Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Deuxième Partie. L'action du pouvoir dans la culture et l'éducation

II. Les califes umayyades. (41/661 - 132/750)

Texte intégral

Tableau chronologique :

Tableau chronologique :
  • 1 D’après C.E. Bosworth, The Islamic Dynasties, p. 5.

Note 11

A. Mu‘āwiya et les Sufyanides

1Le premier fait qui caractérise cette période est le transfert de la capitale du califat à Damas, ville principale du Šām. Cette décision, prise probablement pour des raisons politiques, aurait pu créer un certain déséquilibre dans la culture arabo-islamique, s’il n’y avait eu à la tête du gouvernement la personnalité de Mu‘āwiya I qui réunissait à la fois la sensibilité aux valeurs morales et intellectuelles du patrimoine arabe et traditionnel, la connais sance toute nouvelle de la religion islamique, et le désir de remplir ses devoirs de Prince des Croyants, c’est-ā-dire de protéger cette religion et de la diffuser.

Tableau généalogique des Califes umayyades

Tableau généalogique des Califes umayyades

D’après D. et J. Sourdel, La civilisation de l’Islam classique

  • 2 Rappelons à ce propos que Mu‘āwiya chercha la coopération des indigènes syriens non seulement dans (...)

2A ces qualités majeures, ajoutons la largeur d’esprit, la disposition naturelle à apprendre et à profiter du savoir et de l’expérience des autres2 et la foi en l’éducation comme moyen efficace pour maintenir la domination arabe dans les provinces conquises.

  • 3 Surtout greco-syriaque dans le Šām.
  • 4 Les Khariğites sont à l’origine les partisans de ‘Alī qui se séparèrent de lui après l’arbitrage pr (...)
  • 5 Les Chiites sont les partisans de ‘Alī b. abi Ṭālib. Sur le plan politique. ils estimaient que ‘Alī (...)
  • 6 Les Murğiites, membres d’une secte musulmane, ne préjugent pas de la destinée future des hommes. Il (...)
  • 7 Les qadarites, théologiens qui soutenaient que les actes de l’homme sont déterminés par l’homme lui (...)

3Pour mener ce dessein à bonne fin, le premier calife Umayyade s’est proposé pour tâche de développer la culture arabo-islamique afin qu’elle puisse affronter les cultures préexistantes dans la région3, et d’assurer l’unification culturelle du monde islamique. Car, d’une part, l’arrivée des Umayyades au pouvoir secoua violemment la communauté islamique et donna naissance à des schismes (firaq), Kharidjites (awāriğ)4, Chiites (Šī‘a)5, et Murdjiites (Murği’a)6 ; d’autre part, les nombreux contacts entre Musulmans et Chrétiens au Šām suscitèrent un intérêt grandissant pour les questions philosophiques, dont la plus importante fut celle du libre arbitre. Elle donna naissance à un autre schisme, les Qadarites (Qadariyya)7. Ces schismes essayaient de justifier leurs positions politiques ou leurs options philosophiques par des arguments qui seront à l’origine de la réflexion philosophique et socio-politique dans la culture arabo-islamique.

  • 8 On accuse Mu‘āwiya d’avoir ordonné la malédiction publique de ‘Alī sur les chaires des mosquées, ou (...)

4On reproche à Mu‘āwiya d’avoir recouru tantôt à la force et aux injures8, tantôt à l’ingéniosité (dahā’) pour vaincre ses adversaires ; néanmoins ce calife rendit de grands services à la culture et à l’éducation proprement dite. En plus des institutions pédagogiques existantes, à savoir mosquées islamiques et kuttāb locaux, il adopta et introduisit bon nombre d’usages et institutions :

  • 9 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de Huğayma bt. Huyayy Umm al-Dardā’ la savante damascène.

51. L’instauration de kuttāb dirigés par des Musulmans. Les programmes adoptés (lecture et écriture) semblent avoir été ceux des kuttāb locaux. Nous en avons un exemple avec Umm al-Dardā’ qui enseignait la lecture et l’écriture à Damas9.

  • 10 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 309 b, biogr. de : un jeune homme Ġassānide, récit d’al-Ša‘bi ; Youssef (...)

62. L’organisation à la Cour de réunions, ou soirées de discussions (mağālis al-samar), auxquelles le calife invitait des savants de différentes disciplines. Il y écoutait des exposés sur l’histoire et les « jours de combat » des Arabes, l’histoire des Perses et la politique intérieure de leurs rois, l’histoire des rois d’autres nations, de leurs guerres et de leur administration, ainsi que d’autres récits sur l’histoire des peuples antiques. Outre l’histoire, on y traitait de la langue arabe, des sciences religieuses, de la généalogie, de l’astrologie et de diverses autres branches du savoir10.

  • 11 Youssef Eche, Bibliothèques, pp. 11-12, citant et discutant Radd al-Dārimi ‘alā Bišr al-Marisi, Le (...)

73. La fondation d’une bibliothèque privée (ou semi-privée) : bayt al-hikma, destinée à servir de dépôt aux livres, acquis au cours des conquêtes, ou fruits d’acquisitions personnelles, ainsi qu’aux notes écrites ou dictées par les savants arabes. Des employés rétribués se chargeaient de l’entretien et de la lecture des livres11 de cette bibliothèque.

  • 12 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 531 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. Ziyād.
  • 13 Ibid., biogr. des poètes, orateurs, grammairiens...

84. La mise en valeur de la langue et de la littérature arabes, en insistant sur l’inclusion de ces matières dans les programmes de formation12 et en accordant aux grammairiens, poètes, orateurs et maîtres en éloquence une place importante à la Cour et dans la société13.

  • 14 Ibid., vol. 8, fol. 191 b, biogr. de : Ẓālim b. ‘Amr abū al-Aswad al-al-Du’ali, premier grammairien (...)

9Un des faits importants de cette époque fut la première réforme de l’écriture arabe qui consistait en l’addition de signes vocaliques. Ce travail, accompli par Abū al-Aswad al-Du’alī, aux ordres du gouverneur de Baṣra Ziyād b. Abīh (mort en 53/672) fut utile, non seulement à la lecture du Coran, mais aussi au développement de la grammaire arabe14.

  • 15 Ibn ‘Asākir, vol. 19. fol. 311, a, biogr. de : un homme Hamadānite du Yémen ; fol. 313 b, biogr. de (...)

105. La mise en valeur des vertus chevaleresques. A ce propos, la coutume Umayyade d’organiser des courses de chevaux à Damas, avec la participation des concurrents venus de toutes les parties de l’empire, doit son origine à Mu‘āwiya qui l’a établie suivant l’exemple des marchés arabes traditionnels. Pendant ces courses, les compétiteurs entraient sur la piste en déclamant des vers de poésie, dans lesquels ils vantaient leurs qualités et celles de leurs montures. Les vainqueurs recevaient des prix de grande valeur de la part du calife15.

  • 16 Balāḏurī, Ansāb al-Ašrāf, t. IV, p. 3.
  • 17 Lammens, Etudes sur le règne du calife Omayyade Mo‘awiya I, p. 329 et ss. Ibn ‘Asākir, Vol. 6, fol (...)

116. L’adoption de l’usage du préceptorat pour l’éducation des fils de la haute société16, introduisant ainsi un système d’éducation à deux voies : une voie large comprenant l’étude de la religion, de la langue et de la littérature arabes, des sciences arabes et des sciences anciennes (grecques) (à la demande des parents), l’exercice de l’équitation, du tir à l’arc, des bonnes manières etc..., en somme, tout ce qui prépare la noblesse aux hautes fonctions qui l’attendaient17, et une deuxième voie destinée aux gens du peuple et qui paraît se limiter à l’étude de la religion et des notions de grammaire utiles à la bonne lecture du Coran.

12Cette dernière voie revêt, à nos yeux, une importance particulière, parce qu’elle représente l’enseignement universel qui s’adresse à tous les Musulmans. Inscrit dans le cadre des devoirs du Prince des Croyants, cet enseignement était dirigé, et pour une grande part subventionné par l’Etat en la personne du calife et de ses gouverneurs dans les provinces.

13Le désir de Mu‘āwiya I d’accomplir ces devoirs, apparaît de prime abord dans le choix d’une demeure contiguë à la Grande Mosquée, d’où il pouvait participer, à l’exemple du Prophète, à la vie religieuse de la communauté et la guider en tant que Compagnon et ancien secrétaire du Prophète.

14Convaincu que, pour réussir une éducation, il faut éveiller le désir d’apprendre chez les étudiants, Mu‘āwiya essaya de mobiliser toute la communauté en vue de participer à cette œuvre.

15Comme des Musulmans commençaient déjà à se disperser dans les petites villes et à la campagne (contrairement au conseil de ‘Umar I) le calife devait les réunir régulièrement dans les grandes villes du Šām afin de leur transmettre ses directives et de veiller à leur instruction.

  • 18 Ibn ‘Asākir, vol. 19 (Paris), fol. 225 b, biogr. de : Ṭalḥa b. abi Qinān.
  • 19 Qardā : village de la Ġūṭa, Yāqūt, Mu‘ğam, t. VI, p. 56.
  • 20 Ğawlān, une montagne et un village dans le Hawrān (Yāqūt, t. II, p. 188.
  • 21 Ibn ‘Asākir, vol. 19 (Paris), fol. 225 b, biogr. de : Ṭalḥa b. abi Qinān.
  • 22 Zākiya : village du Ḥawrān (Ibn ‘Asākir, éd. Munağğid, p. 353). L’auteur mentionne dans cette parti (...)
  • 23 Marğ al-Ṣuffār, plaine qui se trouve dans les alentours de Damas, (Yāqūt, 5 : 101).
  • 24 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 317 b ; biogr. de : al-Muhāğir b. abi Muslim.
  • 25 Dārayyā, un grand village de la Gūṭa de Damas (Yāqūt, 2 : 431.)
  • 26 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 8 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. uab. Ce personnage fut un grand lecteur d (...)

16A la Grande Mosquée de Damas, on célébrait le Vendredi avec solennité. Le Compagnon du Prophète, Faḍāla b. ‘Ubayd prodiguait d’abord des exhortations aux fidèles, puis Mu‘āwiya montait en chaire et prononçait un discours, après quoi il présidait à la prière18. Au cours de son discours il n’oubliait pas de rappeler aux habitants du voisinage qu’ils devaient assister régulièrement à la prière du vendredi. Talḥa b. abī Qinān rapporta : « J’entendis Mu‘āwiya dire, du haut de la chaire : O habitants de Qardā19, habitants de Ğawlān (Golan)20, n’oubliez pas la prière commune le vendredi, nous la célébrons tout particulièrement pour que vous y assistiez21 ». D’après Muhāğir, Mu‘āwiya disait dans ses discours à la mosquée de Damas : « O habitants de Qardā, habitants de Zākiya22... : des extrémités de la Ġūṭa, ne manquez pas le vendredi à Damas ». Ainsi les Musulmans établis dans les petites localités de Marğ al-Suffār23 venaient (de bonne heure) pour y prier avec le calife, puis ils retournaient chez eux avant le crépuscule24 ; de même ‘Abd Allāh b. Ṯuab, Abū Muslim al-ẖawlānī, venait chaque semaine de Dārayyā25 pour participer à la prière commune du vendredi à la Grande Mosquée de Damas26.

  • 27 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de ‘Abd Allāh b. ‘Amir. L’énoncé de la tradition.

17Du haut de la chaire, le premier calife Umayyade rapportait aux assistants une tradition prophétique qui disait : « O gens ! La science s’apprend par l’étude ; la connaissance de la religion s’acquiert par l’effort ; lorsque Dieu veut du bien à un homme, il l’aide à approfondir la religion ; de tous les êtres humains, ceux qui craignent le plus Dieu, ce sont les savants27 ».

  • 28 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 212 a, biogr. de : ‘Atīyya b. Qays, le lecteur de l’armée.
  • 29 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 70 b, biogr. de : Yūnus b. Maysara. Il rapporte avoir vu Mu‘āwiya fair (...)
  • 30 Ibid., vol. 17, fol. 422 b, biogr. de : Wirād abū al-Durr, secrétaire d’al-Muġira b. Šu‘ba, gouvern (...)

18La formation religieuse comprenait, durant la vie du Prophète, l’enseignement du Coran, des fondements de la religion musulmane et de ses pratiques. Mu‘āwiya put veiller à cela parfaitement, d’une part en encourageant l’enseignement du Coran à la Grande Mosquée et en nommant des lecteurs pour l’enseigner aux soldats28, d’autre part, en s’appliquant à être un maître et un modèle à suivre dans les pratiques religieuses29. Lorsque des détails lui faisaient défaut, il se renseignait auprès des autres Compagnons du Prophète30.

19Après la mort du Prophète, d’autres disciplines commencèrent à prendre de l’importance : la tradition (adī), la jurisprudence (fiqh), les farā’i (connaissance des parts fixes de l’héritage). Devant ces disciplines nouvelles, Mu‘āwiya devait prendre une attitude déterminée pour ne pas nuire à l’unité culturelle de la communauté.

  • 31 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣūbi ; d’après lui, Mu‘āwiya, aura (...)
  • 32 Ibid., vol. 19, fol. 267 a, biogr. de : Abū Hurayra al-Dawsi. Celui-ci dit : « Nous ne pouvions pas (...)
  • 33 Ibid., vol. 9, fol. 310 b. biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Šibl al-Anāri. Mu‘āwiya lui écrivit à Ḥim (...)
  • 34 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 11, mentionne la réplique d’al-Dārimi à Bišr al-Marīsi, au cours de (...)

20Toutes les sources s’accordent sur le fait que Mu‘āwiya, à l’instar du calife Bien Guidé ‘Umar I, témoigna d’abord d’une certaine réserve devant un usage abusif des traditions du Prophète. Il craignait probablement l’exploitation de ces dernières à des fins politiques. Tout d’abord, il n’en rapporta qu’un petit nombre et de plus il prononça des discours à la mosquée, préconisant aux croyants la même attitude31. Ne pouvant mettre fin à l’intérêt grandissant pour la tradition, au lieu d’avoir recours à des mesures sévères contre les traditionnistes, comme le fit le calife Bien Guidé ‘Umar I32, il chargea ses hommes de confiance de rassembler et de diffuser les vraies traditions que les croyants étaient avides de connaître33. Des témoignages attestent qu’il a même ordonné à ses secrétaires de fixer par écrit des traditions et de les conserver dans sa bibliothèque34.

  • 35 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 16 b, biogr. de : Sālim abū al-Zu‘ayzi‘a, secrétaire de Marwān b. al-Ḥaka (...)

21Cette activité est confirmée par le fait qu’à Médine, centre de l’enseignement religieux à cette époque, le gouverneur de Mu‘āwiya, Marwān b. al-Ḥakam, usa de ruse, ainsi que nous le rapporte Ibn ‘Asākir au cours de la biographie de Sālim abū al-Zu‘ayzi‘a, pour se procurer par écrit les traditions que connaissait Abū Hurayra (Compagnon), et les réponses de Zayd b. Ṯābit (Compagnon aussi) en matière de fiqh. Sālim dit : « Marwān fit venir Abū Hurayra chez lui, me demanda de me cacher derrière son siège, et d’écrire minutieusement ses paroles. Marwān se mit à interroger le Compagnon sur les traditions ; celui-ci en rapporta, et je notai par écrit les réponses... Un an après, Marwān convoqua Abū Hurayra, et lui posa les mêmes questions pour s’assurer de ses réponses. En comparant celles-ci avec les précédentes, on se rendit compte qu’elles étaient les mêmes... ». Sālim mentionne que Marwān fit don au Compagnon de cent dinars35.

  • 36 Ibid., vol. 6, fol. 213 a, biogr. Zayd b. Ṯābit.

22Selon un autre récit : « Le gouverneur de Médine, Marwān b. al-Ḥakam, convoqua Zayd b. Ṯābit chez lui, et plaça set secrétaires derrière un rideau. Durant la visite, Marwān posait des questions juridiques au Compagnon et les secrétaires notaient les réponses du Compagnon. Au bout d’un moment Zayd s’en rendit compte et dit au gouverneur : « Marwān, tu dois m’excuser, je ne donnais que mon avis personnel (ra’y) »36.

  • 37 Ibid., Al-Zuhrī dit : « Si Zayd b. Ṯābit n’avait pas mis par écrit les farā’id, elles seraient perd (...)

23Comme Mu‘āwiya était très strict, son gouverneur n’aurait pu entreprendre cette action sans l’ordre, ou au moins, sans l’approbation du calife. Notons toutefois que Zayd b. Ṯābit lui même fixa les farā’i par écrit durant la même période37.

  • 38 A.Z. Ṣafwat, Ğamharat Rasā’il al-’Ārab, t. II, p. 52 ; d’après al-Bayān wa-l-Tabyīn (al-Ğāḥiz), Mu‘ (...)
  • 39 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 8 b, biogr. de : Sālim b. Salama al-Hūḏali ; celui-ci vint chez Mu‘āwiya (...)
  • 40 Ibid., vol.7, fol. 19 b, biogr. de : al-Sāyib b. Yazid al-Kindi, Compagnon. Il vint en visite chez (...)

24Dès lors, on ne doit pas s’étonner devant les témoignages qui nous montrent le premier calife Umayyade, apprenant38, notant39, rapportant, et révisant40 des traditions, au cours de ses soirées qui embrassaient un grand nombre de sujets, ou pendant la journée, lorsqu’il recevait des visiteurs de toutes les parties de son empire.

  • 41 Ibid., vol. 2 (Sultan Aḥmad, 2e partie), fol. 450 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Ayyūb ; mention de l’as (...)
  • 42 Supra p. 55, ‘Alī b. abī ālib.

25Outre le Coran et la tradition, rappelons que la prédication (qaa) a bénéficié d’une grande attention de la part du calife, non seulement pour des raisons politiques comme on l’a suggéré plus haut41, mais aussi à cause de son penchant naturel pour les récits, et sa confiance en leur rôle édifiant. Il suffit ici de mentionner le témoignage d’al-Mas‘ūdī, selon lequel, Mu‘āwiya commençait sa journée en écoutant la prédication qui se donnait quotidiennement à la Grande Mosquée, après la prière de l’aube42.

26La branche sufyanide des Umayyades comprenait d’autres hommes non moins capables que Mu‘āwiya, dont l’histoire de l’éducation a retenu quelques récits qui témoignent de leur contribution en ce domaine. Nous nous contenterons de mentionner ‘Utba b. abī Sufyān et ẖālid b. Yazīd.

  • 43 Al-Mas‘ūdi, Murūg, t. II, p. 70-71 ; Amad Amin, Fağr al-Islām, p. 159, d’après al-Maqrizi, ia, (...)

27‘Utba était le frère de Mu‘āwiya et le gouverneur d’Egypte pendant le califat de son frère. Il a laissé aux Arabes ses « recommandations au précepteur de ses fils », dans lesquelles l’exemple revêt la même importance que l’enseignement systématique, et la formation religieuse est combinée harmonieusement avec la formation arabe traditionnelle43.

28La contribution de ẖālid b. Yazīd b. Mu‘āwiya est beaucoup plus importante, au point que l’histoire arabe a tissé autour de ses capacités et de ses activités, surtout dans le domaine scientifique, une légende.

  • 44 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 18 a, biogr. de ‘Utba b. abi Sufyān. Notons que d’autres auteurs attribu (...)
  • 45 Ibid., vol. 10, fol. 406 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid b. Mu‘āwiya ; d’après Abū Zur‘a, le (...)
  • 46 D’après Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 244.
  • 47 D’après Ibn allikān, Wafayāt al-A‘yān, t. I, p. 211.

29Remarquons, tout d’abord, que ce prince héritier, évincé par les Marwanides, reçut comme ses deux frères, Mu‘āwiya II et ‘Abd al-Raḥmān, une bonne éducation religieuse. Leur maître dans le domaine religieux était ‘Umar b. Nu‘aym al-‘Ansī, épigone et grand traditionniste44. Il aurait eu comme précepteur, selon Lammens, un moine chrétien du nom d’Etienne (Iṣṭifān)45, qui lui avait probablement enseigné des notions de sciences. Selon Aḥmad Amīn, Ḫālid aurait appris la médecine et l’alchimie (al-an‘a) d’un moine grec qui s’appelait Marianes46. Après avoir été déçu sur le plan politique, il s’adonna entièrement à la quête du savoir et aux expériences scientifiques47.

  • 48 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 256 b, biogr. de : Muḥammad b. ‘Amr b. Sa‘īd b. al-‘Āṣ, un parent de ẖāl (...)
  • 49 Ibid., vol 9, fol. 304 b.biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Salmān al-ẖawlānī qui a antendu ẖālid b. Yaz (...)
  • 50 Ibid., vol. 5, fol. 209 a, biogr. de : ālid b. Yazid.
  • 51 Ibid., vol. 5, fol. 209 a, biogr. de : ālid b. Yazid.

30Nombre de témoignages attestent l’application qu’il déploya dans ces activités. Selon Ibn ‘Asākir, un témoignage le montre récitant devant ses esclaves féminines (ğāriya) des traditions, de peur de les oublier48 ; un autre le montre répondant à une question juridique de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, à la mosquée de Jérusalem49 ; un troisième relate une discussion entamée avec des prêtres chrétiens à al-Ğazīra, et dans laquelle il soutenait la doctrine islamique sur la Vie Future, utilisant des arguments qui seront plus tard repris par tous ceux qui ont traité cette question50 ; et un quatrième décrit une assemblée à la Cour de ‘Abd-al-Malik, au cours de laquelle ẖālid exposa les propriétés de l’eau douce (eau de pluie, eau des rivières...) et de l’eau salée (eau de la mer), affirmant qu’il était possible de dessaler l’eau de mer, puis, ordonnant qu’on lui apporte des cruches d’eau, expliqua le processus à suivre51.

  • 1
  • 53 Ibn al-Nadīm, Fihrist, pp. 242, 244 ; Eche, Bibliothèques, p. 17. D’après : al-Ğāẖiẓ, Rasā’il, réun (...)
  • 54 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 17.

31Lorsque quelqu’un faisait l’éloge de son savoir, ẖālid avait l’habitude de répondre : « Je ne suis ni savant ni ignorant, je suis amateur de livres »52. Des témoignages épars dans la littérature arabe53 attestent cet intérêt pour les livres si bien que Youssef Eche conclut que « ẖālid conserva la bibliothèque de son grand-père Mu‘āwiya (bayt al-ikma) ; il l’enrichit avec des compilations de adī, des ouvrages d’alchimie, d’astrologie, de médecine et de philosophie ; il patronna un mouvement de traduction, et réunit autour de lui des savants, des philosophes et des sommités en toutes disciplines... Ces activités confirmèrent son caractère de bibliophile, protecteur du bayt al-ikma, qui donna à cette institution sa forme spécifique qui ne cessera de se développer54.

B. Les Marwanides :

Généralités :

32Le chef de cette famille, Marwān b. al-Ḥakam, passa pratiquement toute sa vie à Médine. Secrétaire du calife Bien Guidé ‘Uṭman b. ‘Affān, puis gouverneur de Médine, sous Mu‘āwiya, il eut de nombreux contacts avec les milieux religieux, s’intéressa à la tradition et fut parmi les premiers à rassembler des traditions et des questions juridiques et à les fixer par écrit. Ses descendants étant tous élevés dès l’enfance selon les normes nouvelles, il est naturel de voir la tendance religieuse s’accentuer avec l’accession de cette famille au pouvoir.

  • 55 Cette question sera traitée en détail dans les biographies de Hišām b. ‘Abd al-Malik et de Yazid b. (...)

33Toute l’ingéniosité de Mu‘āwiya ne réussit pas à atténuer les différends politiques qui avaient divisé la communauté en un grand nombre de groupes rivaux dont les plus importants furent les Kharijites, les Chiites et les Murgiites. Le Šām n’était pas le théātre d’affrontements de ces fractions, mais les savants du Šām durent très tôt prendre position, défendre leurs options et s’attirer des partisans par dès arguments qui formaient le centre de l’enseignement religieux. Les dirigeants pour leur part, essayaient de gagner l’opinion publique en élevant les savants religieux aux premiers rangs de la société, leur réservant les hauts postes administratifs, et les traitant avec beaucoup d’égards. Pour cette raison aussi, ou par conviction personnelle, les califes Marwanides ont contrecarré les vues et les activités des hérétiques qadariyya (les partisans du libre arbitre), et les ont soumis à la torture, à la prison ou à l’exil. Certains furent même exécutés55.

34Soulignons toutefois qu’avec l’accroissement de la ferveur religieuse, la compétition entre les composantes culturelles religieuse et arabe traditionnelle, s’accrut aussi dans les milieux dirigeants. La Cour tombait tantôt sous l’influence des traditionnistes et juristes (sous ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz), tantôt sous l’influence des poètes et rāwiya (sous Yazīd b. ‘Abd al-Malik et al-Walīd b. Yazīd). D’autres califes (‘Abd al-Malik et ses fils al-Walīd I, Sulaymān et Hišām) essayèrent de réunir harmonieusement les deux éléments.

35Sous les Marwanides, le problème de la nature de l’identité arabe se posa. Un nombre grandissant de clients participait aux activités intellectuelles et pédagogiques et les dirigeants durent adopter, ou du moins accepter, une conception de l’arabisme qui puisse intégrer ces clients dans la communauté.

  • 56 Lammens, Etudes sur le règne du Calife Omayyade Mo‘awiya I, Leipzig, 1908, p. 331, d’après al-Aġānī(...)

36En ce qui concerne l’enseignement, les Marwanides adoptèrent le système à deux voies, inauguré par les Sufyanides : kuttāb et mosquée pour les gens du peuple, préceptorat pour les fils des dirigeants. Le précepteur devint, sous cette nouvelle dynastie, un membre du personnel résidant à la Cour, et on avait coutume de dire « vous ne verrez jamais un Marwanide négliger de donner un précepteur à ses fils »56.

a. ‘Abd al-Malik b. Marwān

37Ayant reçu à Médine une formation religieuse excellente, et ayant fréquenté les milieux fortement imprégnés de culture arabe traditionnelle, ce calife sut créer autour de lui une atmosphère intellectuelle très raffinée, et communiquer à son entourage une forte impulsion pour la quête du savoir religieux et séculier.

38Examinons tout d’abord l’aspect religieux.

  • 57 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-Farīd, t. VIII, p. 57.
  • 58 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik.

39A Médine, avant de devenir calife, ‘Abd al-Malik était surnommé « la colombe de la mosquée » pour son assiduité dans la lecture du Coran57. En tradition, il était l’un des quatre savants éminents de Médine, avec Sa‘īd b. al-Musayyab, ‘Urwa b. al-Zubayr et Qabīsa b. Ḏu’ayb58. Lorsqu’il arriva au pouvoir, il tint à conserver cette renommée, tout en prenant en considé-ration les usages établis au Šām par Mu‘āwiya. C’est pourquoi il acheta à ẖālid b. Yazīd le palais d’al-ẖadrā’ contigu à la Grande Mosquée d’où il pouvait participer à la vie religieuse de la communauté. Il allait à la Grande Mosquée présider aux prières, prononcer des discours et rapporter des traditions.

  • 59 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muammad b. Muslim b. Šihāb al-Zuhrī.
  • 60 La lecture al-Sub‘ sera décrite dans le chapitre intitulé « Le Coran ».
  • 61 Ibn ‘Asākir, (Edit. Munağğid, 2e part.), p. 49.

40Ce fut un savant dans l’étude coranique. Il lisait régulièrement le Coran et voyait en lui le fondement de toute éducation59. Ce fut donc sous son influence que naquit à la mosquée de Damas l’étude du Coran (as-sub‘)60. Elle devint alors et pour longtemps une tradition de cette mosquée, à laquelle participaient les grandes personnalités religieuses damascaines61.

  • 62 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muammad b. Muslim al-Zuhrī.

41Comme ‘Abd al-Malik était traditionniste lui-même, la tradition reçut une attention particulière de sa part. Dans son assemblée il recherchait la compagnie des traditionnistes, avec lesquels il révisait et échangeait des connaissances. Lorsqu’un point demeurait obscur, il envoyait des messagers à la recherche de quelqu’un qui puisse les éclairer62, ce qui lui permit de développer des relations excellentes avec les savants religieux. Il leur confia les grandes responsabilités administratives, et les traita avec beaucoup de respect et de considération.

  • 63 Ibid., vol. 14, fol. 466 b., biogr. de : Qabia b. Du’ayb.
  • 64 Wellhausen, Tārī al-Dawla al-‘Arabiyya, p. 209 ; d’après Balāuri, Ansāb al-Ašrāf ; p. 193.
  • 65 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Umm al-Dardā’ ; vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd (...)

42Citons à titre d’exemple, quelques noms : Qabīṣa b. Ḏu’ayb63, Ibn Šihāb al-Zuhrī, Raga’ b. Ḥaywa64, et surtout Umm al-Dardā’, la savante syrienne. Il l’invitait à son palais, allait au fond de la Grande Mosquée de Damas pour lui présenter ses hommages et s’entretenir avec elle ; lors de ses séjours à Jérusalem, il allait la chercher à la Coupole du Rocher, l’accompagnait à la Mosquée appuyée à son bras, la conduisait aux rangs des femmes, puis retournait au premier rang conduire la prière. Lorsqu’elle perdit la vue pendant sa vieillesse, un mawla était chargé de la conduire pendant ses voyages entre Damas et Jérusalem65.

43Telles furent les nouveautés introduites par ‘Abd al-Malik dans la société islamique.

  • 66 Wellhausen, op. cit., p. 207.

44Les activités de ‘Abd al-Malik, dans le domaine religieux, ont été couronnées par l’édification de la Coupole du Rocher (Qubbat al-ara) et de la Mosquée al-Aqṣā à Jérusalem en l’an 72/691, lieux saints où les Musulmans vont encore en pèlerinage. Si les uns considéraient cette action comme une tentative du calife pour détourner les Syriens des villes saintes du ẖiğāz, qui étaient alors sous la domination de son adversaire ‘Abd Allāh b. al-Zubayr, d’autres y trouvaient au contraire la continuation d’une tradition qui remontait aux premiers jours de l’Islam. Wellhausen en effet attire l’attention sur le fait que le Prophète ne changea la direction de la prière des Musulmans de Bayt al-Maqdis à la Mecque que quelques années avant sa mort, que le calife ‘Umar I reconnut la grande importance de cette ville en la visitant à l’occasion de sa capitulation, que Mu‘āwiya I choisit d’y être intronisé, et qu’à cette occasion il fit sa prière sur la colline du Calvaire66.

45On s’est attardé jusqu’ici sur un aspect des activités de ‘Abd al-Malik. Pour être juste, il est nécessaire de mentionner ses autres activités qui sont plus en rapport avec la culture arabe traditionnelle.

46Orateur éloquent — l’histoire rapporte qu’il ne commit jamais une faute de grammaire — poète et amateur de poésie, connaisseur des « jours de combat » des Arabes et de généalogie, ce calife ne manqua jamais une occasion d’assurer à ces disciplines une place de choix dans l’éducation et dans la vie intellectuelle ; il créa des conditions favorables à leur épanouissement.

  • 67 Ibid., p. 208-209 ; E.I., t. IV, p. 1052, art. Umayyades, par Levi Della Vida.
  • 68 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 201 a, biogr. de : ‘Aā’ b. abi Rabā ; Ibn Šihāb al-Zuhrī dit : « j’ent (...)
  • 69 Ibid., vol. 2 (Cambridge, 2e part.), fol. 318 b, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhā (...)

47Les historiens ont vu en l’attitude de ‘Abd al-Malik à l’égard de la religion, le signe d’un renouveau de piété67, mais il est possible aussi de voir dans son attitude envers le patrimoine traditionnel un intérêt particulier pour l’arabité. En fait la conscience de l’arabité ne lui était pas étrangère. Une question le préoccupait : l’émulation des clients (mawālī) dans la quête du savoir religieux. Une anecdote rapportée par al-Zuhrī montre le calife se renseignant sur les maîtres des provinces de son empire. Lorsqu’il apprit que la majorité en était composée de clients, il craignit que ce zèle ne cachāt des motifs politiques68. En réalité, non seulement la religion musulmane mais aussi la langue arabe attirait beaucoup les clients, et ceux-ci se mirent à l’étudier avec enthousiasme. Ils y brillèrent au point que l’on vit le calife choisir un client comme précepteur de ses fils pour leur enseigner l’arabe. On attribue à ‘Abd al-Malik les paroles suivantes : « Je n’ai jamais vu de cas semblables au nôtre avec ces étrangers. Ils ont dominé pendant des siècles et n’ont gagné qu’un seul de nos hommes. Nous dominons depuis peu de temps, et beaucoup des leurs ont appris l’arabe ; voici Ismā‘īl b. ‘Ubayd Allah b. abī al-Muhāğir qui enseigne l’arabe aux fils du Prince des Croyants ! »69.

  • 70 Ibid., vol. 19, fol. 315 b, biogr. de : Un homme éloquent d’après al-Zuhri : ‘Abd al-Malik demanda (...)

48L’étonnement de ‘Abd al-Malik est très naturel, car l’expansion de la langue arabe à cette époque dépassa ses fonctions religieuses et administratives. Elle était considérée comme le ciment de la communauté (umma). Au cours d’une discussion avec un client, il semble que ‘Abd al-Malik ait approuvé l’idée suggérée par celui-ci selon laquelle l’arabisme était un lien de langue et que par conséquent quiconque maîtrisait la langue arabe, pouvait se déclarer « Arabe »70.

  • 71 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 148 b, biogr. de : Salmān al-Fārisi.

49Cette opinion était tellement répandue à cette époque que nous est parvenue la tradition suivante, formée pour la soutenir. La tradition est présentée dans le contexte suivant : le Prophète traitait Salmān al-Fārisī (le Persan), Ṣuhayb al-Rūmī (le Grec) et Bilāl al-Ḥabašī (l’Ethiopien) avec bienveillance. Un homme du nom de Qays b. al-Maṭṭaṭiyya critiqua ouvertement cette conduite. Le Prophète ordonna la prière pour rassembler les gens à la mosquée et leur dit : « O gens ! Dieu est un, l’arabisme n’est ni un père ni une mère mais plutôt une langue. Celui qui parle l’arabe est arabe »71.

50L’emploi des langues étrangères dans la chancellerie durant le règne de ses prédecesseurs choquait également ‘Abd al-Malik. Il aurait voulu que son père réformāt cet usage, mais le califat de ce dernier fut court et troublé.

  • 72 Ibid., vol. 7, fol. 245 b, biogr. de : Sulaymān b. Sa‘d.
  • 73 Ibid., vol. 8, fol. 66 b, biogr. de : āli b. ‘Abd al-Ramān.

51Après son accession au pouvoir, ‘Abd al-Malik saisit l’occasion de la mort de son premier secrétaire Šargūn b. Manšūr al-Rūmī pour charger Sulaymān b. Sa‘d al-ẖūsānī d’arabiser l’administration au Šām72. Prenant cette action pour exemple, al-Ḥağğāg ordonna à Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Raḥmān d’arabiser l’administration en Iraq73. Il est à remarquer que les deux auteurs de ces réformes furent des clients, et que leur connaissance de l’arabe d’une part, du grec ou du persan d’autre part, les aida à les accomplir.

  • 74 Ibid., vol. 14, fol. 359 a, biogr. de : al-Atal, un poète, ‘Abd al-Malik le réunit avec Ğarir (un (...)
  • 75 Ibid., vol. 14, fol. 520 a, biogr. de : Kutayyir b. Hirāsa al-Kilābi, maītre en éloquence, un compa (...)
  • 76 Ibid., vol. 14, fol. 352 b, biogr. de : Ġabān b. al-Quba‘arā, maītre en éloquence et savant en Ay (...)
  • 77 Ibid., vol. 13, fol. 133 a, biogr. de ‘Umar b. al-Muntair al-Murādi. Le calife demanda aux assista (...)
  • 78 Ibid., vol. 19, fol. 314b, biogr. de : Un homme du Ḥiğāz ; Ibid., vol. 19, fol. 317 a, biogr. de : (...)

52Lien de la communauté, véhicule de l’administration, de la religion et de l’enseignement, l’arabe avait d’autres fonctions. C’est dans cette langue qu’‘Abd al-Malik aimait à voir s’exprimer les sentiments moraux et esthétiques par le biais de la belle poésie74, de l’éloquence oratoire75, des récits et des maximes édifiantes76. C’était lā les sujets préférés des réunions77 au cours desquelles il recevait les représentants les plus émérites de ces arts. Il donnait également de fastueux banquets auxquels il invitait des personnalités syriennes, et des délégations d’autres provinces. Il circulait parmi les convives, et discutait avec eux pour juger de leurs talents et connaissances et faisait des dons généreux aux plus brillants78.

  • 79 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.

53Toute cette atmosphère, imprégnée de littérature et de récits historiques laissait ‘Abd al-Malik insatisfait. Se plaignant auprès de son gouverneur d’Iraq, al-Ḥağğāğ, il lui demanda de lui envoyer le grand al-Ša‘bī, source inépuisable de récits, pour s’entretenir avec lui et parfaire ses connaissances. Celui-ci fut reçu avec toutes les marques de déférences qu’il méritait. ‘Abd al-Malik l’admit dans son entourage et le chargea d’éduquer ses fils79.

  • 80 Ibid., vol. 10, fol. 480 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik. On y trouve les directives qu’il donna au pr (...)
  • 81 Ibid., vol. 19, fol. 376 b, biogr. de : ‘Azza bt. Ḥumayl ; cette femme ayant rendu visite au calife (...)
  • 82 Ibid., vol. 17, fol. 499 b, biogr. de : Hārūn b. Ibrāhīm al-Ahwāzi ; ce personnage rencontra les de (...)
  • 83 Ibid., vol. 19 fol. 310 a biogr. de : Un homme surnommé Umm ‘Ammār. On y trouve le récit suivant : (...)

54‘Abd al-Malik voulut éveiller cet intérêt pour la langue, la poésie et le patrimoine arabe traditionnel chez tous ses sujets en commençant par ceux qui lui étaient les plus proches : à ses fils tout d’abord, il prescrivit des programmes d’étude embrassant les sciences religieuses et traditionnelles, et il s’assurait de leurs progrès par des examens fréquents80 ; à ses esclaves féminines (ğāriya), il faisait entendre et apprendre de la poésie81 ; et enfin la Grande Mosquée semble avoir ouvert ses portes aux poètes qui y récitaient leurs vers au milieu d’admirateurs et de partisans82. Ce développement eut lieu après une période de réserve pendant laquelle Mu‘āwiya paraît avoir adopté le point de vue de ‘Umar I sur ce sujet83.

55Pour apprécier les développements culturels qui eurent lieu sous l’impulsion de ‘Abd al-Malik on peut suggérer la thèse suivante : le premier calife Umayyade Mu‘āwiya I avait eu l’occasion, avant sa conversion à l’Islam de se familiariser avec les cultures voisines et d’y apprécier les progrès dans les sciences et l’administration ; il adopta, après sa conversion, une attitude très ouverte en ces domaines et chercha la coopération des Grecs et des autochtones dans l’enseignement et l’administration. Pourtant cette brusque ouverture aurait pu, à la longue, dénaturer la culture naissante malgré le respect absolu de l’Islam manifesté par Mu‘āwiya I.

56En réprimant les excès de l’ouverture sur la culture hellénique et en renforçant les deux éléments principaux, le patrimoine arabe traditionnel et les sciences islamiques, ‘Abd al-Malik assura à la culture arabo-islamique son originalité, Mais il retarda d’un siècle son développement dans les domaines scientifique et philosophique.

57Pour mener sa politique à bonne fin, ‘Abd al-Malik se faisait assister par des personnages éminents, notamment les gouverneurs qui le représentaient dans les provinces. Les plus importants furent : al-Ḥağğāğ b. Yūsuf al-Ṯaqafī, gouverneur à Médine puis en Iraq, et son frère ‘Abd al-‘Azīz b. Marwān, qui fut également gouverneur en Egypte.

  • 84 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi ; Ibid., vol. 16, fol. 167 a, biogr. de (...)

58Al-Ḥağğāğ était un grand orateur, célèbre pour son éloquence, un amateur de poésie, un lecteur assidu du Coran et un bon traditionniste. Maître de kuttāb, il s’était élevé aux plus hauts rangs de la société grāce à sa science et à son intelligence ; il savait apprécier les qualités intellectuelles de ses sujets, et nommait les brillants esprits aux postes de commandement dans l’armée et l’administration. Le calife, lui-même, comptait sur lui pour sélectionner les hommes les plus capables, afin de les joindre à sa suite, ou de les charger des missions importantes84.

59Les critères de sélection, appliqués par al-Ḥağğāğ nous montrent les idéaux que les dirigeants cherchaient à inculquer aux jeunes gens à cette époque. On peut les dégager de l’anecdote suivante :

« Lorsque al-Ḥağğāğ arriva à Kūfa (comme gouverneur), il demanda à rencontrer les préfets (‘arīf, pl. ‘urafā’), puis les (membres) des tribus. Passant en revue les Chaabites, il retint ‘Āmir al-Ša‘bī, lui demanda de prendre place, et commença à l’interroger :

— As-tu lu le Coran ?

— Oui, (le gouverneur examine sa lecture)

— As-tu étudié les farā’i ?

— Oui (examen)

— As-tu étudié l’arabe (al-‘arabiyya) ?

— Oui (examen)

— As-tu appris la poésie ?

— Oui, je me suis familiarisé avec ses différents sujets (examen)

— As-tu étudié le calcul ?

— Oui.

Le secrétaire du gouverneur intervint, faisant remarquer qu’il avait besoin d’un tel homme à la chancellerie, mais le gouverneur continua :

— As-tu étudié les expéditions militaires du Prophète ?

— Oui

  • 85 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.

60Le gouverneur tint à entendre le récit de l’expédition de Badr, ce qui prit quelques heures. Ceci fait, ‘Āmir al-Ša‘bī fut nommé préfet des Chaabites, chef de la tribu entière de Hamdān ; de plus le gouverneur lui conféra un titre honorifique qui impliquait l’attribution d’une pension élevée. Et lorsque le calife demanda au gouverneur de lui envoyer un personnage instruit avec lequel il pourrait s’entretenir, al-Ḥağğāğ lui envoya ‘Āmir al-Ša‘bī85.

61Comme al-Ḥağğāğ était un maître en écriture, il connaissait les difficultés que présentait l’écriture arabe : l’alphabet ne comprenait pas un nombre de signes équivalents au nombre de sons, si bien que plusieurs sons étaient représentés par la même lettre.

  • 86 G. Zaydān, Tārī al-Tamaddun al-Islā, t. III, p. 67.

62Comme on l’a remarqué, la première réforme qui consiste en l’addition de signes vocaliques fut accomplie par Abū al-Aswad al-Du’alī, sur l’ordre de Ziyād, gouverneur de l’Iraq, sous Mu‘āwiya. Al-Ḥağğāğ demanda à ses secrétaires de trouver des signes qui aideraient à distinguer les sons représentés par la même lettre. Ce fut Naṣr b. ‘Āṣim qui trouva la solution, proposant de marquer des points sur ou sous les lettres en question (points diacritiques)86.

  • 87 Ibn ‘Asākir, p. 66 ; d’après Maqrizi, t. II, p. 254.

63Al-Ḥağğāğ est cité comme le premier gouverneur qui aurait ordonné la copie de plusieurs exemplaires de la Vulgate de ‘Uṯmān et sa distribution dans les provinces et les grandes villes afin d’unifier la lecture du Coran dans toute la communauté islamique87.

64Le gouverneur d’Egypte, ‘Abd al-‘Azīz b. Marwān, reçut à Médine une formation religieuse et littéraire semblable à celle de son frère ‘Abd al-Malik. Bien qu’il n’ait pas autant brillé dans les études, son rôle dans l’éducation de ses sujets fut tout aussi important que celui de ‘Abd al-Malik.

  • 88 ‘Izz al-Dīn Ismā‘il, al-Mukawwināt al-ūlā li-l-aqāfa al-‘arabiyya, (les premières composantes de l (...)

65Son nom figure parmi les dirigeants umayyades qui s’appliquèrent à répandre la Vulgate de ‘Uṯmān. Il en fit copier un exemplaire à usage personnel de façon très soignée afin de s’assurer du bon enseignement du Coran dans sa province88.

  • 89 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 199 b, biogr. de : Abū Ḥudayr al-Ğuḏāmi, (Palestine) ; celui-ci rapporte (...)

66D’autre part, plusieurs témoignages attestent de ses efforts pour rassembler les traditions du Prophète et des califes Bien Guidés89 dispersées dans les provinces et pour les conserver par écrit, à sa disposition, et à la disposition de la communauté.

  • 90 Muḥammad ‘Ağğāğ al-ẖaṭīb, al-Sunna Qabl al-Tadwīn (la tradition avant sa mise par écrit), p. 518.

67L’éducation religieuse qu’il donna à son fils ‘Umar II est un exemple d’éducation religieuse parfaite. Il lui fit apprendre le Coran pendant l’enfance, et, lorsqu’il devint adolescent, il l’envoya à Médine étudier la tradition et la jurisprudence. Il lui choisit comme précepteur, le plus grand traditionniste médinois ‘Ubayd Allāh b. ‘Utba, un des sept juristes de Médine90.

68‘Abd al-’Azīz b. Marwān ne possédait pas de dons naturels pour l’éloquence ; on rapporte qu’ayant une fois commis une faute de grammaire pendant une conversation, on lui fit la remarque ; il s’enferma alors toute la semaine avec un grammairien jusqu’au vendredi où il sortit pour prononcer la uba dans une langue impeccable.

  • 91 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 449 a, biogr. de : ‘Abd al-’Azīz b. Marwān.

69Pour encourager l’étude de la langue, ‘Abd al-‘Azīz adopta la coutume qui consistait à faire des dons à ceux qui parlaient bien et d’en priver ceux qui commeitaient des fautes91.

b. al-Walīd b. ‘Abd al-Malik

  • 92 E.I., t. IV, p. 1170, art. al-Walid I par Lammens.

70La tradition historique présente ce Calife comme n’étant que médiocrement cultivé92, ce qui ne nous paraît pas très exact.

  • 93 Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-Farīd, vol. 5, p. 160.

71Il est vrai qu’al-Walīd commettait des erreurs grammaticales. Son père ‘Abd al-Malīk se reprocha de ne pas l’avoir envoyé séjourner dans le désert (al-bādiya)93 pour vivre au milieu des tribus réputées pour leur éloquence.

72La culture à cette époque ne se limitait pas à l’art de l’éloquence. De nombreux témoignages attestent l’intérêt d’al-Walīd pour les sciences religieuses et profanes (la poésie), et ses efforts pour suivre l’exemple de son père dans les domaines de l’Islam et de l’arabité.

  • 94 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 556 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Malik, le frère d’al-Walid. ‘Ab (...)
  • 95 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., vol. 5, p. 161 ; Wellhausen, p. 216, d’après al-Ṭabarī, vol. 2, p. 1071.
  • 96 ‘Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 452 a, biogr. de : al-Walid b. ‘Abd al-Malik ; Ibrāhīm b. abī ‘Abla dit (...)
  • 97 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., p. 161 ; al-Walid faisait des tournées d’inspection à Damas. Il passa, u (...)
  • 98 Ibn ‘Asākir, vol. g, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣubi, lecteur de Šām. Al-Wal (...)
  • 99 Ibid., vol. 8, fol. 69 b, biogr. de : Ṣāliḥ b. Kaysān ; Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de Muḥ. (...)
  • 100 Ibid., vol. 10, fol. 465 a, biogr. de : ‘Abd al-Karim b. Muammad al-Lami.
  • 101 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 264 a, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

73Al-Walīd était un lecteur assidu du Coran94. Il le connaissait si bien que c’est sur la connaissance du livre sacré qu’il examinait ceux qui venaient solliciter sa bienveillance, et il accordait aux savants ses faveurs et les refusait aux ignorants95. Il faisait des dons généreux aux lecteurs du Coran96. Il surveillait l’enseignement du Coran dans les kuttāb97 et à la Grande Mosquée98. Notons que c’est la première fois qu’on entend parler d’un kuttab coranique à Damas. On ne connaît pas exactement la date de son apparition. La tradition et les traditionnistes jouissaient d’une grande attention de sa part. Ṣāliḥ b. Kaysān et al-Zuhrī faisaient partie de sa cour et enseignaient les traditions à ses fils99. Il recevait les traditionnistes et organisait en leur honneur de grandes réunions pour permettre à ses sujets de profiter de leur enseignement. Cette déférence envers les savants attira à lui le grand Compagnon survivant à cette époque, Anas b. Mālik qui fit une visite au calife accompagné d’un grand nombre de savants ; al-Walīd les reçut à al-Gābiya, village où les califes Umayyades tenaient leurs assemblées et le compagnon du Prophète y rapporta des traditions devant de nombreux auditeurs100. Un autre grand traditionniste médinois Sulaymān b. Mūsā b. ‘Abd Allāh resta avec al-Walīd, à Hawwārīn pendant 2 ou 3 mois, où l’on profita de sa science101.

  • 102 Ibid, vol. 11, fol. 231 a, biogr. de : ‘Aqil b. ālid al-Ayilī, un disciple d’al-Zuhrī.

74A l’exemple de son grand-père, Marwān, de son oncle, ‘Abd al-‘Azīz et de son père ‘Abd al-Malik, al-Walīd voulut fixer des traditions par écrit et les conserver chez lui. Il demanda au grand traditionniste al-Zuhrī d’en enseigner à ses enfants et ordonna à ses secrétaires de les enregistrer par écrit. A la Grande Mosquée, al-Zuhrī voulut en donner une copie aux étudiants, mais ceux-ci étant nombreux, il les envoya au secrétariat du calife (dīwān) où ils obtinrent une copie complète des traditions102.

75Pour répandre cet enseignement religieux et donner à l’Islam plus de prestige dans la vie publique, al-Walīd décida d’exécuter le projet conçu par son père, qui consistait en l’agrandissement et la reconstruction de la Grande Mosquée de Damas.

  • 103 Wellhausen, op. cit., p. 216.

76Ce travail fut exécuté entre 87/705-96/715, et fournit aux maîtres un vaste local où ils pouvaient réunir leurs cercles d’études. Comme la Mosquée de Médine était à cette époque le premier centre culturel du royaume, il ordonna de l’agrandir aussi103.

  • 104 Ibid.
  • 105 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 452 a, biogr. de : al-Walid ; ‘Abd al-Malik lui dit : « celui qui gouver (...)
  • 106 Ibid., vol 6, fol. 109 a, biogr. de : Ru’ba b. al-’Ağğāğ, poète, orateur et savant en arabe ; il fi (...)
  • 107 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., p. 161.

77D’autre part, le souci d’arabité d’al-Walīd se manifesta surtout par la poursuite de l’arabisation de la chancellerie. Après le Šām et l’Iraq, al-Walīd ordonna d’arabiser l’administration en Egypte104 ; ainsi l’arabe devint la langue officielle de l’administration dans tout le royaume. Si al-Walīd ne réussit pas à acquérir l’art de l’éloquence, malgré les efforts qu’il déploya durant six mois105, il sut au moins se familiariser avec la poésie arabe. En effet, les poètes étaient bien reçus à sa cour et bien rétribués106 et lui-même, à l’occasion ne dédaignait pas de réciter des poèmes107.

  • 108 Youssef Eche, op. cit., p. 18 d’après al-Sam‘āni : Kitāb al-Ansāb, 531 v.
  • 109 Ibn ‘Asākir, d’après Ibn al-Nadim, Fihrist, 6.
  • 110 Ibid., p. 19, d’après Ibn ‘Abd al-Barr, al-Qad al-Amam, Le Caire, 1350. 34.
  • 111 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 311 b, biogr. de : al-’Abbās b. al-Walid.
  • 112 Ibid., vol. III (Edit. Duhmān), p. 131, biogr. de Bišr b. al-Walid.

78Parmi les préoccupations variées d’al-Walīd il faut mentionner son désir de disposer d’une bonne bibliothèque ; c’est pourquoi il créa un poste de bibliothécaire108 chargé de l’entretien, le « āib al-masāif ». Cette bibliothèque s’enrichissait à l’aide d’un ou de plusieurs copistes calligraphes, qui copiaient des Corans, des poésies et des histoires109 ; de même que par les livres acquis au cours des conquêtes. Par exemple le chef de guerre Tāriq b. Ziyād, rapporta d’Andalousie des Bibles, des livres d’alchimie et de sciences naturelles110. Des témoignages nous apprennent qu’il veilla à donner à son fils aîné al-‘Abbās, une formation englobant toutes les sciences (Ādāb), y compris la danse et la musique111, ainsi qu’à son fils Bišr qui était surnommé « le savant des Marwānides »112, ce qui nous oblige à constater le tort que firent les historiens à al-Walīd dans la mémoire des générations suivantes en sous-estimant sa culture et sa largesse d’esprit.

c. Sulaymān b. ‘Abd al-Malik

  • 113 Ibid., vol. 19, fol. 436 b, biogr. de : une esclave (ğariya) de Sulaymān b. ‘Abd al-Malik.
  • 114 Ibid., vol. 7 (Ibn Manūr, microfilm), biogr. de : Sulaymān b. ‘Abd al-Malik.
  • 115 Ibid., vol. 6, fol. 109 a, biogr. de : Ru’ba b. al-’Ağğāğ, poète ; Ibid., vol. 14, fol. 402 b, biog (...)
  • 116 Ibid., vol. 7, fol. 246 a, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā b. ‘Abd Allāh (traditionniste).
  • 117 Ibid., vol. 11, fol. 197 a, biogr. de : ‘Aā’ b. abi Rabā (traditionniste).

79Sulaymān n’était pas un personnage distingué. Toutefois l’histoire d’Ibn ‘Asākir nous apprend qu’il composait de la poésie113 et qu’il était éloquent114. A al-Ramla, la ville qu’il bātit et dans laquelle il vécut, son assemblée était fréquentée par des poètes115 aussi bien que par des savants religieux116. On y apprend aussi qu’il rapportait des traditions, et incitait ses fils à accomplir leur éducation religieuse117.

  • 118 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-Farīd, t. 5, p. 166 ; Wellhausen, Tārī al-Dawla al-‘Arabiyya, pp. 256- (...)

80Il faut signaler pour cette époque l’accroissement de l’influence des savants religieux et leur ingérence dans les affaires politiques. Cette ingérence eut pour principal résultat l’avènement de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz au califat118.

d. ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz

81Une légende s’est répandue dans l’histoire arabe autour du personnage de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz. La plupart des historiens affirment qu’avec lui, ressuscita l’âge des califes bien guidés, qu’il fut le seul parmi les Umayyades, à mériter le titre de « calife ».

82En fait le rôle que joua ‘Umar II dans la vie de la communauté islamique est unique. Au lieu de diriger ses efforts vers les conquêtes extérieures, ce calife les consacra à la conquête des âmes, et à la définition d’une ligne de pensée et de conduite qui puisse donner aux Musulmans la tranquillité et à la communauté islamique l’union et la paix. Hanté par l’image de l’homme menacé par la mort, et par celle de la communauté déchirée par les schismes, il plaça au premier plan de ses préoccupations la préparation de la vie future, de même que s’effaça chez lui la conscience de l’arabité devant le sentiment religieux.

  • 119 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-’Aziz.

83Cette attitude s’explique d’une part, par sa santé délicate et son sens moral aigu, d’autre part par sa formation ; on sait, en effet, qu’il acquit la maîtrise du Coran dès son enfance, puis qu’au lieu d’accompagner son père en Egypte où celui-ci était nommé gouverneur, il lui demanda la permission d’aller à la ville du Prophète (Médine) pour y étudier la tradition et la jurisprudence auprès de ses grands savants119.

  • 120 Muammad ‘Aggāg al-Hatib, al-Sunna qabl al-Tadwin, p. 518. (3 & 4) Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, (...)
  • 121 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz.
  • 122 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz.
  • 123 E.I., ‘Omar b. ‘Abd al-’Aziz, t. III, p. 1044 par Zetterstéen. Les noms des savants qui entouraient (...)

84Il eut pour précepteur ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd Allāh b. ‘Utba, épigone, un des sept grands théologiens de Médine120. ‘Umar II dut apprendre l’arabe très jeune, car il est cité parmi les plus éloquents des Qurayš121. Durant cette période, il se distingua beaucoup plus par sa bonté que par son érudition, au point que les savants du Ḥiğāz furent étonnés de son vaste savoir quand ils vinrent lui rendre visite après son avènement au pouvoir. Mais, graduellement, son mode de vie et ses principes de gouvernement le conduisirent à approfondir la religion, et l’élevèrent au premier rang des savants en matières religieuses122. A Médine où il fut nommé gouverneur, à Damas où il assuma les hautes responsabilités incombant au Prince des Croyants, il réunissait autour de lui les grands savants à la manière d’un conseil consultatif pour s’assurer de la bonne application des principes de l’Islam123.

85Ces entretiens et ces consultations avec les autorités en matières religieuses développèrent chez ‘Umar II l’idée qu’un corps de principes religieux contenus dans le Coran et la Tradition, pourrait, une fois mis en valeur et enseigné aux Musulmans, rétablir l’unité de la Communauté. De là, le zèle qu’il mit à rassembler et à répandre l’enseignement religieux.

86En ce qui concerne la recension de la Tradition (Sunna), Ibn ‘Asākir présente des témoignages qui ne diffèrent pas, en substance, des usages établis en ce domaine depuis Mu‘āwiya I, à savoir :

    • 124 Ibn ‘Asākir (Z 1),
      vol 3, fol.. 111 b, biogr. de : Iyās b. Mu‘āwiya ;
      vol. 8, fol. 184 a, biogr. de : (...)

    faire venir les savants à Damas, et leur demander de rapporter les traditions qu’ils connaissaient, en privé ou en public, ou de les mettre par écrit124.

    • 125 Ibid., (Paris), vol. 18, fol. 91 a, biogr. de : Abū Bakr b. Muḥammad b. ‘Amr b. Hazm.

    écrire aux savants des provinces pour leur demander d’envoyer au calife des traditions conservées chez eux ou dans leur entourage125.

  • 126 Muḥ. ‘A.al-ẖaṭīb, p. 328, d’après : Šihāb al-Dīn b. Ḥağar al-‘Asqalāni, Fat al-Bārī, Impr. Muṣṭafa (...)

87Par contre, certains laissent entendre que le calife ‘Umar II patronna un grand projet visant à la « rédaction officielle » de la Tradition et à sa diffusion sous forme de recueils dans les provinces afin qu’il en soit fait usage dans l’enseignement et dans la conduite des affaires de la communauté. De nombreux témoignages en faveur de cette thèse sont présentés dans l’ouvrage de Muḥammad ‘Ağğāğ al-ẖaṭīb intitulé : al-Sunna qabl al-tadwīn (la Tradition avant sa mise par écrit). Selon ces témoignages le calife aurait inauguré ce mouvement en adressant un ordre à toutes les provinces, disant : « cherchez la Tradition du Prophète de Dieu, et fixez-la par écrit, car je crains la perte de la science et la disparition de ceux qui en sont les dépositaires »126.

  • 127 Ibid. p. 331, d’après : Sunan al-Darimi, t. I, p. 126.
  • 128 Ibn ‘Asākir, p. 331.
  • 129 Ibid., p. 332, d’après : Ibn ‘Abd al-Barr, Ğāmi’ Bayān al-‘Ilm wa Falih, t. II, p. 34.

88Parmi ceux qui auraient participé à la recension des traditions, al- ẖatīb cite : Abū Bakr b. Muḥammad b. ‘Amr b. Ḥazm, juge et gouverneur de Médine127 ; al-Qāsim b. Muḥammad b. abī Bakr, un des sept savants de Médine à cette époque128 ; Ibn Šihāb al-Zuhrī, grand traditionniste du Ḥiğāz et du Šām129.

  • 130 al-atib, p. 330, d’après abū l-Qāsim, ‘Abd Allāh b. Amad al-Balhi, Qubūl al-Abār wa Ma‘rifat al- (...)
  • 131 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makūl.

89Selon le même auteur, le calife aurait veillé à ce que cette recension s’accompagne d’un travail de critique et de vérification. La preuve nous en est donnée dans le récit de Abū al-Zinād ‘Abd Allāh b. Ḏakwān : « j’ai vu ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz réunir les juristes (fuqahā’). Ceux-ci avaient recueilli pour lui des traditions et lorsqu’ils présentaient une tradition incompatible avec les usages, il leur faisait remarquer qu’elle pouvait être apocryphe... » 130. Ibn ‘Asākir, pour sa part, fait allusion à cette œuvre critique entreprise par ‘Umar II, quand il rapporte que ce calife « a écrit aux habitants du Šām pour leur ordonner de brûler les traditions rapportées par Makḥūl au sujet du prix du sang (diya) ». L’ordre du calife fut suivi131.

  • 132 Al-atīb, op. cit., p. 332, d’après : Ibn ‘Abd al-Barr, Ğāmi’ Bayān al-‘Ilm, t. I, p. 76 ; et al-A(...)

90Après la recension et la critique, le calife aurait ordonné la rédaction et la diffusion des recueils. Ibn Šihāb al-Zuhrī dit : « ‘Umar b.‘Abd al-‘Azīz nous ordonna de rassembler les traditions. Nous les rédigeâmes dans les recueils, et il en envoya dans tous les territoires relevant de son autorité »132.

  • 133 Ibid., p. 332.

91Partant de ces témoignages, al-ẖaṭīb suggère que cette rédaction exécutée sous ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz peut être considérée comme officielle, eu égard à la mise par écrit spontanée qui avait été pratiquée du vivant du Prophète, et qui ne cessa pas après sa mort133.

92Pour le pédagogue, la question, à notre avis, ne se réduit pas à discuter la validité de ces informations, mais consiste plutôt à se demander :

  1. si ces recueils rédigés sur l’ordre du calife pouvaient, par leur existence même, satisfaire aux besoins de la communauté islamique à ce stade de son développement.

  2. si ‘Umar II pouvait à cette époque contenir le mouvement de la communauté tendant à grossir ce corps de principes et d’usages hérités des générations précédentes, et limiter ce besoin chez les traditionnistes de rechercher des traditions non encore répandues.

  • 134 Ibn ‘Asākir, p. 330, d’après al-Muaddit al-Fāsil, p. 153 ; Ahmad Zakī afwat, Ğamharat Rasā’il al- (...)
  • 135 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 207 a, biogr. de : ‘Āsim b. ‘Umar b. Qatāda.

93En matière de traditions, il semble que les maîtres avaient encore beaucoup à donner. Ce qui est à retenir de cette controverse, c’est le critère utilisé par le calife pour sélectionner les bonnes traditions, à savoir : le consensus de la communauté, et la façon de l’obtenir. A la lumière de ce critère, on peut comprendre les paroles attribuées à ‘Umar II, s’adressant aux personnages qu’il avait chargés de répandre la tradition ; ainsi cet ordre adressé aux savants en général : « j’ordonne aux savants de dispenser et de propager la science dans leurs mosquées, car la tradition a été abolie » 134, ou celui adressé à ‘Aṣim b. Umar b. Qatāda : « prends place à la mosquée de Damas, et rapporte les expéditions militaires du Prophète et les vertus des Compagnons, car les Marwānides ne goûtaient pas ce genre d’enseignement et défendaient aux savants de le répandre »135. Ces paroles ne peuvent en aucune manière signifier que l’enseignement des traditions était inexistant sous les prédécesseurs de Umar II, mais que pour des raisons avant tout politiques, cet enseignement mettait en valeur les vertus de certains personnages, et les défauts de certains autres.

  • 136 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 575 a, biogr. de : al-Lay b. Sa‘d.

94Ibn ‘Asākir nous fournit un exemple de la persistance de ce parti-pris, un demi-siècle plus tard. En parlant d’al-Layṯ b. Sa‘d, traditionniste égyptien (né en 93/711), il dit : « Chez les Egyptiens, l’enseignement des défauts du troisième calife bien guidé, ‘Uṯmān b. ‘Affān, se poursuivit jusqu’à l’apparition d’al-Layṯ b. Sa‘d, qui répandit en Egypte des traditions au sujet des vertus de ce calife ; par contre, chez les Ḥimṣiotes (habitants de Ḥims), l’enseignement des défauts du quatrième calife bien guidé ‘Alī continua jusqu’à ce que l’un de leurs traditionnistes, Ismā‘īl b. ‘Ayyāš propage parmi eux des traditions concernant les vertus de ce calife136.

  • 137 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd, t. II, p. 215 ; Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar II.
  • 138 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 260 b., biogr. de : Mūsā b. al-abā, murgi’ite de Kūfā.

95Par la revivification de la Tradition (Sunna), ‘Umar II voulait donc corriger ces déviations fācheuses d’un enseignement qui maintenaient les désaccords et suscitaient la haine parmi les croyants. Rappelons, à ce propos que ‘Umar II prescrivit l’usage de maudire le calife bien guidé ‘Alī sur les minbars. Cette foi en l’éducation amena ‘Umar II à recourir au dialogue pour ramener les dissidents au sein de la Communauté. Son débat avec les Khāridjites, le groupe le plus turbulent de ces dissidents, tenu à à ẖunāṣira (près d’Alep), reste un chef d’œuvre de la littérature arabe en ce domaine137. Il eut de même des discussions avec les Murğiites138. Malheureusement, la courte vie du calife ne permit pas que soient récoltés les fruits de cette œuvre.

  • 139 Ibid., vol. 16 (2), fol. 167 a, biogr. de : Ma‘bad al- Ğuhani, Qadarite ; Il fut crucifié à Damas s (...)

96A côté de ces schismes, nés d’oppositions politiques, les qadarites, partisans du libre arbitre, peu nombreux et apparemment peu dangereux quant à l’unité de la Communauté durant la période précédente, prirent de l’importance vers la fin du premier siècle de l’hégire. Lorsqu’ils apparurent, le calife ‘Abd al-Malik b. Marwān ne les ménagea point, que ce soit par conviction personnelle, ou bien par complaisance envers l’opinion publique dominée par les savants othodoxes139.

  • 140 Ibid., vol. 17, fol. 342 b, biogr. de : Nāfi‘ b. Mālik al-Aṣbaḥi.

97Lorsque ‘Umar II se heurta aux qadarites, il semble qu’il ait demandé conseil à son entourage. L’un des savants médinois Nāfi‘ b. Mālik al-Asbaḥī, lui dit : « O prince des croyants, demande-leur de se repentir, s’ils refusent, ils n’auront que l’épée »140.

98Le calife apparemment l’approuva, mais il agit différemment en réalité.

  • 141 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān al-Dimašqī.
  • 142 Ahmad Zaki Ṣafwat, op. cit., t. II, p. 360 : lettre de ‘Umar II adressée à un groupe qui refusait l (...)

99Prenons le cas de Ġaylān al-Dimašqī, qui, si l’on doit en croire le récit de ‘Abd Allāh b. Zakariyyā, « mit l’armée dans une perplexité semblable aux vagues de la mer ». Le calife l’avertit qu’il était en train de faire oeuvre d’innovation dans l’Islam ; il lui posa plusieurs questions pour lui montrer les implications de ses opinions ; puis il le convia avec le savant Iyās b. Mu‘āwiya à discuter la question avec lui. Voyant que le qadarite vivait une crise intérieure, il se contenta de lui arracher la promesse de ne pas manifester ses opinions, espérant qu’il pourrait surmonter ses difficultés141. Il est important de mentionner à ce propos que le calife ‘Umar II nous laisse une lettre adressée à des qadarites142.

  • 143 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 522 b, biogr. de : Kuṯayyir b. ‘Abd al-Raḥmān al-ẖuzā‘i (Ḥiğāz).
  • 144 Ibid., vol. 19, fol. 323 a, biogr. de : un homme qui a rapporté des récits au sujet de l’intérêt de (...)
  • 145 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 19, citant le récit sous la version de Ṣa‘id, p. 167 ; et celle d’I (...)
  • 146 Ibn abi Uaybi‘a, t. I, p. 116.
  • 147 Ibn ‘Asākir, vol. 3 (éd. Duhmān), fol. 378, biogr. de : Bilāl b. abi Bur-da al-Aš’ari, gouverneur d (...)
  • 148 Aḥmad Zaki Ṣafwat, op. cit., p. 334. Lettre de ‘Umar II au gouverneur de Ḥims dans laquelle le cali (...)
  • 149 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 52 a, biogr. de : al-Ḥāriṭ b. Yamğud al-Aš‘arī ; Ibid., vol. 18, fol. 156 (...)
  • 150 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 318 b. biogr. de Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh b. abi al-Muhāğir ; Ibid (...)

100En ce qui concerne les autres activités culturelles, ‘Umar II souhaitait probablement détourner la Communauté du patrimoine ara be traditionnel, et des centres d’intérêt développés sous ses prédécesseurs, mais il ne mit aucune obstination à imposer son point de vue. Bien plus, il céda aux médiations de ses proches pour laisser entrer des poètes à la cour et écouter leurs poèmes d’éloge143 ; il se résigna à autoriser les courses de chevaux organisées sur l’ordre de son prédecesseur Sulaymān, et distribua des prix aux gagnants144. Selon le récit de Sā‘id, ‘Umar II ordonna aussi la traduction d’un compendium de médecine, mais selon Ibn Ğulğul al-Andalusī, il ne fit que mettre à la disposition du public une traduction de ce compendium établie sur l’ordre de son grand-père Marwān145. Le premier récit paraît plus crédible car l’intérêt de ‘Umar II pour la médecine était tel qu’il fit transférer les instituts de médecine d’Alexandrie à Antioche et à Ḥarrān, en Syrie et dans la Djéziré146. Cette attitude conciliante se retrouve dans l’enseignement proprement dit. Pour ‘Umar II, le devoir du souverain consistait à fournir aux musulmans un enseignement religieux, sans toutefois leur défendre de rechercher une formation plus large147. Pour accomplir ce devoir, ‘Umar II déploya beaucoup d’efforts. Dans les villes, la majorité des savants ne faisant plus partie de l’élite guerrière pensionnée par l’Etat, le calife ordonna de faire des dons aux savants afin qu’ils puissent s’adonner complètement à l’enseignement148. Aux Bédouins qui manquaient d’enseignants, il envoya de grands savants rétribués pour assurer cette charge149 ; et ses mesures fiscales en faveur des convertis ayant encouragé l’islamisation des peuples conquis, le calife envoya des missions dans ces régions afin de satisfaire la demande croissante d’enseignement religieux. Nous avons ici l’exemple de l’Ifrīqiya où le calife envoya le grand savant Ismā‘īl b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhāğir, accompagné de dix grands personnages (épigones et savants) et chargé de l’enseignement de ses habitants. C’est sous ce calife et ce gouverneur que la majorité des Berbères se convertit à l’Islam150.

101Bien que ‘Umar II ait confié ses fils à un précepteur tout comme les autres Umayyades, la formation des princes comprenait le même programme d’études que celui offert à la communauté. Bien plus, elle s’entourait d’une atmosphère très austère. Cela se reflète dans les recommandations du calife au précepteur : «... traite-les avec rudesse pour développer chez eux la hardiesse ; dissuade-les de rechercher la compagnie pour qu’ils ne s’habituent pas à la nonchalance ; habitue-les à rire très peu, car le rire continuel affaiblit la sensibilité. Que le premier trait qu’il connaitront de toi soit la répugnance aux distractions, car celles-ci ont pour source le diable, et pour fin l’irritation de Dieu. J’ai appris des savants de confiance, qu’assister aux assemblées de musique, écouter le chant et le reprendre font pousser l’hypocrisie dans le cœur, comme l’eau fait pousser l’herbe ; et je suis convaincu que la prévention, en s’abstenant de fréquenter ces lieux, convient mieux à l’homme intelligent que la présence de l’hypocrisie en son cœur ».

  • 151 Ibn ‘Asākir, vol. 7 (Ibn Manzūr, microfilm), biogr. de : Sahl, client de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz et (...)

102« Que chaque garçon commence sa journée avec un passage du Coran, jusqu’à ce qu’il en maîtrise la lecture. Lorsqu’il en finit, qu’il prenne son arc et ses flèches et sorte » ‘exercer au tir, pieds-nus. Qu’il lance sept flèches et retourne faire la sieste. Ibn Mas‘ūd avait dit : « O mes fils ! faîtes votre sieste, car les diables, eux, ne la font pas... »151.

103On se demande quels résultats auraient été obtenus, si l’on avait dû appliquer ces recommandations à l’éducation de toute la communauté. Mais le règne de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz fut très court. Ses successeurs suivirent une ligne de conduite différente. Cette légende concernant ‘Umar II a nourri nombre de rêves et d’idéaux. Son exemple est trop cher à la communauté islamique pour avoir été soumis à la critique.

e. Yazīd II b. ‘Abd al-Malik et son fils al-Walīd II

104Il ne fait aucun doute que l’équilibre observé par les premiers Umayyades, entre les éléments religieux et les éléments séculiers de la culture arabo-islamique, ait été rompu en faveur de l’élément religieux sous le règne de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz.

  • 152 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 98 b., biogr de : Ḥammād al-Rāwiya.
  • 153 Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-Farīd, t. V, p. 190.

105Une deuxième rupture, dans le sens inverse, survint sous son successeur immédiat Yazīd II et plus tard sous le fils de celui-ci, al-Walīd II. Aux tentatives effectuées pour rassembler les traditions afin d’en faire le centre de la culture, succédèrent des efforts destinés à rassembler le patrimoine arabe traditionnel dans toutes ses branches : chroniques, jours de combat des Arabes, sciences (connaissances), poésie, généalogies et langues (dialectes). L’auteur principal de cette œuvre, à cette époque, fut Ḥammād b. abī Laylā surnommé « le narrateur » (al-Rāwiya) (95/714-155/772). Il parcourut le désert (bādiya) à la quête de ce matériau, afin d’entrer dans l’intimité des souverains, car, d’après le proverbe arabe, « le roi est un marché auquel on apporte ce qui s’y vend ». En effet ce rāwiya est devenu selon Ibn ‘Asākir le compagnon favori de Yazīd II152, ou, selon d’autres sources, d’al-Walīd II, son fils153, ce qui est plus probable.

  • 154 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 552 b, biogr. de : al-Kumayt.

106Entre autres personnages qui contribuèrent à la mise en valeur du patrimoine arabe, nous trouvons al-Kumayt b. Zayd b. ẖunays al-Asadī. Bien qu’étant chiite, il fréquenta la cour pendant le califat de Yazīd II puis de son frère Hišām. Ses poèmes « al-Nizāriyyāt » aidèrent à mieux connaître les jours de combat et les généalogies154.

  • 155 Ibid., vol. 17, fol. 487 b, biogr, de : Wahb b. Munabbih.

107Un autre savant important vint au Šām (Damas ou Jérusalem) à la demande du calife, Wahb b. Munabbih. L’historien yéménite déchiffra pour le calife une inscription ancienne, et rapporta probablement les récits des époques révolues, notamment des prophètes et des rois de Ḥimyar, sur lesquels cet historien laissa plus d’un ouvrage155.

  • 156 Ibid., vol. 9, fol. 291 b, biogr. de : ‘Abd al-Rahmān b. al-akam b. abi al-‘Ās. On y retrouve les (...)
  • 157 Ibid., vol. 18, fol. 185 a, biogr. de : Yazīd b. Mu‘āwiya.

108La mise en valeur de ces éléments culturels n’aurait pas, en elle-même, été à la base de la mésentente entre les éléments religieux et séculiers dont le rapprochement avait commencé du vivant du Prophète si un autre phénomène n’avait suscité la tension. Pour mettre au clair cette situation, il nous faut revenir un peu en arrière. Si les premiers califes umayyades avaient réussi à persuader les croyants de la valeur édifiante du patrimoine arabe, c’est qu’ils l’avaient présenté sous un jour approprié. Dans les recommandations qu’ils adressaient aux poètes, aux savants et aux précepteurs de leurs enfants, ils conseillaient de rechercher les proverbes, les sentences morales, les élégies, les poèmes instructifs qui célèbrent les vertus individuelles et la gloire des tribus et les dissuadaient des satires et des genres jugés indécents156. Ces premiers califes, (sauf Yazīd I) tenaient à s’entourer d’une atmosphère sérieuse et leurs assemblées étaient surtout des soirées intellectuelles. Lorsque, par exemple, Mu‘āwiya I apprit que son fils Yazīd s’adonnait à la boisson, il lui conseilla la discrétion pour ne pas perdre son prestige devant ses sujets157. Et quand ‘Abd al-Malik, al-Walīd I et, plus tard, Hišām approuvèrent l’introduction du chant et de la musique dans leurs cours, ils étaient convaincus qu’ils embellissaient la poésie arabe et en rehaussaient ainsi les valeurs morales.

  • 158 M.A. Ğād al-Mawlā et autres, Qaa al-‘Arab (les Histoires des Arabes), t. IV., p. 10 ; dans une an (...)
  • 159 Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islāmiyya, t. I, p. 184 et 189.

109Avec Yazīd II, et surtout avec son fils al-Walîd II, musique et chant accompagnèrent la poésie érotique et bachique ainsi que les soirées mondaines données dans leurs palais construits au milieu du désert, et animées par des chanteurs et des femmes esclaves (Ğariya, pl. ğawārī), frivolités qui, jointes à un notable irrespect des devoirs religieux, valurent à al-Walīd II158, l’épithète de mécréant159 (zindīq).

110Il est naturel que la science religieuse et les savants n’aient pas trouvé place dans ces assemblées légères.

  • 160 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 432 a, biogr. de : ‘Abd al-Ṣamad b. ‘Abd al-A‘lā, précepteur de Wālid II (...)
  • 161 Ibid., vol. 18, fol. 161 a, biogr. de : Yazīd b. ‘Abd al-Malik.
  • 162 Ibid., vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Umar b. Šurāil al-‘Ansi, qadarite exilé par Hišām. Il le (...)
  • 163 Parmi les qadarites qui participèrent à la révolte contre Walid II, Ibn ‘Asākir mentionne :
    — al-Wal (...)

111Toutefois il faut noter que le nom de Yazīd II est cité parmi ceux des Umayyades qui rapportèrent les traditions. Il fut, d’autre part, le premier prince ou calife à assister parmi le public aux cercles d’études religieuses à la Mosquée de Damas160. Quant à al-Walīd II, il malmena les hérétiques qadarites161 au point qu’ils furent les premiers à lever l’étendard du soulèvement contre lui162 ; et à l’heure de son assassinat, le Coran fut son dernier compagnon, à l’instar de son parent ‘Uṯmān b. ‘Affān. Il est important aussi de mentionner qu’après la mort d’al-Walīd II, les carnets conservés dans sa bibliothèque furent transportés sur plusieurs montures. Ils comprenaient pour la plupart des traditions d’Ibn Šihāb al-Zuhrī163.

f. Hišām b. ‘Abd al-Malik

112Entre Yazīd II et son fils al-Walīd II, le califat échut à Hišām, qui fut le quatrième fils de ‘Abd al-Malik b. Marwān à accéder au pouvoir.

  • 164 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 180 b, biogr. de : Ma‘mar b. Rāsid.
  • 165 E.I. 2, t. III, p. 510, art. Hišām b. ‘Abd al-Malik, écrit par Gabrielli.

113Gabrielli considère le règne de Hišām comme « une époque somme toute glorieuse pour le développement de la foi et de la culture islamique »164165.

  • 166 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 399 b, biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Namir al Yaḥṣubi.
  • 167 Ibid., vol. 8, fol. 27 a, biogr. de Šu‘ayb b. abi amza.
  • 168 Ibid., vol. 17, fol. 180 b, biogr. de Ma‘mar b. Rāšid.
  • 169 Ibid., vol. 15, fol. 168 a, biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh b. Muslim al-Zuhrī.

114En effet, Hišām fut d’une stricte orthodoxie ; aussi s’appliqua-t-il à répandre l’enseignement de la tradition. On peut mentionner à cet égard qu’il chargea Ibn Šihāb al-Zuhrī de prodiguer cet enseignement à ses fils, dans la petite ville désertique de Ruṣāfa (au Nord du Šām) où se tenait la cour à cette époque. Le grand traditionniste dictant les traditions, les princes qui les écoutaient, les secrétaires du calife qui les fixaient par écrit et nombre d’auditeurs, formaient ensemble une véritable école dont l’influence dépassa le Šām. Parmi les secrétaires du calife auxquels fait référence la transmission des traditions rapportées par al-Zuhrī, nous avons les noms de ‘Abd al-Raḥmān b. Namir al-Yaḥṣubī166 et Šu‘ayb b. abī Ḥamza167 ; ce dernier écrivit 1 700 traditions sous l’autorité d’al-Zuhrī. Parmi les auditeurs, nous avons les noms de Ma‘mar b. Rāšid168 et le neveu du savant lui-même, Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Muslim al-Zuhrī qui rassembla les notes de son oncle, de quoi charger 30 chameaux169.

  • 170 Ibid., vol. 9, fol. 55 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. akwān abū al-Zinād.
  • 171 Ibid., vol. 6, fol. 87 b., biogr de : Rağā’ b. aywa.
  • 172 Ibid, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān al-Dimašqī ; accompagna le calife au pèlerinage.
  • 173 Ibid., vol. 7, fol. 256, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā ; les savants qui accompagnèrent le prince ou (...)

115Bien qu’un grand nombre de savants religieux fréquentassent la cour de Hišām170, le culte qu’il avait pour les traditions le poussait à en demander davantage. Il écrivait aux grands tradi-tionnistes afin qu’ils lui envoient par écrit celles qu’il ne possédait pas171. A l’époque du pélerinage, le calife Hišām en personne172 ou son fils Muḥammad173, allaient au Ḥiğāz entourés des grands savants syriens, lesquels s’installaient, à cette occasion, dans les mosquées de La Mecque et de Médine, et y répandaient la science de Syrie.

  • 174 Ibid., vol. 10, fol 402, biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Yazīd b. Tamīm al-Sulami. Les qadarites qui (...)
  • 175 Ibid, vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Amr b. Šurāil al-‘Ansi (Dārayyā), Hišām l’exila avec un ce (...)
  • 176 Ibid., vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Gaylān al-Dimašqi. Les savants qui écrivirent au calife pou (...)
  • 177 Ibid., vol. 8, fol. 274 b, biogr. de : ‘Abbād b. al-Rayyān al-Lamī.
  • 178 Voir supra, note 11.
  • 179 Zirikli, al-A‘lām, t. II, p. 114.

116Poussé à l’extrême, ce zèle religieux prit la forme de persécutions, menées contre les hérétiques qadarites dont certains s’enfuirent en Iraq174, alors que d’autres furent exilés à Dahlak175. Ġaylān al-Dimasqī, un de leurs chefs de file, fut même crucifié176. Quant à Makḥūl, le grand juriste du Šām, il faillit être décapité177. Les savants orthodoxes syriens félicitèrent le calife, voyant dans cette action une conquête de Dieu178. Un autre personnage perdit sa tête sur ordre de Hišām, à savoir al-Ğa‘d b. Dirham, le précepteur de Marwān b. Muḥammad, dernier calife umayyade. Des traditionnistes de la Ğazīra l’avaient accusé d’être partisan du libre arbitre et de la thèse du Coran créé179.

  • 180 Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 92, d’après al-Mas‘ūdi, t. V, p. 466, et al-‘Uyūn wa-l-adā’ (...)
  • 181 Ibid., p. 121.
  • 182 Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 171 ; Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 15 a, biogr. de : Sālim b. ‘Abd Allāh.
  • 183 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 402, biogr. de : al-Fal b. Qudāma al-Iğli (poète).
  • 184 Ibid., vol. 19, fol. 201 a (Paris), biogr. de : Abū ‘Amr b. al-‘Alā’ (grammairien).
  • 185 Ibid., vol. 17, fol. 362 b, biogr. de : al-Naḍr b. Šumayl al-Ḥimyari (savant en vertus, proverbes e (...)

117Les activités que Hišām déploya en d’autres domaines contrebalancent fort heureusement ce fanatisme ; par exemple l’équitation, sport préféré des Umayyades, jouit d’une grande attention de a part du calife : 4 000 chevaux auraient participé à une course lorganisée sur ordre du calife180. Le chant et la musique furent encouragés181. Le mouvement de traduction progressa grâce à son secrétaire, Abu al-‘Alā’ Sālim, ainsi que le style de la langue de chancellerie182. Son intérêt pour le patrimoine arabe attira auprès de lui les poètes183, les grammairiens184 et les compilateurs de ce patrimoine dans tous les domaines185.

  • 186 Ibid., vol. 13, fol. 244 b, biogr. de : ‘Amr b. Maymūn b. Mihrān, enseigna le Coran et la grammaire (...)
  • 187 Ibid., vol 10, fol. 507 a, biogr. de : ‘Abd al-Wāḥid b. Qays al-Sulami, maître des Syriens en gramm (...)

118En ce qui concerne plus particulièrement l’enseignement, il nous faut signaler l’extension de l’enseignement de la grammaire arabe, elle fut en effet intégrée aux programmes d’étude du public, et délivrée conjointement avec le Coran186, ou séparément, par un spécialiste187.

  • 188 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 248 b, biogr. de : Sulaymān b. Salīm b. Kaysān al-Kalbi.

119La formation des fils de la classe dirigeante s’était, elle aussi, élargie, afin de rendre les princes capables de remplir de façon adéquate les responsabilités auxquelles les conviait leur naissance. Hišām b. ‘Abd al-Malik nous laisse un bon exemple de cette éducation dans les recommandations qu’il fait à Sulaymān al-Kalbī, précepteur de son fils Muḥammad. En voici les points les plus importants : « ... la première chose que je t’ordonne de faire est de lui enseigner le Coran à la manière de quelqu’un qui veut en faire son gagne-pain, puis de lui faire apprendre la bonne poésie. Parcours avec lui les tribus arabes en choisissant leur meilleure poésie... et en lui enseignant leur généalogie. Enseigne-lui ensuite les noms des Compagnons ainsi que leurs bonnes actions. Donne-lui une idée générale du Bien (alāl), et du Mal (arām), ainsi que de la rhétorique arabe... »188. Le calife ne manque pas d’y ajouter des recommandations concernant le savoir-vivre et l’art de l’administration.

g. Yazīd III b. al-Walīd

  • 189 M.A. Shaban, Islamic History, t. I, p. 157.
  • 190 voir supra p. 86.
  • 191 Ibid., vol. 13, fol. 174 b biogr. de : ‘Amr b. Šurāhil al-‘Ansi (Dārayyā) dit : « Hišām nous exila (...)

120Piétiste qadarite ou pro-qadarite, il arriva au pouvoir avec l’appui de la majorité de l’armée syrienne189. Premiers hérétiques de l’Islam, les qadarites, qui se tinrent jusqu’au califat de Hišām à l’écart des luttes politiques, furent poussés à rejoindre le complot dirigé contre al-Walīd II b. Yazīd190 ; ce dernier, en effet, quoique libéral en matière de pratiques religieuses, refusa catégoriquement d’octroyer la liberté de réflexion quant au dogme, ne fut-ce que dans les limites de la question concernant la prédestination191.

  • 192 Grand Larousse ; t. 7, p. 619. Le Mu‘tazilisme a des origines politiques : ses adeptes sont « ceux (...)

121L’accord conclu entre les savants religieux orthodoxes et qadarites, pour soutenir Yazīd III aurait pu constituer une expérience très instructive dans l’histoire de l’Islam, si la mort ne l’avait ravi cinq mois après son accession au pouvoir, avant qu’il ait pu fournir aux savants religieux et à la communauté l’occasion d’éprouver les vertus de la tolérance et du recours à la raison pour résoudre les différends doctrinaux. Les luttes politiques qui suivirent entre tribus (qaysites et yéménites), puis entre Umayyades et Abbassides, tirèrent un voile sur cet événement jusqu’à ce que le calife abbasside al-Ma’mūn, adopte les opinions mu’tazilites (apparentées au qadarisme), comme doctrine officielle192. Au lieu d’instaurer une atmosphère de dialogue, ce calife par sa célèbre inquisition (mi), dirigée contre les juristes orthodoxes, poussa ceux-ci à durcir désormais leurs positions et à redoubler de zèle dans leurs attaques contre les hérétiques.

h. Marwān II b. Muḥammad, (le dernier des Marwānides)

122Les révoltes qui éclatèrent dans toutes les parties du monde islamique, mettant fin à la dynastie Umayyade, ne laissèrent à ce calife ni le temps ni le repos nécessaires à des préoccupations culturelles et pédagogiques. Cependant, des traditions culturelles étaient déjà solidement établies à la cour et dans la société, de sorte que le calife n’avait qu’à y veiller soit en personne, soit en se faisant assister par des personnes compétentes.

  • 193 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 496 b, biogr. de : Marwārn b. Muḥammad.

123On rapporte qu’à Ḥarrān, ville qu’il avait choisie pour résidence, Marwān II nomma un préfet (‘Arīf) à la cour, chargé d’écouter les poètes, d’estimer leur production et de récompenser ceux qui le méritaient193.

  • 194 Ahmad Zaki Ṣafwat, Ğamharat Rasā’il al-‘Arab, t. II, p. 534 : lettre de ‘Abd al-Ḥamid aux kuttāb ; (...)

124Son secrétaire, ‘Abd al-Ḥamīd b. Yaḥyā, couronna les progrès de la chancellerie sous les Umayyades, par l’élaboration d’un style littéraire distinct, ainsi que par la définition du métier, des qualités requises chez les fonctionnaires, de leur formation professionnelle et du code moral qui devait régir leurs relations194.

  • 195 Ḥasan Ibrāhīm Hasan, Tārī al-Islām, t. II, p. 102, d’après Ibn al-Nadīm, Fihrst, p. 472.

125Sur le plan religieux, on accusa Marwān II d’être un mécréant (zindīq) à l’instar d’al-Ğa‘d b. Dirham, son précepteur et le précepteur de ses fils195. Remarquons toutefois que même si l’accusation avait été sérieuse elle n’aurait eu aucun rapport avec sa fin dramatique et la chute de la dynastie.

  • 196 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 390 b, biogr. de :’Abd al-Raḥmān b. Mu‘āwiya.

126Persécutés sans merçi, les survivants des Umayyades cherchèrent refuge outre-mer, en Andalousie, où ‘Abd al-Raḥmān b. Mu‘āwiya b. Hišām b. ‘Abd al-Malik continua de cultiver les traditions intellectuelles de sa famille196.

127Dans le reste de l’Empire, la culture arabo-islamique trouva de nouveaux maîtres en la famille Abbasside, dont les origines remontent à al-‘Abbās b. ‘Abd al-Muṭṭalib, oncle du Prophète.

Notes

1 D’après C.E. Bosworth, The Islamic Dynasties, p. 5.

2 Rappelons à ce propos que Mu‘āwiya chercha la coopération des indigènes syriens non seulement dans le domaine militaire, mais aussi dans les domaines administratif et culturel. Parmi les personnages qu’il engagea à son service, on trouve : Sarğūn b. Manṣūr, chef du Diwān, Qinān b. Mattā, secrétaire (kātib), Ibn Uṯāl, médecin. Les religieux chrétiens, rassurés par sa largeur d’esprit, consentirent à tenir leurs débats en sa présence.

3 Surtout greco-syriaque dans le Šām.

4 Les Khariğites sont à l’origine les partisans de ‘Alī qui se séparèrent de lui après l’arbitrage proposé par Mu‘āwiya, et formèrent une secte puritaine et fanatique. Du point de vue politique, la secte estime que tout croyant irréprochable et capable peut être élu calife, « fût-il un esclave noir ». Du point de vue religieux, la secte rejette la foi qui ne serait que paroles détachées de toute action. Voir E.I. 2, vol. IV, pp. 1106-1109, par Levi Della Vida.

5 Les Chiites sont les partisans de ‘Alī b. abi Ṭālib. Sur le plan politique. ils estimaient que ‘Alī devait être le successeur du Prophète, et que le califat, ou imāmat devait, après la mort de ‘Ali revenir aux Alīdes. Sur le plan religieux, les Chiites ont surtout introduit le thème de la Passion (martyre de Ḥusayn et autres Alides), l’idée du caractère semi-divin de l’imam et celle du retour de l’imām mort ou disparu (doctrine de l’imām caché). Voir E.I., vol. IV, pp. 362-371, par R. Strothman.

6 Les Murğiites, membres d’une secte musulmane, ne préjugent pas de la destinée future des hommes. Ils s’opposent aux Khariğites (ces derniers prétendent qu’un musulman commettant un péché mortel devient « infidèle » (kāfir) ; les Murgiites assurent que la foi seule sans les oeuvres, suffit à sauver le croyant ; cette attitude, tant sur le plan politique que sur le plan religieux, les conduisit au quiétisme. Voir E.I., vol. III, pp. 784-785, par A.J. Wensinck.

7 Les qadarites, théologiens qui soutenaient que les actes de l’homme sont déterminés par l’homme lui-même et non par Dieu. Voir E.I. 2, vol. IV, pp. 384-388, art. Kadariyya, par J. Van Ess.

8 On accuse Mu‘āwiya d’avoir ordonné la malédiction publique de ‘Alī sur les chaires des mosquées, ou tout au moins de l’avoir permis. Selon Lammens cet usage fut introduit probablement sous les Marwānides ; E.I., t. III, p. 659, art. Mu‘āwiya.

9 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de Huğayma bt. Huyayy Umm al-Dardā’ la savante damascène.

10 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 309 b, biogr. de : un jeune homme Ġassānide, récit d’al-Ša‘bi ; Youssef Eche, Bibliothèques, p. 12, d’après al-Mas‘ūdi, Murūğ al-ahab, Le Caire. 1349 t. II, p. 72.

11 Youssef Eche, Bibliothèques, pp. 11-12, citant et discutant Radd al-Dārimi ‘alā Bišr al-Marisi, Le Caire, 1355, p. 135.

12 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 531 a, biogr. de : ‘Ubayd Allāh b. Ziyād.

13 Ibid., biogr. des poètes, orateurs, grammairiens...

14 Ibid., vol. 8, fol. 191 b, biogr. de : Ẓālim b. ‘Amr abū al-Aswad al-al-Du’ali, premier grammairien arabe.

15 Ibn ‘Asākir, vol. 19. fol. 311, a, biogr. de : un homme Hamadānite du Yémen ; fol. 313 b, biogr. de : deux hommes et une femme Numayrites.

16 Balāḏurī, Ansāb al-Ašrāf, t. IV, p. 3.

17 Lammens, Etudes sur le règne du calife Omayyade Mo‘awiya I, p. 329 et ss. Ibn ‘Asākir, Vol. 6, fol 35 b, biogr. de : Dagfal b. Ḥanẓala al-Sadūsi (lexicographe, grammairien, généalogiste, astrologue), maître de Yazid b. Mu‘āwiya.

18 Ibn ‘Asākir, vol. 19 (Paris), fol. 225 b, biogr. de : Ṭalḥa b. abi Qinān.

19 Qardā : village de la Ġūṭa, Yāqūt, Mu‘ğam, t. VI, p. 56.

20 Ğawlān, une montagne et un village dans le Hawrān (Yāqūt, t. II, p. 188.

21 Ibn ‘Asākir, vol. 19 (Paris), fol. 225 b, biogr. de : Ṭalḥa b. abi Qinān.

22 Zākiya : village du Ḥawrān (Ibn ‘Asākir, éd. Munağğid, p. 353). L’auteur mentionne dans cette partie de l’ouvrage un témoignage de Yūnis b. Maysara b. Ḥalbas dans lequel il ajoute le village de Qayn (un faubourg de Damas) et al-Baṭaniyya (entre Damas et Aḏm‘āt), Yāqūt, t. I, p. 493.

23 Marğ al-Ṣuffār, plaine qui se trouve dans les alentours de Damas, (Yāqūt, 5 : 101).

24 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 317 b ; biogr. de : al-Muhāğir b. abi Muslim.

25 Dārayyā, un grand village de la Gūṭa de Damas (Yāqūt, 2 : 431.)

26 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 8 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. uab. Ce personnage fut un grand lecteur du Coran, mort sous le califat de Mu‘āwiya ou de son fils Yazīd.

27 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de ‘Abd Allāh b. ‘Amir. L’énoncé de la tradition.

28 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 212 a, biogr. de : ‘Atīyya b. Qays, le lecteur de l’armée.

29 Ibid., vol. 18 (Paris), fol. 70 b, biogr. de : Yūnus b. Maysara. Il rapporte avoir vu Mu‘āwiya faire ses ablutions à la Mosquée de Damas à la manière du Prophète, pour l’enseigner aux croyants.

30 Ibid., vol. 17, fol. 422 b, biogr. de : Wirād abū al-Durr, secrétaire d’al-Muġira b. Šu‘ba, gouverneur de Kūfa ; celui-ci rapporte que Mu‘āwiya écrivit à al-Muġira lui disant : « Envoie moi par écrit des paroles que tu as entendues du Prophète ». Al-Mugira lui envoya des paroles que le Prophète avait l’habitude de répéter après les prières quand Wirād vint à Damas, il vit Mu‘āwiya à la mosquée enseignant ces paroles aux croyants.

31 Ibid., vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣūbi ; d’après lui, Mu‘āwiya, aurait dit du haut du minbar de la Grande Mosquée : « Evitez de rapporter des traditions d’après le Prophète, sauf une seule tradition mentionnée du temps du calife ‘Umar, car ‘Umar mettait les gens en garde contre les fausses traditions ».

32 Ibid., vol. 19, fol. 267 a, biogr. de : Abū Hurayra al-Dawsi. Celui-ci dit : « Nous ne pouvions pas rapporter des traditions prophétiques du vivant de ‘Umar. Nous craignions son fouet ».

33 Ibid., vol. 9, fol. 310 b. biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Šibl al-Anāri. Mu‘āwiya lui écrivit à Ḥims disant : « Vous êtes un des anciens compagnons du Prophète, et un de leurs savants. Voulez-vous venir à Damas et rapporter aux gens ce que vous avez entendu du Prophète ? ». Il vint donc à Damas et rapporta des traditions après la prière du vendredi.

34 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 11, mentionne la réplique d’al-Dārimi à Bišr al-Marīsi, au cours de laquelle al-Dārimi dit : « Mon adversaire prétend avoir entendu abū al-Ḥalt rapporter que Mu‘āwiya avait un bayt qu’on désignait sous le nom de bayt al-ikma. Toutes les fois qu’il trouvait un adī il le déposait lā. Plus tard les adī déposés étaient rapportés » : Il répliqua : « Cette histoire, nous ne la connaissons pas... Mu‘āwiya est connu, en effet, pour n’avoir rapporté qu’un petit nombre de adī du Prophète. S’il avait voulu en rapporter davantage, il aurait pu en fournir en abondance, chose qu’il évitait... ». Le calife semble avoir changé d’attitude, vis-à-vis des traditions, pendant les dernières années de sa vie.

35 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 16 b, biogr. de : Sālim abū al-Zu‘ayzi‘a, secrétaire de Marwān b. al-Ḥakam.

36 Ibid., vol. 6, fol. 213 a, biogr. Zayd b. Ṯābit.

37 Ibid., Al-Zuhrī dit : « Si Zayd b. Ṯābit n’avait pas mis par écrit les farā’id, elles seraient perdues pour les gens ».

38 A.Z. Ṣafwat, Ğamharat Rasā’il al-’Ārab, t. II, p. 52 ; d’après al-Bayān wa-l-Tabyīn (al-Ğāḥiz), Mu‘āwiya écrivit à ‘A’iša (l’épouse du Prophète) demandant de lui faire parvenir, par écrit, des paroles qu’elle avait entendues du Prophète ; ‘A’iša lui écrivit avoir entendu le Prophète dire : « celui qui commet un acte qui déplaīt à Dieu sera blâmé par les hommes qui en faisaient l’éloge auparavant ».

39 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 8 b, biogr. de : Sālim b. Salama al-Hūḏali ; celui-ci vint chez Mu‘āwiya où il rencontra ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-’Āṣ. Le Compagnon était en train de dicter des traditions, et les auditeurs en prenaient note ; Sālim se mit aussitôt à écrire les traditions.

40 Ibid., vol.7, fol. 19 b, biogr. de : al-Sāyib b. Yazid al-Kindi, Compagnon. Il vint en visite chez Mu‘āwiya et il entendit celui-ci rapporter des traditions.

41 Ibid., vol. 2 (Sultan Aḥmad, 2e partie), fol. 450 b, biogr. de : Ibrāhīm b. Ayyūb ; mention de l’assemblée de Mu‘āwiya et les traditionnistes qui révisaient les traditions. Mu‘āwiya participa à la révision en rapportant une tradition qu’il avait entendue du Prophète.

42 Supra p. 55, ‘Alī b. abī ālib.

43 Al-Mas‘ūdi, Murūg, t. II, p. 70-71 ; Amad Amin, Fağr al-Islām, p. 159, d’après al-Maqrizi, ia, p. 253.

44 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 18 a, biogr. de ‘Utba b. abi Sufyān. Notons que d’autres auteurs attribuent les mêmes recommandations à ‘Amr b. ‘Utba, cf. Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-Farīd, t. II, p. 243.

45 Ibid., vol. 10, fol. 406 b, biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Yazid b. Mu‘āwiya ; d’après Abū Zur‘a, les fils de Yazid, ẖālid, Mu‘āwiya et ‘Abd al-Raḥmān, rapportaient des traditions ; Ibid., vol. 13, fol. 134 b, biogr. de ‘Umar b. Nu‘aym.

46 D’après Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 244.

47 D’après Ibn allikān, Wafayāt al-A‘yān, t. I, p. 211.

48 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 256 b, biogr. de : Muḥammad b. ‘Amr b. Sa‘īd b. al-‘Āṣ, un parent de ẖālid b. Yazid auquel il dit : « des gens sont venus de Médine (les Marwānides), leur chef a épousé ta mère en te volant ton royaume et t’ont ainsi laissé tout le loisir de rechercher la tradition, de lire des livres et de te mettre en quête de ce qu’on n’est pas capable de comprendre (l’alchimie) ».

49 Ibid., vol 9, fol. 304 b.biogr. de : ‘Abd al-Raḥmān b. Salmān al-ẖawlānī qui a antendu ẖālid b. Yazid répondre aux questions (concernant la tradition ou la jurisprudence) de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz dans la cour de la Mosquée de Jérusalem.

50 Ibid., vol. 5, fol. 209 a, biogr. de : ālid b. Yazid.

51 Ibid., vol. 5, fol. 209 a, biogr. de : ālid b. Yazid.

52

53 Ibn al-Nadīm, Fihrist, pp. 242, 244 ; Eche, Bibliothèques, p. 17. D’après : al-Ğāẖiẓ, Rasā’il, réunies et éditées par al-Sandūbi, p. 93 ; Ibn abi al-ẖadid, Šar Nahğ al-Balāġa, t. III, p. 476.

54 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 17.

55 Cette question sera traitée en détail dans les biographies de Hišām b. ‘Abd al-Malik et de Yazid b. al-Walīd ainsi que dans la 3e partie : « Orthodoxie et Innovation ».

56 Lammens, Etudes sur le règne du Calife Omayyade Mo‘awiya I, Leipzig, 1908, p. 331, d’après al-Aġānī, t. I, p. 531.

57 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-Farīd, t. VIII, p. 57.

58 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik.

59 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muammad b. Muslim b. Šihāb al-Zuhrī.

60 La lecture al-Sub‘ sera décrite dans le chapitre intitulé « Le Coran ».

61 Ibn ‘Asākir, (Edit. Munağğid, 2e part.), p. 49.

62 Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de : Muammad b. Muslim al-Zuhrī.

63 Ibid., vol. 14, fol. 466 b., biogr. de : Qabia b. Du’ayb.

64 Wellhausen, Tārī al-Dawla al-‘Arabiyya, p. 209 ; d’après Balāuri, Ansāb al-Ašrāf ; p. 193.

65 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 408 a, biogr. de : Umm al-Dardā’ ; vol. 10, fol. 485 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik ; vol. 7, fol. 250 a, biogr. de : Sulaymān b. ‘Abd Allāh.

66 Wellhausen, op. cit., p. 207.

67 Ibid., p. 208-209 ; E.I., t. IV, p. 1052, art. Umayyades, par Levi Della Vida.

68 Ibn ‘Asākir, vol. 11, fol. 201 a, biogr. de : ‘Aā’ b. abi Rabā ; Ibn Šihāb al-Zuhrī dit : « j’entrai chez ‘Abd al-Malik. Il me demanda : « d’où viens-tu ? Je dis : « de la Mecque ». Il me demanda : « Qui est le maītre de ses habitants ? » Je répondis que c’était Aṭā’ b. abi Rabāḥ. Il m’interrogea sur son ethnie ; je répondis que c’était un client. Il me demanda : « en quoi s’est-il distingué des autres ? » Je répondis : « par la connaissance de la religion, et la transmission de la science ». Il commenta ma réponse en disant que les hommes de religion et de science devraient avoir une place importante dans la communauté. Puis le calife se renseigna sur les maîtres en matières religieuse s dans le reste de l’empire : Yémen, Egypte, Šām, Ğazīra, Kūfa... Lorsqu’il apprit que la majorité d’entre eux étaient non arabe, il s’exclama : « Zuhrī, je crains que les clients ne dominent cette communauté, et que leurs noms ne soient prononcés du haut des chaires des mosquées... ». Je lui dis : « O Prince des Croyants, il s’agit d’une religion, celui qui la garde s’élève, et celui qui la perd dé choit ».

69 Ibid., vol. 2 (Cambridge, 2e part.), fol. 318 b, biogr. de : Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh b. abī al-Muhāğir.

70 Ibid., vol. 19, fol. 315 b, biogr. de : Un homme éloquent d’après al-Zuhri : ‘Abd al-Malik demanda à un homme qui vint le voir, s’il était arabe. L’homme lui répondit : si l’arabe est un père, je ne suis pas arabe ; mais si il est une langue, je le suis. ‘Abd al-Malik lui répondit : « Tu as raison ».

71 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 148 b, biogr. de : Salmān al-Fārisi.

72 Ibid., vol. 7, fol. 245 b, biogr. de : Sulaymān b. Sa‘d.

73 Ibid., vol. 8, fol. 66 b, biogr. de : āli b. ‘Abd al-Ramān.

74 Ibid., vol. 14, fol. 359 a, biogr. de : al-Atal, un poète, ‘Abd al-Malik le réunit avec Ğarir (un autre poète), dans son assemblée ; Ibid., vol. 14, fol. 501 b, biogr. de Kutayyir, poète ; Ibid., vol. 13, fol. 58 b, biogr. de : ‘Umar b. abi Rabi‘a, poète ; Ibid., vol. 14, fol. 40a b, biogr, al-Fadl b. Qudāma al-‘Iğli, poète.

75 Ibid., vol. 14, fol. 520 a, biogr. de : Kutayyir b. Hirāsa al-Kilābi, maītre en éloquence, un compagnon du calife.

76 Ibid., vol. 14, fol. 352 b, biogr. de : Ġabān b. al-Quba‘arā, maītre en éloquence et savant en Ayyām al-‘Arab ; Ibid., vol. 9, fol. 6 a, biogr. de :’Abd Allāh b. a‘laba b. u‘ayr, généalogiste, maītre d’Ibn Šihāb al-Zuhrī.

77 Ibid., vol. 13, fol. 133 a, biogr. de ‘Umar b. al-Muntair al-Murādi. Le calife demanda aux assistants de son assemblée que quelqu’un récite un poème entier d’al-Nābiġa. Ce personnage le fit.

78 Ibid., vol. 19, fol. 314b, biogr. de : Un homme du Ḥiğāz ; Ibid., vol. 19, fol. 317 a, biogr. de : un homme d’Iraq ; les deux hommes avaient assisté au repas du calife et rapporté ce qui s’y était passé.

79 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.

80 Ibid., vol. 10, fol. 480 b, biogr. de : ‘Abd al-Malik. On y trouve les directives qu’il donna au précepteur de ses fils, Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh b. abi al-Muhāğir ou al-Sa‘bi ; Ibid., vol. 17, fol. 328 a, biogr. de : al-A’sā, poète ; on y trouve le récit suivant : après avoir vérifié les connaissances de ses fils, ‘Abd al-Malik leur recommanda d’apprendre la poésie d’al-A‘šā.

81 Ibid., vol. 19, fol. 376 b, biogr. de : ‘Azza bt. Ḥumayl ; cette femme ayant rendu visite au calife, celui-ci lui demanda de lui réciter de la poésie, puis d’aller chez ses femmes esclaves (Ğāriya) pour leur enseigner la poésie qu’elle connaissait.

82 Ibid., vol. 17, fol. 499 b, biogr. de : Hārūn b. Ibrāhīm al-Ahwāzi ; ce personnage rencontra les deux poètes Ğarīr et al-Farazdaq à la mosquée de Damas. Les mawāli des banū Umayya entourèrent Ğarīr et lui présentèrent leurs hommages pour avoir fait l’éloge des Persans dans sa poésie.

83 Ibid., vol. 19 fol. 310 a biogr. de : Un homme surnommé Umm ‘Ammār. On y trouve le récit suivant : le calife Mu‘āwiya faisait un discours du haut de la chair ; dans ce discours, il ne fit que mentionner le début d’un vers de poésie car l’usage était de ne pas citer de poésie sur le minbar de la mosquée.

84 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi ; Ibid., vol. 16, fol. 167 a, biogr. de Ma‘bad al-Ğuhani.

85 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 216 a, biogr. de : ‘Āmir al-Ša‘bi.

86 G. Zaydān, Tārī al-Tamaddun al-Islā, t. III, p. 67.

87 Ibn ‘Asākir, p. 66 ; d’après Maqrizi, t. II, p. 254.

88 ‘Izz al-Dīn Ismā‘il, al-Mukawwināt al-ūlā li-l-aqāfa al-‘arabiyya, (les premières composantes de la culture arabe), p. 223.

89 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 199 b, biogr. de : Abū Ḥudayr al-Ğuḏāmi, (Palestine) ; celui-ci rapporte que ‘Abd al-’Aziz b. Marwān écrivit à Damas pour qu’on lui envoie un homme qui avait assisté au congrés de Ğābiya. On lui envoya Sufyān b. Wahb al-ẖawlāni, il le reçut et entendit son récit ; Ibid., vol. 14, fol. 518 b, biogr. de : Kuṯayyir b. Murra al-Ḥadrami, (Ḥimṣ), épigone qui avait rencontré 70 compagnons. ‘Abd al-’Azīz lui écrivit pour qu’il lui envoie les traditions de ces compagnons par écrit, excepté les traditions d’Abū Hurayra, car elles avaient déjà été enregistrées.

90 Muḥammad ‘Ağğāğ al-ẖaṭīb, al-Sunna Qabl al-Tadwīn (la tradition avant sa mise par écrit), p. 518.

91 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 449 a, biogr. de : ‘Abd al-’Azīz b. Marwān.

92 E.I., t. IV, p. 1170, art. al-Walid I par Lammens.

93 Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-Farīd, vol. 5, p. 160.

94 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 556 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Malik, le frère d’al-Walid. ‘Abd Allāh disait à son frère qu’il faisait une lecture complète du Coran une fois par semaine ; Al Walīd répondit que malgré ses occupations il en faisait une lecture complète toutes les trois semaines, et durant le mois de Ramadan, 27 lectures complètes (itma).

95 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., vol. 5, p. 161 ; Wellhausen, p. 216, d’après al-Ṭabarī, vol. 2, p. 1071.

96 ‘Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 452 a, biogr. de : al-Walid b. ‘Abd al-Malik ; Ibrāhīm b. abī ‘Abla dit : « al-Walid me donnait des plats d’argent pour les distribuer aux lecteurs du Coran à Jérusalem ».

97 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., p. 161 ; al-Walid faisait des tournées d’inspection à Damas. Il passa, une fois, chez un maître de kuttāb et trouva une jeune fille parmi ses élèves. Le calife lui demanda ce qu’elle faisait chez lui, et quand il sut qu’elle apprenait l’écriture et le Coran, il conseilla au maître de lui assigner un enseignant qui soit plus jeune qu’elle.

98 Ibn ‘Asākir, vol. g, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣubi, lecteur de Šām. Al-Walid lui demanda de tenir son cercle d’études du Coran entre al-Ğināna et al-Qanara à la Mosquée de Damas.

99 Ibid., vol. 8, fol. 69 b, biogr. de : Ṣāliḥ b. Kaysān ; Ibid., vol. 15, fol. 307 b, biogr. de Muḥ. b. Muslim, Ibn Šihāb al-Zuhrī.

100 Ibid., vol. 10, fol. 465 a, biogr. de : ‘Abd al-Karim b. Muammad al-Lami.

101 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 264 a, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā.

102 Ibid, vol. 11, fol. 231 a, biogr. de : ‘Aqil b. ālid al-Ayilī, un disciple d’al-Zuhrī.

103 Wellhausen, op. cit., p. 216.

104 Ibid.

105 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 452 a, biogr. de : al-Walid ; ‘Abd al-Malik lui dit : « celui qui gouverne les Arabes doit parler correctement leur langue ». Al-Walid réunit les maîtres de la langue arabe chez lui et s’enferma six mois avec eux pour l’étudier. Quand il sortit il était plus ignorant qu’auparavant ».

106 Ibid., vol 6, fol. 109 a, biogr. de : Ru’ba b. al-’Ağğāğ, poète, orateur et savant en arabe ; il fit des visites à al-Walid et plus tard à Sulaymān ; Ibid., vol. 2, fol. 519 a (Sulṭān Aḥmad, 2e part.), biogr. de : Abū Nuḥayla b. Ḥazn al-Tamimi ; celui-ci vint chez al-Walid lui récita un poème d’éloge, et reçut une grande récompense.

107 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., p. 161.

108 Youssef Eche, op. cit., p. 18 d’après al-Sam‘āni : Kitāb al-Ansāb, 531 v.

109 Ibn ‘Asākir, d’après Ibn al-Nadim, Fihrist, 6.

110 Ibid., p. 19, d’après Ibn ‘Abd al-Barr, al-Qad al-Amam, Le Caire, 1350. 34.

111 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 311 b, biogr. de : al-’Abbās b. al-Walid.

112 Ibid., vol. III (Edit. Duhmān), p. 131, biogr. de Bišr b. al-Walid.

113 Ibid., vol. 19, fol. 436 b, biogr. de : une esclave (ğariya) de Sulaymān b. ‘Abd al-Malik.

114 Ibid., vol. 7 (Ibn Manūr, microfilm), biogr. de : Sulaymān b. ‘Abd al-Malik.

115 Ibid., vol. 6, fol. 109 a, biogr. de : Ru’ba b. al-’Ağğāğ, poète ; Ibid., vol. 14, fol. 402 b, biogr. de : al-Fal b. Qudāma al-‘Iğli (poète).

116 Ibid., vol. 7, fol. 246 a, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā b. ‘Abd Allāh (traditionniste).

117 Ibid., vol. 11, fol. 197 a, biogr. de : ‘Aā’ b. abi Rabā (traditionniste).

118 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-Farīd, t. 5, p. 166 ; Wellhausen, Tārī al-Dawla al-‘Arabiyya, pp. 256-258.

119 Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-’Aziz.

120 Muammad ‘Aggāg al-Hatib, al-Sunna qabl al-Tadwin, p. 518. (3 & 4) Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-’Aziz.

121 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz.

122 Ibn ‘Asākir, vol. 19, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz.

123 E.I., ‘Omar b. ‘Abd al-’Aziz, t. III, p. 1044 par Zetterstéen. Les noms des savants qui entouraient le calife (d’après Ibn ‘Asākir) :

— Lāḥiq b. Ḥumayd b. Šu‘ba (Baṣra) ; vol. 18, fol. 2 a ;
— Mūsā b. Wardān (Egypte), vol. 17, fol. 310 a ;
— Sāliḥ b. Kaysān (Médine), vol. 8, fol. 69 b ;
— Sulaymān b. Mūsā b. ‘Abd Allāh (Médine), vol. 7, fol. 264 a ;
— Umayya b. ‘Amr b. Sa‘id b. al-‘Aṣ (La Mecque), vol. 3, fol. 68 b ;
— Muḥammad b. Ka‘b b. Ḥayyān al-Quraẓi (Médine), vol. 15, fol. 276 b ;
— Riyāḥ b. ‘Ubayda (Hiğāz), vol. 6, fol. 121 b ;
Muammad b. ‘Ali b. al-uayn al-Bāqir (Médine), vol. 15, fol. 214 b.
— Zayd b. Aslam, (Médine), vol. 6, fol. 121 b ;
— Maymūn b. Mihrān (Ğazira), vol. 17, fol. 329 b ;
— Rağā’ b. Haywa (Palestine), vol. 6, fol. 87 b ;
— ‘Abd Allāh b. Zayd, Abū Qilāba (Baṣra-Damas), vol. 9, fol. 97 a ;
— Furāt b. Muslim al-Ğazari (Raqqa), vol. 14, fol. 384 b ;
ainsi que d’autres noms moins connus.

124 Ibn ‘Asākir (Z 1),
vol 3, fol.. 111 b, biogr. de : Iyās b. Mu‘āwiya ;
vol. 8, fol. 184 a, biogr. de : Ṭalḥa b. Yaḥyā al-Quraši ;
vol. 19, fol. 319 b., biogr. de : un homme ;
vol. 19, fol. 303 b, biogr. de : un homme qui vit le Prophète et les Compagnons et survécut jusqu’au califat de ‘Umar II ;
vol. 17, fol. 235 a, biogr. de : Mamṭūr Abū Sallām al-Ḥabaši ;

125 Ibid., (Paris), vol. 18, fol. 91 a, biogr. de : Abū Bakr b. Muḥammad b. ‘Amr b. Hazm.

126 Muḥ. ‘A.al-ẖaṭīb, p. 328, d’après : Šihāb al-Dīn b. Ḥağar al-‘Asqalāni, Fat al-Bārī, Impr. Muṣṭafa al-Bābi, Le Caire, 1959 ; Ibid., p. 329, d’après : Abū Muḥ. ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Ramān al-Dārimi, al-Sunan, Impr. al- ‘tidāl, Damas, 1349, t. I, p. 19.

127 Ibid. p. 331, d’après : Sunan al-Darimi, t. I, p. 126.

128 Ibn ‘Asākir, p. 331.

129 Ibid., p. 332, d’après : Ibn ‘Abd al-Barr, Ğāmi’ Bayān al-‘Ilm wa Falih, t. II, p. 34.

130 al-atib, p. 330, d’après abū l-Qāsim, ‘Abd Allāh b. Amad al-Balhi, Qubūl al-Abār wa Ma‘rifat al-Riğāl, manuscrit, Dar al-Kutub al-Mariyya, fol. 30.

131 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 224 b, biogr. de : Makūl.

132 Al-atīb, op. cit., p. 332, d’après : Ibn ‘Abd al-Barr, Ğāmi’ Bayān al-‘Ilm, t. I, p. 76 ; et al-Afahānī, ilyat al-Awliyā’, t. IV, p. 363.

133 Ibid., p. 332.

134 Ibn ‘Asākir, p. 330, d’après al-Muaddit al-Fāsil, p. 153 ; Ahmad Zakī afwat, Ğamharat Rasā’il al-‘Arab, t. II, p. 357, d’après Ibn al-Ğawzī, Sirāt ‘Umar, p. 94.

135 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 207 a, biogr. de : ‘Āsim b. ‘Umar b. Qatāda.

136 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 575 a, biogr. de : al-Lay b. Sa‘d.

137 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd, t. II, p. 215 ; Ibn ‘Asākir, vol. 13, fol. 93 b, biogr. de : ‘Umar II.

138 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 260 b., biogr. de : Mūsā b. al-abā, murgi’ite de Kūfā.

139 Ibid., vol. 16 (2), fol. 167 a, biogr. de : Ma‘bad al- Ğuhani, Qadarite ; Il fut crucifié à Damas sur ordre de ‘Abd al-Malik.

140 Ibid., vol. 17, fol. 342 b, biogr. de : Nāfi‘ b. Mālik al-Aṣbaḥi.

141 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān al-Dimašqī.

142 Ahmad Zaki Ṣafwat, op. cit., t. II, p. 360 : lettre de ‘Umar II adressée à un groupe qui refusait la prédestination ; d’après Ibn al-Ğawzi, p. 68.

143 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 522 b, biogr. de : Kuṯayyir b. ‘Abd al-Raḥmān al-ẖuzā‘i (Ḥiğāz).

144 Ibid., vol. 19, fol. 323 a, biogr. de : un homme qui a rapporté des récits au sujet de l’intérêt des Umayyades pour les chevaux et les courses.

145 Youssef Eche, Bibliothèques, p. 19, citant le récit sous la version de Ṣa‘id, p. 167 ; et celle d’Ibn Ğulğul al-Andalusi, mentionnée dans al-Qifṭi, p. 324.

146 Ibn abi Uaybi‘a, t. I, p. 116.

147 Ibn ‘Asākir, vol. 3 (éd. Duhmān), fol. 378, biogr. de : Bilāl b. abi Bur-da al-Aš’ari, gouverneur de Bara pendant le califat de ‘Umar b.‘Abd al-‘Aziz. On y parle des cercles d’étude de la langue arabe à la mosquée de Basra, et de l’attitude favorable des dirigeants envers cet enseignement.

148 Aḥmad Zaki Ṣafwat, op. cit., p. 334. Lettre de ‘Umar II au gouverneur de Ḥims dans laquelle le calife dit : « Occupe toi de ces hommes qui se consacrent à l’enseignement de la religion (fiqh), s’enferment à la mosquée, et se retirent des affaires de la vie présente ; donne à chacun d’eux cent dinars du trésor public (Bayt Māl al-Muslimīn)... ». Selon une autre version le calife dit : « Donne aux gens de bien une somme suffisante levée sur le trésor public afin que rien ne les empêche de lire le Coran et de rapporter les traditions qu’ils connaissent ».

149 Ibn ‘Asākir, vol. 4, fol. 52 a, biogr. de : al-Ḥāriṭ b. Yamğud al-Aš‘arī ; Ibid., vol. 18, fol. 156 b, biogr. de : Yazīd b. ‘Abd al-Raḥmān b. abi Mālik.

150 Ibid., vol. 2 (Cambridge 2), fol. 318 b. biogr. de Ismā‘il b. ‘Ubayd Allāh b. abi al-Muhāğir ; Ibid., vol. 7, fol. 71 a, biogr. de : Sa‘d b. Mas‘ūd al-Tuğibi.

151 Ibn ‘Asākir, vol. 7 (Ibn Manzūr, microfilm), biogr. de : Sahl, client de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz et précepteur de ses fils.

152 Ibn ‘Asākir, vol. 5, fol. 98 b., biogr de : Ḥammād al-Rāwiya.

153 Ibn ‘Abd Rabbih, al-’Iqd al-Farīd, t. V, p. 190.

154 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 552 b, biogr. de : al-Kumayt.

155 Ibid., vol. 17, fol. 487 b, biogr, de : Wahb b. Munabbih.

156 Ibid., vol. 9, fol. 291 b, biogr. de : ‘Abd al-Rahmān b. al-akam b. abi al-‘Ās. On y retrouve les recommandations de Mu‘āwiya Ier au sujet de la poésie.

157 Ibid., vol. 18, fol. 185 a, biogr. de : Yazīd b. Mu‘āwiya.

158 M.A. Ğād al-Mawlā et autres, Qaa al-‘Arab (les Histoires des Arabes), t. IV., p. 10 ; dans une anecdote ‘Abd Allāh b. Ğa‘far expose cette opinion au sujet du chant et de la musique ; Mu‘āwiya l’approuve ; Ph. Hitti, History of Syria (trad. arabe), t. II, p. 121, mentionne les noms des chanteurs qui fréquentaient ces cours.

159 Brockelmann, Tārī al-Šu‘ūb al-Islāmiyya, t. I, p. 184 et 189.

160 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 432 a, biogr. de : ‘Abd al-Ṣamad b. ‘Abd al-A‘lā, précepteur de Wālid II, accusé d’être mécréant et d’avoir corrompu son élève.

161 Ibid., vol. 18, fol. 161 a, biogr. de : Yazīd b. ‘Abd al-Malik.

162 Ibid., vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Umar b. Šurāil al-‘Ansi, qadarite exilé par Hišām. Il le resta sous le califat de Walid II, ce dernier ayant refusé de libérer les qadarites.

163 Parmi les qadarites qui participèrent à la révolte contre Walid II, Ibn ‘Asākir mentionne :
— al-Walid b. ‘Alī al-Kalbī, vol. 17, fol. 467 b.
— Ṣāliḥ b. al-Aṣhab al-Kalbī, vol. 8, fol. 162 a.
— Yazid b. Yazid b. Ğābir al-Azdi, vol. 18 (Paris), fol. 1 b.

164 Ibn ‘Asākir, vol. 17, fol. 180 b, biogr. de : Ma‘mar b. Rāsid.

165 E.I. 2, t. III, p. 510, art. Hišām b. ‘Abd al-Malik, écrit par Gabrielli.

166 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 399 b, biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Namir al Yaḥṣubi.

167 Ibid., vol. 8, fol. 27 a, biogr. de Šu‘ayb b. abi amza.

168 Ibid., vol. 17, fol. 180 b, biogr. de Ma‘mar b. Rāšid.

169 Ibid., vol. 15, fol. 168 a, biogr. de : Muammad b. ‘Abd Allāh b. Muslim al-Zuhrī.

170 Ibid., vol. 9, fol. 55 b, biogr. de : ‘Abd Allāh b. akwān abū al-Zinād.

171 Ibid., vol. 6, fol. 87 b., biogr de : Rağā’ b. aywa.

172 Ibid, vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Ġaylān al-Dimašqī ; accompagna le calife au pèlerinage.

173 Ibid., vol. 7, fol. 256, biogr. de : Sulaymān b. Mūsā ; les savants qui accompagnèrent le prince outre ce personnage étaient :
al-Walīd b. Hišām al-Mu‘ayi (Qinnasrin) vol. 17, fol. 447 a ;
— Yahyā b. Yahyā al-Ġassāni (Damas), vol. 18, fol. 102 a ;
— Yazid b. Yazid b. Ğābir (Damas), vol. 18, (Paris), fol. 1 b ;
— ‘Abd al-Karim b. Malik al Ğazari (Ḥarrān), vol. 10, fol. 465 a ;
— Hasif al- Ğazari (Ḥarrān), vol. 5, fol. 225 b ;
— Ibrāhīm b. abi Ḥarra (Ḥarrān).

174 Ibid., vol. 10, fol 402, biogr. de : ‘Abd al-Ramān b. Yazīd b. Tamīm al-Sulami. Les qadarites qui s’enfuirent en Iraq outre ce personnage étaient :
awr b. Yazid (im), vol. 3 fol. 302 b.
— ‘Abd al-Ra
mān b. ābit b. awbān (Damas), vol. 9, fol. 280 b ;
— Burd b. Sinān et Mu
ammad b. Rāšid.

175 Ibid, vol. 13, fol. 174 b, biogr. de : ‘Amr b. Šurāil al-‘Ansi (Dārayyā), Hišām l’exila avec un certain nombre de qadarites.

176 Ibid., vol. 14, fol. 375 a, biogr. de : Gaylān al-Dimašqi. Les savants qui écrivirent au calife pour le féliciter étaient : Rağā’ b. Ḥaywa, ‘Ubāda b. Nusayy (Palestine) et Numayr b. Aws al-Aš‘ari (juge de Damas).

177 Ibid., vol. 8, fol. 274 b, biogr. de : ‘Abbād b. al-Rayyān al-Lamī.

178 Voir supra, note 11.

179 Zirikli, al-A‘lām, t. II, p. 114.

180 Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 92, d’après al-Mas‘ūdi, t. V, p. 466, et al-‘Uyūn wa-l-adā’iq (1865), p. 69.

181 Ibid., p. 121.

182 Ibn al-Nadim, Fihrist, p. 171 ; Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 15 a, biogr. de : Sālim b. ‘Abd Allāh.

183 Ibn ‘Asākir, vol. 14, fol. 402, biogr. de : al-Fal b. Qudāma al-Iğli (poète).

184 Ibid., vol. 19, fol. 201 a (Paris), biogr. de : Abū ‘Amr b. al-‘Alā’ (grammairien).

185 Ibid., vol. 17, fol. 362 b, biogr. de : al-Naḍr b. Šumayl al-Ḥimyari (savant en vertus, proverbes et sentences morales des Arabes).

186 Ibid., vol. 13, fol. 244 b, biogr. de : ‘Amr b. Maymūn b. Mihrān, enseigna le Coran et la grammaire à Ḥiṣn Maslama.

187 Ibid., vol 10, fol. 507 a, biogr. de : ‘Abd al-Wāḥid b. Qays al-Sulami, maître des Syriens en grammaire, enseigna cette matière, entre autres, aux fils de Yazid II b. ‘Abd al-Malik.

188 Ibn ‘Asākir, vol. 7, fol. 248 b, biogr. de : Sulaymān b. Salīm b. Kaysān al-Kalbi.

189 M.A. Shaban, Islamic History, t. I, p. 157.

190 voir supra p. 86.

191 Ibid., vol. 13, fol. 174 b biogr. de : ‘Amr b. Šurāhil al-‘Ansi (Dārayyā) dit : « Hišām nous exila à Dahlak. Après sa mort, des amis sollicitèrent notre libération auprès d’al-Walid II ; il refusa en disant : « je jure par Dieu que la meilleure action de Hišām fut la persécution des qadarites et leur exil. »

192 Grand Larousse ; t. 7, p. 619. Le Mu‘tazilisme a des origines politiques : ses adeptes sont « ceux qui se séparent » (i‘tazala), qui adoptent en politique une attitude intermédiaire dans la lutte entre ‘Alī et ses ennemis. La théologie mu’tazilite a pris sa forme décisive dans la lutte contre les chiites extrémistes et les manichéens ou zindiqites. Elle soutient principalement : 1° le monothéisme strict (Dieu existant seul de toute éternité, par opposition au Coran, créé et nullement éternel), 2° la justice de Dieu qui respecte la liberté humaine (proclamation des droits de la raison), mais récompense les bons et chātie les méchants, 3° que le fidèle en état de péché est dans une situation moyenne entre la foi et l’infidélité, 4° qu’il faut faire le bien et empêcher le mal... Pour plus de renseignements sur cette secte, voir : E.I., t. III, pp. 841-847, art. Mu‘tazila, par H.S. Nyberg.

193 Ibn ‘Asākir, vol. 16, fol. 496 b, biogr. de : Marwārn b. Muḥammad.

194 Ahmad Zaki Ṣafwat, Ğamharat Rasā’il al-‘Arab, t. II, p. 534 : lettre de ‘Abd al-Ḥamid aux kuttāb ; Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 254 b, biogr. de : ‘Abd al-Ḥamid b. Yaḥyā.

195 Ḥasan Ibrāhīm Hasan, Tārī al-Islām, t. II, p. 102, d’après Ibn al-Nadīm, Fihrst, p. 472.

196 Ibn ‘Asākir, vol. 10, fol. 390 b, biogr. de :’Abd al-Raḥmān b. Mu‘āwiya.

Table des illustrations

Titre Tableau chronologique :
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau généalogique des Califes umayyades
Légende D’après D. et J. Sourdel, La civilisation de l’Islam classique
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search