Version classiqueVersion mobile

Culture et éducation arabo-islamiques au Šām pendant les trois premiers siècles de l’Islam

 | 
Malaké Abiad

Avant-propos

Texte intégral

1Le désir d’entreprendre des recherches portant sur l’éducation arabo-islamique classique m’est venu lorsque la Faculté de Pédagogie de l’Université de Damas m’a chargée de préparer un cours sur ce sujet. J’ai commencé par prendre connaissance des travaux qui avaient déjà eu lieu dans ce domaine. Cette première familiarisation avec la littérature historique et médiévale a attiré mon attention sur le peu d’informations qui y figurent, concernant la période du début de l’Islam ainsi que sur les contradictions apparaissant çā et lā dans les textes.

2Au cours d’un de ses séjours à Damas, j’ai eu l’occasion de rencontrer le Professeur Nikita Elisséeff et d’évoquer avec lui plusieurs sujets qui aideraient le public à connaître cette période. C’est alors que Nikita Elisséeff m’a suggéré de « dépoussiérer » la précieuse Histoire de la Ville de Damas d’Ibn ‘Asākir, dans sa plus grande partie encore manuscrite, et a aimablement accepté de diriger mon travail.

3Je me suis aussitôt mise au travail. Je consacrai trois ans à la lecture et au dépouillement ; l’identification des personnages à l’aide d’autres dictionnaires biographiques édités me demanda une quatrième année, et les classements divers des renseignements, une cinquième. Ce n’est qu’à la sixième année que je me suis sentie prête à passer à la rédaction.

4Durant cette période, j’ai bénéficié d’une aide considérable des institutions culturelles de Damas ; c’est grâce à cette aide que ce travail devait voir le jour.

5Je dois mentionner tout particulièrement l’Institut Français d’Etudes Arabes de Damas où j’ai pris goût aux lectures historiques et fait mon initiation au patrimoine culturel arabe sous la conduite bienveillante de André Raymond, directeur de l’Institut à cette époque. Son directeur actuel Thierry Bianquis et son secrétaire scientifique Jean-Paul Pascual m’ont prêté aussi généreusement aide et soutien.

6Je suis également redevable à l’aide efficace de l’Académie Arabe de Damas. L’équipe responsable de l’édition de Tārīẖ madīnat Dimašq, présidée par Šukrī Fayṣal, membre de l’Académie, a bien voulu mettre à ma disposition les photocopies et microfilms préparés à l’intention de l’équipe, lorsque la guerre arabo-israélienne de 1973 contraignit les autorités à mettre à l’abri manuscrits et ouvrages rares.

7Le Directeur de la Bibliothèque al-Zāhiriyya, Māğid Ḏahabī et son personnel m’ont rendu de précieux services, ainsi que les responsables de la bibliothèque du Ministère de l’Education. Mes remerciements vont aussi à Elias Bdéwī, inspecteur général de la langue française en Syrie, qui m’a aidée dans la traduction des textes arabes anciens si difficiles à traduire dans une langue étrangère.

8Au terme de mon travail il m’est agréable de pouvoir rappeler ce que je dois à la direction et aux conseils de mon professeur Nikita Elisséeff. Inlassablement il m’a guidée et soutenue au cours de ce travail. Qu’il me permette ici de l’assurer de ma respectueuse reconnaissance.

9Damas 10 Août 1978

© Presses de l’Ifpo, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search