Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Troisième partie. Culture et Éducation dans la Communauté

II. Données concernant les personnages de passage au Šām

Texte intégral

A. Répartition géographique

1D’après le tableau et le graphique n° 19, il apparaīt que le Šām continua à être fréquenté par des personnages ayant une relation avec l’enseignement durant les trois premiers siècles de l’Hégire. Toutefois ces visiteurs décrurent en nombre au deuxième siècle. Cela est sans doute dū au déclin politique du Šām, abandonné comme centre de l’Empire islamique au profit de l’Iraq. Mais la relative stabilisation du nombre de passages au troisième siècle atteste de la continuité de son importance en tant que centre de culture. Les données concernant les motifs de passage, et qui seront exposées par la suite corroborent ce fait.

2La distribution de ces personnages dans les provinces de l’Empire, varia d’un siècle à l’autre selon la situation générale de l’Empire, et la situation particulière du Šām. Cela apparaīt dans le tableau et le graphique suivants :

Tableau 25. Appartenance géographique des personnages de passage au Šām

Tableau 25. Appartenance géographique des personnages de passage au Šām

Graphique 19. Origine des personnages de passage au Šām

Graphique 19. Origine des personnages de passage au Šām

3Au fur et à mesure que s’étendaient les conquêtes et que de nouvelles provinces étaient inclues dans l’Empire islamique, les origines des personnages de passage au Šām se diversifiaient. Les conquêtes militaires étaient suivies de conquêtes religieuses. Les conquérants qui s’établissaient dans une nouvelle province jouèrent d’abord un rôle de liaison entre les habitants de la province et le reste de l’Empire ; plus tard, ces habitants convertis à l’Islam se déplaçaient et circulaient dans les autres provinces, au gré des autorités ou pour des raisons personnelles.

4Une analyse détaillée des données relatives à chaque province, pourrait nous renseigner sur le progrès de l’islamisation dans ces régions et sur les rapports de ces régions avec le Šām.

a. L’Arabie

5Plusieurs facteurs amenèrent les habitants de l’Arabie à entreprendre des voyages au Šām durant le califat umayyade :

61° L’Arabie était le pays d’origine des conquérants ; une partie de leurs tribus et de leurs familles y demeurait après qu’eux-mêmes eurent émigré au Šām. Il était naturel, donc que les habitants d’Arabie vinssent souvent au Šām rendre visite à leurs parents.

7D’autre part, le calife assumait, dans une certaine mesure, les responsabilités de chef de tribu de la Gāhiliyya. C’est à lui que les Arabes s’adressaient pour résoudre leurs problèmes matériels et moraux. Certains Arabes du Ḥigāz firent même l’acquisition de maisons à Damas afin d’y résider lors des séjours fréquents qu’ils y faisaient pour soumettre leurs problèmes aux autorités centrales.

82° Le Šām, en raison de sa longue frontière avec les Byzantins, était le pays du ǧihād et du ribāṭ par excellence ; celui qui voulait s’acquitter de ces devoirs devait y venir.

  • 1 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 9 b, biogr. de : Sālim b. ‘Abd-Allāh.

9D’autre part le pouvoir central organisait chaque été des campagnes militaires contre les Byzantins (al-ṣawā’if). Lors de son pélerinage, le calife umayyade Hisām b. ‘Abd al-Malik, voyant le grand nombre de Médinois qui participaient aux funérailles de Sālim b. ‘Abd-Allāh b. ‘Umar b. al-Ḥaṯṯāb (m. 106/725) ordonna au gouverneur de Médine Ibrāhīm b. Hišām al-MaḤzūmī d’envoyer annuellement 4 000 hommes sur les côtes du Šām. Ces hommes prenaient part aux ṣawā’if, puis retournaient immédiatement après chez eux1.

  • 2 Ibid., vol. 16, fol. 339 b, biogr. de : Muḥammad b. al-Munkadir : al-Walid b. Yazīd b. ‘Abd al-Mal (...)

103° Médine resta pendant les deux premiers siècles de l’Hégire le premier centre d’études religieuses. Les califes umayyades veillaient à consulter les juristes de la ville du Prophète pour les affaires importantes : ils proposèrent aux uns de s’installer au Šām, aux autres d’y faire des séjours plus ou moins longs ; parfois ils convoquaient les plus éminents pour une consultation2. Toutefois, des traditionnistes de l’Arabie (maîtres et étudiants) venaient de temps à autre au Šām, y suivre l’enseignement des Compagnons et des épigones qui y résidaient.

11Ces rapports étroits entre le Šām et l’Arabie pendant la période umayyade diminuèrent après le transfert du centre du califat en Iraq de sorte qu’au troisième siècle, les visiteurs du Šām venant de l’Arabie ne constituèrent que 4,6 % des personnages de passage au Šām.

Tableau 26. Répartition géographique des personnages venant de l’Arabie

Tableau 26. Répartition géographique des personnages venant de l’Arabie

b. L’Iraq

12Le Šām et L’Iraq furent conquis presque simultanément. Les renforts dirigés par Ḥālid b. al-Walīd pendant la conquête du Šām vinrent d’Iraq. La proximité de ces deux provinces favorisa de même les échanges culturels et commerciaux. Après que furent réglés les conflits qui opposèrent, d’abord, le quatrième calife Bien Guidé, ‘Alī b. Abī Ṭālib et Mu‘āwiya b. Abī Sufyān, puis le calife umayyade ‘Abd al-Malik b. Marwān et ‘Abd Allāh b. al-Zubayr, les échanges reprirent et se multiplièrent.

13Comme ce fut le cas pour les habitants de l’Arabie, beaucoup d’Iraquiens vinrent au Šām pour solliciter l’assistance matérielle et morale des califes umayyades. Certains vinrent en vue du ǧihād et du ribāṭ ; d’autres dans un but commercial, d’autres encore vinrent pour suivre l’enseignement des grands maîtres établis au Šām, et s’entretenir avec eux.

14Le nombre d’Iraquiens de passage au Šām s’accrut durant le califat abbasside. C’est en effet parmi les habitants d’Iraq que les califes recrutaient leur cour ainsi que les grands fonctionnaires civils et militaires de sorte que la proportion des Ira-quiens atteignit 45,3 % du total des gens de passage pendant le troisième siècle de l’Hégire.

15Ceux-ci provenaient des villes suivantes :

Tableau 27. Répartition géographique des personnages venant d’Iraq

Tableau 27. Répartition géographique des personnages venant d’Iraq

c. L’Égypte

16Comment expliquer que, seul un nombre restreint d’Egyptiens vinrent au Šām durant la période qui nous concerne ?

17Il semble d’abord que les relations politiques entre l’Egypte et le pouvoir central aient été plutôt lāches surtout pendant le califat abbasside. Les personnages qui vinrent au Šām au troisième siècle, accompagnèrent Aḥmad b. Ṭūlūn qui avait fondé une dynastie locale.

18Au point de vue commercial, il ne semble pas qu’il y ait eu à cette époque d’échanges importants entre l’Égypte d’une part, le Šām, l’Iraq et les provinces orientales d’autre part.

19Quant au gihad et au ribāṭ, les Égyptiens avaient leur propre côte à défendre contre les Byzantins ; ce n’est qu’au troisième siècle que les Ṭūlūnides se chargèrent de la défense des places frontières du Šām et de la Ǧazīra.

20Du point de vue pédagogique, il semble aussi que l’islamisation avançait lentement en Egypte, et que les Egyptiens recouraient plutôt aux savants de l’Arabie, accomplissant ainsi le pélerinage en même temps que leurs études.

21Il est à remarquer que les Egyptiens en visite au Šām n’étaient au début que des Arabes de Fusṭāṭ. Ce n’est qu’au troisième siècle qu’il en vint d’autres villes, mais toujours en nombre restreint (voir tableau 28).

Tableau 28. Répartition géographique des personnages venant d’Egypte

Tableau 28. Répartition géographique des personnages venant d’Egypte

d. L’Orient Musulman

  • 3 Balāḏuri, Futūḥ, p. 425.

22Une grande partie de cette vaste région était liée à l’Iraq, durant le premier siècle, du point de vue administratif et militaire : le gros de l’armée des conquêtes orientales provenait de l’Iraq (Kūfa et Baṣra)3, et le gouverneur de l’Iraq nommait souvent les chefs des armées ainsi que les gouverneurs des territoires conquis.

  • 4 Ibid., p. 469.
  • 5 Ibid., p. 460.
  • 6 Il y eut très tôt des convertis à l’Islam en Orient. Balāḏuri p. 460. Lorsque le calife ‘Alī b. Ab (...)

23Bien que l’armée du Šām eūt contribué à ces conquêtes pendant le califat umayyade4, et que des clans de tribus syriennes fussent partis s’y établir5, les rapports de l’Orient avec le Šām tardèrent à se développer. Les Orientaux convertis à l’Islam6 préférèrent aller à Kūfa et à Baṣra à cause de leur proximité, et au Ḥiǧāz qui revêtait à leurs yeux une grande importance tant sur le plan religieux que pédagogique.

24Toutefois la situation changea à partir du deuxième siècle. Les Orientaux qui venaient au Šām ne cessèrent de croītre en nombre, au point qu’ils représentaient au troisième siècle plus de 37 % des personnages de passage au Šām. Ils venaient à la cour des califes abbassides ou bien comme fonctionnaires militaires et civils, ou encore pour des raisons purement pédagogiques : rassembler les traditions rapportées au Šām par les premiers maîtres de l’Islam et conservées par ses savants. De plus, le Šām représentait pour les dévôts et les soufis une province éloignée des intrigues du pouvoir et des conflits ethniques et sectaires. Ils s’y adonnaient à la dévotion et à l’errance en compagnie de dévôts qui affluaient de toutes les parties du monde islamique (Égypte, Iraq et Orient). Les provinces orientales qui envoyaient le plus d’étudiants, de savants et de dévôts furent le Ḥurāsān (Nishapur, Marw, Harāt), la Transoxiane (Samarqand, BalḤ, BuḤārā, Šāš) et al-Ǧibāl (Rayy). Cela apparaīt dans le tableau suivant :

Tableau 29. Répartition géographique des personnages venant de l’Orient

Tableau 29. Répartition géographique des personnages venant de l’Orient

e. Le Maghrib et l’Andalousie

25Situées à l’Extrême Ouest de l’Empire islamique, et très éloignées du pouvoir central, ces régions furent sujettes à l’instabilité et à des conflits qui favorisèrent l’implantation de mouvements hétérodoxes (kharidjites puis ismā‘īlites) ; des dynasties locales s’établirent ensuite au Maghrib, et l’Andalousie rompit avec le pouvoir central après la chute des Umayyades en Orient.

26Cette situation particulière retarda le développement d’un mouvement pédagogique en liaison avec les autres parties de l’Empire islamique, et par suite, l’intégration de ces régions à la culture arabo-islamique.

27Le nombre infime de personnages originaires de ces régions de passage au Šām, pont entre l’Est et l’Ouest de l’Empire, témoigne de cette situation (voir tableau 30).

Tableau 30. Personnages venant d’Andalousie, de Crète et du Maghrib

Tableau 30. Personnages venant d’Andalousie, de Crète et du Maghrib

B. Motifs de passage

28Les motifs dont nous venons de parler se résument comme suit :

291° Motifs personnels et politiques :

  • voir les parents établis au Šām ;
  • être reçu en audience par le calife ou le gouverneur en résidence au Šām ;
  • accompagner le calife ou le gouverneur lors de sa visite, ou de son séjour au Šām ;
  • être chargé officiellement d’une mission ou d’une fonction.

302° Motifs religieux et militaires :

  • venir pour le ribāt ou le gihad ;
  • visiter Bayt al-Maqdis (Jérusalem) ;
  • passer par le Šām au cours de son pèlerinage au Ḥiǧāz.

313° Motifs économiques qui se restreignent à la pratique du commerce.

324° Motifs pédagogiques :

  • suivre l’enseignement des savants du Šām ;
  • rapporter des traditions ;
  • s’entretenir avec les savants du Šām ;
  • réciter de la poésie (riwāyat al-ši‘r) ;
  • composer de la poésie (qawl al-ši‘r) ;
  • et autres activités similaires.

33Les motifs de passage des personnages au Šām varièrent d’un siècle à l’autre (voir tableau 31 et graphique 20).

Tableau 31. Motifs du passage

Tableau 31. Motifs du passage

34La mention distincte du motif pédagogique n’implique pas que les personnages venus dans un but autre que l’éducation ou la culture n’aient pas participé aux activités culturelles. Tout au contraire, chacun de ces personnages, dans les réunions auxquelles il assistait, à la mosquée ou sur le front où il s’acquittait de ses devoirs religieux, ne pouvait pas ne pas échanger de connaissances, poser des questions ou répondre à celles qu’on lui posait dans le domaine qui l’intéressait. La communauté manifestait un intérêt aussi grand que celui des souverains et des notables pour ces visites et en profitait au plus haut point.

Graphique 20. Motifs du passage

Graphique 20. Motifs du passage

Notes

1 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 9 b, biogr. de : Sālim b. ‘Abd-Allāh.

2 Ibid., vol. 16, fol. 339 b, biogr. de : Muḥammad b. al-Munkadir : al-Walid b. Yazīd b. ‘Abd al-Malik convoqua ce juriste avec plusieurs juristes de Médine pour les consulter au sujet du divorce précédant le mariage effectif.

3 Balāḏuri, Futūḥ, p. 425.

4 Ibid., p. 469.

5 Ibid., p. 460.

6 Il y eut très tôt des convertis à l’Islam en Orient. Balāḏuri p. 460. Lorsque le calife ‘Alī b. Abī Tālib nomma al-Aš‘aṯ comme gouverneur d’Aḏirbayǧān, il s’aperçut que la plupart de ses habitants étaient convertis à l’Islam, et avaient lu le Coran ; Ibid., p. 439. Les habitants d’Ispahan se sont convertis à l’Islam lors de la conquête, parce qu’ils refusèrent de payer le ǧizya.

Table des illustrations

Titre Tableau 25. Appartenance géographique des personnages de passage au Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 19. Origine des personnages de passage au Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Tableau 26. Répartition géographique des personnages venant de l’Arabie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 27. Répartition géographique des personnages venant d’Iraq
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 28. Répartition géographique des personnages venant d’Egypte
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 29. Répartition géographique des personnages venant de l’Orient
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Tableau 30. Personnages venant d’Andalousie, de Crète et du Maghrib
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 31. Motifs du passage
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Graphique 20. Motifs du passage
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5941/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search