Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome I

 | 
André Raymond

Chapitre premier. Les monnaies

Texte intégral

1. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MONNAIES EN CIRCULATION AU CAIRE

  • 1 Sur les problèmes monétaires ottomans, voir : Mantran, Istanbul, 233-271 ; Svoronos, Commerce, 82- (...)

1L’Égypte, comme tous les pays de l’Empire ottoman, avait aux xviie et xviiie siècles un système monétaire double avec une circulation simultanée de monnaies « occidentales » et de monnaies ottomanes et locales1. L’essentiel des activités commerciales (et en particulier tout le « grand commerce ») était assuré au moyen de monnaies étrangères. Les transactions courantes s’effectuaient au moyen de monnaies fabriquées localement dont la rapide dépréciation devait constituer le phénomène le plus spectaculaire, et le plus lourd de conséquences, de la vie économique égyptienne dans les deux derniers siècles de la domination ottomane.

Les monnaies européennes

  • 2 D’après Paris (Le Levant, 324), « les Turcs étaient bien moins experts que les Occidentaux pour ap (...)
  • 3 La « mode » durable de l’écu de Hollande dans tout le Levant arabe n’a sans doute pas d’autres cau (...)

2La faveur persistante des monnaies européennes sur les marchés commerciaux du Proche-Orient, et particulièrement en Égypte, s’explique essentiellement par le bon aloi de la plupart de ces espèces et par leur stabilité, caractères qui contrastaient avec l’altération progressive et l’instabilité des monnaies ottomanes au xviie et au xviiie siècle. Dans des relations commerciales complexes et lointaines, cette fixité constituait un avantage évident et dispensait en particulier les utilisateurs des vérifications délicates qu’eût exigées le maniement d’espèces d’une qualité moins reconnue2. Ainsi s’expliquait l’attachement des populations et des commerçants indigènes à certains types connus et leur répugnance à en accepter de nouveaux pourtant de qualité parfois supérieure3.

  • 4 Voir : Paris, op. cit., 129-130, 135 ; Dermigny, Circuits de l’argent, 239-240. Il y aurait lieu d (...)
  • 5 A.N., Alexandrie, Β 1 114, 27 juin 1788.
  • 6 Ibid., Β 1 112, statistiques commerciales pour les années 1776 à 1781.

3Le déséquilibre traditionnel du commerce entre l’Europe et le Levant, qui avait de tous temps entraîné un courant compensateur de métaux précieux, alimentait les marchés commerciaux du monde ottoman en monnaies d’or et d’argent qui se diffusaient ensuite dans l’arrière-pays et parvenaient, de proche en proche, jusqu’au centre de l’Afrique et en Extrême-Orient4. Dans les dernières années du xviie siècle et au début du xviiie siècle, les envois de fonds par Marseille, qui devaient permettre en particulier l’achat du café et des épices, se faisaient au rythme d’un à trois millions de livres par an (soit, approximativement, de 16,6 à 50 millions de médins) ainsi qu’en témoignent les rapports consulaires. Des sommes plus considérables encore arrivaient en Égypte d’Istanbul et des grands centres commerciaux de la Méditerranée orientale, dont une bonne partie sous la forme de monnaies européennes qui circulaient en abondance dans ces places. Par suite de la diminution des achats de café de Moka (causée d’abord par des mesures de prohibition, puis par une baisse de la demande en France) et de l’accroissement des exportations françaises, le mouvement de numéraire à partir de Marseille tendit à diminuer entre 1730 et 1750, mais en 1787 encore, suivant une des dernières statistiques données par les archives consulaires françaises, on transporta à Alexandrie de Marseille, de Livourne et de Venise un total de 3.281.000 livres (soit environ 52 millions de médins)5. Les statistiques commerciales des années 1776 à 1781 indiquent qu’en raison de l’excédent de leurs achats sur leurs ventes, les Échelles de Turquie (Constantinople et Smyrne en particulier) faisaient « passer en Égypte des sommes considérables ». De fait le commerce entre l’Égypte et la Barbarie et la Turquie était alors largement bénéficiaire : en moyenne 6.291.000 livres chaque année6.

  • 7 Svoronos, Commerce, 114-5. Le Mémoire sur le commerce du 12 mai 1729 (A. N., Alexandrie, Β 1 102) (...)

4Du fait de l’espèce de prime dont bénéficiaient certaines monnaies européennes dans le Levant, il y avait des différences parfois considérables entre leur valeur intrinsèque et leur cours réel. A ce phénomène s’ajoutait l’effet de la surévaluation des monnaies d’argent qui résultait en Égypte des manipulations auxquelles les espèces d’argent étaient constamment soumises et de la valeur fictive, très supérieure à la valeur de l’argent, que les gouvernants étaient amenés à leur fixer. Le passage des monnaies d’argent d’Europe en Égypte faisait donc réaliser des bénéfices considérables aux commerçants francs qui se livraient à des trafics complexes et fructueux entre les diverses Echelles et les places européennes7. Pour s’assurer l’approvisionnement nécessaire en numéraire, ils faisaient frapper les pièces les plus recherchées et certains succombèrent même à la tentation d’introduire des pièces altérées, ce qui augmentait leurs bénéfices mais contribuait à accroître la confusion monétaire dans le Levant.

  • 8 Sur le ducat (ou sequin) de Venise voir : Svoronos, Commerce, 82 ; Mantran, Istanbul, 237-8 ; Pari (...)
  • 9 A Ğudda, remarque Niebuhr (Voyage, I, 217), les ducats de Venise « ont plus de cours que la monnai (...)

5Les monnaies étrangères circulant au Caire étaient les mêmes que celles qui avaient cours à la même époque à Istanbul, avec une variété cependant moins grande. La monnaie d’or la plus communément utilisée était le ducat vénitien. La qualité constante de cette pièce, d’un poids de 3,494 g (invariable depuis 1526) et d’un titre de 996 millièmes, justifiait sa réputation8. Généralement appelé bunduqī ou même « naturalisé » sous le nom de šarīfī bunduqī le ducat vénitien joua un rôle déterminant dans le grand commerce au Caire durant le xviie siècle et le premier tiers du xviiie : vers 1680, il valait 1,10 šarīfī Muḥammadī, monnaie d’or locale de titre et de poids équivalents. Si, après 1730, son rôle diminua au profit de monnaies d’or nouvelles comme le funduqlī ou le zer maḥbūb il resta utilisé jusqu’en 1798 et Niebuhr vers 1760 témoigne encore de son importance dans le commerce égyptien avec le Yémen et l’Inde9.

Les monnaies européennes : les pièces d’argent

  • 10 Cette évolution paraît avoir été due à deux phénomènes concomitants : raréfaction des piastres esp (...)

6En dépit de l’importance croissante des pièces d’or dans la circulation monétaire vers la fin du xviiie siècle10, c’étaient les pièces d’argent qui jouaient le rôle principal, tant dans les transactions courantes que dans le grand commerce international. Les Turcs d’une manière générale, et les Égyptiens en particulier, frappant assez peu d’argent, la circulation monétaire au Caire était à peu près exclusivement fondée sur les espèces étrangères. Cette primauté s’incarna successivement dans l’écu hollandais, pendant la deuxième moitié du xviie siècle, puis dans la piastre espagnole, de la fin du xviie siècle à 1750, et enfin dans le thaler impérial.

  • 11 Mantran, Istanbul, 240-2. Paris, Le Levant, 355-6.
  • 12 Voir, par exemple, C.C.M., J 600, 13 août 1681 ; J 562, 4 mars 1686 ; J 602, 1er juin 1693 ; A. N, (...)

7L’écu de Hollande est connu dans les textes arabes sous des noms variés qui font en général allusion au lion que cette pièce portait en effigie : ġirš al-asadī et asadī (en Turquie : esedi ğuruš ou arslānī ğuruš, dont les Occidentaux ont fait « asselany »), abū kalb ou ġirš kalb ou kalb (qui a donné chez les voyageurs ou dans les rapports consulaires : « abouquel », « bouquel », « boquelle ») ou encore al-kalb al-ḥağar. Ce rixdale hollandais, après avoir été une bonne monnaie, était devenu au xviie siècle une pièce d’assez mauvais aloi, dont la teneur en cuivre pouvait atteindre 50 % en raison des altérations qu’on lui faisait subir en Europe en vue de son exportation au Levant. Cependant les populations du Levant, à l’étonnement un peu scandalisé des marchands français, lui conservèrent leur faveur, jusqu’à la fin du xviie siècle11. Au Caire, le kalb était encore coté à 91 % du riyāl espagnol en 1674 (30 paras contre 33 paras) bien que la valeur intrinsèque de celui-ci fût supérieure de 20 %. Ce n’est que dans le dernier quart du siècle que la valeur du kalb tendit à s’aligner sur sa valeur réelle par rapport au riyāl : 86 % en 1682 (43 paras contre 50) ; 80 % en 1690 (44 paras contre 50) ; 77 % en 1700 (50 paras contre 65) ; 75 % en 1711 (45 paras contre 60). A partir de 1680 la correspondance consulaire signale fréquemment l’entrée de kalb « légers » et faux » venus de Marseille ou de Livourne, et fait écho aux plaintes des autorités égyptiennes12. La confiance en l’abū kalb ayant ainsi disparu, cette pièce se fit progressivement plus rare et disparut à peu près complètement après 1730.

  • 13 Le terme ḥağar est mentionné par Niebuhr (Description, II, 48) qui semble d’ailleurs faire une con (...)
  • 14 Le consul de Lironcourt estimait, en 1749, son poids à 9 drachmes et son titre à 950 millièmes (A. (...)
  • 15 A. N., Caire, Β 1 314, 15 avril 1699.
  • 16 Voir entre autres : A. N., Caire, Β 1 313, septembre 1692 ; ibid., 315, 20 septembre 1703 (pillage (...)
  • 17 Le meilleur commerce que les Français peuvent faire, écrivait Le Maire en 1722, est celui des pias (...)
  • 18 Voir par exemple en 1733 (C.C.M., Roux, LIX, 676, 20 avril 1733) : hausse de 72 3/4 médins à 76, p (...)
  • 19 C.C.M., J 581, 10 janvier 1735 (piastres acceptées avec une diminution de 2 médins) ; J 618, 30 se (...)

8Elle avait été supplantée dans les transactions commerciales par la piastre espagnole (sévillane ou mexicaine) que les textes et documents arabes mentionnent sous le nom de riyāl, ġirš riyāl, riyāl ḥağar, riyāl mašṭ ḥağar, riyāl mašṭ13. Cette pièce d’argent d’une excellente qualité14 jouit dans tout le Levant, pendant tout le xviie siècle, d’une faveur qui ne fut que momentanément menacée par celle, abusive, de l’écu de Hollande, et qui s’affirma encore avec l’apparition d’un type amélioré, en 1687 : on ne voit plus « dans le cours des affaires que des piastres d’Espagne », écrivait le consul De Maillet en 169915. Les commerçants européens, les Marseillais en particulier, durent organiser un circuit commercial complexe, pour se procurer les énormes quantités de piastres espagnoles qui leur étaient nécessaires. Entre 1690 et 1720, Marseille à elle seule envoyait chaque année en Égypte de 300.000 à 1.000.000 de piastres espagnoles. Il en venait également des autres places européennes et de Turquie16. Une partie de ces piastres ne faisaient que transiter en Égypte : la caravane terrestre au moment du Pèlerinage, les navires marchands de Mer Rouge, emportaient les riyāl avec lesquels on soldait les achats de café du Yémen, d’épices, d’étoffes des Indes qu’on effectuait au Hedjaz. Les commerçants européens tiraient un grand bénéfice du prix anormalement élevé du riyāl17 et spéculaient sur les variations des cours auxquelles ce commerce donnait lieu, l’approche du départ de la caravane provoquant une hausse du riyāl qui pouvait dépasser 5 %18. La piastre espagnole était si indispensable pour le paiement sur place du café et des produits orientaux, que la menace de voir les envois de Marseille se tarir fut, dans le premier tiers du xviiie siècle, un moyen de pression efficace pour obtenir la continuation, sous une forme semi-légale, de l’exportation du café, en principe prohibée par le sultan. La diminution des sorties de café vers l’Europe (aggravée après 1730 par la diffusion du café des Īles) et l’augmentation des ventes de tissus français, réduisirent cependant l’importance de la piastre dans le commerce entre Marseille et l’Égypte. Au même moment l’apparition de piastres nouvelles comportant une quantité plus grande d’alliage devait contribuer à affaiblir le prestige séculaire des sévillanes19. La vogue du thaler qui s’affirma à partir de 1740 coïncida avec ce déclin et l’accéléra, sans toutefois que la piastre sévillane ait jamais cessé de jouer un rôle important dans le commerce du Hedjaz et la circulation intérieure, jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle.

  • 20 A propos de la crise monétaire de 1703, Damurdāšī (p. 104) et Qīnalī (40 a) signalent le haut cour (...)
  • 21 Tribunal, ‘Ask., v. 124, 263 ; v. 139, 209.
  • 22 Poids et titre donnés par de Lironcourt en 1749 (A.N., Caire, Β 1 328, 24 mars). Voir aussi Samuel (...)
  • 23 Bergasse et Rambert, Commerce, 475. Paris, Le Levant, 356-7.
  • 24 Hamilton, A new account, I, 42.
  • 25 Niebuhr, Description, II, 48. Voir également Voyage, I, 217, 224 et 335. En 1769 Bruce (Voyage, II (...)
  • 26 A.N., Β 1 114, 27 juin 1788.
  • 27 Dermigny (Circuits de l’argent, 271-5) fait une description très plausible du mouvement de l’argen (...)
  • 28 C.C.M., J 628, 9 septembre 1769.
  • 29 Samuel-Bernard, Monnaies, 343-4. Le tarif des monnaies édicté par les Français à Alexandrie en jui (...)

9L’écu d’Allemagne (thaler) avait été connu dès le xviie siècle dans l’Empire ottoman, mais sa circulation était alors peu importante. En Égypte même il n’apparaît dans les textes qu’en 1703 sous le nom d’abū ṭāqa qu’il gardera pendant tout le siècle et qui se transformera en baṭāqa/pataque : il est alors présenté comme identique au riyāl espagnol20. Mais dès les premières mentions que nous ayons trouvées dans les registres du Maḥkama šar‘iyya, le riyāl baṭāqa a une valeur un peu supérieure à celle du riyāl ḥağar (110 paras contre 105 en 1726 ; 75 contre 68 en 1735)21. L’ascension du thaler est commencée : d’un titre inférieur à celui de la piastre (900 millièmes) mais d’un poids un peu supérieur (9 drachmes 3/8e), il s’impose sur le marché du Levant aux dépens du riyāl, surtout à partir de 1751, sous l’effigie de l’impératrice Marie-Thérèse22. Cette faveur était sans doute due au léger discrédit qui avait atteint le riyāl, mais aussi aux qualités indiscutables de la pièce impériale : excellence de l’aloi, netteté des contours, résistance meilleure à la rognure. Toutefois, si la pataque supplanta le riyāl au Caire vers 1750, c’est vraisemblablement surtout en raison de la faveur dont elle jouissait désormais le long de la Mer Rouge et dans l’Océan Indien : la diffusion du thaler est liée au commerce du café23. Présent dès le début du siècle à Moka24, le thaler y domine vers 1760 quand Niebuhr visite le Yémen : il constate alors que la seule monnaie d’or y est le sequin de Venise et que « les écus espèces d’Allemagne... sont tout aussi communs au Yémen »25, et il signale qu’une part importante de ces espèces passe ensuite aux Indes. Pour alimenter ce commerce, des quantités considérables de thalers sont acheminées des principaux ports européens vers Alexandrie : 480.000 en provenance de Marseille, Livourne et Venise en 178726. Le volume croissant de l’émission des pièces dans les Monnaies d’Autriche suit les besoins du trafic du Levant et, au terme d’un circuit complexe, c’est sous les traits de Marie-Thérèse que l’argent espagnol continue vers la fin du siècle de circuler sur les routes commerciales du café et des épices27. Dans le dernier tiers du xviiie siècle la pataque constitue la monnaie de base en Égypte pour toutes les transactions : « Les gens du pays et même les paysans qui ne les voulaient pas reconnaître auparavant [les] préfèrent aux sequins, il est bien rare qu’il se fasse le moindre paiement en or », remarque le consul de France en 176928. Le cours de la pataque est désormais égal, à peu de choses près, à celui de la piastre espagnole avec laquelle elle se confond d’ailleurs plus ou moins : dans les inventaires des successions du Maḥkama on trouve notés des mašṭ ḥağar baṭāqa, ou des mašṭ ḥağar riyāl baṭāqa, la mention mašṭ désignant apparemment les deux riyāl, mais plus souvent sans doute la pataque en raison de son abondance au Caire. La popularité de la pataque est alors telle qu’elle s’impose vers 1780 comme monnaie de compte : elle conservera ce rôle jusqu’en 1798 tandis que le thaler, sous l’appellation de farānsa ou riyāl farānsa, qui apparaît dans les registres du Maḥkama et dans Ğabartī à partir de 1788, continue à dominer la circulation monétaire29.

  • 30 Voir : Mantran, Istanbul, 238 ; et Paris, Le Levant, 357. Nous avons trouvé dix mentions du mağar (...)
  • 31 Paris, Le Levant, 131, 137. On trouve de rares mentions de l’écu de France dans les voyageurs : pa (...)

10Très peu de monnaies européennes paraissent avoir été utilisées au Caire au xviiie siècle en dehors du sequin vénitien et des riyāl espagnol et impérial, à en juger par la rareté des mentions qui en sont faites dans les documents consulaires ou les archives du Maḥkama. La seule exception concerne le šarīfī mağar, ou ḏahab mağar, une pièce d’or de valeur intermédiaire entre celle du bunduqī et celle du šarīfī Muḥammadī, probablement le ducat hongrois (le « hongre » des Européens) qui circulait à Istanbul à la fin du xviie siècle sous le nom de magar altunu ou magar filuri30. L’absence à peu près totale de pièces françaises malgré la prépondérance du commerce marseillais est aussi frappante en Égypte que dans le reste du Levant31.

Les monnaies locales

11Partie intégrante de l’Empire, l’Égypte appartenait au système monétaire ottoman : mais au total la circulation des espèces ottomanes y était assez limitée, surtout si on pense au rôle déterminant qu’y jouaient les monnaies européennes. Comme les principales capitales des provinces arabes, Le Caire avait, depuis le règne de Sulaïmān Ier (926/1520) une Monnaie particulière (dār-al-ḍarb ou ḍarbẖāna). On y frappait, sous le contrôle de plus en plus théorique des pachas, des pièces d’or et d’argent qui portaient le nom du sultan régnant et dont les types, du moins en ce qui concerne la monnaie d’or, correspondaient de très près aux types frappés à Istanbul. Au contraire la monnaie d’argent égyptienne (essentiellement le para ou niṣf fiḍḍa) n’eut, dès le début, que peu de rapports avec celle qui était frappée dans le reste de l’Empire.

  • 32 Voir Shaw, Financial, 323-4 ; Ottoman Egypt, 164. Samuel-Bernard, Monnaies, 399-401, 406-410, 438- (...)
  • 33 Voir dans Damurdāšī, parmi de nombreux exemples, la description de l’arrivée de l’ordre de frapper (...)

12A l’époque ottomane, la Monnaie du Caire avait son siège à la Citadelle. La frappe était concédée par la Porte aux gouverneurs d’Égypte : ils désignaient un amīn al-ḍarbẖāna qui en avait la charge administrative et qui leur versait 300.000 paras par an. La Monnaie employait 280 personnes à la fin du xviiie siècle. Si on tient compte de tous les revenus qu’ils retiraient de la Monnaie, c’est une somme de 1.135.000 paras que recevaient les wālī chaque année. Le profit normal que procurait la frappe était estimé par Samuel-Bernard à 4,75 % sur les pièces d’or, et à 31 % sur les pièces d’argent (médins). L’or nécessaire était fourni par une compagnie de juifs qui avaient passé un marché avec la Monnaie et qui l’achetaient eux-mêmes aux commerçants des caravanes du Maroc, du Sennar et du Darfour32. Les changements de règne, à l’occasion desquels on commençait à frapper la monnaie au nom du nouveau sultan, l’apparition d’un type monétaire nouveau, donnaient lieu à une cérémonie que les chroniqueurs ont décrite dans tous ses détails en chaque occasion : lecture du ḫaṭṭ šarīf au Divan de la Citadelle ; reprise par le qā’im maqām, ou le pacha, des coins anciens (sikka qadīma) qu’on plaçait dans un sac scellé destiné à cet usage (kīs al-sikak al-qadīma) et qu’on déposait dans la salle du Trésor (ḫazāna) ; remise à l’amīn du dār-al-ḍarb du coin nouveau33.

  • 34 Sur ces problèmes voir : Samuel-Bernard, Monnaies, 361-3 et 458-9 ; Lane-Poole, Catalogue, VIII, X (...)

13Ces monnaies qui, sauf en ce qui concerne le para, étaient conformes aux types ottomans en vigueur et mentionnaient le nom du sultan régnant avec la date de son avènement, comportaient l’indication du lieu de fabrication (ḍuriba fī Miṣra sanata...). Elles portaient également (jusqu’au règne de Muṣṭafā III) des lettres isolées qui étaient vraisemblablement les initiales des directeurs de la Monnaie. Ce n’est qu’à partir du règne du sultan Muṣṭafā (1757-1773) qu’on inscrivit sur les monnaies la date exacte de la frappe, sous la forme d’un chiffre donnant l’année du règne. ‘Alī Bey fut le premier gouvernant d’Égypte à faire figurer son nom sur les monnaies frappées au Caire, et Ismā‘īl Bey fit de même, après le départ d’Égypte de Ḥasan qapūdān pāšā34.

  • 35 Sur la zolota (iselotte) ottomane, voir Mantran, Istanbul, 244-5. L’incident de 1707 est décrit da (...)
  • 36 Aḥmad Čelebi, 80 b. Sur la piastre à ṭuġrā, voir Lane-Poole, Catalogue, VIII, XXXV et 158 (numéros (...)
  • 37 Venture de Paradis assure, sans donner aucune justification, qu’il y avait un « règlement » qui in (...)

14Au total, si on fait abstraction de l’unité monétaire de base, le para, le caractère le plus frappant du monnayage égyptien est la prédominance de la frappe des espèces d’or : il faudra attendre ‘Alī Bey pour qu’une piastre d’argent égyptienne voie le jour. Cette véritable répugnance à frapper des monnaies d’argent s’exprima d’une manière significative en décembre 1707 lorsque, des ordres sultaniens étant arrivés au Caire pour que soit améliorée la monnaie d’or et commencée la frappe de la zalāṭa d’argent (avec le coin nécessaire), les émirs égyptiens obtempérèrent en ce qui concerne le premier point, mais refusèrent d’exécuter le second, et en furent finalement dispensés par le sultan35. Il en fut de même en 1716 lorsqu’un ḫaṭṭ šarīf ordonna d’émettre au Caire la nouvelle piastre à ṭuġrā frappée par le sultan Aḥmad III à Istanbul : les émirs, réunis chez ‘Abd al-Raḥmān agha des Ğamāliyya, décidèrent de ne rien changer à la monnaie d’argent36. Cette réticence à frapper des piastres d’argent est d’autant plus étonnante que, compte tenu de la surévaluation des monnaies d’argent au Caire, l’opération aurait été particulièrement fructueuse. Pour l’expliquer on en est réduit aux hypothèses : nous avons vu le rôle déterminant que jouaient les riyāl européens dans le grand commerce égyptien du café et des épices ; il n’y avait aucun intérêt à juxtaposer à ces espèces d’un excellent aloi une frappe locale d’une qualité et d’une stabilité moins certaines. On peut donc supposer que les tuğğār cairotes et les milices, qui étaient liées d’intérêt avec eux, ne souhaitaient pas voir apparaître, et se répandre, des piastres égyptiennes dont la dégradation probable n’aurait pas manqué de perturber les relations commerciales37.

Les monnaies d’or locales

  • 38 Sur l’histoire des monnaies ottomanes, voir : Lane-Poole, Catalogue, VIII, XVIII-XXXVI ; Āfet, Ape (...)

15Les pièces d’or frappées en Égypte du xvie au xviiie siècle appartiennent toutes au système monétaire ottoman : à la seule exception du zer maḥbūb, ces pièces furent en général d’un assez bon aloi38.

  • 39 Le poids des spécimens cités par Lane-Poole (Catalogue, VIII et Additions) varie entre 3,479 g (n° (...)
  • 40 Voir les cinq monnaies étudiées par Samuel-Bernard (Monnaies, 450-1) et datant de 1595 à 1640 : le (...)
  • 41 En 1697 le titre du muḥammadī semblait être tombé au-dessous de 20 qīrāṭ (833 millièmes) : K. tarā (...)

16Jusqu’à la fin du xviie siècle la seule pièce d’or en usage au Caire était l’ašrafī (ou šarīfī) Muḥammadī, que les Européens appelaient « sequin chérif » et qui correspondait exactement à l’altun ottoman. Frappé au Caire à partir du règne de Sulaïmān Ier (1520-1566) le Muḥammadī avait les mêmes caractéristiques que l’altun : poids 1,120 drachme (3,448 g) et titre 996. C’étaient aussi celles du bunduqī. Cependant la pièce vénitienne devait bénéficier d’un cours plus avantageux (105 paras contre 95 vers 1680), bien que dans l’ensemble la qualité du šarīfī soit restée satisfaisante, au moins jusque vers la fin du xviie siècle. Le poids des pièces varia peu de l’époque de Sulaïmān Ier à celle d’Aḥmad II (1691-1695)39. Quant à la baisse du titre, elle paraît avoir été très lente, du moins jusque vers 165040. Lorsque la frappe du Muḥammadī fut arrêtée au Caire en 1697, il valait toujours 95 paras, le bunduqī étant passé à 120, différence qui s’explique peut-être par une dévalorisation plus accentuée des pièces émises durant les dernières années41. Quoi qu’il en soit le šarīfī, qui avait été jusque-là plus répandu au Caire que le bunduqī, continua pendant de longues années à être employé dans le commerce et ne disparut de la circulation que vers 1730.

  • 42 Muḫtaṣar, 68 a. Aḥmad Čelebi, 37 b. Zubda, 34 a. Qīnalī, 11 b. Damurdāšī, 33. K. tarāğim, 925-6. Ğ (...)

17C’est en ṣafar 1109 (août-septembre 1697) que l’on reçut au Caire l’ordre de frapper une nouvelle monnaie d’or qui devait remplacer le šarīfī. Il s’agissait de la pièce qu’on avait commencé à frapper à Istanbul en 1108 (1696-7) sous le nom de istanbul altunu ou tuġrali altun (la pièce d’or au ṭuġrā, au sceau du nouveau sultan, Muṣṭafā II). Elle prit presque immédiatement au Caire le nom de ṭuralī (šarīfī ṭuralī) ou d’abū ṭura (et souvent abū ṭūra ou abū ṭurra). Son poids (1,15 dirham/3,542 g) et son titre (22 qīrāṭ/917) devaient lui donner une valeur proche de celle du bunduqī : effectivement son cours fut fixé à 115 niṣf fiḍḍa alors que le bunduqī en valait 12042. Le ṭuralī se maintint quelques années à un cours voisin du bunduqī (en 1705, 100 médins contre 110) puis il se dévalorisa assez rapidement. Il ne joua un rôle important dans la circulation monétaire que pendant quelques années : rapidement supplanté par le zinğirlī, il n’apparaît plus que de manière épisodique dans les registres du Maḥkama à partir de 1724 et il en disparaît à peu près totalement après 1736.

  • 43 Aḥmad Čelebi, 44 a - 44 b. Damurdāšī, 114. Sur le « miṣr zinjirleesee », voir Lane-Poole, Catalogu (...)
  • 44 Il est possible que les deux sequins « zer maḥbūb » dont Samuel-Bernard donne les caractéristiques (...)
  • 45 Qīnalī, 135 b-136 a. Damurdāšī, 288-9. Aḥmad Čelebi, 158 b -159 a. Ğabartī, I, 137.

18Dès le début du règne du successeur de Muṣṭafā II, Aḥmad III (1703-1730), l’ordre arriva au Caire de frapper une nouvelle pièce d’or, le zinğirlī qui devait remplacer le ṭuralī (šawwāl 1119/décembre 1707)43. Ses caractéristiques étaient sans doute légèrement supérieures car son cours fut fixé à 107 paras contre 100 au ṭuralī (et 115 au bunduqī)44. Le « sequin zenguerli » devait jouer un rôle dominant dans la circulation monétaire jusque vers 1740 avec une valeur d’abord égale à environ 0,9 bunduqī mais qui devait sensiblement baisser après 1720. Par la suite le funduqlī puis le zer maḥbūb s’imposèrent graduellement et le zinğirlī disparut presque complètement vers 1755. La frappe du zinğirlī fut interrompue en 1725 sur l’ordre du sultan ; mais les tuğğār en or, de connivence avec le ṣāḥib ‘iyār de la Monnaie et les émirs égyptiens, profitèrent des circonstances politiques (déposition du pacha et interrègne au Caire) pour faire ressortir le coin du zinğirlī du sac scellé et faire frapper environ un million de zinğirlī à un titre inférieur d’une qīrāṭ au titre légal45.

  • 46 Qīnalī (135 b) et Damurdāšī (288) indiquent que le titre était de 24 qīrāṭ ; d’après Aḥmad Čelebi (...)
  • 47 Samuel-Bernard, Monnaies, 446-9.
  • 48 Ibid., 342, 387, 448-9 (numéros 24 et 25).

19L’ordre de frapper le funduqlī d’or arriva au Caire au début de l’année 1725. Conforme au funduk altun, frappé bien avant à Istanbul, la nouvelle pièce devait avoir un poids de 1,14 dirham (3,510 g) et un titre de 23 qīrāṭ (968 millièmes)46. On frappa également des demi-funduqlī (1,755 g) et des doubles funduqlī (7,020 g), les uns et les autres avec un titre équivalent. Au moment de son apparition, le cours officiel du funduqlī avait été fixé à 134 niṣf fiḍḍa, mais son cours réel s’établit en 1730 à 180 paras, à égalité avec le bunduqī vénitien. Les exemplaires étudiés par Samuel-Bernard montrent que la frappe du funduqlī fut longtemps maintenue à un bon niveau en ce qui concerne le poids des pièces et leur titre. Les pièces datant du règne d’Aḥmad III (jusqu’en 1730) avaient un titre de 965 et 944 (quantité d’or contenue 3,222 g en moyenne au lieu de 3,397 d’après le poids et le titre légaux). Cette qualité se maintint sous le règne du sultan Maḥmūd (1730-1754) : le poids des pièces mentionnées par Samuel-Bernard se situe entre 3,470 g et 3,375 g, leur titre entre 960 et 941 (quantité moyenne d’or contenue dans six exemplaires : 3,259 g soit une diminution de 4 % seulement par rapport à la quantité d’or légale)47. Le cours du funduqlī se maintint donc à 10 % environ au-dessous de celui du bunduqī. Dans des conditions que nous ne connaissons pas, et à une date qui n’est pas certaine (mais sans doute en 1189/1775), sous le règne de ‘Abd al-Ḥamīd, donc bien après que la frappe du funduqlī ait été arrêtée, on fabriqua au Caire des funduqlī si dévalués qu’ils passaient pour faux en 1798 : avec un titre de 725 et 710 les deux exemplaires signalés par Samuel-Bernard ne contenaient plus que 2,492 et 2,462 g d’or, soit une diminution moyenne de 23 % par rapport aux caractéristiques de la pièce en 1725. Ces pièces, sans être réellement fausses, avaient été émises par le gouvernement du pays, à un titre équivalent à celui des zer maḥbūb, « pour une valeur égale à celle des anciens fondouklis, et, par conséquent, bien supérieure à celle qu’elles avaient réellement »48. Cette falsification tardive n’empêcha pas le funduqlī d’être avec le zer maḥbūb la monnaie d’or la plus usitée au Caire dans la seconde partie du xviiie siècle.

  • 49 Sur l’apparition du zer maḥbūb, voir Aḥmad Čelebi (254 b) et Ğabartī (I, 146). Sur son nom mi-pers (...)
  • 50 Peut-être parce que son cours avait été assez voisin de celui du thaler. Girard (Mémoire, 629) l’é (...)
  • 51 Monnaies, numéro 34 : le poids (2,310 g) est anormalement bas, ce qui peut s’expliquer par le frai (...)
  • 52 Samuel-Bernard (Monnaies, 387) cite, d’après Bonneville, le cas d’un zer maḥbūb frappé en 1785/6 e (...)

20Dans le système monétaire ottoman, dont les altun successifs se caractérisaient par un poids à peu près constant de 3,4 g, l’apparition en 1123 (1711/2) d’une monnaie d’or pesant 2,5 g représentait une innovation tout à fait remarquable. C’est en 1736 que la pièce nouvelle fut pour la première fois frappée en Égypte, six ans après le début du règne de Maḥmūd Ier. Le ḫaṭṭ šarīf arrivé au Caire en šawwāl 1148 (février 1736) prévoyait l’arrêt de la frappe du funduqlī (dont le cours officiel, revalorisé, passait de 134 à 146 paras) et son remplacement par le zer maḥbūb (aussi appelé zār maḥbūb), d’un poids de 2,598 g (0,84 dirham) et d’un titre de 958. Sa valeur était fixée à 110 paras49. En même temps que le zer maḥbūb, on frappa au Caire des doubles sequins et même des triples sequins pesant respectivement 5,196 et 7,5 g. La gamme, très complète, des zer maḥbūb comprenait aussi un demi-sequin, ou « nousfiyeh », d’un poids légal de 1,298 g, et un quart de sequin, ou « rouba‘yeh » (0,647 g). Le demi-zer maḥbūb qui eut apparemment une grande diffusion, à en juger par les nombreux exemplaires signalés par Samuel-Bernard, était appelé « pataque ḏahaby » par les Européens50. Le zer maḥbūb paraît avoir connu une dévalorisation plus accentuée que les monnaies d’or déjà étudiées : la seule pièce étudiée par Samuel-Bernard pour le règne de Maḥmūd (1730-1754) a un titre de 871 seulement51. Sous Muṣṭafā III (1757-1773) le titre tombe à 730, 721, 742, le poids moyen en or pur est de 1,869 g soit 75 % du poids légal primitif, en dépit d’un effort fait après 1760 pour ramener le titre légal à 937. Vers 1773 le titre légal est de 750, mais les monnaies étudiées par Samuel-Bernard pour le règne de ‘Abd al-Ḥamīd (1773-1789) ont un titre encore inférieur (721, 715, 706 pour les zer maḥbūb ; 766, 718 pour les demi-zer maḥbūb) : le contenu moyen en or tombe à 1,833 g pour les zer maḥbūb, et 0,945 g pour les demi-zer maḥbūb, soit 74 et 76 % du poids d’or primitif52. Malgré une nouvelle tentative faite en 1789 pour ramener le titre à 19 qīrāṭ (792), il ne dépasse plus 700 sous Salīm III (1789), ce qui donne un contenu moyen en or de 1,778 g et 0,847 g (71 % et 68 % du contenu primitif). En 1798 le titre est officiellement de 698. En dépit de cette baisse de qualité, le zer maḥbūb, qui était devenu après 1754 la seule monnaie d’or à être frappée au Caire, eut pendant les cinquante dernières années du siècle une grande diffusion, son apogée se situant entre 1740 et 1760, avant que la « pataque » ne le supplante.

La piastre de ‘Alī Bey

  • 53 Samuel-Bernard, Monnaies, 361-3, 383-4. C’est la seconde hypothèse que suggère Lachman (The Kurush (...)
  • 54 Samuel-Bernard, Monnaies, numéro 55, pp. 456-7 (15,835 g). Lane-Poole, Catalogue, VIII, numéro 647 (...)
  • 55 Nous n’en avons pas trouvé de mention dans les registres du Maḥkama que nous avons étudiés. Voir C (...)
  • 56 Ğabartī, I, 371 ; III, 353 et IV, 313. Samuel-Bernard, Monnaies, 333. Samuel-Bernard remarque égal (...)

21Les pièces d’argent (ġirš) frappées par ‘Alī Bey furent les premières du genre à voir le jour en Égypte. Le manque d’une monnaie intermédiaire entre les pièces d’or et les médins était peut-être une des raisons qui poussèrent ‘Alī Bey dans cette voie. Mais il faut tenir compte aussi du désir qu’il eut d’affirmer d’une manière ostensible son autonomie, désir qui l’avait déjà amené précédemment à faire graver ses initiales sur les pièces d’or : outre son nom au complet on trouve sur les monnaies d’argent, au lieu de la date de 1171 (1757) (avènement du sultan) comme il était d’usage, celle de 1183 (1769-1770), année de l’indépendance de ‘Alī Bey ou de la frappe de la pièce53. Ces piastres s’inspiraient de celles de Constantinople, plus précisément de la zolota de Muṣṭafā III dont le poids était compris entre 13,737 et 14,774 g. La piastre, qui valait 40 médins, avait à l’origine un poids proche de 15 g qui paraît avoir fortement diminué par la suite ; la demi-piastre de 20 médins pesait 7,823 g. On frappa également des multiples et des sous-multiples de la piastre ; le titre effectif de ces pièces semble avoir varié entre 480 et 310, le titre légal étant de 50054. Cette rapide baisse de qualité, s’ajoutant à la répugnance déjà signalée pour la monnaie d’argent locale, explique sans doute le peu de succès de ces pièces qui n’étaient acceptées qu’avec une différence de 30 ou 40 % dès 177255. La chute de ‘Alī Bey acheva de discréditer une monnaie qui était comme le symbole de l’avortement de sa tentative politique : dès le retour de Muḥammad Bey abū ḏahab au Caire, la circulation des piastres de ‘Alī Bey fut interdite56.

Les paras

  • 57 Sur l’origine du para voir : Ğabartī, III, 352 ; Samuel-Bernard, Monnaies, 334 ; Dozy, Dictionnair (...)
  • 58 Samuel-Bernard, Monnaies, 334.

22Utilisé pendant toute la période ottomane aussi bien pour les transactions courantes que pour la comptabilité, le para d’argent égyptien paraît avoir eu pour origine la pièce d’argent mamelouke dite mu’ayyadī d’un demi-dirham, d’où les noms de mīdī/médin et de niṣf fiḍḍa par lesquels il était également désigné. Après que Ḫāïr Bey, premier gouverneur ottoman d’Égypte, se fut efforcé de frapper des paras équivalents aux akče ottomans, et de valeur plus qu’à moitié inférieure à celle des mu’ayyadī mamelouks, on revint en Égypte à un type de para dérivant du système mamelouk57. Dans les premières années du règne de Sulaïmān Ier (1520-1566), le para pesait 1,289 g (soit deux cinquièmes de dirham) et valait 2 akče. Deux siècles plus tard, tombé au poids de 0,225 g et au titre de 350 millièmes, mais resté la monnaie de base en Égypte, le para était décrit par Samuel-Bernard dans les termes suivants : « Cette singulière monnaie, plus mince qu’une feuille de papier... dont un millier se renferme dans un cornet de papier peu volumineux, est devenue la principale monnaie d’Égypte, celle qui sert aux achats en gros, comme au menu détail, dans laquelle se font tous les comptes et se prélèvent les impôts »58.

  • 59 Aḥmad Čelebi, 245 a ; Ğabartī, I, 147. Ainsi s’explique sans doute la présence dans le Catalogue d (...)

23L’histoire du para est celle d’une dépréciation à peu près continuelle, interrompue, aux moments de crise, par des tentatives en général peu durables pour le revaloriser : à l’action quasi constante des gouvernants cairotes qui, pour accroître les profits immédiats que leur procurait la frappe, dévalorisaient progressivement le para en diminuant son poids et en augmentant la proportion d’alliage, s’ajoutèrent durant trois siècles les effets du rognage des monnaies et de la circulation de faux paras. La circulation de petits médins rognés et minces, dits maqāṣīṣ, était une source de gêne pour le commerce qui souffrait de la présence simultanée de paras de bonne qualité et de paras avilis. L’histoire du Caire entre 1670 et 1740 abonde en crises provoquées par ce désordre monétaire et en tentatives pour y mettre un terme en proscrivant les maqāṣīṣ et en imposant la circulation de niṣf fiḍḍa « dīwānī » (de bon aloi). Sans aucun succès : en 1735 il n’y avait pas moins de trois types de paras en circulation59. Les prix tendaient à s’établir par référence aux paras les plus dévalués et la hausse des prix qui en résultait affectait particulièrement les éléments pauvres de la population.

  • 60 Aḥmad Čelebi, 4 b.
  • 61 K. tarāğim, 731.
  • 62 Samuel-Bernard, Monnaies, numéro 62. Lane-Poole, Catalogue, VIII, numéros 490 et 492. Shaw, Ottoma (...)
  • 63 Samuel-Bernard, Monnaies, médins numéros 63, 64, 67, 68, 69, 71. 72 et 73 ; ibid., 383, 388, 453, (...)

24Le para ne semble pas avoir conservé son poids primitif de 1,289 g plus de quelques années : dès 1535 il tombe à un tiers de dirham (1,03 g)60 et, dans le siècle et demi qui suit, sa dépréciation se poursuit. Dans les années qui précèdent 1686 il ne pèse plus que 0,772 g avec un titre de 750 : son poids en argent est donc de 0,579 g. Une décision sultanienne fixe alors son poids à 0,710 g et son titre à 700 (poids d’argent : 0,497 g)61. Le poids légal est abaissé à 0,689 g en 1698, puis à 0,627 (titre 600) sous le sultan Aḥmad, mais des paras frappés sous son règne ne pèsent en réalité que 0,518 g. Sous le règne de Maḥmūd (1730-1754), le poids légal tombe à 0,570 g, avec un titre de 600 (poids d’argent : 0,342 g) ; un para de cette époque, étudié par Samuel-Bernard, se situe cependant très en deçà de ces chiffres : poids 0,500 g, titre 466, soit un poids d’argent de 0,233 g62. Entre 1757 et 1789 le poids légal fut fixé à 0,354 g et le titre à 500 (soit 0,177 g d’argent par médin), mais les médins publiés par Samuel-Bernard sont compris, pour le poids entre 0,312 g et 0,284 g, et pour le titre entre 494 et 428 : le poids d’argent pur qu’ils contiennent est donc en réalité de 0,140 et 0,143 g (vers 1770), 0,143 (1780), 0,130 et 0,136 (1785-1787). Deux tentatives faites vers 1762 et en 1789 pour revaloriser le médin ne donnent aucun résultat. Dans la dernière décennie du siècle, sous le règne de Salīm (monté sur le trône en 1789), le mouvement s’accélère : le poids légal tombe de 0,308 g (en 1789) à 0,225 (en 1798) et le titre de 440 à 350, le contenu en argent passant pendant la même période de 0,135 à 0,079 g. Les médins effectivement frappés à cette époque contiennent 0,125 et 0,124 g d’argent pur (1789/ 1790), 0,109 g (1792/1793) et enfin 0,079 g (en 1798)63. Entre 1686 et 1798 le poids du para était tombé de 0,710 g à 0,225 g, son titre de 700 à 350, et son contenu en argent pur de 0,497 g à 0,079 g : le médin avait donc perdu 84 % de sa valeur en un peu plus d’un siècle. Cette dépréciation impressionnante tendait à s’accélérer dans les dernières années de la domination ottomane : entre 1762 et 1798 (donc en 36 ans) le médin perdit 66 % de sa valeur intrinsèque, et entre 1789 et 1798 (en 9 ans seulement) 42 %.

La monnaie de cuivre

  • 64 Samuel-Bernard, Monnaies, 337 et 384. Ğabartī, IV, 313.
  • 65 La vente forcée du reliquat des 12.000 qanṭār (à 2.720 paras) rapporta encore plus à Aḥmad Pacha q (...)

25Si le para était aux xviie et xviiie siècles la monnaie de base, les pièces de cuivre étaient largement utilisées pour les petits paiements de la vie courante et servaient de monnaie divisionnaire. Les pièces de cuivre, fals/fulūs, ğadīd/ğudad (chez les auteurs européens « bourbes », « bulbes », « forles ») n’avaient qu’une valeur fictive qui résultait du besoin qu’on en avait. Aux ğadīd frappés officiellement à la Monnaie s’ajoutaient d’ailleurs les petites pièces de cuivre sans empreinte qu’on se procurait chez les marchands de cuivre et qui tenaient lieu de subdivisions du médin, et celles que les pèlerins maghrébins apportaient chaque année en grandes quantités et qu’ils vendaient au poids64. Ceci explique les grandes variations de poids que subissaient les ğadīd ; les spéculations des gouvernants, qui connaissaient le profit qu’ils pouvaient tirer de la transformation de vulgaire cuivre en bonne monnaie, y contribuaient naturellement. L’une des opérations restées les plus fameuses dans cet ordre de choses fut celle à laquelle se livra en 1634 le pacha Aḥmad ; ayant reçu de la Porte 12.000 qanṭār de cuivre, il en frappa des ğadīd d’un poids d’un dirham chacun : le prix du qanṭār de cuivre étant de 1.530 paras et la valeur des 14.400 ğadīd qu’on en tirait de 1.800 paras (à raison de 8 ğadīd pour un para), le bénéfice réalisé était de 270 paras par qanṭār monnayé, soit 18 % du capital engagé65.

  • 66 Les émirs abaissèrent le ğadīd à ce poids en 1728 (Aḥmad Čelebi, 210 a).
  • 67 Samuel-Bernard, Monnaies, 385.
  • 68 Aḥmad Čelebi, 123 a (1723), 235 b (1731), 245 a (1735). Damurdāšī, 180.
  • 69 Galland, Tableau, I, 27. Ğabartī, IV, 313. Dozy, Supplément, I, 175 a.

26Certains ğadīd pesaient près de deux dirham, soit 6,160 g : Samuel-Bernard en mentionne un de 1,75 dirham. Mais le plus souvent leur poids avoisinait un dirham66 et le même auteur mentionne des ğadīd datant du règne du sultan Muṣṭafā (1757-1773) qui pesaient entre un demi et deux cinquièmes de dirham67. Au xviie siècle le médin valait huit ğadīd. Dans les premières années du siècle suivant on fabriqua des ğadīd si dévalués qu’il en fallait 18 pour faire un para : on les appela ğudad dāwūdiyya, du nom de l’administrateur qui dirigeait alors la Monnaie68. Mais pendant la plus grande partie du xviiie siècle, le para valut de dix à douze ğadīd69. Au xixe siècle la rapide dévalorisation du para provoqua la disparition de la petite monnaie de cuivre.

Les monnaies des pays musulmans

  • 70 Tribunal, ‘Ask., v. 175, 432 (1764) : 117 médins ; v. 198, 285 (1775) : 120 médins ; v. 209, 323 ( (...)
  • 71 A.N., Alexandrie, B 1 101, 3 juillet 1722 ; B 1 110, 22 avril 1769.
  • 72 Tribunal, ‘Ask., v. 125, 519 (1726) ; v. 162, 665 (1752) ; v. 212, 129 (1786). ‘Arab., v. 127, 181 (...)

27Les monnaies ottomanes ne circulaient au Caire qu’en petite quantité si on considère l’importance du courant commercial qui existait entre l’Égypte et le reste de l’Empire et le grand nombre de marchands qui venaient d’Istanbul et des autres Échelles du Levant pour commercer au Caire et au Hedjaz. Les monnaies les plus fréquemment citées dans les successions sont : le maḥbūb islāmbūlī d’une valeur d’abord à peu près équivalente à celle du maḥbūb égyptien, puis sensiblement supérieure à partir de 179170 ; la piastre « isolote » (zolota) « une monnaie de Turquie très mauvaise » qui valait 27 paras en 1722 et 40 en 176971 ; la piastre de Turquie (ġirš rūmī) d’une valeur de 40 paras ; et dans les dernières années du siècle le ġirš islāmbūlī valant 120 paras72.

  • 73 Le maġribī passa de 110 paras en 1697 à 150 en 1760. Voir Lane-Poole, Catalogue, V, 99-100, numéro (...)
  • 74 Par exemple : Tribunal, ‘Ask., v. 226, 67 (1797) : maḥbūb ṭarābulsī, 140 médins ; v. 225, 142 (179 (...)

28Aucune de ces pièces n’eut cependant une diffusion aussi large et aussi constante que le maġribī, « sequin barbaresque », que l’on trouve mentionné dans les registres du Maḥkama et dans les dossiers des archives consulaires d’une manière à peu près continue entre 1697 et 1764 : ce šarīfī maġribī ou ḏahab ismā‘īlī était le dīnār du sultan Moulay Ismā‘īl dont le poids était d’environ 3,4 g. La faveur dont il jouit au Caire était évidemment liée aux relations commerciales très étroites qui existaient entre le Maghreb extrême et le Levant ; elle diminua sensiblement vers la fin du xviiie siècle73. Nous n’avons par contre trouvé que rarement trace des monnaies de Tripoli d’Occident ou d’Alger74.

  • 75 Tribunal, ‘Ask., v. 130, 403 (1729) : ġirš ḥiğāzī de 40 paras ; v. 124, 236 (1788) : ġirš makkāwī.

29Cette relative fréquence des pièces maghrébines contraste avec le petit nombre des mentions de monnaies du Hedjaz, pays avec lequel l’Égypte faisait cependant un commerce d’un énorme volume : la rareté de la piastre hedjazienne (ġirš ḥiğāzī) dans les successions confirme bien que le mouvement du numéraire se faisait surtout de l’Égypte vers l’Occident et non l’inverse75.

Les monnaies de compte

  • 76 Dans les documents (ḥuğağ) des Archives de la Citadelle du Caire la piastre (ġirš) est utilisée av (...)
  • 77 Mais la piastre de 33 médins est encore utilisée après 1730. Il existait également une piastre « i (...)

30Pour la comptabilité administrative ou commerciale on utilisait traditionnellement des unités fictives qui étaient d’ailleurs souvent d’anciennes monnaies dont la valeur s’était figée à un cours arbitraire. La bourse (kīs) qui valait 25.000 paras était la plus importante unité de ce genre. Elle se subdivisait au xviie, et pendant la plus grande partie du xviiie siècle, en piastres (ġirš/ġurūš) d’une valeur de 30 puis 40 paras76. Dans leurs états statistiques, les consuls et commerçants français utilisaient de même une piastre de compte dont la valeur passa vers 1730 de 33 à 40 médins, taux qui resta ensuite inchangé jusqu’à la fin du xviiie siècle77.

31Dans les deux dernières décennies du xviiie siècle la « pataque » devint la monnaie de compte la plus courante avec une valeur de 90 paras, taux que cette monnaie avait atteint en 1772, la valeur réelle de la pataque exprimée en paras continuant à augmenter jusqu’à la fin du siècle.

  • 78 A titre d’exemple voir la lettre du 13 septembre 1763 (C.C.M., Roux, LIX, « 681 ») où la cochenill (...)

32Cette présence simultanée dans les comptes de monnaies réelles et fictives portant le même nom constituait une source de confusion. La situation était encore compliquée par l’existence de monnaies de compte de valeurs différentes suivant les produits : c’est ainsi que jusque vers 1720, le café fut évalué dans les registres du Maḥkama en riyāl fictifs et en mašṭ effectifs, et que dans la correspondance européenne on trouve souvent trois types différents de piastres de compte utilisés en même temps78. Cette complexité obligeait les marchands, et en particulier les négociants francs, à se livrer à des jongleries monétaires dans lesquelles ils étaient passés maîtres, mais qui ne manquent pas d’être parfois assez embarrassantes lorsqu’on désire réduire ces diverses monnaies fictives et réelles à une même unité.

2. LA DÉPRÉCIATION DE LA MONNAIE LOCALE

33Lorsqu’on examine le cours en paras des monnaies étrangères les plus usitées (kalb, riyāl ou bunduqī) ou l’évolution des monnaies d’or locales par rapport au bunduqī, les phénomènes les plus frappants sont d’une part la détérioration à peu près continue des espèces égyptiennes, du milieu du xviie à la fin du xviiie siècle, et d’autre part l’irrégularité de ce processus, les accès de crise et d’effondrement alternant avec des phases d’amélioration et avec des périodes de stabilité. Les efforts sans cesse renouvelés pour arrêter en particulier la dépréciation du para ne devaient cependant procurer que des répits, le mouvement de baisse reprenant chaque fois avec le caractère inexorable d’un phénomène naturel.

Les stades de la dévalorisation du para79

  • 79 Voir le tableau 1 et le graphique 1.

34L’analyse des données concernant le para et les monnaies d’or locales permet de distinguer cinq phases principales dans l’évolution de la monnaie égyptienne entre 1660 et 1798 :

  1. Entre 1660 et 1677, le cours des monnaies étrangères exprimé en paras monte régulièrement et assez rapidement, avec en 1676 une hausse particulièrement accentuée : le bunduqī passe de 80 paras (1663) à 105 paras (1677), le riyāl de 36 paras à 45 paras. Durant cette quinzaine d’années la dépiéciation du para s’effectue au rythme moyen de 2,2 % par an (indice 135 en 1663, 105 en 1677)80.
  2. Une période de stabilité commence en 1678 pour s’achever en 1688. Pendant plus de dix ans (de 1675 à 1690), le cours du bunduqī se stabilise à 105 paras et celui du riyāl reste fixé à 50 paras de 1681 à 1688, après qu’il se fut maintenu pendant 6 ans à 45 paras. L’indice combiné du para traduit cette stabilité : 105 en 1678, 100 en 1688.
  3. A partir de 1688 commence une longue période de perturbations monétaires qui va durer jusqu’en 1741. En un demi-siècle le para perd près de la moitié de sa valeur, le bunduqī passant de 105 à 150 paras et le riyāl de 50 à 80. Pendant ces 53 ans l’indice du para tombe de 100 à 61, soit une dévalorisation moyenne de 0,7 % par an. Mais si on entre dans le détail, on constate que la dévalorisation du para suit en réalité un rythme variable, très rapide entre 1688 et 1726, et plus atténué ensuite. Ces cinquante années sont caractérisées par une série de crises pendant lesquelles le para s’effondre d’une manière spectaculaire, puis par de brèves phases de remontée, la dévalorisation reprenant ensuite, à partir d’un niveau chaque fois un peu plus bas (indices du para : 100 en 1688, 93 en 1704, 85 en 1719, 69 en 1734). La première crise dure sans interruption de 1688 à 1703 avec des paroxysmes en 1694 et surtout 1702-1703, le para tombant à l’indice 47 qui marquera un minimum jusqu’en 1793. Entre 1704 et 1719 la chute du para est moins continue et les creux moins accentués : en 1709 indice 80, en 1715, 66. En partie sous l’effet des efforts faits pour juguler la dévalorisation de la monnaie (tarifs de 1703 et de 1711 par exemple), la courbe du para remonte même à plusieurs reprises. Les monnaies d’or locales, après une chute profonde vers 1705 se stabilisent jusqu’en 1719. De 1719 à 1726 les monnaies égyptiennes connaissent un nouvel effondrement, le para tombant à l’indice 47 en 1726, cependant que le zinğirlī et le ṭuralī baissent respectivement de 17,5 et 22 % de 1719 à 1724. Après 1726 les monnaies égyptiennes d’or et d’argent se redressent jusqu’en 1734 (indice du para 69), puis connaissent une dernière phase de dépréciation, moins sévère cependant que les précédentes ; à son point le plus bas, en 1741, le para ne descend pas au-dessous de l’indice 61, les monnaies d’or locales (funduqlī, zer maḥbūb et zinğirlī) paraissant au total plus affectées par cette crise (perte de 9, 8 et 9 points par rapport au bunduqī entre 1737 et 1741).

Tableau 1. Evolution du para de 1670 à 1798 (indices par rapport à 1681-1688 = 100)

Tableau 1. Evolution du para de 1670 à 1798 (indices par rapport à 1681-1688 = 100)

Notes :
1. Indications tirées des registres du Maḥkama.
2. L’indice du para a été obtenu en combinant les indices du bunduqī et du riyāl, calculés par rapport à leur valeur pendant les années 1681 à 1688 prises comme période de référence (base 100), soit pour le bunduqī 105 paras et pour le riyāl 50 paras. Pour ces deux monnaies on a tenu compte des valeurs maximales enregistrées par les sources.
3. En ce qui concerne le riyāl on n’a pas fait de distinction entre le cours de la piastre espagnole et celui du thaler.
4. Pendant les trente années qui suivent la crise de 1741 Le Caire connaît une longue période de stabilité monétaire, le cours du riyāl se fixant à 85 paras de 1745 à 1770, et celui du bunduqī oscillant entre 160 et 170 paras de 1741 à 1770. L’indice du para, après une courte remontée (de 61 en 1741 à 64 en 1744) se stabilise à 61-62 puis 60-61 paras. Le zer maḥbūb et le funduqlī font preuve de la même « fermeté » par rapport au bunduqī, puisque leurs indices respectifs sont de 92 et 91 en 1741 et 88 et 94 en 1772. Pour la première fois depuis trois quarts de siècle les sources ne signalent aucune crise monétaire d’importance.
5. A partir de 1770 l’Égypte entre à nouveau dans une phase de détérioration monétaire, d’abord graduelle puis s’accélérant dans la dernière décennie du siècle. De 1770 à 1791 le para descend par paliers successifs de l’indice 60 à l’indice 46, soit une baisse de 22 % en 11 ans (2 % par an) : baisse rapide de 1770 (indice 60) à 1774 (indice 55) ; stabilité de 1774 à 1782 ; baisse rapide de 1782 (indice 55) à 1786 (indice 48) ; stabilité de 1786 à 1791. Pendant la même période le zer maḥbūb tombe de l’indice 88 (1772) à l’indice 70 (1789) puis remonte à 76 en 1793. Dans les sept dernières années de la domination ottomane en Égypte le para tombe de l’indice 47 à l’indice 32 (et même 30 en 1796 et 1797), soit une dévalorisation de 32 % en 7 ans (4,5 % par an), le riyāl et le bunduqī passant respectivement de 106 et 225 paras à 150 et 350 paras (avec des pointes à 160 et 360 paras en 1797). Pendant l’ensemble de cette dernière période le para était donc tombé de l’indice 60 à l’indice 32, perdant à peu près 50 % de sa valeur, soit autant en 28 ans que pendant tout le siècle qui avait précédé (1670 : indice 117—1770 : 60—1798 : 32).

La baisse de la valeur intrinsèque et le problème de la réforme de la monnaie

  • 81 Voir le graphique 2.

35La dépréciation des espèces égyptiennes d’or et d’argent a naturellement eu pour cause principale la baisse progressive de leur valeur intrinsèque, évoquée précédemment81.

  • 82 Sur l’altération des monnaies turques au xviiie siècle, voir Svoronos, Commerce, 114, 117.
  • 83 Samuel-Bernard, Monnaies, 391.

36Le désir d’augmenter les bénéfices que leur procurait normalement la fabrication des espèces explique que les pachas puis les émirs dominants (officiers des milices et beys) aient, d’une manière à peu près constante, procédé à l’émission de monnaies d’or et d’argent d’un titre et d’un poids inférieurs aux normes légales, que le gouvernement ottoman avait de moins en moins le moyen de faire respecter au Caire à partir du milieu du xviie siècle, sauf par à-coups82. Cependant l’écart fructueux qui existait entre la valeur intrinsèque et la valeur nominale fixée par un cours plus ou moins forcé tendait constamment à se réduire : ce phénomène qui affecte normalement toutes les monnaies devait jouer particulièrement dans un pays comme l’Égypte où le commerce international tenait une place si importante dans l’économie. Le prix des denrées et des métaux précieux augmentait du fait de la dépréciation de la monnaie. Le gouvernement était obligé de changer la valeur nominale de la monnaie, et, pour continuer à faire des bénéfices sur la fabrication, il était amené à baisser encore le titre83.

  • 84 Le rognage des pièces était pratiqué par les particuliers et les changeurs (Ğabartī, II, 178). En (...)
  • 85 De Maillet remarquait en 1703, à propos de la détérioration des monnaies et des efforts de la Port (...)
  • 86 Samuel-Bernard, Monnaies, 340-3. On a signalé plus haut, d’après cet auteur, le cas de deux funduq (...)

37Dans la confusion monétaire qu’entretenaient l’existence de fortes différences entre la valeur nominale et la valeur intrinsèque des monnaies et la circulation d’espèces de titres et de poids très variés, la pratique du rognage des pièces84 ou l’émission de fausses monnaies étaient très répandues et accroissaient encore le désordre. La plupart des fausses monnaies venaient sans doute de l’extérieur85, mais on soupçonne certains gouvernants d’avoir profité de l’anarchie pour émettre eux-mêmes des pièces si altérées qu’elles ont pu être considérées comme fausses86. Le faible développement des arts, l’inexpérience des populations facilitaient le succès de toutes ces fraudes et il faut voir là une des principales raisons du succès des espèces étrangères.

  • 87 Muḫtaṣar, 57 a. K. tarāğim, 690.
  • 88 Zubda, 33 b. K. tarāğim, 925-6.
  • 89 K :. tarāğim, 959-960 et 966-7. A.N., Caire, Β 1 314, 158 (novembre 1700). A.N., Alexandrie, Β 1 1 (...)

38Ces opérations étaient évidemment préjudiciables à l’activité économique (et en particulier commerciale). D’autre part elles causaient un tort immédiat au gouvernement impérial qui percevait son tribut en monnaies de plus en plus dévaluées : on s’explique ainsi les fréquents efforts du Grand Seigneur pour imposer une remise en ordre monétaire, mais aussi la mollesse avec laquelle on réagissait généralement au Caire aux injonctions de la Porte. C’est ainsi qu’en 1674 un ḫaṭṭ šarīf demande un versement de 300 bourses sur l’argent du ḫazīna payable en « ġurūš kalb » au cours de 30 paras, alors que le kalb en vaut alors 40 au Caire : le pacha transige avec les Puissances (beys et milices) du Caire et fixe un cours intermédiaire de 35 paras ; mais les kalb disparaissent de la circulation87. En 1697 un ḫaṭṭ šarīf demande l’envoi du ḫazīna en monnaie d’or et en fiḍḍa dīwānī, le bunduqī étant pris au cours de 100 paras, et le riyāl à 50 paras (alors qu’ils en valaient 120 et 65). L’ordre est respecté au Divan pour la préparation du tribut mais les gens refusent de respecter ce tarif dans les transactions privées88. En 1700 un amr sultanien fixe, pour le ḫazīna et les transactions privées, les cours du Muḥammadī et du riyāl à 100 et 55 médins (ils en valaient 122 et 65) ; les médins faux ou altérés sont interdits ; toutefois, en attendant que la Monnaie ait frappé assez de médins de bon aloi, le décri sera retardé jusqu’en 1701, et le maintien des cours réels en 1701 et 1702 montre que la réforme ne fut pas appliquée89. Dans les trois cas l’ordre impérial avait été, sinon totalement bafoué, pour le moins éludé.

  • 90 Aḥmad Čelebi, 79 b (1715) ; 123 a (1723) ; 158 b (1725).
  • 91 Ğabartī, II, 178-9.

39Cet insuccès et celui de la plupart des tentatives similaires n’ont rien d’étonnant si on considère les obstacles que devait rencontrer tout effort de réforme monétaire. La circulation d’espèces dévaluées représentait une gêne incontestable pour la population qui souffrait de la cherté qui en résultait, les prix s’exprimant en paras rognés (maqāṣîṣ) et dévalorisés, tandis que les paras légaux (dīwānī) disparaissaient du marché. Mais toute mesure de démonétisation devait inévitablement léser les classes peu fortunées qui détenaient surtout des mauvaises espèces et dont les ressources auraient donc été gravement affectées. Quelles que fussent les protestations des sujets (ra‘iyya) contre la dévalorisation du para qui amenait la cherté de la vie, il s’avérait toujours difficile d’y porter remède sans infliger de nouvelles souffrances aux masses populaires dont toute la fortune consistait en paras dévalués. La difficulté de frapper des paras dīwānī pour remplacer les maqāṣīṣ constitua souvent une excuse pour différer la réforme monétaire, comme en 1697 et en 1700. En 1715, l’interdiction des pièces rognées provoqua une véritable émeute. En 1723 les beys et les milices refusèrent un firman du gouverneur imposant des pièces « murādī », par crainte de réactions populaires, et on proclama qu’aucun changement ne serait apporté aux espèces en circulation. Deux ans plus tard en pleine crise monétaire on proclamait que le dīwānī et le maqṣūṣ avaient cours également90. Lorsqu’en 1789 le pacha interdit d’utiliser les pièces d’argent et d’or altérées et ordonna leur rachat au poids, les gens se refusèrent à obéir à un ordre qui, écrit Ğabartī, leur aurait fait perdre près de la moitié de leurs avoirs ; deux mois plus tard un ordre impérial releva le titre des monnaies d’or égyptiennes, et, remarque encore le chroniqueur, les particuliers subirent un grand préjudice91. Les grands commerçants et les gens riches dont la fortune consistait en espèces étrangères et en pièces d’or moins dévaluées se trouvaient par là même mieux protégés en période de crise.

Valeur intrinsèque et cours des monnaies égyptiennes

  • 92 Les monnaies dont nous connaissons le poids et le titre ne sont pas très nombreuses. D’autre part (...)

40La valeur intrinsèque des monnaies égyptiennes et leur valeur de change ont donc baissé à peu près constamment aux xviie et xviiie siècles. Il serait intéressant de pouvoir comparer dans le détail les deux phénomènes, mais la connaissance que nous avons des monnaies égyptiennes ne nous le permet qu’imparfaitement92.

  • 93 La baisse provoquée par le tarif de 1703 dura jusqu’en 1708. Le tarif de 1716 fut observé jusqu’en (...)
  • 94 Sur cette rareté des monnaies voir Svoronos, Commerce, 115.
  • 95 Monnaies, 391.
  • 96 Par exemple : en 1670/1, en raison du haut prix de l’argent, la frappe des fiḍḍa est arrêtée (K. t (...)
  • 97 A.N., Caire, Β 1 313, septembre 1692.

41D’après ce que nous savons, la tendance « naturelle » déjà signalée à « l’alignement » de la valeur des monnaies sur leur valeur intrinsèque n’a joué que partiellement et assez inégalement suivant les périodes. La pression « politique », qui s’exprimait sous la forme de « tarifs » édictés à Istanbul ou au Caire, tendait à imposer un cours forcé et à donner aux monnaies un cours « fictif » très supérieur à la valeur de leur contenu-métal d’où la surévaluation des monnaies d’argent par rapport à celles d’or ; mais l’histoire des monnaies étrangères et du para montre que ces mesures autoritaires, si fréquemment édictées entre 1674 et 1731, n’eurent que des effets peu durables voire même nuls ; aussi n’y recourut-on plus guère dans la période de crise monétaire par laquelle s’acheva le xviiie siècle93. La relative rareté des espèces, qui était un phénomène permanent dans tout le Levant, contribua également à maintenir des cours anormalement élevés94 : la quantité de médins qui servaient « à la fois aux achats en gros et en détail dans toute l’Égypte et même avec les pays voisins, n’était pas assez abondante pour les besoins du commerce, remarque Samuel-Bernard, ce qui lui donnait une valeur fictive assez considérable comme moyen d’échange »95. Les sources signalent assez fréquemment le manque de métal d’argent et expliquent ainsi la difficulté de frapper des paras de bon aloi96. Le phénomène de la thésaurisation des espèces d’or et d’argent, classique dans le Moyen-Orient musulman, contribuait enfin lui aussi à accentuer cette pénurie : après avoir évoqué la « prodigieuse quantité » d’espèces qui affluaient au Caire d’Europe et de Constantinople et les 1.000 à 1.200 quintaux de poudre d’or qui arrivaient chaque année d’Afrique, De Maillet remarquait en 1692 que malheureusement les gens cachaient leur argent qui était ainsi « ôté du commerce »97.

  • 98 Le poids et le titre légaux sont les seuls à être connus de la fin du xviie siècle à 1798. D’aille (...)

42La conjonction de tous ces facteurs devait tendre à maintenir la valeur de change des monnaies à un taux supérieur à leur valeur intrinsèque. Néanmoins la relation entre ces deux données fut loin d’avoir un caractère uniforme. Si on compare l’évolution de la valeur intrinsèque du para (c’est-à-dire son contenu d’argent d’après le titre et le poids légaux)98, avec l’évolution de son cours (par rapport au bunduqī et au riyāl), représentées en indices par rapport à l’année 1686 choisie comme base 100, on constate que dans l’ensemble la baisse de la valeur intrinsèque est un phénomène plus régulier que la baisse du cours du para. Jusque vers 1690 la baisse de la valeur de change paraît suivre celle de la valeur intrinsèque, la première étant légèrement supérieure à la seconde : en 1683 une pièce d’un para contient 0,579 gramme d’argent qui au cours du métal (4,5 médins le dirham d’argent de 3,08 g) vaut 0,846 para (soit une différence de 15 %). Entre 1690 et 1740 la valeur de change baisse plus rapidement que la valeur intrinsèque ; dans la crise monétaire que traverse l’Égypte la dépréciation du para est plus rapide que la détérioration effective du titre et du poids. Après 1740 se produit un net changement de signe : bien que la dépréciation du para continue au même rythme, son cours se stabilise. Enfin après 1770 les deux mouvements retrouvent des rythmes à peu près semblables, le cours du para tendant cependant à baisser plus vite que sa valeur intrinsèque dans la dernière décennie du siècle, marquée par une crise monétaire aiguë, tout en restant à un niveau très supérieur ; en 1798 une pièce d’un médin contient 0,079 g d’argent pur qui, à 18 médins les 3,08 grammes, vaut 0,463 médin seulement (différence 54 %). Fait à noter, la nette remontée du cours du para entre 1797 et 1798 ne correspond pas à une amélioration de sa valeur intrinsèque, l’argent contenu dans la pièce d’un para restant au poids minimal de 0,079 gramme.

  • 99 Cette conclusion nous paraît également valable pour les espèces d’or égyptiennes dont les phases d (...)

43Si donc, comme il est naturel, la dévalorisation effective du para et la chute de son cours sont « en gros » allées de pair, la baisse de la valeur intrinsèque ne rend pas compte à elle seule de l’évolution du para entre 1680 et 1798. Sur l’ensemble de cette période, la baisse de la valeur intrinsèque du para a été deux fois plus importante que sa dévalorisation (indice 16 contre indice 32 en 1798). En période de crise monétaire (1690-1740 et 1780-1798) le cours du para a tendu à décroître plus vite que sa valeur intrinsèque, le phénomène inverse se produisant en période de stabilité monétaire (de 1740 à 1780)99. Pour expliquer l’évolution de la valeur de change de la monnaie égyptienne il est donc nécessaire de prendre en considération d’autres éléments : à l’extérieur de l’Égypte l’évolution de l’aspre qui traduit l’influence de facteurs politiques et économiques intéressant l’ensemble de l’Empire ottoman ; à l’intérieur l’action des facteurs locaux, économiques et politiques, qui s’expriment dans le mouvement des prix et dans des crises qui ont joué un rôle déterminant dans l’évolution des monnaies égyptiennes.

Le para égyptien et l’aspre ottoman

  • 100 Mantran, Istanbul, 258 et 261.

44Les vicissitudes de la monnaie d’argent ottomane sont évidemment liées aux grandes crises intérieures et extérieures qu’a connues l’Empire aux xviie et xviiie siècles100. Il paraît utile d’essayer de déterminer, par une comparaison de l’aspre et du para, si l’évolution de la monnaie égyptienne a été conforme à celle du modèle ottoman : dans ce cas la dépréciation du para serait surtout liée à des facteurs généraux « ottomans » ; dans le cas contraire cette évolution serait un phénomène plutôt « égyptien », surtout déterminé par des facteurs économiques et politiques locaux.

TABLEAU 2. Cours comparés de l’aspre ottoman et du para égyptien par rapport au bunduqī

TABLEAU 2. Cours comparés de l’aspre ottoman et du para égyptien par rapport au bunduqī

Note : Les valeurs du bunduqī en aspres sont données par Mantran (Istanbul, tableau 2, p. 244) pour les années 1664 à 1700, et par Svoronos (Commerce, 82) pour les années 1717 à 1797.
Les valeurs du bunduqī en paras sont tirées des documents du Maḥkama : en l’absence de données pour 1664 et 1669 on a pris les chiffres de 1663 et de 1670.

45Le tableau 2, illustré par les graphiques 3 et 4, permet de comparer la dépréciation du para et de l’aspre période par période.

  1. Entre 1664 et 1677 le bunduqī monte de 170 à 285 aspres, ce qui représente pour l’aspre une dépréciation de 68 % en 13 années (5,2 % par an en moyenne), soit une chute très rapide qui correspond à la crise aiguë traversée par l’Empire tant à l’intérieur (multiple révoltes) qu’à l’extérieur (guerre avec Venise jusqu’en 1671, guerre avec la Pologne de 1672 à 1676). Pendant la même période le bunduqī passe de 80 à 105 paras. La baisse du para (31 %, soit 2,4 % par an) étant nettement moins accentuée que celle de l’aspre le rapport aspre/para monte de 2,1 à 2,7.
  2. De 1677 à 1690 le cours du bunduqī passe de 285 à 350 aspres, soit pour l’aspre une baisse de 23 % (1,8 % par an). Cette dépréciation un peu ralentie coïncide avec de nouvelles difficultés intérieures (rébellions militaires entre autres) et de multiples guerres soutenues par l’Empire à partir de 1683. Par contre le para reste stable durant cette période : le bunduqī ayant atteint le cours de 105 paras en 1675, s’y maintient jusqu’en 1690. De ce fait le rapport aspre/para continue à monter et atteint 3,3 en 1690 et même 3,6 son niveau maximal, en 1692.
  3. De 1690 à 1741 le mouvement de dépréciation de l’aspre continue à s’atténuer : le bunduqī passe de 350 à 452, soit une baisse relativement faible, de 29 % en 51 ans (0,6 % par an). La monnaie égyptienne traverse au contraire à cette époque une profonde crise au terme de laquelle (1741) le bunduqī atteint le cours de 160 après avoir connu des variations d’une amplitude considérable (200 en 1703, 210 en 1724). Le para perd 52 % de sa valeur (soit 1 % par an) et le rapport aspre/para descend de 3,3 à 2,8 (2,4 en 1700 et même 1,9 en 1726).
  4. De 1741 à 1770, période de grandes guerres européennes (surtout franco-anglaises) qui épargnent l’Empire ottoman et période de prospérité en Égypte, l’aspre et le para connaissent une stabilité presque totale. Le cours du bunduqī passe de 452 à 480 aspres et de 160 à 170 paras : les deux monnaies perdent l’une et l’autre 6 % en 29 ans, soit une baisse de 0,2 % par an seulement. Le rapport aspre/para se maintient au chiffre de 2,8 (qui représente sa valeur moyenne pour l’ensemble de la période 1664-1798).
  5. Après 1770 la baisse de l’aspre et du para reprend, à des rythmes quelque peu différents. Entre 1770 et 1793 le cours du bunduqī passe de 480 à 720 aspres : la baisse de l’aspre (50 % en 23 ans, 2,2 % par an) coïncide avec les grandes crises de politique extérieure (conflit avec la Russie entre 1768 et 1774, avec la Russie et l’Autriche de 1787 à 1792). La baisse du para est également accentuée, mais moins rapide : le bunduqī monte de 170 à 235, soit une baisse de 38 % (1,6 % par an). Le rapport aspre/para monte à 3,1 en 1793.
  6. Enfin le siècle se termine par une baisse quasi catastrophique de l’aspre et du para, cette dernière monnaie étant de loin la plus touchée. Parti du cours de 720 aspres en 1793, le bunduqī atteint 900 en 1797 : la baisse de l’aspre est de 25 % en 4 ans, soit 6,2 % par an. Mais la chute du para est plus accentuée encore : le bunduqī passe de 235 à 360, le para perdant 53 % de sa valeur, soit une baisse de 13,2 % par an. De ce fait le rapport aspre/para tombe de 3,1 à 2,5.

46De ces chiffres on retire l’impression que, bien que l’évolution de l’aspre et du para ait été dans l’ensemble assez semblable, elle fut assez différente dans le détail. D’une part une dégradation très régulière se ralentissant progressivement de 1664 à 1741, s’interrompant de 1741 à 1770 puis reprenant à un rythme de plus en plus rapide de 1770 à 1797 : d’autre part une évolution plus discontinue avec des pauses et des accélérations plus marquées. Pendant deux périodes seulement les rythmes d’évolution de l’aspre et du para concordent absolument : entre 1741 et 1770 (période de remarquable stabilité), et, à un degré moindre, entre 1770 et 1793. Ils sont nettement différents entre 1664 et 1677 (dégradation deux fois plus rapide de l’aspre) et entre 1793 et 1797 (dégradation deux fois plus rapide du para). Ils sont discordants entre 1677 et 1690 (période de stabilité du para) et entre 1690 et 1741 (période de crise monétaire en Égypte). Il paraît donc possible de conclure que, si la dépréciation du para fut un phénomène « ottoman », elle présenta, en particulier dans les périodes de crise aiguë, des caractères spécifiques dont les causes doivent être cherchées dans des facteurs locaux.

Graphique 1. Évolution du para de 1670 à 1798

Graphique 1. Évolution du para de 1670 à 1798

Graphique 2. Valeur intrinsèque (— — —) et cours (———) du para

Graphique 2. Valeur intrinsèque (— — —) et cours (———) du para

Graphique 3. Indices comparés de l’aspre (———) et du para (— — —) par rapport au bunduqī (1677 = 100)

Graphique 3. Indices comparés de l’aspre (———) et du para (— — —) par rapport au bunduqī (1677 = 100)

Graphique 4. Évolution du rapport aspre/para (valeur moyenne : 2,8)

Graphique 4. Évolution du rapport aspre/para (valeur moyenne : 2,8)

Notes

1 Sur les problèmes monétaires ottomans, voir : Mantran, Istanbul, 233-271 ; Svoronos, Commerce, 82-3 et 114-8.

2 D’après Paris (Le Levant, 324), « les Turcs étaient bien moins experts que les Occidentaux pour apprécier la teneur en métal fin des alliages ; en particulier l’usage de la pierre de touche était moins répandu qu’en Europe. C’est pourquoi la masse de la population attachait plus de prix à l’aspect des pièces qu’à leur titre ».

3 La « mode » durable de l’écu de Hollande dans tout le Levant arabe n’a sans doute pas d’autres causes (ibid., 130).

4 Voir : Paris, op. cit., 129-130, 135 ; Dermigny, Circuits de l’argent, 239-240. Il y aurait lieu de faire quelques réserves sur le « cycle du thaler » que décrit Dermigny (p. 276) : en ce qui concerne l’Égypte au xviiie siècle, le commerce du café avec le Yémen jouait évidemment un rôle plus important que le trafic de l’or et des esclaves avec l’Afrique.

5 A.N., Alexandrie, Β 1 114, 27 juin 1788.

6 Ibid., Β 1 112, statistiques commerciales pour les années 1776 à 1781.

7 Svoronos, Commerce, 114-5. Le Mémoire sur le commerce du 12 mai 1729 (A. N., Alexandrie, Β 1 102) donne un exemple de ce genre de trafic : le sequin zinğirlī était légèrement sous-évalué en Égypte, où il valait 107 paras au lieu de 110 dans le reste de la Turquie ; au contraire les monnaies étrangères étaient surévaluées dans ce pays ; les marchands francs convertissaient au Caire leurs piastres en zinğirlī avec un gain de 4 à 6 %, puis allaient changer ces zinğirlī à l’extérieur en réalisant un nouveau profit de 3 %.

8 Sur le ducat (ou sequin) de Venise voir : Svoronos, Commerce, 82 ; Mantran, Istanbul, 237-8 ; Paris, Le Levant, 357.

9 A Ğudda, remarque Niebuhr (Voyage, I, 217), les ducats de Venise « ont plus de cours que la monnaie d’or frappée en Turquie ». Il note ailleurs qu’il passe « une si grande quantité de ducats de Venise par la Syrie et par l’Égypte dans le Yémen pour du café, et aux Indes pour des toiles et des épiceries, que les Arabes m’ont souvent demandé si, de tous les Européens, les Vénitiens seuls avaient des mines d’or » (Description, I, 198).

10 Cette évolution paraît avoir été due à deux phénomènes concomitants : raréfaction des piastres espagnoles, abondance plus grande des monnaies d’or (en particulier locales). Voir Paris, Le Levant, 357.

11 Mantran, Istanbul, 240-2. Paris, Le Levant, 355-6.

12 Voir, par exemple, C.C.M., J 600, 13 août 1681 ; J 562, 4 mars 1686 ; J 602, 1er juin 1693 ; A. N, Alexandrie, Β 1 100, 23 mars 1699, 15 janvier 1701. Pour pouvoir lutter contre les bénéfices que réalisaient ainsi les Hollandais, les Marseillais obtinrent finalement du Roi en 1701, la permission de faire frapper des « abouquels » chez le prince de Monaco. La guerre de Succession d’Espagne arrêta peu après ces émissions (Paris, Le Levant, 475).

13 Le terme ḥağar est mentionné par Niebuhr (Description, II, 48) qui semble d’ailleurs faire une confusion entre la piastre espagnole et le thaler impérial. Voir aussi Serjeant, The Portuguese, 153. Mašṭ est le terme le plus communément employé dans les registres du Maḥkama, où nous avons aussi trouvé ġirš abū mašṭ (‘Arab, v. 70, 283, 1695). Les consuls et les voyageurs l’appelaient piastre réale, piastre de réaux, piastre d’Espagne, piastre sévillane. Nous n’avons pas rencontré le terme abū madfa‘ que mentionne Samuel-Bernard (Monnaies, 332).

14 Le consul de Lironcourt estimait, en 1749, son poids à 9 drachmes et son titre à 950 millièmes (A. N., Caire, Β 1 328, 24 mars 1749).

15 A. N., Caire, Β 1 314, 15 avril 1699.

16 Voir entre autres : A. N., Caire, Β 1 313, septembre 1692 ; ibid., 315, 20 septembre 1703 (pillage par les Arabes d’une caravane allant à Suez et transportant 130.000 piastres d’Espagne) ; ibid., 317, 6 juillet 1715 (arrivée en 1714 de 1.400.000 piastres à Alexandrie) ; ibid., 26 août 1715 (800.000 piastres chaque année). C.C.M., J 613, 15 mai 1725 (entrées de fonds en provenance de Constantinople). A.N., Caire, Β 1 321, Mémoire de décembre 1731 (350.000 piastres font le solde du commerce du café). Le mémoire de Lironcourt du 26 juin 1748 (C.C.M., J 585) évalue à 800.000 piastres le montant qui venait chaque année de Marseille, vers 1724, pour l’achat de café.

17 Le meilleur commerce que les Français peuvent faire, écrivait Le Maire en 1722, est celui des piastres sévillanes et autres espèces d’or et d’argent « où l’on trouve un profit de 15 à 20 % d’entrée » (A.N., Caire, Β 1 319, Mémoire sur le commerce, novembre 1722).

18 Voir par exemple en 1733 (C.C.M., Roux, LIX, 676, 20 avril 1733) : hausse de 72 3/4 médins à 76, puis baisse à 73 1/4, après le départ de la caravane.

19 C.C.M., J 581, 10 janvier 1735 (piastres acceptées avec une diminution de 2 médins) ; J 618, 30 septembre 1735 (piastres « vieilles » de 78 médins, « neuves » de 73 médins), 17 décembre 1736 (sévillanes « vieilles » de 72 médins, « neuves » de 65 médins). Voir aussi Dermigny, Circuits de l’argent, 250-1 et 275.

20 A propos de la crise monétaire de 1703, Damurdāšī (p. 104) et Qīnalī (40 a) signalent le haut cours atteint par le riyāl ḥağar (110 ou 120 niṣf) et, un peu plus loin (108 et 41 b), la taxation du riyāl abū ṭāqa à 55 médins. Ce nom de « pièce à la fenêtre » lui aurait été donné à cause du revers qui représentait un écusson ressemblant vaguement à une croisée (Dermigny, Circuits de l’argent, 274). Voir Niebuhr, Description, II, note p. 48 ; Samuel-Bernard, Monnaies, 332.

21 Tribunal, ‘Ask., v. 124, 263 ; v. 139, 209.

22 Poids et titre donnés par de Lironcourt en 1749 (A.N., Caire, Β 1 328, 24 mars). Voir aussi Samuel-Bernard, Monnaies, 332.

23 Bergasse et Rambert, Commerce, 475. Paris, Le Levant, 356-7.

24 Hamilton, A new account, I, 42.

25 Niebuhr, Description, II, 48. Voir également Voyage, I, 217, 224 et 335. En 1769 Bruce (Voyage, II, 298) faisait les mêmes constatations : « Il y a aussi une immense quantité de patakas ou ducats d’argent, qu’on... porte [au Yémen] pour acheter du café et dont on se sert dans tous les payements. »

26 A.N., Β 1 114, 27 juin 1788.

27 Dermigny (Circuits de l’argent, 271-5) fait une description très plausible du mouvement de l’argent espagnol envoyé par Marseille et les ports italiens à Günzburg pour être transformé en thalers et être réexpédié vers les Échelles. La frappe annuelle du thaler passa de 1.304.194 (moyenne 1752-1761) à 3.502.068 (moyenne 1785-1789). Sur le thaler de Marie-Thérèse voir Hans, Maria-Theresin-Taler, 11-22.

28 C.C.M., J 628, 9 septembre 1769.

29 Samuel-Bernard, Monnaies, 343-4. Le tarif des monnaies édicté par les Français à Alexandrie en juillet 1798 (Vincennes, Β 6 49, 10 août 1800) donne au « talary » la même valeur (150 niṣf) qu’à la piastre d’Espagne ; c’était le taux atteint en 1798 par le riyāl farānsa (Tribunal, ‘Ask., v. 228, 100 : 14 juin 1798). Sur l’utilisation du terme riyāl farānṣā pour désigner le thaler de Marie-Thérèse jusqu’à l’époque actuelle, en Arabie du sud, voir : Serjeant, The Portuguese, 146 ; et Al-Attar, Yemen, 206.

30 Voir : Mantran, Istanbul, 238 ; et Paris, Le Levant, 357. Nous avons trouvé dix mentions du mağar dans les registres du Tribunal de 1713 à 1797. Sa valeur passa de 130 paras en 1713 (bunduqī, 150 ; muḥammadī, 100) à 360 en 1797 (même valeur pour le bunduqī). En 1798 les Français fixèrent son cours (sequin de Hongrie) à 300 paras, contre 340 au sequin de Venise.

31 Paris, Le Levant, 131, 137. On trouve de rares mentions de l’écu de France dans les voyageurs : par exemple dans Villamont (Voyages, 658), 35 médins (en 1590) ; Jouvin (Voyageur, 57), 45 médins (vers 1670). Les sources européennes mentionnent également le « sequin d’Espagne » (A.N., Caire, Β 1 134 : 95 médins en 1700) ; un peu plus fréquemment la « pistole d’Espagne » (Jouvin, ibid., 57 : 150 médins ; A.N., Caire, Β 1 320, en 1726 et 1729) ; le « sequin autrichien » est coté 154 médins en 1737 (A.N., Caire, Β 1 323).

32 Voir Shaw, Financial, 323-4 ; Ottoman Egypt, 164. Samuel-Bernard, Monnaies, 399-401, 406-410, 438-441. L’exposé de Clerget (Le Caire, II, 121-5) est parsemé d’erreurs.

33 Voir dans Damurdāšī, parmi de nombreux exemples, la description de l’arrivée de l’ordre de frapper le ṭuralī, au début du règne du Sultan Muṣṭafā, en 1697 (33-4), ou le zinğirlī, sous Aḥmad III, en 1707 (114).

34 Sur ces problèmes voir : Samuel-Bernard, Monnaies, 361-3 et 458-9 ; Lane-Poole, Catalogue, VIII, XXXIX-XL.

35 Sur la zolota (iselotte) ottomane, voir Mantran, Istanbul, 244-5. L’incident de 1707 est décrit dans Muḫtaṣar, 76 b ; Aḥmad Čelebi, 44a-44b ; Ğabartī, I, 33.

36 Aḥmad Čelebi, 80 b. Sur la piastre à ṭuġrā, voir Lane-Poole, Catalogue, VIII, XXXV et 158 (numéros 441 et 442).

37 Venture de Paradis assure, sans donner aucune justification, qu’il y avait un « règlement » qui interdisait à l’Égypte ainsi qu’aux Régences de Barbarie de fabriquer des piastres, règlement qui aurait été violé par ‘Alī Bey (Meryi, III, 152). Par ailleurs le manque de métal blanc ne semble pas pouvoir être présenté comme une explication éventuelle pour cette carence : l’argent n’était pas rare en Méditerranée et les Égyptiens auraient pu fondre celui qui leur arrivait en abondance sous forme de riyāl, comme ils le firent plusieurs fois pour fabriquer des paras : voir par exemple l’ordre donné en 1703 d’arrêter à Būlāq toutes les piastres et abū kalb qui y arrivaient « pour être portées à la Monnaie et converties en médins » (C.C.M., J 568, 24 février 1703).

38 Sur l’histoire des monnaies ottomanes, voir : Lane-Poole, Catalogue, VIII, XVIII-XXXVI ; Āfet, Aperçu, 33-6 ; Mantran, Istanbul, 233-271. R. Mantran signale également la relative stabilité des monnaies d’or par opposition à la dépréciation de l’aspre (ibid., 240).

39 Le poids des spécimens cités par Lane-Poole (Catalogue, VIII et Additions) varie entre 3,479 g (n° 308) et 3,323 g (n° 324), avec une moyenne de 3,419 g.

40 Voir les cinq monnaies étudiées par Samuel-Bernard (Monnaies, 450-1) et datant de 1595 à 1640 : leur poids et leur titre sont respectivement de 3,448 g et 983 millièmes (n° 26), 3,375 g et 982 (n° 27), 3,412 g et 977 (n  28), 3,425 g et 970 (n° 29), 3,437 et 957 (n° 30). Soit un poids d’or de 3,389 g ; 3,314 g ; 3,333 g ; 3,322 g ; 3,289 g pour chacune de ces pièces (le poids d’or qu’elles auraient dû contenir légalement était de 3,434 g).

41 En 1697 le titre du muḥammadī semblait être tombé au-dessous de 20 qīrāṭ (833 millièmes) : K. tarāğim, 925 ; Lane-Poole, Catalogue, VIII, XXXV.

42 Muḫtaṣar, 68 a. Aḥmad Čelebi, 37 b. Zubda, 34 a. Qīnalī, 11 b. Damurdāšī, 33. K. tarāğim, 925-6. Ğabarti, I, 28.

43 Aḥmad Čelebi, 44 a - 44 b. Damurdāšī, 114. Sur le « miṣr zinjirleesee », voir Lane-Poole, Catalogue, VIII, XXXV. Le nom de cette pièce (qui, par métathèse, se transforma souvent en « ğinzirlī ») provient du cordon ou chaîne (en turc zengir, zingir) qui l’ornait : zinjirli altun « an old gold coin with a chain pattern round its borders » (Redhouse, Lexicon, 1016).

44 Il est possible que les deux sequins « zer maḥbūb » dont Samuel-Bernard donne les caractéristiques (Monnaies, 450-1, n° 32 et 33) aient été en réalité des zinğirlī, car on ne frappa pas de zer maḥbūb au Caire sous Aḥmad III. Leur poids était de 1,137 dirham (3,508 g) et leur titre de 996.

45 Qīnalī, 135 b-136 a. Damurdāšī, 288-9. Aḥmad Čelebi, 158 b -159 a. Ğabartī, I, 137.

46 Qīnalī (135 b) et Damurdāšī (288) indiquent que le titre était de 24 qīrāṭ ; d’après Aḥmad Čelebi (158 b) il était de 22 qīrāṭ seulement. Le chiffre mentionné par Ğabartī (23 qīrāṭ soit 959 millièmes) (1,137) correspond à celui que donne Samuel-Bernard, 968 millièmes (Monnaies, 446-7). L’exposé de S.J. Shaw, sur le funduqlī (Ottoman Egypt, 169) comporte plusieurs erreurs.

47 Samuel-Bernard, Monnaies, 446-9.

48 Ibid., 342, 387, 448-9 (numéros 24 et 25).

49 Sur l’apparition du zer maḥbūb, voir Aḥmad Čelebi (254 b) et Ğabartī (I, 146). Sur son nom mi-persan (zer : « or ») mi-arabe (maḥbūb : « bien-aimé »), voir Samuel-Bernard, Monnaies, 328. Il y a quelque incertitude sur son titre légal. Samuel-Bernard (ibid., 452-3) estime qu’il se situa entre 958 et 875 millièmes ; mais aucun des exemplaires qu’il cite ne dépasse le titre de 871, et on serait donc enclin à supposer que le chiffre inférieur est seul exact si Samuel-Bernard ne signalait pas, par ailleurs, un « double-sequin » (n° 36) et un « demi-sequin » (n° 35) ayant un titre de 958, l’un et l’autre frappés sous le règne de Muṣṭafā III. Sur cette pièce, voir Shaw (Ottoman Egypt, 168-9) qui fait la même confusion que Samuel-Bernard entre le zer-maḥbūb de 1736 (poids : 2,5 g) et les monnaies de 3,5 g qui l’avaient précédé.

50 Peut-être parce que son cours avait été assez voisin de celui du thaler. Girard (Mémoire, 629) l’évalue à 60 médins.

51 Monnaies, numéro 34 : le poids (2,310 g) est anormalement bas, ce qui peut s’expliquer par le frai ou la rognure, à moins qu’il ne s’agisse d’une « pièce d’étrennes » de trois quarts de sequin.

52 Samuel-Bernard (Monnaies, 387) cite, d’après Bonneville, le cas d’un zer maḥbūb frappé en 1785/6 et dont le titre aurait été de 645 seulement. Ğabartī (III, 353) signale la baisse du titre du zer maḥbūb sous Muḥammad Bey abū Ḏahab.

53 Samuel-Bernard, Monnaies, 361-3, 383-4. C’est la seconde hypothèse que suggère Lachman (The Kurush, 328) à propos de plusieurs piastres de ‘Alī Bey trouvées récemment et portant la date de 1183.

54 Samuel-Bernard, Monnaies, numéro 55, pp. 456-7 (15,835 g). Lane-Poole, Catalogue, VIII, numéro 647 (14,580 g). Shaw (Ottoman Egypt, 168) indique que le poids officiel des piastres était de 17,189 g. Les 3 piastres publiées par Lachman et datées peut-être de 1769-1770 pèsent 14,5 g, 14,8 g, et 13,4 g.

55 Nous n’en avons pas trouvé de mention dans les registres du Maḥkama que nous avons étudiés. Voir C.C.M., J 629, 3 octobre 1772.

56 Ğabartī, I, 371 ; III, 353 et IV, 313. Samuel-Bernard, Monnaies, 333. Samuel-Bernard remarque également que, en dépit de leur dépréciation, les piastres de ‘Alī Bey avaient une valeur intrinsèque supérieure à celle des médins, ce qui en rendait la fabrication moins avantageuse (Monnaies, 333 et 396). L’interdiction d’utiliser les piastres, que mentionne Ğabartī, rend peu plausible l’hypothèse de Samuel -Bernard suivant laquelle les piastres de faible titre (310) auraient été frappées sous Muḥammad Bey.

57 Sur l’origine du para voir : Ğabartī, III, 352 ; Samuel-Bernard, Monnaies, 334 ; Dozy, Dictionnaire, I, 46 et II, 680 ; Shaw, Financial, XXII et Ottoman Egypt, 167-8.

58 Samuel-Bernard, Monnaies, 334.

59 Aḥmad Čelebi, 245 a ; Ğabartī, I, 147. Ainsi s’explique sans doute la présence dans le Catalogue de Lane-Poole de paras contemporains, mais de caractéristiques très différentes : par exemple, sous Aḥmad III, à côté de paras normaux de 0,518 g (numéros 490 et 492), un para de 0,907 et un autre de 0,388 g. Ce dernier para se retrouve sous Maḥmūd Ier (1730-1754) en même temps que des paras de 0,583 g (numéros 555 et 556).

60 Aḥmad Čelebi, 4 b.

61 K. tarāğim, 731.

62 Samuel-Bernard, Monnaies, numéro 62. Lane-Poole, Catalogue, VIII, numéros 490 et 492. Shaw, Ottoman Egypt, 168.

63 Samuel-Bernard, Monnaies, médins numéros 63, 64, 67, 68, 69, 71. 72 et 73 ; ibid., 383, 388, 453, 460-1.

64 Samuel-Bernard, Monnaies, 337 et 384. Ğabartī, IV, 313.

65 La vente forcée du reliquat des 12.000 qanṭār (à 2.720 paras) rapporta encore plus à Aḥmad Pacha qui paya, il est vrai, de sa vie ces trop ingénieuses opérations (Ibn Abī l-Surūr, 65 b - 66 a).

66 Les émirs abaissèrent le ğadīd à ce poids en 1728 (Aḥmad Čelebi, 210 a).

67 Samuel-Bernard, Monnaies, 385.

68 Aḥmad Čelebi, 123 a (1723), 235 b (1731), 245 a (1735). Damurdāšī, 180.

69 Galland, Tableau, I, 27. Ğabartī, IV, 313. Dozy, Supplément, I, 175 a.

70 Tribunal, ‘Ask., v. 175, 432 (1764) : 117 médins ; v. 198, 285 (1775) : 120 médins ; v. 209, 323 (1785) : 120 médins ; v. 218, 21 (1791) : 135 médins ; v. 217, 489 et 513 (1791) : 140 médins (maḥbūb égyptien : 125).

71 A.N., Alexandrie, B 1 101, 3 juillet 1722 ; B 1 110, 22 avril 1769.

72 Tribunal, ‘Ask., v. 125, 519 (1726) ; v. 162, 665 (1752) ; v. 212, 129 (1786). ‘Arab., v. 127, 181 (1786). ‘Ask., v. 223, 11 (1793).

73 Le maġribī passa de 110 paras en 1697 à 150 en 1760. Voir Lane-Poole, Catalogue, V, 99-100, numéros 265, 266, 268. Paris, Le Levant, V, 358.

74 Par exemple : Tribunal, ‘Ask., v. 226, 67 (1797) : maḥbūb ṭarābulsī, 140 médins ; v. 225, 142 (1796) : maḥbūb ğazā’irlī, 348 paras.

75 Tribunal, ‘Ask., v. 130, 403 (1729) : ġirš ḥiğāzī de 40 paras ; v. 124, 236 (1788) : ġirš makkāwī.

76 Dans les documents (ḥuğağ) des Archives de la Citadelle du Caire la piastre (ġirš) est utilisée avec cette valeur de 30 paras de 1045 (1635/6) à 1098 (1686/7). Sur la piastre turque comme monnaie de compte, voir Svoronos, Commerce, 116.

77 Mais la piastre de 33 médins est encore utilisée après 1730. Il existait également une piastre « imaginaire » de 60 médins (Irwin, Voyage, I, 207, en 1777).

78 A titre d’exemple voir la lettre du 13 septembre 1763 (C.C.M., Roux, LIX, « 681 ») où la cochenille est évaluée en pataques (réelles) de 85 médins, et le poivre, la gomme arabique et le riz de Damiette en piastres (fictives) de 60, 73 et 40 médins !

79 Voir le tableau 1 et le graphique 1.

80 Pour l’établissement de l’indice du para voir la note 2 du tableau 1.

81 Voir le graphique 2.

82 Sur l’altération des monnaies turques au xviiie siècle, voir Svoronos, Commerce, 114, 117.

83 Samuel-Bernard, Monnaies, 391.

84 Le rognage des pièces était pratiqué par les particuliers et les changeurs (Ğabartī, II, 178). En 1789, à propos d’un essai de réforme monétaire, Ğabartī signale que 3 qīrāṭ manquaient à la plupart des pièces d’or en circulation.

85 De Maillet remarquait en 1703, à propos de la détérioration des monnaies et des efforts de la Porte pour y remédier que « toute sorte de parats faux et petits » avaient un cours égal aux bons, et que « on en apportait en grande quantité de toute la Turquie » (A.N., Caire, B 1 315, 16 avril 1703).

86 Samuel-Bernard, Monnaies, 340-3. On a signalé plus haut, d’après cet auteur, le cas de deux funduqlī d’un titre de 725 et 710. L’émission, en 1725, des zinğirlī « dévalués », après réception de l’ordre sultanien d’en arrêter la frappe, constitue presque du faux-monnayage.

87 Muḫtaṣar, 57 a. K. tarāğim, 690.

88 Zubda, 33 b. K. tarāğim, 925-6.

89 K :. tarāğim, 959-960 et 966-7. A.N., Caire, Β 1 314, 158 (novembre 1700). A.N., Alexandrie, Β 1 100, 15 janvier 1701.

90 Aḥmad Čelebi, 79 b (1715) ; 123 a (1723) ; 158 b (1725).

91 Ğabartī, II, 178-9.

92 Les monnaies dont nous connaissons le poids et le titre ne sont pas très nombreuses. D’autre part nous avons remarqué antérieurement que ce n’est qu’à partir du sultan Muṣṭafā III (1757-1773) que les monnaies ottomanes mentionnent l’année du règne : sauf exception il est donc difficile de dater avec précision les spécimens antérieurs à 1757.

93 La baisse provoquée par le tarif de 1703 dura jusqu’en 1708. Le tarif de 1716 fut observé jusqu’en 1719. Par contre les tarifs de 1674, 1692, 1694, 1697, 1700, 1711, 1731, paraissent avoir eu peu d’effets, si en juge par les valeurs maximales atteintes aussitôt après par les monnaies. Il n’y eut à notre connaissance que deux tarifs dans la seconde moitié du siècle : en 1787 et 1789.

94 Sur cette rareté des monnaies voir Svoronos, Commerce, 115.

95 Monnaies, 391.

96 Par exemple : en 1670/1, en raison du haut prix de l’argent, la frappe des fiḍḍa est arrêtée (K. tarāğim, 688) ; en 1686 le manque d’argent provoque la « dévaluation » du médin (ibid., 731) ; en 1697 la monnaie d’argent manque au Caire (ibid., 925) et on doit utiliser les maqāṣīṣ pour les transactions courantes (Zubda, 32 b). En 1783 la disette de numéraire affecte les opérations commerciales (C.C.M., J 716, 8 juillet 1783). La comparaison des prix de l’argent et de l’or, lorsqu’elle est possible, indique pourtant un rapport normal entre les deux métaux : 1 à 15 vers 1685 (Tribunal, ‘Ask., v. 77, 261 ; v. 79, 421), et un siècle plus tard, en 1796 (ibid., v. 225, 43).

97 A.N., Caire, Β 1 313, septembre 1692.

98 Le poids et le titre légaux sont les seuls à être connus de la fin du xviie siècle à 1798. D’ailleurs leur évolution ne diffère pas substantiellement de celle du poids et du titre effectifs. Voir le graphique 2.

99 Cette conclusion nous paraît également valable pour les espèces d’or égyptiennes dont les phases d’effondrement correspondent aux crises monétaires, plus qu’elles ne sont liées à l’altération de leur valeur intrinsèque qui reste au total assez stable. Le cas le plus frappant est celui du zer maḥbūb dont le contenu en or, tombé à 75 % du chiffre primitif dès le règne de Muṣṭafā (1757-1773), variera relativement peu ensuite : 74 % pour les spécimens datant de ‘Abd al-Ḥamīd (1773-1789) et 71 % pour ceux datant du règne de Salīm (1789). Cependant la valeur du zer maḥbūb, calculée par rapport au bunduqī, se maintient au niveau de l’indice 90 de 1750 à 1770, période de stabilité monétaire. Elle tombe à un indice un peu supérieur à 70 pendant la crise monétaire des années 1780 à 1790. Ces deux phénomènes confirment ce qu’on a dit du para.

100 Mantran, Istanbul, 258 et 261.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search