Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome I

 | 
André Raymond

Chapitre II. Les prix

Texte intégral

  • 1 En dehors des problèmes que pose l’élimination de l’influence de la dépréciation monétaire et que (...)

1La dépréciation de la monnaie égyptienne et en particulier du para eut pour corollaire naturel un mouvement ascendant des prix. Tous les produits subirent, du milieu du xviie à la fin du xviiie siècles, des hausses considérables qui, pour une large part, correspondent simplement à la baisse subie dans le même temps par le para qui valait, en 1798, 3,1 fois moins qu’en 1681. C’est ainsi que le blé passa de 69,7 médins l’ardab (moyenne décennale 1681-1690) à 360,1 (moyenne 1791-1798) : coefficient de hausse, 5,2 ; le café de 977 médins le qanṭār (moyenne 1681-1690) à 3.313 (moyenne 1791-1798) : coefficient de hausse, 3,4 ; le beurre (samn) de 300 médins le qanṭār (1683/7) à 1.900 (1797) : coefficient de hausse 6,3 ; les chaussures de 11,4 médins (1690) à 52,1 (1797) : coefficient de hausse 4,8. Nous pourrions multiplier les exemples. Cette hausse massive a eu naturellement une grande importance sociale, la population du Caire subissant durement les effets de la montée des prix. Toutefois pour que l’étude du mouvement des prix garde sa signification véritable, il est nécessaire d’éliminer les conséquences mécaniques de la dévalorisation du para. Ce n’est qu’une fois cette correction effectuée et les prix exprimés en monnaie « constante », ramenée ici au niveau des années 1681-1688, dernière période de stabilité monétaire avant les crises du xviiie siècle, qu’il devient possible d’étudier les variations des prix en « vraie grandeur »1.

1. PRIX DES DENRÉES ALIMENTAIRES ET DES OBJETS DE CONSOMMATION COURANTE

Le blé

  • 2 Voir le graphique 5.

2Une information particulièrement abondante permet de suivre dans le détail l’évolution du prix du blé de 1650 à 17982. Elle paraît justifier les remarques suivantes :

  • 3 La population était directement sensible à ces variations dans la mesure où, très souvent, le pain (...)

31. On est d’abord frappé par la grande « variabilité » du prix du blé, même quand il est exprimé en monnaie « constante », ses valeurs maximales se situant entre 24 paras l’ardab (1710) et 745 (1796), et ses moyennes annuelles entre 24 paras (1710) et 352 (1785) (voir le tableau 3). Denrée de consommation de base, le blé a toujours été extrêmement sensible aux facteurs naturels (crue insuffisante ou excessive) ou aux crises politiques3, d’où les différences considérables enregistrées entre les cours maximaux d’une année à l’autre : 420 médins en 1696, 76 en 1697 ; 82 médins en 1723, 240 en 1724, 76 en 1725... Dans les courbes en dents de scie des cours maximaux et moyens on peut néanmoins observer le retour régulier de pointes particulièrement accentuées : ces périodes de cherté exceptionnelle ont un caractère décennal très marqué ainsi que le montre le tableau 4.

  • 4 De nombreux textes nous permettent de mettre en rapport une mauvaise crue (insuffisante ou excessi (...)

4La cause de ces hausses périodiques des prix du blé doit évidemment être cherchée dans les « sautes d’humeur du Nil »4. Par les crises de subsistances qu’elles ont en général déclenchées, elles ont joué un rôle considérable dans la vie économique, sociale et politique de l’Égypte.

52. L’examen des moyennes quinquennales et décennales des prix du blé (voir le tableau 5) permet de déceler l’existence de fluctuations de longue durée d’une périodicité de 40 à 50 ans.

6La périodicité de ces cycles peut être déterminée en partant des moyennes quinquennales minimales (1671-1675 : 35 ; 1711-1715 : 45 ; 1751-1755 :64 ; 1796-1798 :84) et maximales (1650-1655 : 86 ; 1696-1700 : 103 ; 1741-1745 : 118 ; 1781-1785 : 252). Le premier cycle couvrirait les années 1656 à 1700 (45 ans) ; le second cycle, les années 1701 à 1745 (45 ans) ; le troisième cycle, les années 1746 à 1785 (40 ans), chaque cycle étant délimité par les points hauts de la courbe des moyennes quinquennales. Sur la courbe tracée à partir des moyennes décennales, où les variations sont plus amorties (voir le graphique 5), le dessin de ces trois cycles est nettement marqué, le troisième cycle étant déformé par la hausse des prix qui s’accélère après 1760.

Tableau 3. Prix moyens et prix maximaux du blé en niṣf par ardab (en monnaie constante)

Tableau 3. Prix moyens et prix maximaux du blé en niṣf par ardab (en monnaie constante)

Note : Les moyennes annuelles sont établies d’après les seules indications trouvées dans les registres du Maḥkama. Pour les prix maximaux on a tenu compte également des chiffres donnés par les chroniques.

Tableau 4. Pointes décennales du blé
(cours maximaux, en monnaie constante)

Tableau 4. Pointes décennales du blé(cours maximaux, en monnaie constante)

Tableau 5. Moyennes quinquennales et décennales du prix du blé calculées à partir des prix moyens annuels. Indices des moyennes décennales
(calculés par rapport à 1681-90 = 100)

Tableau 5. Moyennes quinquennales et décennales du prix du blé calculées à partir des prix moyens annuels. Indices des moyennes décennales(calculés par rapport à 1681-90 = 100)

Note : Les moyennes quinquennales des années 1650-5, 1656-60, 1661-5 et 1666-70, ne reposent que sur un petit nombre d’informations : elles ne sont donc données qu’à titre indicatif.

  • 5 Les moyennes décennales donnent les séries suivantes : valeurs maximales, 72, 87, 92, 201 ; valeur (...)
  • 6 Pour être considérable cette hausse du prix du blé à la fin du xviiie siècle n’est pas beaucoup pl (...)

73. Le troisième phénomène marquant est la tendance à la hausse régulière des prix du blé de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle. Elle est sensible si on considère par exemple la série des moyennes quinquennales minimales (35, 45, 64, 84) et maximales (86, 103, 118, 252) dans les cycles successifs5. Cette hausse est très lente entre 1650 et 1750 : la moyenne des prix annuels moyens est de 64 médins dans le premier cycle (1656-1700) et le second cycle (1701-1745). Elle s’accélère après 1760 et surtout 1770, ce qui explique la déformation de la courbe du troisième cycle (1746-1785), le minimum de 1760-1770 étant à peine marqué et la courbe montant ensuite en flèche : la moyenne des prix annuels moyens est de 107 médins pendant cette dernière période (moyenne générale pour les années 1650 à 1798 : 84). Entre 1781 et 1798 la moyenne s’élève à 174 médins l’ardab soit 2 fois et demi le prix moyen de 1681 à 16906.

Autres productions agricoles

  • 7 Parce que le riz ne jouait pas un rôle comparable à celui du blé dans l’alimentation des Égyptiens (...)
  • 8 Les données des registres du Maḥkama sont complétées par celles que nous a fournies la corresponda (...)

8Ce que nous venons de dire du blé paraît dans l’ensemble valable pour les principales productions brutes agricoles. Si les informations dont nous disposons pour le riz présentent des lacunes qui interdisent d’en donner une interprétation aussi détaillée que pour le blé, nous pensons retrouver à son propos les grandes oscillations de prix déjà signalées, avec une ampleur cependant un peu moins marquée7, mais à des dates qui, pour la plupart, coïncident avec les crises décennales du blé : 1686, 1696, 1708, 1734, 1741, 1747, 1759, 1763, 1778, 1783, 17888.

Tableau 6. Evolution du prix du riz en paras par ardab
(en monnaie constante)

Tableau 6. Evolution du prix du riz en paras par ardab(en monnaie constante)

Source : Registres du Maḥkama.

  • 9 Les moyennes décennales du riz entre 1681 et 1790 (192, 491, 338, 195, 220, 267, 228, 205, 588, 66 (...)

9L’évolution du prix du riz entre 1680 et la fin du xviiie siècle peut être schématisée de la manière suivante : une période de hausse et de grandes fluctuations jusque vers 1715 ; une période de relative stabilisation (avec de brutales hausses) entre 1715 et 1755 ; une période de hausse rapide surtout dans les deux dernières décennies, le prix du riz atteignant entre 1780 et 1798 un niveau deux fois et demi plus élevé qu’en 1680-1690 (en monnaie constante)9.

10Les cycles « bi-séculaires » évoqués plus haut se retrouvent assez nettement pour d’autres produits agricoles comme le montre le tableau suivant, où sont comparés les indices des prix décennaux du blé, des fèves et du bétail (en monnaie constante).

Tableau 7. Indices décennaux du blé, des fèves (fūl) et du bétail
(par rapport à 1681-1690 = 100)
(pour le bétail on a combiné les indices concernant les prix des bœufs et des chameaux)

Tableau 7. Indices décennaux du blé, des fèves (fūl) et du bétail(par rapport à 1681-1690 = 100)(pour le bétail on a combiné les indices concernant les prix des bœufs et des chameaux)

Source : Registres du Maḥkama.

  • 10 Maxima en 1690 (95 paras l’ardab), 1696 (176), 1706 (191), 1713 (107), 1724 (120), 1741 (97), 1748 (...)

11Comme dans le cas du blé, la baisse qui s’amorce au début du 3e cycle est presque aussitôt oblitérée par le mouvement de hausse rapide par lequel se termine le xviiie siècle : les prix, entre 1781 et 1798, sont deux fois et demie supérieurs à ceux de la fin du siècle précédent. Enfin, les pointes supérieures de la courbe du fūl correspondent à peu près exactement aux pointes de la courbe du blé, ce qui ne saurait surprendre dans la mesure où les variations du Nil sont à l’origine de ces hausses10.

Denrées alimentaires et produits de grande consommation

12Les produits de consommation courante dont il serait très important de connaître les fluctuations sont malheureusement ceux dont les prix sont les plus mal connus : les textes historiques ne les signalent guère qu’en période de crise et les registres du Maḥkama n’en font que d’assez rares mentions.

13La viande de mouton (laḥm ḍa’nī) et de buffle (laḥm ğāmūsī) qui valait environ 1 médin et 0,6 médin le raṭl en période de cherté en 1689, paraît avoir doublé de prix en une soixantaine d’années, à travers des crises de subsistance dont certaines (1696, 1703, 1705/6, 1725) furent particulièrement aiguës. Elle devait connaître une hausse très rapide à la fin du siècle, surtout en 1786 (le mouton fut alors taxé 8 niṣf fiḍḍa, c’est-à-dire 4 en monnaie constante). Les prix baissèrent quelque peu ensuite mais restèrent à peu près trois fois plus élevés qu’un siècle auparavant.

  • 11 Les textes historiques, et les documents d’archives, mentionnent un certain nombre de fromages don (...)

14Les tableaux concernant le beurre (samn), les différentes sortes d’huiles (zaït ṭayyib/huile. d’olive, zaït ḥārr/huile de graine de lin, sīrağ/huile de sésame), ou de fromages11, le sucre et le miel révèlent la même sensibilité aux grandes crises de la fin du xviie siècle et du début du xviiie siècle avec des hausses considérables en 1689, 1695/6, 1702/3, 1705/6. Jusque vers 1750 les prix paraissent ensuite se stabiliser, avec même parfois une baisse légère. Pendant les trente dernières années du siècle on assiste au contraire à une hausse rapide qui atteint son paroxysme en 1787, 1792 et 1797. En moyenne les prix sont deux fois plus élevés vers 1790 qu’à la fin du xviie siècle.

15On arrive à des constatations identiques lorsqu’on étudie l’évolution du prix d’objets non-alimentaires de consommation courante comme le savon (ṣābūn), la bougie (šam‘iskandarī) : une longue période de crise (1690-1730) marquée par de violentes flambées de prix ; une période de stabilité relative ; enfin après 1760 une hausse qui s’accélère à partir de 1790. A la fin du siècle les prix sont trois fois plus élevés qu’en 1680-1690.

16L’étude des prix de ces deux derniers produits montre combien même des objets fabriqués étaient touchés par les chertés qui affectaient les produits agricoles, pour des causes essentiellement naturelles ; ainsi s’explique l’étonnante variabilité de leurs prix (pour le savon l’écart peut aller de 1 à 10) et la complète coïncidence entre les points hauts de la courbe des prix de ces produits (1687, 1695/6, 1702/3, 1725, 1747, 1787) et les crises de subsistances.

Tableau 8. Evolution des prix de quelques denrées alimentaires Prix en paras constants par qanṭār et indices
(base 1681-1690 = 100)

Tableau 8. Evolution des prix de quelques denrées alimentaires Prix en paras constants par qanṭār et indices(base 1681-1690 = 100)

Source : Registres du Maḥkama.

Tableau 9. Prix du savon et de la bougie (šam‘iskandarī) (en monnaie constante) et indices (par rapport à 1681-1690 = 100)

Tableau 9. Prix du savon et de la bougie (šam‘iskandarī) (en monnaie constante) et indices (par rapport à 1681-1690 = 100)

2. MATIÈRES PREMIÈRES ET PRODUITS FABRIQUÉS LOCAUX

Matières premières textiles et tissus

17Les matières premières textiles locales (laine, coton et lin), alimentaient un artisanat actif ; comme on exportait certaines de ces matières premières (surtout le lin et le coton filé) et plusieurs qualités de tissus égyptiens, les sources européennes nous renseignent assez bien sur l’évolution de leurs prix.

18L’étude des prix du coton filé et du lin révèle d’abord des maxima (1710/2, 1720, 1729/1732, 1745, 1749, 1759, 1776, 1787) qui correspondent dans l’ensemble aux maxima décennaux des prix du blé. Une étude plus détaillée indique que l’évolution des prix s’est faite suivant des cycles successifs d’une durée d’une trentaine d’années comprenant une période de bas prix suivie d’une période de cherté.

Tableau 10. Prix moyens du coton filé et du lin en monnaie constante (en livres par quintal)

Tableau 10. Prix moyens du coton filé et du lin en monnaie constante (en livres par quintal)

Source : Archives de la C.C.M. (I 26, Statistiques).

  • 12 Chiffres complétés par ceux que fournissent les archives consulaires.
  • 13 Pour le lin les chiffres combinés des archives consulaires et du Tribunal indiquent une hausse de (...)

19Enfin l’examen des moyennes établies d’après les archives consulaires montre qu’après une période de relative stabilité et même de baisse qui dura jusque vers 1715 ces deux produits subirent au cours du xviiie siècle une hausse qui apparaît avec une netteté particulière dans les points bas des courbes : pour le coton filé, 45 en 1717, 50 en 1735, 70 en 1753, 71 en 1780 ; pour le lin, 15 en 1714, 18 en 1724, 20 en 1735, 25 en 1749, 30 en 1754. Cette hausse qui paraît avoir été particulièrement accentuée entre 1737 et 1749, et après 1780, a atteint pour l’ensemble du xviiie siècle environ 100 %. Des chiffres donnés par les documents du Maḥkama pour le coton12 on tire un coefficient de hausse nettement supérieur ainsi que l’indique le tableau suivant, mais l’allure générale de la courbe reste la même13.

Tableau 11. Prix du coton (en paras par qanṭār, en monnaie constante) et indices (par rapport à 1687 = 100)

Tableau 11. Prix du coton (en paras par qanṭār, en monnaie constante) et indices (par rapport à 1687 = 100)

Sources : Archives du Maḥkama et documents de la Chambre de Commerce de Marseille et des Archives Nationales.

  • 14 « Batanouny », « menouf » et « dimitte » (les deux premières sont des étoffes de lin).

20Les fluctuations de prix des tissus locaux étaient étroitement liées à celles des produits textiles : en combinant les indices des trois tissus les plus souvent mentionnés par les sources consulaires14 on obtient un tableau dont la parenté avec celui du lin en particulier est évidente :

Tableau 12. Indices combinés des tissus « batanouny », « dimitte », « menouf »
(par rapport à la moyenne 1700-1709 = 100)

Tableau 12. Indices combinés des tissus « batanouny », « dimitte », « menouf »(par rapport à la moyenne 1700-1709 = 100)

Source : Archives Nationales.

21Les valeurs maximales se situent en 1713, 1720, 1731, 1745, 1754, 1759, 1778, 1786 et 1789 et correspondent à peu près exactement aux maxima du coton filé et du lin. De même les cycles trentenaires, signalés précédemment, sont nettement marqués ainsi que le montrent les moyennes des indices annuels des trois tissus pour les différentes périodes significatives :

  • Premier cycle 1700-1717 : 107 1718-1731 : 176
  • Deuxième cycle 1732-1743 : 94 1744-1759 : 125
  • Troisième cycle 1760-1775 : — 1776-1790 : 119
  • 15 Les indications trouvées dans les documents du Tribunal sur les prix des tissus locaux sont trop l (...)

22A travers ces mouvements cycliques dans lesquelles alternent les périodes de prix élevés et bas, les prix des produits textiles locaux apparaissent comme remarquablement stables au total, avec même une tendance à la baisse d’un cycle à l’autre. Le siècle se termine il est vrai sur une période de cherté : la moyenne des indices des trois tissus est de 130 pour les années 1780 à 1790 (contre 100 en 1700-1709), mais ces hauts prix ont un caractère cyclique, et sont moins marqués que dans les deux cycles précédents ; de toute manière la hausse enregistrée est très inférieure à la hausse subie pendant le xviiie siècle par les matières premières, coton et lin15.

Les cuirs et les chaussures

  • 16 Les documents des Archives Nationales indiquent également deux périodes de cherté en 1686 et 1693.

23Comme les matières premières textiles locales les cuirs faisaient l’objet d’un important commerce d’exportation : les archives de la Chambre de Commerce de Marseille sont pour cette raison riches en informations et permettent de reconstituer, par exemple pour les cuirs de buffles, une courbe assez complète pour l’ensemble du xviiie siècle (exception faite pour les années 1760 à 1778 et 1791 à 1798). Cette courbe est tout à fait comparable à celle des prix des tissus locaux avec des pointes particulièrement marquées en 1720, 1746, 1754-9, 1779, 1786 et 179016. Elle révèle la même succession de cycles de trente ans ainsi que le montre le tableau suivant :

Tableau 13. Prix des cuirs de buffles
(moyennes des prix annuels en livres par pièce)

Tableau 13. Prix des cuirs de buffles(moyennes des prix annuels en livres par pièce)

Source : Archives de la C.C.M.

24En ce qui concerne l’évolution générale des prix pendant le xviiie siècle on constate que, mises à part les périodes de hausse cyclique, la hausse des prix enregistrée est assez faible. Si on prend pour base 100 la moyenne des prix annuels entre 1700 et 1709, l’indice de la période 1781-1790 (située dans une phase de hauts prix) s’établit à 120, soit une hausse de 20 % seulement.

  • 17 La multiplicité des types de chaussures que mentionnent les documents du Maḥkama (bābūğ aṣfar ou a (...)

25Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres assez nombreux pour qu’il soit possible d’établir un tableau comparable pour l’évolution des prix des chaussures au Caire17. D’après des informations très fragmentaires les prix paraissent s’être maintenus (et avoir même baissé légèrement) entre la fin du xviie siècle et 1780, les dix dernières années du xviiie siècle ayant été marquées, ici encore, par une hausse très rapide et très prononcée qui avait, semble-t-il, tendance à s’atténuer vers 1797.

Le carthame (qurṭum) et le sel ammoniac (nušādir)

26Ces deux produits bruts faisaient l’un et l’autre l’objet d’un commerce d’exportation actif pendant le xviiie siècle ce qui explique l’intérêt que leur portait la correspondance consulaire.

  • 18 Pour le safranum la moyenne des valeurs annuelles est la suivante pour les différents cycles (prix (...)

27L’évolution du prix du carthame ou safranum (qurṭum), plante tinctoriale utilisée dans la fabrication des tissus, suivit d’assez près celle du prix des tissus locaux. Nous retrouvons ici d’une part les pointes de cherté qui caractérisent la courbe des tissus locaux (1703, 1714, 1720, 1733, 1745/6, 1755, 1759, 1778, 1786), d’autre part des cycles trentenaires nettement marqués18 et enfin une tendance à une hausse très modérée entre 1700 et 1759, plus marquée entre 1775 et 1790 (moyenne 1775-1790 : 80,7 livres par quintal contre 50,2 entre 1700 et 1717) ; mais cette hausse de plus de 50 %, qui se produisait d’ailleurs dans la phase de hauts prix du troisième cycle, restait de toute manière très inférieure aux hausses enregistrées sur la plupart des autres produits.

28Produit d’extraction minière, très demandé à l’exportation vers la fin du siècle, le sel ammoniac (nušādir) présente des oscillations de prix relativement peu marquées (périodes de plus grande cherté en 1723, 1759, 1778, 1788) ; d’autre part la hausse des cours, très sensible tout au long du siècle, s’effectue par paliers d’une quarantaine d’années : après s’être maintenu entre 1680 et 1717 au prix à peu près constant de 60 livres/quintal, le sel ammoniac passe en 1719/1720 au prix d’environ 100 livres/quintal, chiffre qu’il ne dépassera guère jusqu’en 1758 (sauf au moment de la période de cherté de 1723). Une nouvelle hausse rapide à partir de 1758 amène le prix du sel ammoniac aux environs de 150 livres le quintal, niveau qu’il ne quitte plus jusqu’aux environs de 1790, lorsqu’une nouvelle période de hausse le porte à 200 livres. Au total le sel ammoniac, au cours du xviiie siècle, avait triplé de valeur.

Graphique 5. Prix maximaux du blé et moyennes décennales, en niṣf par ardab (en paras constants)

Graphique 5. Prix maximaux du blé et moyennes décennales, en niṣf par ardab (en paras constants)

3. LE CAFÉ ET LES ÉPICES

Le café

  • 19 Voir le graphique 6. Le tableau des prix annuels moyens du café a été établi à partir des informat (...)

29Importé du Yémen le café (bunn qahwa) était à la fois une denrée de forte consommation locale et un produit de transit qui donnait lieu à un important commerce de redistribution. Le trafic du café a dominé l’activité commerciale au Caire aux xviie et xviiie siècles : l’étude des variations de son prix revêt donc une importance toute particulière (Tableau 14)19.

30Le trait qui frappe d’abord quand on examine la courbe des prix moyens annuels du café aux xviie et xviiie siècles en la comparant à celle du blé, est le caractère relativement modéré de ses variations. Les irrégularités de la courbe des prix annuels sont beaucoup moins marquées autour des moyennes décennales ainsi que l’indique bien le rapprochement de la moyenne annuelle la plus basse (1627 : 747 médins le qanṭār) et de la plus élevée (1726 : 2.474 médins le qanṭār), soit un écart maximal de 1 à 3, au lieu de 1 à 15 pour le blé. La courbe des moyennes décennales est par conséquent plus aplatie que celle du blé (coefficient d’écart inférieur à 2 au lieu de 4 pour le blé) (Tableau 15).

31Étudiées de plus près les variations des moyennes annuelles des prix du café révèlent une liaison évidente avec les crises du blé. Presque chacune des pointes de la courbe correspond à une période de cherté pour le blé sauf en ce qui concerne les années 1671 et 1683 : cette coïncidence se vérifie en 1629, 1667, 1694, 1706, 1719, 1726, 1734, 1742, 1747, 1759, 1773, 1786, 1792 et 1797. On doit donc considérer que les chertés du café sont surtout liées à la conjoncture économique égyptienne, qu’elles sont les conséquences des crises de subsistances locales et qu’elles ne dépendent que dans une faible mesure de facteurs économiques (ou politiques) extérieurs à l’Égypte (et propres, en particulier, aux régions de production).

Tableau 14. Prix moyens annuels du café, en niṣf par qanṭār
(monnaie constante)

Tableau 14. Prix moyens annuels du café, en niṣf par qanṭār(monnaie constante)

Sources : Registres du Maḥkama, correspondance consulaire et archives de la C. C. de Marseille (Fonds Roux).

Tableau 15. Moyennes décennales des prix moyens annuels du café en paras/qanṭār
(monnaie constante)

Tableau 15. Moyennes décennales des prix moyens annuels du café en paras/qanṭār(monnaie constante)

32L’examen de l’amplitude des variations annuelles permet de déceler trois périodes de crise particulièrement prononcées. La première, sur laquelle les données nous manquent, paraît culminer en 1629. La seconde, la plus longue et la plus grave, commence peu après 1690 et ne s’achève qu’après 1740 après avoir atteint un paroxysme en 1726 : elle est marquée par une série d’oscillations de prix particulièrement rapprochées et accentuées. La dernière crise commence après 1780 et se prolonge jusqu’à la fin de notre période. La seconde et la troisième crise correspondent de toute évidence aux deux périodes de graves troubles économiques que connut l’Égypte entre 1680 et 1798. Ainsi se dessinent deux cycles dans l’évolution des prix du café aux xviie et xviiie siècles, deux mouvements de grande amplitude que la courbe des moyennes décennales fait apparaître assez clairement. Le premier commence avec la cherté de 1629 et s’achève avec celle de 1726 : dans ce cycle les années 1660 et 1690 sont des années de bas prix du café. Le second cycle occupe les trois derniers quarts du xviiie siècle (entre 1726 et 1798), les années 1740 à 1780 étant caractérisées par des amplitudes très réduites des prix moyens annuels et par un niveau relativement bas des prix décennaux moyens.

  • 20 Les moyennes décennales 1781-1790 (1.458 paras) et 1791-1798 (1.317 paras) sont équivalentes aux m (...)

33Si pour conclure nous considérons dans son ensemble le mouvement des prix du café pendant ces deux siècles nous constatons une tendance à une hausse lente et régulière qui apparaît nettement dans les points bas de la courbe des moyennes annuelles (1627 : 747 ; 1690 : 838 ; 1738 : 964 ; 1755 : 1.046 ; 1794 : 1.142) et qui est également rendue très sensible par la comparaison des deux périodes de bas prix du café dans la courbe des moyennes décennales : pendant la première (entre 1660 et 1690) le prix moyen du café ne dépasse pas 1.000 paras par qanṭār ; pendant la seconde (entre 1740 et 1780) il s’établit nettement au-dessus de 1.200 paras soit une augmentation d’environ 20 % qui reste il est vrai très modérée si l’on considère les hausses moyennes subies par la plupart des produits de consommation courante pendant la même période. La moyenne des années 1791-1798 (1.317 paras) ne dépasse que de 35,6 % la moyenne 1681-1690 (971 paras), encore s’agit-il d’un point haut du cycle des prix ce qui fausse quelque peu la comparaison20.

Autres marchandises importées par la Mer Rouge

  • 21 Les chiffres trouvés dans les registres du Maḥkama indiquent même plutôt une baisse du prix du lūb (...)

34Nous ne disposons pas pour les autres « épices » (filfil/poivre ; lūbān/encens ; lukk/gomme laque) d’informations aussi complètes et aussi continues que pour le bunn qahwa du Yémen. Les chiffres, assez fragmentaires, que l’on trouve dans les documents de la Chambre de Commerce de Marseille à propos des diverses sortes de gomme (turique ou arabique) indiquent que les prix de ces produits connurent de violentes poussées de hausse, en particulier en 1718, 1754 et 1788-1790 ; mais au total les prix moyens paraissent avoir augmenté dans d’assez faibles proportions du début du xviie siècle à la fin du xviiie siècle21. De même le prix du poivre paraît s’être maintenu ou avoir plutôt baissé du début du xviie au début du xviiie siècle. Cette évolution, conforme à celle du prix du café, mais si contraire au mouvement général des prix au Caire à cette époque, peut s’expliquer par la concurrence que faisaient aux produits directement apportés d’Orient les épices importées en Égypte par les Européens (café apporté des Īles, poivre) et par la raréfaction progressive des débouchés ouverts à ces produits.

Graphique 6 Prix moyens annuels du café et moyennes décennales, en niṣf par qanṭār (paras constants)

Graphique 6 Prix moyens annuels du café et moyennes décennales, en niṣf par qanṭār (paras constants)

4. LES PRODUITS IMPORTÉS D’EUROPE ET DE TURQUIE.

35Ce qui caractérise généralement les prix des principaux produits importés d’Europe et de Turquie, objets de consommation courante (tissus français ou anglais, tabac de Syrie ou de Turquie) ou matières premières destinées à l’artisanat local (cochenille utilisée pour la teinture, fer, cuivre et plomb), c’est une relative stabilité et même parfois une baisse entre le début et la fin du xviiie siècle.

  • 22 Quelques chiffres trouvés dans les documents du Tribunal et concernant le ğūḫ mulawwan, étoffe eur (...)

36L’évolution du prix des draps « londrins seconds », qui peuvent être pris comme le produit fabriqué d’importation le plus représentatif du commerce français en Égypte, est à cet égard tout à fait significative. La tendance à la baisse des cours entre 1714 et 1788 est nettement marquée bien que parfois oblitérée par des périodes de cherté qui sont en relations évidentes avec les crises locales de subsistances (1720, 1748, 1788) et avec les conflits européens qui entravaient la navigation en Méditerranée et le commerce avec le Levant (1745, 1748 : guerre de Succession d’Autriche — 1758 : guerre de Sept Ans — 1781 : guerre d’Amérique)22. Le prix moyen de ce tissu entre 1779 et 1788 est à peine supérieur au prix moyen entre 1730 et 1739 : 55 médins le pic contre 53.

37Le prix de la cochenille, matière première importée et destinée à l’artisanat textile, révèle la même stabilité d’ensemble, mise à part la cherté de 1781/2 dont la guerre franco-britannique était évidemment responsable : le prix moyen de la cochenille, entre 1729 et 1733, est de 561 médins l’ocque ; et, entre 1784 et 1789, de 574 médins l’ocque.

TABELAU 16. Prix des draps « londrins seconds » en médins par pics
(en monnaie constante)

TABELAU 16. Prix des draps « londrins seconds » en médins par pics(en monnaie constante)

Sources : Documents des Archives Nationales et de la Chambre de Commerce de Marseille. Les chiffres de 1777, 1779, 1780 et 1781 donnés en livres par aune ont été convertis en médins par pic.

Tableau 17. Prix de la cochenille en médins par ocque
(en monnaie constante)

Tableau 17. Prix de la cochenille en médins par ocque(en monnaie constante)

Sources : Documents des Archives Nationales et de la Chambre de Commerce de Marseille.

38La plupart des métaux utilisés par les artisans égyptiens étaient importés d’Europe. C’était le cas en particulier du fer et du plomb. Dans l’ensemble, le prix de ces matières premières baissa de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle et ce n’est qu’après 1780 (dans le cas du fer) et 1790 (dans celui du plomb) qu’une hausse sensible se produisit. Encore le prix du fer restait-il en 1798 sensiblement égal à ce qu’il était plus d’un siècle auparavant.

Tableau 18. Prix du fer et du plomb en médins par qanṭār
(en monnaie constante)

Tableau 18. Prix du fer et du plomb en médins par qanṭār(en monnaie constante)

Sources : Documents du Maḥkama, des Archives Nationales et de la Chambre de Commerce de Marseille.

39Le prix du cuivre qui provenait soit de la récupération de cuivres anciens soit de l’importation de Turquie connut une évolution comparable ; la baisse de cette matière première essentielle fut même plus accentuée du début du xviie à la fin du xviiie siècle, une hausse des prix ne se produisant que dans les toutes dernières années.

Tableau 19. Prix du cuivre en médins par raṭl
(en monnaie constante)

Tableau 19. Prix du cuivre en médins par raṭl(en monnaie constante)

Sources : Documents du Maḥkama et Description de l’Égypte.

40Exprimé en monnaie « variable », le prix du cuivre resta à peu près fixe pendant la plus grande partie du xviie et du xviiie siècle, environ 20 médins le raṭl, cette stabilité recouvrant en réalité une baisse régulière, compte tenu de la dévalorisation du para : la baisse commencée vers 1690 dépassera 50 % en un siècle, le cuivre tombant à moins de 10 médins constants le raṭl après 1780 et ne remontant à 12 paras que dans les toutes dernières années du siècle.

41Le prix de la soie, produit textile importé de l’Empire ottoman et matière première d’un artisanat très actif au Caire, fut caractérisé par la même tendance à la baisse ou à la stabilité, le prix du ḥarīr rūmī, qui était de 1,41 niṣf le dirham en 1663, oscillant ensuite autour de la valeur moyenne d’un niṣf le dirham jusque vers 1790 ; malgré une hausse sensible après 1790 il dépassait à peine en 1795 le niveau de départ (1,49 niṣf). Le cours de la soie brute (ḥarīr ḫām), à part des périodes de cherté exceptionnelle, devait se maintenir au-dessous de 0,9 niṣf le dirham jusqu’à la hausse rapide de la fin du xviiie siècle.

Tableau 20. Prix de la soie en niṣf/dirham
(monnaie constante)

Tableau 20. Prix de la soie en niṣf/dirham(monnaie constante)

Source : Maḥkama.

42L’évolution du prix du tabac, produit également importé du reste de l’Empire (en particulier de Syrie), présente la même allure générale : en 1798 le qanṭār de tabac vaut 464 niṣf c’est-à-dire nettement moins qu’un siècle plus tôt (600 niṣf en 1682). Mais, produit de grande consommation, le tabac paraît aussi avoir subi profondément les effets des grandes chertés qui affectèrent les denrées alimentaires locales : de là des irrégularités dans la courbe (hauts prix en 1690, 1779 et 1791) plus marquées que pour les autres produits importés.

Tableau 21. Prix du tabac en niṣf/qanṭār
(monnaie constante)

Tableau 21. Prix du tabac en niṣf/qanṭār(monnaie constante)

Source : Maḥkama.

5. CONCLUSIONS

  • 23 Ğabartī, IV, 313.

43Le mouvement des prix entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle a donc été essentiellement caractérisé par une tendance à une hausse importante en particulier des denrées de première nécessité qui tenaient la plus large place dans l’existence quotidienne de la population. Arrivant en 1820 au terme de sa chronique et de sa vie, Ğabartī exprimait en termes concrets un bouleversement dont il n’avait connu que les dernières phases, les plus dramatiques : alors que jadis le maître de maison n’avait besoin que de dix paras pour couvrir les dépenses quotidiennes de toute une maisonnée comprenant famille et domestique, explique-t-il, dix piastres y suffisaient à peine de son temps. En d’autres termes, remarquait encore Ğabartī, le niṣf fiḍḍa avait pris, dans les transactions courantes, la place qu’occupait jadis le ğadīd de cuivre : wa ṣāra l-niṣf al-fiḍḍa bi-manzilat al-ğadīd al-nuḥās23.

44Même si les prix sont exprimés en monnaie constante, ce qui élimine les effets de la dévalorisation du para, la hausse des prix, bien que moins accentuée et moins générale, reste frappante d’un siècle à l’autre. Mais les conclusions sont sensiblement différentes suivant qu’on considère les denrées alimentaires et les objets de grande consommation intérieure ou les produits fabriqués locaux, mais en partie exportés (tissus), et les produits transitant en Égypte (café et épices).

45Dans le premier cas nous enregistrons une hausse considérable des prix qui sont à la fin du xviie siècle, deux fois (blé, beurre, huile), deux fois et demie (riz et fèves), ou même trois fois (viande, savon, bougie) plus élevés qu’un siècle plus tôt.

46Le mouvement des prix de ces produits de grande consommation est d’autre part d’une irrégularité extrême, avec alternance de phases de montée rapide, de stabilité ou même de baisse. C’est dans ce cas le prix du blé qui joue en général un rôle moteur, la cherté de ce produit de base se transmettant aux principales denrées de consommation et s’étendant même à des produits non directement agricoles (savon et tissus) ou importés (café). En schématisant quelque peu on peut diviser cette période d’un peu plus d’un siècle en trois moments. Le xviie siècle s’achève et le xviiie commence sur un mouvement de rapide montée des prix qui culmine en 1696 pour le blé et en 1703-5 pour beaucoup de produits alimentaires de grande consommation (viande, beurre, huile, fromage, miel, etc...). On constate ensuite entre 1720 et 1760 une tendance à la stabilité et même à la baisse des prix qui apparaît, en ce qui concerne le blé, dans l’allure descendante des points hauts de la courbe des prix, entre 1724 et 1750, et qui est très nette aussi dans le cas d’un certain nombre de denrées alimentaires, du savon, etc... Un peu après le début de la deuxième moitié du xviiie siècle commence un mouvement de hausse qui s’accélère après 1770 et qui est particulièrement accentué entre 1780 et 1790 : en 1784 (blé) et vers 1786 (beurre, huile, fromage, sucre, savon, bougie) les prix atteignent leur niveau le plus élevé. Après 1790 une tendance à la baisse des prix commence à se manifester, mais elle est insuffisamment marquée pour annuler les effets de la hausse précédente.

  • 24 Le tableau de Lane (Manners, 581) porte sur 16 articles dont la valeur totale est de 2.725 piastre (...)

47En suivant les indications données par Lane sur la consommation annuelle d’un « ménage » au Caire24, pour six articles dont l’évolution des prix nous est assez bien connue, pendant six périodes de référence, nous avons dressé le tableau ci-après ; en dépit des lacunes et des incertitudes de notre documentation, il permet, nous semble-t-il, de donner une image concrète du mouvement des prix des denrées de grande consommation entre 1680 et 1798 dont nous venons d’esquisser les grands traits :

Tableau 22. Evolution des prix moyens de six produits pendant six périodes décennales entre 1680 et 1798 (en paras constants)

Tableau 22. Evolution des prix moyens de six produits pendant six périodes décennales entre 1680 et 1798 (en paras constants)
  • 25 Les chiffres données dans ce tableau sont établis à partir de la moyenne des valeurs connues pour (...)

Note 2725

48Une hausse aussi forte, en particulier dans les deux dernières décades du xviiie siècle (le total de 1781-1790 est triple — et celui de 1791-1798 double encore — de celui de 1681-1690), ne pouvait manquer d’affecter gravement les couches les plus modestes de la population.

49L’évolution des prix est notablement différente pour le second groupe de produits qui jouaient un rôle très important dans l’activité économique du Caire. En ce qui concerne les tissus, qui étaient la principale fabrication de l’artisanat local et qui alimentaient un actif courant d’exportation, la hausse des prix fut au total très modérée : les prix des principales étoffes locales étaient à peine supérieurs vers 1780-1790 à ce qu’ils étaient au début du siècle ; dans certains cas il y avait même eu une baisse sensible. A cette stabilité, qui contrastait étonnamment avec le mouvement de hausse qu’avaient connu les principales matières premières textiles, il est difficile de trouver une explication satisfaisante ; peut-être faut-il faire entrer en ligne de compte la concurrence que les tissus européens faisaient aux tissus locaux aussi bien à l’intérieur de l’Égypte que sur les marchés extérieurs, concurrence qui pouvait contribuer à maintenir le prix des tissus égyptiens à un niveau relativement bas. C’est par des considérations assez semblables que nous avons tenté de rendre compte des faibles variations du prix du café et de la modération relative de la hausse constatée pendant la dernière décade du xviiie siècle par rapport aux prix de la période 1680-1690, soit environ un tiers. Produit-clef du commerce extérieur de l’Égypte, où il ne faisait que transiter puisque la plus grande partie des quantités importées du Yémen était ensuite réexportée, le café dépendait assez étroitement du marché international, ce qui put contribuer à limiter son enchérissement. Il n’est pas impossible que la stabilité relative des prix des tissus locaux d’une part, du café et des épices d’autre part, ait eu des conséquences fâcheuses pour l’artisanat cairote des textiles, le plus actif à cette époque, et pour le grand commerce des épices, activité économique dominante en Égypte. Deux mouvements de sens opposé, la hausse des denrées de grande consommation intérieure et la stagnation du prix des grands produits d’exportation, auraient ainsi également contribué à aggraver, dans la seconde moitié du xviiie siècle, la crise dont souffrait l’Égypte.

Notes

1 En dehors des problèmes que pose l’élimination de l’influence de la dépréciation monétaire et que nous avons mentionnés plus haut à propos de la table de conversion du para (voir les pages liii à lv), il convient de noter ici les difficultés que nous avons rencontrées dans la réunion des informations statistiques concernant les prix :

  • Les textes historiques arabes fournissent des renseignements précieux, mais discontinus et peu nombreux au total ; par ailleurs ils concernent surtout des périodes de crise marquées par la disette et une hausse anormale des prix. Si on peut donc en général utiliser ces chiffres pour connaître des valeurs maximales, il est plus difficile de les employer pour constituer des moyennes. Aussi, par exemple, pour établir les moyennes annuelles et décennales du prix du blé, n’avons-nous pas tenu compte des chiffres donnés par les chroniques. De toute manière ces informations sont parfois suspectes les chroniqueurs étant tentés de succomber à la tentation du « sensationnel » ou rédigeant leur ouvrage longtemps après l’événement, sans toujours disposer de sources valables pour étayer leurs souvenirs : c’est le cas de Ğabartī pour les événements postérieurs à 1755 et antérieurs à 1770.
  • Les informations fournies par les documents européens ont l’avantage d’être contemporaines, les sources « consulaires » paraissant en général plus dignes de foi que les relations de voyage, dont les renseignements ne sont pas toujours de première main. Lorsqu’il s’agit de produits entrant dans le commerce d’importation ou d’exportation, les prix cités sont certainement authentiques, et ils constituent des séries continues très précieuses (toutefois les documents français présentent des lacunes regrettables pendant les années 1760 à 1775 et 1790 à 1798). Cependant en ce qui concerne les articles de consommation courante (denrées alimentaires), quelque prudence est nécessaire, car les consuls paraissaient enclins à gonfler éventuellement leurs mémoires justificatifs.
  • La source la plus sûre est constituée par les registres du Maḥkama dont la série est ininterrompue pendant les xviie et xviiie siècles. Elle présente cependant quelques difficultés d’utilisation : 1) La confusion monétaire, qui atteignit son paroxysme entre 1720 et 1730, rend souvent délicate la conversion des prix en monnaie « constante ». 2) Il est parfois difficile de dater avec précision les informations trouvées, la liquidation des successions demandant en général plusieurs mois, et parfois plus d’une année. C’est ainsi que pour les grains, à propos desquels les informations sont particulièrement nombreuses, on ne peut espérer constituer des courbes saisonnières ; on doit même se contenter de l’indication de l’année de la liquidation, sans méconnaître le fait que ces prix peuvent concerner une année antérieure, ou même plusieurs années agricoles. 3) Pour des raisons variées (tenant en particulier aux différences existant entre les divers systèmes de mesures et de monnaies) nous avons éprouvé de grandes difficultés à amalgamer les chiffres donnés par les archives consulaires et ceux que nous avons trouvés dans les registres du Tribunal : nous y avons donc renoncé, sauf lorsque les évaluations consulaires étaient faites en monnaie et en mesures locales (c’est le cas par exemple du café).

2 Voir le graphique 5.

3 La population était directement sensible à ces variations dans la mesure où, très souvent, le pain était fait à la maison. C’était le blé (ou la farine) et non le pain qui constituait la denrée alimentaire de base.

4 De nombreux textes nous permettent de mettre en rapport une mauvaise crue (insuffisante ou excessive) avec une période de cherté : ainsi en 1694, 1705, 1708, 1722, 1783, 1784, 1791, 1792. Mais il convient de remarquer que les géographes sont souvent très réservés en ce qui concerne la « périodicité des phénomènes hydrologiques » dans la vallée du Nil (voir par exemple Besançon, L’homme et le Nil, 83).

5 Les moyennes décennales donnent les séries suivantes : valeurs maximales, 72, 87, 92, 201 ; valeurs minimales, 51, 55, 75. Le mouvement de hausse est également bien marqué.

6 Pour être considérable cette hausse du prix du blé à la fin du xviiie siècle n’est pas beaucoup plus marquée que celle que subirent d’autres denrées, ainsi qu’on le verra. Il paraît donc difficile de penser que la capacité de l’ardab ait beaucoup varié, entre 1665 et la fin du xviiie siècle (voir la note sur les mesures, p. lvii).

7 Parce que le riz ne jouait pas un rôle comparable à celui du blé dans l’alimentation des Égyptiens. Par contre il faisait l’objet d’un commerce extérieur actif, ce qui contribuait peut-être à limiter l’amplitude des variations de son prix.

8 Les données des registres du Maḥkama sont complétées par celles que nous a fournies la correspondance consulaire (Archives Nationales, Chambre de Commerce de Marseille).

9 Les moyennes décennales du riz entre 1681 et 1790 (192, 491, 338, 195, 220, 267, 228, 205, 588, 660, 891) dessinent des cycles quarantenaires comparables à ceux du blé ; mais du fait de la médiocre abondance des données la courbe est moins caractéristique.

10 Maxima en 1690 (95 paras l’ardab), 1696 (176), 1706 (191), 1713 (107), 1724 (120), 1741 (97), 1748 (102), 1759 (104), 1772 (255), 1777 (148), 1784 (346), 1792 (455).

11 Les textes historiques, et les documents d’archives, mentionnent un certain nombre de fromages dont les plus fréquemment cités sont le ğabn ḥālūm, le kaškabān et le manṣūrī.

12 Chiffres complétés par ceux que fournissent les archives consulaires.

13 Pour le lin les chiffres combinés des archives consulaires et du Tribunal indiquent une hausse de 141 % entre 1680 et 1735. Pour le ġazl (laine filée) le prix passe de 55 paras la ḏirā‘ en 1683 (indice 100) à 162 en 1795 (indice 294).

14 « Batanouny », « menouf » et « dimitte » (les deux premières sont des étoffes de lin).

15 Les indications trouvées dans les documents du Tribunal sur les prix des tissus locaux sont trop lacunaires pour permettre une analyse un peu détaillée de leur évolution. Les séries les plus complètes concernent le ṣandal (tissu de soie) et le manūf (tissu de lin). Dans les deux cas les chiffres dont nous disposons suggèrent une tendance à la baisse des prix (en monnaie constante) de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle : pour le ṣandal, 21 paras la coudée (ḏirā‘) en 1718 ; 15 en 1719 ; 15 en 1727 ; 13 en 1737 ; 12 en 1747 ; 12 en 1753 ; 8 en 1755 ; 12 en 1778 ; 15 en 1780 ; 10 en 1792 ; 12 en 1793. Et pour le manūf : 66 paras la pièce en 1686 ; 42 en 1729 ; 43 en 1731 ; 48 en 1732 ; 45 en 1734 ; 36 en 1738 ; 39 en 1740 ; 61 en 1744 ; 49 en 1763.

16 Les documents des Archives Nationales indiquent également deux périodes de cherté en 1686 et 1693.

17 La multiplicité des types de chaussures que mentionnent les documents du Maḥkama (bābūğ aṣfar ou aḥmar, marākīb aḥmar, aṣfar, baladī, etc...) rend d’ailleurs les comparaisons difficiles.

18 Pour le safranum la moyenne des valeurs annuelles est la suivante pour les différents cycles (prix exprimés en livres par quintal d’après la C.C.M.) :
1700-1717 : 50,2 1718-1731 : 62,8
1732-1743 : 54,2 1744-1759 : 67,2
1760-1774 : — 1775-1790 : 80,7

19 Voir le graphique 6. Le tableau des prix annuels moyens du café a été établi à partir des informations trouvées dans les documents du Maḥkama, dans la correspondance consulaire (Archives nationales), et dans les documents des archives de la Chambre de commerce de Marseille (Fonds Roux). En ce qui concerne ces deux dernières sources, nous n’avons utilisé que les indications données en monnaie et mesures locales (médins par qanṭār). L’établissement des prix et leur conversion en monnaie constante ont présenté quelques difficultés du fait de l’utilisation simultanée, dans les documents consulaires, de piastres de valeurs différentes (piastres réelles, piastres de compte), et dans les registres du Maḥkama de paras « dīwānī » (conformes à la réglementation officielle) et de paras « mu‘āmala » (courants). Les comparaisons que nous permettaient de faire les différentes sources dont nous disposions nous ont parfois permis de résoudre les problèmes que posaient la complexité et la confusion des unités monétaires employées, en particulier pendant la période 1720-1730. Les statistiques, en sols par livre, de la correspondance consulaire nous ont aussi fourni des points de référence utiles.

20 Les moyennes décennales 1781-1790 (1.458 paras) et 1791-1798 (1.317 paras) sont équivalentes aux moyennes 1701-1710 (1.428 paras) et 1711-1720 (1.415).

21 Les chiffres trouvés dans les registres du Maḥkama indiquent même plutôt une baisse du prix du lūbān (en monnaie constante). Si on ne tient pas compte des années de cherté on a la série de chiffres suivante (en paras par qanṭār) : 1663, 394 paras ; 1667, 305 ; 1673, 443 ; 1677, 555 ; 1687, 320 ; 1703, 475 ; 1714, 350 ; 1721, 498 ; 1724. 299 ; 1727, 251 ; 1735, 252 ; 1740, 195 ; 1751, 210.

22 Quelques chiffres trouvés dans les documents du Tribunal et concernant le ğūḫ mulawwan, étoffe européenne qui pourrait être le drap londrin et qui était apparemment d’usage courant en Égypte, confirment cette stabilité des prix au xviiie siècle, mise à part la « flambée » de hausse des dernières années (en médins constants par ḏirā‘) : 1681, 40 médins ; 1705, 60 ; 1752, 58 ; 1781, 51 ; 1782, 49 ; 1791, 84.

23 Ğabartī, IV, 313.

24 Le tableau de Lane (Manners, 581) porte sur 16 articles dont la valeur totale est de 2.725 piastres. Les 6 articles que nous avons retenus représentent à eux seuls une valeur de 1.810 piastres.

25 Les chiffres données dans ce tableau sont établis à partir de la moyenne des valeurs connues pour chaque période. Pour le blé et le café, la moyenne décennale a été établie à partir des moyennes annuelles.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search