Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome I

 | 
André Raymond

Chapitre VI. La production et le commerce l’artisanat

Texte intégral

Répartition de la population active au Caire

  • 1 On peut classer dans cette catégorie en particulier les individus qui s’occupaient du transport de (...)
  • 2 Lorsqu’elles ont un caractère mixte, nous avons classé ces activités professionnelles dans la caté (...)

1Les données que l’on peut tirer des sources orientales ou occidentales sur la répartition de la population du Caire entre les activités artisanales et commerciales, et les « services »1 sont incertaines et même douteuses. Il n’existe pas sur ce sujet de dénombrement vraiment sûr ; et il est d’autre part souvent très difficile de déterminer si une activité doit être classée comme artisanale ou commerciale2. Aussi les évaluations que nous allons proposer ci-après en utilisant le Seyahatname d’Evliya Čelebi (seconde moitié du xviie siècle), la Description de l’Égypte (1798), la liste des corporations de 1801, et les documents du Maḥkama ne permettent-elles de donner qu’un ordre de grandeur.

2L’estimation la plus ancienne est celle que l’on peut tirer du livre d’Evliya Čelebi, et que nous résumons dans le tableau suivant :

Tableau 27. Répartition de la population active vers 1660 d’après Evliya Čelebi

Tableau 27. Répartition de la population active vers 1660 d’après Evliya Čelebi

Source : Evliya Čelebi, 359-386. On a corrigé pour les fabricants de chaussures (döğigiyan) (p. 373) le chiffre de 5.500 personnes (pour 200 boutiques, ce qui est évidemment erroné) en 550. Pour les mendiants (derviš baharî) (p. 385) on a pris la valeur moyenne de 75.

3La Description de l’Égypte propose deux évaluations un peu différentes que nous résumons dans le tableau qui suit :

Tableau 28. Population active au Caire en 1798 d’après la Description de l’Égypte

Tableau 28. Population active au Caire en 1798 d’après la Description de l’Égypte

4Sans doute les chiffres donnés par Evliya Čelebi pour l’effectif des différents métiers paraissent-ils souvent exagérés : aussi est-on tenté de considérer avec quelque scepticisme le total de 147.366 personnes actives (presque toutes de sexe masculin) et de penser que les pourcentages méritent par contre une plus grande confiance.

  • 3 Du fait des crises politiques intérieures, des guerres civiles, des famines, et des épidémies qui (...)

5Notons cependant que le total de 81.000 personnes actives proposé par la Description n’est pas très éloigné de l’estimation d’Evliya pour les 262 métiers artisanaux et commerciaux (119.140 individus), surtout si on tient compte du fait que la population du Caire diminua vraisemblablement dans des proportions notables entre 1660 et 17983. Par contre la répartition de la population active entre artisans (40.000) et commerçants (11.000) semble surestimer sensiblement l’importance relative des artisans, et on peut supposer que les auteurs de la Description ont considéré comme artisans les fabricants qui étaient aussi vendeurs.

  • 4 A. Raymond, Une liste de corporations de métiers (nous la mentionnerons en abrégé dans le texte : (...)

6De la liste des corporations établie par les Français4, mais en ne tenant compte que des 193 corporations du Caire (à l’exclusion de celles des « banlieues ») on peut tirer la répartition suivante : 74 (soit 38,3 %) ont un caractère plutôt artisanal ; 65 (33,7 %) concernent les activités commerciales, 39 (20,2 %) les « services », et 11 (5,7 %) les activités de divertissement.

7Les dépouillements effectués dans les archives du Maḥkama ne nous sont par contre que d’une faible utilité pour préciser l’importance numérique relative des artisans et des commerçants car, du fait de la sur-représentation des successions moyennes et importantes, le nombre des commerçants y est surestimé, et celui des artisans sous-évalué. C’est ainsi que pendant la période 1679-1700, sur un total de 468 successions étudiées, nous avons relevé 129 successions d’artisans (soit 27,6 % du total) contre 301 successions de commerçants (64,3 %). Les pourcentages sont presque exactement semblables entre 1776 et 1798 : pour 567 successions, 154 concernent les artisans (soit encore 27,6 %), et 347 les commerçants (61,2 %).

8Nous pensons pouvoir avancer, avec la prudence que nous impose l’imprécision de nos sources, que les proportions véritables étaient inverses et qu’on ne serait sans doute pas très éloigné de la réalité en estimant que la répartition de la population active du Caire au xviiie siècle était approximativement la suivante : environ la moitié dans les activités artisanales, et environ un tiers dans les activités commerciales. Les artisans auraient donc constitué la majorité de la population urbaine.

1° CARACTÈRES GÉNÉRAUX DE L’ARTISANAT

Impressions peu favorables des voyageurs

  • 5 Le Mascrier, Description de l’Égypte, II, 191. Pockocke, Voyages, I, 105 ; II, 44, 45, 486, 487. V (...)

9Dans l’ensemble, les voyageurs et agents consulaires européens en Égypte au xviiie siècle paraissent avoir été frappés par l’état de décadence des principaux métiers. « La perfection des arts dépend de l’amour des sciences, et depuis que les unes sont tombées en Égypte, il n’est pas surprenant que ceux-là aient eu à leur tour le même sort » écrivait De Maillet au début du siècle, et il concluait : « Les Égyptiens d’aujourd’hui sont maladroits en tout ». Pockocke, quelques années plus tard, reprenait cette conclusion textuellement tout en admettant cependant qu’au Caire quelques arts avaient été portés « à un certain degré de perfection », en particulier la sellerie, le travail du bois, l’orfèvrerie. Avec Volney qui parcourait l’Égypte en 1783 le tableau était poussé au noir : « [Les arts mécaniques] les plus simples y sont encore dans une sorte d’enfance. Les ouvrages de menuiserie, de serrurerie, d’arquebuserie y sont grossiers. Les merceries, les quincailleries, les canons de fusil et de pistolet viennent tous de l’étranger. A peine trouve-t-on au Kaire un horloger qui sache raccommoder une montre et il est Européen. Les joailliers y sont plus communs qu’à Smyrne et Alep, mais ils ne savent pas monter proprement la plus simple rose. On y fait de la poudre à canon, mais elle est brute. Il y a des raffineries, mais le sucre est plein de mélasse... Les seuls objets qui aient quelque perfection, sont les étoffes de soie ; encore le travail en est bien moins fini et le prix beaucoup plus fort qu’en Europe »5.

  • 6 Chabrol, Essai sur les mœurs, 507. Girard, Mémoire, 618, 692.

10Les savants de l’Expédition d’Égypte se sont également montrés en général assez sévères. « En Égypte les arts et les produits manufacturiers annoncent l’enfance de la civilisation ou plutôt le découragement des ouvriers et des entrepreneurs, écrit Chabrol. Rien de fini, de soigné ne sort des fabriques égyptiennes, si l’on excepte les broderies : les toiles, les draps et les objets d’un usage continuel, portent l’empreinte d’une imperfection qui étonne, lorsqu’on ne songe pas à la condition du peuple où elle se manifeste ». Et Girard : les Égyptiens sont « aujourd’hui un peuple qui paraît sortir à peine de l’état sauvage. Il ne pratique, pour ainsi dire, que les arts les plus grossiers, tels que les exigent nos premiers besoins... » ; les différents arts sont retombés dans un « état d’enfance »6.

11La rusticité des produits de l’industrie égyptienne au xviiie siècle frappait d’autant plus les observateurs étrangers qu’ils avaient sous les yeux les objets raffinés que les artisans médiévaux du métal, du bois ou du verre avaient su produire. Cette comparaison les amena généralement à conclure à un déclin des arts depuis l’époque mamelouke.

Facteurs défavorables aux activités industrielles

  • 7 Voir ce qu’écrit Clerget (Le Caire, II, 227), en se référant d’ailleurs pour l’essentiel à des dic (...)

12Bien qu’en Égypte l’opinion ne semble pas avoir été par principe défavorable au travail manuel7, les artisans n’occupaient dans la société qu’une place subordonnée par rapport aux commerçants, ce qui, il est vrai, provenait peut-être moins d’un décri des activités artisanales que de l’aisance plus grande que pouvait procurer le négoce. De fait, mises à part quelques professions peu prisées, souvent parce qu’elles étaient comme monopolisés par les membres de communautés minoritaires, l’exercice de métiers manuels était tenu pour parfaitement honorable. Mais, plus pauvres que les marchands, les artisans ne pouvaient prétendre à la même influence sociale et étaient donc moins considérés.

13Plus grave pour le développement des activités industrielles en Égypte était le poids de facteurs naturels peu favorables. L’Égypte manquait des matières premières les plus essentielles : peu de minerais utilisables, et en particulier ni fer ni cuivre, ces deux métaux devant être importés sous forme de lingots ou de produits serai-fabriqués, principalement d’Europe, tout comme le plomb, l’étain, le laiton, etc... A la fin du xviiie siècle la valeur totale de ces importations s’élevait, d’après Girard, à 36 millions de paras soit 14,8 % des importations d’Europe. L’Égypte ne disposait guère, en dehors des matières premières qu’elle tirait de l’agriculture et de l’élevage (fibres textiles et cuirs essentiellement) que d’alun, de salpêtre et de sel ammoniac. Le bois de construction était très rare.

  • 8 Liste de 1801, n° 66.
  • 9 M. J. Coutelle (Observations sur la topographie de la presqu’île de Sinaï, 277-9, 296, 299-300) pa (...)
  • 10 Sur la fabrication des « mottes », voir dans la Description de l’Égypte, la planche XXVIII/1 et so (...)
  • 11 Girard, Mémoire, 619.

14Seconde carence non moins fâcheuse, l’Égypte ne possédait pas de combustibles : le charbon y manquait totalement : le bois de chauffage (ḥatab) était importé ; du charbon de bois était fabriqué au Caire (où l’on comptait une corporation de faḥḥāmin/marchands de charbon)8, mais une partie importante de celui qu’on consommait dans la capitale était fabriquée par les tribus arabes de la région du Sinaï ou du Ṣa‘īd et apportée par les caravanes des Arabes de Ṭūr ou par la voie du Nil9. On en était réduit à utiliser comme combustible les traditionnelles mottes (ğilla) de fiente des animaux domestiques confectionnées dans les faubourgs ou apportées par les paysannes (fallāḥāt) des environs du Caire10. Les Égyptiens connaissaient parfaitement le moyen de transformer les mouvements par des systèmes d’engrenages, suivant le principe universellement employé dans les sāqiya ; mais ils n’avaient apparemment jamais songé à se servir des forces motrices naturelles qu’ils avaient à leur disposition : le Nil, en raison de l’amplitude de ses variations annuelles de niveau, était, il est vrai, difficile à domestiquer ; mais le vent aurait pu être utilisé ; or il n’y avait pratiquement pas de moulins à vent en Égypte avant l’Expédition française. Girard expliquait cette négligence par le bon marché de la main-d’œuvre humaine et de la force animale qui dispensait de chercher d’autres sources d’énergie : « dans un pays où la nourriture de l’homme et celle des animaux sont très abondantes et où par conséquent le prix de leur travail ne peut jamais s’élever très haut, il est tout simple qu’on fasse usage de leurs forces, préférablement à celles de tout autre agent ». Et il rendait compte de la même façon du faible développement du machinisme : « le travail de l’homme et celui des animaux est beaucoup moins dispendieux en Égypte que n’y serait l’emploi de la plupart de nos machines »11.

Facteurs historiques de déclin

  • 12 Voir en particulier A. Darrag, Barsbay, 57-107 ; S. Labib, Handelgeschichte Ägyptens, 337-440 ; C. (...)

15Tous les facteurs négatifs qui viennent d’être énumérés sont des facteurs permanents dans l’histoire économique de l’Égypte. La responsabilité du déclin industriel que les observateurs étrangers constataient en Égypte a été souvent attribuée à la conquête ottomane de l’Égypte et à ses conséquences directes ou lointaines, ainsi qu’aux changements provoqués dans l’ensemble du Moyen-Orient par l’entrée en scène des Européens. Il convient d’abord de noter que ce processus était fortement engagé bien avant que les Turcs ne s’installent en Égypte : il suffit de parcourir Maqrīzī pour prendre conscience d’une décadence que les études d’Aḥmad Darrag, de Subhi Labib et de Charles Issawi ont bien mise en lumière12. Beaucoup de phénomènes qui ont été portés au passif de la domination ottomane, déclin des artisanats de luxe, disparition de certains métiers, atonie générale de la vie économique, avaient fait leur apparition dès le xve siècle.

  • 13 Interprétation et chiffre donnés par Ğabartī (I, 20) et beaucoup d’autres après lui (voir par exem (...)
  • 14 Rien dans le texte n’indique que cette interruption n’a pas été seulement temporaire : wa-baṭala m (...)
  • 15 Ibn Iyās, V, 175, 178-9, 184, 224, 226-7.
  • 16 Ibid., 303, 331, 389, 391, 393, 422, 429. Traduction Wiet, C, 379. De même l’installation de fabri (...)

16En reprenant et en interprétant abusivement plusieurs textes d’Ibn Iyās, qui mentionnent l’envoi par le sultan Salīm d’artisans à Istanbul, des auteurs tardifs ont suggéré que les Ottomans avaient ainsi signé l’arrêt de mort d’environ cinquante métiers13. Mais Ibn Iyās met l’interruption de l’activité de ces métiers sur le compte du chômage auquel étaient réduits les artisans intéressés14. Quant aux départs : pour Istanbul ils concernaient d’une part des grands commerçants (tuğğār), des boutiquiers et détaillants (mutasabbibīn) et d’autre part des maîtres et ouvriers de métiers fort répandus de la construction (bannā’īn, ḥarrāṭīn, muraḫḫimīn, muballiṭīn, muhandisīn, ḥağğārīn) et du travail du bois et des métaux (nağğārīn, haddādīn, suyūfiyya, ṣayāqila, sabbākīn) qu’un tel transfert ne pouvait affecter durablement15. Qui plus est, Ibn Iyās signale ensuite (en 1519, 1520 et 1521) le retour progressif au Caire de ces exilés, après achèvement des travaux qui leur avaient été confiés dans la capitale, et conclut très nettement qu’après l’avènement de Sulaïmān « ils reçurent tous, sans exception, la permission de revenir au Caire »16.

  • 17 Voir dans ‘Alī Pāšā, II, 27, à propos du Sūq al-Šarābišiyyīn et du Sūq al-Ḥawā’iṣiyyīn.
  • 18 Voir en particulier Herz, Catalogue, 71, 99, 134, 137, 175-6, 283-4, 308 ; et Bahgat, La céramique (...)
  • 19 Herz, Catalogue, 5, 6. Voir aussi Galland, Tableau de l’Égypte, I, 77. Sur les qamariyya ou šamsiy (...)
  • 20 Importations en provenance de la Chrétienté en 1775/6 (moyenne annuelle) : 9.070 carreaux de marbr (...)
  • 21 Fahmy, La révolution de l’industrie, 1-3.

17Il n’est par contre pas douteux que la conquête ottomane, en ravalant Le Caire du rang de capitale à celui de chef-lieu de province porta un coup sévère à beaucoup de métiers dont la production raffinée était liée à la présence d’une cour sultanienne : certains artisanats de luxe ne s’en relevèrent pas. En même temps que des traditions liées à la présence au Caire d’une haute administration (par exemple celle des fourrures et des robes d’honneur) divers métiers disparurent presque totalement : la liste de 1801 ne mentionne aucune corporation de fourreurs ni de fabricants de bonnets, arts autrefois florissants ; les souqs où, au temps de Maqrīzī encore, on vendait toutes espèces de robes d’honneur, de ceintures et de bonnets disparurent ou changèrent d’activité17. Dans les arts du cuivre, du bois, de la céramique, du verre, de la reliure, si brillants à l’époque mamelouke, le déclin se marqua, à l’époque ottomane, par la gaucherie de la fabrication, la médiocrité de l’exécution, l’utilisation de matériaux moins coûteux (par exemple l’os à la place de l’ivoire), l’imitation de formes étrangères et, à la limite, par l’importation de produits européens qui se substituaient à ceux que l’artisanat local ne savait plus fabriquer. Ceci est particulièrement évident dans le cas de la céramique : aux xvie et xviie siècles, la production égyptienne soutient difficilement la concurrence des pièces sortant des ateliers d’Anatolie et de Syrie ; au xviiie siècle, la céramique locale décline définitivement et est remplacée par des produits importés de Turquie et, de plus en plus, d’Europe18. On pourrait faire des remarques identiques en ce qui concerne la verrerie. Même une fabrication aussi traditionnelle que celle des qamariyyāt (claires-voies en stuc munies de plaques de couleur) était en pleine décadence : le dessin en était pauvre, l’exécution grossière et les vitres que ne fournissait plus l’artisanat local devaient être importées19. Les relevés de la douane de Būlāq mentionnés par Girard portent la trace de cet envahissement du marché égyptien par des produits européens20. On a vu que, d’après Girard, on peut évaluer à 43,5 millions de paras la valeur de la verrerie qui était ainsi importée d’Europe (14,1 % du total des importations). Le détournement des voies commerciales à la suite des grandes découvertes de la fin du xve siècle devait avoir des effets non moins graves sur les artisanats de luxe, l’importance du Caire comme centre de transit commercial diminuant, cependant que le relatif isolement dans lequel se trouvait désormais l’Égypte constituait une cause de stagnation pour les arts21.

  • 22 Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 296.

18Il convient de remarquer cependant que l’occupation de l’Égypte par les Ottomans n’eut pas que des conséquences fâcheuses pour l’économie du pays : l’Égypte se trouva intégrée en 1517 dans un très vaste empire méditerranéen dont l’immense marché intérieur offrait à l’activité artisanale des possibilités considérables dont les Égyptiens surent parfois tirer parti ainsi que le montre la large diffusion de leurs tissus de qualité courante voire même médiocre. Ceci paraît corroborer l’opinion de Gibb et Bowen suivant laquelle ce que les provinces arabes « had lost in the quality was offset by some considerable increase in the quantity of their manufactures »22.

  • 23 Girard, Mémoire, 590. D’après d’Entraigues (Un Français d’autrefois en Egypte, 288, 307) Murād Bey (...)

19A ces facteurs de faiblesse s’ajouta, à partir de la fin du xviiie siècle, la pénétration de la production européenne qui fut peut-être dans certains cas la cause et non la conséquence du déclin d’artisanats égyptiens. L’usage d’étoffes européennes de grand prix était largement répandu dès l’époque mamelouke en Égypte ; mais à l’époque ottomane la consommation de tissus d’usage courant importés d’Angleterre et de France se développa dans la population au point de représenter vers la fin du xviiie siècle plus de la moitié des achats égyptiens à l’Europe, soit un total de 162 millions de paras. Ce qui n’était jusque-là qu’un phénomène marginal devint donc un fait économique significatif. En manifestant leur préférence pour les produits importés, les gens riches et puissants condamnaient les artisanats de luxe dont ils avaient jadis assuré la prospérité : « le luxe des familles riches et puissantes, écrit Girard, est entretenu par le commerce étranger »23.

  • 24 ‘Alī Pāšā, II, 114. Hautecœur et Wiet, Mosquées, 158. Voir C. Issawi, The Décline, 251-2.

20Il faut naturellement compter aussi parmi les raisons principales de la stagnation et du déclin de l’artisanat en Égypte l’indifférence du pouvoir politique qui ne s’intéressait guère aux activités productives que pour les exploiter : le seul exemple d’intervention des gouvernants dans ce domaine est, à notre connaissance, l’installation par Muḥammad bey Abū Ḏahab, dans l’enceinte de la mosquée Ibn Ṭūlūn, d’un atelier pour la fabrication de pièces de laine (aḥrima)24. Aux exigences fiscales et para-fiscales des autorités, s’ajoutaient les exactions et extorsions variées dont se rendaient coupables tous ceux qui possédaient une parcelle de pouvoir. L’état de trouble à peu près continuel dans lequel se débattit l’Égypte à partir du début du xviiie siècle avec son cortège de séditions et de guerres intestines, une crise monétaire presque permanente et de fréquentes périodes de cherté, de famine et d’épidémie contribuèrent enfin largement à l’affaiblissement de l’artisanat égyptien, dans les décades qui précédèrent l’arrivée de l’Expédition française.

2° LES CARACTÈRES DE LA PRODUCTION

Confusion des activités productives et commerciales

  • 25 Tribunal, ‘Arab., v. 70, 336 (1695) ; ‘Ask., v. 158, 686 (1749) ; ‘Ask., v. 85, 584 (1692) ; ‘Arab (...)

21Le caractère fondamental de beaucoup d’activités économiques au Caire était l’absence de séparation nette entre le processus de fabrication et le processus de vente. Dans un grand nombre de métiers, et même dans les arts les plus réputés, le fabricant était aussi le vendeur des objets produits. D’où la difficulté de distinguer un secteur proprement artisanal et un secteur proprement commercial. Les ḥarīriyyīn fabriquaient dans leurs ateliers (qā‘a) des tissus de soie, et ils avaient dans leur marché spécialisé de la Tarbī‘a al-Ḥarīr, au centre du Caire commerçant, des boutiques où il les écoulaient : ‘Abdallāh, ḥarīrī mort vers 1695 en laissant une succession de 65.890/57.324 paras, possédait une qā‘a avec 6 métiers près du mašhad al-Ḥusaïnī, et une boutique dans le Ḫaṭṭ al-Hārāmiza ; le cheikh Aḥmad, dont la fortune était estimée en 1749 à 281.329/ 171.611 médins, possédait des métiers dans divers ateliers et une boutique dans le Sūq al-Ḥarīriyya, etc... La confusion est plus frappante encore dans un artisanat ayant le caractère d’une quasi-industrie, comme la fabrication du sucre : Sulaïmān b. Muḥammad, un important sukkarī mort vers 1692, fabriquait du sucre dans le maṭbaḫ (raffinerie) al-Ḥamzāwī, et vendait des sirops dans sa boutique du quartier de Bāb Zuwaïla ; artisan très modeste, puisque sa succession en 1696 ne dépassait pas 17.333/14.560 paras, Muṣṭafā b. ‘Abbās avait un atelier dans le Bunduqiyyīn et une boutique à Bāb Zuwaïla25. Les artisans spécialisés dans le travail des métaux (naḥḥāsīn/chaudronniers, ḥaddādīn/forgerons) vendaient de même leur production dans les boutiques de leurs souqs respectifs. Cette confusion se répercutait dans la structure corporative, les activités industrielles et commerciales étant très souvent groupées dans une ṭā’ifa (corporation) unique : c’est le cas précisément des ḥarīriyyīn (liste de 1801 n° 47 : marchands de soie du Caire), des sukkariyya (liste de 1801 n° 5 : marchands de sucre du Caire), des ḥaddādīn (n° 197, ouvriers en fer), ou des naḥḥāsīn (n° 54 : vendeurs de cuivre au Caire), etc...

  • 26 Olin, Travels in Egypt, I, 293 ; Germain Martin, Les bazars du Caire, 61. Voir les remarques de M. (...)

22On doit supposer que cette confusion d’activités avait pour causes essentielles le caractère limité de la production artisanale, l’absence d’un marché véritable, et le manque de capitaux qui rendaient difficile toute séparation nette du procès de production et du procès de vente : l’artisan cairote ne produisait habituellement que la quantité d’objets dont l’écoulement était à peu près assurée, souvent sur commande directe de son client éventuel. Il ne se mettait au travail qu’après avoir reçu une avance en argent sur les travaux à accomplir, ou bien il se faisait fournir par l’acheteur la matière première nécessaire : l’orfèvre transformait les pièces d’or ou d’argent qu’apportaient les acheteurs qui assistaient souvent à l’opération, et certains fabricants d’étoffes tissaient la soie fournie par le client26. L’extrême dispersion des ateliers, sur laquelle nous reviendrons, interdisait de toute manière la fabrication en quantités un peu importantes qui eût seule justifié l’existence d’un secteur productif autonome.

Extrême division du travail

  • 27 Rhoné, L’Égypte à petites journées, 380. Galland, Tableau de l’Égypte, II, 143.

23Le second trait qui caractérisait l’artisanat, comme d’ailleurs le commerce, était l’extrême division du travail. Un dicton bien connu relevait à ce sujet que « celui qui vend le tarbouch ne vend pas le gland ». Galland remarquait vers 1800 que « les États [chez les Égyptiens]... sont beaucoup multipliés par leurs subdivisions ; il m’a fallu employer trois sortes de maçons pour me faire ouvrir une communication d’une pièce à une autre »27. De fait nos sources nous révèlent une étonnante richesse de métiers : Evliya Čelebi ne dénombre pas moins de 136 professions à caractère artisanal au Caire ; on en compte 104 dans la liste de 1801, qui n’est pas absolument complète, et qui ne mentionne que des corporations, dont le nombre est notablement inférieur à celui des métiers. Dans certaines branches d’industrie l’émiettement du travail était extrême. Nous avons dénombré cinq corporations différentes de teinturiers dans les documents du Maḥkama et autant dans la liste de 1801 : ces deux listes ne se recoupent d’ailleurs pas entièrement et il convient de leur ajouter la corporation des teinturiers de l’indigo de Čīza. Il y avait six corporations d’ouvriers en fer d’après la liste de 1801 : n° 197, « ouvriers en fer du quartier had... » ; 13, « ouvriers en clous de Bab Charié » ; 15, « faiseurs des aiguilles grandes au Caire » ; 9, « ceux qui font les mors, boucles, chaînes... en fer du quartier dit Taht el-Rabah » ; 11, couteliers ; 222, maréchaux-ferrants. Les artisans en bois se répartissaient en six corporations : 20, scieurs de long ; 227, charpentiers ; 205, tourneurs en bois ; 228, ceux qui amincissent le bois pour faire des caisses ; 196, ceux qui font des grillages ; 264, faiseurs de tabourets, etc...

  • 28 Evliya Čelebi mentionne un seul métier, celui des duhan füruš. La seule corporation citée dans les (...)

24Cette division du travail ne répondait naturellement à aucun souci de rationalisation et la spécialisation des divers artisans dans des processus productifs parcellaires n’impliquait nullement un travail en série qui eût été un signe de progrès technique. Il faut y voir plutôt le résultat d’une sorte de limitation volontaire de l’horizon professionnel, qui frappait tous les observateurs étrangers. Cette absence d’esprit de concurrence avait sans doute ses racines profondes dans le caractère héréditaire du métier : le fils succédait dans son atelier à son père dont il tenait tout son bagage technique, et rien ne le poussait à aller plus loin que lui. Dans cette société relativement équilibrée à l’intérieur et dépourvue d’ouvertures extérieures régnait depuis des siècles une étonnante stabilité des moyens de production. La limitation de la demande n’incitait pas non plus au développement de la production que le caractère rudimentaire de l’outillage eût d’ailleurs rendu difficile. Enfin la spécialisation professionnelle des quartiers imposait aux artisans de même métier une cohabitation qui développait chez eux le sens de la solidarité plutôt que le goût de la concurrence. Les petits artisans se contentaient donc d’un gain minime mais juste au regard de la coutume et paraissaient rester étrangers à toute ambition. Sans doute l’organisation corporative en morcelant la population en groupes distincts, cohérents et assez réduits pour qu’un esprit de corps pût s’y maintenir, contribuait-elle à figer cette structure morcelée. Mais on la retrouvait même dans des métiers nouveaux qui s’étaient développés en marge du système corporatif : c’était le cas des métiers concernant le tabac dont l’existence ne remontait pas au-delà au xviie siècle et dont l’organisation en corporations était tout récente28. Or il y avait, d’après Clerget, 5 métiers différents qui s’occupaient de la fabrication des narguilehs.

  • 29 Le conte d’Abū Qīr et Abū Ṣīr (Alf laïla wa-laïla, édition de Beyrouth, VII, 77 à 98, Nuits 931 à (...)
  • 30 Alf laïla wa-laïla, VII, 82-3 (nuit 933).

25Sur les réactions de l’opinion du temps à cette spécialisation parfois abusive, nous disposons d’un document qui est d’autant plus intéressant que nos sources sont en général pauvres dans ce domaine. Il s’agit d’un conte des Mille et Une Nuits, l’histoire d’Abū Qīr, le teinturier, et d’Abū Ṣīr, le barbier, dont le caractère égyptien ne fait pas de doute et qui fut probablement rédigé au xviie siècle29. On connaît le thème de ce récit : Abū Qīr, teinturier d’Alexandrie, arrive, après un voyage maritime, dans une ville inconnue où il constate, à sa grande surprise, que les vêtements sont bleus et blancs à l’exclusion de toute autre couleur. Abū Qīr se rend chez un teinturier et lui demande de lui teindre un mouchoir. L’artisan commence par exiger un prix qu’il juge exorbitant : « Va le teindre dans ton pays », lui répond seulement le teinturier. Puis le dialogue suivant s’engage : — En quelle couleur veux-tu me teindre [ce mouchoir] ? « Je le teindrai en bleu », lui répond le teinturier. Abū Qīr lui dit : — Je voudrais que tu me le teignes en rouge. — Il lui répond : « Je ne sais pas teindre en rouge ». — En vert. « Je ne sais pas teindre en vert ». — En jaune. « Je ne sais pas teindre en jaune ». Abū Qīr se met à lui énumérer les couleurs l’une après l’autre. Le teinturier lui dit : « Notre art est délimité avec précision : nous ne savons teindre qu’en bleu et en aucune autre couleur ». Abū Qīr tente alors de persuader les ṣabbāġīn soit de le prendre à leur service pour qu’il leur enseigne l’art de teindre en toutes couleurs, soit de lui permettre d’ouvrir boutique. Sans succès, et il faudra l’intervention du Prince pour qu’il puisse s’établir à son compte et faire fortune, en proposant aux yeux éblouis de ses clients toute la palette de ses teintures30. Gomme la liste de 1801 mentionne à Ğīza, par conséquent de l’autre côté de la « mer du Nil » (Baḥr al-Nīl), une corporation de teinturiers de l’indigo (n° 172) qui répond à la corporation des teinturiers de toute couleur excepté le bleu qui existait au Caire (n° 32), nous pensons que le conte d’Abū Qīr et Abū Ṣīr a pu constituer une satire prenant pour cible, à travers les « teinturiers en bleu » de Ğīza, une division du travail et un esprit de routine poussés jusqu’à l’absurde, tels que les habitants du Caire les connaissaient aux xviie et xviiie siècles.

L’outillage et la technique

26Les procédés industriels avaient peu changé depuis la fin du Moyen Age et ils devaient peu changer ensuite jusque vers la fin du xixe siècle, en dehors des quelques secteurs que toucha l’effort de modernisation de Muḥammad ‘Alī. Les instruments utilisés étaient donc restés traditionnels et les méthodes de travail routinières, mais avec parfois une ingéniosité qui, jointe à la dextérité des artisans, expliquait la réussite de certains produits. Des artisans comme les passementiers, les fabricants de cordonnets (‘aqqādīn), les brodeurs sur étoffe ou sur cuir (quburğiyya) dont l’habilité était justement réputée, n’avaient d’ailleurs besoin que d’un outillage très réduit, et leurs métiers étaient en fait de véritables arts.

  • 31 Description de l’Egypte, Explication des planches : XXI (Coutelle) ; XV (Delile) ; XIII (Coutelle) (...)
  • 32 Girard, Mémoire, 593.

27« L’atelier du chaudronnier fabricant ne diffère pas sensiblement de celui de nos chaudronniers. La chaudronnerie est un des arts exercés par les Turcs de la manière la plus parfaite. On y emploie les mêmes outils, quoique plus grossièrement faits... Les pièces de cuivre sont souvent forgées à deux, trois et quatre marteaux, avec... vitesse et précision », remarque Goutelle, dans l’explication de la planche XXI de la Description. Passant aux forgerons, il écrit que « les forges, au Kaire, peuvent plutôt être comparées aux forges de campagne qu’à celles de nos serruriers ou forgerons » ; les soufflets sont simples et d’un modèle qui était courant en Europe au xvie siècle. Le tourneur sur bois ne dispose que d’un tour « très imparfait », mais « l’ouvrier supplée par l’adresse à l’imperfection de ses instruments. Il sait tirer le plus grand parti de son tour à pointes : il n’est presque point d’ouvrages qu’il ne puisse exécuter » (Explication de la planche XV). Le métier du tisserand en lin « composé de quatre poteaux plantés en terre » ressemble par beaucoup de points à celui des tisserands de nos campagnes : il est assez « grossièrement établi » et peu solide ; « pendant le travail, le métier est toujours en mouvement ». Le métier du fabricant d’étoffes de laine « grossièrement fait, est construit en bois brut, attaché avec des clous et des ficelles » (planches XIII et XIV). L’appareil du cordier est simple : « une poupée, portée à hauteur d’homme par deux pieds grossièrement travaillés » sur laquelle sont fixées quatre bobines que meuvent deux ouvriers (planche XVI). Les fabricants de nattes utilisent un métier extrêmement simple et approprié à la manière habituelle des ouvriers égyptiens de travailler à terre (planche XX). L’art de la verrerie jadis si développé est « presque anéanti ». Les Égyptiens se contentent de refondre le verre et ne produisent qu’une verrerie commune ; ce déclin doit être attribué « à la perte des anciennes pratiques, à la rareté actuelle du combustible et à la crainte des avanies... rien n’est plus économique et plus simple que ces sortes d’établissements : l’atelier n’est qu’une grande salle, au milieu de laquelle est le four, construit à peu de frais » (planche XXIII)31. On ne produit au Caire qu’une faïence grossière, et cette branche d’industrie ne mérite guère d’être citée « tant à cause de son imperfection que par la petite quantité de ses produits »32.

  • 33 Girard, Mémoire, 607 ; Jomard, Description de la ville du Kaire, 701. Description de l’Egypte, Exp (...)
  • 34 Girard, Mémoire, 610-1. Description de l’Égypte : planche VII et explication (Cécile).
  • 35 Description de l’Egypte : planche XXVI et explication (Jomard) ; planche XI et explication (Rozièr (...)

28Il n’y avait que quelques métiers qui utilisassent au Caire de véritables machines : encore étaient-elles d’une évidente rusticité. Les presseurs d’huile de sésame (sīrağ) et d’huile de lin se servaient d’un moulin qui était la plus dispendieuse des machines qu’eussent examinées les savants de l’Expédition française, aussi en font-ils une longue description ; mais le dessin de Conté représentant l’atelier où fonctionnaient deux meules de ce genre donne une idée très exacte de la simplicité réelle de la machine et des outils employés33. Le moulin à sucre bien qu’ingénieux et témoignant d’une connaissance, au moins pratique, de la mécanique (deux roues verticales de hauteurs différentes mues par une roue horizontale au moyen de deux cylindres de diamètre également différent) est décrit comme un instrument assez « imparfait », d’une exécution grossière34. Le moulin à plâtre est une machine économique et bien conçue mais assez rudimentaire : « toutes les pièces de bois, c’est-à-dire, le levier et les deux axes, sont des branches grossièrement taillées, ou même encore avec leur écorce. » Il en va visiblement de même du moulin, d’ailleurs ingénieux, utilisé pour presser le raisin dans la fabrication du vinaigre35.

  • 36 Description de l’Egypte : explication de la planche XXI.

29Un tel outillage était peu encombrant et très mobile ; son prix de revient était assez réduit. On croit sans peine Coutelle lorsqu’il assure que « le chaudronnier, le forgeron, l’orfèvre, le tourneur et presque tous les ouvriers en Égypte, transportent leur atelier et le construisent dans la cour de celui qui veut les employer devant lui. La charge d’un chameau ou d’un âne suffit au transport des outils et de tout ce qui est nécessaire à leur établissement et à leur travail »36. Dans les successions du Maḥkama l’outillage des artisans ne figure que pour une somme médiocre et ne représente qu’une part réduite de la valeur totale de l’héritage : nous avons relevé les chiffres de 1.100 paras, pour un ğawāhirğī/joaillier, de 630 paras, pour un ‘ağātī/graveur sur ivoire, et de 2.430 paras, pour un ṣā’iġ/orfèvre, dont les successions atteignaient respectivement le montant de 25.452, 44.147 et 104.752 paras. Pour divers artisans en cuivre et en fer le matériel (‘uddat al-ṣinā‘a) est estimé à 802 paras (sur une succession totale de 21.400), 655 (sur 5.013), 2.811 (sur 16.318), 2.544 (sur 11.053). Dans l’artisanat textile aussi la valeur de l’outillage était fort modeste : au xviiie siècle un métier à tisser de bois (nawl), dont les planches de la Description nous permettent d’apprécier la rusticité, ne valait guère plus d’une centaine de paras ; aussi le matériel utilisé dans les ateliers (qā‘āt) des fabricants de tissus de soie (ḥarīrī) ne nécessitait-il que des capitaux assez réduits, à peine plus d’un millier de paras en moyenne par tisserand : pour 9 ḥarīrī étudiés entre 1688 et 1751, la valeur moyenne du matériel utilisé était de 974 paras pour un chiffre moyen de succession de 69.272 paras, soit un soixante et onzième seulement. Les imprimeurs sur tissu (baṣmağiyya) possédaient un équipement un peu plus coûteux : deux cheikhs de la corporation, décédés vers 1745 et 1786, avaient un matériel (‘uddat al-baṣma) estimé à 12.650 et 9.900 paras, pour des successions atteignant respectivement 60.500 et 124.865 paras. Mais que dire de ce nattier (ḥuṣurī) dont les deux ateliers de Qala‘a al-Kabš, non loin de Ṭūlūn, ne contenaient que pour 100 paras de matériel (qīmat ‘uddat ṣinā‘at al-ḥuṣur) alors que sa succession s’élevait au total à 18.424 paras.

  • 37 Girard, Mémoire, 607.
  • 38 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 34 (1702) ; ‘Ask., v. 163, 159 (1753).
  • 39 Tribunal, ‘Ask., v. 85, 584 (1692) ; v. 217, 434 (1791).

30La presse à huile de sésame ou de lin pouvait, d’après Girard, valoir jusqu’à 400 pataquès (36.000 paras)37, mais il s’agissait, on l’a vu, d’un cas exceptionnel : dans une succession de ma‘ṣarānī/presseur d’huile datant de 1702, et d’un montant total de 38.100 paras, le matériel de pressage est estimé à 4.000 paras seulement et les récipients (zal‘) à 1.200, le prix du bétail pour le mouvoir s’élevant à 17.000 paras. Un autre ma‘ṣarānī, mort vers 1753, laissait une fortune de 28.500 paras : les meules des moulins étaient estimées à 6.000 paras, les récipients pour l’huile (mawā‘īn) à 2.000 ; dans ce cas également, c’était le bétail qui représentait le plus gros investissement, 15.000 paras38. Nous faisons des constatations du même genre avec les sukkarī/raffineurs de sucre, qui étaient cependant les artisans qu’on pourrait le plus légitimement qualifier « d’industriels » au Caire au xviiie siècle. Sulaïmān, sukkarī, laissa, en 1692, une fortune estimée à 736.334/662.701 paras, qui le plaçait parmi les commerçants riches de son temps : sur ce total les deux récipients de cuivre destinés au raffinage du sucre (ṭanğara li-ṭabḫ al-sukkar) ne représentaient que 5.452 paras. Un siècle plus tard, le matériel de cuivre de la raffinerie de Šams al-dawla, sise dans le quartier al-Bunduqiyyīn, était estimé à la somme dérisoire de 20 pataquès (soit 1.800 paras)39. On peut donc légitimement conclure que la part de capital consacrée au matériel de production était en général extrêmement réduite au Caire.

Les entreprises artisanales

  • 40 Voir, sur les fabriques d’état à Istanbul au xviie siècle, Mantran, Istanbul, 398-412.
  • 41 Estève, Mémoire sur les finances, 383. Shaw, Ottoman Egypt, 111-2. Voir aussi Gaudefroy-Demombynes(...)
  • 42 Shaw, Ottoman Egypt, 164. Samuel-Bernard, Monnaies, 439-443.
  • 43 Sur l’emploi du mota pour désigner l’atelier voir Goitein, Artisans, 862.

31Contrairement à ce qui avait existé en Égypte à des époques plus anciennes et à ce qui existait à la même époque dans d’autres pays musulmans40, il n’y avait au Caire que deux ateliers d’état et ils ne jouaient aucun rôle économique. La kiswa, fournie chaque année par l’Égypte pour couvrir la Ka‘ba de la Mekke, était fabriquée à la Citadelle, dans le kiosque de Joseph, sous la supervision d’un nāẓir, moyennant une dépense annuelle de 790.807 médins41. La Monnaie du Caire (dār al-ḍarb) fonctionnait dans un local installé également à la Citadelle (au sud du Divan, en 43 U 3) avec un personnel dont près de la moitié était copte42. Toute l’activité industrielle avait donc pour cadre des entreprises individuelles qui étaient, suivant les cas, de simples boutiques, l’artisan fabriquant les objets dans le lieu même où il les vendait au public, ou de véritables ateliers dont les noms variaient suivant les métiers : qā‘a (tissage et filage, fabrication des cordes et des nattes)43, dūlāb (impression des tissus, teintureries, fabrication du plâtre), ma‘mal (vinaigreries), etc...

  • 44 Voir Germain Martin, Les bazars du Caire, 47, 48.
  • 45 Jomard, Ville du Caire, 704-6. Girard, Mémoire, 607, 610, 612-3.

32Ce qui caractérisait essentiellement les ateliers artisanaux c’était leur faible dimension moyenne : ceci était en rapport direct avec le médiocre développement de la technique et de l’outillage. En dehors de quelques exceptions il n’y avait pas au Caire de grandes industries, et c’était le petit artisanat qui était au contraire la règle. Les chiffres que l’on peut tirer d’Evliya Čelebi, dans la mesure où ils méritent quelque crédit, sont de ce point de vue très révélateurs ; pour 117 métiers de caractère artisanal (sur 136) pour lesquels cet auteur précise le nombre des boutiques et des ateliers (13.149) et celui des travailleurs (45.791) la moyenne est de 3,5 individus par boutique et atelier, c’est-à-dire pour chacun un patron et 2 ou 3 ouvriers, chiffre qui paraît tout à fait vraisemblable et qui a dû changer assez peu jusqu’à la fin du xixe siècle44. Evliya ne signale que 26 métiers pour lesquels le nombre d’individus par atelier fût supérieur à 5 : pour 18 métiers à caractère « industriel » qui groupaient 13.798 individus et 2.399 ateliers (hane, karhane) ce quotient ne s’élevait qu’à 5,7. Faisaient seuls exception : les fabricants de réglisse (irke sus), 50 boutiques et 2.000 individus ; les fabricants de bière (boza), 75 bozahane et 600 individus ; les fabricants d’amidon, 11 karhane, 150 individus ; les fabricants de bougie, 40 karhane, 300 individus ; les fabricants de sucre, 40 karhane, 300 individus ; les épureurs de cuivre, 3 karhane, 40 individus ; les fondeurs, 70 ateliers, 500 individus ; les teinturiers, 17 karhane, 300 individus ; les fabricants de tapis, 20 karhane, 300 individus ; les tanneurs, 200 boutiques, 2.000 individus ; les fabricants de bouteilles, 3 karhane, 200 individus. Mais ces 11 métiers ne représentent que 4 % du nombre des ateliers et 14,5 % du nombre des individus (moyenne 12,5 personnes par atelier). Si dans le détail, les chiffres que propose Evliya ne doivent être acceptés qu’avec beaucoup de réserves, l’impression générale qu’ils donnent paraît exacte et est d’ailleurs confirmée par la Description de l’Égypte et les archives. Deux ouvriers suffisaient à manier la machine, relativement coûteuse, dont les huileries étaient dotées. En ce qui concerne le tissage de la soie, qui au Caire avait l’allure d’une véritable industrie, un dénombrement que nous avons effectué d’après 25 qā‘āt mentionnées dans les archives du Maḥkama et de la Citadelle, nous a donné une moyenne de 7 métiers à tisser par atelier ; il est donc vraisemblable que chacun de ces ateliers n’employait pas plus d’une dizaine d’ouvriers. L’extraction du sucre s’effectuait dans des fabriques où travaillaient un chef d’atelier et douze ouvriers ; la fabrication du sel ammoniac était concentrée dans 16 manufactures dont deux situées au Caire et à Būlāq, mais la fabrique décrite par Girard n’employait que 30 ouvriers. Le principal atelier de teinture du Caire, la maṣbaġat al-sulṭān ne comptait que 30 ou 40 ouvriers. Le nombre d’ouvriers employés dans les grandes tanneries (madābiġ), estimé à 200 ou 300 par Jomard, paraît tout à fait exceptionnel45.

  • 46 Jollois, Notice sur la ville de Rosette, 352.
  • 47 Tribunal, ‘Ask., v. 83, 93 ; v. 214, 268. Citadelle, II, 114 ; VII, 598 ; 255*.
  • 48 Tribunal, ‘Arab., v. 59, 405 ; ‘Ask., v. 83, 155 ; v. 86, 429 ; v. 175, 182 ; v. 255, 237. Citadel (...)
  • 49 Tribunal ‘Ask., v. 129, 408.
  • 50 Tribunal, ‘Ask., v. 217, 355. Citadelle, 368*.

33La valeur des entreprises artisanales était à la mesure de la médiocrité de l’outillage qui y était utilisé. C’est l’évidence pour des métiers qui nécessitaient moins de moyens techniques que de travail comme les artisanats des métaux et du bois (ḥaddādīn, naḥḥāsīn, ḫarrāṭīn), et certains artisanats de luxe (broderie, passementerie). Dans ce cas l’atelier n’était qu’une boutique où l’artisan disposait de quelques outils simples et peu coûteux, semblable à celle que décrit Jollois dans sa Notice sur la ville de Rosette : « La boutique d’un tourneur est tout ce qu’il y a de plus simple : elle renferme seulement trois outils tranchants, deux outils pour creuser, un archet, une petite bouteille contenant l’huile nécessaire pour humecter les points autour desquels se fait la rotation, et une couffe ou panier pour renfermer les objets manufacturés. Ces boutiques sont fort petites ; elles ont deux mètres à peu près en tout sens... »46, Même pour des moulins, les quelques prix que nous avons pu relever paraissent assez peu élevés et leur évolution de la fin du xviie siècle à la fin du xviiie siècle suit assez fidèlement la hausse des prix que connut l’Égypte pendant cette période : 16.600 paras pour un ṭāḥūn situé dans Ḥāra al-Rūm (1690) ; 17.520 pour un moulin dans le ḫaṭṭ Darb al-Zaġārī (1736) ; 25.200 pour un moulin à Būlāq (1788) ; 21.000 pour un moulin près de Bāb al-Ša‘riyya (1791) ; 35.750 pour un moulin sis dans le ḫaṭṭ Ṭūlūn (1795)47. Avec les qā‘āt des tisserands les chiffres sont encore moindres, ce qui n’a rien pour surprendre si on se rappelle le faible prix et le petit nombre de métiers utilisés : 2.000 paras pour une qā‘at al-ḥiyāka en 1679 ; 2.250 en 1689 ; 2.000 en 1693 ; 13.000 en 1706 ; 22.000 en 1737 ; 11.900 en 1763 ; 13.590 en 179648. De même un dūlāb de baṣmağī se vendit 5.000 paras en 172949. Il n’y a que dans quelques métiers que nous trouvons des chiffres un peu importants : un dūlāb pour la teinture en rouge, situé dans le ḫaṭṭ al-Ša‘rāwī, vaut 98.324 paras (1791) ; une raffinerie de sucre (maṭbaḫ), située dans ḫaṭṭ Qanṭara al-Amīr Ḥusaïn, vaut 92.496 paras (1738) ; enfin une mi‘ṣara à Būlāq est estimée 97.576 paras (1795)50. Ce sont les prix les plus considérables que nous ayons rencontrés pour des installations artisanales : notons dès maintenant qu’ils sont très inférieurs à ceux qu’atteignaient à la même époque des locaux à usage commercial comme les wakāla, dont la valeur pouvait dépasser un million de paras.

  • 51 97 anwāl recensés dans les qā‘āt appartenant à 9 ḥarīrī.
  • 52 Aucune trace non plus dans les documents d’activité de commandite (cf. M. Rodinson, Le Marchand, 2 (...)
  • 53 Voir les remarques de M. Rodinson, Le Marchand, 30-1.

34Sauf rares exceptions les artisans n’étaient pas à la tête d’entreprises assez importantes ni assez bien outillées pour qu’ils puissent réaliser un profit comparable à celui que donnaient les spéculations commerciales. Chacun des tisserands en soie dont les successions figurent dans les archives du Maḥkama, et qui comptaient donc vraisemblablement parmi les mieux lotis, ne faisait travailler en moyenne que onze métiers51 ; compte tenu de la rusticité de ces machines, la production et les bénéfices possibles devaient être assez limités. C’était sans doute la raison qui écartait des spéculations industrielles ceux qui au Caire détenaient la puissance politique et économique, les gouvernants et les commerçants. L’indifférence de la classe dirigeante est d’autant plus frappante qu’elle contraste profondément avec l’intérêt que les militaires des milices et les beys marquaient pour les entreprises commerciales. Nous n’avons d’autre part trouvé que très peu d’exemples de commerçants qui aient fait une part à « l’industrie » dans leurs activités52. Cette non-diffusion de l’argent accumulé dans les activités commerciales vers les activités industrielles constituait évidemment une des principales causes de la stagnation de ces dernières53.

Les structures sociales et juridiques et la production

35Nous reviendrons plus loin sur le système corporatif qui servait de cadre à toutes les activités économiques au Caire, mais il n’est pas inutile d’envisager dès maintenant l’influence qu’il pouvait avoir sur la production. Elle n’était peut-être pas aussi absolument défavorable qu’on pourrait le penser. D’une part l’organisation corporative n’était pas totalement rigide : des artisanats nouveaux avaient pu se développer au Caire en marge, puis à l’intérieur, de cette organisation, tels les nombreux métiers liés au tabac dont l’introduction était très récente. D’autre part les corporations ne sauraient être tenues pour responsables de la stagnation technique car elles ne contrôlaient pas la qualité des produits fabriqués ni sans doute les techniques de fabrication.

  • 54 Citadelle, 368* (1738). Tribunal, ‘Ask., v. 220, 186 (1792).

36C’est sans doute le régime de l’héritage qui était le principal responsable du morcellement, en parts (ḥiṣṣa) de quelques qīrāṭ (vingt-quatrième) ou même fractions de qīrāṭ, de nombre d’entreprises artisanales, qu’elles fussent importantes comme dans le cas d’une raffinerie de sucre (maṭbaḫ) valant près de 92.000 paras, ou médiocres comme une vinaigrerie (ma‘mal al-ḫall) de 8.100 paras54. Il est inutile d’insister sur les effets économiques déplorables d’une telle situation : amoindrissement des profits et dilution des responsabilités qui rendaient difficile, et de toute manière peu rentable, tout effort de développement. Pour les détenteurs de ces ḥiṣṣa l’atelier n’était qu’un placement au rapport inévitablement médiocre.

  • 55 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 34. ‘Ask., v. 217, 355 ; v. 224, 604.

37Le recours assez fréquent à l’exploitation en société (širka) nous paraît être la conséquence du manque de capitaux dont souffrait l’économie égyptienne ; les exemples que nous en avons trouvés concernent en effet des ateliers importants : un pressoir à huile (mi‘ṣara) en 1702 (trois associés avec chacun une part de 15.040 paras) ; une teinturerie (dūlāb li ṣabġ al-aḥmar) en 1791 (quatre frères associés par quart, chaque part de 24.581 paras) ; une presse à huile encore en 1795 (plusieurs associés dont un avec une part du quart valant 24.394 paras)55.

  • 56 Nous ne disposons pas d’informations assez nombreuses sur les loyers d’entreprises artisanales pou (...)

38Nous pouvons également considérer comme un facteur défavorable le fait que l’artisan n’était très souvent que le locataire de son atelier. Le loyer (uğra) était d’ordinaire mensuel, formule dont les désavantages sur le plan économique sont évidents ; la brièveté de la concession n’incitait certainement pas le locataire à des efforts d’amélioration à long terme. C’est sans doute la pauvreté habituelle des artisans qui explique qu’on n’ait guère pratiqué au Caire des locations de plus longue durée56.

  • 57 Tribunal, ‘Ask., v. 130, 508.
  • 58 Voir p. 271.

39Plus significatives encore, à la fois de l’atomisation de la vie économique, et de la pénurie des capitaux, était la pratique de la location de l’outillage, indépendamment de celle de l’atelier, dont nous avons trouvé des exemples dans plusieurs documents du Maḥkama : nous y lisons par exemple qu’un commerçant en soie du Ḫān al-Ḥamzāwī, mort vers 1730, payait des loyers de 400 paras pour les pelotes de fer (kubbābāt al-ḥadīd) et de 1.950 paras pour le matériel (al-ṣinā‘iyya) qu’il utilisait pour la fabrication des étoffes57. Le système du ğedik qui s’appliquait aussi aux locaux à usage artisanal, et sur lequel nous reviendrons plus loin58, était également un facteur de stagnation. Enfin, l’extension considérable du domaine relevant des waqf entraînait des complications juridiques parfois inextricables, avec d’étonnantes superpositions de redevances, et une inévitable instabilité à longue échéance, puisque les concessions n’étaient consenties qu’à titre provisoire, qui étaient également défavorables au progrès économique.

Les spécialisations nationales

40La spécialisation de divers groupes ethniques ou religieux dans l’exercice de certaines activités professionnelles peut également être considérée comme un facteur de stagnation, dans la mesure où elle constituait une de ces structures héréditaires à l’intérieur desquelles tendait à se figer l’activité économique au Caire.

  • 59 « Les Turcs n’ont de génie que pour le commerce et ce sont les Chrétiens qui exercent la plupart d (...)

41Ainsi qu’il arrive très couramment dans les pays du Moyen-Orient, quelques métiers étaient plus ou moins exclusivement exercés par des groupes religieux minoritaires (chrétiens ou juifs), soit en raison d’aptitudes techniques spéciales héréditairement développées59, soit plutôt en raison de la répugnance du groupe musulman dominant à exercer des professions qui étaient frappées d’un décri à caractère social ou religieux. La tendance à l’hérédité dans le métier renforçait ces spécialisations « nationales ».

  • 60 Sur 81 Syriens dont nous avons trouvé les successions dans les documents du Maḥkama, 9 étaient hār (...)

42Les coptes, les juifs, les Arméniens et les Grecs étaient spécialisés dans un certain nombre de métiers touchant l’or et les bijoux. Beaucoup d’orfèvres et de bijoutiers (ṣā’iġ, ğawharğī) appartenaient à ces communautés ; c’était aussi le cas des ouvriers employés au travail de la broderie et de la passementerie avec des fils d’or et d’argent (qaṣabğiyya), des tisserands, des fourreurs et des tailleurs, la profession de ḫayyāṭ paraissant d’ailleurs avoir été au Caire l’apanage des minoritaires chrétiens. Les chrétiens syriens par contre étaient surtout commerçants et ignoraient à peu près complètement les activités industrielles. Il en allait de même de la plupart des musulmans non égyptiens sauf en ce qui concernait les Syriens dont un nombre assez important se consacrait au tissage de la soie, spécialisation qui s’expliquait sans doute par l’origine syrienne de ce textile60.

43Cependant les « prédispositions nationales » que nous venons d’évoquer n’étaient dans aucun cas véritablement exclusives : la Description de l’Égypte signale, à côté des maçons coptes, de nombreux maçons « turcs » ; de même beaucoup de musulmans étaient passementiers, et brodeurs (‘aqqādīn, qaṣabğiyya). En ce qui concerne le travail de l’or et de l’argent, les ṣā’iġ mentionnés dans les archives du Maḥkama n’étaient chrétiens que dans leur très grande majorité (5 sur 6 entre 1679 et 1700, 6 sur 8 entre 1776 et 1798), et de nombreux musulmans égyptiens exerçaient cette activité. Toutefois il s’était produit dans ce dernier cas un phénomène significatif du décri qui pouvait s’attacher à un métier du fait que les minoritaires le pratiquaient presque exclusivement : dans les registres du Maḥkama, à partir de la fin du xviie siècle au moins, le terme de ṣā’iġ est réservé aux seuls chrétiens ; les musulmans sont qualifiés de mutasabbib (détaillant) ou même de tāğir au Ṣāġa, sans que cette dénomination particulière paraisse justifiée par une différence de nature dans l’activité professionnelle ou par une supériorité quelconque dans la situation matérielle ; les 6 ṣā’iġ chrétiens mentionnés entre 1776 et 1798 ont une fortune moyenne de 41.000 paras alors que le « tāğir » musulman au Ṣāġa laisse 31.673 paras et le détaillant 17.770 (en paras constants). Par contre les ğawāhirğī, à en juger d’après les archives du Maḥkama, étaient musulmans en quasi-totalité.

3° LES PRINCIPAUX ARTS

L’artisanat textile

44Le travail des textiles et la fabrication des tissus étaient au Caire l’activité artisanale la plus importante, tant par le nombre des individus intéressés que par la valeur de la production : Evliya Čelebi ne mentionne pas moins de 18 métiers avec un total de 12.102 artisans, dont 4.600 tisserands, 600 fabricants de satin, 300 teinturiers, 3.000 tailleurs, etc..., soit un cinquième du nombre total des artisans et plus du quart des artisans travaillant en boutique. Les dépouillements effectués dans le Maḥkama confirment cette place prépondérante des artisans du textile : ils sont 41 sur les 129 artisans étudiés entre 1679 et 1700 ; le montant moyen de leurs successions s’élève à 50.387 paras constants (moyenne générale des artisans : 48.845) ; de 1776 à 1798, ils sont 56 sur 154 artisans, avec une fortune de 34.165 paras constants (moyenne pour l’ensemble des artisans : 29.644 paras constants). Représentant à peu près un tiers du nombre total des artisans mentionnés dans les documents du Tribunal et possédant également un tiers environ des fortunes cumulées, ils peuvent donc être considérés comme les artisans-type. D’autre part nous avons vu précédemment que les textiles locaux, qui fournissaient le cinquième des exportations, étaient le produit de base du commerce extérieur de l’Égypte.

  • 61 Ibn Abī l-Surūr, 72 b, à propos d’une taxe imposée par le pacha. Marcel. Histoire de l’Égypte, 215 (...)

45Si les opérations préliminaires (jusqu’au filage) étaient effectuées principalement dans des ateliers familiaux et souvent ruraux, Le Caire était au xviiie siècle un des principaux centres égyptiens du tissage : on y fabriquait une assez grande variété de toiles de lin et surtout de coton (« agamy », « amân », « caissies »). Pour ces deux textiles, Le Caire était cependant devancé par les centres provinciaux (Maḥalla, Rosette, Damiette, Manūf, Šībīn dans le Delta : Madīna al-Fayyūm, Banī Suwayf, Asyūṭ, Manfalūṭ, etc... en Moyenne et Haute-Égypte). Par contre la filature et le tissage de la soie étaient des spécialités de la capitale : il y avait au Caire à la fin du xviiie siècle 30 ou 35 filatures de soie (dūlāb fattāl) et un grand nombre d’ateliers de tissage (qā‘at al-ḥiyāka), mais moins sans doute qu’au siècle précédent, s’il y avait bien eu, à l’époque de Muḥammad Pacha (1637-1640), 17.000 métiers (anwāl al-qazzāzīn) au Caire, Imbāba et Ğīza comme l’assure Ibn Abī l-Surūr. Les étoffes de soie fabriquées au Caire étaient de plusieurs sortes : étoffes claires (« koreych »), étoffes destinées aux turbans (« dorâyeh »), châles de soie rouge et de diverses couleurs61. Les tisserands en soie (ḥarīrī) sont bien, dans les registres du Maḥkama, l’élément dominant de l’artisanat textile cairote : 25 successions étudiées entre 1679 et 1700 ; et 21 de 1776 à 1798.

  • 62 A.N., Le Caire, Β 1 323, 1er juillet 1735. Alexandrie, Β 1 108, 23 mars 1755 ; Β 1 111, 5 septembr (...)

46Les observations trouvées dans les documents consulaires pendant le xviiie siècle et mentionnant la baisse de qualité des tissus égyptiens sont trop nombreuses et trop concordantes pour qu’on ne leur accorde pas quelque crédit : « Les toileries... se font si mauvaises qu’il y a à craindre que la Hollande et l’Espagne ne s’en dégoûtent » (1735) ; les toileries sont aujourd’hui « d’un moindre tirage, moins larges et d’une qualité inférieure à celles d’autrefois » (1755) ; la concurrence entre marchands européens fait que pour acheter des tissus de lin et de coton « on s’est rendu moins difficile sur les qualités et surtout sur les mesures d’usage » (1774)62. Cette baisse de qualité provenait peut-être, on l’a vu, de la concurrence des toiles européennes qui obligeait les artisans égyptiens à maintenir des prix relativement bas, malgré la hausse des fibres textiles. En tout cas, on constate un déclin très prononcé des ḥarīrīyyīn de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle : la valeur moyenne des successions qui est chez les tisserands en soie de 67.151 paras entre 1679 et 1700 (ensemble des artisans 48.845), tombe à 30.304 entre 1776 et 1798, à peine plus que pour l’ensemble des artisans (29.644 paras).

  • 63 Jomard, Ville du Kaire, 704.

47Appartenaient également à l’artisanat textile des activités presque industrielles comme la teinturerie, et des métiers à caractère artistique comme la broderie et la passementerie. Les teinturiers du Caire ne formaient pas moins de cinq corporations spécialisées et d’après la Description de l’Égypte, leur technique était assez avancée : « Il y a peu de couleurs que les teinturiers du Kaire ne produisent : ils sont surtout fort habiles pour apprêter les vieux châles de Kachmyr et leur donner un air de fraîcheur et de nouveauté. On les leur fait teindre en rouge, en jaune, en couleur de chair, etc... et l’on en est quitte pour deux pataques ». Le principal atelier de teinture du Caire était, on l’a vu plus haut, la maṣbaġat al-sulṭān63. Les galonniers, passementiers, faiseurs de tresses et de cordonnets étaient au contraire assez peu nombreux et se répartissaient en de petits ateliers, mais ces habiles artisans fabriquaient des accessoires vestimentaires de luxe, pour lesquels Le Caire était justement réputé depuis le Moyen Age.

Les métiers du cuir

48Les artisans spécialisés dans le travail du cuir et la fabrication des objets de cuir constituaient au Caire le second groupe du point de vue de l’importance numérique. Evliya Čelebi mentionne treize métiers avec 8.075 artisans : les tanneurs étaient les plus nombreux (2.000 individus), suivis des fabricants de chaussures et cordonniers (8 métiers groupant 4.300 artisans), des selliers (1.175 en 3 métiers), et des fabricants d’outrés de peau (600). Matière première de l’artisanat du cuir, les peaux étaient en partie exportées à l’état brut, surtout vers l’Europe, mais aussi vers la Syrie. L’Égypte achetait au dehors des quantités importantes de chaussures, particulièrement au Maghreb d’où venaient, d’après Girard, 30.000 paires de « pantoufles » de maroquin jaune, mais n’en exportait à peu près pas, ce qui constitue un évident signe de faiblesse pour une branche d’activité si largement pratiquée.

  • 64 Chabrol, Essai sur les mœurs, 413. Dozy, Noms de vêtements, 52, 158, 191, 202-3, 405, 421.
  • 65 Girard, Mémoire, 617.

49Exception faite des tanneurs qui travaillaient dans des entreprises d’assez grandes dimensions, les artisans du cuir étaient dispersés en une multitude de petits ateliers qui étaient également des boutiques pour la vente des chaussures ou des objets de sellerie. Les types de chaussures produites étaient fort variés, ainsi qu’en témoignent les listes qu’on trouve dans les successions des quwwāfīn/cordonniers : mazd (« mest »), sorte de bas en maroquin enveloppant tout le pied ; bābūğ (« babouch ») ; ṣarma (« sarmeh »), sandales de cuir généralement jaune ; ḫuff/aḫfāf, bottines portées par les femmes ; na‘l, sandales ; markūb/marākīb, souliers de maroquin rouge, etc...64. Il en était de même des objets de sellerie dont la fabrication et la vente mobilisaient au moins quatre corporations de métiers : selliers (liste de 1801, n° 23), faiseurs de bâts pour les ânes (n° 86), ceux qui font des licols pour lier les chevaux (n° 248), vendeurs de courroies (n° 263) ; il s’y s’ajoutait trois corporations de fabricants de vases et outres de cuir, de brodeurs sur peau (qubūrğiyya), etc.. « L’art du sellier... est poussé assez loin, remarquait Girard, et généralement on... confectionne avec une sorte de perfection tout ce qui est relatif à l’équipement des chevaux. Les broderies sur les cuirs et les maroquins dont on orne ces divers objets sont assez remarquables »65.

50Les artisans du cuir comptaient parmi les plus pauvres du Caire : Muṣṭafā al-Madābiġī, mort vers 1787, ne laissa qu’une maigre succession de 450 paras (225 paras en monnaie de valeur constante) et beaucoup de zarmātī/ṣarmātī ou de qawwāf qui tenaient boutique dans Qaṣaba Riḅwān, au sud de Bāb Zuwaïla, n’étaient guère plus riches. Les 17 artisans en cuir dont nous avons trouvé les successions dans le Maḥkama pour la période 1679-1700 avaient une fortune moyenne de 9.369 paras constants seulement (soit cinq fois moins que la moyenne de l’ensemble des artisans) ; en 1776-1798 la moyenne était de 12.343 paras (près de trois fois moins que l’ensemble des artisans).

Les artisanats de l’alimentation

51Les artisanats de l’alimentation étaient en général exercés dans des ateliers d’importance fort modeste, à la fois très nombreux et très dispersés. Evliya Čelebi en énumère dix groupant 8.428 individus ; les principaux étaient la meunerie (3.160 individus), le pressage de l’huile (1.808), et la fabrication du vinaigre (1.000). La pauvreté habituelle de ces artisans explique vraisemblablement qu’on ne les rencontre qu’en assez petit nombre dans les registres du Maḥkama ; c’est le cas par exemple des préparateurs de fèves ou encore des pileurs de café (daqqāqīn) qui écrasaient le café, préalablement grillé, dans un mortier où deux ou trois ouvriers faisaient choir des pilons à tour de rôle. Tous ces ateliers travaillaient pour une consommation quasi immédiate et locale. Les meuniers (taḥḥān ou mudawlib fīl-ṭawāḥīn) utilisaient un moulin à farine d’une grande simplicité, mû en général par un cheval ; ni la machine, ni le bétail nécessaire ne nécessitaient de grands investissements ; d’autre part les gens aisés avaient en général leur moulin personnel. Aussi les meuniers dont nous avons retrouvé la succession dans le Maḥkama étaient-ils assez pauvres : la moyenne de la succession de 5 meuniers (en 1679-1700) s’élevait à 20.339 paras constants ; pour 7 meuniers en 1776-1798, elle était de 11.815 paras. Dans les deux cas, ce chiffre était nettement inférieur au chiffre moyen pour l’ensemble des artisans.

52On ne peut parler d’artisanats vraiment développés que dans de rares cas. Les presseurs d’huile de sésame (sīrğātī) et d’huile de lin (ma‘ṣarānī) étaient nettement plus riches que l’ensemble des artisans : la valeur moyenne de leurs successions s’élevait en 1679-1700 à 69.787 paras constants, et en 1776-1798 à 43.521 paras, soit environ 40 % de plus que la moyenne générale. Les raffineurs de sucre (sukkarī et parfois mudawlib fī sukkar) formaient une sorte d’aristocratie dans l’artisanat cairote. C’est à leur prospérité qu’est évidemment due la fréquence relative de leurs apparitions dans les registres du Maḥkama : 14 pendant la période 1679-1700, avec des successions d’une valeur moyenne de 147.649 paras constants, chiffre tout à fait inhabituel pour des artisans. Sans doute les sukkarī connurent-ils un déclin évident après cet « âge d’or » ; cependant à la fin du xviiie siècle leur fortune moyenne restait deux fois supérieure à la fortune moyenne de l’ensemble des artisans : 57.014 paras constants pour les 7 successions trouvées pendant la période 1776-1798.

Le travail du bois et des métaux et la construction

  • 66 Jomard, Ville du Kaire, 709, 811.

53Ces métiers jouaient un rôle essentiel dans la vie économique au Caire et certains d’entre eux avaient atteint une telle perfection que les objets produits avaient souvent une indéniable valeur artistique bien que ces arts eussent notablement décliné depuis l’époque mamelouke. C’était le cas en particulier de la chaudronnerie (les naḥḥāsīn, écrivait Jomard, « travaillent le cuivre avec quelque adresse et l’étament parfaitement »), et du tournage du bois (« le menuisier Égyptien travaille avec une dextérité et une prestesse singulières »)66.

  • 67 Sur les kursï, voir : Dozy, Supplément, II, 455 ; Briggs, Muḥammadan Architecture, 151,215,217.
  • 68 Tribunal, ‘Arab., v. 72, 268 ; v. 86, 259.
  • 69 Voir par exemple : Lane, Manners, 316 ; Herz Bey, Catalogue, 71, 99, 134-6, 137 ; Briggs, Muḥammad (...)

54D’après Evliya Čelebi, 9 métiers étaient spécialisés dans le travail du bois, avec 4.670 individus, dont 3.000 charpentiers « forains » qui n’avaient pas d’ateliers, mais travaillaient « à domicile » ; les tourneurs sur bois (ḫarrāṭīn) venaient ensuite avec 600 individus répartis en 250 boutiques. Ce grand nombre n’a rien de surprenant si on tient compte de la variété des objets qu’ils fabriquaient pour l’ameublement et le logement (boiseries et grillages intérieurs, moucharabiehs, serrures de bois...). L’absence à peu près totale de ces artisans dans les registres du Maḥkama a donc de quoi surprendre et ne peut s’expliquer, comme dans le cas des métiers de l’alimentation, que par leur grande pauvreté. La fortune moyenne des 7 artisans mentionnés (trois nağğār/menuisier ; trois ṣanādīqī/fabricant de boîtes ; un kursīğī/fabricant de tables de bois) s’élevait à 13.176 paras constants, chiffre très inférieur à la moyenne de l’ensemble des artisans67 : Ḥamādī al-Nağğār, laissa en 1699 une succession de 873 paras (724 paras constants) ; les biens de Nāṣif al-Ḏahabī, qui pourtant tenait boutique dans le ḫaṭṭ al-Ḫarrāṭīn, étaient estimés en 1718 à 4.730/4.020 paras68. Ces chiffres nous paraissent confirmer ce qui a été dit du déclin artistique du travail du bois à l’époque ottomane, en dépit de l’adresse professionnelle des artisans69.

  • 70 Jomard, Ville du Kaire, 709, 711.
  • 71 Avant 1772 ‘Alī Bey charge un canonnier français travaillant à son service d’aller recruter au Pié (...)

55Les métiers des métaux étaient fort nombreux au Caire : Evliya Čelebi en cite 19 avec 3.509 artisans. Mais leur importance était très inégale : si l’art des chaudronniers, qui fournissaient la presque totalité des ustensibles de ménage et qui étaient les héritiers d’une longue et brillante tradition artistique au Caire, était « assez avancé », par contre celui des forgerons se cantonnait dans la fabrication d’objets utilitaires, de médiocre qualité et leur outillage était décrit par Jomard comme très imparfait70. De fait les naḥḥāsīn/chaudronniers mentionnés dans les archives du Maḥkama sont à la fois nombreux et relativement aisés : nous en avons trouvé 16 pendant la période de 1679-1700, avec une fortune moyenne de 63.240 paras, et 8 en 1776-1798 avec, en moyenne, 34.451. Ils se situaient donc nettement au-dessus de la moyenne des artisans, alors que les artisans en fer étaient au contraire très au-dessous : 10.284 paras constants par succession en 1679-1700 et 17.862 en 1776-1798. Cette médiocrité explique pourquoi vers la fin du xviiie siècle l’Égypte devait importer d’Europe des quantités importantes d’objets fabriqués en métal : armes, « quincailleries », aiguilles, clous, limes, couteaux, fil de fer ; elle explique également le désir manifesté par plusieurs beys dirigeants de faire venir d’Europe, des « ouvriers en fer » pour fondre les canons que les artisans locaux n’étaient apparemment pas jugés capables de fabriquer71.

  • 72 Le cheikh de la corporation des ğabbāsīn, mort vers 1769, laissait une succession de 38.440 paras  (...)

56La construction occupait un nombre considérable d’individus au Caire : d’après Evliya Čelebi, 9.050 personnes réparties en 8 métiers dont les plus importants étaient ceux de maçon (2.000 individus), de coupeur de pierres (2.000), de chaufournier (2.000) et de fabricant de plâtre (1.200). Exception faite des deux derniers métiers, ces artisans et ouvriers n’avaient pas d’ateliers fixes et se déplaçaient d’un chantier à l’autre. Ils sont à peu près totalement absents des registres du Maḥkama où n’ont trouvé place que des ğabbāsīn/fabricants de plâtre : leurs fours (ğabbāsa) constituaient des entreprises assez importantes, plus en raison du coût du bétail nécessaire (bœufs et chameaux), que du matériel utilisé, dont le montant était apparemment assez réduit72. Les ğabbāsīn étaient des « industriels » dont la fortune moyenne était très supérieure à celle de l’ensemble des artisans. Le mutisme des sources en ce qui concerne le reste des artisans de la construction confirme qu’ils constituaient dans leur quasi-totalité un groupe professionnel d’une particulière pauvreté.

Les banlieues du Caire

  • 73 Liste des monuments classés du Caire : n° 603 midaš du waqf Čorbagi Mirzā ; n° 444 midaš Rābiya (C (...)

57C’est au Caire que se trouvaient les artisanats les plus différenciés : les banlieues du Caire ne jouaient dans le domaine de l’industrie qu’un rôle mineur, à l’exception cependant de Būlāq qui, port d’arrivée du bois importé, était un centre actif de menuiserie, avec comme principale spécialité la construction de bateaux. Evliya Čelebi mentionnait l’existence dans ce port de calfats (500 individus), de fabricants de corde (150) et de voiles (20). La liste de 1801 confirme ces indications avec la série de corporations suivantes : calfats de Boulak (n° 121) ; charpentiers de Boulak (n° 122) ; menuisiers de Boulak (n° 123) ; scieurs de long de Boulak (n° 124). On trouvait encore à Būlāq des fabricants de vinaigre, des ouvriers en clous, des fabricants de paniers et de petits couffins, enfin des « briseurs de fèves » (corporation n° 161), qui travaillaient dans ces « décortiqueries » (midaš) dont quelques exemplaires existent encore à Būlāq73.

  • 74 De La Croix, L’Égypte ancienne et moderne, 109.
  • 75 Pockocke, Voyages, II, 43.

58Le Vieux Caire ne comptait que peu d’activités de quelque importance en dehors de la fabrication de « bardaques » (vases) avec une argile extraite près de Qenā (liste de 1801 n° 138). Par contre Ğīza était un centre artisanal non négligeable : il était connu « pour la fabrique de pots de terre sigillée » qui avaient, paraît-il, la propriété de guérir « le flux de ventre » et de tenir l’eau fraîche (corporation des « fabricants de jarres vertes de terre » : liste de 1801 n° 171)74 ; on y trouvait également des tisserands (corporation n° 169) et des teinturiers de l’indigo (n° 172), ainsi que quelques artisanats alimentaires (meuniers et fabricants d’huile). A Imbāba enfin on fabriquait de la grosse toile pour draps de lits75.

4. CONCLUSIONS

59Bien que représentant, nous l’avons vu, plus de la moitié de la population active, les artisans avaient un poids économique relativement réduit, ainsi que le montre le tableau suivant, dont les données numériques sont extraites des archives du Maḥkama.

Tableau 29. Nombre de successions d’artisans et montant global par période
(en paras constants)

Tableau 29. Nombre de successions d’artisans et montant global par période(en paras constants)

60Ce tableau, dont les données ne peuvent être considérées comme relativement sûres que pour les périodes 1679-1700 et 1776-1798, pendant lesquelles le nombre des successions étudiées est plus important, montre clairement la place subordonnée qu’occupait l’artisanat dans la structure économique et sociale du Caire. Alors que les artisans dans notre échantillonnage représentent un peu plus d’un quart du total des individus étudiés, le montant global de leurs successions se situe, suivant les périodes, entre un seizième et un dixième seulement du montant global des successions étudiées. Leur fortune moyenne était donc notablement inférieure à la fortune moyenne des individus étudiés dont elle ne dépassait pas le tiers ou le quart, suivant les périodes : 31.339 paras constants contre 122.743 (années 1624-1636) ; 48.845 contre 138.272 (1679-1700) 19.735 contre 96.882 (1725-1730) ; 26.219 contre 70.809 (1747-1756) ; 29.644 contre 93.874 (1776-1798).

61Dans l’échelle des successions étudiées, on ne trouve aucun artisan dans les premiers rangs, qui sont exclusivement occupés par les grands commerçants : pendant la période de 1679 à 1700 les deux plus importantes successions d’artisans se placent seulement au 25e et au 49e rang : il s’agit dans chaque cas d’un sukkarī. Pendant la période 1776-1798, les premiers artisans viennent au 24e rang (un ṣabbāġ/teinturier) et au 31e (un ḥarīrī/tisserand et marchand en soie).

62Une simple comparaison des moyennes des successions d’artisans et de commerçants permet de faire apprécier l’énorme supériorité de fortune de ces derniers :

Tableau 30. Successions moyennes des artisans et des commerçants d’après les documents du Maḥkama (en paras constants)
Période 1679-1700

Tableau 30. Successions moyennes des artisans et des commerçants d’après les documents du Maḥkama (en paras constants)Période 1679-1700

Période 1776-1798

Période 1776-1798

63Les différences sont naturellement particulièrement impressionnantes si on considère l’ensemble des commerçants (tuğğār compris) : en 1679-1700 et 1776-1798 la fortune moyenne d’un artisan ne dépasse pas le cinquième de la fortune moyenne d’un commerçant. Si nous ne tenons pas compte des tuğğār dont l’énormité des fortunes pèse lourdement sur les moyennes, l’infériorité des artisans n’en reste pas moins nette, et elle est plus significative encore : la succession moyenne d’un artisan est égale à 72 % de la succession moyenne d’un commerçant (tuğğār non compris) à la fin du xviie siècle, et à 44,6 % seulement à la fin du xviiie siècle.

64Les moyennes globales que nous venons de mentionner recouvrent évidemment de profondes disparités entre les divers métiers ; il n’est donc pas sans intérêt de comparer les valeurs moyennes des successions par type d’artisanat, entre elles et avec la moyenne générale pour l’ensemble des artisans, pour chacune des périodes étudiées.

Tableau 31. Moyennes des successions d’artisans dans les principales branches de métiers par périodes (en paras constants)

Tableau 31. Moyennes des successions d’artisans dans les principales branches de métiers par périodes (en paras constants)

Source : Registres du Maḥkama.

  • 76 L’écart considérable constaté provient du nombre relativement élevé de riches sukkarī dont nous av (...)

65Ce tableau paraît dans l’ensemble cohérent, à l’exception du chiffre concernant les métiers de l’alimentation en 1679-1700 dont le caractère manifestement aberrant vient des lacunes et des limites de notre documentation76. Il met en évidence la pauvreté relative et absolue des artisans du cuir : cette branche artisanale se place loin derrière les autres, mais il convient de remarquer à nouveau que des métiers très importants ne figurent pas dans ce tableau en raison même de l’extrême médiocrité de la situation matérielle des artisans qui les exerçaient (artisanats du bois et de la construction par exemple). Parmi les principaux « arts industriels » au Caire, celui des textiles paraît le plus prospère (avec une nette tendance au déclin) et celui des métaux le moins favorisé. Toutefois en dépit des différences sensibles qui existent entre les diverses branches d’industrie, les écarts des moyennes entre les métiers paraissent assez modérés, et tendent à se réduire dans les périodes de crise ou de déclin économique : les moyennes pour l’artisanat du cuir sont par rapport à celles concernant les métiers textiles dans la proportion de 1 à 5 en 1679-1700 et 1 à 4 en 1747-1756 (périodes de prospérité), dans la proportion de 1 à 3 en 1725-1730 et en 1776-1798 (périodes de crise). La médiocrité des activités artisanales au Caire, que nous avons eu maintes fois l’occasion de souligner, se traduit normalement par une fermeture de l’éventail des fortunes, et par une atténuation des disparités existant entre les artisans des divers métiers.

66Si nous tentons enfin de décrire, à partir de ce que nous apprennent les archives du Maḥkama, l’évolution de l’artisanat cairote du début du xviie à la fin du xviiie siècle, nous constatons que le parallélisme est à peu près total avec la courbe que nous avons pu tracer pour l’ensemble de l’économie : progrès au cours du xviie siècle, jusque vers 1690 ; crise dans les dernières années du siècle et les premières décades du siècle suivant, le point le plus bas de la courbe se situant vraisemblablement vers 1730 ; période d’amélioration culminant entre 1750 et 1770 ; nouvelle période de crise à la fin du siècle, particulièrement accentuée après 1790. A l’intérieur de ce schéma général la situation de l’artisanat paraît avoir été particulièrement défavorisée et le déclin du xviiie siècle a été particulièrement marqué en ce qui le concerne, ce qui corrobore l’impression de décadence qu’ont en général éprouvée les observateurs contemporains. L’appauvrissement des artisans a été notablement plus marqué que celui des commerçants : entre 1679-1700 et 1776-1798, la fortune moyenne des artisans, d’après les archives du Maḥkama, diminue de 40 % : pendant la même période, la fortune moyenne des commerçants (tuğğār compris) tombe de 188.565 à 133.752 paras soit une diminution de 32 % seulement ; si on ne tient pas compte des tuğğār, on constate même que la fortune moyenne des commerçants se maintient, passant de 67.889 à 68.316 paras, alors que celle des artisans s’effondre. Tandis que les commerçants traversaient sans trop de dommages la crise économique que connaissait l’Égypte, les artisans voyaient donc leur poids économique et social diminuer considérablement. Le déclin à peu près continu depuis le début du xviie siècle des artisans en textiles est d’autant plus remarquable qu’ils avaient joué et continuaient à jouer, dans l’activité de l’Égypte, et en particulier dans son commerce, un rôle de premier plan. Tout aussi significatif était la décadence d’un artisanat qui avait au Caire une grande importance économique et qui avait brillé d’un vif éclat sous les Mamelouks, celui des naḥḥāsīn/chaudronniers.

67La pauvreté des artisans découlait naturellement du faible développement des activités industrielles dont nous avons essayé de définir les causes profondes et les aspects principaux. Sur ce point l’analyse des fortunes des artisans cairotes aux xviie et xviiie siècles, d’après les documents du Tribunal, ne fait que confirmer les conclusions auxquelles nous avait amené la constatation de certaines faiblesses structurales dans le commerce extérieur de l’Égypte (prédominance des exportations de produits bruts et des importations de produits fabriqués).

Notes

1 On peut classer dans cette catégorie en particulier les individus qui s’occupaient du transport des personnes et des marchandises, les intermédiaires de toutes sortes (censaux, courtiers, maquignons), les changeurs, etc...

2 Lorsqu’elles ont un caractère mixte, nous avons classé ces activités professionnelles dans la catégorie « artisanat ».

3 Du fait des crises politiques intérieures, des guerres civiles, des famines, et des épidémies qui marquèrent les dernières décades du xviie siècle et une grande partie du siècle suivant. Sur la foi à accorder aux évaluations d’Evliya Čelebi, voir les conclusions réservées (mais non absolument négatives) de R. Mantran (Istanbul, 45-6).

4 A. Raymond, Une liste de corporations de métiers (nous la mentionnerons en abrégé dans le texte : liste de 1801).

5 Le Mascrier, Description de l’Égypte, II, 191. Pockocke, Voyages, I, 105 ; II, 44, 45, 486, 487. Volney, Voyage, 117.

6 Chabrol, Essai sur les mœurs, 507. Girard, Mémoire, 618, 692.

7 Voir ce qu’écrit Clerget (Le Caire, II, 227), en se référant d’ailleurs pour l’essentiel à des dictons damascains cités par Ella Qoudsî (Notice, 16-7).

8 Liste de 1801, n° 66.

9 M. J. Coutelle (Observations sur la topographie de la presqu’île de Sinaï, 277-9, 296, 299-300) parle, avec assez de détails, de la fabrication et du transport du charbon par les « Arabes de Tor ».

10 Sur la fabrication des « mottes », voir dans la Description de l’Égypte, la planche XXVIII/1 et son explication. Voir aussi de Stochove, Voyage du Levant, 458. D’Entraigues, Un Français d’autrefois en Egypte, 280. Ğabartī, IV, 130.

11 Girard, Mémoire, 619.

12 Voir en particulier A. Darrag, Barsbay, 57-107 ; S. Labib, Handelgeschichte Ägyptens, 337-440 ; C. Issawi, The Decline, 250-2.

13 Interprétation et chiffre donnés par Ğabartī (I, 20) et beaucoup d’autres après lui (voir par exemple : Bārāwī et ‘Alīš, al-Taṭawwur al-iqtiṣādī fī Miṣr, 11 ; Germain Martin, Les Bazars du Caire, 40 ; ou encore Clerget, Le Caire, II, 228).

14 Rien dans le texte n’indique que cette interruption n’a pas été seulement temporaire : wa-baṭala minhā naḥwa ḫamsīn ṣan‘a, écrit Ibn Iyās (V, 203) ; Ğabartī écrit fuqida dont le sens est évidemment plus fort.

15 Ibn Iyās, V, 175, 178-9, 184, 224, 226-7.

16 Ibid., 303, 331, 389, 391, 393, 422, 429. Traduction Wiet, C, 379. De même l’installation de fabricants de tapis cairotes, sans doute à Brousse, à la fin du xvie siècle (1585) ne paraît pas avoir provoqué la disparition de cet art au Caire (voir Erdmann, Kairener Teppiche, 180-198 ; Kühnel, Cairene Rugs, 41, 57).

17 Voir dans ‘Alī Pāšā, II, 27, à propos du Sūq al-Šarābišiyyīn et du Sūq al-Ḥawā’iṣiyyīn.

18 Voir en particulier Herz, Catalogue, 71, 99, 134, 137, 175-6, 283-4, 308 ; et Bahgat, La céramique musulmane, 80-1, 93-5 ; Ibn Abī l-Surūr, 169 b.

19 Herz, Catalogue, 5, 6. Voir aussi Galland, Tableau de l’Égypte, I, 77. Sur les qamariyya ou šamsiyya, voir Migeon, Manuel, II, 154 ; Ibn Abī l-Surūr, 170 a.

20 Importations en provenance de la Chrétienté en 1775/6 (moyenne annuelle) : 9.070 carreaux de marbre ; 21.780 lampes de verre ; 21.713 1/2 pièces de faïence ; 43 1/2 caisses de verre ; 92 caisses de miroirs ; 306 1/2 caisses de verrerie ; 176 1/2 caisses de faïence ; 42 caisses de fanaux de verre, etc... (Girard, Mémoire, 683-4).

21 Fahmy, La révolution de l’industrie, 1-3.

22 Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 296.

23 Girard, Mémoire, 590. D’après d’Entraigues (Un Français d’autrefois en Egypte, 288, 307) Murād Bey avait acheté au négociant franc Magallon un service de table en or valant 200.000 livres, et avait offert à son esclave pour 60.000 livres d’étoffes d’or de Lyon. Hamilton (Remarks on several parts of Turkey, I, 352) décrit les mamelouks comme habillés de pied en cap avec des vêtements fabriqués à l’étranger, etc...

24 ‘Alī Pāšā, II, 114. Hautecœur et Wiet, Mosquées, 158. Voir C. Issawi, The Décline, 251-2.

25 Tribunal, ‘Arab., v. 70, 336 (1695) ; ‘Ask., v. 158, 686 (1749) ; ‘Ask., v. 85, 584 (1692) ; ‘Arab., v. 71, 198 (1696). Les deux chiffres mentionnés pour les successions indiquent : le premier, le montant en paras courants ; le second, le montant en paras « constants ».

26 Olin, Travels in Egypt, I, 293 ; Germain Martin, Les bazars du Caire, 61. Voir les remarques de M. Rodinson (Le Marchand Musulman, 22), sur le « producteur-distributeur ».

27 Rhoné, L’Égypte à petites journées, 380. Galland, Tableau de l’Égypte, II, 143.

28 Evliya Čelebi mentionne un seul métier, celui des duhan füruš. La seule corporation citée dans les documents du Tribunal (en 1791, donc très tardivement) est, à notre connaissance, celle des šubukšiyya. La liste de 1801 cite cinq corporations d’artisans employés à la fabrication des pipes et trois de marchands de tabac.

29 Le conte d’Abū Qīr et Abū Ṣīr (Alf laïla wa-laïla, édition de Beyrouth, VII, 77 à 98, Nuits 931 à 940 ; traduction Lane, III, 580 et suiv., Nuits 930 à 940) ne figure pas dans les recensions les plus anciennes des Mille et Une Nuits, mais seulement dans les versions les plus tardives. On ne le trouve pas dans le manuscrit Paris, B.N., Arabe 3612, le plus ancien de la « famille égyptienne », remontant à la deuxième moitié du xviie siècle (Zotenberg, Notice, 183). Il figure dans les manuscrits égyptiens postérieurs : Paris, B.N., Arabe 3605 (t. IV, Nuit 927, 223 b et suiv.), daté du xixe siècle ; Paris, B.N., Arabe 3608 (Nuit 927, 273 a et suiv.) ; Paris, B.N., Arabe 3618 (Nuit 916, 148 a), daté de 1797. Ce conte est daté par la mention qu’on y trouve du café et du tabac dans les manuscrits des Mille et Une Nuits que nous avons consultés à la Bibliothèque Nationale de Paris : manuscrit Arabe 3605 (Nuit 927), tabac, 224 a, café, 226 b ; manuscrit Arabe 3608 (Nuit 927), tabac, 274 a, café, 276 b ; manuscrit Arabe 3618 (Nuit 916), tabac, 148 a, café 150 a. Le café et le tabac étant devenus d’usage courant respectivement après 1500 et après 1600, on peut penser que la rédaction finale de ce conte ne remontait pas au-delà du xviie siècle. Voir Lane, The thousand and one nights, III, 580, 583, 587. Wiet, Compte rendu, 161-2. Gerhardt, The art of story telling, 269-272. Voir aussi : Chauvin, Bibliographie, V, 15 ; Elisséeff, Thèmes et motifs, 202-3.

30 Alf laïla wa-laïla, VII, 82-3 (nuit 933).

31 Description de l’Egypte, Explication des planches : XXI (Coutelle) ; XV (Delile) ; XIII (Coutelle) ; XIV (Jomard) ; XVI (Humblot) ; XX (Jomard) ; XXIII (Boudet et Jomard).

32 Girard, Mémoire, 593.

33 Girard, Mémoire, 607 ; Jomard, Description de la ville du Kaire, 701. Description de l’Egypte, Explication des planches : Planche I des Arts et Métiers et explication (Devilliers) ; planche XII et explication (Coutelle).

34 Girard, Mémoire, 610-1. Description de l’Égypte : planche VII et explication (Cécile).

35 Description de l’Egypte : planche XXVI et explication (Jomard) ; planche XI et explication (Rozière).

36 Description de l’Egypte : explication de la planche XXI.

37 Girard, Mémoire, 607.

38 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 34 (1702) ; ‘Ask., v. 163, 159 (1753).

39 Tribunal, ‘Ask., v. 85, 584 (1692) ; v. 217, 434 (1791).

40 Voir, sur les fabriques d’état à Istanbul au xviie siècle, Mantran, Istanbul, 398-412.

41 Estève, Mémoire sur les finances, 383. Shaw, Ottoman Egypt, 111-2. Voir aussi Gaudefroy-Demombynes, Le voile de la Ka‘ba, passim et Jomier, Le Maḥmal, passim.

42 Shaw, Ottoman Egypt, 164. Samuel-Bernard, Monnaies, 439-443.

43 Sur l’emploi du mota pour désigner l’atelier voir Goitein, Artisans, 862.

44 Voir Germain Martin, Les bazars du Caire, 47, 48.

45 Jomard, Ville du Caire, 704-6. Girard, Mémoire, 607, 610, 612-3.

46 Jollois, Notice sur la ville de Rosette, 352.

47 Tribunal, ‘Ask., v. 83, 93 ; v. 214, 268. Citadelle, II, 114 ; VII, 598 ; 255*.

48 Tribunal, ‘Arab., v. 59, 405 ; ‘Ask., v. 83, 155 ; v. 86, 429 ; v. 175, 182 ; v. 255, 237. Citadelle, I, 63 ; 1203*. Les très grandes différences de prix constatées s’expliquent par les dimensions très variées des ateliers.

49 Tribunal ‘Ask., v. 129, 408.

50 Tribunal, ‘Ask., v. 217, 355. Citadelle, 368*.

51 97 anwāl recensés dans les qā‘āt appartenant à 9 ḥarīrī.

52 Aucune trace non plus dans les documents d’activité de commandite (cf. M. Rodinson, Le Marchand, 25).

53 Voir les remarques de M. Rodinson, Le Marchand, 30-1.

54 Citadelle, 368* (1738). Tribunal, ‘Ask., v. 220, 186 (1792).

55 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 34. ‘Ask., v. 217, 355 ; v. 224, 604.

56 Nous ne disposons pas d’informations assez nombreuses sur les loyers d’entreprises artisanales pour tirer des conclusions au sujet de leur montant : les chiffres mentionnés pour deux moulins (ṭāḥūn), loués 268 et 300 médins par mois, en 1735 et 1738, paraissent assez élevés, compte tenu de la valeur moyenne des moulins, moins de 20.000 paras à cette époque (Tribunal, ‘Ask., v. 139, 353 ; v. 145, 366). Par contre le prix de location d’une mi‘ṣara (presse à huile) en 1727, 333 paras par mois, paraît assez bas (Citadelle, I, 92).

57 Tribunal, ‘Ask., v. 130, 508.

58 Voir p. 271.

59 « Les Turcs n’ont de génie que pour le commerce et ce sont les Chrétiens qui exercent la plupart des arts qui demandent de l’adresse, surtout l’orfèvrerie et la bijouterie », écrivait, avec beaucoup d’exagération, Pockocke (Voyages, II, 43). Voir aussi Barāwī et Alīš, al-Taṭawwur, I, 25.

60 Sur 81 Syriens dont nous avons trouvé les successions dans les documents du Maḥkama, 9 étaient hārīrī ou ṣandalğī et 5 ḥā’ik.

61 Ibn Abī l-Surūr, 72 b, à propos d’une taxe imposée par le pacha. Marcel. Histoire de l’Égypte, 215. Jomard, Ville du Kaire, 703-4.

62 A.N., Le Caire, Β 1 323, 1er juillet 1735. Alexandrie, Β 1 108, 23 mars 1755 ; Β 1 111, 5 septembre 1774.

63 Jomard, Ville du Kaire, 704.

64 Chabrol, Essai sur les mœurs, 413. Dozy, Noms de vêtements, 52, 158, 191, 202-3, 405, 421.

65 Girard, Mémoire, 617.

66 Jomard, Ville du Kaire, 709, 811.

67 Sur les kursï, voir : Dozy, Supplément, II, 455 ; Briggs, Muḥammadan Architecture, 151,215,217.

68 Tribunal, ‘Arab., v. 72, 268 ; v. 86, 259.

69 Voir par exemple : Lane, Manners, 316 ; Herz Bey, Catalogue, 71, 99, 134-6, 137 ; Briggs, Muḥammadan Architecture, 217-8.

70 Jomard, Ville du Kaire, 709, 711.

71 Avant 1772 ‘Alī Bey charge un canonnier français travaillant à son service d’aller recruter au Piémont quatre ou cinq « ouvriers en fer » (A.N., Alexandrie, B 1 110, 9 août 1772). En 1789 Ismā‘īl Bey demande au consul de France de lui faire obtenir un chef fondeur « avec un nombre d’ouvriers en état de lui faire du canon, des mortiers » (A.E., Caire, 25, 6 mars 1789).

72 Le cheikh de la corporation des ğabbāsīn, mort vers 1769, laissait une succession de 38.440 paras : sur cette somme 850 paras représentaient l’outillage de la ğabbāsa, et 2.645 le prix du bétail (bœufs et ânes) nécessaire (Tribunal, ‘Ask., v. 182, 232).

73 Liste des monuments classés du Caire : n° 603 midaš du waqf Čorbagi Mirzā ; n° 444 midaš Rābiya (Comité, XXXVIII, 1944, 55).

74 De La Croix, L’Égypte ancienne et moderne, 109.

75 Pockocke, Voyages, II, 43.

76 L’écart considérable constaté provient du nombre relativement élevé de riches sukkarī dont nous avons trouvé les successions dans les registres du Tribunal pendant cette période de vingt années.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search