Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Deuxième partie. Les idées

Chapitre Χ. Ibn Qutayba, écrivain

Texte intégral

1L’interdépendance des écrivains arabes de l’époque classique est notoire. Il n’est pas rare de trouver tel ou tel texte — en dehors même des réminiscences de textes révélés — reproduit mot pour mot ou peu s’en faut dans nombre d’ouvrages d’auteurs différents, qu’ils soient ou non contemporains. Selon le tempérament critique ou l’humeur du moment, on pourra crier au plagiat ou parler de probité intellectuelle. Il s’agira là d’un jugement subjectif discutable en tout état de cause, et l’on se refuse à prendre ici position dans un débat stérile. Le seul mérite d’une telle question est de persuader le chercheur de l’importance du problème des sources dans la littérature arabe primitive.

2C’est sous un autre angle qu’on veut examiner ici cette question. Si l’on postule que dans l’œuvre d’un auteur d’adab du iiie/ixe siècle, l’apport original se réduit aux particules de coordination, on est amené à se demander où, quand et comment le reste a vu le jour. C’est poser le problème de l’origine de la prose arabe. Il va de soi qu’on ne prétendra pas le résoudre ici, à propos d’une œuvre qui constitue précisément un point d’aboutissement, ou plus exactement une étape dans l’élaboration de cette prose.

3L’œuvre d’Ibn Qutayba en effet, pour une bonne part, ne fait pas exception, et l’on a vu plus haut que ses ouvrages d’adab contenaient en fait la quintessence de ce qui s’était dit ou écrit au cours des siècles précédents, notamment depuis le milieu du iie/viiie siècle.

4Il est donc bien exact que dans cette partie de son œuvre résumant le patrimoine commun aux prosateurs arabes de son époque, il serait abusif de prétendre révéler une quelconque originalité d’écrivain ou à plus forte raison de styliste, dès lors que ce patrimoine se retrouve mot pour mot chez al-Mubarrad, chez al-Ğāḥiẓ, et probablement aussi chez nombre d’auteurs dont l’œuvre ne nous est pas parvenue, comme al-Aṣma‘ī, al-Siğistānī et tant d’autres.

5C’est pourquoi on négligera pour le problème qui nous occupe toute une série d’ouvrages ressortissant au genre de l’adab, dont la seule originalité réside dans le classement des matériaux recueillis. Ainsi en est-il au premier chef du texte de l’Adab al-kātib qui n’a rigoureusement aucun caractère littéraire, pas même ceux de la prose articulée, de même que du texte des ‘Uyūn, où l’apport d’Ibn Qutayba est extrêmement faible, de celui du Maysir et des Ašriba — bien qu’à un moindre degré peut-être — et à plus forte raison des anthologies poétiques, Ši‘r et Ma‘ānī, où les transitions elles-mêmes sont le plus souvent dues à al-Aṣma‘ī ou à quelqu’autre de ses émules.

6On a bien noté que l’on parlait du texte de ces divers ouvrages, et non de leurs introductions. On persiste à penser en effet que c’est dans ces dernières que réside en dernière analyse la partie originale des œuvres d’adab d’Ibn Qutayba, et l’on va y revenir.

***

7Ce n’est donc pas en partant du texte des ouvrages d’adab d’Ibn Qutayba qu’il faut évaluer son apport dans la constitution de cette prose arabe qui, vaille que vaille, est encore en usage de nos jours.

8Il ne faut pas oublier en effet l’autre volet du diptyque qutaybien, on veut parler de ses ouvrages « théologiques ». Par leur nature même, dialectique ou polémique, ces ouvrages supposent une participation de leur auteur infiniment plus grande que dans les recueils d’adab. Dans ces derniers, il s’agit de mettre à la disposition du lecteur un ensemble de matériaux préexistants, et s’il advient qu’on y soutienne une thèse, c’est le choix même et le classement de ces matériaux qui deviennent pertinents pour la démonstration. Dans les ouvrages théologiques en revanche, qui participent toujours peu ou prou du radd, de la réfutation, l’auteur est amené par la nature des choses à discuter proprio motu les matérieux retenus pour son argumentation.

9On peut objecter là encore qu’on trouverait en cherchant bien des textes antérieurs ou contemporains d’Ibn Qutayba comportant les mêmes caractères et traitant des mêmes problèmes dans les mêmes termes. C’est assez probable. On peut penser toutefois que si les matériaux d’adab ont déjà fait à cette époque l’objet d’une collecte séculaire, et ont eu le temps de prendre leur forme définitive, il n’en va pas de même des polémiques idéologiques dont l’âge d’or commence à la fin du iie/viiie siècle. Que des discussions théologiques aient déjà eu lieu dans les siècles précédents, ce n’est pas douteux, mais il paraît certain que le kalām, avec son style propre est encore en gestation à l’époque d’Ibn Qutayba, et que cet état de fait postule l’originalité des penseurs du iiie/ixe siècle dans le domaine du style comme dans celui des idées.

10En d’autres termes, il est certain que les éléments de l’adab à l’époque d’Ibn Qutayba ont déjà été recueillis oralement certes, mais encore et surtout mis par écrit, ce qui en a assuré la fixation ne varietur. En ce qui concerne la littérature théologique en revanche, on a de bonnes raisons de penser que seuls les « matériaux de base » (Coran et ḥadīṯ) ont été mis par écrit. Les discussions et argumentations restent à peu près certainement orales jusqu’au début du iiie/ixe siècle.

11On est donc convaincu que, paradoxalement, l’œuvre théologique d’Ibn Qutayba est celle où il a mis le plus de lui-même, tant en ce qui concerne les idées que leur mode d’expression. A défaut du Ġarib al-Qur’ān, où il y a peu de texte, c’est dans le Lafẓ, dans le Muškil et surtout dans le Muḫtalif qu’il faut chercher les qualités d’écrivain d’Ibn Qutayba.

  • 1 Dans les éditions actuelles : Adab, 20 ; Anwā’, 9 ; ‘Arab, 2 ; Ašriba, 7 ; Ma‘ārif, 7 ; Maysir,(...)

12Mais encore une fois, il ne faudrait pas négliger pour autant les introductions de ses œuvres d’adab, ces morceaux de bravoure plus ou moins longs, incontestablement rédigés après coup, dans des conditions difficiles à imaginer d’ailleurs, et dont plusieurs pourraient être sans inconvénient majeur extraites de leur contexte et publiées à part. On est convaincu que si le corps des ouvrages d’adab peut difficilement être mis au compte personnel d’Ibn Qutayba, l’introduction en constitue la partie la plus personnelle et la plus authentique. Qu’on n’aille pas croire que ces introductions réunies ne représentent pas un volume suffisant pour prendre une idée valable du talent d’Ibn Qutayba. En laissant de côté l’œuvre théologique, les introductions des œuvres d’adab représentant près de deux cents pages de texte dense ne devant rien qu’à leur auteur1. Un prix littéraire serait attribué à moins de nos jours...

13Il est donc possible de parler d’un style, d’un mode d’expression propre à Ibn Qutayba. On se demandera maintenant quels en sont les caractères, quelle en est l’originalité, c’est-à-dire quelle place tient Ibn Qutayba dans la constitution de la prose classique.

***

  • 2 Témoin l’étude de Gaudefroy-Demombynes, L’introduction...
  • 3 Les considérations sur l’iqwā’, l’ikfā’ et autres artifices prosodiques ne doivent pas faire illus (...)

14Si l’on parle exclusivement de prose, c’est qu’on a déjà établi qu’Ibn Qutayba n’avait rigoureusement rien d’un poète, et qu’il serait vain de s’interroger sur son influence dans le domaine poétique. Une telle affirmation peut paraître paradoxale si l’on considère l’importance qu’on a attachée jusqu’à présent à l’introduction du Ši‘r2. On n’hésite pas à dire ici que ce texte, qui n’est pas sans intérêt pour sa valeur de témoignage, est malgré tout largement surfait en tant que traité de stylistique poétique. Si l’on y regarde de près, les quelques idées directrices de ce texte ne concernent en rien la langue poétique3. Elles touchent en réalité d’une part à un grand problème d’éthique culturelle, celui de l’Ancien et du Moderne, et d’autre part à un grand problème de méthode historique, celui de la valeur documentaire de l’œuvre littéraire proprement dite. Il n’est rien là qui concerne à proprement parler la poétique. Comme Ibn Qutayba n’a jamais dit le moindre vers de son crû, on persiste à le considérer comme un prosateur, et c’est à ce titre qu’on étudiera son style, et ses considérations sur le style.

***

15Chronologiquement, Ibn Qutayba se place au troisième rang parmi les grands auteurs ayant notoirement contribué par leurs écrits à perfectionner et à fixer la prose véhiculaire en arabe littéral. Il serait certes facile d’objecter qu’avant lui, Ibn al-Muqaffa‘, puis al-Ğāḥiẓ n’ont pas été les seuls à écrire en arabe, et que ce classement comporte une part d’arbitraire. Mais on peut tout de même admettre sans grand risque d’erreur que la notoriété de ces deux auteurs à leur époque respective est une garantie de leur audience, et que les autres prosateurs contemporains ne peuvent guère passer que pour des disciples, ou tout au moins des émules.

16Au reste, l’œuvre des autres prosateurs est encore jusqu’à présent à peu près complètement lettre morte pour nous, et force est bien de nous en tenir à nos ressources.

17C’est pourquoi, un peu par la force des choses, on est amené à conclure que les trois premiers pionniers de la prose arabe classique sont Ibn al-Muqaffa‘ au milieu du iie/viiie siècle, al-Ğāḥiẓ au début du iiie/ixe, et Ibn Qutayba au milieu du iiie/ixe.

18Or le style de ces trois auteurs présente des caractères fort différents. Chacun a son originalité propre, nonobstant leur évidente filiation. Il n’est pas possible de dire qu’Ibn Qutayba ne fait que reprendre et combiner la manière d’écrire d’Ibn al-Muqaffa‘ et celle d’al-Ğāḥiẓ.

***

  • 4 Cf. Ma‘ārif, le chap. sur les Mulûk al-‘Ağam, pp. 652-667.
  • 5 Peut-être revue et corrigée par Muḥammad b. al-Ğahm al-Barmakī ; cf. Lecomte, Muḥammad b. al-Ğahm. (...)

19On croit pouvoir avancer ici que l’influence d’Ibn al-Muqaffa‘ sur la prose arabe ne s’est pas tant manifestée par l’intermédiaire de ses traductions que par celui de ses épîtres. En effet, s’il est vrai que les deux principaux textes orientaux adaptés en arabe par Ibn al-Muqaffa‘ sont le Ḫuḏaynāmeh (« Histoire des Rois de Perse ») et Kalīla wa Dimna, on remarque que le Ḫuḏaynāmeh a rapidement disparu des bibliothèques, et qu’il n’en reste que ce que des auteurs comme Ibn Qutayba ont daigné en préserver, c’est-à-dire des résumés d’une sécheresse telle qu’ils en sont dénués d’intérêt quant au style4. Ce n’est pas le lieu d’examiner les causes de cette désaffection, qu’il faut probablement mettre au compte des remous anti-šu‘ūbites, mais le fait demeure que l’histoire des rois de Perse d’Ibn al-Muqaffa‘5 reste enfouie dans la poussière des bibliothèques, si elle n’a pas déjà disparu dans sa version originale dès l’époque d’Ibn Qutayba.

20S’il n’en va pas exactement de même pour Kalīla wa Dimna qui a fini par être exhumé — à vrai dire tardivement, et en grande partie grâce aux orientalistes — on ne peut qu’être frappé par le fait que seules les sentences qui servent de conclusion aux apologues de cet ouvrage, et pratiquement jamais ces apologues eux-mêmes, ont été retenues par Ibn Qutayba dans ses œuvres d’adab.

21Sans prétendre tirer des conclusions péremptoires d’un tel état de fait, il est toutefois symptomatique que de tels textes, intégralement rédigés dans une prose sans recherche et parfaitement accessible, aient très vite perdu l’audience à laquelle ils auraient pu prétendre. Ce qu’on en retiendra ici en tout cas, c’est qu’il est douteux que les traductions littéraires suivies d’Ibn al-Muqaffa‘ aient eu une influence profonde sur la prose arabe au-delà du iiie/ixe siècle.

  • 6 Qu’on songe aux Maqāmāt, et aux œuvres de virtuosité d’al-Ma‘arrī.
  • 7 Sa célèbre lettre de remerciements à Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, ‘Uyūn, II, p. 222.

22Il en va tout autrement des épîtres d’Ibn al-Muqaffa‘ — auxquelles on peut ajouter cette fois celles de ‘Abd al-Ḥamīd, peu différentes quant au style — qui ont acquis très vite, et ont conservé à travers les siècles, une célébrité considérable et une influence indéniable. Or ces épîtres — dont des spécimens célèbres ont été recueillis par Kurd ‘Alī dans ses Rasā’il al-bulaġā’ — se signalent par un style très différent des adaptations dont on a parlé plus haut. Leur caractéristique commune est incontestablement la recherche. A peu près uniformément en prose rimée, ou tout au moins rythmée, elles se ressentent en outre du fait que leurs auteurs sont souvent des « arabophones accidentels » qui, lorsqu’ils ne sont pas guidés par un argument de base comme c’est le cas dans les traductions ou adaptations, tombent à leur corps défendant dans le pathos et l’obscurité. Ces rasā’il comptent en tout cas parmi les textes arabes les plus pénibles à mettre en français, ce qui est malgré tout un indice. Or il se trouve que cette façon d’écrire, hors de la portée de la moyenne des gens qui écrivaient et écrivent encore l’arabe, est demeurée celle des chancelleries, et a en outre été adoptée pour une partie des œuvres proprement littéraires des siècles suivants6. Ibn Qutayba lui-même y a d’ailleurs sacrifié, et nous en a conservé ingénument un exemple7.

23Il s’agit là naturellement de prose écrite, et l’on peut difficilement imaginer qu’elle ait servi aux besoins de tous les jours, même aux besoins de la discussion scientifique ou de la dialectique théologique.

24Assez curieusement toutefois, on a remarqué que le style faussement didactique de ces rasā’il n’est pas sans analogies avec celui des nombreux discours (ḫuṭab) attribués à des personnages de toutes les époques.

  • 8 II, pp. 231-258.
  • 9 Ibid., p. 250.

25Ibn Qutayba a recueilli dans ‘Uyūn8 une longue série de discours attribués aux principaux personnages de l’Islam, y compris le Prophète. C’est ainsi qu’on trouve plusieurs morceaux d’éloquence de chaire des quatre premiers califes, des califes umayyades, de plusieurs grands personnages de cette même période — fussent-ils ḫāriğites, comme Qaṭarī b. Fuğā’a9 — et enfin des premiers ‘Abbāsides.

26Est-il besoin de dire que ces textes sentent leur apocryphe d’une lieue ? Si elles reflètent parfois les opinions généralement et conventionnellement attribuées à leurs auteurs, ce qui est particulièrement visible dans les discours attribués à des Ḫāriğites, elles n’expriment la plupart du temps que les clichés traditionnels de la chaire, respectables, mais banals.

  • 10 II, pp. 61-70.
  • 11 V. l’annotation de l’éd. des ‘Uyūn, où les correspondances sont signalées.

27A une ou deux exceptions près, ces sermons ne comportent pas d’isnād. C’est dire qu’il est bien difficile de les suivre à la trace, et de savoir d’où ils émanent réellement. On note seulement que plusieurs figurent déjà mot pour mot dans le Bayān d’al-Ğāḥiẓ10 et que presque toutes se retrouveront dans les ouvrages d’adab postérieurs, comme le ‘Iqd d’Ibn ‘Abd Rabbih11. Ceci n’éclaire pas pour autant le problème.

28A qui doit-on ces morceaux d’éloquence conventionnelle, ou à tout le moins leur mise en forme ? S’il paraît hautement invraisemblable d’attribuer à ‘Umar ou à ‘Uṯmān tel ou tel sermon, il n’est pas exclu que la trame de certains discours attribués à ‘Umar b. ‘Abd al-’Azīz ou à al-Ḥağğāğ, et peut-être à plus forte raison à al-Manṣūr soient réellement imputable à ces personnages. Il paraît possible que la tradition ait conservé un reflet plus fidèle de l’éloquence du siècle précédent que d’une époque remontant à deux siècles et demi. Mais de toute façon, on incline à penser que la mise par écrit de ces pièces supposait un « arrangement » d’autant plus facile — et corollairement plus probable — que le contenu était moins original.

29En d’autres termes, les doutes qui planent sur l’authenticité de la poésie archaïque planent également sur celle de la prose oratoire des deux premiers siècles. La prose oratoire a dû avoir ses Ḥammād et ses Ḫalaf. On considère en tout cas que la mise par écrit de ces pièces les assimile ipso facto à des rasā’il. Leur style s’en rapproche beaucoup, et l’on n’est pas loin de penser que sous cette forme, elles sont approximativement contemporaines d’Ibn al-Muqaffa‘.

30Les « prosateurs » du iie/viiie siècle, malgré l’effort de simplification qui a présidé à leurs traductions, ne peuvent donc guère être considérés comme les créateurs d’une véritable prose véhiculaire. En tout cas, ce que leurs successeurs en ont retenu n’a aucun des caractères propres à une prose vulgarisatrice digne de ce nom.

31Ils n’en ont pas moins frayé la voie dans une mesure non négligeable aux auteurs du iiie/ixe siècle, et en premier lieu à al-Ğāḥiẓ.

***

  • 12 Distinction reprise par Ibn Qutayba, Muḫtalif, §§ 307 sqq. : «...huwa l-balīġ allaḏī yubġiḍuhu llā (...)

32On ne saurait contester que ce dernier a fait franchir un pas gigantesque à la prose arabe. Déjà, la prose d’al-Ğāḥiẓ se signale par un remarquable assouplissement. Un phénomène apparaît comme très caractéristique : la phrase complexe, quelle que soit sa nature, n’a plus chez al-Ğāḥiẓ, tant s’en faut, la lourdeur solennelle des périodes déclamatoires d’Ibn al-Muqaffa‘ ou de ‘Abd al-Ḥamīd. C’est à l’époque d’al-Ğāḥiẓ — et peut-être même sous sa plume — qu’apparaît pour la première fois la distinction entre le style clair et expressif (bayān) et le style déclamatoire (balāġa)12. Le style rimé devient déjà l’exception, sauf peut-être en de rares endroits significatifs, et l’on peut dire que la prose est devenue sous la plume d’al-Ğāḥiẓ un outil réellement utilisable pour la plupart des usages littéraires.

33A quoi attribuer cette évolution sensible de la prose arabe depuis le début du iie/viiie siècle dans le sens de l’affinement et de l’assouplissement ?

  • 13 On n’oublie pas que les Mille et une nuits sont en arabe vulgaire, classicisé par le simple fait q (...)

34On n’est pas loin de penser qu’il faut imputer cette métamorphose à l’influence des discussions idéologiques qui se multiplient à l’époque, notamment sous l’impulsion du courant d’idées mu‘tazilite. En quelque sorte une influence des « salons ». En effet, parmi les circonstances de la vie courante, on pense que celle-là seule a imposé d’emblée le recours à l’arabe littéral. Qu’on imagine une conversation sur la pluie et le beau temps, sur la prix de la vie, sur la sévérité des percepteurs ou même un entretien familier avec le souverain sur les mérites exceptionnels de telle jolie fille13, on ne conçoit pas de tels propos autrement qu’en arabe « parlé » ou « vulgaire ». A cet égard, il est infiniment probable que la situation ne devait pas être très différente au iiie/ixe siècle de ce qu’elle est de nos jours. En revanche, dès qu’on aborde des sujets tant soit peu relevés ou abstraits, au iiie/ixe siècle comme au xxe, la langue « écrite » ou « littérale » reprend ses droits, car l’arabe vulgaire n’est en ce cas d’aucun secours.

35Ainsi, le style d’al-Ğāḥiẓ pourrait bien avoir bénéficié de cet assouplissement nécessaire de la prose arabe pour la rendre adéquate à la dialectique philosophique. Le style didactique ayant ainsi atteint un niveau de perfection qu’il ne dépassera plus guère, il rejaillit de proche en proche sur le style proprement « littéraire », le style narratif qu’al-Ğāḥiẓ illustre, au fond pour la première fois dans la langue arabe, entre autres dans ses Buḫalā’.

***

36Mais la discussion idéologique n’est pas la seule voie par laquelle le style « littéral parlé » — si l’on ose risquer cette alliance de mots insolite — s’introduit dans la prose classique. Il faut de toute évidence faire une part, et non des moindres, au ḥadīṯ.

37On peut être surpris de voir assimiler le style du ḥadīṯ au style « littéral parlé » dont on fait état ci-dessus. Mais on voudra bien noter que l’énorme majorité des propos codifiés sous l’appellation de ḥadīṯ consiste dans des sentences ou même des dialogues consignés par écrit à un moment donné. Que ces propos émanent réellement du Prophète ou de ses Compagnons, ou qu’ils leur aient été attribués postérieurement, ils enregistrent dans la langue des philogues du iie/viiie siècle, celle qui est en train de devenir « l’arabe classique », des textes qui sont censés avoir été dits. C’est dire qu’ils répondent à la double qualification de « parlé » et de « littéral » qu’on leur donnait plus haut.

38Al-Ğāḥiẓ n’a pas pu ne pas subir l’influence du style du ḥadīṯ. Aucun écrivain arabe, même moderne, ne saurait s’en targuer. Mais on croit pouvoir affirmer que peu de lustres après, Ibn Qutayba s’en trouve pénétré beaucoup plus profondément encore. On a suffisamment insisté dans les chapitres précédents sur le rôle joué par le ḥadīṯ dans la pensée théologique d’Ibn Qutayba, et aussi dans son œuvre d’adab, pour qu’on s’en convainque aisément. Le premier ouvrage composé par Ibn Qutayba, le Ġarīb al-ḥadīṯ, est précisément un énorme corpus de ḥadīṯ au sens large. Il n’est pas concevable qu’il n’en soit rien resté dans sa façon d’écrire.

39Ibn Qutayba ayant banni de sa prose personnelle — sinon de ses anthologies — le style ampoulé des kuttāb du iie/viiie siècle, on n’est pas éloigné de penser que c’est à une longue fréquentation des textes du ḥadīṯ qu’il doit d’avoir été en mesure de simplifier et d’alléger encore le style déjà assoupli et affiné qu’al-Ğāḥiẓ illustre au début du iiie/ixe siècle.

***

  • 14 Il est un critère qu’on persiste à considérer comme un indice objectif infaillible de la difficult (...)

40Il est indéniable que le style d’al-Ğāḥiẓ demeure plus brillant, plus séduisant, bref, plus littéraire que celui d’Ibn Qutayba. On ne saurait à son propos parler certes de takalluf, de recherche à tout prix de l’effet littéraire. On pense au contraire que ce caractère du style d’al-Ğāḥiẓ est la marque d’un génie verbal qu’on ne saurait concéder au même degré à Ibn Qutayba. Mais le mérite de ce dernier est précisément d’avoir eu conscience de ses moyens, et de n’avoir jamais tenté de les forcer14.

  • 15 Pp. 15-16 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 61.
  • 16 Ainsi celles des Ma‘ārif, du Maysir...

41Nulle trace en effet chez ce dernier de ce takalluf qu’il fustige d’ailleurs à maintes reprises, notamment dans l’introduction de l’Adab15. Jamais la moindre recherche d’effet de style, encore moins d’emploi de la prose rimée, si l’on excepte quelques rarissimes assonances dans les premières lignes de quelques introductions16.

  • 17 Adab, p. 20 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 62.

42Il paraît certain qu’il faut attribuer ce souci de simplicité à un besoin d’efficacité qu’il exprime d’ailleurs en termes fort clairs dans cette même introduction de l’Adab où il dénonce les risques d’un style obscur à force de recherche dans le langage de la chancellerie ou de la diplomatie17.

  • 18 Adab, p. 8 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 52.
  • 19 Ši‘r, Introduction, pp. 14-15.
  • 20 ‘Uyūn, II, pp. 161 sqq.

43Ce souci d’être compris — et imité — va si loin dans la langue d’Ibn Qutayba qu’on y chercherait en vain, sauf bien entendu dans certains développements techniques, un emploi électif de ce ġarīb auquel il consacre pourtant une bonne partie de son œuvre. S’il s’indigne des kuttāb qui ignorent des termes anciens aussi indispensables à leur métier que le « fourrage » (kala’)18, il admet implicitement que dans la langue courante, non technique, il serait de mauvais goût d’employer à plus ou moins bon escient un vocabulaire archaïque. C’est vrai en poésie où les Modernes sont parfaitement fondés à ignorer la langue désuète du désert19, c’est encore plus vrai en prose, comme en témoigne son style personnel, sans parler du chapitre des ‘Uyūn, où il exprime sa réprobation à l’égard de l’emphase (tašāduq) et du ġarīb20. On chercherait en vain dans les passages dus à sa plume comme l’introduction des ‘Uyūn ou de l’Adab un seul de ces mots qu’il est amené à définir dans le corps de ces ouvrages.

44Au fond, la naissance des traités de ġarīb, dont les premiers paraissent dater de la génération de philologues précédant Ibn Qutayba, répond exclusivement à la nécessité de comprendre les textes archaïques ou archaïsants dont les vocabulaire est déjà hermétique pour l’ensemble de la communauté lettrée. A en juger par l’exemple d’Ibn Qutayba, il s’agit de préserver un patrimoine, et non de ressusciter une façon de parler, d’écrire, et par conséquent de penser désormais dépassée.

  • 21 Muḫtalif, §§ 106-107 ; ‘Uyūn, I, p. م. Toutefois, considérations en faveur de l’i‘rāb dans ‘Uyūn, (...)

45C’est au crédit de la même tendance qu’il faut porter la singulière tolérance manifestée par Ibn Qutayba21 vis-à-vis du laḥn, de la « faute de grammaire », ou peut-être plus exactement de l’indifférence à l’égard de l’i‘rāb, au moins lorsque les besoins de clarté et de précision l’emportent sur les impératifs de style.

  • 22 Adab, p. 17 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 62.

46C’est le cas, semble-t-il, dans son esprit chaque fois qu’il s’agit de prose « parlée » par opposition à la prose « écrite ». Un passage de l’introduction de l’Adab est révélateur : « Il faut distinguer le langage écrit et le langage parlé. En effet le souci de la flexion désinentielle (i‘rāb) ne saurait alourdir ou enlaidir quoi que ce soit dans le langage écrit. Seules sont répréhensibles les expressions bizarres relevant du ġarīb, et les tournures compliquées, comme celles qu’employait un certain kātib... Cet homme vivait pendant une période brillante et était doué d’une vaste culture dans les sciences et dans la langue. On ne pouvait donc lui reprocher, dans l’exercice de son métier de kātib, que de délaisser les mots faciles et les idées courantes »22.

47Plusieurs idées essentielles se dégagent de ce passage :

  • d’abord, la langue écrite suppose le respect de l’i‘rāb, d’où il ressort que la langue parlée s’en passe fort bien ;
  • ensuite, que même dans la langue écrite, l’emploi d’un vocabulaire obscur, d’un style compliqué, bref, la recherche stylistique sont loin de représenter un idéal à quelque époque que ce soit ;
  • enfin et surtout que si l’on ne pouvait jadis renoncer à un langage châtié, voire fleuri, les temps ont changé et l’évolution de la civilisation s’accommode fort bien d’une langue simple, facile, sans recherche et même sans respect exagéré des impératifs de la faṣāḥa.

***

48On conviendra qu’il n’est pas une virgule à changer dans ce programme pour qu’il puisse être adopté sans réserve par les partisans actuels de « l’arabe moderne ».

49Rien n’y manque : ni la référence à la « langue littérale parlée » qui tolère l’absence de l’i‘rāb, ni la condamnation du vocabulaire ancien et des tournures vieillies. Il est toutefois une différence essentielle avec les tenants actuels de « l’arabe moderne » : c’est que l’hommage rendu au passage à cette même langue « ancienne » qu’on ne saurait renier sans apostasier, et qui demeure l’apanage des gens « doués d’une vaste culture », n’est nullement une clause de style, comme le démontre toute son œuvre.

50Frappé toutefois par ce parallélisme entre la position d’Ibn Qutayba révélée par certaines professions de foi, mais plus encore par son style propre, et celle des champions de « l’arabe moderne », on a tenté une expérience dont le compte rendu nous servira de conclusion.

51Pour mener à bien la traduction française du K. muḫtalif al-ḥadīṯ, l’un des ouvrages les plus techniques et les plus difficiles d’Ibn Qutayba, on a bien entendu largement fait appel aux grandes encyclopédies classiques et notamment au Lisān al-‘Arab, indispensable instrument de travail pour qui veut comprendre la langue du ḥadīṯ, et plus généralement « l’arabe classique ».

52A titre expérimental, on a un jour laissé de côté le Lisān al-‘Arab pour utiliser exclusivement le remarquable Arabisches Wörterbuch fur die Schriftsprache der Gegenwart de Hans Wehr, lequel est censé n’avoir retenu que du vocabulaire « moderne », recueilli en gros dans des textes de la première moitié du xxe siècle. On a ainsi été en mesure de traduire sans obstacle majeur plusieurs dizaines de pages de cet ouvrage écrit il y a plus d’un millénaire...

  • 23 Le recours à la prose rimée des auteurs de Maqāmāt en fait les continuateurs des kuttāb du iie siè (...)

53Est-il besoin d’évoquer pour conclure l’incontestable influence de la prose d’Ibn Qutayba sur celle des auteurs d’adab des siècles suivants, qu’ils soient orientaux, africains ou andalous, et sur laquelle on ne s’appesantira pas dans le présent ouvrage, nous réservant d’y consacrer une étude ultérieure23 ?

54Après l’emphase des kuttāb du iie/viiie xiècle, pionniers d’une prose qui se cherche encore, après le style d’al-Ğāḥiẓ, brillant, génial, mais hors de la portée du lettré moyen, Ibn Qutayba introduit une manière d’écrire qui se distingue par sa simplicité, sa facilité, sa clarté. Que ce style, déjà « moderne » en son temps, soit resté celui d’écrivains qui, dans les siècles suivants, avaient quelque chose à dire, mieux encore, à communiquer, qu’il soit encore de nos jours lisible sans effort, et qu’en conséquence on ne puisse juger déshonorant de le prendre en exemple, montre qu’il faut placer Ibn Qutayba au premier rang des créateurs de la prose véhiculaire en arabe littéral.

55Non content de dire qu’Ibn Qutayba est un Ancien qui a été Moderne en son temps, on ne croit pas dénaturer la vérité en affirmant que la prose d’Ibn Qutayba a déjà tous les caractères de « l’arabe moderne » du xxe siècle.

Notes

1 Dans les éditions actuelles : Adab, 20 ; Anwā’, 9 ; ‘Arab, 2 ; Ašriba, 7 ; Ma‘ārif, 7 ; Maysir, 2 ; Ši‘r, 47 ; ‘Uyūn, 12...

2 Témoin l’étude de Gaudefroy-Demombynes, L’introduction...

3 Les considérations sur l’iqwā’, l’ikfā’ et autres artifices prosodiques ne doivent pas faire illusion ; de plus, il faut se résigner à ignorer pourquoi tel vers doit être considéré comme « bon » ou « mauvais ».

4 Cf. Ma‘ārif, le chap. sur les Mulûk al-‘Ağam, pp. 652-667.

5 Peut-être revue et corrigée par Muḥammad b. al-Ğahm al-Barmakī ; cf. Lecomte, Muḥammad b. al-Ğahm...

6 Qu’on songe aux Maqāmāt, et aux œuvres de virtuosité d’al-Ma‘arrī.

7 Sa célèbre lettre de remerciements à Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, ‘Uyūn, II, p. 222.

8 II, pp. 231-258.

9 Ibid., p. 250.

10 II, pp. 61-70.

11 V. l’annotation de l’éd. des ‘Uyūn, où les correspondances sont signalées.

12 Distinction reprise par Ibn Qutayba, Muḫtalif, §§ 307 sqq. : «...huwa l-balīġ allaḏī yubġiḍuhu llāh... » ; « la yunkar an takūna l-murū’a fi l-bayān... »

13 On n’oublie pas que les Mille et une nuits sont en arabe vulgaire, classicisé par le simple fait qu’elles ont été mises par écrit.

14 Il est un critère qu’on persiste à considérer comme un indice objectif infaillible de la difficulté ou de la simplicité d’un style, c’est la traduction. Or la prose d’al-Ğāḥiẓ est notablement plus « difficile à traduire » que celle d’Ibn Qutayba.

15 Pp. 15-16 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 61.

16 Ainsi celles des Ma‘ārif, du Maysir...

17 Adab, p. 20 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 62.

18 Adab, p. 8 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 52.

19 Ši‘r, Introduction, pp. 14-15.

20 ‘Uyūn, II, pp. 161 sqq.

21 Muḫtalif, §§ 106-107 ; ‘Uyūn, I, p. م. Toutefois, considérations en faveur de l’i‘rāb dans ‘Uyūn, II, pp. 156 sqq.

22 Adab, p. 17 ; cf. Lecomte, Introduction, p. 62.

23 Le recours à la prose rimée des auteurs de Maqāmāt en fait les continuateurs des kuttāb du iie siècle beaucoup plus que des écrivains du iiie, auxquels ils ne doivent pas grand-chose, dans le domaine du style s’entend.

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search