Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Deuxième Partie. L'action du pouvoir dans la culture et l'éducation

I. Les califes bien guidés (11/632 - 40/667)

Texte intégral

1Tableau chronologique :

21. Abū Bakr 11/632

32. ‘Umar b. al-Ḥaṭṭāb 13/634

43. ‘Uṭmān b. ‘Affān 23/644

  • 1 D’après C.E. Bosworth, The islamic dynasties, in Islamic Survey, Edinburgh, University Press, 1967 (...)

54. ‘Alī b. abī Tālib 35/656-40/6611

A. La conquête

6Eléments importants de la conquête du Šām :

71. Du vivant du Prophète

  • Le convoi de Mu’ta 8/629
  • Le convoi de Tabūk 9/630
  • Négociations avec les habitants de Ayla, Maqna, Aḏruḥ et de Tabāla 9/630
  • Islamisation des habitants de Ğaraš et de Tabāla 9/630
  • La préparation de l’expédition d’Usāma b. Zayd 11/632-633

82. Sous le califat d’Abū Bakr :

  • L’envoi de trois armées vers le Šām 12/633
  • La défaite des Byzantins à Ağnādayn 13/634

93. Sous le califat de ‘Umar I :

  • La conquête de Buṣrā 13/634
  • La prise de Damas et de Ḥimṣ 14/635
  • La bataille de Yarmūk 15/636
  • La reconquête de Damas et des villes intérieures Ḫimṣ, Ḥamā, Šayzar, Alep... 16/636
  • La conquête des villes côtières 16/637
  • La conquête de Jérusalem 17/638
  • La conquête d’al-Ğazīra 18/639-640
  • La conquête de Césarée (Qayṣāriya) 19/6402
  • 3 Mu’ta, localité à l’Est de la pointe méridionale de la Mer Morte, E.I., t., III p. 826.
  • 4 Tabūk, ville située sur la route suivie par les pèlerins et sur la voie ferrée de Damas à Médine, (...)
  • 5 Balāḏuri, Futūḥ al-buldān, p. 79.

10Durant la vie du Prophète, les contacts des Musulmans avec le Šām se limitèrent à l’expédition non victorieuse de Mu’ta3 en Pan 8/629 et aux négociations entreprises, l’année suivante, après l’invasion de Tabūk4 par le Prophète lui-même avec les villes du sud du Šām. Les habitants de ‘Ayla, Maqna, Aḏrūḥ et al-Ğarbā’ chrétiens ou israélites, acceptèrent de payer un impôt de capitation (al-ğizya) aux Musulmans contre l’engagement de ceux-ci à respecter leurs possessions et croyances. Les habitants de Tabāla et de Ğaraš se convertirent à l’lslam et le Prophète nomma Abu Sufyān b. Harb gouverneur de Ğaraš5.

11Après la mort du Prophète et le succès de la répression des révoltes en Arabie dirigée par le calife (ẖalīfa) Abū Bakr, les expéditions vers le Šām reprirent en Pan 12/633. En moins de sept ans (de 633 à 640), la conquête de la Syrie et de la Ğazīra était achevée.

12Quels que soient les facteurs déterminants de l’expansion arabe après l’lslam, les invasions revêtirent la forme de guerre sainte, dont le rôle principal était de supprimer les obstacles qui empêchaient les fidèles d’accomplir leurs devoirs envers Dieu. Ces devoirs ne se réduisaient pas à la croyance en Dieu et à l’exercice du culte, mais comprenaient aussi d’autres obligations : apprendre les principes de la religion (arkān al-dīn) et les enseigner aux autres, à l’humanité entière si possible. Cette volonté missionnaire explique la politique étrangère du Prophète et de ses successeurs : celle-ci consistait à « se mettre en contact avant tout » avec les tribus et les peuples voisins. Lorsque ceux-ci acceptaient pacifiquement le message du Prophète, les délégations de savants se mettaient à l’œuvre. Mais lorsque les négociations échouaient, et que les Musulmans frayaient leur chemin par les armes, leur premier souci était de créer des conditions favorables à la promotion de l’enseignement de la religion qui se faisait en arabe, langue de la Révélation.

  • 6 Yarmūk, fleuve, affluent du Jourdain dont la vallée fut le théâtre de la bataille décisive de 15/6 (...)
  • 7 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 78 a, biogr. de Ṣaẖr b. Ḥarb ; Ṭabarī, t. III, p. 397.
  • 8 Le Coran, trad. Blachère, Paris, Librairie Orientale et Américaine, 1957., Sourate VIII, p. 201.
  • 9 Ṭabāri, op. cit.,
  • 10 Badrite, qui a participé à la bataille de Badr en l’an 2/623 ; Ibn ‘Asākir, vol. i (Edit. Munaggid (...)

13Sur le chemin du Šām, l’armée envoyée par Abū Bakr lors de la bataille de Yarmūk6 comprenait un cadi, Abū al-Dardā’ compagnon du Prophète, prédicateur (selon Ṭabarī), l’Umayyade Abū Sufyān b. Ḥarb7 et un lecteur du Coran, al-Miqdād b. al-Aswad, compagnon du Prophète ; celui-ci récita la sourate du Ğihād (al-Anfāl, le Butin)8 lors de la rencontre avec les Infidèles, suivant la tradition établie par le Prophète lui-même lors de la bataille de Badr9. L’armée comprenait en outre un millier de Compagnons du Prophète, dont cent Compagnons badrites10. Une fois installés dans les villes du Šām, les chefs et les soldats s’adonnaient à l’enseignement en reprenant l’exemple donné à Médine par le premier maître de l’Islam, le Prophète Muḥammad.

  • 11 Ibid., vol. 14, fol. 483 a, biogr. de : al-Qa‘qā‘b. ‘Amr.
  • 12 Ibid., vol. 19, fol. 303 b, biogr. de : un poète de Ḥiğāz.

14Notons toutefois que, tout en élevant l’étendard de l’Islam, les Arabes profitaient aussi des conquêtes pour perpétuer leurs propres traditions. La même armée de Yarmūk comprenait, outre les lecteurs du Coran et les prédicateurs, des poètes qui improvisaient et déclamaient de la poésie tout au long de la route. Le calife rendit hommage à al-Qa‘qā‘ b. ‘Amr al-Tamīmī11 en disant : « La voix d’al-Qa‘qā‘ dans la bataille est meilleure qu’un millier d’hommes ». Un autre poète de Ḥiğāz est cité comme étant le poète des Musulmans pendant l’expédition12.

15Vu les développements politiques ultérieurs, il serait utile de signaler le rôle de la famille umayyade dans la conquête du Šām. On sait que cette famille qui faisait partie de l’élite marchande et intellectuelle de la Mecque s’était opposée au Prophète durant les premières années de son message. Mais après la reddition de la ville sainte, les Umayyades rejoignirent le camp des croyants et reconquirent une situation proche de celle dont ils jouissaient avant l’Islam. Nous en avons pour témoignage les nominations de Mu‘āwiya b. Abī Sufyān comme secrétaire du Prophète, de son père Abū Sufyān b. Ḥarb comme gouverneur de Ğaraš durant la vie du Prophète ainsi que celle de Yazīd b. Abī Sufyān, par le premier calife, à la tête d’une des trois armées dirigées vers le Šām. Se trouvaient aussi dans cette armée Mu‘āwiya, frère (et lieutenant) de Yazīd ainsi qu’Abū Sufyān, leur père, qui était aussi prédicateur, et un grand nombre de membres de la famille, hommes et femmes. Une fois la conquête achevée, et les chefs des armées devenus gouverneurs des régions militaires (ğund) du Šām, la région de Damas fut confiée à Yazīd b. Abī Sufyān. Puis, après la mort de Abū ‘Ubayda b. al-Ğarrāḥ survenue en l’an 18/640, le calife ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb chargea Yazīd du gouvernorat du Šām.

16Quelques mois plu s tard, Yazīd mourut. Son poste échut alors à son frère Mu‘āwiya sur l’ordre de ‘Umar I. Le troisième calife ‘Utmān quant à lui accorda à Mu‘āwiya sa confiance en étendant son gouvernorat à al-Ğazīra. Dès lors, Mu‘āwiya gouverna les deux provinces d’une façon presque indépendante.

B. Les rapports des califes Bien Guidés avec le Šām

a. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb

  • 13 Ibn ‘Asākir, vol. 12, fol. 537 b, biogr. de : ‘Umār b. al-Ḫattāb ; Ṭabari, p. 607.
  • 14 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 28 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. Nawfal al-Hāšimī (Baṣra).

17Le Šām jouit d’une attention particulière de la part du deuxième calife. Il y vint trois ou quatre fois durant la courte période pendant laquelle il vécut après la conquête13. Il y visita les principales villes et tint à al-Ğābiya en l’an 16/637 une assemblée pour discuter des problèmes administratifs et doctrinaux avec les hauts personnages de la communauté venus d’Arabie (en sa compagnie), d’Iraq et du Šām. Au cours de cette rencontre, le calife prononça un discours auquel la Tradition musulmane attache beaucoup d’importance ; le problème du libre arbitre y fut soulevé. Sur ce point doctrinal, l’opinion du calife fut catégorique : les êtres humains sont prédestinés au bien et au mal. Chacun rentra chez soi sachant à quoi s’en tenir14.

  • 15 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Cambridge 2 part.), fol. 300 b, biogr. de : As‘ad b. Sahl b. Ḥanif, Abū Umām (...)

18La calife ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb prêtait beaucoup d’attention à la formation de ses sujets. A peine la conquête terminée, il envoya un messager au chef de l’armée, Abu ‘Ubayda b. al-Ğarrāḥ, porteur d’une lettre lui disant : « Enseignez le tir à vos soldats, et la natation à vos enfants ». Cette recommandation fut souvent contestée car nous ne savons pas où la natation était enseignée. Toutefois le chef de l’armée tint à exécuter la première partie de cette recommandation15.

  • 16 Balāḏuri, Futūḥ, p. 193.
  • 17 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Sultan Aḥmad 2e part.), fol. 550 a, biogr. de : Adham b. Muḥriz, un des chef (...)

19En ce qui concerne l’enseignement primaire, le deuxième calife suivit l’exemple du Prophète. 11 demanda aux captifs syriens qui savaient lire et écrire d’enseigner aux Musulmans la lecture et l’écriture. Les captifs de Qayṣāriya (Césarée), par exemple, furent installés à al-Ğurf (un camp de Musulmans en Arabie), et un certain nombre d’entre eux furent chargés de l’enseignement dans les kuttāb ou makātib16. Les Musulmans envoyèrent également leurs fils dans les kuttāb déjà existants chez les Arabes indigènes, où ils apprirent la lecture et l’écriture avec les enfants arabes de confession chrétienne17. Une telle décision du gouverneur du Šām ne put, bien entendu, être mise à exécution sans le consentement du calife.

20Quant à l’éducation religieuse, le gouverneur Yazīd b. abī Sufyān, connaissant le souci du calife de doter les croyants d’un bon enseignement religieux, lui demanda par lettre de faire venir au Šām les meilleurs maîtres de Medine. Or c’était justement ce que désirait le calife.

21Voici ce qu’a écrit Muḥammad b. Ka‘b al-Ouraẓī à ce propos : « ... le gouverneur de Damas, Yazīd b. Abī Sufyān écrivit une lettre au calife, disant que les habitants du Šām étaient nombreux, et qu’ils avaient besoin de quelqu’un pour leur enseigner le Coran ainsi que les fondements de la religion. ‘Umar consulta ses compagnons et leur demanda de choisir trois personnages parmi ces cinq: Ubayy b. Ka‘b, Abū Ayyūb al-Anṣārī, Mu‘ād b. Ğabal, ‘Ubāda b. al-Ṣāmit, Abū al-Dardā’, car ceux-ci avaient appris tout le Coran du vivant du Prophète.

22A cette époque, le premier était un vieillard, et le second, un malade ; ‘Umar décida d’envoyer au Šām les trois derniers qui étaient jeunes et robustes. Il leur donna les directives suivantes : commencez par Ḥimṣ, et, lorsque vous serez satisfaits de ses habitants, dispersez-vous. Que l’un aille à Damas, et l’autre en Palestine. ‘Ubāda resta à Ḥimṣ ; Abū al-Dardā’ alla à Damas ; quant à Mu‘āḏ, il partit s’établir en Palestine. Durant l’année 18/640-41, l’année de la peste de ‘Amwās, Mu‘āḏ mourut, ‘Ubāda s’installa alors en Palestine où il resta jusqu’à sa mort. Abū al-Dardā’ resta à Damas jusqu’à sa mort en l’an 32 ou 34 H. ».

  • 18 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 266 b, biogr. de : ‘Ubāda b. al-Ṣāmit.

23D’après Muḥammad b. Sa‘d, ‘Ubāda b. al-Ṣāmit fut le premier cadi en Palestine. Le calife ‘Umar l’envoya là bas comme enseignant (mu‘allim)18.

  • 19 Ibid., vol. X, fol. 370 b, biogr. de ‘Abd al-Raḥmān b. Ġanm.

24Après la mort de Mu‘ād, le calife envoya au Šām ‘Abd al-Raḥmān b. Ġanm, un disciple de Mu‘ād, qui était surtout tradi-tionniste et jurisconsulte. Il fut chargé d’enseigner aux habitants les fondements de la religion (yufaqqihuhum Ji-d-dīn)19.

25En ce qui concerne l’organisation des lieux de culte et celle de l’enseignement religieux au Šām, le calife ‘Umar prit une décision qu’il est nécessaire de mentionner.

  • 20 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Edit. Munağğid), pp. 94-95.

26Ibn ‘Asākir rapporte que, lorsque les Musulmans conquirent l’Iraq, ‘Umar écrivit au gouverneur de Baṣra, Abu Mūsā al-Aš‘arī, lui ordonnant d’aménager une grande mosquée (masğid al-ğamā‘a ou al-ğāmi‘) et de petites mosquées pour les tribus, la communauté devant se réunir à la Grande Mosquée pour célébrer le vendredi. Le calife invita par écrit le gouverneur de Kūfa, Sa‘d b. Abī Waqqāṣ, à suivre les mêmes directives. Celles-ci furent aussi données à ‘Amr b. al-‘Āṣ gouverneur d’Egypte. Par contre, les armées de la conquête du Šām reçurent l’ordre de ne pas s’éloigner dans les campagnes mais de s’établir dans les villes De même, on devait s’abstenir de construire des mosquées pour les tribus et se contenter d’une seule mosquée dans chaque ville qui réunirait tous les croyants20.

27Ainsi des mosquées furent construites dans toutes les villes au fur et à mesure de la progression de la conquête, et les Musulmans s’y réunissaient pour apprendre, enseigner et pratiquer leur culte.

b. ‘Uṯmān b. ‘Affān

28Ce califat se distingua par des décisions importantes du point de vue pédagogique, notamment la rédaction officielle du Coran, la distribution des copies unifiées aux provinces et la destruction des autres exemplaires en usage.

  • 21 Ibid, vol. 1, (Edit. Munağğid), p. 315.
  • 22 G. Zaydan, Tārīẖ al-tamaddun al-islāmī, 3/59 ; ‘Izz al-Din Ismā‘il, Al-mukawwināt al-’ūlā li-l-ṯaq (...)
  • 23 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣubi.
  • 24 Al-Ğazarī, Ṭabaqāt al-qurrā’, t. I, p. 292.

29Au Šām, la vulgate de ‘Uṯmān fut acceptée sans difficultés. Les mosquées, construites dans toute la province au fur et à mesure de la progression des conquêtes, se transformèrent en de véritables ruches d’étudiants du Livre sacré21. Cette activité fut facilitée, d’une part, par la multiplication rapide des copies du muṣḥaf, qui sera bientôt le compagnon inséparable du croyant. Le fait que les soldats syriens disposaient pendant la bataille de Ṣiffīn (37/657), c’est-ā-dire, une dizaine d’années après la rédaction du muṣḥaf, de près de cinq cents exemplaires atteste cette réalité22. Elle fut facilitée d’autre part par l’arrivée à Damas d’un lecteur qurayšite disciple direct du troisième calife, du nom d’al-Muġīra b. Šihāb al-Maẖzūmī (mort en 91/710) qui y enseigna la lecture al-‘uṯmāniyya23. Si ce lecteur n’est pas très connu, son disciple le grand lecteur ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣubī (mort en 1 18/736) a pratiquement répandu la lecture ‘uṯmāniyya dans tout le Šām, de sorte qu’elle fut surnommée al-šāmiyya, et domina au Šām pendant plus de cinq siècles24. Ainsi les liens pédagogiques entre les Syriens et le troisième calife furent en fait plus durables que les liens politiques auxquels les historiens donnèrent tant d’importance.

c. ‘Alī b. Abī Ṭālib

  • 25 L’armée de Yarmūk comprenait un seul prédicateur, voir la première partie. Le calife ‘Umar I aurai (...)
  • 26 Ibn ‘Asākir, vol. 16 (2), fol. 130 b, biogr. de Mu‘āwiya.

30Au cours de la période qui suivit l’assassinat dramatique du calife ‘Uṯmān, et suite au refus du gouverneur du Šām et d’al-Ğazīra de reconnaître le quatrième calife Bien Guidé, l’éducation connut une déviation nuisible, sous la pression des conditions politiques. La prédication, pratique acceptée par ‘Umar I à contre cœur et dans des limites très restreintes25, prit une tournure imprévisible qui persista longtemps après la stabilisation du pouvoir entre les mains des Umayyades. Heureusement, cette évolution n’eut pas lieu au détriment des autres éléments de la culture ; en effet l’armée syrienne de Ṣiffin qui comprenait des prédicateurs prêchant chaque jour, à chaque prière, en faisant l’éloge des Syriens26, disposait aussi de muṣḥaf pour lire et apprendre le Coran, quand le cours des évènements le permettait.

Notes

1 D’après C.E. Bosworth, The islamic dynasties, in Islamic Survey, Edinburgh, University Press, 1967, p. 3.

2 Cf. Ibn ‘Asākir, t. i, (Edit. Munağğid), p. 385 et suivantes ; Balāḏuri, Futūḥ al-buldān ; Elisséeff, L’Orient musulman au Moyen-Age.

3 Mu’ta, localité à l’Est de la pointe méridionale de la Mer Morte, E.I., t., III p. 826.

4 Tabūk, ville située sur la route suivie par les pèlerins et sur la voie ferrée de Damas à Médine, E.I., t. IV, p. 623.

5 Balāḏuri, Futūḥ al-buldān, p. 79.

6 Yarmūk, fleuve, affluent du Jourdain dont la vallée fut le théâtre de la bataille décisive de 15/636 entre les Arabes musulmans et les Byzantins.

7 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 78 a, biogr. de Ṣaẖr b. Ḥarb ; Ṭabarī, t. III, p. 397.

8 Le Coran, trad. Blachère, Paris, Librairie Orientale et Américaine, 1957., Sourate VIII, p. 201.

9 Ṭabāri, op. cit.,

10 Badrite, qui a participé à la bataille de Badr en l’an 2/623 ; Ibn ‘Asākir, vol. i (Edit. Munaggid), p. 529.

11 Ibid., vol. 14, fol. 483 a, biogr. de : al-Qa‘qā‘b. ‘Amr.

12 Ibid., vol. 19, fol. 303 b, biogr. de : un poète de Ḥiğāz.

13 Ibn ‘Asākir, vol. 12, fol. 537 b, biogr. de : ‘Umār b. al-Ḫattāb ; Ṭabari, p. 607.

14 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 28 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. Nawfal al-Hāšimī (Baṣra).

15 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Cambridge 2 part.), fol. 300 b, biogr. de : As‘ad b. Sahl b. Ḥanif, Abū Umāma al-Anṣāri, le messager du calife.

16 Balāḏuri, Futūḥ, p. 193.

17 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Sultan Aḥmad 2e part.), fol. 550 a, biogr. de : Adham b. Muḥriz, un des chefs militaires de Mu‘āwiya qui a fréquenté un de ces kuttāb ; Ibn ‘Asākir, vol. 3, fol. III b, biogr. de : Iyās b. Mu‘āwiya cadi de Baṣra, qui a fréquenté un de ces kuttāb au Šām, et a eu une discussion avec un enfant chrétien.

18 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 266 b, biogr. de : ‘Ubāda b. al-Ṣāmit.

19 Ibid., vol. X, fol. 370 b, biogr. de ‘Abd al-Raḥmān b. Ġanm.

20 Ibn ‘Asākir, vol. 2, (Edit. Munağğid), pp. 94-95.

21 Ibid, vol. 1, (Edit. Munağğid), p. 315.

22 G. Zaydan, Tārīẖ al-tamaddun al-islāmī, 3/59 ; ‘Izz al-Din Ismā‘il, Al-mukawwināt al-’ūlā li-l-ṯaqāfa al-‘arabiyya (Les premières composantes de la culture arabe), p. 222.

23 Ibn ‘Asākir, vol. 9, fol. 146 a, biogr. de : ‘Abd Allāh b. ‘Āmir al-Yaḥṣubi.

24 Al-Ğazarī, Ṭabaqāt al-qurrā’, t. I, p. 292.

25 L’armée de Yarmūk comprenait un seul prédicateur, voir la première partie. Le calife ‘Umar I aurait permis à Tamim al-Dāri de prêcher une fois par semaine après la prière du vendredi, cf. Ibn ‘Asākir, vol. 3, (Edit. Duhmān), p. 446, biogr. de : Tamim al-Dāri.

26 Ibn ‘Asākir, vol. 16 (2), fol. 130 b, biogr. de Mu‘āwiya.

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search