Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Première partie. L'Homme et l'œuvre

Chapitre III. Les maîtres d’Ibn Qutayba

Texte intégral

1Il ne nous paraît pas inutile de cerner de plus près qu’on ne le fait habituellement la notion de « maître ».

  • 1 Ainsi, al-Ḥākim al-Nīsābūrī est censé en avoir fréquenté 2000 ! (Ibn allikān, n° 587).

2On notera que l’arabe emploie dans les notices biographiques pour exprimer cette idée une tournure verbale (aaa ‘an) impliquant seulement que le personnage a recueilli l’enseignement oral d’un autre. Il est certain que dans cette optique, le nombre des « maîtres » de la plupart des lettrés arabes de tous les temps a toujours été considérable. Ne cite-t-on pas des personnages qui auraient eu des centaines, parfois des milliers de « maîtres »1 ? Il faut naturellement faire la part de l’exagération hyperbolique de biographes admiratifs. Toutefois, lorsqu’on se représente les méthodes d’enseignement traditionnelles dans les mosquées, on conçoit fort bien qu’un ālib curieux ait pu passer fréquemment d’une alqa à une autre, d’une mosquée à une autre, et pour peu qu’il ait voyagé — ce qui est fréquent à cette époque — recueillir ainsi l’enseignement de nombreux « maîtres ».

3De là à dresser d’interminables listes de personnages dûment numérotés qui sont censés avoir contribué à remplir l’esprit d’un auteur donné, sans les passer au crible d’une critique judicieuse, il y a une marge.

4On concevra ici la notion de « maître » d’une façon plus restrictive. On mentionnera comme tels ceux qui, non contents de transmettre des connaissances à Ibn Qutayba, ont réellement contribué, de façon indiscutable, à former son esprit et son jugement, et à orienter sa pensée.

5Chose curieuse, il semble que les biographes d’Ibn Qutayba aient appliqué plus ou moins consciemment ce principe. Tout se passe comme s’ils avaient eu conscience du fait qu’Ibn Qutayba, loin d’être un simple réceptacle, un « bon monstre » à la manière de Ṭabarī, a su faire un tri entre toutes les connaissances emmagasinées, et ne subit l’influence que d’un petit nombre de personnages de premier plan.

6De fait, le dépouillement des biographies connues fait apparaître une très brève liste de savants qui sont censés avoir compté Ibn Qutayba au nombre de leurs disciples. On relève ainsi les noms de :

  • Isḥāq b. Rāhawayh, 12 fois cité ;

  • Abū Ḥātim al-Siğistānī, 11 fois cité ;

  • Muḥammad b. Ziyād al-Ziyādī, 5 fois cité ;

  • Abū l-Ḫaṭṭāb Ziyād b. Yaḥyā, 2 fois cité ;

  • Ibrāhīm b. Sufyān al-Ziyādī, 2 fois cité ;

  • al-Riyāšī, 2 fois cité ;

  • Abū Sa‘īd al-Baġdādī, 1 fois cité ;

  • Aḥmad b. Ḥanbal, 1 fois cité ;

  • Ibn Aḫī l-Aṣma‘ī, 1 fois cité.

7On verra que ces personnages constituent bien en gros la liste fondamentale des véritables maîtres à penser d’Ibn Qutayba.

8Toutefois, on ne saurait se contenter des indications données par les biographes pour dresser une liste critique des maîtres d’Ibn Qutayba. Il convient en outre, ce qui est bien entendu le critère le plus sûr en l’occurrence, de répertorier soigneusement les « têtes d’isnād-s » qui figurent dans les œuvres. Lorsque l’expression addaanī, ou à la rigueur addaanā précède souvent tel ou tel nom, il est à présumer que ce nom est celui d’un personnage dont Ibn Qutayba a particulièrement suivi et apprécié l’enseignement.

9Par cette méthode, d’autres critiques ont avant nous abouti à une liste assez longue de « maîtres d’Ibn Qutayba ». Les plus complètes sont celles de Ṣaqr et de ‘Ukāša. Toutefois, on leur fera ici le reproche d’avoir mis sur le même plan toute une série de personnages dont l’influence sur notre auteur est loin d’avoir été la même, et dont certains nous paraissent même pouvoir être rayés de la liste sans inconvénient.

  • 2 Les chiffres retenus dans les données statistiques qui vont suivre n’ont pas l’ambition d’être math (...)

10En effet, si la « statistique des citations » à laquelle on s’est livré recoupe pour l’essentiel la liste constituée d’après les biographes, elle la complète pour certains, et fait apparaître pour d’autres un net décalage. C’est particulièrement flagrant par exemple pour al-Riyāšī, qui n’est cité que deux fois dans les biographies, mais qui arrive directement après Abū Ḥātim avec 63 citations dans les principaux ouvrages d’Ibn Qutayba2.

  • 3 Toutefois, pour la commodité de la consultation des notices, on donne ici la liste alphabétique de (...)

11Devant ces constatations, on renonce à dresser un répertoire alphabétique des maîtres d’Ibn Qutayba3. On juge plus expédient de les classer par ordre décroissant de fréquence, ce qui aura le mérite de distinguer immédiatement les hommes dont l’influence sur notre auteur risque d’avoir été la plus profonde.

12On a cru bon d’examiner ensuite brièvement les personnages du iie/viiie siècle qui se trouvent le plus souvent invoqués dans l’œuvre d’Ibn Qutayba, et qu’on peut en quelque façon considérer comme ses « maîtres au second, voire au troisième degré ».

13Une telle exploration, qu’on a voulue sommaire, ne fera d’ailleurs que mettre l’accent sur ce qu’on sait, on ne sait pas, des grands pionniers du iie/viiie siècle.

14Elle aura au moins le mérite d’attirer l’attention sur plusieurs d’entre eux, parmi les moins connus, qui mériteraient néanmoins une monographie en raison du rôle qui est le leur dans la constitution de la documentation d’Ibn Qutayba.

A. Les maîtres proprement dits

1. — SAHL B. MUḤAMMAD AL-ĞUŠĀMĪ AL-BAṢRĪ, ABŪ ḤĀTIM AL-SIĞISTĀNĪ4

  • 4 Ibn al-Nadīm, pp. 48-9 ; al-Azharī, p. 22 ; Ibn al-Anbārī, pp. 251-54 ; Ibn allikān, n° 266 ; Ibn (...)

15Originaire de la région de Baṣra. Disciple d’Abū Zayd, Abū ‘Ubayda, al-Aṣma‘ī, etc... Maître de tout ce qui, en Irak, s’intéressait à la philologie et à la tradition. On cite notamment parmi ses disciples al-Mubarrad et Ibn Durayd.

16Sa piété est maintes fois relevée.

17Il est cité dans toutes les biographies d’Ibn Qutayba au premier rang de ses maîtres. Il suffit d’ailleurs de noter la masse considérable d’informations que ce dernier doit à Abū Ḥātim pour en être convaincu. On lui attribue une longue série d’ouvrages dont les titres évoquent étrangement l’œuvre d’Ibn Qutayba, soit comme titres d’ouvrages ou de chapitres. Cette œuvre n’est pas restée totalement lettre morte : plusieurs opuscules nous sont parvenus. On trouvera la liste de ceux qui ont été publiés dans EI, loc. cit.

  • 5 Citations : Ġarīb al-adī, 58 ; Ma‘ānī, 16 ; Ši‘r, 13 ;’Uyūn, 11 ; Muškil, 10 ; Mutalif, 9 ; Ma‘ā (...)

18Il mourut en 248/862 (250/864 ? 255/870 ?) et toute son œuvre aurait été achetée par Ya‘qūb al-Ṣaffār en 265/879, après sa victoire sur les Ḫāriğites5.

2. — AL-‘ABBĀS B. AL-FARAĞ AL-RIYĀŠĪ AL-BARĪ, ABŪ L-FAL6

  • 6 Ibn ağar, Tahīb, V, p. 124 (n° 218) ; al-Zubaydī, pp. 103-106 et passim ; al-Sīrāfī, Abār al-na(...)

19Un des chefs de file des études philologiques au iiie/ixe siècle. A eu pour maîtres al-Aṣma‘ī, Abū ‘Ubayda, al-Māzinī (pour Sībawayh), Abū Zayd, al-Aḫfaš (et son disciple Abū ‘Umar al-Ğarmī), Muḥammad b. Sallām (qui n’est souvent qu’un intermédiaire : les deux chaînes les plus fréquentes dans l’œuvre d’Ibn Qutayba sont Aṣma‘ī - Riyāšī et Aṣma‘ī - M. b. Sallām - Riyāšī). Parmi les traditionnistes, il a fréquenté Abū Dāwūd al-Ṭayālisī, Abū ‘Āṣim, Wahb b. Ğarīr.

20Il a eu pour disciples al-Mubarrad, Ṯa‘lab, Ibn Durayd parmi les philologues, et beaucoup de traditionnistes, notamment Abū Dāwūd, l’auteur des Sunan.

21Il serait l’auteur de K. al-ayl, K. al-ibil, K. mā talafat asmā’uh min kalām al-‘Arab.

22Il fut bien en cour sous al-Mutawakkil, et précepteur des enfants de son favori al-Fath b. Ḫāqān. Il passe pour l’une des autorités les plus en vue de Baṣra, puisque de l’avis d’al-Zubaydī, les Baṣriens s’en remettaient à lui lorsqu’ils étaient en désaccord. Il fit l’éloge funèbre d’Abū Ḥātim en disant : « Beaucoup de science vient de disparaître avec lui. »

23Sa qualité de philologue sunnite transparaît dans un propos qui lui est attribué touchant Sïbawayh : « Kāna sunniyyan ‘alā l-Sunna. »

24Il est aussi à l’origine du passage des œuvres orientales en Andalousie ; on signale au moins deux philologues et traditionnistes andalous qui furent ses élèves : Abū Bakr al-Muzarri‘ et Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Ġāzī, dont al-Zubaydī déclare : « Il importa en Andalousie beaucoup de connaissances relatives à la poésie, au ġarīb, à la langue arabe, aux abār, aux poèmes commentés. »

25Il fut massacré par les Zanğ en šawwāl 257/ août-sept. 871, alors qu’il était en prière.

  • 7 Citations : Ma‘ānī, 17 ; ‘Uyūn, 14 ; Ġarīb al-adī, 12 ; Ma‘ārif, 6 ; Mutalif, 5 ; Ši‘r, 4 ; Ašri (...)

26Il est certain que c’est là un des hommes qui exercèrent l’influence la plus profonde sur Ibn Qutayba7.

3. — ISḤĀQ B. IBRĀHĪM B. RĀHAWAYH8 AL-ḤANẒALĪ, ABŪ YA‘QŪB9

  • 8 Comme c’est le cas pour la plupart des noms persans transcrits en arabe, les avis sont partagés sur (...)
  • 9 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 216 (n° 408) ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 321 ; Ibn allikān, n° 82 ; Ibn Abī(...)

27Un des plus célèbres représentants des gens du adī au iiie/ixe siècle. Il est placé par certains sur le même plan qu’Ibn Ḥanbal.

28Né vers 161/778 (166/782-3 ?) il passe une grande partie de sa vie à voyager, puis s’installe à Nīsābūr dans l’entourage de ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, émir du Ḫurāsān, ce qui le sauve de l’inquisition.

29La liste de ses maîtres se confond avec celle des plus célèbres traditionnistes de la fin du iie/viiie siècle, celle de ses disciples avec la quasi-totalité des ahl-al-Sunna wa l-Ğamā’a du iiie/ixe. Al-Buḫārī, Muslim, al-Tirmiḏī entre autres lui doivent une part de leurs connaissances en adi.

  • 10 Cf. EI2, s. Amad b. anbal (Laoust).

30Son père est déjà au nombre des partisans d’Ibn Ḥanbal. Lui-même est formellement catalogué comme Ḥanbalite par ses biographes. Toutefois, on le signale au nombre des disciples d’al-Šāfi‘ī, comme d’ailleurs Ibn Ḥanbal lui-même10.

31Ses disciples ou admirateurs, comme Abū Ḥātim, vantent son infaillibilité et sa mémoire : il dictait du tafsīr par cœur, et Abū Ḥātim s’en étonne, car c’est d’après lui beaucoup plus difficile que de dicter du adi.

  • 11 Cf. Mutalif, § 63 ;
  • 12 Ġarīb al-adī, III, fol. 106b.

32Ibn Qutayba apprécie particulièrement chez lui son intransigeance à l’égard du ra’y comme critère méthodologique11, et sa tendance conciliatrice dans le domaine du fiqh12.

33On lui devrait un Tafsīr disparu et un K. al-sunan fī l-fiqh qu’on peut peut-être identifier au fragment de Musnad inédit qui existe au Caire.

  • 13 Citations : Ġarīb al-adī, 10 ; Mutalif, 10 ; ‘Uyūn, 4 ; Ašriba, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; Laf, 1 ; Muški (...)

34Il meurt en 237/851 (230/845 ? 238/852 ? 243/857 ?) à Nīsābūrī, vers 77 ans13.

4. — MUḤAMMAD B. ‘UBAYD B. ‘ABD AL-MALIK AL-ASADĪ, ABŪ ‘ABD ALLĀH AL-ḤAMDĀNĪ14

  • 14 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 330 (n° 542).

35Ce traditionniste, mort en 249/863 (244/858 ?) « pour avoir jeûné pendant soixante ans » a eu pour maîtres Sufyān b. ‘Uyayna, Ismā‘īl et Rib‘ī b. ‘Ulayya, Abū l-Naḍr, Yazīd b. Hārūn et d’autres. Parmi ses disciples, on compte al-Tirmiḏī, Ibn Māğa et Abū Ḥātim.

36Ibn Ḥağar se fait l’écho d’un jugement flatteur de Šīrūyah al-Daylamī qui déclarait : « Si Muḥammad b. ‘Ubayd était à Bagdad, il serait l’égal d’Aḥmad b. Ḥanbal ». Précisément, son adi était très recherché à Bagdad.

  • 15 Cf. ‘Uyūn, I, p. 303 ; II, p. 131, etc... : addaanī.
  • 16 Citations : Ġarīb al-adī, 29 ; ‘Uyūn, 12 ; Ma‘ārif, 3 ; total : 42.

37On semble l’omettre régulièrement de la liste des maîtres d’Ibn Qutayba, qui fut pourtant son disciple direct15 et lui doit beaucoup16.

5. — ‘ABD AL-RAḤMĀN B. ‘ABD ALLĀH B. QURAYB, ABŪ MUḤAMMAD OU ABŪ L-ḤASAN17

  • 17 Al-Zubaydī, p. 127 ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 83 ; al-Suyūī, Buġya, p. 299 ; al-Qifī, p. 161.

38On sait fort peu de choses sur ce personnage, qui n’est cependant rien moins que le neveu d’al-Aṣma‘ī.

39Aucun biographe ne précise la date de sa mort. Seul, al-Zubaydī le range dans la cinquième classe des philologues de Baṣra, ce qui le situe approximativement dans la génération de Muḥammad b. Sallām al-Ğumaḥī, mort en 231/846.

40Il est certain en tout cas que ce fut un informateur direct et abondant d’Ibn Qutayba pour tout ce qui touche à la poésie et aux abār. L’expression « addaani ‘Abd al-Ramān ‘an al-Ama‘ī » revient en effet très souvent dans les ouvrages d’Ibn Qutayba traitant de poésie.

41Il ne semble pas que ce personnage, malgré ses illustres antécédents, ait fait preuve de beaucoup d’originalité dans son enseignement. Ibn al-Nadīm le qualifie de « lourd », qualificatif imprécis, mais en tout cas péjoratif dans son contexte : probablement « ennuyeux ». Toutefois, de l’avis de tous, il est une autorité en tant que dépositaire de l’enseignement de son oncle.

  • 18 Citations : Ma‘ānī, 11 ; Ġarīb al-adī, 10 ; Ši‘r, 9 ; ‘Uyūn, 7 ; Ašriba, 1 ; Mutalif, 1 ; biogra (...)

42On lui devrait un K. Ma‘ānī l-ši‘r disparu, dans lequel on a tendance a soupçonner la reproduction pure et simple de l’ouvrage du même nom attribué à son oncle18.

6. — YAZĪD B. ‘AMR B. AL-BARĀ’ AL-ĠANAWĪ, ABŪ SUFYĀN

  • 19 Cf. ‘Uyūn, I, p. 148 ; II, pp. 89, 131, etc... : addaanī.
    Citations :
    Ġarīb al-adī, 14 ; ‘Uyūn,
    (...)

43On n’a pas réussi à identifier ce personnage, qui fut au demeurant un simple transmetteur, mais auquel Ibn Qutayba doit beaucoup d’informations directes19.

7. — MUḤAMMAD B. ZIYĀD B. ‘UBAYD ALLĀH B. ZIYĀD B. AL-RABĪ‘ AL-ZIYĀDĪ AL-BAṢRĪ20

  • 20 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 168 (n° 248).

44Traditionniste sur lequel certains font des réserves, mort vers 250/864. Disciple de Ḥammād b. Zayd, ‘Abd al-Wāriṯ b. Sa‘īd, al-Durāwardī, Ibn ‘Uyayna, ‘Abd al-A‘lā, Bišr b. al-Mufaḍḍal, etc... Maître d’al-Buḫārī, Ibn Māğa, Ibn Ḫuzayma, etc...

45Il convient de ne pas le confondre avec un autre maître de notre auteur, le philologue Ibrāhīm b. Sufyān al-Ziyādī (q.v., n° 16). Il est d’ailleurs parfois difficile de savoir auquel on a affaire. Il n’est pas sûr en effet que l’appellation d’al-Ziyādī désigne infailliblement le dernier.

  • 21 Citations : Ġarīb al-adī, 6 ; ‘Uyūn, 6 ; Mutalif, 4 ; Ma‘ārif, 3 ; Maysir, 1 ; Muškil, 1 ; biogr (...)

46Une certaine marge de doute existe donc pour la statistique des citations imputées à ces deux personnages21.

8. — ZIYĀD B. YAḤYĀ B. ZIYĀD AL-ḤASSĀNĪ AL-BAṢRĪ AL-NUKRĪ AL-‘ADANĪ, ABŪ L-ḪATTĀB22

  • 22 Ibn ağar, Tahīb, III, p. 388 (n° 710) ; al-Zubaydī, p. 48.

47C’est le type du muaddit, simple transmetteur à la mémoire prodigieuse, qui n’a sans doute jamais lu ni écrit une ligne.

48Ses maîtres sont les plus grands traditionnistes de la fin du iie/viiie siècle : al-Mu‘tamir b. Sulaymān, Ḥātim b. Wirdān, Bišr b. al-Mufaḍḍal, Abū Dāwūd al-Ṭayālisī, ‘Abd al-Wahhāb al-Ṯaqafī, Mālik b. Su‘ayr, Nūḥ b. Qays, Ibn ‘Uyayna... On est même surpris de trouver en bonne place le nom de ‘Abd Allāh b. Maymūn al-Qaddāḥ, qui devait être considéré plus tard comme un des fondateurs de l’Ismaélisme. Comme ce n’est pas la seule fois, tant s’en faut, que ce personnage est cité parmi les traditionnistes du iie/viiie siècle, force est bien d’admettre qu’en son temps, sa doctrine paraissait assez inoffensive pour ne pas écarter de lui des disciples notoirement sunnites.

49Abū l-Ḫaṭṭāb sera à son tour le maître d’Abū Ḥātim, d’Ibn Ḫuzayma, Wahb b. Ğarīr, Ibn al-Musayyab, Ibn Abī Dīnār, Ibn Abī Dāwūd, Abū ‘Arūba, etc..

50Il est unanimement considéré comme une autorité en matière de adī. Ibn Qutayba lui est redevable d’un nombre important de traditions.

  • 23 Citations : Mutalif, 14 ; Ma‘ārif 8 ; Ġarīb al-adī, 2 ; biographies, 2 ; total : 26.

51Il meurt en 254/86823.

9. — AḤMAD B. AL-ḪALĪL B. ḤARB B. ‘ABD ALLĀH B. SAWWĀR B. SĀBIQ AL-QURAŠĪ, ABŪ ‘ABD ALLĀH AL-QŪMASĪ24

  • 24 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 28 (n° 43) ; Ibn al-Ğazarī, Qurrā’, n° 23 ; Ibn Abī Ya’lā, abaqāt al-anā (...)

52Traditionniste récusé par Abū Ḥātim qui le considère comme « menteur » et par Abū Zur‘a qui le classe parmi les « faibles ». Ibn Qutayba n’en a pas moins beaucoup retenu de lui.

  • 25 Citations : ‘Uyūn, 11 ; Ġarīb al-adī, 9 ; Ma‘ārif, 2 ; Mutalif, 1 ; total : 23.

53On ignore la date de sa mort25.

10. — DI‘BIL B. ‘ALĪ AL-UZĀ‘Ī26

  • 26 GAL, I, p. 78 ; S I, pp. 43, 121 ; ΕΙ1, I, p. 994 (Schaade).

54Cet élève de Muslim b. al-Walīd, né en 148/765, mort en 246/860 vécut à Bagdad sous al-Ma’mūn. Il est notoirement šī‘ite, ce qui lui vaut des démêlés avec al-Mu‘taṣim.

55D’après le Fihrist, il serait l’auteur d’un K. abaqāt al-šu‘arā’ et d’un K. al-wāida (?).

  • 27 P. 827.

56Ses tendances hétérodoxes (al-Ma‘arrī n’insinue-t-il pas qu’il fut un zindīq ?) n’ont pas empêché Ibn Qutayba de lui consacrer une notice assez importante dans le Si‘r, et de citer ses vers ou d’invoquer son témoignage dans les ‘Uyūn, Il apparaît dans le Si‘r27 et dans les ‘Uyūn (passim) qu’Ibn Qutayba l’a connu personnellement et l’a interrogé sur ses vers.

57Ces relations insolites — lorsqu’on connaît les idées politico-religieuses d’Ibn Qutayba — remontent probablement à la jeunesse de notre auteur. Elles peuvent aussi s’expliquer par une tendance marquée de Di‘bil à la taqiyya, qui se révèle justement dans la notice du Sir où le poète conteste avoir proféré certains vers peu flatteurs pour les ‘Abbāsides.

  • 28 Citations : ‘Uyūn, 15 ; Si’r, 2 ; Ašriba, 1 ; Laf, 1 ; total : 19.

58On notera qu’aucun biographe ne semble reconnaître Di‘bil comme un maître d’Ibn Qutayba28.

11. — ZAYD B. AḪZAM AL-ṬĀ’Ī AL-BAṢRĪ, AL-ḤĀFIẒ, ABŪ ṬĀLIB29

  • 29 Ibn ağar, Tahīb, III, p. 293 (n° 725).

59Traditionniste apprécié, qui eut pour maîtres Abū Dāwūd al-Ṭayālisī (c’est de lui qu’il rapporte le plus souvent), Yaḥyā al-Qaṭṭān, Bišr b. ‘Umar, etc.

60On compte parmi ses disciples Muslim, al-Nasā’ī, Ibn Ḫuzayma, Ibn Sa‘īd, Ibn Abī Dāwūd, al-Baġāwī, Abū Ḥātim.

61Il fut massacré par les Zang en 257/871.

  • 30 Citations : Ma‘ārif, 6 ; ‘Uyūn, 6 ; Mutalif, 3 ; Ġarīb al-adī, 1 ; Ašriba, 1 ; total : 17.

62Il semble avoir beaucoup appris à Ibn Qutayba30.

12. — ‘AMR B. BAḤR AL-KINĀNĪ AL-FUQAYMÏ AL-BAṢRĪ, ABŪ ‘UṮMĀN AL-ĞĀḤIẒ

63On s’abstient de donner ici une notice et des références bibliographiques sur cet auteur désormais bien connu.

  • 31 III, pp. 199, 216, 249.

64Bien qu’aucun des biographes d’Ibn Qutayba ne cite ce dernier au nombre des disciples d’al-Ğāḥiẓ, il apparaît à trois reprises dans les ‘Uyūn31 que le premier a reçu une iğāza pour le K. al-bualā’, ce qui implique qu’il a été à un moment donné le disciple direct du second.

  • 32 Cf. chap. VI : Les sources écrites.

65Il n’est pas certain toutefois qu’Ibn Qutayba ait recueilli directement les autres ouvrages d’al-Ğāḥiẓ. En revanche, on établit plus loin32 qu’il a abondamment exploité le K. al-ayawān, connu le K. al-bayān wa l-tabyīn, et peut-être le K. al-tarbi‘ wa l-tadwir.

  • 33 Citations : ‘Uyūn, 9 ; Ši‘r, 4 ; Mutalif, 1 ; total : 14.

66Malgré l’antinomie de leurs positions idéologiques, force est donc bien de considérer Ibn Qutayba comme un disciple d’al-Ğāḥiẓ, au moins pour la partie proprement littéraire de son œuvre33.

13. — MUḤAMMAD B. ḪĀLID B. ḪIDĀŠ B. ‘AĞLĀN AL-MUHALLABÎ AL-BAṢRĪ AL-ḌARĪR, ABŪ BAKR34

  • 34 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 140 (n° 194).
  • 35 Éd. 1348, p. 158.

67Fils d’un mawlā des Muhallabides de Baṣra, Abū l-Hayṯam Ḫālid b. Ḫidāš (m. en 223/838) qui aurait écrit plusieurs ouvrages à la gloire du héros national basrien, al-Muhallab b. Abī Ṣufra. Ils sont cités dans le Fihrist35 : K. al-Azāriqa, urūb al-Muhallab, Abār al-Muhallab.

68Muḥammad b. Ḫālid b. Ḫidāš tient donc une partie de ses informations de son père — cela transparaît parfois dans les isnād-s— et une autre de Salm b. Qutayba, gouverneur de Baṣra à plusieurs reprises au milieu du iie/viiie siècle.

69Par ailleurs, il transmet aussi du adī qu’il tient d’Ismā‘īl b. ‘Ulayya et d’autres personnages moins importants. Ce adī est recueilli par plusieurs grands traditionnistes du iiie/ixe siècle, notamment Ibn Māğa, Ibrāhīm al-Ḥarbī, Ibn Ḫuzayma...

  • 36 Citations : Mutalif, 5 ; ‘Uyūn, 5 ; Ašriba, 3 ; Ġarīb al-adī, 1 ; total : 14.

70C’est à Bagdad, où il s’est établi, que ce Baṣrien a dû enseigner. On ignore la date de sa mort. Si l’on en juge par celle de son père, on peut à bon droit la situer vers le milieu du iiie/ixe siècle36.

14. — ‘ABDA B. ‘ABD ALLĀH AL-ḪUZĀ‘Ī AL-KŪFĪ, ABŪ SAHL AL-ṢAFFĀR37

  • 37 Ibn ağar, Tahīb, VI, p. 460 (n° 949).

71D’origine koufienne, mais installé à Baṣra.

72Simple traditionniste, sans autre mérite que d’avoir eu pour maîtres des muaddit-s célèbres, et pour disciples également les traditionnistes les plus en vue du iiie/ixe siècle. Parmi ces derniers, on compte Abū Ḥātim.

  • 38 Citations : ‘Uyūn, 7 ; Ġarīb al-adī, 4 ; Mutalif, 1 ; total : 12.

73Il est mort en 257/87138.

15. — ISḤĀQ B. IBRĀHĪM B. ḤABĪB. AL-ŠAHĪD AL-ŠAHĪDĪ AL-BARĪ, ABŪ YA‘QŪB39

  • 39 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 213 (n° 399).
  • 40 Cf. abaqāt fuūl al-šu‘arā’, introd., p. 12.

74Traditionniste apprécié. Bien que son père Ibrāhīm ait été le maître de Muḥammad b. Sallām al-Ğumaḥī40, il ne semble guère avoir retenu de son enseignement que des notations historiques relatives au adr al-Islām.

75Il fut aussi le disciple d’al-Mu‘tamir b. Sulaymān, Abū Mu‘āwiya, Ḥafṣ b. Ġiyāṯ et Ibn ‘Ayyās.

76On compte parmi ses disciples Abū Dāwūd, al-Tirmiḏī, al-Nasā’ī, Ibn Māğa, Ibn Ḫuzayma, Abū ‘Aruba, Yaḥyā b. Sa‘īd...

  • 41 Citations : Mutalif, 4 ; Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; total : 12.

77Il mourut en ğumādā II 257/ avril-mai 871, assez tôt pour échapper au sort de la plupart des savants sunnites de Baṣra, massacrés par les Zanğ en šawwāl41.

16. — IBRĀHĪM B. SUFYĀN B. SULAYMĀN B. ABĪ BAKR B. ‘ABD AL-RAḤMĀN B. ZIYĀD B. ABĪH, ABŪ IṢḤĀQ B. ABĪ ḤABĪB42

  • 42 al-Suyūī, Buġya, p. 181.

78Descendant du célèbre bâtard umayyade Ziyād b. Abīh.

79Grammairien et philologue disciple de Sïbawayh, d’Abū ‘Ubayda et d’al-Aṣma‘ī. Savant en poésie et en ma‘ānī l-ši‘r, à l’occasion poète lui-même.

80Mort en 249/863.

  • 43 Citations : Ma‘ānī, 6 ; ‘Uyūn, 2 ; Muškil, 1 ; biographies, 2 ; total : 11.

81Il n’est pas toujours facile de distinguer son apport de celui de Muḥammad b. Ziyād al-Ziyādī (q.v., n° 7)43.

17. — MUḤAMMAD B. YAḤYĀ B. ABĪ ḤAZM AL-QUṬA‘Ī, ABŪ ‘ABD ALLĀH AL-BAṢRĪ44

  • 44 Ibn ağar, Tahīb, p. 508 (n° 837) ; Ibn al-Ğazarī, Qurrā’, n° 3532.

82Traditionniste apprécié, mort en 253/867.

83Disciple de transmetteurs d’une certaine notoriété, comme ‘Umar b. ‘Alī b. Muqaddam, ‘Abd al-A‘lā, ‘Abd al-Ṣamad b. ‘Abd al-Wāriṯ, etc...

84A eu pour disciples tous les grands auteurs de recueils de adī du iiie/ixe siècle, ainsi qu’Abū Ḥātim al-Siğistānī.

85Il ressort enfin des citations du Mutalif et des ‘Uyūn qu’Ibn Qutayba a entendu le adī directement de sa bouche (addaanī...).

  • 45 Citations : Ašriba, 4 ; Mutalif, 3 ; Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 1 ; total : 11.

86On est à peu près assuré qu’il est identique au Qaṭī‘ī des Ašriba45.

18. — MUḤAMMAD B. SALLĀM AL-ĞUMAḤĪ AL-BAṢRĪ, ABŪ ‘ABD ALLĀH46

  • 46 al-Zubaydī, p. 197 ; al-Sīrāfī, Abār al-nawiyyīn, pp. 19, 20, 22, 28, 34 ; Ibn al-Nadīm (1348), p (...)

87Si l’on excepte les Mufaḍḍaliyyât et les Ama‘iyyāt, al-Ğumaḥī est l’auteur de la première anthologie poétique parvenue jusqu’à nous, le K. abaqāt fuūl al-šu‘arā’.

88Il eut pour maîtres des poètes comme Baššār, des ruwāt comme Ḫalaf al-Aḥmar, des grammairiens comme Abū Zayd et Yūnus b. Ḥabīb, des abāri-s comme Abū ‘Ubayda et Abū l-Yaqẓān, des philologues comme al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī, etc...

89Ses disciples sont souvent des maîtres d’Ibn Qutayba : Abū Ḥātim, al-Riyāšī, al-Ziyādī ; on compte aussi parmi eux Ibn Ḥanbal et son fils, Yaḥyā b. Ma‘īn, Ṯa‘lab, al-Māzinī, Abū Bakr b. Abī Ḫayṯama, Abū Ḫalīfa al-Ğumaḥī (qui est responsable de la transmission des abaqāt), etc...

  • 47 Ši‘r, p. 57 = abaqāt, p. 34 ult., sur Imru’ al-Qays.

90Mais il semble bien qu’il ait compté dans son auditoire le jeune Ibn Qutayba. En effet, il meurt très agé en 231/846-47, (232/847-48 ?) et les citations de lui dans les ‘Uyūn sont précédées du verbe addaani. Toutefois, on est tenté de penser que les données d’Ibn Sallām sont parvenues à Ibn Qutayba par tradition orale le plus souvent indirecte, par l’intermédiaire de ses maîtres al-Riyāšī et al-Ziyādī. Il est rare que les citations d’Ibn Sallām dans le Si‘r ou les ‘Uyūn se retrouvent dans les abaqāt. On n’a guère relevé qu’une coïncidence exacte47. Au reste, R. Blachère a montré que plusieurs recensions de son ouvrage ont dû circuler, car des divergences se retrouvent entre les abaqāt dans leur état actuel et les citations qu’en font Abū l-Farağ et al-Suyūṭī.

91D’ailleurs, l’introduction des abaqāt est fondamentalement différente de celle du Ši‘r. On a même tendance à la trouver plus originale, plus spontanée.

92On devrait à Ibn Sallām d’autres ouvrages. Outre deux ouvrages sur la poésie qui sont peut-être identiques aux abaqāt, Ibn al-Nadīm signale un K. al-fāil fī mula al-abār wa l-aš‘ār et un K. buyūtāt al-‘Arab. Al-Suyūṭī cite en outre un Ġarīb al-Qur’ān. Tous ces ouvrages semblent perdus.

93On admettra donc jusqu’à plus ample informé qu’Ibn Qutayba a recueilli une partie de l’enseignement oral d’Ibn Sallām directement, et une autre par l’intermédiaire d’al-Riyāšī et d’al-Ziyādī.

  • 48 Citations : ‘Uyūn, 4 ; Ši‘r, 2 ; Ma‘ānī, 1 ; Ġarīb al-adī, 1 ; total : 8.

94Quoi qu’il en soit, on ne saurait considérer Ibn Sallām comme une source fondamentale d’Ibn Qutayba48.

19. — ŠUBĀBA B. SAWWĀR AL-FAZĀRĪ, ABŪ ‘AMR AL-MADĀ’INĪ49

  • 49 Ibn ağar, Tahīb, IV, p. 300.

95Traditionniste ayant écouté de grands maîtres du iie/viiie siècle, Šu‘ba, Ibn Abī Ḏi’b, al-Layṯ, ‘Abd al-‘Azīz al-Māğišūn, Muḥammad b. Ṭalḥa, et ayant transmis quelques adī-s à Ibn Ḥanbal, ‘Alī b. al-Madīnī, Yaḥyā b. Ma‘īn, Ibn Rāhawayh, etc...

96Toutefois, Ibn Ḥanbal et d’autres le taxent d’irğā’ et de laxisme.

97Il mourut en 254/868 (255/869 ? 256/870 ?).

  • 50 P. 229.
  • 51 Citations : ‘Uyūn, 5 ; Ġarīb al-adī, 2 ; Ma‘ārif, 1 (notice) ; total : 8.

98Le Tahïb reproduit une information des Ma‘ārif50 selon laquelle Šubāba aurait été Murği’ite, serait passé à l’i‘tizāl, et aurait achevé sa vie à la Mekke51.

20. — AḤMAD B. ḤANBAL52

  • 52 EI2, I, pp. 280-286 (Laoust) ; Lecomte, Traité des divergences du adī, Avant-propos, p. xxxix ; (...)

99Le seul auteur à citer Ibn Ḥanbal parmi les maîtres directs d’Ibn Qutayba est Ibn Taymiyya, suivi par tous les critiques modernes. Or on est frappé de constater que l’on ne trouve dans l’œuvre d’Ibn Qutayba qu’un tout petit nombre d’allusions à Ibn Ḥanbal.

100En revanche, on a vu que le célèbre émule d’Ibn Ḥanbal, Isḥāq b. Rāhawayh était sans aucun doute l’une des personnalités qui ont le plus marqué Ibn Qutayba.

  • 53 Citations : Muškil, 2 ; Laf, 1 ; Ġarīb al-adī, 1 ; Mutalif, 1 ; biographie, 1 ; total : 6.

101Jusqu’à plus ample informé, on considérera donc qu’Ibn Taymiyya a pris ses désirs pour des réalités, et qu’il est impossible de ranger Ibn Ḥanbal parmi les maîtres directs d’Ibn Qutayba53.

21. — AL-USAYN B. AL-ASAN B. ARB AL-SULAMĪ, ABŪ ‘ABD ALLĀH AL-MARWAZĪ54

  • 54 Ibn ağar, Tahīb, II, p. 334 (n° 593).

102Traditionniste apprécié installé à la Mekke.

103Il a eu pour maîtres les principaux transmetteurs de la fin du iie/viiie siècle : Ibn Mubārak, al-Mu‘tamir b. Sulaymān, Ibn ‘Uyayna, Ibn ‘Ulayya, etc...

104Ibn Qutayba l’a connu personnellement, et la plupart des traditions qu’il rapporte de lui émanent de ‘Abd Allāh b. Mubārak.

105Il a eu en outre pour disciples al-Tirmiḏī et Ibn Māğa.

  • 55 Citations : ‘Uyūn, 5 (addaanā) ; Mutalif, 1 (addaanī) ; total : 6.

106Il mourut en 246/86055.

22. — MUAMMAD B. MUAMMAD B. MARZŪQ B. BUKAYR B. AL-BUHLŪL AL-BĀHILĪ AL-BA56

  • 56 Ibn ağar, Tahīb, VI, p. 431 (n° 704).

107Disciple de traditionnistes peu connus. Il n’en a pas moins été le maître des grands traditionnistes du iiie/ixe siècle : Muslim, al-Tirmiḏī, Ibn Māğa, Ibn Ḫuzayma, Abū Ḥātim.

  • 57 § 138a.

108L’un des principaux adī-s qu’on ait retenu de lui est : « Un fait rapporté ne vaut pas un fait d’expérience. » Ce adī est considéré par certains comme suspect, car il met en cause la validité de la Sunna. Il est discuté par Ibn Qutayba dans le Mutalif, sans isnād57.

  • 58 Citations : Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 2 ; Ma‘ārif, 1 ; total : 6.

109Mort en 248/86258.

23. — AḤMAD B. SA‘ĪD AL-LIḤYĀNĪ59

  • 59 Ibn Abī Ya‘lā, abaqāt al-anābila, p. 23 ; mais les rares données sur lui (reprises par aqr, p. 5 (...)

110Disciple d’Abū ‘Ubayd al-Qāsim b. Sallām, il enseigna à Ibn Qutayba en 231/846 — alors que ce dernier était âgé de 18 ans — le K. al-amwāl et le K. ġarīb al-adī d’Abū ‘Ubayd.

  • 60 Cf. Ġarīb al-adī, III, fol. 35a.

111Il est peut-être aussi le transmetteur du K. al-amāl du même Abū ‘Ubayd60.

  • 61 Les « maîtres au second degré », 2, a.
  • 62 Citations : Ġarīb al-adī, passim ; I, passim ; Masā‘il, 2 ; ‘Uyūn, 1 ; Mutalif, 1 ; total (s (...)

112On précise que le classement qu’on lui attribue ici fait abstraction du Ġarīb al-adī d’Ibn Qutayba et de l’I al-ġala. On verra plus bas61 l’explication de cette anomalie62.

24. — AḤMAD B. ḪĀLID AL-ḌARĪR AL-BAĠDĀDĪ, ABŪ SA‘ĪD63

  • 63 al-Azharī, pp. 11, 23 ; al-Suyūī, Buġya, p. 131 ; al-Qifī, Inbāh, I, p. 41 ; Yāqūt, Mu‘ğam al-uda (...)
  • 64 ‘Uyūn, II, p. 244 ; Mutalif, § 248 ; Masā’il, pp. 18-19 ; surtout Ġarīb al-adī et I, passim.

113Ce philologue, protégé de Ṭāhir b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir qui l’aurait fait venir à Nīsābūrī pour y dicter des livres sur les Ma‘ānī et les Nawādir, paraît être un véritable autodidacte. Il semble que l’essentiel de ses connaissances sur la poésie et la langue lui vienne de sa fréquentation des bédouins. S’il a rencontré les savants de la fin du iie/viiie siècle, c’est apparemment surtout pour polémiquer avec eux sur leurs disciplines philologiques. C’est ainsi qu’on lui devrait un K. al-radd ‘alā Abi ‘Ubayd fi ġarīb al-adī. On sait qu’Ibn Qutayba est l’auteur d’un ouvrage analogue, l’I. Il n’est pas impossible qu’il soit en partie inspiré de celui d’Aḥmad b. Ḫālid. C’est ce que paraît confirmer l’information d’al-Azharī selon laquelle Ibn Qutayba devrait à Abū Sa‘īd sa connaissance du Ġarīb al-adī d’Abū ‘Ubayd. Toutefois, le petit nombre de citations d’Aḥmad b. Ḫālid dans l’œuvre et notamment dans le Ġarīb al-adī nous amène à nous demander s’il n’y a pas là confusion avec Aḥmad b. Sa‘īd al-Liḥyānī (q.v., n° 23) transmetteur avéré de cet ouvrage à Ibn Qutayba64.

114Al-Azharī déclare encore qu’ « al-Qutabī » a entendu Abū Sa‘īd à Nīsābūr, ce qui plaiderait en faveur d’un séjour d’Ibn Qutayba dans cette ville, mais c’est le seul témoignage en ce sens.

  • 65 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 301, n. 6.
    Citations : Ġarīb al-adī, 1 ; ‘Uyūn, 1 ; biographie, 1 ; total
    (...)

115Aḥmad b. Ḫālid aurait été chargé par al-Ma’mūn de l’inspection des kuttāb (écoles coraniques). Il se pourrait que ce soit lui qui fut révoqué par le vizir Sulaymân b. Wahb pour avoir refusé de se prêter à une fraude65.

25. — MUSLIM B. QUTAYBA66

  • 66 ‘Uyūn, I, p. 142 ; II, p. 307.

116Il est désormais de tradition de classer le père d’Ibn Qutayba parmi ses maîtres, sous prétexte que notre auteur se réfère à « son père » en de rares endroits de son œuvre.

117Toutefois, comme tout homme est peu ou prou le disciple de son père, on se refuse à ranger Muslim b. Qutayba parmi les maîtres proprement dits de son fils, ceux auxquels ce dernier doit réellement l’essentiel de sa formation.

118On ne sait d’ailleurs rien sur ce personnage.

  • 67 Cf. ci-dessus, chap. II, pp. 29-30.

119On signale ici une inadvertance de ‘Ukāša qui identifie le Muslim b. Qutayba de ‘Uyūn, I, p. 264 et de Ma‘ārif, p. 407 avec le père de notre auteur. Il s’agit en réalité du fils du conquérant de la Transoxiane Qutayba b. Muslim, qui n’a guère pu vivre au-delà de la moitié du iie/viiie siècle, et qui ne saurait être en aucune façon considéré comme un des ancêtres de notre auteur67.

  • 68 Qui correspond au début du chap. V de notre analyse, q.v., p. 149.

120Mais le mystère qui plane sur l’identité et la qualité du père d’Ibn Qutayba paraît encore s’épaissir lorsqu’on parcourt le ms. du K. ġarīb al-adī. En effet, à partir du t. I, fol. 36a68, pratiquement tous les adī-s sont précédés de la formule : « addaanī abī qāl : addaanī Fulān... » On trouve même, au fol. 124b la formule : « addaanī abī qāl : addaanī abī ‘an šay lahu » (sic).

121Il faudrait donc supposer que notre auteur tenait de son propre père la quasi-totalité de ses connaissances en adī, et que plusieurs notations avaient même été transmises dans la famille par son grand-père. Tout cela est en parfaite contradiction avec ce qui ressort des autres œuvres, où le père d’Ibn Qutayba n’apparaît que deux fois, et son grand-père, jamais.

  • 69 Ainsi, I, fol. 87b : Ḥusayn b. Ḥasan b. Ḥarb al-Marwazī, m. en 246/860 (n° 21 du présent chapitre).

122Or à y regarder de plus près, on constate que l’énorme majorité des personnages desquels l’énigmatique « père » est censé transmettre les adī-s en question ne sont autres que les hommes classés ici même parmi les « maîtres directs d’Ibn Qutayba », et qui sont tous morts vers le milieu du iiie/ixe siècle69. Il est hautement improbable que le « père d’Ibn Qutayba » ait encore pu s’entremettre entre son fils et ses maîtres à l’époque où Ibn Quytaba rédigeait son Ġarib al-adī. D’ailleurs, la formule du t. III, fol. 31a : « qāla abi raimahu llāh » montre bien qu’il s’agit en tout état de cause d’un personnage décédé.

  • 70 I, fol. 87b.

123Or la solution de cette curieuse énigme nous est donnée par le Ġarib al-adī lui-même70, où la formule précédant un adī est la suivante : « qāla Abū Ğa‘far : addatanī abī qâl : addaanī usayn b. asan b. arb al-Marwazi... » Cet Abū Ğa‘far ne saurait être qu’Aḥmad b. ‘Abd Allāh b. Muslim b. Qutayba, propre fils de notre auteur, dont on a déjà signalé le rôle considérable dans la transmission de l’œuvre de son père.

  • 71 I, fol. 124b.

124On pense donc pouvoir conclure que le ms. actuel (unique ?) du Ġarīb al-adī consiste dans une recension de cet ouvrage par Aḥmad b. Qutayba, le fils de notre auteur, dont la trace apparaît dans tous les isnād-s. Le « père » dont il est fait état à chaque page n’est autre qu’Abū Muḥammad ‘Abd Allāh, l’auteur lui-même. Ceci n’exclut d’ailleurs nullement que ce dernier ait une fois71 cité son propre père, comme il l’a fait à quelques rares reprises par ailleurs.

  • 72 I, fol. 1a.
  • 73 Cf. ci-dessus, chap. I, p. 14 et Lecomte, Disciples.
  • 74 III, fol. 134a.

125Une objection majeure apparaît immédiatement lorsqu’on examine l’isnād de l’ouvrage72 qui aboutirait à Abū Muḥammad ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Raḥmān al-Sukkarī, autre disciple favori d’Ibn Qutayba, qui transmit nombre d’ouvrages théologiques de cet auteur73. On peut se demander s’il n’y a pas là tout bonnement une méprise. Le ms. actuel a en effet été copié en 574/117874 après deux années d’études dans les cercles sunnites de Damas, et il peut être le produit du collationnement de deux recensions, l’une de Sukkarī, et l’autre d’Aḥmad b. Qutayba. On peut encore supposer que Sukkarī — qui cependant est compté parmi les disciples directs d’Ibn Qutayba — a eu recours à Aḥmad pour mettre en forme l’ouvrage de son père après sa mort.

  • 75 Citations : ‘Uyūn, 2 ; Ġarīb al-adī, 1 (?) ; total : 3 (?).

126Quoi qu’il en soit, il nous semble pouvoir conclure sans hésitation que le père de notre auteur n’est pour rien, ou peu s’en faut, dans les connaissances en adī de son fils75.

26. — YAḤYĀ B. AKṮAM AL-TAMĪMĪ AL-USAYDĪ AL-MARWAZĪ, AL-QĀḌĪ AL-FAQĪH, ABŪ MUḤAMMAD76

  • 76 Ibn ağar, Tahīb, XI, p. 179 (n° 311) ; Ibn allikān, III, p. 175 ; al-Kindī, p. 442 ; Ibn ağar, (...)

127Cadi célèbre sous al-Ma’mūn. Il a eu pour maîtres tous les grands traditionnistes du ii/eviiie siècle et pour disciples tous ceux du iiie/ixe. Il était de tendance šāfi’ite, mais toutefois adversaire du qiyās.

  • 77 abaqāt al-anābila, II, pp. 410-413 ; cf. Laoust, Ibn Baṭṭa, p. 138, n. 2.

128Certains vantent son orthodoxie (« On ne lui connaît pas de bid‘a »). Il est réputé avoir refusé de légitimer la mut‘a77. Il était d’ailleurs partisan farouche du Coran incréé et de l’inquisition en ce sens.

129Il n’en est pas moins suspecté par des Ḥanbalites notoires comme Isḥāq b. Rāhawayh qui l’appelle « ā l-Dağğāl », et Abū Ḥātim.

130C’est probablement en raison de ses compromissions avec le pouvoir que les Ḥanbalites le tiennent à l’écart. En effet, ce personnage joue sous al-Ma’mūn un rôle de premier plan, quelque chose comme un super-conseiller d’État. On assure que les vizirs d’al-Ma’mūn ne faisaient rien sans le consulter.

  • 78 Le seul indice permettant de supposer qu’Ibn Qutayba ait jamais accompli le pèlerinage se déduit du (...)
  • 79 Citations : ‘Uyūn, 3.

131Ibn Qutayba l’aurait entendu à la Mekke78. Il ne paraît d’ailleurs pas lui devoir beaucoup79.

27. — ISḤĀQ B. IBRĀHĪM B. MUḤAMMAD AL-SAWWĀF AL-BĀHILĪ AL-BAṢRĪ, ABŪ YA‘QŪB80

  • 80 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 216 (n° 407).

132Traditionniste apprécié. Parmi ses maîtres, peu font figure de grand transmetteur. Toutefois al-Buḫārī, Abū Dāwūd et Ibn Sa‘īd ont retenu de lui quelques adī-s.

  • 81 Citation : ‘Uyūn, 1.

133Mort en 253/86781.

28. — ḤARMALA B. YAḤYĀ B. ‘ABD ALLĀH B. ḤARMALA B. ‘IMRĀN AL-TUĞĪBĪ, ABŪ ḤAFṢ AL-MIṢRĪ82

  • 82 Ibn ağar, Tahīb, II, p. 229 (n° 426) ; al-azrağī, ulāa, p. 63.

134Compagnon d’al-Šāfi‘ī auquel on devrait la transmission de 100.000 adī-s d’Ibn Wahb. Mort en 243/857.

  • 83 Citation : biographie, 1.

135On ne cite ce personnage que pour mémoire, car on n’a pas réussi à déterminer les raisons qui ont amené plusieurs critiques à le ranger au nombre des maîtres d’Ibn Qutayba, si ce n’est une allusion d’al-Nawawī83.

***

136Comme on l’a laissé entendre plus haut, l’examen de cette liste de « maîtres » dressée sur des bases statistiques éclaire d’un jour nouveau bien des points qu’on considérait comme acquis relativement à la formation d’Ibn Qutayba.

1371) D’abord, elle autorise à rayer du nombre des maîtres d’Ibn Qutayba un certain nombre de personnages dont on croyait l’influence dominante sur l’esprit et l’œuvre de notre auteur.

138En gros, et compte tenu du fait que les chiffres ne sont jamais infaillibles, il paraît possible de réduire aux dix-sept premiers noms la liste des hommes dont l’enseignement eut une répercussion vraiment tangible dans l’œuvre d’Ibn Qutayba.

139Pour les autres, on croit pouvoir faire les plus expresses réserves sur la qualité de « maîtres d’Ibn Qutayba » qu’on leur accordait jusqu’à présent. Ainsi, on n’hésite pas à rayer de la liste le nom d’Aḥmad b. Ḥanbal, qui n’est que très rarement cité, celui de Muslim b. Qutayba, père de l’auteur, qui ne paraît pas avoir joui de la moindre notoriété et dont les deux évocations dans les ‘Uyūn sont à mettre au rang de simples souvenirs de jeunesse, celui d’Isḥāq b. Ibrāhīm al-Ṣawwāf, cité une seule et unique fois, et enfin celui de Ḥarmala b. Yaḥyā, dont on se demande ce qui a poussé d’autres critiques avant nous à lui attribuer un rôle dans la formation ou la documentation d’Ibn Qutayba.

140Parmi ces dix-sept noms eux-mêmes, on est fondé à attribuer un rôle déterminant dans la formation de la pensée d’Ibn Qutayba aux trois premiers d’entre eux, Abū Ḥātim al-Siğistānī, al-Riyāšī et Isḥāq b. Rāhawayh, sans que l’ordre auquel on aboutit ici par la méthode statistique corresponde nécessairement à une hiérarchie véritable dans la faveur d’Ibn Qutayba.

141Il n’est pas superflu de rappeler ici qu’Ibn Rāhawayh est après Ibn Ḥanbal le plus grand nom du « Ḥanbalisme » naissant, qu’al-Riyāšī est avant tout philologue, mais un philologue notoirement sunnite, et qu’Abū Ḥātim cumule la qualité d’éminent traditionniste avec celle de philologue réputé.

1422) Plusieurs autres personnages, parmi les plus fréquemment cités, ne doivent guère être considérés que comme des intermédiaires. On serait tenté de ranger dans cette catégorie parmi les philologues ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Abd Allāh b. Qurayb, neveu d’al-Aṣma‘ī, dont le rôle paraît bien s’être limité à la transmission de l’œuvre de son oncle, et parmi les traditionnistes Abū l-Ḫaṭṭāb Ziyād b. Yaḥyā, l’un des principaux fournisseurs de adī d’Ibn Qutayba.

  • 84 D’une façon générale d’ailleurs, on peut dire que si Ibn Qutayba a effectivement fréquenté les gens (...)

1433) Le rôle d’al-Ğāḥiẓ lui-même en tant que « maître d’Ibn Qutayba » nous paraît avoir été quelque peu surestimé. On a vu, et on verra encore dans un prochain chapitre, que notre auteur connaît bien les œuvres d’al-Ğāḥiẓ qu’il utilise largement — quoique moins qu’on ne veut bien le dire — et qu’il a même reçu une iğāza pour le K. al-bualā’, ce qui implique qu’il figura à un moment parmi les disciples familiers d’al-Ğāḥiẓ. Toutefois, force est bien d’admettre que s’il y a eu influence véritable, elle se limite strictement au domaine de l’adab. En ce qui touche leurs idéologies respectives, irréconciliables comme on sait, cette influence n’a pu être que négative84.

144Il en va d’ailleurs de même de Di‘bil, dont les convictions šī‘ites sont notoires, et dont l’apport se borne de toute évidence à des données sur la poésie et les poètes.

1454) Bien qu’il soit toujours difficile de découvrir une qualification précise aux lettrés de cette époque, qui sont le plus souvent des transmetteurs curieux de toutes les « sciences arabes », et lorsqu’ils écrivent des polygraphes, on croit pouvoir avancer que sur les dix-sept noms retenus plus haut, douze sont passés à la postérité en qualité de traditionnistes, c’est-à-dire de « gens du adī ».

146Si l’on met à part les philologues proprement dits — qui cumulent d’ailleurs parfois les deux qualités, comme Abū Ḥātim — on n’est pas loin de penser que ce sont les gens du adī qui ont laissé l’empreinte la plus profonde sur le jeune Ibn Qutayba.

1475) Une autre constatation nous amènera plus loin à reconsidérer l’opinion que se transmettent les critiques depuis Ibn al-Nadīm sur le rôle qu’aurait joué Ibn Qutayba dans une prétendue synthèse des doctrines philologiques de Baṣra et de Koufa, et la « fondation » d’une « école de Baġdād ».

148Sur les dix-sept noms retenus, douze sont ceux de Baṣriens notoires, comme en témoigne le qualificatif d’al-Baṣrī que leur appliquent les biographes. Un seul porte l’ethnique d’al-Kūfī (il s’agit du traditionniste ‘Abda b. ‘Abd Allāh), mais il ressort du Tahīb d’Ibn Ḥağar qu’elle indique tout simplement le lieu de naissance de ce personnage, dont l’activité se situe en réalité à Baṣra.

149On ajoute que plusieurs de ces maîtres baṣriens le sont restés, puisqu’ils furent massacrés par les Zanğ lors du sac de Baṣra en šawwāl 257/août-sept. 871.

150Si l’on rapproche cette constatation du fait, déjà signalé, que la rivalité entre Koufa et Baṣra pourrait bien se réduire à une rivalité personnelle née au milieu du iiie/ixe siècle entre al-Mubarrad et Ta’lab, on n’est pas loin de penser que l’« école de Baġdād » dont la fondation est attribuée à Ibn Qutayba, et qui est censée réaliser un compromis entre les tendances basrienne et koufienne, ressemble fort à une vue de l’esprit, ou plus exactement que l’activité philologique des Bagdadiens se confond en fait avec celle des Baṣriens.

151Telles sont les réflexions que nous suggèrent l’examen approfondi de la liste corrigée des maîtres d’Ibn Qutayba. On ne manquera pas d’y revenir lorsqu’on exposera les idées de notre auteur.

B. Les « maîtres au second degré »

152Qu’elle lui soit parvenue par cheminement oral ou écrit, l’information mise en œuvre par Ibn Qutayba provient en dernière analyse des grands pionniers du iie siècle ou du début du iiie, de ceux qui, apparemment pour la première fois, se sont appliqués à recueillir le patrimoine arabe dans tous les domaines de l’activité littéraire.

153Sans prétendre étudier en détail la filiation de la documentation d’Ibn Qutayba jusqu’à ces premiers grands noms de la littérature arabe, on a jugé qu’il n’était pas sans intérêt d’apprécier dans quelle mesure notre auteur est tributaire de ces personnages si mal connus.

154Il va de soi qu’il est souvent impossible de savoir par quel canal, oral ou écrit, telle information attribuée à un personnage du iie/viiie siècle est parvenue jusqu’à notre auteur. La statistique qu’on dresse ci-après tient compte exclusivement des citations du type : « Untel a dit... » Elle ne vise pas à autre chose qu’à donner une idée de l’origine première de la documentation d’Ibn Qutayba à travers ses maîtres ou sa bibliographie, et à apporter quelques précisions sur le degré d’influence respectif des précurseurs du iie/viiie siècle, qu’il faudra bien se décider à étudier un jour.

155On s’est naturellement borné à un certain nombre de grands noms, compte tenu du fait que la plupart des autres ne peuvent guère être considérés que comme des « traditionnistes », simples transmetteurs de adīt ou d’abār.

156Il serait vain en effet de prétendre dresser la liste des « traditionnistes » cités dans l’œuvre d’Ibn Qutayba. Ils sont trop nombreux, et d’ailleurs la plupart des savants de cette époque — quelle que soit leur spécialité reconnue — ont peu ou prou de surcroît la qualité de muaddi.

  • 85 Cf. aussi une liste de traditionnistes dans usaynī, p. 30.

157Au reste, la liste des traditionnistes proprement dits dont Ibn Qutayba tient directement ou non sa documentation en adī se confond pratiquement avec l’index de notre traduction du Kitāb mutalif al-adī. On y découvre la quasi-totalité des transmetteurs de adī « agréés » qui ont eu quelque importance depuis la génération des Compagnons85.

158Restent ceux dont l’apport dans l’œuvre d’Ibn Qutayba paraît revêtir une certaine spécificité, et que dans cette optique on a cru pouvoir classer par disciplines. On ne se dissimule pas que ce classement comporte une part d’arbitraire, en ce qu’il ne tient compte que de la documentation exploitée par notre auteur.

159S’il est relativement facile en effet de ranger parmi les « historiens » les hommes dont l’œuvre est à la base du K. al-ma‘ārif il est beaucoup plus hasardeux d’établir un distinguo entre les « grammairiens » et les « philologues ». On n’a pas hésité cependant à le faire, en classant à part ceux des « philologues » — par ailleurs plus ou moins polygraphes — dont l’apport dans l’œuvre d’Ibn Qutayba est de nature essentiellement « grammaticale ». C’est bien entendu dans le K. adab al-kātib que leur nom apparaît le plus souvent. Cette distinction ne sera d’ailleurs pas inutile lorsqu’on abordera plus loin le problème de la place d’Ibn Qutayba dans les « écoles grammaticales ».

160Ce classement un peu artificiel étant admis, on constatera que ces personnages se répartissent naturellement en deux catégories correspondant à leur génération :

  1. la génération des maîtres d’Ibn Qutayba au second degré, qui sont morts dans le premier quart du iiie/ixe siècle, et qu’il n’a pu connaître qu’à travers l’enseignement de ses maîtres propres, qui avaient été leurs disciples. On ne peut malheureusement tenir compte ici des œuvres écrites, qui sont généralement lettre morte pour nous.

  2. les générations précédentes, comprenant les maîtres, ou les sources plus ou moins lointaines de ceux qu’on vient de mentionner. C’est ainsi qu’on a été amené à faire une place à un personnage relativement ancien, mais néanmoins l’un des plus fréquemment invoqués par Ibn Qutayba. Il s’agit de Wahb b. Munabbih, qui est à l’origine d’une documentation très considérable, dont la plus grande partie paraît avoir été transmise par Ibn Isḥāq.

161Cette dernière remarque nous conduit à préciser une autre caractéristique du classement proposé. On n’a pas cru devoir dissocier les personnages présentant entre eux une affinité de maître à disciple. C’est ainsi qu’on a cité ensemble Wahb b. Munabbih et Ibn Isḥāq, Muḥammad al-Kalbī et son fils Hišām, Abū l-Yaqẓān et al-Madā’inī.

162Tous ces hommes étant pour la plupart célèbres, sinon connus, et les indications ci-dessous n’ayant pas l’ambition d’apporter sur eux une documentation inédite, on se contentera généralement de renvoyer à l’EI, à la GAL, et à Flügel, Die grammatischen Schulen der Araber (Leipzig 1862). On fera une exception pour Abū l-Yaqẓān personnage jusqu’à présent ignoré, mais que la faveur d’Ibn Qutayba désigne à notre attention au même titre que Wahb b. Munabbih.

1. — LES « HISTORIENS »

  • 86 Ma‘ārif, 48 ; ‘Uyūn, 17 ; Mutalif, 7 ; Muškil, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 1142 (Horovitz) ; GAL, (...)

163a) Wahb b. Munabbih (m. 110/729), véritable « adaptateur de la Thora » à l’usage des Musulmans, auteur d’un ouvrage sur le début de l’histoire du monde et d’un autre sur les rois de Ḥimyar, est cité 73 fois dans l’œuvre d’Ibn Qutayba86.

  • 87 Ma‘ārif, 20 ; ‘Uyūn, 5 ; Mutalif, 5 ; Ġarīb al-adī, 3 ; Ši‘r, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, II, p. 413 (B (...)

164b) Muammad b. Isāq (m. 151/768), l’historien du Prophète, largement tributaire de Wahb b. Munabbih pour l’histoire universelle avant l’Islam, est cité 34 fois87.

  • 88 Sur Ibn Hišām, v. ΕΙ, II, p. 410 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 135 ; S I, p. 206.

165On remarque en passant que son adaptateur ‘Abd al-Malik b. Hišām (m. 218/834) paraît avoir été complètement ignoré d’Ibn Qutayba88.

  • 89 Et peut-être falsificateur ; cf. Bayān, III, pp. 217-8.
  • 90 ‘Uyūn, 11 ; Ši‘r, 10 ; Ma‘ārif, 5 ; Muškil, 2.

166c) Hišām b. al-Kalbī (m. 204/819), transmetteur89 de documents sur les débuts du califat ‘abbāside, est cité 28 fois90.

  • 91 Ma‘ārif, 4 ; ‘Uyūn, 3 ; Muškil, 3.

167d) Son père, Muammad al-Kalbī (m. 146/763), dont Hišām tient une large part de ses connaissances, est cité 10 fois91.

  • 92 Sur eux, v. ΕΙ, II, p. 730 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 139 ; S I, p. 211.

168Il faut dire qu’il est souvent difficile de déterminer la part exacte du père et du fils dans le dosage de cette documentation92.

  • 93 Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 1163 (Horovitz) ; GAL, I, p. 135 ; S I, p. 207.

169e) Muammad b. ‘Umar al-Wāqidī (m. 207/822), un des premiers historiens dignes de ce nom, de tendance šī’ite, est invoqué 42 fois dans les Ma‘ārif93.

  • 94 Éd. 1348, p. 138.

170f) Abū l-Yaqān ; ce personnage, si fréquemment cité par Ibn Qutayba, reste bien mystérieux. Nul ne paraît connaître son nom exact. Ibn al-Nadīm94 hésite entre les noms suivants : Suḥaym b. Ḥafṣ ; ‘Āmir b. Ḥafṣ ; ‘Āmir b. Abī Muḥammad ; ‘Āmir b. al-Aswad ; Suḥaym b. al-Aswad ; ‘Ubayd Allāh b. Ḥafṣ ; Abū Iṣhāq.

  • 95 Ma‘ārif (éd. ‘Ukāša), p. 296 : Suaym ; éd. 1353 : Šuaym. On considère ces deux lectures comme fau (...)

171Ibn Qutayba lui-même l’appelle Suḥaym b. Ḥafṣ b. Qādim al-’Uğayfī95.

  • 96 abaqāt, p. 97.
  • 97 P. 371.
  • 98 En dernière analyse, ce nom pourrait bien être simplement celui d’un garant d’Abū l-Yaqẓān ; cf. Ši (...)

172Enfin, al-Ğumaḥī96 propose Ḥuwayriṯa b. Asmā’, que l’éd. du Ši‘r97 veut lire Ğuwayriyya98.

173Toutes ces données ne sont pas nécessairement incompatibles, sauf peut-être celle d’al-Ğumaḥī qui peut ne pas s’appliquer au même individu, et l’on pense pouvoir retenir le nom suivant : Abū Isāq Suaym b. Abī Muammad af al-Aswad b. Qādim al-‘Uğayfī, sans exclure qu’il ait pu porter également le nom personnel de ‘Āmir ou de ‘Ubayd Allāh.

174On le considère comme un éminent transmetteur de données historiques ou para-historiques (rāwiya, abārī), et notamment comme un bon connaisseur en matière de généalogie et de titres de gloire des tribus arabes (ansāb, ma’āir, maālib). On lui devrait entre autres plusieurs ouvrages d’importance diverse sur ces généalogies, et notamment un K. al-nasab al-kabīr. Le Fihrist le qualifie d’ailleurs de nassâba.

175Aucun de ces ouvrages ne nous est parvenu, mais Abū l-Yaqẓān étant unanimement considéré comme le maître d’al-Madā’inī, on peut admettre que son œuvre a dû être à la base des ouvrages de ce dernier. Malheureusement, nous n’en savons pas beaucoup plus sur al-Madā’inī que sur Abū 1-Yaqẓān.

  • 99 Ma‘ārif, 42 ; ‘Uyūn, 31 ; Ġarīb al-adī, 1.

176Ce dernier serait mort en 190/806. Il est cité 74 fois par Ibn Qutayba99, c’est-à-dire aussi souvent que Wahb b. Munabbih.

  • 100 Pp. 147-152 : plus de 200 titres.
  • 101 ‘Uyūn, 47 ; Ši‘r, 3 ; Ma‘ārif, 2. — Sur lui, v. ΕΙ, III, p. 83 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 140 ; S I (...)

177g) Abū l-asan al-Madā’inī (m. entre 215/830 et 231/846), ce polygraphe dont la prolixité nous est reflétée par le Fihrist100, d’ailleurs très utilisé par al-Ğāḥiẓ, est cité 52 fois dans les principales œuvres d’Ibn Qutayba101.

  • 102 ΕΙ2, I, p. 144 (Gibb) ; GAL, I, p. 65 ; S I, p. 101.
  • 103 On en jugera par le titre de certaines de ses œuvres : ikr maqtal sayyidinā usayn ; Abār al-Mut (...)

178Outre l’absence d’IBN Hišām, déjà signalée, on a aussi noté celle d’Abū Minaf b. Ya al-Azdī (m. 157/774)102. Faut-il voir la raison de cette défaveur dans le fait que son œuvre est trop nettement orientée dans le sens šī‘ite103 ?

2. — LES « PHILOLOGUES »

179a) On renonce à établir une statistique des citations d’al-Ama‘ī (m. 213/828) et d’AbūUbayda (m. 210/825), qui viennent de très loin en tête pour le volume de la documentation que leur doit Ibn Qutayba — et précisément dans cet ordre. On pense pouvoir avancer un chiffre de plusieurs centaines de citations pour chacun d’eux.

180On se dispensera en outre de donner d’autres indications sur ces personnages célèbres.

  • 104 I ġala Abī ‘Ubayd ; v. aussi Masā’il, pp. 18-19.
  • 105 Sur Abū ‘Ubayd, v. EI2, I, p. 161 (Gottschalk) ; GAL, I, p. 107 ; SI, p. 166 ; Flügel, Gram. Schul. (...)

181b) En revanche, il convient de noter avec insistance l’absence presque totale de citations d’AbūUbayd al-Qāsim b. Sallām (m. vers 223/837), qui ne le cède en rien à ses deux contemporains pour la notoriété, mais qui semble bien n’apparaître dans l’œuvre d’Ibn Qutayba qu’à la faveur de la réfutation consacrée par ce dernier à son Ġarīb al-adī104. On soupçonne, sans en être autrement sûr, que le Ġarīb al-adī d’Abū ‘Ubayd et celui d’Ibn Qutayba représentent un test de la ligne de clivage entre les deux courants idéologiques qu’on a fait apparaître au chapitre Ier en dressant le tableau de la filiation des données bio-bibliographiques relatives à Ibn Qutayba : il est hautement probable que les principes de critique du adī illustrés par Ibn Qutayba (notamment dans son Ġarīb et dans son Mutalif), de tendance ḥanbalisante, s’opposaient assez nettement à ceux d’Abū ‘Ubayd, qui paraissent avoir eu la faveur de l’école šāfi‘ite, puis aš‘arite. Il reste naturellement à le démontrer, ce qui est fort malaisé en l’absence des ouvrages d’Abū ‘Ubayd, apparemment perdus ou tout au moins inédits105.

3. — LES « GRAMMAIRIENS »

      • 106 Ši‘r, 7 ; Adab, 1 ; Muškil, 1 ; ‘Uyūn, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, III, p. 667 (Ilse Lichtenstädter) ; GAL (...)

      al-Mufaḍḍal b. Muammad b. Ya‘lā al-abbī (m. vers 170/786), classé généralement parmi les Koufiens, auteur célèbre d’une des premières anthologies poétiques, les Mufaddaliyyāt, est cité 10 fois106.

      • 107 Adab, 31 ; Muškil, 7 ; ‘Uyūn, 2 ; Ġarīb al-adī, 3 ; Ma‘ārif, 1 ; Ši‘r, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, II, p (...)

      ‘Alī b. amza al-Kisā’ī (m. vers 189/805), d’origine persane, considéré comme l’un des premiers « grammairiens koufiens », précepteur des enfants de Hārūn, d’al-Ma’mūn et d’al-Amīn, est cité 45 fois107.

      • 108 Adab, 69 ; Muškil, 34 ; Ġarīb al-adī, 8 ; Ši‘r, 4 ; Ma‘ārif, 1. — Sur lui, v. GAL, I, p. 116 ; S (...)

      Ya b. Ziyād al-Farrā’ (m. 207/822), autre Persan qualifié de Koufien, disciple d’al-Kisā’ī, précepteur des enfants d’al-Ma’mūn, de tendance mu’tazilite — il y aurait été attiré par Ṯumāma b. al-Ašras — est très largement invoqué par Ibn Qutayba : on a dénombré 116 citations108.

      • 109 Adab, 49 ; ‘Uyūn, 9 ; Muškil, 5 ; Ši‘r, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; Ġarīb al-adī, 1. — Sur lui, v. ΕΙ2, I, p (...)

      Abū Zayd al-Anārī (m. 214/830), savant grammairien baṣrien formé à Koufa, est cité 69 fois109.

      • 110 ‘Uyūn, 21 ; Adab, 20 ; Ši‘r, 15 ; Muškil, 7 ; Anwā‘, 1. — Sur lui, v. GAL, I, p. 116 ; S I, p. 179  (...)

      Muammad b. Ziyād Ibn al-A‘rābī (m. 231/844), koufien assimilé aux Baṣriens par Ibn Ḫallikān, est cité 64 fois110.

  • 111 Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 280 (Krenkow) ; GAL, I, p. 116 ; S I, p. 179 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 139 (...)

182On a noté l’absence d’Abū ‘Amr Iṣḥāq b. Mirār al-Šaybānī (m. 213/828), célèbre koufien ayant vécu à Bagdad, précepteur des enfants de Hārūn al-Rašīd, maître d’Ibn Ḥanbal. Certains n’hésitent pas à le considérer comme le plus important des grands Koufiens, c’est pourquoi on est assez surpris de ne pas trouver trace de son enseignement dans l’œuvre d’Ibn Qutayba. On ajoute que ce silence d’Ibn Qutayba explique peut-être en partie le fait que le Lisān ne paraît pas faire appel à Abū ‘Amr111.

  • 112 Sur lui, v. ΕΙ, II, p. 444 (Ben Cheneb) ; GAL, I, p. 117 ; S I, p. 180 ; Flügel, Gram. Schul., pp. (...)

183Ibn Qutayba ne paraît pas avoir davantage connu Ya‘qūb b. Isāq Ibn al-Sikkīt (m. vers 243/857), grammairien koufien de formation éclectique, d’origine araméenne, précepteur d’al-Mu‘tazz, fils d’al-Mutawakkil. Ses tendances šī‘ites notoires conduisirent ce dernier à le faire exécuter par sa garde turque. Elles peuvent également expliquer le fait qu’Ibn Qutayba ait reculé devant une fréquentation aussi compromettante112.

184Le cas de Sībawayh, souvent cité par Ibn Qutayba, est à part, et l’on redira plus loin qu’Ibn Qutayba, tout en exploitant le texte même du Kitāb, n’a pu manquer d’en être entretenu par ses maîtres.

185Quoique la plupart de ces grammairiens soient classés parmi les « Koufiens », leurs biographes signalement trop souvent qu’ils ont été « formés à Basra » ou « assimilés aux Baṣriens » pourqu’on n’en demeure pas perplexe. D’ailleurs, lorsqu’ils sont d’obédience baṣrienne déclarée, les mêmes biographes peuvent tout aussi bien signaler qu’ils ont été... formés à Koufa.

  • 113 Adab (Grünert), pp. 299, 390, 514, 637.
  • 114 Ibid., p. 390.

186On a rapproché de ces constatations troublantes le fait qu’Ibn Qutayba lui-même semble ignorer qu’il y ait eu des grammairiens koufiens. Il oppose en revanche fréquemment les « Baṣriens » aux « Bagdadiens »113 ; qui plus est, parmi ces derniers, il range sans ambages al-Kisā’ī et al-Farrā’114.

187Ces notations peu orthodoxes ne contribuent pas peu à nous rendre sceptique quant à l’existence effective, à cette époque, des écoles rivales que l’on sait. On les verse pour le moment au dossier en attendant d’y revenir dans la suite de cette étude.

Notes

1 Ainsi, al-Ḥākim al-Nīsābūrī est censé en avoir fréquenté 2000 ! (Ibn allikān, n° 587).

2 Les chiffres retenus dans les données statistiques qui vont suivre n’ont pas l’ambition d’être mathématiquement exacts. Des citations ont pu nous échapper. On peut néanmoins considérer qu’ils reflètent un ordre de grandeur, et l’on pense que la marge d’erreur pour chacun n’excède pas quelques unités.

3 Toutefois, pour la commodité de la consultation des notices, on donne ici la liste alphabétique de ces personnages, en indiquant leur numéro d’ordre :

  • al-‘Abbās b. al-Farağ al-Riyāšī al-Ba, Abū l-Fal, n° 2 ;

  • ‘Abda b. ‘Abd Allāh al-uzā‘ī al-Kūfī, Abū Sahl al-affār, n° 14 ;

  • ‘Abd al-Ramān b. ‘Abd Allāh b. Qurayb, Abū Muammad (Abū l-asan ?), n° 5 ;

  • Amad b. ālid al-arīr al-Baġdādī, Abū Sa‘īd, n° 24 ;

  • Amad b. anbal, n° 20 ;

  • Amad b. al-alīl b. arb b. ‘Abd Allāh b. Sawwār b. Sābiq, al-Qurašī, Abū ‘Abd Allāh al-Qūmasī, n° 9 ;

  • Amad b. Sa‘īd al-Liyānī, n° 23 ;

  • Di‘bil b. ‘Alī al-uzā‘ī, n° 10 ;

  • al-Ğāi, n° 12 ;

  • armala b. Ya al-Tuğībī, n° 28 ;

  • al-usayn b. al-asan b. arb al-Sulamī, Abū ‘Abd Allāh al-Marwazī, n° 21 ;

  • Ibrāhīm b. Sufyān al-Ziyādī, Abū Isāq. b. Abī abīb, n° 16 ;

  • Isāq b. Ibrāhīm b. Habīb b. al-ŠAhīd al-Šahīdī al-Ba, Abū Ya‘qūb, n° 15 ;

  • Isāq b. Ibrāhīm b. Muammad al-awwāf al-Bāhilī al-Ba, Abū Ya‘qūb, n° 27 ;

  • Isāq b. Ibrāhīm b. Rāhawayh al-analī, Abū Ya‘qūb, n° 3 ;

  • Muammad b. ālid b. idāš b. ‘Ağlān al-Muhallabī al-Ba al-arīr, Abū Bakr, n° 13 ;

  • Muammad b. Muammad b. Marzūq b. Bukayr b. al-Buhlûl al-Bāhilī al-Ba, Abū ‘Abd Allāh, n° 22 ;

  • Muammad b. Sallām al-Ğumaī al-Ba, Abū ‘Abd Allāh, n° 18 ;

  • Muammad b. ‘Ubayd b. ‘Abd al-Malik al-Asadī, Abū ‘Abd Allāh al-amdānī, n° 4 ;

  • Muammad b. Ya b. Abī azm al-Qua‘ī, Abū ‘Abd Allāh al-Ba, n° 17 ;

  • Muammad b. Ziyād b. ‘Ubayd Allāh b. Ziyād b. al-Rabī‘ al-Ziyādī al-Ba, n° 7 ;

  • Muslim b. Qutayba, n° 25 ;

  • Sahl b. Muammad al-Siğistānī, Abū ātim, n° 1 ;

  • Šubāba b. Sawwār al-Fazārī, Abū ‘Amr al-Madā’inī, n° 19 ;

  • Ya b. Akam al-Tamīmī al-Usaydī al-Marwazī, al-ī al-Faqīh, Abū Muammad, n° 26 ;

  • Yazīd b. ‘Amr b. al-Barā’ al-Ġanawī, Abū Sufyān, n° 6 ;

  • Zayd b. Azam al-T.ā’ī al-Ba al-āfi, Abū ālib, n° 11 ;

  • Ziyād b. Ya b. Ziyād al-assānī al-Ba al-Nukrï al-’Adanï, Abū l-aṭṭāb, n° 8.

4 Ibn al-Nadīm, pp. 48-9 ; al-Azharī, p. 22 ; Ibn al-Anbārī, pp. 251-54 ; Ibn allikān, n° 266 ; Ibn ağar, Tahīb, IV, p. 257 (n° 440) ; al-Yāfi‘ī, II, p. 156 ; al-Suyūī, Buġya, p. 265 ; GAL, I, p. 107 ; S I, p. 157 ; Pellat, Milieu, pp. 79, 83 (note 3) ; ΕΙ2, I, p. 129 (Lewin) (où il nous paraît exécuté un peu trop sommairement).

5 Citations : Ġarīb al-adī, 58 ; Ma‘ānī, 16 ; Ši‘r, 13 ;’Uyūn, 11 ; Muškil, 10 ; Mutalif, 9 ; Ma‘ārif, 7 ; Maysir, 1 ; biographies, 11 ; total : 136.

6 Ibn ağar, Tahīb, V, p. 124 (n° 218) ; al-Zubaydī, pp. 103-106 et passim ; al-Sīrāfī, Abār al-nawiyyīn, pp. 55, 68-70 ; al-Suyūī, Muzhir, II, p. 288 ; Buġya, p. 275 ; Ibn allikān, n° 296 ; Ibn al-Anbārī, pp. 262-5 ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 86 ; Pellat, Milieu, p. 132, note 5 ; de Sacy, Anthologie gram., p. 136, n. 112 ; Fleischer, Abū Zayd’s Buch der Seltenheiten, ZDMG, XII, p. 59.

7 Citations : Ma‘ānī, 17 ; ‘Uyūn, 14 ; Ġarīb al-adī, 12 ; Ma‘ārif, 6 ; Mutalif, 5 ; Ši‘r, 4 ; Ašriba, 2 ; Muškil, 1 ; biographies, 2 ; total : 63.

8 Comme c’est le cas pour la plupart des noms persans transcrits en arabe, les avis sont partagés sur la lecture de ce nom. Ibn Ḫallikān signale les deux lectures Rāhwayh et Rāhūyah. Il est probable que la forme persane est Rāhōyē et que la lecture Rāhwayh ou Rāhawayh est plus ou moins arbitrairement imposée par les impératifs morphologiques de l’arabe.
En tout cas, nombre de Musulmans proscrivent les lectures en -wayh en raison de la consonance funeste de cette terminaison. Ceci explique probablement la lecture Rāhwiya qu’on trouve parfois.

9 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 216 (n° 408) ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 321 ; Ibn allikān, n° 82 ; Ibn Abī Ya‘lā, abaqāt al-anābila (Le Caire 1350), p. 68 ; al-aīb, VI, pp. 345-55 ; GAL, I, p. 157, S I, p. 257 ; usaynī, pp. 15-23.

10 Cf. EI2, s. Amad b. anbal (Laoust).

11 Cf. Mutalif, § 63 ;

12 Ġarīb al-adī, III, fol. 106b.

13 Citations : Ġarīb al-adī, 10 ; Mutalif, 10 ; ‘Uyūn, 4 ; Ašriba, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; Laf, 1 ; Muškil, 1 ; biographies, 12 ; total : 43.

14 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 330 (n° 542).

15 Cf. ‘Uyūn, I, p. 303 ; II, p. 131, etc... : addaanī.

16 Citations : Ġarīb al-adī, 29 ; ‘Uyūn, 12 ; Ma‘ārif, 3 ; total : 42.

17 Al-Zubaydī, p. 127 ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 83 ; al-Suyūī, Buġya, p. 299 ; al-Qifī, p. 161.

18 Citations : Ma‘ānī, 11 ; Ġarīb al-adī, 10 ; Ši‘r, 9 ; ‘Uyūn, 7 ; Ašriba, 1 ; Mutalif, 1 ; biographies, 1 ; total : 40.

19 Cf. ‘Uyūn, I, p. 148 ; II, pp. 89, 131, etc... : addaanī.
Citations :
Ġarīb al-adī, 14 ; ‘Uyūn, 12 ; Mutalif, 4 ; Ma‘ārif, 1 ; Muškil, 1 ; total : 32.

20 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 168 (n° 248).

21 Citations : Ġarīb al-adī, 6 ; ‘Uyūn, 6 ; Mutalif, 4 ; Ma‘ārif, 3 ; Maysir, 1 ; Muškil, 1 ; biographies, 5 ; total : 26.

22 Ibn ağar, Tahīb, III, p. 388 (n° 710) ; al-Zubaydī, p. 48.

23 Citations : Mutalif, 14 ; Ma‘ārif 8 ; Ġarīb al-adī, 2 ; biographies, 2 ; total : 26.

24 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 28 (n° 43) ; Ibn al-Ğazarī, Qurrā’, n° 23 ; Ibn Abī Ya’lā, abaqāt al-anābila (Le Caire 1350), p. 20.

25 Citations : ‘Uyūn, 11 ; Ġarīb al-adī, 9 ; Ma‘ārif, 2 ; Mutalif, 1 ; total : 23.

26 GAL, I, p. 78 ; S I, pp. 43, 121 ; ΕΙ1, I, p. 994 (Schaade).

27 P. 827.

28 Citations : ‘Uyūn, 15 ; Si’r, 2 ; Ašriba, 1 ; Laf, 1 ; total : 19.

29 Ibn ağar, Tahīb, III, p. 293 (n° 725).

30 Citations : Ma‘ārif, 6 ; ‘Uyūn, 6 ; Mutalif, 3 ; Ġarīb al-adī, 1 ; Ašriba, 1 ; total : 17.

31 III, pp. 199, 216, 249.

32 Cf. chap. VI : Les sources écrites.

33 Citations : ‘Uyūn, 9 ; Ši‘r, 4 ; Mutalif, 1 ; total : 14.

34 Ibn ağar, Tahīb, IX, p. 140 (n° 194).

35 Éd. 1348, p. 158.

36 Citations : Mutalif, 5 ; ‘Uyūn, 5 ; Ašriba, 3 ; Ġarīb al-adī, 1 ; total : 14.

37 Ibn ağar, Tahīb, VI, p. 460 (n° 949).

38 Citations : ‘Uyūn, 7 ; Ġarīb al-adī, 4 ; Mutalif, 1 ; total : 12.

39 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 213 (n° 399).

40 Cf. abaqāt fuūl al-šu‘arā’, introd., p. 12.

41 Citations : Mutalif, 4 ; Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; total : 12.

42 al-Suyūī, Buġya, p. 181.

43 Citations : Ma‘ānī, 6 ; ‘Uyūn, 2 ; Muškil, 1 ; biographies, 2 ; total : 11.

44 Ibn ağar, Tahīb, p. 508 (n° 837) ; Ibn al-Ğazarī, Qurrā’, n° 3532.

45 Citations : Ašriba, 4 ; Mutalif, 3 ; Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 1 ; total : 11.

46 al-Zubaydī, p. 197 ; al-Sīrāfī, Abār al-nawiyyīn, pp. 19, 20, 22, 28, 34 ; Ibn al-Nadīm (1348), p. 165 ; Ibn al-Anbārī, pp. 216-218 ; al-Suyūī, Buġya, p. 47 ; Muzhir, I, p. 104 sqq. ; II, 243 ; Blachère, Littérature, p. 139, note 2 ; GAL, I, p. 105 ; SI, p. 165.

47 Ši‘r, p. 57 = abaqāt, p. 34 ult., sur Imru’ al-Qays.

48 Citations : ‘Uyūn, 4 ; Ši‘r, 2 ; Ma‘ānī, 1 ; Ġarīb al-adī, 1 ; total : 8.

49 Ibn ağar, Tahīb, IV, p. 300.

50 P. 229.

51 Citations : ‘Uyūn, 5 ; Ġarīb al-adī, 2 ; Ma‘ārif, 1 (notice) ; total : 8.

52 EI2, I, pp. 280-286 (Laoust) ; Lecomte, Traité des divergences du adī, Avant-propos, p. xxxix ; usaynī, p. 16.

53 Citations : Muškil, 2 ; Laf, 1 ; Ġarīb al-adī, 1 ; Mutalif, 1 ; biographie, 1 ; total : 6.

54 Ibn ağar, Tahīb, II, p. 334 (n° 593).

55 Citations : ‘Uyūn, 5 (addaanā) ; Mutalif, 1 (addaanī) ; total : 6.

56 Ibn ağar, Tahīb, VI, p. 431 (n° 704).

57 § 138a.

58 Citations : Ġarīb al-adī, 3 ; ‘Uyūn, 2 ; Ma‘ārif, 1 ; total : 6.

59 Ibn Abī Ya‘lā, abaqāt al-anābila, p. 23 ; mais les rares données sur lui (reprises par aqr, p. 5 et ‘Ukāša, p. 7) sont extraites de Garīb al-adī, I, fol. 7a, 94b, et d’I, fol. 51b.

60 Cf. Ġarīb al-adī, III, fol. 35a.

61 Les « maîtres au second degré », 2, a.

62 Citations : Ġarīb al-adī, passim ; I, passim ; Masā‘il, 2 ; ‘Uyūn, 1 ; Mutalif, 1 ; total (sans les deux premiers ouvrages) : 4.

63 al-Azharī, pp. 11, 23 ; al-Suyūī, Buġya, p. 131 ; al-Qifī, Inbāh, I, p. 41 ; Yāqūt, Mu‘ğam al-udabā’, III, p. 22 ; usaynī, pp. 23-24.

64 ‘Uyūn, II, p. 244 ; Mutalif, § 248 ; Masā’il, pp. 18-19 ; surtout Ġarīb al-adī et I, passim.

65 Cf. Sourdel, Vizirat, p. 301, n. 6.
Citations : Ġarīb al-adī, 1 ; ‘Uyūn, 1 ; biographie, 1 ; total : 3.

66 ‘Uyūn, I, p. 142 ; II, p. 307.

67 Cf. ci-dessus, chap. II, pp. 29-30.

68 Qui correspond au début du chap. V de notre analyse, q.v., p. 149.

69 Ainsi, I, fol. 87b : Ḥusayn b. Ḥasan b. Ḥarb al-Marwazī, m. en 246/860 (n° 21 du présent chapitre).

70 I, fol. 87b.

71 I, fol. 124b.

72 I, fol. 1a.

73 Cf. ci-dessus, chap. I, p. 14 et Lecomte, Disciples.

74 III, fol. 134a.

75 Citations : ‘Uyūn, 2 ; Ġarīb al-adī, 1 (?) ; total : 3 (?).

76 Ibn ağar, Tahīb, XI, p. 179 (n° 311) ; Ibn allikān, III, p. 175 ; al-Kindī, p. 442 ; Ibn ağar, Raf’, pp. 502, 527, 586 ; Wustenfeld, X, p. 24 ; Sourdel, Vizirat, I, pp. 238-239, avec bibliographie complémentaire.

77 abaqāt al-anābila, II, pp. 410-413 ; cf. Laoust, Ibn Baṭṭa, p. 138, n. 2.

78 Le seul indice permettant de supposer qu’Ibn Qutayba ait jamais accompli le pèlerinage se déduit du K. al-ma‘ārif (éd. 1353), p. 245, où il donne le texte d’une inscription qu’il aurait lue sur le fronton de la mosquée de Médine. Toutes les considérations sur la date de ce voyage (p. ex. usaynī, pp. 40-41) sont pure conjecture.

79 Citations : ‘Uyūn, 3.

80 Ibn ağar, Tahīb, I, p. 216 (n° 407).

81 Citation : ‘Uyūn, 1.

82 Ibn ağar, Tahīb, II, p. 229 (n° 426) ; al-azrağī, ulāa, p. 63.

83 Citation : biographie, 1.

84 D’une façon générale d’ailleurs, on peut dire que si Ibn Qutayba a effectivement fréquenté les gens de kalām de Baṣra ou autres lieux dans sa jeunesse — ce qu’il reconnaît aisément en plusieurs endroits — leur enseignement n’a laissé sur lui qu’une empreinte superficielle, juste assez profonde pour lui permettre plus tard de réfuter leurs doctrines avec leurs propres armes. usaynī (p. 13) fait remarquer qu’il évite soigneusement de citer ses « maîtres en kalām ». Il est facile de deviner la raison de ce silence.

85 Cf. aussi une liste de traditionnistes dans usaynī, p. 30.

86 Ma‘ārif, 48 ; ‘Uyūn, 17 ; Mutalif, 7 ; Muškil, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 1142 (Horovitz) ; GAL, I, p. 64 ; S I, 101.

87 Ma‘ārif, 20 ; ‘Uyūn, 5 ; Mutalif, 5 ; Ġarīb al-adī, 3 ; Ši‘r, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, II, p. 413 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 134 ; S I, p. 205.

88 Sur Ibn Hišām, v. ΕΙ, II, p. 410 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 135 ; S I, p. 206.

89 Et peut-être falsificateur ; cf. Bayān, III, pp. 217-8.

90 ‘Uyūn, 11 ; Ši‘r, 10 ; Ma‘ārif, 5 ; Muškil, 2.

91 Ma‘ārif, 4 ; ‘Uyūn, 3 ; Muškil, 3.

92 Sur eux, v. ΕΙ, II, p. 730 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 139 ; S I, p. 211.

93 Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 1163 (Horovitz) ; GAL, I, p. 135 ; S I, p. 207.

94 Éd. 1348, p. 138.

95 Ma‘ārif (éd. ‘Ukāša), p. 296 : Suaym ; éd. 1353 : Šuaym. On considère ces deux lectures comme fautives ; voir en effet Ġarīb al-adī, III, fol. 66b.

96 abaqāt, p. 97.

97 P. 371.

98 En dernière analyse, ce nom pourrait bien être simplement celui d’un garant d’Abū l-Yaqẓān ; cf. Ši‘r, p. 558.

99 Ma‘ārif, 42 ; ‘Uyūn, 31 ; Ġarīb al-adī, 1.

100 Pp. 147-152 : plus de 200 titres.

101 ‘Uyūn, 47 ; Ši‘r, 3 ; Ma‘ārif, 2. — Sur lui, v. ΕΙ, III, p. 83 (Brockelmann) ; GAL, I, p. 140 ; S I, p. 214 ; Cf. aussi Bualā’, p. 302.

102 ΕΙ2, I, p. 144 (Gibb) ; GAL, I, p. 65 ; S I, p. 101.

103 On en jugera par le titre de certaines de ses œuvres : ikr maqtal sayyidinā usayn ; Abār al-Mutār b. Abī ‘Ubayd ; Sīrat imām al-muttaqīn Zayd b. ‘Alī...

104 I ġala Abī ‘Ubayd ; v. aussi Masā’il, pp. 18-19.

105 Sur Abū ‘Ubayd, v. EI2, I, p. 161 (Gottschalk) ; GAL, I, p. 107 ; SI, p. 166 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 85-87.

106 Ši‘r, 7 ; Adab, 1 ; Muškil, 1 ; ‘Uyūn, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, III, p. 667 (Ilse Lichtenstädter) ; GAL, I, p. 116 ; SI, p. 179 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 142-145.
Il avait participé à la révolte d’al-Nafs al-Zakiyya contre al-Manṣūr.
Il convient de ne pas le confondre avec al-Mufaḍḍal b. Salama b. ‘Āṣim al-Ḍabbī (m. en 290/903), qu’on trouve dans l’entourage d’al-Mutawakkil ; GAL, I, p. 118 ; SI, p. 181.

107 Adab, 31 ; Muškil, 7 ; ‘Uyūn, 2 ; Ġarīb al-adī, 3 ; Ma‘ārif, 1 ; Ši‘r, 1. — Sur lui, v. ΕΙ, II, p. 1096 (Ben Cheneb) ; GAL, I, p. 115 ; S I, p. 177 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 121-126.

108 Adab, 69 ; Muškil, 34 ; Ġarīb al-adī, 8 ; Ši‘r, 4 ; Ma‘ārif, 1. — Sur lui, v. GAL, I, p. 116 ; S I, p. 178 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 129-134.

109 Adab, 49 ; ‘Uyūn, 9 ; Muškil, 5 ; Ši‘r, 3 ; Ma‘ārif, 2 ; Ġarīb al-adī, 1. — Sur lui, v. ΕΙ2, I, p. 172 (Brockelmann) ; GAL, S I, p. 162 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 70-72.

110 ‘Uyūn, 21 ; Adab, 20 ; Ši‘r, 15 ; Muškil, 7 ; Anwā‘, 1. — Sur lui, v. GAL, I, p. 116 ; S I, p. 179 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 145-149.

111 Sur lui, v. ΕΙ, IV, p. 280 (Krenkow) ; GAL, I, p. 116 ; S I, p. 179 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 139-142.

112 Sur lui, v. ΕΙ, II, p. 444 (Ben Cheneb) ; GAL, I, p. 117 ; S I, p. 180 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 158-161.

113 Adab (Grünert), pp. 299, 390, 514, 637.

114 Ibid., p. 390.

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search