Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Première partie. L'Homme et l'œuvre

Chapitre IV. Chronologie des œuvres d’Ibn Qutayba

Texte intégral

1Il semble a priori difficile d’établir une chronologie précise des œuvres de bien des auteurs anciens. Toutefois, le dépouillement méthodique des ouvrages d’Ibn Qutayba révèle des indices qui, confrontés, finissent par donner une idée assez exacte de la gradation des préoccupations intellectuelles de notre auteur.

2On ne relève que de rares éléments de datation chiffrés, dont certains nous ont déjà servi à établir la chronologie de la vie d’Ibn Qutayba :

  • 1 Adab, p. 6.
  • 2 Cf. ci-dessus, chap. II, pp. 32 sqq.

31) Le premier se tire de l’introduction de l’Adab, dédié au « vizir Abū l-Ḥasan »1. Ce dernier ne saurait être qu’Abū l-Ḥasan ‘Ubayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān, vizir d’al-Mutawakkil à partir de 236/850, tombé une première fois en disgrâce en 247/861, revenu sur la scène politique en 256/870 et mort en 263/8772. L’Adab ne peut donc guère avoir été écrit avant 236/850, c’est-à-dire avant l’âge de 23 ans environ. D’autre part, la belle indignation qui se fait jour dans l’introduction de cet ouvrage — malgré la part de poncif qu’on y soupçonne — est certainement le fait d’un homme très jeune encore. Comme on l’a vu, il y a de très fortes chances pour qu’Ibn Qutayba ait dû à cette dédicace sa nomination de cadi de Dīnawar.

4On peut donc placer la rédaction de l’Adab aux environs de 236/850, soit vers l’âge de 23 ans.

  • 3 Cf. p. 172,

52) Le second élément de datation se tire du K. al-ma‘ārif. On a remarqué un fait curieux : si, dans l’introduction de cet ouvrage, l’auteur annonce un exposé historique jusqu’au calife al-Musta‘īn (248/862 - 252/866), cet exposé se prolonge en fait dans l’ouvrage jusqu’à al-Mu‘tamid (256/870 - 279/892)3. On suppose donc, avec toute apparence de raison, qu’une première version des Ma‘ārif comportant déjà l’actuelle introduction fut rédigée à Dīnawar avant 252/866, et que cet ouvrage fut complété à Bagdad peu avant la mort d’Ibn Qutayba qui survint en 276/889. Il oublia simplement de remanier l’introduction, à moins que la mort ne l’ait surpris avant qu’il en ait eu le temps.

  • 4 Il paraît s’agir du ms. B.M. 447.
  • 5 P. 22.

6Une indication marginale d’un des mss. de cet ouvrage4 reproduite par ‘Ukāša5 ferait état d’une lecture des Ma‘ārif en présence du régent al-Muwaffaq en 266/879. ‘Ukāša suppose qu’il ne pouvait s’agir que de la dernière version de l’ouvrage, qui serait dès lors antérieure à cette date. C’est assez vraisemblable, bien que nullement certain. En tout état de cause, cela ne change rien au fait que la dernière version des Ma‘ārif est à peu près certainement le dernier ouvrage d’Ibn Qutayba.

  • 6 AS 457, étudié par Ritter, Isl. XVIII, p. 37, note 1 ; il s’agit des folios 22a-54b.

73) Enfin, un ms. de l’Iṣlāḥ al-ġalaṭ6 porte en incipit : « Abū Muḥammad... Ibn Qutayba... nous a transmis ce livre en 268 intégralement, après nous avoir enseigné le Ġarīb al-ḥadīṯ. » D’où il ressort que l’Iṣlāḥ, comme le Ġarīb al-ḥadīṯ, est antérieur à 268/881. Mais cette indication demeure naturellement fort vague.

8Pour le reste, on est réduit à considérer deux séries de données :

91) Il arrive souvent à Ibn Qutayba de signaler dans ses ouvrages qu’il a déjà développé telle ou telle question dans un ouvrage antérieur. On rassemble ci-dessous toutes les références de ce genre, classées par ouvrage :

  • 7 P. 74.

102) Quelques indices fugitifs échappés à la plume de l’auteur peuvent confirmer ou préciser les éléments précédents. Ainsi Ibn Qutayba déclare dans le Muḫtalif7 : « Dans la fleur de ma jeunesse, lorsque je recherchais la science... » Une telle expression, avec ce qu’elle comporte d’apaisement mélancolique, ne saurait venir que sous la plume d’un homme mûr, sinon d’un vieillard. Le caractère tardif du Muḫtalif ressort d’ailleurs nettement de la précédente liste de références.

  • 8 Cf. Lecomte, Les citations de l’Ancien et du Nouveau Testament, in Arabica, janvier 1958, pp. 34-4 (...)

113) En outre, la nature même de la documentation d’Ibn Qutayba, qui se complète visiblement au fur et à mesure qu’il avance en âge donne parfois des indications intéressantes sur la chronologie de ses ouvrages. Ainsi, si dans les ‘Uyūn on trouve peu de citations authentiques de la Thora (elles y sont surtout passées par le canal de Wahb b. Munabbih), le Muḫtalif et les Ma‘ārif contiennent des citations bibliques et évangéliques dans une traduction littérale. Elles peuvent donner à penser qu’entre-temps, Ibn Qutayba s’est procuré une bonne paraphrase de la Thora et des Evangiles. Il n’est pas impossible qu’elle soit due à ‘Alī b. Sahl b. Rabban al-Ṭabarī, savant nestorien converti à l’Islam sous al-Mutawakkil8.

  • 9 EI2, I, p. 1328 (Pellat).

124) Dans le Ši‘r, il n’est nulle part question d’al-Buḥturī, poète d’al-Mutawakkil, d’al-Muntaṣir et des suivants jusqu’à al-Mu‘tamid, mort vers 284/8979. En revanche, il y est question de Di‘bil (m. en 246/860) qui paraît bien avoir figuré au nombre des maîtres d’Ibn Qutayba.

13D’autre part, le dernier calife dont il soit fait mention dans cet ouvrage est al-Mu’tasim (218/833 - 227/842).

14On peut tenir pour certain que le Ši‘r fut composé durant le séjour à Dīnawar, alors qu’il ne parvenait plus à Ibn Qutayba que des échos lointains et feutrés de la vie littéraire de la capitale, et qu’il vivait sur des souvenirs acquis avant son départ.

  • 10 Pp. 69-72.
  • 11 P. 70.
  • 12 P. 60. Sur lui, v. Lecomte, Muḥammad b. al-Ğahm al-Barmakī, gouverneur philosophe, jugé par Ibn Qu (...)

155) Peut-on tirer argument, pour l’établissement de cette chronologie du fait que tous les verbes de la notice sur al-Ğāḥiz (m. 255/869) dans le Muḫtalif10 sont à l’inaccompli, ce qui pourrait indiquer que le Muḫtalif fut écrit du vivant d’al-Ğāḥiz ? Les notices sur al-Ša‘bī, par exemple (m. 103/72211 ou sur Muḥammad b. al-Ğahm (m. probablement sous al-Mu‘taṣim)12 portent au moins un verbe kān comme exposant temporel. C’est là une indication singulièrement fragile, qui laisserait supposer qu’Ibn Qutayba écrivit cet ouvrage avant 255/869, alors que tout donne à penser que ce livre est un de ses derniers ouvrages.

  • 13 Rien n’interdit d’ailleurs de penser que le Muḫtalif, enseigné après 256/870, était déjà sur le mé (...)

16On est tenté d’y voir plutôt la marque de la présence permanente d’al-Ğāḥiẓ dans l’œuvre d’Ibn Qutayba13.

176) On n’hésite pas ici à faire état d’arguments en faveur de l’ancienneté du Ġarīb al-ḥadīṯ qui, malgré leur caractère subjectif, ne laissent pas de confirmer la ligne générale de notre chronologie. On a remarqué en effet que les documents qui composent le Ġarib al-ḥadīṯ d’une part, le Muḫtalif d’autre part sont généralement les mêmes, mais que l’exploitation qui en est faite est incomparablement plus orientée, plus élaborée, plus « engagée » en quelque sorte dans ce dernier ouvrage, où en outre on décèle des contradictions mineures avec le premier. D’autre part, Ibn Rāhawayh est beaucoup moins souvent cité dans le Ġarib al-ḥadīṯ qu’on pourrait s’y attendre (environ dix fois moins qu’al-Siğistānī). On peut penser qu’Ibn Qutayba ne l’avait pas encore fréquenté assidûment lors de la rédaction de cet ouvrage.

18Toutes ces données, qui se recoupent remarquablement, nous ont permis de dresser une liste des principaux ouvrages d’Ibn Qutayba qu’on peut considérer comme sensiblement chronologique. On verra qu’elle nous laisse percevoir la gradation et l’évolution des préoccupations intellectuelles de notre auteur au cours de sa vie.

Essai de chronologie des principaux ouvrages

Essai de chronologie des principaux ouvrages
  • 14 Ma‘ārif, p. 55.
  • 15 ‘Uyūn, I, p. 4.
  • 16 Telle est également l’opinion de Kurd ‘Alī, Kunūz al-ağdād, p. 88, et celle de Mlle Malak Ḥanānō ( (...)
  • 17 ‘Uyūn, loc. cit. : « Lorsque j’ai subdivisé ces anecdotes, j’ai jugé bon d’en faire dix livres, ap (...)

19On ne se dissimule pas que cette liste peut être discutée. D’abord, le nombre considérable de variantes dans les titres d’ouvrages attribués à Ibn Qutayba permettent de penser qu’au cours de sa vie d’écrivain et de professeur il a fort bien pu remanier plusieurs fois tel ou tel ouvrage. Il est notamment troublant de constater que si les Ma‘ārif font bien mention des ‘Uyūn14, ce dernier ouvrage cite de son côté les Ma‘ārif15. Mais on a déjà observé qu’un manuel d’histoire comme les Ma‘ārif se met nécessairement à jour, ce dont on a précisément la preuve dans le cas des Ma‘ārif (cf. plus haut)16. En outre, les Ma‘ārif figurent parmi les quatre ouvrages (Šarāb, Ma‘ārif, Ši‘r, Ta’wil al-ru’yā) qu’Ibn Qutayba déclare expressément avoir composés en marge des ‘Uyūn, dont ils devaient primitivement constituer des chapitres17.

20On peut donc admettre qu’Ibn Qutayba considérait la plupart des opuscules ressortissant au genre de l’adab (à l’exclusion des traités théologiques) comme des compléments autonomes à cet ouvrage central. Rien n’interdit ainsi de penser que l’introduction des ‘Uyūn a été remaniée, voire rédigée vers la fin de sa vie, bien que l’ouvrage fût sur le métier depuis fort longtemps.

  • 18 On trouvera une autre preuve de la rédaction progressive de certains ouvrages dans la genèse du Ġa (...)

21N’oublions pas enfin que ces ouvrages ont dû être recueillis par des disciples à la faveur de l’enseignement du maître, ce qui laisse planer un doute supplémentaire sur l’exactitude chronologique de certaines données18.

22Il reste que cette liste, malgré certaines obscurités, semble bien correspondre en gros avec la réalité, et sous cette forme, elle nous permet de dresser maintenant la chronologie des préoccupations intellectuelles de notre auteur :

  1. Coran et ḥadīṯ (d’un point de vue philologique et rhétorique).
  2. Lexicographie et grammaire (Adab al-kātib...).
  3. Poésie (Ši‘r, Ma‘ānī...).
  4. Adab (‘Uyūn...).
  5. Histoire (Ma‘ārif).
  6. Uṣūl al-dīn (Muḫtalif).

23Il est curieux de constater à quel point cette liste correspond à la genèse et à l’évolution des études profanes chez les Arabes : c’est l’étude philologique du Coran et du ḥadīṯ qui donne le branle de proche en proche à l’étude du lexique ; celle-ci suppose le recours à la poésie ; l’étude du ḥadīṯ et des aḫbār engendre l’histoire ; l’adab est le produit de l’impact des civilisations périphériques sur l’ensemble des « sciences arabes ».

24La polémique théologique enfin doit être classée à part. On a montré ailleurs que le Muḫtalif, entre autres, avait toutes chances d’être un ouvrage de commande. Toutefois, il doit être considéré dans une certaine mesure comme le couronnement de toute cette œuvre.

25Ainsi, on voit comment à travers l’œuvre d’Ibn Qutayba se reflète le processus de formation de l’homme cultivé du iiie/ixe siècle, dont il était le parfait modèle.

Notes

1 Adab, p. 6.

2 Cf. ci-dessus, chap. II, pp. 32 sqq.

3 Cf. p. 172,

4 Il paraît s’agir du ms. B.M. 447.

5 P. 22.

6 AS 457, étudié par Ritter, Isl. XVIII, p. 37, note 1 ; il s’agit des folios 22a-54b.

7 P. 74.

8 Cf. Lecomte, Les citations de l’Ancien et du Nouveau Testament, in Arabica, janvier 1958, pp. 34-46.

9 EI2, I, p. 1328 (Pellat).

10 Pp. 69-72.

11 P. 70.

12 P. 60. Sur lui, v. Lecomte, Muḥammad b. al-Ğahm al-Barmakī, gouverneur philosophe, jugé par Ibn Qutayba, in Arabica, sept. 1958, pp. 263-271.

13 Rien n’interdit d’ailleurs de penser que le Muḫtalif, enseigné après 256/870, était déjà sur le métier avant 255/869, d’autant que la notice sur Ğāḥiẓ figure au début de l’ouvrage.

14 Ma‘ārif, p. 55.

15 ‘Uyūn, I, p. 4.

16 Telle est également l’opinion de Kurd ‘Alī, Kunūz al-ağdād, p. 88, et celle de Mlle Malak Ḥanānō (communication personnelle ; Damas).

17 ‘Uyūn, loc. cit. : « Lorsque j’ai subdivisé ces anecdotes, j’ai jugé bon d’en faire dix livres, après en avoir extrait un certain nombre, à savoir quatre, pour en faire des ouvrages indépendants... »

18 On trouvera une autre preuve de la rédaction progressive de certains ouvrages dans la genèse du Ġarīb al-ḥadīṯ (q.v., p. 151) décrite par Ibn Qutayba dans l’introduction de cet ouvrage (I, fol. 3b).

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search