Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons tenté à travers les pages précédentes de retracer l’évolution de l’éducation arabo-islamique au Šām durant les trois premiers siècles de l’Hégire.

2Deux aspects de cette évolution ont retenu notre attention :

  • La relation entre les facteurs externes (politique et socio-économique) et l’éducation.
  • Les facteurs internes, c’est-à-dire les questions et les problèmes qui se posaient au fur et à mesure que se développaient les activités culturelles et pédagogiques.

3Bien que les deux aspects interfèrent et s’influencent réciproquement, il est plus commode de les examiner séparément.

41. L’évolution de l’éducation dans sa relation avec les facteurs externes se résume comme suit :

5Un quart de siècle après sa conquête par les Arabes Musulmans, le Šām fut tenu de jouer un rôle primordial dans l’élaboration de la culture et de l’éducation arabo-islamiques. Les Banū Umayya, aristocrates mecquois devenus maîtres de l’Empire islamique, prirent en charge les conquêtes commencées sous leurs prédécesseurs. Les soldats et les fonctionnaires arabes se répandirent dans les régions conquises, affirmant le pouvoir temporel des Umayyades et propageant à la fois Islam et Arabité.

6Le mouvement culturel auquel ils donnèrent élan reposait principalement sur ces deux composantes ; des emprunts furent faits aux cultures préexistantes dans la région, notamment à la culture gréco-romaine, en dépit des réticences des hommes pieux de la communauté à cet égard.

7Durant leur règne, on peut mentionner les réalisations suivantes dans le domaine religieux :

  • L’enseignement à chaque musulman, en totalité ou en partie, du Coran dans sa rédaction officielle ;
  • La fixation d’un grand nombre de traditions, par transmission orale ou par écrit, et leur circulation à travers tout l’Empire.
  • Des tentatives entreprises pour mettre au point des systèmes juridiques, pour interpréter le Coran, pour fixer les méthodes de distribution de l’héritage (farā’id) et pour rédiger le récit des expéditions militaires du Prophète (maġāzī), ainsi que la biographie du Prophète et celle d’autres personnages éminents.

8Des réalisations non moins importantes furent accomplies dans le domaine de l’arabisme :

9La langue arabe s’étant affirmée en tant que langue de communication et de religion, la réforme de l’écriture et le développement de la grammaire aidèrent à sa diffusion en tant que langue de culture. Elle était enseignée au niveau élémentaire en liaison avec le Coran, et, au niveau supérieur, elle avait ses cercles d’études, en tant que langue et que littérature aux côtés des cercles d’études religieuses.

10La poésie arabe connut un grand épanouissement alors que la correspondance officielle et les essais à tendance intellectuelle affinaient leurs méthodes et leur style.

11Les dialectes, la poésie, les jours de combat, les généalogies, les sentences morales, les connaissances des Arabes et les récits des grands événements relatifs à leur histoire firent l’objet d’efforts considérables tendant à les recueillir.

12De plus, dès leur accession au pouvoir, les Umayyades eurent recours aux services des autochtones et des étrangers dans les régions conquises. Nous pensons tout particulièrement à l’administration où les premiers fonctionnaires et les secrétaires musulmans furent formés par des Grecs, des Coptes et des Persans, ainsi qu’ā l’éducation qui bénéficia de l’expérience des précepteurs et des maîtres autochtones et étrangers. Nous pensons également aux premières bibliothèques privées installées dans les palais et pourvues d’ouvrages et d’instruments d’origines diverses, au mouvement de traduction qui tenta d’accorder la langue arabe aux disciplines scientifiques et philosophiques...

  • 1 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Marwān.

13Il est vrai que l’emprunt aux civilisations anciennes n’était pas grand à cette époque ; ce qui importe n’est pas le volume de l’emprunt, mais l’esprit dans lequel il fut fait. Les Umayyades peuvent être considérés à cet égard, comme des pionniers dont l’exemple fut fidèlement suivi par les générations suivantes. Si le calife al-Ma’mūn gardait dans sa bibliothèque « les Biographies des Califes » (Sīrat al-Hulafā’) qui l’avaient précédé, c’est qu’il trouvait beaucoup d’enseignements à en tirer1. Ces réalisations préparèrent l’époque glorieuse des premiers abbassides sous le règne desquels toutes les branches du savoir connurent un développement spectaculaire.

14Malgré les révoltes qui éclatèrent partout au Šām, sous les premiers califes abbassides, ceux-ci ne furent pas particulièrement hostiles envers cette province, à en juger par les visites et les séjours fréquents qu’ils y firent et par le choix des personnages qu’ils désignèrent pour la gouverner.

15Si une certaine stagnation et même une régression des activités culturelles apparurent, il faut expliquer ce phénomène par le concours de facteurs politiques et économiques.

16Le problème auquel étaient confrontés les personnages qui y exerçaient des activités culturelles était que, manquant de ressources stables, ils devaient dépendre, complètement ou partiellement, de dons offerts par les souverains ou de leurs rétributions. Abandonné comme centre politique, le Šām ne pouvait plus assurer à ses savants le soutien matériel et moral dont ils avaient besoin pour s’adonner aux études et à l’enseignement.

17Les sciences religieuses souffrirent moins de ces carences, certaines fonctions juridiques, administratives ou religieuses locales étant réservées aux savants compétents en ces domaines. Mais les sciences linguistiques et littéraires (y compris la poésie et l’art de la chancellerie) et les sciences proprement dites (comprenant la traduction et la composition d’ouvrages), ne pouvant se maintenir loin du pouvoir, s’en ressentirent au point que les poètes et les savants du Šām émigrèrent vers la nouvelle capitale.

18La société islamique comprenait, comme toute société à cette époque, une classe privilégiée, et d’autres qui l’étaient moins. Cela se répercutait sur l’éducation.

19Sous les Umayyades, la classe privilégiée jouissait d’une culture de haut niveau qui comprenait : la chevalerie, la littérature, les sciences, les arts, le savoir-vivre ainsi que la religion. Les masses n’avaient accès qu’ā l’étude de la langue arabe et de la religion, aux niveaux élémentaire et supérieur. Lorsque les Abbassides s’emparèrent du pouvoir et qu’ils en chassèrent l’aristocratie umayyade, ils s’allièrent les gens de lettres et de sciences qui formaient l’entourage de cette aristocratie. Le dualisme culturel cessa alors au Šām.

20Si cela peut justifier le déclin du Šām quant aux disciplines non-religieuses, cela n’explique pas pour autant la modeste contribution de cette province au développement inouī des sciences religieuses (exégèse du Coran, tradition et jurisprudence) durant la dernière partie du deuxième siècle et le troisième siècle de l’Hégire.

21C’est justement ici qu’apparaissent les effets des émeutes inter-tribales, des révoltes et des rivalités entre le pouvoir central et les dynasties locales. Le Šām s’en ressentit énormément sur le plan économique et culturel. Les voyages d’études et les déplacements qu’effectuaient les maîtres en dehors du Šām, afin de recueillir la science et de compiler des ouvrages décrurent sensiblement. Le courant d’ascétisme et de soufisme qui s’épanouit dans cette atmosphère alla jusqu’ā décourager les croyants d’aller en quête de la science et de l’enseigner.

22Cependant, à l’intérieur du Šām, l’enseignement se propageait jusqu’à atteindre les petites villes et les villages. L’arabisation et l’islamisation gagnaient du terrain, mais les Arabes, établis au Šām avant et après la conquête musulmane formaient encore la majorité de ceux qui se tournaient vers les activités culturelles, séculières (poésie) et religieuses (Coran, Tradition et jurisprudence).

232. Plusieurs questions furent débattues après la mort du Prophète, telles que la rédaction officielle du Coran, la mise par écrit des traditions, la gratuité de l’enseignement religieux... Les solutions adoptées eurent une influence déterminante sur l’éducation. D’autres problèmes soulevés plus tard ne trouvèrent pas de solutions définitives et furent la source de divergences tant en ce qui concerne les finalités de l’éducation arabo-islamique que les moyens à mettre en place pour l’instaurer.

24Pendant les siècles qui nous concernent, certains attribuaient à l’éducation des finalités religieuses. Le but suprême de l’éducation aurait été selon les savants pieux, le salut de l’homme dans la vie future et les moyens, par conséquent, la connaissance du message du Prophète de Dieu et l’action en accord avec ses préceptes.

25Selon les ascètes et les soufis, la finalité de l’éducation consistait à aller à la rencontre de Dieu et de s’unir à Lui dans l’extase en se détachant des choses matérielles suivant des méthodes qui furent établies graduellement.

26D’autres tentèrent un compromis : sans négliger la vie future, certains mettaient l’accent sur une finalité humaniste : l’épanouissement de l’homme et son développement moral, intellectuel, physique... D’autres pensaient surtout à tirer profit de leurs études pour des préoccupations plus immédiates : gagner sa vie, se préparer à une fonction, s’élever dans la société et acquérir du prestige.... Avec cette troisième catégorie qui poursuivait des buts humanistes ou pratiques, le programme d’études s’élargissait, se diversifiait et s’adaptait au milieu social des étudiants et à leurs aspirations.

27Parmi les questions débattues, certaines divisèrent la communauté islamique en camps opposés, chacun se servant de l’éducation pour propager son point de vue et attaquer le point de vue de l’adversaire. Les débats les plus brūlants à cette époque furent ceux soulevés à propos de l’opinion personnelle en jurisprudence, et du libre arbitre en théologie.

28Face à ces questions, certains adoptèrent des attitudes plutôt conservatrices, d’autres des attitudes plus ou moins libérales. Au cours des siècles, l’un et l’autre courant connurent des victoires temporaires. Mais les questions essentielles demeurent jusqu’à nos jours telles que les ont laissées les hommes des trois premiers siècles de l’Islam.

Notes

1 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Marwān.

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search