Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Première partie. Matériaux et méthodes

I. La biographie source de recherche sur la culture et l’éducation arabo-islamiques

Texte intégral

1On peut se poser les questions suivantes :

  1. Quels renseignements peuvent donner les dictionnaires biographiques sur l’histoire de l’éducation arabo-musulmanes ?
  2. Et si ceux-ci renferment des renseignements de valeur, comment peut-on les mettre à profit afin de reconstituer cette histoire ?

2Pour répondre à ces deux questions, nous allons d’abord situer ce genre de littérature dans l’historiographie arabe, puis présenter l’auteur ainsi que la source d’information qui est à la base de notre étude, et enfin décrire les démarches entreprises pour en tirer le maximum d’informations, nous inspirant des méthodes des sciences sociales.

A. La place de la biographie dans l’historiographie arabe

3Nous ne discuterons pas ici de savoir si la biographie peut être considérée comme une partie ou une forme de l’historiographie arabe. Cette question a été déjà amplement discutée, vu l’immense production biographique arabe, présentée séparément sous les titres de : sīra, ṭabaqāt, tārīẖ (biographie, classes des savants, histoire générale) ou bien au sein d’autres écrits historiographiques. Ce fait nous le verrons, découle du caractère particulier de la culture arabe.

  • 1 Kaḥḥā lah, Mu‘ğam al-mu’allifīn, t. VIII, p. 289 : Muḥammad b. Aḥmad al-Ḏahabi, né en 748/1348 à D (...)
  • 2 S. Al-Saẖāwi, Ilān, p. 84 ; voir aussi Rosenthal, History of muslim historiography, p. 316.

4Nous tenons à rappeler ici la place dominante acquise par la biographie au cours du développement de l’historiographie arabe ; nous servant, pour témoignage, de la seule classification des sujets qui constituaient le domaine de l’historiographie, attribuée à al-Ḏahabī1 (m. 748/1348), et rapportée par al-Saẖāwī2 (m. 920/1497), qui signale l’avoir lue, dans un exemplaire écrit par al-Ḏahabī lui-même.

5D’après al-Saẖāwī, al-Ḏahabī estimait que l’histoire traitait les sujets suivants :

  1. La biographie du Prophète.
  2. Les anecdotes sur la vie du Prophète.
  3. L’histoire des Compagnons du Prophète.
  4. L’histoire des califes Bien Guidés, umayyades et abbassides, ainsi que des Marwānides en Espagne et des ‘Ubaydites en Afrique du Nord et en Egypte.
  5. L’histoire des rois et des dynasties, des rois persans et gréco-romains, ainsi que des rois de l’Islam comme Ibn Ṭūlūn, al-Iẖšīd, Banū Buwayh, Banū Salǧūq, etc., des rois de Khawārizm, du Šām, des Tartares et de tous ceux qui furent nommés par la suite rois.
  6. L’histoire des vizirs, dont le premier était Hārūn, puis Abū Bakr, ‘Umar et autres...
  7. L’histoire des émirs (princes), notables, vice-gouverneurs et grands secrétaires.
  8. L’histoire des juristes, des fondateurs des écoles juridiques, des experts et autorités en matière légale.
  9. L’histoire des lecteurs du Qur’ān.
  10. L’histoire des experts en traditions (al-ḥuffāẓ)
  11. L’histoire des savants et autorités en traditions.
  12. L’histoire des historiens.
  13. L’histoire des grammairiens, littérateurs, linguistes, poètes, écrivains de style, versificateurs et arithméticiens.
  14. L’histoire des servants de Dieu, ascètes, saints, sūfis et dévôts.
  15. L’histoire des juges et gouverneurs, aussi bien que des témoins et hommes de confiance (al-umanā’).
  16. L’histoire des maîtres, bouquinistes (ou copistes), conteurs itinérants et étrangers.
  17. L’histoire des prédicateurs, sermonnaires, musiciens, courtisans et chanteurs.
  18. L’histoire des hommes nobles, généreux, raisonnables, intelligents et sages.
  19. L’histoire des médecins, philosophes, hérétiques et géomètres.
  20. L’histoire des théologiens, ǧahmiyya, mu‘tazila, aš‘ariyya, karrāmiyya et muǧassima (anthropomorphistes).
  21. L’histoire des différentes sectes de chiite, extrémistes et autres
  22. L’histoire des différentes sectes de khāridjites anti-alides et de différents groupes d’innovateurs et de sectaires.
  23. L’histoire des savants religieux orthodoxes : sūfis, juristes et traditionnistes.
  24. L’histoire des avares, pique-assiettes (ou parasites), lourdauds, gloutons, imbéciles, vantards et stupides.
  25. L’histoire des aveugles, invalides, sourds-muets et bossus.
  26. L’histoire des astrologues, sorciers, alchimistes, chasseurs de trésor et prestidigitateurs.
  27. L’histoire des généalogistes, narrateurs (ou informateurs) et bédouins.
  28. L’histoire des hommes courageux, chevaliers, brigands et messagers.
  29. L’histoire des marchands, des voyageurs fantastiques sur mer et terre, des marins et gymnosophistes.
  30. L’histoire des artisans et des ouvriers remarquables, et de leur suggestion et invention d’objets.
  31. L’histoire des reclus, moines, ermites et mystiques pervers.
  32. L’histoire de ceux qui dirigent les prières (imām), qui appellent aux prières (mu’aḏḏin) et qui fixent les heures de prière, des interprètes du rêve et des gens ordinaires.
  33. L’histoire des bandits de grands chemins, assassins, joueurs d’échecs et de dés.
  34. L’histoire des bel-hommes et femmes, des amoureux, passionnés, danseurs, ivrognes, prostituées, débauchés, entremetteurs, menteurs et hommes efféminés.
  35. L’histoire des hommes intelligents, résolus, économes, avisés, astucieux et rusés.
  36. L’histoire des mendiants, escrocs, tricheurs, commères, homosexuels, des hommes sans scrupules et facétieux, de ceux qui ont hérité des richesses et des hommes fourbes et déloyaux.
  37. L’histoire des vicieux, diaboliques, lunatiques, malades d’esprit et ensorcelés.
  38. L’histoire des mendiants et des hommes vulgaires et ennuyeux.
  39. L’histoire des martyrs du Coran, de l’amour, de la musique, de la peur et de ceux qui eurent une mort subite.
  40. L’histoire des devins préislamiques, des faux-prophètes et autres.

6Cette liste bien qu’incomplète, puisqu’il y a des catégories de personnes traitées par les historiens qui n’y ont pas été incluses, reflète une conception de l’histoire selon laquelle les hommes et leurs œuvres passent au premier plan, le temps, avec les changements qu’il apporte, recule à l’arrière-plan. C’est bien la conception qui a présidé à la littérature biographique arabe.

7Partant d’une hypothèse selon laquelle les dictionnaires biographiques sont l’apogée d’un développement quantitatif des éléments de la culture arabe préislamique et non pas une importation d’origine étrangère, un aperçu historique pourrait expliquer leur présence et dominance dans la littérature historiographique.

8Signalons toutefois que cette hypothèse insiste surtout sur le développement harmonieux de la culture arabe au début de l’Islam, sans pour cela nier l’apport des contacts et échanges culturels qui venaient se déverser dans un canal déjà tracé.

B. Le Dictionnaire biographique, origine et développement

1. La période anté-islamique (al-Ġāhiliyya) : rapport oral

9L’historiographie arabe est une partie de la culture arabo-islamique. Au niveau des sujets traités et surtout des formes et techniques adoptées, on y reconnaît des caractéristiques maintenues tout au long de son histoire.

10De l’héritage pré-islamique, les historiens modernes retiennent les jours de combat des Arabes (ayyām) et leurs généalogies (ansāb), dans lesquelles apparaît déjà ce trait important qui laissera son empreinte sur une grande partie de l’historiographie arabe, à savoir l’accent mis sur les actions et les vertus individuelles comme facteurs essentiels dans la destinée de la communauté.

11En effet, qui dit ayyām al-‘Arab dit actions héroiques accomplies par des personnages doués de telle ou telle vertu contre d’autres moins doués. A ces qualités individuelles on attribuait la victoire d’une tribu et la défaite de l’autre.

  • 3 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-farīd, t. VI, p. 3.
  • 4 Ibid., p. 4.

12Prenons à titre d’exemple yawm Man‘ig, un cas de victoire de la tribu Ġaniyy sur ‘Abs. Dans le récit de ce « jour », la victoire de Ġaniyy est attribuée principalement aux vertus de Riyāḥ b. al-‘Asal al-Ġanawī3. Quant à yawm al-Nafrawāt, un cas de victoire de la tribu ‘Āmir sur ‘Abs, la défaite de ‘Abs est attribuée aux mauvaises actions de Zuhayr b. Ğuzayma al-‘Absī4.

  • 5 Ibid., p. 2.

13Partant de cette conception, Ibn ‘Abd Rabbih, auteur des troisième et quatrième siècles de l’Hégire, introduit le chapitre traitant des ayyām al-‘Arab, dans son al-‘Iqd al-farid, en disant : « les jours et les exploits des Arabes sont les faits illustres de la de la Ğāhiliyya et les modèles des vertus éclatantes »5.

  • 6 Ilse Lichtenstadter, Arabic and islamic historiography, in M.W. 35, 1945, p. 129.

14La relation entre ayyām et biographie est signalée par Ilse Lichtenstadter, qui remarque à juste titre que : « ... des ayyām traitent un personnage influent ou une tribu illustre »6.

  • 7 Ibid.
  • 8 E.I., vol. iv, p. 459, art. Sīra, par Levi Delia Vida.
  • 9 Ilse Lichtenstadter., op. cit., p. 128.

15Et parlant du style utilisé par Ibn Isḥāq dans sa biographie du Prophète, Lichtenstadter fait la remarque suivante : « Sa forme littéraire est encore très proche du style des ayyām, surtout dans les parties qui traitent des événements pré-islamiques et enregistrent les batailles du Prophète »7 ; et Levi Della Vida constate que « ... ces récits ne constituent, en effet, que la continuation et le développement de la littérature des ayyām al-‘Arab dont les traits caractéristiques étaient déjà fixés à une époque antérieure à l’Islam »8. Lichtenstadter conclut : « il n’y a pas de coupure dans la tradition des récits historiques lorsque l’Islam a changé les aspects religieux du monde arabe »9.

16La même chose se dit des ansāb qui consistent, à leur tour, en une suite de générations d’individus possédant des qualités (ma‘āṯir) ou des défauts (maṯālib), sources d’honneur ou de déshonneur de la tribu.

  • 10 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., t. VI, p. 126.

17Pour illustrer cette conception, rappelons que le Prophète Muḥammad avait conseillé à son poète Ḥassān b. Ṯābit de consulter Abū Bakr al-Ṣiddīq au sujet de la généalogie des Qurayšites, afin de connaître leurs défauts, ce qui l’aiderait à faire des satires contre ceux d’entre eux qui ont nui au Prophète10. Le poète al-Farazdaq, d’autre part, après avoir énuméré ses ancêtres, a provoqué son rival Ğarīr en disant :

  • 11 Al-Farazdaq, Dīwān, t. 1, p. 418, Ed. Beyrouth, Dār Sādir, s.d.

Ces hommes-là sont mes ancêtres.
Trouve-toi de semblables quand les assemblées nous réunissent11.

18Les mérites des hommes auxquels le poète fait allusion sont tellement connus qu’il n’a pas senti le besoin de les exposer dans son poème.

  • 12 E.I., Suppl., p. 320, art. Ṭabaqāt, par Heffening.

19Cette relation entre biographie et généalogie est tellement frappante qu’on la trouve signalée par plusieurs auteurs modernes. Dans son explication de l’origine des ouvrages de ṭabaqāt, qui comptent parmi les premières formes de littérature biographique, Heffening refuse de leur attribuer une origine post-islamique résultant des besoins de la critique des traditions prophétiques et affirme plutôt leur descendance des généalogies. Selon lui, la littérature des ṭabaqāt « devait plutôt son origine à l’intérêt des Arabes pour la biographie généalogique »12.

  • 13 Rosenthal, A history of muslim historiography, p. 88.

20Dans un ouvrage plus récent, Rosenthal, en parlant des débuts de l’historiographie arabo-musulmane, remarque que « plus important que tout cela... est le fait que l’intérêt des Arabes pour la généalogie s’est très vite transposé dans un intérêt pour la biographie »13.

  • 14 E.I., Suppl., p. 258, art. Tank, par H.A.R. Gibb.

21Si ce point de vue que nous venons de résumer nous paraît valable, il ne renferme pas toute la vérité, ou il est insuffisant quant à la justification de toute la littérature biographique dans laquelle se révèle, selon les paroles de H.A.R. Gibb, « le génie des Arabes mieux que dans les autres formes d’historiographie »14. Une telle justification nécessiterait un examen plus étendu de la vie intellectuelle pré-islamique afin d’y déceler d’autres activités en rapport avec la biographie.

  • 15 Voir supra.

22Comme ce domaine n’a pas encore bénéficié d’une telle investigation, nous nous contentons ici de signaler que les Arabes faisaient cas de leurs héros, certes, mais on leur ferait tort si l’on limitait leur vie à l’aspect guerrier. Dans leurs cercles sociaux : assemblées (maǧlis), marchés (aswāq), etc., beaucoup de récits circulaient sur un grand nombre de catégories de personnes possédant un statut social ou des qualités intellectuelles et morales : chefs, poètes, orateurs, astrologues, médecins, devins, généalogistes’ savants en physiognomonie (firāsa), qiyāfa, ‘arāfa ; hommes généreux, sages et ingénieux etc... Et comme les contraires se jugent par les contraires, les individus qui présentaient des défauts physiques, intellectuels ou moraux étaient aussi mentionnés et décrits dans ces cercles. C’est ce que nous démontre la liste d’al-Ḏahabī,15.

2. L’Islam : mise par écrit (tadwīn), classement et composition

  • 16 H.I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, p. 19.

23Il est d’usage de parler de l’Islam en tant que passage des Arabes du paganisme au monothéisme. Dans le domaine qui nous intéresse, l’avènement de l’Islam annonce un passage de l’analphabétisme à l’alphabétisme. C’est grāce à l’Islam que les Arabes rejoindront les Gens du Livre. (Ahl al-Kitāb), mentionnés dans le Coran, selon les mots de H.I. Marrou, « avec un respect mêlé d’étonnement »16, et passeront par la suite d’une culture à dominante orale à une culture écrite.

  • 17 Cette question sera traitée dans la deuxième partie : Action du pouvoir dans la culture et l’éduca (...)
  • 18 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., t. VI, p. 2.
  • 19 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol., 307 b, Biogr. de : Muḥammad b. Muslim al-Zuhrī.

24En effet, l’enseignement de l’écriture, dirigé de bonne heure avec un zèle étonnant par le Prophète et ses califes bien guidés17, reflète un désir soutenu, implicitement et explicitement, d’amener une telle mutation. Dans le cas contraire, on se serait contenté d’enseigner l’écriture à une poignée d’hommes qui tiendraient en main la politique et l’administration, ou qui formeraient une caste religieuse. Les Arabes munis de cette nouvelle arme, l’écriture, essaieront de mettre par écrit tous les sujets qui les intéressaient, se servant des modèles de classification et de présentation qui leur sont connus. Or, nous avons vu que les sujets d’intérêt des Arabes, au début de l’Islam, sont beaucoup plus vastes qu’on a voulu le suggérer. Car ces hommes de la Ğāhiliyya, qui ont posé les premières pierres de l’édifice de l’Islam, ne semblent pas avoir pu (ou éprouvé la nécessité de) réformer totalement leurs esprits. Rappelons ici l’anecdote connue du Compagnon à qui on a demandé : « De quoi parliez-vous dans vos réunions, quand vous vous livriez à vous-mêmes ? ». Celui-ci a répondu tout simplement : « Nous nous récitions de la poésie et échangions des récits de notre Ğāhiliyya »18. Rappelons aussi que, lorsque l’on demanda à Muhammad b. Muslim b. Šihāb al-Zuhrī (58/678-124/742) d’apporter ses écrits, il vint avec un coffret contenant la généalogie de sa tribu et quelques poèmes19.

  • 20 Ibn ‘Abd al-Barr, Ğami’ Bayān al-‘ilm, t. I, p. 71 ; t. II, p. 27. Voir aussi Muḥammad b. Sa‘d, Ṭa (...)
  • 21 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol., 213 a, Biogr. de : Zayd b. Ṭābit.

25Si ces premiers écrits ne sont pas conservés, c’est qu’ils étaient destinés surtout à l’usage personnel des savants. Il leur servaient d’aide-mémoire, et aux étudiants de modèle et de référence ; et de ce fait, ils passaient de main en main et se perfectionnaient, tout comme les premiers écrits des traditions et des autres disciplines religieuses. Nous en voyons des exemples en la copie véridique des traditions, écrite du vivant du Prophète par Abd Allāh b. ‘Amr, les notes de ‘Abd Allāh b. ‘Abbās (m. 65/684)20 et la mise par écrit du fiqh (jurisprudence) et des farā‘iḍ (calcul de l’héritage) de Zayd b. Ṯābit (m. 45/665)21. D’autre part, l’usage de l’isnād (chaîne de garants), qui s’est établi de bonne heure dans la transmission des traditions en vue de leur critique, ne s’est pas étendu directement aux autres branches du savoir, de sorte que les premiers écrits ou les premiers informateurs dans les branches non religieuses n’ont pas souvent été mentionnés dans les ouvrages qui nous sont parvenus et seraient voués à l’oubli si quelque auteur comme Ibn al-Nadīm n’avait sauvé la mémoire de quelques-uns d’entre eux.

  • 22 Ibn al-Nadim, al-Fihrist, p. 89.
  • 23 Ibid., p. 90.
  • 24 E.I., Suppl., p. 250-251, art. Tārīẖ, par Sir H.A.R. Gibb.
  • 25 E.I., Suppl., p. 250-251, art. Tārīẖ, par Sir H.A.R. Gibb.
  • 26 E.I., vol. iv, p. 460, art. Sīra, par Levi Della Vida.
  • 27 E.I., vol. iv, p. 460, art. Sīra, par Levi Della Vida.
  • 28 Ibn al-Nadim, op. cit., p. 93.

26Les quelques titres qu’il cite sont, à eux seuls, une indication de l’étendue des préoccupations des hommes du premier siècle de l’Islam. La littérature biographique qui, à cette époque, ne devait pas dépasser la forme de monographies, ou de collections de monographies, y figure tantôt sous l’appellation de ma’āṯir et maṯālib = vertus et défauts, au sein des écrits de généalogie et des jours de combat des Arabes, comme le Livre de Maṯālib de Ziyād b. Abīh22 et les récits sur les Ma’āṯir de ‘Allāqa b. Karīm al-Kilābī, contemporain de Yazīd b. Mu‘āwiya23, tantôt dans des ouvrages d’histoire proprement dite comme Kitāb al-mulūk wa aẖbār al-māḍīn (le Livre des rois et les récits sur les anciens) de ‘Abīd b. Šarya al-Ğurhumī, enregistré par les secrétaires de Mu‘āwiya d’après le récit de l’auteur24 et al-Tiğān (les Couronnes) de Wahb b. Munabbih (m. 110/730)25, en plus des collections de traditions sur la vie et les expéditions militaires du Prophète, qui sont d’une orientation religieuse, comme les écrits attribués à ‘Urwa b. al-Zubayr (22/643-93/712)26, à Abān b. ‘Uṯmān (22/643-105/723-24)27 et à Ibn Šihāb al-Zuhrī (58/678-124/742)28.

  • 29 Ibid., p. 94.
  • 30 Ibid., p. 92.
  • 31 Ibn al Nadīm, op. cit., p. 91.

27Avec le deuxième siècle de l’Hégire, apparaît la distinction entre les deux formes d’historiographie : événementielle et biographique. C’est Ibn al-Nadīm qui nous l’apprend aussi à propos de plusieurs personnages dont Nagīḥ al-Madanī Abū Ma‘šar (m. 170/786)29 et Ma‘mar b. Rāšīd (m. 153/770)30 qu’il mentionne en tant que savants en matière d’événements et de biographies (aḥdāt et siyar), bien que le terme sīra soit employé dans la même source, durant la même période dans un sens plutôt vague. En parlant d’Abū Isḥāq al-Fazārī (m. 188/803-804), Ibn al-Nadīm lui attribue un ouvrage intitulé : al-Siyar fi-l-aẖbār wa-l-aḥdāṯ31. Le mot sīra doit avoir gardé ici le sens de : marche, déroulement.

28D’ores et déjà les monographies et collections biographiques occupent une large part dans la littérature historiographique, et aux catégories de personnes traitées avant l’Islam s’ajoutent des catégories nouvelles en rapport avec les fonctions et les valeurs créées par la nouvelle religion.

29Trois auteurs illustrent à notre avis la préoccupation des biographes de cette époque. Ceux-ci sont :

  • ‘Awāna b. al-Ḥakam al-Kalbī (m. 147/764), auteur de Sīrat Mu‘āwiya wa Banī Umayya (La vie de Mu‘āwiya et de Umayyades)32.
  • Muḥammad b. Isḥāq b. Yasār (m. 151/768), auteur de la Sīra (Biographie du Prophète), du Kitāb al-ẖulafā’ (Livre des califes) et autres33.
  • Hišām b. Muḥammad al-Kalbī (m. 204/819), auteur d’un grand nombre d’ouvrages, traitant de la période pré-islamique et islamique. Comme ouvrages biographiques on lui attribue :

30Pour la période préislamique : al-Mu‘arrqfāt min al-nisā’ fī Quray’š (les Femmes qurayšites célèbres), al-Mu‘ammarūn (les Personnes qui ont vécu longtemps, les Centenaires), Ḥukkām al-‘Arab (les Gouverneurs ou magistrats des Arabes), al-Kuhhān, (les Devins).

  • 34 .E.I., Suppl., p. 255, art. Tārīh, par H.A.R. Gibb.

31Pour le début de l’Islam : Azwāg al-Nabiy (les Epouses du Prophète), Ummahāt al-Nabiy (les Méres du Prophète), Sifat al-ẖulafā’ (les Vertus des califes), Abnā’ al-ẖulafā’ (les Fils des califes), Ummahāt al-ẖulafā’ (les Mères des califes)34...

  • 35 E.I., Suppl., p. 230, art. Tabaqāt, par Heffening.

32Ces ouvrages se présentaient vraisemblablement « sous la forme de listes classées, qui conservaient principalement un caractère technique et étaient à peine biographique », ainsi que l’a remarqué H.A.R. Gibb35. Mais malgré leur forme, ils constituent déjà une étape importante dans le développement du dictionnaire biographique.

33Aussi reflètent-ils un certain principe de classement des personnages : celui établi autour d’une qualité donnée, d’une fonction ou d’un personnage éminent. Les ouvrages précités, par exemple peuvent être classés comme suit :

34Par contre, les ouvrages, compilés vers la fin du deuxième siècle de l’Hégire, reflètent un plus grand souci des disciplines auxquelles s’intéressaient les personnages traités car ils utilisent un classement chronologique dans lequel les spécialistes d’une même branche sont groupés suivant la date de leur décès. Ceux qui ont vécu à la même période appartiennent à une même classe (ṭabaqa) d’où le nom donné à ces ouvrages biographiques : Ṭabaqāt.

35Selon plusieurs historiens modernes, le classement des biographies par classes serait apparu d’abord dans les ouvrages de traditions comme une solution aux problèmes posés par la critique des traditions prophétiques. Selon Heffening, les ṭabaqāt des traditionnistes ne sont qu’une utilisation particulière de cette forme de classement, vu qu’avant le célèbre al-Ṭabaqāt al-kubrā (Livre de classes) de Muḥammad b. Sa‘d (m. 230/845) ou du moins à la même époque que lui, existait déjà toute une série d’ouvrages de ṭabaqāt (pour la plupart non conservés) sur les lecteurs du Coran, jurisconsultes, poètes, chanteurs et autres. Il cite entre autres :

  • Wāṣil b. ‘Aṭā’ (m. 131/748) : Ṭabaqāt ahl al-‘ilm wa-l-ğahl (Classes des savants et des ignorants).
  • al-Yazīdī (m. 200/815) : Ṭabaqāt al-su‘arā’ (Classes des poètes).
  • al-Hayṯam b. ‘Adiyy (m. 207/822) : Ṭabaqāt al-fuqahā’ wa-l-muḥaddiṯīn et Ṭabaqāt man rawā ‘an al-Nabiyy (Classes des juristes, des traditionnistes et de ceux qui ont rapporté d’après le Prophète).
  • Abū ‘Ubayda (m. 208/823) : Ṭabaqāt al-fursān (Classes des chevaliers).
  • Muḥammad b. Sallām al- Ğumahī (m. 231/845) : Ṭabaqāt al-su‘arā’ (Classes des poètes) (1).

36L’argument de Heffening vient à l’appui de notre proposition selon laquelle les intérêts des Arabes avant l’Islam n’ont pas disparu immédiatement après l’avènement de l’Islam. Ce n’est que graduellement que les études religieuses ont réussi à prendre le dessus.

37Cet aperçu historique ne peut être exhaustif et n’a pour but, comme nous l’avons déjà dit, que d’attirer l’attention sur le fait que la prédominance de la littérature biographique dans l’historiographie arabe s’explique par des facteurs inhérents à la culture arabe préislamique.

38Les développements ultérieurs du dictionnaire biographique sont connus grāce aux ouvrages qui nous sont parvenus.

39En ce qui concerne la forme : à l’ordre chronologique s’est substitué vers le quatrième ou cinquième siècle un classement alphabétique pour faciliter la recherche des personnages. Plus tard, des biographes ont ajusté les deux classements, chronologique et alphabétique l’un à l’autre, en groupant des périodes égales (décennies ou siècles), à l’intérieur desquels ils ont suivi l’ordre alphabétique, comme par exemple Tārīẖ al-Islām de Šams al-Dīn al-Dahabī (m. 748/1348) où les matériaux biographiques sont classés en décennies jusqu’à la fin du viie siècle de l’Hégire, et al-Durar al-kāmina fi a’yān al-mi’a al-ṯāmina d’Ibn Ḥağar al-‘Asqalānī (m. 852/1449) où l’ordre alphabétique est adopté à l’intérieur du viii siècle de l’Hégire.

40En ce qui concerne le contenu, deux développements sont à retenir :

  1. A côté des histoires générales, certains des auteurs ont choisi de compiler des histoires locales. Ce fait peut être expliqué par des sentiments régionaux, vu que l’importance d’une localité (ville ou village) se mesurait au nombre et à la célébrité des savants. Il est possible aussi que l’étendue du monde islamique et la croissance du nombre des savants ne permettaient pas aux historiens d’une région de connaître les personnages éminents des autres provinces, d’une manière à recouper les noms et biographies avec exactitude. Mais comme la mobilité et les échanges culturels étaient continus à travers le monde islamique, les histoires locales faisaient une grande place aux déplacements des savants locaux dans les autres régions et des savants étrangers de passage dans la localité, de sorte que la distinction entre histoire générale et histoire locale devient difficile.
  2. Le centre d’intérêt des auteurs étant ainsi déplacé de la discipline vers la localité, les histoires locales tendaient à inclure le plus grand nombre de personnages éminents résidents ou de passage dans cette localité, quelle que soit la discipline dans laquelle ils ont brillé. Cet élargissement de la vision des histoires locales se remarque nettement dans Tārīẖ Baġdād (l’Histoire de Bagdad) d’al-Haṭīb al-Baġdādī (m. 463/1071) et Tārīẖ Madīnat Dimašq (l’Histoire de Damas) d’Ibn ‘Asākir (m. 571/1176).

41Notons que, malgré l’apparition des histoires locales, des auteurs ont continué à écrire des histoires générales, dont la plus complète est Wafayāt al-a‘yān (Biographies des hommes illustres) d’Ibn Hallikān (m. 681/1281) qui rassemble une sélection de personnages éminents dans tous les domaines du savoir et dans toutes les parties du monde islamique.

42Notons aussi que des auteurs ont continué à sélectionner leurs personnages d’après la discipline. On a vu même apparaître au viie siècle des ouvrages spécialisés très importants comme Ihbār al-‘ulamā’ bi aẖbār al-ḥukamā’ (Biographies des philosophes) d’Ibn al-Qifṭī (m. 646/1248), et ‘Uyūn al-anbā’ fi ṭabaqāt al-aṭibbā’ (Biographies des médecins) d’Ibn Abī-Uṣaybi‘a (m. 668/1270) et encore Iršād al-arīb (Biographies des hommes de lettres) de Yāqūt (m. 626/1229).

43Pour reconstituer la marche de l’Histoire, le chercheur doit trouver des liens entre ces cas particuliers, les regrouper et les classer l’un par rapport à l’autre, puis tirer ses propres conclusions.

Notes

1 Kaḥḥā lah, Mu‘ğam al-mu’allifīn, t. VIII, p. 289 : Muḥammad b. Aḥmad al-Ḏahabi, né en 748/1348 à Damas. Un grand historien et traditionniste. Ses ouvrages les plus connus sont : Taḏkirat al-ḥuffāẓ, Tārīḥ al-islām en xxi volumes, et Mīzān al-i‘tidāl fī naqd al-riğāl.

2 S. Al-Saẖāwi, Ilān, p. 84 ; voir aussi Rosenthal, History of muslim historiography, p. 316.

3 Ibn ‘Abd Rabbih, al-‘Iqd al-farīd, t. VI, p. 3.

4 Ibid., p. 4.

5 Ibid., p. 2.

6 Ilse Lichtenstadter, Arabic and islamic historiography, in M.W. 35, 1945, p. 129.

7 Ibid.

8 E.I., vol. iv, p. 459, art. Sīra, par Levi Delia Vida.

9 Ilse Lichtenstadter., op. cit., p. 128.

10 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., t. VI, p. 126.

11 Al-Farazdaq, Dīwān, t. 1, p. 418, Ed. Beyrouth, Dār Sādir, s.d.

12 E.I., Suppl., p. 320, art. Ṭabaqāt, par Heffening.

13 Rosenthal, A history of muslim historiography, p. 88.

14 E.I., Suppl., p. 258, art. Tank, par H.A.R. Gibb.

15 Voir supra.

16 H.I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, p. 19.

17 Cette question sera traitée dans la deuxième partie : Action du pouvoir dans la culture et l’éducation.

18 Ibn ‘Abd Rabbih, op. cit., t. VI, p. 2.

19 Ibn ‘Asākir, vol. 15, fol., 307 b, Biogr. de : Muḥammad b. Muslim al-Zuhrī.

20 Ibn ‘Abd al-Barr, Ğami’ Bayān al-‘ilm, t. I, p. 71 ; t. II, p. 27. Voir aussi Muḥammad b. Sa‘d, Ṭabaqāt, Vol. II, Part. 2, p. 120.

21 Ibn ‘Asākir, vol. 6, fol., 213 a, Biogr. de : Zayd b. Ṭābit.

22 Ibn al-Nadim, al-Fihrist, p. 89.

23 Ibid., p. 90.

24 E.I., Suppl., p. 250-251, art. Tārīẖ, par Sir H.A.R. Gibb.

25 E.I., Suppl., p. 250-251, art. Tārīẖ, par Sir H.A.R. Gibb.

26 E.I., vol. iv, p. 460, art. Sīra, par Levi Della Vida.

27 E.I., vol. iv, p. 460, art. Sīra, par Levi Della Vida.

28 Ibn al-Nadim, op. cit., p. 93.

29 Ibid., p. 94.

30 Ibid., p. 92.

31 Ibn al Nadīm, op. cit., p. 91.

32 Ibid., p. 92.

33 Ibid., pp. 95-98

34 .E.I., Suppl., p. 255, art. Tārīh, par H.A.R. Gibb.

35 E.I., Suppl., p. 230, art. Tabaqāt, par Heffening.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search