Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Deuxième Partie. L'action du pouvoir dans la culture et l'éducation

III. Les abbassides

Texte intégral

1Les premiers Califes Abbassides (132/750-320/932)

Tableau chronologique

Tableau chronologique

D’après C.E. Bosworth, The Islamic Dynasties, p. 7

Les premiers Califes Abbassides. Tableau généalogique

Les premiers Califes Abbassides. Tableau généalogique

D’après D. et J. Sourdel, La Civilisation de l’Islam Classique, p. 63.

Tableau généalogique des Qurays montrant les liens entre Umayyades, Abbassides et Alides.

Tableau généalogique des Qurays montrant les liens entre Umayyades, Abbassides et Alides.

A. L’histoire de la famille abbasside et l’éducation de ses membres

  • 1 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 185 a, biogr. de : Yazid b. Mu‘āwiya. Lors de cette visite Ibn’Abbās dit (...)
  • 2 Ibid., vol. 9, fol. 148 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Abbās.

2L’aïeul de la famille abbasside, ‘Abd Allāh b. ‘Abbās (m. 86/ 687) se rangea d’abord au côté de ‘Alī b. abī Ṭālib dans son combat contre le gouverneur du Šām, Mu‘āwiya b. abī Sufyān, pour le pouvoir califal. Après l’assassinat du dernier calife, il prêta serment à Mu‘āwiya, et vint lui rendre visite à Damas. Au palais al-Ḥaḍrā’, Ibn ‘Abbās rapporta des traditions à l’intention de Yazīd b. Mu‘āwiya, et rendit hommage aux Sufyānīdes pour l’attention particulière qu’ils accordaient aux sciences religieuses1. Après quoi, cet éminent savant abandonna les préoccupations politiques et s’adonna entièrement à la science et à l’enseignement. Il eut un grand nombre de disciples à Damas, parmi lesquels : Abū Idris al-Ḫawlānī, Ḫālid b. al-Lağlāğ et Šahr b. Ḥawšab2.

  • 3 Yārqūt, t. III, p. 331 : un canton au Šām entre Damas et Médine.
  • 4 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 232, biogr. de : Muḥammad b. ‘Alī ; (D’après Wellhausen, ‘Ali b. ‘Abd Al (...)
  • 5 Ibid., vol. 12, fol. 440 b, biogr. de : ‘Alī b. ‘Abd Allāh.

3Les bonnes relations étant rétablies entre les deux clans quraysites, ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. ‘Abbās (40/660-118/736) décida de quitter Médine et de se fixer dans un petit village du sud du Šām, dans le canton d’al-Šarāt3, appelé Ḥumayma. Le transfert eut lieu, selon Ibn ‘Asākir, vers l’an 58/6774. ‘Alī b. ‘Abd Allāh avait néanmoins veillé à se procurer une maison à Damas pour les fréquents séjours qu’il faisait dans la capitale, pendant lesquels il se rendait à la cour et s’entretenait avec les savants religieux5.

  • 6 En ce qui concerne la propagande des ‘Abbāssīdes, et leurs rapports avec les Hāšimiyya ou Rāwandiyy (...)
  • 7 Ibid., la mort d’Abū Hāšim, et la collation de l’Imamat à Muḥammad b. ‘Ali aurait eu lieu en 98/716
  • 8 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 232 a, biogr. de : Muammad b. ‘Ali.

4Son fils Muḥammad b. ‘Ali fut choisi par Abū Hāšim ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. al-Ḥanafiyya, pour lui succéder comme Imām d’une fraction chiite6, vers l’an 87/7057 selon Ibn ‘Asākir. Il le présenta comme un Syrien ayant passé sa vie au Šām depuis sa naissance en 58/677 jusqu’à sa mort en 124/ 7418. Sa descendance fut considérée comme syrienne, jusqu’à ce qu’Abū al-‘Abbās ‘Abd Allāh b. Muḥammad, quitte secrètement Humayma en octobre 132/749 avec treize membres de sa famille pour Kūfa où il fut proclamé calife un mois plus lard.

  • 9 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 148 a, biogr. de : ‘Abd Allāh, b. ‘Abbās.

5En ce qui concerne l’éducation des membres de la famille avant et après son accession au califat, on peut rappeler que ‘Abd Allāh b. ‘Abbās, le savant médinois, était surnommé « la Mer » en raison de son savoir encyclopédique. Il était connu pour avoir enseigné, à la mosquée de Médine, les sciences profanes de la Ğāhiliyya au même titre que les sciences religieuses. Pour satisfaire sa clientèle très nombreuse et ayant des intérêts divers, il planifiait son temps de façon à enseigner un jour l’exégèse du Coran, un deuxième les expéditions militaires du Prophète, un troisième les jours de combat des Arabes, un quatrième les généalogies, un cinquième la poésie ou la lexicographie9.

  • 10 Ibid., vol. 12, fol. 440 b, biogr. de : ‘Ali b. ‘Abd Allāh.
  • 11 Ibid., vol. 8, fol. 69 a, biogr. de : Sārlih b. ‘Alī ; Ibid., vol. 14, fol. 305, biogr. de : ‘Isā b (...)

6Son fils ‘Alī, qui s’établit à Ḥumayma, se distingua par sa dévotion et sa religiosité, ce qui lui valut le surnom d’al-Sağğād, celui qui est souvent prosterné. Les Qurayšites suspendaient leurs assemblées et cercles d’étude à La Mecque quand il y allait en pêlerinage et assistaient tous à ses séances durant son séjour, bien qu’il ne connût qu’un nombre restreint de traditions10. Tous ses fils dont notamment, ‘Abd Allāh (103/721-147/764) et Sāliḥ (96/714-151/768), qui devaient plus tard assumer la direction de la conquête abbasside du Šām, et le gouvernorat de l’une ou l’autre de ses régions, n’avaient comme activités intellectuelles que la transmission de quelques traditions sous l’autorité de leur père11, cela en plus, naturellement de leur maîtrise de la langue arabe.

  • 12 Ibid., vol. 15, fol. 223 b, biogr. de : Muammad b. ‘Ali.

7Tout en restant dans le cadre de la formation religieuse ‘Alī b. ‘Abd Allāh envoya son fils Muhammad suivre l’enseignement d’Abū Hāšim ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. al-Ḥanafiyya12. Celui-ci reconnut les qualités de son disciple et lui légua ses livres, ainsi que l’Imamat de ses partisans au Ḫurāsān.

8A partir du moment où Muḥammad b. ‘Alī décida de se joindre à la conspiration contre les Umayyades, les Abbassides paraissent avoir constitué un cercle d’étude familial dans lequel un certain enseignement et certaines traditions se transmettaient d’une génération à l’autre. Leurs partisans au Ḫurāsān étant des Chiites extrêmistes, on pourrait s’attendre à ce que cet enseignement ait été hétérodoxe. Or des témoignages attestent, que leurs intérêts politiques n’influencèrent en rien leurs attitudes religieuses. En voici quelques exemples :

    • 13 Ibn ‘Asākir, biogr. de ‘Abd Allāh b. Muammad, al-Manūr, copie Azhariyya dont l’Académie Arabe de (...)

    Après son avènement au califat, al-Mansūr réunit les siens et leur demanda s’ils se rappelaient du rêve qu’il avait eu, lorsqu’ils étaient encore à al-Šarāt. Et, comme ceux-ci lui dirent qu’ils l’avaient oublié, il les en blāma, et rapporta qu’au cours de ce rêve, il visita la Mecque et entra à la Ka‘ba où il rencontra le Prophète et ses compagnons Abū Bakr, ‘Umar et Bilāl al-Ḥabašī. Le Prophète lui annonça qu’il accèderait au califat. Puis il insista pour que le rêve soit inscrit sur des tablettes d’or, et que les jeunes enfants abbassides les portent pendues à leurs cous13.

    • 14 Ibid., vol. 10, fol. 432 b, biogr. de : ‘Abd al-amad b. ‘Ali. Ce personnage (106/724-184/800) fut (...)

    Muḥammad b. Ibrāhīm al-Imām dit : « Abū Ğa‘far al-Mansūr me fit appeler chez lui. Au palais je rencontrai le prince héritier al-Mahdī, ‘Abd al-Ṣamad b. ‘Alī, Dā’ūd b. ‘Alī, Ismā‘īl b. ‘Alī, Sulaymān b. ‘Alī et d’autres personnages de la famille. Le calife ordonna au secrétaire d’apporter des encriers et du papier et de les distribuer aux assistants ; il s’adressa ensuite à ‘Abd al-Samad b. ‘Alī en disant : « O mon oncle ! rapporte à tes fils, frères et cousins la tradition de l’entraide et de la cohésion familiale, (adī al-birr wa-l-ila) »14.

    • 15 Ibn ‘Asākir, vol 2 (Cambridge 2), fol. 290 a, biogr. de : Isāq b. ‘Isā.

    Selon un troisième récit, Hārūn al-Rašīd dit à son fils : « ‘Isā b. ‘Alī était notre moine et savant, à nous, membres de la famille du Prophète (ahl al-bayt). Il servit successivement ‘Alī b. ‘Abd Allāh, Muḥammad b. ‘Alī, Ibrāhīm b. Muḥammad, Abū al-‘Abbās et Abū Ğa‘far. Il fut témoin de leurs actions, ainsi que des événements qui les concernèrent. Son fils Isḥāq b. ‘Isā étant son préféré, il lui rapporta tout ce qu’il connaissait. Je te conseille de le fréquenter, d’entendre et de retenir tout ce qu’il te rapporte car il est à l’heure actuelle celui qui connait le mieux notre histoire ; il est aussi digne de confiance que son père15.

  • 16 Ibid., vol. 14, fol. 305 a, biogr. de : ‘Isā b. ‘Alī.

9Notons à ce propos que ‘Isā b. ‘Alī 83/702-163/779 dit à ceux qui assistèrent à ses derniers instants : « A cette heure, mon palais contient mille collections (mağmū‘a) ». Il s’agit probablement des traditions qu’il tenait de son père et de son frère Muḥammad ainsi que des notes concernant la propagande abbasside et les événements qui les portèrent au pouvoir16.

  • 17 Ibid, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 290 a, biogr. de : Isāq b. ‘Isā.

10Quant à son fils Isḥāq, qui fut gouverneur de Damas sous al-Rašīd il rapporta des traditions en se référant à son père et à son cousin Abu Ğa’far al-Manṣūr17.

11D’autres Abbassides eurent des rapports avec le Šām avant et au début du califat abbasside ; ils sont connus pour avoir transmis les traditions de la famille, notamment :

    • 18 Ibid, vol. 14, fol. 626 b, biogr. de : Muammad b. Ibrāhīm.

    Muḥammad b. Ibrāhīm al-Imām 120/737-185/801, gouverneur de Damas sous al-Mahdī et al-Rašīd, rapporta des traditions en se référant à son cousin al-Manṣūr. Il réunissait chaque semaine (tous les jeudis) ses fils et ses petits-fils pour leur adresser des exhortations et rapporter des traditions.18

    • 19 Ibid., vol. 9, fol. 130 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Ṣāliḥ.

    ‘Abd Allāh b. Ṣāliḥ b. ‘Ali, (m. 186/802) gouverneur d’al-Ğazīra puis des marches frontières (al-’awāim), rapporta des traditions en se référant à son oncle Sulaymān.19

    • 20 Ibid., vol. 7, fol. 249 b, biogr. de : Sulaymān b. ‘Abd Allāh.

    Sulaymān b. ‘Abd Allāh’ (fils d’al-Manṣūr), gouverneur de Damas en 187/803 rapporta des traditions en se référant à son père.20

    • 21 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 473 a, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ.

    ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ b. ‘Alī, (m. 196/811), gouverneur de Damas, puis chef des expéditions d’été (awā’if), rapporta des traditions en se référant à son père et à son oncle Sulaymān.21

  • 22 E.I. 2, t. I, p. 15-24, art. ‘Abbāssīdes, écrit par B. Lewis ; Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islām (...)

12Si nous nous sommes tant attardés sur ces témoignages, c’est parce qu’ils donnent quelques éclaircissements sur le contenu de l’enseignement des premiers Abbassides. Celui-ci comprenait probablement l’histoire de la famille au fur et à mesure de son développement : la propagande, la révolution, la victoire, le règne des premiers califes, ainsi que l’enseignement religieux qui laisse une grande place aux traditions. Rien n’indique que les traditions qui circulaient dans leurs rangs étaient en désaccord avec l’orthodoxie. Au contraire, ces témoignages nous apprennent que leurs garants en cette matière avaient tenu leurs traditions de sources orthodoxes : ‘Alī b. ‘Abd-Allāh avait suivi l’enseignement d’Abū Sa‘īd al-Ḫudrī, grand traditionniste médinois, et son fils Muḥammad avait entendu son père et ‘Umar b. ‘Abd al-’Azīz en plus de Muḥammad b. al-Ḥanafiyya et de son fils Abū Hāšim ‘Abd-Allāh. D’autre part, nous apprenons par ces témoignages que de nombreuses personnalités orthodoxes, notamment al-Zuhrī, Faḍāla b. al-Mubārak et Hišām b. ‘Urwa entendirent les traditions de ‘Alī b. ‘Abd-Allāh b. ‘Abbās ou de son fils Muḥammad et les rapportèrent en se référant à eux. Sans négliger l’influence des circonstances politiques et sociales qu’ils eurent à affronter après leur accession au pouvoir, l’éducation arabo-islamique de la famille abbasside nous paraît être un facteur important dans l’attachement des califes abbassides à l’orthodoxie, et leur condamnation des hérésies sous toutes leurs formes. Ceci est valable pour tous les califes abbassides excepté al-Ma’mūn qui se rallia d’abord au chiisme et imposa ensuite le mu‘tazilisme, suivi en cela par al-Mu‘taṣim et al-Wāṯiq. Cette dernière tentative dura quinze ans environ22.

B. Début du califat Abbasside, situation politique et culturelle

13Dès l’arrivée au pouvoir des Abbassides, leurs partisans orientaux (surtout Ḫurāsāniens), islamisés de bonne heure, devinrent des membres de plein droit de la communauté islamique. Ils accédèrent aux hautes fonctions de l’Etat « béni », et prirent part à sa défense contre les ennemis intérieurs et extérieurs. La révolution réalisa ainsi, dans une certaine mesure, son objectif politique, à savoir, l’abolition de la discrimination entre conquérants et conquis. Le mouvement d’islamisation parmi les autochtones des provinces orientales et occidentales en fut accéléré, mais il en résulta une situation nouvelle face à laquelle les califes durent prendre des mesures particulières.

  • 23 Voir E.I., t. IV, p. 1298, art. zandaqa, par L. Massignon.

14Aux orientaux qui soutinrent leur cause, les propagandistes pro-abbassides avaient en effet promis égalité, justice et prospérité. La dernière promesse restant lettre morte, il s’en suivit des revendications socio-économiques. D’autre part, un bon nombre d’orientaux nouvellement islamisés restaient imprégnés de leur culture originelle, ce qui donna lieu à des revendications intellectuelles. Les unes et les autres se présentèrent sous forme d’hérésies dont certaines s’inspiraient des anciennes religions persanes (mazdéisme et manichéisme) désignées sous l’appellation de zandaqa23. Celles-ci paraissent avoir constitué une véritable menace pour l’intégrité de la religion musulmane et pour l’authenticité de la culture arabo-islamique naissante, ainsi que pour la cohésion de la communauté. Les califes abbassides, en tant que chefs spirituels de la communauté et dépositaires de l’arabité, durent intervenir officiellement dans la définition du dogme et la détermination des activités intellectuelles nécessaires au développement de la culture de manière à consolider sa base islamique et son caractère arabe.

15Assumant le rôle d’arbitre dans les questions doctrinales et intellectuelles, les califes abbassides durent se donner à eux-mêmes une solide éducation afin d’être à la hauteur de cette responsabilité ; reprenant le système du préceptorat instauré sous les Umayyades, ils purent assurer à leurs fils la formation dont ils avaient besoin. Les cours des califes devinrent de véritables centres de culture, où les intellectuels de toutes sortes se réunissaient sous l’égide du calife, discutaient des questions importantes en sa présence et exposaient leurs points de vue. Le Bayt al-ikma fut rétabli et organisé de manière à employer les lettrés de l’Empire au service des tendances culturelles approuvées par les califes.

16Il est à remarquer que les intérêts intellectuels manifestés par les premiers califes abbassides aidèrent à intégrer une catégorie de la population de l’Empire dont la participation à la culture naissante avait été relativement faible durant la période précédente : les intellectuels non-islamisés parmi les autochtones, syriaques de Syrie et d’Iraq pour la plupart, furent à cette époque les personnes les plus aptes à ouvrir la culture arabo-islamique à l’héritage grec. Ils s’adonnaient à l’étude et à la traduction des sciences et de la philosophie dans leur propres centres, Antioche, Ḥarrān, Qinnasrīn, Ğundaysābūr et autres. Ajoutée à celle de leur propre langue et du grec, la connaissance de l’arabe, leur ouvrit les portes de la cour et du bayt al-ikma ; ils émigrèrent vers la nouvelle capitale ce qui amena l’affaiblissement progressif des centres provinciaux.

17La mise en valeur des éléments littéraires, scientifiques et philosophiques de la culture arabo-islamique entraîna, au cours de son développement, une différenciation entre deux courants, l’un à dominante rationnelle et l’autre à dominante traditionnelle et intégriste, chacun ayant ses propres représentants et partisans, sans qu’il y eut une rupture complète entre eux.

18Inutile de dire que le commun des croyants soutenait le deuxième courant. Il faut voir lā le résultat naturel du système d’enseignement à deux niveaux inauguré par les Umayyades où le peuple devait se contenter d’un enseignement sommaire de la religion tandis que les princes recevaient une solide formation tant en religion qu’en littérature et en sciences. Sous les Abbassides, la classe supérieure assimila les fils des hauts fonctionnaires civils et militaires, arabes et non-arabes ainsi que les descendants des familles nobles et intellectuelles des provinces. Ils bénéficièrent de cette formation rationnelle, ce qui entraîna quelques heurts avec les représentants de l’autre courant ainsi d’ailleurs que des compromis et des influences réciproques.

C. Rapports des califes abbassides avec le Sam

Généralités

19La dynastie abbasside ayant transféré sa capitale en Iraq, le Šām perdit sa position centrale au sein de l’Etat islamique. Toutefois il garda une importance particulière en raison de sa situation géographique, qui en fit un relai entre l’Iraq et les autres provinces occidentales. Sa longue frontière fut aussi un champ d’affrontements continuels avec l’Empire byzantin. Pour cette raison, et sans doute aussi en raison des troubles qui s’y répandirent au début du califat, les Abbassides ne manquèrent d’y faire de fréquentes visites et des séjours plus ou moins longs selon les circonstances ; aussi tinrent-ils à y envoyer leurs meilleurs hommes pour le gouverner.

  • 24 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 209 b, biogr. de : ‘Asim b. Muammad al-Kalbī.
  • 25 Voir, supra, Géographie.

20Rappelons que le Šām comprenait sous les quatre premiers califes abbassides sept circonscriptions qui étaient selon Ibn ‘Asākir : Palestine, Jourdain, Damas, Ḥimṣ, Qinnasrīn, Ğazīra et Mossoul24. Une autre circonscription fut créée sous al-Rašīd, à savoir, al-‘Awāṣim25. Le gouvernement de la province fut parfois confié à un seul gouverneur ; mais le plus souvent, un fonctionnaire était assigné à chaque région afin de calmer l’agitation. Les premiers gouverneurs et chefs militaires du Šām furent des membres de la famille abbasside, mais au fur et à mesure de l’introduction et de l’ascension des éléments non-arabes dans les sphères dirigeantes de la société musulmane, le Sām reçut successivement des fonctionnaires persans (à partir du califat d’al-Rašīd), et turcs (ā partir du califat d’al-Wāṯiq).

a. Al-Saffāḥ

21Le massacie des Umayyades et de leurs partisans avait à peine pris fin que le gouverneur abbasside, ‘Abd Allāh b. ‘Alī, cherchait à se concilier les habitants du Šām en attirant à lui les savants de cette contrée.

  • 26 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

22En raison de l’atmosphère qui régnait à Damas lors de l’entrée des Abbassides dans la ville, le juriste al-Awzā‘ī se cacha pendant un certain temps, puis s’enfuit à Beyrouth. ‘Abd Allāh b. ‘Alī envoya un messager à Beyrouth pour lui demander de le rencontrer à Ḥamā, où il était de passage. Lors de l’entretien al-Awzā‘ī répondit avec franchise aux questions de ‘Abd Allāh b. ‘Alī, lui faisant part de son désaccord avec la manière dont les Abbassides avaient traité la famille umayyade. De retour à Beyrouth, il trouva un messager devant sa porte, qui lui transmit les excuses du gouverneur pour avoir oublié de le récompenser et lui versa 200 dinars que le juriste accepta et distribua aux pauvres26.

23Bien qu’al-Saffāḥ renoua avec la tradition umayyade de tenir des soirées de discussions (mağālis samar) dans son palais, rien ne nous indique que des savants religieux, ou des poètes syriens assistaient à ces assemblées.

b. al-Manṣūr

24La calife al-Manṣūr alla plus loin dans cette politique de conciliation avec l’orthodoxie, ayant lui-même accompli sa formation religieuse en tradition, jurisprudence et farā’i, alors que la famille abbasside résidait au Šām.

  • 27 Ibn ‘Asākir, (copie Azhariyya), biogr. de : ‘Abd Allāh b. Muammad Abū Ğa‘far al-Manūr.
  • 28 Ibid., vol. 17, fol. 432 b, biogr. de : al-Waḍin b. ‘Atā’, traditionniste de Kafar-Sūsa, un village (...)

25Après son accession au pouvoir, il vint deux fois au Šām, visita Damas, Bayt al-Maqdis et al-Ğazīra27. Il aurait invité un certain nombre de savants syriens à venir le voir à Bagdad28.

26Quoi qu’il en soit, il tint à avoir de bonnes relations avec al-Awzā‘ī et maintint une correspondance avec lui. Dans une de ses lettres au juriste, le calife lui dit : « Le Prince des Croyants te demande d’assumer une part de la responsabilité dont Dieu le chargea. Fais-lui part de tes remarques et de ce que tu penses être de l’intérêt de la communauté ».

27Al-Awzā‘ī lui répondit par des conseils et des exhortations. Dans une autre lettre, le calife l’invita à venir à Bagdad. Lors de leur rencontre, le calife lui dit : « Je désire m’instruire et suivre ton exemple ». Al-Awzā‘ī lui donna des conseils, puis s’excusa de ne pas porter le noir (la couleur des Abbassides) ne s’y sentant pas à l’aise.

  • 29 Ibid, vol. 10, fol. 346 b, biogr. de :’Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

28Signalons toutefois que l’attention et le respect du calife n’épargnèrent pas à al-Awzā‘ī d’être tenu à l’écart, à Beyrouth même. Il fut accusé d’être pro-Umayyade et on l’empêcha de poursuivre son enseignement et d’accueillir des étudiants dans son assemblée. Les habitants de Beyrouth, musulmans, chrétiens et juifs, lui rendirent néanmoins hommage à sa mort survenue en 157/773 ; toute la ville participa à ses funérailles29.

  • 30 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 285b, biogr. de : Isāq b. ‘Abd Allāh b. Abi Farwa.
  • 31 Ḥasan Ibrāhīm Ḥasan, Tārī al-Islām, t. II, p. 27.

29A cette exception près, les autorités accordèrent une attention particulière aux sciences religieuses. Lorsque Ṣāliḥ b. ‘Alī, le gouverneur du Šām sous al-Manṣūr, prit son poste, il était accompagné de savants, dont un traditionniste médinois qui rapporta des traditions aux Syriens durant son séjour30. Dans les recommandations qu’il fit à son fils, le prince héritier, al-Manṣūr n’oublia pas de mentionner le respect qu’on doit aux hommes de science et de religion31.

  • 32 As‘ad alas, al-Tarbiya wa-l-Ta‘līm fī-l-Islām, p. 213.
  • 33 H.I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 35.
  • 34 G. Zaydān, Tārī al-Tamaddun al-Islāmī, t. III, pp. 157 et 299.
  • 35 Sa’id al-Dīwaği, Bayt al-ikma, p. 31.

30En sus du grand intérêt qu’il portait aux sciences religieuses, al-Manṣūr était passé maître en éloquence et s’intéressait à la poésie arabe. C’est pourquoi il tint à assurer à son fils une éducation arabe aussi bien qu’islamique. Comme précepteurs il lui choisit Abū Sa‘īd, Muḥammad b. Muslim (traditionniste), Abū Muḥammad, Sufyān b. Ḥusayn b. Ḥasan (juriste)32, et al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī (poète, grammairien et grande autorité en poésie, proverbes et jours de combat des Arabes33. Ajoutons à cela les efforts déployés par ce calife pour se faire traduire les ouvrages de médecine, d’astrologie ou d’astronomie, de géométrie, etc…34. De tels efforts amenèrent certains auteurs à supposer que le Bayt al-ikma fut rétabli à Bagdad à cette époque35. Ainsi al-Manṣūr renoua-t-il avec les traditions intellectuelles des Umayyades et la culture arabo-islamique put-elle se perpétuer telle quelle.

  • 36 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 432 b, biogr. de : al-Wadin b. ‘Atā’, (traditionniste) ; Ibid, vol. 16(2 (...)

31Si l’austérité et l’avarice d’al-Mansûr déçurent les intellectuels qui avaient l’habitude de fréquenter la cour des califes — à tel point que les poètes composèrent des poèmes satiriques contre Bagdad et les Abbassides36 — la cour abbasside retrouva avec al-Mahdī les traditions de générosité de jadis, ainsi que son rôle de protectrice des lettres et, de plus en plus, des sciences.

c. Al-Mahdī

  • 37 Ancien partisan du mouvement abbasside, cf. E.I., art. ‘Abbāssīdes, op. cit.
  • 38 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II, pp. 102-103.

32Durant le califat d’al-Manṣūr les hérétiques rāwandiyya37 et kharijites se révoltèrent au Hurāsān et en Afrique du Nord. Lorsque al-Mahdī accéda au pouvoir, un quart de siècle après la victoire abbasside, la crise doctrinale avait pris des dimensions inquiétantes. Al-Mahdī comprit le danger que les nouvelles hérésies, désignées sous le nom de zandaqa, comportaient pour l’Islam, l’arabité et l’unité de la communauté ; pour parvenir à ses fins, il usa contre elles aussi bien du dialogue que de la persécution38.

  • 39 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II, pp. 105-106.

33Le « diwān al-zanādiqa » véritable collège d’inquisiteurs, ne présente pas d’intérêt pour notre étude. Par contre le comité de savants formé sur ordre du calife et chargé d’organiser des débats et d’écrire des ouvrages en réplique aux arguments des zanādiqa nous importe plus : il constitue une étape nouvelle dans le développement de la théologie dogmatique (‘Ilm al-Kalām) défense de la foi à l’aide de la raison, à laquelle les Mu‘tazilites participèrent avec beaucoup de zèle39.

  • 40 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 66 b, biogr. de : Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Quddūs

34Le Šām, dont la population était composée en majorité d’Arabes et de Syriaques, et dont les savants étaient connus pour leur orthodoxie, ne pouvait être un foyer de zandaqa, dans l’acception de l’époque. Néanmoins, les échos de cette campagne atteignirent Damas, où s’était réfugié Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Quddūs, poète et prédicateur basriote, accusé de zandaqa. Al-Mahdī envoya un fonctionnaire pour l’arrêter et le ramener à Bagdad où il fut crucifié sur le pont de la capitale vers 166/78340.

  • 41 Shaban, Islamic History, t. II, p. 25.
  • 42 Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 170 ; Ya‘qūbi, t. II, pp. 398-399.
  • 43 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 137 b, biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh al-Mahdi.

35A l’instar de son père, al-Mahdī visita le Šām, en 163/780. La situation à la frontière syro-byzantine s’étant aggravée, il fit une tournée d’inspection des marches et fonda une nouvelle base militaire à Raqqa41. Au cours de ce voyage al-Mahdī fit un séjour à Bayt al-Maqdis, et visita Qinnasrīn, où les Tanūḥīdes se convertirent à l’Islam sous son impulsion42. A Damas il s’entretint avec les savants religieux et rapporta des traditions émanant de son père et d’autres maîtres43.

  • 44 Ibid., vol. 15 (Yale), fol. 332 b biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ulāa al-‘Uqayli.
  • 45 Ibid., vol. 16, fol. 492 b, biogr. de : Marwān b. Šuğā’ al-aifi.

36Les excellents rapports qu’entretenait al-Mahdī avec les savants syriens attirèrent un certain nombre d’entre eux à Bagdad : le juriste Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ulāṯa al-‘Uqaylī (de Ḥarrān), y reçut le poste de cadi, et fut surnommé al-qāḍī al-Šāmī44 et le traditionniste Marwān b. Šuğā’ al-Ḫasīfī (de Ḥarrān lui aussi) fut nommé précepteur du prince Mūsā, le futur al-Hādī45.

  • 46 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 81 b, biogr. de : al-akam b. Maymūn (chanteur).
  • 47 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. II, p. 354 (ce poète fit des poèmes d’éloge à al-Mahdī et plus tard (...)

37Il faut admettre, cependant, que la générosité d’al-Mahdī fut un facteur déterminant dans l’attraction qu’il exerça sur la classe des intellectuels. Parmi ceux qui bénéficièrent de ses dons on trouve des lecteurs du Coran, des traditionnistes, des juristes, des prédicateurs et des poètes46 dont un poète d’al-Gazīra du nom de Rabī‘a al-Raqqī47.

d. Al-Rašīd

  • 48 M.A. Shaban, op. cit., t. II, p. 25.
  • 49 Notamment l’émeute entre Qaysites et Yéménites dans les environs de Damas en 176/792 et 186/802, au (...)
  • 50 Ya‘qūbi, Tārī, t. II, p. 411.
  • 51 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II. p. 53.
  • 52 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 415.
  • 53 Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islāmiyya, t. II, p. 20 ; Ğa‘far al-Barmaki est tué le 29-1-803.

38Al-Rašīd s’était familiarisé avec les problèmes du Šām avant son accession au pouvoir, ayant été en charge des provinces occidentales, y compris les marches frontières, pendant le califat de son père al-Mahdī48. Après son accession au pouvoir49, et à la suite des révoltes qui avaient éclaté au Šām, il envoya en 179/795, Hartama b. A‘yan s’informer des besoins de cette province afin d’y effectuer les réformes nécessaires50. C’est en tant que chef spirituel de la communauté musulmane qu’il venait lui-même au Šām tous les deux ans faire le ğihād, en alternance avec le voyage au Ḥigāz, où il présidait au pélerinage51. Par la suite, vers 186/802, il vint s’installer à Raqqa52 d’où, dit-on, il était plus à même de diriger les expéditions contre les Byzantins et de contenir les troubles intérieurs qui agitaient l’Arménie et l’Aḏarbayğān. Il se peut aussi qu’il ait voulu s’éloigner de Bagdad ; la disgrâce des Barmakīdes53 (originaires de Balẖ) aurait pu, en effet, être à l’origine de troubles dans la population iranienne de la capitale. Si tout cela explique, politiquement, le transfert de la résidence du calife à Raqqa, il n’en reste pas moins que des facteurs culturels y jouèrent un rôle.

  • 54 N. Elisséeff, L’Orient Musulman au Moyen Age, p. 136.
  • 55 Al-Ḫatib al-Baġdādi, Tārī Baġdād, t. 14, p. 5.
  • 56 G. Zaydārn, Tamaddun, t. III, p. 157 ; ce personnage est connu en Occident sous le nom de « Mesui M (...)

39Sans aucun doute, Hārūn al-Rašīd portait beaucoup d’intérêt aux sciences de la religion et aux lettres. Selon al-Ḫaṭīb al-Baġdādī : « Nul calife ne reçut autant de savants, de poètes, de juristes, de lecteurs du Coran, de cadis, de secrétaires (kuttāb), de confidents 54et de chanteurs. Il faisait des dons généreux à chacun d’eux et les comblait d’honneurs. Il fut lui-même ... poète, transmetteur de récits, de traditions et de poésie... »55. D’autres sources nous apprennent qu’il s’intéressait à la médecine. Ayant trouvé au cours de ses expéditions militaires dans les villes byzantines des ouvrages en cette matière, il demanda à son médecin, Yūḥannā b. Māsawayh de les traduire en arabe56.

  • 57 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idrīs al-Šāfi‘i.

40Le témoignage suivant cité par Ibn ‘Asākir, résume les intérêts intellectuels du calife : lorsqu’on lui présenta al-Šāfi‘ī pour la première fois, il admira son éloquence et s’informa auprès de lui de ses connaissances en Coran, jurisprudence, médecine, astrologie, astronomie, poésie et généalogie. Satisfait, le calife le gratifia de 50 mille ( ?) ainsi que d’un cheval57.

  • 58 Pour cette question voir : N. Elisséeff, op. cit., p. 136 ; D. et J. Sourdel, La Civilisation de l’ (...)

41Toutefois en dépit de son ouverture d’esprit, al-Rašīd semble avoir été dépassé par l’évolution culturelle de son époque. L’élite intellectuelle syriaque, persane et indienne affluait à la capitale et y apprenait la langue arabe ; il s’ensuivit un regain d’intérêt pour les sciences anciennes (qadīma) chez les Musulmans de toutes les races, y compris les Arabes. Profitant des apports nouveaux, les schismatiques essayèrent d’élaborer leurs doctrines. Les véritables protecteurs des uns et des autres furent les Barmakīdes qui encouragèrent la traduction des sciences exactes et de la philosophie, et ouvrirent leurs portes aux représentants des diverses tendances doctrinales afin d’y tenir de libres discussions sur tous les sujets58.

42Le calife prit ombrage de ces activités y voyant un empiètement sur ses propres obligations en tant que chef spirituel de la communauté. Ce fut là un grief de plus contre les Barmakīdes, qui avaient déjā la haute main sur le domaine administratif. En privant ces schismatiques de leur soutien, le calife espérait probablement récupérer les modérés, laissant aux āhib al-zanādiqa le soin de s’occuper des récalcitrants. Désirant sans doute éviter l’affrontement direct, il quitta Bagdad.

43L’intégrisme du calife devait lui gagner l’appui des savants syriens majoritairement orthodoxes à cette époque. Or le Šām était en proie à des difficultés économiques qui transparaissent dans les révoltes Kharigites, les émeutes inter-tribales et même les soulèvements à l’appel d’un sufyanide.

  • 59 Le Coran, Sourate des femmes, 54/59 : « O vous qui croyez, obéissez à Dieu, obéissez au Prophète et (...)

44Ainsi que la stricte orthodoxie le commandait59, les savants religieux refusèrent de se joindre aux révoltes contre le calife, mais il leur fut difficile de devenir ses alliés. Certains d’entre eux se consacrèrent à l’enseignement, d’autres joignirent les ribās ou le ğihād, d’autres encore se réfugièrent dans la contemplation. Ces derniers furent à l’origine du mouvement mystique qui fleurit au début du iiie siècle de l’Hégire et attira au Šām ceux qui voulurent échapper aux intrigues politiques et aux polémiques doctrinales qui agitaient le monde islamique.

45De même Raqqa, petite ville isolée, permettait au calife de se soustraire aux pressions diverses et de s’entourer d’une compagnie de son goût. Sur l’atmosphère qui y régnait, notre source offre certains témoignages.

46A Raqqa, le calife s’entoura de personnalités remarquables, notamment :

    • 60 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Cambridge 2), fol. 268 b, biogr. de : Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣili.

    Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣilī (150/767-235/867) ; confident du calife, qui alliait à la connaissance des sciences islamiques (tradition, jurisprudence, Coran, théologie) celle des sciences arabes (littérature, poésie, lexicographie, généalogie) ainsi que celle du chant et de la musique. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé al-Aġānī60.

  • ‘Abd al-Malik b. Qurayb al-Aṣma‘ī (m. 216/831) qui ajoutait à ses connaissances religieuses, des qualités de narrateur, de maître en éloquence, de lexicographe et de grammairien. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont notamment un traité des termes relatifs aux chevaux et une anthologie de la poésie arabe.

  • 61 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 477 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Qurayb al-Aṣma‘i.

47D’après un récit, Isḥāq al-Mawṣilī ayant amené avec lui 16 caisses de livres, il manifesta du mépris à l’égard d’al-Aṣma‘ī qui n’avait emporté qu’une seule caisse. A cela al-Aṣma‘ī répliqua : « Ne vois-tu pas qu’une caisse de vérité représente déjà beaucoup ? »61.

  • 62 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. II, p. 354.
  • 63 Ibid., p. 333.

48D’autres sources nous apprennent que des poètes de la Ğazīrā fréquentaient la cour, et déclamaient des poèmes d’éloge au calife, notamment Rabī‘a al-Raqqi62 et Manṣūr al-Namirī63. Cependant le fait marquant qui eut lieu vers 187/803 fut le débat entre le juriste hanafite Muḥammad b. al-Ḥasan et son homologue Muḥammad b. Idrīs al-Šāfi‘ī, chef de l’école Šāfi‘īte. Ce débat rappelle ceux que le calife umayyade ‘Umar II tenait en personne avec les qadarites et les kharijites ainsi que ceux qu’il demandait à Iyās b. Mu‘āwiya, et à al-Awzā‘ī de tenir en sa présence contre Ġaylān al-Dimašqī.

49Le cadre général dans lequel eut lieu le débat mérite qu’on s’y attarde.

50Il est tout naturel que la jurisprudence qui se développa à Médine reposāt essentiellement sur le Coran, la tradition et dans certains cas particuliers sur le consensus des savants religieux de la ville du Prophète qui se recrutaient parmi les Compagnons et les épigones.

51Les Syriens s’attachèrent aux mêmes principes en raison de l’émigration d’un grand nombre de Compagnons au Šām pendant et après la conquête islamique, des visites fréquentes que les savants ḥiğāziens faisaient aux califes umayyades et des voyages d’étude qu’accomplissaient des étudiants syriens, particulièrement au Ḥiğāz. Ceci fit du Šām le deuxième centre d’enseignement des traditions après le Ḥiğāz. Les savants syriens, Mu‘āḏ b. Ğabal, Abū al-Dardā’, ‘Ubāda b. al-Ṣāmit, Faḍāla b. ‘Ubayd, Abū Idrīs al-Ḫawlānī, Rağā’ b. Ḥaywa al-Kindī, Maymūn b. Mihrān, al-Zuhrī, pour ne citer que quelques noms, furent tant des tra-ditionnistes que des juristes de qualité. De même al-Awzā‘ī dirigea-t-il, au iie/viiie siècle, une école juridique fondée sur le Coran et sur les traditions ; l’école médinoise de Mālik b. Anas (93/712-179/795) appliqua les mêmes principes et lui survécut, sa doctrine étant probablement mieux élaborée.

52La famille abbasside dont les membres avaient reçu leur édu-cation au Šām et au Ḥiğāz, aurait dû adopter la même position, mais paradoxalement, elle favorisa après son accession au pouvoir l’école iraquienne bien que les premiers califes abbassides eussent manifesté un grand intérêt pour les traditions. Des facteurs politiques semblent avoir été à l’origine de ce changement d’attitude.

  • 64 G. Zaydān, op. cit., t. III, p. 80.
  • 65 Ibid., p. 82.
  • 66 Ibid.

53La mésentente entre les califes abbassides et l’école de tradition de Médine débuta avec la fatwa donnée par Mālik b. Anas déliant les Médinois de leur serinent d’allégeance envers le calife al-Mansûr, ce qui provoqua le soulèvement de la Ville Sainte contre le calife. Après avoir puni le juriste médinois, al-Manṣūr invita à Bagdad Abū Ḥanīfa (80/699-150/767), le chef de l’école iraquienne, et lui accorda son appui64. Ses successeurs, al-Mahdī et al-Ḥādī, nommèrent Abū Yūsuf (m. 182/795) dis-ciple d’Abū Ḥanīfa au poste de cadi. Al-Rašīd, en dépit de sa réconciliation avec Mālik b. Anas et de la déférence qu’il lui manifesta pendant ses dernières années, promut Abū Yūsuf au poste de premier cadi de l’Empire et adopta officiellement le hanafisme sous son impulsion65. Muḥammad b. al-Ḥasan (m. 189/804), un autre disciple d’Abū Ḥanīfa jouissait également de la considération et des faveurs du calife66.

54Son adversaire dans le débat Muḥammad b. Idris al-Šāfi‘ī était, par contre, un disciple de Mālik b. Anas et un partisan de l’école médinoise. Après la mort de son maître, il fit un voyage en Iraq, où il rencontra des savants et développa un nouveau système juridique, synthèse donnant à la tradition la primauté sur l’opinion. Ibn ‘Asākir parle d’al-Šāfi‘ī comme d’un revivi-ficateur de la foi musulmane ; grâce à son habileté incomparable dans la controverse, il obligea tous les hérétiques à disputer avec lui, voulant par lā, soit les ramener à l’orthodoxie, soit les déprécier aux yeux de leurs partisans. Il s’alarma du grand nombre d’adhérents à l’école de l’opinion et décida de s’attaquer à eux pour remettre en valeur les fondements de la religion.

  • 67 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muammad b. Idris al-Šāfi‘i.

55A la grande Mosquée de Bagdad, al-Šāfi‘ī remporta un grand succès auprès des savants, tels Aḥmad b. Ḥanbal et ses pairs, ainsi qu’auprès du public iraquien. Les disciples des 40 ou 50 cercles d’étude qui se tenaient à la grande mosquée abandonnèrent leurs maîtres, pour rejoindre son cercle ; des partisans de l’école de l’opinion décidèrent de renoncer à leur prétendue innovation (bid‘a) et le suivirent. De tels succès lui valurent le titre de protecteur de la tradition (ir al-adī). Après cette réussite il voulut gagner le calife à ses vues. C’est pourquoi il arrangea cette controverse avec Muḥammad b. al-Ḥasan, le plus grand représentant de l’école de l’opinion à cette époque, en présence du calife et d’un grand nombre d’auditeurs, notamment, des notables de Qurayš et des Anṣārs67.

  • 68 Brockelmann, op. cit., t. II, p. 43.

56Pour les Syriens, ce débat couronné par la victoire d’al-Šāfi‘ī, contribua sans doute à la haute considération dont celui-ci jouit au Šām, de son vivant. Après sa mort, son école y supplanta rapidement celle d’al-Awzā‘ī68.

  • 69 Ibid, p. 52.
  • 70 Ḥasan I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 58.

57Mais la mort du calife survenue peu après, retarda son officialisation. Cependant l’influence d’al-Šāfi‘ī dans les milieux69 orthodoxes amena al-Mutawakkil, trente-cinq ans plus tard, à remettre à l’honneur le Šāfi‘īsme, et à nommer au poste de premier cadi de l’Empire, le šāfi‘īte Yaḥyā b. Akṯam70, afin de calmer ces milieux agités par l’inquisition d’al-Ma’mūn et de ses successeurs al-Mu‘taṣim et al-Wāṯiq.

e. Al-Ma’mūn

58En vertu de la place qu’occupe al-Ma’mūn dans l’histoire de la culture arabo-islamique, il nous faut évoquer ici ce que fut ce calife du point de vue de ses qualités intellectuelles et de ses activités culturelles, ainsi que les crises qu’il eut à affronter avant et après son avènement au pouvoir et qui menaçèrent l’unité de la communauté islamique. Ces renseignements nous seront utiles pour mettre en lumière ses rapports avec le Šām.

  • 71 Ibid., p. 64.

59D’après al-Faẖrī, « al-Ma’mūn fut l’un des plus grands califes et l’un des intellectuels les plus éminents. Il fut le premier calife à se familiariser avec la philosophie (‘ulūm al-ikma). Il se fit apporter les ouvrages de philosophie, ordonna de les traduire en arabe et fit beaucoup pour les répandre. Il étudia la géométrie (d’Euclide), les sciences anciennes, s’intéressa à la médecine et adjoignit des philosophes (ahl al-ikma) à son entourage »71.

  • 72

60Selon Ḥasan Ibrāhīm Ḥasan « al-Ma’mūn était poète et amateur de poésie ; il s’entoura de poètes et de chanteurs, et ces arts fleurirent sous son règne. Il avait aussi un penchant pour les discussions intellectuelles et respectait les opinions de ses interlocuteurs même si leurs points de vue différaient des siens »72.

  • 73 E.I., t. III, pp. 236-237, art. al-Ma’mūn, par Zettersteen.

61Zettersteen écrit que : « sous al-Ma’mūn la poésie et la science eurent une période d’éclat... Le calife s’intéressa tout particulièrement à la philosophie et aux sciences exactes. Il fonda à Bagdad un observatoire astronomique doté d’une très riche bibliothèque. De bonne heure déjà, des ouvrages scientifiques de médecins et de physiciens grecs avaient été traduits en arabe par l’intermédiaire de traductions syriennes, et sous al-Ma’mūn, on en traduisit plus que jamais »73.

  • 74 A.F. Rifā‘i, op. cit., t. I, pp. 211 et 354 ; Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 415.
  • 75 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 249 b, biogr. de : Manṣūr b. al-Mahdi.

62Notons que ces qualités sont dues, d’une part à la bonne formation que son père al-Rašīd avait tenu à assurer à ses fils, et d’autre part aux efforts personnels d’al-Ma’mūn. Nous savons en effet, qu’al-Rašīd faisait venir auprès de ses fils des autorités en matière de Coran, tradition, jurisprudence, langue arabe, poésie, littérature, et, en dépit de ses conceptions plutôt fidéistes, des théologiens (ahl al-kalām wa -l-naar)74. Al-Ma’mūn, fut, quant à lui, personnellement convaincu que l’être humain doit continuer à apprendre tant qu’il est vivant, ce qu’il appliqua fidèlement dans sa conduite personnelle75.

63En dépit des qualités intellectuelles et morales du calife, les tensions qui régnaient dans l’Empire islamique, le mirent dans un désarroi dont il ne sortit qu’après bien des tātonnements. Rappelons que les problèmes principaux qui déchiraient l’Empire se présentaient sous des aspects à la fois politiques et doctrinaux.

64Du point de vue politique, les divers clans quraysites se disputaient le califat : Umayyades, Abbassides, Alides, ainsi que ceux qui refusaient l’hégémonie de Qurayš, notamment les Kharigites ; de plus, divers peuples se disputaient la souveraineté, notamment les Arabes et les Iraniens.

65Du point de vue doctrinal, les différents schismes religieux (sunnisme, chiisme, mu‘tazilisme), en plus de leurs conceptions religieuses et de leurs parti-pris politiques, avaient une attitude plus ou moins favorable aux changements qui s’effectuaient à l’époque au sein de la culture arabo-islamique.

  • 76 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 430.

66La mère d’al-Ma’mūn étant d’origine persane, son père crut pouvoir gagner la loyauté des Ḫurāsāniens en assignant à celui-ci le gouvernement autonome de la province orientale qu’il devait conserver, à moins que son frère, le prince héritier, ne vienne à périr et que le califat lui échoie. Al-Ma’mūn rejoignit donc le Ḫurāsān en 193/809, peu avant la mort d’al-Rašīd76. Après avoir évincé son frère, il accéda au califat et décida de rester à Marw, tournant le dos à ses sujets arabes ; il désigna en même temps un Alide pour lui succéder, rompant ainsi les liens que ses prédécesseurs avaient établis avec l’orthodoxie.

  • 77 Ibid., p. 453.

67S’apercevant des conséquences très graves de sa politique dans le reste de l’Empire, al-Ma’mūn revint sur ses deux décisions et gagna Bagdad en 204/81977.

68Il est à remarquer que la période Ḫurāsānienne du califat d’al-Ma’mūn, qui dura plus de dix ans, fut apparemment stérile quant à d’éventuelles activités culturelles. Ce calife d’une intelligence supérieure et d’une éducation arabo-islamique très solide, semble avoir été déraciné dans un pays où la langue arabe n’atteignait pas la majorité de la population et où l’Islam se colorait de traditions locales. Les intellectuels et les ambitieux qui parvinrent à participer à la culture naissante durent pendant les trois premiers siècles émigrer en Occident Musulman ou entreprendre de longs voyages d’études à travers les centres de culture d’Iraq, d’Arabie, de Syrie et d’Egypte. Les uns durent même parcourir le désert arabe afin de se familiariser avec les éléments principaux de la culture. C’est au contact de l’atmosphère qui règnait à Bagdad que le génie d’al-Ma’mūn s’épanouit et devint capable de donner à la culture arabo-islamique un éclat que célèbrent, tous les ouvrages de littérature et d’histoire, au point que l’ère d’al-Ma’mûn devint le symbole du progrès littéraire, scientifique et philosophique de cette culture.

  • 78 N. Elisséeff, op. cit., p. 136, voir supra : al-Rašid.
  • 79 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 373 b, biogr. de : Muammad b. Hārrūn, al-Amin.

69La Syrie ne se mêla pas au conflit qui opposa les deux frères, al-Amīn et al-Ma’mūn, et qui se termina par le triomphe de ce dernier. Pourtant, certains liens auraient dû la rendre plus proche d’al-Amīn, en raison de l’ascendance arabe qurayšite de celui-ci, de par sa mère, qui représentait la tendance arabe face aux Iraniens78. Au contraire, les savants syriens reprochèrent à al-Amīn son attachement à la poésie et aux plaisirs mondains, et son désintérêt des sciences religieuses79.

  • 80 Ibid., vol. 7, fol. 249 b, biogr. de : Sulaymārn b. al-Manṣūr ; Ibid., vol. 17, fol. 249 b, biogr. (...)
  • 81 Ibid., vol. 15, (Yale 2), fol. 3 a, biogr. de : Muammad b. uraym al-Murri.

70Les gouverneurs de Damas sous al-Amīn durent abandonner leur poste sous la pression des révoltes populaires80, notamment celle de ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Ḫālid, Abū al-‘Umayṭir (le sufyani-de), qui prit possession de Damas en 196/811 - 12 et prétendit au califat81.

  • 82 Ya‘qūbi. op. cit., t. II, p. 456.

71L’accession d’al-Ma’mūn au califat ne fut pas accueillie plus chaleureusement par les Syriens. Les révoltes reprirent, notamment dans le Nord où Naṣr b. Šabaṯ al-‘Uqaylī voulut s’opposer à la domination Ḫurāsānienne dans l’armée et dans l’administration. Le calife envoya d’abord Ṭāhir b. al-Ḥusayn puis ‘Abd Allāh b. Ṭāhir pour les réprimer82.

72Pour expliquer l’état des relations entre al-Ma’mūn et les Syriens à cette époque, il suffit de citer l’anecdote suivante :

  • 83 A.F. Rifā‘i, ‘Asr al-Ma’mūn, t. I, p. 217

73« Un syrien se mit plusieurs fois au travers du chemin d’al-Ma’mūn et lui dit : « ô prince des Croyants! pourquoi n’accordez-vous pas aux Arabes du Šām l’attention que vous accordez aux Iraniens (‘ağam) du Ḫurāsān ? » Al-Ma’mūn répondit : « Tu m’en demandes trop ! Je jure par Dieu que je ne pus précipiter les Qaysites du haut de leurs chevaux qu’après avoir dissipé tout mon trésor (il fait allusion ici à la révolte d’Ibn al-‘Amirī) ; les Yéménites n’eurent jamais de sympathie pour moi, et je n’en eus jamais pour eux ; les chefs (de la tribu) de Quḍā’a pour leur part, attendent toujours un Sufyānide pour lui prêter allégeance ; quant à (la tribu de) Rabī‘a, elle en veut à Dieu depuis qu’il envoya son Prophète de Muḍar, et chaque fois que deux Rabī‘ites se soulèvent, l’un d’eux est un šārī (pl. šurāt), (une fraction kharijite). Apprends cela, et que Dieu t’emporte! »83.

74Toutefois, son retour à Bagdad le rendit plus proche des provinces occidentales et plus apte à comprendre leurs problèmes. Ses bonnes intentions se manifestèrent dans le choix qu’il fit des fonctionnaires qu’il y envoya. Parmi eux, Ibn ‘Asākir a retenu :

    • 84 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 136 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. āhir.

    ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, le gouverneur des provinces occidentales de 206/827 à 214/829. Cet homme de lettres, poète et traditionniste rendit beaucoup de services à l’éducation et gagna ainsi l’estime des savants et des étudiants. A Raqqa, où il établit sa résidence, et où les étudiants en tradition affluaient de toutes les parties du monde islamique, le gouverneur faisait des dons généreux aux étudiants pour leur permettre de poursuivre leurs études84.

    • 85 Ibid., vol. 13, fol. 230 b, biogr. de : ‘Amr b. Mas‘ada.
    • 86 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 210.

    ‘Amr b. Mas‘ada abū al-Faḍl al-Sūlī, ie ministre d’al-Ma’mūn. Traditionniste, poète et maître dans l’art de la correspondance (kālib)85, il fut chargé, selon al-Ya‘qūbī d’une mission de conciliation auprès des dissidents syriens. 11 parcourut toutes les villes de Syrie, rencontra les dissidents, se renseigna sur leurs revendications et fit de son mieux pour les satisfaire86. Il rapporta aussi des traditions que les Syriens retinrent en se référant à lui.

  • 87 M. A. Shaban, t. II, p. 53 ; Ya‘qūbi, t. I, p. 464.

75Il est à remarquer qu’en 214/829, al-Ma’mūn confia le gouvernement d’al-Ğazīra à son fils al-‘Abbās et celui de Syrie et d’Egypte à son frère al-Mu‘taṣim87, redonnant ainsi à ces provinces la même attention que leur avaient portée ses prédécesseurs.

  • 88 Ya‘qūbi, t. I, pp. 469.

76En 215/830-31 la situation à la frontière syro-byzantine inquiéta le calife. Il vint en personne se mettre à la tête des expéditions militaires. Cet événement fut à l’origine des contacts directs qu’entretinrent le calife et ses sujets syriens et qui furent maintenus jusqu’à sa mort survenue en 218/833, au cours d’une de ces expéditions88.

  • 89 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyār b. Akṭam.
  • 90 Hitti, t. II, p. 130.

77La première visite du calife au Šām, bien accueillie par les uns, boycottée par les autres, suscita l’intérêt de tous les Syriens. Après une expédition militaire triomphante en territoire byzantin, il vint faire un séjour à Damas et à Bayt al-Maqdis (Jérusalem) en 216/831 - 32. Il y visita entre autres les deux grandes mosquées pour lesquelles il exprima son admiration89, allant jusqu’à inscrire son nom à la coupole du Rocher à la place de celui de son bâtisseur, ‘Abd al-Malik b. Marwān90.

  • 91 Ḥasan I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 64.
  • 92 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyār b. Akṭam.
  • 93 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : al-Qāsim b, Uṭmān al-Ğū‘i.

78Pour s’allier les habitants de Damas, al-Ma’mūn y distribua une somme énorme qui atteignit trente milliards de dirhams91. Les savants du Šām étant de fervents partisans de la tradition, le calife chargea son cadi suprême Yaḥyā b. Akṯam, šāfi‘īte d’origine arabe de contracter des amitiés avec eux, ce que le cadi accomplit avec succès. Il rencontra un bon nombre d’entre eux à la Grande Mosquée, et y tint des discussions, notamment avec Hišām b. ‘Ammār le plus éminent traditionniste de Damas à cette époque92. Conscient de l’influence grandissante sur le public syrien des soufis et dévôts (zāhid, pl. zuhhād), le cadi convia Aḥmad b. abī al-Ḥawārī, une de leurs sommités, à s’entretenir avec lui ; il écouta ses traditions et ses exhortations, puis il lui offrit le costume officiel des ‘Ulamā’ abbassides (le long voile noir, aylasān, et le haut bonnet, qalansuwa) ainsi que la somme de 5 000 dirham que le dévot accepta. Ses collègues à la Grande Mosquée dénoncèrent cette soumission aux autorités et l’obligèrent à abandonner le port du costume93.

  • 94 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 63 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ṣāliḥ al-Wuḥāẓi.

79Il n’en reste pas moins qu’une atmosphère de compréhension s’établit entre le calife et les savants religieux syriens. En même temps qu’il choisissait un traditionniste syrien du nom d’Abū al-‘Āliya al-Šāmī comme précepteur de ses fils, il désigna un juriste partisan de l’opinion au poste de cadi de Ḥimṣ, et cela, sans susciter de protestations94.

  • 95 Ibid., vol. 13, fol. 230 b, biogr. de : ‘Amr b. Mas‘ada.
  • 96 Ibid., vol. 2 (Sulṭān Ahmad 2), biogr. de : Ibrāhīm b. Yaḥyā b. al-Mubārak
  • 97 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), biogr. de : Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣili.
  • 98 G. Sarton, Introduction to the History of Science, pp 562 et 566.

80L’intérêt qu’al-Ma’mūn portait à la littérature et à la science se reflète dans le choix des personnages qui l’accompagnèrent à Damas. Outre Yaḥyā b. Akṯam, nous avons les noms de ‘Amr b. Mas‘ada al-Sūlī95, Ibrāhīm b. Yaḥyā b. al-Mubārak96 et Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣilī97, tous poètes et hommes de lettres. Nous avons aussi les noms de Yaḥyā b. abī Manṣūr, al-‘Abbās b. Sa‘īd al-Ğawharī, ‘Alī b. ‘Īsa al-Iṣṭirlābī et Ḫālid b. ‘Abd al-Malik al-Marwarrūzī, tous astronomes. Ils furent chargés d’installer un observatoire d’astronomie à Damas sur le mont Qāsiyūn, afin de contrôler les mesures exécutées auparavant à Bagdad et à Ğundaysāpūr et de dresser des tables astronomiques « éprouvées »98.

  • 99 S. Hunke, Le Soleil d’Allah, p. 76.
  • 100 Ibid., p. 79.

81Il semble aussi que les Banū Mūsā b. Šākir vinrent au Šām au cours de la même période, car on apprend d’une part que Muḥammad b. Mūsā se joignit au groupe d’astronomes qui entreprit de mesurer la circonférence de la terre dans la plaine de Sinğār ou de Palmyre, où un deuxième observatoire avait été installé sur ordre du calife99. On rapporte d’autre part que Hasan b. Mūsā (le mathématicien) eut une discussion avec un collègue en présence du calife à Damas, au sujet de la géométrie d’Euclide100.

82Cette atmosphère culturelle aurait dû encourager les intellectuels syriens à entrer en contact avec le calife. Or ces rapports tardèrent à se développer pour différentes raisons.

83En ce qui concerne les poètes, nous trouvons le témoignage suivant :

  • 101 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. I p. 363.

84« Au cours d’une soirée à la résidence du calife al-Ma’mūn à Damas, le chanteur ‘Allūyya présenta un poème d’amour attribué au cadi de Damas, dans lequel l’auteur proclamait sa fidélité à sa bien-aimée sur la garantie de sa foi religieuse. Le calife trouva dans cette manière de voir un affront à la religion ; il modifia lui-même les paroles de la chanson et donna l’ordre de révoquer le cadi. Les justifications données par le cadi, disant qu’il avait écrit ce poème trente ans auparavant, et que depuis lors il s’était limité à la poésie de dévotion ne réussirent pas à faire revenir le calife sur sa décision »101.

  • 102 E.I. 2, t. I, p. 157, art. Abū Tammām, par H. Ritter.

85Cette poésie ne fut pas la seule à déplaire au calife. L’exemple le plus probant en est le long poème (qaīda) que Ḥabīb b. Aws (Abū Tammām) dédia au souverain à l’occasion de son retour d’une campagne contre les Byzantins. Al-Ma’mūn, habitué à la poésie raffinée des milieux littéraires de la capitale, fut probablement choqué par la voix rauque du poète et ses vêtements bédouins102. C’est pourquoi, l’œuvre poétique syrienne qui constitue une revivification de la poésie arabe authentique dut attendre les successeurs d’al-Ma’mūn pour s’imposer face aux formes nouvelles répandues par les mawālī.

86De même les efforts déployés par le calife pour encourager les activités scientifiques et philosophiques ne réussirent pas immédiatement à convaincre les Syriens (chrétiens et sabéens) de sortir de leur isolement. Cependant, au cours de la période suivante, plusieurs d’entre eux participeront, non seulement au mouvement de traduction, mais aussi à la composition d’ouvrages scientifiques en divers domaines.

87Parmi les actions d’al-Ma’mūn, l’inquisition qu’il mena en 218/833 pour imposer la thèse du Coran créé paraît être en contradiction avec ses activités intellectuelles et ses idées libérales. Plusieurs motifs ont été avancés pour expliquer cette attitude. Il reste que les résultats obtenus allèrent à l’encontre de ce qu’il en avait espéré :

  1. Si al-Ma’mūn voulait par là donner un fondement idéologique à ses sympathies pour le Chiisme, son entreprise fut un échec du fait que les Chiites se mirent aussitôt à formuler leurs propres réponses aux problèmes sociaux et politiques de l’époque aussi bien que théologiques.

  2. S’il s’agissait d’une tentative de réconciliation entre les idéologies chiites et sunnites dans le but de sauvegarder l’unité de la communauté, la formule proposée par le calife fut, de toute façon, mal accueillie par les sunnites. Ceci se manifeste dans les efforts déployés par leurs champions hanbalites pour consolider l’Islam traditionnel en développant la conception du Coran incréé ou éternel. Ces attitudes de part et d’autre élargirent le fossé entre les deux partis.

    • 103 Au sujet de l’inquisition, voir : E.I. 2, t. I, p. 15-24, art. ‘Abbāssides, op. cit. ; M.A. Shaban, (...)

    Si l’on voulait évoquer, à ce propos, le souci du calife à réconcilier raison et révélation en vue de promouvoir sciences et philosophie, le procédé utilisé, n’en resterait pas moins inacceptable. La coercition intellectuelle est aussi défavorable au développement de ces disciplines que le traditionalisme, surtout dans les conditions de l’éducation arabo-islamique à cette époque103.

88Rappelons qu’avec l’avènement des Umayyades, l’éducation arabo-islamique se scinda entre celle offerte aux privilégiés et celle du commun des croyants. Toutefois, sous les Umayyades, les deux voies n’étaient pas tellement différentes l’une de l’autre : d’une part, les disciplines n’en étaient qu’au début de leur développement, d’autre part, les califes et leurs gouverneurs avaient soin d’assurer à la communauté un enseignement compatible avec les normes de l’époque.

89Au fur et à mesure du développement des sciences religieuses et profanes le fossé alla grandissant entre le public et la classe instruite d’une part, et entre les divers représentants de la classe intellectuelle d’autre part. La raison en est que l’enseignement primaire se réduisait, au mieux, à des notions de lecture, d’écriture et de grammaire, jugées suffisantes pour la lecture du Coran et la notation des traditions et des directives religieuses ; les études religieuses approfondies en Coran, tradition et jurisprudence ne nécessitaient pas de connaissance des sciences exactes, ou de la philosophie.

90Pour promouvoir les études rationnelles, le calife aurait dû tenter une réforme du système d’enseignement en introduisant les sciences et les mathématiques dans les programmes d’études primaires, et en les faisant étudier dans les mosquées ou dans des établissements adéquats de manière à élargir l’horizon des savants religieux. Or d’après les informations à notre disposition, al-Ma’mūn se contenta d’adopter les mesures suivantes :

  • 104 A.F. Rifā‘i ‘Ar al-Ma’mūn, t. I, p. 360.
  • 105 Ibid., p. 369.
  • 106 Ibid., p. 396.
  • 107 Ziriklī, A‘lām, t. I, p. 120.
  • 108 Ibid., t. II, p. 27.
  • 109 Ibid., t. II, p. 86.
  • 110 Ibid., t. VII, p. 355, Muḥammad b. al-Huḏayl.
  • 111 Ibid., t. I, p. 36.
  • 112 Zirikli, al-A‘lām, t. I, p. 283.

91Dès son retour à la capitale en 204/819, il ordonna de réunir autour de lui les savants religieux de Bagdad afin de faire leur connaissance, et de discuter avec eux de questions doctrinales. Selon Ğa‘far b. Muḥammad al-Anmāṭī, on convoqua 100 personnalités104, selon Yaḥyā b. Akṯam, ce nombre aurait été seulement de 40 comprenant des traditionnistes, des juristes et des théologiens105. Au cours des réunions qui se tenaient tous les mardis à la cour, on discutait de toutes sortes de sujets notamment des rapports des êtres humains avec Dieu, de la nature de la divinité etc...106 dans une atmosphère de liberté et de respect des opinions personnelles. Mais graduellement le calife effectua une sélection parmi ces hommes pour n’en retenir qu’un petit nombre, dont les seuls noms de Aḥmad b. abī Du’ād107, Bišr al-Marīsī108, Ṯumāma b. Ašras109, Abū al-Huḏayl al-‘Allāf110, Ibrāhīm b. Sayyār111, suffirent pour qu’on se rende compte que le calife était en train de prendre position. Cela apparut clairement en 212/827 quand al-Ma’mûn adopta le Mu‘tazilisme comme doctrine d’Etat, qui ne fut cependant officiellement appliquée qu’au cours du dernier séjour du calife à Damas en 218/833, quelques mois avant sa mort. Les trois lettres adressées par le calife à Isḥāq b. Ibrāhīm al-Muṣ‘abī, son chef de police et représentant personnel à Bagdad112 insistent sur le fait que ceux qui exercent une fonction religieuse officielle en tant que cadi ou mufti, et ceux qui s’adonnent à l’enseignement religieux dans les mosquées doivent faire profession publique de le thèse du Coran créé ; le représentant du calife fut chargé de recueillir leurs réponses et d’en faire le rapport à al-Ma’mūn. Plusieurs personnalités iraquiennes furent convoquées à Damas, où le calife écouta personnellement leurs professions de foi, puis les renvoya à Bagdad pour qu’ils les confessent en public dans la demeure de son représentant, en présence des traditionnistes et des juristes.

  • 113 Ibid., t. IV, p. 42. Ce savant fut emprisonné à Bagdad durant cent jours, au bout desquels il mouru (...)
  • 114 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. III, pp. 5-16.

92Entre temps, le calife paraît avoir personnellement entrepris de persécuter les savants religieux syriens. La troisième lettre dû calife à Isḥāq b. Ibrāhīm envoyée de la frontière syro-byzantine où le calife se rendit après son séjour à Damas, l’informa que le calife avait interrogé Abū Mushir (‘Abd al-A‘lā b. Mushir)113. Devant les hésitations du savant, le calife fit apporter une épée, sur quoi Abū Mushir approuva à contre cœur. Al-Ma’mūn l’envoya à Bagdad pour qu’il fasse une. profession publique devant son représentant. Le calife demanda qu’au cas où il refuserait, il soit envoyé, ainsi que les renégats iraquiens, au campement frontalier, tous enchaînés et gardés pour que le calife décide de leur sort. La mort d’al-Ma’mūn avant leur arrivée sauva la vie de quelques uns d’entre eux114. Toutefois al-Ma’mûn, dans son dernier testament n’oublia pas d’engager son successeur à poursuivre sa politique religieuse.

93L’inquisition ne retarda pas le développement scientifique et philosophique sur le moment, mais elle fournit aux traditionalistes un argument supplémentaire contre le courant rationaliste qu’ils utiliseront par la suite quand ils se seront imposés au sein de la culture arabo-islamique.

D. Le califat abbasside après al-Ma’mūn. Situation politique et culturelle.

94Après avoir cherché l’appui des Iraniens, les califes Abbassides à partir d’al-Mu‘taṣim, enrôlèrent des mercenaires turcs pour leur garde personnelle. Au lieu d’assurer l’ordre et la stabilité, ceux-ci cédèrent à leurs aspirations politiques ; s’immisçant dans les affaires du pouvoir, ils contribuèrent aux désordres et à la dislocation de l’Empire.

  • 115 E.I. 2, ‘Abbāssides, op. cit.

95La première victime de cette politique fut al-Mutawakkil. Après son meurtre en 247/861, vint une décennie troublée, au cours de laquelle quatre califes se succédèrent115, tandis qu’en Egypte, un officier turc du nom d’Aḥmad b. Tūlūn inaugura une dynastie locale dont voici les souverains :

96Aḥmad b. Tūlūn 254/868

97Ḫumārawayah b. Aḥmad 270/884

98Ğayš b. Ḫumārawayah 282/895

99Hārūn b. Ḫumārawayah 283/896

  • 116 Bosworth, Islamic Dynasties.

100Šaybān b. Aḥmad 292/905116

  • 117 Elisséeff, op. cit., pp. 194-195 ; E.I., vol. IV, pp. 877, art. Ṭūlūnides, par H.A.R. Gibb.

101La Syrie connut d’abord des gouverneurs et des chefs militaires turcs. Mais en 264/878, Aḥmad b. Tūlūn profitant des difficultés du califat abbasside y étendait sa domination. Son fils Ḫumā-rawayh conclut un traité avec al-Mu‘tamid en 279/892, aux termes duquel le calife céda au souverain toulounide et à ses héritiers l’Égypte, la Syrie, la Cilicie et la Ğazīra (ā l’exception de Mossoul) en échange d’un tribut annuel117. Mais durant la décennie suivante les Toulounides s’affaiblirent et ne purent faire face aux Qarmates qui ravagèrent la Syrie vers la fin du iiie/ixe siècle. En raison de l’attachement traditionnel de la Syrie à l’orthodoxie, l’apparition, dans cette province, des membres de cette secte hétérodoxe requiert une explication :

102Après la mort de Ğa‘far al-Ṣādiq, sixième Imām chiite, en 148/765, un groupe de ses partisans considéra son fils Ismā‘īl, mort avant son père, comme septième imām, donnant naissance, ainsi, à la secte nommée Ismā‘īliyya ou Sab‘iyya (les Septimains) au sein du chiisme. Certains de ces Ismā‘īliens soutenaient même qu’Ismā‘īl n’était pas mort et qu’il allait réapparaître ; d’autres, reconnaissaient son fils Muḥammad b. Ismā‘īl comme leur imām, dont notamment un groupe nommé Qarmate, ayant à sa tête un propagandiste du nom de Ḥamdān Qarmat qui mena ses activités à partir de 269/877-78 dans la basse-Mésopotamie. La direction centrale des septimains ismā’îliens (y compris les Qarmates) paraît s’être déplacée d’Ahwāz, à Basra puis à Salamiyya en Syrie, avec l’établissement de leur chef ‘Ubayd Allāh en cette petite ville sur les confins du désert, fuyant les autorités abbassides.

  • 118 Elisséeff, op. cit., p. 197 ; E.I. 2, t. IV, pp. 687-692, art. Karmati par W. Madelung ; E.I. 2, t. (...)

103En 286/899, ‘Ubayd Allāh revendiqua l’imamat pour lui-même. En dépit du refus de Ḥamdān Qarmat de reconnaître ses prétentions, ce fut un propagandiste de rang inférieur du nom de Zikrawayh qui profita du conflit pour se mettre à la tête du mouvement Qarmate. Il envoya son fils au désert du Šām où il se concilia les tribus bédouines (un clan de Kalb, et une partie des Banū al-Aṣbaġ), et s’en servit pour attaquer les villes syriennes de 289/902 à 294/907. Au cours de cette période ces Qarmates réussirent à occuper Ḥims, Ḥamā, Ma‘arrat al-Nu‘mān, Ba‘labakk et Salamiyya, ancienne résidence de ‘Ubayd Allāh. Celui-ci s’était enfui de Syrie pour l’Afrique du Nord où un autre propagandiste ismā‘īlien, Abū ‘Abd Allāh al-Šī‘ī, avait gagné l’adhésion de la tribu Kutāma, préparant ainsi le terrain au califat fātimide qui naquit en 297/910118.

  • 119 E.I., art. ūlūnides, op. cit. ; Brockelmann, Tārī al-Šu‘ub al-Islāmiyya, t. II, p. 75.

104Désespérés de l’incapacité des Toulounides à défendre leur province contre les Qarmates, les Syriens se tournèrent vers le pouvoir central qui avait repris du prestige pour avoir réussi à réprimer la révolte des Zanğ en Iraq. C’est ainsi que le calife al-Muktafī (289/902-295/908) put rétablir la souveraineté abbas-side sur la Syrie d’une manière provisoire119. Toutefois, les facteurs de dislocation étaient à l’œuvre. Les mêmes campagnes qui gagnèrent le Šām au pouvoir central, contribueront à le lui faire perdre.

105A la fin du iiie/ixe siècle, deux familles se préparaient à jouer un rôle dans l’histoire du Šām. Les Ḥamdānīdes et les Iẖšīdides créeront au début du ive/xe siècle des foyers régionaux selon les forces qu’ils réussiront à s’allier.

  • 120 Brockelmann, Ibid., p. 88 ; Elisséeff, op. cit., pp. 204-305.

106Les Ḥamdānīdes, de souche arabe, se rattachent à la tribu de Taġlib. Leur position s’affirma avec la participation d’al-Ḥusayn b. Ḥamdān aux répressions des khāriğites et des Qarmates, ainsi qu’ā la campagne menée en 292/904 sous le calife al-Muktafī contre les Toulounides. La même année, Abū al-Hayğā’ ‘Abd Allāh b. Ḥamdān reçut le poste de gouverneur de Mossoul. Plus tard, ses deux fils Sayf al-Dawla et Nāṣir al-Dawla donneront naissance à deux dynasties, de tendance chiite, l’une à Alep, l’autre à Mossoul120.

  • 121 Elisséeff, Ibid., p. 195.
  • 122 Ph. Hitti, op. cit., t. II, p. 190.

107Les Iẖšīdides, de souche turque, sont originaires du Farghānā. Ce furent de stricts orthodoxes. Leur éponyme, Muḥammad b. Ṭuġğ al-Iẖšīd, passa sa jeunesse en Syrie où son père, gouverneur de Damas et de Tibériade pour le compte des Toulounides121, réussit à épargner aux Damascains les terreurs de l’occupation qarmate122.

  • 123 Ḥ.I. Ḥasan, t. III, p. 137.
  • 124 Ibid., p. 145.

108Muḥammad b. Ṭuġğ se distingua surtout par sa réussite à assurer la sécurité de la route de pélerinage lors de son gouvernorat au Sud du Šām en 306/918123, et par sa participation active aux campagnes entreprises sur l’ordre du calife abbasside al-Muqtadir pour empêcher les Fatimides d’étendre leur pouvoir à l’Egypte124. Investi du gouvernement d’Egypte et du Šām à partir de 323/935, il déclara son autonomie et inaugura une dynastie locale dans les deux provinces à l’instar des Toulounides.

  • 125 E.I., t. IV, pp. 302-312, art. Šām par H. Lammens.

109Le partage du Sām entre les deux dynasties annonça le déchirement de la province à partir de la deuxième partie du ive/xe siècle entre Fatimides, Mirdasides, Qarmates, Seldjuqides et un certain nombre de petites dynasties. Les gouvernements autonomes que les Croisés y créeront à la fin du ve/xie siècle contribueront à la dislocation complète du Šām. Au vie/xiie siècle les Zengides tenteront de le réunifier, mais n’y réussiront que partiellement125.

110Avec la fin du règne d’al-Ma’mūn, le développement de la culture arabo-islamique selon les directions définies plus haut, avait pris un élan que les événements, quels qu’ils soient, pourraient difficilement dévier ou casser. Les Syriens y apportèrent leur contribution d’une manière croissante. Les échanges culturels qui n’avaient jamais cessé continuèrent à couvrir un espace de plus en plus étendu.

111En ce qui concerne les problèmes doctrinaux, l’affrontement qui commença entre al-Ma’mūn et les mu‘tazilites d’une part, et les savants religieux orthodoxes d’autre part, s’intensifia sous ses successeurs al-Mu‘tasim et al-Wāṯiq qui tinrent à imposer eux-aussi, la thèse du Coran créé. De plus, les masses populaires s’allièrent, comme il était prévisible, aux ‘Ulamā’ orthodoxes et causèrent des troubles surtout à Bagdad. Ceci amena al-Mutawakkil à mettre fin à l’inquisition et à interdire toute discussion à ce sujet ; les difficultés qu’il éprouvait avec ses gardes turcs furent une des raisons qui l’incitèrent à adopter des mesures dans le but de réconcilier le califat avec l’orthodoxie et de solliciter son soutien.

112L’instabilité politique qui suivit l’époque d’al-Mutawakkil dissuada les califes d’interférer avec les affaires de foi. Ils ne demandèrent plus que de s’assurer des alliés et des défenseurs quelles que soient leurs convictions. Ce fut une occasion qui permit aux schismes religieux de renforcer leurs positions au sein de la communauté.

113Remarquons toutefois que cette expérience mit en évidence un fait qui fut parfois voilé par l’action de quelques califes ou princes éminents. Les sciences religieuses avaient acquis au cours de leur développement une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir : les fondements de l’enseignement étant posés, les savants religieux étant les dépositaires et transmetteurs de cet enseignement, ils se considéraient les mieux qualifiés en ce qui concerne les développements ultérieurs ; certains de ces savants allaient même jusqu’ā refuser les fonctions religieuses de cadi et de mufti, ainsi que les dons des souverains pour confirmer cette indépendance.

114Le témoignage suivant illustre la haute place que des savants religieux occupèrent dans la communauté au point qu’au lieu de rechercher l’aide des souverains, c’est ceux-ci qui sollicitèrent leur appui :

  • 126 Ṭalḥa, Abū Aḥmad al-Muwaffaq (m. 278/891), prince abbāsside, frère du calife al-Mu‘tamid. En raison (...)
  • 127 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 209 b, biogr. de : Sulaymān b. al-Aš‘aṭ.

115Le serviteur de Sulaymān b. al-Aš‘aṯ, Abū Dā’ūd al-Azdī al-Siğistānī (202/817-275/888), de Harāt dit : « Au cours d’un passage à Bagdad, le prince Abū Aḥmad al-Muwaffaq126, vint chez mon maître, un jour, après la prière du crépuscule (al-maġrib) ; il demanda la permission d’entrer. Mon maître se renseigna auprès de lui sur l’objet de la visite, à quoi il répondit : « je te demande de m’accorder trois faveurs : la première est que tu déménages à Baṣra, et y résides pour que les étudiants voyagent vers toi de toutes les parties de la terre ; ainsi la ville se repeuplera après sa démolition et son dépeuplement (causés probablement par la révolte des Zanğ). Le traditionniste accepta. « La deuxième faveur est que tu lises à mes fils ton ouvrage al-Sunan (dans lequel Abū Dā’ūd sélectionna les traditions les plus utiles à la vie quotidienne). Le traditionniste accepta aussi. « La troisième est que tu fixes à mes fils un horaire spécial », les fils du calife ne pouvant pas assister à l’enseignement avec le commun du peuple. A cela le traditionniste répliqua : « Non, tous les gens doivent être égaux devant la science ». Al-Muwaffaq dût envoyer ses fils à l’assemblée d’Abū Dā’ūd, ayant ordonné d’aménager un rideau qui les séparait des autres assistants »127.

  • 128 Sarton, Introduction to the History of Science, p. 559.
  • 129 Voir infra, la campagnie d’al-Mutawakkil pendant son séjour à Damas.
  • 130 Sarton, op. cit., p. 611.
  • 131 A.F. Rifā‘ī, ‘Ar al-Ma’mūn, t. I, pp. 381-387.

116Les disciplines séculières (lettres et sciences) par contre avaient toujours besoin de l’encouragement et de la protection officiels. Dans ces domaines, al-Mu‘taṣim et al-Wāṯiq continuèrent la politique d’al-Ma’mūn. Al-Mutawakkil (232/849-247/861) qui s’attaqua au mu’tazilisme et à la philosophie128, accorda toute son aide aux lettres et aux sciences. Il s’entoura de poètes, d’hommes de lettres et de savants129 et créa une école de traduction sous la direction de Ḥunayn b. Isḥāq (m. 242/857)130. Celle-ci traduisit un grand nombre d’ouvrages qui constituèrent les fondements des connaissances musulmanes (surtout en médecine) jusqu’aux temps modernes131.

  • 132 Sarton, op. cit., p. 560 ; Hunke, op. cit., p. 80-81.

117Pendant la période troublée qui suivit le meurtre d’al-Mutawakkil, les califes n’étaient pas en mesure de prêter attention aux affaires culturelles. L’école de traduction fut soutenue par les trois Banū Mūsā b. Šākir. Ces érudits, anciens protégés d’al-Ma’mūn, purent à cette époque promouvoir le développement scientifique grāce à leur situation aisée et à leur éloignement des intrigues du pouvoir. Ils recherchaient les anciens manuscrits dans l’Empire Byzantin en y voyageant eux-mêmes ou en envoyant des messagers. Ils embauchaient des traducteurs de toutes les contrées de l’Islam, allouaient à chacun d’eux 500 dinars par mois, et leur offraient l’hospitalité en permanence dans leur demeure à Bagdad, ou dans la propriété que le calife al-Mutawakkil leur donna au voisinage de son palais à Sāmarrā132.

  • 133 Sur les activités scientifiques sous les Tūlūnides, voir Sarton, op. cit., p. 598 ; Ḥ.I. Ḥasan, op. (...)

118D’autres personnalités déployèrent des efforts semblables. De plus grande importance fut l’apparition des centres de culture provinciaux ; les dynasties locales, dont notamment les Toulou-nides, reprirent les traditions impériales et s’entourèrent d’hommes de lettres et de sciences en plus de savants religieux133. Toutefois la relative stabilisation du pouvoir central à partir d’al-Mu’taḍid (279/892) permit aux califes de reprendre une part à ces efforts.

119Ainsi la culture arabo-islamique surmonta les troubles politiques et sociaux. Les sciences religieuses et séculières jouirent d’un grand essor, coexistant les unes à côté des autres, bien que les tentatives de compromis entre les courants intégriste et rationnel n’eussent pas connu un aussi grand succès.

  • 134 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Dū-l-Nūn al-Miṣri, ce soufi fut amené à al-Mutawakkil, (...)

120Soulignons aussi, qu’outre ces deux tendances, un troisième courant avait progressé lentement au cours des deux premiers siècles de l’Hégire ; il invitait les croyants à se désintéresser des affaires de la vie présente et surtout du pouvoir. C’est à cette époque qu’il se distingua nettement. Les pieux ascètes de l’Islam (al-Zuhhād, al-Nussāk) réussirent aux iiie/viiie siècle à formuler leurs opinions notamment en ce qui concerne la voie qui permet d’atteindre la vérité (al-aqīqa). Face à la Révélation et la Raison, les mystiques ou soufis proposèrent l’Intuition ou le Sentiment. Ils entrèrent d’abord en conflit direct avec les intégristes et avec le pouvoir134, mais constituèrent à la longue un obstacle à l’expansion du courant rationnel, leur approche du monde étant à l’opposé des méthodes scientifiques. C’est pourquoi à notre avis, ils gagnèrent pendant l’époque de décadence, des partisans et des protecteurs parmi les souverains et les savants religieux, sunnites aussi bien que chiites ; ceux-ci apprécièrent probablement l’influence des soufis sur le commun du peuple.

E. Rapports des califes abbassides et des émirs toulounides avec le Šām

  • 135 E.I., t. IV, pp. 136-138 par H. Viollet : Sāmarrā, ville fondée en 221 / 836 sous le règne d’al-Mu‘ (...)

121Au cours de cette période des rapports se sont développés entre les califes abbassides et les Syriens surtout en dehors du Šām notamment à Bagdad et à Sāmarrā135.

122Dans le domaine de la poésie, l’émiettement du pouvoir élargit le cercle de ceux qui se consacraient au panégyrique.

  • 136 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 426 b, biogr. de : ‘Abd al-Salām b. Raġbān.
  • 137 Ibid., vol. 4, fol. 54 b, biogr. de : abib b. Aws.
  • 138 Ibid., vol. 17, fol. 456 b, biogr. de : al-Walid b. ‘Ubayd.

123Au Šām nous avons l’exemple de ‘Abd al-Salām b. Raġbān connu sous le nom de Dīk al-Ğinn (161/777-235/849), poète de Ḥimṣ qui vint à Damas sous al-Mutawakkil et dédia un poème d’éloge à son gouverneur Aḥmad b. Muḥammad b. al-Mudabbir136. Mais deux autres poètes connurent aussi une grande célébrité en dehors de la province. Le nom d’Abū Tammām (188/804-231/846) de Ğāsim137, fut lié surtout à celui du calife al-Mu‘taṣim ; il fréquenta aussi la cour d’al-Wāṯiq. Sous al-Mutawakkil, sa position fut reprise par son disciple al-Walīd b. ‘Ubayd al-Buḥturī (206/821-284/898) de Manbiğ138, dont les rapports avec les califes abbassides continuèrent sous al-Muntaṣir, al-Musta‘īn, al-Muhtadī, al-Mu‘tazz et al-Mu‘tamid. Outre aux califes ces poètes adressèrent leurs poèmes aux émirs et aux notables (souverains provinciaux, gouverneurs, chefs militaires, cadis, chanceliers et secrétaires) arabes, iraniens et turcs, et reçurent en retour des dons généreux, ce qui encouragea les autres poètes à suivre leur exemple.

124Dans le domaine scientifique le Šām donna à Bagdad et à Sāmarrā, un certain nombre de savants qui participèrent au développement de la culture arabo-islamique non seulement par leurs traductions à partir du syriaque, chaldéen et du grec, mais aussi par leurs ouvrages qui traitèrent de divers sujets scientifiques.

    • 139 A.F. Rifā‘i, op. cit., t. I, p. 379.

    ‘Abd al-Masīḥ b. Nā‘ima, de Ḥimṣ, brilla vers 220/835 par ses traductions des ouvrages de philosophie en syriaque et en arabe139.

    • 140 Sarton, op. cit., p. 598.

    Hilāl b. abī Hilāl, de Ḫimṣ (m. 270/883) traduisit des ouvrages de géométrie pour le compte d’Aḥmad b. Mūsā b. Šākir140.

    • 141 Ibid., p. 602.

    Qusṭā b. Lūqā, de Ba‘labakk (250/820-300/912), médecin, philosophe, astronome et mathématicien, fit un voyage dans l’Empire Byzantin et en rapporta d’anciens manuscrits grecs. Il traduisit de nombreux ouvrages et revisa la traduction de certains autres. Il s’adonna aussi à la production d’ouvrages personnels et au perfectionnement d’instruments astronomiques141.

  • Ṯābit b. Qurra, de Ḥarrān (221/836-288/901). Lors du retour d’un voyage dans l’Empire Byzantin, Muḥammad b. Mūsā b. Šākir (m. 259/872-73) le rencontra à Ḥarrān. Celui-ci admira chez le jeune Ṯābit l’éloquence, la connaissance des langues étrangères et l’habileté en calcul (il était changeur de monnaie). 11 le ramena à Bagdad où il s’occupa de son éducation scientifique et l’adjoignit à son école de traduction. Plus tard il fut présenté au calife al-Mu‘taḍid qui profita surtout de ses connaissances astronomiques.

    • 142 Qifti, Tārī al-ukamā’, p. 115 ; Sarton, op. cit., p. 599 ; Hunke, op. cit., p. 81.

    Ṯābit traduisit pour le compte des Bānū Mūsā toute une série d’ouvrages d’astronomie, de mathématiques et de médecine. Ils perfectionna les traductions de Ḥunayn b. Isḥāq et de son fils, puis il composa cent cinquante ouvrages en langue arabe et dix en syriaque. Ses traités d’astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que ses observations astronomiques le placèrent au premier rang des savants de l’Empire142.

  • Ḥubayš b. al-Ḥasan, de Damas (m. 912/300), fils de la sœur de Ḥunayn b. Isḥāq.

    • 143 Sarton, op. cit., p. 613.

    Disciple de Ḥunayn b. Isḥāq et son partenaire dans la traduction des ouvrages médicaux, il compléta un traité de médecine commencé par Ḥunayn. Son œuvre fut parfois sous estimée, un certain nombre de ses traductions ayant été attribuées à Ḥunayn143.

    • 144 Ibid., p. 641.

    Abū ‘Uṯmān, Sa‘īd b. Ya‘qūb, de Damas, médecin et mathématicien, brilla à Bagdad sous le règne d’al-Muqtadir (295/908-320/932). Il traduisit des ouvrages de médecine, de géométrie et de philosophie, et fut chargé de l’inspection des hôpitaux de Bagdad, la Mecque et Médine en 302/915144.

125Les visites d’al-Mu‘taṣim, et plus tard d’al-Mutawakkil amenèrent au Šām plusieurs personnalités éminentes dans les différents domaines du savoir, mais nous ne possédons pas d’informations sur leurs activités. La suite d’al-Mu‘taṣim qui l’accompagna à Damas comprenait :

    • 145 Ibn ‘Asākir, vol. 2, fol. (Ibn Manūr 3), biogr. de : Amad b. Abi Duwād.

    Aḥmad b. Abī Duwād (160/776-240/854) mu‘tazilite, premier cadi de l’Empire qui présidait à l’inquisition des savants religieux. Il occupait cette charge lorsque le traditionniste Damascain Abū Mushir mourut en prison à Bagdad pour avoir refusé la thèse du Coran créé145.

    • 146 Ibid., vol. 15, fol. 188 b, biogr. de : Muammad b. ‘Abd al-Malik.

    Muhammad b. ‘Abd al-Malik al-Zayyāt (m. 233/847), ministre d’al-Mu‘taṣim puis de ses successeurs al-Wāṯiq et al-Mutawakkil, écrivain, poète et autorité en lexicographie et grammaire146.

    • 147 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 406 b, biogr. de : al-Fal b. Marwān.

    Al-Faḍl b. Marwān, Abū al-‘Abbās al-Bardāni, (m. 250/ 864), ministre, il excellait dans l’art de la chancellerie147.

    • 148 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 446 b, biogr. de : al-Qāsim b. ‘Īsā.

    Al-Qāsim b. ‘Isā, Abū Dulaf al-‘Iğlī (m. 225/840), gouverneur de Damas, connu pour son vaste savoir (tradition, histoire), son culte de la littérature (éloquence, poésie) et sa générosité. Plusieurs poètes dont Abū Tammām148, lui dédièrent des poèmes d’éloge.

  • 149 Ya‘qūbi, t. II, p. 491.

126Le cercle qui entourait al-Mutawakkil était plus nombreux Le calife décida de transférer sa résidence à Damas en 243/858. Des palais et de riches demeures furent aménagées dans les alentours de Damas pour le recevoir, lui et sa cour. Il y resta pendant 38 jours, puis il retourna à Sāmarrā pour apaiser les troubles causés par sa garde turque149. Ce cercle fut remarquable aussi en raison de la présence des représentants de divers idéologies et intérêts culturels. Comme savants religieux il comprenait :

    • 150 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 293 b, biogr. de : Isāq b. Mūsā.

    Isḥāq b. Mūsā b. ‘Abd Allāh al-Anṣārī (m. 244/859 à Ḥimṣ), juriste, partisan de l’école de tradition150.

    • 151 Ibid., vol. 19, fol. 299 a, biogr. de : Sağğāda.

    Sağğāda, cadi de Madā’in, juriste orthodoxe, persécuté pendant le califat d’al-Ma’mūn151.

    • 152 Pour les Ğahmiyya, cf. E.I. 2, t. II, pp. 398-399, par M. Watt.
    • 153 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 29 b, biogr. de : Šu‘ayb b. Sahl.

    Šu‘ayb b. Sahl al-Rāzī, connu sous le nom de Šu‘bawayh (m. 246/860), juriste ğahmite152, acharné contre l’orthodoxie. Il fut le premier juge de l’Islam dont la demeure fut incendiée et saccagée. La raison en est qu’il avait inscrit sur la façade de sa mosquée : « Le Coran est créé ». La foule en 227/841, après avoir battu deux ğahmites à la mosquée de Bagdad, continua son chemin vers la mosquée de Šu‘ayb b. Sahl le cadi de la ville, pour effacer l’inscription. Un serviteur du juge leur tira des flèches ; ce qui excita leur colère au point qu’ils mirent le feu à la demeure ; ils poursuivirent le serviteur pour le tuer et celui-ci se sauva153.

127Il est étonnant qu’al-Mutawakkil put réunir dans sa suite les persécuteurs et les persécutés de l’inquisition, inquisition à laquelle il mit fin dès son avènement au pouvoir.

128Parmi les hommes de lettres qui accompagnèrent le calife, Ibn ‘Asākir mentionne :

    • 154 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 8 b, biogr. de : Ya‘qūb b. Isāq.

    Ya‘qūb b. Isāq, Ibn al-Sikkīt (m. 244/858). Grammairien, auteur de l’ouvrage « Islah al-Mantiq » (La Réforme du Langage), précepteur des fils d’al-Mutawakkil154.

    • 155 Ibid., vol. 18 (Paris) fol. 81 a, biogr. de : Abū Baqiyya.

    Abū Baqiyya, poète de Sāmarrā, auteur d’un long poème décrivant la route de Sāmarrā à Damas155.

    • 156 Ibid., vol. 17, fol. 456 b, biogr. de : al-Walid b. ‘Ubayd.

    Al-Walīd b. ‘Ubayd al-Buḥturī (206/821-284/898), le grand poète qui agrémentait les assemblées du calife par sa poésie156.

    • 157 Ibid., vol. 13, fol. 148 b, biogr. de : ‘Amr b. Bar.

    ‘Amr b. Baḥr al-Ğāḥiẓ (163/870-255/869). Ce grand écrivain et auteur d’ouvrages célèbres, est cité comme étant venu dans la compagnie d’al-Fatḥ b. Ḫāqān, qui lui-même accompagnait le calife à Damas et y resta gouverneur après le départ du calife. Après Damas al-Ğāḥiẓ visita Antioche157.

    • 158 Ibid., vol. 12, fol. 483 b, biogr. de : ‘Alī b. Yayā.

    ‘Alī b. Yaḥyā b. abī Manṣūr al-Munağğim (m. 275/888) qui réunissait la connaissance des sciences arabes et persanes. Poète, narrateur et chanteur, il fut le confident d’al-Mutawakkil et de ses successeurs jusqu’à al-Mu‘tamid158.

129Parmi les savants qui accompagnèrent le calife il faut citer :

  • 159 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 348 a, biogr. de : Muammad b. Mūsā b. b. Šākir.

130— Muḥammad b. Mūsā b. Šākir (m. 259/872). Rappelons que ce grand astronome contribua à la mesure de la circonférence de la terre près de Mossoul et de Palmyre sous al-Ma’mūn. Dans sa demeure à Bagdad il offrit l’hospitalité à Ṯābit b. Qurra après avoir fait sa connaissance à Ḥarrān, et lui accorda un traitement mensuel de 500 dinars, ainsi qu’à Ḥubayš b. Isḥāq al-Dimašqī pour les traductions qu’il leur demandait de faire159.

131La liste comprend aussi d’autres noms. Le fait que cette liste fut dressée par un poète damascain (‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Ḫuṭāmī ou al-Haṭṭābī) témoigne de l’importance de la délégation et de l’intérêt qu’elle suscita à Damas. Ibn ‘Asākir l’avait lue dans le manuscrit même de l’auteur.

  • 160 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Ibn Manūr), biogr. de : Amad b. Tūlūn.

132Le fondateur de la dynastie toulounide, Aḥmad b. Tūlūn, vint deux fois au Šām160.

133La délégation qui l’accompagna à Damas en 269/882-83 se composa, à ce qu’il semble, de juristes ; en effet, le but de cette visite était d’inciter les Damascains à retirer leur allégeance à Abū Aḥmad al-Muwaffaq qui exerçait le pouvoir au nom de son frère le calife al-Mu‘tamid. Parmi ces personnages Ibn ‘Asākir cite :

    • 161 Ibid., vol. 14, fol. 621 a, biogr. de : Muammad b. Ibrāhīm.

    Muḥammad b. Ibrāhīm b. Ziyād (m. 269/883 à Damas). Juriste malékite d’Alexandrie161.

    • 162 Ibid., vol. 2, fol. 29 b, biogr. de : Amad b. al-’Alā’.

    Aḥmad b. al-‘Alā’ b. Hilāl de Raqqa (m. 274/887), cadi en Egypte sous les Toulounides162.

    • 163 Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 238, biogr. de : Bakkār b. Qutayba.

    Bakkār b. Qutayba al-Ṯaqafī (180/797-270/884). Cadi en Egypte, sous les Toulounides. Il fut aussi un grand traditionniste. Lors de sa visite à Damas il rapporta des traditions et eut un grand nombre de disciples, vingt deux Damascains ayant rapporté des traditions sous son autorité163.

  • 164 Ibid., vol. 17, fol. 456, op. cit.,

134En ce qui concerne les rapports des Toulounides avec les poètes du Šām Ibn ‘Asākir rapporte qu’à son arrivée à Damas, Abū al-Ğayš Ḫumārawayh reçut un grand nombre de poètes de toutes les provinces pour entendre leurs poèmes d’éloge. Parmi eux figura al-Walīd b. ‘Ubayd al-Buḥturī164.

  • 165 Fihrist, p. 403 ; Sarton, op. cit., p. 602.

135Outre les savants du Šām et d’al-Ğazīra qui déployèrent leurs activités à Bagdad, Ḥarrān (de Ğazīra) donna à cette époque l’astronome le plus éminent de son temps, ‘Abd Allāh, Muḥammad b. Ğābir b. Sinān al-Battānī, connu en Occident sous le nom d’Albatenius (244/858-317/929). Ce savant fit ses observations astronomiques à Raqqa et les exposa dans des ouvrages qui devaient connaître une grande célébrité165.

136Quelle aide les Toulounides accordèrent-ils à ces activités ? Les témoignages nous manquent.

Notes

1 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 185 a, biogr. de : Yazid b. Mu‘āwiya. Lors de cette visite Ibn’Abbās dit à Mu‘āwiya : « si les Banū Ḥarb b. Umayya périssaient, il n’y aurait plus de savant dans la communauté. »

2 Ibid., vol. 9, fol. 148 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Abbās.

3 Yārqūt, t. III, p. 331 : un canton au Šām entre Damas et Médine.

4 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 232, biogr. de : Muḥammad b. ‘Alī ; (D’après Wellhausen, ‘Ali b. ‘Abd Allāh se serait établi à Damas durant le califat de ‘Abd al-Malik ; il aurait quitté Damas pour Ḥumayma vers 95 H., n’étant pas aussi bien traité par al-Walid I. Cf. Tārī al-Dawla al-‘Arabiyya, pp. 474-476.

5 Ibid., vol. 12, fol. 440 b, biogr. de : ‘Alī b. ‘Abd Allāh.

6 En ce qui concerne la propagande des ‘Abbāssīdes, et leurs rapports avec les Hāšimiyya ou Rāwandiyya (secte chiite extrémiste), voir: E.I. 2, t. I, pp. 15-24 art. ‘Abbāssides, par B. Lewis.

7 Ibid., la mort d’Abū Hāšim, et la collation de l’Imamat à Muḥammad b. ‘Ali aurait eu lieu en 98/716.

8 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 232 a, biogr. de : Muammad b. ‘Ali.

9 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 148 a, biogr. de : ‘Abd Allāh, b. ‘Abbās.

10 Ibid., vol. 12, fol. 440 b, biogr. de : ‘Ali b. ‘Abd Allāh.

11 Ibid., vol. 8, fol. 69 a, biogr. de : Sārlih b. ‘Alī ; Ibid., vol. 14, fol. 305, biogr. de : ‘Isā b. ‘Ali.

12 Ibid., vol. 15, fol. 223 b, biogr. de : Muammad b. ‘Ali.

13 Ibn ‘Asākir, biogr. de ‘Abd Allāh b. Muammad, al-Manūr, copie Azhariyya dont l’Académie Arabe de Damas obtint dernièrement une photocopie.

14 Ibid., vol. 10, fol. 432 b, biogr. de : ‘Abd al-amad b. ‘Ali. Ce personnage (106/724-184/800) fut gouverneur de Damas sous al-Manṣūr et al Rašid.

15 Ibn ‘Asākir, vol 2 (Cambridge 2), fol. 290 a, biogr. de : Isāq b. ‘Isā.

16 Ibid., vol. 14, fol. 305 a, biogr. de : ‘Isā b. ‘Alī.

17 Ibid, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 290 a, biogr. de : Isāq b. ‘Isā.

18 Ibid, vol. 14, fol. 626 b, biogr. de : Muammad b. Ibrāhīm.

19 Ibid., vol. 9, fol. 130 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. Ṣāliḥ.

20 Ibid., vol. 7, fol. 249 b, biogr. de : Sulaymān b. ‘Abd Allāh.

21 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 473 a, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ.

22 E.I. 2, t. I, p. 15-24, art. ‘Abbāssīdes, écrit par B. Lewis ; Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islāmiyya, trad. arabe, t. II, p. 13 et ss.

23 Voir E.I., t. IV, p. 1298, art. zandaqa, par L. Massignon.

24 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 209 b, biogr. de : ‘Asim b. Muammad al-Kalbī.

25 Voir, supra, Géographie.

26 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 346 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

27 Ibn ‘Asākir, (copie Azhariyya), biogr. de : ‘Abd Allāh b. Muammad Abū Ğa‘far al-Manūr.

28 Ibid., vol. 17, fol. 432 b, biogr. de : al-Waḍin b. ‘Atā’, traditionniste de Kafar-Sūsa, un village près de Damas.

29 Ibid, vol. 10, fol. 346 b, biogr. de :’Abd al-Raḥmān b. ‘Amr al-Awzā‘i.

30 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 285b, biogr. de : Isāq b. ‘Abd Allāh b. Abi Farwa.

31 Ḥasan Ibrāhīm Ḥasan, Tārī al-Islām, t. II, p. 27.

32 As‘ad alas, al-Tarbiya wa-l-Ta‘līm fī-l-Islām, p. 213.

33 H.I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 35.

34 G. Zaydān, Tārī al-Tamaddun al-Islāmī, t. III, pp. 157 et 299.

35 Sa’id al-Dīwaği, Bayt al-ikma, p. 31.

36 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 432 b, biogr. de : al-Wadin b. ‘Atā’, (traditionniste) ; Ibid, vol. 16(2), fol. 75 a, biogr. de Muti‘ b. Iyās (poète).

37 Ancien partisan du mouvement abbasside, cf. E.I., art. ‘Abbāssīdes, op. cit.

38 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II, pp. 102-103.

39 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II, pp. 105-106.

40 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 66 b, biogr. de : Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Quddūs

41 Shaban, Islamic History, t. II, p. 25.

42 Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 170 ; Ya‘qūbi, t. II, pp. 398-399.

43 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 137 b, biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh al-Mahdi.

44 Ibid., vol. 15 (Yale), fol. 332 b biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ulāa al-‘Uqayli.

45 Ibid., vol. 16, fol. 492 b, biogr. de : Marwān b. Šuğā’ al-aifi.

46 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 81 b, biogr. de : al-akam b. Maymūn (chanteur).

47 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. II, p. 354 (ce poète fit des poèmes d’éloge à al-Mahdī et plus tard à al-Rašid).

48 M.A. Shaban, op. cit., t. II, p. 25.

49 Notamment l’émeute entre Qaysites et Yéménites dans les environs de Damas en 176/792 et 186/802, au Ğazira les révoltes Khārijites en 178-79/795-96 ; cf. Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II, pp. 45-46.

50 Ya‘qūbi, Tārī, t. II, p. 411.

51 Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. II. p. 53.

52 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 415.

53 Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islāmiyya, t. II, p. 20 ; Ğa‘far al-Barmaki est tué le 29-1-803.

54 N. Elisséeff, L’Orient Musulman au Moyen Age, p. 136.

55 Al-Ḫatib al-Baġdādi, Tārī Baġdād, t. 14, p. 5.

56 G. Zaydārn, Tamaddun, t. III, p. 157 ; ce personnage est connu en Occident sous le nom de « Mesui Major ».

57 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muḥammad b. Idrīs al-Šāfi‘i.

58 Pour cette question voir : N. Elisséeff, op. cit., p. 136 ; D. et J. Sourdel, La Civilisation de l’Islam Classique, p. 71.

59 Le Coran, Sourate des femmes, 54/59 : « O vous qui croyez, obéissez à Dieu, obéissez au Prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité. »

60 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Cambridge 2), fol. 268 b, biogr. de : Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣili.

61 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 477 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik b. Qurayb al-Aṣma‘i.

62 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. II, p. 354.

63 Ibid., p. 333.

64 G. Zaydān, op. cit., t. III, p. 80.

65 Ibid., p. 82.

66 Ibid.

67 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 633 b, biogr. de : Muammad b. Idris al-Šāfi‘i.

68 Brockelmann, op. cit., t. II, p. 43.

69 Ibid, p. 52.

70 Ḥasan I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 58.

71 Ibid., p. 64.

72

73 E.I., t. III, pp. 236-237, art. al-Ma’mūn, par Zettersteen.

74 A.F. Rifā‘i, op. cit., t. I, pp. 211 et 354 ; Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 415.

75 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 249 b, biogr. de : Manṣūr b. al-Mahdi.

76 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 430.

77 Ibid., p. 453.

78 N. Elisséeff, op. cit., p. 136, voir supra : al-Rašid.

79 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 373 b, biogr. de : Muammad b. Hārrūn, al-Amin.

80 Ibid., vol. 7, fol. 249 b, biogr. de : Sulaymārn b. al-Manṣūr ; Ibid., vol. 17, fol. 249 b, biogr. de : Manūr b. al-Mahdi.

81 Ibid., vol. 15, (Yale 2), fol. 3 a, biogr. de : Muammad b. uraym al-Murri.

82 Ya‘qūbi. op. cit., t. II, p. 456.

83 A.F. Rifā‘i, ‘Asr al-Ma’mūn, t. I, p. 217

84 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 136 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. āhir.

85 Ibid., vol. 13, fol. 230 b, biogr. de : ‘Amr b. Mas‘ada.

86 Ya‘qūbi, op. cit., t. II, p. 210.

87 M. A. Shaban, t. II, p. 53 ; Ya‘qūbi, t. I, p. 464.

88 Ya‘qūbi, t. I, pp. 469.

89 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyār b. Akṭam.

90 Hitti, t. II, p. 130.

91 Ḥasan I. Ḥasan, op. cit., t. II, p. 64.

92 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 12 a, biogr. de : Yaḥyār b. Akṭam.

93 Ibid., vol. 14, fol. 444 a, biogr. de : al-Qāsim b, Uṭmān al-Ğū‘i.

94 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 63 a, biogr. de : Yaḥyā b. Ṣāliḥ al-Wuḥāẓi.

95 Ibid., vol. 13, fol. 230 b, biogr. de : ‘Amr b. Mas‘ada.

96 Ibid., vol. 2 (Sulṭān Ahmad 2), biogr. de : Ibrāhīm b. Yaḥyā b. al-Mubārak

97 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), biogr. de : Isḥāq b. Ibrāhīm al-Mawṣili.

98 G. Sarton, Introduction to the History of Science, pp 562 et 566.

99 S. Hunke, Le Soleil d’Allah, p. 76.

100 Ibid., p. 79.

101 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. I p. 363.

102 E.I. 2, t. I, p. 157, art. Abū Tammām, par H. Ritter.

103 Au sujet de l’inquisition, voir : E.I. 2, t. I, p. 15-24, art. ‘Abbāssides, op. cit. ; M.A. Shaban, Islamic History, t. II, p. 254-256 ; A.F. Rifā‘i, ‘Asr al-Ma’mūn, t. I, pp. 395-398.

104 A.F. Rifā‘i ‘Ar al-Ma’mūn, t. I, p. 360.

105 Ibid., p. 369.

106 Ibid., p. 396.

107 Ziriklī, A‘lām, t. I, p. 120.

108 Ibid., t. II, p. 27.

109 Ibid., t. II, p. 86.

110 Ibid., t. VII, p. 355, Muḥammad b. al-Huḏayl.

111 Ibid., t. I, p. 36.

112 Zirikli, al-A‘lām, t. I, p. 283.

113 Ibid., t. IV, p. 42. Ce savant fut emprisonné à Bagdad durant cent jours, au bout desquels il mourut.

114 A.F. Rifā‘i, ‘Ar al-Ma’mūn, t. III, pp. 5-16.

115 E.I. 2, ‘Abbāssides, op. cit.

116 Bosworth, Islamic Dynasties.

117 Elisséeff, op. cit., pp. 194-195 ; E.I., vol. IV, pp. 877, art. Ṭūlūnides, par H.A.R. Gibb.

118 Elisséeff, op. cit., p. 197 ; E.I. 2, t. IV, pp. 687-692, art. Karmati par W. Madelung ; E.I. 2, t. IV, p. 206-216, art. Ismā‘iliyya, par Madelung.

119 E.I., art. ūlūnides, op. cit. ; Brockelmann, Tārī al-Šu‘ub al-Islāmiyya, t. II, p. 75.

120 Brockelmann, Ibid., p. 88 ; Elisséeff, op. cit., pp. 204-305.

121 Elisséeff, Ibid., p. 195.

122 Ph. Hitti, op. cit., t. II, p. 190.

123 Ḥ.I. Ḥasan, t. III, p. 137.

124 Ibid., p. 145.

125 E.I., t. IV, pp. 302-312, art. Šām par H. Lammens.

126 Ṭalḥa, Abū Aḥmad al-Muwaffaq (m. 278/891), prince abbāsside, frère du calife al-Mu‘tamid. En raison de sa faiblesse, le calife lui confia la direction de l’armée, puis de l’Etat, ce qu’il accomplit avec succés. Cf. Zirikli, al-A‘lām, t. III, p. 330.

127 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 209 b, biogr. de : Sulaymān b. al-Aš‘aṭ.

128 Sarton, Introduction to the History of Science, p. 559.

129 Voir infra, la campagnie d’al-Mutawakkil pendant son séjour à Damas.

130 Sarton, op. cit., p. 611.

131 A.F. Rifā‘ī, ‘Ar al-Ma’mūn, t. I, pp. 381-387.

132 Sarton, op. cit., p. 560 ; Hunke, op. cit., p. 80-81.

133 Sur les activités scientifiques sous les Tūlūnides, voir Sarton, op. cit., p. 598 ; Ḥ.I. Ḥasan, op. cit., t. III, p. 391.

134 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol. 58 a, biogr. de : Dū-l-Nūn al-Miṣri, ce soufi fut amené à al-Mutawakkil, accusé de zandaqa ; Brockelmann, op. cit., t. II, p. 83, attitude des Ḥanbalites contre al-Muḥāsibi de Baṣra (m. 222/837) ; Ibid., p. 85, crucifixion d’al-Hallāğ en l’an 309/922 après huit ans de prison, avec l’approbation de tous les juristes.

135 E.I., t. IV, pp. 136-138 par H. Viollet : Sāmarrā, ville fondée en 221 / 836 sous le règne d’al-Mu‘taṣim sur la rive orientale du Tigre, à mi-chemin entre Takrit et Bagdad. Dès lors, elle fut la résidence de sept califes abbassides.

136 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 426 b, biogr. de : ‘Abd al-Salām b. Raġbān.

137 Ibid., vol. 4, fol. 54 b, biogr. de : abib b. Aws.

138 Ibid., vol. 17, fol. 456 b, biogr. de : al-Walid b. ‘Ubayd.

139 A.F. Rifā‘i, op. cit., t. I, p. 379.

140 Sarton, op. cit., p. 598.

141 Ibid., p. 602.

142 Qifti, Tārī al-ukamā’, p. 115 ; Sarton, op. cit., p. 599 ; Hunke, op. cit., p. 81.

143 Sarton, op. cit., p. 613.

144 Ibid., p. 641.

145 Ibn ‘Asākir, vol. 2, fol. (Ibn Manūr 3), biogr. de : Amad b. Abi Duwād.

146 Ibid., vol. 15, fol. 188 b, biogr. de : Muammad b. ‘Abd al-Malik.

147 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 406 b, biogr. de : al-Fal b. Marwān.

148 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 446 b, biogr. de : al-Qāsim b. ‘Īsā.

149 Ya‘qūbi, t. II, p. 491.

150 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Cambridge 2), fol. 293 b, biogr. de : Isāq b. Mūsā.

151 Ibid., vol. 19, fol. 299 a, biogr. de : Sağğāda.

152 Pour les Ğahmiyya, cf. E.I. 2, t. II, pp. 398-399, par M. Watt.

153 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 29 b, biogr. de : Šu‘ayb b. Sahl.

154 Ibn ‘Asākir, vol. 18, fol. 8 b, biogr. de : Ya‘qūb b. Isāq.

155 Ibid., vol. 18 (Paris) fol. 81 a, biogr. de : Abū Baqiyya.

156 Ibid., vol. 17, fol. 456 b, biogr. de : al-Walid b. ‘Ubayd.

157 Ibid., vol. 13, fol. 148 b, biogr. de : ‘Amr b. Bar.

158 Ibid., vol. 12, fol. 483 b, biogr. de : ‘Alī b. Yayā.

159 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 348 a, biogr. de : Muammad b. Mūsā b. b. Šākir.

160 Ibn ‘Asākir, vol. 2 (Ibn Manūr), biogr. de : Amad b. Tūlūn.

161 Ibid., vol. 14, fol. 621 a, biogr. de : Muammad b. Ibrāhīm.

162 Ibid., vol. 2, fol. 29 b, biogr. de : Amad b. al-’Alā’.

163 Ibid., vol. 3 (Duhmān), p. 238, biogr. de : Bakkār b. Qutayba.

164 Ibid., vol. 17, fol. 456, op. cit.,

165 Fihrist, p. 403 ; Sarton, op. cit., p. 602.

Table des illustrations

Titre Tableau chronologique
Légende D’après C.E. Bosworth, The Islamic Dynasties, p. 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Les premiers Califes Abbassides. Tableau généalogique
Légende D’après D. et J. Sourdel, La Civilisation de l’Islam Classique, p. 63.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau généalogique des Qurays montrant les liens entre Umayyades, Abbassides et Alides.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search