Versión clásicaVersión móvil

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Première partie. Matériaux et méthodes

II. L’auteur et l’ouvrage

Texto completo

A. Aperçu général

1Le nom complet de l’auteur est : al-Hāfiẓ, Ṯiqat al-Dīn, abū al-Qāsim, ‘Alī b. abī Muḥammad al-Hasan b. Hibat-Allāh b. ‘Abd Allāh b. al- Husayn, al-Dimašqī al-Šāfi‘ī, né à Damas en 499/1105, mort à Damas en 571/1176.

2Le titre complet de l’ouvrage est: Tārīẖ madīnat Dimašq wa ḏikr faḍlihā, wa tasmiyat man ḥallahā min al-mātil, aw iğtāza bi nawāḥihā min wāridīhā wa ahlihā (L’Histoire de la ville de Damas, la mention de ses vertus, des noms des notables qui y ont résidé, ainsi que de ses habitants et des voyageurs qui étaient de passage dans ses alentours).

  • 1 Ibn ‘Asākir, Edit. Munağğid, vol. 1, p. 58.

3La rédaction de l’ouvrage s’est étendue sur trente ans de la vie de l’auteur: l’ayant commencé vers 529/1134, il en rit la première lecture publique en 559/11641. Mais il continua à y travailler et à y apporter des additions et des retouches jusqu’à sa mort.

  • 2 Ibid., Z(2), vol. 19, fol. 190 a-319 a.
  • 3 Voir à ce propos le dictionnaire biographique al-Ṭabaqāt al-kubrā de Muḥammad b. Sa‘d.

4L’ouvrage se compose de quatre-vingt cahiers, regroupés en dix-neuf tomes ou volumes, dont le premier traite des vertus du Šām et de sa conquête par les Arabes musulmans. Une partie du deuxième tome est consacrée à la description de Damas, l’autre partie traitant de la biographie du Prophète Muḥammad. Les noms des personnages qui viennent ensuite sont classés alphabétiquement ; une exception toutefois : le classement commence par Aḥmad, un des noms du Prophète, en signe de vénération de ce dernier. Il est à relever que les noms des femmes n’apparaissent pas dans la liste générale des biographies, l’auteur leur ayant réservé le dernier tome2, suivant l’usage établi depuis les premiers dictionnaires biographiques3.

5On peut se poser la question suivante : pour quelle raison cet ouvrage a-t-il été choisi comme source d’information sur l’histoire de l’éducation arabo-islamique en général, et au Šām en particulier ?

  • 4 Pour plus de renseignements sur l’auteur et le manuscrit, voir : E.I. 2, Vol. III, p. 736, art. Ib (...)

6Afin de justifier ce choix, l’auteur et l’ouvrage seront présentés brièvement, non par une biographie complète de l’auteur ou une description détaillée de l’ouvrage4, mais en signalant les facteurs qui ont fait d’Ibn ‘Asākir un connaisseur exceptionnel de certains secteurs de l’éducation islamique, entre le début de l’Islam et l’année 571/1176 (date de la mort d’Ibn ‘Asākir), et qui font de de Tārīẖ madīnat Dimašq un miroir fidèle de ces secteurs.

  • 5 Voir E.I. 2, Vol. II, p. 286, art. Dimašq, par N. Elisséeff.

7Le fait qu’Ibn ‘Asākir était damascain par ses origines, et par sa résidence, revêt une importance particulière, car Damas était la ville la plus importante du Šām, premier centre en dehors de l’Arabie qui reçut les Compagnons du Prophète, et jouit de leur enseignement ; de plus, elle était sous les Umayyades, la capitale de l’empire islamique, et acquit aussi une place éminente sous Nûr al-Dīn b. Zengī, et sous les Ayyūbides5. Ce qui donna à ces éléments leur efficacité, c’est la situation géographique de Damas : située au cœur du monde arabo-islamique, elle était en relation avec l’Est comme avec l’Ouest recevant de toutes les provinces des matériaux culturels pour les rediffuser dans les autres régions.

  • 6 La première madrasa à Damas est la Ṣādiriyya. Elle a été construite en 491 /1098 ; cf. N. Elisséef (...)

8Ce rôle apparaît clairement surtout au vie/xiie siècle : période de l’expansion selğoūqīde en Mésopotamie, Syrie et Egypte, amenant l’unification de cette région déchirée auparavant par les les conflits permanents entre principautés et émirats ; période aussi de progrès et de définition des convictions orthodoxes soutenus par les commandants de l’armée et guidés par une classe de savants (‘ulamā’) qui enseignaient dans les écoles régulières (madāris), à l’instar de celles qui avaient été constituées en Orient et en Iraq par le vizir selğoūqīde Niẓām al-Mulk, un demi siècle auparavant6 ; période aussi de floraison de l’historiographie sous plusieurs formes surtout celle de la biographie, qui répondait mieux au désir des savants (glorifier les vertus et les actions des grands maîtres de l’Islam et rassembler le matériel nécessaire pour l’enseignement). Parmi ceux-ci Ibn ‘Asākir figure en tête de la liste pour son Histoire monumentale.

9La culture de l’auteur reflète cette harmonie remarquable entre les éléments puisés dans son entourage familial et ceux qu’il était allé chercher dans les centres intellectuels de l’époque.

10Son entourage immédiat se compose des Banû ‘Asākir (la famille de son père), les Qurašī (la famille de sa mère) et les Sulamī, (les beaux-parents de sa sœur) ; les trois familles sont sunnites chafi’ites, hautement cultivées et connues pour avoir donné à Damas un nombre important de savants en sciences religieuses. C’est dans cet environnement que notre auteur reçoit ses premières leçons.

11Les mille trois cents savants et quatre-vingt savantes dont il suivit l’enseignement à Damas, au Šām, en Arabie, Iraq et Orient musulman lors de son voyage d’études, furent choisis minutieusement de manière à enrichir ses connaissances intellectuelles dans les domaines suivants : sciences religieuses (Coran, exégèse, traditions, jurisprudence, soufisme), lexicographie (grammaire, étymologie) littérature (prose, poésie) et histoire, sans perturber ses convictions et sa tranquillité d’âme. Et s’il s’est familiarisé avec les opinions hétérodoxes, ce n’est pas en tant que doctrines à respecter comme telles, mais comme déviations de l’orthodoxie qui devaient être corrigées, sinon évitées.

  • 7 Muḥammad Kurd ‘Ali, Introduction à Ibn ‘Asākir, Vol. I, p. h., Edit. Munağğid.

12Grâce à cette culture, son ouvrage biographique apparaît comme un dictionnaire général, traitant des personnages éminents dans plusieurs branches du savoir (naturellement avec une attention spéciale pour la tradition, car il était traditionniste avant tout), ses personnages appartenant à toutes les régions du monde islamique. Du fait que Damas et le Šām étaient le cœur de ce monde, quiconque s’intéressait à la science devait en premier lieu passer par le Šām. Ce qui amena les historiens modernes à suggérer pour l’ouvrage le titre plus large de: Histoire du monde islamique entre le premier et le sixième siècles de l’Hégire7. Cette proposition contient un élément d’exagération car la culture d’Ibn ‘Asākir, solide dans les domaines précités, présente de sérieuses lacunes dans les autres domaines de la culture arabo-islamique, surtout en philosophie, médecine, mathématiques, sciences naturelles et physiques et astronomie. Cela se reflète dans son ouvrage par la mention d’un nombre très restreint de personnages qui ont brillé dans ces domaines, avec peu d’informations sur leurs activités. Les réalisations culturelles entreprises par les hétérodoxes sont généralement omises. Quant à leurs convictions, elles sont parfois exposées dans le détail, probablement pour mettre en relief leurs déviations, et mettre les croyants en garde contre elles. La raison en est probablement que l’auteur est un moraliste plutôt qu’un historien. Dans la sélection de ces personnages on trouve le même principe qui guide sa formation et qui semble être: le soutien de l’orthodoxie, grâce au développement d’un enseignement adéquat.

13Bien que les secteurs religieux, linguistiques, littéraires et historiques ne recouvrent pas tout le domaine de l’éducation arabo-islamique, ils en représentent le fondement essentiel, car ces disciplines, à un premier niveau, constituaient la culture de base de tout musulman, et à un niveau supérieur attiraient la majorité des intellectuels musulmans. Ce sont de plus les disciplines les plus spécifiquement liées à la culture arabo-islamique.

14D’autre part, bien que les activités pédagogiques et les établissements dans lesquels elles s’exerçaient aient revêtu des colorations différentes selon les différents groupes et sectes religieux, l’arrière-fond commun que ces groupes partageaient permet de tirer des conclusions sur certains aspects de l’éducation, qui dépassent le cadre du groupe étudié. Toutefois, les activités pédagogiques hétérodoxes étaient presque inexistantes au Šām aux trois premiers siècles, ce qui justifie le choix de Tārīẖ madīnat Dimašq comme source principale pour l’étude de l’éducation arabo-islamique au Sām durant ces siècles.

B. État actuel de la source

15Les textes relatifs à l’ouvrage et disponibles à Damas comprennent :

a. Les textes édités8

  • 8 Sur les éditions et les manuscrits, voir : N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Da (...)

16Les éditions existantes ne sont pas en état de suppléer au manuscrit car :

171. L’édition de ‘Abd al-Qādir Badrān et Aḥmad ‘Ubayd, parue entre 1911 et 1932, en sept volumes ne couvre que quelques volumes de Tāriẖ madīnat Dimašq : du début de l’ouvrage à la lettre ‘ayn (incomplète).

18Cette édition étant plutôt une adaptation (tahḏīb), dans laquelle les chaînes de garants, ainsi qu’un certain nombre d’anecdotes, sont omises, elle ne peut servir qu’à titre de comparaison et de vérification.

192. L’entreprise de l’Académie de Damas n’a abouti jusqu’ici qu’à la publication de quatre tomes:

  • Les deux premiers, édités par Ṣ. al-Munağğid, et parus en 1951 et 1954, couvrent les vertus du Šām, sa conquête et la description de la ville de Damas.
  • Le troisième, édité par M. Duhmān et paru en 1963, couvre la partie du dictionnaire qui va de Busr b. abī Arṭāt à Ṭābit b. Aqram.
  • Le quatrième, édité par Šukrī Fayṣal, vient de paraître en 1977 et couvre une partie de la lettre ‘ayn, de ‘Āṣim à ‘Āyiḏ.

b. Les manuscrits9

  • 9 Pour les manuscrits, voir aussi : Eche, Fihrist maẖṭūṭat al-ẓāhiriyya Catalogue des manuscrits de (...)

20La bibliothèque al-Ẓāhiriyya de Damas possède deux copies presque semblables, très utiles du fait de la brièveté de leurs lacunes mais comportant de nombreuses imperfections de détail.

  • 10 Numéros des volumes de la première copie, de 3367 à 3383.

21La plus ancienne (Z1), qui devait être la base de l’autre, a été déposée en waqf, par le gouverneur de Damas, Sulaymān Pāšā al-‘Aẓm. Elle fut copiée en l’an 1118/1706, d’après un colo-phon à la fin du volume XII10.

  • 11 Numéros des volumes de la deuxième copie, de 3384 à 3391.

22La seconde (Z2), copiée en 1161/1748, d’après le colophon à la fin du volume XVI11, fut déposée en waqf par le gouverneur de Damas, à cette époque As‘ad Pāšā al-‘Aẓm, à l’école de son père Ismā’īl Pāšā, située au quartier Ḫayyāṭīn, à Damas.

23L’écriture étant plus lisible dans cette copie, elle devait servir de base à notre lecture, mis à part les deux premiers volumes qui manquent actuellement. Malheureusement, en raison de la guerre du Moyen-Orient, survenue le 6 Octobre 1973, les autorités ont dû prendre des mesures spéciales pour protéger les manuscrits. Les chercheurs n’avaient, pendant quelques temps, que des photocopies et des microfilms tirés d’après les fragments de l’ouvrage qui sont conservés dans les bibliothèques arabes et étrangères. Ceux dont nous nous sommes servis pour la lecture, sont les suivants :

  • Bibliothèque Aḥmad III, Istanbul (A), copie ; première et deuxième parties.
  • Bibliothèque Aḥmad III, Istanbul (ab), abrégé fait par Ibn Manẓūr, Muḥammad b. al-Mukarram al-Anṣārī, al-Kātib.
  • Cambridge(C), copie : première, deuxième et troisième parties.
  • Yale (Y), copie : première et deuxième parties.
  • Paris (P), Bibliothèque Nationale, copie, dernier volume, ou ḏayl12.
  • Marrakech (M), copie : plusieurs parties.

24Ces fragments nous ont servi à combler les lacunes des deux copies de la Ẓāhiriyya, quand ces dernières ont été remises à la disposition des chercheurs. D’autres sources biographiques, notament Tahḏib at-tahḏib d’Ibn Ḥağar al-‘Asqalānī nous ont également été utiles pour ce travail.

25Les lacunes les plus apparentes dans Z1 et Z2, sont les suivantes :

  • Volume II : la lettre Alif manque de Aḥmad b. Aḥmad, à Aḥmad b. ‘Utba13.
  • Entre les volumes VII et VIII, les lettres Sīn et Šīn manquent de Sulaymān b. Yasār à Šaddād b. Aws14.
  • Volume IX, la lettre ‘ayn manque de ‘Abd-Allāh b. ‘Abbās à ‘Abd ar-Raḥmān15.
  • Entre les volumes XVII et XVIII, il manque presque toute la lettre Hā’16.
  • Volume XVIII, il manque une partie de la lettre Yā’, et une partie des noms qui commencent par Abū : de Yazīd b. Muṣād à Abū Tawba17.
  • Volume XIX, les noms qui commencent par Abū manquent de Abū 1-Ḥasan al-Ma‘ānī à Abū Daws18 et de Abū ‘Alī b. abī Mūsā à Abū Muḥammad b. abī al-A‘yan19.

26Pour donner une idée du volume de l’ouvrage, nous présentons la liste suivante, dans laquelle sont marqués le nombre total de folios, le nombre de folios par volume ainsi que le nombre de folios lus dans les photocopies et microfilms pour combler les lacunes.

Notas

1 Ibn ‘Asākir, Edit. Munağğid, vol. 1, p. 58.

2 Ibid., Z(2), vol. 19, fol. 190 a-319 a.

3 Voir à ce propos le dictionnaire biographique al-Ṭabaqāt al-kubrā de Muḥammad b. Sa‘d.

4 Pour plus de renseignements sur l’auteur et le manuscrit, voir : E.I. 2, Vol. III, p. 736, art. Ibn ‘Asākir, par N. Elisséeff ; N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Introduction, p. xvii et suivantes ; Brockelman, Vol. I, 331, p. 403.

5 Voir E.I. 2, Vol. II, p. 286, art. Dimašq, par N. Elisséeff.

6 La première madrasa à Damas est la Ṣādiriyya. Elle a été construite en 491 /1098 ; cf. N. Elisséeff, Nur ad-Din, t. I, p. 258. Pour les madāris niẓāmiyya, voir Eche, Bibliothéques, p. 154 et suivantes.

7 Muḥammad Kurd ‘Ali, Introduction à Ibn ‘Asākir, Vol. I, p. h., Edit. Munağğid.

8 Sur les éditions et les manuscrits, voir : N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Damas, IFD, N. Elisséeff (trad.), 1959, pp. xxx-xxxi ; Ibn ‘Asākir, t. I, S. al-Munağğid (Edit.), 1951, pp. 44-47 ; Ibn ‘Asākir, t. I, S. Fayṣal (Edit.), 1977, pp. 30-31.

9 Pour les manuscrits, voir aussi : Eche, Fihrist maẖṭūṭat al-ẓāhiriyya Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque al-Ẓāhiriyya, part. 6, histoire, Damas, 1947, pp. 109-130.

10 Numéros des volumes de la première copie, de 3367 à 3383.

11 Numéros des volumes de la deuxième copie, de 3384 à 3391.

12 La copie de Paris (P), paraīt être une suite (ḍayl) à Tārīẖ madīnat Dimašq, faite par le fils de l’auteur, al-Qāsim ; en effet après le folio 76, celui-ci rapporte en maints endroits des renseignements sous l’autorité de son père avec l’invocation à la miséricorde divine (qāla abī, raḥimahu Allāh)

13 Lacunes comblées à l’aide de ab, fol. 2-68.

14 Lacunes comblées à l’aide de M, pagination absente.

15 Ces biographies manquent dans toutes les photocopies disponibles, à Damas, malheureusement, car on y trouve des biographies de califes et de grands savants. Toutefois l’Académie Arabe de Damas s’est procuré dernièrement une copie complète du manuscrit d’al-Azhar dans laquelle j’ai pu consulter les biographies des deux califes abbassides al-Manṣūr et al-Ma’mūn.

16 La même partie est omise dans toutes les copies disponibles à Damas.

17 Lacunes comblées à l’aide de P, fol. 1-108.

18 Lacunes comblées à l’aide de P, fol. 119-132.

19 Lacunes comblées à l’aide de P, fol. 197-234.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5930/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 190k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search