Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Deuxième partie. Les idées

Chapitre VIII. Ibn Qutayba et la poésie

Texte intégral

  • 1 Introduction au Livre de la Poésie et des Poètes, Paris 1947.
  • 2 On pense notamment au Muḫtalif et aux Ma‘ārif.
  • 3 Comme le Ši‘r, les Ma‘ānī et les ouvrages se rattachant à ce dernier genre, comme le Maysir.
  • 4 Cf. le cas typique des ‘Uyūn.

1La poétique d’Ibn Qutayba, exposée méthodiquement dans l’introduction du K. al-Ši‘r wa l-šu‘arā’, a certes déjà fait l’objet d’une étude poussée de Gaudefroy-Demombynes, à laquelle il reste peu à ajouter1. Toutefois, le Ši‘r n’est pas le seul ouvrage d’Ibn Qutayba consacré en quelque façon à l’étude de la poésie. On peut même dire qu’à quelques exceptions près2 toute l’œuvre d’Ibn Qutayba traite à des titres divers de poésie, soit explicitement3, soit simplement par l’usage qui en est fait, et qui, vaille que vaille, implique un choix de l’auteur4. Il paraît donc possible, après une lecture attentive de l’œuvre d’Ibn Qutayba, de préciser, en confirmant ou en infirmant certains points, ses conceptions poétiques, et peut-être même de les juger.

  • 5 Le fait a été noté par Ibn Qutayba lui-même dans l’Introduction au Ši‘r, pp. 3 et 4,

2Après avoir examiné attentivement les ouvrages d’Ibn Qutayba et ses biographies, on est maintenant en mesure d’affirmer catégoriquement qu’il n’a jamais dit ou écrit le moindre vers. Le fait est assez rare chez les lettrés arabes, voire chez les hommes politiques, pour être ici souligné avec force5.

  • 6 Ne cite-t-on pas Di‘bil au nombre de ses maîtres ? Cf. Première partie, chap. III.

3Cet homme, qui baigne depuis sa prime jeunesse dans les milieux de philologues de Baṣra et de Bagdad, grands amateurs de poésie, qui a certes retenu et noté de la bouche de ses maîtres — parfois poètes eux-mêmes6 — des qaṣida-s entières, voire des dīwān-s entiers, qui a fréquenté sans nul doute des cercles où les poètes ne manquaient pas de se produire, paraît n’avoir jamais eu la moindre envie d’imiter son brillant entourage, ou même simplement de s’y essayer.

  • 7 Un exemple caractéristique nous paraît être celui d’Ibn Ḥazm.
  • 8 Ši‘r, p. 15.

4On objectera qu’il a pu s’adonner à la poésie dans le privé sans que cela transparaisse dans son œuvre. On considère une telle hypothèse comme hautement improbable, tant on est assuré que tout auteur arabe qui se respecte, qu’il soit historien, philosophe, grammairien, voire théologien, cède peu ou prou à la tentation d’insérer les vers que lui inspire son sujet7. Tel n’est pas le cas d’Ibn Qutayba, trop conscient du fait que « la poésie de savants ne saurait être qu’affectée »8.

5Ibn Qutayba n’a donc rien d’un poète. C’est un théoricien de la poésie qui certes ne manque pas de goût — encore que ce goût soit rebelle à l’analyse, on le verra — et qui ne manque jamais de signaler ses préférences personnelles, ou à tout le moins les préférences ambiantes, quant à la qualité des vers qu’il fournit en exemple.

6C’est donc sur des plans différents qu’il faudra juger des conceptions d’Ibn Qutayba en matière poétique : le plan théorique, celui de la forme poétique, le plan esthétique, celui des genres et des thèmes, et plus profondément celui du sentiment poétique véritable de notre auteur. Il conviendra d’examiner comment ces conceptions s’expriment et se traduisent dans l’œuvre d’Ibn Qutayba, comment il juge et apprécie les poètes, ce qui reviendra à nous demander d’une part quel est son sentiment sur la querelle des Anciens et des Modernes, et d’autre part quelle place il accorde à la poésie dans sa vision de la culture et de l’humanisme.

***

  • 9 P. 13.
  • 10 Qu’il désigne par le collectif qaṣīd, ce qui donne peut-être une portée encore plus universelle à (...)
  • 11 Iğāb ḥuqûqih, que les critiques ne paraissent pas avoir remarqué. Il serait donc destiné à provoqu (...)
  • 12 P. 14.

7Sur la structure de la qaṣida, Ibn Qutayba exprime une opinion claire, et nettement conservatrice. Après avoir, dans l’Introduction du Ši‘r9 énuméré les différentes parties constitutives de la qaṣida10 : nasib, destiné à accrocher l’attention de l’auditoire, description de la traversée du désert, qui n’a d’autre but selon lui que « d’affirmer les droits » de l’auteur11, enfin, la pièce centrale, généralement un panégyrique, puis après avoir déclaré que la poésie idéale était celle qui savait maintenir l’équilibre entre ces divers constituants, Ibn Qutayba dénie sans ambages aux poètes « modernes » le droit de s’écarter de la voie des Anciens sur ce point12.

8Il est remarquable en effet qu’Ibn Qutayba ne semble faire état nulle part dans son œuvre des tentatives déjà ébauchées par certains poètes « modernes » pour briser le cadre rigide et la structure compacte de la qaṣida archaïque. On pense à la forme quasi strophique donnée à certains de leurs poèmes par des Modernes comme al-Walīd b. Yazīd, Muslim et plusieurs autres, et qu’Ibn Qutayba semble ignorer délibérément. En tout cas, aucune pièce de structure nouvelle ne paraît avoir été retenue dans le Ši‘r. Il est naturellement difficile de prendre en considération les innombrables vers isolés cités dans les divers ouvrages d’Ibn Qutayba pour juger de sa conception de la structure idéale du poème.

  • 13 Introduction, p. xxxiii.

9A vrai dire, comme l’a déjà noté Gaudefroy-Demombynes13, la véritable unité poétique est le vers, et il semble que pour les critiques poétiques classiques, la notion de structure du poème s’estompe devant celle de structure du vers.

***

10Il est curieux de constater que nulle part Ibn Qutayba ne paraît s’être intéressé à une science à vrai dire toute neuve, la métrique. Il ne semble faire d’autre distinction que celle, devenue classique, entre rağaz et ši‘r. On ne reviendra pas ici sur la définition du rağaz, ce vers fortement rythmé, en quelque sorte intermédiaire entre la prose rimée et la poésie proprement dite, providence des philologues, mais aussi des pédagogues décadents qui en usèrent plus tard pour d’innombrables et insipides « poésies » didactiques.

11La distinction est si nette dans l’esprit d’Ibn Qutayba qu’il consacre toute une section du Ši‘r aux ruğğāz. Les notices n° 107 (p. 572), 108 (p. 575), 109 (p. 583), 110 (p. 584), 111 (p. 592) et 112 (p. 595) sont consacrées aux spécialistes du rağaz dont les noms suivent :

  • al-‘Ağğāğ, ayant vécu dans le ṣadr al-Islām ;
  • son fils Ru’ba, soupçonné par Ibn Qutayba d’avoir beaucoup emprunté à son père ;
  • Abū Nuḫayla, contemporain d’al-‘Ağğāğ ;
  • Abū l-Nağm, autre contemporain auquel Ibn Qutayba a emprunté de nombreux vers témoins dans le K. al-anwā’ ;
  • Dukayn, contemporain de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz ;
  • al-Aġlab, né avant l’Islam et ayant vécu longtemps après, qu’Ibn Qutayba semble considérer comme l’inventeur de la qaṣida en rağaz14·
  • 15 Ši‘r, p. 573,
  • 16 Ši‘r, p. 577.
  • 17 Ši‘r, pp. 578-9.

12Tous ces personnages sont des bédouins ayant plus ou moins gravité dans l’entourage des premiers Umayyades, et dont Ibn Qutayba ne semble pas goûter particulièrement la manière. Sans prendre parti contre leur spécialité encore très prosaïque, il rapporte, avec faveur semble-t-il, des affirmations ou jugements assez peu flatteurs pour les poètes en question. Ainsi, Sulaymān b. ‘Abd al-Malik déclare à al-‘Ağğāğ : « Tu es incapable de faire de la satire ! »15. Ailleurs, Salm b. Qutayba déclare à Ru’ba décrivant un cheval : « Tu te trompes, Abū l-Ğaḥḥāf, tu l’entraves ! »16. En outre, il énumère une série de reproches adressés par al-Aṣma‘ī au même Ru’ba, relatifs à la langue ou à la grammaire de ce poète17. Seul peut-être Abū l-Nağm, auquel Ibn Qutayba emprunte nombre de citations témoins par ailleurs, trouve grâce aux yeux de notre auteur.

  • 18 Cf. à ce propos le chap. V, « Ibn Qutayba et la Šu’ūbiyya ».
  • 19 Ši‘r, p. 576.

13En réalité, peut-être ne faut-il pas voir dans ces réticences à l’égard des auteurs de rağaz tant une réprobation de la forme qu’ils emploient que le dédain inconscient du citadin lettré et raffiné du iiie/ixe siècle, quoi qu’il pense par ailleurs de la prééminence des Arabes en certains domaines18, pour les bédouins grossiers dont s’entouraient les premiers Umayyades. Peut-être est-ce en ce sens qu’il faut interpréter l’anecdote rapportée du bout des lèvres par Ibn Qutayba à propos de Ru’ba, surpris par Abū ‘Ubayda en train de déguster un rat, et affirmant que c’était plus délectable que du poulet19.

14Il apparaît donc que sous une apparente impartialité à l’égard des poètes de rağaz, qui font l’objet de notices au même titre que les autres, Ibn Qutayba préfère instinctivement à leur existence comme à leur poésie quelque peu primitives le mode de vie et le style plus raffiné des citadins de son temps.

  • 20 On rappelle ici qu’elle n’est pas propre à Ibn Qutayba. On la trouvera encore par exemple chez Ibn(...)

15La distinction soigneuse entre rağaz et ši‘r, ce dernier mot englobant tous les mètres plus élaborés, pourrait bien être une manifestation inconsciente de ce sentiment20.

  • 21 Ši‘r, p. 49.

16Si l’on excepte le rağaz en tout cas, on avoue n’avoir trouvé dans l’œuvre d’Ibn Qutayba aucune considération systématique sur les mètres en usage jusqu’à son époque. Certes, il n’ignore rien de la théorie d’al-Ḫalīl, puisqu’il condamne quelque part les mètres « irréguliers »21, mais en réalité, les critères de son jugement poétique sont ailleurs.

17Que, comme le montre une rapide statistique, il cite dans ses ouvrages — notamment dans le Ši‘r — beaucoup plus de mètres longs (« classiques ») que de mètres brefs (« modernes ») ne prouve rien de plus que les mètres classiques sont plus employés — même chez les Modernes — que les mètres courts.

***

18La rime paraît avoir intéressé davantage Ibn Qutayba, probablement parce qu’elle touche de plus près au mécanisme de la langue, à sa grammaire et à son lexique même.

  • 22 Introduction, pp. 29-31.

19Il expose méthodiquement sa théorie de la rime dans l’introduction du Ši‘r, essentiellement en définissant un certain nombre de termes techniques s’appliquant à des particularités ou irrégularités de la rime22 :

  • l’iqwā’ et l’ikfā’, à propos desquels il signale le désaccord des techniciens, les uns professent que l’iqwā’ consiste dans la variation de la flexion désinentielle à la rime23, les autres que cette particularité est l’ikfā’ ; ceux-là mêmes définissent l’iqwā’ comme l’élision d’une syllabe (ḥarf) à l’hémistiche ;
  • le sinād, qui consiste dans l’appariement d’une rime contenant une voyelle longue avec une rime contenant une diphtongue de timbre voisin : ex. -ina/-ayna ; -ini/-ayni ;
  • l’iṭā’, qui consiste tout simplement à répéter le même mot à la rime ;
  • l’iğāza, sur laquelle il y a aussi désaccord, les uns pensant qu’il s’agit de la variation de la dernière voyelle, lorsque la rime est une syllabe fermée (ex. -ur/-ir), les autres que c’est l’emploi à la rime de deux consonnes de point d’articulation voisin (ex. -īn/-īm ; -du/-tu).
  • 24 ‘Umda, I, p. 132 (iğāza) ; p. 141 (ikfā’, iqwā’). Les citations d’Ibn Rašīq ont au moins le mérite (...)

20Ibn Rašīq, qui a de toute évidence lu le Ši‘r, paraît bien l’avoir mal lu, car il semble considérer qu’Ibn Qutayba a formellement exprimé son choix entre deux définitions d’un même terme24. Or notre auteur se contente de rapporter les deux définitions de l’iqwā’, de l’ikfā’ et de l’iğāza sans prendre parti.

21En fin de compte, ces considérations sont exprimées fort brièvement, comme si Ibn Qutayba jugeait indispensable d’éclairer son public sur les hésitations de la terminologie technique de la métrique, sans y attacher personnellement qu’une importance relative.

22Une fois de plus, on constate que son jugement poétique est basé sur d’autres critères que les critères formels.

***

23L’on sent Ibn Qutayba s’animer lorsqu’il aborde les licences de syntaxe que s’autorisent les poètes.

  • 25 ex. : ašrab pour ašrabu, Introduction, p. 31.
  • 26 ex. : ma‘āriya pour ma‘ārin, ibid., p. 32.
  • 27 Ibid., pp. 32-33.

24Citant des vers où le poète se permet par exemple de supprimer une voyelle désinentielle25 ou de lire une forme peu courante au lieu d’une forme usuelle26 cet incorrigible partisan de la règle ne peut se retenir de proposer une correction : « N’était que cette lecture est transmise par un grand nombre de rapporteurs, je serais tenté de lire... »27.

  • 28 Voir à ce propos le chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques », p. 388.

25En conséquence, il ne se prive pas non plus de critiquer les grammairiens qui érigent en principe de telles lectures irrégulières, avalisant ainsi en quelque sorte des tournures anormales. Sïbawayh lui-même, ce grand Baṣrien, ne trouve pas grâce aux yeux d’Ibn Qutayba qui, suivant en cela al-Aṣma‘ī, récuse toute une série de citations de cette nature figurant dans le Kitāb28.

  • 29 Introduction, p. 34.

26Il faut noter d’ailleurs que cet attachement d’Ibn Qutayba à la règle et à la correction grammaticale en poésie procède au moins autant d’un souci pédagogique que d’une position de principe. En effet, il professe que de telles entorses pouvaient être tolérées chez les Anciens et chez les bédouins, mais ne doivent à aucun prix être imitées par les poètes modernes29.

  • 30 Cf. chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques », p. 382.

27Une fois de plus donc, on constate à cette occasion qu’Ibn Qutayba, très « baṣrien », très imprégné de ce sentiment analogique, de ce qiyās grammatical qu’il ne faut pas confondre avec la logique30, reste un partisan convaincu de la règle contre l’exception et la fantaisie. Comment un tel homme eût-il pu écrire des vers ?...

***

28On serait tenté de dire que toute l’œuvre d’Ibn Qutayba, sans en excepter même la partie religieuse, est œuvre de philologue et de lexicographe. Presque aucun vers n’est cité sans entraîner un commentaire philologique portant essentiellement sur la définition des mots rares ou difficiles. Quelles que soient la nature et l’idée maîtresse de l’ouvrage, l’énorme majorité des citations poétiques comporte un tel commentaire. La lecture suivie de ses ouvrages d’adab laisse même parfois l’impression — fallacieuse, on le verra — que les interventions vraiment personnelles d’Ibn Qutayba dans ses ouvrages sont toutes de cette nature. On renonce à donner ici des listes d’exemples. Il serait plus expédient, semble-t-il, de mettre en fiches les définitions proposées par Ibn Qutayba et de constituer ainsi le glossaire propre à cet auteur. Il faut dire que le profit de ce travail serait mince, tant il est évident que la matière des notations lexicographiques figurant dans les œuvres des plus grands philologues des iie/viiie et iiie/ixe siècles est passée dans les grandes encyclopédies comme le Lisān al-‘Arab.

  • 31 En effet, on se demande comment interpréter le fa de fa-yaqif (Introduction, p. 14, 1. 13). Mais l (...)
  • 32 Introduction, p. 15, 1. 7.

29Quoi qu’il en soit, là encore, Ibn Qutayba paraît apprécier beaucoup la langue poétique des Anciens, plus peut-être en lexicographe qu’en artiste, mais conteste le bien-fondé de l’utilisation de cette langue par les poètes modernes. Un passge du Ši‘r, quoique assez mal articulé31, ne paraît pas laisser d’équivoque à cet égard : le poète ancien est fondé à parler de qaysūm et de ğaṯğāṯ, qui sont des plantes du désert, mais le Moderne se doit de parler de poires et de pommes. En outre les Anciens, connaisseurs de la langue, ont le droit de se créer leur langue par analogie (qiyās), alors que les Modernes se le voient contester formellement32.

30Il paraît donc évident que malgré sa vénération pour la langue ancienne, Ibn Qutayba préfère, pour la poésie moderne, une langue plus courante, moins « rare » (ġarīb). Il est d’ailleurs remarquable que dans sa prose personnelle, Ibn Qutayba renonce délibérément à l’emploi du ġarīb. Il n’est lexicographe que dans ses citations. Sa langue, à lui, est bien celle de son temps.

***

  • 33 On peut rapprocher Ši‘r, p. 51, où il professe que la poésie est née en des vers de circonstance, (...)

31On trouve peu de choses dans l’œuvre d’Ibn Qutayba touchant ce que nous appellerions les genres poétiques. On verra qu’il s’est bien davantage intéressé aux thèmes. On retrouve là ce que l’on a déjà dit de la structure de la qaṣida. Contrairement à son contemporain Abū Tammām, dont la Ḥamāsa est la première tentative de classement anthologique par genres, Ibn Qutayba ne semble pas avoir eu conscience de l’évolution des genres poétiques vers l’autonomie qui est amorcée dès la fin de la période umayyade. L’unité poétique fondamentale reste le vers ou le dystique, tout au plus le groupe de quelques vers développant un thème unique et indépendant. Que certains thèmes convergent dans une même œuvre poétique et permettent de la classer dans un genre déterminé semble lui demeurer indifférent33. Certes, la terminologie traditionnelle ne lui est nullement étrangère. Il ne manque pas d’appliquer à tel ou tel vers ou groupe de vers d’un poète l’appellation classique de hiğā’, de riṯā’, de madīḥ, éventuellement de zuhd ou de ḫamr (jamais à notre connaissance de ṭard), mais on a le sentiment qu’il ne s’agit jamais dans son esprit de termes techniques de critique poétique visant à caractériser les vers en question, mais d’une terminologie occasionnelle commode sans ambition méthodologique.

  • 34 Ši‘r, p. 40 : « Les dispositions des poètes sont diverses. D’aucuns sont doués dans le panégyrique (...)
  • 35 Ši‘r, pp. 20-21.

32Tout au plus admet-il34 que certains poètes soient plus doués que d’autres dans l’un ou l’autre de ces « genres ». Encore l’idéal de la qaṣīda est-il, on l’a dit, celle où plusieurs de ces éléments coexistent dans un équilibre harmonieux35, de telle sorte que leur diversité maintienne en éveil l’attention de l’auditeur.

  • 36 I, pp. 93 sqq. ; I, pp. 275-278.
  • 37 ‘Uyūn, I, p. 278.

33On ira même plus loin en ce qui concerne le plus célèbre des genres poétiques arabes de tous les temps, le panégyrique. Les divers passages des ‘Uyūn36 qui traitent de la louange d’autrui et de soi-même font à peu près complètement abstraction de la louange en vers. La conclusion d’Ibn Qutayba est, il est vrai : « La louange de soi-même en vers est infiniment plus fréquente. C’est qu’elle est plus facile que la louange en prose »37. Naturellement, on peut toujours arguer que les ‘Uyūn sont un manuel de savoir-vivre — et de savoir-faire — où la prose l’emporte généralement sur les vers. Toutefois, il est curieux de voir qu’Ibn Qutayba y exécute le panégyrique poétique avec autant de désinvolture. Tout se passe comme si la louange en vers était pour lui un genre gratuit, assez anodin pour n’être pas pris au sérieux.

34Ou peut-être au fond nous faisons-nous une idée fausse du panégyrique chez les Arabes. Après tout, les courtisans ne parlaient pas qu’en vers, et les puissants devaient s’entendre encenser en prose plus souvent qu’en vers !

  • 38 Ši‘r, p. 24 ; v. aussi p. 51.

35Toutefois, si Ibn Qutayba n’a pas nettement conscience de la notion de genre poétique, il s’intéresse néanmoins aux mobiles, aux sources d’inspiration des poètes qui, en dernière analyse, déterminent bel et bien le « genre » de leurs œuvres poétiques. Il énumère les sources d’inspiration suivantes, qui seraient de nature à susciter la verve des poètes les moins doués : la cupidité (ṭam‘), l’inclination (šawq), l’ivresse (šarāb), l’émotion esthétique (ṭarab), et la colère (ġaḍab)38. Or comme on vient de le dire, chacun de ces états d’âme constitue en fait la source d’inspiration de l’un ou l’autre des genres poétiques représentés à son époque, qu’ils se trouvent entremêlés dans une même pièce de vers comme chez les poètes archaïques ou néo-classiques, ou traités de façon autonome comme chez les poètes citadins « modernes ».

36Cette dernière remarque nous permet de conclure qu’au fond des choses, la critique poétique d’Ibn Qutayba reflète parfois une pensée moins formelle, moins étriquée qu’on l’imaginerait au premier abord en le voyant disséquer minutieusement des thèmes poétiques tout au long de son œuvre. Ce type de critique est le fait du grammairien et du lexicographe. Le critique poétique, lui, s’intéresse à l’homme et à ses sentiments. Mais on reviendra sur le goût poétique d’Ibn Qutayba.

***

37Beaucoup d’ouvrages d’Ibn Qutayba ressortissent au genre des ma‘ānī, c’est-à-dire étude de thèmes littéraires, et notamment poétiques, dans une perspective lexicographique.

38Qu’il s’agisse en effet des Ma‘ānī l-ši‘r proprement dits, du Maysir, des Ašriba, des Anwā’ et à un moindre degré de certains passages des ‘Uyūn, on peut dire que tous ces ouvrages sont à des degrés divers des recueils de vers classés par thèmes, avec un commentaire philologique se réduisant souvent à la définition des mots difficiles, ou ġarīb.

39Or à y regarder de près, l’idée directrice de ce type d’ouvrages n’est nullement l’examen de ces thèmes sous l’angle de la critique littéraire, c’est-à-dire esthétique. Le propos est un propos de philologue, et plus étroitement encore de lexicographe. La critique poétique ne survient qu’en second lieu, on dirait accidentellement. Encore est-elle toujours empreinte d’une certaine sécheresse, voire d’une cuistrerie flagrante. Si le vers est mauvais, c’est que le vocabulaire est impropre !

40Le genre des Ma‘ānī, comme on le voit très différent du genre Ši‘r wa šu‘arā’ ou Ṭabaqāt, qui sont des anthologies proprement dites, paraît avoir été très abondamment représenté dans les œuvres des philologues des iie/viiie et iiie/ixe siècles. En effet, si l’on compulse le Fihrist, on est frappé par la prolifération des titres du type K. al-ibil, K. al-faras, K. al-ṭayr, K. al-ġanam, K. al-wuḥūš, etc., ou encore tout simplement K. al-ma‘ānī, lequel alterne souvent avec le titre K. al-ġarīb, ce qui est fort révélateur.

41Or que sont ces ouvrages ou opuscules sinon des monographies, ou recueils de monographies sur les sujets annoncés, avec à l’appui des citations en prose, mais surtout en vers ?

  • 39 Introduction, p.ج
  • 40 Entre autres dans I. Ḫallikān, II, p. 349, n° 352.

42L’éditeur du K. al-ma‘ānī d’Ibn Qutayba a dressé une liste des auteurs d’ouvrages similaires rédigés sous ce titre avant l’époque de notre auteur39. On a de bonnes raisons de penser que cette liste est loin d’être exhaustive. En effet, y figure bien celui du neveu d’al-Aṣma‘ī, ‘Abd al-Raḥmān b. Qurayb, l’un des principaux transmetteurs de l’œuvre de son oncle et maître d’Ibn Qutayba, mais non celui qui est attribué à al-Aṣma‘ī lui-même40 et dont il est difficile de rejeter l’authenticité a priori (bien qu’il ne nous soit pas parvenu) lorsqu’on connaît la nature de l’œuvre de ce philologue, responsable par ailleurs de toute une série d’opuscules du même type relatifs à tous les animaux de la création.

43On n’est pas loin de croire que chaque philologue du iie/viiie et du iiie/ixe siècles dut mettre son point d’honneur à rédiger un ou plusieurs traités de ce type, dont il y a fort à penser que les sources premières sont toujours les mêmes, à savoir les véritables créateurs de la philologie arabe, comme al-Aṣma‘ī et Abū ‘Ubayda.

44D’ailleurs, la plupart des maîtres en philologie d’Ibn Qutayba — qui sont d’ailleurs à des titres divers les disciples de ces philologues de la première heure — sont tous censés avoir à leur actif un K. al-Ma‘ānī, ou tout au moins un K. al-ibil, al-faras, al-wuḥūš ou al-maysir qui, on l’a vu, donnent naissance à un K. al-ma‘ānī lorsqu’on se donne la peine de les relier ensemble.

45En résumé donc, les ouvrages où l’on devrait trouver le plus d’indications sur le sentiment d’Ibn Qutayba en matière de thèmes poétiques ne visent nullement à cela en réalité, et cet état de choses se reflète dans la sécheresse, voire la cuistrerie dont sont empreints les jugements de valeur qu’on y découvre.

46Il faut dire que dans la plupart des cas, ceux-ci semblent bien ne pas être imputables à Ibn Qutayba en personne, mais à ses maîtres ou à ses sources. C’est ainsi qu’outre les nombreuses notations dues à al-Aṣma‘ī, l’une des sources principales du K. al-ma‘ānī est Abū ‘Ubayda, dont le K. al-ḫayl a de toute évidence été transmis à Ibn Qutayba par Abū Ḥātim al-Siğistānī. On renonce à faire état ici de tous les isnād-s qui le prouvent, et qu’on trouve à chaque page de l’ouvrage — notamment au premier chapitre. On remarquera seulement qu’Abū ‘Ubayda est cité 77 fois dans l’ouvrage.

  • 41 Ma‘ānī, p. 2.
  • 42 Ma‘ānī, p. 11.
  • 43 Ši‘r, p. 270 ; voir aussi pp. 133, 136, 590, 641, 669-70... mais il faudrait tout citer...

47Il apparaît donc nettement que les jugements de valeur sur les vers cités sont dus aux grands précurseurs, et à ce titre, il n’est point étonnant que ce soient des jugements de philologues et de lexicographes, c’est-à-dire de techniciens, ce qui leur enlève à nos yeux toute fraîcheur et toute valeur de critique proprement artistique. Les exemples sont légion. On en citera deux ici : à propos d’un vers décrivant un cheval aux pattes blanches41, al-Aṣma‘ī condamne sans appel le vers en question, car c’est un vice, chez le cheval, que d’avoir les pattes blanches plus haut que le jarret ! Plus loin, le même al-Aṣma‘ī reproche à un poète d’avoir fait transpirer son cheval trop vite42. On pourrait multiplier les exemples. On en découvrirait d’ailleurs aussi dans le S’ir, qui n’est cependant pas un ouvrage de Ma‘ānī, mais une anthologie, où l’on pourrait espérer trouver des jugements moins techniques. Ainsi43, à propos d’un sabre que son propriétaire dut arracher de terre après avoir pourfendu un ennemi, Ibn Qutayba — sans s’attribuer d’ailleurs la paternité de ce jugement — fait la fine bouche et déclare : « Ce vers est médiocre, car son auteur exagère ! » Une telle hyperbole, dont tant d’exemples font de la Chanson de Roland un immortel chef-d’œuvre, paraît donc laisser parfaitement froids les philologues, et singulièrement Ibn Qutayba.

  • 44 Wa mimmā yustağādu min Ši‘rih... (Ši‘r, p. 129) ; wa min gayyidi Ši‘rih... (Ši‘r, p. 175) ; wa yus (...)

48En revanche, lorsqu’il s’agit d’exprimer son approbation, sauf à préciser exceptionnellement les mobiles de ce jugement comme dans l’introduction du Ši‘r, sur laquelle on reviendra, Ibn Qutayba se contente le plus souvent de dire que le vers est remarquable, sans préciser autrement les raisons de son appréciation44.

49Il faut dire que dans ce cas, qui est de loin le plus fréquent, ces raisons demeurent la plupart du temps lettre morte pour l’Occidental — et même pour l’Oriental — du xxe siècle. Les sensibilités ne sont pas les mêmes, et les jugements exclusivement subjectifs, si bien qu’on s’avoue incapable de deviner en quoi tel ou tel vers a bien pu susciter l’admiration d’Ibn Qutayba, plutôt que tel autre.

50Il semble donc qu’il faille se résigner à ne pas savoir ce qui, dans la poésie arabe, provoque l’enthousiasme d’Ibn Qutayba. C’est qu’il est avant tout un prosateur, sinon un homme prosaïque, et qu’il ne paraît avoir porté d’intérêt à la poésie que dans la mesure où elle apportait à l’honnête homme de son temps un complément de culture arabe traditionnelle.

51En d’autres termes, il est toujours resté un théoricien de la poésie, éclectique sans doute, parfois sensible, on le montrera, mais intéressé par les thèmes familiers aux poètes arabes pour leur contenu culturel beaucoup plus que pour leur valeur poétique.

  • 45 Ex. Ši‘r, p. 22, où Ibn Qutayba refuse aux poètes modernes le droit de plagier les vieux thèmes cl (...)
  • 46 Une remarque analogue a été faite par l’éditeur des Ma‘ānī, p. j ; et par Trabulsi, Critique poéti (...)

52On voit dans cette constatation l’explication des diverses professions de foi d’Ibn Qutayba à l’égard des vieux thèmes de la poésie préislamique45, alors qu’il est peut-être au fond plus attiré par la spontanéité des poètes modernes (une rapide statistique des notices du Ši‘r le prouve à l’évidence). C’est que seule, la poésie préislamique pouvait être de quelque secours dans le recensement du patrimoine culturel arabe, alors que la poésie « moderne » ne pouvait constituer un objet d’étude ou de réflexion philologique46.

***

53Après nous être demandé quel était le sentiment d’Ibn Qutayba à l’égard de la poésie arabe, voyons quels principes guidaient son choix relativement aux poètes eux-mêmes.

  • 47 P. ھ.

54L’opinion communément admise, depuis Flügel et Brockelmann, est qu’Ibn Qutayba aurait été l’artisan d’une synthèse « entre les conceptions des écoles de Baṣra et de Koufa ». Visiblement, un tel jugement procède de l’interprétation hâtive d’une formule qu’on trouve dans plusieurs biographies d’Ibn Qutayba, à commencer par celle d’Ibn al-Nadīm : ḫalaṭa bayna l-maḏhabayn. Partant du principe que le mot maḏhab en l’espèce ne pouvait que s’appliquer à cette incertaine rivalité de doctrine qui est censée traditionnellement avoir opposé les philologues de Baṣra à ceux de Koufa, mais qui, en toute hypothèse, ne pouvait être fortement marquée à son époque, des critiques occidentaux en ont inféré qu’Ibn Qutayba était l’artisan d’une synthèse philologique « bagdadienne », par fusion d’éléments provenant des deux grandes villes intellectuelles d’Irak. En réalité on peut penser — comme l’auteur de l’introduction à l’édition du K. al-ma‘ānī47 — que cette formule se comprend beaucoup mieux dans le cas d’Ibn Qutayba si on l’applique à la « querelle des Anciens et des Modernes » dans le domaine de la poésie.

  • 48 Cf. chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques ».

55L’expression en effet, si elle cadre assez mal avec ce qui ressort des conceptions philologiques et grammaticales d’Ibn Qutayba à travers son œuvre48 nous semble en revanche exprimer parfaitement le programme qu’Ibn Qutayba, plus ou moins consciemment, applique dans son anthologie du Ši‘r.

56S’il sacrifie aux Anciens en effet, qui font partie du patrimoine imprescriptible de la poésie arabe, il n’en réserve pas moins de longues et importantes notices aux poètes les plus « modernes » jusqu’aux environs de 246/860, date de la mort de Di‘bil, qui sauf erreur est chronologiquement le dernier poète cité. On a vu d’autre part que l’ouvrage est caractérisé par un pullulement de notices sur des poètes mineurs sur lesquels nous ne savons — et ne saurons sans doute jamais — que ce qu’en dit Ibn Qutayba.

  • 49 Littérature, I, p. 140.

57Ainsi, l’intérêt du Ši‘r est qu’à l’encontre des autres anthologies antérieures comme les Mufaḍḍaliyyāt, les Aṣma’iyyāt et même les Ṭabaqāt d’al-Ğumaḥī, qui se limitent pratiquement toutes aux poètes archaïques, Ibn Qutayba n’a pas hésité à faire une large place dans son florilège à de nombreuses pièces de vers « modernes », voire contemporaines au moins de sa jeunesse. C’est peut-être en ce sens qu’il faut souscrire à l’affirmation de R. Blachère49 qui voit dans l’introduction du Ši‘r un « véritable manifeste du néoclassicisme », en élargissant toutefois ce jugement à la conception de l’ouvrage tout entier.

58Le mot clé de cette étude sera donc une fois de plus le mot « éclectisme ». Tant dans ses ouvrages dits « d’adab » que dans son anthologie, il apparaît qu’Ibn Qutayba n’a jamais renoncé à citer un poète en considération de son époque, de son origine, de ses tendances, de ses opinions ou de sa vie privée.

59Un telle remarque, qui nous paraît actuellement aller de soi, n’est pas inutile eu égard à l’époque et au milieu dans lesquels vit notre auteur. Les rivalités tribales, bien qu’un peu estompées, sont encore vives et de toute façon relayées par les antipathies ethniques ; les oppositions religieuses et éthiques se trouvent exacerbées par leurs implications politiques. Bref, il aurait paru normal qu’un auteur d’anthologie comme Ibn Qutayba, dont les tendances politico-religieuses sont très nettes, bien que publiquement discrètes, manifestât quelque préférence dans le choix des poètes qu’il décide de faire passer à la postérité. Or il n’en est rien.

  • 50 Pp. 480-499.
  • 51 Pp. 562-572.
  • 52 Pp. 835-838.
  • 53 I, p. 126 ; II, p. 193.

60S’il ne distingue d’aucune mention particulière les poètes islamiques dont l’appartenance religieuse ne souffre aucune critique, il n’en rejette pas pour autant ceux dont l’orthodoxie pourrait lui paraître plus ou moins sujette à caution. On a vu plus haut que la tradition voulait qu’il fût en quelque façon le disciple de Di‘bil, dont les sympathies šī‘ites sont notoires. Bien plus, s’il mentionne soigneusement les tendances hétérodoxes de plusieurs autres poètes, cela ne l’empêche pas de leur consacrer des notices longues et impartiales. C’est le cas de Kuṯayyir, qu’il qualifie de rāfiḍite et qui a droit à 19 pages50 ; al-Kumayt, qualifié également de rāfiḍite, et al-Ṭhimmāḥ, rangé parmi les Ḫāriğites sufrites, remplissent à eux deux 10 pages51 où rien ne transparaît de la réprobation qu’Ibn Qutayba est censé nourrir à l’égard de leurs convictions. S’il mentionne bien l’appartenance šī‘ite notoire d’al-Namirī52, avec une longue pièce de vers à l’appui, il signale, mais apparemment sans acrimonie ni réprobation, qu’il s’attirait les bonnes grâces d’al-Rašīd en excipant d’un parfait loyalisme ‘abbāside. Qaṭarī b. Fugâ’a lui-même est cité à plusieurs reprises dans les ‘Uyūn53 nonobstant sa qualité de Ḫāriğite militant, et Ibn Qutayba n’omet pas de dire que ses vers lui plaisent.

  • 54 Sur lui, v. Pellat, Milieu, pp. 175 sqq.
  • 55 ΕΙ2, I, p. 2 (Stern).
  • 56 ΕΙ2, I, p. 397 (Gibb).

61On pourrait penser qu’une catégorie de poètes n’a pas trouvé grâce aux yeux d’Ibn Qutayba : ce sont les poètes mu‘tazilites et apparentés. On chercherait certes en vain dans le Ši‘r un mot sur un poète auquel on ne refuse pas une certaine verve, laquelle se manifeste d’ailleurs exclusivement dans des vers de propagande. On veut parler de Ṣafwān b. Ṣafwān al-Anṣārī54, disciple notoire de Wāṣil b. ‘Aṭā’. Or il semble s’agir de pures omissions ou de coïncidences, car on n’y trouve pas davantage mention de poètes cependant célèbres comme Abān al-Lāḥiqī (m. vers 200/815), champion des ‘Abbāsides contre les ‘Alīdes55, ou ‘Alī b. al-Ğahm (m. 249/863) dont on connaît l’appui qu’il apporta à Aḥmad b. Ḥanbal contre les Mu‘tazilites56.

  • 57 Ši‘r, pp. 733-736.
  • 58 P. 433 ult.

62D’autre part, la qualification de zindīq — en raison peut-être de son imprécision — ne suffit pas dans l’esprit d’Ibn Qutayba pour rejeter un poète dans les ténèbres extérieures. Ainsi, Baššār b. Burd, dont il signale sans ambages qu’il est notoirement taxé de zandaqa57. Il est vrai que cette tare paraît largement composée dans son esprit par le fait, sans réplique à vrai dire, qu’il compte « parmi les plus grands poètes modernes »58.

***

  • 59 C’est apparemment le cas entre autres de Ḫuwaylid b. Miṭḥal al-Huḏalī, p. 648.

63Un autre aspect de la culture poétique d’Ibn Qutayba trahit peut-être à vrai dire moins d’éclectisme que d’encyclopédisme : on est frappé du nombre de poètes mineurs — dont un nombre non négligeable paraît être parfaitement inconnu par ailleurs59, hormis peut-être d’Abū l-Farağ al-Iṣfahānī auquel peu de choses ont échappé — dont Ibn Qutayba a éprouvé le besoin de citer quelques vers, parfois un seul.

64A ce titre précisément, le Ši‘r doit être mis sur le même plan que l’Aġānī et quelques autres, notamment les deux Ḥamāsa-s, pour la reconstitution des petits diwān-s.

***

65Puisqu’il s’avère décidément impossible de discerner de quelconques préférences idéologiques dans le choix qu’a opéré Ibn Qutayba dans son anthologie ou ses autres œuvres, quels sont en dernier ressort les critères de ce choix ? Il en est un à notre avis qui malgré son apparente objectivité recoupe la subjectivité essentielle des préférences d’Ibn Qutayba, dont on a dit déjà qu’elles n’étaient pas nécessairement les nôtres, ni même celles des Arabes du xxe siècle. On veut parler de la distinction entre poètes nés (maṭbū’) et poètes de métier (mutakallif).

  • 60 Ši‘r, p. 766.
  • 61 Ši‘r, p. 733.
  • 62 Ši‘r, pp. 770-803.

66Pour les plus grands, Ibn Qutayba n’omet jamais de signaler qu’il les classe personnellement parmi les poètes nés. C’est en particulier le cas d’Abū l-‘Aṭāhiya60 et de Baššār61 que nonobstant leurs défauts Ibn Qutayba considère visiblement comme deux poètes parmi les plus grands, en raison précisément de leur facilité. Malgré son goût de la règle et d’un certain conformisme, il semble admirer beaucoup Abū l-‘Aṭāhiya pour sa facilité à parler en vers, fussent-ils d’un mètre inconnu chez les Arabes. Il ressort aussi de la longue notice relative à Abū Nuwās qu’Ibn Qutayba appréciait spécialement, outre sa culture qui lui permettait de versifier sur tout et sur rien, sa particulière aisance62.

  • 63 Introduction, p. 26.

67Encore le critère du poète né, défini dans l’Introduction du Ši‘r63 est-il toujours un critère formel : « Le poète de génie est celui qui fait facilement des vers et qui est le maître des rimes... Quand on le met à l’épreuve, il ne reste jamais hésitant, ni interdit. »

***

68Tout se passe comme si Ibn Qutayba n’avait pas su définir les qualités esthétiques variées de la poésie, sa musicalité, sa sonorité, son rythme, et sur un autre plan sa noblesse, son élévation, sa puissance, sa magie. Certes, il faudra attendre Ibn al-Aṯīr et son Matai al-sā’ir pour que la critique poétique arabe se précise et s’affine, mais invinciblement, une telle constatation nous amène à nous demander quels sont, au fond des choses, les caractères du goût poétique d’Ibn Qutayba.

***

  • 64 Les exemples sont légion : Introduction, p. 15 : « al-Aṣma‘ī disait que Zuhayr et Ḥuṭay’a sont les (...)
  • 65 Les exemples sont innombrables. Il suffit d’ouvrir au hasard. Ex. Introduction, p. 21 : « Toute po (...)

69Il serait facile de reprendre ici l’introduction du K. al-Ši‘r pour tenter d’en déduire les préférences personnelles véritables d’Ibn Qutayba. Mais de ce brillant morceau d’éloquence critique ne ressortent au fond que des préférences formelles et passablement stéréotypées. Cette impression se confirme à l’examen des jugements portés — ou mieux, rapportés — dans son anthologie. Un fait est particulièrement frappant : on ne relève à peu près nulle part de jugement réellement personnel. Ce sont toujours des appréciations transmises d’al-Aṣma‘ī ou de quelque autre philologue du iie/viiie siècle64. Plus souvent encore, ces jugements sont rapportés sous une forme strictement anonyme, le plus souvent au passif, aspect impersonnel du verbe s’il en fut65. On peut à bon droit supposer que de telles appréciations impersonnelles remontent en fait aux premiers critiques « poétiques » des Arabes, c’est-à-dire toujours les mêmes philologues, ou tout au moins à une opinion poétique moyenne qu’ils avaient contribué à former, et qui semble être restée à peu près immuable jusqu’à une époque récente.

  • 66 Ši‘r, p. 730.

70Lorsqu’il arrive qu’on puisse apparemment attribuer le choix de tel ou tel vers ou de telle ou telle pièce à Ibn Qutayba lui-même, on a déjà dit que ses mobiles subjectifs nous étaient parfaitement étrangers. Si l’on est encore en mesure d’apprécier l’élévation d’un vers comme le suivant, attribué à Ibrāhīm b. Harma66 :

« Il arrive qu’un jeune héros parvienne à la gloire,
malgré un manteau déchiré, malgré des parements rapiécés. »

  • 67 Ši‘r, p. 804.

71ou l’humour dépité de ce vers d’al-‘Abbās b. al-Aḥnaf67 :

« J’enrage de voir celui qui m’a laissé goûter à son affection, s’endormir après avoir éveillé ma passion ! »

72bien des vers goûtés par Ibn Qutayba nous laissent indifférents. La hardiesse de telle ou telle métaphore, parfois invoquée par notre auteur, ne compense plus dans nos esprits la platitude de l’idée. Comment ne pas broncher devant un vers anonyme, dont on n’est même pas sûr qu’il soit du genre satirique :

  • 68 Introduction, p. 21.

« Quand Abū l-Šamūs chante, il ressemble à quelqu’un qui éternuerait en plein soleil ! »68,

73et qui cependant, au dire d’Ibn Qutayba, doit être préféré à d’autres ?

  • 69 Introduction, p. 17.
  • 70 Introduction, p. 18.

74Comment d’autre part s’attendre à découvrir un véritable sens poétique — qui du moins nous soit intelligible — chez un homme qui cite, au premier rang des sources de la véritable inspiration la convoitise (ṭam‘)69 et qui renchérit immédiatement en expliquant pourquoi al-Ḫuraymī a mieux réussi dans le panégyrique que dans l’élégie : c’est que dans le premier cas, il était poussé par l’ambition, dans le second par la simple fidélité à une mémoire70...

  • 71 Ši‘r, p. 773.

75De ci, de là pourtant semble se faire jour une certaine sensibilité poétique, ainsi lorsqu’Ibn Qutayba commente quelques vers d’Abū Nuwās71 sur la joie de vivre : « Abū Nuwās fait allusion ici à l’agrément de boire lorsque le temps est doux, que les fleurs s’épanouissent, que les eaux jaillissent et que les oiseaux chantent dans les arbres. »

76On pourrait certes penser ici à un certain amour de la nature. Mais outre qu’on y retrouve les termes mêmes des vers d’Abū Nuwās, on ne peut s’empêcher de relever que tout cela est exprimé dans une prose au fond bien banale.

77On aimerait pouvoir découvrir quelque sentiment d’une certaine fraîcheur chez notre anthologue. Mais on ne peut se retenir de penser que tout concorde pour classer Ibn Qutayba parmi les hommes d’étude, de recherche et de cabinet, chez lesquels il est bien difficile de déceler un véritable sens poétique. Comment cet homme, qui dès sa jeunesse fréquente des hommes de science, de tradition et probablement aussi de politique, qui passe une bonne partie de sa vie à trancher des cas de répudiation ou à liquider des successions tout en écrivant des ouvrages de philologie ou d’éthique à Dīnawar, qui ne revient à Bagdad que pour faire du prosélytisme sunnite au pied d’un pilier, pouvait-il réellement connaître les distractions et les tourments du sous-préfet aux champs ?...

  • 72 Introduction, p. 36 ; cf. ‘Uyūn, II, p. 185.

78La vérité est que la poésie pour Ibn Qutayba n’est nullement une fin, mais un moyen. Avec beaucoup de naïveté et de sincérité il l’a reconnu lui-même dans la péroraison de son Introduction au Ši‘r. Le passage vaut d’être reproduit, car il est révélateur de cet état d’esprit : « La poésie est la mine de la science des Arabes, le livre de leur sagesse, les archives de leur histoire, le trésor de leurs Journées, la muraille qui défend leur patrimoine, la tranchée qui préserve leur gloire... »72.

  • 73 Ibid.

79La poésie, pour lui, n’a qu’accessoirement le caractère d’un genre littéraire. C’est en réalité un corpus de documents de toute nature, historique, philologique, et aussi — peut-être surtout — la ressource la plus efficace pour étayer une cause et alimenter une polémique, c’est-à-dire un instrument politique : « Celui qui... a enchassé [ses actions] dans les rimes d’un poème... les a éternisées contre le temps... Il en a écarté les embûches de l’ennemi »73.

80Ainsi s’explique que la poésie, dans l’œuvre d’Ibn Qutayba, ne sera invoquée qu’à titre de témoignage, pour étayer une démonstration philologique, historique, politique ou religieuse. Ainsi s’explique la dilection d’Ibn Qutayba pour ce qu’il est convenu d’appeler la poésie politique. Ainsi s’éclaire la position définitive de notre auteur à l’égard de la poésie : elle n’est pas faite pour être sentie, mais pour être exploitée, pour meubler une culture basée non sur une sensibilité, mais sur une éthique.

Notes

1 Introduction au Livre de la Poésie et des Poètes, Paris 1947.

2 On pense notamment au Muḫtalif et aux Ma‘ārif.

3 Comme le Ši‘r, les Ma‘ānī et les ouvrages se rattachant à ce dernier genre, comme le Maysir.

4 Cf. le cas typique des ‘Uyūn.

5 Le fait a été noté par Ibn Qutayba lui-même dans l’Introduction au Ši‘r, pp. 3 et 4,

6 Ne cite-t-on pas Di‘bil au nombre de ses maîtres ? Cf. Première partie, chap. III.

7 Un exemple caractéristique nous paraît être celui d’Ibn Ḥazm.

8 Ši‘r, p. 15.

9 P. 13.

10 Qu’il désigne par le collectif qaṣīd, ce qui donne peut-être une portée encore plus universelle à son verdict. On notera que le sous-titre « La qaṣīda classique » de l’Introduction est dû au traducteur, non à l’auteur.

11 Iğāb ḥuqûqih, que les critiques ne paraissent pas avoir remarqué. Il serait donc destiné à provoquer la générosité de l’auditoire.

12 P. 14.

13 Introduction, p. xxxiii.

14 Ši‘r, p. 595 : « Il est le premier à avoir élevé le rağaz à la dignité de qaṣida d’une certaine longueur. Avant lui, le rağaz servait à improviser deux ou trois vers dans une lutte de jactance. »

15 Ši‘r, p. 573,

16 Ši‘r, p. 577.

17 Ši‘r, pp. 578-9.

18 Cf. à ce propos le chap. V, « Ibn Qutayba et la Šu’ūbiyya ».

19 Ši‘r, p. 576.

20 On rappelle ici qu’elle n’est pas propre à Ibn Qutayba. On la trouvera encore par exemple chez Ibn Rašīq, ‘Umda, I, p. 158.

21 Ši‘r, p. 49.

22 Introduction, pp. 29-31.

23 Rimes en u et en i ; jamais en a, ajoutera Ibn Rašīq, ‘Umda, I, p. 141.

24 ‘Umda, I, p. 132 (iğāza) ; p. 141 (ikfā’, iqwā’). Les citations d’Ibn Rašīq ont au moins le mérite de nous apprendre que dans nombre de cas Ibn Qutayba a adopté la façon de voir d’Abū ‘Ubayda, ce qui n’apparaît nullement dans l’Introduction du Ši‘r. En effet, on lit souvent : « Abū ‘Ubayda et ceux qui pensent comme lui, tels Ibn Qutayba... » (p. 141).

25 ex. : ašrab pour ašrabu, Introduction, p. 31.

26 ex. : ma‘āriya pour ma‘ārin, ibid., p. 32.

27 Ibid., pp. 32-33.

28 Voir à ce propos le chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques », p. 388.

29 Introduction, p. 34.

30 Cf. chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques », p. 382.

31 En effet, on se demande comment interpréter le fa de fa-yaqif (Introduction, p. 14, 1. 13). Mais la suite est sans équivoque.

32 Introduction, p. 15, 1. 7.

33 On peut rapprocher Ši‘r, p. 51, où il professe que la poésie est née en des vers de circonstance, peu nombreux, traitant un seul et unique thème.

34 Ši‘r, p. 40 : « Les dispositions des poètes sont diverses. D’aucuns sont doués dans le panégyrique et peinent dans la satire. D’autres font facilement des élégies et n’ont aucune facilité dans la poésie amoureuse. »

35 Ši‘r, pp. 20-21.

36 I, pp. 93 sqq. ; I, pp. 275-278.

37 ‘Uyūn, I, p. 278.

38 Ši‘r, p. 24 ; v. aussi p. 51.

39 Introduction, p.ج

40 Entre autres dans I. Ḫallikān, II, p. 349, n° 352.

41 Ma‘ānī, p. 2.

42 Ma‘ānī, p. 11.

43 Ši‘r, p. 270 ; voir aussi pp. 133, 136, 590, 641, 669-70... mais il faudrait tout citer...

44 Wa mimmā yustağādu min Ši‘rih... (Ši‘r, p. 129) ; wa min gayyidi Ši‘rih... (Ši‘r, p. 175) ; wa yustaḥsanu lahu qawluh... (Ši‘r, p. 221), etc...

45 Ex. Ši‘r, p. 22, où Ibn Qutayba refuse aux poètes modernes le droit de plagier les vieux thèmes classiques en les mettant au goût du jour, de « voyager sur un âne ou un mulet sous prétexte que les Anciens ont voyagé sur un chameau ou une chamelle ».

46 Une remarque analogue a été faite par l’éditeur des Ma‘ānī, p. j ; et par Trabulsi, Critique poétique, p. 68.

47 P. ھ.

48 Cf. chap. VII, « Ibn Qutayba et les écoles philologiques ».

49 Littérature, I, p. 140.

50 Pp. 480-499.

51 Pp. 562-572.

52 Pp. 835-838.

53 I, p. 126 ; II, p. 193.

54 Sur lui, v. Pellat, Milieu, pp. 175 sqq.

55 ΕΙ2, I, p. 2 (Stern).

56 ΕΙ2, I, p. 397 (Gibb).

57 Ši‘r, pp. 733-736.

58 P. 433 ult.

59 C’est apparemment le cas entre autres de Ḫuwaylid b. Miṭḥal al-Huḏalī, p. 648.

60 Ši‘r, p. 766.

61 Ši‘r, p. 733.

62 Ši‘r, pp. 770-803.

63 Introduction, p. 26.

64 Les exemples sont légion : Introduction, p. 15 : « al-Aṣma‘ī disait que Zuhayr et Ḥuṭay’a sont les serfs de la poésie... » ; Ši‘r, p. 679 : « al-Aṣma‘ī reprochait à al-Marrār al-’Adwī d’avoir dit à propos du palmier... » ; Ši‘r, p. 630 : « Abū ‘Ubayda déclarait : On est d’accord sur le fait que les meilleurs poètes, parmi les moins prolixes de la Ğāhiliyya, sont al-Musayyib b. ‘Alas, al-Mutalammis et Ḥusayn b. al-Humām al-Murrī. »

65 Les exemples sont innombrables. Il suffit d’ouvrir au hasard. Ex. Introduction, p. 21 : « Toute poésie n’est pas préférée à cause de sa perfection... mais on en choisit ou on en retient pour d’autres raisons... » etc., etc..

66 Ši‘r, p. 730.

67 Ši‘r, p. 804.

68 Introduction, p. 21.

69 Introduction, p. 17.

70 Introduction, p. 18.

71 Ši‘r, p. 773.

72 Introduction, p. 36 ; cf. ‘Uyūn, II, p. 185.

73 Ibid.

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search