Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Troisième partie. Culture et Éducation dans la Communauté

I. Données concernant les personnages habitant au Šām

Texte intégral

I. DONNÉES CONCERNANT LES PERSONNAGES HABITANT AU ŠĀM

Généralités

1Le nombre total des personnages relevés au cours du dépouillement atteint 5430.

2D’après le classement chronologique ceux-ci se répartissent comme suit :

Tableau 1. Répartition des personnages selon les siècles

Tableau 1. Répartition des personnages selon les siècles
  • * année du décès de l’auteur

Note*

3Le graphique met en évidence le fait que les activités pédagogiques inaugurées au début du premier siècle de l’Hégire connurent un grand développement vers la fin de ce siècle et la première moitié du deuxième siècle (nos personnages étant classés d’après la date de leur mort, on peut considérer que leurs activités se sont déployées durant la vingtaine ou trentaine d’années qui précède cette date). Cette période coincide approximativement avec le siècle des Umayyades. Puis survint une baisse quantitative au troisième siècle ; le quatrième siècle connut momentanément un léger redressement qui ne put se poursuivre pendant les siècles suivants.

Graphique 1. Répartition des savants recensés selon les siècles

Graphique 1. Répartition des savants recensés selon les siècles

Graphique 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles selon leur rapport avec le Šām

Graphique 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles selon leur rapport avec le Šām

4L’étude ayant pris pour cadre chronologique les trois premiers siècles de l’Hégire, les chiffres qui seront retenus sont ceux qui se rapportent à cette période. Cependant il était nécessaire de répartir les personnages, tout d’abord, selon leur rapport avec le Šām, pour isoler ceux qui y résidaient et qui par ce fait, jouèrent un rôle plus grand et plus durable dans les activités pédagogiques qui y étaient pratiquées. Il en résulte le tableau et le graphique suivants :

Tableau 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles en fonction de leurs relations avec le Šām

Tableau 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles en fonction de leurs relations avec le Šām

5Remarque :

6Dans la mesure où de nombreux échanges eurent lieu à l’intérieur du monde islamique, surtout pendant la première période de sa formation, la notion d’habitant du Šām a été élargie de manière à comprendre les anciens habitants, ainsi que ceux qui s’y établirent après la conquête, suffisamment longtemps pour s’être intégré à l’atmosphère culturelle de la province. D’après cette conception, les conquérants qui décidèrent de rester au Šām et dans la Ǧazīra, ceux qui quittèrent le Šām après s’y être installés pendant plusieurs années et ceux qui y émigrèrent pour une raison ou une autre après s’être établis dans une autre région conquise ont été considérés comme habitants du Šām.

7Les personnages de passage au Šām sont ceux qui y vinrent dans un but autre que de s’y fixer, et dont le séjour, était d’une durée relativement courte.

A. Données quantitatives :

a. Répartition géographiques :

Préambule

8Nous rappelons à ce propos que l’armée de la conquête fut divisée, pour des raisons surtout militaires, en quatre ǧund, qui correspondaient approximativement aux anciennes divisions administratives du Šām. En commençant au sud, ceux-ci furent :

Le Ǧund de Palestine

Le Ǧund du Jourdain

Le Ǧund de Damas

Le Ǧund de Ḥimṣ

9Plus tard Yazīd I détacha du ǧund de Ḥimṣ un cinquième ǧund, celui de Qinnasrīn, et Hȧrūn al-Rašīd aménagea un sixième ǧund réparti sur les places frontières, et qui fut appelé le ǧund d’al-‘Awāṣim.

10En ajoutant à ces ǧund, la province d’al-Ǧazīra qui fut souvent administrée conjointement avec le Šām, le cadre géographique de l’étude recouvre ainsi sept circonscriptions.

11Les premières activités pédagogiques s’exercèrent dans le cadre de cette armée. Celle-ci se déploya d’abord dans les villes principales (voir tableaux 4, 7, 9, 10, 11). Plus tard, les facteurs d’ordre économique et militaire, qui imposèrent une certaine redistribution des conquérants, ainsi que le progrès de l’arabisation et de l’islamisation, aidèrent à propager ces activités dans les petites villes et les villages.

Tableau 3. Répartition géographique des habitants du Šām

Tableau 3. Répartition géographique des habitants du Šām

1. Damas.

12Le district de Damas parait avoir accueilli le gros de l’armée arabe. Il prit une importance de plus en plus grande au cours des siècles suivants.

13Ses savants qui représentent plus de 71 % des savants du Šām au troisième siècle, se répartirent sur un grand nombre de centres urbains : capitales, chefs-lieux, petites villes et villages.

14Ce vaste district commandait plusieurs cantons, qui peuvent être groupés en quatre subdivisions :

  • Damas (la capitale),
  • Les environs de Damas (Gūta et Marǧ),
  • La partie Nord et Nord-Ouest qui comprend : la côte, la Biqā‘ et le Mont-Liban,
  • La partie Sud et Sud-Est qui comprend : Baṭāniyya, Ḥawrān, cawlān et Balqā’.

15Le tableau et le graphique (4) montrent la distribution des savants dans ces points de peuplement.

Graphique 3. Répartition géographique des savants du Šām (recensés)

Graphique 3. Répartition géographique des savants du Šām (recensés)

Graphique 4. Evolution du nombre des savants dans le Ǧund de Damas

Graphique 4. Evolution du nombre des savants dans le Ǧund de Damas

16Remarquons toutefois que le district de Damas connut une croissance énorme du nombre de savants au deuxième siècle de l’Hégire ; puis il y eut une chute au troisième siècle. Cela apparaīt aussi dans le tableau 4.

Tableau 4. Distribution des savants à l’intérieur du district de Damas

Tableau 4. Distribution des savants à l’intérieur du district de Damas

17Damas (la capitale) : Dès la conquête, les chefs de l’armée et les notables arabes réussirent à s’installer à l’intérieur de l’ancienne ville de Damas, occupant les palais et les maisons abandonnés par les chefs et les fonctionnaires byzantins et autochtones. Devenue centre de l’Empire islamique sous les Umayyades, Damas reçut en outre un grand nombre des notables du Ḥiǧāz qui vinrent s’y établir ou tout au moins, y acquérir des maisons pour être plus proche du pouvoir. Pendant les siècles suivants, Damas continua d’attirer les personnages éminents du Šām en raison de sa situation privilégiée des points de vue politique, commercial et culturel. Cela se reflète dans les tableau et graphique 5 :

Tableau 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Šām

Tableau 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Šām
  • 1 Ibn ‘Asākir, 17/317 b, biogr. de : al-Muhāǧir b. Muslim.
  • 2 Ibn ‘Asākir, 19 (Paris) 225 b, biogr de : Abū Qinān.

18Les environs de Damas (Ġūṭa et Marǧ) : L’ancienne ville de Damas ne pouvant accueillir tous les nouveaux arrivants, l’armée dut établir ses campements en dehors de l’enceinte de la ville, à proximité des portes. Les plus importants de ceux-ci furent ceux aménagés au Sud de Bāb al-Ǧābiya, sur les deux côtés de la route qui mène au Ḥawrān et au Ḥiǧāz. Ainsi se créèrent les agglomérations de Ṣan‘ā’, de Qayniya, de Mizza, d’al-Awzā‘, d’al-Farādīs, de Bayt Lihyā, d’al-Maṣṣīṣa... Puis les Arabes s’aperçurent qu’il y avait dans les villages avoisinants des terrains agricoles et des plantations abandonnées en raison de la mort de leurs anciens propriétaires, ou de leur fuite avec l’armée byzantine. Ces terrains et ces plantations qu’on appela (al-Sawāfī) furent partagés entre les membres de la famille Umayyade et d’autres clans et tribus. Les nouveaux propriétaires s’installèrent bientôt dans les environs de Damas (Ġūṭa et Marǧ) et dans la région située au sud de la ville (Baṯaniyya, Ḥawrān et Ǧawlān). Cela explique les paroles de Mu‘āwiya I du haut de la chaire de la Mosquée de Damas : « O habitants de Qardā, de Qayniya, de Zākiya, de Baṯaniyya, de Ǧawlān... ne manquez pas le vendredi à Damas »1. Ainsi s’explique de la même façon le témoignage affirmant que les habitants de Marǧ al-Ṣuffār venaient chaque semaine à Damas participer à la cérémonie du vendredi2.

Graphique 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Sām

Graphique 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Sām
  • 3 Ibid., t. I (éd. Munaǧǧid), p. 318, d’après ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid b. Ǧābir.

19En ce qui concerne les environs de Damas, le village qui fournit le plus de savants fut Dārayyā, à propos duquel Ibn ‘Asākir rapporte le témoignage suivant : « celui qui est en quête de la science doit s’établir à Dārayyā entre ‘Ans et Hawlān », et cet autre qui expliquait que ‘Ans et Hawlān étaient deux agglomérations dans lesquelles il y avait deux mosquées : dans l’une des deux se rassemblaient les Banū ‘Ans, dans l’autre les Banū Hawlān3 :

Tableau 6. Répartition des savants dans les environs de Damas

Tableau 6. Répartition des savants dans les environs de Damas

20Nord et Nord-Ouest de Damas : La côte, la Biqā‘, le Mont Liban. Le district de Damas s’étendait vers le nord et le nord-ouest et commandait une grande partie de la côte du Šām qui comprenait des villes et des villages importants du point de vue militaire. Dès la conquête, les Arabes y établirent des garnisons dont les effectifs, grossis des nombreux volontaires venus y accomplir le devoir du Ǧihād, furent continuellement renforcés.

21Outre la côte, cette partie comprend la plaine de la Biqā‘, dont le chef-lieu, Ba‘labakk, fut l’une des premières villes conquises au Šām ; Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ l’ayant prise en l’an 14/636, au cours de sa route vers Ḥimṣ.

  • 4 Yāqūt, t. V, p. 11.
  • 5 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Ḏū-l-Nūn b. Ibrāhīm ; Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 35, b (...)
  • 6 Ibn al-Faqīh al-Hamadāni, Abrégé du Livre des Pays, trad. Massé, p. 136.

22Le Mont Liban, que Yāqūt fait dépendre du district de Ḥimṣ4, est cité en plusieurs endroits dans Tārīh Dimašq en tant que région dépendante (min a‘māl) de Damas5. Ce fait est corroboré par Ibn al-Faqīh qui dit : « A Damas, il y a le Liban, montagne des anachorètes et des saints sufis (al-Abdāl...) »6.

Tableau 7. Répartition des savants au Nord et Nord-Ouest de Damas

Tableau 7. Répartition des savants au Nord et Nord-Ouest de Damas

23Sud et Sud-Est de Damas : Baṯaniyya, Ḥawrān, Ǧawlān, Balqā’. Cette partie de la province devait comprendre à cette époque deux grandes régions : Ḥawrān et al-Balqā’.

24La première est décrite par Cantineau de la manière suivante : « Il est établi par l’accord de tous les textes, notamment, Ya‘qūbī, Ibn al-Faqīh, Idrīsī, Iṣṭahrī, Ibn Ḥawqal, Yāqūt et Qalqašandī, que la région Ḥoranaise, appartient à la province de Damas sous le nom de « marche méridionale », on y distingue plusieurs subdivisions :

  • Le Ḥawrān proprement dit, c’est-à-dire, la montagne Horanaise avec comme capitale (chef-lieu) Boṣrā ;
  • La plaine Horanaise... s’appelait Baṭaniyya (avec comme chef-lieu Aḏri‘āt) ;
  • Le ‘Aǧlūn (ayant pour centre) la forteresse de ‘Aǧlūn ;
  • Le Ǧawlān, formait deux cantons : l’un ayant pour chef-lieu Bānyās, l’autre ayant pour chef-lieu Qunaytra ;
  • La ville de Nawā est le chef-lieu d’un canton particulier qui doit être le Ǧaydūr ;
  • La ville de Zur‘, actuellement Iḏra‘, est aussi le chef-lieu d’un canton qui est peut-être le Laǧā »7.
  • 8 Ibn al-Faqīh, op. cit., p. 128 ; Ibn ‘Asākir, Biographies des ‘Abbassides.

25Quant à la deuxième région, des remarques éparses dans Ibn ‘Asākir, et une citation d’Ibn al-Faqīh d’après al-Madā’inī, suggère qu’elle comprenait : Ẓāhir al-Balqā’, le pays de Ma’āb, le pays d’al-Šarāt, les villes de ‘Ammān et de Ma‘ān, et le village d’al-Ḥumayma, résidence de la famille abbasside avant son avènement au pouvoir8.

26L’évolution du nombre des savants dans ces régions est représentée dans le graphique 6.

Tableau 8. Répartition des savants au Sud et Sud-Est de Damas

Tableau 8. Répartition des savants au Sud et Sud-Est de Damas

2. Ḥimṣ

27Bien que Ḥimṣ fût le deuxième district du Šām du point de vue du nombre de Compagnons et d’épigones qui s’y établirent, il déclina aux siècles suivants. Témoin en est la diminution du nombre de ses savants durant les deuxième et troisième siècles.

28De même, la majorité de ses savants se cantonnèrent dans la capitale. Par conséquent, ses chefs-lieux et ses villages ne jouèrent qu’un rôle infime dans la vie culturelle du Šām (voir tableau 9).

Tableau 9. Répartition des savants dans le district de Ḥimṣ

Tableau 9. Répartition des savants dans le district de Ḥimṣ

Graphique 6. Répartition des savants dans les environs de Damas

Graphique 6. Répartition des savants dans les environs de Damas

3. Palestine

29L’importance de la Palestine est liée à la présence d’Ilyā’ (Bayt al-Maqdis, Jérusalem) dans son territoire.

30Cependant en créant al-Ramla et en y établissant sa résidence, le calife Sulaymān b. ‘Abd al-Malik, en fit une nouvelle capitale qui, graduellement, surpassa Jérusalem en habitants et en savants. Les autres villes citées par Ibn ‘Asākir à propos de la résidence des personnages sont par ordre d’importance : ‘Asqalān, Ayla, Qaysāriya et Nābulus.

Tableau 10. Répartition des savants dans le district de Palestine

Tableau 10. Répartition des savants dans le district de Palestine

4. Jourdain

31L’importance de ce district, du point de vue militaire, décrut aux deuxième et troisième siècles ce qui amena la diminution du nombre de ses savants ; ce fut d’ailleurs un petit district avec un petit nombre de villes.

Tableau 11. Répartition des savants dans le district du Jourdain

Tableau 11. Répartition des savants dans le district du Jourdain

Graphique 7. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Ḥimṣ de Palestine et du Jourdain

Graphique 7. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Ḥimṣ de Palestine et du Jourdain

32L’évolution du nombre des savants dans les districts de Ḥimṣ, Palestine et Jourdain est représentée dans le graphique 7.

5. Qinnasrīn

33Ce district fut plusieurs fois redécoupé pendant cette période. Après avoir fait partie de Ǧund de Ḥimṣ, il en fut détaché par Yazīd b. Mu‘āwiya pour former un district à part. Hārūn al-Rašīd en détacha plus tard les places frontières d’Antioche et de Manbiǧ et les intégra au ǧund qu’il créa sous le nom de ǧund al-‘Awasim. Sa capitale fut Qinnasrīn, mais Alep fut de loin la ville la plus importante. De toute manière, il fournit un nombre restreint de savants.

Tableau 12. Répartition des savants dans le district de Qinnasrīn

Tableau 12. Répartition des savants dans le district de Qinnasrīn

6. Ǧazīra

  • 9 Ibn al-Faqīh, op. cit., p. 155.

34Cette province est, selon Ibn al-Faqīh, le pays situé entre le Tigre et l’Euphrate ; Mossoul en fait partie, de même que Raqqa et Rāfiqa9. Elle comprend plusieurs villes importantes.

Tableau 13. Répartition des savants dans la province de Ǧazīra

Tableau 13. Répartition des savants dans la province de Ǧazīra

Graphique 8. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Qinnasrīn et des ‘Awāsim, et dans la province de Ǧazīra

Graphique 8. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Qinnasrīn et des ‘Awāsim, et dans la province de Ǧazīra

7. Les places frontières. (al-Tugūr wa-l-‘Awāṣim)

35Cette zone frontalière qui fut constamment disputée entre Musulmans d’une part et Byzantins d’autre part, comprenait un certain nombre de cités, les unes anciennes et les autres construites par les Arabes, fortifiées et pourvues de garnisons. Bien que les habitants de ces places fussent souvent occupés par les combats, les activités pédagogiques n’y manquaient pas. De plus, le nombre des savants s’y accrut d’une manière manifeste au troisième siècle ; ceux-ci venaient tenir garnison et participer au Ǧihād.

Tableau 14. Répartition des savants dans les places frontières

Tableau 14. Répartition des savants dans les places frontières

36L’évolution des savants dans les districts de Qinnasrīn, et des places frontières et dans la province de Ǧazīra figure dans le graphique n° 8.

b. Répartition ethnique et tribale

37L’étude de cette question aurait présenté plus d’intérêt si l’appartenance ethnique et tribale des personnages avait été présente dans chaque biographie. Or, si l’on ne considère que l’appartenance ethnique, on s’aperçoit que 16 % des biographies du premier siècle, 28 % de celles du deuxième siècle et presque la moitié de celles du troisième siècle ne contiennent aucune information à ce sujet ainsi qu’il apparaît aux tableau 15 et sur le graphique 9.

Graphique 9. Répartition ethnique des savants du Šām

Graphique 9. Répartition ethnique des savants du Šām

Tableau 15. Répartition ethnique des personnages habitant au Šām

Tableau 15. Répartition ethnique des personnages habitant au Šām

38Toutefois, les chiffres que nous avons nous permettent d’avancer que les savants arabes formaient une majorité écrasante au Šām, durant les trois premiers siècles de l’Hégire.

  • 10 Rappelons que parmi les tribus établies au Šām avant l’Islam figurent : Ġassān, Kalb, Saliḥ, ‘Āmil (...)

39Nous remarquons aussi que la participation des Arabes établis au Šām avant la conquête10 et que nous qualifions ici d’autochtones, devint petit à petit plus importante pendant cette période. Pourrions-nous en déduire une certaine lenteur dans leur islamisation ? Nous nous contenterons d’exposer les chiffres (voir tableau 16 et graphique 10).

Tableau 16. Arabes autochtones et conquérants

Tableau 16. Arabes autochtones et conquérants

Graphique 10. Répartition des savants entre Arabes autochtones et conquérants

Graphique 10. Répartition des savants entre Arabes autochtones et conquérants

40Aux deuxième et troisième siècles, des rivalités éclatèrent au Šām entre tribus Yéménites (Qahtāniyya) et Mudarites (‘Adnāniyya). L’aspect militaire de ces rivalités ne nous concerne pas. C’est la contribution de chacune des deux partis dans les affaires de l’éducation qui retient notre attention. Cette contribution est précisée par le tableau 17 et le graphique 11.

Tableau 17. Tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya

Tableau 17. Tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya
  • 11 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 272 b, biogr. de : ‘Ubāda b. Nussay, cadi de Tibériade.

41Les Qaḥṭāniyya paraissent avoir dominé à l’époque des Umayyades. Lorsque Hišām b. ‘Abd al-Malik s’enquit au sujet des maîtres du Šām, il lui fut répondu que c’était : Raǧā b. Ḥaywa al-Kindī en Palestine, ‘Ubāda b. Nusayy al-Kindī dans le district du Jourdain, ‘Amr b. Qays al-Sakūnī al-Kindī à Ḥimṣ, Yaḥyā b. Yaḥyā al-Ġassānī à Damas et ‘Adiyy b. ‘Adiyy al-Kindī dans la Ǧazīra. Hišām s’exclama : « O Banū Kinda, vous êtes partout les maîtres »11.

42Les chiffres précédents suggèrent que l’hégémonie des Qahtāniyya qui s’exerça au Šām pendant la période pré-islamique et dans une certaine mesure, pendant les deux premiers siècles de l’Hégire, déclina au troisième siècle. Toutefois on ne peut tirer de conclusions certaines à partir de nos renseignements incomplets sur ce point.

43Parmi les tribus et clans Qaḥtāniyya qui donnèrent un grand nombre de savants au Šām, citons :

Graphique II. Répartition des savants entre tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya

Graphique II. Répartition des savants entre tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya

44Kalb, Ġassān, al-Azd, Daws, al-Aws, al-Hazraǧ, Huzā‘a, Ṭay’, Ǧuhayna, Ḥimyar (Ḏū-Yazan, Ḏū al-Kalā‘), Kinda, al-Sakūn, al-Sakāsik, al-Ašā‘ira, Hawlān, ‘Ans, Ǧuḏām, ‘Uḏra, al-Ḥaḍārima, Lahm, Hamdān, al-Awzā‘, Tanūh, Yaḥṣub, Dimār, Ru‘ayn.

45Notons que ces tribus comprennent des Arabes autochtones (établis avant l’Islam) comme : Kalb, Ġassān, Ǧudām, Lahm, Tanūh et Ṭay’ dont une partie seulement émigra au Šām avant l’Islam.

46Parmi les tribus et clans ‘Adnāniyya qui donnèrent un grand nombre de savants au Šām, citons :

  • 12 Cependant des tribus se subdivisèrent en plusieurs clans, des personnages gardèrent le nom initial (...)

47Qurays12, Umayya, Hāšim, Sulaym, Ṯaqīf, Tamīm, Fihr, Taġlib, Asad, Mahzūm, Fazāra, Murra, Numayr, Ašǧa‘, ‘Adiyy, Naṡr, Kilāb, Šaybān, Sadūs, ‘Uqayl, Muḥārib, Kināna, Rabī‘a.

48Ces tribus comprennent aussi des Arabes établis dans la Ǧazīra particulièrement avant l’Islam comme Taglib, Rabī‘a, Šaybān, Kilāb et peut-être Sadūs.

c. Répartition par sexe

49Deux remarques s’imposent à propos de l’éducation de la femme dans la société islamique du Moyen-Age.

50D’une part, il faut distinguer entre le principe et l’application.

  • 13 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 328 b, biogr. de : un Cheikh damascène, d’après Anas b. Mālik (Compagno (...)

51En ce qui concerne l’attitude de l’Islam envers l’éducation des femmes, le principe est clair : la quête de la science, selon la tradition prophétique, est un devoir qui incombe à tout Musulman13.

52L’application du principe dépendait cependant des mœurs et des conditions générales de la société.

53D’autre part, il faut distinguer entre deux niveaux d’éducation ;le premier, élémentaire, se limitait à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et des préceptes religieux.

54Le deuxième, supérieur, consistait à approfondir une ou plusieurs disciplines de manière à exercer une activité pédagogique ou culturelle : enseigner, produire de la poésie ou prononcer des discours éloquents.

55De pareilles activités sont à la base du recensement des personnages dans un ouvrage biographique comme Tārīh Dimašq.

56La proportion des femmes qui participèrent à de telles activités au Šām est très faible. Cela apparaīt dans le tableau 18 et le graphique 12.

Tableau 18. Répartition par sexe

Tableau 18. Répartition par sexe

d. Questions économiques et activités

57L’importance de l’enseignement religieux au sein de la communauté islamique exigeait que cet enseignement se donnât gratuitement pour qu’aucun croyant n’en fut privé.

58Le Prophète chargea un de ses Compagnons, ‘Ubāda b. al-Ṣāmit d’enseigner le Coran à un homme de la Ṣuffa. Quand il eut accompli sa mission l’homme lui présenta un arc. Interrogé s’il pouvait l’accepter, le Prophète le mit en garde en disant :

Graphique 12. Répartition des savants, par sexe, au Šām

Graphique 12. Répartition des savants, par sexe, au Šām
  • 14 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 266 b, biogr. de : ‘Ubāda b. al-Ṣārmit ; Ibid., vol. 3 (édit. Duhmān), p (...)

59« Dieu t’entourera le cou d’un arc de feu le jour du Jugement »14.

60En pratique il y eut certains problèmes à résoudre, concernant les disciples et les maîtres à la fois.

61En ce qui concerne les disciples, la responsabilité de leur éducation incombait aux autorités d’une part, d’autre part à eux-mêmes, et dans les cas des enfants à leurs parents. Dans la première partie de notre étude nous avons donné des exemples de l’action du pouvoir en matière d’éducation ; cette question sera envisagée ici du point de vue de la communauté.

62Par quels moyens l’étudiant du Šām accomplissait-il ses études à cette époque, en tenant compte de ce qu’exigeait la quête de la science en termes de temps, de matériel et de déplacements ?

63Les quelques exemples mentionnés dans notre référence aideront à éclairer ce sujet.

64Certains étudiants comptaient sur les ressources matérielles de leurs parents :

  • Ismā‘īl b. ‘Ayyāš al-‘Ansī de Ḥimṣ (m. 181/798) hérita de son père 4 000 dinars avec lesquels il put entreprendre un voyage d’études à l’intérieur du Šām, en Arabie et en Iraq15 ;

65D’autres comptaient sur leur travail personnel :

  • Al-Muġīra b. Ziyād al-Baǧlī (de Mawṣil), et Kuṭayyir b. Hišām al-Kilābī (de Raqqa), profitèrent de leurs déplacements de nature commerciale entre le Šām et l’Iraq pour apprendre les traditions16.
  • ‘Urwa b. Marwān (de ‘Irqa, près de Tripoli), qui désapprouvait le commerce, se mit à ramasser des plantes et à les vendre pour gagner sa vie, durant son voyage d’études en Egypte17.
  • Šalir b. Ḥawšab (de Damas ou de Ḥimṣ), utilisa ses talents dans le chant et la musique pour payer les frais de son voyage d’études au Ḥiǧāz18.
  • Et Ḥabīb b. Aws Abū Tammām al-Tā’ī (m. 231/846) ; donnait à boire à la Mosquée tout en faisant ses études littéraires en Egypte19.

66De plus, des maîtres généreux ne manquaient pas d’aider leurs étudiants, tels Ibn Šihāb al-Zuhrī qui, ayant appris qu’un étudiant voulait suivre son enseignement mais n’avait

  • 20 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Ibn Šihāb al-Zuhrī.

67pas l’argent nécessaire, lui dit : « suis-moi et je me charge de tes dépenses »20.

68Les maîtres quant à eux disposaient de certains moyens pour satisfaire leurs besoins matériels.

69Pendant le premier siècle, certaines catégories de la communauté islamique jouissaient d’une pension (‘Atā’). Parmi les personnes pensionnées, Ibn ‘Asākir cite :

  • ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’ (m. 32/653)21 et Ǧundub b. Ǧunāda, Abū Ḏarr al-Ġifārī (m. 32/653), tous deux compagnons du Prophète, dont la pension était de 400 dirhams. D’après ce qui est décrit de leurs conditions de vie dans le texte, cette pension paraīt être modeste22.
  • Muḥammad b. Muslim, Ibn ‘Šihāb al-Zuhrī (m. 124/ 742), qui fut intégré à la compagnie de ‘Abd al-Malik b. Marwān, et reçut ainsi la pension correspondante au rang de Compagnon (on ne sait pas s’il s’agit des compagnons du Prophète, ou des compagnons du calife)23.
  • ‘Amr b. ‘Abd-Allāh al-Ḥamdānī, de Kūfa (m. 127/ 745), épigonc, qui vint au Šām pendant le califat de Mu‘ā-wiya et participa au Ǧihād contre les Byzantins. Mu’ā wiya s’informa de la pension de son père, et apprenant qu’elle atteignait 300 dirhams, il lui attribua la même pension. (L’auteur remarque à ce propos qu’on donnait au fils la même pension que celle attribuée au père). La pension de ce personnage passa plus tard à 1 000 dirhams24.
  • Sulaymān b. Mūsā b. ‘Abd-Allāh de Médine (m. 105/ 724), dont notre référence ne donne pas l’ethnie, recevait une pension non précisée. Il faisait de longs séjours au Šām auprès des califes umayyades25.
  • ‘Abd al-Raḥmān, Abū al-Muhāǧir, client d’origine copte, qui jouissait des faveurs de Mu‘āwiya I, qui lui fit construire une maison à Damas, et lui alloua une pension de 200 dirhams26.
  • 27 Ibid., vol. 6, fol. 87 b, biogr. de : Raǧā’b. Ḥaywa.

70La plus grande pension accordée au temps des Umayyades fut celle de Raǧā’ b. Ḥaywa (m. 112/731) ; sous le calife Yazīd b. ‘Abd al-Malik, ce Cheikh puissant recevait 30 dinars par mois. Hišām b. ‘Abd al-Malik ne lui pardonnant pas d’avoir usé de ruse pour transférer le califat à ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, lui retira cette pension. Dans un rêve, Hišām vit son père ‘Abd al-Malik le blâmer pour cette action ; il la rétablit aussitôt27.

  • 28 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr.

71Plus tard, les pensions furent réservées aux combattants. ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī (m. 157/774) reçut sa pension après avoir déménagé à Beyrouth et avoir été inscrit au diwān de la Côte. Le montant de la pension n’est pas précisé dans le texte28.

72La pension n’étant pas accordée à tous ceux qui exercèrent l’enseignement, certains envisagèrent de toucher une rétribution en échange de l’enseignement qu’ils prodiguaient. Toutefois les avis étaient partagés sur ce point.

  • 29 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 318 b, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh.
  • 30 Ibid., vol. 10, fol. 507 a, biogr. de : ‘Abd al-Wāḥid b. Qays al-Sulami.

73Ismā’īl b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhāǧir, précepteur des fils de ‘Abd al-Malik b. Marwān29, et ‘Abd al-Wāḥid b. Qays al-Sulamī, précepteur des fils de Yazīd b. ‘Abd al-Malik30, acceptèrent une rétribution, soit disant pour l’enseignement de l’arabe et de la grammaire et non pas de celui du Coran.

  • 31 Ibid., vol. 7, fol. 248 b, biogr. de Sulaymān b. Sulaym b. Kaysān.

74Avec Sulaymān al-Kalbī, qui éduqua Muhammad b. Hišām b. ‘Abd al-Malik, le salaire du précepteur passa à 1 000 dinars par mois31.

  • 32 Ibid., vol. 18, fol. 156 b, biogr. de : Yazīd b. ‘Abd al-Raḥmān b. abi Mālik.

75Parmi les maîtres chargés de l’enseignement dans la communauté certains acceptèrent une rétribution, d’autres restèrent attachés au principe de la gratuité32.

76Parmi les questions relevées à ce propos figure aussi celle des dons qui provenaient de particuliers (amis et autres), ou de personnages au pouvoir (sultan). La plupart des savants en acceptèrent.

  • 33 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

77Makḥūl b. Kisrā (m. 1 13/732), acceptait les dons du sultan ; ayant reçu une fois la somme de 10.000 dinars, il donna à chacun de ses disciples 50 dinars pour qu’ils se procurent une monture33.

  • 34 Ibid., vol. 11, fol. 205 a, biogr. de : ‘Aṭā’ b. abi Muslim.
  • 35 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Ahmad 2), fol. 486 a, biogr. de : Ibrāhīm b. Muhammad.

78On demanda à ‘Aṭā’ b. abī Muslim al-Hurāsānī (Jérusalem, m. 133/751) comment il gagnait sa vie. Sa réponse fut : avec l’aide de mes amis et les dons du sultan34. Un traditionniste de Maṣṣīṣa, Ibrāhim b. Muḥammad, Abū Isḥāq al-Fazārī (m. 185/802), reçut 3000 dinars de Hārūn al-Rašīd. Ayant exprimé son malaise à ses collègues, ceux-ci lui conseillèrent de les distribuer aux pauvres, ce qu’il fit sur -le-champ. On rapporte aussi qu’Abū Isḥāq al-Fazārī acceptait les dons de ses amis et du sultan ; ce qu’il tenait de ses amis, il le distribuait aux pauvres et ce qu’il tenait des autorités, il le versait sur le budget de Ṭarsūs (place frontière)35.

79Toutefois certains savants posaient comme condition que les dons ne fussent pas considérés comme récompense en échange de l’enseignement religieux qu’ils prodiguaient.

  • 36 Ibn ‘Asākir vol. 7, fol. 93 b, biogr. de : Sa‘id b. Sālim.
  • 37 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā’ī.

80Ainsi al-Awzā‘ī (m. 157/774) refusa un petit cadeau d’un homme qui voulait entendre ses traditions36, mais accepta de la part des Umayyades et des Abbassides des donations qui atteignirent 70.000 dinars. Il expliqua sa conduite à son fils en disant : « Si j’avais accepté tout ce qu’on m’offrait j’aurais été diminué aux yeux des gens ». Toutefois, al-Awzā‘ī distribuait de larges sommes aux pauvres, et ne gardait que ce qui lui suffisait pour vivre modestement. Il ne possédait à sa mort que 7 dinars37.

  • 38 Ibid., vol. 14, fol. 346 a, biogr. de : ‘Isā b. Yūnis.

81‘Isā b. Yūnis al-Fazāraī, un grand traditionniste établi dans la place frontière d’al-Ḥadat (m. 191/807) était du même avis. Les habitants de Raqqa lui demandèrent de venir rapporter des traditions dans leur ville, et lui offrirent 10.000 dirhams, qui furent élevés par la suite à 100.000 dirhams. ‘Isā en fit le commentaire suivant : « ne pouvait-on pas me remettre cet argent avant de m’inviter à rapporter des traditions ? Je ne veux pas que mes collègues disent sur mon compte que j’ai demandé un prix quel qu’il soit pour l’enseignement des traditions fūt-ce une goutte d’eau ou une petite pièce »38.

  • 39 Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 248, biogr. de : Bakr b. Sahl.

82A côté de ces maîtres scrupuleux, le Šām connut des maîtres qui l’étaient moins, comme Bakr b. Šahl (de Dimyāṭ, m. 287/ 900). A al-Ramla les habitants collectèrent 500 dinars pour qu’il leur rapporte des traditions ; il se contenta d’entendre leur récitations (‘arḍ). Alors les habitants de Jérusalem doublèrent la somme, ce qui décida le traditionniste à sortir ses carnets et à en lire les traditions39.

  • 40 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 50a a, biogr. de : Marwān b. Mu‘āwiya.

83Marwān b. Mu‘āwiya al-Fazārī (de Kūfa, établi à Damas, m. 193/809), était très pauvre. Ses étudiants prenaient sur eux de lui assurer ses besoins en nourriture ; il s’occupait d’eux tant qu’il ne manquait de rien. Lorsqu’une denrée était épuisée, l’étudiant qui en était chargé perdait ses faveurs40.

84L’absence de ressources stables, la dépendance vis-à-vis d’amis ou des autorités poussèrent certains maîtres à gagner leur vie à la sueur de leur front, dans les domaines du commerce ou de l’artisanat. Ils invitèrent même leurs disciples à suivre leur exemple.

  • 41 Ibid., vol. 9 fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd.

85‘Abd-Allāh b. Zayd, abū Qilāba al-Ǧarmī (Dārayyā, m. 104/ 723) dit à son disciple : « Garde-toi de frapper aux portes du sultan et occupe-toi de ton commerce. Tu ne connaītras de repos que lorsque tu te passeras des autres »41.

  • 42 Ibid., vol. 5, fol. 67 a, biogr. de : al-Ḥakam b. Hišām.

86Al-Ḥakam b. Hišām al-‘Uqaylī disait aux étudiants en tradition : « celui qui décide de s’adonner à la Tradition, doit s’attendre à la pauvreté. Je vous conseille d’aller en quête de la science d’une manière qui vous permette d’exercer un métier »42.

  • 43 Ibid., vol. 8, fol. 143 b, biogr. de : al-Ḏahhāk b. Mahlad.

87Mais la quête de la science laissait-t-elle le temps nécessaire à l’exercice d’un métier ? D’après al-Ḍaḥḥāk b. Mahlad (de Baṣrā, m. 212/828), « pour recueillir des traditions il faut sortir dès l’aube ; si l’on possède un commerce, il se ruinera, si l’on a une ferme elle ira à l’abandon. Nul ne peut mener à bien les deux occupations »43.

88Il faut rappeler, à ce propos, que les personnages cités dans dans notre référence ne sont pas tous des enseignants dans le sens strict du terme. Certains pratiquèrent l’enseignement, d’une manière systématique ; d’autres n’exercèrent qu’occasionnellement certaines activités culturelles.

89Bien qu’il soit possible de distinguer entre ceux qui firent de l’enseignement un métier, et ceux qui s’y adonnèrent à l’occasion, les uns et les autres rendirent d’importants services à l’éducation.

90De toute manière, notre source donne peu d’informations sur ce point ; la plupart des biographies ne contenant pas de renseignements sur les moyens de subsistance de nos personnages, et les métiers qu’ils exerçaient.

91Parmi ceux dont l’activité est précisée, la plupart occupent une fonction officielle ; un petit nombre seulement exerce un travail commercial ou artisanal.

92Dans les cas où l’activité n’est pas précisée, on peut penser qu’il s’agissait de propriétaires, de combattants pensionnés, ou de clients et autres catégories vivant aux dépens des premiers.

Tableau 19. Occupations des personnages habitant au Šām

Tableau 19. Occupations des personnages habitant au Šām

Graphique 13. Fonctions et professions exercées par les savants du Šām

Graphique 13. Fonctions et professions exercées par les savants du Šām

93Il est à remarquer que, durant les deuxième et troisième siècles, le nombre de commerçants et d’artisans augmenta, et que les métiers pratiqués se diversifièrent.

94Au deuxième siècle nous rencontrons les métiers suivants : tailleur, sellier (sarrāǧ), teinturier, fabricant de canots (marakibi) ; commerçant en dattes, en coton, en café, en blé et orge, en bétail...

95Au troisième siècle d’autres métiers apparurent, notamment : bijoutier, cordonnier (iskāf, haffāf), forgeron, bonnetier (qalānisī), remailleur (raffā’), plātrier (ǧaṣṣāṣ), potier (qaṣṣā’), papetier (warrāq), fripier (saqaṭi), marchands de tissus (bazzāz, karābīsī, ṭaṭarī)...

96Notons aussi qu’au troisième siècle, certains joignaient une activité artisanale ou commerciale à un petit emploi officiel comme mu’aḏḏin ou imām.

e. Disciplines

97Le nombre des disciplines intellectuelles se multiplia avec le développement de la culture arabo-islamique.

98Quelles sont celles qui suscitèrent l’intérêt des habitants du Šām durant les trois premiers siècles de l’Islam ?

99Les branches du savoir dans lesquelles les personnages recensés se distinguent peuvent fournir une réponse globale à cette question.

Tableau 20. Disciplines poursuivies par les habitants du Šām

Tableau 20. Disciplines poursuivies par les habitants du Šām

100Remarques :

  1. Un grand nombre de personnages ayant eu des activités dans plusieurs domaines, ils peuvent de ce fait figurer sur le tableau dans deux disciplines et même plus ; d’où l’écart entre le total des personnages inscrits et le nombre réel de ceux recensés.
  2. Le graphique suivant permet de comparer l’intérêt porté aux diverses disciplines pendant chacun des siècles traités ; il montre d’autre part l’évolution d’une même discipline durant les trois siècles ; chaque ensemble de colonnes représentant une discipline.

101Le nombre important de personnages inscrits dans la colonne des disciplines religieuses s’explique par le fait que nous sommes en présence d’une communauté religieuse, et que l’auteur, en vertu de sa formation, choisit ses personnages sur la base de leur contribution aux activités religieuses en particulier à la tradition.

102Remarquons toutefois que les chiffres qui se rapportent à la lexicologie et à la grammaire ne sont pas représentatifs.

  • 44 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de Muḥammad b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī. Le calife ‘Abd (...)
  • 45 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i. Ce maître disait à ses d (...)

103Il est vrai que le Šām ne donna pas de grammairien célèbre pendant cette période, mais l’enseignement de ces matières allait de pair avec l’enseignement du Coran44, aussi bien qu’avec celui de la tradition45.

104Les disciplines séculières, en particulier les sciences, ne semblent pas avoir pris racine dans la communauté à cette époque.

1. Disciplines religieuses

  • 46 Ibid, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘āḏ.

105Lorsque le Prophète envoya Mu‘āḏ b. Ǧabal au Yémen, et le chargea de l’instruction de ses habitants, il lui ordonna de leur enseigner le Livre de Dieu et les vertus46. C’était là l’essentiel de l’enseignement religieux.

Graphique 14. Répartition des savants du Šām selon leurs centres d’intérêts

Graphique 14. Répartition des savants du Šām selon leurs centres d’intérêts

Graphique 15. Disciplines religieuses

Graphique 15. Disciplines religieuses
  • 47 Voir supra, p. 194, n. 3.

106De même, lorsque Mu‘āḏ fut chargé de l’instruction des habitants du Šām, il rappelait à ses disciples que la Science se trouve entre les deux volets du Coran (bayna lawḥay al-Muṣḥaf)47.

  • 48 Ibid.

107Cependant dans un discours célèbre, ‘Umar I dit : « ô gens ! celui d’entre vous qui veut se renseigner au sujet du Coran, qu’il s’adresse à Ubayy b. Ka‘b ; celui qui veut se renseigner au sujet des Farā’iḍ qu’ils s’adresse à Zayd b. Ṯābit ; celui qui veut se renseigner au sujet du fiqh, qu’il s’adresse à Mu‘āḏ b. Ǧabal »48.

108De nouvelles sciences apparaissaient et se développaient. Durant les trois premiers siècles, on mentionne les sciences suivantes en rapport avec les activités des personnages recensés :

Tableau 21. Disciplines religieuses

Tableau 21. Disciplines religieuses

109Après la tradition (ḥadīṯ) qui était au centre des préoccupations des savants du Šām, les trois autres sciences religieuses, à savoir, le Coran, la jurisprudence et l’ascétisme qui donna naissance au soufisme, connurent une évolution différente. Tandis que le Coran et la jurisprudence se développèrent surtout au deuxième siècle, l’ascétisme se développa particulièrement au troisième siècle (voir graphique 15).

110Catégories des maîtres : La valeur des maîtres chargés de transmettre les sciences religieuses revêtait alors beaucoup d’importance. Le texte des biographies révèle, de temps en temps, certains jugements de valeur sur les personnages. Des titres sont conférés à certains d’entre eux comme : Sayyid ahl al-Šām, ou imām ahl el-Šām (dans telle ou telle branche). En ce qui concerne les traditionnistes, qui constituent la majorité de nos personnages, le jugement porté sur eux se fait le plus souvent sur la base des qualités personnelles : bonne mémoire, sincérité, exactitude des notes prises durant leurs études.

111Le nombre des traditions connues est un autre critère d’évaluation, ce nombre pouvant varier de i à deux mille et même aller jusqu’à plusieurs milliers : 10, 100 et même 300 mille. Ceux qui possédaient ce trésor méritaient le titre de ḥāfiẓ (détenteur). Mais ces renseignements ne sont pas mentionnés d’une manière systématique dans toutes les biographies, ce qui fait qu’ils ne peuvent se prêter à un traitement quantitatif.

112Un critère qui nous semble pertinent, et qui, lui, se prête au traitement quantitatif, est le nombre de maîtres dont tel ou tel personnage suivit l’enseignement. La crédibilité de ces personnages découlait en effet de la nature même de l’étude de la tradition où la quantité des traditions apprises revêtait une importance particulière. Ce qui poussait les étudiants à s’adresser au plus grand nombre possible de maîtres, à condition, toutefois, que ceux-ci soient dignes de foi.

113Notons à ce propos qu’Ibn ‘Asākir tient généralement à mentionner l’autorité à laquelle se réfère chaque personnage (isnād), condition de véracité, indispensable en matière de Tradition. Il mentionne aussi, chaque fois que cela lui est possible, le nom des maîtres ; s’il en omet quelques uns, les informations générales qu’il donne sont malgré tout suffisantes pour établir le nombre de ceux fréquentés par le personnage recensé.

114Nous avons donc classé les traditionnistes en 3 catégories :

ceux qui eurent 1 à 9 maîtres ;
ceux qui eurent 10 à 29 maîtres ;
ceux qui eurent plus de 30 maîtres.

115La première catégorie comprend les maîtres locaux, ou les personnages qui eurent l’occasion d’entendre une ou plusieurs traditions, et les rapportèrent aux membres de leurs familles ou à leurs connaissances. Ces personnages n’étaient pas des enseignants au sens propre.

116Par contre les traditionnistes classés dans la deuxième catégorie sont ceux qui suivirent un enseignement systématique. Certains d’entre eux firent même des voyages d’étude à l’intérieur ou en dehors du Šām. Mais le petit nombre de traditions qu’ils réunirent fit qu’ils n’eurent que peu de disciples.

117La troisième catégorie comprend les érudits qui consacrèrent de longues années à la quête de la science, dans leur province et dans les autres centres de culture ; ils acquirent ainsi une renommée qui leur attira des étudiants de toutes les parties du monde islamique.

  • 49 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 185 b, biogr. de : Hālid b. Ma‘dān.
  • 50 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 518 b, biogr. de : Kuṯayyir b. Murra.

118Il est déjà possible d’opérer ce classement pour le premier siècle de l’Hégire. En effet, après la génération des Compagnons dont l’importance tint au fait qu’ils entendirent le Prophète en personne, vint celle des épigones qui rendirent hommage à ceux d’entre eux qui purent rencontrer le plus grand nombre de ces Compagnons ; ainsi Hālid b. Ma‘dān de Ḥimṣ (m. 104/ 723) qui rencontra 70 Compagnons49, ou Kuṯayyir b. Murra al-Ḥaḍramī de Ḥimṣ (m. vers 85/705), surnommé al-muqaddam (le préposé) pour avoir notamment rencontré 70 Compagnons badrites (qui participèrent avec le Prophète à la bataille de Badr)50.

119Ce classement des traditionnistes du Šām d’après le nombre des maîtres dont ils suivirent l’enseignement est rendu par le tabeau 22 et le graphique 16.

120La troisième catégorie correspondant aux grands maîtres du Šām, il est intéressant d’en citer les noms, classés par siècle :

121Au premier siècle :

  • Ǧubayr b. Nufayr al-Ḥadramī, de Ḥimṣ, m. vers 80/70051.
  • Le calife ‘Abd al-Malik b. Marwān, al-Umawī de Damas m. 86/70552 ;
  • Kuṯayyir b. Murra al-Ḥaḍramī, de Ḥimṣ, m. vers 85/70553 ;
  • ‘Ā’iḏ-Allāh b. ‘Abd-Allāh Abū Idrīs al-Hawlānī, de Damas, m. 80/70054 ;
  • Qabīṣa b. Ḏu’ayb al-Huzā‘ī, de Damas, m. en 80/ 70555 ;

122Au deuxième siècle :

  • Hālid b. Ma‘dān al-Kalā‘ī, de Ḥimṣ, m. en 104/72356 ;
  • Le calife ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, al-Umawī, de Damas, m. 101/72057 ;
  • Makḥūl b. Kisrā, (mawla), de Damas, m. en 113/73258 ;
  • Muḥammad b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī, de Damas et de Ruṣāfa, m. en 124/74259 ;
  • Raǧā’b. Ḥaywa al-Kindī, du Jourdain, m. 112/73160 ;
  • Ṯawr b. Yazīd al-Kalā‘ī, de Ḥimṣ, m. en 153/770 61 ;
  • Ṣafwān b. ‘Amr al-Saksākī, de Ḥimṣ, m. en 155/77262
  • ‘Abd al-Raḥmān b. Yazīd b. Ǧābir, de Damas, m. en 153/77°63 ;
  • ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā’ī, de Beyrouth, m. en 157/77464 ;
  • ‘Abd al-Raḥmān b. Ṯābit b. Ṯawbān, de Damas, m. en 165/78265 ;
  • Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz al-Tanūhi, de Damas, m. en 167/ 78466.
  • Yaḥyā b. Ḥamza al-Ḥaḍramī, de Bayt Lihyā, m. 183/ 80067 ;
  • Marwān b. Mu‘āwiya al-Fazārī, de Damas, m. en 193/80968 ;
  • al-Walīd b. Muslim, de Damas, m. en 195/81169 ;
  • Muḥammad b. Šu‘ayb b. Šābūr, de Beyrouth, m. en 197/81370 ;
  • al-Walīd b. Sulaymān b. abī al-Sāyib, de Damas, ?71 ;
  • Ismā‘īl b. ‘Ayyās al-‘Ansī, de Ḥimṣ, m. en 181/79872.

123Au troisième siècle :

  • Marwān b. Muḥammad al-Ṭatarī al-Asadī, de Damas, m. en 210/82673 ;
  • ‘Abd al-Rahmān b. Ibrāhīm (Duḥaym), de Tibériade, m. en 245/86074 ;
  • Muḥammad b. ‘Awf b. Sufyān al-Ṭā’ī, de Ḥimṣ, m. en 269/88375 ;
  • Muḥammad b. Ibrāhīm b. Muslim, de Ṭarsūs, m. en 273/88676 ;
  • Yazīd b. Muḥammad b. ‘Abd al-Samad, de Damas, m. en 277/89177 ;
  • ‘Abd al-Rahmān b. ‘Amr, Abū Zur‘a al-Naṣrī, de Damas, m. 280/89478 ;
  • ‘Uṭmān b. ‘Abd Allāh b. Harzād, d’Antioche, m. en 282/89679 ;
  • 80 Ibid., vol. 9, fol. 266 b, biogr. de : ‘Abd al-Rahmān b. Ibrāhīm.

124Ajoutons à ces noms celui du grand traditionniste Hišām b. ‘Ammār al-Sulamī (153/770-245/859), dont la biographie manque dans les copies du Tārīh Madīnat Dimašq disponibles à Damas, mais qui est mentionné à plusieurs reprises comme ayant rapporté des traditions sous l’autorité de 33 maîtres80.

Tableau 22. Catégories des maîtres

Tableau 22. Catégories des maîtres

2. Disciplines linguistiques et littéraires

125Si la tradition vient en tête des sciences religieuses, la poésie occupe la première place dans les sciences linguistiques et littéraires. Le véritable culte que les Umayyades vouèrent à la poésie donna au Šām un grand nombre de poètes et d’amateurs de poésie.

126De même, l’attention accordée par ces mêmes califes, à l’art de la chancellerie favorisa l’éclosion d’une classe de chanceliers et de secrétaires qui s’adonnèrent au perfectionnement de cet art pour plaire aux souverains.

127Remarquons toutefois que l’éloquence et les sciences du langage ne connurent pas un développement de même importance ; cela ne peut s’expliquer que par la forte dominante arabe de cette province ; les habitants du Šām se seraient contentés de fréquenter les milieux d’éloquence ainsi que d’un enseignement élémentaire de la grammaire en corrélation avec l’enseignement du Coran.

Graphique 16. Catégories des maîtres

Graphique 16. Catégories des maîtres

Graphique 17. Disciplines linguistiques et littéraires

Graphique 17. Disciplines linguistiques et littéraires

Tableau 32. Disciplines linguistiques et littéraires

Tableau 32. Disciplines linguistiques et littéraires

3. Disciplines historiques

  • 81 Ibn ‘Asākir, t. 1 (édit. Munaǧǧid), p. 316.

128« Celui qui veut apprendre les récits et biographies (siyar) doit s’adresser aux Syriens » dit Ibn ‘Uyayna81. Les Syriens étaient, en effet, bons narrateurs. Familiers des histoires relatives au Judaisme et au Christianisme depuis des siècles, ils trouvèrent dans l’Islam et ses exploits une matière de choix pour leur récits aux premier et deuxième siècles de l’Hégire. Au troisième siècle, le nombre des narrateurs décrut, mais les récits gagnèrent en qualité, plusieurs ouvrages ayant été composés dans ce domaine.

Tableau 24. Disciplines historiques

Tableau 24. Disciplines historiques

Graphique 18. Disciplines historiques

Graphique 18. Disciplines historiques

4. Sciences et sports

  • 82 Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 117 (édit. Hayyāṭ, Beyrouth).

129L’auteur, s’étant limité à la communauté arabo-islamique, ne fait pas mention des activités scientifiques exercées au Šām à cette époque en grande partie par des non-musulmans. Ce genre d’activités n’aurait, de toute manière, pas retenu l’attention d’Ibn ‘Asākir, même s’agissant de Musulmans, pour la simple raison qu’il ne s’y intéressait pas lui-même. Nous n’en voulons pour preuve que la biographie de Sālim b. ‘Abd-Allāh, secrétaire de Hišām b. ‘Abd al-Malik, qui ne fait aucune allusion à ses capacités dans le domaine de la traduction, alors qu’on le trouve cité dans le Fihrist d’Ibn al-Nadīm82.

130De même, les chiffres relatifs aux sports et aux exercices militaires ne peuvent être représentatifs, l’auteur n’ayant mentionné que les seuls cas exceptionnels.

B. Données qualitatives

a. Finalité de l’éducation

131Tandis que le pouvoir se préoccupait de la culture et de l’éducation dans un sens relativement large, la majorité des savants de l’Islam agissait dans le cadre d’une conception strictement religieuse, à savoir, celle de la Science (al-‘Ilm). Mais qu’était la science pour eux ?

  • 83 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 45 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. ‘Umar.

132Selon Mu‘ād b. Ǧabal (Compagnon, m. en 18/640) : « la place de la science est entre les deux volets du Coran (bayna lawhay al-Muṣḥaf) »83. Mais dans la pratique, on entendait sous le nom de science, en plus du Coran, la Tradition et les préceptes religieux :

  • 84 Ibid., vol. 6, fol. 187 a, biogr. de : Ziyād b. ‘Ubayd, connu sous le nom de Ziyād b. Abi Sufyān.

133« ‘Umar I interrogea Ziyād b. abi Sufyān au sujet des Farā’id (préceptes religieux), du Coran, des Sunan (traditions) et il jugea qu’il était faqīh (savant) »84.

  • 85 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.
  • 86 Ibid., vol. 14, fol. 542 a, biogr. de Ka‘b b. Mālik. Tradition prophétique.

134Cette science n’a pour finalité que la vie future. Elle est ce qui rapproche l’homme de Dieu, et ce qui l’éloigne de l’Enfer85. Mais « celui qui recherche la Science pour rivaliser avec les savants, discuter avec les ignorants, ou attirer l’attention des notables, Dieu le destine à l’Enfer »86.

135Selon cette conception, la quête de la Science, voie du bonheur éternel, est supérieure aux biens matériels qui font le bonheur terrestre.

  • 87 Ibid., vol. 11, fol. 216 b, biogr. de : ‘Uqba b. ‘Āmir.

136D’après ‘Uqba b. ‘Āmir (Compagnon, m. en 58/678), le Prophète aurait dit aux résidents de la Ṣuffa : « Si l’un d’entre vous se rend à la mosquée et y lit ou apprend deux versets, son action revêt plus de valeur que deux, trois ou quatre chamelles... »87.

  • 88 Ibid., vol. 5, fol. 242 b, biogr. de : Haṭṭāb b. Sa‘d.
  • 89 Ibid., vol. 8, fol. 330 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Ismā‘il.

137De même, la quête de la Science est supérieure à la dévôtion. A ce sujet, on rapportait, sous la garantie d’une chaīne d’autorités remontant à Abū Umāma al-Bāhilī (Compagnon) : « celui qui se rend à la mosquée dans le seul but d’apprendre le Bien ou de l’enseigner, aura la récompense de celui qui aura accompli le pélerinage »88 ; de même d’après al-Awzā‘ī : « Mieux vaut apprendre une science que s’adonner une année entière au jeūne et à la prière »89.

  • 90 Ibid., vol. 19, fol. 328 b, biogr. d’un cheikh damascène, d’après Anas b. Mālik (Compagnon).

138D’après cette conception également, « la quête de la Science est un devoir qui incombe à tout Musulman »90.

139Plusieurs traditions, encourageant les Musulmans à la quête de la Science, furent rapportées :

  • 91 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 252 a, biogr. de : al-Minhāl b. ‘Amr.

140Un traditionniste de Kūfa qui vint à Damas rapporta la tradition suivante, en se référant à une chaīne d’autorités remontant à Safwān b. ‘Assāl al-Murādī, qui aurait dit : « Je vins chez le Prophète et dis : ô Prophète de Dieu ! je viens à la quête de la Science ». Le Prophète répondit : « Tu es le bienvenu. Les anges entourent celui qui recherche la Science et le couvrent de leurs ailes, puis ils montent vers les cimes jusqu’à ce qu’ils atteignent le ciel par amour de l’objet de sa quête »91.

  • 92 Ibid., vol. 11, fol. 24 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. Ayman al-Dimašqi.

141La tradition damascène à ce propos est la célèbre tradition rapportée par Abū al-Dardā’ et appelée la « tradition de la Science ». Le Prophète dit : « celui qui part de chez lui en quête de la Science, Dieu lui ouvre une porte menant au Paradis..., Le savant dépasse en mérite le dévôt, comme la pleine lune la plus petite étoile dans le ciel... Les savants sont les héritiers des Prophètes ; ces derniers ne laissèrent ni dinar, ni dirham mais seulement la Science... La mort du savant est un malheur irréparable ; il est l’astre qui s’éteint... La mort d’une tribu pèse moins que la mort d’un savant »92.

  • 93 Ibid., vol. 14, fol. 516 a, biogr. de : Kuṯayyir b. Qays al-Ḥimṣi.

142Des traditionnistes du monde islamique tout entier entreprirent des voyages pour recueillir cette tradition de la bouche du grand maître du Šām93.

  • 94 Ibid., vol. 2, (Sulṭān Aḥmad, 2), fol. 481 a, biogr. de : Ibrāhīm b. al-‘Alā’.

143Un autre devoir d’importance pour le Croyant était la transmission de la science religieuse. Car, comme le rapporte un traditionniste ḥomsiote, sous la garantie d’une chaîne d’autorités remontant à Abū Sa‘īd al-Hudrī, le Prophète aurait avertit ses compagnons : « Les gens vous suivront ; des hommes de toutes les parties de la terre viendront rechercher la Science ; lorsqu’ils viendront, soyez bienveillants envers eux »94.

  • 95 Ibid., vol. 11, fol. 31 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. Sa‘id al-Dārimi.

144‘Utmān b. Sa‘īd al-Dārimī, qui vint au Šām, rapporta une tradition prophétique qui dit : « Celui qui, possédant une Science, la refuse à ceux qui la demandent, sera muselé par le feu le jour du Jugement »95.

145Les savants du Šām étaient conscients de leur responsabilité envers la Science qu’ils détenaient ; ils essayaient de s’en acquitter avant que la mort ne les surprenne :

146Abū Mālik al-Aš‘arī (Compagnon établi au Šām), aurait dit aux siens : « ô Aš‘ariyyīn ! rassemblez-vous, rassemblez vos femmes et vos enfants afin que je vous apprenne la prière que le Prophète fit devant nous à Médine ». Lorsque hommes, femmes et enfants se réunirent, il fit ses ablutions devant eux, appela à la prière, les plaça en rangs, les hommes devant, les garçons derrière et les femmes en dernier lieu ; puis il pria.

  • 96 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 346 b, biogr. de : Abū Mālik al-Aš‘arī.

147Avant sa mort, il appela : « ô Aš‘ariyyīn ! que ceux d’entre vous qui sont présents rapportent aux absents : « j’ai entendu le Prophète de Dieu dire ... » (et il rapporta une tradition)96.

  • 97 Ibid., vol. 8, fol. 1 b, biogr. : Šaddād b. Aws.

148Šaddād b. Aws (Compagnon établi en Palestine, m. en 58/678) dit à ceux qui assistèrent à sa dernière heure : « je vais bientôt vous quitter. Si je vous lègue des vêtements, vous les userez, si je vous lègue de la nourriture, vous la consommerez, je vais vous léguer en provision une parole que le Prophète ne cessait de répéter ». Puis il leur dicta une tradition97.

  • 98 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī.

149Le traditionniste Ibn Šihāb al-Zuhrī (m. en 124/742) qui s’adonna, toute sa vie, à l’enseignement, fit la recommandation suivante à ses disciples : « cette science est l’instruction que Dieu donna à son Prophète, et le Prophète à sa communauté ; c’est ce que Dieu confia au Prophète afin qu’il le transmette tel qu’il le reçut. Lorsque l’un de vous apprendra une science, qu’il assume sa responsabilité devant Dieu »98.

150Sans négliger les finalités religieuses, les finalités pratiques de l’enseignement religieux et séculier apparurent très tôt. Outre le prestige dont jouissait les savants et les intellectuels dans la communauté, des fonctions et des emplois divers leur furent réservés. De même les conceptions humanistes en honneur dans la société arabe préislamique réapparurent dans la nouvelle communauté ; une nouvelle conception de l’homme parfait ou accompli commença à se développer.

151Toutefois ces notions n’étaient pas encore claires durant les trois premiers siècles, mais leurs éléments se précisaient déjà au fur et à mesure.

152Dans le cercle d’Abū al-Faḍl al-Bahrānī, on s’entretenait de la valeur et de l’utilité des sciences, et on s’interrogeait sur la discipline qui méritait le plus qu’on s’y adonnât :

  • Le Coran ! dit un des hommes présents.
  • Abū al Faḍl répondit : « Le Coran est la plus honorable des sciences, mais il relève plutôt du domaine de la vie future. Son bénéfice est rare dans cette vie ».
  • La jurisprudence (al-fiqh) ! dit un autre.
  • Abū al-Faḍl répondit : « Une science honorable, mais celui qui l’apprend échappe rarement à la vanité et à l’hypocrisie ».
  • L’arithmétique !
  • « Une bonne science, mais elle est étrangère aux sciences religieuses ».
  • La grammaire !
  • Abū Fadl dit : « Une science dont on ne peut se passer, mais qu’on n’a pas besoin d’approfondir. »
    Quelqu’un lui demanda : « Oū la nécessité de cette science se fait-elle sentir ?
  • 99 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 496 b, biogr. de : Marwārn b. Muḥammad, le calife.

153Abū al-Faḍl dit : « On sait que la poésie est un bon gagne pain. Le Calife Marwān II b. Muḥammad avait un préfet, qui examinait la production des poètes et récompensait les meilleurs. Je vins le voir et me présentai comme poète moyen ; il me demanda d’analyser (grammaticalement) une phrase, je le fis et en reçus une forte récompense »99.

b. Étapes de l’enseignement

154Le système d’enseignement, qui prit forme dès le premier siècle, puisait à diverses sources : le patrimoine arabe traditionnel, la religion islamique et, à un degré moindre, les usages préexistants dans les régions conquises.

155Au niveau élémentaire, on enseignait l’écriture, le Coran et des notions de grammaire.

156Ces matières une fois maîtrisées, les étudiants cherchaient à se familiariser avec la poésie et la tradition ; certains approfondissaient l’étude d’une ou plusieurs matières religieuses, littéraires ou scientifiques. Tout cela constituait la formation supérieure.

157En ce qui concerne les étapes de l’enseignement, nous avons deux témoignages explicites :

  • 100 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 25 b, biogr. de : Aš‘ab, personnage populaire connu pour sa gourmandise (...)

158Al-Ša‘bī dit : « je rencontrai Aš‘ab100 et lui demandai : « jusqu’oū est allé ta mauvaise fortune ? ». Il répondit : « au point que je suis né le jour de la mort du Prophète, que j’ai été sevré le jour de la mort d’Abū Bakr, que j’ai été circoncis lors de l’assassinat de ‘Umar I, et que je suis entré au kuttāb le jour de l’assassinat de ‘Uṯmān ; j’ai, en plus, appris le Coran lors de l’assassinat de ‘Alī et la poésie lors de celui d’al-Ḥusayn ».

159S’agissant d’une anecdote humoristique, les dates indiquées ne sont pas à prendre au pied de la lettre ; retenons simplement la succession des différentes matières : écriture, Coran et grammaire, poésie. On voit donc qu’en plus d’une formation élémentaire Aš‘ab étudia la poésie.

  • 101 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 414 b, biogr. de : Wāṣil.

160Un jeune byzantin captif fut présenté à l’un des califes umayyades ; celui-ci l’envoya au kuttāb où il apprit à écrire ; on lui fit ensuite étudier successivement le Coran, la poésie, la tradition et on l’envoya faire le pélerinage101. Ce personnage reçut donc, après une formation élémentaire, un enseignement en poésie et en Tradition.

161Ce sont là, semble-t-il, les étapes de la formation de la classe moyenne musulmane à cette époque, y compris celle des habitants du Šām, la grande majorité se contentant d’un enseignement succint, tandis qu’une petite élite visait à l’érudition ou à une culture mondaine.

162Aux yeux des traditionnistes et des juristes, l’étude du Coran constituait l’essentiel de l’instruction élémentaire, tandis que la quête de la science était l’élément principal de la formation supérieure.

  • 102 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī.

163Lorsque al-Awzā‘ī remarquait un jeune garçon dans son cercle, il lui demandait s’il avait appris le Coran. Quand le garçon répondait par l’affirmative, il lui faisait subir un examen minutieux, à l’issue duquel il l’acceptait parmi ses étudiants ou le renvoyait en disant : « va, apprends le Coran avant de te mettre en quête de la science »102.

1. Enseignement élémentaire

Kuttāb pour l’enseignement de l’écriture

164Nous avons vu que les kuttāb arabes qui se trouvaient au Šām avant la conquête musulmane étaient semblables à ceux que les arabes connurent à al-Ḥīra et en Arabie à la même époque. Juste après la conquête, les conquérants y envoyèrent leurs fils et en créèrent de nouveaux sur le même modèle. Voici quelques exemples :

  • Adham b. Muḥriz, premier enfant māle des conquérants à être né à Ḥimṣ, fut le premier qu’on ait vu porter une omoplate (katif) et aller au kuttāb pour apprendre l’écriture (al-kitāba)103.
  • Iyās b. Mu‘āwiya (m. 122/740), cadi de Baṣra, fréquenta un kuttāb autochtone au Šām pendant son enfance et eut une discussion avec les enfants chrétiens sur une question de foi. D’après le texte, le maître du kuttāb semble avoir été chrétien104.

165Pour enseigner l’écriture, les maîtres appelés mukattib se servaient de maximes ou de poésies, ainsi qu’on le voit dans l’anecdote suivante :

  • 105 Ibid., vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’.

166‘Abd Rabbih b. Sulaymān dit : « pour m’apprendre l’écriture, Huǧayma bt. Ḥuyayy, appelée Umm al-Dardā’ (m. 81/701) inscrivit sur ma tablette les maximes suivantes : « Apprenez la sagesse étant petits, vous l’appliquerez quand vous serez grands ; Chaque moissonneur récoltera ce qu’il aura semé en bien ou en mal »105.

  • 106 Ibid., vol. 11, fol. 42 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. ‘Abd al-Raḥmān al-mukattib, Ḥarrān (m. 230/845).
  • 107 Ibid., vol. 10, fol. 556 b, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. Muḥammad al-mukattib, Bayt Lihyā.
  • 108 Ibid., vol. 8, fol. 302 a, biogr. de : al-‘Abbās al-mukattib, résidant dans le quartier al-Rāhib à (...)

167Ces kuttāb se répandirent rapidement dans tout le et persistèrent malgré la création des kuttāb coraniques. Au troisième siècle de l’Hégire, on en trouve à Ḥarrān (Ǧazīra)106, à Bayt Lihyā (dans les environs de Damas)107 et à Damas108.

168Dans sa Riḥla, au vie/xiie s., le voyageur Ibn Ǧubayr décrit les coutumes des syriens concernant l’enseignement élémentaire :

  • 109 Ibn Ǧubayr, Riḥla (edit. Maktabat Miṣri, p. 261.

169« Dans ces régions orientales, on enseigne oralement aux garçons le Coran (talqīn) ; quant à l’écriture, on l’enseigne en se servant de poésies et de matières semblables, afin d’éviter que les garçons écrivent et effacent le Livre de Dieu. Dans la plupart des cas, le muqri’ (maître du Coran) et le mukattib (maître d’écriture) travaillent séparément et l’enfant se déplace d’un maître à l’autre. Cette spécialisation donne de bons résultats, surtout en matière de calligraphie car le maître y déploie tous ses efforts et le garçon imite les modèles bien présentés »109.

Kuttāb coraniques

  • 110 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd, t. V, p. 161.

170La première mention d’un kuttāb coranique à Damas apparaît à l’occasion de rapports sur l’activité d’al-Walīd b. ‘Abd al-Malik. Le calife, qui effectuait des tournées d’inspection dans la ville, passa par un kuttāb et y trouva une jeune fille, au milieu des élèves. Lorsqu’il demanda au maître ce que cette jeune fille faisait chez lui, celui-ci répondit qu’elle apprenait l’écriture et le Coran110.

171Tārīh Dimašq fournit quelques témoignages à propos des maîtres de kuttāb coraniques :

  • ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba al-Ǧarmī (m. 104/723), traditionniste et juriste de Baṣra, qui s’installa à Dārayyā sous le califat de ‘Abd al-Malik et y établit un maktab ou kuttāb111.
  • ‘Iṭāf qui fut un maître de kuttāb très connu au deuxième siècle au point que son nom fut donné à la rue dans laquelle il habitait.

172Sur les méthodes d’enseignement de ce dernier maître, on rapporte qu’un élève ne parvenant pas à bien prononcer la lettre d dans la sourate « wa-l-‘ādiyāti ḍabḥan », il le frappa, après plusieurs remarques, avec le bord de sa tablette, ce qui eut pour heureux résultat de lui faire prononcer la lettre correctement.

  • 112 Ibid vol. 11, fol. 196 b, biogr. de : ‘Iṯāf al-Dimašqi.

173Ce témoignage nous apprend que les élèves avaient des tablettes sur lesquelles ils écrivaient les versets coraniques qu’ils étudiaient, et que les châtiments corporels étaient appliqués comme ultime recours112.

174Le maître de kuttāb coranique fut d’abord appelé mu‘allim ou muqri’ (maître de lecture), cela pour le distinguer du mukattib (maître d’écriture). Mais, au cours du deuxième siècle, on lui donnait souvent le titre de mu‘addib, par lequel on désignait, pendant les deux premiers siècles, ceux qui étaient chargés de l’instruction à domicile des enfants des hautes classes. Ceci peut s’expliquer par le fait que le muqrī’ enseignait, en plus du Coran, la langue et la grammaire en tant qu’éléments auxiliaires de l’enseignement coranique, ces matières faisant partie de ce qu’on appelait « al-adab ». Nous avons, à l’appui de cette interprétation, l’exemple de plusieurs personnages :

  • ‘Amr b. Maymūn b. Mihrān (m. 145/763) qui était mu’addib et enseignait, à Ḥiṣn Maslama, le Coran et la grammaire113.
  • ‘Ubayd Allāh b. Muḥammad al-Kilābi, muqrī et mu’addib, qui était chargé de l’instruction des garçons114
  • Aḥmad b. Naṣr b. Šākir (m. 292/905) muqrī’ et mu’addib. Il enseignait le Coran et, probablement, la grammaire115.

175A côté de maîtres de kuttāb appréciés et respectés dans la communauté, il y en avait d’autres dont la conduite et les capacités intellectuelles faisaient l’objet de railleries, ainsi que le montrent les anecdotes suivantes :

  • 116 Ibid., vol. 8, fol. 130 b, biogr de : al-Ḍaḥḥāk b. Qays, un Compagnon établi à Damas (m. 65/685).

176Un maître de kuttāb fut surnommé Abū al-Ǧuyūb (l’homme aux poches) en raison de son avidité. Il rencontra un jour al-Ḍaḥḥāk b. Qays et lui dit : « je t’aime en Dieu ». L’autre répondit : « moi, je te déteste en Dieu parce que tu demandes une rémunération pour l’enseignement que tu prodigues aux enfants » 116.

  • 117 Ibid., vol. 19, fol. 197 b, biogr. de : Abū al-Ǧuyūb al-mu’addib.

177Ce kuttāb était sans doute un kuttāb coranique, la rétribution de l’enseignement étant en effet à l’époque sujette à controverse117. Cette indication fait remonter l’apparition des kuttāb coraniques à l’époque de Mu‘āwiya I.

  • 118 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 125 a, biogr. de : ‘Umar b. ‘Aṭā’ al-Ru‘ayni.

178On rapporte aussi que le traditionniste damascène Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz dit un jour qu’il n’avait jamais rencontré de mu’addib qui ne fut pas stupide. On lui cita alors l’exemple d’un mu’addib qui faisait en même temps office de mu’addin à Bāb al-Farādīs et qui, un jour où le temps était nuageux, se trompa d’heure au moment de l’appel à la prière (al-aḏān). Le traditionniste fit le commentaire suivant : « voilà bien là une preuve de stupidité » 118.

  • 119 Ibid., vol. 10, fol. 473 a, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ, gouverneur de Damas et de la Ǧazir (...)

179Quoi qu’il en soit, le maître de kuttāb eut toujours un statut inférieur à celui des précepteurs et des autres savants de la communauté. La mention d’un nombre infime de kuttāb dans notre source est révélatrice de cet état de fait. On trouve à ce sujet une indication explicite dans les paroles adressées par ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ al-Hāšimī au précepteur de ses fils : « je t’ai pris comme précepteur après que tu aies exercé en tant que maître ; j’ai fait de toi un compagnon alors que tu étais relégué avec les enfants ! Si tu n’avais pas conscience du rang inférieur que tu as quitté, tu ne pourrais pas apprécier le haut rang où je t’ai placé » 119.

  • 120 Ibid.

180Les maîtres de kuttāb reconnaissaient eux-mêmes leur infériorité. Le même maître de kuttāb avouait qu’en le prenant pour précepteur ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ avait fait de lui un grand personnage alors qu’il était auparavant « une ordure » (qimāma)120.

  • 121 Ibid., vol. 13, fol. 286 b, biogr. de : al-‘Alā’ b. Kuṯayyir.
  • 122 Ibn ‘Asākir’ vol. 7, fol. 114 a, biogr de : Sa‘id b. ‘Abd al-‘Aziz.

181Quant à l’implantation de ces kuttāb coraniques ils étaient établis de préférence en dehors des mosquées, l’entrée des enfants dans celles-ci pouvant nuire à la propreté et au calme requis pour les pratiques religieuses. Les premiers savants du Šām, Abū al-Dardā’, Wāṯila b. al-Asqa‘ et Abū Umāma al-Bāhili (tous Compagnons) rapportèrent que le prophète avait dit : « éloignez de vos mosquées vos enfants et vos fous... » 121. Le traditionniste ‘Abd al-Wahhāb b. Baht (m. 118/737) était offensé chaque fois qu’il voyait un garçon à la mosquée ; il le prenait par la main et le faisait sortir122. Mais ce souhait ne semble pas toujours avoir été respecté.

  • 123 Ibid., vol. 10, fol. 436 b, biogr. de : ‘Abd al-Salām b. Raġbān.
  • 124 Ibid., vol. 17, fol. 399 b, biogr. de : Nawfal b. al-Furāt.

182La description d’Ibn Ǧubayr consacrée à la mosquée des Umayyades signale que, d’une part, les maîtres des garçons avaient des emplacements réservés près de la porte nord de la Mosquée123 et que, d’autre part, après l’étude du Coran appelée al-sub‘, qui se faisait le matin, chaque lecteur s’adossait à une des colonnes de la Mosquée et enseignait le Coran à un garçon124. Cet usage semble avoir été introduit tardivement, car il n’est mentionné ni dans le premier volume du Tārīh Dimašq qui donne des renseignements généraux, ni dans les biographies des personnages des trois premiers siècles.

2. Études supérieures

183En ce qui concerne les études supérieures, le principal lieu d’enseignement était la mosquée où chaque maître s’adossait à une colonne, ses étudiants réunis en cercle (ḥalqa) autour de lui. Certains maîtres enseignaient une seule discipline, d’autres plusieurs. Toutefois les uns et les autres convenaient d’un emploi du temps qui permettait aux étudiants de suivre l’enseignement de plusieurs maîtres pendant une période donnée, les étudiants choisissant eux-mêmes leurs maîtres et les disciplines qu’ils voulaient étudier.

  • 125 Ibid., vol. 4, fol. 54 b, biogr. de : Ḥabib b. Aws Abū Tammām.

184Voici ce que dit, par exemple, Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz : « le matin, j’assistais à l’assemblée de Yazīd b. ‘Abd al-Rāḥmān b. abī Mālik, l’après midi, à celle d’Ismā‘īl b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhāǧir, et après la prière d’al-’Aṣr à celle de Makhūl » 125.

  • 126 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 523 a, biogr. de : ‘Abd al-Wahhāb b. Baht.
  • 127 Ibn Ǧubayr, op. cit., p. 259.
  • 128 Ibid., p. 260.

185Ces remarques s’appliquent surtout aux sciences religieuses. Quant aux autres, nous n’avons, au niveau de la communauté, que l’exemple de Sa‘īd b. Yazīd qui allait chez le poète homsiote Dīk al-Ǧinn (m. 235/850) copier ses poèmes126, et celui de Nawfal b. al-Furāt, Abū al-Ǧarrāḥ al-‘Uqaylī (m. après 142/760), qui avait un cercle d’étude de littérature (adab) à la mosquée d’Alep127. On sait, d’autre part, que le poète Abū Tammām (m. 231/846) fit un voyage en Egypte et en Iraq pour rencontrer des poètes et des hommes de lettres, et développer ainsi ses talents poétiques128.

186En raison du manque d’informations quant aux disciplines séculières, notre étude se limitera aux activités pédagogiques dans les matières religieuses.

c. Le Coran

187Le Coran est le premier guide de la communauté musulmane d’où l’importance accordée à son enseignement.

188Lorsque, après la conquête, le gouverneur de Damas, Yazīd b. abī Sufyān, demanda au calife de faire venir au Šām des maîtres médinois pour y assurer l’enseignement religieux, ‘Umar I prit soin de choisir ces maîtres parmi ceux qui avaient appris le Coran du vivant du Prophète. Après un séjour passé à Ḥimṣ, les maîtres se dispersèrent : Abū al-Dardā’ s’établit à Damas et ‘Ubāda b. al-Ṣāmit en Palestine.

  • 129 Ibn ‘Asākir t. I, (édit. Munaǧǧid), p. 315.

189Abū al-Dardā’ fut appelé « le maître du Šām », ou « le lecteur du Šām » (qāri’ al-Šam). Il assuma la charge que lui avait confiée le calife avec une compétence remarquable. En ce qui le concerne, voici ce que dit Abū ‘Ubayd Allāh Muslim b. Miškam : « Abū al-Dardā’ me demanda de dénombrer ceux qui lisaient le Coran dans cette assemblée (à la Grande Mosquée). Leur nombre dépassait 1600, qui rivalisaient dans leur lecture. Ils étaient divisés en cercles de dix personnes, chacun ayant son propre lecteur (à la manière d’un préfet) ; Abū al-Dardā’ se tenait debout au milieu d’eux et répondait aux questions posées par les lecteurs ; lorsqu’un homme maîtrisait la lecture, il était promu au rang de préfet, groupe dont Abū al-Dardā’ s’occupait personnellement. Il commençait son enseignement chaque matin après la prière de l’aube ; les préfets se mettaient en cercle autour de lui et l’écoutaient lire une partie (ǧuz’) du Coran. Le lecture du maître terminée, chaque préfet prenait place au milieu des dix élèves dont il avait la charge... ». Yazīd b. abī Malik rapporte, d’après son père, qu’Abū al-Dardā’ fut le créateur de ces cercles d’enseignement du Coran129.

  • 130 Ibid., vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Zayd Abū al-Dardā’.
  • 131 Ibid., vol. 14, fol. 392 a, biogr. de : Faḍāla b. ‘Ubayd.

190Après sa mort (en l’an 32/653) 130, le gouverneur du Šām, Mu‘āwiya b. abī Sufyān, nomma sur ses recommandations, Faḍāla b. ‘Ubayd al-Anṣarī (Compagnon, m. 59/679) aux deux postes occupés auparavant par le maître du Šām, la lecture du Coran et le Qaḍā’ (la justice) 131.

191D’autres personnages importants contribuèrent à l’enseignement du Coran à cette époque, notamment :

  • Wāṯila b. al-Asqa‘ al-Layṯī, Compagnon établi à Damas (m. 83/703) 132.
  • Sa‘d b. Tamīm al-Sakūnī, Compagnon, établi dans les environs de Damas. Il lisait le Coran à voix forte pour être entendu des villages avoisinants133.
  • Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’ (m. 81/701). Orpheline, élevée par Abū al-Dardā’, elle accompagnait celui-ci à la mosquée, portant un burno,us, et participait au cercle des lecteurs du Coran. Elle épousa le grand maître et après la mort de celui-ci, son mawlā, Hulayd b. Sa‘d récitait le Coran chez elle, où se réunissait un grand nombre d’étudiants et de savants134.

192D’après ces témoignages, il semble que certains maîtres enseignaient le Coran de leur propre initiative et que d’autres prodiguaient cet enseignement à la demande des autorités. Vu son importance, les califes confièrent en effet cet enseignement aux personnages qu’ils jugeaient les plus compétents.

  • 135 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 213 b, biogr. de : ‘Aṭiyya b. Qays.

193A la fin du califat de Mu‘āwiya, ou au début de celui de ‘Abd al-Malik, le lecteur nommé par les autorités était appelé « le lecteur des soldats » (qāri’ al-ǧund). Notre source mentionne deux personnages qui assurèrent cette charge sous ‘Abd al-Malik : ‘Atiyya b. Qays al-Kilābī (m. 132/750) et Ismā’īl b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhāǧir (m. 132/750), tous deux disciples d’Umm al-Dardā’. ‘Aṭiyya b. Qays prodiguait cet enseignement à la Grande Mosquée ; il s’asseyait en haut de l’escalier de l’Eglise (avant sa destruction) et lisait les sourates ; les soldats s’asseyaient sur les marches de l’escalier et corrigeaient leurs livres d’après la lecture du maître135.

  • 136 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de : ‘Āiḏ-Allāh b. ‘Abd Allāh.

194Un autre personnage se distingua dans la lecture du Coran, à l’époque de ‘Abd al-Malik, le cadi et prédicateur de Damas ‘Ā’id Allāh b. ‘Ābḏ Allāh Abū Idrīs al-Hawlānī (m. 80/700)136, qui établit des dispositions particulières concernant la lecture du Coran à la Mosquée de Damas.

  • 137 Ibid.

195Makhūl rapporte que des Compagnons formaient un cercle de récitation du Coran et que, lorsqu’ils arrivaient dans leur lecture à la sourate « al-Saǧda » (la prosternation), ils appelaient Abū Idrīs al-Hawlānī qui la lisait puis se prosternait, et avec lui le cercle entier. Selon une autre version, Abū Idrīs assistait à l’étude du Coran dans la Grande Mosquée, adossé à une colonne ; lorsqu’un groupe arrivait à la sourate « al-Saǧda », il demandait au cadi de se joindre à la lecture ; celui-ci lisait avec eux la sourate en question et tous se prosternaient puis le cadi faisait la prédication. Plus tard, l’ordre fut inversé, le cadi faisant d’abord la prédication puis les cercles passant à la lecture du Coran137.

  • 138 Ibn Ǧubayr, op. cit., p. 260.

196C’est encore sous le califat de ‘Abd al-Malik que fut inaugurée l’étude du Coran appelée « al-sub‘ » à la Grande Mosquée de Damas où elle se poursuivit pendant plusieurs siècles. Ibn Ǧubayr en parle dans les termes suivants : « Dans cette mosquée bénie (la Grande Mosquée de Damas), une grande assemblée se tient journellement après la prière de l’aube pour lire un sub‘ (un septième) du Coran... » 138.

  • 139 Zirikli, al-A‘lām, t. IX, p. 81 : Hišām b. Ismā‘il al-Mahzūmi, gouverneur de Médine de 82/702 à 87 (...)
  • 140 Ibn ‘Asākir, t. II, (édit. Munaǧǧid), p. 49-52.

197Cette étude fit son apparition à Damas en l’an 82/702, lors de la visite qu’y fit Hišām b. Ismā‘īl al-Mahzūmī139. En attendant l’autorisation de se présenter devant le calife, il s’installa avec son maw’à, Rāfi‘, à la Mosquée de Damas et se mit à lire le Coran à haute voix. ‘Abd al-Malik l’entendit depuis son palais (al-Hadra’) et se joignit à la lecture ; tous les assistants se mirent alors à lire de concert. Certains n’approuvèrent pas cette lecture, y voyant une innovation. Elle se poursuivit malgré tout durant des siècles au même endroit, sur le côté est de la maqṣūra des Compagnons, avec la participation de cadis, de juristes, de traditionnistes et de lecteurs du Coran renommés. A Jérusalem, l’étude du sub‘ fut introduite vers la même époque par al-Walīd b. ‘Abd al-Raḥmān al-Ǧarašī140.

  • 141 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Amir ; Ṣ. Munaǧǧid (édit.), Masǧid Dimašq. p (...)

198On ne sait à quelle date arriva à Damas le lecteur du Coran qurayšite al-Muġīra b. Šihāb al-Mahzūmī (m. 91/710), qui avait appris la lecture du Coran auprès du Calife Bien Guidé ‘Uṯmān b. ‘Affān. Il semble que son disciple damascène, ‘Abd-Allāh b. ‘Amir al-Yaḥṣubī (m. 118/737) ait suivi son enseignement sous le califat de Mu’āwya car, après avoir enseigné sous ‘Abd al-Malik, il devint, sous al-Walīd I, le premier personnage de la mosquée et donna son nom à la lecture ‘uṯmāniyya. Al-Walīd I tenait ce lecteur en haute estime, au point qu’il lui réserva un endroit permanent dans la Grande Mosquée, entre al-Ǧināna et al-Qanṭara, pour qu’il puisse y enseigner141.

199Parmi les meilleurs lecteurs du Coran au premier siècle, notons :

  • Al-Ḥasan b. ‘Umrān (de ‘Asqalān). Il eut un grand nombre de disciples à Damas et à Wāsiṭ142.
  • Yūnis b. Maysara b. Ḥalbas, épigone, disciple d’Abū al-Dardā’, d’Umm al-Dardā’ et de Wāṯila. Il vécut jusqu’en 132/750143 .
  • Šahr b. Ḥawšab (Damas, m. 100/719). Il apprit la lecture du Coran à Médine et à La Mecque, et l’enseigna au Ǧawlān, à Ḥimṣ et à Baṣra144.
  • Maymūn b. Mihrān (Raqqa, m. 116/735), mawlā ; il enseigna le Coran dans la Ǧazīra. Il disait : « ô lecteurs, ne faites pas de votre lecture un commerce et n’en tirez pas de profit matériel dans la vie présente » 145.
  • Yazīd b. ‘Abd al-Raḥmān b. abī Mālik (m. 130/748).
  • al-Hāriṯ b. Yamǧud al-Aš‘arī.
  • 146 Ibid., vol. 4, fol. 52 a, biogr. de : al-Ḥāriṭ b. Yamǧud.

200Ces deux derniers occupèrent successivement le poste de cadi de Damas. ‘Umar II les envoya dans la tribu Tamīm pour y enseigner le Coran et la religion. Yazīd accepta la rétribution que lui offrit le calife pour cet enseignement alors qu’Ḥāriṯ la refusa. Ce geste plut au pieux calife146.

  • 147 Ibid., vol. 3 (édit. Duhmān), 354, biogr. de : Bilāl b. Sa‘d.

201Pendant le califat de Hišām b. ‘Abd al-Malik, Damas eut un grand lecteur du Coran, Bilāl b. Sa‘d al-Sakūnī (épigone). Il avait une voix puissante et sa lecture s’entendit jusque dans les faubourgs de la ville147.

  • 148 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 505 a, biogr. de : Marwān Abū ‘Abd al-Malik.
  • 149 Ibid., vol. 18, fol. 23 a, biogr. de : Yaḥyā b. al-Ḥāriṭ.

202L’usage de nommer les lecteurs pour enseigner le Coran aux soldats fut maintenu au deuxième siècle. Les deux personnages qui assurèrent cette fonction pendant la première partie du siècle furent : Marwān Abū ‘Abd al-Malik, sur lequel l’auteur ne donne aucune information, et Yaḥyā b. al-Ḥāriṯ al-Ḏimārī (m. 145/763)148, disciple de ‘Abd-Allāh b. ‘Āmir. Celui-ci devenu vieux, se tenait derrière les lecteurs pour corriger les erreurs149.

  • 150 Ibid., vol. 3, fol. 134 b, biogr. de : Ayyūb b. Tamim.

203Les derniers personnages à figurer au titre de « qāri’ al-ǧund » furent Ayyūb b. Tamīm al-Tamīmī (m. après 190/806) et un certain Abū Halīd al-Dimaš150.

204Au cours de la période suivante, le Šām connut un grand nombre de lecteurs, spécialisés dans la lecture ‘uṯmāniyya, notamment :

  • al-Walīd b. Muslim (m. 195/811) qui mettait les étudiants en garde contre les profanes et les personnes étrangères à cet enseignement, disant : « Le Coran, Livre de Dieu, doit être étudié auprès de ceux qui l’entendirent d’hommes dignes de foi et qui le récitèrent devant des hommes dignes de foi »151.
  • ‘Abd-Allāh b. Ahmad b. Bašīr b. Ḏakwān, qurayšite, damascène (m. 242/857). Ce lecteur fut, aux dires d’Abū Zur‘a al-Naṣrī, le premier maître du Coran non seulement du Šām mais du monde islamique tout entier. Il composa un ouvrage sur les parties du Coran (Aqsām al-Qur’ān)152.
  • al-Walīd b. ‘Utba al-Ašǧā‘ī, de Damas (m. 240/855). Il récitait le Coran dans l’assemblée de son maître al-Walīd b. Muslim153.
  • Hišām b. ‘Ammār Abū al-Walīd al-Sulamī, de Damas (m. 245/860). Il composa un ouvrage intitulé : « les vertus du Coran » (Fadā’il al-Qur’ān)154.
  • 155 Ibn ‘Asākir, vol. 2, fol. 130 a, biogr. de : Aḥmad b. Naṣr b. Šākir.

205Le nom d’Aḥmad b. Naṣr b. Šākir (de Damas, m. 292/905) est le dernier à apparaītre au troisième siècle. En plus de la lecture ‘uṯmāniyya, il enseignait la lecture d’Ibn ‘Āṣim. Il assurait aussi un enseignement de niveau élémentaire adressé à de jeunes garçons155.

  • 156 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašir.

206Il est à remarquer que les habitants du Šām, qui se distinguèrent dans la lecture du Coran n’accordèrent que peu d’intérêt à l’exégèse coranique. Notre source ne mentionne, pour les trois premiers siècles, que le nom de Sa‘īd b. Bašīr, (de Damas, m. 169/788) qui aurait compilé ou composé un ouvrage d’exégèse. Accusé de qadarisme, il fut boycotté par la majorité des maîtres et des étudiants. Mais al-Walīd b. Muslim, le grand savant religieux du Šām à cette époque, semble avoir apprécié cer ouvrage puisqu’il l’enseigna, en faisant référence à son auteur156.

d. La Tradition

  • 157 E.I. 2, t. III, p. 24, art. Ḥadīth, par J. Robson. M.‘A. al-Hatib, al-Sunna qabl al-Tadwīn, p. 16.

207La Tradition et la Sunna, dans le langage des traditionnistes, désignent les qualités, les actes et les paroles du Prophète ainsi que les paroles dites en sa présence ou les actes effectués devant lui avec sa tacite approbation157.

208L’étude de la tradition devait aller de pair avec celle du Coran car le Prophète donnait toujours l’explication des sourates du Coran qu’il transmettait à ses compagnons ; ceux-ci mémorisaient les sourates et s’entretenaient de leur signification. De plus, les croyants interrogeaient le prophète sur différentes questions et il leur répondait ; il tenait des assemblées au cours desquelles il enseignait le Coran, les préceptes religieux et les règles de conduite ; les croyants échangeaient ces connaissances et essayaient de les mettre en pratique dans leur conduite personnelle. Plus tard, les traditionnistes recueillirent soigneusement ce matériau et en firent le deuxième guide de la communauté musulmane, venant immédiatement après le Coran.

209Ce travail de recension ayant été accompli après la mort du Prophète, de nombreux problèmes surgirent et des choix durent être faits. Les trois premiers siècles témoignent de ce long processus à l’issue duquel la Tradition sortit triomphante avec son objet et ses méthodes propres.

1. Authenticité des traditions

  • 158 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays abū al-Dardā’ ; d’après Yazid b. Hā (...)
  • 159 Ibid, vol. 19, fol. 267 a, biogr. de : Abū Hurayra al-Dawsi ; l’ordre du calife est rapporté par a (...)

210Nul n’eut l’idée de suspecter les Compagnons du Prophète de forger de toute pièce des traditions. Cependant le calife ‘Umar I n’approuva pas l’abondance des détails donnés par certains d’entre eux. Il les aurait fait venir à Médine pour les tenir sous sa surveillance. Ce geste peut s’expliquer par la crainte que pouvait avoir le calife de voir la Tradition se substituer au Coran158. Il aurait de même ordonné de ne rapporter que des traditions qui puissent servir à l’action159.

  • 160 Ibid., vol. 17, fol. 230 a, biogr. de : Maymūn b. Mihrān.

211Les savants du Šām adoptèrent majoritairement la même attitude. Ils accordèrent, comme nous l’avons vu plus haut, une place privilégiée à l’enseignement du Coran. Ainsi Maymūn b. Mihrān écrit-il à un de ses amis : « Tu dois, toi, t’occuper du Livre de Dieu car les gens Pont oublié et ont préféré se préoccuper des traditions »160. Ils ne manquèrent pas d’autre part de s’assurer de l’authenticité des traditions qui circulaient dans la communauté en les passant au crible d’une critique sévère.

  • 161 Ibid., vol. 17, fol. 254 b, biogr de : Munib.

212Le premier critère de sélection relève du contenu de la tradition : Munīb, disciple d’al-Awzā‘ī, demanda à celui-ci s’il fallait accepter tout ce qu’on rapportait du Prophète ; le maître répondit : « Non, nous n’en acceptons que ce qui s’accorde avec le Livre de Dieu 161.

  • 162 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad al-Ṭaṭarī.
  • 163 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.
  • 164 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

213Le second critère est lié à la personnalité de celui qui transmet la Tradition. Ce dernier doit justifier de qualités morales et d’aptitudes intellectuelles. Ainsi Marwān b. Muhammad al-Tatarī (de Damas, m. 210/826) affirme-t-il : « Trois qualités sont indispensables au traditionniste, la sincérité (al-ṣidq), une bonne mémoire et l’exactitude de ses livres »162. Afin de savoir à quels traditionnistes ils devaient s’adresser, les étudiants demandaient conseil aux maîtres de leur ville ; ceux-ci leur indiquaient les bons traditionnistes de la ville et des autres régions163. Après avoir suivi l’enseignement d’un traditionniste, les étudiants revenaient auprès des grands maîtres et leur présentaient les traditions qu’ils avaient retenues, « comme on soumet la fausse monnaie aux connaisseurs »164. Cet exercice développait chez l’étudiant l’attitude critique nécessaire pour discerner les bonnes traditions.

  • 165 Ibid., vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.
  • 166 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i.
  • 167 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 89 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ma‘in.

214En ce qui concerne la sélection (intiqā’, intihāb) des traditions, les maîtres n’étaient pas toujours d’accord sur la méthode à suivre : les uns conseillaient aux étudiants de ne mettre par écrit que ce qu’ils admettaient et reconnaissaient comme saine tradition, les autres leur conseillaient d’écrire tout ce qu’ils entendaient, l’opération de critique et de sélection devant se faire par la suite et après réflexion. Voici ce que dit Sulaymān b. Mūsā (de Damas, m. 115/734) : « On rencontre auprès du savant trois types d’étudiants : certains écrivent tout ce qu’ils entendent de lui, ce sont des būcherons dans l’ombre ; d’autres écoutent sans écrire, ce sont les compagnons du savant ; d’autres enfin opèrent un choix dans ce qu’ils entendent, ces derniers sont les meilleurs »165. Al-Awzā‘ī préférait, quant à lui, que l’étudiant apprenne ce qui était juste comme ce qui était faux166. Cet avis est exposé encore plus clairement par le maître iraquien Yaḥyā b. Ma‘īn qui dit : « Lorsque tu écris, fais-le les yeux fermés, mais quand tu voudras rapporter, sélectionne ! ». Il disait aussi : « Celui qui opérera un choix en prenant note des traditions aura beau regretter, ses regrets seront vains ». Ce traditionniste laissa à sa mort 114 caisses et 4 jarres pleines de notes167.

  • 168 Ibid, vol. 3 (édit. Duhmān), p. 195, biogr. de : Baqiyya b. al-Walīd.

215Il reste néanmoins qu’un certain nombre de traditionnistes manquèrent de discernement. Cela se répercuta sur leur enseignement et ils ne sont dignes de confiance que lorsque ce qu’ils rapportent l’est fait sous l’autorité d’un personnage sûr168.

2. Mise par écrit

  • 169 Ibid., vol. 12, fol. 529 a, biogr. de : ‘Umrān b. Mūsā.

216Bien qu’une tradition prophétique rapportée sous l’autorité de ‘Abd-Allāh b. ‘Amr b. al-’Aṣ incitât les musulmans à mettre la Tradition par écrit169, la crainte d’une confusion possible entre la Tradition et le Coran amena certains Compagnons à déconseiller cette pratique.

  • 170 ‘Izz al-Din Ismā‘il, al-Mukawwināt al-ūlā li-l-Ṯaqāfa al-‘arabiyya, p. 233.

217Al-Zuhrī rapporte, d’après ‘Urwa b. al-Zubayr, que ‘Umar b. al-Haṭṭāb avait pensé à mettre la Tradition par écrit. Il fit part de son projet à un certain nombre de Compagnons qui l’approuvèrent en majorité. Pris de scrupules, il suspendit sa décision durant un mois, puis il réunit les Compagnons et leur dit : « Je vous avais parlé de mon désir de mettre les traditions par écrit, mais je me suis rappelé ce qu’ont fait les Gens du Livre (ahl al-Kitāb) qui vous ont précédés. Ayant mis par écrit des matières autres que le Livre Sacré, c’est de celles-là qu’ils se préoccupèrent et ils négligèrent le Livre que Dieu leur avait envoyé. C’est pourquoi je ne confondrai rien avec le Coran »170.

  • 171 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad), fol. 532 a, biogr. de : Idris al-Hawlānī.
  • 172 Ibid., vol. 4, fol. 101 b, biogr. de : Ḥariz b. ‘Uṯmān.
  • 173 Ibid., vol. 7, fol. 114 a, biogr. de Sa‘id b. ‘Abd al-’Aziz.

218Certains savants du Šām adoptèrent la même attitude. Lorsqu’Abū Idrīs al-Hawlānī apprit que son fils consignait par écrit son enseignement il se fit apporter ses notes et les brūla171. D’autres comme Ḥarīz-b. ‘Uṯmān al-Raḥbī, de Ḥimṣ (m. 163/ 780)172 et Sa‘īd b. ‘Abd al-’Azīz al-Tanūhī, de Damas (m. 167/ 784)173 s’abstinrent de prendre des notes au cours de leurs études, mais ils n’interdirent pas à leurs disciples de le faire.

  • 174 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 409 a, biogr. de : Wāṯila b. al-Asqa‘.
  • 175 Ibid., t. I (édit. Munaǧǧid), p. 315.

219Toutefois, la majorité des étudiants préféraient écrire les traditions pour leur usage personnel. Dès le premier siècle, le Compagnon Wāṯila b. al-Asqa‘ (m. 83/703) se tenait à la Mosquée de Damas et y rapportait des traditions que des gens écrivaient sous sa dictée174. Un témoin raconte, d’autre part, que, chaque fois qu’il venait dans cette mosquée, il voyait, adossés à chaque colonne, des cheikhs qui rapportaient des traditions et des étudiants autour d’eux qui prenaient des notes175.

  • 176 Ibid., vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad al-Ṭaṭari.

220A la fin du deuxième siècle, le débat était tranché : les chaīnes d’autorités (isnād) devenant de plus en plus longues, il devenait nécessaire de recourir à une consignation écrite176.

3. Forme et contenu

221Dès l’apparition de la Tradition, on se demanda s’il fallait la rapporter à la lettre, à la manière du Coran, ou bien s’il suffisait d’en donner un sens général.

  • 177 Ibid., vol. 15, fol. 147 a, biogr. de : Muḥammad b. al-‘Abbās, connu sous le nom de Ibn al-Barda‘i (...)

222Les traditions étant transmises d’abord oralement, il apparut qu’il était difficile de retenir tous les détails rapportés. Un groupe de croyants vint se plaindre auprès du Prophète en disant : « Nous entendons de vous des traditions et nous n’arrivons pas à les répéter mot pour mot ». Le Prophète répondit : « Ce n’est pas grave, du moment que vous ne permettez pas ce qui est prohibé, que vous ne prohibez pas ce qui est permis, et que vous en donniez le sens exact »177.

  • 178 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 409 a, biogr. de Wāṯila b. al-Asqa‘.
  • 179 Ibid., vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays....

223Profitant d’une visite que Wāṯila b. al-Asqa‘ faisait à Ḥimṣ, un homme de la ville lui demanda : « Rapporte-nous une tradition que tu as entendue de la bouche du Prophète, sans y ajouter ni en omettre quoi que ce soit ». Le Compagnon lui répondit, en colère : « Vous avez beau avoir des copies du Coran à votre disposition et les feuilleter chaque jour, il vous arrive de commettre des fautes en le récitant. Comment pouvez-vous me demander de vous rapporter une tradition que j’ai entendue une fois du Prophète, sans y ajouter ni en omettre quoi que ce soit ? L’important est de donner le sens des traditions »178. Abū al-Dardā’, le maître du Šām, faisait de même. Lorsqu’il rapportait une tradition, il ajoutait : « c’est à peu près cela, c’est dans ce sens... »179.

  • 180 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim...
  • 181 Ibid., vol. 6, fol. 87 b, biogr. de : Raǧā’ b. Ḥaywa.

224Mais, vers la fin du siècle, et au fur et à mesure que s’effectuait la mise par écrit, les traditionnistes devinrent de plus en plus rigoureux. Les traditions, aussi bien que les sourates du Coran devaient être transmises à la lettre. Les versions différentes de la même tradition devaient être mentionnées avec leurs chaīnes d’autorités180. Les traditionnistes du Šām qui firent montre du plus de rigueur quant au texte des traditions furent Ibn Šihāb al-Zuhrī et Raǧā’ b. Ḥaywa181. Ils sont connus tous deux pour avoir consigné par écrit les traditions qu’ils rapportaient.

4. Méthodes de réception des traditions

225La réception des traditions s’effectuait selon les méthodes suivantes :

  • L’audition (al-samā‘) était très appréciée, les traditions étant ainsi recueillies directement de la bouche du maître.
  • La récitation d’un étudiant devant un maître (al-‘arḍ) était valide, le maître pouvant s’assurer de cette façon de l’authenticité des traditions que l’étudiant voulait rapporter sous son autorité.
  • La licence (al-iǧāza) qu’un maître accordait à une autre personne permettant à celle-ci de transmettre ses traditions était de valeur variable, selon le degré de précision des traditions et la qualité de la personne qui bénéficiait de cette licence.
  • La remise (al-munāwala) de certaines traditions d’un maître à une autre personne était valide, le maître faisant ainsi le choix du matériau à transmettre et de la personne à qui il accordait son iǧāza.
  • La correspondance (al-mukātaba) était controversée, vu la difficulté de s’assurer de l’écriture de l’expéditeur et de la capacité du destinataire à lire son écriture.
  • Le legs (al-waṣiyya) était aussi controversé, pour les mêmes raisons.
  • La découverte (al-wiǧāda) était la méthode la moins reçue, des doutes pouvant être élevés quant à l’authenticité du livre trouvé et quant à la compétence de la personne ayant trouvé le livre et se proposant de rapporter les traditions qu’il contenait182.
  • 183 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 88 b, biogr. de : Ṣadaqa b. Hālid.

226Bien que ces méthodes fussent généralement appliquées dans tous les pays islamiques, les savants du Šām se distinguèrent, à cet égard, par certaines attitudes et par certains usages. Yaḥyā b. Ma‘īn rapporte à ce sujet que Ṣadaqa b. Hālid écrivait la tradition sur des tablettes durant l’audition et ce contrairement à l’usage des habitants du Šām ; ceux-ci recevaient, en effet, les traditions de la bouche du traditionniste puis se procuraient des copies des traditions entendues et demandaient au traditionniste de les authentifier183.

  • 184 Ibid., vol. a (Cambridge 2), fol. 327 a, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ayyāš.
  • 185 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 83 a, biogr. de : al-Ḥakam b. Nāfi‘ Abū al-Yamān al-Ḥimṣi.

227Il y eut, toutefois, certains abus : Ismā‘īl b. ‘Ayyāš, de Ḥimṣ (m. 180/798), s’installait dans une chambre élevée, accompagné de trois ou quatre disciples, et lisait un livre avec eux ; les autres auditeurs se tenaient dans la cour et attendaient. Lorsque le maître avait terminé sa lecture, il jetait le livre à ces derniers, les invitant à le recopier. Il arrivait à ce traditionniste de rapporter 500 traditions par jour184. Naturellement, les étudiants du monde musulmans qui venaient au Šām en quête de la science devaient se plier à cet usage. Un étudiant khurassanien vint un jour entendre les traditions d’Ismā‘il b. ‘Ayyāš ; le maître s’entremit auprès d’un de ses disciples pour qu’il vende à cet étudiant sa copie faite sur papier (qirṭās) pour la somme de 30 dinars. Le khurassanien acheta la copie et l’entendit de la bouche du maître qui dut faire une nouvelle lecture de ses traditions à son disciple pour que celui-ci puisse rédiger une deuxième copie185 (Ismā‘īl b. ‘Ayyāš détenait plus de 30.000 traditions).

  • 186 Ibid., vol. 15, fol. 137 a, biogr. de : Muḥammad b. Šu‘ayb b. Šābūr, disciple d’al-Awzā‘ī. Il dit (...)

228Pour plus de prudence, al-Awzā-ī, Imām du Šām à cette époque, demandait à ses étudiants de lui soumettre leurs carnets copiés ou écrits sous sa dictée. Il les revoyait, les corrigeait puis il autorisait les étudiants à les rapporter sous son autorité186.

  • 187 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim...
  • 188 Ibid., vol. 8, fol. 313 b, biogr. de : al-‘Abbās b. al-Walīd.
  • 189 Ibid., vol. 15, fol. 137 a, biogr. de : Muḥammad b. Šu‘ayb...

229La récitation devant le maître (‘arḍ) était particulièrement appréciée au Šām. D’après al-Zuhrī, l’audition et la récitation devant le maître avait la même valeur187. Al-‘Abbās b. al-Walīd b. Mazyad, de Beyrouth (m. 267/881) préférait le ‘arḍ par souci de prudence, le maître pouvant ainsi s’assurer de la justesse de la copie et de la lecture de son disciple188. Muḥammad b. Šu‘ayb b. Šābūr, de Beyrouth également (m. 196/812), disait, quant à lui : « Il vaut mieux réciter (‘arḍ) la tradition une fois que l’entendre deux fois »189.

  • 190 Ibid., vol. 18, fol. 44 a, biogr. de : Yūsuf b. Sa‘id, usage de l’iǧāza ; vol. 10, fol. 346 b, bio (...)

230Bien que les autres méthodes fussent moins appréciées, leur usage s’accrut, parallèlement à celui de consigner les traditions par écrit190.

5. Règles de transmission des traditions

  • 191 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307, biogr. de : al-Zuhrī.

231Avant de rapporter le texte de la tradition, le traditionniste devait indiquer quelle était sa référence et par quelle méthode il avait reçu la tradition. Lorsqu’Ibn Šihāb al-Zuhrī vint au Šām et qu’il vit que les gens rapportaient les traditions en se référant directement au Prophète, il leur dit : « O habitants du Šām, pourquoi vos traditions n’ont-elles ni bride ni muselière ? ». Dès lors, les Syriens se mirent à mentionner les chaīnes d’autorités191.

232Quant aux termes employés pour exprimer la transmission des traditions, al-Awzā‘ī adressa à l’un de ses étudiants les remarques suivantes :

  • 192 Ibid., vol. 17, fol. 470 a, biogr. de : al-Walid b. Mazyad, de Beyrouth.

233« Si je lis la tradition devant toi seul, dis : haddaṯanī (il m’a rapporté) ; si je la rapporte de mémoire devant toi seul, dis : ahbaranī (il m’a informé) ; si je la lis devant un groupe dont tu fais partie, dis : ḥaddaṯanā (il nous a rapporté) ; si je rapporte de mémoire devant un groupe dont tu fais partie, dis : ahbaranā (il nous a informé) »192.

  • 193 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i.

234A un autre étudiant qui lui demandait ce qu’il devait dire quand il s’agissait d’une munāwala (remise d’une tradition), al-Awzā‘ī répondit : « Dis : qāla (il a dit) ou bien ‘an (sous l’autorité de) »193.

  • 194 Ibid., vol. 13, fol. 173 a, biogr. de : ‘Amr b. abi Salama.

235‘Amr b. abī Salama se contentait de faire la distinction entre l’audition et les autres méthodes. Dans le premier cas, il disait ḥaddaṯanā et dans les autres, ‘an194.

6. Durée des études

236La Tradition semble avoir été la discipline qui demandait la formation la plus longue et le plus d’efforts de la part de celui qui s’y consacrait.

  • 195 Ibid., vol. 16, fol. 369 a, biogr. de : Muḥammad b. al-Walid.
  • 196 Ibid., vol. 17, fol. 313 a, biogr. de : Mūsā b. Yasār.
  • 197 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 535b, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. abi Ziyād.
  • 198 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslīm.

237On voit ainsi Muḥammad b. al-Walīd al-Zabīdī, de Ḥimṣ (m. 148/766), passer dix ans à Ruṣāfa auprès d’Ibn Šihāb al-Zuhrī195, Mūsā b. Yasār, du Jourdain, accompagner Makhūl pendant quatorze ans196 et ‘Ubayd Allāh b. abī Ziyād, de Ruṣāfa (m. 158/775), suivre l’enseignement d’Ibn Šihāb al-Zuhrī pendant vingt ans, à la suite d’un séjour que celui-ci avait passé chez lui à Ruṣāfa197. De même, al-Walīd b. Muslim fréquenta-t-il l’assemblée de ‘Abd al-Raḥmān b. Yazīd b. Ǧābir pendant dix-sept ans198.

  • 199 Ibid. vol. 10, fol. 342 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Usayla al-Ṣunābiḥi.
  • 200 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba.
  • 201 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 72 b, biogr. de : Yūnus b. Yazid b. abi al-Niǧād.
  • 202 Ibid., vol. 13, fol. 173 a, biogr. de : ‘Amr b. abi Salama.

238Les maîtres tenaient généralement à délivrer leurs traditions par petites quantités et cela particulièrement au premier siècle où dominait la transmission orale. Al-Ṣunābihī (Damas ier. siècle) rapportait une ou deux traditions ; lorsqu’il arrivait à la troisième il disait : « cela suffit pour aujourd’hui »199. Abū Qilāba (Dārayya m. 104/723) rapportait trois traditions par séance200. A un de ses disciples qui lui reprochait d’avoir rapporté des traditions pendant son absence, al-Zuhrī répondit : « Ne prends pas la Science avec hāte, laisse-la venir au fil des jours et des nuits ». Ce disciple accompagna al-Zuhrī pendant douze ans201. Un autre étudiant se plaignit un jour auprès d’al-Awzā‘ī en disant : « O maître, durant les quatre derniers jours, je n’ai entendu de vous que trente traditions ». Le maître s’exclama : « Et tu n’es pas satisfait ! Sache que Gābir b. ‘Abd Allāh (Compagnon) a acheté une monture et fait le voyage de Médine en Egypte pour entendre une seule tradition »202.

  • 203 Ibid., vol. 15, fol. 328 a, biogr. de : Muḥammad b. Muṣ’ab b. Ṣadaqa.
  • 204 Ibid., vol. 2 (Cambridge, 2), fol. 327 a, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ayyāš.

239Toutefois, au cours des deuxième et troisième siècles, maîtres et étudiants avaient pris l’habitude de se servir de carnets, ce qui fit que le nombre de traditions rapportées par séance augmenta. Al-Awzā‘ī lui-même en rapportait généralement trente203 et Ismā‘īl b. ‘Ayyāš environ cinq cents204. Le niveau requis pour devenir un bon traditionniste s’éleva en proportion.

  • 205 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 461 a, biogr. de : al-Walid b. ‘Utba.
  • 206 Ibid., vol. 10, fol. 541 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Karīm Abū Zur‘a al-Rāzi.

240Les étudiants en Tradition se soumettaient en général avec bonnes grāces aux exigences difficiles de leurs études et déployaient beaucoup d’efforts pour se distinguer et obtenir la plus grande récompense dont puisse rêver un étudiant en Tradition, à savoir l’accession au rang de maître. Certains furent choisis par leurs maîtres pour leur succéder à la tête de leur cercle d’étude, d’autres demandèrent aux maîtres de leur accorder cette faveur. A Beyrouth al-Awzā‘ī légua son cercle d’étude à son disciple al-Hiql b. Ziyād (m. 179/796). De même à Damas, al-Walīd b. Muslim légua-t-il le sien à son disciple al-Walīd b. ‘Utba (m. 240/855) ; celui-ci y enseigna le Coran et les ouvrages du maître205. Lorsque Abū Zur‘a al-Rāzī, de Rayy (m. 264/ 878) décida de quitter Damas pour retourner chez lui, son disciple damascène Yazīd b. ‘Abd al-Ṣamad sollicita l’honneur de lui succéder dans son cercle d’étude, ce qui lui fut accordé par le maître206.

  • 207 Ibid., vol. 17, fol. 315 b, biogr. de : Mu’ammal b. Ihāb.

241Il arriva cependant aux bonnes relations qu’entretenaient maîtres et élèves de se tendre. A al-Ramla où les maîtres-traditionnistes étaient peu nombreux, les étudiants se révoltèrent contre leur maître Mu’ammal b. Ihāb (m. 254/858) parce qu’il leur refusait ses connaissances. Décidés à lui jouer un bon tour, ils portèrent plainte contre lui auprès du gouverneur, l’accusant d’être un esclave en fuite. Mis en prison, il fut libéré quand le gouverneur s’aperçut qu’il s’agissait d’une plaisanterie. Cette bonne leçon amena le maître à plus d’humilité et il devint par la suite plus coopérant avec les étudiants207.

7. Notes et ouvrages

242Avant que la mise par écrit ne fût communément admise, certains étudiants et maîtres tenaient des carnets pour leur usage personnel. Ceux-ci devaient passer rapidement en d’autres mains.

  • 208 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol 185 b, biogr. de : Hālid b. Ma‘dan.
  • 209 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd....
  • 210 Ibid., vol. 9, fol. 314, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Āyiḏ.

243Hālid b. Ma‘dān al-Kalā‘ī de Ḥimṣ (m. 103/722), notait tout ce qu’il entendait, et le conservait dans un livre (muṣḥaf) qui avait des boutons et des boutonnières (azrār wa ‘urā)208. ‘Abd-Allāh b. Zayd Abū Qilāba al-Ǧarmī, de Dārayyā (m. 104/723), légua ses carnets dont le poids atteignait la charge d’une mule, à un de ses disciples, Ayyūb al-Sahtiyānī209. Après la mort de ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Āyiḏ al-Azdī (Compagnon ou Epigone établi à Ḥimṣ), des soldats convinrent de se partager ses carnets en les pesant sur une balance210.

244Toutefois, la plupart du matériau écrit qui circulait au Šām se rattachait à l’enseignement des trois grands maîtres : al-Zuhrī, al-Awzā‘ī et al-Walīd b. Muslim.

  • 211 Ibid., vol. 16(2), fol. 160 b. biogr. de : Mu‘ārwiya b. Yaḥyā Abū Rawḥ al-Ṣadafī al-Dimašqī.

245En ce qui concerne le premier, Ibn Šihāb al-Zuhrī, différentes personnes contribuèrent à la consignation de son savoir. Outre ses parents et ses disciples, les secrétaires des califes Mar-wanides, qui notaient par écrit les traditions à l’intention des princes, en distribuèrent des copies ou bien les dictèrent. Un étudiant put ainsi se procurer une copie de bonne tenue chez un papetier211.

  • 212 Ibid., vol. 9, fol. 247 a, biogr. de : ‘Abd al-Ḥamid b. Ḥabib b. abi al-‘Išrin, kātib al-Awzā‘i.
  • 213 Ibid., vol. 17, fol. 470 a, biogr. de : al-Walid b. Mazyad al-‘Uḏri al-Bayrūtī.

246Al-Awzā‘ī avait un kātib particulier, ‘Abd al-Hamīd b. Habīb b. abī al-‘Išrīn, qui l’aidait à établir des copies de ses traditions, de ses fatwa ainsi que de ses essai212. Il revoyait personnellement, d’autre part, les notes de ses disciples et les corrigeait. Aussi, lorsqu’Abū Mushir ‘Abd al-A‘lā b. Mushir al-Ġassānī (m. 218/833) décida de compiler le savoir d’al-Awzā’ī, il put facilement disposer du matériau nécessaire213.

  • 214 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.
  • 215 Ibid., vol. 15, fol. 267 b, biogr. de : Muḥammad b. Firās Abū ‘Abd Allāh al-‘Aṭṭār.

247Quant à al-Walīd b. Muslim, il laissa soixante-dix ouvrages (muṣannaf) de Traditions, de maġāzī et d’autres récits concernant les conquêtes islamiques. Son secrétaire, Ḥammād214, et ses disciples, dont al-Walīd b. ‘Utba, les enseignèrent à la mosquée de Bāb al-Ǧābiya215 et se chargèrent de les transmettre, de son vivant comme après sa mort.

248Les ouvrages compilés ou composés dès le début du deuxième siècle étaient de forme et de contenu variés.

  • 216 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 73 b, biogr. de : Yaḥyā b. ‘Abd al-Raḥmān.
  • 217 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad, 2), fol. 458 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Sa‘id.

249Yaḥyā b. ‘Abd al-Raḥmān al-Kindī, de Damas (contemporain d’al-Awzā‘ī) compila un Musnad (terme désignant l’ouvrage dans lequel étaient réunies les traditions de chaque Compagnon)216. Cette forme de classement subsistera, avec l’addition de certains détails. Ibrāhīm b. Sa‘īd Abū Isḥāq al-Baġdādī, établi à la place frontière de ‘Ayn Zarba (m. 253/868), compila le musnad d’Abū Bakr en vingt-trois fascicules (ǧuz’). Quelqu’un lui ayant fait remarquer que tout ce qu’avait rapporté Abū Bakr n’excédait pas cinquante traditions, il répondit : « Si la Tradition ne me parvenait pas par cent voies différentes, je serais comme un orphelin »217.

  • 218 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad, 2), fol. 515 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Ya‘qūb al-Ǧawzǧāni.

250Les Muṣannaf de traditions étaient, par contre, classés par matières (abwāb) ou par sujets. Outre les muṣannaf d’al-Walīd b. Muslim, notre source fait mention de ceux d’Ibrāhīm b. Ya‘qūb al-Ǧawzǧānī, établi à Damas (m. 256/870)218.

  • 219 Ibid., vol. 15 (Yale), fol. 127 a, biogr. de : Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ammār, Mawṣil (m. 242/85 (...)

251La critique du Ḥadīṯ développa au troisième siècle une littérature à caractère essentiellement biographique visant à faire connaītre les personnages qui apparaissent dans les isnād et à contribuer par là au bon discernement des traditions saines. Cette littérature prit rapidement beaucoup d’ampleur. Inaugurée par de simples remarques sur les Défaillances des Traditions et la Connaissance des Savants (‘Ilal al-Ḥadīṯ wa ma‘rifat al-Šuyūh)219, elle prit par la suite la forme de Tabaqāt, dans lesquelles les traditionnistes qui avaient vécu à la même époque étaient groupés par classe (ṭabaqa).

  • 220 Ibid., vol. 16, fol. 453 b, biogr. de : Maḥmūd b. Ibrāhīm... b. Sumay‘.
  • 221 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 346 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr Abū Zur‘a.

252C’est Mahmūd b. Ibrāhīm... b. Sumay‘ Abū al-Ḥasan al-Qurašī (m. 259/873)220 qui semble avoir été le premier auteur syrien à composer un ouvrage de Ṭabaqāt. Son disciple, ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr... Abū Zur‘a al-Naṣrī al-Dimašqī (m. 281/895), semble avoir substitué, un ordre alphabétique à l’ordre chronologique dans le classement des personnages. Il est l’auteur d’une histoire locale (Tārīh) à laquelle Ibn ‘Asākir fait souvent référence221.

  • 222 Ibid., vol. 2, fol. 105 a, biogr. de : Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Isā.

253L’Histoire des Homsiotes (Tārīh. al-Ḥimṣiyyin) fut compilée, à la même époque, par Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Isā al-Baġdādī, établi à Ḥimṣ222.

e. La jurisprudence (al-fiqh)

  • 223 Voir E.I. 2, t. II, pp. 906-908, art. Fiḳh, par J. Shacht.

254Les termes ‘ilm et fiqh, qui semblent avoir été synonymes au début de l’Islam, se distinguèrent progressivement l’un de l’autre. Par ‘ilm, on finit par désigner, outre le Coran et son interprétation, la connaissance des préceptes religieux ainsi que des traditions du Prophète et de ses Compagnons, alors que par fiqh on entendait l’exercice de la réflexion sur des cas particuliers et la prononciation d’un jugement personnel (ra’y) interprétant le ‘ilm ou s’en inspirant. Ces cas particuliers concernaient les pratiques rituelles (‘ibādāt), les injonctions et les prohibitions, la famille, la propriété, la succession, les contrats, les obligations et les infractions223.

  • 224 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘ārḏ b. Ǧabal.

255La reconnaissance du jugement personnel (ra’y) trouve sa justification dans les instructions qu’aurait données le Prophète aux fonctionnaires envoyés dans les régions islamisées pour y rendre la justice. Lorsqu’il chargea Mu‘āḏ b. Ǧabal de cette tāche au Yémen, celui-ci lui demanda : « Que dois-je faire si l’on me pose une question à laquelle je ne trouve pas de réponse, ni dans le Livre de Dieu, ni dans ce que j’ai entendu de vous ? ». Le Prophète lui répondit : « Donne ton opinion (ra’y) ; voyant ta sincérité, Dieu te guidera dans la justice »224.

  • 225 Ibid.
  • 226 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘āḏ b. Ǧabal.

256D’après Ka‘b b. Mālik, Mu‘āḏ donnait des fatwas à Médine du vivant du Prophète et d’Abū Bakr225. Cet éminent Compagnon fut envoyé au Šām après la conquête, comme membre d’une délégation de maîtres chargés d’y organiser l’éducation ; il mit son fiqh (intelligence des textes) à leur disposition. De même ‘Umar I le chargea-t-il, avec Abū ‘Ubayda, le chef de l’armée, de choisir des gens compétents pour rendre la justice et de les rétribuer généreusement226.

257Le premier cadi du fut Abū al-Dardā’. Un grand nombre de personnages assurèrent ensuite cette charge dans différentes villes et se consacrèrent, isolément ou après consensus, à l’élaboration des principes généraux destinés à guider leurs jugements. Les califes, notamment Mu‘āwiya I, ‘Abd al-Malik et ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, contribuèrent à ces efforts, ainsi que des juristes indépendants au fait des expériences tentées en ce domaine aussi bien au Šām qu’au Ḥiǧāz et en Iraq.

258Deux courants se dessinèrent alors : celui de la tradition et celui de l’opinion.

  • 227 Ziriklī, al-A‘lām, t. III, p. 155, Sa‘id b. al-Mūsāyyab, épigone et un des sept grands juristes de (...)
  • 228 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥmmad b. Muslim (m. 124/742).
  • 229 Ibid., vol. 6, fol. 78 b, biogr. de : Raǧā b. Ḥaywa (m. 112/731).
  • 230 Ibid., vol. 17, fol. 329 b, biogr. de : Maymūn b. Mihrān (m. 116/735).
  • 231 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd (m. 104/723).

259Le courant de la tradition se développa au Šām avec l’avènement des Marwanides au pouvoir. Son représentant le plus fameux fut Muhammad b. Muslim... Ibn Sihāb al-Zuhrī, disciple de Sa‘īd b. al-Musayyab227 et d’autres traditionnistes de Médine. Cet éminent traditionniste disposait d’une collection de traditions très riche, à laquelle il recourait pour résoudre les problèmes juridiques qu’il avait à affronte228. Outre ce personnage, le Šām connut à l’époque des hommes pieux, tels Raǧā’ b. Ḥaywa229, Maymūn b. Mihrān230, ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba al-Ǧarmī231, etc., compagnons de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz et porteurs du même esprit religieux. Ils critiquèrent les pratiques développées jusque là dans l’administration et la justice et les modifièrent sur la base des préceptes religieux.

  • 232 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 225 b, biogr. de : Makḥūl (m. 113/732).
  • 233 Ibid., vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Amir al-Ša‘bi (m. 104/723).
  • 234 Zirikli, al-A‘lām, t. II, p. 242, al-Ḥasan al-Baṣrī (m. 110/728).
  • 235 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 13 b, biogr. de : Šurayḥ b. al-Ḥāriṯ b. Qays al-Kindi (m. 78/697).

260A la tête du deuxième courant figure Makḥūl al-Dimaš232, considéré à l’époque comme l’un des quatre juristes de la communauté islamique, avec Sa‘īd b. al-Musayyab à Médine, ‘Āmīr al-Ša‘bī à Kūfa233 et al-Ḥasan b. abī al-Ḥasan à Baṣra234. Au cours d’un voyage d’étude qu’il entreprit en Egypte, au Ḥiǧāz et en Iraq, il fréquenta durant six mois la mosquée où Šurayḥ, cadi de Kūfa235, examinait les cas qui se présentaient à lui, et l’écouta rendre ses fatwas. Il apprit ainsi à exercer son raisonnement et à émettre des jugements personnels. Bien qu’il ne devint lui-même jamais cadi, Makḥūl fit ensuite carrière comme juriste pendant plus de trente ans ; il rendait ses fatwas au Šām et dans d’autres régions islamiques, précisant, à la suite de chaque fatwa, qu’il s’agissait d’une opinion personnelle (ra’y) sujette à l’erreur.

  • 236 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl. Le calife ‘Umar II b. ‘Abd al-‘Aziz ordonna aux ha (...)

261Ses bonnes fatwas lui gagnèrent l’estime d’un grand nombre de savants. Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz disait : « La tradition est celle d’al-Zuhrī, l’opinion celle de Makḥūl ». Mais sa conviction affirmée que l’être humain était responsable de ses actes lui attira l’inimitié de beaucoup d’autres, comme Raǧā’ b. Ḥaywa. Celui-ci, qui avait une grande influence auprès des califes Marwanides et sur la grande masse des savants du Šām, souleva l’opinion publique contre Makḥūl, l’accusant de faiblesse et de Qadarisme236.

  • 237 Ibid., vol. 13, fol. 284 a, biogr. de : al-‘Alā’ b. al-Ḥāriṯ al-Ḏimāri.

262Cependant, Makhūl forma au Šām toute son école de jurisprudence. Ses disciples se répandirent dans d’autres provinces islamiques. Parmi eux, citons les personnages suivants : Ṯābit b. Ṯawbān, Yazīd b. Yazīd b. Ǧābir, Sulaymān b. Mūsā, al-‘Alā’ b. al-Ḥārṯ et Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz. C’est à Ṯābit b. Ṯawbān que Makḥūl légua avant sa mort son cercle d’étude à la mosquée, mais rien n’indique que ce disciple y ait enseigné237).

  • 238 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

263Le successeur de Makhūl dans son assemblée fut Yazīd b. Yazīd b. Ǧābir. N’ayant pas réussi à répondre aux questions qui lui furent posées, il dut laisser sa place à Sulaymān b. Mūsā (m. 136/745). Celui-ci fit, par contre, montre d’une profonde intelligence et de grandes capacités en matière de jugement personnel, Il rendit des fatwas jusqu’à sa mort238.

264Il est à remarquer que c’est avec son successeur qu’apparut la fonction de faqīh al-ǧund. S’agissait-t-il d’un enseignement systématique, ou simplement de mettre à la disposition des soldats un personnage compétent qui répondrait à leurs questions en matière de jurisprudence ? Les détails manquent sur ce point. Toujours est-il que notre référence mentionne deux autres juristes qui assumèrent cette tâche.

  • 239 Ibid., vol. 14, fol. 504 b, biogr. de : Qays b. Mūsā.
  • 240 Ibid., vol. 18, fol. 139 a, biogr. de : Yazid b. al-Samṭ.
  • 241 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 2 a, biogr. de : Yazid b. Yūsuf.

265Après la mort d’al-‘Alā’ b. al-Ḥāriṯ, sa fonction échut à Qays b. Mūsā al-A‘mā (l’aveugle). Le gouverneur de Damas, Ibn Surāqa, demanda qui était le juriste de soldats (faqīh al-ǧund). Quand on l’informa que c’était Qays b. Mūsā, il révoqua celui-ci et fit venir ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i239. Les deux personnages qui succédèrent à al-Awzā‘i, Yazīd b. al-Samṭ240 et Yazīd b. Yūsuf241 sont cités avec l’épithète de ‘ālim al-ǧund à Damas.

  • 242 Ibid., vol. 7, fol. 114 a, biogr. de : Sa‘id b. ‘Abd al-‘Aziz.

266Parmi les disciples de Makḥūl nous trouvons encore Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz al-Tanūhī (m. 167/784) juriste et mufti de Damas après al-Awzā‘ī. Il avait un cercle d’étude à la Grande Mosquée, où il enseignait la Tradition et rendait des fatwas242.

267Avec ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī, le mouvement des traditionnistes l’emporta au Šām et y est prédominant pendant les siècles suivants.

268Au Šām, et pendant le voyage d’étude qu’il fit en Arabie et en Iraq, al-Awzā‘ī compila une quantité énorme de traditions (on rapporte qu’il écrivit, à Yamāma, treize ou quatorze livres dont les traditions se réfèrent seulement à Yaḥyā b. abī Kaṯīr). C’est sur ce matériau, la Tradition (‘ilm), qu’il fondait ses fatwas, au nombre de 70.000. Lorsqu’on lui posait une question pour laquelle il n’avait pas de précédent (habar), il le disait et s’abstenait de délivrer un jugement personnel.

269Sa carrière de juriste, qui dura 44 ans, fut très féconde. Il enseignait la Tradition et répondait, en tant que juriste des soldats, aux questions juridiques que lui soumettaient ses disciples et d’autres membres de la communauté. Ses disciples consignaient par écrit les jugements du maître et lui présentaient leurs carnets pour qu’il les revoie et les corrige. Les notes de son disciple al-Walīd b. Muslim contenaient les réponses à 4 000 questions juridiques émises par le maître.

270Outre ces activités, al-Awzā‘ī entretenait des controverses avec les plus grands juristes de l’époque, sur des questions de jurisprudence. Il tint ainsi, à Médine, un débat avec Mālik b. Anas qui dura de midi au coucher du soleil. Il rédigeait, dans un style inimitable, des essais sur des questions controversées à l’époque, comme le qadarisme, ainsi que des exhortations et des lettres à ses amis et aux autorités.

  • 243 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Ibn Manẓūr, 3), biogr. de : Aḥmad b. Sulaymān b. Ḥaḏlam, cadi de Damas.
  • 244 Ibid., vol. 8, fol. 99 a, biogr. de : Ṣa‘sa‘a b. Sallām.

271Après sa mort, ses disciples se chargèrent de transmettre son système juridique. Bien que d’autres systèmes eussent fait leur apparition au Šām dès le deuxième siècle, certains juristes continuèrent à suivre le sien et ce jusqu’en 347/959, année de la mort d’Aḥmad b. Sulaymān b. Ḥaḏlam, dernier juriste de cette école à tenir un cercle d’étude à la mosquée de Damas243. Un disciple damascène d’al-Awzā‘ī, Sa‘ṣa‘a b. Sallām (m. 192/808) introduisit le système juridique du maître en Andalousie, où il resta sans rival jusqu’à l’apparition du rite malikite en 200/816244.

  • 245 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 11 b, biogr. de : Utba b. Ḥammād al-Ḥakami. Il récita al-Muwaṭṭa’ à Māl (...)
  • 246 Ibid., vol. 18, fol. 63 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ṣāliḥ al-Wuḥāzi, de Ḥimṣ (m. 222/837) ; al-Ma‘mūn (...)

272Les voyages d’étude entrepris par les étudiants du Šām en Iraq et au Ḥiǧāz eurent pour conséquence l’introduction des systèmes juridiques de Mālik b. Anas245 et d’Abū Ḥanīfa. Encouragés par les califes abbassides, les partisans de l’opinion personnelle (ra’y) investirent le Šām et s’attribuèrent les postes de cadi dans plusieurs villes246.

  • 247 Ibid., vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idris al-Šāfi‘i.

273Al-Šāfi‘ī inaugura la contre-attaque des traditionnistes au Šām par le célèbre débat qui l’opposa, au palais de Hārūn al-Rašīd à Raqqa, à Muḥammad b. al-Ḥasan. A son retour, il s’arrêta à Jérusalem et proclama dans une réunion qu’il était prêt à répondre aux questions juridiques des hommes présents, sur la base du Livre de Dieu et de la Tradition de son Prophète247.

  • 248 Ibid., vol. 14, fol. 559 a, biogr. de : Kunayz b. ‘Abd Allāh.

274Après la mort d’Ahmad b. Ṭūlūn (m. 270/884), un juriste šāfi‘ite, Kunayz b. ‘Abd-Allāh, vint établir un cercle d’étude dans la Grande Mosquée de Damas. Il y prononçait des fatwas conformément au système d’al-Šāfi‘ī248.

275En ce qui concerne les méthodes d’enseignement, les informations sont rares.

276Cependant, il est certain qu’aucun maître ne se limita à cette époque à l’enseignement de la jurisprudence. S’intéressant à plus d’une discipline, les grands maîtres organisaient leur temps et convenaient avec leurs étudiants d’une sorte de programme défini pour les disciplines enseignées. Chaque discipline était divisée en sujets (bāb - abwāb), et les maîtres ne passaient d’un sujet à un autre qu’après avoir complètement traité le premier.

  • 249 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de : ‘Ā’id-Allāh, Abū Idris al-Hawlānī. Ces détails se rapporten (...)
  • 250 Ibid.

277Au premier siècle, Abū Idrīs al-Hawlānī, cadi et prédicateur de Damas (m. 80/700) prenait place, chaque jour, après le coucher du soleil, sur le perron de l’escalier qui menait à la Mosquée des Musulmans et à la salle de prière249, et parlait exclusivement d’un sujet (yuḥaddiṯu fi-l-šay’ min al-‘Ilm lā yagṭa‘uhu bi ġayrihi)250. Le jour suivant il passait à un autre sujet.

278Au début du deuxième siècle, cinq cercles d’études sont mentionnés à la mosquée de Damas, présidés par des maîtres brillant par leur science (le Coran et la Tradition) comme par leur jurisprudence.

  • 251 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.
  • 252 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

279Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz (m. 167/784) affirme : « nous suivions l’enseignement de Yazīd b. abī Mālik et Sulaymān b. Mūsā le matin, de Ismā‘īl b. ‘Ubayd-Allāh et Rabī‘a b. Yazīd l’après-midi et de Maḳhūl après al-‘asr » 251. Ils paraissent avoir suivi les mêmes usages : Sulaymān b. Mūsā (m. 115 ou 119/734 ou 736) enseignait chaque jour un sujet de science (bāb min al-‘Ilm) qu’il n’interrompait pas. Lorsqu’il l’avait traité, il passait à un autre sujet252.

280Leurs successeurs firent de même : Sa‘īd b. ‘Abd al-’Azīz, al-Awzā‘ī, al-Walīd b. Muslim, etc., joignaient l’enseignement de la jurisprudence à celui de la tradition.

  • 253 Ibid., vol. 17, fol. 329 b, biogr. de : Maymūn b. Mihrān.

281Cependant les deux enseignements différaient quant à la méthode. Comme il s’agissait de jugements portant sur des cas particuliers, la méthode appliquée dans l’enseignement de la jurisprudence était fondée sur l’interrogation du disciple et la réponse du maître. Il était exigé du disciple une formulation correcte des questions car, disait-on, bien interroger est à moitié résoudre » (ḥusn al-mas’ala nisf al-fiqh)253.

  • 254 Ibid., vol. 17, fol. 224, biogr. de : Makḥūl.

282Certains disciples complétaient ces études théoriques par une initiation pratique à la profession de cadi. Rappelons à ce propos l’exemple de Makḥūl qui assista pendant six mois aux séances du cadi de Kūfa, Šurayḥ al-Kindī. Il se familiarisa ainsi avec les questions juridiques qui se présentaient dans la communauté, et avec les verdicts qui étaient rendus à cette occasion254.

f. La prédication (al-Qaṣaṣ)

  • 255 Ibn ‘Asākir, vol. 3, (édit. Duhmān), pp. 446-480, biogr. de Tamim al-Dāri.

283Cette discipline fit son apparition, selon toutes les sources islamiques, sous ‘Umar I, lorsque Tamīm al-Dārī (Compagnon) demanda au calife l’autorisation de tenir des discours édifiants à la mosquée, au cours desquels il réciterait des versets du Coran, inciterait les croyants à faire le bien et leur défendrait de faire le mal. Le calife la lui accorda pour le vendredi, avant l’heure où lui-même se rendait à la prière. Sous ‘Uṯmān b. ‘Affān, Tamīm al-Dārī obtint l’autorisation de parler deux fois par semaine255.

  • 256 Ibid., vol. 8, fol. 78 b, biogr. de : Ṣahr b. Harb ; Ṭabari, t. III, p. 397.
  • 257 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’.
  • 258 Ibid., t. I, (éd. Munaǧǧid), pp. 536, 537, 542.

284Toutefois, Ibn ‘Asākir rapporte des témoignages selon lesquels l’armée de la conquête du Šām avait avec elle à la bataille de Yarmūk un prédicateur (qāss) qui aurait été Abū Sufyān b. Harb256 ou Abū al-Dardā’257. Il rapporte aussi qu’Abū Sufyān b. Harb tint un discours le jour de la bataille et donna des conseils à son fils Yazīd, chef de l’une des armées formées sous Abū Bakr258, ce qui suggère que la prédication est apparue en liaison avec le ǧihād. Avant l’Islam, les tribus arabes avaient coutume d’emmener, pendant les incursions, ou jours de combat, des poètes et des orateurs qui exaltaient les prouesses des combattants pour les encourager. L’armée islamique conserva ces personnages auxquels elle joignit un lecteur du Coran qui récitait les versets relatifs au ǧihād, et un prédicateur qui rappelait aux combattants le bonheur qui attendait les martyrs le jour du jugement.

285Tamīm al-Dārī aurait donc simplement suggéré d’introduire la prédication à la mosquée.

  • 259 Ibid., vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays.
  • 260 Ibid., vol. 8, fol. 43 a, biogr. de : Šam‘ūn, Abū Rayḥāna.

286Le premier prédicateur à Damas fut le cadi Abū al-Dardā’. Il se tenait au haut de l’escalier de la Grande Mosquée et prêchait259. A Iliyā’ (Jérusalem), ce fut Šam‘ūn, Abū Rayḥāna (Compagnon), cadi de la ville260.

287La relation entre les fonctions de qāṣṣ et de cadi à cette époque, indique que l’une comme l’autre étaient officielles. Cela est corroboré par les témoignages suivants :

  • 261 Ibid., vol. 4, fol. 48 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. Mu‘āwiya.

288Al-Ḥāriṯ b. Mu‘āwiya al-Kindī, fut chargé de la prédication, probablement, de la part du gouverneur de Ḥimṣ. Il partit pour Médine demander conseil au calife, celui-ci ne lui défendit pas d’accepter, mais le mit en garde contre la vanité qu’il pourrait en tirer261.

  • 262 Ibid., vol. 14, fol. 537, biogr. de : Ka‘b b. Māti‘ al-Ḥimyarī.

289Ka‘b al-Aḥbār (Compagnon), prêcha à Ḥimṣ et à Damas. Un autre compagnon du Prophète le mit en garde, lui rapportant qu’il avait entendu le Prophète dire : « lā yaquṣṣu illā amīrun aw ma’mūrun aw muḥtāl » (ne prêchent que les princes, les fonctionnaires ou les rusés). Ka‘b cessa de prêcher pendant un an, jusqu’à ce que Mu‘āwiya lui donne l’ordre de le faire262.

  • 263 Ibid., vol. 17, fol. 403 a, biogr. de : Nawf b. Faḍāla.
  • 264 Ibid., vol. 3, (édit. Duhmān), p. 426, biogr. de : Tubay‘ b. ‘Āmir.

290Ka‘b al-Aḥbār paraīt avoir instauré une école distincte dans le domaine de la prédication. Juif du Yémén, converti, connaissant à fond la Bible, il émaillait ses sermons d’histoires, de maximes et d’expressions judaiques. Ses disciples les mieux connus furent ses deux beaux-fils : Nawf b. Faḍāla al-Bikālī, qui prêcha à Ḥimṣ, à Damas et à Jérusalem263, et Tubay‘ b. ‘Āmir (m. 101/720) qui prêcha à Ḥimṣ264. Les deux personnages lurent les Livres Anciens (al-kutub al-qadīma), et recueillirent de la bouche de leur beau-père un très grand nombre de récits.

  • 265 Ibn ‘Asākir, vol. 6,(2), fol. 109 a, biogr. de : Mu‘āwiya b. Ṣahr (le calife).
  • 266 Ibid., vol. 5, fol. 153 a, biogr. de : Hālid b. Zayd (m. 53/673).

291Mu‘āwiya s’intéressait vivement à la prédication, et il lui assigna une place importante dans la politique qu’il menait vis-à-vis des habitants du Šām, pour les gagner à sa cause contre son rival ‘Alī b. Abī Ṭālib. Après l’assassinat de celui-ci, et la reconnaissance par les Iraquiens de son fils al-Ḥasan comme successeur, Mu‘āwiya marcha sur l’Iraq avec une grande armée et des prédicateurs qui prêchaient chaque jour et à chaque prière, et faisaient l’éloge des Syriens265. Pendant la campagne contre Constantinople, les prédicateurs firent de leur mieux pour inciter les soldats au combat266.

  • 267 Aḥmad Amin, Faǧr al-Islam, p. 159 d’après, Maqrizi ; Hiṭaṭ, 2/253, édit. Amiriyya.
  • 268 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 309 a, biogr. de : un homme du Jourdain.

292A Damas il semble aussi que la prédication devint un usage journalier. Elle avait lieu après la prière de l’aube : le prédicateur mentionnait Dieu et le Prophète, puis il invoquait l’aide de Dieu en faveur du calife et de ses partisans, contre ses adversaires et les mécréants267. On parle même de prédicateurs qui accompagnaient le calife Umayyade à al-Ǧābiya, où il s’installait au printemps268.

293Pendant le califat de ‘Abd al-Malik, la prédication se faisait deux fois par jour après les prières de l’aube et d’al-‘aṣr.

294Le premier prédicateur du Šām au temps de ‘Abd al-Malik fut ‘Āiḏ Allāh b. ‘Abd Allāh, Abū Idrīs al-Hawlānī (m. 80/700), cadi et prédicateur de Damas. Le matin, il organisait la prédication en liaison avec la récitation du Coran. Les cercles d’études faisaient d’abord la lecture journalière. Lorsqu’ils avaient terminé Abū Idrīs se levait et prêchait. Puis l’ordre fut inversé : on commençait par la prédication, et on passait ensuite à la lecture du Coran.

295Le soir, assis sur le perron de l’escalier de la mosquée, le visage tourné vers la Qibla, Abū Idrīs répondait aux questions juridiques, rapportait des traditions et prêchait. Les croyants l’écou-taient assis dans la cour et sur les marches de l’escalier.

  • 269 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de ‘Ā’iḏ Allāh b. ‘Abd Allāh...

296Lorsque ‘Abd al-Malik décida de lui retirer la fonction de prédicateur, lui conservant celle de cadi, il dit au calife : « Vous m’avez privé de mes sujets et livré à mes craintes » (allusion aux responsabilités de cadi)269.

  • 270 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 353 b, biogr. de : Ǧaḍif b. al-Ḥāriṯ, Abū Asmā’.

297Tandis que certains personnages se plaisaient à prêcher aussi souvent qu’on le leur demandait, d’autres tenaient à la tradition établie par le calife Bien Guidé ‘Umar, tel Ġadīf b. al-Ḥāriṯ qui refusa la proposition de ‘Abd al-Malik de prêcher deux fois par jour, et s’en tint à la prédication du vendredi270.

298Pendant la première partie du deuxième siècle, un bon nombre de savants du Šām (lecteurs du Coran, traditionnistes, juristes et cadis), prononçaient des discours édifiants. Notamment :

  • Ibrāhīm b. Šammar b. abī ‘Abla, traditionniste (m. 152/770271.
  • Bilāl b. Sa‘d al-Sakūnī, imām de la mosquée de Damas, lecteur et prédicateur pendant le califat de Hišām b. ‘Abd al-Malik. On peut comparer son audience auprès des habitants du Šām, à celle d’al-Ḥasan al-Baṣrī chez les Iraquiens. Ses exhortations (maw’iẓa, pl. mawā‘iz) reflètent l’atmosphère d’ascétisme et de piété qui règnait dans l’entourage de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz. Comme il incitait les croyants à se consacrer à la domination de leurs désirs, ceux-ci contrecarrant, à son avis, la volonté divine, il fut accusé de qadarisme bien qu’il le niāt catégoriquement272.

299Les derniers personnages cités dans notre référence comme ayant été chargés officiellement de la prédication sont :

  • ‘Abd-Allāh b. Zayd, cadi de Damas. Il accompagna l’armée dirigée par Maslama b. ‘Abd al-Malik pendant l’expédition contre Constantinople273.
  • ‘Uṯmān b. abī al-‘Ātika (m. 140/758), cadi et prédicateur de Damas. Il enseigna en outre le Coran et la Tradition274.

300Remarquons toutefois que les prédicateurs recensés dans notre référence appartiennent tous à la catégorie des maîtres qui exerçaient cette fonction à des fins religieuses et morales. Une deuxième catégorie, celle de ceux qui mirent leurs talents au service des objectifs politiques du pouvoir, n’est mentionnée qu’occasionnellement ; ses membres ne constituent pas, aux yeux de l’auteur, des exemples édifiants.

301L’anecdote suivante illustre les activités de ces personnages :

  • 275 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 9 b, biogr. de : Ǧunāda b. ‘Amr b. al-Ǧunayd.

302Al-Ǧunayd b. ‘Abd al-Raḥmān al-Mu‘ayṭī (de Ḥawrān), vint à Damas pour toucher sa pension. Il fit la prière du vendredi à la Grande Mosquée, puis voyant discourir un prédicateur près de la porte, il rejoignit le cercle des auditeurs. Le prédicateur, nommé Abū Šayba, fit d’abord mention des récompenses destinées aux fidèles (tarǧīb), les auditeurs manifestèrent de la satisfaction ; puis il rappela les chātiments menaçant les infidèles (tarhīb), les auditeurs pleurèrent. Il dit enfin : « Clôturons notre séance par la malédiction d’Abū Turāb », ce qui fut fait. Lorsque al-Ǧunayd apprit qu’il s’agissait de ‘Alī b. abī Ṭālib, il se jeta sur le prédicateur et lui administra une volée de coups. Il fut conduit au calife Hišām près duquel le prédicateur l’avait précédé et s’était plaint à lui en disant ; « Le prédicateur du prince des Croyants et de ses ancêtres fut durement maltraité aujourd’hui ». Al-Ǧunayd fut exilé au Sind275.

  • 276 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i. Rappelons à ce propos ses exhortations au calif (...)

303Outre les prédicateurs officiels, des savants et des dévôts adressaient de leur propre initiative ou à la demande de certains personnages des exhortations orales ou écrites276.

  • 277 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : al-Qāsim b. ‘Uṯmān al-Ǧū’i, dévôt qui avait, à la Mosquée (...)

304Avec le développement de l’ascétisme et du soufisme à la fin du deuxième siècle et au troisième siècle, ces personnages établirent des cercles d’études dans les mosquées où les prêches occupèrent une place très importante277.

  • 278 E.I., t. III, art. Masjid, p. 378.

305Notons enfin que des charlatans usèrent de la prédication pour exploiter la populace, ce qui amena le calife al-Mu‘taḍiḍ à défendre aux prédicateurs de se tenir dans les mosquées en 284/898. Il défendit aussi aux gens de se rassembler autour d’eux278.

g. L’ascétisme (zuhd) et le mysticisme (soufisme)

306Ascétisme et mysticisme firent leur apparition au sein de la première génération des Musulmans établis au Šām ; en tête de ce mouvement figurent les noms de deux Compagnons du Prophète : Abū al-Dardā’ et Abū Ḏarr al-Ġifārī. Ils inaugurèrent deux courants distincts : l’un quiétiste, l’autre plutôt militant.

307Commerçant avant l’Islam, Abū al-Dardā’ essaya, après sa conversion de vaquer à ses affaires tout en s’adonnant à l’enseignement et à la dévôtion. Ne pouvant concilier les deux, il abandonna le commerce pour se consacrer au culte de Dieu, vivant d’une modeste pension, qui ne dépassait pas 400 dirhams (par an probablement). Il habitait sous une tente en poils de chameau, et passait sa journée à la Grande Mosquée, priant, prêchant et enseignant. Il déjeunait quand l’un de ses disciples lui offrait un morceau de pain ou l’invitait chez lui, sinon il jeūnait jusqu’au soir.

308Bien qu’il n’approuvāt pas l’attachement des dirigeants aux biens de ce monde, Abū al-Dardā’ refusa de les critiquer ou de se révolter contre eux. Il aurait dit : « L’hypocrisie commence avec la diffamation de l’imām ». On retient de lui des exhortations et des maximes ; dans l’une de ces maximes on peut lire : « Les vertus de l’homme comprennent : la modération, la conscience de son progrès ou de sa régression, l’intérêt qu’il porte à protéger sa personne contre les tentations du diable, le bonheur qu’il ressent lorsqu’il fait le bien, le mécontentement qu’il ressent lorsqu’il commet une mauvaise action... ».

  • 279 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’.

309Ces qualités lui valurent dans la tradition prophétique l’épi-thète de « ḥakīm Ummatī » (le sage de ma Communauté)279.

310Abū Ḏarr al-Ġifārī, fut, d’après notre référence, le premier à parler de la « science de la mortalité et de l’immortalité » (‘ilm al-fanā’ wa-l-baqā’). Nous ne savons pas exactement ce qu’il entendait par là.

  • 280 Yāqūt, Mu’ǧam, t. III, p. 34, un village près de Médine.

311On retient, d’après sa biographie, qu’il vivait sous une tente en poil de chameau, et n’avait pour tout revenu que sa pension de 400 dirhams, tout comme Abū al-Darda’. En outre, il filait la laine, vivait dans la compagnie des pauvres, se gardait loin des riches et militait contre eux. Il critiquait les chefs de la communauté pour leur attachement aux biens terrestres, au point que Mu‘āwiya, gouverneur du Šām à cette époque, demanda au calife ‘Uṯmān de le convoquer au Ḥiǧāz, l’accusant de corrompre les Syriens. Le calife l’exila à Rabdha280 où il mourut en 32/653.

  • 281 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 301 b, biogr. de : Ǧundub b. Ǧunāda Abū Ḏarr.

312Ce personnage fut considéré tantôt comme le père du soufisme, tantôt comme le précurseur des mouvements socialistes au sein de la communauté islamique281.

313Pendant la deuxième partie du premier siècle, l’ascétisme eut deux grands représentants : le calife ‘Umar II dont nous avons esquissé plus haut le portrait, et Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’, femme d’Abū al-Dardā’, épigone damascène (m. 81/701).

314Après la mort de son mari, Umm al-Dardā’ refusa la main de Mu‘āwiya et mena une vie d’ascèse.

315Elle recevait chez elle les étudiants et les savants, enseignait aux uns l’écriture, le Coran et la Tradition, et s’entretenant avec les autres de sujets religieux. Un certain nombre de femmes se joignirent à elle ; elles veillaient la nuit, priant jusqu’à ce que leurs pieds soient enflés, pratique qui deviendra courante dans les ribāṭ des siècles suivants.

  • 282 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’ ; vol. 19, fol. 436 (...)

316Pendant ses dernières années, elle partageait son temps entre Damas et Jérusalem et vivait d’aumône avec les femmes pauvres282.

  • 283 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 792, biogr. de : Abū Usayd al-Fazāri, de Damas.
  • 284 Ibid., vol. 8, fol. 333 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. abi Zakariyyā al-Huzā‘i, de Damas.

317On a vu que les premiers zuhhād abandonnèrent toute activité matérielle pour s’adonner à l’enseignement religieux et à la dévotion, mais vers la fin du premier siècle, certains d’entre eux abandonnèrent aussi les activités pédagogiques pour se consacrer entièrement à la dévotion (al-‘ibāda)283. Certains autres introduisirent le silence comme exercice fondamental de renoncement à la vie sociale284.

318Sous le califat abbasside, ce courant se grossit de l’apport des dévôts orientaux, Iraquiens, Egyptiens et autres qui venaient au Šām pour tenir garnison (ribāṯ) dans les places frontières (de la côte et du Nord), participer à la guerre légale (ǧihād), errer dans les montagnes et rencontrer les dévôts syriens. Certains vinrent s’établir au Šām.

319Parmi ces derniers, nous retenons tout d’abord le nom d’Ibrà-hīm b. Adham al-Tamīmī, al-‘Iǧlī. Descendant d’un prince arabe de Balh, il décida d’abandonner le luxe et de vivre de son propre labeur. Son travail dans les vergers et les champs lui fournissait l’occasion de remercier Dieu pour ses dons, de Lui demander pardon de ses péchés et de se préparer à la mort.

  • 285 Ibid., vol. 19, fol 267 a, biogr. de : Abū Hurayra, compagnon qui avait un grand nombre de traditi (...)
  • 286 Ibid., vol. 2 (S. Ahmad. 2), fol. 436 a, biogr. de : Ibrāhīm b. Adham.

320Lorsqu’il opta pour la dévotion, il abandonna aussi l’étude et l’enseignement de la Tradition pour échapper au sentiment de fierté qu’accompagne le succès dans l’étude ou dans l’enseignement. Il lui arriva de passer par le cercle d’al-Awzā‘ī. Voyant le juriste et traditionniste entouré d’un grand nombre d’étudiants, il lui dit : « Tu as l’air d’un maître de kuttāb entouré d’enfants ! Si ce cercle s’était adressé à Abū Hurayra285, celui-ci aurait été incapable de répondre à ses questions ». Mortifié, al-Awzā‘ī se leva et quitta la mosquée286.

  • 287 Ibn ‘Asākir vol. 8, fol. 33 a, biogr. de : Šaqiq b. Ibrāhīm al-Azdi al-Balhi.

321Lorsque Šaqīq b. Ibrāhīm al-Balhī (un autre dévôt de Balh qui l’accompagna au Šām) lui demanda s’il devait rester définitivement au Šām il répondit : « ... ici, je sauve ma religion, fuyant d’une montagne à une autre. Ceux qui me voient me prennent pour un fou, un paysan ou un porteur »287.

  • 288 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī ; vol. 7, fol. 114 a, bio (...)

322Une autre pratique se développa au Šām au deuxième siècle, à savoir, la composition de poèmes et de paroles exhortant aux vertus et à l’abstinence. Les représentants les plus éminents de ce courant furent : ‘Abd al-Rahmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī (m. 157/774) le grand juriste, Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz al-Tanūhī (m. 167/784) juriste et traditionniste damascène, et vers la fin du siècle, Sāliḥ b. Ǧanāḥ al-Lahmī, poète originaire de Kūfa288.

323C’est vers la fin de ce siècle qu’une certaine élaboration de principes commence à apparaītre dans l’entourage de ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Aṭiyya al-‘Ansī, connu sous le nom d’Abū Sulaymān al-Dārānī (m. 204/820 ou 215/831). Etabli à Dārayyā dans les alentours de Damas, il eut un grand nombre de disciples et de partisans damascènes au point que les autorités, craignant son influence, l’expulsèrent sur la côte. Convaincus que le départ du Cheikh amènerait leur perte, les Damascènes partirent le chercher et le ramenèrent à Damas après avoir intercédé en sa faveur auprès des autorités.

324D’après sa biographie, il est possible de résumer ses principes comme suit :

  • La foi en la fatalité : un qadarite (partisan du libre arbitre) faisait sa prière à la mosquée derrière Abū Sulaymān al-Dārānī ; lorsque ce dernier eut terminé sa prière, il se retourna, saisit les mains du qadarite levés vers le ciel et lui dit : « Tu pries Dieu ! toi qui prétends avoir un pouvoir total sur les actions ! Laisse-moi le prier, moi qui admet mon incapacité, et recours à ta volonté pour la gestion de tes affaires ».
  • L’abstinence : selon Abū Sulaymān al-Dārānī, si la clé de la vie terrestre est la satiété, la faim est celle de la vie future. Les bienheureux obtiennent la félicité par la continence et la sobriété.
  • Le recours au travail pour subvenir à sa propre subsistance. A un disciple qui lui disait qu’il avait décidé d’abandonner le commerce pour s’adonner à la dévotion, Abū Sulaymān répondit qu’il fallait joindre la piété au travail, même si ce travail ne donnait qu’un faible rendement. Et lorsque le disciple lui fit remarquer que les savants religieux étaient d’avis contraire, il se mit en colère et demanda au disciple : « As-tu jamais vu un vrai savant ? Ceux que nous voyons frappent aux portes des dirigeants (al-sultan) et prennent leur dû » 289.

325Il se forma autour de ce personnage toute une école dont les personnages principaux furent : Qāsim b. ‘Utmān al-‘Abdī, al-Ǧū‘ī (m. 248/863), et Aḥmad b. abī al-Ḥawārī al-Taġlibī (m. 264/878).

  • 290 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : Qārsim b. ‘Uṭmān al-Ǧū‘i.

326Al-Qāsim al-Ǧū‘ī était traditionniste et avait un cercle d’étude permanent à la Mosquée de Damas, mais il semble qu’il le transforma en un cercle d’exhortation. ‘Abd al-Rahmān b. abī Ḥātim, un traditionniste de Rayy, qui fit un voyage d’étude au Šām rapporta qu’entrant à la Mosquée, il vit un grand nombre de cercles d’études de traditions, entre autres, le cercle d’al-Qāsim al-Ǧū‘ī. Le volume du cercle, et les exhortations du Cheikh le décidèrent à suivre son enseignement290. Le nombre de ses disciples, dénombré par Ibn ‘Asākir, dépassait 30 personnes, dont Abū Bakr b. Sayyid Ḥamdawayh le maître du Šām en soufisme durant la deuxième moitié du iiie siècle.

327Aḥmad b. abī al-Ḥawārī était appelé le pilier (rukn) du Šām. C’est grāce à lui que les biographies et les récits des dévôts et soufis ont été conservés, car il en fit la matière de son enseignement.

328Il commença sa carrière par l’étude de la tradition. Lorsqu’il se sentit sūr de lui-même, il porta ses notes à la mer et les y jeta en disant : « O Science, je ne fais cela ni par mépris, ni par manque d’estime pour toi, mais parce que je te cherchais afin que tu me guides à Dieu, et comme me voilà sur le bon chemin je me passe de toi ».

  • 291 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Ibn Manẓūr, 3) fol. 60, biogr. de : Aḥmad b. abi al-Ḥawāri.

329Selon une autre version, il aurait dit : « Il n’y a de guide vers Dieu que Dieu lui-même ; la science n’est qu’un guide de l’action »291.

330Le Tārīh Dimašq cite deux épisodes des activités de ce groupe d’ascètes et de soufis.

  • 292 Cf. Elisséeff, La Description de Damas, p. 110, note 4. Ce quartier correspond à l’actuel quartier (...)

331— Après la prière de l’aube, à la Mosquée de Damas, Abū Sulaymān al-Dārānī (il demeurait à Dārayyā), entra à la Mosquée par la porte des horloges (Bāb al-Sā‘āt) ; il fit un signe aux deux disciples précités, puis se dirigea vers un quartier éloigné (al-Nabaṭiyyūn)292. Là il ouvrit la porte d’une maison et entra avec ses compagnons dans une chambre obscure. Lorsque la lueur de jour entra par une lucarne située en haut du mur, une femme, qui se tenait jusqu’alors silencieuse, salua ; elle portait un manteau (ǧubba) et un voile (himār) de laine et tenait un chapelet à la main. Le dialogue suivant eut lieu entre le maître Abū Sulaymān al-Dārānī, et la femme dévôte :

332Le maître — Comment vas-tu ?

333La femme — Comme toute autre personne dont le cœur est sous l’emprise d’Un autre (Dieu) qui lui dicte ce qu’elle doit faire.

334Le maître — O Umm Hārūn, que penses-tu de l’homme qui aime aller à la rencontre de Dieu (mourir) ?

335La femme — C’est un homme qui ne peut plus souffrir l’obéissance (à Dieu), et a décidé d’en finir.

336Le maître — Et si cet homme voulait rester en vie ?

337La femme — Bravo, bravo ! C’est alors un homme épris d’obéissance.

  • 293 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 432 a, biogr. de : Umm Hārūn al-Hurāsāniyya. Une femme dévôte, originai (...)

338Le maître salua et sortit. Les disciples l’interrogèrent sur l’identité de la femme, il répondit : « c’est mon professeur » (ustāḏatī)293.

  • 294 Ibid., vol. 10, fol. 447 b, biogr. de : ‘Abd al-‘Aziz b. ‘Umayr.
  • 295 Ibid., vol. 10, fol. 416 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥim b. Muḥammad b. ‘Alī al-Anṣāri al-Dārāni.

339L’autre épisode relate qu’un groupe de cheikhs damascènes, Aḥmad b. abī al-Ḥawārī, Qāsim al-Ǧū‘ī, Ḏikrī b. al-‘Alā’, Ḥasan b. Šawḏab, Umm Hārūn al-Hurāsāniyya et son disciple ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Umayr al-Hurāsānī etc...294, partit un jour pour Dārayyā passer la nuit auprès d’Abū Sulaymān al-Dārānī. Sortant de Bāb al-Ǧābiya, ils rencontrèrent Abū Sulaymān venant les voir. Il leur proposa de continuer leur chemin chez lui ; ils refusèrent. Alors il s’adressa à Umm Hārūn et lui dit : « Alors, tu ne veux pas mourir ! ». Elle insista : « Non, je jure par Dieu que si un jour je faisais du mal à un homme j’aurais peur de le rencontrer ; comment désirerais-je aller à la rencontre de Dieu avec tous mes péchés ? » Abū Sulaymān al-Dārānī cria (de douleur) et se roula par terre295.

340On voit bien que les thèmes qui avaient cours dans ces cercles étaient : la crainte de Dieu, les péchés de l’homme et la purification intérieure pour aller à la rencontre de Dieu. On trouve mention des pratiques (riyāḍāt) et des errances (siyāḥāt) aidant à cette purification, mais les détails manquent sur leur nature.

341Toutefois, il y a quasi unanimité en ce qui concerne le renoncement à l’enseignement de la tradition.

  • 296 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 244 a, biogr. de : Halaf b. Tamīm.

342Halaf b. Tamīm, Kūfī établi à Maṣṣīṣā (une des places frontières), (m. 260/874), rencontra un soufi connu au Šām, Yūsif b. Asbāṭ. Comme il demandait conseil au soufi, celui-ci lui dit : « Je te conseille d’abandonner les traditions ». Halaf qui avait entendu plus de 10.000 traditions protesta : « Mais pourquoi alors, sommes-nous sortis chaque jour à l’aube, en quête de ces traditions, et en avons-nous pris note ? » Le soufi répondit : « Ne vois-tu pas ces gens qui en ont fait un gagne-pain, un moyen pour entrer chez les dirigeants et pour s’élever au-dessus de leurs pairs ? Qui parmi nous a échappé au désir de se faire valoir après avoir tenu une seule séance ? »296.

343C’est la même attitude que l’on trouve chez Ibrāhīm b. Adham, Abū Sulaymān al-Dārānī et Aḥmad b. abī al-Ḥawārī.

344Le courant d’ascétisme et de soufisme envahit le Šām au troisième siècle ; il s’y développa des idées et des pratiques qui subsisteront pendant les siècles suivants.

  • 297 Ibid., vol. 14, fol. 306 a, biogr. de : ‘Isā b. Muḥammad b. Isḥāq.

345Parmi les usages qui se développèrent à cette époque figure le port de haillons (al-muraqqa‘āt). Ainsi ‘Isā b. Muḥammad b. Isḥāq, de Ramla (m. 256/870), se déplaçait-il d’un lieu à un autre en portant un chiffon de moins d’un mètre sur le dos297.

  • 298 Ibid., vol. 7, fol. 22 b, biogr. de : Subbā‘.

346Subbā‘ (de Mawṣil), contesta le thème de la crainte de Dieu (al-hawf min Allāh) qui avait cours dans le cercle d’Abū Sulaymān al-Dārānī, et introduisit celui de l’amour et de la familiarité avec Dieu (al-Uns bi-llāh). Il dit à Abū Sulaymān al-Dārānī : « Si tu avais deux esclaves, l’un te servant par amour et l’autre par crainte, lequel préférerais-tu ? »298.

347Un soufi originaire de Siǧistān, Muḥammad b. Karrām, vint s’installer à Jérusalem, après avoir été incarcéré plus d’une fois à Nīshāpūr. Ibn ‘Asākir lui reproche sa conception de la foi, selon laquelle celle-ci se ramène à une connaissance (iqrār) et à une adhésion (taṣdīq) purement verbale (qawl).

  • 299 Ibn ‘Asākir, vol. 15 fol. 276 a, biogr. de : Muḥammad b. Karrām.

348Quelles sont les implications de cette doctrine en ce qui concerne l’exercice du culte ? Tout ce que notre référence nous apprend est que les disciples d’Ibn Karrām fondèrent un ribāṭ après la mort du maître en (255/870) pour s’y retirer299.

  • 300 Ibid., vol. 14, fol. 592 a, biogr. de : Muḥammad b. Aḥmad b. Sayyid Ḥamdawayh.

349Muḥammad b. Aḥmad, connu sous le nom d’Abū Bakr b. Sayyid Ḥamdawayh (de Damas, m. 300/913) se retira dans une grotte de la montagne Qāsiyūn pendant onze ans, observant un silence total. On lui attribua des prodiges300.

350‘Abd al-‘Azīz al-Muṭarriz (de Damas, milieu du iiie siècle) établit une sorte de méthode (ṭarīqa) pour trouver Dieu, comprenant plusieurs (aḥwāl) :

351Le premier stade était la concentration mentale (al-murāqaba), durant laquelle le soufi, assis dans un endroit de la maqṣūra de la Mosquée de Damas, fixait du regard une inscription au mur.

  • 301 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 454 b, biogr. de : ‘Abd al-‘Aziz al-Muṭarriz.

352Au deuxième stade, celui de la vision (al-mušāhada) il voyait Dieu, avec les yeux du cœur, il obtenait tout ce qu’il voulait sans le demander et sans effort301.

  • 302 Ibid., vol. 13, fol. 81 a, biogr. de : ‘Umar b. Sa‘id b. Aḥmad.

353Certains soufis recherchaient la compagnie d’un maître pour les guider dans cet itinéraire, d’autres se contentaient d’efforts personnels. Mais la compagnie d’un maître devint à cette époque le trait caractéristique de l’éducation des soufis302.

  • 303 Ibid., vol. 19, fol. 331 b, 334 a, biogr. de : 15 hommes dévôts.
  • 304 Ibid., vol. 19, fol. 437 b, biogr. de : trois femmes dévôtes.

354Outre les individus recensés et nommés, notre source fait mention de groupes anonymes ayant pratiqué l’ascétisme. Y sont mentionnés quinze hommes anonymes qui erraient sur la côte de Damas et au mont Liban303, ainsi que des femmes qui s’adonnaient à la dévotion au mont Liban ou chez elles à Damas304. Mais on n’y rencontre pas de détails sur leur vie collective ni sur leurs pratiques.

h. L’orthodoxie (sunna) et les innovations (bida‘)

355Dès les premiers siècles, on distingua deux catégories de Musulmans : ceux qui acceptèrent les principes de l’Islam et ses pratiques rituelles tels que professés par les maîtres reconnus de la communauté, et ceux qui les acceptèrent tout en interprétant certains principes et adaptant certaines pratiques d’une manière qui leur donnāt satisfaction. Dans ce dernier cas, nous sommes en présence d’innovations (bid‘a, bida‘).

  • 305 E.I. 2, t. I, p. 1234, art. Bid‘a, par J. Robson.

356Certaines innovations furent acceptées par la communauté islamique, d’autres désapprouvées, d’autres enfin furent interdites parce que touchant aux principes et s’opposant aux idées reçues305.

357Toutefois, lorsqu’on rencontre dans les textes les termes de « ahl al-bida‘ » ou « ahl al-ahwā’ », il s’agit de cette sorte d’innovation qui est synonyme d’hérésie.

  • 306 Ibid., t. IV, pp. 384-388, art. Ḳadariyya, par J. Van Ess.

358L’innovation qui rencontra le plus d’écho au Šām à cette époque est le Qadarisme : « la soutenance que les actes de l’homme sont déterminés par l’homme lui-même, non par Dieu »306.

359Les maîtres orthodoxes du Šām firent face aux innovations, au Qadarisme en particulier, en mettant les Croyants en garde contre elles, et en déterminant la ligne de conduite propre à l’orthodoxie.

360Pour mettre la communauté en garde contre les innovations, les traditions prophétiques étaient d’un grand secours :

  • 307 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 268 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn b. Ādam.

361un personnage de passage à Damas, pendant le califat de Yazīd I rapporta avoir entendu à la Grande Mosquée de Damas un Compagnon enseignant la tradition suivante : « Gardez-vous des innovations ; l’innovation est un égarement, et l’égarement mène à l’Enfer »307.

  • 308 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 141 a, biogr. de : ‘Umar b. Yazid al-Naṣri.

362Un maître damascène rapporte, au deuxième siècle, en se référant à ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz une autre tradition disant : « Ne va à sa perte que telle communauté qui renie l’unicité de Dieu, et cela débute par la négation de la prédestination »308.

  • 309 Ibid., vol. 10, fol. 512 a. biogr. de :’Abd al-Wārriṯ b. al-Ḥasan al-Baysāni.

363Un maître du Jourdain rapporta, au troisième siècle, en se référant à une chaīne d’autorités remontant à ‘Umar b. al-Haṭṭāb une troisième tradition disant : « Ne fréquentez pas les partisans du qadar (les qadarites) et ne leur adressez pas la parole »309.

  • 310 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn b. ‘Amr al-Awzār‘i.

364La ligne de conduite orthodoxe professée par al-Awzā‘ī comprend tout d’abord le renoncement à toute discussion sur les questions de foi. Il dit : « Lorsque Dieu veut nuire à une communauté il lui donne accès à la discussion (al-ǧadal) et lui barre la voie de l’action »310.

  • 311 Ibid.

365Pour lui, il importe surtout de respecter le consensus (al-iǧmā‘) et la tradition ; il dit : « Soumets-toi à la Tradition (sunna) et rejoins la communauté (al-ǧamā‘a), adopte ce qu’elle a adopté et abstiens-toi de ce dont elle s’est abstenue ; suis le chemin des justes, tes prédécesseurs, ce qui leur avait suffi pouvant te suffire »311.

366Au début du troisième siècle, furent énoncés d’après des personnages appartenant à toutes les parties du monde islamique, dont les damascènes Umayya b. ‘Uṯmān, Aḥmad b. Hālid, al-Walīd b. Muslim et Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ, les principes sur lesquels s’accordaient les tenants de la Tradition et de la Communauté (ahl al-sunna wa-l-ǧama‘a). Ces principes se résument comme suit :

  • 312 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 67 b, biogr. de : Umayya b. ‘Uṯmān al-Dimašqī.

367« Croire à la prédestination et se résigner, dans le bien ou le mal, à la volonté de Dieu ; suivre les prescriptions divines ; croire que la foi est parole et action à des degrés variables ; croire que le Coran est la parole de Dieu ; être loyal envers Dieu ; s’éloigner de toute discussion, de tout débat, de toute querelle religieuse ; accepter les agissements justes ou injustes du pouvoir, et ne pas porter les armes contre les dirigeants qui sont injustes ; ne dire d’aucun musulman qu’il ira au paradis ou en enfer, ni l’accuser d’incrédulité même s’il commettait des péchés graves ; s’abstenir de parler des défauts des Compagnons du Prophète ; croire à l’ordre hiérarchique suivant, précisant la préférence des califes Bien Guidés : Abū Bakr, puis ‘Umar, puis ‘Uṯmān puis ‘Alī, qu’ils soient tous bénis... »312.

368Cette doctrine, comme on le voit, n’est pas en faveur d’un libre arbitre, ni d’une opinion personnelle ; elle rejette catégoriquement l’idée de revendication et de révolution.

369Toutefois, l’attitude des savants et des étudiants du Šām n’était pas unanime envers les innovateurs accusés d’hérésies. Elle allait de la tolérance à la condamnation totale.

  • 313 Ibid., vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān b. abi Ġaylān.

370Après l’exécution de Ǧaylān al-Dimašqī, le traditionniste Raǧā b. Ḥaywa écrivit à Hišām b. ‘Abd al-Malik pour le féliciter et lui assurer que d’exécuter Gaylān était plus utile aux Musulmans que de tuer 2000 Byzantins (ennemis). D’autres personnalités religieuses firent de même313.

  • Abū Isḥāq al-Fazārī (m. 185/802) établi à Maṣṣīṣa, expulsa les qadarites de la ville314.
  • L’ascète Abū Sulaymān al-Dārānī (m. 204/920 ou 215/831) défendit à ses disciples d’accepter qu’un qadarite fūt imām lors des prières315.

371Certains maîtres refusaient de prodiguer leur enseignement aux hérétiques.

372Lorsque le personnage cité plus haut, Abū Isḥāq al-Fazārī, vint à Damas, il fit annoncer au public que les qadarites et les partisans de l’opinion ne seraient pas admis dans son assemblée.

  • 316 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 395 b, biogr. de : Muḥammad b. Yūsuf b. Wāqid Abū ‘Abd Allāh al-Fāriyāb (...)

373Muḥammad b. Yūsuf b. Wāqid, de Qaysāriya (m. 212/828) renvoya des étudiants qui avaient fait un long voyage pour venir suivre son enseignement, lorsqu’il apprit qu’ils étaient murǧiites316.

  • 317 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašir.

374Les savants et étudiants tolérants s’intéressaient surtout aux connaissances des maîtres et à leur application dans les pratiques religieuses. Ainsi Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz conseilla-t-il aux étudiants de suivre l’enseignement de Sa‘īd b. Bašīr, bien qu’il sūt qu’il était qadarite317.

  • 318 Ibid., vol. 19, fol. 197 a, biogr. de : Abū Ǧamil.

375La mention de qadarites apparaīt dans notre référence avec des personnages de la deuxième moitié du premier siècle. Le premier qadarite au Šām aurait été selon Sa‘īd b. ‘Abd al-‘Azīz, un personnage connu, sous le nom d’Abū Ǧamīl318 ; par contre, selon al-Awzā‘ī, ç’aurait-été Ma‘bad b. ‘Abd Allāh al-Ǧuhanī.

376Concernant Abū Ǧamīl, nous apprenons qu’Abū Idrīs al-Hawlānī (m. 80/700), cadi et prédicateur de Damas sous ‘Abd al-Malik, se leva un jour à la Grande Mosquée, pour dire aux fidèles présents : « J’aimerais mieux apprendre la nouvelle d’un grand incendie à la mosquée que celle d’une innovation ferme ; cet Abū Ǧamīl refuse la prédestination, ne l’approchez pas ! ». Abū Gamīl dut quitter Damas pour Ḥimṣ.

377Par contre, Ma‘bad al-Ǧuhanī, de Baṣra, exécuté selon Ibn ‘Asākir en 80/700 sur l’ordre de ‘Abd al-Malik ou de son gouverneur en Iraq, al-Ḥaǧǧāǧ, était un personnage célèbre. Traditionniste et juriste distingué, al-Ḥaǧǧāǧ vit en lui un personnage digne de la cour du calife. A Damas. ‘Abd al-Malik, après avoir examiné ses connaissances et ses talents, le chargea d’une mission auprès de l’empereur de Byzance, puis du préceptorat de son fils Sa‘īd.

378Non seulement il était tenu en haute estime à la cour de Damas et auprès du gouverneur d’Iraq, mais encore, les étudiants et les traditionnistes basriotes suivaient volontiers son enseignement ; un traditionniste aurait dit : « certains qadarites ne cachèrent pas leurs convictions ; mais connus pour leur dévotion, leur sincérité et leurs connaissances en tradition, les étudiants toléraient leurs opinions ». Parmi ces qadarites, il est fait mention de Qatāda et de Ma‘bad al-Ǧuhanī.

379La responsabilité de la condamnation de Ma‘bad incombe, selon les récits, à quelques savants religieux qui réussirent à soulever l’opinion publique contre lui, de sorte que les autorités durent plier sous leur pression.

380A Baṣra, Muslim b. Yasār et ses disciples l’accusèrent d’avoir adopté la doctrine chrétienne.

381A Damas, Hālid b. Ma‘dān, déclara que le fait qu’un tel personnage soit élevé au rang de chef religieux (imām) constituait une catastrophe pour la communauté.

  • 319 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 167 a, biogr. de : Ma‘bad al-Ǧuhani.

382C’est à Médine que les savants furent le plus sévères envers la doctrine qadarite. De ses adeptes, Ibn ‘Abbās disait : « Montrez-moi l’un d’eux, et je lui tordrai le cou ». Ibn ‘Umar avait une attitude semblable319.

  • 320 Wellhusen, Tārīḫ al-Dawla al-‘Arabiyya, p. 228.

383Un seul témoignage dans la biographie, suggère que Ma‘bad aurait été exécuté principalement pour des motifs politiques ; Mālik b. Dīnār dit : « J’ai vu Ma‘bad à La Mecque, après la rébellion d’Ibn al-Aš’aṭ, gravement blessé après avoir participé à toutes les batailles contre al-Ḥaǧǧāǧ. Il semblait regretter d’avoir été mêlé à cette révolte ». La révolte d’Ibn al-Aš‘aṯ ayant éclaté en 81 et 82/701 et 702320, Ma‘bad aurait alors été exécuté postérieurement. Quoiqu’il en soit, il nous est permis de supposer qu’une dimension politique et militante apparut dans le mouvement qadarite avec ce personnage.

  • 321 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 274 b, biogr. de : ‘Abbād b. al-Rayyān al-Lahmi.

384Pendant la période suivante, les principaux représentants du qadarisme furent Makḥūl b. Kisrā al-Dimašqī, mort en 113/732 de mort naturelle, ayant échappé à l’exécution grāce à l’intervention d’un certain personnage en sa faveur321, et Ġaylān b. abī Gaylān al-Dimašqī, crucifié sur l’ordre de Hišām b. ‘Abd al-Malik, après 107/726.

  • 322 Ibid. vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Maḳhūl.

385Makḥūl b. Kisrā fut un qadarite modéré et quiétiste. Sa position théologique était fondée sur l’idée que l’on ne devait pas attribuer le mal à Dieu « Inna-llāha lā yarzuqu illāayyiban »322.

386Sa bonne connaissance du milieu religieux, son éloignement des affaires politiques et sa piété remarquable lui permirent de diffuser ses opinions parmi un grand nombre de disciples, qui, plus tard, aideront Yazīd III à accéder au pouvoir. Notons toutefois qu’il prit surtout soin de rattacher ses opinions aux Compagnons dont il avait suivi l’enseignement pendant sa jeunesse.

  • 323 Ibid., vol. 19, fol. 246 a, biogr. de : Abū Muḥammad al-Kalbi.

387Se référant à Abū al-Dardā’, Makḥūl rapporta que le Prophète avait dit à ce Compagnon : « Que ferais-tu, ô ‘Uwaymir, si l’on te disait, le jour du Jugement, que tu as pêché ? Si tu répondais que tu le savais, on te dirait : comment as-tu pu te conduire ainsi alors que tu le savais ? Si tu t’excusais en prétextant ton ignorance, on te dirait : quelle excuse est-ce donc que l’ignorance ! que n’as-tu quêté la science ? »323.

  • 324 Ibn ‘Asākir, vol. 19 fol. 205 b, biogr. de : Abū al-Rabi‘ al-Dimašqi.

388Il rapporta aussi, sans garant (ḥadīṯ mursal), la tradition suivante selon laquelle le Prophète aurait dit : « O fils d’Adam, je t’ai fait des dons si innombrables que tu serais incapable de m’en remercier. Je t’ai créé, au nombre de ces dons, des yeux munis de paupières. Regarde tout ce qui est licite et abaisse tes paupières face aux choses illicites. Je t’ai créé une langue retenue à l’intérieur de ta bouche, ne dis que ce qui est conforme à mes préceptes, et retiens-toi de dire ce que je t’ai interdit. O fils d’Adam, tu ne peux supporter ma colère ni ma vengeance »324.

  • 325 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

389Un tel enseignement ne doit pas avoir choqué les partisans de la prédestination, à l’exception de quelques cheikhs subtils, tels Raǧā b. Ḥaywa. Il fut toutefois accusé de faiblesse en matière de tradition325.

390Durant le califat de ‘Umar b. ‘Abd al-’Azīz, les qadarites entourèrent le calife appréciant sa piété et sa politique visant à mettre un terme aux conquêtes et à la discrimination entre conquérants et conquis islamisés. Le calife, pour sa part, essaya de les ramener, par le dialogue, à l’orthodoxie.

  • 326 E.I. 2, t. IV, p. 385, art. Ḳadariyya, par J. Van Ess.
  • 327 Zirikli, A‘lām, t. V, p. 320, d’après Ibn al-Nadīm et Šahristānī.
  • 328 E.I. 2, art. Ḳadariyya.
  • 329 Ibid.

391Mais lorsque ses successeurs annulèrent les dispositions qu’il avait établies, un courant militant se développa au sein des qadarites326, dont le porte-parole fut Ġaylān al-Dimašqī. Ce personnage aurait écrit des essais d’environ 2000 pages327, dans lesquels il exposait les fondements théologiques et politiques de sa croyance. Les commentaires des historiens suggèrent que « sur le plan théologique Ġaylān soutenait que la volonté de Dieu n’avait pas d’action déterminante sur les actions des hommes, et que les hommes étaient surtout déterminés par leur raison (‘aql) qui les dirigeait librement dans le domaine de l’action »328. Sur le plan politique Ġaylān « contestait que les Qurayš eussent seuls le droit d’accéder au califat, et soutenait au contraire que tout homme vivant selon le Coran et la Sunna pouvait être choisi ; si le souverain ne se conformait pas à ces principes, il pouvait être déposé »329.

392Rappelons que les savants religieux, syriens et autres, soutinrent des débats avec Ġaylān à la demande des califes ou de leur propre initiative. L’argument qu’ils avançaient contre lui affirmant que toute mise en valeur de la liberté humaine porte atteinte à la Puissance et à la Science divine, le contraignait au silence.

  • 330 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān.

393Plus grave que ces débats fut son exclusion de la société de ses pairs et la tradition forgée pour le diffamer. Selon cette tradition, le Prophète aurait prédit : « Il viendra dans ma Communauté un homme du nom de Ġaylān plus dangereux pour elle que Satan »330.

  • 331 Ibid., vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Amr b. Šuraḥīl al-‘Ansi al-Dārāni.
  • 332 Ibid., vol. 10, fol. 402 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid al-Sulamī al-Dimašqī.

394La persécution exercée contre eux sous Hišām b. ‘Abd al-Malik et son successeur al-Walīd II dispersa les qadarites. Certains furent bannis sur l’Ile Dahlak dans la Mer Rouge331, d’autres se réfugièrent en Iraq et continuèrent leur enseignement loin des autorités332.

395Le personnage le plus éminent à cette époque fut Ṯawr b. Yazīd al-Kalā‘ī de Ḥimṣ (m. 153/770), dévôt et grand traditionniste.

396Les grands maîtres de la communauté islamique le condamnèrent et parmi eux Mālīk b. Anas (Médine), al-Awzā‘ī (Damas et Beyrouth) et ‘Abd Allāh b. al-Mubārak (Hurāsān) qui le mentionna dans les vers suivants :

  • 333 Ziriklī, A‘lārm, t. II, p. 301 : Ḥammād b. Zayd (98/717-179/795), traditionniste iraquien.
  • 334 Ibid., t. II p. 138 : Ǧahm b. Ṣafwārn (m. 128/745) du Hurāsān, fondateur de la secte Ǧahmiyya ; La (...)
  • 335 Ziriklī. op. cit., t. V, p. 252 (80/699-144/761), ‘Amr b. ‘Ubayd, Baṣrīote, un des fondateurs du M (...)

O toi qui quêtes la science, va trouver Ḥammād b. Zayd333
Puise sa science et prends en bonne note,
Et fuis Ṯawr, Ǧahm334 et ‘Amr b. ‘Ubayd335.

  • 336 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 302 b, biogr. de : Ṯawr b. Yazīd.

397A a suite de cette campagne menée contre lui, les étudiants abandonnèrent son cercle et brūlèrent les notes qu’ils avaient prises de son enseignement. Les habitants de Ḥimṣ l’expulsèrent de la ville et incendièrent sa maison ; il s’enfuit en Iraq336.

  • 337 M.A. Shaban, Islamic History, t. I, pp. 156-157, d’après Ṭabari, pp. 1834-1835 ; Ḏahabi, Tārīh, vo (...)

398L’aspect politique du qadarisme apparut clairement lorsque les partisans de cette doctrine participèrent à la révolte menée par Yazīd III, qui dans son discours inaugural reprit le pro-gramme politique de Ġaylān al-Dimašqi337.

  • 338 E.I. 2, art. Ḳadariyya.

399Persécutés de nouveau, sous Marwān II338, ils reprirent l’attitude conciliante qu’avait eue Makḥūl et se limitèrent à l’aspect théologique de la doctrine. Durant la période suivante, nous ne rencontrons que les personnages que voici :

  • 339 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘īd b. Bašir.

400Sa‘īd b. Bašīr de Damas (m. 168/785), maître en exégèse du Coran. On lui reprochait d’avoir dit : « Je ne peux croire que Dieu prédestine un homme au mal, puis l’en rende responsable »339.

  • 340 Ibid., vol. 18, fol. 27 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ḥamza.

401Yaḥyā b. Ḥamza b. Wāqid al-Ḥadramī (m. 183/800), un grand maître en Coran, tradition et jurisprudence et cadi de Damas sous al-Manṣūr et al-Mahdī340.

  • 341 Ibid., vol. 15, fol. 145 a, biogr. de : Muḥammad b. ‘Ā’iḏ b. ‘Abd al-Raḥmān.

402Muhammad b. ‘Ā’iḏ al-Qurašī (m. 232/847), maître en tradition et en jurisprudence, et auteur d’ouvrages de maǧāzī (expéditions du Prophète), de futūh (conquêtes islamiques), et de šawā’if (invasions d’été)341.

  • 342 E.I. t. III, p. 784, art. murdji‘a, par Wensink.

403Parmi les premières sectes de l’Islam figurent les murdji‘ites, ceux-ci pensaient « qu’un musulman ne perd pas la foi par le péché. Cette doctrine, en politique, les conduisait à un quié-tisme avancé ; l’imām coupable de péchés mortels n’en restait pas moins musulman, et on devait lui obéir »342.

404Notre source ne cite que deux personnages syriens qualifiés de murgites :

  • Au deuxième siècle, Muḥammad b. Šu‘ayb b. Šābūr (m. 196/812), lecteur du Coran, traditionniste et juriste qui enseigna ces matières à Damas et à Beyrouth343.
  • Au troisième siècle, Marwān b. Muḥammad al-Ṭaṭarī, de Damas (m. 210/826), un grand traditionniste.
  • 344 Ibid., vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad.

405L’opinion générale ne leur adressa aucun reproche pour leur doctrine, bien que Marwān al-Ṭaṭarī ne cachāt pas ses opinions et portât le turban (‘amāma), signe distinctif des murdji‘ites à cette époque.344

Notes

1 Ibn ‘Asākir, 17/317 b, biogr. de : al-Muhāǧir b. Muslim.

2 Ibn ‘Asākir, 19 (Paris) 225 b, biogr de : Abū Qinān.

3 Ibid., t. I (éd. Munaǧǧid), p. 318, d’après ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid b. Ǧābir.

4 Yāqūt, t. V, p. 11.

5 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Ḏū-l-Nūn b. Ibrāhīm ; Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 35, biogr. de : Bišr b. al-Ḥārriṯ ; Ibid., vol. 19, fol. 194 b, biogr. de : Abū al-Ǧa‘d al-Sāyiḥ.

6 Ibn al-Faqīh al-Hamadāni, Abrégé du Livre des Pays, trad. Massé, p. 136.

7 Cantineau, Les Parlers Arabes du Hôrân, p. 29.

8 Ibn al-Faqīh, op. cit., p. 128 ; Ibn ‘Asākir, Biographies des ‘Abbassides.

9 Ibn al-Faqīh, op. cit., p. 155.

10 Rappelons que parmi les tribus établies au Šām avant l’Islam figurent : Ġassān, Kalb, Saliḥ, ‘Āmila, Lahm, Ǧuḏām, Tanūh et parmi les tribus établies dans la Ǧazīra figurent Rabi‘a, Muḍar, Bakr et Taġlib.

11 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 272 b, biogr. de : ‘Ubāda b. Nussay, cadi de Tibériade.

12 Cependant des tribus se subdivisèrent en plusieurs clans, des personnages gardèrent le nom initial : Quraši, Azdī, Ḥimyarī, Kindī, Raba‘ī.

13 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 328 b, biogr. de : un Cheikh damascène, d’après Anas b. Mālik (Compagnon).

14 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 266 b, biogr. de : ‘Ubāda b. al-Ṣārmit ; Ibid., vol. 3 (édit. Duhmān), p. 95, biogr. de : Bišr b. ‘Abd-Allāh de Ḥimṣ.

15 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 327 a, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ayyāš.

16 Ibid., vol. 17, fol. 191 b, biogr. de : al-Muġira b. Ziyād ; Ibid., vol. 14, fol. 520 b, biogr. de : Kuṯayyir b. Hišām (m. 207/823).

17 Ibid., vol. 11, fol. 185 a, biogr. de : ‘Urwa b. Marwān.

18 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 46 b, biogr. de : Šahr b. Ḥawšab.

19 Ibid., vol. 4, fol. 54 b, biogr. de : Habib b. Aws.

20 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Ibn Šihāb al-Zuhrī.

21 Ibid., vol. 13, fol. 264 a, biogr. de ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’.

22 Ibid., vol. 19, fol. 201 b, biogr. de : Ǧundub b. Gunāda Abū Ḏarr.

23 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim.

24 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 201 b, biogr. de : ‘Amr b. ‘Abd Allāh.

25 Ibid., vol. 7, fol. 264 a, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

26 Ibid., vol. 10, fol. 413 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān, Abū al-Muhāgir.

27 Ibid., vol. 6, fol. 87 b, biogr. de : Raǧā’b. Ḥaywa.

28 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr.

29 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 318 b, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh.

30 Ibid., vol. 10, fol. 507 a, biogr. de : ‘Abd al-Wāḥid b. Qays al-Sulami.

31 Ibid., vol. 7, fol. 248 b, biogr. de Sulaymān b. Sulaym b. Kaysān.

32 Ibid., vol. 18, fol. 156 b, biogr. de : Yazīd b. ‘Abd al-Raḥmān b. abi Mālik.

33 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

34 Ibid., vol. 11, fol. 205 a, biogr. de : ‘Aṭā’ b. abi Muslim.

35 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Ahmad 2), fol. 486 a, biogr. de : Ibrāhīm b. Muhammad.

36 Ibn ‘Asākir vol. 7, fol. 93 b, biogr. de : Sa‘id b. Sālim.

37 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā’ī.

38 Ibid., vol. 14, fol. 346 a, biogr. de : ‘Isā b. Yūnis.

39 Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 248, biogr. de : Bakr b. Sahl.

40 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 50a a, biogr. de : Marwān b. Mu‘āwiya.

41 Ibid., vol. 9 fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd.

42 Ibid., vol. 5, fol. 67 a, biogr. de : al-Ḥakam b. Hišām.

43 Ibid., vol. 8, fol. 143 b, biogr. de : al-Ḏahhāk b. Mahlad.

44 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de Muḥammad b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī. Le calife ‘Abd al-Malik lui demanda s’il avait appris le Coran avec son analyse (grammaticale) et ses différentes prononciations et permutations.

45 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i. Ce maître disait à ses disciples : « Mettez les marques des cas (al-ḥarakāt) en rapportant la tradition, car les compagnons étaient des Arabes ».

46 Ibid, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘āḏ.

47 Voir supra, p. 194, n. 3.

48 Ibid.

49 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 185 b, biogr. de : Hālid b. Ma‘dān.

50 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 518 b, biogr. de : Kuṯayyir b. Murra.

51 Muḥammad b. Sa‘d, t. 7/a, p. 151, biographie absente dans Tārīh Dimašq.

52 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 485 b.

53 Ibid., vol. 14, fol. 518 b.

54 Ibid., vol. 8, fol. 261 a.

55 Ibid., vol. 14, fol. 466 b.

56 Ibid., vol. 5, fol. 185 b.

57 Ibid., vol. 13, fol. 93 b.

58 Ibid., vol. 17, fol. 224 b.

59 Ibid. ; vol. 15, fol. 307 b.

60 Ibid., vol. 6, fol. 87 b.

61 Ibid., vol. 3, fol. 302 b.

62 Ibid., vol. 8, fol. 110 b.

63 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 403 b.

64 Ibid., vol. 10, fol. 346 b.

65 Ibid., vol. 9, fol. 280 b.

66 Ibid., vol. 7, fol. 114 a.

67 Ibid., vol. 18, fol. 27 a.

68 Ibid., vol. 16, fol. 502 a.

69 Ibid., vol. 17, fol. 471 b.

70 Ibid., vol. 15, fol. 137 b.

71 Ibid., vol. 17, fol. 447 b.

72 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 327 a.

73 Ibid., vol. 16, fol. 495 a.

74 Ibid., vol. 9, fol. 266 b.

75 Ibid., vol. 15, fol. 261 a.

76 Ibid., vol. 14, fol. 628 b.

77 Ibid., vol. 18, fol. 173 a.

78 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 346 a.

79 Ibid., vol. 11, fol. 41 a.

80 Ibid., vol. 9, fol. 266 b, biogr. de : ‘Abd al-Rahmān b. Ibrāhīm.

81 Ibn ‘Asākir, t. 1 (édit. Munaǧǧid), p. 316.

82 Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 117 (édit. Hayyāṭ, Beyrouth).

83 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 45 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. ‘Umar.

84 Ibid., vol. 6, fol. 187 a, biogr. de : Ziyād b. ‘Ubayd, connu sous le nom de Ziyād b. Abi Sufyān.

85 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.

86 Ibid., vol. 14, fol. 542 a, biogr. de Ka‘b b. Mālik. Tradition prophétique.

87 Ibid., vol. 11, fol. 216 b, biogr. de : ‘Uqba b. ‘Āmir.

88 Ibid., vol. 5, fol. 242 b, biogr. de : Haṭṭāb b. Sa‘d.

89 Ibid., vol. 8, fol. 330 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Ismā‘il.

90 Ibid., vol. 19, fol. 328 b, biogr. d’un cheikh damascène, d’après Anas b. Mālik (Compagnon).

91 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 252 a, biogr. de : al-Minhāl b. ‘Amr.

92 Ibid., vol. 11, fol. 24 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. Ayman al-Dimašqi.

93 Ibid., vol. 14, fol. 516 a, biogr. de : Kuṯayyir b. Qays al-Ḥimṣi.

94 Ibid., vol. 2, (Sulṭān Aḥmad, 2), fol. 481 a, biogr. de : Ibrāhīm b. al-‘Alā’.

95 Ibid., vol. 11, fol. 31 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. Sa‘id al-Dārimi.

96 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 346 b, biogr. de : Abū Mālik al-Aš‘arī.

97 Ibid., vol. 8, fol. 1 b, biogr. : Šaddād b. Aws.

98 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī.

99 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 496 b, biogr. de : Marwārn b. Muḥammad, le calife.

100 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 25 b, biogr. de : Aš‘ab, personnage populaire connu pour sa gourmandise (m. 154/771).

101 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 414 b, biogr. de : Wāṣil.

102 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī.

103 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Sulṭān Aḥmad, 2), fol. 550 a, biogr. de : Adham b. Muḥriz.

104 Ibid., vol. 3, fol. 111 b, biogr. de : Iyās b. Mu‘āwiya.

105 Ibid., vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’.

106 Ibid., vol. 11, fol. 42 b, biogr. de : ‘Uṯmān b. ‘Abd al-Raḥmān al-mukattib, Ḥarrān (m. 230/845).

107 Ibid., vol. 10, fol. 556 b, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. Muḥammad al-mukattib, Bayt Lihyā.

108 Ibid., vol. 8, fol. 302 a, biogr. de : al-‘Abbās al-mukattib, résidant dans le quartier al-Rāhib à Damas (176/793-239/854).

109 Ibn Ǧubayr, Riḥla (edit. Maktabat Miṣri, p. 261.

110 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd, t. V, p. 161.

111 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba al-Ǧarmī.

112 Ibid vol. 11, fol. 196 b, biogr. de : ‘Iṯāf al-Dimašqi.

113 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 244, biogr. de : Maymūn b. Mihrān.

114 Ibid., vol. 10, fol. 554 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. Muḥammad.

115 Ibid., vol. 2, fol. 130 a, biogr. de : Aḥmad b. Naṣr b. Šākir.

116 Ibid., vol. 8, fol. 130 b, biogr de : al-Ḍaḥḥāk b. Qays, un Compagnon établi à Damas (m. 65/685).

117 Ibid., vol. 19, fol. 197 b, biogr. de : Abū al-Ǧuyūb al-mu’addib.

118 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 125 a, biogr. de : ‘Umar b. ‘Aṭā’ al-Ru‘ayni.

119 Ibid., vol. 10, fol. 473 a, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ, gouverneur de Damas et de la Ǧazira sous al-Mahdi et sous Rašīd (m. 186/802 ou 196/812).

120 Ibid.

121 Ibid., vol. 13, fol. 286 b, biogr. de : al-‘Alā’ b. Kuṯayyir.

122 Ibn ‘Asākir’ vol. 7, fol. 114 a, biogr de : Sa‘id b. ‘Abd al-‘Aziz.

123 Ibid., vol. 10, fol. 436 b, biogr. de : ‘Abd al-Salām b. Raġbān.

124 Ibid., vol. 17, fol. 399 b, biogr. de : Nawfal b. al-Furāt.

125 Ibid., vol. 4, fol. 54 b, biogr. de : Ḥabib b. Aws Abū Tammām.

126 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 523 a, biogr. de : ‘Abd al-Wahhāb b. Baht.

127 Ibn Ǧubayr, op. cit., p. 259.

128 Ibid., p. 260.

129 Ibn ‘Asākir t. I, (édit. Munaǧǧid), p. 315.

130 Ibid., vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Zayd Abū al-Dardā’.

131 Ibid., vol. 14, fol. 392 a, biogr. de : Faḍāla b. ‘Ubayd.

132 Ibid., vol. 17, fol. 409 a, biogr. de : Wāṯila b. al-Asqa.

133 Ibid., vol. 7, fol. 39 a, biogr. de : Sa‘d b. Tamīm.

134 Ibid., vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Huǧayma bt. Ḥuyayy ; Ibid., vol. 5, fol. 349 a, biogr. de : Hulayd b. Sa‘d.

135 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 213 b, biogr. de : ‘Aṭiyya b. Qays.

136 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de : ‘Āiḏ-Allāh b. ‘Abd Allāh.

137 Ibid.

138 Ibn Ǧubayr, op. cit., p. 260.

139 Zirikli, al-A‘lām, t. IX, p. 81 : Hišām b. Ismā‘il al-Mahzūmi, gouverneur de Médine de 82/702 à 87/706, et un de ses notables. Le calife ‘Abd al-Malik épousa sa fille. Il vint à Damas en l’an 82 /702, c’est alors que la lecture du sub‘ fut introduite.

140 Ibn ‘Asākir, t. II, (édit. Munaǧǧid), p. 49-52.

141 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Amir ; Ṣ. Munaǧǧid (édit.), Masǧid Dimašq. p. 14 : al-Qanṭara (l’arc romain) se trouvait à la porte Est ; elle fut démolie au viie/xiiie siècle.

142 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 168 a, biogr. de : al-Ḥasan b. ‘Umrān.

143 Ibid., vol. 18, fol. 70 b, biogr. de : Yūnis b. Maysara.

144 Ibid., vol. 8, fol. 46 b, biogr. de : Šahr b. Ḥawšab.

145 Ibid., vol. 18, fol. 156 b, biogr. de : Yazid b. ‘Abd al-Raḥmān b. abi Mālik.

146 Ibid., vol. 4, fol. 52 a, biogr. de : al-Ḥāriṭ b. Yamǧud.

147 Ibid., vol. 3 (édit. Duhmān), 354, biogr. de : Bilāl b. Sa‘d.

148 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 505 a, biogr. de : Marwān Abū ‘Abd al-Malik.

149 Ibid., vol. 18, fol. 23 a, biogr. de : Yaḥyā b. al-Ḥāriṭ.

150 Ibid., vol. 3, fol. 134 b, biogr. de : Ayyūb b. Tamim.

151 Ibid. vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.

152 Kaḥḥārlah, Mu‘ǧam al-Mu’allifīn, t. VI, p. 21.

153 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 461 a ; biogr. de : al-Walid b. ‘Utba.

154 Zirikli, al-A‘lām, t. IX, p 86.

155 Ibn ‘Asākir, vol. 2, fol. 130 a, biogr. de : Aḥmad b. Naṣr b. Šākir.

156 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašir.

157 E.I. 2, t. III, p. 24, art. Ḥadīth, par J. Robson. M.‘A. al-Hatib, al-Sunna qabl al-Tadwīn, p. 16.

158 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays abū al-Dardā’ ; d’après Yazid b. Hārūn, les Compagnons retenus à Médine furent : ‘Uqba b. ‘Amir al-Ǧuhani et ‘Abd Allāh b. Mas‘ūd.

159 Ibid, vol. 19, fol. 267 a, biogr. de : Abū Hurayra al-Dawsi ; l’ordre du calife est rapporté par al-Zuhrī.

160 Ibid., vol. 17, fol. 230 a, biogr. de : Maymūn b. Mihrān.

161 Ibid., vol. 17, fol. 254 b, biogr de : Munib.

162 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad al-Ṭaṭarī.

163 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.

164 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

165 Ibid., vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

166 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i.

167 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 89 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ma‘in.

168 Ibid, vol. 3 (édit. Duhmān), p. 195, biogr. de : Baqiyya b. al-Walīd.

169 Ibid., vol. 12, fol. 529 a, biogr. de : ‘Umrān b. Mūsā.

170 ‘Izz al-Din Ismā‘il, al-Mukawwināt al-ūlā li-l-Ṯaqāfa al-‘arabiyya, p. 233.

171 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad), fol. 532 a, biogr. de : Idris al-Hawlānī.

172 Ibid., vol. 4, fol. 101 b, biogr. de : Ḥariz b. ‘Uṯmān.

173 Ibid., vol. 7, fol. 114 a, biogr. de Sa‘id b. ‘Abd al-’Aziz.

174 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 409 a, biogr. de : Wāṯila b. al-Asqa‘.

175 Ibid., t. I (édit. Munaǧǧid), p. 315.

176 Ibid., vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad al-Ṭaṭari.

177 Ibid., vol. 15, fol. 147 a, biogr. de : Muḥammad b. al-‘Abbās, connu sous le nom de Ibn al-Barda‘i, de Tripoli.

178 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 409 a, biogr. de Wāṯila b. al-Asqa‘.

179 Ibid., vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays....

180 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim...

181 Ibid., vol. 6, fol. 87 b, biogr. de : Raǧā’ b. Ḥaywa.

182 Voir E.I. 2, art. Hadīt.

183 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 88 b, biogr. de : Ṣadaqa b. Hālid.

184 Ibid., vol. a (Cambridge 2), fol. 327 a, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ayyāš.

185 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 83 a, biogr. de : al-Ḥakam b. Nāfi‘ Abū al-Yamān al-Ḥimṣi.

186 Ibid., vol. 15, fol. 137 a, biogr. de : Muḥammad b. Šu‘ayb b. Šābūr, disciple d’al-Awzā‘ī. Il dit : « je vis al-Awzā‘i et lui soumis un carnet dans lequel j’avais consigné certaines de ses traditions. Il le garda pendant plusieurs jours puis il me le rendit en disant : je l’ai revu et je l’ai corrigé, tu peux le rapporter sous mon autorité ». Vol. 13, fol. 122 a, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-Wāḥid al-Sulami, disciple d’al-Awzā‘i. Il rapporta les mêmes détails.

187 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥammad b. Muslim...

188 Ibid., vol. 8, fol. 313 b, biogr. de : al-‘Abbās b. al-Walīd.

189 Ibid., vol. 15, fol. 137 a, biogr. de : Muḥammad b. Šu‘ayb...

190 Ibid., vol. 18, fol. 44 a, biogr. de : Yūsuf b. Sa‘id, usage de l’iǧāza ; vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i, usage de la munāwala ; vol. 14, fol. 423 b, biogr. de : Fayyāḍ b. ‘Amr, usage de la wiǧāda ; vol. 18, fol. 6 a, biogr. de : Yasara b. Ṣafwān, usage de la wiǧāda ; vol. 9, fol. 159 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Wahhāb, usage de la wiǧāda ; vol. 10, fol. 545 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. ‘Ubayd, usage de la munāwala.

191 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307, biogr. de : al-Zuhrī.

192 Ibid., vol. 17, fol. 470 a, biogr. de : al-Walid b. Mazyad, de Beyrouth.

193 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i.

194 Ibid., vol. 13, fol. 173 a, biogr. de : ‘Amr b. abi Salama.

195 Ibid., vol. 16, fol. 369 a, biogr. de : Muḥammad b. al-Walid.

196 Ibid., vol. 17, fol. 313 a, biogr. de : Mūsā b. Yasār.

197 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 535b, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. abi Ziyād.

198 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslīm.

199 Ibid. vol. 10, fol. 342 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Usayla al-Ṣunābiḥi.

200 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd Abū Qilāba.

201 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 72 b, biogr. de : Yūnus b. Yazid b. abi al-Niǧād.

202 Ibid., vol. 13, fol. 173 a, biogr. de : ‘Amr b. abi Salama.

203 Ibid., vol. 15, fol. 328 a, biogr. de : Muḥammad b. Muṣ’ab b. Ṣadaqa.

204 Ibid., vol. 2 (Cambridge, 2), fol. 327 a, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ayyāš.

205 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 461 a, biogr. de : al-Walid b. ‘Utba.

206 Ibid., vol. 10, fol. 541 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Karīm Abū Zur‘a al-Rāzi.

207 Ibid., vol. 17, fol. 315 b, biogr. de : Mu’ammal b. Ihāb.

208 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol 185 b, biogr. de : Hālid b. Ma‘dan.

209 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd....

210 Ibid., vol. 9, fol. 314, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Āyiḏ.

211 Ibid., vol. 16(2), fol. 160 b. biogr. de : Mu‘ārwiya b. Yaḥyā Abū Rawḥ al-Ṣadafī al-Dimašqī.

212 Ibid., vol. 9, fol. 247 a, biogr. de : ‘Abd al-Ḥamid b. Ḥabib b. abi al-‘Išrin, kātib al-Awzā‘i.

213 Ibid., vol. 17, fol. 470 a, biogr. de : al-Walid b. Mazyad al-‘Uḏri al-Bayrūtī.

214 Ibid., vol. 17, fol. 471 b, biogr. de : al-Walid b. Muslim.

215 Ibid., vol. 15, fol. 267 b, biogr. de : Muḥammad b. Firās Abū ‘Abd Allāh al-‘Aṭṭār.

216 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 73 b, biogr. de : Yaḥyā b. ‘Abd al-Raḥmān.

217 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad, 2), fol. 458 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Sa‘id.

218 Ibid., vol. 2 (Sulṭ. Aḥmad, 2), fol. 515 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Ya‘qūb al-Ǧawzǧāni.

219 Ibid., vol. 15 (Yale), fol. 127 a, biogr. de : Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ammār, Mawṣil (m. 242/857). Il est l’auteur de l’ouvrage cité.

220 Ibid., vol. 16, fol. 453 b, biogr. de : Maḥmūd b. Ibrāhīm... b. Sumay‘.

221 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 346 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr Abū Zur‘a.

222 Ibid., vol. 2, fol. 105 a, biogr. de : Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Isā.

223 Voir E.I. 2, t. II, pp. 906-908, art. Fiḳh, par J. Shacht.

224 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘ārḏ b. Ǧabal.

225 Ibid.

226 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 78 a, biogr. de : Mu‘āḏ b. Ǧabal.

227 Ziriklī, al-A‘lām, t. III, p. 155, Sa‘id b. al-Mūsāyyab, épigone et un des sept grands juristes de Médine.

228 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muḥmmad b. Muslim (m. 124/742).

229 Ibid., vol. 6, fol. 78 b, biogr. de : Raǧā b. Ḥaywa (m. 112/731).

230 Ibid., vol. 17, fol. 329 b, biogr. de : Maymūn b. Mihrān (m. 116/735).

231 Ibid., vol. 9, fol. 97 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd (m. 104/723).

232 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 225 b, biogr. de : Makḥūl (m. 113/732).

233 Ibid., vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Amir al-Ša‘bi (m. 104/723).

234 Zirikli, al-A‘lām, t. II, p. 242, al-Ḥasan al-Baṣrī (m. 110/728).

235 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 13 b, biogr. de : Šurayḥ b. al-Ḥāriṯ b. Qays al-Kindi (m. 78/697).

236 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl. Le calife ‘Umar II b. ‘Abd al-‘Aziz ordonna aux habitants du Šām de brūler les traditions concernant le prix du sang (al-Diyāt), qui étaient rapportées sous l’autorité de Makḥūl. L’ordre fut exécuté.

237 Ibid., vol. 13, fol. 284 a, biogr. de : al-‘Alā’ b. al-Ḥāriṯ al-Ḏimāri.

238 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

239 Ibid., vol. 14, fol. 504 b, biogr. de : Qays b. Mūsā.

240 Ibid., vol. 18, fol. 139 a, biogr. de : Yazid b. al-Samṭ.

241 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 2 a, biogr. de : Yazid b. Yūsuf.

242 Ibid., vol. 7, fol. 114 a, biogr. de : Sa‘id b. ‘Abd al-‘Aziz.

243 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Ibn Manẓūr, 3), biogr. de : Aḥmad b. Sulaymān b. Ḥaḏlam, cadi de Damas.

244 Ibid., vol. 8, fol. 99 a, biogr. de : Ṣa‘sa‘a b. Sallām.

245 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 11 b, biogr. de : Utba b. Ḥammād al-Ḥakami. Il récita al-Muwaṭṭa’ à Mālik b. Anas, à Médine.

246 Ibid., vol. 18, fol. 63 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ṣāliḥ al-Wuḥāzi, de Ḥimṣ (m. 222/837) ; al-Ma‘mūn le nomma au poste de cadi à Ḥimṣ ; vol. 9, fol. 252 a, biogr. de : ‘Abd al-Hamid Abū Hāzim al-Sakūnī, de Baṣra (m. 295/908), chargé du poste de Cadi à Damas, pour le Jourdain et pour la Palestine pendant le califat d’al-Mu‘tamid ; vol. 18, fol. 106 a, biogr. de : Yazid b. Ahmad b. Yazid, de Damas (m. 288/901), faqih, partisan de l’opinion personnelle.

247 Ibid., vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idris al-Šāfi‘i.

248 Ibid., vol. 14, fol. 559 a, biogr. de : Kunayz b. ‘Abd Allāh.

249 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de : ‘Ā’id-Allāh, Abū Idris al-Hawlānī. Ces détails se rapportent à l’état de la Grande Mosquée avant sa recons truction sous al-Walīd.

250 Ibid.

251 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

252 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 256 b, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

253 Ibid., vol. 17, fol. 329 b, biogr. de : Maymūn b. Mihrān.

254 Ibid., vol. 17, fol. 224, biogr. de : Makḥūl.

255 Ibn ‘Asākir, vol. 3, (édit. Duhmān), pp. 446-480, biogr. de Tamim al-Dāri.

256 Ibid., vol. 8, fol. 78 b, biogr. de : Ṣahr b. Harb ; Ṭabari, t. III, p. 397.

257 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’.

258 Ibid., t. I, (éd. Munaǧǧid), pp. 536, 537, 542.

259 Ibid., vol. 13, fol. 264 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays.

260 Ibid., vol. 8, fol. 43 a, biogr. de : Šam‘ūn, Abū Rayḥāna.

261 Ibid., vol. 4, fol. 48 a, biogr. de : al-Ḥāriṯ b. Mu‘āwiya.

262 Ibid., vol. 14, fol. 537, biogr. de : Ka‘b b. Māti‘ al-Ḥimyarī.

263 Ibid., vol. 17, fol. 403 a, biogr. de : Nawf b. Faḍāla.

264 Ibid., vol. 3, (édit. Duhmān), p. 426, biogr. de : Tubay‘ b. ‘Āmir.

265 Ibn ‘Asākir, vol. 6,(2), fol. 109 a, biogr. de : Mu‘āwiya b. Ṣahr (le calife).

266 Ibid., vol. 5, fol. 153 a, biogr. de : Hālid b. Zayd (m. 53/673).

267 Aḥmad Amin, Faǧr al-Islam, p. 159 d’après, Maqrizi ; Hiṭaṭ, 2/253, édit. Amiriyya.

268 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 309 a, biogr. de : un homme du Jourdain.

269 Ibid., vol. 8, fol. 261 a, biogr. de ‘Ā’iḏ Allāh b. ‘Abd Allāh...

270 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 353 b, biogr. de : Ǧaḍif b. al-Ḥāriṯ, Abū Asmā’.

271 Ibid., vol. 2, (Sult Aḥmad 2), fol. 461 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Šammar.

272 Ibid., vol. 3, (édit. Duhmān), pp. 354-377. La biographie comprend des exemples des maw‘iza, de Bilāl qui s’étendent sur plus de 20 pages.

273 Ibid., vol. 9, fol. 101 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Zayd.

274 Ibid., vol. 11, fol. 36 a, biogr. de : ‘Uṯmān b. abi al-’Ātika.

275 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 9 b, biogr. de : Ǧunāda b. ‘Amr b. al-Ǧunayd.

276 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : al-Awzā‘i. Rappelons à ce propos ses exhortations au calife abbasside Abū Ǧa‘far al-Manṣūr.

277 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : al-Qāsim b. ‘Uṯmān al-Ǧū’i, dévôt qui avait, à la Mosquée de Damas, un cercle d’études dans lequel il donnait ses sermons.

278 E.I., t. III, art. Masjid, p. 378.

279 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 364 a, biogr. de : ‘Uwaymir b. Qays, Abū al-Dardā’.

280 Yāqūt, Mu’ǧam, t. III, p. 34, un village près de Médine.

281 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 301 b, biogr. de : Ǧundub b. Ǧunāda Abū Ḏarr.

282 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Huǧayma bt. Ḥuyayy Umm al-Dardā’ ; vol. 19, fol. 436 a, biogr. des femmes dévôtes.

283 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 792, biogr. de : Abū Usayd al-Fazāri, de Damas.

284 Ibid., vol. 8, fol. 333 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. abi Zakariyyā al-Huzā‘i, de Damas.

285 Ibid., vol. 19, fol 267 a, biogr. de : Abū Hurayra, compagnon qui avait un grand nombre de traditions.

286 Ibid., vol. 2 (S. Ahmad. 2), fol. 436 a, biogr. de : Ibrāhīm b. Adham.

287 Ibn ‘Asākir vol. 8, fol. 33 a, biogr. de : Šaqiq b. Ibrāhīm al-Azdi al-Balhi.

288 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘ī ; vol. 7, fol. 114 a, biogr. de : Sa‘id b. ‘Abd al-‘Aziz ; vol. 8, fol. 63 b, biogr. de Ṣaliḥ b. Ǧanāḥ.

289 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 259 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Aḥmad, Abū Sulaymān al-Dārāni.

290 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : Qārsim b. ‘Uṭmān al-Ǧū‘i.

291 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Ibn Manẓūr, 3) fol. 60, biogr. de : Aḥmad b. abi al-Ḥawāri.

292 Cf. Elisséeff, La Description de Damas, p. 110, note 4. Ce quartier correspond à l’actuel quartier chrétien de Bāb Tūmā.

293 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 432 a, biogr. de : Umm Hārūn al-Hurāsāniyya. Une femme dévôte, originaire de Hurāsān, établie à Damas ; elle avait un certain nombre de disciples.

294 Ibid., vol. 10, fol. 447 b, biogr. de : ‘Abd al-‘Aziz b. ‘Umayr.

295 Ibid., vol. 10, fol. 416 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥim b. Muḥammad b. ‘Alī al-Anṣāri al-Dārāni.

296 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 244 a, biogr. de : Halaf b. Tamīm.

297 Ibid., vol. 14, fol. 306 a, biogr. de : ‘Isā b. Muḥammad b. Isḥāq.

298 Ibid., vol. 7, fol. 22 b, biogr. de : Subbā‘.

299 Ibn ‘Asākir, vol. 15 fol. 276 a, biogr. de : Muḥammad b. Karrām.

300 Ibid., vol. 14, fol. 592 a, biogr. de : Muḥammad b. Aḥmad b. Sayyid Ḥamdawayh.

301 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 454 b, biogr. de : ‘Abd al-‘Aziz al-Muṭarriz.

302 Ibid., vol. 13, fol. 81 a, biogr. de : ‘Umar b. Sa‘id b. Aḥmad.

303 Ibid., vol. 19, fol. 331 b, 334 a, biogr. de : 15 hommes dévôts.

304 Ibid., vol. 19, fol. 437 b, biogr. de : trois femmes dévôtes.

305 E.I. 2, t. I, p. 1234, art. Bid‘a, par J. Robson.

306 Ibid., t. IV, pp. 384-388, art. Ḳadariyya, par J. Van Ess.

307 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 268 a, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn b. Ādam.

308 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 141 a, biogr. de : ‘Umar b. Yazid al-Naṣri.

309 Ibid., vol. 10, fol. 512 a. biogr. de :’Abd al-Wārriṯ b. al-Ḥasan al-Baysāni.

310 Ibid., vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmārn b. ‘Amr al-Awzār‘i.

311 Ibid.

312 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 67 b, biogr. de : Umayya b. ‘Uṯmān al-Dimašqī.

313 Ibid., vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān b. abi Ġaylān.

314 Ibid., vol. 2 (Sulṭān Aḥmad, 2), fol. 486 a, biogr. de : Ibrāhīm b. Muḥammad Abū Isḥārq al-Fazāri.

315 Ibid., vol. 9, fol. 259 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Aḥmad Abū Sulaymārn al-Dārāni.

316 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 395 b, biogr. de : Muḥammad b. Yūsuf b. Wāqid Abū ‘Abd Allāh al-Fāriyābi.

317 Ibid., vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘id b. Bašir.

318 Ibid., vol. 19, fol. 197 a, biogr. de : Abū Ǧamil.

319 Ibn ‘Asākir, vol. 16(2), fol. 167 a, biogr. de : Ma‘bad al-Ǧuhani.

320 Wellhusen, Tārīḫ al-Dawla al-‘Arabiyya, p. 228.

321 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 274 b, biogr. de : ‘Abbād b. al-Rayyān al-Lahmi.

322 Ibid. vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Maḳhūl.

323 Ibid., vol. 19, fol. 246 a, biogr. de : Abū Muḥammad al-Kalbi.

324 Ibn ‘Asākir, vol. 19 fol. 205 b, biogr. de : Abū al-Rabi‘ al-Dimašqi.

325 Ibid., vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makḥūl.

326 E.I. 2, t. IV, p. 385, art. Ḳadariyya, par J. Van Ess.

327 Zirikli, A‘lām, t. V, p. 320, d’après Ibn al-Nadīm et Šahristānī.

328 E.I. 2, art. Ḳadariyya.

329 Ibid.

330 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān.

331 Ibid., vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Amr b. Šuraḥīl al-‘Ansi al-Dārāni.

332 Ibid., vol. 10, fol. 402 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid al-Sulamī al-Dimašqī.

333 Ziriklī, A‘lārm, t. II, p. 301 : Ḥammād b. Zayd (98/717-179/795), traditionniste iraquien.

334 Ibid., t. II p. 138 : Ǧahm b. Ṣafwārn (m. 128/745) du Hurāsān, fondateur de la secte Ǧahmiyya ; Laoust, Schismes, p. 49 : « Les jahmiya sont des jabriya qui nient l’existence en l’homme de toute décision libre. Ce sont des mu‘attila, des « négateurs » qui pour sauver l’unicité absolue de Dieu, se refusent à lui appliquer (toute) qualification. (Ils considèrent) le Coran comme une production engendrée dans le temps (mahlūq) ».

335 Ziriklī. op. cit., t. V, p. 252 (80/699-144/761), ‘Amr b. ‘Ubayd, Baṣrīote, un des fondateurs du Mu‘tazilisme.

336 Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. 302 b, biogr. de : Ṯawr b. Yazīd.

337 M.A. Shaban, Islamic History, t. I, pp. 156-157, d’après Ṭabari, pp. 1834-1835 ; Ḏahabi, Tārīh, vol. V, p. 189.

338 E.I. 2, art. Ḳadariyya.

339 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 77 b, biogr. de : Sa‘īd b. Bašir.

340 Ibid., vol. 18, fol. 27 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ḥamza.

341 Ibid., vol. 15, fol. 145 a, biogr. de : Muḥammad b. ‘Ā’iḏ b. ‘Abd al-Raḥmān.

342 E.I. t. III, p. 784, art. murdji‘a, par Wensink.

343 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 137 a, biogr. de : Muḥammad b. Šu‘ayb.

344 Ibid., vol. 16, fol. 495 a, biogr. de : Marwān b. Muḥammad.

Notes de fin

* année du décès de l’auteur

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des personnages selon les siècles
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Graphique 1. Répartition des savants recensés selon les siècles
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles selon leur rapport avec le Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Tableau 2. Répartition des savants recensés dans les trois premiers siècles en fonction de leurs relations avec le Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 3. Répartition géographique des habitants du Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 3. Répartition géographique des savants du Šām (recensés)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 4. Evolution du nombre des savants dans le Ǧund de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 4. Distribution des savants à l’intérieur du district de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Graphique 5. Proportion des savants damascains par rapport aux savants du Sām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Tableau 6. Répartition des savants dans les environs de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Tableau 7. Répartition des savants au Nord et Nord-Ouest de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 8. Répartition des savants au Sud et Sud-Est de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 9. Répartition des savants dans le district de Ḥimṣ
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique 6. Répartition des savants dans les environs de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 10. Répartition des savants dans le district de Palestine
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau 11. Répartition des savants dans le district du Jourdain
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Graphique 7. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Ḥimṣ de Palestine et du Jourdain
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 12. Répartition des savants dans le district de Qinnasrīn
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 13. Répartition des savants dans la province de Ǧazīra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Graphique 8. Evolution du nombre des savants dans les Ǧund de Qinnasrīn et des ‘Awāsim, et dans la province de Ǧazīra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 14. Répartition des savants dans les places frontières
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 9. Répartition ethnique des savants du Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Tableau 15. Répartition ethnique des personnages habitant au Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 16. Arabes autochtones et conquérants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Graphique 10. Répartition des savants entre Arabes autochtones et conquérants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau 17. Tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique II. Répartition des savants entre tribus ‘Adnāniyya et Qaḥṭāniyya
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 18. Répartition par sexe
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique 12. Répartition des savants, par sexe, au Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Tableau 19. Occupations des personnages habitant au Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 13. Fonctions et professions exercées par les savants du Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Tableau 20. Disciplines poursuivies par les habitants du Šām
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Graphique 14. Répartition des savants du Šām selon leurs centres d’intérêts
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Graphique 15. Disciplines religieuses
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Tableau 21. Disciplines religieuses
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau 22. Catégories des maîtres
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Graphique 16. Catégories des maîtres
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Graphique 17. Disciplines linguistiques et littéraires
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 32. Disciplines linguistiques et littéraires
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 24. Disciplines historiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 18. Disciplines historiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5940/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search