Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ibn ʿAqīl et la résurgence de l’islam traditionaliste au XIe siècle (Ve siècle de l’Hégire)

 | 
George Makdissi

Avant-propos

Texte intégral

1Ibn ‘Aqīl fut théologien et jurisconsulte de l’école ḥanbalite du ve/xie siècle à Bagdad. En cette ville, l’époque est importante pour le ḥanbalisme. Elle l’est aussi pour l’histoire générale de l’Islam. C’est le siècle où les salǧūqides triomphent des buwaihides. C’est le siècle de la restauration du sunnisme au détriment du šī’isme. A cette époque vivaient l’illustre Niẓām al-Mulk et le grand théologien et jurisconsulte al-Ġazzālī. Le mouvement universitaire est en plein essor ; de nouvelles madrasa s’érigent, telle la fameuse Niẓāmīya. Pour l’école ḥanbalite, ce siècle est l’époque décisive de l’organisation, du développement et du combat. C’est en effet un siècle de luttes religieuses : si elles se poursuivent entre šī‘ites et sunnites, à l’intérieur même du sunnisme elles ne font que croître.

2Nous avions dessein d’étudier la pensée d’Ibn ‘Aqīl sans nous attarder sur l’histoire de son époque. Or, dès les premières années de nos recherches, nous nous sommes aperçu que les études fragmentaires antérieures et nos manuels d’histoire musulmane étaient ou insuffisants ou erronés. Force nous a été alors, pour comprendre les réactions de notre ḥanbalite, d’établir plus solidement les faits. Ainsi est-ce notre intérêt pour la pensée d’Ibn ‘Aqīl qui nous a contraint à une révision des données politiques, sociales et religieuses de son siècle.

3Nos idées furent bouleversées par l’examen des sources. A maintes reprises, il fallut rectifier, reconstruire, ici un détail, là l’ensemble d’un problème. Quand telle question importante aurait encombré notre ouvrage, nous avons tenté de l’élucider dans une étude indépendante. Peu à peu, nous avons été amené à reconstituer l’époque dans ses grandes lignes.

4Quelles étaient les conditions de l’entrée des salǧūqides à Bagdad, et quelles étaient les relations entre eux et les califes ‘abbāsides ? En quoi les salǧūqides vainqueurs, qui se voulurent champions du sunnisme, différaient-ils des buwaihides vaincus, soi-disant champions du šī‘isme ? Quel était le rôle des détenteurs du pouvoir dans la restauration sunnite ? Quel était le rôle des écoles sunnites dans cette restauration et quelles étaient les relations entre elles et les mouvements religieux ?

5De telles questions ne pouvaient pas ne pas se présenter à l’esprit, bien que les sources dont nous disposons actuellement soient malheureusement encore incomplètes. De telles questions ne pouvaient être écartées si l’on voulait aborder l’étude d’une carrière aussi mouvementée que l’est celle d’Ibn ‘Aqīl. Quelle manière de ḥanbalite fut ce canoniste à tendances mu‘tazilites ? Qu’avait à faire ce libéral d’esprit moderniste dans une école qu’on a dépeinte à plusieurs reprises comme rigidement conservatrice, fanatique et anthropomorphiste ? Cet admirateur du grand mystique al-Ḥallāǧ, qu’avait-il à faire dans une école qui passait pour être anti-mystique ? Cet esprit précoce, que ne quittait-il une école où sa curiosité intellectuelle lui valait des persécutions ? Que ne passait-il, comme nombre de ses contemporains, à une autre école plus accueillante ?

6Ces questions expliquent le plan que nous avons adopté. Il comporte cinq chapitres. Le premier contient une étude des sources. Elle n’est pas exhaustive, elle complète seulement celles de nos devanciers. Nous traitons des sources sur Ibn ‘Aqīl, la ville de Bagdad et l’histoire religieuse. Le chapitre deuxième traite de la situation politique. Nous y cherchons à déterminer le caractère et le rôle de l’organisation du pouvoir dans la restauration du sunnisme. Les relations entre le califat et les dynasties y sont abordées. Le chapitre troisième traite des éléments constitutifs de l’Islam bagdadien, d’après leur appartenance aux écoles juridiques sunnites et šī‘ites. Ce chapitre est apparenté au chapitre suivant. Celui-ci traite des mouvements religieux, surtout du mouvement ḥanbalite, des relations entre les écoles juridiques et les mouvements religieux, ainsi que du rôle de ces mouvements dans la restauration sunnite, qui est le fait socio-religieux le plus important de l’époque. Le chapitre cinquième est consacré à Ibn ‘Aqīl et à ses œuvres. Nous cherchons à le situer dans son milieu et dans son école, à dresser la liste de ses œuvres, et enfin, à donner une esquisse de sa profession de foi. A partir de là, nous comptons reprendre un jour notre projet primitif : l’étude de la pensée d’Ibn ‘Aqīl.

7La bibliographie ne contient pas tous les ouvrages lus durant les années de mes recherches ; elle ne contient que les titres cités dans les notes du texte. Aussi ne saurait-elle indiquer l’œuvre générale des islamisants dont j’ai cependant tiré grand profit.

8Ce travail, dont je ne me dissimule pas les imperfections, doit sa part la meilleure à l’inspiration et à la direction de mes deux maîtres, MM. Louis Massignon et Henri Laoust. M. Massignon a guidé mes premiers pas vers l’intelligence de l’histoire musulmane qui tient tant de place dans sa vie. Il a mis généreusement à ma disposition sa bibliothèque considérable, trouvant toujours le temps de m’aider de ses précieux conseils. M. Laoust, dont l’Essai sur Ibn Taimiya m’a beaucoup influencé, m’a fait comprendre l’importance du ḥanbalisme, sujet dont il fut et reste le pionnier. Je lui suis redevable de son encouragement continu et de ses conseils oui m’ont beaucoup aidé à mener ce travail à bonne fin.

9Je tiens aussi à exprimer ma vive reconnaissance envers tous ceux qui m’ont facilité mes recherches en Orient : à Damas, M. Nikita Elisséeff, Directeur-Adjoint de l’Institut Français ; M. ‘Umar Kahhālī de la Bibliothèque Ẓāhirīya ; au Caire, le R.P. G. C. Anawati de l’Institut Dominicain d’Études Orientales ; MM. Ṣalāḥ ad-Dīn al-Munaǧǧid et Muhammad ‘Abd al-Muttalib de l’Institut des Manuscrits Arabes ; M. Fu’ād as-Saiyid de la Bibliothèque Nationale (Dār al-Kutub) ; en Turquie, M. Ahmet Ates du Şarkiyat Enstitüsü de l’Université d’Istanbul. En Europe, M. Georges Vajda et Mlle M. T. d’Alverny de la Bibliothèque Nationale de Paris, ainsi que les bibliothécaires de la School of Oriental and African Studies de la University of London, d’Oxford et de Cambridge. Tous m’ont généreusement aidé à résoudre les nombreux problèmes d’un débutant en pays étranger.

10Je tiens enfin à remercier les institutions de mon pays natal qui ont rendu possible mes nombreux séjours en Europe et en Orient : The Middle East Institute, The University of Michigan, The John Simon Guggenheim Memorial Foundation, et Harvard University.

© Presses de l’Ifpo, 1963

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540