Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Deuxième partie. Les idées

Chapitre VI. Ibn Qutayba et les langues étrangères

Texte intégral

1La doctrine bien évidemment créationniste et déterministe des savants musulmans les a naturellement empêchés de concevoir une véritable théorie évolutive des langues, laquelle d’ailleurs, il faut le dire, ne s’est imposée à l’Occident qu’à une époque relativement récente. Il serait donc vain de prétendre trouver chez Ibn Qutayba le moindre embryon de conscience d’une parenté entre certaines langues, et encore moins d’une classification.

2Il n’est toutefois pas impossible que la généalogie des divers grands groupes de tribus arabes du Nord et du Sud, et des peuples périphériques (‘Ağam, Rūm, Ḥabaš...) telle qu’elle apparaît chez les auteurs primitifs, et entre autres chez Ibn Qutayba, reflétant avant tout une conscience assez aiguë des conditions historiques de la dispersion et de l’implantation des peuples du Moyen-Orient, soit également basée de façon plus ou moins consciente sur les différences linguistiques entre ces peuples. Mais c’est là évoquer le problème de l’identité initiale entre la langue et la race qui, s’il est bien dépassé aujourd’hui, n’était certes pas conçu en des termes aussi précis par Ibn Qutayba.

3Il faudra donc se borner à glaner dans l’œuvre d’Ibn Qutayba les indications éparses permettant de se faire une idée non point tellement de sa conception des rapports entre les langues que de leur origine et dans une certaine mesure de leur hiérarchie. On se demandera ensuite quel crédit il convient d’accorder à ces diverses notations, ce qui revient à se demander si Ibn Qutayba connaissait les langues dont il parle.

***

  • 1 EI2, I, p. 183.
  • 2 Ibid.

4On ne trouve pas trace semble-t-il dans l’œuvre d’Ibn Qutayba d’une doctrine selon laquelle Adam, qui parlait l’arabe au Paradis, se mit à parler le syriaque (suryāniyya) lorsqu’il en fut expulsé1, ou d’une autre selon laquelle il aurait parlé sept cents langues, dont l’arabe était sa préférée2.

  • 3 Coran, II, 28-32.
  • 4 ‘Uyūn, I, p. 200.
  • 5 Ma‘ārif, (éd. Ukāša), p. 18.
  • 6 EI2, loc. cit., d’après Abū Bakr b. ‘Abd Allāh al-Kisā’ī (début du Ve ; GAL, I, p. 350 ; S I, p. 59 (...)

5On peut tout au plus faire état de deux notations fort imprécises : selon l’une — d’ailleurs déjà coranique3 — Dieu enseigna à Adam le nom des choses4, mais on ne dit pas si ces noms étaient arabes. Selon l’autre, dont le texte n’est d’ailleurs pas particulièrement clair, Dieu révéla à Adam un Livre de vingt et un feuillets (waraqa) renfermant plusieurs prescriptions fondamentales (interdiction de la chair d’animal non égorgé, du sang et de la viande de porc), ainsi que l’alphabet (urūf al-mu‘ğam). « Ce fut le premier livre au monde, et Dieu y définit les limites de toutes les langues (adda ‘alayhi l-alsina kullahā) »5. On hésite à donner une interprétation précise à cette curieuse expression. Elle peut impliquer que dans l’esprit d’Ibn Qutayba, Adam était en mesure de comprendre toutes les langues, ce qui rejoindrait sensiblement l’opinion déjà citée selon laquelle Adam parlait sept cents langues6.

6Bref, Ibn Qutayba ne se prononce pas nettement sur la question de la langue parlée par Adam. Le seul point avéré, et qui n’a rien pour nous surprendre, est qu’il admet sans hésitation l’origine divine du langage. On ne conçoit guère à la vérité qu’il eût pu en aller autrement.

  • 7 Ma‘ārif, p. 28.

7Jusqu’à l’épisode de la tour de Babel, rien ne trahit l’idée que pouvait se faire notre auteur des langues parlées sur la terre. Il fait ensuite sienne la tradition biblique d’après laquelle Dieu aurait alors diversifié les langues7. Il précise toutefois, sur la foi de Wahb b. Munabbih, qui ne s’est jamais fait faute de compléter les données scripturaires préislamiques, que Dieu créa alors dix-neuf langues dans la lignée de Sem, dix-sept dans la lignée de Cham, et trente-six dans la lignée de Japhet.

  • 8 Ma‘ārif pp. 27, 626.
  • 9 Ma‘ārif p. 27.

8A partir de cet événement, les idées d’Ibn Qutayba se dessinent mieux. Le premier à avoir parlé l’arabe est Ya‘rub b. Qaḥṭān, ancêtre de tous les Yéménites, descendant de Sem à la cinquième génération8. De même, Ğurhum, fils de Yaqṭān, cousin germain de Ya‘rub, dont la tribu s’installa au Yémen, puis à la Mekke, parlait l’arabe9.

  • 10 Ma‘ārif p. 626.
  • 11 Ši‘r, p. 163.
  • 12 Il n’est naturellement pas question de lui demander une définition scientifique comme celle de Jeff (...)
  • 13 Cf. chap. précédent.

9Ḥimyar b. Saba’, petit-fils de Ya‘rub, aurait été le premier souverain de la descendance de Qaḥṭān10. Il est naturellement l’ancêtre des Ḥimyarites, et la langue « himyarite » dans laquelle al-Muraqqiš al-Akbar aurait écrit « sans descendre de sa selle »11 peut difficilement être une autre que la leur. Il y a là, on le voit, une obscurité certaine : d’une part Ḥimyar b. Saba’, petit-fils de Ya‘rub, devait parler la même langue que son grand-père pour entrer dans le système généalogique d’Ibn Qutayba, et d’autre part ce dernier fait état d’une imyariyya dont force est bien de supposer qu’elle fut à un moment donné la langue de Ḥimyar. L’on est conduit dès lors à se demander ce que pouvait bien représenter cette imyariyya dans l’esprit d’Ibn Qutayba12. Il est maintenant admis qu’une longue tradition orale avait tendu à uniformiser la langue de la poésie préislamique dont la forme, et probablement la langue, avaient pu être assez différentes à l’origine de ce qu’elles sont dans nos anthologies. Or les vers rapportés par Ibn Qutayba, qu’al-Muraqqiš est censé avoir « écrits en himyarite » sont naturellement reproduits dans un arabe classique, à peine archaïsant, des plus authentiques. Faut-il en conclure que pour notre auteur, la langue himyarite était identique à l’arabe qu’il écrivait ? S’agit-il dans son esprit d’un « dialecte arabe » ? S’agit-il plus simplement de l’arabe classique écrit dans un alphabet différent ? Ce n’est naturellement pas impossible, mais on peut se demander aussi s’il n’y a pas là tout bonnement une inadvertance : pour cadrer avec son système généalogique qui, on le sait, étaye sa position anti-šu‘ūbite13, Ibn Qutayba devait laisser entendre que les Yéménites, y compris Ḥimyar, avaient été les premiers à parler l’arabe. Mais par ailleurs, une tradition historique solidement fondée lui ayant appris l’existence d’une langue « himyarite » parlée au Yémen dans les siècles précédents, il fut amené à en faire état en d’autres occasions. Il est probable en tout cas qu’il ne se faisait qu’une idée fort vague de ce qu’avait pu être cette langue.

  • 14 Cf. ΕΙ2, I, p. 441 (Vajda).
  • 15 Cf. ΕΙ, II, p. 115 s. Fir‘awn (Wensinck).
  • 16 Ma‘ārif, p. 27.

10Si les Arabes et les « Ḥimyarites » descendent l’Arfaḫsad b. Sām, c’est dans la lignée d’Iram b. Sām qu’on trouve la quasi-totalité des populations non arabes de l’empire ‘abbāside, moins les Juifs et les Byzantins : les Amalécites14, les Farā‘ina15, les Ğabābira, les rois de Perse et les gens du Ḫurāsān16.

  • 17 Mutalif, § 240.

11On n’est pas loin de voir dans ce système la résurgence d’un des soucis déterminants d’Ibn Qutayba, observé par ailleurs dans notre chapitre sur Ibn Qutayba et la Šu‘ūbiyya : celui d’attribuer aux principales aristocraties de l’empire ‘abbāside une généalogie parallèle à celle de l’aristocratie arabe qurayšite, de façon à justifier les fonctions qu’ils peuvent occuper au sein de la haute administration du califat. Les ‘Amāliqa, Farā‘ina et Ğabābira sont pour Ibn Qutayba des « rois »17 qui, s’ils n’ont plus d’existence effective à son époque n’en ont pas moins une glorieuse légende qu’il n’a pas dédaigné d’incorporer à sa tradition. On parle par ailleurs des « rois de Perse » et de la faveur relative dont ils jouissent dans la hiérarchie des groupes ethniques. Quant aux « gens du Ḫurāsān » (ahl urāsān), on insiste également au chapitre précédent sur le fait qu’ils n’avaient nul besoin d’être de lignée royale pour occuper la seconde place dans la faveur d’Ibn Qutayba, et pour cause. Du point de vue qui nous intéresse ici, en tout cas, il faut noter qu’on ne trouve aucune indication sur les langues parlées par ces populations dont certaines, plus ou moins mythiques, ne nous intéressent pas à cet égard, mais dont d’autres, on veut parler surtout des persophones, retiendront notre attention bientôt.

***

12Il est si vrai que les auteurs arabes anciens n’ont aucune conscience de l’évolution des langues qu’ils ne paraissent pas avoir jamais établi une quelconque distinction entre les langues « mortes » et les langues « vivantes ». C’est au moins le cas d’Ibn Qutayba.

13Ainsi, ce dernier paraît bien mettre sur le même plan les mots coraniques dont il admet l’origine étrangère et les mots de la langue populaire contemporaine qu’il considère comme des emprunts. Or on imagine aisément que les langues avaient à tout le moins fortement évolué depuis les trois siècles qui séparent Ibn Qutayba de la révélation, et que certaines même pouvaient être à bon droit considérées comme « mortes » à son époque, alors que les idiomes représentés dans la langue populaire contemporaine avaient toutes chances d’être encore « vivants » au iiie/ixe, ou tout au moins au iie/viiie siècle.

  • 18 The foreign vocabulary of the Qur’ān, Baroda 1938.
  • 19 Notamment Ğawālīqī, Mu‘arrab, éd. Sachau, Leipzig 1867 ; Suyūī, al-Itqān fī ‘ulūm al-Qur’ān, Calcu (...)

14On passera d’abord en revue les mots coraniques qu’Ibn Qutayba, sur la foi d’auteurs antérieurs et notamment d’Abū ‘Ubayda, considère comme des emprunts. On ne saurait naturellement s’attendre à ce que la totalité des mots étudiés par Jeffery18 fussent sentis par Ibn Qutayba comme des mots étrangers, quoique la plupart aient fait l’objet des spéculations d’auteurs plus tardifs19. Néanmoins, un certain nombre d’entre eux sont formellement reconnus pour des mots étrangers à l’arabe, surtout dans le Ġarīb al-Qur’ān, mais aussi dans le Muškil et dans l’Adab.

  • 20 Coran, VII, 136, etc...
  • 21 Jeffery, p. 293 ; cf. aussi J. Brun, Dict. syr. lat., Beyrouth 1911, p. 211 ; Adab, p. 527.
  • 22 Cf. Coran, XCV, 1.
  • 23 Dans Ġarīb al-Q_., p. 532 ; Muškil, p. 232 ; Adab, p. 527. Cf. Jeffery, p. 96, qui toutefois évoque (...)
  • 24 On relève encore Ġarīb al-adī, I, fol. 72a (barsām = ibn al-mawt) et III, fol. 52b (tāmūr = dam).

15C’est ainsi qu’on trouve quelques allusions au syriaque (suryāniyya) comme yamm20 qui, nonobstant une origine ancienne obscure, dérive en effet directement du syriaque yamō21, et les deux toponymes Ṭūr Zaytā et Ṭūr Tīnā22 correspondant au syriaque Ṭūr Zaytō et Ṭūr Tīnō23, etc.24.

  • 25 Coran, XXIV, 35.
  • 26 Adab, p. 527.
  • 27 P. 266.
  • 28 Jeffery, pp. 12-13.

16La principale notation de la abašiyya concerne le mot miškāt25 désignant une « niche » ou une « lucarne »26, reconnu également comme abyssin par Jeffery27. Les Arabes de l’époque du Prophète étaient en contact avec des Abyssins vivant au Ḥiğāz en qualité d’esclaves. On ne citera que la nourrice du Prophète Umm Ayman et son muezzin Bilāl. Ces Africains pouvaient fort bien user encore entre eux de la langue ge’ez, forme ancienne de l’amharique28. Toutefois, la parenté certaine entre l’abyssin et la langue yéménite, qui est le véritable « himyarite » dont on a parlé plus haut, ne simplifie pas l’identification étymologique des mots « abyssins » et « yéménites » passés en arabe à une époque ancienne.

  • 29 Coran, XXXVIII, 57 ; LXXVIII, 25 ; cf. Adab, p. 527.
  • 30 Zenker, Dict. turc-ar.-pers., p. 648.
  • 31 Itqān, p. 323.
  • 32 Ex. tasnīm, Coran, LXXXIII, 27 et salsabīl, Coran, LXXVI, 18.
  • 33 Jeffery, pp. 29 et 39.

17Il est superflu de dire que les très rares étymologies « turques » prêtées à des mots coraniques sont proprement inconcevables. L’apport du turc dans la langue populaire ne saurait être antérieur au iiie/ixe siècle. Or Ibn Qutayba — comme beaucoup d’auteurs après lui — attribue une étymologie turque au mot ġassāq29. Il est clair que si le mot est bien attesté en turc30 c’est par emprunt à la langue coranique. Par ailleurs Suyūṭī31 le considère comme « copte ». Jeffery ne croit pouvoir retenir aucune de ces étymologies, et pense que le mot, comme un nombre non négligeable de vocables coraniques rares32, pourrait bien avoir été purement et simplement inventé par le Prophète33. On ne saurait bien entendu s’attendre à ce qu’Ibn Qutayba exprimât une opinion aussi sacrilège. Elle ne peut pas l’avoir même effleuré.

  • 34 P. ex. Coran, XXIII, 10. Ġarīb al-Q., p. 296 ; cf. Jeffery, p. 223.
  • 35 P. ex. Coran, XVII, 37.
  • 36 Jeffery, p. 238 : araméen ? syriaque ?

18Si on laisse de côté une série de noms de crus de vins, qui ne sont naturellement pas coraniques, mais qui sont « grecs » (rūmiyya) dans la mesure où ils durent être colportés anciennement par des taverniers chrétiens, plusieurs mots du Coran sont reconnus comme « grecs » par Ibn Qutayba. Il lui était difficile de ne pas considérer comme tel le mot firdaws34. Le cas de qisās35 est plus épineux36 ; mais le mot désigne pour lui une « balance » dans le lisān al-Rūm.

  • 37 P. 102.
  • 38 Coran, III, 14.
  • 39 Note sur le Ġarīb al-Q., loc. cit.
  • 40 Tafsīr, IV, p. 31.
  • 41 P. 243.

19On relève dans le Ġarīb al-Qur’ān37 une notation curieuse à propos de qinār38 qui représenterait 8 000 miqāl-s d’or dans la langue « des gens de l’Ifrīqiya ». Ṣaqr39 reproduit la notation de Qurṭubī40 déclarant : « Ce mot désigne 8 000 miqāl-s d’or ou d’argent dans la langue des gens d’Ifrīqiya et d’Andalousie. » Jeffery41 opte pour une origine grecque indirecte (via l’araméen et le syriaque), mais il est clair que l’origine première du mot est bel et bien le latin centenarium, et que c’est directement du latin qu’il a pu passer dans les parlers occidentaux.

  • 42 Coran, XVIII, 31 ; dans Ġarīb al-Q., p. 267.
  • 43 Jeffery, p. 58.
  • 44 Coran, XI, 84 etc. ; dans Ġarīb al-Q., pp. 207-208 et Adab, p. 527.
  • 45 Jeffery, pp. 164-165 ; ΕΙ, IV, 419 (Vacca).

20Quelques mots coraniques sont imputés au persan par Ibn Qutayba. C’est le cas d’istabraq42 qualifié de fārisi mu‘arrab, qui est en effet un mot pehlevi43, ainsi que de siğğīl44 qui se ramène pour Ibn Qutayba au persan sang-gil, synonyme de l’arabe iğāra min īn, opinion généralement retenue par les philologues occidentaux et orientaux45.

21Ainsi donc, on constate que dans l’ensemble, les notations d’Ibn Qutayba relatives aux expressions non arabes du Coran sont assez exactes, puisque les philologues occidentaux ont retenu bon nombre d’entre elles. Toutefois, il serait hasardeux d’en inférer qu’Ibn Qutayba possédait personnellement une connaissance même sommaire de ces langues qui, encore une fois, peuvent être considérées comme mortes, ou tout au moins figées à son époque, et en tout cas ne sont pas représentées à l’état vivant à la périphérie du califat ‘abbāside de Bagdad.

  • 46 Dans Ġarīb al-Q, p. 36 ; cf. Jeffery, p. 71.
  • 47 Dans Ġarīb al-Q., p. 21 ; cf. Jeffery, p. 47.
  • 48 Dans Ġarīb al-Q., p. 36 ; cf. Jeffery, p. 95.
  • 49 Dans Ġarīb al-Q., p. 37 ; cf. Jeffery, pp. 148-149.

22Il est frappant par exemple qu’Ibn Qutayba se refuse à admettre une origine étrangère à des mots qui, intimement incorporés certes à la tradition islamique, n’en sont pas moins de manière flagrante des vocables étrangers dont Ibn Qutayba n’aurait pas pu récuser l’étymologie s’il avait eu une connaissance même superficielle des langues en question. On pense en particulier à Inğīl46 et à Iblīs47qui sont deux mots grecs, à Tawrāt48 et à Zābūr49 dont l’origine hébréo-araméenne tombe sous le sens.

  • 50 Iblīs, Ġarīb al-Q., p. 21, qu’Ibn Qutayba ne retient pas.
  • 51 Ex. firdaws, Ġarīb al-Q., p. 296.
  • 52 Ġarīb al-Q., p. 207, sur siğğīl.
  • 53 Ġarīb al-Q., p. 102, sur qinār.

23D’ailleurs, il faut souligner que ces notations ne sont pas nécessairement dues à Ibn Qutayba en personne. Certaines sont rapportées d’Abū ‘Ubayda50, plusieurs de Muğāhid51, d’autres enfin de « certains commentateurs »52 ou précédées d’une mention vague comme yuqāl « on dit que... » ou qāla ba‘uhum « d’aucuns disent »53.

24Dans la mesure donc où l’on peut qualifier de « langue mortes » celles dont dérivent un certain nombre de mots coraniques, on croit pouvoir affirmer qu’Ibn Qutayba n’avait aucune connaissance personnelle de ces langues, et que les notations concernant de tels emprunts anciens ne sont pas originales. L’important est toutefois qu’il admette un nombre non négligeable d’étymologies étrangères pour certains vocables coraniques.

***

  • 54 Cantineau, Le Nabatéen, Paris 1930, pp. 1-35 ; le même, Nabatéen et arabe, ΙΕΟ, I, 1934-35, p. 77. (...)

25Les notations du « nabatéen » posent un problème un peu différent. On sait qu’une confusion constante plane à l’époque d’Ibn Qutayba sur l’appellation de « nabatéen ». Au sens strict, on est maintenant assuré que les Nabatéens sont une population arabe nomade dont l’influence politique et économique se fait surtout sentir pendant le premier siècle avant J.-C. et le premier siècle de notre ère. Cette population utilise l’arabe comme langue vulgaire, mais un araméen de plus en plus arabisé comme langue écrite. On sait aussi que l’écriture « nabatéenne » marque clairement la transition entre l’écriture araméenne et les plus anciennes formes de l’écriture arabe54.

  • 55 Cf. Pellat, Milieu, pp. 22, 36.

26Dans l’acceptation courante des auteurs ‘abbāsides toutefois, il apparaît que le terme de « Nabatéens », généralement pris avec une nuance péjorative, désigne indistinctement l’ensemble des populations agricoles du Sawād, araméennes ou chaldéennes, probablement encore rebelles à l’arabisation à l’époque d’Ibn Qutayba55, ce qui explique en partie pourquoi les gouverneurs et les souverains arabes n’hésitèrent pas à conserver, pour en assurer l’administration, les fonctionnaires persans auxquels ils étaient accoutumés de longue date.

  • 56 Adab, pp. 526 sqq.
  • 57 Cf. Deuxième partie, chap. V, « Ibn Qutayba et la Šu‘ūbiyya ». On ne souscrit pas ici à l’opinion d (...)

27Il est déjà très improbable que les Nabaṭ qui, d’après Ibn Qutayba, descendent de Mās b. Iram ou de Sārūḫ b. Arġū, représentent les Nabatéens historiques. En effet, l’étymologie qu’il donne de leur nom est édifiante : « On les appelle Nabaṭ parce qu’ils puisent de l’eau (inbā al-miyāh). » Mais il est à peu près certain que les quelques notations de l’Adab concernant des emprunts populaires à la « langue nabatéenne »56 réfèrent à la langue parlée dans le Sawād irakien à l’époque d’Ibn Qutayba ou peu auparavant. Il s’agit d’ailleurs en tout et pour tout de dix mots, et il paraît exclu qu’Ibn Qutayba ait eu une connaissance solide de ce parler de gens dont par ailleurs il se méfie57.

***

28On revient ici longuement sur le cas du persan, de cette langue parlée incontestablement par le plus grand nombre dans la partie pensante de l’empire ‘abbāside, dans le Fārs, dans le Ğabal et au Ḫurāsān, pour ne pas parler de la vallée du Tigre qui marque très grossièrement la frontière linguistique, de cette langue parlée par des populations relativement très islamisées, et très tôt, et qui devait par les idées qu’elle véhiculait influer si profondément sur la nouvelle civilisation islamique. Il est hors de doute que, tout comme les Persans et les Ḫurāsāniens bénéficient d’une place privilégiée dans la hiérarchie des peuples de l’empire aux yeux d’Ibn Qutayba, leur langue jouit également d’une faveur spéciale auprès de lui, sans commune mesure naturellement avec celle de l’arabe. Bien entendu, la ligne politique où il s’est engagé ne lui permet pas d’affirmer explicitement cet attachement à une langue qui a été celle de ses ancêtres très proches, et qu’il ne peut guère avoir entièrement oubliée.

  • 58 Introd. aux Ašriba, p. 4 ; cf. aussi Kunūz al-ağdād, p. 89.
  • 59 P. 2.
  • 60 Cf. notre chapitre II (Première partie).

29Sans aller comme Kurd ‘Alī58 jusqu’à affirmer qu’il connaissait le persan parce qu’il cite souvent dans ses livres les kutub al-‘Ağam — on a vu en effet qu’il s’agissait des adaptations arabes d’Ibn al-Muqaffa’ — on ne peut s’empêcher de songer, comme Ḥusaynī59 que ses fonctions de cadi de Dīnawar, ville à majorité persophone, qu’on pense avoir duré une vingtaine d’années, et en tout cas pas moins d’onze ans60 ne peuvent pas ne pas lui avoir donné l’occasion d’apprendre un minimum de persan, en admettant même qu’il ait tout ignoré de cette langue primitivement, ce qui est loin d’être certain.

  • 61 Notamment Adab, pp. 526 sqq. et Ġarīb al-adī, III, fol. 108a, exactement les mêmes.

30De fait, sur un total d’une soixantaine de mots ou expressions persans qu’on a relevés sauf omission dans les principales œuvres d’Ibn Qutayba61 et dont on a contrôlé le sens dans le dictionnaire de Desmaisons, deux seulement nous sont restés introuvables, et l’interprétation fournie par Ibn Qutayba coïncide toujours très étroitement avec la définition du dictionnaire. On objectera que 58 mots sont peu de choses et qu’ils ne suffisent pas à attester la connaissance d’une langue. Voire : il n’y a guère plus de mots transcrits de l’arabe dans un ouvrage de vulgarisation dû à la plume d’un islamologue, qui cependant est censé connaître l’arabe par définition.

  • 62 On s’abstiendra ici d’alourdir ce travail par des listes de mots persans. Le contrôle est facile, e (...)

31Il est vrai qu’à y regarder de plus près, le parallèle ne va guère plus loin, car si dans les travaux des spécialistes en question la proportion de mots abstraits transcrits ou définis peut être globalement égale à celle des mots concrets, force est bien de constater que les mots persans cités par Ibn Qutayba sont à peu près tous des mots concrets. C’est ainsi que sur ce total d’une soixantaine de mots on relève une dizaine de termes désignant des pièces d’habillement, à peu près autant appartenant à des techniques artisanales diverses, quelques-uns relevant du vocabulaire administratif ou militaire, et d’autres mots concrets variés. Trois ou quatre mots seulement — surtout des adjectifs — peuvent être considérés comme des mots abstraits62.

32De là à conclure que les connaissances d’Ibn Qutayba en persan, qui sont indéniables, étaient limitées à une certaine langue courante, pratique, on ose dire « alimentaire », il n’y a qu’un pas. Il convient d’ailleurs de signaler que presque tous ces mots se trouvent cités dans le chapitre de l’Adab intitulé : « Des mots étrangers (a‘ğami) employés par le peuple (‘āmma) ».

33En résumé, s’il est impossible, de savoir ce qu’Ibn Qutayba pouvait connaître de persan avant sa nomination à Dīnawar — ce qui devait être fort réduit si l’on songe à ce que peuvent connaître du russe les descendants à la troisième génération de réfugiés installés à Paris après 1917, situation qui n’est pas sans analogie avec celle de notre auteur — on peut à bon droit supposer qu’un long séjour en milieu persan lui avait permis d’acquérir une pratique limitée du persan usuel, suffisante pour qu’on en trouve des traces dans son œuvre.

***

  • 63 On en donne ici quelques preuves en vrac : dans le Muškil, p. 10, Ibn Qutayba affirme que le systèm (...)

34Il reste que pour Ibn Qutayba, il est à peine besoin de le redire, la langue arabe dans laquelle il rédige toute son œuvre et dont il se fait le vulgarisateur avoué est sans discussion supérieure à toutes les autres63, tout comme les Arabes sont supérieurs à tous les autres peuples, sans que pour autant l’usage d’autres langues (et notamment du persan) soit prohibé en tous lieux et en toutes circonstances. On en donnera pour preuve ici deux notations d’apparence anodine, mais qui nous paraissent d’une portée considérable.

  • 64 ‘Uyūn, I, p. 296.
  • 65 Qu’il range toutefois, rappelons-le, parmi les furū‘, c.-à-d. les problèmes mineurs. Cf. Deuxième p (...)

35D’abord, Ibn Qutayba rapporte avec faveur une sentence prêtée à al-Aṣma‘ī qui nous semble particulièrement revélatrice : « Nous condamnons trois choses ignobles : un homme qui sent le vin (nabīd) en société, un homme qu’on entend parler le persan dans une ville arabe et un homme qui discute publiquement du Qadar »64. On en conclut sans peine que si l’usage du persan en milieu arabe est proscrit au même titre que les discussions publiques sur le Qadar65, il ne l’est pas pour autant en milieu non arabe, c’est-à-dire persan.

  • 66 P. 16.
  • 67 On voit dans ce document une preuve de ce qu’on a avancé au chap. IV (Première partie) sur la place (...)
  • 68 Coran, XVIII, 11.
  • 69 Coran, XXV, 73.

36Ailleurs, dans l’introduction du Muškil66 qui à certains égards doit être considéré comme un traité d’i‘ğāz al-Qur’ān, il déclare : « Aucun traducteur n’est en mesure de rendre le texte coranique en aucune langue [autre que l’arabe], comme l’Évangile l’a été par exemple du syriaque en abyssin et en grec67, et comme la Thora, les psaumes et autres livres révélés l’ont été en arabe ; en effet, les non-Arabes (‘Ağam) n’ont pas autant de ressources en matière de rhétorique (mağāz) que les Arabes. » Cette profession de foi semblerait sans nuances si l’on ne s’avisait quelques lignes plus loin d’une restriction qui n’a probablement pas à ses yeux l’importance que nous lui accordons, mais qui est révélatrice. Après avoir donné quelques exemples de versets « intraduisibles », il déclare à propos de l’expression « arabnā ‘alā āānihim »68 que si l’on se borne à traduire « nous les fîmes dormir » (anamnāhum) on ne traduit pas la lettre, mais le sens du texte. Il en va de même deux lignes plus loin pour la formule « lam yairrū ‘alayhā umman wa ‘umyānan »69 dont on ne trahit que la forme en traduisant par « ils ne firent pas semblant de l’ignorer » (lam yataġāfalū).

  • 70 Nombreux exemplaires de tels mss. dans les musées orientaux. Cf. fac-similé dans Bielawski, Ksiazka (...)

37Une conclusion se dégage de ces indications fugitives : non seulement il paraît admis pour Ibn Qutayba que faute de mieux on parle d’autres langues que l’arabe en dehors des milieux arabes, mais qu’une paraphrase du Coran dans d’autres langues, pouvant à la rigueur rendre les idées du texte, n’aurait d’autre inconvénient que de trahir la forme, ce qui bien entendu est infiniment plus grave dans l’esprit d’Ibn Qutayba que cela ne nous l’apparaît à notre époque. Il est de fait que des exemplaires du Coran avec des paraphrases interlinéaires — notamment en persan — ont circulé en beaucoup plus grand nombre, et peut-être beaucoup plus tôt qu’on ne l’imagine généralement70.

***

38Plusieurs points ressortent de cet examen des connaissances d’Ibn Qutayba dans les langues étrangères qui pouvaient être représentées en Irak ou dans les pays avoisinants à son époque. D’abord, la primauté de la langue arabe sur toutes les autres, et la faveur spéciale dont jouit le persan parmi ces dernières. D’ailleurs, le persan devait être la seule langue étrangère à l’arabe dont Ibn Qutayba ait une connaissance au moins élémentaire. Les quelques notations d’autres langues que l’on peut glaner dans son œuvre sont selon toute probabilité pour la plupart de seconde main.

  • 71 On a vu en effet qu’Ibn Qutayba admettait implicitement que des mots étrangers figurassent dans le (...)

39Mais une conclusion plus importante peut être tirée des considérations développées au cours de ce chapitre. Malgré un attachement très strict au Coran et à la Sunna, plusieurs indices ne laissent pas de faire penser à un esprit de tolérance — à vrai dire toute relative, mais plus grand qu’on ne l’imagine d’ordinaire — en ce qui concerne d’une part le caractère exclusivement arabe de la langue coranique71, et surtout la validité d’une paraphrase du Coran dans d’autres langues. Il ne s’aurait s’agir en aucune façon d’une validité « liturgique », cela va sans dire, mais on est tout de même assez loin de l’intransigeance farouche qu’on prête habituellement aux tenants de la Sunna en cette matière.

Notes

1 EI2, I, p. 183.

2 Ibid.

3 Coran, II, 28-32.

4 ‘Uyūn, I, p. 200.

5 Ma‘ārif, (éd. Ukāša), p. 18.

6 EI2, loc. cit., d’après Abū Bakr b. ‘Abd Allāh al-Kisā’ī (début du Ve ; GAL, I, p. 350 ; S I, p. 591), Qia al-anbiyā’, p. 28.

7 Ma‘ārif, p. 28.

8 Ma‘ārif pp. 27, 626.

9 Ma‘ārif p. 27.

10 Ma‘ārif p. 626.

11 Ši‘r, p. 163.

12 Il n’est naturellement pas question de lui demander une définition scientifique comme celle de Jeffery, p. 19 : « Le minéen, le sabéen, le himyarite appartiennent au groupe sémitique sud, étroitement apparenté à l’éthiopien, langue classique de l’Abyssinie. »

13 Cf. chap. précédent.

14 Cf. ΕΙ2, I, p. 441 (Vajda).

15 Cf. ΕΙ, II, p. 115 s. Fir‘awn (Wensinck).

16 Ma‘ārif, p. 27.

17 Mutalif, § 240.

18 The foreign vocabulary of the Qur’ān, Baroda 1938.

19 Notamment Ğawālīqī, Mu‘arrab, éd. Sachau, Leipzig 1867 ; Suyūī, al-Itqān fī ‘ulūm al-Qur’ān, Calcutta 1852-54.

20 Coran, VII, 136, etc...

21 Jeffery, p. 293 ; cf. aussi J. Brun, Dict. syr. lat., Beyrouth 1911, p. 211 ; Adab, p. 527.

22 Cf. Coran, XCV, 1.

23 Dans Ġarīb al-Q_., p. 532 ; Muškil, p. 232 ; Adab, p. 527. Cf. Jeffery, p. 96, qui toutefois évoque « l’araméen » ; mais v. Brun, op. cit., pp. 184, 701 et 742.

24 On relève encore Ġarīb al-adī, I, fol. 72a (barsām = ibn al-mawt) et III, fol. 52b (tāmūr = dam).

25 Coran, XXIV, 35.

26 Adab, p. 527.

27 P. 266.

28 Jeffery, pp. 12-13.

29 Coran, XXXVIII, 57 ; LXXVIII, 25 ; cf. Adab, p. 527.

30 Zenker, Dict. turc-ar.-pers., p. 648.

31 Itqān, p. 323.

32 Ex. tasnīm, Coran, LXXXIII, 27 et salsabīl, Coran, LXXVI, 18.

33 Jeffery, pp. 29 et 39.

34 P. ex. Coran, XXIII, 10. Ġarīb al-Q., p. 296 ; cf. Jeffery, p. 223.

35 P. ex. Coran, XVII, 37.

36 Jeffery, p. 238 : araméen ? syriaque ?

37 P. 102.

38 Coran, III, 14.

39 Note sur le Ġarīb al-Q., loc. cit.

40 Tafsīr, IV, p. 31.

41 P. 243.

42 Coran, XVIII, 31 ; dans Ġarīb al-Q., p. 267.

43 Jeffery, p. 58.

44 Coran, XI, 84 etc. ; dans Ġarīb al-Q., pp. 207-208 et Adab, p. 527.

45 Jeffery, pp. 164-165 ; ΕΙ, IV, 419 (Vacca).

46 Dans Ġarīb al-Q, p. 36 ; cf. Jeffery, p. 71.

47 Dans Ġarīb al-Q., p. 21 ; cf. Jeffery, p. 47.

48 Dans Ġarīb al-Q., p. 36 ; cf. Jeffery, p. 95.

49 Dans Ġarīb al-Q., p. 37 ; cf. Jeffery, pp. 148-149.

50 Iblīs, Ġarīb al-Q., p. 21, qu’Ibn Qutayba ne retient pas.

51 Ex. firdaws, Ġarīb al-Q., p. 296.

52 Ġarīb al-Q., p. 207, sur siğğīl.

53 Ġarīb al-Q., p. 102, sur qinār.

54 Cantineau, Le Nabatéen, Paris 1930, pp. 1-35 ; le même, Nabatéen et arabe, ΙΕΟ, I, 1934-35, p. 77. Cf. aussi Jeffery, p. 27.

55 Cf. Pellat, Milieu, pp. 22, 36.

56 Adab, pp. 526 sqq.

57 Cf. Deuxième partie, chap. V, « Ibn Qutayba et la Šu‘ūbiyya ». On ne souscrit pas ici à l’opinion de Jeffery, p. 28, considérant que les auteurs arabes ont accumulé sous la rubrique nabaiyya toutes sortes de mots dont l’origine leur était inconnue (« a cloak for their ignorance »). En effet, sur les six mots signalés, on en a retrouvé trois dans le dictionnaire araméen de Jastrow :

  1. البرنسا = כרנש , fils de l’homme, être humain ; Jastrow, p. 937.

  2. ﺻﻴق / زيق = זיק, météore, tourbillon de vent, comète ; Jastrow, p. 396.

  3. هرزوق =) محرزقق), prisonnier ; cf. חרזק to imprison, Jastrow, p. 367.

Ceci tendrait à prouver que la nabaiyya constitue bien un idiome défini et homogène.

58 Introd. aux Ašriba, p. 4 ; cf. aussi Kunūz al-ağdād, p. 89.

59 P. 2.

60 Cf. notre chapitre II (Première partie).

61 Notamment Adab, pp. 526 sqq. et Ġarīb al-adī, III, fol. 108a, exactement les mêmes.

62 On s’abstiendra ici d’alourdir ce travail par des listes de mots persans. Le contrôle est facile, et le profit nul.

63 On en donne ici quelques preuves en vrac : dans le Muškil, p. 10, Ibn Qutayba affirme que le système phonétique de l’arabe est le plus complet ; les sons qui existent ailleurs (p. ex. p ou g...) ne sont que des altérations de ce système.
Dans le Ġarīb al-adī, III, fol. 84a, Ibn Qutayba rejette un adī parce qu’il conteste à un Compagnon (il s’agit pourant du Persan Salmān) la faculté de bien connaître l’arabe. Ibid., fol 104b, il proscrit (makrūh) les pratiques d’exorcisme dans la mesure où elles ne se font pas en langue arabe. Elles ne sont pas condamnables si elles font appel à des formules coraniques ou aux noms de Dieu, etc..

64 ‘Uyūn, I, p. 296.

65 Qu’il range toutefois, rappelons-le, parmi les furū‘, c.-à-d. les problèmes mineurs. Cf. Deuxième partie, chap. I, « Les idées religieuses ».

66 P. 16.

67 On voit dans ce document une preuve de ce qu’on a avancé au chap. IV (Première partie) sur la place qu’occupe le Muškil dans la chronologie des œuvres : il paraît ignorer encore à ce moment que les Évangiles ont fait — ou vont faire ? — l’objet d’une version arabe qu’il utilisera abondamment dans plusieurs ouvrages postérieurs. Cf. Lecomte, L’ancien et le nouveau Testament...

68 Coran, XVIII, 11.

69 Coran, XXV, 73.

70 Nombreux exemplaires de tels mss. dans les musées orientaux. Cf. fac-similé dans Bielawski, Ksiazka w świecie islamu, pp. 136-137.

71 On a vu en effet qu’Ibn Qutayba admettait implicitement que des mots étrangers figurassent dans le Coran. Jeffery, p. 5 fait état d’une évolution dans l’état d’esprit des exégètes à cet égard. Les plus anciens auraient admis l’existence de mots étrangers dans le Coran, mais peu après, l’apparition du dogme de la nature éternelle du Coran aurait amené les exégètes à durcir leur attitude. En tout cas, Abū ‘Ubayda, suivi par Ibn Qutayba est encore à ranger parmi les premiers. Cf. Ġarīb al-adī, III, fol. 108a-108b ; Ğawaliqi, Mu‘arrab, p. 4.

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search