Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Première partie. L'Homme et l'œuvre

Chapitre II. La vie d’Ibn Qutayba

Texte intégral

  • 1 Malgré la relative précision des symptômes décrits dans ces notices, on s’avoue incapable, traité (...)

1A en juger par la pauvreté des renseignements proprement biographiques qui nous sont parvenus, la vie d’Ibn Qutayba paraît avoir été bien vide. Les notices que lui consacrent ses biographes se bornent à signaler ses ethniques, parfois à les discuter, à donner la date et le lieu de sa naissance et de sa mort, et à reproduire à l’envi une anecdote sur les circonstances de cette dernière, due apparemment à un accident digestif1. Pour le reste, les renseignements qu’ont peut glaner dans ces notices et dans les propres ouvrages d’Ibn Qutayba sont extrêmement dispersés et lacunaires.

2Comme d’habitude, les sources les plus récentes sont les moins pauvres en indications précises, mais on sait à quel point il faut se méfier de ces précisions de seconde main.

A) Son nom et son origine.

  • 2 Seul Ibn al-Anbārï donne ici Maslama, probablement par erreur.
  • 3 D’aucuns ajoutent al-Marwazī, qui paraît bien avoir été la nisba de son père (Ibn Ḫallikān, al-Yāf (...)

3Tous les biographes s’accordent pour appeler notre auteur Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muslim2 b. Qutayba al-Dīnawarī3.

  • 4 al-Nawawï, et surtout Lisān et Tāğ, passim. Le dernier est si rare qu’on pourrait penser à une fau (...)

4Les auteurs l’appellent tantôt Ibn Qutayba, tantôt al-Qutabī, et plus rarement al-Qutaybī4. Lui-même n’emploie jamais ces nisba-s, qui paraissent interprétatives.

  • 5 Lisān, II, pp. 153-4, enregistre toutes ces spéculations.
  • 6 Lisān, loc. cit.
  • 7 Adab, p. 77.

5Les dictionnaires hésitent à faire dériver ce nom de qitb = qatab, synonyme d’ikāf (bât d’âne) ou de qitb, nom d’unité de qitba, glosé par ma‘y (boyau)5. La première interprétation est celle d’al-Azharī, qui, d’après al-Layṯ b. Sa‘d6 signale que telle aurait été l’interprétation de Qutayba b. Muslim, conquérant de la Transoxiane. Ibn Qutayba lui-même7 nous donne son sentiment et penche pour la seconde étymologie.

  • 8 Telle est la version qu’on trouve dans l’éd. actuelle de Sam‘ānī. De Wüstenfeld, Gen. Tab., tablea (...)

6D’après al-Sam‘ānī, spécialiste de la généalogie des Arabes d’Asie Centrale, la nisba d’al-Qutabī remonterait à son grand-père, et à une fraction des Bāhila : « Ils descendent de Qutayba b. صڧ (sic) bint Bāhila »8.

7Enfin, Ibn al-Aṯīr signale que Qitba désigne une fraction des Bāhila.

8On notera que le nom de Qutayba, sans être exceptionnel, n’en est pas moins relativement rare. On le trouve porté par plusieurs personnages d’une certaine notoriété :

  • Qutayba b. Muslim, conquérant de la Transoxiane9. Le nom de Muslim, associé encore dans ce cas à celui de Qutayba, pourrait concourir à montrer que les Qutayba sont des convertis ;
  • son fils Salm b. Qutayba al-Bāhilī, m. 142/76310, dernier gouverneur omeyyade de Baṣra ;
  • Qaṭan b. Qutayba, frère du précédent, gouverneur muḍarite de Buhārā sous Hišām b. ‘Abd al-Malik11 ;
  • Ibn Qutayba, Muḥammad b. al-Ḥusayn al-‘Asqalānī (m. 301/913), transmetteur de ḥadīṯ en Palestine d’après Abū ‘Alī al-Nīsābūrī12 ;
  • Qutayba b. Sa‘īd al-Balḫī al-Ṯaqafī13 ;
  • Bakkâr b. Qutayba, cadi du Caire14.
  • 15 P. 5.
  • 16 P. 7.
  • 17 I, p. 142 ; II, p. 307 ; on pourrait se demander, tant cette référence semble insolite, si l’auteu (...)
  • 18 P. 179 (éd. 1353) = 407 (éd. ‘Ukāša).
  • 19 D’ailleurs, il apparaît nettement dans Wüstenfeld, Gen. Tab., tableau G 23, que la généalogie du c (...)

9Ṣaqr15 et surtout ‘Ukāša16 rappellent qu’Ibn Qutayba cite deux fois son propre père dans les ‘Uyūn17. ‘Ukāša prétend même en trouver mention dans les Ma‘ārif18. Or si l’on peut à bon droit lire « qāla abī... » dans les ‘Uyūn, sans autre précision (pas de nom), il n’est question dans les Ma‘ārif (loc. cit.) que de Muslim b. Qutayba, fils de Qutayba b. Muslim déjà cité et mort en 97/715. Il s’agit là d’un autre frère de Salm b. Qutayba, qui n’a guère pu vivre au delà de la seconde moitié du iie/viiie siècle. A moins d’en faire un macrobite, il est difficile d’imaginer que ce Muslim ait pu être le père de notre auteur, né en 213/828. D’autre part, il paraît douteux que ce dernier soit de la descendance de Qutayba b. Muslim, car il n’aurait certes pas manqué d’exciper de cette généalogie dans ses œuvres, et notamment dans ce passage des Ma‘ārif. En outre, ses biographes n’auraient pas manqué de faire état de cette ascendance illustre19. On sait que l’éventail des noms propres attribués aux hommes à l’intérieur d’une même tribu est généralement assez étroit. Que les Bāhilites ou leurs clients se soient volontiers appelés Qutayba, Muslim ou ‘Abd Allāh n’est certes pas suffisant pour identifier des homonymes accidentels. Beaucoup de prudence s’impose dans ce domaine, et l’on est tenté d’attribuer à notre auteur une généalogie assez obscure.

10Tout ce qu’on peut retenir de la notice d’Ibn Qutayba sur les descendants de Qutayba b. Muslim est que les Qutayba bāhilites eurent d’importantes responsabilités administratives et militaires dans les régions orientales de l’empire.

  • 20 ‘Arab, p. 278 : « Mon ascendance persane (‘Ağam) ne m’empêche nullement de défendre les Arabes...  (...)

11La plupart des Qutayba sont donc des Orientaux, ou ont des affinités orientales d’un ordre donné. N’était qu’Ibn Qutayba lui-même déclare expressément être d’origine persane20, tous ces éléments convergents suffiraient à nous en persuader. On ajoutera que le père d’Ibn Qutayba portait l’ethnique d’al-Marwazī.

12On pense pouvoir avancer que l’arrière-grand-père d’Ibn Qutayba, vraisemblablement Persan converti, a pu épouser une Bāhilite en Orient (Ḫurāsān ou Transoxiane), que le grand-père et le père d’Ibn Qutayba ont contribué à l’arabisation de la famille comme ce fut le cas fréquemment dans les milieux islamisés orientaux, et que le père — ou peut-être encore le grand-père — de notre auteur s’établit en Irak à la faveur de l’avènement de la dynastie ‘abbāside et de la montée en flèche des éléments orientaux.

13Il faut dire d’ailleurs qu’il entre dans ces considérations sur l’ascendance d’Ibn Qutayba une part de conjecture, certes hautement vraisemblable, et que le seul élément indiscutable est la déclaration par l’auteur lui-même de son origine persane.

14On n’insistera pas sur sa nisba de Dīnawarī, qui lui est notoirement appliquée en raison de son long séjour comme cadi de Dīnawar.

B) Date et lieu de naissance.

15Ibn al-Nadīm le fait naître à Koufa « au début de rağab », sans préciser l’année (mais peut-être y a-t-il une lacune dans le texte). Al-Ḫaṭīb et al-Sam‘ānī, tout aussi affirmatifs, placent sa naissance à Bagdad en 213/828. A partir d’Ibn Ḫallikān, les biographes donnent généralement la date de 213, mais ne se hasardent plus à choisir entre Koufa et Bagdad.

16On l’a vu, Ibn Qutayba cite à deux reprises son propre père dans les ‘Uyūn. La première référence concerne une anecdote sur Abū l-‘Atāhiya ; la seconde est relative à al-Hayṯam b. ‘Adī. S’il est exact que le père d’Ibn Qutayba a rencontré ces deux personnages, il est tentant d’en déduire quelque enseignement sur l’endroit où vécut son père, et partant sur son propre lieu de naissance.

  • 21 GAL, I, p. 76 et EI2, I, p. 110 (Guillaume).
  • 22 GAL, SI, p. 213 ; cf. al-Ḫaṭīb, Tāriḫ Baġdād, XIV, p. 504.

17On sait qu’Abū l-’Atāhiya naquit à Koufa vers 130/748 et qu’il y vécut longtemps avant de se rendre à Bagdad, où il mourut entre 205/821 et 213/828 (précisément au moment où naissait Ibn Qutayba)21. Quant à al-Hayṯam b. ‘Adī, m. vers 207/822, il paraît être né également à Koufa et s’être rendu à Bagdad à un moment difficile à préciser22.

18Il est quelque peu hasardeux de faire fonds sur ces données fragiles pour situer l’endroit où vécut la famille d’Ibn Qutayba, et où ce dernier put naître, mais elles paraissent concorder pour désigner Koufa, là où son père dut connaître les personnages en question.

C) Enfance et jeunesse.

  • 23 Toutes les indications qu’on trouve chez les critiques modernes relativement à d’hypothétiques séj (...)

19De sa jeunesse, nous ne savons strictement rien, sinon qu’il eut un certain nombre de maîtres dont on nous donne des listes sensiblement concordantes, et confirmées par les nombreux isnād-s recueillis dans son œuvre23.

20On se réserve d’étudier plus loin, de façon très approfondie, la liste de ces maîtres.

D) Vie professionnelle.

21On n’a qu’une idée assez vague de ce que put être la vie professionnelle d’Ibn Qutayba. On sait seulement qu’il fut cadi de Dīnawar, tous ses biographes s’accordent sur ce point, et qu’il revint à Bagdad enseigner ses œuvres. Peut-on déterminer, avec une approximation suffisante, la chronologie de sa carrière ?

  • 24 Ce caractère d’ouvrage de commande pourrait expliquer en partie la relative absence d’originalité (...)
  • 25 Ceci est confirmé par Baṭalyūsī, Iqtiḍāb, p. 24, et Zağğāgī, Šarḥ, ms. B.M. Or. Ad. 7473, fol. 41.

22Devenu vizir en 236/851, Abū l-Ḥasan ‘Ubayd Allāh b. Ḫāqān reçoit bientôt d’al-Mutawakkil le pouvoir de désigner dans les provinces les principaux fonctionnaires, et notamment les cadis. On sait qu’il est le dédicataire du K. adab al-kātib. Si l’on considère que ‘Ubayd Allāh est selon toute probabilité l’instigateur des purges opérées vers ce moment dans les milieux de fonctionnaires, il n’est pas interdit de penser que l’introduction de l’Adab permit à Ibn Qutayba de conquérir les bonnes grâces de ‘Ubayd Allāh, voire qu’elle lui fut commandée par ce dernier24, et qu’il dut à cette circonstance une nomination précoce au poste de cadi de Dīnawar qu’il occupa de longues années25.

  • 26 ‘Uyūn, II, p. 222.
  • 27 Deuxième partie, chap. V.

23On n’insistera pas ici sur les relations épistolaires d’Ibn Qutayba avec Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, gouverneur ṭāhiride de Bagdad à deux reprises entre 237/851 et 253/867, qui se placent en tout état de cause pendant ce séjour à Dīnawar, et dont on ne saurait dire si elles se prolongèrent au-delà26. On y reviendra d’ailleurs plus loin27.

  • 28 Il en est de même des Masā’il, dont le dédicataire est également anonyme.
  • 29 Muḫtalif, p. 7 (§ 22 de notre trad.) : « Tu as donc espéré trouver auprès de moi des arguments sur (...)
  • 30 On le croit sensiblement contemporain de l’Adab ; cf. chap. IV, p. 90.
  • 31 Sur la carrière de ‘Ubayd Allāh, v. Sourdel, Vizirat, I, pp. 271 sqq. et 305 sqq.

24Toujours est-il que la dédicace du K. muḫtalif al-ḥadīṯ, manuel de dialectique sunnite adressé à un personnage anonyme, laisse à penser que ce dernier ouvrage fut également commandé à Ibn Qutayba pour étayer la nouvelle politique religieuse28. Le Muḫtalif est de toute évidence dédié au même personnage que le Ġarīb al-ḥadīṯ29, pourtant bien antérieur30. On incline à penser que le Muḫtalif est le dernier ou l’avant-dernier ouvrage d’Ibn Qutayba. Il est sensiblement contemporain du K. al-ma‘ārif manuel d’histoire sans doute plusieurs fois remis à jour, lequel a été remanié pour la dernière fois après 256/869. Or c’est précisément en 256 que ‘Ubayd Allāh b. Ḫāqān, après une éclipse de plusieurs années, est rappelé par al-Mu‘tamid pour occuper de nouveau le vizirat jusqu’à sa mort, survenue probablement en 263/87731. De là à penser que l’inspirateur des œuvres polémiques d’Ibn Qutayba et son mécène fut, pendant la plus grande partie de sa vie, le vizir Abū l-Ḥasan ‘Ubayd Allāh b. Ḫāqān, il n’y a qu’un pas.

25Mais ce dernier meurt vers 263/877, et Ibn Qutayba lui survit pendant treize années, consacrées à peu près certainement à enseigner ses œuvres à Bagdad. L’enseignement, surtout au moyen âge ne nourrit pas son homme, et l’on peut à bon droit se demander si d’autres autorités ne relayèrent pas le vizir ‘Ubayd Allāh comme protectrices d’Ibn Qutayba.

  • 32 Signalée par Ḥusaynī, pp. 3-4 et ‘Ukāša, pp. 22, 28.
  • 33 Le ms. a été copié en 710/1310.

26Une note marginale du ms. BM Or. 1491 des Ma‘ārif32 affirme que le régent al-Muwaffaq « fit venir » (ašḫaṣa) puis « établit » (aqâma) Ibn Qutayba à Bagdad en 266/879-880, après qu’il lui eût fait la lecture du K. al-ma‘ārif. Le caractère tardif de cette donnée33 nous incite à ne l’admettre qu’avec réserve. En particulier, comme on l’a dit, on ne pense pas qu’il faille placer aussi tard le retour d’Ibn Qutayba. Toutefois, on ne peut se refuser à y trouver l’écho d’une « prise en charge » par al-Muwaffaq à un moment donné.

  • 34 Reisülküttab, 742, signalé par Bonebakker, Communication au Congrès de Cordoue, 1962.

27Mais il y a mieux. Une autre note marginale, d’un ms. de l’Adab al-kātib cette fois34 déclare en propres termes : « Ḏū l-riyāsatayn le chargea du dīwān al-maẓālim de Baṣra. Lorsque Baṣra fut détruite, il se retira dans sa maison à Bagdad, où il se mit à rédiger ses œuvres (dawāwīn). Qāsim [b. Aṣbaġ] l’a entendu dire : — J’ai passé une quinzaine d’années sans quitter cette rue. »

  • 35 Iršād, I, p. 774.

28On rappelle ici que la destruction de Baṣra par les Zanğ se place en 257/870, et qu’au dire de Yāqūt35 Qāsim b. Aṣbaġ part pour l’Orient en 274/887. Si l’on calcule bien, on constate qu’Ibn Qutayba a dû se retirer dans sa tour d’ivoire bagdadienne aux environs de 259/872, ce qui correspond à peu de chose près à la chronologie qu’on esquisse plus haut.

  • 36 Il est vrai que ce n’est qu’en 269/882-3.

29Mais que penser de cette fonction de juge aux maẓālim de Baṣra que lui aurait confiée « ḏū l-riyāsatayn » ? Il ne semble pas que ce titre ait été porté par quiconque vers cette époque. En revanche, un proche collaborateur de ‘Ubayd Allāh b. Ḫāqān lors de son second vizirat (256-263), devenu le lieutenant du régent al-Muwaffaq (261-279), le nestorien converti Ṣā‘id b. Maḫlad, devient le véritable maître entre 265 et 272, et se voit conférer le titre de ḏū l-wizāratayn par le même al-Muwaffaq36.

  • 37 On en trouvera le détail dans Sourdel, Vizirat, I, pp. 315-322.

30Ainsi, malgré des incertitudes de détail, et en dépit du crédit limité qu’on est tenté d’accorder à ces notes marginales tardives, toutes ces données ne laissent pas d’être assez concordantes dans l’ensemble37, et l’on se demande si les états de service d’Ibn Qutayba ne se sont pas augmentés, entre 256, date du rappel de ‘Ubayd Allāh, et le sac de Baṣra en 257, d’un séjour dans cette ville comme juge aux maẓālim, assez bref pour n’avoir jamais été signalé par les biographes. Ensuite, la vie à Baṣra étant devenue intenable, Ibn Qutayba se serait retiré à Bagdad en 257, ce qui est conforme au schéma traditionnel des biographes et confirme la chronologie qu’on propose ici. Mais il n’en continue pas moins à bénéficier, après la disparition de ‘Ubayd Allāh, de la faveur — et probablement des subsides — du régent al-Muwaffaq et d’un de ses collaborateurs proches qui est peut-être Ṣā‘id b. Maḫlad. La continuité de la politique religieuse de ‘Ubayd Allāh et d’al-Muwaffaq autorise à penser que ce soutien dura jusqu’à la mort d’Ibn Qutayba en 276/889.

  • 38 P. 6.

31La chronologie de Sarwat ‘Ukāša est sensiblement différente. Il infère de « certains passages » d’al-Zağğāğī et d’al-Baṭalyūsī que la protection d’Ibn Ḫāqān cessa dès la fin de son premier vizirat38. Il en déduit que le séjour à Dīnawar se place entre 236/850 et 247/861, non sans admettre qu’il y a dans cette chronologie une part importante de conjecture.

32On ne se dissimule pas que la chronologie qu’on propose ici peut être également discutée, mais elle nous semble plus vraisemblable, ne serait-ce que pour la raison suivante : tout paraît confirmer l’indication d’Ibn al-Nadīm selaon laquelle Ibn Qutayba écrivit à Dīnawar l’essentiel de son œuvre. On y reviendra plus bas. Or connaît-on beaucoup de savants assez précoces pour avoir achevé leur œuvre à 34 ans ? Car tel est l’âge d’Ibn Qutayba en 247. Onze années lui auraient-elles suffi pour rédiger une œuvre aussi volumineuse ?

33Ne pense-t-on pas que le minimum de neuf années de plus qu’on lui accorde ici, portant ainsi le total de son activité littéraire à vingt années, et plaçant le sommet de sa carrière au voisinage de 43 ans, rétablirait une certaine vraisemblance ?

34Ainsi, l’on n’hésite guère à souscrire à l’indication d’Ibn al-Nadīm laissant à penser qu’il se terra dans sa circonscription cadiale de Dīnawar et profita de cette retraite pour rédiger l’essentiel de son œuvre. Ses biographes nous disent à peu près sans exception qu’il revint à Bagdad « pour y enseigner ses œuvres ». On en infère sans peine qu’elles étaient écrites avant son retour, à l’exception peut-être du Muḫtalif et de la version définitive des Ma‘ārif En effet, l’introduction actuelle des Ma‘ārif annonce un exposé historique « jusqu’au calife al-Musta‘īn » (248/862-252/866). Or l’exposé en question, dans cet ouvrage, se poursuit jusqu’à al-Mu‘tamid (256/870-279/892). Il est donc à peu près certain qu’une première version, avec son introduction, fut rédigée à Dīnawar entre 248/862 et 252/866, et que le texte reçut un complément du vivant d’al-Mu‘tamid, pendant le règne duquel Ibn Qutayba mourut. Par inadvertance, Ibn Qutayba dut oublier de corriger l’introduction. Peut-être n’en eut-il simplement pas le temps.

E) Date de sa mort.

  • 39 Ibn al-Anbārī, 280/893 ; Suyūṭī, 267/881. Dans le premier cas, il est facile de déceler une confus (...)

35Si l’on excepte trois données discordantes relevant de la faute de copie, de la coquille typographique ou de l’inadvertance39, les biographes hésitent entre deux dates pour la mort d’Ibn Qutayba : ḏū l-qa‘da 270 (mai 884) et rağab 276 (oct.-nov. 889).

36Jusqu’à l’époque d’al-Ḫāṭīb, chacun ne retient qu’une date ; c’est ainsi qu’Ibn al-Nadīm retient 270 et al-Zubaydī 276. Par la suite, les biographes perplexes citent presque tous les deux données, la plupart du temps sans donner leur sentiment. Lorsqu’ils le font (Ibn al-Atīr, Ibn Kaṯīr...) ils penchent toujours pour 276. Enfin, plusieurs d’entre eux (al-Ḏahabī, al-Yāfi‘ī, Ibn Taġrībirdī...) ne retiennent que 276.

37En dernière analyse, ces deux dates proviennent de deux sources : la date de 276 remonte à Ibrāhīm b. al-Ṣā’iġ, disciple favori d’Ibn Qutayba, par le canal de Ġulām Ṯálab et Ibn al-Munādī. La date de 270 remonte à Aḥmad b. Kāmil, qui en l’occurrence ne la tenait pas d’Ibn al-Munādī.

38On a déjà pu éprouver toute la solidité de la filiation al-Ḫaṭīb — Ġulām Ṯa‘lab — Ibn al-Munādī — Ibrāhīm b. al-Ṣā’iġ, qui transmet en dernière analyse toutes les données orientales sérieuses relatives à notre auteur. D’autre part, le fait qu’al-Zubaydī (disciple de Qāsim b. Aṣbaġ, source digne de foi s’il en fut) donne aussi la date de 276 nous incite à retenir définitivement cette dernière. En outre, à part Aḥmad b. Kāmil, Ibn al-Nadīm est le premier à proposer 270. Or on verra combien les indications d’Ibn al-Nadīm — notamment en matière d’ouvrages attribués à Ibn Qutayba — sont sujettes à caution.

  • 40 Ḥusaynī, p. 7, fait remarquer d’une part que d’après Yāqūt (Iršād, I, p. 774), Qāsim b. Aṣbaġ, l’u (...)

39On tient donc pour assuré qu’Ibn Qutayba mourut en rağab 276/oct.-nov. 88940.

F) Lieu de sa mort.

40Les mêmes observations peuvent être faites en ce qui concerne le lieu de sa mort. Ceux qui le font mourir en 270 (Ibn al-Nadīm et Aḥmad b. Kāmil) situent cet événement à Koufa. Les autres, à partir d’al-Ḫaṭīb, le situent à Bagdad. Certains hésitent, comme Ibn Ḫallikān. Plus tard, aucun ne se hasarde plus à choisir.

41Pour les mêmes raisons que précédemment, et en outre guidé par le simple bon sens, on retiendra Bagdad. En effet, on voit mal pourquoi un homme qui consacra la fin de sa vie à enseigner à Bagdad aurait pu aller mourir à Koufa, ville où le moins qu’on puisse dire est qu’il n’était certes pas persona grata.

42On se demande d’ailleurs si plusieurs biographes n’ont pas confondu le lieu de naissance avec celui de la mort, peut-être à cause de l’ethnique d’al-Kūfī qui lui a été appliqué parfois en raison de son origine.

G) Portrait physique.

  • 41 Cette notice figure en marge du ms. Reisülküttab 742, fol. 145b. On en doit une copie à l’obligean (...)

43On n’en connaît à vrai dire qu’un seul, discrètement fourni par une note marginale d’un ms. de l’Adab al-kātib41. Cette notice, dont on a déjà fait état, attribue à Qāsim b. Aṣbaġ la description suivante : « Il était bien vêtu ; il avait une longue barbe blanche qui lui mangeait les joues ; il portait beau et avait un teint agréable. » De toute évidence, ce portrait concerne l’aspect physique d’Ibn Qutayba pendant les dernières années de sa vie. On sait en effet que Qāsim b. Aṣbaġ n’arrive en Orient que deux ans avant la mort de notre auteur. On est d’autant plus enclin à en admettre l’authenticité qu’il émane d’un des disciples les plus dignes de foi, que d’autres éléments de cette notice recoupent admirablement les conclusions auxquelles on était parvenu par d’autres voies... et qu’il est d’une consternante insignifiance. On en retiendra qu’Ibn Qutayba était devenu un beau vieillard probablement florissant, sinon pléthorique, ce que pourrait corroborer le récit de ses derniers instants. Il est piquant de trouver par ce biais inattendu confirmation d’une aisance qu’il ne devait pas toute entière à son style.

H) Descendance.

  • 42 Etudes d’Orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris 1962, pp. 165-173, La descenda (...)

44L’on en sait beaucoup plus sur les descendants d’Ibn Qutayba que sur lui-même. Un article sur ce sujet42 nous dispense d’y insister longuement.

45Qu’il nous suffise de dire ici qu’on lui connaît un fils Aḥmad, et un petit-fils ‘Abd al-Wāḥid, qui vécurent en Égypte et s’y firent les vulgarisateurs de son œuvre.

  • 43 En effet, le cadi d’Assouan Abū Bakr Aḥmad b. Marwān al-Dīnawarī, dont la nisba laisse à penser qu (...)

46Aḥmad b. Qutayba, né à peu près certainement à Dīnawar43 — donc entre 236/851 et 256/870, mais plus près de 236 puisque ‘Abd al-Wāḥid est lui-même né à Bagdad en 270/883 — fut nommé cadi suppléant d’Égypte en 321/933 par le célèbre Muḥammad b. al-Ḥasan b. Abī l-Šawārib, lui-même nommé cadi en chef à Bagdad par al-Qāhir. On a remarqué que cette nomination coïncidait avec une purge du ḥāğib ‘Alī b. Yalbaq, qui exile ou élimine un certain nombre de docteurs sunnites, hanbalites ou ḥanbalisants. On s’est demandé s’il fallait voir dans l’exil au Caire des descendants directs d’Ibn Qutayba la conséquence de cette politique.

  • 44 Voir plus haut, chap. I, p. 13.

47Quoi qu’il en soit, Aḥmad b. Qutayba d’ailleurs assez mal accueilli par le peuple, s’entoure à Fusṭāṭ de collaborateurs efficaces, et paraît se consacrer essentiellement à la diffusion des œuvres de son père. Il apparaît que c’est à lui pour une grande part qu’on doit le passage de l’œuvre d’Ibn Qutayba en Occident, et notamment en Andalousie44. En effet, Ibn Ḥağar note que ses conférences (mağlis) étaient particulièrement suivies. Il fut le maître des grammairiens Abū l-Fatḥ al-Marāġī, ‘Abd al-Raḥmān b. Isḥāq al-Zağğāğī, de l’informateur de Yāqūt, Abū l-Ḥusayn al-Muhallabī, qu’il avait eus pour disciples en Irak, et dans la capitale égyptienne des grammairiens Aḥmad b. Muḥammad b. Wallād, Abū Ġānim al-Muẓaffar b. Aḥmad, et surtout Abū Ga‘far al-Naḥḥās, dont nombre d’ouvrages portent des titres analogues à ceux d’Ibn Qutayba.

48Mais Aḥmad, suivant dans sa chute le grand cadi Ibn Abī l-Šawārib, est destitué en ramaḍān 321/août 933. Il meurt peu après en 322/935, ne laissant comme descendant connu que son fils ‘Abd al-Wāḥid.

49Ce dernier, né en 270/884 à Bagdad, personnalité falote, paraît avoir joué un rôle moins considérable que son père dans la diffusion de l’œuvre d’Ibn Qutayba. Ibn Ḫayr ne signale que deux textes qui seraient parvenus en Andalousie par son truchement : Iṣlāḥ al-ġalaṭ et Muḫtalif. Une anecdote, rapportée par Ibn Ḥağar, le met en présence du général fāṭimide Ğawhar, qui lui aurait exprimé l’admiration des autorités fāṭimides pour l’œuvre de son grand-père. Quelle que soit son historicité, ce trait nous paraît prendre la valeur d’un symbole : l’orthodoxie officielle, pour laquelle les grands docteurs sunnites du iiie/ixe siècle avaient lutté, déjà abolie à Bagdad avec l’arrivée des Bouyides, doit composer avec le Šī‘isme en Égypte vingt années plus tard, en la personne de ses représentants.

50Aḥmad et ‘Abd al-Wāḥid sont formellement catalogués comme mālikites par leurs biographes.

  • 45 Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 418, n° 949, signale toutefois encore un descendant d’Ibn Qutayba, ‘Isā (...)

51La descendance d’Ibn Qutayba paraît bien s’éteindre en Egypte avec ‘Abd al-Wāḥid. Tout au moins l’histoire n’en a-t-elle pas gardé d’autre trace45.

52Que conclure de cette indigence d’information sur la vie d’un auteur auquel on s’accorde à reconnaître un rôle de premier plan dans la littérature arabe ? Il semble bien que certains auteurs contemporains aient été plus favorisés par leurs biographes.

53On est tenté de penser qu’Ibn Qutayba demeura toute sa vie, malgré une activité littéraire intense, un personnage assez effacé.

  • 46 On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’attitude prêtée à Ibn Ḥanbal par H. Laoust (...)

54Étudiant sans génie sinon sans talent, de surcroît tiraillé entre les tendances intellectuelles qui fleurissaient dans sa jeunesse, cadi provincial plus tourné vers la méditation que vers l’action, citoyen de Bagdad aux relations gouvernementales discrètes46, il n’est guère étonnant qu’il n’ait attiré l’attention sur lui qu’à travers ses œuvres.

ESSAI DE CHRONOLOGIE DE LA VIE D’IBN QUTAYBA

ESSAI DE CHRONOLOGIE DE LA VIE D’IBN QUTAYBA

Notes

1 Malgré la relative précision des symptômes décrits dans ces notices, on s’avoue incapable, traité de séméiologie en mains, de donner un nom à l’affection qui l’emporta. Fut-ce un ulcère perforant ? Une occlusion ? Peut-on penser à une intoxication, voire à un empoisonnement ? L’imagination peut se donner libre cours !

2 Seul Ibn al-Anbārï donne ici Maslama, probablement par erreur.

3 D’aucuns ajoutent al-Marwazī, qui paraît bien avoir été la nisba de son père (Ibn Ḫallikān, al-Yāfi‘ī, al-Ḫaṭīb). On notera que son fils Aḥmad est également appelé al-Dīnawarī.
Ibn al-Nadīm ajoute encore : al-Kūfī, qu’il ne faut point considérer ici comme un nom propre, mais comme une indication d’origine.

4 al-Nawawï, et surtout Lisān et Tāğ, passim. Le dernier est si rare qu’on pourrait penser à une faute d’impression ou de copie.

5 Lisān, II, pp. 153-4, enregistre toutes ces spéculations.

6 Lisān, loc. cit.

7 Adab, p. 77.

8 Telle est la version qu’on trouve dans l’éd. actuelle de Sam‘ānī. De Wüstenfeld, Gen. Tab., tableau G 11, il semble plutôt ressortir que la généalogie réelle serait : Qutayba b. Ma‘n b. Mālik (époux de Bāhila). W. Caskel, dans ΕΙ2, I, p. 948, s.v. Bāhila, insiste sur la complexité de la généalogie de la tribu, où le rôle des femmes paraît déterminant.

9 Cf. EI2, art. Arabes (en Iran).

10 Ṭabarī, III, p. 21 ; Ibn al-Aṯīr, V, p. 311 ; ‘Uyūn, II, p. 108.

11 Ṭabarī, III, p. 1529 (année 111).

12 Ḏahabī, Ḥuffāẓ (Göttingen 1833), p. 79.

13 Ḏahabī, ibid., p. 33.

14 Ibn Ḥağar, Raf‘ al-iṣr, passim ; cf. l’index.

15 P. 5.

16 P. 7.

17 I, p. 142 ; II, p. 307 ; on pourrait se demander, tant cette référence semble insolite, si l’auteur n’invoque pas plutôt l’autorité d’un certain Ubayy. Cela paraît bien improbable, car ce nom ne figure nulle part au nombre des informateurs directs d’Ibn Qutayba.

18 P. 179 (éd. 1353) = 407 (éd. ‘Ukāša).

19 D’ailleurs, il apparaît nettement dans Wüstenfeld, Gen. Tab., tableau G 23, que la généalogie du conquérant de la Transoxiane remonte à une autre branche des Bāhila.

20 ‘Arab, p. 278 : « Mon ascendance persane (‘Ağam) ne m’empêche nullement de défendre les Arabes... »

21 GAL, I, p. 76 et EI2, I, p. 110 (Guillaume).

22 GAL, SI, p. 213 ; cf. al-Ḫaṭīb, Tāriḫ Baġdād, XIV, p. 504.

23 Toutes les indications qu’on trouve chez les critiques modernes relativement à d’hypothétiques séjours à Koufa, à Baṣra, ou même à Nīsābūrī ne reposent sur aucune donnée ancienne sérieuse. Elles sont simplement déduites par conjecture des endroits où se situe l’activité de ses différents maîtres (cf. p. ex. Ḥusaynī, p. 15 sqq. pour Nīsābūrī). On ne les rejette pas catégoriquement, mais on se refuse à en faire état faute de témoignage anciens formels.

24 Ce caractère d’ouvrage de commande pourrait expliquer en partie la relative absence d’originalité de cette Introduction, dont on sait qu’elle est à peu près identique à l’opuscule de ‘Abd Allāh al-Baġdādī, éd. Sourdel, Livre des Secrétaires, BEOIFD, XIV, 1952-54, pp. 115-153.

25 Ceci est confirmé par Baṭalyūsī, Iqtiḍāb, p. 24, et Zağğāgī, Šarḥ, ms. B.M. Or. Ad. 7473, fol. 41.

26 ‘Uyūn, II, p. 222.

27 Deuxième partie, chap. V.

28 Il en est de même des Masā’il, dont le dédicataire est également anonyme.

29 Muḫtalif, p. 7 (§ 22 de notre trad.) : « Tu as donc espéré trouver auprès de moi des arguments sur toutes ces contradictions, tout comme tu en avais trouvé dans ce premier ouvrage (il s’agit du Ġarīb al-ḥadīṯ) ».

30 On le croit sensiblement contemporain de l’Adab ; cf. chap. IV, p. 90.

31 Sur la carrière de ‘Ubayd Allāh, v. Sourdel, Vizirat, I, pp. 271 sqq. et 305 sqq.

32 Signalée par Ḥusaynī, pp. 3-4 et ‘Ukāša, pp. 22, 28.

33 Le ms. a été copié en 710/1310.

34 Reisülküttab, 742, signalé par Bonebakker, Communication au Congrès de Cordoue, 1962.

35 Iršād, I, p. 774.

36 Il est vrai que ce n’est qu’en 269/882-3.

37 On en trouvera le détail dans Sourdel, Vizirat, I, pp. 315-322.

38 P. 6.

39 Ibn al-Anbārī, 280/893 ; Suyūṭī, 267/881. Dans le premier cas, il est facile de déceler une confusion du 7 et du 8, fréquente en arabe ; dans le second, on peut supposer une inversion des unités et des dizaines.
Enfin, Ibn Ḫallikān : 271/884. On ignore où il a pris cette date.

40 Ḥusaynī, p. 7, fait remarquer d’une part que d’après Yāqūt (Iršād, I, p. 774), Qāsim b. Aṣbaġ, l’un des disciples favoris d’Ibn Qutayba, vient en Orient et étudie sous Ibn Qutayba en 274 ; d’autre part, qu’un autre disciple non moins célèbre, Ibn Durustawayh, est né en 258. Il avait donc 18 ans en 276, et il est difficile de supposer qu’il ne profita pas de l’enseignement d’Ibn Qutayba après l’âge de 12 ans.
Toutes ces remarques ne font que confirmer la date de 276 qu’on retient ici pour la mort d’Ibn Qutayba.

41 Cette notice figure en marge du ms. Reisülküttab 742, fol. 145b. On en doit une copie à l’obligeance de M. S.A. Bonebakker. Qu’il veuille bien trouver ici l’expression de notre vive gratitude.

42 Etudes d’Orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris 1962, pp. 165-173, La descendance d’Ibn Qutayba en Egypte.

43 En effet, le cadi d’Assouan Abū Bakr Aḥmad b. Marwān al-Dīnawarī, dont la nisba laisse à penser qu’il vécut à Dīnawar, rappelle à Aḥmad b. Qutayba qu’il l’a connu tout enfant ; Descendance, p. 169.

44 Voir plus haut, chap. I, p. 13.

45 Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 418, n° 949, signale toutefois encore un descendant d’Ibn Qutayba, ‘Isā b. Ibr. b. ‘Isā b. M. b. ‘Abd al-Wāḥid b. Aḥmad b. ‘Abd Allāh, qui aurait rédigé à l’intention de Muḥammad b. ‘Abbād al-Mu‘tamid de Séville (461/1069 - 487/1095) une anthologie de l’œuvre de son aïeul sous le titre : K. fi ma‘nā l-tāriḫ.

46 On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’attitude prêtée à Ibn Ḥanbal par H. Laoust (ΕΙ2, I, pp. 280-186) qui met en relief les réticences des Ḥanbalites devant les avances des milieux gouvernementaux.
Cf. aussi, du même : Annuaire du Collège de France, 57e année, 1957, pp. 297-8.

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search