Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Première partie. Matériaux et méthodes

III. Cadre de l’étude

Texte intégral

A. Géographie

1Si l’on prend en considération l’appartenance géographique des personnages recensés dans l’ouvrage, on a tendance à faire de l’étude une histoire générale de l’éducation islamique. Mais si l’on se tient au titre de l’ouvrage, on a des difficultés à prendre une décision quant au cadre géographique de l’étude. La difficulté vient surtout de la façon dont l’auteur conçoit l’expression « alentours de la ville de Damas ». En effet, cette expression comprend selon lui :

  • 1 Ibn ‘Asākir, vol. 1, Edit. Munağğid, p. 188.
  • 2 Yāqūt, Mu‘ğam al-buldān, t. III, p. 311.

21. La province du Šām, qui s’étend en longueur de Bālis (sur l’Euphrate), à al-‘Arīš (limitrophe de l’Egypte)1, et en largeur, des montagnes de Ṭay’ (Ağā et Salmā au nord de l’Arabie) jusqu’à la Mer Méditerranée (Baḥr al-Rūm)2.

  • 3 E.I. 2, t. II, p. 616, art. Ğund, par D. Sourdel.

3Cette province est composée de cinq circonscriptions ou ğund (colonies militaires) : Ḥimṣ, Damaš (Dimašq), Jourdain (al-Urdun, autour de Tibériade), Palestine (Filasṭīn, autour de Jérusalem et Ascalon et plus tard de al-Ramla) et Qinnasrīn (autour d’Alep). Les quatre premières circonscriptions auraient été créées par le calife Bien Guidé Abū Bakr, organisateur de l’armée qui conquit le Šām ; la dernière fut détachée de la circonscription de Ḥims par le calife umayyade Yazīd I3. Outre les villes précitées, le Šām comprend : Buṣrā, Adri‘āt, al-Baṯaniyya, Ba‘labakk, Ḥamā, Qaysāriya (Césarée), Nābulus, ‘Ammān, Anṭākiya (Antioche), et des villes côtières dont les plus importantes sont Ġazza, Yāfā (Acre), Ṣūr (Tyr), Ṣaydā (Sidon), ‘Irqa, Ğubayl (Biblos), Bayrūt (Beyrouth), Aṭrābulus (Tripoli), Lāḏiqiyya (Lattaquié), Maraqiyya, Buluniyās et Anṭarṭūs.

  • 4 E.I., 2 t. II, p. 536-537, art. Ğazīra, par M. Canard.
  • 5 M.A. Shaban, Islamic history, t. I, p. 106.
  • 6 E.I. 2, op. cit., art. Ğazīra.
  • 7 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 209 b, Biographie de ‘Aṣim b. Muḥammad b. Baḥdal al-Kalbi.
  • 8 E.I. 2, op. cit., art. Ğazīra.
  • 9 Yāqūt, Mu‘ğam al-buldān, t. II, p. 134.

42. La province de Ğazīra, située au Nord-Est du Šām. En fait cette province constituait un gouvernement réuni au Šām durant le gouvernorat puis le califat de Mu‘āwiya I et de ses successeurs, Yazīd I, Mu‘āwiya II et Marwān I. Sous ‘Abd al-Malik b. Marwān, elle eut un gouvernement distinct groupant trois districts (Kūra) : le Diyār Rabī‘a à l’Est, le Diyār Muḍar à l’Ouest et le Diyār Bakr au Nord, ainsi appelés du nom des tribus qui les peuplèrent durant la période préislamique et au début de la période islamique4. La ville d’al-Mawṣil fut intégrée à al-Ğazīra5 et devint même sous Marwān II sa capitale6. Les liens entre as-Šām et al-Ğazīra continuèrent sous les Abbassides en raison de la situation d’al-Ğazīra entre Bagdad et le Šām d’une part, et d’autre part, entre Bagdad et les « places frontières » (Ṯuġūr et ‘awāṣim) qui constituaient en quelque sorte une continuation des deux provinces (Ṯuġūr šāmiyya et Ṯuġūr ğazariyya), champ d’affrontement entre les Arabes et les Byzantins. Sous le calife al-Mahdi l’armée chargée des expéditions d’été (al-ṣā’ifa) fut composée des habitants des deux provinces7. De même, sous al-Ma’mûn, les deux provinces furent confiées à un seul gouverneur ‘Abd Allāh b. Ṭāhir8. Les principales villes d’al-Ğazīra, selon Yāqūt étaient : Ḥarrān, al-Ruhā (Edesse), Raqqa, Rās al-‘Ayn, Naṣībīn, Sinğar, al-Ḫābūr, Mārdīn, Āmid, Mayyāfāriqīn, Mawṣil9.

  • 10 Balāḏuri. Futūḥ, pp. 224-225.

53. al-Ṯuġūr wa al-‘awāṣim : achevant de conquérir le Šām. l’armée arabe s’arrêta devant la première chaîne des montagnes du Taurus ; l’armée byzantine prit position derrière la deuxième chaîne des mêmes montagnes, laissant ainsi la région qui sépare les deux chaînes telle une zone tampon entre les deux adversaires10.

6Les Umayyades essayèrent de prendre pied dans cette zone en restaurant et en fortifiant certaines cités, et en bātissant de nouvelles forteresses. Ils établirent ainsi des fortifications qui s’étendaient de Tarse (Ṭarsūs) en Cilicie, le long du Taurus, jusqu’à l’Euphrate au delà de Malaṭya et comprenaient : Aḏana, Maṣṣīṣa, Mar‘aš et d’autres places moins importantes. Avec le changement de dynastie et le transfert du centre de l’Empire islamique, les incursions byzantines devinrent plus fréquentes.

  • 11 Yāqūt, op. cit., t. IV, p. 165.

7Afin de les affronter efficacement, le calife Hārūn al-Rašīd détacha les villes frontalières des deux provinces al-Šām et al-Ğazīra, et les réunit en une circonscription qu’il appela al-‘Awāṣim, dont la capitale fut Manbiğ11. Le mot ṯuġūr désigna dès lors les postes avancés du nord qui constituaient une première ligne de défense contre les Byzantins.

  • 12 E.I., t. IV, p. 777, art. al-Ṯuğūr, par E. Honigmann ; Ph. Hitti, History of Syria (trad. arabe), (...)

8Al-Dimašqī compte parmi les ṯuġūr šāmiyya : Tarse, Aḏana, Maṣṣīṣa, al-Hārūniyya, Sis et Aiyās ; parmi les ṯuġūr ğazariyya, il cite : Malaṭya, Kamaẖ, Simsāṭ, al-Bīra, Ḥiṣn Manṣūr, Qal‘at al-Rūm, al-Ḥadāṯ et Mar‘aš12. Inutile de dire que les frontières syro-byzantines variaient selon la force et la résistance de chacun des deux adversaires.

  • 13 Ph. Hitti, Ibid., p. 48.

9A ces forteresses frontalières, il faut ajouter les îles de la Mer Méditerranée : Arwād, Chypre. Rhodes et Crète qui furent occupées par les Arabes pendant un certain temps13.

10Ainsi peut-on délimiter le cadre géographique à l’intérieur duquel ont vécu les personnages « habitants du Šām » dont nous allons parler.

B. Chronologie

11Vu la longue période que couvre l’ouvrage et le grand nombre de personnages recensés, il fallait dès le début délimiter la période sur laquelle l’étude devait porter.

12Les historiens supposent généralement que les renseignements apportés par une source sont d’autant plus dignes de confiance qu’ils sont proches de l’auteur dans le temps et dans l’espace.

13Par conséquent, comme Ibn ‘Asākir a vécu durant le vie/xiie siècle, il était naturel de s’en remettre à son ouvrage pour l’étude de ce siècle.

14Nous avons choisi de traiter les trois premiers siècles de l’Hégire pour les raisons suivantes :

  1. Certes le vie siècle de l’Hégire revêt au Šām une importance spéciale du point de vue de l’éducation ; des sources de grande valeur nous sont parvenues sur cette période, du fait qu’elle vit également la renaissance de l’historiographie. En matière d’éducation, il suffit de mentionner l’ouvrage (édité par Ğa‘far al-Ḥasanī) al-Dāris fi tārīẖ al-madāris d’al-Nu‘aymī (m. en 927/1521) qui fait usage de tous les renseignements apportés par ses prédécesseurs, notamment Ibn ‘Asākir, Ibn Šaddād (m. en 684/1285), al-Irbilī (m. en 726/1326), Ibn Qāḍī Šuhbā (m. en 851/1447)…
  2. Par contre, nous possédons très peu d’informations sur les trois premiers siècles de l’Hégire. Celles qui nous sont parvenues sont accusées (justement ou injustement) de partialité contre les Umayyades et les habitants du Šām, du fait qu’elles ont été écrites par des pro-Abbassides ou des pro-Alides. Or Ibn ‘Asākir est connu pour avoir réhabilité les Umayyades et exposé le point de vue de ses concitoyens. La mise en valeur des informations qu’il donne nous aiderait à vérifier nos connaissances sur cette période de l’histoire et à les enrichir.
  3. Si le vie siècle de l’Hégire représente la renaissance de l’éducation arabo-islamique au Šām, les premiers siècles ont vu celle-ci s’ébaucher. De ce fait leur connaissance devrait aider à comprendre les développements ultérieurs, Ibn ‘Asākir ayant utilisé, entre autres, des sources perdues par la suite : son ouvrage contient donc des renseignements précieux dont il est le seul transmetteur.
  4. On pourrait nous demander pourquoi nous n’avons pas choisi d’étudier les ive et ve siècles de l’Hégire. C’est que, nous basant sur l’ouvrage d’Ibn ‘Asākir, il nous parut évident dès le départ, (ce qui s’est avéré juste après le dépouillement) que cet auteur, par ses attaches sunnites, aš‘arites et traditionnistes, ne pouvait fournir de renseignements assez précis sur les activités et sur les établissements d’enseignement de tendances plutôt hétérodoxes, qui avaient fleuri au Šām et à Ğazīra durant ces deux siècles14.

15Par contre on peut être sûr de la qualité de sa documentation quant aux activités pédagogiques au Šām et dans al-Ğazīra pendant les trois premiers siècles, lesquels se caractérisent par une certaine homogénéité et continuité du point de vue doctrinal, malgré l’insatisfaction des Syriens vis-à-vis de la politique abbasside, (insatisfaction qui devait préparer l’acceptation de doctrines hétérodoxes à partir du iiie siècle de l’Hégire, et provoquer des tentatives répétées d’implantation kẖaridjite en Ğazīra dès le premier siècle).

16Il nous reste à faire une remarque : les personnages étant classés d’après la date de leur décès, on doit s’attendre à ce que la deuxième partie du iiie siècle soit mal représentée, vu qu’une partie des savants qui y ont joué un rôle dans l’enseignement ne sont décédés qu’au siècle suivant, et que de ce fait leurs activités sont intégrées au ive siècle.

C. Population

17Durant la période étudiée, le Šām et la Ğazīra connurent un grand changement dans la structure aussi bien que dans la culture de leurs populations.

  • 15 Balāḏuri, Futūḥ, pp. 168, 173, 174, 186, 205.
  • 16 Balāḏuri, Futūḥ, pp. 179, 181, 182, 187, 201, 205, 207, 209.

18A la suite de la conquête militaire arabo-musulmane, les anciens occupants byzantins quittèrent la région ainsi que ceux des autochtones qui étaient leurs alliés15. Voyant les villes abandonnées et les terrains désertés, les conquérants en profitèrent et s’installèrent dans toute la région16 tant pour des raisons militaires que pour des raisons économiques. Ainsi conquérants et conquis durent très tôt instaurer entre eux des relations qui entraînèrent l’intégration progressive de la population.

  • 17 Ibid., pp. 150, 152, 184.
  • 18 G. Zaydān, Tamaddun, t. I, pp. 78 note et 181 ; Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 96 ; H. Lam (...)
  • 19 Balāḏuri, op. cit., p. 186, rapporte que le prince Ghassanide Ğabala b. al-Ayham quitta le Šām apr (...)

19D’autre part, la Syrie, du point de vue ethnique, était nettement différente des autres provinces conquises à cette époque ; ce fut une raison de plus en faveur de l’intégration : les éléments arabes parmi les autochtones constituaient une colonie importante dont le nombre dépassait sûrement celui des conquérants, car ces derniers, d’après nos sources, comptaient de vingt quatre à vingt sept mille combattants17 au temps de la conquête, quarante mille à la fin du califat Bien Guidé et soixante mille sous Mu‘āwi-ya I, plus leurs familles18, (ceci représente la population d’une seule tribu arabe comme celle des Ġassānides qui fonda un émirat dans le Ḥawrān au ve siècle après J.C.)19.

  • 20 E.I., t. IV, p. 312, art. Šām, par H. Lammens.

20Les migrations arabes au Šām remontent en effet à une époque lointaine. De toute antiquité, les bédouins voisins du Šām se sentirent attirés par la fécondité de cette terre. Ils se glissèrent tantôt par tribus entières, tantôt par petits groupes dans les districts confinant au désert, et fondèrent à partir du iie siècle avant J.C. des principautés à Ḥims, à Palmyre et à Pétra20.

  • 21 Dussaud, Les Arabes en Syrie avant l’Islam, p. 9.
  • 22 Balāḏuri, Futūḥ, p. 197.
  • 23 E.I., op. cit., Dussaud, op. cit.
  • 24 E.I. op. cit.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibn ‘Asākir, vol. 18, ol. 126 b, biogr. de Yazīd b. Hisn b. Numayr al-Sakūnī.
  • 27 Š. Fayṣal, al-Muğtama‘āt al-islāmiyya fi-l-qarn al-awwal (Les communautés islamiques au premier si (...)
  • 28 Š. Faysal, op. cit., d’après Ibn Ḥawqal, Ṣūrat al-arḍ, p. 19.

21Les Tanūẖīdes (Banū Tanūẖ) pénétrèrent en Syrie vers le commencement de notre ère21 et s’installèrent aux alentours d’Alep22. Les Salīḥides (Banū Salīḥ) les suivirent peu après23. Les Ġassānides s’établirent au Ḥawrān au ve siècle24, et au vie siècle plusieurs tribus parcouraient les steppes qui séparent la Syrie de l’Arabie, notamment les Kalb, Laẖm et Ğuḏām25. Une tradition prophétique mentionne ‘Āmila parmi les tribus arabes du Šām26. Des clans de la tribu Ṭay’ s’installèrent à Qinnasrīn27, et les clans de Rabī‘a et de Muḍar s’établirent en Ğazīra dans les districts connus plus tard sous les noms de Diyār Rabī‘a et Diyār Muḍar28.

  • 29 E.I., op. cit.,
  • 30 Ibn ‘Asākir, vol. I (Edit. Munağğid), p. 362, rapporte d’après Abū Sufyān al-Ḥimyari que l’armée d (...)

22Bien qu’un grand nombre de ces Arabes fussent christianisés, et que leur langue eût subi des déformations au contact de l’araméen29, ils s’allièrent aux conquérants musulmans en raison de leurs attaches ethniques et culturelles. Leur alliance constitua le facteur le plus important dans le processus d’intégration des Syriens si bien que ceux-ci formèrent la force la plus grande de l’Empire30.

  • 31 Lammens, La Syrie, t. I, p. 118 ; Hitti, History of Syria, t. II, p. 97.

23La population du Šām dont parle Ibn ‘Asākir dans son ouvrage comprend les conquérants arabes musulmans, et les autochtones (arabes, araméens, juifs etc..) au fur et à mesure de leur conversion à l’Islam et de l’adoption de l’idiome de Qurayš, langue de la Révélation (éléments nécessaires pour une intégration dans la communauté musulmane). Il est aussi question des Mawāli (clients affiliés aux clans arabes) qui se recrutaient de préférence parmi les étrangers à la Syrie : captifs de guerre ou esclaves affranchis31.

Notes

1 Ibn ‘Asākir, vol. 1, Edit. Munağğid, p. 188.

2 Yāqūt, Mu‘ğam al-buldān, t. III, p. 311.

3 E.I. 2, t. II, p. 616, art. Ğund, par D. Sourdel.

4 E.I., 2 t. II, p. 536-537, art. Ğazīra, par M. Canard.

5 M.A. Shaban, Islamic history, t. I, p. 106.

6 E.I. 2, op. cit., art. Ğazīra.

7 Ibn ‘Asākir, vol. 8, fol. 209 b, Biographie de ‘Aṣim b. Muḥammad b. Baḥdal al-Kalbi.

8 E.I. 2, op. cit., art. Ğazīra.

9 Yāqūt, Mu‘ğam al-buldān, t. II, p. 134.

10 Balāḏuri. Futūḥ, pp. 224-225.

11 Yāqūt, op. cit., t. IV, p. 165.

12 E.I., t. IV, p. 777, art. al-Ṯuğūr, par E. Honigmann ; Ph. Hitti, History of Syria (trad. arabe), t. II, pp. 44-45

13 Ph. Hitti, Ibid., p. 48.

14 Sur les établissements hétérodoxes (Dār al-‘ilm et bibliothèque) en Syrie aux ive et ve siècles de l’Hégire, voir Y. Eche, Bibliothèques, pp. 98, 117, 121, 128, 132, 137, 143.

15 Balāḏuri, Futūḥ, pp. 168, 173, 174, 186, 205.

16 Balāḏuri, Futūḥ, pp. 179, 181, 182, 187, 201, 205, 207, 209.

17 Ibid., pp. 150, 152, 184.

18 G. Zaydān, Tamaddun, t. I, pp. 78 note et 181 ; Ph. Hitti, History of Syria, t. II, p. 96 ; H. Lammens, La Syrie, t. I, p. 120.

19 Balāḏuri, op. cit., p. 186, rapporte que le prince Ghassanide Ğabala b. al-Ayham quitta le Šām après la conquête musulmane avec trente mille de ses hommes.

20 E.I., t. IV, p. 312, art. Šām, par H. Lammens.

21 Dussaud, Les Arabes en Syrie avant l’Islam, p. 9.

22 Balāḏuri, Futūḥ, p. 197.

23 E.I., op. cit., Dussaud, op. cit.

24 E.I. op. cit.

25 Ibid.

26 Ibn ‘Asākir, vol. 18, ol. 126 b, biogr. de Yazīd b. Hisn b. Numayr al-Sakūnī.

27 Š. Fayṣal, al-Muğtama‘āt al-islāmiyya fi-l-qarn al-awwal (Les communautés islamiques au premier siècle), p. 27, d’après Mas‘ūdi, al-Tanbīh wa-l-išrāf, p. 208.

28 Š. Faysal, op. cit., d’après Ibn Ḥawqal, Ṣūrat al-arḍ, p. 19.

29 E.I., op. cit.,

30 Ibn ‘Asākir, vol. I (Edit. Munağğid), p. 362, rapporte d’après Abū Sufyān al-Ḥimyari que l’armée des Umayyades comptait 350.000 Syriens et 150.000 Iraquiens.

31 Lammens, La Syrie, t. I, p. 118 ; Hitti, History of Syria, t. II, p. 97.

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search