskawaih, mais il ne s’agit l (...)

742) Continuation à l’histoire d’Ibn Miskawaih69. Cet ouvrage est considéré par Ibn an-Naǧǧār, Subkī et Saḫāwī, comme une continuation de la continuation qu’Abū Šuǧā‘ ar-Rūḏrāwarī70, avait, sous le titre Aḫbār as-siyar at-tāliya ‘alātaǧārib al-umam al-ḫāliya, faite à l’histoire d’Ibn Miskawaih intitulée Taǧārib al-umam. Ibn Ḫallikān, Ṣafadī et Ḥāǧǧī Ḫalīfa, au contraire, la citent comme une autre continuation de l’histoire d’Ibn Miskawaih. Autrement dit, l’histoire d’Ibn Miskawaih a deux continuations : l’une par ar-Rūḏrāwarī et l’autre par al-Hamaḏānī qui lui survécut71. Al-Hamaḏānī aurait donc écrit une continuation qui coïncidait avec celle d’ar-Rūḏrāwarī mais qui traitait d’une plus longue période, car il lui survécut de 33 ans. Dans ce cas, il y aurait lieu de savoir sur quelles sources al-Hamaḏānī s’est fondé pour la période en question, si ce n’est sur ar-Rūḏrāwarī. Mais, pour mériter la désignation de continuation de l’histoire d’Ibn Miskawaih, il suffit qu’il se soit fondé sur d’autres histoires en plus de celle d’ar-Rūḏrāwarī. C’est le cas d’Ibn an-Naǧǧār, continuateur d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, qui assimila à sa continuation les données de ses prédécesseurs.

  • 72 Le copiste du manuscrit de Paris, seul manuscrit existant, annonce à la fin de l’ouvrage (v. fol. (...)

75De ce point de vue, les deux continuations d’al-Hamaḏānī représentent une œuvre historique de longue haleine, commençant avec al-Muqtadir en 296/908 pour cesser au début du règne de ‘Aḍud ad-Daula en Iraq en 367/977, en repartant ensuite, de la fin de l’ouvrage d’Ibn Miskawaih, c’est-à-dire de la mort de ‘Aḍud ad-Daula en 372/982, pour se terminer en 512 H. Mais nous ne sommes pas sûrs de la période exacte de cette dernière continuation72.

  • 73 Voir supra, p. 18 (n° 2).

76Nous croyons qu’il s’agit de cette continuation d’al-Hamaḏānī dans la liste d’al-Qifṭī, citée ci-dessus73. Dans ce cas, l’ouvrage coïncidait avec celui d’Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī et le dépassait jusqu’à l’an 512 H.

  • 74 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 81 ; Ibn Ḫallikān (trad. de Slane), Wafayā (...)
  • 75 SaḪāwī, I‘lān, 96 (trad. Rosenthal, 338). Saḫāwī ne nous en donne pas les titres.
  • 76 Voir Saḫāwī dans la note 1 ci-dessus. C’est ici que F. Rosenthal nous envoie à la p. 339, n. 5, de (...)

773) ‘Unwān as-siyar74. Ibn Ḫallikān nous conserve un extrait de cet ouvrage d’al-Hamaḏānī ; c’est une notice biographique de l’émir Nāṣir ad-Daula qui mourut en 357/968. Cet ouvrage doit être un de ceux désignés par Saḫāwī comme « histoires de rois et de dynasties » attribuées à al-Hamaḏānī75. Dans un autre passage, il ne fait que citer le titre de ‘Unwān as-siyar sans aucun commentaire76. De même Ḥāǧǧī Ḫalīfa.

  • 77 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, loc. cit. ; Ṣafadi, Prolégomènes, 208 ; Saḫāwī, I‘lān, 97 (trad. F. (...)
  • 78 Voir n. 2 ci-dessus ; selon le ‘Iqd de ‘Ainī ; voir aussi Muntaẓam, VIII, 201.
  • 79 Sur Ṣūlī, v. GAL, I, 143, Suppl., I, 218-219.

784) Aḫbār al-wuzarā’77. M. Massignon cite le passage d’al-Hamaḏānī sur la visite du wazīr Ibn al-Muslima (m. 450/1058) au tombeau d’al-Ḥallāg en 437/1045 comme provenant de cet ouvrage78. Il fut, selon Saḫāwī, une continuation de l’histoire des wazīr d’Abū Bakr aṣ-Ṣūlī (m. 335-6/946-7)79.

  • 80 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subkī, loc. cit., Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), II, 90 ; Kašf aẓ (...)
  • 81 Op. cit., loc. cit. ; v. aussi Wüstenfeld, Quellen, 21.

795) Ṭabaqāt al-fuqahā’80. Nous en avons un extrait dans les Wafayāt d’Ibn Ḫallikān où il s’agit d’une notice biographique consacrée au jurisconsulte šafi‘ite Abū Sa‘d al-Mutawallī (m. 478/ 1085). Cet ouvrage, selon Ibn Ḫallikān81, est une continuation des Ṭabaqāt al-fuqahā’ d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī (m. 476/1083).

  • 82 Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), I, 280, 399, et III, 422 ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1175.

806) Al-Ma‘ārif al-muta’aḫḫira fī ’t-tārīḫ82. Nous en avons des extraits dans les Wafayāt d’Ibn Ḫallikān où il s’agit de trois notices biographiques sur un poète, fils d’un émir, sur un wazīr, et sur un émir, morts respectivement, en 375/985, en 310/922, et en 486/ 1093. Ibn Ḫallikān et Ḥāǧǧī Ḫalīfa qualifient cet ouvrage de petite histoire, ou abrégé.

  • 83 Voir Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), III, 220, 257, 273 ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1186.
  • 84 Voir ci-dessus.

817) ‘Uyūn as-siyar fī maḥāsin al-badw wa ’l-ḥaḍar83. C’est à tort qu’on a confondu cet ouvrage avec un autre du même auteur, intitulé ‘Unwān as-siyar84. Des extraits des deux ouvrages nous sont conservés par Ibn Ḫallikān.

82Il nous semble que les ouvrages historiques d’al-Hamaḏānī, tels que nous les avons établis ici, se composent de deux chroniques et de cinq compilations biographiques. Saḫāwī lui attribue plusieurs « histoires de rois et de dynasties » ; il faut comprendre dans le mot « dynasties », celles des rois, des wazīr, etc. Il n’est pas possible de juger du caractère de l’œuvre historique d’al-Hamaḏānī concernant le ve/xie siècle en se fondant sur les quelques citations qu’en donnent les ouvrages des historiens ultérieurs à notre disposition, car elles sont pour la plupart d’un caractère anecdotique.

  • 85 Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr b. as-Sarī b. az-Zāġūnī (455-527/1063-1132), historien e (...)
  • 86 Ḏail, I, 218.

83Le dernier historien de la liste d’al-Qifṭī qui intéresse notre période en tant que chroniqueur contemporain du milieu socio-politique est Abū ’l-Ḥasan b. az-Zāġūnī85. Selon al-Qifṭī, l’ouvrage de cet historien se termine en 527/1132, c’est-à-dire l’année de la mort de l’auteur. Ibn Raǧab, dans la notice biographique qu’il consacre à Ibn az-Zāġūnī, donne une liste de ses écrits, parmi lesquels figure ce seul ouvrage historique ; il le décrit comme étant une chronique (tārīḫ ‘alā ’s-sinīn), qui commence avec le début du règne du Calife al-Mustaršid (l’an 512/1118) et se termine à la mort de l’auteur (en 527/1132)86. Ce qui veut dire qu’Ibn az-Zāġūnī continuait la chronique d’al-Hamaḏanī à partir de l’année où elle se terminait ; aussi la période traitée dans la chronique d’Ibn az-Zāġūnī n’excédait-elle pas une quinzaine d’années.

  • 87 Pour ces extraits, voir Muntaẓam, IX, 207 et X, 9, 27.
  • 88 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 60a, 112b, 168b, et ms. Paris, fol. 20b.

84D’après les extraits que nous avons trouvés dans les histoires ultérieures, cette chronique d’Ibn az-Zāġūnī contenait aussi des obituaires. Ibn al-Ǧauzī, qui fut son élève en fiqh, nous en a conservé des extraits dans le Muntaẓam, qui est aussi une chronique avec des obituaires87 ; tandis qu’Ibn an-Naǧǧār l’utilise comme source nécrologique dans son Ḏail Tārīḫ Baġdād88.

  • 89 Voir n. 2, supra.

85Al-Qifṭī juge la chronique d’Ibn az-Zāġūnī insuffisante parce que son auteur ne fut pas historien de profession. Mais nous avons, tout de même, dans les quelques extraits copiés dans le Muntaẓam89 d’Ibn al-Ǧauzī des détails intéressants sur la vie socio-politique de Bagdad.

3. LES CHRONIQUEURS TARDIFS

  • 90 Abū ’l-Faraǧ Ṣadaqa b. al-Ḥusain b. al-Ḥaddād (477-573/1084-1177), théologien, jurisconsulte et hi (...)
  • 91 Dans Šaḏarāt, loc. cit.
  • 92 Qifṭī dit (Tārīḫ, 110) : après 570/1174.

86Ṣadaqa b. al-Ḥaddād90 fut élève en fiqh d’Ibn ‘Aqīl et d’Ibn az-Zāġūnī, et contemporain d’Ibn al-Ǧauzī qui se sépara de lui à cause de ses tendances irreligieuses. Il écrivit un ouvrage historique qui, selon Ibn an-Naǧǧār91, fut une chronique (tārīḫ ‘alā ’s-sinīn) qui datait de la mort de son professeur Ibn az-Zāġūnī en 527/1132 et constituait la continuation de la chronique de celui-ci jusqu’aux environs de la mort de l’auteur92, c’est-à-dire vers l’an 573/1177, soit une quarantaine d’années.

  • 93 Voir Muntaẓam, X, 203-204 et 210-211 ; ce tome n’a pas d’index des noms.
  • 94 Voir Ḏail, I, 218.
  • 95 Voir ms. Paris, fol. 137b.

87La chronique de Ṣadaqa contenait, elle aussi, des obituaires. Dans le Muntaẓam d’Ibn Ǧauzī, nous avons trouvé deux extraits sur les événements des années 557 H. et 560 H., donnés d’après l’autorité de « Abū ’l-Faraǧ b. al-Ḥusain al-Ḥaddād »93. Ibn an-Naǧǧār et Ibn Raǧab en ont fait usage dans leurs ouvrages biographiques pour leurs notices sur Ibn az-Zāġūnī, maître d’Ibn Ḥaddād94 ; et Ibn an-Naǧǧār le cite comme source nécrologique sur le Calife al-Mustaršid (m. 529/1134)95.

  • 96 Voir récemment F. Rosenthal, Historiography, 124, et avant lui, J. de Somogyi, The Kitāb al-Muntaẓ (...)

88Ce n’est pas Ibn al-Ǧauzī qui innova le genre historique qu’on lui a attribué. Il est vrai que la division nette entre narration « événémentielle » et narration nécrologique est évidente pour la première fois dans le Muntaẓam96, mais cela tient seulement au fait que les spécimens antérieurs de ce genre de chronique ne nous sont pas parvenus. Cependant, il n’en reste pas moins certain, comme nous venons de l’apprendre, que de tels ouvrages ont été composés avant le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī. Celui-ci, loin d’avoir été innovateur, ne faisait que suivre le chemin déjà tracé par ses prédécesseurs. Nous venons d’en citer deux : Ṣadaqa b. al-Ḥaddād, son aîné, et Ibn az-Zāġūnī qui fut leur maître.

  • 97 Abū ’l-Faḍl Aḥmad b. Ṣāliḥ b. Šāfi‘ al-Ǧīlī (520-565/1126-1169) ; voir sur lui, la notice biograph (...)
  • 98 Voir, infra, les histoires de Bagdad, s.v. Ibn an-Naǧǧār.
  • 99 Ḏail, (éd. F.), I, 312.
  • 100 Voir Ḏail, I, 226 :

89Il y a aussi le cas intéressant d’Ibn Šāfi‘97. Cet historien traditionniste écrivit une chronique (tārīḫ ‘alā ’s-sinīn) commençant avec l’année de la mort d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī et se terminant après l’an 560 H. ; il mourut en 565 H. Son histoire semble donc avoir été une continuation de celle d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, mais s’en distinguait par sa partie « événémentielle ». Cet ouvrage, resté à l’état de brouillon, car Ibn Šāfi‘ ne l’avait pas publié, fut utilisé comme source par le grand continuateur d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, à savoir Ibn an-Naǧǧār. Celui-ci disposait de l’autographe même de l’auteur98. Ce même ouvrage d’Ibn Šāfi‘ fut aussi une source pour l’historien des hanbalites Ibn Raǧab, par l’intermédiaire d’Ibn Nuqṭa, qui en avait fait des extraits en plusieurs ǧuz’99. Le caractère double de l’histoire d’Ibn Šāfi‘, ce précurseur d’Ibn al-Ǧauzī, où la partie « événémentielle » se distingue de la partie nécrologique, se voit clairement dans la citation d’Ibn Raǧab tirée de l’abrégé d’Ibn Nuqṭa100.

  • 101 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Faraǧ ‘Abd ar-Raḥmān b. ‘Alī b. al-Ǧauzī (508, 10P-597/1114, 16 ?-1200), polyg (...)
  • 102 C’est, du moins, selon l’édition de Ḥaidarābād ; Qifṭī dit qu’elle se termine en 580 H. (v. Tarīḫ, (...)

90Ibn al-Ǧauzī101 écrivit son Muntaẓam, qui est essentiellement une chronique de Bagdad, non pas comme une continuation de celle de Ṣadaqa b. Ḥaddād, car les deux chroniques se terminent presqu’à la même date, mais plutôt en tant que chronique traitant du commencement du monde jusqu’en 574/1178102. Il est fort heureux qu’Ibn al-Ǧauzī n’ait pas suivi la méthode d’Ibn az-Zāġūnī et d’Ibn al-Ḥaddād qui commencèrent leurs chroniques juste là où leurs prédécesseurs avaient terminé les leurs. Le Muntaẓam est donc, de toutes les chroniques que nous venons d’énu-mérer sur le ve/xie siècle de la liste d’al-Qifṭī, la seule qui nous soit parvenue et la seule qui englobe toute notre période. C’est à cette lumière que son ouvrage doit être apprécié.

  • 103 Cf. Muntaẓam, VIII, 190 et ss. ; Tārīḫ Bagdād, IX 400 et ss., les lignes 11 à 20 du Muntaẓam, VIII (...)
  • 104 Il est vrai qu’al-Ḫaṭīb aurait pu être un témoin oculaire, mais il s’était absenté de Bagdad (à ca (...)

91Il importe maintenant de savoir ce qu’Ibn al-Ǧauzī nous a conservé des ouvrages historiques de ses prédécesseurs qui ne nous sont pas parvenus. Notons tout d’abord que lorsqu’il s’agit des événements cités dans la chronique, il est rare que l’auteur indique sa source. Le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī est, à l’instar de celles d’Ibn az-Zāġūnī et d’Ibn al-Ḥaddād, une chronique avec des obituaires. On peut trouver, ici et là, une source citée dans la section des événements ; c’est surtout lorsqu’il s’agit d’une anecdote, d’un tremblement de terre, d’une émeute, etc. Mais les simples faits d’histoire politique y sont donnés sans mention de source. Or, on peut être certain que l’auteur avait entre les mains des sources précises et détaillées, où les dates du jour et du mois étaient données. Par exemple, il nous donne des informations très détaillées sur al-Basāsīrī en 450 H., mais sans mention de la source où il les a puisées. Ses informations, nous les avons trouvées aussi dans l’Histoire de Baġdād d’al-Ḫatīb. Celui-ci les donne dans la notice qu’il consacre au Calife al-Qā’im qui s’était brouillé avec al-Basāsīrī103. Cela montre ou bien qu’Ibn al-Ǧauzī dépend d’al-Ḫaṭīb, ou bien que tous deux dépendent d’Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī104.

92En revanche, c’est dans les notices biographiques qu’Ibn al-Ǧauzī cite ses sources régulièrement. Mais ici la citation de la source contemporaine est supposée de grande importance, car elle sert à l’établissement des faits concernant un ‘ālim : un traditionniste, un docteur de la loi, un théologien. Et c’est ainsi que, dans les Ṭabaqāt, ouvrages biographiques, l’établissement des sources de l’auteur est chose facile, comme nous le verrons par la suite. Dans les chroniques, au contraire, l’on ne peut être certain de la provenance d’un fait cité qu’après avoir collationné le texte avec sa source. Ce qui veut dire que dans les cas où les sources ne nous sont pas parvenues, nos conclusions concernant la provenance d’un texte restent hypothétiques : même là où l’auteur nous indique sa source, le degré de leur dépendance l’un de l’autre nous reste inconnu.

  • 105 Voir, par exemple, Muntaẓam, VI, 80 et 89 où l’auteur cite comme source l’historien Ṯābit b. Sinān (...)
  • 106 On est en droit de s’étonner de l’usage fait par les historiens de l’Islam du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (...)

93Ibn al-Ǧauzī avait accès non seulement aux ouvrages historiques de ses prédécesseurs cités dans la liste d’al-Qifṭī, mais aussi à beaucoup d’autres. Il les cite comme sources, ici et là, dans son ouvrage105. Sans pouvoir, dans tous les cas, déterminer au juste le degré de sa dépendance envers eux, nous pouvons être sûrs qu’il s’en est servi bien plus souvent qu’il ne les cite. Pour notre période, sa chronique est fondamentale. Elle est pour nous plus importante que le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, d’autant plus que celui-ci se fonde sur elle et se donne des libertés dans l’arrangement des faits historiques qui n’inspirent guère confiance106.

4. LES SOURCES CONTEMPORAINES CHEZ LES CHRONIQUEURS TARDIFS

  • 107 J. de Somogyi, dans son étude sur le Muntaẓam, a déjà identifié certaines sources concernant notre (...)

94Nous donnons ci-après les sources du Muntaẓam, exclusivement pour notre période, dans l’ordre chronologique de leur date de mort107 :

95Hilāl aṣ-Ṣābī (m. 448/1056), transfuge du sabéisme ;

96Al-Māwardī (m. 450/1058), šāfi‘ite (accusé de mu‘tazilisme) ;

97Abū Bakr al-Ḫaṭīb (m. 463/1070), traditionniste šāfi‘ite, ancien ḥanbalite ;

98Abū ‘Alī b. al-Bannā’ (m. 471/1078), ḥanbalite ;

99Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī (m. 480/1087), fils du premier cité ;

100Abū ‘Alī Ya‘qūb al-Barzabīnī (m. 486/1093), ḥanbalite ;

101Abū ’l-Faḍl b. Ḫairūn (m. 488/1095), traditionniste ;

102Abū Bakr b. al-Ḫāḍiba (m. 489/1096), traditionniste ;

103Abū Manṣur b. aṣ-Ṣabbāg (m. 494/1100), šāfi‘ite-aš‘arite ;

104Abū ‘Alī al-Baradānī (m. 498/1104), ḥanbalite ;

105Abū Ġālib Šuǧā‘ b. Fāris aḏ-Ḏuhlī (m. 507/1113), traditionniste ;

106Abū ’l-Wafā’ b. ‘Aqīl (m. 513/1119), ḥanbalite ;

107Abū ’1-Ḥasan b. ‘Abd al-Malik al-Hamaḏānī (m. 521/1127), šāfi‘ite ;

108Abū ’l-Ḥusain b. Abī Ya‘lā al-Farrā’ (m. 526/1131), ḥanbalite ;

109Abū ’l-Ḥasan b. az-Zāgūnī (m. 527/1132), ḥanbalite ;

110Abū Bakr Muḥammad b. ‘Abd al-Bāqī (m. 535/1140), ḥanbalite ;

111Abū ’1-Qāsim b. as-Samarqandī (m. 536/1141), traditionniste šāfi‘ite ;

112Abū ’1-Barakāt ‘Abd al-Wahhāb b. al-Mubārak al-Anmāṭī (m. 538/1143), traditionniste ḥanbalite ;

113Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. Nāṣir (m. 550/1155), traditionniste ḥanbalite.

114Il est évident que pour l’histoire de Bagdad, le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī rejoint en importance les ouvrages d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī et de ses continuateurs ; de plus, il est indispensable comme conservateur des chroniques qui ne nous sont pas parvenues, particulièrement celle d’Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī pour les années 448-479 H., mise aussi à contribution par le petit-fils, Sibṭ b. al-Ǧauzī, dans le Mir’āt az-zamān.

  • 108 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad al-Qādisī (m. 632/1234) ; v. Cl. Cahen, Syrie, 71, et n. 4 ; v. a (...)
  • 109 Sur la chronique, v. Cl. Cahen, loc. cit. ; de l’histoire des wazīr, il y a un extrait sur la vie (...)

115Le dernier chroniqueur de la liste d’al-Qifṭī est Abū ‘Abd Allāh al-Qādisī108, qui écrivit une chronique en continuation du Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī jusqu’en 616/1235, et une histoire des wazīr ; toutes deux sont perdues, mais on en trouve des extraits dans des ouvrages ultérieurs109.

III. LES HISTOIRES DE BAGDAD

1. LES INVENTAIRES

  • 110 Prolégomènes, 172-173 ; Wāfī, I, 47.
  • 111 I‘lān, 386-387.
  • 112 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.
  • 113 GAL, I, 329 et ss., Suppl., I, 562 et ss.
  • 114 CL. Cahen, Syrie, 36.

116Les Tārīḫ Baġdād, ou histoires de Bagdad, sont des ouvrages qui se composent de notices biographiques sur les traditionnistes qui vécurent, ou qui furent de passage, à Bagdad. Les historiographes musulmans en ont déjà dressé des listes. Ici, nous faisons usage de celles d’Ibn Aibak aṣ-Ṣafadī110, d’as-Saḫāwī111 et de Ḥāǧǧī Ḫalīfa112. C. Brockelmann nous fournit une liste des histoires de Bagdad qui nous sont parvenues113, et Cl. Cahen en cite quelques-unes dans son chapitre sur les sources historiques de La Syrie du Nord114. En traitant, à notre tour, de ces histoires de Bagdad, nous nous bornerons à citer celles qui traitent de notre période, avec leurs continuations (ḏail), et nous donnerons une analyse de celles que nous avons pu consulter.

2. AL-ḪAṬĪB AL-BAĠDĀDĪ ET SES CONTINUATEURS

  • 115 Abū Bakr Aḥmad b. ‘Alī al-Ḫaṭīb al-Baġdādī (392-463/1002-1071) ; v. sur lui GAL, I, 329, Suppl., I (...)
  • 116 G. Salmon, Introduction.
  • 117 G. Le Strange, Baghdad.
  • 118 L’ordre alphabétique n’entre en jeu qu’après la citation des « Muḥammad » et des « Aḥmad ».

117La première, dans la liste des histoires de Bagdad, qui attire notre attention est celle du traditionniste šāfi‘ite Abū Bakr al-Ḫaṭīb115, le Tārīḫ Baġdād, l’une des sources essentielles pour l’étude de cette période. Cette histoire s’arrête à 463/1071, année de la mort de l’auteur. Le premier tome contient une description de la ville de Bagdad, éditée et traduite par G. Salmon116, et utilisée par G. Le Strange dans son étude sur cette ville117. Les notices y sont données par ordre alphabétique du nom (ism) de l’auteur118 et de celui de son père. Les savants dont il ignorait le nom sont cités à la fin de l’ouvrage, par leur patronymique (kunya) ; ceux dont il ignorait et le nom et le patronymique sont cités ensuite par leur parenté avec d’autres savants connus ; et ceux-ci sont suivis des femmes savantes. Ces trois dernières listes de savants, à cause de leur nombre restreint, semble-t-il, ne suivent pas l’ordre alphabétique.

  • 119 Tāriḫ Baġdād, IX, 399-404.

118L’intérêt de cet ouvrage monumental réside dans le fait que son auteur est contemporain de notre période. On aurait souhaité qu’il s’occupât plus souvent de la situation politique de son temps, car il vécut sous les derniers buwaihides et les premiers salǧuqides. Mais il ne sort que rarement de sa coutume, qui est de concentrer son attention sur les aspects religieux de la vie des savants dont il traite. Les exceptions à cette règle sont rares, mais, en revanche, fort instructives ; par exemple, dans la longue notice qu’il consacre au Calife al-Qā’im119, il nous

119sert d’Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī ; ce qui expliquerait la parenté de son texte avec celui du Muntaẓam d’Ibn al-Ǧauzī et du Mir’āt az-zamān de Sibṭ b. al-Ǧauzī.

120L’auteur fit ses études en Iraq et les compléta par un long voyage. A Bagdad, il se brouilla avec les ḥanbalites, à l’école desquels il appartenait avant d’entrer dans celle des šāfi‘ites. A la mort de son protecteur, le wazīr Ibn al-Muslima, en 450/1058, tombé aux mains d’al-Basāsīrī, les ḥanbalites l’empêchèrent de faire ses sermons à la Mosquée d’al-Manṣūr. Il s’en alla à Damas, ensuite à Jérusalem, Ṣūr (Tyr) et Alep, et ne rentra à Bagdad qu’en 462 H. où il mourut l’année suivante.

  • 120 Cf. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 120.

121On peut se demander, en effet, pourquoi certains grands ḥanbalites de l’époque ne se trouvent pas mentionnés dans sa grande histoire, alors que d’autres le sont. Le cas d’al-Ḫaṭīb serait-il analogue à celui d’Ibn ‘Aqīl qui fut poursuivi par certains ḥanbalites à l’exclusion d’autres120 ? S’opposait-il à un certain groupe d’entre eux, celui du Šarīf Abū Ǧa‘far, par exemple, sur lequel nous ne trouvons pas de notice dans son histoire ? De toutes façons, il nous faut nous rappeler cette relation entre lui et les ḥanbalites lorsqu’il s’agit des notices qui, dans son histoire, traitent de ces derniers.

  • 121 Il est à remarquer qu’al-Ḫatīb nous donne dans son histoire des notices sur des hommes qui lui sur (...)
  • 122 La lacune des « Muḥammad » signalée par Brockelmann (GAL, Suppl., I, 563) d’après H. Ritter, est r (...)

122L’édition du Caire121 est lacuneuse, mais l’éditeur semble avoir été consciencieux dans ses indications des lacunes de l’original122. L’édition a été faite sur les manuscrits de la Bibliothèque Köprülü d’Istanbul.

123Pour nous, l’intérêt de l’Histoire d’Abū Bakr al-Ḫaṭīb se concentre sur les origines et les tout premiers temps de la période qui nous occupe. Par là-même, les suppléments ou continuations (ḏail) qui en ont été faits prennent la plus haute importance pour le reste de notre période. Mais ils ne nous sont parvenus que dans un état fragmentaire ou considérablement abrégé, et en plus ils souffrent, à l’instar de l’histoire d’al-Ḫaṭīb, du fait qu’ils s’occupent presque exclusivement de renseignements sur la formation religieuse des traditionnistes, plutôt que sur les conditions sociales et politiques, bien que celles-ci ne manquent pas d’y être traitées.

  • 123 Voir Muntaẓam, IX, 176.
  • 124 Voir Muntaẓam, IX, 183 ; Ḏail, 1, 141.

124Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī eut plusieurs continuateurs, dont deux appartenant à cette époque. Leur travail ne nous est pas parvenu. D’abord, le traditionniste šāfi‘ite Šuǧā‘ aḏ-ḎuhlḎ (m. 507 H.) qui avait commencé à écrire une suite (tatimma) à l’histoire d’al-Ḫaṭīb mais qui, pour des raisons qui nous restent inconnues, la détruisit avant sa mort123. Ensuite, le ḥanbalite Abū ’l-Barakāt as-Saqaṭī, traditionniste jugé par le traditionniste ḥanbalite Ibn Nāṣir comme indigne de confiance, qui écrivit une continuation de l’histoire d’al-Ḫaṭīb qui ne nous est pas parvenue124.

  • 125 Abū Sa‘d ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad as-Sam‘ānī (.506-562/ 1113-1167) ; v. sur lui GAL, I, 329-30, S (...)
  • 126 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. al-Mukarram b. Manṣūr al-Anṣārī (630-711/1232-1311) ; philolo (...)
  • 127 GAL, Suppl., I, 563 et 565. Celui de Cambridge (Trinity College, R. 13.66) est le tome II achevé p (...)
  • 128 Mir’āt, fol. 134a.

125Le premier des continuateurs bien connus d’al-Ḫaṭīb fut as-Sam‘ānī125. De sa continuation, il ne nous reste qu’un abrégé par Muḥammad b. al-Mukarram al-Anṣārī126 dont il existe un manuscrit à la Bibliothèque de l’Université de Leyde et un autre à celle de Cambridge127. D’après Sibṭ b. al-Ǧauzī128, cet ouvrage continue celui d’al-Ḫaṭīb à partir de l’an 464 H.

  • 129 Reproduit en fac-similé, avec introduction par Margoliouth.
  • 130 GAL, I, 330.
  • 131 GAL, II, 669 (Nachträge).

126Deux autres ouvrages par ce même auteur viennent suppléer à la perte de sa continuation. Le premier est le Kitāb al-Ansāb, dictionnaire biographique arrangé alphabétiquement d’après non seulement les nisba, mais aussi les ism manṣib des hommes. Cet ouvrage fut commencé vers la fin de la vie de l’auteur, en 550/ 1155129. Le second ouvrage est le Mu‘ǧam de ses professeurs, dont il existe un manuscrit à la Bibliothèque Top Kapi Sarayi à Istanbul130, et un autre, sous le titre d’at-Taḥbīr fī ’l-mu‘ǧam al-kabīr à la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas131.

  • 132 Voir G. Makdisi, Diary, XVIII, 15.

127As-Sam‘ānī, traditionniste šāfi’ite, fut attaqué par son contemporain Ibn al-Ǧauzī, historien ḥanbalite, pour ses préjugés contre les ḥanbalites132.

  • 133 Maǧd ad-dīn Abū Bakr‘Ubaid Allāh b. ‘Alī al-Baġdādī at-Tamīmī, connu sous le nom d’Ibn al-Māristān (...)
  • 134 Cf. Bidāya, XIII, 35 ; Ḏail (éd. F.), I, 443 ; et Šaḏarāt, IV, 340 ; Saḫāwī lui donne le titre de (...)
  • 135 Prolégomènes, 173.
  • 136 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.
  • 137 Selon SAḪĀWĪ, I‘lān, 124, qui dit aussi que l’ouvrage ne fut pas achevé.
  • 138 Ḏail (éd. F.), I, 444-445.

128Ibn al-Māristānīya133, ḥanbalite, est l’auteur d’une histoire de Bagdad intitulée Dīwān al-Islām fī tārīḫ Dār as-Salām134, divisée en 360 livres. Ṣafadī135 et, d’après lui, Ḥāǧǧī Ḫalīfa136, lui attribuent une continuation de l’histoire d’al-Ḫaṭīb, sans en donner le titre. L’ouvrage fut attaqué par Ibn ad-Dubaiṯi137 et par Ibn an-Naggār, mais il fut défendu par Ibn Raǧab138.

  • 139 Abū Ṭālib ‘Alī b. Anǧab al-Baġdādī as-Salāmī, connu sous le nom d’Ibn as-Sā‘ī (593-674/1197-1275)  (...)
  • 140 SAḪĀWĪ, I‘lān, 123-124 (trad., 387) ; Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, V, 344) lui attribue une histoire en (...)
  • 141 Kašf aẓ-ẓunūn, 288. Il est douteux qu’Ibn as-Sā‘ī ait écrit deux suppléments à des ouvrages si pro (...)

129Ibn as-Sā‘ī139, šāfi‘ite, bibliothécaire de la Madrasa Mustanṣirīya à Bagdad, écrivit des histoires, dont une de Bagdad qui, selon Saḫāwī, est une continuation en 30 volumes de l’ouvrage d’Ibn an-Naǧǧār140. Ḥāǧǧī Ḫalīfa lui attribue une continuation de l’ouvrage d’Ibn al-Māristānīya141.

  • 142 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.
  • 143 ‘Imād ad-Dīn Muḥammad b. Muḥammad al-Kātib al-Iṣbahānī (519-597/1125-1201) ; v. sur lui GAL, I, 31 (...)
  • 144 Kašf aẓ-ẓunūn, 1019.

130Dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa142, une continuation de celle d’as-Sam‘ānī, en trois volumes, est attribuée à ‘Imād ad-Dīn al-Kātib al-Iṣbahānī143, šafi‘ite, sous le titre d’as-Sail ‘alā ’ḏ-Ḏail ; mais dans un autre passage144, ce même ouvrage est attribué à as-Sam‘ānī et est désigné comme sa continuation de l’histoire d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī.

  • 145 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sa‘īd b. ad-Dubaiṯī al-Wāsiṭī (558-637/1163-1239) ; v. sur lui GAL, I, (...)
  • 146 Voir GAL, Suppl., loc. cit. ; la cote du ms. de Cambridge est Add. 2924.
  • 147 Tārīḫ 324, sous le titre : al-Muḫtaṣar al-muḥtāǧ ilaih min Tārīḫ... b. ad-Dubaiṯī, intiqā’ Muḥamma (...)
  • 148 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.

131Ibn ad-Dubaiṯī145, šāfi‘ite, est l’auteur d’une continuation de l’ouvrage d’as-Sam‘ānī. Il en existe des manuscrits au British Museum (contenant la lettre ‘ain), à la Bibliothèque Nationale de Paris et à Cambridge146. Cet ouvrage fut abrégé par aḏ-Ḏahabī ; il existe un manuscrit autographe de cet abrégé à Dār al-Kutub au Caire147. Ḥāǧǧī Ḫalīfa dit que cet abrégé diminue la longueur des notices de l’original et ne retient que la moitié de leur nombre148.

  • 149 Abū Ibrāhīm Faḫr ad-Dīn al-Fatḥ b. Muḥammad al-Bundārī (vécut dans la première moitié du viie/xiii(...)
  • 150 Fonds arabe 6152.
  • 151 Abū ’l-Faiḍ Muḥammad Murtaḍā b. Muḥammad az-Zabīdī al-Ḥanafī (1145-1205/1732-1791) ; auteur du gra (...)
  • 152 Itḥāf I, 6 ; cf. GAL, Suppl., I, 563.
  • 153 Cl. Cahen (Syrie, 36) a déjà remarqué cette qualité d’abrégé de l’ouvrage d’al-Bundārī.

132L’ouvrage d’al-Bundārī149 nous est connu sous le titre de Tārīḫ Baġdād dans un manuscrit autographe conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris150. Cet ouvrage est désigné comme un ḏail par al-Murtaḍā az-Zabīdī151 qui en utilise les renseignements sur la vie d’al-Ġazzālī dans son grand commentaire, Itḥāf as-sādā152, sur l’Ihyā’ ‘ulūm ad-Dīn de ce dernier. Il n’est, en réalité, que l’abrégé de ses trois prédécesseurs, al-Ḫaṭīb, as-Sam‘ānī et Ibn ad-Dubaiṯī153.

  • 154 Fol. 116a ; ceci veut dire qu’il vivait encore en 639, ce qui permet de prolonger de 16 ans la dur (...)

133La Bibliothèque Nationale de Paris conserve le premier tome de la main même de l’auteur, qui s’y montre très consciencieux dans la citation de ses sources. Un nombre très restreint des notices proviennent de l’Histoire de Bagdad d’al-Ḫaṭīb et de sa continuation par Ibn ad-Dubaiṯī ; alors que tout le reste provient de celle d’as-Sam‘ānī. Parfois l’auteur commence une notice tirée de l’ouvrage d’al-Ḫaṭīb et la complète par celui d’as-Sam‘ānī. Il cite explicitement le Ḏail d’as-Sam‘ānī comme source sur la marge gauche du folio 45b ; ce qui nous assure la provenance exacte, car il aurait pu abréger un autre ouvrage biographique de l’auteur. C’est sur ce même folio que l’auteur nous assure aussi que son ouvrage est un abrégé et que le manuscrit est écrit de sa propre main. En le dépouillant, nous nous sommes rendu compte que le folio 46b doit être en réalité 50a et qu’il y existe des lacunes aux endroits suivants : le folio 52a ne constitue pas la suite du folio 51b ; et ainsi avec les folios 69a et 79a qui ne constituent pas non plus les suites des folios qui les précèdent respectivement. Il contient les notices biographiques des « Aḥmad » suivi par les « Muḥammad » et porte dans le colophon la date de son achèvement par l’auteur, dans le mois de raǧab, l’an 639/1241, à Damas154.

  • 155 Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. Aḥmad al-Qaṭī‘ī (546-634/1151-1236 ; son nom est bien Muḥammad b. Aḥmad ; (...)

134Une autre continuation de l’ouvrage d’as-Sam‘ānī fut écrite par al-Qaṭī‘ī155, ḥanbalite, sous le titre de Durrat al-iklīl fī tatimmat at-taḏyīl qui ne nous est pas parvenue.

  • 156 Muḥibb ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Maḥmūd al-Baġdādī, connu sous le nom d’Ibn an-Naǧǧār (578 (...)
  • 157 Tašköprüzādeh (cf. F. Rosenthal, Historiography, 453) et Ḥāǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn, 288) en comp (...)
  • 158 Commence avec ‘Abd al-Muġīt et se termine avec ‘Alī b. Muḥammad.
  • 159 Ainsi vocalisé.
  • 160 Commence avec ‘Alī b. Muḥammad et se termine avec al-Fadl b. Muḥammad.
  • 161 Le premier nom serait al-Faḍl b. Muḥammad b. ‘Abd al-‘Aṭṭār.

135La continuation la plus développée de l’histoire d’al-Hatīb est celle du traditionniste šāfi‘ite Ibn an-Naǧǧār156. Elle était en plusieurs volumes157 ; il ne nous en est parvenu que deux, gros d’ailleurs, l’un à la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas et l’autre à la Bibliothèque Nationale à Paris. Le premier constitue le tome 10 et contient une partie de la lettre ‘ain158 ; et le second constitue le tome suivant, tome 11, de la main du même copiste, ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Mas‘ūd as-Su‘ūdī159 al-Mu’addib, qui l’acheva en 748/1347. Ce tome contient le reste de la lettre ‘ain, toute la lettre ġain, et la lettre fā’ jusqu’aux nommés « al-Faḍl »160 ; le tome suivant devait, selon une notation du copiste, continuer avec le reste des notices sous ce nom161.

  • 162 E. Amar, Identification (JA, 1908), 237-242 (v. aussi JA, 1912, 173, n. 3). Après avoir examiné le (...)

136Selon E. Amar162, les manuscrits arabes 2130 et 2131 à la Bibliothèque Nationale, feraient tous deux partie de la continuation par Ibn an-Naǧǧār de l’Histoire de Bagdad. En réalité, ce n’est que le manuscrit 2131 qui en fait partie. L’autre tome, le manuscrit 2130 n’est qu’une partie de l’Histoire de Bagdad d’al-Ḫaṭīb et correspond aux tomes IX-X, de la lettre ṣād à la lettre ‘ain.

  • 163 SAĀwī, I‘lān, 111-112 (trad., 364-365) ; ces mêmes parties sont toujours perdues.
  • 164 SAĀwī, I‘lān, 123-124 (trad., 387).

137Cette continuation d’Ibn an-Naǧǧār était déjà à l’état fragmentaire à l’époque d’as-Saḫāwī, qui donne la liste des parties manquantes163, et qui dit que l’ouvrage contenait les renseignements d’as-Sam‘ānī et d’Ibn ad-Dubaiṯī, et qu’elle avait, à son tour, deux continuations : l’une par Ibn as-Sā‘ī et l’autre par Ibn Rāfi‘164.

3. LA LISTE DES SOURCES CONTEMPORAINES D’IBN AN-NAǦǦĀR

  • 165 Les citations dans les notes qui suivent se réfèrent au manuscrit de la Bibliothèque Ẓāhirīya à Da (...)

138Chose remarquable, cette histoire d’Ibn an-Naǧǧār se fonde sur un nombre considérable de sources historiques dépouillées par l’auteur dans leurs manuscrits autographes. Ces sources, dont les auteurs sont cités assez clairement dans les notices biographiques, restent pour la plupart sans titre. Lorsque l’auteur déclare qu’il lut telle chose dans l’Histoire d’un tel, écrite de sa propre main, il ne désigne pas l’ouvrage ; et ce peut être un tārīḫ, des ṭabaqāt, un mu‘ǧam ou une mašyaḫa, etc. ; de même, lorsqu’il nomme l’ouvrage : « le livre d’un tel. » De toutes manières, la plupart des sources historiques d’Ibn an-Naǧǧār ne nous sont pas encore parvenues. Nous nous bornerons ici à énumérer celles qui sont contemporaines de la période qui nous intéresse. Le nom de l’auteur est suivi de la mention de l’ouvrage, avec ou sans titre. Voici la liste165 :

  • 166 Cf. le manuscrit de la Ẓāhirīya, fol. 133a, et celui de la Bibliothèque Nationale, fol. 23b et 95b

1391) Hilāl b. al-Muḥassin aṣ-Ṣābī al-Kātib (359-448/969-1056), passé du ṣābéisme à l’Islām ; manuscrit autographe de son Histoire166.

  • 167 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 72b et 92b. Ce qu’Ibn an-Naǧǧār appelle ici Tārīḫ n’est pas le journal d’Ib (...)
  • 168 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 148a et 185a, et ms. Paris, fol. 40a. Il y a un manuscrit de la Mašyaḫa à l (...)

1402) Abū ‘Alī b. al-Bannā’ (396-471/1005-1078), ḥanbalite ; l’autographe de son Histoire167 et l’autographe de sa Mašyaḫa168.

  • 169 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 14b ; une très courte notice sur l’auteur dans Muntaẓam, IX, 51.

1413) Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad aṭ-Ṭarrāḥ (m. 482/1089) ; un ouvrage autographe sans titre169.

  • 170 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 40a ; v. aussi fol. 54a, 66a, 148a ; une notice sur l’auteur dans Muntaẓam, (...)

1424) Abū ’l-Faḍl Aḥmad b. al-Ḥasan b. Ḫairūn (406-488/1015-1095), traditionniste ; ouvrage autographe sans titre170.

  • 171 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 5b et 119b ; v. les notices dans Ansāb, fol. 477b ; Muntaẓam, IX, 98 ; Šaḏa (...)

1435) Abū Ṭāhir Aḥmad b. al-Ḥasan al-Karaǧī (m. 489/1096), traditionniste ; l’autographe de son Histoire171.

  • 172 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 47b ; dans leurs notices sur lui, Sam‘ānī (Ansāb, fol. 348b) lui donne la n (...)

1446) Abū Manṣūr ‘Abd al-Muḥsin b. Muḥammad aš-Šīḥī (aš-Šaiḫī ?) (411-489/1020-1095), traditionniste ; ouvrage autographe sans titre172.

  • 173 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 35b, et ms. Paris, fol. 18a ; v. ses notices dans Ibn Raǧab, Ḏail, I, 117-1 (...)

1457) Abū ‘Alī Aḥmad b. Muḥammad al-Baradānī (426-498/ 1034-1104), traditionniste ḥanbalite ; ouvrage autographe sans titre173.

  • 174 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 3a et 215b ; Ibn al-Ǧauzī dit, dans sa notice biographique sur aḏ-Ḏuhlī (Mu (...)

1468) Abū Ġālib Šuǧā‘ b. Fāris aḏ-Ḏuhlī (430-507/1038-1113), traditionniste ; l’autographe de son Histoire174.

  • 175 Cf. ms. Ẓāhirīya, 2b et 13a ; v. aussi ms. Paris, fol. 76b ; Ibn an-Naǧǧār avait donc accès au cél (...)

1479) Abū ’1-Wafā’ ‘Alī b. ‘Aqīl (431-513/1039-1119), ḥanbalite ; l’autographe de Kitāb al-funūn175.

  • 176 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 52a. Sur l’auteur, dont la kunya est Abū’l-Ḫair, v. la notice dans Muntaẓam(...)

14810) Hazārasb b. ‘Iwaḍ al-Harawī (m. 515/1121), traditionniste ; ouvrage autographe sans titre176.

  • 177 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 2b, et ms. Paris, fol. 95b ; fut attaqué par le ḥanbalite ‘Abd al-Wahhāb al (...)

14911) Abū ’l-Ḥusain Muḥammad b. ‘Abd al-Malik al-Hamaḏānī (m. 521/1127), šāfi‘ite ; son Histoire177.

  • 178 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 104b et 215a, et ms. Paris, fol. 79a. Il s’agit du ḥanbalite Ibn Abī Ya‘lā.

15012) Abū ’l-Ḥusain b. al-Farrā’ (451-526/1059-1131), ḥanbalite ; l’autographe de son ouvrage Ṭabaqāt al-Ḥanābila178.

  • 179 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 60a, 112b, 168b, et ms. Paris, fol. 20b.

15113) Abū ’l-Ḥasan ‘Ali b. ‘Abd Allāh b. az-Zāġūnī (455-527/ 1063-1132), ḥanbalitę ; l’autographe de son Histoire179.

  • 180 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 43a, 121b, 130b et ms. Paris, fol. 16b, 67b. Il s’agit peut-être de sa Mašy (...)

15214) Abū Bakr Muḥammad b. ‘Abd al-Bāqī al-Anṣārī (442-535/1050-1140), ḥanbalite ; ouvrage autographe sans titre180.

  • 181 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 25b. Sur l’auteur, v. Muntaẓam, X, 98 et Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 204.

15315) Abū ’l-Qāsim Ismā’īl b. Aḥmad b. as-Samarqandī (454-536, 538 ?/1062-1141, 1143 ?), traditionniste šāfi‘ite ; ouvrage autographe sans titre181.

  • 182 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 102b, et ms. Paris, fol. 3b ; cet ouvrage est cité dans Kašf aẓ-ẓunūn, 1735 (...)

15416) Abū Bakr al-Mubārak b. Kāmil al-Ḫaffāf (495-543/1101-1148), traditionniste ḥanbalite ; l’autographe de son Mu‘ǧam182.

  • 183 Cf. ms Ẓāhirīya, 25a et 154b. Sur l’auteur, traditionniste, passé du šāfi‘isme aš‘arite au ḥanbali (...)

15517) Abū ’l-Faḍl Muḥammad b. Nāṣir as-Salāmī (467-550/ 1074-1155), traditionniste ḥanbalite ; ouvrage autographe sans titre183.

  • 184 Cf. ms. Paris, fol. 6b. Sur l’auteur, un des maîtres d’Ibn al-Ǧauzī en ḥadīṯ, v. Muntaẓam, X, 166.

15618) Salmān b. Mas‘ūd al-Qaṣṣāb, connu sous le nom d’aš-Šaḥḥām (477-551/1084-1156), traditionniste ; ouvrage autographe sans titre184.

  • 185 Cf. ms. Ẓāhirīya, 111b. D’après Cl. Cahen (Chronique, 337), la partie 12 est la seule de toutes le (...)

15719) Abū ’l-Ma‘ālī Muḥammad b. al-Ḥasan b. Ḥamdūn al-Kātib (495-562/1101-1166) ; son ouvrage intitulé at-Taḏkira185.

  • 186 Cf. ms. Zāhirïya, fol. 12a et 62a, et ms. Paris, fol. 11a et 59a. Sur l’auteur, v. les notices dan (...)

15820) Abū ’1-Faḍl Aḥmad b. Ṣāliḥ b. Šāfi‘ al-Ǧīlī (520-565/1126-1169), traditionniste ḥanbalite ; l’autographe de son Histoire186.

  • 187 Cf. ms Ẓāhirīya, fol. 111a. Sur l’auteur, grammairien renommé, ainsi que mathématicien et juriscon (...)

15921) Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Ḫaššāb (492-567/1098-1171), ḥanbalite ; ouvrage autographe sans titre187.

  • 188 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 64a, 111a-b. C’est l’historien célèbre de Damas, Ibn ‘Asākir, v. sur lui GA (...)

16022) Abū ’l-Qāsim ‘Alī b. al-Ḥasan ad-Dimašqī (499-571/ 1106-1176), šāfi‘ite-aš‘arite ; ouvrage autographe sans titre188.

  • 189 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 177a. Saḫāwī, dans son I‘lān (118-119, trad., 376) lui attribue trois ouvra (...)

16123) Abū Ṭahir Aḥmad b. Muḥammad as-Silafī (ca. 472-576-8 ?/ca. 1079-1180-82 ?), traditionniste šāfi‘ite ; l’autographe de son Mu‘ǧam189.

162La liste des sources d’Ibn an-Naǧǧār que nous venons de donner n’est pas exhaustive ; elle se borne aux auteurs auquels il assigne un ouvrage, avec ou sans titre. Mais comme il en cite aussi beaucoup d’autres avec la simple mention qu’il a vu le renseignement de la main même de l’auteur, nous estimons assez utile de donner les noms des contemporains de notre période parmi ces auteurs. En voici la liste :

  • 190 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 207a. Sur cet auteur, v. Muntaẓam, IX, 43.

16324) Abū Naṣr Hibat Allāh b. ‘Alī b. Muḥammad b. Aḥmad al-Maḥallī (m. 480/1087), traditionniste190.

  • 191 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 172a. Sur cet auteur, qui a la kunya d’al-Barzabīnī et est connu sous le no (...)

16425) Abū ‘Alī Ya‘qūb b. Ibrāhīm al-Ḥanbalī (406-9 ?-486/ 1015-18 ?-1093), ḥanbalite191.

  • 192 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 63b, 166a. Né à Mayorque, il étudia le ḥadīṯ sous la direction du ẓāhirite (...)

16526) Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Abī Naṣr al-Ḥumaidī (avant 420-488/1029-1095), traditionniste192.

  • 193 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 53a. Sur cet auteur, dont le nom complet est Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad, co (...)

16627) Abū Bakr b. al-Ḫāḍiba (m. 489/1095), traditionniste193.

  • 194 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 137b. Le nom complet de cet auteur est Abū Naṣr Maḥmūd b. al-Faḍl al-Iṣbahā (...)

16728) Abū Naṣr al-Iṣbahānī (m. 512/1118), traditionniste194.

  • 195 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 107b, 118a. Ibn al-Ǧauzī, dans sa notice biographique sur cet auteur (Munta (...)

16829) Abū Naṣr al-Ḥasan b. Muḥammad al-Yūnārtī (466-527/ 1074-1133), traditionniste195.

  • 196 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 11b, et ms. Paris, fol. 55b. Sur cet auteur, dont la kunya est Abū ’1-Barak (...)

16930) ‘Abd al-Wahhāb b. al-Mubārak al-Anmāṭī (462-538/ 1069-1143), traditionniste ḥanbalite196.

  • 197 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 41b, voir la courte notice sur lui dans Šaḏarāt, IV, 136.

17031) Abū ’l-Faḍl Aḥmad b. Muḥammad al-Iṣbahānī, connu sous le nom d’Ibn Baǧnak ( ? Bgnk ; m. 543/1148), traditionniste197.

171Parmi les auteurs postérieurs à notre période, mais qui se fondent sur des sources contemporaines et qui sont utlisés par Ibn an-Naǧǧār, les suivants sont les plus connus :

  • 198 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 119b ; témoignage direct ; Ibn an-Naǧǧār fut un des élèves d’Ibn al-Ǧauzī.

17232) Abū ’l-Faraǧ b. al-Ǧauzī (508-10 ?-597/l 114-16 ?-1200), ḥanbalite198.

  • 199 Cf. ms. Paris, fol. 21b, où il cite un ouvrage autographe sans titre.

17333) Abū ’Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad ‘Imād ad-Dīn al-Kātib (519-597/1125-1201), šāfi‘ite199.

  • 200 A laquelle liste nous pouvons ajouter le nom du célèbre élève d’Ibn ‘Aqīl, le ḥanbalite Ṣadaqa b. (...)

174De cette liste des sources d’Ibn an-Naǧǧār200 nous pouvons nous faire une idée assez précise de la richesse des sources à sa disposition, mais, en revanche, elle nous montre, par là-même, le nombre considérable d’ouvrages contemporains qui, malheureusement, restent encore perdus pour nous.

IV. LES ṬABAQĀT

1. NOTIONS PRÉLIMINAIRES SUR LES ṭabaqāt

175Cette catégorie d’ouvrages dans la littérature historique de l’époque constitue l’une des sources les plus importantes pour notre période. Elle a été développée en un temps assez reculé par les šāfi‘ites et par les ḥanbalites, alors que les deux autres grandes écoles juridiques ne s’y sont intéressées de la même façon que plus tard. Cela tient à ce que, tout au début, cette catégorie d’ouvrages historiques fut développée d’une façon particulière pour les biographies des traditionnistes, établissant leurs dates de naissance et de mort, comme instrument principal de la critique des isnād. Or les šāfi‘ites (avant l’avènement des aš‘arites) et les ḥanbalites, se considéraient, les uns et les autres, comme prenant rang parmi les traditionnistes, les Ahl al-ḥadīṯ, et s’intéressaient à la compilation des ṭabaqāt. C’est ainsi qu’on peut trouver plusieurs grands traditionnistes des premiers temps réclamés par les uns et par les autres dans leurs compilations tardives, alors qu’ils n’appartenaient en propre à aucune des deux écoles juridiques.

176L’intérêt que présentent les ṭabaqāt, telles qu’elles sont développées par un Ibn Raǧāb ou par un Subkī, vient de la richesse des matériaux historiques sur la vie sociale, politique, intellectuelle et religieuse de la période. Outre les informations habituelles qu’elles renferment (nom complet, dates de naissance et de mort, noms de maîtres, études poursuivies, œuvres, élèves, etc.), nombreuses sont les notices biographiques des personnages importants qui nous donnent de précieux détails sur leur action publique, descriptions ou reportages qui éclairent et font revivre l’époque.

177Dans les pages qui suivent, nous donnons une liste de ces ouvrages contemporains de notre période pour chacune des deux écoles de Bagdad qui nous intéressent d’une façon particulière, l’école šāfi‘ite et l’école ḥanbalite, tout en indiquant ce qui nous en est parvenu directement ou dans des ouvrages ultérieurs.

2. LES ṭabaqāt ŠĀFI‘ITES

  • 201 Voici des listes de ṭabaqāt šāfi‘ite qui ont déjà été dressées : Ṣafadī, Prolégomènes, 211-214 où (...)

178Les biographes du ve au xie siècle de l’hégire nous ont laissé une longue liste de ṭabaqāt šāfi‘ites. Plusieurs de ces ouvrages nous sont parvenus directement, dont un seul est contemporain de notre période ; ceux qui lui sont postérieurs ont l’avantage de se fonder sur des sources contemporaines perdues. Voici la liste201 :

  • 202 Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; cf. ibid., III, 171 ; Ibn al-Mulaqqin, loc. cit., Kašf aẓ-ẓun (...)
  • 203 Voir les notices biographiques dans Wafayāt al-a‘yān (trad. de Slane), I, 606-607 ; Ṭabaqāt aš-šāf (...)

1791) Abū Ḥafṣ ‘Umar b. ‘Alī al-Muṭṭauwi‘ī (ve s. H.) est l’auteur d’al-Muḏahhab fī ḏikr šuyūḫ (mašāyiḫ) al-maḏhab202. Subkī, qui dit que l’auteur le compila pour Abū ’ṭ-Ṭaiyib Sahl b. Muḥammad aṣ-Ṣu‘lūkī203, ne l’utilise qu’à travers un abrégé qui en avait été fait par Ibn aṣ-Ṣalāḥ.

  • 204 Abū ’ṭ-Ṭaiyib Ṭāhir b. ‘Abd Allāh aṭ-Ṭabarī (348-450/959-1058) ; la date de sa mort dans Kašf aẓ-ẓ (...)
  • 205 Cité dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; Ibn al-Mullaqqin, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100.

1802) Al-Qāḍī Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī204 composa un petit opuscule205 où il donna une notice sur l’Imām aš-Šāfi‘ī et, à la fin, une liste de ses disciples. Cet ouvrage, utilisé par Subkī, ne nous est pas parvenu.

  • 206 Muḥammad b. Aḥmad (375-458/985-1056) ; v. sur lui GAL, I, 386, Suppl., I, 669, avec la kunya Abū ‘ (...)
  • 207 Pour les manuscrits qui nous en sont parvenus, v. GAL, loc. cit., nous avons vu celui du British M (...)

1813) Abū ‘Āṣim al-‘Abbādī206 est le seul auteur contemporain de notre période dont l’ouvrage nous soit parvenu. Ses courtes notices contiennent parfois des détails intéressants ; son intérêt se limite à la première partie de notre période. Il est utilisé par Subkī207.

  • 208 Ibrāhīm b. ‘Alī (393-476/1003-1083) ; v. sur lui GAL, I, 387-388, Suppl., I, 669 ; l’un des maître (...)
  • 209 Voir l’index bibliographique. Il y a, dans la Bibliothèque Top Kapi Sarayi, Collection Ahmet III 2 (...)

1824) Abū Isḥāq aš-Šīrāzī208 est l’auteur contemporain de Ṭabaqāt al-fuqahā’ qui est parvenu jusqu’à nous209. Mais cet ouvrage n’appartient pas en propre à cette liste, car il traite non seulement des jurisconsultes šāfi‘ites, mais aussi de ceux des autres écoles, y compris les ẓāhirites. Il est utilisé par Subkī.

  • 210 407-489/1016-1095 ; v. sur lui Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 219.
  • 211 Cité dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 et III, 219 ; Ibn al-Mullaqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (...)

1835) Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Yūsuf al-Ǧurǧānī210 écrivit les Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya qui ne sont connues d’as-Subkī qu’à travers as-Sam‘ānī et Ibn aṣ-Ṣalāh. L’original, que Subkī n’a pas vu, reste aujourd’hui perdu211.

  • 212 414-500/1023-1106, v. sur lui Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 269 ; Šaḏarāt, III, 413.
  • 213 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 285-286. L’ouvrage est cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; (...)

1846) Abū Muḥammad ‘Abd al-Wahhāb b. Muḥammad aš-Šīrāzī al-Fāmī212, auteur considérable, écrivit le Kitāb tārīḫ al-fuqahā’, aujourd’hui perdu, cité par Subkī dans sa liste avec la remarque (faite aussi pour d’autres) qu’il s’agit d’un ouvrage auquel il n’avait pas accès : « Je ne l’ai pas vu non plus. » Toutefois, pour sa notice biographique sur le père d’al-Fāmī, Subkī se sert de deux sources, dont ce Kitāb tārīḫ al-fuqahā’ d’al-Fāmī, qu’il cite pour presque toute la notice213. Cet ouvrage ne paraît pas se limiter aux seuls šāfi‘ites.

  • 214 ‘Abd al-Qāhir b. ‘Abd Allāh Ḍiyā’ ad-Dīn b. ‘Ammūya (‘Am-mawaih) (490-563/1097-1168) ; v. la notic (...)
  • 215 Cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100.

1857) Abū ’n-Naǧīb as-Suhrawardī214 est l’auteur d’une compilation de ce genre biographique à laquelle Subkī dit qu’il n’avait pas accès, et qui reste perdue215.

  • 216 Ẓahīr ad-Dīn ‘Alī b. Abī ’l-Qāsim Zaid (499-565/1105-1169), v. la notice dans GAL, I, 324, Suppl., (...)
  • 217 L’ouvrage est cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunū (...)

1868) Abū ’l-Ḥasan al-Baihaqī, connu sous le nom d’al-Funduq216, écrivit Wasā’il al-alma‘ī fī faḍā’il aṣḥāb aš-Šāfi‘ī, ouvrage qui n’est pas parvenu jusqu’à nous. Subkī dit qu’il n’y avait pas accès217.

  • 218 Taqī ad-Dīn Abū ‘Amr ‘Uṯmān b. Ṣalāḥ ad-Dīn b. Ṣalāḥ aš- Šahrazūrī (577-643/1181-1245) ; v. la not (...)
  • 219 Voir ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341) ; K (...)
  • 220 Il existe un abrégé de cet ouvrage composé par Nawawī (v. infra).

1879) Ibn aṣ-Ṣalāḥ218 composa un grand ouvrage de ṭabaqāt, mais il mourut en le laissant à l’état de brouillon, et c’est an-Nawawī, puis al-Mizzī, qui se sont occupés de la publication d’un abrégé de cet ouvrage que Subkī loue, mais non sans réserve219. Le brouillon original ne nous est pas parvenu220.

  • 221 Abū ‘l-Maǧd Ismā‘īl b. Hibat Allāh al-Mauṣilī (575-655/1179-1257) ; voir les notices biographiques (...)
  • 222 Cité dans Ṣafadī, Prolégomènes, 212 sous le titre de Tabaqāt aṣ ḥāb aš-Šāfi‘ī ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘ya(...)

18810) ‘Imād ad-Dīn b. Bāṭīš 221 écrivit un ouvrage de ṭabaqāt dont le titre est diversement cité222, et qui est perdu.

  • 223 Kašf aẓ-ẓunūn. 1101.

18911) Taǧ ad-Dīn Abu Ṭālib ‘Alī b. Anǧab as-Sā‘ī (m. 674/ 1275) est, selon Ḥāǧǧī Ḫalīfa223, l’auteur d’une continuation de ṭabaqāt al-fuquhā’ d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, qui n’appartient pas en propre à cette liste qui se limite aux seuls juristes šāfi‘ites.

  • 224 Muḥyī ’d-Dīn Yaḥyā b. Šaraf (631-676/1233-1278), v. la notice dans GAL, I, 394-397, Suppl., I, 680 (...)
  • 225 Cet ouvrage est cité dans toutes les listes ; pour les manuscrits existants, v. GAL, I, 397, et Su (...)

19012) Abū Zakarīyā an-Nawawī224 écrivit un abrégé de l’ouvrage d’Ibn aṣ-Ṣalāh, auquel il ajouta des notices. A l’instar de l’original, cet ouvrage fut laissé à l’état de brouillon et, après la mort de l’auteur, fut copié au net par al-Mizzī. Brockelmann cite, parmi les ouvrages d’an-Nawawī, un Ṭabaqāt al-fuquhā’ aš-šāfi‘īya qu’il décrit comme un abrégé de l’ouvrage d’Ibn aṣ-Ṣalāh, ensuite un Muntaḫab ṭabaqāt aš-šāfi‘īya li ’bn aṣ-Ṣalāh ; tous deux semblent bien être le même ouvrage225.

  • 226 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Ḥaǧǧāǧ Yūsuf b. az-Zakī (654-742/1256-1341), v. la notice dans GAL, II, 64, Su (...)
  • 227 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114.

19113) Al-Mizzī226 a le mérite d’avoir copié au net l’ouvrage d’an-Nawawī qui fut laissé par l’auteur à l’état de brouillon. Mais il est bien probable qu’il y ajouta à son tour quelques notices biographiques, car Subkī le groupe avec ses deux prédécesseurs, Ibn aṣ-Ṣalāh et an-Nawawī, et les critique tous les trois pour avoir négligé de consacrer des notices à des šāfi‘ites de grande renommée227.

  • 228 Abū ’s-Saiyāra ‘Abd Allāh b. Muḥammad (698-765/1298-1363), v. la notice biographique dans Ṭabaqāt (...)
  • 229 Pour la liste de Saḫāwī, v. I‘lān, 98 (trad., 342, et n. 2). Il n’y a que Saḫāwī qui cite l’ouvrag (...)

19214) ‘Afīf ad-Dīn al-Maṭarī228 est cité par Saḫāwī dans sa liste de compilateurs de ṭabaqāt šāfi‘ites comme continuateur de l’ouvrage d’Ibn Kaṯīr229. Cette continuation est perdue.

  • 230 Tāg ad-Dīn Abū Naṣr ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Alī (727-771/1327-1370) ; v. la notice dans GAL, II, 89-90, (...)
  • 231 Pour les manuscrits de ses Ṭabaqāt, v. GAL et Suppl., loc. cit. ; l’édition actuelle du Caire est (...)

19315) Subkī230 est l’auteur de trois versions de ṭabaqāt : « grande » (kubrā), « moyenne » (wusṭā) et « petite » (ṣuġrā). Aṭ-Ṭabaqāt al-kubrā, seule imprimée des trois versions qui sont toutes parvenues jusqu’à nous, est l’ouvrage šāfi‘ite le plus considérable de ce genre biographique. Il se sert de plusieurs ouvrages de ṭabaqāt šāfi‘ite composés avant lui, et il en fait une liste où il indique ceux qui lui furent accessibles. Cet auteur tardif fait usage de plusieurs auteurs contemporains de notre période231.

  • 232 Le Tabyīn d’Ibn ‘Asākir fut abrégé par al-Yāfi‘ī (m. 768/1366) dans son Marham al-‘ilal, et, plus (...)

194On ne peut pas apprécier l’intérêt des Ṭabaqāt de Subkī si l’on ne tient pas compte d’un autre ouvrage, le Tabyīn kaḏib al-muftarī ‘alā Abī ’l-Ḥasan al-Aš‘arī, du célèbre šāfi‘ite-aš‘arite, Abū ’1-Qāsim b. ‘Asākir232. Une étroite relation lie ces deux ouvrages. Subkī, qui prescrit le Tabyīn pour tout sunnite et qui est de l’opinion qu’un jurisconsulte ne peut être vraiment šāfi‘ite sans en avoir une copie chez lui, le met lui-même fréquemment à contribution dans ses Ṭabaqāt šāfi‘ite, en sorte que cet ouvrage, par son aš‘arisme militant, se distingue nettement des ṭabaqāt des auteurs šāfi‘ite-traditionalistes.

  • 233 Ǧamāl ad-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd ar-Raḥīm b. al-Ḥasan (704-772/1305-1370) ; v. la notice dans GAL, I (...)
  • 234 Sur cet ouvrage, v. Kašf aẓ-ẓunūn, 1101-1102 ; Šaḏarāt, VI, 211 ; sur l’ouvrage et les manuscrits (...)
  • 235 Kamāl ad-Dīn Abū ’l-Fatḥ ‘Umar b. Bundār (601,2-672/1204,5-1273), v. les notices biographiques dan (...)
  • 236 Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; sur son oncle maternel (700-756/ 1300-1355), v. la notice dans Ša (...)

19516) Al-Asnawī233, contemporain et aîné de Subkī, est l’auteur d’un ouvrage qu’il commença avant 750/1349 et qu’il acheva en 769/1367 ; la dernière notice y est consacrée à al-Yāfi‘ī (m. 768/ 1366)234. Parmi ses sources les plus importantes fut l’ouvrage de ‘Umar b. Bundār at-Tiflīsī235. Saḫāwī lui attribue aussi une autre liste de šāfi‘ites au début de son ouvrage al-Muhimmāt, et dit que son oncle maternel, Sulaimān b. Ǧa‘far al-Asnawī avait aussi composé un ouvrage de ṭabaqāt qu’il laissa à l’état de brouillon236.

  • 237 ‘Imād ad-Dīn Abū ’l-Fidā’ Ismā‘īl b. ‘Umar (701-747/1301-1347), v. la notice dans GAL, II, 49, Sup (...)
  • 238 Ainsi cité par lui dans Bidāya, XII, 3 (ligne 6), 79 (3e ligne du bas de la page), et par Ibn al-‘ (...)
  • 239 Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad. 342).
  • 240 Voir Revue de l’Institut des manuscrits arabes, V (1959), 184, 188, où il est indiqué qu’un manusc (...)

19617) Ibn Kaṯīr237 écrivit les Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya238 qui furent continuées par al-Maṭarī239 ; ce qui veut dire que celui-ci dut achever la continuation, au plus tard, en 765/1363, date de sa mort240.

  • 241 Šams ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-Ḥasan (717-776/1317-1374), v. la notice biographique dan (...)
  • 242 Voir GAL, loc. cit. ; F. Rosenthal, Historiography, 341, n. 3.

19718) Al-Wāsiṭī241 écrivit un ouvrage sur les šāfi‘ites intitulé al-Makātib al-‘alīya fī ’l-manāqib aš-šâfi‘īya, dont un manuscrit est parvenu jusqu’à nous242.

  • 243 Šams ad-Dīn (Ṣadr ad-Dīn ?) Abu ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd ar-Rahmān (écrit vers 780/1378 à Ṣafad (...)
  • 244 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit. ; et, pour les manuscrits qui en sont parvenus jusqu’à nous, v. GAL, (...)

19819) Ṣafadī243 est cité dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa comme auteur d’un ouvrage de ṭabaqāt, mais c’est un ouvrage biographique général intitulé Ṭabaqāt al-fllqahā’ al-kubrā244.

  • 245 Sirāǧ ad-Dīn Abū Ḥafṣ ‘Umar b. ‘Alī (732-804/1332-1401), v. sur lui GAL, II, 92-93, Suppl., II, 10 (...)
  • 246 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342).
  • 247 Kašf aẓ-ẓunūn, 1101.
  • 248 Op. cit., 1152, s.v. al-‘Iqd al-muḏahhab.
  • 249 Il en fournit l’incipit :... راهيم أبناءه المتفرقين عنه,, ثلاث م ن اخل, v. Kašf aẓ-ẓunūn, 1152.
  • 250 Op. cit., loc. cit.

19920) Ibn al-Mulaqqin245 composa plus d’un ouvrage de ṭabaqāt. Saḫāwī lui attribue un ouvrage indépendant, et une continuation de celui d’al-Asnawī où il fit usage de celui de Subkī, tous deux sur les šāfi‘ites. Saḫāwī n’en donne pas les titres246. Ḥāǧǧī Ḫalīfa, lui, cite dans sa liste un seul ouvrage de ṭabaqāt šāfi‘ite intitulé al-‘Iqd al-muḏahhab fī ṭabaqāt ḥamalat al-maḏhab, commençant avec Šāfi‘ī et se terminant en 770/1368, divisé en 36 classes (ṭabaqa) et rédigé avec délicatesse247. Dans un autre passage248, Ḥāǧǧī Ḫalīfa nous donne des renseignements plus complets. Cet ouvrage se compose, selon lui, de 1.700 notices biographiques tirées des ouvrages de ṭabaqāt d’al-Asnawī, d’Ibn Kaṯīr et de Subkī, abrégées, augmentées et rédigées en langage délicat. Il préfère donc cet ouvrage à ceux qui lui servirent de base, mais dont il déplore le classement des notices. C’est un seul ouvrage249 en trois parties (ṭabaqa) : la première, en 34 classes (ṭabaqa), traite des šāfi‘ites les plus célèbres ; les moins célèbres sont traités dans la deuxième, en 36 classes, et dans la troisième qui suit l’ordre alphabétique250.

  • 251 Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114.

200Ibn al-Mulaqqin, dans sa liste des ṭabaqāt šāfi‘ites, s’attribue un ǧuz’ qu’il consacra aux šāfi‘ites célèbres omis par an-Nawawī dans son édition de l’ouvrage qu’Ibn aṣ-Ṣalāḥ laissa à l’état de brouillon. Il se peut bien qu’Ibn al-Mulaqqin s’en soit occupé par suite de la critique qu’avait faite Subkī de l’ouvrage composé par Ibn aṣ-Ṣalāḥ, édité par an-Nawawī et copié au net par al-Mizzī251. Il se peut bien aussi que le ǧuz’, dont il s’agit ici, soit la première partie du ‘Iqd al-Muḏahhab de l’auteur, tel qu’il est décrit par Ḥāǧǧī Ḫalīfa.

  • 252 Voir GAL, II, 93, Suppl., II, 109, qui donne les manuscrits qui nous en sont parvenus. La cote du (...)

201Brockelmann cite le ‘Iqd al-Mudḏahhab d’Ibn al-Mulaqqin et donne la liste des manuscrits qui en sont parvenus jusqu’à nous. Il donne aussi la date de sa composition par l’auteur, celle-ci étant entre 753-62/1352-61, à la différence de Subkī qui dit que l’ouvrage se termine en 770/1368. Il se peut qu’il s’agisse là d’une partie de l’ouvrage252.

  • 253 Maǧd ad-Dīn Abū ’ṭ-Ṭāhir Muḥammad b. Ya‘qūb (729-817/1329-1415) ; v. sur lui GAL, II, 182-183, Sup (...)
  • 254 Kašf aẓ-ẓunūn, 1102, et 1656. Il composa aussi un autre ouvrage de ṭabaqāt ḥanifite intitulé al-Mi (...)

20221) Al-Fīrūzābādī253 est l’auteur d’un ouvrage de ṭabaqāt šāfi‘ite intitulé al-Mirqāt al-arfa‘īya fī ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, perdu254.

  • 255 Šihāb ad-Dīn Aḥmad b. al-Ḥusain (773-844/1371-1441) ; v. GAL, II, 96, Suppl., II, 113.
  • 256 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, 1102 ; Šaḏarāt, VII, 248-249 où il y a une liste bibliographique de l’auteur.

20322) Ibn Raslān ar-Ramlī255 composa un ouvrage de ṭabaqāt sāfi‘ite, perdu256.

  • 257 Taqī ad-Dīn Abū Bakr b. Aḥmad (779-851/1377-1448) ; voir GAL, II, 51, Suppl., II, 50, y ajouter la (...)
  • 258 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1101 (s.v. Ṭabaqāt) et 1840 (s.v. Manāqib) ; (...)

20423) Ibn Qāḍī Šuhba257 est l’auteur de deux ouvrages de ṭabaqāt šāfi‘ites qui sont tous deux parvenus jusqu’à nous : les Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, et les Manāqib al-Imām aš-Šāfi‘ī wa-ṭabaqāt aṣḥābih tirés du Tārīḫ al-Islām d’aḏ-Ḏahabī et continués jusqu’à l’époque de l’auteur258.

  • 259 ‘Izz ad-Dīn Ḥamza b. Aḥmad (818-874/1415-1469) ; v. GAL, II, 34, Suppl., II, 31.
  • 260 Voir op. cit., II, 34.

20524) Al-Ḥusainī259 écrivit une continuation des Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya de son maître Ibn Qāḍī Suhba, intitulé al-Muntahā fī wafayāt ūlī ’n-nuhā dont l’autographe est conservé à Leipzig260.

  • 261 Quṭb ad-Dīn Muḥammad b. Muḥammad (821-888/1418-1483), v. op. cit., II, 97-98, Suppl., II, 116.
  • 262 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1102 et n. 1, 1561.

20625) Al-Ḫaiḍarī261 écrivit al-Luma‘ al-alma‘īya li-a‘yān aš-šāfi‘īya qui, selon Saḫāwī, est un ouvrage fondé sur les notes et les notices biographiques qu’avait ajoutées Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī dans les marges de son exemplaire des Ṭabaqāt al-wusṭā de Subkī. Al-Ḫaiḍarī y ajouta encore des notices glanées dans des sources diverses262. Cet ouvrage ne nous est pas parvenu.

  • 263 ‘Abd Allāh b. Ḥiǧāzī b. Ibrāhīm (m. 1227/1812), v. GAL, II, 480, Suppl., II, 729.
  • 264 Cf. op. cit., loc. cit.

20726) Aš-Šarqāwī263 est l’auteur d’at-Tuḥfa al-bahīya fī ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, dont il existe des manuscrits264.

  • 265 Ainsi se nomme-t-il dans son ouvrage, p. 1. On lui donne aussi les nisba d’al-Kūrānī et d’aš-Šahra (...)
  • 266 Voir la bibliographie. Il n’est pas cité dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit., (...)

20827) Abū Bakr b. Hidāyat Allāh al-Ḥusainī265 est l’auteur de l’ouvrage aṭ-Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, imprimé avec les Ṭabaqāt al-fuqahā’ d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī266.

209Des ouvrages que nous venons de citer, le plus développé et, exception faite du petit ouvrage que nous citons en dernier, le seul imprimé, et, peut-être par là-même, le plus célèbre, est celui de Subkī, les Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya al-kubrā.

3. LES ṭabaqāt ḤANBALITES

  • 267 Voici des listes de ṭabaqāt ḥanbalites qui ont déjà été dressées : Ṣafadī, Prolégomènes, 211-214 o (...)

210Comme les šāfi‘ites, les ḥanbalites ont composé une longue liste de ṭabaqāt. Mais cette liste, bien qu’elle contienne moins d’ouvrages, commence avant et s’achève après celle des šāfi‘ites. Elle s’en distingue par le fait qu’une série d’ouvrages est parvenue jusqu’à nous traitant des ḥanbalites dès Aḥmad b. Ḥanbal jusqu’à nos jours. Ce sont les ouvrages d’Ibn Abī Ya‘lā, d’Ibn Raǧab, d’al-‘Ulaimī et d’aš-Šaṭṭī (contemporain), qui seront traités à leur place dans les pages qui suivent. Voici la liste267 :

  • 268 Aḥmad b. Muḥammad (m. 311/923), v. GAL, Suppl., I, 311 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 12-15.
  • 269 Voir op. cit., II, 12 où il y a une liste bibliographique. Les fragments de l’ouvrage sont conserv (...)

2111) Abū Bakr al-Ḫallāl268, disciple d’Aḥmad b. Ḥanbal, est le premier à composer un ouvrage de ṭabaqāt. Cet ouvrage, dont il n’est parvenu jusqu’à nous que des fragments, est utilisé fréquemment par Ibn Abī Ya‘lā269.

  • 270 Al-Ḥasan b. Aḥmad (396-471/1005-1078), voir G. Makdisi, Diary, XVIII 9 et ss.
  • 271 Saḫāwī, I‘lān, 101 (trad., 346), sans mention de l’ouvrage.
  • 272 Ḏail, I, 45-46, G. Makdisi, Diary, XVIII, 20-21.

2122) Abu ‘Alī b. al-Bannā’270 est cité dans la liste de Saḫāwī parmi les auteurs de ṭabaqāt ḥanbalites271. La liste bibliographique d’Ibn al-Bannā’, telle qu’elle se trouve établie par Ibn Raǧab272, ne comporte pas un ouvrage intitulé Ṭabaqāt al-ḥanābila. Pourtant, Saḫāwī a raison de l’inclure dans sa liste, car il est certain qu’Ibn al-Bannā’ a composé des notices biographiques sur ses compagnons et prédécesseurs ḥanbalites dans ses ouvrages : Ṭabaqāt al-fuqahā’ Aṣḥāb al-a’imma al-ḫamsa, Tārīḫ, Mašyaḫa, et surtout une liste exclusivement ḥanbalite dans les Manāqib al-Imām Aḥmad, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’ouvrage. Il a aussi consacré à son maître ḥanbalite, le Qāḍī Abū Ya‘lā, un ouvrage biographique intitulé Aḫbār Abī Ya‘lā.

  • 273 Abū ’l-Ḥusain Muḥammad b. Abī Ya‘lā Muḥammad b. al-Farrā’ (451-526/1059-1133), v. GAL, Suppl., I, (...)
  • 274 Cet ouvrage est cité dans toutes les listes (v. supra).

2133) Ibn Abī Ya‘lā273 est l’auteur des Ṭabaqāt al-ḥanābila. Cet ouvrage commence avec une notice sur Aḥmad b. Ḥanbal, fondateur de l’école ḥanbalite. La notice biographique la plus développée traite du père de l’auteur, le Qāḏī Abū Ya‘lā, organisateur de l’école ḥanbalite au ve/xie siècle. L’ouvrage se termine en 513 H. par de rapides notices sur les disciples. C’est une source fondamentale pour les origines de la période qui nous occupe274. Nous indiquerons, en cours de route, les trois continuations qui en ont été composées et dont une seule, la plus importante, voire fondamentale, nous est parvenue, celle d’Ibn Ragab.

  • 275 Abū ’l-Maḥāsin Muḥammad b. ‘Abd al-Bāqī al-Mauṣilī, l’un des ḥanbalites d’al-Mauṣil, soupçonné de (...)

2144) Abū ’l-Maḥāsin al-Mauṣilī275, élève du Qāḍī Abū Ya‘lā, écrivit les Ṭabaqāt fuqahā’ aṣḥāb Aḥmad, ouvrage perdu.

  • 276 Saḫāwī, I‘lān, 101 (trad., 346), sans mention de l’ouvrage.
  • 277 Ibn al-Ǧauzī, Manāqib, 505-533.
  • 278 Cf. Ibn Raǧab, Ḏail, I, 286, index des ouvrages, s.v. Ṭabaqāt al-al-aṣḥāb (li ’bn al-Ǧauzī) et les (...)

2155) Ibn al-Ǧauzī, à l’instar d’Ibn al-Bannā’, est cité par Saḫāwī dans sa liste d’auteurs de ṭabaqāt ḥanbalites276. Il s’agit des Manāqib al-Imām Aḥmad b. Ḥanbal où, à la fin de l’ouvrage, il y a une section qui traite des ḥanbalites du temps d’Aḥmad b. Ḥanbal jusqu’à l’an 560/1164 où ne figurent que les ḥanbalites les plus connus277. Ses biographes ne lui attribuent pas un ouvrage de ṭabaqāt ; et lorsqu’il s’agit dans le Ḏail d’Ibn Raǧab des Ṭabaqāt al-aṣḥāb d’Ibn al-Ǧauzī, ce n’est pas là un ouvrage indépendant, mais seulement la liste des ḥanbalites que nous venons de décrire278.

  • 279 Zain ad-Dīn Abū ’l-Faraǧ ‘Abd ar-Raḥman b. Aḥmad (736-795/ 1335-1393), v. GAL, II, 107, Suppl. II, (...)
  • 280 Ḏail ‘alā Ṭabaqāt al-ḥanābila.

2166) Ibn Raǧab279 écrivit une continuation à l’ouvrage d’Ibn Abī Ya‘lā280. Cet ouvrage commence avec les disciples du Qāḍī Abū Ya‘lā en 460/1067 et se termine en 750/1349, bien avant la mort de l’auteur, traitant ainsi des ḥanbalites qui vécurent pendant trois siècles environ. Ses notices sont classées par ordre des années de décès. Nous aurons à en citer deux continuations dont seul l’ouvrage d’al-‘Ulaimī est parvenu jusqu’à nous.

217Cet ouvrage d’Ibn Raǧab est fondamental pour l’histoire socio-religieuse des ḥanbalites de la période qui nous occupe. L’auteur, bien qu’il appartienne à la seconde moitié du viiie/xive siècle, nous a conservé plusieurs sources contemporaines du ve/xie siècle. Les voici :

218Abū ‘Alī b. al-Bannā’ (m. 471/1078), ḥanbalite

219Ibn Ḫairūn (m. 488/1095), traditionniste

220Abū ‘Alī al-Baradānī (m. 498/1104), traditionniste ḥanbalite

221Abū ‘Alī b. Sukkara (fl. 461/1069), traditionniste hâšimite

222Ibn ‘Aqīl (m. 513/1119), ḥanbalite

223Ibn Abī Ya‘lā (m. 526/1131), ḥanbalite

224Ibn az-Zāġūnī (m. 527)1132), ḥanbalite

225Ibn Kāmil al-Ḫaffāf (m. 543/1148), traditionniste ḥanbalite

226Ibn Nāṣir (m. 550/1155), traditionniste ḥanbalite

227As-Silafī (m. 576/1180), traditionniste šāfi‘ite

228Les suivants sont les plus importants parmi les auteurs ultérieurs utilisés par Ibn Raǧab :

229Ibn as-Sam‘ānī (m. 562/1167), traditionniste šāfi‘te

230Ibn al-Ǧauzī (m. 597/1200), ḥanbalite

231Ibn an-Naǧǧār (m. 643/1245), traditionniste šāfi‘ite

  • 281 Abū Ishāq Ibrāhīm b. Muḥammad, connu sous les deux laqab, Taqī ad-Dīn et Burhān ad-Dīn (749,51-803 (...)
  • 282 Šaḏarāt, loc. cit. ; cf. Kašf aẓ-ẓunūn, 1097.
  • 283 Kašf aẓ-ẓunūn, 1097. Ḥāǧǧī Ḫalīfa ne lui donne qu’un seul laqab : Taqī ad-Dīn. Ibn Badrān (Madḫal, (...)

2327) Burhān ad-Dīn (Taqī ad-Dīn) b. Mufliḥ281 est l’auteur d’un ouvrage intitulé Ṭabaqāt aṣḥāb al-Imām Aḥmad, perdu. Ibn al-‘Imād nous donne cinq titres des ouvrages de cet auteur en faisant remarquer que la plupart ont été détruits282. Cet auteur, selon Ḥāǧǧī Ḫalīfa, composa une continuation à l’ouvrage d’Ibn Abī Ya‘lā ; il s’agit vraisemblablement du même ouvrage283.

  • 284 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Muḥammad (m. 884/1479) ; v. sur lui Šaḏarāt, VII, 3 (...)
  • 285 On peut compter plusieurs membres de la famille des Ibn Mufliḥ, connus sous ce nom, depuis le viii(...)
  • 286 Cet ouvrage n’est pas cité dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa ; mais il l’est dans Šaḏarāt, VII, 339 ; (...)
  • 287 Cf. Madḫal, p. bā’ (au milieu), dans la pagination alphabétique à la fin de l’ouvrage.

2338) Burhān ad-Dīn b. Mufliḥ284, petit-fils du frère du précédent285, est l’auteur d’al-Maqṣad al-aršad fī tarǧamat aṣḥāb al-Imām Aḥmad, ouvrage ordonné alphabétiquement, mais qui est aussi perdu286. Ibn Badrān, auteur du Madḫal, commençait à y faire un ḏail, puis il changea d’idée et en fit un ḏail à l’ouvrage d’Ibn Raǧab ; mais il mourut en laissant son travail inachevé287.

  • 288 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. Ibrāhīm (800-876/1397-1471) ; v. sur lui GAL, II, 57, Suppl., II, 57.
  • 289 Cf. Saḫāwī, Buġyat al-‘ulamā’, ms. arabe Paris 2150, fol. 7b, relevé par F. Rosenthal, Historiogra (...)

2349) A ‘Izz ad-Dīn al-Kinānī288 est attribué, par Saḫāwī, un grand ouvrage qu’il laissa à l’état de brouillon. Ailleurs, Saḫāwī lui attribue un Tāriḫ ṭabaqāt al-ḥanābila, en trois versions dénommées : la grande, en quatorze tomes ; la moyenne, en trois tomes, et la petite, en un seul tome289. Toutes les trois sont perdues.

  • 290 Kašf aẓ-ẓunūn, 1097.
  • 291 Madḫal, 249.

23510) A Yūsuf b. Ḥasan b. Aḥmad al-Maqdisī est attribué par Ḥāǧǧī Ḫalīfa une continuation de l’ouvrage d’Ibn Abī Ya‘lā intitulée al-Ǧauhar al-munaḍḍad fī ṭabaqāt muta’aḫḫirī aṣḥāb Aḥmad, ordonnée alphabétiquement et achevée en 781 H.290. Ibn Badrān, qui copie Ḥāǧǧī Ḫalīfa, donne la date de 871 H. en l’écrivant en toutes lettres291. Nous sommes donc portés à croire que cette dernière date est la bonne, et que l’auteur n’est autre que le célèbre ḥanbalite Ibn ‘Abd al-Hādī (m. 909/1503, v. ci-dessous), bien qu’Ibn Badrān cite et l’un et l’autre dans sa liste d’auteurs de ṭabaqāt ḥanbalites.

  • 292 Muǧīr ad-Dīn Abū ’1-Yumn ‘Abd ar-Raḥman b. Muḥammad (860-927/1455-1520) ; v. sur lui GAL, II, 43, (...)
  • 293 Pour les manuscrits du Manhaǧ d’al-‘Ulaimī, v. GAL, Suppl., loc. cit.

23611) Al-‘Ulaimī292 est l’auteur d’al-Manhaǧ al-aḥmad fī tarāǧim aṣḥāb al-Imām Aḥmad, qui est une continuation de celle qu’avait faite Ibn Raǧab de l’ouvrage d’Ibn Abī Ya‘lā. Cette continuation d’al-‘Ulaimī est, à son tour, continuée par al-Ġazzī et toutes les deux furent abrégées et continuées par aš-Šaṭṭī293.

  • 294 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Maḥāsin Yūsuf b. al-Ḥasan b. Aḥmad al-Maqdisī al-Ḥanbalī Ibn ‘Abd al-Hādī (840 (...)
  • 295 Ces deux ouvrages ne me semblent pas se borner aux seuls ḥanbalites.

23712) Yūsuf b. ‘Abd al-Hādī294 est cité par Ibn Badrān dans sa liste d’auteurs de ṭabaqāt ḥanbalites, avec deux ouvrages intitulés : ar-Riyāḍ al-yāni‘a fī a‘yān al-mi‘a at-tāsi‘a et Kitāb at-tabyīn fī ṭabaqāt al-muḥaddiṯīn al-mutaqaddimīn wa ’l-muta’aḫḫirīn, dont aucun n’est parvenu jusqu’à nous295.

  • 296 ‘Izz ad-Dīn ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Umar al-Makkī al-Hāšimī (850-921/1447-1516) ; v. sur lui GAL, II, 17 (...)
  • 297 I‘lān, 102 (trad., 346).

23813) A Ibn Fahd296 se trouvent attribués, par son maître Saḫāwī297, deux ouvrages dont un qui représente un classement alphabétique de l’ouvrage d’Ibn Abī Ya‘lā, et un autre, de celui d’Ibn Raǧab ; tous les deux sont perdus.

  • 298 Kamāl ad-Dīn Abū ’l-Faḍl Muḥammad b. Muḥammad (1173-1214/1759-1799) ; v. la notice biographique da (...)
  • 299 Il se trouve cité aussi dans Ibn Badrān, Madḫal, 250 (qui dit l’avoir étudié complètement et le dé (...)
  • 300 Voir Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 145-146.
  • 301 Op. cit., 145 et ss.

23914) Al-Ġazzī298, muftī šafi‘ite à Damas, est l’auteur d’une continuation de celle qu’avait faite al-‘Ulaimī à l’ouvrage d’Ibn Raǧab. Cette continuation d’al-Ġazzī, selon la description d’aš-Šaṭṭī qui l’a abrégée et continuée, s’intitule an-Na‘t al-akmal li-aṣḥāb al-Imām Aḥmad b. Hanbal299 ; elle est divisée en treize ṭabaqa, à raison de vingt-cinq années chacune, à partir du xe/xvie siècle, et contient une introduction où l’auteur dit pourquoi il a composé l’ouvrage et donne une liste de ses professeurs hanbalites, avec une notice sur Ahmad b. Ḥanbal300. Cet ouvrage n’est parvenu jusqu’à nous que dans l’abrégé d’aš-Šaṭṭī301.

  • 302 Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Uṯmān (1236-1295/1820-1878) ; v. sur lui GAL, Suppl., II, 812.
  • 303 Voir op. cit., II, 107, Suppl., II, 812 pour l’ouvrage et les manuscrits qui en sont parvenus jusq (...)

24015) Ibn Ḥumaid an-Naǧdī302 est l’auteur d’une continuation de l’ouvrage d’Ibn Raǧab, intitulé as-Suḥub al-wābila ‘alā ḍarā’iḥ al-ḥanābila, de 751/1350 jusqu’à son époque, et qu’il acheva en 1288/1871 à la Mecque303.

24116) Muḥammad Ǧamīl aš-Šaṭṭī, auteur contemporain, de Damas, écrivit le Muḫtaṣar ṭabaqāt al-ḥanābila, où il abrège les ouvrages d’al-‘Ulaimī et d’al-Ġazzī et y ajoute une continuation qui commence avec une notice sur ce dernier et se termine avec le père de l’auteur qui mourut en 1337/1918.

4. REMARQUES SUR LES ṭabaqāt DES AUTRES ÉCOLES JURIDIQUES

  • 304 Mort en 775/1375, v. GAL, II, 80, Suppl., II, 89.
  • 305 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, II, 1097 où une longue liste d’auteurs de ṭabaqāt ḥanafites, postérieurs à Qur (...)
  • 306 D’ailleurs, ces deux ouvrages se trouvent cités par Saḫāwī lui-même, I‘lān, 342, l’un à côté de l’ (...)
  • 307 Cf. Fawā’id, 67, ligne 13.
  • 308 Voir Ǧawāhir, II, 260.
  • 309 Voir op. cit., I, 375.
  • 310 Voir op. cit., I, 330 ; Fawā’id, 112-113.
  • 311 Voir la notice sur lui parmi les maîtres d’Ibn ‘Aqīl, infra.
  • 312 Voir Ǧawāhir, I, 330.
  • 313 Ibid.
  • 314 Cf. op. cit., II, 85.

242Quant aux trois autres écoles juridiques sunnites de Bagdad, celles des ḥanafites, des mālikites et des ẓāhirites, nous nous bornerons aux observations suivantes. Le plus ancien ouvrage de ṭabaqāt ḥanafites qui nous soit parvenu est celui de ‘Abd al-Qādir b. Abī ’l-Wafā’ al-Qurašī304, tardif. Cet auteur déclare, dans la préface de son ouvrage, qu’à sa connaissance, personne avant lui n’a traité le même sujet. C’est là aussi l’opinion de Ḥāǧǧī Ḫalīfa qui dit qu’al-Qurašī est le premier auteur de ce genre d’ouvrage sur les ḥanafites305. L’historien as-Saḫāwī paraît aussi souscrire à cette opinion ; cependant il cite le nom du jurisconsulte šāfi‘ite al-Fāmī (m. 500/1107) comme auteur d’un ouvrage qu’il suppose être sur les jurisconsultes ḥanafites, puisque le ḥanafites al-Qudūrī (m. 428/1037) y fut traité. Mais il nous semble que cet ouvrage devait être du même genre que celui d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī (m. 476/1083) qui est parvenu jusqu’à nous et qui traite des jurisconsultes des diverses écoles juridiques sans distinction306. Toutefois, dans nos recherches, nous avons rencontré le titre d’un ouvrage traitant des ḥanafites et antérieur à celui d’al-Qurašī. C’est celui d’aṣ-Ṣaimarī (m. 436/1044), ouvrage perdu, mais qui fut mis à contribution par al-Laknawī, l’auteur des Fawā’id307. Celui-ci le décrit comme ayant été un gros ouvrage historique sur Abū Ḥanīfa et ses partisans. Aṣ-Ṣaimarī est utilisé aussi par Ibn Abī ’l-Wafā’308, sans indication d’ouvrage ; il s’agit, bien vraisemblablement, de l’ouvrage cité. Une autre source dans les Ǧawāhir d’Ibn Abī ’l-Wafā’ doit nous intéresser, à savoir les Ṭabaqāt aṣḥāb Abī Ḥanīfa par Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Malik b. Ibrāhīm al-Hamaḏānī309, mise à contribution dans la notice sur Ibn as-Simnānī (m. 493/1100). La kunya de ce fils de ‘Abd al-Malik al-Hamaḏānī aurait dû être Abū ’l-Ḥasan, mais il se peut qu’il ait eu plus d’une kunya. Le père ‘Abd al-Malik est réclamé par les ḥanafites310 aussi bien que par les šāfi‘ites311. Ailleurs, Ibn Abī ’l-Wafā’ donne à cet ouvrage le titre de Ṭabaqāt al-ḥanafīya wa ’š-šāfi‘ïya312. Il se peut que le père et peut-être aussi le fils aient passé du ḥanafisme au šāfi‘isme. Là où devait se trouver une notice biographique sur le fils, annoncée par Ibn Abī ’l-Wafā’313, il y a malheureusement une lacune dans l’édition de Ḥaidarā-bād314.

  • 315 I‘lān, 342.
  • 316 Kašf aẓ-ẓunūn, 1106.
  • 317 Cf. op. cit., 395. — Pour les manuscrits conservés de cet ouvrage, voir GAL, I, 370, Suppl., I, 63 (...)
  • 318 Voir aussi, sur les ṭabaqāt mālikites, l’article de Fagnan, Ṭabakāt (p. 109, sur le Qāḍī ‘Iyāḍ).

243De même que pour les ṭabaqāt ḥanafites, celles des mālikites furent aussi tardives. On peut s’en rendre compte en consultant les listes de Saḫawī315, et de Ḥāǧǧī Ḫalīfa316 dont l’ouvrage du Qāḍī ‘Iyāḍ (m. 544/1149) doit être le plus important317 et, semble-t-il, le plus ancien318.

  • 319 Voir, infra, chap. IIIe, la notice sur les ẓāhirites.

244Sur les ẓāhirites, nous n’avons rencontré dans nos recherches que le titre d’un seul ouvrage, d’ailleurs perdu, à savoir les Aḫbār ahl aẓ-ẓāhir, par le jurisconsulte ẓāhirite, le Qādi Abū Bakr b. al-Aḫḍar (m. 429/1037)319.

  • 320 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Alī, Kitāb asmā’ ar-riǧāl, lith. Bombay 1317/1899 ; voir GAL, Suppl., I, 5 (...)
  • 321 Fihrist kutub aš-šī‘a, List of Shyah Books, ed. A. Sprenger et Mawla-wy Abdal Haqq, Calcutta, 1853 (...)
  • 322 Kašf aẓ-ẓunūn, 1104. — Pour les biographes šī‘ites tardifs, voir ceux dont les ouvrages ont été mi (...)

245Enfin, sur les šī‘ites, nous avons l’ouvrage d’an-Naǧāšī (m. 450/1085)320 et celui d’Abū Ǧa‘far aṭ-Ṭūsī (m. 460/1067)321. Ḥāǧǧī Ḫalīfa cite l’ouvrage de Muḥammad b. As‘ad al-Ḥusainī (m. 588/119.2), intitulé Ṭabaqāt aṭ-Ṭālibīyīn, qui ne nous est pas parvenu322.

***

246Il ressort de notre étude des sources qu’il y eut à l’époque d’Ibn ‘Aqīl, aux xie-xiie siècles de notre ère, une production historiographique à la fois riche et variée. Nous ne saurions trop déplorer que la plus grande partie en ait été perdue. Certains ouvrages ultérieurs ont eu beau nous transmettre fragmentaire-ment quelque chose de ces sources, d’une façon heureuse et intelligente, ce nous est une maigre consolation, surtout si nous songeons à la richesse et à la variété des matériaux perdus. Le caractère vivant du journal d’Ibn al-Bannā’ ou du Kitāb al-funūn d’Ibn ‘Aqīl (auteurs qui se complètent l’un l’autre par leurs différences mêmes) permet, par exemple, de nous introduire dans l’esprit de l’époque.

247Au xie siècle, nous assistons à l’un des plus importants développements de l’historiographie musulmane, à savoir l’interdépendance entre le genre « événementiel », caractérisé par la chronique, et le genre biographique, que l’on retrouve dans les ṭabaqāt. Nous ne sommes pas encore à même d’étudier ce phénomène de près, car il nous manque encore trop de sources de cette époque pour permettre une étude poussée. Cette interdépendance se voit dans les trois genres suivants : le journal, la chronique et les ṭabaqāt. L’historien avait le souci, plus fort à cette époque qu’à toute autre précédente, d’enregistrer, outre les faits politico-militaires concernant les dynasties, outre les faits nécrologiques concernant les docteurs, les faits sociaux et religieux, c’est-à-dire les faits ayant rapport à la condition humaine. Ce phénomène est lié étroitement au développement des mouvements socio-religieux dont il sera question dans ce travail ; et c’est l’historien de tendance traditionaliste, surtout ḥanbalite ou šāfi‘ite, qui se constitua l’innovateur de ce genre historique.

Notes

1 Pour la notice d’Ibn Abi Ya‘lā sur Ibn ‘Aqīl, voir Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 259.

2 Voir G. Makdisi, Diary.

3 Voir G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl.

4 Ms. arabe Paris 787.

5 Voir L. Massignon, Passion, 366-367 ; le même, Textes inédits, 92 ; le même, Isnād, 391. Voir aussi G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 91.

6 Voir ibid., 91 et passim.

7 Né en 508 H. (510 ?), Abu ’l-Faraǧ b. al-Ǧauzī avait trois ou cinq ans lorsque mourut Ibn ‘Aqīl.

8 Ibn QudĀma, Taḥrīm.

9 Šaḏarāt, IV, 331.

10 Šaḏarāt, loc. cit.

11 Voir RŪdĀnĪ, Ṣila, fol. 100b.

12 Voir sur lui les notices biographiques citées dans GAL, I, 345, Suppl. I, 587.

13 Sur la méthodologie peu rassurante de cet historien, voir l’excellente étude de H.A.R. GIBB, Notes, surtout pp. 745-746.

14 Voir, infra, les histoires de Bagdad.

15 Voir GAL, Suppl. I, 563.

16 La version originale devait être dans le ms. de la Bibliothèque Nationale de Paris, mais ce ms. est lacuneux en plusieurs endroits, y compris l’endroit où devait figurer la notice sur Ibn ‘Aqīl.

17 Né en 472/1079.

18 Ṣalāh ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sākir al-Kutubī ; v. GAL, II, 48, et Suppl., II, 48 ; compilateur avéré, il amassa une fortune considérable dans le métier de libraire.

19 ‘Afīf ad-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. As‘ad al-Yāfi‘ī (né peu avant 700/1300) ; v. GAL, II, 176-177, et Suppl., II, 227-228.

20 Cf. Šaḏarāt, IV, 35-36, où il y a une reproduction intégrale du ‘Ibar sur Ibn ‘Aqīl.

21 Voir, sur cet historien, l’étude de H. Laoust, Ibn Kaṯīr.

22 Voir infra, p. 60 et n. 6.

23 Voir Ḏail, I, 171 et ss., passim.

24 Op. cit., pp. 172 et 195. Abū’1-Faḍl Muḥammad b. Nāṣir (né en 467/1074) ; son père fut un disciple de l’historien de Bagdad, Abū Bakr al-Haṭīb ; étudia le ḥadīṯ ; d’abord šāfi‘ite-aš‘arite, il passa ensuite au ḥanbalisme ; fut maître en ḥadīṯ d’Ibn al-Ǧauzī qui se réfère à lui fréquemment dans son Muntaẓam (cf. IX, index, 6 et 18, et X, dans les obituaires jusqu’à l’année 541 H.). Voir sur lui les notices biographiques suivantes : Muntaẓam, X, 162-163 ; Bidāya, XII, 233 ; Ḏail (éd. F.), 1,225-230 ; Šāḏarāt, IV, 155-156. Il fut l’auteur d’ouvrages sur le ḥadīṯ, la lexicographie, et la théologie ; il écrivit aussi une Waṣīya et un Manāqib al-Imām Aḥmad (Ḍail (éd. F.), loc. cit.) et, au moins, un ouvrage historique (cf. Ibn an-Naǧǧār, Ḏail, ms. de la Ẓāhirīya, fol. 154b : ورأت ي كنث1 ب امتم ناصر ٠Le contenu de son œuvre historique (selon les passages copiés dans Muntaẓam, Ibn Raǧab, Ḏail, et Ibn an-NaǧǧĀr, Ḏail) consiste en notices nécrologiques sur les traditionnistes entre les années 475 H. et 541 H., avec des jugements de valeur sur leur personnalité. Le Muntaẓam s’y réfère comme une source dans la section des chroniques (cf. IX, 81, sub anno 487 H., et X, 193, sub anno 511 H.). Ibn Nāṣir fut attaqué par Abu Sa‘d as-Sam‘ānī (m. 543/1148) et défendu par son disciple Ibn al-Ǧauzī (v. les notices ci-dessus citées, et G. Makdisi, Diary, XVIII, 15).

25 Ḏail, I, 196. Fils du poète Muḥammad b. Ġānim al-Ġānimï qui composa des vers à la louange du grand ministre salǧūqide Niẓām al-Mulk (m. 485/1092) ; notice dans Ansāb, fol. 406a ; Ǧawāhir, II, 170-171 (où né en 424 H. au lieu de 464 H.).

26 Ḏail, I, 196.

27 Ḏail, I, 172 ci 177. Abū Ṭāhir Aḥmad b. Muḥammad as-Silafī (né vers 472/1079), v. GAL, 1, 365 et Suppl., I, 624 ; étudia à Bagdad à la fin du ve/xie siècle ; il se peut qu’il s’agisse ici de la Mašyaḫa Baġdādīya ; v. aussi L. MASSIGNON, Bibliographie ḥallāǧienne, N° 295 ; F. Rosenthal, Historiography, 366, n. 2.

28 Ḏail, I, index.

29 Ḏail, I, 172. Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Ahmad b. as-Samarqandī (né en 444/1052) ; fut le disciple de l’historien de Bagdad, Abū Bakr al-Ḫaṭīb, et le frère d’Abū’l-Qāsim b. as-Samarqandī (m. 536/1141) qui fut un des professeurs d’Ibn al-Ǧauzī ; voyagea beaucoup en quête de traditions et fut l’auteur d’un Mu‘ǧam, dictionnaire biographique de ses maîtres de ḥadīṯ (v. Šaḏarāt, IV, 49 ; v. aussi les notices biographiques dans Muntaẓam, IX, 238-239, Bidāya, XII, 191, qui ne nous renseignent pas sur ses œuvres).

30 Ḏail, I, 195. Abū Bakr al-Mubārak b. Kāmil al-Ḫaffāf (né en 495/ 1101) ; notice biographique dans Muntaẓam, X, 137 ; Ḏail (éd. F.), I, 214-215 ; Šaḏarāt, IV, 135-136 ; auteur d’un Mu‘ǧam, dictionnaire biographique de ses. maîtres de ḥadīṯ (v. IBN AN-NAǦǦĀR, Ḏail, ms. Ẓāhirīya, fol. 168a, et ms. arabe Paris 2131, fol. 3b) qui est une des sources les plus fréquemment utilisées par Ibn an-Naǧǧār (op. cit.), et d’un autre ouvrage en plus de 300 ǧuz’ intitulé Salwat al-aḥzān (v. Šaḏarāt, IV, 136 et Kašf aẓ-ẓunūn, 999) ; voir la critique d’Ibn al-ǦauzĪ, Muntaẓam, (loc. cit.), sur lui.

31 Ḏail, I, 197 (nous suivons la leçon du ms. de la Zāhirīya : Ibn al-Mandā’ī, au lieu de : Ibn al-Munādï). Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. Baḫtiyār al-Mandā’ī al-Wāsiṭī (né 476/1083) ; notice biographique dans Muntaẓam, X, 177-178 ; Iršād, II, 231-233 ; condisciple d’Ibn al-Ǧauzī, étudia le ḥadīṯ avec lui sous Abū ’1-Faḍl b. Nāṣir ; auteur de deux histoires : Kitāb al-Quḍāh (v. aussi là-dessus SaḪĀwī, I‘lān, 105, et trad. F. Rosenthal, 353, n. 6) et Tārīḫ al-Baṭā’iḥ.

32 Ḏail, I, 196. Abū ’l-Ḥasan Aḥmad b. Muḥammad al-Azaǧī ; notice biographique dans Šaḏarāt, V, 162-163 ; élève d’Ibn al-Ǧauzī, auteur de Durrat al-iklīl fī tatimmat at-taḏyīl qui fut, selon Šaḏarāt, V, 163, une continuation (ḏail) de la continuation qu’avait faite Sam‘ānī du Tārīḫ Baġdād d’al-Ḫaṭīb ; Ṣafadī (Prolégomènes, trad. Amar, 173 et n. 2) et Ḥaǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn, 288), qui ne donnent pas le titre de cet ouvrage, disent que ce fut une continuation de celle d’ad-Dubaiṯī ; il se peut bien qu’il soit à l’instar de l’abrégé d’al-Bundārī, une continuation des deux continuateurs d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī. Ibn an-Naǧǧār le critiqua sévèrement, mais il fut défendu par Ibn Raǧab qui dit que celui-ci avait copié tout son ouvrage.

33 Ḏail, I, 177-178 et 194-195. Sur cet historien, v. infra, pp. 28 et sqq.

34 Ḏail, I, 184. Ḍiyā’ ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid al-Maqdisī (né en 567 H.) ; v. GAL, I, 398-399, et Suppl., I, 690 ; fondateur de l’école ḥanbalite, ad- Ḍiyā’īya (Nu‘aimĪ, Dāris, II, 91 et ss.) ; Ibn al-Ǧauzī fut un de ses professeurs en ḥadīṯ, et il eut parmi ses disciples les traditionnistes et historiens Ibn Nuqṭa, Ibn an-Naǧǧār et Birzālī.

35 Ḏail, I, 184. Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Umar al-Anṣārī al-Qurṭubī (né en 578 H.) ; v. GAL, Suppl., I, 664 et 265, et la notice dans Šaḏarāt, v, 273-274 qui, avec Ḥāǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn, 1777) donne à son ouvrage le titre de (Kitāb) al-Mufhim fī šarḥ muḫtaṣar (saḥīḥ) Muslim ; il y a un manuscrit de son ouvrage à la Ẓāhirīya, Damas.

36 Ḏail, I, 184. Abū Muḥammad al-Qāsim b. Muḥammad al-Birzālī (né en 663/1267) ; v. GAL, II, 36, et Suppl., II, 35 ; professeur à plusieurs madrasa à Damas, dont la Ẓāhirīya ; auteur d’une continuation de l’histoire de Damas d’Abū Šāma (m. 663/1267) qui commence avec l’année de la mort de cet historien, et aussi d’un grand Mu‘ǧam, dictionnaire biographique de ses maîtres de ḥadīṯ, v. Šaḏarāt, VI, 122-123.

37 Ḏail, I, 188.

38 Ḏail, I, 172. Cet auteur m’est inconnu.

39 Ḏail, I, 188. Voir sur lui, ‘AsqAlĀnĪ, Durar, III, 180.

40 Ibn Raǧab semble citer une autre source : ا لآ ت الصائي الذي (Ḏail, I, 195), mais nous suivons la leçon du ms. de la Ẓāhirīya où : تطيعوه فانه (loc. cit., n. 8).

41 Šams ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Qādir an-Nābulusī (né vers 727/1326) ; une notice biographique dans Šaḏarāt, VI, 349, où il y a une liste de ses ouvrages ; disciple du célèbre ḥanbalite Ibn Qaiyim al-Ǧauzīya.

42 Šams ad-Dīn Abū’l-Ḫair Muḥammad b. Muḥammad (né en 751/1350) ; lecteur coranique, auteur considérable ; v. GAL, II, 201-203, Suppl., II, 274-278.

43 Badr ad-Dīn Abū Muḥammad al-Ḥusain b. ‘Abd ar-Raḥmān b. Muḥammad al-Ḥasanī ; voir GAL, II, 185 ; Suppl., II, 238-239 ; L. MASSIGNON, Bibliographie ḥallāǧienne, N° 659.

44 Abū ’l-Maḥāsin Ǧamāl ad-Dīn Yūsuf b. Taġrībirdī b. ‘Abd Allāh aẓ-Ẓāhirī al-Ǧuwainī ; v. GAL, II, 41-42, Suppl., II, 39.

45 Abū ’l-Yumn ‘Abd ar-Raḥmān b. Muḥammad al-‘Ulaimī.

46 Abū ’l-Fath ‘Abd al-Ḥaiy b. Aḥmad b. al-‘Imād al-Ḥanbalī.

47 Ḫair ad-Dīn Abū ’1-Barakāt Nu‘mān al-Ālūsī ; voir sur lui, GAL, Suppl., II, 787.

48 Muḥammad Ǧamīl aš-Šaṭṭī.

49 Citons ici la brève notice que lui consacre Ibn Abī ’l-Wafā’ dans ses biographies ḥanafites, Ǧawāhir, I, 374, à la suite de la notice consacrée à Abū ’l-Ḥasan ad-Dāmaġānī (m. 513 H.), fils d’un des maîtres d’Ibn ‘Aqīl. L’auteur ne le croyait point ḥanafite, car il lui donne la nisba : al-ḥanbalī (il faut cependant corriger Abū ’r-Rafā en Abū ’l-Wafā’). La citation est peut-être due au fait qu’il existait une inimitié entre ces deux contemporains, de laquelle nous aurons à parler dans le chapitre consacré à Ibn ‘Aqīl.

50 Tārīḫ al-ḥukamā’, 110-111 ; voir Kašf aẓ-ẓunūn, 290, s.v. Tārīḫ Ṯābit ; sur ce même passage, v. aussi de Slane dans sa traduction d’Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, 290 ; H. F. Amedroz, Buwaihid Rule, 501 et s. ; GAL, Suppl., I, 217 et 556 ; F. Rosenthal, Historiography, 72-73.

51 Pour ceux qui traitèrent de la période antérieure, v. QifṬĪ, Tārīḫ, 110-111, et Kašf aẓ-ẓunūn, 290 ; voir aussi Mir’āt az-zamān, fol. 199b.

52 Voir H. F. Amedroz, op. cit.

53 Abū ’l-Ḥusain Hilāl b. al-Muḥassin b. Ibrāhīm b. Hilāl b. Zahrūn aṣ-Ṣābī (359-448/969-1056) ; v. sur lui GAL, I, 323-324, Suppl., I, 556-557.

54 Abū ’1-Ḥasan Ṯābit b. Sinān b. Ṯābit b. Qurra (m. 365/975), oncle maternel de Hilāl aṣ-Ṣābï, auteur d’une chronique, commençant, selon Yāqūt (Iršād, VII, 143) au début du règne d’al-Muqtadir (295/907), selon Brockelmann (GAL, Suppl., I, 556) en 290 H., selon Ḥāǧǧī Ḫalīfā (Kašf aẓ-ẓunūn, 288) en 190 H., et se terminant en 360 H. (cf. Iršad, VII, 142) ; v. sa notice, Iršād, VII, 142-145.

55 Tārīḫ al-ḥukamā’, 110.

56 Iršād, VII, 142 ; de même, Mir’āt az-zamān, fol. 199b.

57 Br. Mus. Add. 19,360.

58 H. F. Amedroz, op. cit. ; pour la liste, v. 506-507.

59 H. Bowen a signalé l’importance particulière de Mir’āt az-zamān surtout à partir de l’an 448 H. où Sibt commence à copier l’histoire perdue de Ġars an-Ni‘ma Muḥammad b. Hilāl aṣ-Ṣābī (m. 480 H.) ce qui explique le caractère très détaillé du Mir’āt à partir de 448 H. jusqu’à 479 H. ; voir H. Bowen, Buwaihids, 226. Sibt annonce lui-même la fin de l’ouvrage du père, Hilāl aṣ-Ṣābī, et le début de celui du fils Ibn Hilāl (ms. arabe Paris 1506, sub anno 448 H.). ‘Azzāwī, en traitant de cet historien, (Ta‘rīf, 1,69-74), dit qu’il fait grand cas du Muntaẓam de son grand-père Ibn Ǧauzī, mais il passe sous silence les deux Ṣābī, père et fils. — L’édition du Mir’āt az-zamān est annoncé par Cl. Cahen, EI2, art. ‘Amīd ; en attendant, on peut se servir du manuscrit de Paris, 1506, de l’éd. en fac-similé du ms. de Yale (de 495/1101 à 654/1256), par J. R. Jewett, Chicago, 1907 = éd. Ḥaidarābād, 2 vol., 1370/1951 (voir le compte rendu de cette édition par Cl. Cahen dans Arabica, IV (1957), 191 et ss.), et des extraits dans le Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Orientaux, III, 65 et s. J. R. Jewett signale le fait de la différence entre la recension du manuscrit de Yale et ceux d’Europe, voir sa notice, Mir’āt, 176.

60 Un autre historien, Ibn Taġrībirdī s’est servi de l’ouvrage de Hilāl, v. W. Popper, Hilāl, 237-43.

61 Selon SibṬ, Mir’āt, fol. 199b qui en donne le titre : ‘Uyūn at-tawārīḫ. Qiftī (Tārīḫ, loc. cit.) dit que l’ouvrage complète celui du père jusqu’à une date postérieure à l’an 470 H., sans préciser. Voir aussi GAL, I, 324, Suppl., I, 217, où les mêmes renseignements que chez Sibt, mais fondés sur Maqrīzī et Ibn Taġrībirdī. — Ibn Hilāl aṣ-Ṣābī mourut en dū ’l-qa‘da 480 H. ; voir sur lui, Bundārī, Tārīḫ (d’après Sam‘ānī), fol. 95a (où la vocalisation Ġars an-Ni‘ma, non pas Ġirs an-Ni‘ma, dans ce manuscrit autographe), et Muntaẓam, IX, 42-43.

62 Si l’on en juge d’après l’état plus développé de ses passages auprès de ceux du Muntaẓam de son grand-père Ibn al-Ǧauzī qui, lui aussi, s’est servi de la même source.

63 Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. ‘Abd al-Malik al-Hamaḏānī (463-521/1070-1127) ; v. sa notice biographique dans Muntaẓam, X, 8 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 80-81.

64 Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 81.

65 Nous citons ici, une fois pour toutes, les lieux où il s’agit de cet ouvrage dans notre notice. Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, Ṯabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 81 ; SaḪawi, I‘lān, 19 (trad. F. Rosenthal, 223) et 112-113 (366) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 471 ; v. aussi L. Massignon, Bibliographie ḥallāǧienne, N° 282 ; GAL, Suppl., I, 217 ; F. RosenthĀl, Historiography, 224, n. 2. Je n’ai trouvé mention de cet ouvrage ni dans Ṣafadī, Prolégomènes, ni dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt (index de la trad. angl. de de Slane).

66 Ms. arabe 1469 ; ce manuscrit traite de la période entre l’accession du calife Muqtadir (en l’an 295/908) et l’an 367/977 ; en bas du folio 154a, le copiste annonce le volume qui devait suivre comme commençant avec le buwaihide ‘Aḍud ad-Daula Abū Šuǧā‘, dont le règne en Iraq date de 367/977. Voir des extraits faits par Canard dans Byzance, II, 110-111.

67 Brockelmann dit que cet ouvrage atteignait l’an 487/1084 dans le manuscrit de Paris 1469 (v. GAL, Suppl., I, 217), mais il me semble qu’il faut voir là l’utilisation erronnée de la part de celui-ci d’une date donnée par L. Massignon, Bibliographie ḥallāgienne, N° 282, comme date de composition de l’ouvrage.

68 C’est le cas dans EI, art. Malikshāh (Houtsma), dans la bibliographie à la fin de l’article où l’on trouve : « Ibn Ḫallikān a emprunté un grand nombre de ses dates (concernant Malikshāh) à un ouvrage historique d’al-Hamaḏānī (manuscrit incomplet à Paris, Bibl. Natl., N° 1469). » Dans la notice biographique qu’Ibn Ḫallikān consacre à Malikshāh, on trouve plusieurs extraits de l’histoire d’al-Hamaḏānī, mais cette histoire reste sans titre précis ; v. Wafayāt, IV, 372.

69 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, loc. cit., Ibn Ḫallikan, op. cit., I, 443, trad. de Slane, I, 464 ; Ṣafadi, Prolégomènes, 191, et n. 4 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 305 ; SaḪĀwĪ, I‘lān, 145 (trad. Rosenthal, 411) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 344 ; GAL, Suppl., I, 583 (simple mention, il n’en existe pas de manuscrits connus). Sur Ibn Miskawaih, v. GAL, I, 342 Suppl, I, 582-583.

70 Ẓahīr ad-Dīn Abū Šuǧā‘ Muḥammad b. al-Ḥusain ar-Rūḏrāwarī, (437-488/1045-1085), wazīr du Calife al-Muqtadī (non pas d’al-Mustaẓhir, erreur dans Kašf aẓ-ẓunūn, 344) de 476/1083 à 484/1091 ; v. les notices biographiques dans Muntaẓam, IX, 90-94, Wafayāt, IV, 219-222.

71 De même, C. Brockelmann cite deux continuations de l’histoire d’Ibn Miskawaih, mais il ne s’agit là, en réalité, que de la même continuation par un seul auteur, Rūdrāwarī, cf. GAL, Suppl., I, 583, Ḏail : a et b. Ibn Ḫallikān cite, dans un certain passage, la continuation de Hamaḏānī, et dans un autre, celle de Rūḏrāwarī (cf. trad. de Slane, I, 464, III, 290 où il y a référence par de Slane au passage précédent), ce qui donne lieu à F. Rosenthal (cf. Historiography, 224, n. 2) de s’interroger sur l’exactitude de ce renseignement. En effet, il n’y a ici aucune raison de s’étonner ; cf. la continuation qu’Ibn an-Naǧǧār fait de l’Histoire de Bagdad d’Abū Bakr al-Ḫaṭīb, alors qu’il y avait avant lui Sam‘ānī et d’autres continuateurs (v. infra, p. 31 et ss.).

72 Le copiste du manuscrit de Paris, seul manuscrit existant, annonce à la fin de l’ouvrage (v. fol. 154a) la fin du tome 1er et dit qu’il sera suivi du tome 2e qui commence avec le règne de ‘Aḍud ad-Daula. Gela n’empêche pas que les deux tomes soient chacun la continuation d’un ouvrage différent. Nous savons, d’après une citation de Subkī (Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 305) que cet ouvrage traitait une question politique qui se posa en l’an 429 H. (l’affaire du titre buwaihide controversé de šāh-in-šāh).

73 Voir supra, p. 18 (n° 2).

74 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 81 ; Ibn Ḫallikān (trad. de Slane), Wafayāt, I, 405, et II, 359 ; SaḪāwī, I‘lān, 144-145 (trad. F. Rosenthal, 411) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1175 ; Cl. Cahen, Syrie, 48 ; L. Massignon, Nouvelle bibliographie, 255, N° 282.

75 SaḪāwī, I‘lān, 96 (trad. Rosenthal, 338). Saḫāwī ne nous en donne pas les titres.

76 Voir Saḫāwī dans la note 1 ci-dessus. C’est ici que F. Rosenthal nous envoie à la p. 339, n. 5, de sa traduction, où il assimile à tort, croyons-nous, le ‘Unwān as-siyar à un autre ouvrage de Hamaḏānī, l’Histoire des wazīrs (Aḫbār al-wuzarā’). Parmi les passages sur lesquels il s’appuie pour cela, notons Wafayāt, I, 405, où il s’agit bien du ‘Unwān as-siyar, mais comme source d’une notice biographique sur un émir, non pas un wazīr ; et III, 220, 257, 273 où il s’agit non pas du ‘Unwān as-siyar mais bien du ‘Uyūn as-siyar, un autre ouvrage historique de Hamaḏānī traitant non seulement de wazīr, mais aussi de rois. Cl. Cahen, à la différence de F. Rosenthal, avait déjà distingué le Livre des Vizirs du ‘Unwān as-siyar, alors que Massignon assimile le Tārīḫ (?) au ‘Unwān as-siyar. Lorsque Ibn an-Naǧǧār se sert de Hamadānī (cf. Ḏail, ms. Ẓāhirīya, fol. 2b, et ms. Paris, fol. 95b), il en cite le Tārīḫ ou le Kitāb at-tārīḫ ; mais on ne peut pas s’en tenir à cette sorte de titre chez lui, car il se sert du mot Tārīḫ, sans distinction, lorsqu’il s’agit de bien des ouvrages d’autres historiens.

77 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subki, loc. cit. ; Ṣafadi, Prolégomènes, 208 ; Saḫāwī, I‘lān, 97 (trad. F. Rosenthal, 339) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 30 ; Cl. Cahen, op. cit., 48 ; L. Massignon, op. cit., loc. cit. ; v. aussi note 2 ci-dessus ; cité aussi par ‘Abd Allāh al-Muḫliṣ dans son introduction à l’édition d’Ibn aṣ-Ṣairafī, Išāra, 104.

78 Voir n. 2 ci-dessus ; selon le ‘Iqd de ‘Ainī ; voir aussi Muntaẓam, VIII, 201.

79 Sur Ṣūlī, v. GAL, I, 143, Suppl., I, 218-219.

80 Voir Ibn an-Naǧǧār dans Subkī, loc. cit., Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), II, 90 ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1105.

81 Op. cit., loc. cit. ; v. aussi Wüstenfeld, Quellen, 21.

82 Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), I, 280, 399, et III, 422 ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1175.

83 Voir Ibn ḪallikĀn, Wafayāt (trad. de Slane), III, 220, 257, 273 ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1186.

84 Voir ci-dessus.

85 Abū ’l-Ḥasan ‘Alī b. ‘Ubaid Allāh b. Naṣr b. as-Sarī b. az-Zāġūnī (455-527/1063-1132), historien et jurisconsulte hanbalite ; v. sa notice biographique dans Ḏail, I, 216-220.

86 Ḏail, I, 218.

87 Pour ces extraits, voir Muntaẓam, IX, 207 et X, 9, 27.

88 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 60a, 112b, 168b, et ms. Paris, fol. 20b.

89 Voir n. 2, supra.

90 Abū ’l-Faraǧ Ṣadaqa b. al-Ḥusain b. al-Ḥaddād (477-573/1084-1177), théologien, jurisconsulte et historien ḥanbalite ; voir les notices dans Muntaẓam, X, 276-278 et n. 1 ; Ḏail (éd. F.), I, 339-342 ; Šaḏarāt, IV, 245.

91 Dans Šaḏarāt, loc. cit.

92 Qifṭī dit (Tārīḫ, 110) : après 570/1174.

93 Voir Muntaẓam, X, 203-204 et 210-211 ; ce tome n’a pas d’index des noms.

94 Voir Ḏail, I, 218.

95 Voir ms. Paris, fol. 137b.

96 Voir récemment F. Rosenthal, Historiography, 124, et avant lui, J. de Somogyi, The Kitāb al-Muntaẓam (c’est cependant à ce dernier orientaliste que nous sommes redevables de la première étude sur cet ouvrage).

97 Abū ’l-Faḍl Aḥmad b. Ṣāliḥ b. Šāfi‘ al-Ǧīlī (520-565/1126-1169) ; voir sur lui, la notice biographique dans Ḏail (éd. F.), I, 311-313, et surtout p. 312, pour la description de sa chronique.

98 Voir, infra, les histoires de Bagdad, s.v. Ibn an-Naǧǧār.

99 Ḏail, (éd. F.), I, 312.

100 Voir Ḏail, I, 226 :

101 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Faraǧ ‘Abd ar-Raḥmān b. ‘Alī b. al-Ǧauzī (508, 10P-597/1114, 16 ?-1200), polygraphe hanbalite célèbre ; voir sur lui GAL, I, 500-506, Suppl., I, 914-920, et aux notices biographiques qui y sont cités, ajouter Ḏail, (éd. F.), I, 399-433.

102 C’est, du moins, selon l’édition de Ḥaidarābād ; Qifṭī dit qu’elle se termine en 580 H. (v. Tarīḫ, 110) ; la partie antérieure à l’an 257 H. n’est pas encore publiée.

103 Cf. Muntaẓam, VIII, 190 et ss. ; Tārīḫ Bagdād, IX 400 et ss., les lignes 11 à 20 du Muntaẓam, VIII, 191 ne sont pas d’al-Ḫaṭīb. On peut se demander si elles ne sont pas d’un ouvrage d’al-Hamaḏānī (cf. ibid., 195).

104 Il est vrai qu’al-Ḫaṭīb aurait pu être un témoin oculaire, mais il s’était absenté de Bagdad (à cause de l’inimitié que lui témoignait al-Basāsīrī) de 450 H. à 462 H. Cf. nos remarques dans Topography, 6.

105 Voir, par exemple, Muntaẓam, VI, 80 et 89 où l’auteur cite comme source l’historien Ṯābit b. Sinān, et particulièrement sa chronique (tārīḫ). Voir, infra, les sources du Muntaẓam qui concernent notre période.

106 On est en droit de s’étonner de l’usage fait par les historiens de l’Islam du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr même là où cet historien doit ses informations à Ibn al-Ǧauzī. A cet égard, les articles de EI et le Manuel de E. de Zambaur, par exemple, gagneraient à être revisés à la lumière des données du Muntaẓam et de Mir’āt az-zamān, entre autres.

107 J. de Somogyi, dans son étude sur le Muntaẓam, a déjà identifié certaines sources concernant notre époque, utilisées par Ibn al-Ǧauzī (pp. 65-66) : Ibn Nāṣir (m. 550 H.) ; Ibn Samarqandī (m. 536 H.) ; al-Ḫaṭīb al-Baġdādī (m. 463 H.). Ces trois sources, avec Qazzāz (m. 535 H.) qu’il considère comme la source la plus importante, sont citées en premier lieu par J. de Somogyi, car elles concernent la partie nécrologique de l’ouvrage. Il est à remarquer que Qazzāz ne doit pas être considéré comme source, mais seulement comme intermédiaire dans la chaîne de transmission entre Ibn al-Ǧauzī et al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, comme seul témoin dans l’isnād remontant à la véritable source : al-Ḫaṭīb al-Baġdādī. — Pour la partie nécrologique, J. de Somogyi cite les sources suivantes concernant notre époque (pp. 67-68) : al-Hamaḏānī (m. 521 H.) ; al-Māwardī (m. 450 H) ; Abū Bakr b. ‘Abd al-Bāqī (m. 535 H.) ; et Hilāl aṣ-Ṣābī (m. 448 H.). Dans notre liste des sources ci-dessous, nous chercherons à élaborer cette liste en en ajoutant d’autres et en déterminant l’appartenance de chaque auteur, s’il y a lieu, à l’école théologico-juridique de l’époque.

108 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad al-Qādisī (m. 632/1234) ; v. Cl. Cahen, Syrie, 71, et n. 4 ; v. aussi la notice biographique dans Ṣafadī, Wāfī, II, 117.

109 Sur la chronique, v. Cl. Cahen, loc. cit. ; de l’histoire des wazīr, il y a un extrait sur la vie de Faḫr al-Mulk (354-407/965-1016) dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt (trad. de Slane), III, 279-280.

110 Prolégomènes, 172-173 ; Wāfī, I, 47.

111 I‘lān, 386-387.

112 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.

113 GAL, I, 329 et ss., Suppl., I, 562 et ss.

114 CL. Cahen, Syrie, 36.

115 Abū Bakr Aḥmad b. ‘Alī al-Ḫaṭīb al-Baġdādī (392-463/1002-1071) ; v. sur lui GAL, I, 329, Suppl., I, 562.

116 G. Salmon, Introduction.

117 G. Le Strange, Baghdad.

118 L’ordre alphabétique n’entre en jeu qu’après la citation des « Muḥammad » et des « Aḥmad ».

119 Tāriḫ Baġdād, IX, 399-404.

120 Cf. G. Makdisi, L’affaire d’Ibn ‘Aqīl, 120.

121 Il est à remarquer qu’al-Ḫatīb nous donne dans son histoire des notices sur des hommes qui lui survécurent, hommes qui occupaient une situation importante dans la vie religieuse de Bagdad. Ces notices n’auront évidemment pas de dates de mort. C’est ainsi qu’il faut nuancer la remarque de F. Rosenthal (Historiography, 13, n. 4) sur l’histoire d’al-Ḫaṭīb : « ...those men whose dates of death are not indicated as a rule are minor figures. »

122 La lacune des « Muḥammad » signalée par Brockelmann (GAL, Suppl., I, 563) d’après H. Ritter, est rectifiée dans GAL, I, 329, car la continuation (takmila) des « Muḥammad » se trouve dans le tome V (pp. 231-477).

123 Voir Muntaẓam, IX, 176.

124 Voir Muntaẓam, IX, 183 ; Ḏail, 1, 141.

125 Abū Sa‘d ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad as-Sam‘ānī (.506-562/ 1113-1167) ; v. sur lui GAL, I, 329-30, Suppl., I, 564-565. Cet ouvrage qui ne nous est pas parvenu fut mis à contribution par plusieurs de ses prédécesseurs (voir Bundārī, infra) dont al-Kātib al-Iṣbahānī dans son ouvrage, Ḫarīdat al-Qaṣr.

126 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’1-Faḍl Muḥammad b. al-Mukarram b. Manṣūr al-Anṣārī (630-711/1232-1311) ; philologue šī‘ite ; v. la notice dans GAL, I, 21-22, Suppl., I, 14-15 ; auteur du grand lexique, Lisān al-‘Arab.

127 GAL, Suppl., I, 563 et 565. Celui de Cambridge (Trinity College, R. 13.66) est le tome II achevé par Ibn al-Mukarram en l’an 698 H. ; commençant avec les « Muḥammad » et se terminant avec les « Ḥasan », ce ms. est de 203 folios. Je n’ai pas vu le ms. de Leyde.

128 Mir’āt, fol. 134a.

129 Reproduit en fac-similé, avec introduction par Margoliouth.

130 GAL, I, 330.

131 GAL, II, 669 (Nachträge).

132 Voir G. Makdisi, Diary, XVIII, 15.

133 Maǧd ad-dīn Abū Bakr‘Ubaid Allāh b. ‘Alī al-Baġdādī at-Tamīmī, connu sous le nom d’Ibn al-Māristānīya (541-599/1146-1203) ; v. les notices biographiques dans Bidāya, XIII, 35 ; Ḏail (éd. F.), I, 442-446 ; Šaḏarāt, IV, 339-40.

134 Cf. Bidāya, XIII, 35 ; Ḏail (éd. F.), I, 443 ; et Šaḏarāt, IV, 340 ; Saḫāwī lui donne le titre de Dīwān al-Islām al-a‘ẓam bi-Madīnat as-Salām, v. I‘lān, 124 (trad., 387).

135 Prolégomènes, 173.

136 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.

137 Selon SAḪĀWĪ, I‘lān, 124, qui dit aussi que l’ouvrage ne fut pas achevé.

138 Ḏail (éd. F.), I, 444-445.

139 Abū Ṭālib ‘Alī b. Anǧab al-Baġdādī as-Salāmī, connu sous le nom d’Ibn as-Sā‘ī (593-674/1197-1275) ; élève d’Ibn an-Naǧǧār ; v. sur lui GAL, Suppl., I, 590 ; v. aussi Šaḏarāt, V, 343-344.

140 SAḪĀWĪ, I‘lān, 123-124 (trad., 387) ; Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, V, 344) lui attribue une histoire en 26 volumes sans en donner le titre ni dire si elle était une continuation.

141 Kašf aẓ-ẓunūn, 288. Il est douteux qu’Ibn as-Sā‘ī ait écrit deux suppléments à des ouvrages si proches par leur date de composition. Il est plus vraisemblable que ce soit un supplément à l’ouvrage de son maître Ibn an-Naǧǧār qu’il étudia sous sa direction (cf. Šaḏarāt, V, 344).

142 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.

143 ‘Imād ad-Dīn Muḥammad b. Muḥammad al-Kātib al-Iṣbahānī (519-597/1125-1201) ; v. sur lui GAL, I, 314-315 et Suppl., I, 548-549.

144 Kašf aẓ-ẓunūn, 1019.

145 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sa‘īd b. ad-Dubaiṯī al-Wāsiṭī (558-637/1163-1239) ; v. sur lui GAL, I, 330, Suppl., I, 565 ; professeur de ḥadīṯ à Bagdad, estimé des Šāfi‘ites et des ḥanbalites, cf. Šaḏarāt, V, 185-186.

146 Voir GAL, Suppl., loc. cit. ; la cote du ms. de Cambridge est Add. 2924.

147 Tārīḫ 324, sous le titre : al-Muḫtaṣar al-muḥtāǧ ilaih min Tārīḫ... b. ad-Dubaiṯī, intiqā’ Muḥammad b. Aḥmad b. ‘Uthmān (Šams ad-Dīn aḏ-Ḏahabī) ; v. fol. la, qui porte aussi sur la marge gauche la notation منا و ما يهلكن (autographe de l’auteur) ; édité récemment par Muṣtafā Ǧawād.

148 Kašf aẓ-ẓunūn, 288.

149 Abū Ibrāhīm Faḫr ad-Dīn al-Fatḥ b. Muḥammad al-Bundārī (vécut dans la première moitié du viie/xiiie siècle) : v. sur lui GAL, I, 321, Suppl., I, 554.

150 Fonds arabe 6152.

151 Abū ’l-Faiḍ Muḥammad Murtaḍā b. Muḥammad az-Zabīdī al-Ḥanafī (1145-1205/1732-1791) ; auteur du grand lexique, Tāǧ al-‘arūs ; v. GAL, II, 287-288 ; Suppl., II, 398-399.

152 Itḥāf I, 6 ; cf. GAL, Suppl., I, 563.

153 Cl. Cahen (Syrie, 36) a déjà remarqué cette qualité d’abrégé de l’ouvrage d’al-Bundārī.

154 Fol. 116a ; ceci veut dire qu’il vivait encore en 639, ce qui permet de prolonger de 16 ans la durée de sa vie ; cf. GAL, I, 321, Suppl., I, 554, où Brockelmann dit qu’il écrivit en 623 H. Nous n’avons pas de notice biographique sur cet auteur.

155 Abū ’l-Ḥasan Muḥammad b. Aḥmad al-Qaṭī‘ī (546-634/1151-1236 ; son nom est bien Muḥammad b. Aḥmad ; sur le père, cf. Ḏail (éd. F.), I, 301-302) ; v. les notices biographiques dans YĀqŪt, Mu‘ǧam, IV, 142 ; Ḏail (éd. F.), II, 212-214 ; Šaḏarāt, V, 162-163. Son ouvrage fut critiqué par Ibn an-Naǧǧār, mais il fut soutenu par Ibn Raǧab (Ḏail (éd. F.), II, 212) qui accusa Ibn an-Naǧǧār de l’avoir complètement copié dans son histoire. Ṣafadī (Prolégomènes, 173), Ibn Raǧab (Ḏail, loc. cit.) et Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, V, 163), le désigne comme une continuation de l’ouvrage d’as-Sam‘ānī, tandis que Ḥāǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn 288) et d’après lui, Amar (dans ṢafadĪ, Prolégomènes, 173, n. 2) le désignent comme la continuation de l’ouvrage d’Ibn ad-Dubaiṯī.

156 Muḥibb ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Maḥmūd al-Baġdādī, connu sous le nom d’Ibn an-Naǧǧār (578-643/1183-1245) ; élève d’Ibn al-Ǧauzī ; v. sur lui GAL, I, 360, Suppl., I, 613.

157 Tašköprüzādeh (cf. F. Rosenthal, Historiography, 453) et Ḥāǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn, 288) en comptent une trentaine.

158 Commence avec ‘Abd al-Muġīt et se termine avec ‘Alī b. Muḥammad.

159 Ainsi vocalisé.

160 Commence avec ‘Alī b. Muḥammad et se termine avec al-Fadl b. Muḥammad.

161 Le premier nom serait al-Faḍl b. Muḥammad b. ‘Abd al-‘Aṭṭār.

162 E. Amar, Identification (JA, 1908), 237-242 (v. aussi JA, 1912, 173, n. 3). Après avoir examiné les manuscrits 2128, 2129, 2130 et 2131, Amar conclut que les deux premiers sont de l’ouvrage d’al-Ḫaṭīb et les deux derniers de celui d’Ibn an-Naǧǧār, bien qu’il ne trouvât dans 2130 aucune indication sur l’auteur véritable. Peut-être cette identification erronée tient-elle au fait que le ms. 2130 se termine avec les noms commençant par la lettre ‘ain, lettre avec laquelle commence le ms. 2131.

163 SAĀwī, I‘lān, 111-112 (trad., 364-365) ; ces mêmes parties sont toujours perdues.

164 SAĀwī, I‘lān, 123-124 (trad., 387).

165 Les citations dans les notes qui suivent se réfèrent au manuscrit de la Bibliothèque Ẓāhirīya à Damas et à celui de la Bibliothèque Nationale à Paris ; elles sont limitées à un nombre restreint, notamment aux passages où il est question d’un ouvrage, avec ou sans titre ; aussi ne sauraient-elles pas être considérées comme un indice de leur fréquence en tant que sources dans la continuation d’Ibn an-Naǧǧār.

166 Cf. le manuscrit de la Ẓāhirīya, fol. 133a, et celui de la Bibliothèque Nationale, fol. 23b et 95b.

167 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 72b et 92b. Ce qu’Ibn an-Naǧǧār appelle ici Tārīḫ n’est pas le journal d’Ibn al-Bannā’ que nous avons publié (v. G. Makdisi, Diary). Il est peut-être Ṭabaqāt al-fuqahā’ (v. la liste de ses ouvrages, G. Makdisi, op. cit., XVIII, 20-21). Voir aussi ms. Ẓāhirīya, fol. 143a et 207b où Ibn an-Naǧǧār cite le Kitāb qui, d’après le passage cité, semble être le Tārīḫ d’Ibn al-Bannā’, sub anno, 465 H.

168 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 148a et 185a, et ms. Paris, fol. 40a. Il y a un manuscrit de la Mašyaḫa à la Ẓāhirīya qui constitue le cinquième ǧuz’ de cet ouvrage.

169 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 14b ; une très courte notice sur l’auteur dans Muntaẓam, IX, 51.

170 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 40a ; v. aussi fol. 54a, 66a, 148a ; une notice sur l’auteur dans Muntaẓam, IX, 87. Il s’agit vraisemblablement de son ouvrage Wafayāt aš-Šuyūḫ ; cf. Muntaẓam, IX, 139.

171 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 5b et 119b ; v. les notices dans Ansāb, fol. 477b ; Muntaẓam, IX, 98 ; Šaḏarāt, III, 392.

172 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 47b ; dans leurs notices sur lui, Sam‘ānī (Ansāb, fol. 348b) lui donne la nisba d’aš-Šīḥī et le fait mourir en 478/1085, et Ibn al-‘Imād (Šaḏarāt, III, 392) lui donne aussi la nisba d’aš-Šīḥī ; mais Ibn an-Naǧǧār (ms. Ẓāhirīya, fol. 47b) et Ibn al-Ǧauzī (Muntaẓam, IX, 100 et n. 1) lui donnent celle d’aš-Šaīḥī.

173 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 35b, et ms. Paris, fol. 18a ; v. ses notices dans Ibn Raǧab, Ḏail, I, 117-118 et n. 2.

174 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 3a et 215b ; Ibn al-Ǧauzī dit, dans sa notice biographique sur aḏ-Ḏuhlī (Muntaẓam, IX, 173), qu’il avait commencé à écrire une continuation de l’Histoire de Bagdad et qu’il la détruisit avant sa mort, mais qu’il avait écrit une histoire après al-Ḫaṭīb ; c’est très vraisemblablement l’histoire dont il s’agit ici.

175 Cf. ms. Ẓāhirīya, 2b et 13a ; v. aussi ms. Paris, fol. 76b ; Ibn an-Naǧǧār avait donc accès au célèbre ouvrage encyclopédique de notre ḥanbalite. Il aurait pu le voir dans la bibliothèque de son maître Ibn al-Ǧauzī.

176 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 52a. Sur l’auteur, dont la kunya est Abū’l-Ḫair, v. la notice dans Muntaẓam, IX, 231.

177 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 2b, et ms. Paris, fol. 95b ; fut attaqué par le ḥanbalite ‘Abd al-Wahhāb al-Anmāṭī (infra).

178 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 104b et 215a, et ms. Paris, fol. 79a. Il s’agit du ḥanbalite Ibn Abī Ya‘lā.

179 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 60a, 112b, 168b, et ms. Paris, fol. 20b.

180 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 43a, 121b, 130b et ms. Paris, fol. 16b, 67b. Il s’agit peut-être de sa Mašyaḫa, seul ouvrage historique cité par Ibn Raǧab qui lui consacre une notice dans Ḏail, I, 230-237 (v. aussi ibid., 237, n. 1 où d’autres notices sont indiquées). Sa Mašyaḫa est aussi citée dans Kašf aẓ-ẓunūn, 1697 sous le titre de Mašyaḫat al-Qāḍī. L’auteur fut connu sous le nom de Qāḍī ’l-Māristān.

181 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 25b. Sur l’auteur, v. Muntaẓam, X, 98 et Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 204.

182 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 102b, et ms. Paris, fol. 3b ; cet ouvrage est cité dans Kašf aẓ-ẓunūn, 1735, d’après l’autorité d’Ibn an-Naǧǧār.

183 Cf. ms Ẓāhirīya, 25a et 154b. Sur l’auteur, traditionniste, passé du šāfi‘isme aš‘arite au ḥanbalisme, attaqué par Sam‘ānī et défendu par Ibn al-Ǧauzī, v. Muntaẓam, X, 162-163 ; Ḏail (éd. F.), I, 225-229 ; Šaḏarāt, IV, 155-156.

184 Cf. ms. Paris, fol. 6b. Sur l’auteur, un des maîtres d’Ibn al-Ǧauzī en ḥadīṯ, v. Muntaẓam, X, 166.

185 Cf. ms. Ẓāhirīya, 111b. D’après Cl. Cahen (Chronique, 337), la partie 12 est la seule de toutes les parties de cet ouvrage sur l’histoire ; un manuscrit de cette partie, à Top Kapı Sarayı 2948, s’arrête en 553/1158. Nous avons examiné le manuscrit de la Bibliothèque Nationale et trouvé qu’il s’arrête en 270/883 (non pas en 555/1160, selon GAL, Suppl., I, 493). Cl. Cahen (ibid.) cite un autre manuscrit s’arrêtant en 526/1131, textuellement identique à la Taḏkira, mais sous le titre de Ḥawādiṯ as-sinīn, avec un autre titre erroné sur la couverture. Sur l’auteur, v. GAL, I, 280-281, Suppl., I, 493 ; Muntaẓam, X, 221-222 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt, n° 626. L’auteur, secrétaire d’État sous le Calife al-Mustanǧid, fut emprisonné par celui-ci qui trouva des passages contre son gouvernement dans la Taḏkira ; nous ne savons pas pourquoi C. Brockelmann (GAL, I, 281) dit qu’Ibn Ḥamdūn avait fait atteinte au gouvernement d’al-Mustanǧid dans un document officiel, à moins qu’il ait traduit littéralement le titre de l’ouvrage d’Ibn Ḥamdūn ; cf. Ibn Ḫallikān, loc. cit., qui cite ‘Imād ad-Dīn al-Iṣbahānī (m. 597/1200). Comme le règne d’al-Mustanǧid ne commence qu’en 555/1160, la Taḏkira a peut-être été continuée après cette date.

186 Cf. ms. Zāhirïya, fol. 12a et 62a, et ms. Paris, fol. 11a et 59a. Sur l’auteur, v. les notices dans Ḏail (éd. F.), I, 311-313 et Šaḏarāt, IV, 215 où Ibn Raǧab et après lui, Imād ad-Dīn, nous transmettent une description de l’ouvrage d’Ibn Šāfi‘ d’après l’autorité même d’Ibn an-Naǧǧār ; c’est une chronique (الصائي الذي بمة) qui commence avec l’année de la mort d’Abū Bakr al-Ḫatīb en 463 H., et qui continue jusqu’après l’an 560 H.

187 Cf. ms Ẓāhirīya, fol. 111a. Sur l’auteur, grammairien renommé, ainsi que mathématicien et jurisconsulte ḥanbalite, v. GAL, Suppl., I, 493 (cité aussi dans GAL, I, 288, Suppl., I, 504) ; voir aussi Muntaẓam, X, 238-239 ; Ḏail (éd. F.), I, 316-322 ; Šaḏarāt, IV, 220-222.

188 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 64a, 111a-b. C’est l’historien célèbre de Damas, Ibn ‘Asākir, v. sur lui GAL, I, 331, Suppl., I, 566-567.

189 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 177a. Saḫāwī, dans son I‘lān (118-119, trad., 376) lui attribue trois ouvrages biographiques de cette catégorie : Mu‘ǧam Baġdād, Mu‘ǧam Iṣbahān, et Mu‘ǧam as-safar. Des manuscrits nous sont parvenus du premier cité, ainsi qu’un manuscrit de morceaux choisis par Aḥmad b. Ḫalīl al-Lubūdī (entre 748/1348 et 953/1546, cf. GAL, Suppl., II, 85), voir GAL, I, 365, Suppl., I, 624. C. Brockelmann cite aussi (v. ibid., Suppl., I, 624, n° 9) un Mu‘ǧam aš-šu‘arā’ d’après l’autorité de Yāqūt (Iršād, dans plusieurs passages). On peut se demander s’il n’y a ici qu’une simple question de variante entre le mot šu‘arā’ et le mot safar du troisième ouvrage cité par Saḫāwī, ci-dessus.

190 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 207a. Sur cet auteur, v. Muntaẓam, IX, 43.

191 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 172a. Sur cet auteur, qui a la kunya d’al-Barzabīnī et est connu sous le nom de Qāḍi Bāb al-Azaǧ, v. la notice dans Ibn Raǧab, Ḏail, I, 92-95, et celles indiquées dans p. 92, notes 4 et 5.

192 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 63b, 166a. Né à Mayorque, il étudia le ḥadīṯ sous la direction du ẓāhirite Ibn Ḥazm (m. 456/1063) et fit des voyages étendus avant de s’installer à Bagdad où il mourut ; v. GAL, I, 338, Suppl., I, 578-579 ; Muntaẓam, IX, 96 ; Ansāb, fol. 177b.

193 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 53a. Sur cet auteur, dont le nom complet est Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad, connu sous le nom d’Ibn al-Ḫāḍiba ad-Daqqāq, v. Muntaẓam, IX, 101.

194 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 137b. Le nom complet de cet auteur est Abū Naṣr Maḥmūd b. al-Faḍl al-Iṣbahānī ; v. sur lui la notice dans Muntaẓam, IX, 202-203 ; cf. ibid., 196.

195 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 107b, 118a. Ibn al-Ǧauzī, dans sa notice biographique sur cet auteur (Muntaẓam, X, 32), lui attribue une histoire ; v. aussi les notices dans Ansāb, fol. 603a ; Šaḏarāt, IV, 80.

196 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 11b, et ms. Paris, fol. 55b. Sur cet auteur, dont la kunya est Abū ’1-Barakāt et qui fut un des maîtres d’Ibn al-Ǧauzī en ḥadīṯ, très estimé de lui, v. la notice dans Ibn Raǧab. Ḏail, I, 240-242 ; pour d’autres notices, v. ibid,, 240, n. 5.

197 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 41b, voir la courte notice sur lui dans Šaḏarāt, IV, 136.

198 Cf. ms. Ẓāhirīya, fol. 119b ; témoignage direct ; Ibn an-Naǧǧār fut un des élèves d’Ibn al-Ǧauzī.

199 Cf. ms. Paris, fol. 21b, où il cite un ouvrage autographe sans titre.

200 A laquelle liste nous pouvons ajouter le nom du célèbre élève d’Ibn ‘Aqīl, le ḥanbalite Ṣadaqa b. al-Ḥusain (477-573/1084-1174) qui, d’après le témoignage d’Ibn Raǧab (Dail, I, 218), fut une des sources d’Ibn an-Naǧǧār.

201 Voici des listes de ṭabaqāt šāfi‘ite qui ont déjà été dressées : Ṣafadī, Prolégomènes, 211-214 où les ouvrages de ṭabaqāt šāfi‘ites sont donnés avec ceux des autres écoles y compris les ṭabaqāt al-fuqahā’ où figurent les docteurs de toutes les écoles.
Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya al-kubrā, I, 114 (il nous faut noter ici que Subkī nous donne la liste des ouvrages de ce genre qui lui étaient connus en indiquant ceux auxquels il avait accès et ceux qui ne lui étaient pas accessibles. Or, les remarques qui se trouvent dans cet ouvrage ne s’accordent pas toujours avec celles de l’ouvrage suivant, les Ṭabaqāt wusṭā. Faut-il en conclure que ce dernier ouvrage fut composé avant les Ṭabaqāt kubrā ? Nous ne le croyons pas, car dans la liste qu’il nous donne ici, il dit qu’il n’avait pas accès à l’ouvrage d’al-Fāmī, alors qu’il en fait, à un autre endroit du même ouvrage, une citation de plusieurs lignes (v. infra). Par conséquent, pour ce qui est des sources de Subkī, le plus sûr serait de nous en tenir aux citations faites dans le texte des notices biographiques.)
Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya al-wusṭā, dans Kašf aẓ-ẓunūn, s.v. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya.
Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya aṣ-ṣuǧrā, dans l’introduction du ms. à la Bibliothèque Bodléenne à Oxford, ms. or. Marsh 428, cf. F. Rosenthal, Historiography, 341, n. 3.
Muḥammad b. al-Ḥasan al-Wāsiṭī, dans son ouvrage al-Makātib al-‘alīya fī ’l-manāqib aš-šāfi‘īya, cf. O. Spies, Beiträge, 27, et GAL, Suppl., II, 30.
Ibn al-Mulaçhjin al-‘Iqd al-Muḏahhab fī ṭabaqāt ḥamalat al-maḏhab, ms. or. Hunt. 108 à la Bodléenne, v. la liste copiée dans F. Rosenthal, Historiography, 505.
Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341-342).
Ḥaǧǧi Ḫalīfa, Kašf aẓ-ẓunūn, s.v. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, 1099-1102, où il ajoute un supplément à la liste de Subkī, tirée des Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya al-wusṭā.

202 Subkī, Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; cf. ibid., III, 171 ; Ibn al-Mulaqqin, loc. cit., Kašf aẓ-ẓunūn, 1100, et 1645.

203 Voir les notices biographiques dans Wafayāt al-a‘yān (trad. de Slane), I, 606-607 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 70 ; Šaḏarāt, III, 172-173 ; sa mort est donnée en 387, 402, 404/997, 1101, 1013, mais la dernière date paraît être la plus vraisemblable.

204 Abū ’ṭ-Ṭaiyib Ṭāhir b. ‘Abd Allāh aṭ-Ṭabarī (348-450/959-1058) ; la date de sa mort dans Kašf aẓ-ẓunūn, 1100 (l’an 405 H.) est à corriger ; v. les notices biographiques dans Tārīḫ Baġdād, IX, 358-360 ; Šīrāzī, Ṭabaqāt, 106-107 ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 176-197.

205 Cité dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; Ibn al-Mullaqqin, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100.

206 Muḥammad b. Aḥmad (375-458/985-1056) ; v. sur lui GAL, I, 386, Suppl., I, 669, avec la kunya Abū ‘Āmir ( ?) ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 42-43.

207 Pour les manuscrits qui nous en sont parvenus, v. GAL, loc. cit., nous avons vu celui du British Museum, ms. or. 3102 (fol. 39 à 53 de cette maǧmū‘à). Il se termine avec la notice sur Abū ’ṭ-Ṭaiyib aṭ-Ṭabarī, mort en 450 H. Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 177.

208 Ibrāhīm b. ‘Alī (393-476/1003-1083) ; v. sur lui GAL, I, 387-388, Suppl., I, 669 ; l’un des maîtres de notre ḥanbalite Ibn ‘Aqīl.

209 Voir l’index bibliographique. Il y a, dans la Bibliothèque Top Kapi Sarayi, Collection Ahmet III 2841, un manuscrit intéressant de cet ouvrage d’Abū Isḥāq aš-Šīrāzī, daté de l’an 595/1199, où le copiste a transcrit des certificats d’audition remontant à l’auteur lui-même qui enseigna l’ouvrage au wazīr, ‘Amīd ad-Daula Abū Manṣūr b. Ǧahīr, en 472 H.

210 407-489/1016-1095 ; v. sur lui Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 219.

211 Cité dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 et III, 219 ; Ibn al-Mullaqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100.

212 414-500/1023-1106, v. sur lui Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, IV, 269 ; Šaḏarāt, III, 413.

213 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, III, 285-286. L’ouvrage est cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100 ; Šaḏarāt, III, 413.

214 ‘Abd al-Qāhir b. ‘Abd Allāh Ḍiyā’ ad-Dīn b. ‘Ammūya (‘Am-mawaih) (490-563/1097-1168) ; v. la notice dans GAL, I, 436, Suppl., I, 780.

215 Cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100.

216 Ẓahīr ad-Dīn ‘Alī b. Abī ’l-Qāsim Zaid (499-565/1105-1169), v. la notice dans GAL, I, 324, Suppl., I, 557-558.

217 L’ouvrage est cité aussi dans Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, loc. cit. ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1100-1101.

218 Taqī ad-Dīn Abū ‘Amr ‘Uṯmān b. Ṣalāḥ ad-Dīn b. Ṣalāḥ aš- Šahrazūrī (577-643/1181-1245) ; v. la notice dans GAL, I, 358-360, Suppl., I, 610-612.

219 Voir ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114 ; Ibn al-Mulaqqin, loc. cit. ; Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 341) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1101. Subkī et Ibn al-Mulaqqin lui attribuent un abrégé de l’ouvrage d’Ibn al-Muṭṭauwi‘ī (v. supra).

220 Il existe un abrégé de cet ouvrage composé par Nawawī (v. infra).

221 Abū ‘l-Maǧd Ismā‘īl b. Hibat Allāh al-Mauṣilī (575-655/1179-1257) ; voir les notices biographiques dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt (trad. de Slane), I, 187, n. 5 (v. aussi ibid., 184, et III, 363-364, il fut un des maîtres d’Ibn Ḫallikān) ; Tabaqāt aš-šāfi‘īya, V, 51 ; Šaḏarāt, V, 267-268.

222 Cité dans Ṣafadī, Prolégomènes, 212 sous le titre de Tabaqāt aṣ ḥāb aš-Šāfi‘ī ; Ṭabaqāt aš-šāfi‘ya, loc. cit., sous le titre de Tabaqāt al-fuqahā’ ; Ibn al-Mulaqqin, loc. cit., sans titre ; Saāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) sans titre ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1101 (selon Subkī) ; Šaḏarāt, V, 278, sous le titre de Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya.

223 Kašf aẓ-ẓunūn. 1101.

224 Muḥyī ’d-Dīn Yaḥyā b. Šaraf (631-676/1233-1278), v. la notice dans GAL, I, 394-397, Suppl., I, 680-86.

225 Cet ouvrage est cité dans toutes les listes ; pour les manuscrits existants, v. GAL, I, 397, et Suppl., I, 686. Saḫawī en parle dans les termes suivants (I‘lan, 98, trad., 341) : « Abū ‘Amr b. aṣ-Ṣalāḥ composa un ouvrage (de ce genre), mais il mourut avant de l’achever. Nawawī l’utilisa, le raccourcit, et y ajouta quelques notices. Il mourut, lui aussi, avant que l’ouvrage fut copié au net, ce qui fut fait par al-Mizzī. » Ṣafadī (Prolégomènes, 213) le cite sous le titre de Ṭabaqāt al-fuqahā’ aš-šāfi‘īya, alors que les autres listes citent l’ouvrage sans en donner le titre. On peut se demander s’il ne s’agit pas dans GAL et son Supplément d’un abrégé (muḫtaṣar) et d’une continuation (ḏail) de l’ouvrage d’Ibn aṣ-Ṣalāḥ.

226 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Ḥaǧǧāǧ Yūsuf b. az-Zakī (654-742/1256-1341), v. la notice dans GAL, II, 64, Suppl., I, 66-67.

227 Voir Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114.

228 Abū ’s-Saiyāra ‘Abd Allāh b. Muḥammad (698-765/1298-1363), v. la notice biographique dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, VI, 103-104.

229 Pour la liste de Saḫāwī, v. I‘lān, 98 (trad., 342, et n. 2). Il n’y a que Saḫāwī qui cite l’ouvrage ; Subkī (loc. cit.) dans sa notice consacrée à al-Maṭarī, son contemporain, ne nous donne pas la liste de ses ouvrages.

230 Tāg ad-Dīn Abū Naṣr ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Alī (727-771/1327-1370) ; v. la notice dans GAL, II, 89-90, Suppl., II, 105-107.

231 Pour les manuscrits de ses Ṭabaqāt, v. GAL et Suppl., loc. cit. ; l’édition actuelle du Caire est médiocre.

232 Le Tabyīn d’Ibn ‘Asākir fut abrégé par al-Yāfi‘ī (m. 768/1366) dans son Marham al-‘ilal, et, plus tard, augmenté par Kamāl ad-Dīn Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Abd ar-Raḥmān (m. 864/1460) dans un ouvrage sur les aš‘arites ; voir Saḫāwī, I‘lān, 355 (et note du trad.), et Kašf aẓ-ẓunūn, I, 342.

233 Ǧamāl ad-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd ar-Raḥīm b. al-Ḥasan (704-772/1305-1370) ; v. la notice dans GAL, II, 90-91, Suppl., II, 107. L’autographe de l’auteur paraît être le manuscrit de Top Kapi Sarayi 2840, si l’on en juge d’après les notes marginales (de la même main que celle du texte) et le colophon où : ت الصائي الذي بم — تطيعوه فان. — La cote du ms. du Br. Mus. est Or. 3037.

234 Sur cet ouvrage, v. Kašf aẓ-ẓunūn, 1101-1102 ; Šaḏarāt, VI, 211 ; sur l’ouvrage et les manuscrits qui nous en sont parvenus, voir GAL, II, 91, Suppl., II, 107.

235 Kamāl ad-Dīn Abū ’l-Fatḥ ‘Umar b. Bundār (601,2-672/1204,5-1273), v. les notices biographiques dans Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, V, 130-131 ; Bidāya, XIII, 267 ; Šaḏarāt, V, 337-338 (qui lui donne deux kunya, la seconde étant : Abū Ḥafṣ) ; élève d’Abū ‘Umar b. aṣ-Ṣalāḥ (v. supra), et maître en ḥadīṯ de Nawawī (v. supra). Ḥāǧǧī Ḫalīfa (Kašf aẓ-ẓunūn, 1102) lui attribue un ouvrage de ṭabaqāt sans préciser quelle sorte de ṭabaqāt.

236 Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; sur son oncle maternel (700-756/ 1300-1355), v. la notice dans Šaḏarāt, VI, 179 où le neveu donne le titre de l’ouvrage de son oncle (Ṭabaqāt al-fuqahā’ aš-šāfi‘īya) et le qualifie de « brouillon inutilisable » (اعلم ان هم الا يظنون).

237 ‘Imād ad-Dīn Abū ’l-Fidā’ Ismā‘īl b. ‘Umar (701-747/1301-1347), v. la notice dans GAL, II, 49, Suppl., II, 48-49 ; H. Laoust lui consacre une excellente étude : Ibn Kaṯīr historien (cf. 67 où il cite l’ouvrage dont il s’agit ici).

238 Ainsi cité par lui dans Bidāya, XII, 3 (ligne 6), 79 (3e ligne du bas de la page), et par Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt, VI, 231 ; et cf. ibid., III, 358 où les informations sur le šāfi‘īte al-Mutawallī (m. 478 H.) ne se trouvent pas dans le Bidāya d’Ibn Kaṯīr.

239 Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad. 342).

240 Voir Revue de l’Institut des manuscrits arabes, V (1959), 184, 188, où il est indiqué qu’un manuscrit de l’ouvrage d’Ibn Kaṯīr est conservé dans la Bibliothèque al-Kattānī à Fez.

241 Šams ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-Ḥasan (717-776/1317-1374), v. la notice biographique dans Šaḏarāt, VI, 244, où une liste de ses ouvrages qui ne contient pas son ouvrage de ṭabaqāt, mais qui lui attribue, entre autres, une réfutation d’al-Asnawī (v. supra) : Kitāb fī’r-radd ‘alā ’l-Asnawī fī tanāquḍih ; cf. cette liste avec celle de GAL, Suppl., II, 30.

242 Voir GAL, loc. cit. ; F. Rosenthal, Historiography, 341, n. 3.

243 Šams ad-Dīn (Ṣadr ad-Dīn ?) Abu ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd ar-Rahmān (écrit vers 780/1378 à Ṣafad), v. sur lui GAL, II, 91, Suppl., II, 108 ; et Kašf aẓ-ẓunūn, 1102, et 1105.

244 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit. ; et, pour les manuscrits qui en sont parvenus jusqu’à nous, v. GAL, loc. cit.

245 Sirāǧ ad-Dīn Abū Ḥafṣ ‘Umar b. ‘Alī (732-804/1332-1401), v. sur lui GAL, II, 92-93, Suppl., II, 109-110.

246 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342).

247 Kašf aẓ-ẓunūn, 1101.

248 Op. cit., 1152, s.v. al-‘Iqd al-muḏahhab.

249 Il en fournit l’incipit :... راهيم أبناءه المتفرقين عنه,, ثلاث م ن اخل, v. Kašf aẓ-ẓunūn, 1152.

250 Op. cit., loc. cit.

251 Cf. Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya, I, 114.

252 Voir GAL, II, 93, Suppl., II, 109, qui donne les manuscrits qui nous en sont parvenus. La cote du ms. de la Bodléenne est Hunt 108.

253 Maǧd ad-Dīn Abū ’ṭ-Ṭāhir Muḥammad b. Ya‘qūb (729-817/1329-1415) ; v. sur lui GAL, II, 182-183, Suppl., II, 234-236.

254 Kašf aẓ-ẓunūn, 1102, et 1656. Il composa aussi un autre ouvrage de ṭabaqāt ḥanifite intitulé al-Mirqāt al-wafīya fī tabaqāt al-ḥanafīya, voir Kašf aẓ-ẓunūn, 1098 et 1657, et GAL, Suppl., II, 236. Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt, VII, 129, qui donne une liste bibliographique de cet auteur, ne lui attribue que ce dernier ouvrage.

255 Šihāb ad-Dīn Aḥmad b. al-Ḥusain (773-844/1371-1441) ; v. GAL, II, 96, Suppl., II, 113.

256 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, 1102 ; Šaḏarāt, VII, 248-249 où il y a une liste bibliographique de l’auteur.

257 Taqī ad-Dīn Abū Bakr b. Aḥmad (779-851/1377-1448) ; voir GAL, II, 51, Suppl., II, 50, y ajouter la notice dans Šaḏarāt, VII, 269.

258 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1101 (s.v. Ṭabaqāt) et 1840 (s.v. Manāqib) ; Šaḏarāt, VII, 269 qui a une liste bibliographique de l’auteur où figurent les Ṭabaqāt (mais non pas les Manāqib) et plusieurs abrégés composés de textes choisis (muntaqā) des grands ouvrages historiques. Pour les manuscrits qui nous sont parvenus de ces deux ouvrages, voir GAL, II, 51, Suppl., II, 50. Cf. aussi GAL, Suppl., II, 114 où il est question d’un ouvrage intitulé Ṭabaqāt aš-šāfi‘īya attribué à un certain Abu Bakr Aḥmad b. Šaiba, mort en 851/1447, qui n’est autre que le présent auteur ; c’est donc un exemplaire de plus à ajouter à ceux des passages cités ci-dessus. Selon le directeur de la Ẓāhirīya, cette bibliothèque n’a que les Manāqib ; c’est ce ms. autographe que nous avons utilisé. La Bibliothèque Nationale conserve un ms. des Ṭabaqāt (fonds arabe 2102), ouvrage moins développé que les Manāqib.

259 ‘Izz ad-Dīn Ḥamza b. Aḥmad (818-874/1415-1469) ; v. GAL, II, 34, Suppl., II, 31.

260 Voir op. cit., II, 34.

261 Quṭb ad-Dīn Muḥammad b. Muḥammad (821-888/1418-1483), v. op. cit., II, 97-98, Suppl., II, 116.

262 Voir Saḫāwī, I‘lān, 98 (trad., 342) ; Kašf aẓ-ẓunūn, 1102 et n. 1, 1561.

263 ‘Abd Allāh b. Ḥiǧāzī b. Ibrāhīm (m. 1227/1812), v. GAL, II, 480, Suppl., II, 729.

264 Cf. op. cit., loc. cit.

265 Ainsi se nomme-t-il dans son ouvrage, p. 1. On lui donne aussi les nisba d’al-Kūrānī et d’aš-Šahrazūrī, et le sobriquet d’al-Muṣannif (m. 1014/ 1605) ; v. la préface de l’éditeur de son ouvrage.

266 Voir la bibliographie. Il n’est pas cité dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf aẓ-ẓunūn, loc. cit., qui, d’ailleurs, le cite à l’occasion d’un autre ouvrage (v. op. cit., 1613, lignes 16-17).

267 Voici des listes de ṭabaqāt ḥanbalites qui ont déjà été dressées : Ṣafadī, Prolégomènes, 211-214 où sont citées les ṭabaqāt ḥanbalites avec celles des autres écoles, ainsi qu’avec les ṭabaqāt al-fuqahā’ où figurent les docteurs de toutes les écoles.
Saḫāwī, I‘lān, 101-102 (trad., 346).
Kašf aẓ-ẓunūn, s.v. Ṭabaqāt al-ḥanbalīya (p. 1097).
Ibn Badrān, Madḫal, 249-250.
H. Laoust et S. Dahan, dans l’introduction à leur édition d’Ibn Raǧab, Ḏail, I, pp. 12 mīm - 14 mīm.

268 Aḥmad b. Muḥammad (m. 311/923), v. GAL, Suppl., I, 311 ; Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, 12-15.

269 Voir op. cit., II, 12 où il y a une liste bibliographique. Les fragments de l’ouvrage sont conservés à la bibliothèque aẓ-Ẓāhirīya. (Je dois ce renseignement à l’obligeance de M. H. Laoust).

270 Al-Ḥasan b. Aḥmad (396-471/1005-1078), voir G. Makdisi, Diary, XVIII 9 et ss.

271 Saḫāwī, I‘lān, 101 (trad., 346), sans mention de l’ouvrage.

272 Ḏail, I, 45-46, G. Makdisi, Diary, XVIII, 20-21.

273 Abū ’l-Ḥusain Muḥammad b. Abī Ya‘lā Muḥammad b. al-Farrā’ (451-526/1059-1133), v. GAL, Suppl., I, 557.

274 Cet ouvrage est cité dans toutes les listes (v. supra).

275 Abū ’l-Maḥāsin Muḥammad b. ‘Abd al-Bāqī al-Mauṣilī, l’un des ḥanbalites d’al-Mauṣil, soupçonné de tendances hérétiques ; mourut, centenaire, en 571/1176 ; v. sur lui Ḏail (éd. F.), I, 335.

276 Saḫāwī, I‘lān, 101 (trad., 346), sans mention de l’ouvrage.

277 Ibn al-Ǧauzī, Manāqib, 505-533.

278 Cf. Ibn Raǧab, Ḏail, I, 286, index des ouvrages, s.v. Ṭabaqāt al-al-aṣḥāb (li ’bn al-Ǧauzī) et les passages cités, surtout p. 34, où على الميت... وطعن في النسبة و النياحةعلى الميت.

279 Zain ad-Dīn Abū ’l-Faraǧ ‘Abd ar-Raḥman b. Aḥmad (736-795/ 1335-1393), v. GAL, II, 107, Suppl. II, 129-130 ; pour la date de sa naissance, nous suivons celle établie par H. Laoust et S. Dahan dans l’introduction à leur édition du Ḏail d’Ibn Raǧab, pp. 16 mīm - 17 mīm.

280 Ḏail ‘alā Ṭabaqāt al-ḥanābila.

281 Abū Ishāq Ibrāhīm b. Muḥammad, connu sous les deux laqab, Taqī ad-Dīn et Burhān ad-Dīn (749,51-803/1348,50-1400) ; v. sur lui Šaḏarāt, VII, 22-23 ; Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 65.

282 Šaḏarāt, loc. cit. ; cf. Kašf aẓ-ẓunūn, 1097.

283 Kašf aẓ-ẓunūn, 1097. Ḥāǧǧī Ḫalīfa ne lui donne qu’un seul laqab : Taqī ad-Dīn. Ibn Badrān (Madḫal, 249) cite ce renseignement, mais se demande qui peut être ce Taqī ad-Dīn...Mufliḥ.

284 Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Muḥammad (m. 884/1479) ; v. sur lui Šaḏarāt, VII, 338-339 ; Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 67.

285 On peut compter plusieurs membres de la famille des Ibn Mufliḥ, connus sous ce nom, depuis le viiie/xive siècle avec le disciple d’Ibn Taimīya, Šams ad-Dīn Ibn Mufliḥ (m. 763/1361), jusqu’au xie/xviie siècle. Le poste de qāḍī ’l-quḍāt à Damas passa de père en fils, en ligne directe, pendant plus de trois siècles, dans cette célèbre famille ḥanbalite. On établira la généalogie des Ibn Mufliḥ à l’aide des Šaḏarāt et du Muḫtaṣar.

286 Cet ouvrage n’est pas cité dans la liste de Ḥāǧǧī Ḫalīfa ; mais il l’est dans Šaḏarāt, VII, 339 ; Muḫtaṣar, 67 ; Madḫal, 249-250 avec une description.

287 Cf. Madḫal, p. bā’ (au milieu), dans la pagination alphabétique à la fin de l’ouvrage.

288 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. Ibrāhīm (800-876/1397-1471) ; v. sur lui GAL, II, 57, Suppl., II, 57.

289 Cf. Saḫāwī, Buġyat al-‘ulamā’, ms. arabe Paris 2150, fol. 7b, relevé par F. Rosenthal, Historiography, 346, n. 8 ; v. aussi ‘Azzāwī, Ta‘rīf I, 248-249.

290 Kašf aẓ-ẓunūn, 1097.

291 Madḫal, 249.

292 Muǧīr ad-Dīn Abū ’1-Yumn ‘Abd ar-Raḥman b. Muḥammad (860-927/1455-1520) ; v. sur lui GAL, II, 43, Suppl., II, 41-42.

293 Pour les manuscrits du Manhaǧ d’al-‘Ulaimī, v. GAL, Suppl., loc. cit.

294 Ǧamāl ad-Dīn Abū ’l-Maḥāsin Yūsuf b. al-Ḥasan b. Aḥmad al-Maqdisī al-Ḥanbalī Ibn ‘Abd al-Hādī (840,41-909/1436,37-1503) ; v. GAL, II, 107-108, Suppl., II, 130-131, y ajouter les notices biographiques dans Šaḏarāt, VIII, 43 ; Muḫtaṣar, 74-77. Voir encore ci-dessus où il s’agit d’un auteur du même nom, que je crois être le même auteur que celui-ci.

295 Ces deux ouvrages ne me semblent pas se borner aux seuls ḥanbalites.

296 ‘Izz ad-Dīn ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Umar al-Makkī al-Hāšimī (850-921/1447-1516) ; v. sur lui GAL, II, 175, Suppl., II, 224.

297 I‘lān, 102 (trad., 346).

298 Kamāl ad-Dīn Abū ’l-Faḍl Muḥammad b. Muḥammad (1173-1214/1759-1799) ; v. la notice biographique dans Muḫtaṣar, 145-147.

299 Il se trouve cité aussi dans Ibn Badrān, Madḫal, 250 (qui dit l’avoir étudié complètement et le décrit comme renfermant des notices des ixe et xe siècles de l’hégire, ce qui me semble être une erreur d’inattention).

300 Voir Šaṭṭī, Muḫtaṣar, 145-146.

301 Op. cit., 145 et ss.

302 Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Uṯmān (1236-1295/1820-1878) ; v. sur lui GAL, Suppl., II, 812.

303 Voir op. cit., II, 107, Suppl., II, 812 pour l’ouvrage et les manuscrits qui en sont parvenus jusqu’à nous.

304 Mort en 775/1375, v. GAL, II, 80, Suppl., II, 89.

305 Voir Kašf aẓ-ẓunūn, II, 1097 où une longue liste d’auteurs de ṭabaqāt ḥanafites, postérieurs à Qurašī.

306 D’ailleurs, ces deux ouvrages se trouvent cités par Saḫāwī lui-même, I‘lān, 342, l’un à côté de l’autre, sous la rubrique : « ouvrages sur les jurisconsultes ».

307 Cf. Fawā’id, 67, ligne 13.

308 Voir Ǧawāhir, II, 260.

309 Voir op. cit., I, 375.

310 Voir op. cit., I, 330 ; Fawā’id, 112-113.

311 Voir la notice sur lui parmi les maîtres d’Ibn ‘Aqīl, infra.

312 Voir Ǧawāhir, I, 330.

313 Ibid.

314 Cf. op. cit., II, 85.

315 I‘lān, 342.

316 Kašf aẓ-ẓunūn, 1106.

317 Cf. op. cit., 395. — Pour les manuscrits conservés de cet ouvrage, voir GAL, I, 370, Suppl., I, 632.

318 Voir aussi, sur les ṭabaqāt mālikites, l’article de Fagnan, Ṭabakāt (p. 109, sur le Qāḍī ‘Iyāḍ).

319 Voir, infra, chap. IIIe, la notice sur les ẓāhirites.

320 Abū ’l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Alī, Kitāb asmā’ ar-riǧāl, lith. Bombay 1317/1899 ; voir GAL, Suppl., I, 556.

321 Fihrist kutub aš-šī‘a, List of Shyah Books, ed. A. Sprenger et Mawla-wy Abdal Haqq, Calcutta, 1853-55 ; ouvrage bibliographique où l’auteur ne manque cependant pas de donner des renseignements biographiques.

322 Kašf aẓ-ẓunūn, 1104. — Pour les biographes šī‘ites tardifs, voir ceux dont les ouvrages ont été mis à contribution par C. Brockelmann dans GAL, I, 404 et ss., Suppl. I, 704 et ss., (« Die Imâmiten »), notamment : le Manhaǧ al-maqāl d’al-Astarābāḏī (m. 1028/1619), la Lu’lu’at al-Baḥrain de Yūsuf al-Bahrānī (m. 1186/1773) et le Kašf al-ḥuǧub d’al-Kantūrī (m. 1286/1870).

© Presses de l’Ifpo, 1963

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter