Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Deuxième Partie. L'action du pouvoir dans la culture et l'éducation

Préambule

Texte intégral

1A la veille de l’Islam, la société arabe, que le commerce avait mise en contact avec des peuples plus évolués, ne trouvait plus satisfaction de ses besoins culturels dans les ressources de la culture traditionnelle.

2En conséquence, les Arabes ne tardèrent pas à adopter l’Islam qui se proposait de satisfaire leurs exigences spirituelles et sociales ; dans les domaines culturels, des tentatives se manifestèrent très tôt, afin d’harmoniser l’ancien et le nouveau. D’une part, l’Islam prit en considération le contexte arabe, d’autre part, la culture arabe subit des modifications afin d’intégrer la religion musulmane. Les Arabes, grâce à ces deux éléments qui forment les composantes principales de la culture qui s’affirmera, plus tard, sous le nom de « culture arabo-islamique », affrontèrent le monde extérieur.

3Après le succès de l’Islam et des conquêtes arabes à travers les trois continents (Asie, Afrique et Europe), accomplies en moins d’un siècle, des éléments nouveaux : administration, art, science, philosophie etc... suscitèrent l’intérêt des conquérants. Il s’ensuivit une acculturation qui, par adaptation et assimilation de ces traits, fournit la troisième composante de cette culture. Malheureusement, accueillie avec méfiance par les uns, tenue à l’écart par les autres, cette composante a été remise en question bien longtemps encore après son instauration. Et lorsque l’âge d’or de la culture arabo-islamique arriva à sa fin, une grande partie de ses acquisitions fut rejetée.

4L’éducation au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Hégire témoigne de cette transition entre la culture arabe traditionnelle et la culture arabo-islamique. Au cours de ces siècles pendant lesquels la nouvelle culture établit ses fondements, l’éducation refléta ce processus et mit en lumière les efforts déployés de part et d’autre, pour ou contre divers éléments : ce fut un véritable jeu entre des forces culturelles, mené tantôt par les dirigeants, tantôt par les savants, où les résultats dépassèrent souvent les objectifs des acteurs, et ne concordèrent pas nécessairement avec les faits sociaux et politiques qui les produisirent.

  • 1 Cf. E.I., t. IV, p. 1052, art. Umayyades, par Levi Delia Vida. Il y fait allusion à Wellhausen, Go (...)
  • 2 Ibn ‘Asākir, Biographies des Umayyades.

5Prenons par exemple le califat umayyade. Celui-ci a été accusé de favoriser la culture arabe traditionnelle au détriment de l’Islam1. Or tous les témoignages que nous avons vont à l’encontre de cette thèse et attestent l’habileté et le zèle avec lesquels les dirigeants Umayyades (califes, gouverneurs et princes, hommes et femmes, maîtres et clients)2, assumèrent la responsabilité de diffuser la nouvelle religion, de sorte qu’on peut avancer en toute tranquillité la thèse selon laquelle l’accès des Umayyades au pouvoir fut un gain appréciable pour la cause de l’Islam aussi bien que pour la cause arabe.

  • 3 Ibid., Biographies des califes abbassides et des savants qui les ont accompagnés pendant leurs vis (...)

6De même, l’arrivée des Abbassides au pouvoir à l’aide des non-Arabes n’entraîna pas le recul de la culture arabe, comme on peut le supposer. Tout au contraire, après un siècle de familiarisation avec la culture des conquérants qui avait bénéficié des soins des califes Bien Guidés orientés surtout vers l’élément religieux, et des efforts des califes umayyades centrés sur le développement harmonieux des éléments utiles au développement de la culture naissante, les clients (mawālī), assurés sous les califes abbassides de conserver leur intégration au sein de la communauté, mirent toutes leurs ressources intellectuelles au service de cette culture qui leur était proposée, sous tous ses aspects tant arabe qu’islamique ou scientifique3.

7Cette partie tente de relater le développement de la culture arabo-islamique au Sām, à travers les activités culturelles et pédagogiques des souverains qui se sont succédés au pouvoir durant les trois premiers siècles de l’Hégire. Ceci suppose que les intérêts et les efforts des souverains ont fourni le moteur qui a poussé à l’action maîtres et disciples, et le cadre dans lequel les disciplines enseignées et les établissements d’enseignement se sont développés.

8Pour clarifier l’exposé, nous avons suivi le classement suivant :

  1. Les califes Bien Guidés (dont la période de dissidence du gouverneur du Šām) : 11/632-40/661.
  2. Les califes umayyades : 41/661-132/750.
  3. Les califes abbassides : 132/750-300/912 et, entre-temps, les Emirs Tulunides : 264/878-292/905.

Notes

1 Cf. E.I., t. IV, p. 1052, art. Umayyades, par Levi Delia Vida. Il y fait allusion à Wellhausen, Goldziher, Caetani, Lammens...

2 Ibn ‘Asākir, Biographies des Umayyades.

3 Ibid., Biographies des califes abbassides et des savants qui les ont accompagnés pendant leurs visites au Šām.

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search