Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Troisième partie. Culture et Éducation dans la Communauté

III. Échanges culturels

Texte intégral

Préambule

1Le trait caractéristique majeur de la culture arabo-islamique aux siècles de grandeur, est ce que l’on pourrait appeler la diversité dans l’unité. Les apports des entités géographiques et ethniques se déversaient dans un même courant, de sorte qu’ils ne représentaient que de simples manifestations de cette culture. Le principal ciment de cette unité était le réseau de communications et d’échanges continuels qui reliait entre elles les diverses parties de l’Empire islamique.

2Lorsqu’une partie se retirait, complètement ou partiellement, de ce réseau, sa culture propre s’appauvrissait et régressait, et ses réalisations culturelles s’en ressentaient.

3La circulation des éléments culturels à travers les pays de l’Islam empruntait deux voies principales :

4Les voyages d’études et les déplacements des maîtres.

A. Voyages d’études

5Les voyages en quête de science religieuse apparurent dès le début de l’Islam, quand il n’y avait qu’un seul maître, le Prophète, et un seul centre de culture, La Mecque puis Médine.

6Avec les conquêtes, les savants de la communauté, successeurs du Prophète en matière d’éducation, se dispersèrent, et les étudiants se mirent à suivre ceux d’entre eux qui jouissaient d’un grand prestige, les plus zélés se déplaçant d’une ville à l’autre pour acquérir le plus de connaissances possibles.

  • 1 L’expression qui se répète chez Ibn ‘Asākir est : ce personnage ou ces personnages possédaient la (...)

7Ainsi chaque région de l’Empire fut un centre récepteur et émetteur à la fois qui diffusait la part de la science dont il était porteur1, par l’intermédiaire des étudiants qui venaient s’y former en même temps qu’il profitait des connaissances répandues dans les autres centres grāce aux voyages de ses propres étudiants. Inutile de dire que le jeu des facteurs politiques et socio-économiques perturbait souvent le fonctionnement de ces centres. Des déséquilibres apparaissaient dans l’un ou l’autre de ces deux aspects.

8En ce qui concerne le Šām, presque toutes les biographies de savants religieux fournissent des informations géographiques précises sur la formation de ces personnages et nous renseignent ainsi sur leurs déplacements.

9D’après ces renseignements, les personnages se répartissent en trois catégories :

  • Ceux qui se contentèrent de fréquenter les maîtres locaux, et firent leurs études dans leur propre ville ou leur propre village.
  • Ceux qui se déplacèrent à l’intérieur du Šām pour suivre l’enseignement des maîtres de grande renommée.
  • Ceux qui, après avoir fréquenté les maîtres locaux, et étudié dans plusieurs endroits du Šām, firent des voyages d’étude plus ou moins longs en dehors de la province.

10Ces trois catégories se représentent comme suit :

Tableau 32. Lieux où les habitants du Šām firent leurs études

Tableau 32. Lieux où les habitants du Šām firent leurs études

Graphique 21. Lieux où les habitants du Šām firent leurs études

Graphique 21. Lieux où les habitants du Šām firent leurs études

a. Voyages d’études en dehors du Šām

  • 2 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 303 b, biogr. de : un homme de Damas.

11Pendant la période qui suivit la conquête, l’éducation au dépendait complètement du pouvoir central de Médine ; le calife considérant l’éducation comme de son ressort, les gouverneurs et les maîtres du Šām s’adressaient à lui pour résoudre les problèmes qu’ils avaient à affronter. C’est pourquoi les premiers voyages d’études furent entrepris vers l’Arabie, surtout vers Médine ; ils revêtaient alors la forme de consultation et de délibération en commun. Le voyage que fit Abū al-Dardā’ à la tête d’une délégation d’habitants du Šām, afin de consulter le calife ‘Umar au sujet de la lecture du Coran, constitue un excellent exemple de ce genre d’activités2.

  • 3 Ibid., vol. 4, fol. 48 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. Mu‘āwiya.

12D’autres voyages furent entrepris par des personnages qui éprouvaient des doutes sur certains sujets et voulaient connaītre le point de vue du calife sur ces questions, tel celui qu’al-Hāriṭ b. Mu‘āwiya al-Kindī entreprit afin de connaītre l’avis du calife sur les problèmes que soulevaient la prière aux côtés d’une femme, la prière d’al-‘aṣr et la prédication (al-qaṣaṣ) dont il avait été chargé par le gouverneur de Ḥimṣ3.

13Disons enfin que la présence des Compagnons et de grands maîtres en Arabie, où se trouvaient d’autre part les lieux saints mêlait étroitement la quête de la science au pèlerinage et fut à l’origine de la multiplication des voyages d’études vers cette région.

14Cependant, l’importance de l’Arabie comme centre de culture décrut pendant les siècles suivants. Il est vrai que les pélerins continuèrent à profiter de leur séjour dans les lieux saints pour entendre la Tradition ; notre référence ne mentionne cependant que des cas exceptionnels, étant bien entendu que presque tout le monde s’acquittait de ce devoir religieux.

15L’Iraq fut la deuxième province vers laquelle se tournèrent les habitants du Šām. Dès le premier siècle, en effet, Basra et Kūfa se distinguèrent comme centres de culture, puis la consécration de Bagdad par les Abbassides comme centre politique de l’Empire y attira les grands maîtres, non seulement d’Iraq mais de toutes les provinces. Baṣra perdit complètement sa place au troisième siècle en raison des révolutions qui se déclarèrent dans la région.

16L’Égypte semble avoir pris de l’importance vers le dernier quart du deuxième siècle, quand I’Imām al-Šāfi‘ī se fixa dans sa capitale ; lui et ses disciples attirèrent les étudiants de toutes les régions de l’Empire islamique.

17Au troisième siècle des centres de culture islamique commencèrent à apparaītre en Orient. Toutefois ceux-ci ne s’épanouirent que pendant les siècles suivants.

18Le tableau 33 représente la répartition des voyages d’études entrepris par les habitants du Šām dans les provinces de l’Empire islamique.

Tableau 33. Destination des voyages d’études des habitants du Šām

Tableau 33. Destination des voyages d’études des habitants du Šām
  • 4 Voir le chapitre « questions économiques et activités ».

19L’aspect quantitatif des voyages d’études des habitants du Šām ayant été présenté plus haut4, nous nous contentons ici de citer quelques fragments relatifs à leur aspect qualitatif.

  • 5 Ibn ‘Asākir, vol. 3, (édit. Duhmān), p. 15, biogr. de : Busr b. ‘Ubayd Allāh.

20Au premier siècle, on rapporte que Busr b. ‘Ubayd Allāh al-Ḥaḍramī, épigone et personnage éminent de la Mosquée de Damas, disait : « Je prenais la route d’une métropole (miṣr) rien que pour entendre une tradition »5.

  • Mu‘āḏ b. Ǧabal (m. 18/640), voyant ses disciples affligés à son chevet leur conseilla de suivre, après sa mort, l’enseignement d’Abū al-Dardā’ qui était alors à Ḥimṣ, celui de ‘Abd Allāh b. Mas‘ūd à Kūfa et celui de Salmān al-Fārisī à Madā’in. Deux d’entre eux entreprirent des voyages d’études dans ces trois villes, suivant ainsi le conseil du maître6.
  • Makḥūl b. Kisrā (m. 113/732), captif de Kaboul libéré en Égypte, s’en alla d’abord en Égypte en quête de la science. Il entreprit par la suite un voyage d’étude à Médine, en Iraq et au Šām où il s’installa et devint le premier juriste de la province à l’époque7.
  • Sulaymān b. Mūsā (m. 115 ou 119/734 ou 737) et al-Mut’im b. al-Miqdām, décidèrent de faire un voyage à La Mecque pour entendre les traditions de ‘Aṭā’ b. abī Rabāḥ (juriste et traditionniste). Déjā familiarisés avec les traditions enseignées par ce maître, ils décidèrent de le questionner à tour de rôle afin de les entendre toutes. ‘Aṭā’ b. abī Rabāḥ prisa fort cette manière de profiter de son temps, et conseilla à ses disciples de suivre leur exemple8.
  • ‘Abd Allāh b. Zayd, Abū Qilāba al-Ǧarmī (m. 104/723), se rendi à Médine pour entendre une seule tradition. Le personnage qui rapportait cette tradition étant à ce moment absent, il dut attendre trois jours jusqu’à ce qu’il fut de retour9.
  • ‘Amr b. Maymūn b. Mihrān de Raqqa (m. 145/763) dit : « Si j’apprenais qu’il me restait une lettre de la sunna au Yémen, j’irais l’y chercher »10.

21Notre référence mentionne également que le pélerinage était le moyen par excellence pour entendre la tradition au Ḥiǧāz :

  • 11 Ibid., vol. 18, fol. 33 b, biogr. de : Yahyā b. Rāšid al-Layṯī.

22— Yaḥyā b. Rāšīd (de Damas) dit : « J’entrais, avec une dizaine de pèlerins venant du Šām, chez ‘Abd-Allāh b. ‘Umar à La Mecque ; nous entendīmes des traditions de sa bouche »11.

23Au deuxième siècle, les voyages d’études se poursuivirent : Une innovation apparut à cette époque. Des parents zélés portaient leurs enfants très jeunes chez les maîtres entendre des traditions pour les vouer à la science.

  • 12 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašīr.

24Ainsi le père de Sa‘īd b. Bašīr (de Damas) emmena-t-il celui-ci à Baṣra quand il était encore enfant pour qu’il y entende la Tradition, puis il le ramena à Damas12.

  • 13 Ibid., vol. 16(2), fol. 38 a, biogr. de : al-Mūsāyyab b. Wāḍiḥ.

25Au troisième siècle, ces usages s’étaient enracinés dans la communauté. Les mêmes exemples se répètent. Cependant un seul retiendra notre attention, celui d’al-Mūsāyyab b. Wāḍiḥ al-Sulamī (m. 246/861) qui quitta son village situé près de Ḥimṣ pour entendre la Tradition en Egypte de la bouche d’Ibn Luhay‘a. Apprenant à son arrivée la mort du cheikh, il rebroussa chemin, et suivit l’enseignement d’un maître connu à Ḥimṣ13. On voit à quel point la présence d’un grand maître dans un endroit donnait de l’importance à cet endroit et y attirait les étudiants des autres régions.

b. Voyages d’études vers le Šām

26Les chiffres suggèrent que durant les trois premiers siècles les voyages d’études en dehors du Šām, et ceux effectués vers le Šām suivirent une évolution opposée. Alors que les voyages d’étudiants syriens vers les autres parties de l’Empire islamique diminuaient, les déplacements des étudiants des autres provinces vers le Šām allaient croissant. Inversement, à la fin du deuxième siècle, quand le Šām subissait une relative stagnation, un mouvement d’érudition prenait son essor à Bagdad, dans l’entourage des califes abbassides, et se propageait dans tout l’Empire à des rythmes variables. Les régions qui en tirèrent le plus de profit, après l’Iraq, furent les provinces orientales.

27Le tableau et le graphique suivants montrent cette symétrie.

Tableau 34. Evolution des voyages d’études en dehors du Šām et vers le Šām

Tableau 34. Evolution des voyages d’études en dehors du Šām et vers le Šām

28L’enseignement que les étudiants venaient chercher au Šām. était un enseignement religieux qui recouvrait la Tradition, le Coran, la dévotion et le soufisme ; dans un seul cas, il est fait mention d’Adab, qui peut signifier : la poésie, la lexicologie, les jours de combat des Arabes, la généalogie, les maximes et les histoires édifiantes. Mais on trouve, par contre, le nom du maître damascène, al-Walīd b. Muslim, cité dans les magāzī du Prophète et dans les récits des conquêtes islamiques, ce qui laisse à penser que la matière historique faisait l’objet de certains voyages.

29De ces voyages d’études vers le Šām, voici quelques exemples :

Au premier siècle :

  • 14 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 241 a, biogr. de : ‘Amr b. Maymūn.

30— ‘Amr b. Maymūn al-Āzdī du Yémen (m. 77/697). Il dit : « Le Prophète envoya Mu‘āḏ b. Ǧabal au Yémen pour enseigner le Coran et les préceptes religieux. Je m’attachai à lui et je l’accompagnai lorsqu’il se fixa au Šām pour suivre son enseignement. Lorsqu’il mourut je m’adressai au meilleur survivant des Compagnons, ‘Abd-Allāh b. Mas‘ūd »14.

Graphique 22. Evolution, des voyages d’études en dehors du Šām et vers le Šām

Graphique 22. Evolution, des voyages d’études en dehors du Šām et vers le Šām
  • 15 Ibid., vol. 16, fol. 510 a, biogr. de : Masrūq.

31— Masrūq b. ‘Abd al-Raḥmān al-Hamdānī de Kūfa (m. 63/683). Al-Ša‘bī dit : « Masrūq partit pour Baṣra s’enquérir de l’interprétation d’un verset du Coran. Le personnage auquel il s’adressa lui fit savoir qu’il en avait entendu l’exégèse d’un savant du Šām qui avait l’habitude de visiter Basra ; sur quoi Masrūq partit pour le Šām trouver ce personnage. D’aucuns dirent : « Masrūq voyagea pour un verset (ḥarf, āyā) »15.

32— Un Médinois vint voir Abū al-Dardā’ à la Mosquée de Damas pour lui demander de rapporter devant lui une tradition prophétique. Le dialogue suivant s’établit entre le maître et le médinois :

33— Tu n’es pas venu pour le commerce ?

34— Non,

35— Tu n’es pas venu pour une affaire personnelle ?

36— Non.

37— Tu n’es venu que pour entendre cette tradition ?

38— Oui.

  • 16 Ibid., vol. 14, fol. 516 a, biogr. de : Kuṯayyir b. Qays.

39Abū al-Dardā’ félicita le médinois et rapporta la tradition16.

Au deuxième siècle :

  • Le nombre des étudiants qui vinrent au Šām doubla presque. C’était l’époque d’al-Zuhrī et d’al-Awzā‘ī en matière de Tradition et de jurisprudence, et d’Ibrāhīm b. Adham et d’Abū Sulaymān al-Dārānī en matière d’ascétisme.
  • Šu‘ba dit : « Abū Isḥāq me rapporta une tradition qu’il avait entendue à La Mecque de ‘Abd Allāh b. ‘Atā’. Je partis pour La Mecque, non pas pour accomplir le pèlerinage mais pour entendre la tradition de la bouche du maître. Or, arrivant à La Mecque le traditionniste me fit savoir qu’il avait entendu cette tradition de Sa‘d b. Ibrāhīm qui résidait à Médine et qui ne vint pas cette année pendant la saison (le pèlerinage). Je partis alors pour Médine, et rencontrai Sa’d b. Ibrāhīm qui me dit : « Cette tradition nous est venue de chez vous (de Baṣra), je l’ai entendue de la bouche de Ziyād b. Miẖrāq ... En rentrant à Baṣra je rendis visite à Ziyād et le questionnai au sujet de cette tradition ; il me dit qu’elle était syrienne (du Šām), et qu’il l’avait entendue de Sahr b. Hawsab qui lui-même l’avait reçue de ‘Uqba b. ‘Āmir al-Ǧuhanī (Compagnon). Je m’exclamai : Oh ! La précieuse tradition ! Si je pouvais obtenir une tradition d’une si haute autorité (Isnād), je donnerais en échange ma famille et tout ce que je possède »17.
  • Ma‘mar b. Rāšid (m. 153/770), basriote établi au Yémen. Il vint dans la Ǧazīra suivre l’enseignement d’al-Zuhrī (traditionniste). Il dit : « Je vins à Ruṣāfa suivre l’enseignement d’al-Zuhrī ; les autres étudiants ne lui posant pas de questions, le traditionniste s’adressait toujours à moi quand il parlait ». Ma‘mar écrivit tellement de traditions d’après ce maître qu’il fut surnommé « Ma‘mar al-Zuhrī ». Avant son départ, il récita les traditions apprises devant le maître (‘araḍa) et lui demanda : « Pourrais-je rapporter ces traditions en me référant à toi ? » Al-Zuhrī acquiesca : « Bien sûr, qui donc d’autre que moi les aurait-il rapportées ? »18.
  • Abū Marḥūm, de La Mecque. Il vint au Šām suivre l’enseignement d’al-Awzā‘ī, lorsqu’il voulut offrir un cadeau au juriste, celui-ci lui dit : « ou bien j’accepte ton cadeau et tu n’obtiendras pas un seul mot de moi, ou bien tu reprends ton cadeau et tu pourras assister à mon enseignement »19.
  • Šaqīq b. Ibrāhīm, de Balḥ (m. 194/810). Il vint au Šām accompagner le dévôt (al-zāhid) Ibrāhīm b. Adham dans son errance (siyāḥa), vraisemblablement dans le mont liban20.
  • Ṣubḥ, un dévôt du Ḥurāsān. Il vint à Damas pour rencontrer le dévôt du Šām, Abū Sulaymān al-Dārānī21.

Au troisième siècle :

40C’est durant cette période qu’affluèrent au Šām les grands maîtres du monde islamique dans toutes les disciplines, religieuses, littéraires et historiques. Ceux-ci compilant des ouvrages généraux, la science du Šām leur fut de ce fait indispensable.

41Parmi les traditionnistes qui visitèrent le Šām citons :

  • Sulaymān b. al-Aš‘aṯ, Abū Dā’ūd al-Azdī, du Sidjistan (m. 275/889), auteur d’al-Sunan, entendit les traditions à Damas, Ḥimṣ et Ǧazīra22.
  • Muḥammad b. Yazīd b. Māǧa, de Qazwīn (m. 273-887), auteur d’al-Sunan, entendit la Tradition à Damas et à Ḥimṣ A Damas, il suivit l’enseignement de plus de cinq maîtres23.
  • Muslim b. al-Haǧǧāǧ, de Nishāpūr (m. 261/875), auteur d’al-Ṣaḥiḥ, suivit à Damas l’enseignement de plusieurs maîtres, notamment d’al Walīd b. Muslim.
  • Abū Naṣr, al-Ḥasan b. Muḥammad... dit : Ṣāliḥ b. abī Ṣāliḥ me montra un morceau d’écorce, sur lequel Muslim b. al-Haǧǧāǧ avait écrit des traditions à Damas d’après al-Walīd b. Muslim24.
  • Muḥammad b. Ismā‘īl al Buḥārī (m. 256/870), auteur d’al-Ǧāmi‘ al-Ṣaḥīḥ et al-Tārīḥ al-Kabīr. Ce maître vint au Šām et en Ǧazīra deux fois pendant ses voyages d’études, et entendit les traditions à Damas, à Ḥimṣ, à Ascalon et en d’autres villes...25.
  • Aḥmad b. Ḥanbal, de Baghdad (m. 241-856), auteur d’al-Musnad, entendit les traditions à Damas, à Ḥimṣ et en Ǧazīra26.

42Parmi les historiens qui vinrent au Šām en voyage d’étude, citons :

  • Aḥmad b. Yaḥyā b. Ǧābir al-Balāḏurī de Baghdad (m. 279/893), auteur d’un grand nombre d’ouvrages. Il fit des études à Damas, à Ḥimṣ et à Antioche27.
  • Muḥammad b. ‘Umar al-Wāqidī, de Médine (m. 207/823), auteur des Maġāzī. Il vint à Damas et à Ḥimṣ28 ;
  • Muhammad b. Sa‘d, de Baghdad (m. 230/845), auteur des Ṭabaqāt al-Kubrā. Il suivit à Damas l’enseignement d’une dizaine de maîtres, notamment celui d’al-Walīd b. Muslim29.

43Parmi les grammairiens et les hommes de lettres, citons :

  • Muḥammad b. Yazīd, surnommé al-Mubarrid, de Baṣra (m. 285/899). Il dit : « Je vins au Šām étant jeune avec d’autres étudiants, écrire la science et rencontrer les savants. On nous conseilla d’aller à Dayr Murrān. Nous vīmes dans une chambre un vieillard qui nous questionna sur le motif de notre passage. Nous lui répondīmes que c’était la quête de la Tradition et de l’adab30.
  • Aḥmad b. Yazīd b. Azdād al-Ḥalwānī al-Ṣaffār, de Baṣra (?), lexicologue (luġawī) et lecteur du Coran.
  • 31 Ibid., vol. 2 (Sult. Ahmad 1), fol. 404 a, biogr. de : Aḥmad b. Yazīd.

44Il vint à Damas et lut plusieurs fois le Coran auprès de Hišām b. ‘Ammār, selon la lecture d’Ibn ‘Āmir31.

B. Déplacements des maîtres

45Ce phénomène qui fit son apparition au début de l’Islam à l’intérieur de l’Arabie se poursuivit, après la conquête de nouvelles régions à l’échelle de l’Empire.

46Pour mettre en évidence l’importance de ces déplacements nous allons passer en revue différents exemples concernant les activités des maîtres du Šām en dehors de leur province, ainsi que celles des maîtres de passage au Šām dans cette dernière ; nous attirons toutefois l’attention sur le fait que notre référence fournit sur la deuxième catégorie plus de renseignements que sur la première.

a. Déplacements en dehors du Šām

47Durant le califat umayyade, les maîtres du Šām purent à de multiples occasions intervenir dans les questions d’éducation, à l’intérieur des autres provinces. C’est en effet parmi eux que se recrutaient les hauts fonctionnaires civils et militaires ainsi que les membres de la cour des califes.

  • 32 Voir supra, le passage relatif ār Hišām b. ‘Abd al-Malik.

48Dans la deuxième partie de notre étude nous avons parlé des réalisations de Ziyād b. Abīh (m. 53/672) gouverneur d’Iraq sous Mu‘āwiya, d’al-Haǧǧāǧ b. Yūsuf (m. 95/714) gouverneur d’Iraq sous ‘Abd al-Malik, de ‘Abd al-’Azīz b. Marwān (m. 85/ 705) gouverneur d’Égypte à la même époque, et d’Ismā‘īl b. ‘Ubayd Allāh b. Abī al-Muhāǧir (m. 132/750) gouverneur d’Ifriqiya sous ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz. Nous avons attiré aussi l’attention sur le rôle pédagogique que jouaient les maîtres syriens qui accompagnaient les califes et les princes umayyades au Ḥiǧāz pendant le pèlerinage32.

49Nous possédons en outre quelques témoignages concernant cette période :

  • Faḍāla b. ‘Ubayd al-Anṣārī (Compagnon, m. 59/879), participa à la conquête de l’Égypte, et y assuma le qadā’ et le commandement de la marine. Bon lecteur du Coran et tradition-niste, il eut un grand nombre de disciples dans cette province33.
  • Au cours de ses déplacements fréquents, entre le Hiǧāz et le Šām, durant 45 ans, Muḥammad b. Muslim Ibn Šihāb al-Zuhrī (m. 124/742) joua un rôle d’intermédiaire entre les deux provinces, transmettant ici ce qu’il apprenait lā. Lorsqu’il arrivait à Médine, les savants de cette ville suspendaient leurs cercles d’études pour tirer profit, avec leurs disciples, de la présence du grand maître34.
  • Al-Ḥasan b. ‘Umrān, Yazīd b. Ḥimyar et Sālim Abū al-Fayḍ partirent pour Wāsit, siège de l’armée du Šām à l’époque umayyade, et y enseignèrent le Coran et la tradition.
  • 35 Ibid., vol. 4, fol. 168 a, biogr. de : al-Ḥasan b. ‘Umrān.

50Des Syriens mais aussi des Iraquiens suivirent leur enseignement35.

51Le pèlerinage étant l’occasion idéale pour les maîtres de rehausser leur prestige dans toute la communauté islamique, les savants du Šām se préparaient minutieusement lorsqu’ils décidaient d’y aller. Notre référence fait cas des activités de quelques savants du Šām durant la saison :

  • Makḥūl b. Kisrā (m. 113/732), le juriste du Šām à son époque, tint une séance commune de fatwa avec le juriste mec-quois ‘Aṭā’ b. abī Rabāḥ. Pendant presque toute la séance Makḥūl surpassa son rival mais lorsqu’ils traitèrent du sujet de la chasse (ǧuz’ al-ṣayd), ‘Aṭā’ fit montre de plus de connaissances36.
  • ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī (m. 157/774) grand traditionniste et juriste, se rendit souvent en pèlerinage. Maītres et étudiants des autres provinces islamiques bénéficiaient de sa participation aux manifestations culturelles de la saison.

52Selon un deuxième témoignage Mālik b. Anas, savant de Médine et Sufyān al-Ṭawrī, savant de Kūfa, apprenant l’arrivée d’al-Awzā‘ī, allèrent l’accueillir à Ḏī Ṭuwā. Ils détachèrent son chameau de la caravane ; Sufyān dénoua la bride du chameau, l’attacha à son cou et précéda la monture pour la conduire tandis que Mālik marchait derrière pour la pousser. Les spectateurs dirent : « Il doit être supérieur à eux, c’est pourquoi ils lui rendent hommage ».

53Selon un troisième témoignage, al-Awzā‘ī, Sufyān al-Ṯawrī et Abū Ḥanīfa se réunirent chez Mālik b. Anas à Médine et s’entretinrent (taḏākara) des sciences religieuses. Al-Awzā‘ī parut le mieux documenté.

  • 37 Ibn ‘Asākir. vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn al-Awzār‘i.

54Selon un quatrième, Mālik, apprenant une fois l’arrivée d’al-Awzā‘ī à la Mosquée du Prophète, se hâta d’aller le saluer. Un entretien (muḏākara) eut lieu entre eux et dura de midi au crépuscule, al-Awzā‘ī prenant le dessus sauf sur un seul sujet que Mālik maîtrisait mieux. Selon une autre version, al-Awzā‘ī se montra supérieur en maġāzī, et Mālik en fiqh37.

55— Al-Walīd b. Muslim (m. 195/811) était, comme nous l’avons vu, le savant damascène que les étudiants venaient voir de toutes les provinces islamiques. Il était naturel que ceux-ci ainsi que les grands maîtres, attendissent son arrivée au pèlerinage pour approfondir leurs connaissances auprès de lui.

56Un jour où à Minā, il accomplissait les rites du pèlerinage, les étudiants se rassemblèrent autour de lui et l’obligèrent à rapporter des traditions. Des Mecquois, qui, à cause de la foule, n’arrivaient pas à s’approcher suffisamment de lui pour l’entendre, firent du tapage. Al-Walīd arrêta son récit et quitta la place.

57Lorsque al-Walīd b. Muslim arrivait à La Mecque il disait aux étudiants : « Si vous êtes d’accord, je vous rapporterai les traditions de nos grands maîtres, sinon dites-moi ce qui vous intéresse et je vous rapporterai ce que vous désirez ».

58D’après un traditionniste khurassanien, al-Walīd se rendit une fois à La Mecque en pèlerinage ; il avait retenu les longues traditions et les maġāzī. Les pèlerins du Ḥurāsān s’intéressant à cette époque aux « opinions » (ra’y plur. ārā’), se mirent à le questionner à ce sujet, et il ne put leur donner satisfaction.

59L’année suivante, al-Walīd prit soin de recueillir une large collection d’opinions. Or le traditionniste khurassanien, Nu’aym b. Hammād avait mené une campagne contre l’opinion et incité les étudiants à quêter les « hautes traditions » (‘ālī, ‘īliya). Lorsque les pèlerins du Hurāsān demandèrent à al-Walīd de leur rapporter de hautes traditions, il protesta en disant : « Il est étrange que chaque fois que vous demandez une certaine science, et que nous nous préparons à répondre à vos questions, vous en choisissiez une autre. Si je suis encore en vie l’an prochain, et que je me rende en pèlerinage, je vous rapporterai ce que vous venez de me demander ». Il mourut à son retour.

  • 38 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.

60Naturellement, c’étaient les habitants du Ḥiǧāz qui profitaient le plus de ces occasions. Les maîtres de toutes les provinces islamiques passant nécessairement chez eux, ils pouvaient transmettre aux uns ce qu’ils entendaient des autres. C’est ainsi que le traditionniste basriote ‘Alī b. al-Madīnī rendit visite à un collègue médinois et lui demanda de lui communiquer sa collection de hadīṯ écrite d’après al-Walīd b. Muslim ; celui-ci, en effet, savant du Šām, possédant une science très étendue, avait à plusieurs reprises accompli le pèlerinage au Ḥiǧāz38.

61Outre ces personnages qui exercèrent occasionnellement des activités pédagogiques en dehors de leur province, d’autres se fixèrent définitivement dans une autre province après avoir fait des études et enseigné un certain temps au Šām. Tel est le cas de :

  • Muḥammad b. Muṣ‘ab b. Ṣadaqa (m. 208/824), un disciple d’al-Awzā‘ī qui quitta Qarqīsiya pour enseigner à Baghdad39.
  • ‘Amr b. abī Salama, un autre disciple d’al-Awzā‘ī, qui quitta Damas pour Tinnīs. Il y rapporta des traditions du maître, et eut un grand nombre de disciples venus de toutes les parties du monde islamique40.
  • Muḥammad b. al-‘Abbās al-Murrī (m. après 290/903), un disciple de Hišām b. ‘Ammār, qui quitta Damas pour Ǧurǧān et y rapporta des traditions. Il eut des disciples de Bust, d’Asta-rābād, de Ǧurǧān et d’autres villes d’Orient41.

b. Déplacements vers le Šām

62Durant les trois premiers siècles, la liste des visiteurs du Šām comporte les noms de grands personnages, dont l’apport pédagogique et culturel ne peut être négligé. Nous en citons ici quelques-uns :

Au premier siècle :

63On compte parmi les personnages de passage au Šām à cette époque 103 Compagnons et 75 épigones. La visite de certains d’entre eux représenta un événement d’une très grande importance pour toute la communauté.

  • 42 Ibid., vol. 19, fol. 389 a, biogr. de : Karīma bt. al-Ḥašẖāš ; vol. 19, fol. 307 a, biogr. de : Ch (...)

64Citons à titre d’exemple celle d’Abū Hurayra, lors de laquelle les Damascènes se réunirent à la Grande Mosquée, et veillèrent sous une des coupoles de Mu‘āwiya pour suivre son enseignement ; lorsqu’il partit ils l’escortèrent jusqu’à al-Kiswa42.

  • 43 Ibid., vol. 3, fol. 76 a, biogr. de : Anas b. Mālik ; vol. 19, fol. 308 a, biogr. de : un homme de (...)

65Une autre visite importante fut celle d’Anas b. Mālik qui vint saluer al-Walīd b. ‘Abd al-Malik, accompagné de 40 Anṣar. Le calife et les notables se réunirent à al-Ǧābiya pour l’entendre, et les étudiants en tradition purent l’écouter à la Grande Mosquée et à Dayr Murrān43.

66Citons aussi :

  • ‘Abd-Allāh b. ‘Amr b. al-’Āṣ (m. 65/685), Compagnon du Prophète, il vint plusieurs fois au Šām sous Mu‘āwiya I, ainsi que sous son fils Yazīd I, et rapporta des traditions dans plusieurs endroits du Šām44.
  • Salmān al-Fārisi (m. 36/657). Compagnon du Prophète, il vint au Šām pour le ribāṭ et le ǧihād. Il s’arrêta à Damas pour s’entretenir avec le savant du Šām Abū al-Dardā’, puis se dirigea vers Beyrouth où il rapporta des traditions45.
  • Al-Miqdād b. ‘Amr al-Aswad (m. 33/654). Compagnon du Prophète, il vint assister au congrès d’al-Ǧābiya en compagnie du calife Bien Guidé ‘Umar b. al-Ḥaṭṭāb. Il prit place à la Mosquée de Damas et rapporta des traditions46.
  • ‘Āṣim b. ‘Umar b. Qatāda (m. 120/733) de Médine, savant en Sīra (biographie du Prophète) et en maġazī (expéditions militaires du Prophète), il vint à Damas demander au calife ‘Umar II de l’aider à payer ses dettes. ‘Umar II accepta, lui octroya en plus une certaine somme d’argent, et lui ordonna de prendre place à la Mosquée de Damas afin d’enseigner les matières dans lesquelles il excellait47.

Au deuxième siècle :

  • 48 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 435 b, biogr. de : Wakī‘ b. al-Ǧarrāḥ.

67La visite qui suscita le plus d’intérêt fut celle que fit, un an avant sa mort, Wakī‘ b. al-Ǧarrāḥ (m. 197/813), le grand juriste hanéfite de Kūfa, alors qu’il faisait route vers le Ḥiǧāz pour le pèlerinage. Il commença son itinéraire par les places frontières de Maṣṣīṣa et de Ṭarsūs, et descendit vers les villes situées sur la route de Jérusalem. A son passage, il fut partout accueilli chaleureusement par les gouverneurs et la population. A Damas, il assista à la cérémonie du vendredi, après laquelle il fut porté par les participants (jusque chez lui). Son fils dit avoir vu son corps couvert de contusions, tant il avait été pressé par la foule. A Jérusalem, il se mit en tenue de pèlerinage et partit pour La Mecque. Il mourut à son retour. Les grands traditionnistes du Šām rapportèrent des traditions en se référant à lui48.

  • 49 Ibid., vol. 14, fol. 575 a, biogr. de : al-Layṯ b. Sa‘d.

68Une autre visite importante fut celle d’al-Layṯ b. Sa‘d (m. 175/792), grand juriste égyptien. Il passa par Damas, au cours de son voyage vers l’Iraq, où il prit l’habitude de s’installer à la Grande Mosquée, à l’assemblée du juriste et traditionniste Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz avec lequel il s’entretenait. Les étudiants profitaient de ces entretiens et lui récitaient (‘araḍa) les traditions qu’ils avaient apprises. Il fut ainsi le maître d’un grand nombre de savants du Šām49.

69Citons aussi :

  • Muqātil b. Sulaymān (m. 150/768) de Balḥ. Savant en exégèse du Coran, il vint au Šām pour le ǧihād. Il prit place à la mosquée de Beyrouth et dit aux personnes qui étaient présentes : « Je répondrai à toute question que vous me poserez hormis celles qui se rapportent à Dieu »50.
  • Al-Muġīra b. ‘Abd al-Raḥmān al-Maḥzūmī, de Médine. Il vint au Šām pour le ribāṭ, et participa au ǧihād en territoire byzantin, sous le commandement de Maslama b. ‘Abd al-Malik. Il connaissait les expéditions militaires du Prophète qu’il tenait d’Abān b. ‘Uṯmān. Il les enseigna et ordonna à ses fils de les enseigner après lui51.
  • ‘Abd al-Raḥmān b. Ma‘za al-Dawsi, de Rayy. Il vint au Šām chargé du poste de cadi du Jourdain. Il connaissait les expéditions du Prophète écrites d’après Muḥammad b. Isḥāq. Il les rapporta ainsi que d’autres traditions52.

A la fin du siècle :

  • 53 Ibid., vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idris al-Šāfi‘i.

70La visite la plus importante fut celle qu’al-Šāfi‘ī fit à Raqqa où il rencontra le calife Hārūn al-Rašīd et tint un débat en sa présence avec le juriste ḥanéfite Muḥammad b. al-Ḥasan. Au cours de ce passage il s’arrêta à Jérusalem ; il prit place à la mosquée et dit aux gens : « Demandez-moi ce que vous voulez, je vous répondrai d’après le Livre de Dieu et la Tradition de Son Prophète »53.

Au troisième siècle :

  • 54 Ibid., vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyā b. Akṯam.

71La visite la plus remarquable de cette période est celle que fit Yaḥyā b. Akṯam, premier juriste de l’Empire sous al-Ma‘mūn. Il vint à Damas en compagnie du calife, s’entretint avec les savants, et rapporta des traditions dans la Grande Mosquée54.

72Deux faits pédagogiques en rapport avec les passages au Šām apparaissent clairement à cette époque :

  1. En ce qui concerne la Tradition (Ḥadīṯ), l’accroissement du nombre des voyages d’études et de leur durée, ainsi que la multiplication des centres de culture permirent à l’étudiant d’être à la fois étudiant et maître. Il suivait l’enseignement des maîtres d’un centre, et rapportait ce qu’il avait appris ailleurs.
  2. Le même phénomène s’observe aussi dans le domaine de la dévotion et du soufisme. Les soufis d’une région se déplaçaient dans les autres régions de l’Empire islamique, échangeaient leurs expériences et discutaient de leurs problèmes, de sorte qu’il était difficile de distinguer entre maîtres et étudiants. Le Šām en reçut un grand nombre durant ce siècle.

73Parmi les étudiants-maîtres en matière de traditions, citons :

74— ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Karīm Abū Zur‘a al-Rāzī, de Rayy (m. 264/878). Il vint à Damas en 228/843 entendre le ḥadīṯ. Durant son séjour, il participa à des cercles d’entretien (maǧlis muḏākara) et eut un cercle d’études à la Grande Mosquée.

  • 55 Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalāni, Tahḏīb, t, IV, p. 207.

75Un grand traditionniste damascène dit : « J’appris qu’Abū Zur‘a al-Rāzī était en route pour Damas, alors j’étudiai 300.000 traditions pour les réciter (ḏākara) avec lui à son arrivée55.

  • 56 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 541 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Karim.

76Un autre traditionniste damascène lui demanda de présider son cercle d’études après son départ ; il accepta56.

  • 57 Ibid., vol. 15 (Yale 1), fol. 37 a, biogr. de : Muḥammad b. Idris Abū Ḥārtim al-Rāzī.

77— Muḥammad b. Idrīs, Abū Ḥātim al-Rāzī, de Rayy (m, 277/891). Il vint deux fois à Damas en voyages d’études et y rapporta des traditions57.

78Nombreux furent les dévôts et les soufis qui passèrent par le Šām, notamment :

  • 58 Ibid., vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Dū al-Nūn.

79— Ḏū al-Nūn al-Miṣrī, d’Égypte (m. 245/868). Il vint au Šām pour errer dans la montagne du Liban. A Damas, il se lia d’amitié avec le dévôt damascène Abū Bakr b. Sayyid Ḥamdawayh. Ils se réunissaient, ainsi que d’autres dévôts de l’époque, à la Grande Mosquée58.

  • 59 Ibid., vol. 7, fol. 76 a, biogr. de : Sa‘id b. Burayd.

80— Sa‘īd b. Burayd al-Nibāǧī (Nibāǧ : un village près de Baṣra). Il vint au Šām pour y pratiquer l’errance ; il participa au Ǧihād à Tarse et en d’autres places frontières. Il eut un bon nombre de disciples à Damas, à Tyr, à Antioche et dans les autres villes qu’il visita59.

  • 60 Ibid., vol. 7, fol. 38 b, biogr. de : al-Sarī b. al-Muġlis.

81Al-Sarī b. al-Muġlis al-Saqatī de Baghdad (m. 257/871). Il vint au Šām participer au Ǧihād dans les places frontières, et accomplir le pélerinage à Bayt al-Maqdis. Il visita Damas, entra à la Grande Mosquée, y rapporta des traditions et demanda au dévôt damascène Ahmad b. abī al-Ḥawārī de le gratifier de ses prédications60.

Notes

1 L’expression qui se répète chez Ibn ‘Asākir est : ce personnage ou ces personnages possédaient la science des habitants du Šām (‘Ilm ahl al-Šām).

2 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 303 b, biogr. de : un homme de Damas.

3 Ibid., vol. 4, fol. 48 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. Mu‘āwiya.

4 Voir le chapitre « questions économiques et activités ».

5 Ibn ‘Asākir, vol. 3, (édit. Duhmān), p. 15, biogr. de : Busr b. ‘Ubayd Allāh.

6 Ibid., vol. 4, fol. 45 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. ‘Umayr al-Zabidi ; vol. 18, fol. 170 b, biogr. de : Yazīd b. ‘Umayr al-Zabīdī.

7 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

8 Ibid., vol. 16(2), fol. 71 a, biogr. de : al-Muṭ‘im b. Miqdām ; vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

9 Ibid., vol. 9 fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba.

10 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 244 b, biogr. de : ‘Ami b. Maymūn.

11 Ibid., vol. 18, fol. 33 b, biogr. de : Yahyā b. Rāšid al-Layṯī.

12 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašīr.

13 Ibid., vol. 16(2), fol. 38 a, biogr. de : al-Mūsāyyab b. Wāḍiḥ.

14 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 241 a, biogr. de : ‘Amr b. Maymūn.

15 Ibid., vol. 16, fol. 510 a, biogr. de : Masrūq.

16 Ibid., vol. 14, fol. 516 a, biogr. de : Kuṯayyir b. Qays.

17 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol. 197 b, biogr. de : Ziyād b. Miẖrāq.

18 Ibid., vol. 17, fol. 180 b, biogr. de : Ma‘mar b. Rāšid.

19 Ibid., vol. 19, fol. 250 b, biogr. de : Abū Marḥūm.

20 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 33 a, biogr. de : Šaqīq b. Ibrāhīm.

21 Ibid., vol. 8, fol. 76 a, biogr. de : Ṣubḥ.

22 Ibid., vol. 7, fol. 209, biogr. de : Sulaymān b. al-Aš‘aṯ.

23 Ibid., vol. 16, fol. 385 h. biogr. be : Muḥammad b. Yazīd b. Māǧa.

24 Ibid., vol. 16(2), fol. 13 b, biogr de : Muslim b. al-Ḥaǧǧāǧ.

25 Ibid., vol. 15 (Yale 1), fol. 55 a, biogr de : Muḥammad b, Ismā‘īl.

26 Ibid., vol. 2, fol. 61 a, biogr. de : Aḥmad b. Ḥanbal.

27 Ibid., vol. 2, (Sult. Aḥmad, 1), fol. 401 a, biogr. de : Ahmad b. Yaḥyā.

28 Ibid., vol. 15, fol. 245 a, biogr. de : Muḥammad b. ‘Umar.

29 Ibid., vol. 15, fol. 104 a, biogr. de : Muḥammad b. Sa‘d.

30 Ibid., vol. 16, fol. 381 a, biogr. de : Muḥammad b. Yazīd.

31 Ibid., vol. 2 (Sult. Ahmad 1), fol. 404 a, biogr. de : Aḥmad b. Yazīd.

32 Voir supra, le passage relatif ār Hišām b. ‘Abd al-Malik.

33 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 392 1, biogr. de : Faḍāla b. ‘Ubayd.

34 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim.

35 Ibid., vol. 4, fol. 168 a, biogr. de : al-Ḥasan b. ‘Umrān.

36 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

37 Ibn ‘Asākir. vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn al-Awzār‘i.

38 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.

39 Ibid., vol. 15, fol. 328 a, biogr. de : Muḥammad b. Muṣ‘ab.

40 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 173 a, biogr. de : ‘Amr b. abi Salama.

41 Ibid., vol. 15, fol. 148 a, biogr. de : Muḥammad b. al-‘Abbās.

42 Ibid., vol. 19, fol. 389 a, biogr. de : Karīma bt. al-Ḥašẖāš ; vol. 19, fol. 307 a, biogr. de : Cheikhs de ‘Ans habitant Dārayyā ; vol. 19, fol. 267 a, biogr. de : Abū Hurayra al-Dawsī ; vol. 5, fol. 189 b, biogr. de : Ḥālid b. Ma‘mar al-Dawsī ; vol. 10, fol. 511 b, biogr : de : ‘Abd al-Wāḥid al-Dimašqi ; vol. 14, fol. 351 a, biogr. de : Ġālib b. Ša‘waḏ ; vol. 14, fol. 560 b, biogr. de : Kuhayl b. Ḥarmala.

43 Ibid., vol. 3, fol. 76 a, biogr. de : Anas b. Mālik ; vol. 19, fol. 308 a, biogr. de : un homme de Ḥuǧūr ; vol. 10, fol. 465 a, biogr. de : ‘Abd al-Karim b. Muḥammad al-Laẖmi ; vol. 11, fol. 174 a, biogr. de : ‘Urwa b. Ru‘aym al-Laẖmī.

44 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 205 a, biogr. de : Abū Rāšid al-Ḥibrani ; vol. 17, fol. 402 a, biogr. de : Nawf b. Faḍala ; vol. 14, fol. 485 a, biogr. de : Qays b. Ṯawr b. Māzin.

45 Ibid., vol. 7, fol. 148 b, biogr. de : Salmān al-Fārisī.

46 Ibid., vol. 17, fol. 214 b, biogr. de : Miqdād b. ‘Amr.

47 Ibid., vol. 8, fol. 207 a, biogr. de : ‘Āṣim b. ‘Umar b. Qatāda.

48 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 435 b, biogr. de : Wakī‘ b. al-Ǧarrāḥ.

49 Ibid., vol. 14, fol. 575 a, biogr. de : al-Layṯ b. Sa‘d.

50 Ibid., vol. 17, fol. 209 b, biogr. de : Muqātil b. Sulaymān.

51 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 202 b, biogr. de : al-Muġīra b. ‘Abd al-Raḥmān.

52 Ibid., vol. 10, fol. 392 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Ma‘za.

53 Ibid., vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idris al-Šāfi‘i.

54 Ibid., vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyā b. Akṯam.

55 Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalāni, Tahḏīb, t, IV, p. 207.

56 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 541 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Karim.

57 Ibid., vol. 15 (Yale 1), fol. 37 a, biogr. de : Muḥammad b. Idris Abū Ḥārtim al-Rāzī.

58 Ibid., vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Dū al-Nūn.

59 Ibid., vol. 7, fol. 76 a, biogr. de : Sa‘id b. Burayd.

60 Ibid., vol. 7, fol. 38 b, biogr. de : al-Sarī b. al-Muġlis.

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search