Version classiqueVersion mobile

Ibn Qutayba (m. 276/889)

 | 
Gérard Lecomte

Première partie. L'Homme et l'œuvre

Chapitre premier. Les données bio-bibliographiques

Texte intégral

1Un auteur aussi célèbre qu’Ibn Qutayba ne pouvait manquer de faire l’objet d’une notice dans tous les grands recueils de biographies, sans préjudice des innombrables citations, renseignements ou références qu’on peut glaner dans des ouvrages de toute nature. De ce dernier type de données, on ne retiendra que les plus importantes. Parmi les notices proprement dites, on a mentionné ci-dessous :

  1. les notices du ive/xe au xiie/xviiie siècle qu’on a pu consulter directement ;
  2. les notices du ive/xe au xiie/xviiie siècle qu’on a trouvées reproduites ou analysées dans des travaux critiques modernes, mais qu’on n’a pas eues en mains généralement parce qu’elles sont inédites ;
  3. les notices d’auteurs modernes les plus développées.
  • 1 Cette liste constitue naturellement la bibliographie à peu près exclusive du chapitre Ier. On se d (...)

2En l’état actuel de nos connaissances, la liste suivante de notices bio-bibliographiques sur Ibn Qutayba peut donc être considérée comme sensiblement complète. On les classe ici par ordre alphabétique. On trouvera plus loin une étude sur la filiation de ces données1.

3Abū l-Fidā’ (m. 731/1331), Tāriḫ (Le Caire, s.d.), II, p. 54.

4Abū Maḫrama (m. 903/1497), Qilādat al-nahr fi wafayāt a’yān al-dahr (ms. Le Caire, tāriḫ, 167, cf. Ṣaqr, introd. au Muškil).

5*Abū l-Ṭayyib al-Luġawī (m. 352/963), Marâtib al-naḥwiyyin (Le Caire 1375/1955), p. 85.

6*Adwī (al-) (Aḥmad Zakī), introd. au t. IV des ‘Uyūn (Le Caire 1349/1930), pp. 5-40.

7*Azharī (al-) (m. 370/980), K. al-tahḏib (MO, 1930), p. 29.

8*Brogkelmann (G), ΕΙ1, II, pp. 423-424.

9*Le même, GAL, I, pp. 120-123, S I, pp. 184-187.

10*Ḏahabī (al-) (m. 748/1347), Mīzān al-ítidāl (Le Caire 1325, 3 vol.), II, p. 77.

11Le même, K. al-muštabih fi asmā’ al-riğāl (Leyde 1881), p. 418.

12Le même, Tāriḫ duwal al-Islām (Hayderabad 1337), p. 131.

13*Dāwūdī (al-) (m. 945/1538), Ṭabaqāt al-mufassirīn (ms. Le Caire, tārīḫ, 1078, cf. Ṣaqr, loc. cit.), fol. 103a-104b.

14*Flügel (G.), Die grammatischen Schulen der Araber (Leipzig 1862), pp. 187-190.

15Ḥāğğī Ḫalīfa (m. 1067/1657), Kašf al-ẓunūn (éd. Flügel, 7 vol., Londres 1835-1858), index, n° 6264.

16*Ḫaṭīb (al-) al-Baġdādī (m. 463/1071), Tāriḫ Baġdād (Le Caire 1349/1931, 14 vol.), X, p. 170-171.

17*Ḥusaynī (al-) (Isḥāq Mūsā), The life and works of Ibn Qutayba (Beyrouth 1950).

18Ibn al-Abbār (m. 658/1258), Takmilat al-ṣila (Madrid 1889), pp. 30, 106, 294, 348, 378, 387, 698, 734.

19*Ibn al-Anbārī (m. 577/1181), Nuzhat al-alibbā’ (s.l.n.d.), pp. 272-274.

20*Ibn al-Aṯīr (m. 630/1233), K. al-lubāb fi tahḏib al-ansāb (Le Caire 1356), II, p. 242.

21Le même, al-Tārīḫ al-kāmil (Le Caire 1303, 12 vol.), VII, p. 145.

22Ibn Baškuwāl (m. 578/1182), K. al-ṣila (Le Caire 1373/1954), I, pp. 17, 369 ; II, p. 418.

23Ibn al-Faraḍī (m. 403/1012), K. tāriḫ ‘ulamā’ al-Andalus (Le Caire 1374/1955), I, pp. 21, 74, 134, 401, 406 ; II, pp. 31, 45, 65.

24**Ibn Farḥūn (m. 799/1396), K. al-dībāğ (1351), p. 35.

25*Ibn al-Ğawzī (Abū l-Farağ, m. 597/1201), K. al-muntaẓam (Hayderabad 1357/1938, vol. V à Χ), V2, p. 102, n° 232.

26Ibn al-Ğawzī (Sibṭ, m. 644/1257), Mir’āt al-zamān (ms. B. M. 1270-1, cf. Ṣaqr, loc. cit.).

27**Ibn Ḥağar al-‘Asqalānī (m. 852/1448), Raf‘ al-iṣr (Leyde 1912), pp. 546-548.

28*Le même, K. lisān al-mīzān (Hayderabad 1329-31), III, pp.357-359.

29*Ibn Ḫallikān (m. 681/1282), K. wafayāt al-a‘yān (Le Caire 1948, 6 vol.), II, p. 246, n° 304.

30Ibn Ḫayr (m. 575/1179), K. al-fahrasa (Saragosse 1894-5), pp. 66, 67, 187, 188, 195, 199, 261, 377, 378.

31***Ibn al-‘Imād (m. 1089/1678), Šaḏarât al-ḏahab (Le Caire 1350, 8 vol.), II, pp. 169-170.

32*Ibn Kaṯīr (m. 774/1372), al-Bidāya wa l-nihāya (Le Caire 1351, 14 vol.), XI, pp. 48, 57.

33*Ibn Maktūm (m. 749/1348), Aḫbār al-naḥwiyyin wa l-luġawiyyīn al-maḏkūrīn fi K. al-inbāh (extraits d’al-Qifṭī, q.v., ms. Le Caire, Dār al-Kutub, 2069 tāriḫ ; cf. Ṣaqr, loc. cit.).

34*Ibn al-Nadīm (m. 385/995), Fihrist (Leipzig 1871-72), p. 77 ; cf. pp. 35, 62, 63, 87, 88, 114, 160, 316.

35***Ibn Taġrībirdī (m. 874/1469-70), al-Nuğūm al-ẓāhira (Le Caire 1351/1932, 10 vol.), III, pp. 75-76, 246.

36Ibn Taymiyya (m. 728/1328), Tafsir sūrat al-Iḫlāṣ (Le Caire 1323/ 1905), pp. 85h, 95.

37*Ismā‘īl Pāšā al-Baġdādī/Baġdatli (m. 1339/1920), Hadiyyat al-‘ārifin, asmā’ al-mu’allifin wa āṯār al-muṣannifin (Istanbul 1951-55, 2 vol.), col. 441.

38Le même, Iḍāḥ al-maknūn fi l-ḏayl ‘alā Kašf al-ẓunūn (Istanbul, depuis 1945), I, p. 356 ; II, pp. 134, 146, 506.

39**‘Iyāḍ (le Qāḍī, m. 544/1149), Tartib al-madārik (ms. Le Caire, tāriḫ, 2293, cf. Ṣaqr, loc. cit.).

40*Kaḥḥālé (‘Umar Riḍā), Mu‘ğam al-mu’allifin (Damas 1375/1955 -1380/1961, 15 vol.), VI, pp. 150-151.

41*Muḥibb al-Dīn al-Ḫatīb, introduction au Maysir (Le Caire 1343), pp. 3-28.

42*Nawawī (al-) (m. 676/1278), Tahḏīb al-asmā’ (Göttingen 1842-47), p. 771.

43*Qifṭī (al-) (m. 646/1248), Inbāh al-ruwāt (Le Caire 1371/1952), II, p. 143.

44Ṣafadī (al-) (m. 764/1363), al-Wāfī (Istanbul-Leipzig 1931), I, pp. 7, 18.

45*Sallām (Muḥammad Zaġlūl), Ibn Qutayba (dans Nawābiġ al-fikr al-‘arabī, n° 18, Le Caire 1957), pp. 5-62.

46*Sam‘ānī (al-) (m. 562/1167), K. al-ansāb (Leyde 1912, fac. sim.), fol. 443a.

47*Ṣaqr (Sayyid Aḥmad), introd. à l’éd. du Muškil (Le Caire 1373/ 1954), pp. 3-67.

48Suwaydī (al-) (m. 950/1543), Ṭabaqāt fuqahā’ al-sāda al-ḥanafiyya (ms. Berlin, 10026, cf. Ṣaqr, loc. cit.).

49*Suyūṭī (al-) (m. 911/1605), Buġyat al-wu‘āt (Le Caire 1326), p. 291.

50Le même, K. al-muzhir (éd. Ṣabīḥ, s.d.), II, pp. 288, 304.

51*‘Ukāšā (Sarwat), introd. à l’éd. des Ma‘ārif (Le Caire 1960), pp. 3-100 (en arabe) et 3-30 (en français).

52*Yāfi‘ī (al-) (m. 768/1367), Mir’āt al-ğanān (Hayderabad 1337), II, p. 191.

53**Yāqūt (m. 626/1229), Iršād al-arib (Leyde 1907-31, 7 vol.), I, pp. 160-161.

54*Zarkalī (al-) (Ḫayr al-Dīn), al-A‘lām (Le Caire 1927-28, 3 vol.), II, p. 586.

  • 2 Par souci d’exhaustivité, on réunit ci-dessous une série de références de moindre intérêt. Le prem (...)

55Zubaydī (al-) (m. 379/989), Ṭabaqāt al-naḥwiyyīn (Le Caire 1373), pp. 34, 61, 67, 147, 192, 195, 200, 217, 305 2.

56Comme il fallait s’y attendre, les biographes ont le plus souvent reproduit les notices de leurs maîtres ou prédécesseurs, en les abrégeant quelquefois, mais aussi en y consignant des renseignements parfois contradictoires émanant de sources différentes. En ce qui concerne notre auteur, ces notices se réduisent à cinq catégories de données :

  1. les date et lieu de naissance et de mort. C’est là que les divergences sont les plus difficiles à réduire, comme on le verra ;
  2. une anecdote reproduite partout, pratiquement dans les mêmes termes, racontant les circonstances de la mort d’Ibn Qutayba. Il y a tout lieu de la considérer comme authentique ;
  3. les maîtres et les disciples. Les listes sont généralement concordantes ;
  4. des listes d’ouvrages d’Ibn Qutayba. Ces listes sont plus ou moins complètes, mais les titres douteux sont relativement rares, et il est possible de dresser à partir de ces notices un état sensiblement définitif de l’œuvre de l’auteur. On reviendra longuement sur ce point dans un prochain chapitre ;
  5. des jugements plus ou moins élogieux sur notre auteur.

57Chacune de ces catégories de données fera l’objet d’une étude développée dans les chapitres suivants.

58Pour le moment, on a cru bon de présenter sous forme de tableaux synoptiques la filiation chronologique des données biobibliographiques relatives à Ibn Qutayba. Ces tableaux comprennent les noms des auteurs de notices et de leurs sources connues, même lorsque ces sources ne nous sont pas parvenues, ou lorsqu’il s’agit de simples transmetteurs sans véritable notoriété qu’on se contente d’identifier en note.

59Le premier intérêt de ces tableaux est de nous révéler l’origine première de notre documentation sur Ibn Qutayba. Elle remonte principalement, comme on pouvait le penser, à un petit nombre de disciples ou de contemporains de notre auteur, dont voici la liste par ordre d’importance, avec l’indication du type de données qui leur est particulier :

  1. Aḥmad b. Qutayba, fils de l’auteur : essentiellement, liste des œuvres. Elle a toutes chances d’être la plus exacte. On verra en effet que les listes occidentales — qui figurent toutes dans les biographies d’Aḥmad — coïncident remarquablement avec l’état actuel des œuvres connues d’Ibn Qutayba ;
  2. Ibrāhīm b. al-Ṣā’iġ, disciple direct d’Ibn Qutayba : données biographiques, notamment circonstances de la mort de l’auteur ; liste des ouvrages coïncidant en gros avec celle d’Aḥmad ;
  3. Qāsim b. Aṣbaġ, disciple andalou qui les transmet en Espagne. En apparence, données philologiques éparses, et date de la mort. Mais on a tout lieu de penser que les informations transmises par ce personnage sont parmi les plus complètes. Elles recoupent remarquablement les données parvenues par le canal oriental ;
  4. Ibn al-Nadīm, qu’il faut placer à part. Il est vraisemblable que cet auteur a procédé personnellement à un recensement sans grand discernement ni critique. En effet, il fournit une liste d’ouvrages très développée où l’on croit avoir décelé des inexactitudes et des confusions ;
  5. Ibn al-Anbārī, qui semble être le premier détracteur d’Ibn Qutayba, et à l’origine des accusations d’hétérodoxie diverses.

60D’autre part, ces tableaux (notamment le tableau A) présentent l’énorme intérêt de nous amener à une conclusion directe en ce qui concerne les jugements portés sur Ibn Qutayba.

61A l’exception du jugement d’Ibn Taymiyya, qui est tout à fait indépendant, les jugements portés sur cet auteur dans les notices manquent d’originalité, voire d’enthousiasme. On peut néanmoins les classer en trois catégories :

  1. les jugements favorables ou très favorables ;
  2. les jugements défavorables ou hostiles ;
  3. aucun jugement n’est porté dans la notice.

62Dans les tableaux ci-contre, on a distingué ces trois attitudes par un procédé typographique approprié, et cette méthode fait ressortir à l’évidence une remarquable continuité de jugement à l’intérieur d’une même école de pensée :

  1. Les jugements favorables sont le fait soit de Ḥanbalites déclarés ou apparentés (Ibn al-Ğawzī, Ibn Taymiyya, Ibn Kaṯīr, Ibn al-‘Imād...), soit de personnages qui, pour n’être pas proprement ḥanbalites, n’en sont pas moins des gens du ḥadīṯ ou des historiens traditionalistes (al-Ḫaṭīb, al-Sam‘ānī, Ibn Ḫallikān, al-Ḏahabī...), ou encore des philologues ou polygraphes de bonne foi qui admirent et utilisent sans arrière-pensée l’œuvre de notre auteur (al-Zubaydī, al-Suyūṭī...).
  2. Les jugements défavorables sont limités à une lignée d’auteurs nettement šāfi‘ites, puis aš‘arites, étroitement apparentés par des affinités intellectuelles notoires. C’est ainsi que les piliers de l’école šāfi‘ite de Nīsābūr sont franchement hostiles à Ibn Qutayba. C’est en particulier à al-Bayhaqī et à al-Dāraquṭnī qu’on doit plusieurs affirmations contestables sur l’orthodoxie de la doctrine qutaybienne, parfois reproduites par d’autres biographes, soit pour y renchérir (al-Azharī, al-Ḥākim), soit pour les réfuter (al-Ḫaṭīb, al-Ḏahabī) selon la tendance. On se perd en conjectures sur les raisons de la sévérité extrême d’un auteur tardif comme Ibn Taġrībirdī à l’égard d’Ibn Qutayba. On penche pour une attitude de taqlīd pur et simple.
  3. Il est naturellement difficile de tirer des conclusions de l’abstention de certains auteurs. Toutefois, bien qu’on ne sache rien de l’opinion personnelle de plusieurs grands as’arites comme al-Isfarā’inī, al-Ğazālī, al-Šīrāzī, elle pourrait bien se refléter dans la sévérité d’un Ğuwaynī3 et dans la « neutralité positive » d’un Nawawï dont ils sont les sources.

63On reviendra sur les raisons de ces différentes attitudes. Mais on insiste pour le moment sur l’intérêt de la confrontation des biographies consultées pour évaluer les réactions du public contemporain ou postérieur à Ibn Qutayba.

64Les tableaux B, C et D demandent quelques explications. Il n’existe pas à notre connaissance de biographie occidentale d’Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muslim b. Qutayba. Toutefois, les biographies occidentales de son fils Aḥmad, catalogué parmi les savants mālikites, contiennent généralement quelques indications sur le père, et surtout une liste de ses ouvrages, dont Aḥmad fut le transmetteur fidèle.

65Parmi les listes occidentales, on a distingué trois groupes :

  1. La liste transmise en dernier lieu par Ibn Ḥağar et provenant en droite ligne des disciples d’Aḥmad ; on observera cette filiation dans le tableau B.
  2. La liste du Qāḍī ‘Iyāḍ, reprise par Ibn Farḥūn, qui coïncide remarquablement avec l’état actuel de l’œuvre. On pense que cette liste correspond bien plutôt à une tradition franchement andalouse — les Andalous se sont beaucoup intéressés à Ibn Qutayba. En effet, il ne semble pas que les listes fournies par Ibn Ḫallikān et al-Ḏahabī (que l’on sait avoir été en d’autres cas les sources d’Ibn Farḥūn) aient amené ce dernier à modifier en rien la liste de ‘Iyāḍ. Or on sait que les sources de ‘Iyāḍ sont essentiellement occidentales. Parmi elles, on trouve al-Baṭalyūsī (qui connaissait bien l’œuvre d’Ibn Qutayba) mais aussi al-Ḫušanī, qui eut pour maître direct Qāsim b. Aṣbaġ. On sait aussi que parmi les sources d’Ibn Farḥūn figurent tous les auteurs de recueils de biographies complémentaires, Ibn al-Abbār, Ibn Baškuwāl, Ibn al-Faraḍī. Il se trouve que les trois principaux maîtres de ce dernier, Ibn al-Ḫarrāz, Sulaymān b. Ayyūb, Ibn ‘Ā’iḏ, sont tous disciples directs de Qāsim b. Aṣbaġ. Le tableau G, qui reflète cette filiation, ne vise pas à autre chose qu’à montrer dans quelle mesure les biographes andalous en général sont tributaires de Qāsim b. Aṣbaġ, disciple favori d’Ibn Qutayba.
  3. Les indications de la Fahrasa d’Ibn Ḫayr apportent d’ailleurs des précisions sur les conditions du passage de l’œuvre d’Ibn Qutayba en Andalousie. Ce passage s’est effectué essentiellement par cinq voies :

66a) Qāsim b. Aṣbaġ qui, avec de très nombreuses chaînes d’intermédiaires différentes, transmet Ma‘ārif Iṣlāḥ al-ġalaṭ, Ġarīb al-ḥadīṯ, Ġarīb al-Qur’ān, Anwā’, Muškil al-Qur’ān ;

67b) Aḥmad b. Qutayba, qui transmet Ma‘ārif, Muškil al-Qur’ān, Adab, Ġarīb al-Qur’ān, Ašriba, Maysir, c’est-à-dire des textes déjà plus spécifiquement littéraires.

68Les deux intermédiaires (pratiquement exclusifs) d’Aḥmad sont :

  1. Abū ‘Alī al-Qālī, dont on connaît déjà le rôle capital dans la transmission des œuvres orientales en Occident et qui, par d’innombrales voies différentes, est à l’origine du passage d’Ašriba, Adab, Maysir.
  2. Abū l-Ḥasan Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Muhandis, maître d’Abū l-Qāsim Muḥammad b. al-Ṭayyib al-Baġdādī al-Kaḥḥāl qui, « dans sa boutique du Zuqāq al-Qanādīl à Fusṭāṭ en 434 » transmet à Muḥammad b. Šurayḥ : Ma‘ārif, Muškil al-Qur’ân, Adab et Ġarīb al-Qur’ān. C’est le fils du dernier nommé, Šurayḥ b. Muḥammad, qui lèguera ses connaissances à Ibn Ḫayr.
  • 4 Cf. Chapitre V : Recensement de l’œuvre.

69Comme on peut le constater, ces deux intermédiaires (Aḥmad b. Qutayba et Qāsim b. Aṣbaġ) qu’on a tout lieu de considérer comme les deux disciples favoris d’Ibn Qutayba, ont transmis surtout (Maysir mis à part) des textes qu’on a été amené à classer dans une « liste de base » par ailleurs4.

70c) Abū Bakr Aḥmad b. Marwān al-Mālikī qui, par des intermédiaires relativement obscurs, transmet cependant toute une série de textes importants, et comme on en jugera, presque exclusivement de nature littéraire : Anwā’, Ṭabaqāt al-šu‘arā’ (sic), Masā’il, ‘Uyūn, Muḫtalif, Ma‘āni, Maysir, Ḫaṭṭ ( ?).

71Il est apparemment le seul à avoir enseigné les ‘Uyūn en Andalousie, ainsi que le Ši‘r et les Ma‘ānī.

72d) ‘Abd al-Wāḥid b. Aḥmad, petit-fils d’Ibn Qutayba, cadi sans gloire dont toute la notoriété procède de celle de son grand père, est responsable du passage de Muḫtalif et Iṣlāḥ al-ġalaṭ, deux textes qui n’ont rien de littéraire. Il y a gros à penser que ‘Abd al-Wāḥid, faqih dans l’âme, n’avait guère de propension à l’adab.

  • 5 Qu’il ne faut pas confondre avec le philologue célèbre, Abū Sa‘īd al-Ḥasan b. al-Ḥusayn, m. 275/88 (...)

73e) ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Raḥmān al-Sukkarī5, par une voie qui abouttit à Abū Bakr b. al-‘Arabī, puis à Ibn Ḫayr, transmet de son côté Iṣlāḥ al-ġalaṭ et Masā’il, textes qui, eux non plus, n’ont rien de littéraire. D’ailleurs, il semble bien qu’al-Sukkarī ait été l’unique transmetteur des Masā’il, si l’on en juge par l’isnād reproduit en tête de l’éd. actuelle de cet opuscule, et qui aboutit à Abū l-Farağ Ibn al-Ğawzī (m. 597/1201). Si l’on excepte Ibn al-Nadīm, on constate qu’Ibn Ḫayr et Ibn al-Ğawzī sont les deux premiers auteurs à faire état des Masā’il. Ceci confirme que l’intérêt se renouvelle à leur époque pour l’œuvre d’Ibn Qutayba, et que c’est alors qu’on exhume ses ouvrages mineurs.

74On pense donc en résumé que les données relatives à ‘Abd Allāh b. Qutayba dans les biographies occidentales sont le produit de l’amalgame de la tradition mālikite ifriqienne et égyptienne relative à son fils Aḥmad avec la tradition littéraire andalouse, à l’origine de laquelle se trouvent plusieurs disciples directs de notre auteur, dont les principaux sont Qāsim b. Aṣbaġ et Aḥmad b. Marwān.

75C’est dans cette optique, en faisant la part de l’hypothèse, qu’on pourra consulter le tableau D.

TABLEAU Α. — Sources orientales

TABLEAU Α. — Sources orientales

NOTES SUR LE TABLEAU A

76(1) Abū l-Qāsim Ibrāhīm b. Muḥammad b. Ayyūb b. Bašīr al-Ṣā’iġ, signalé par tous les biographes au premier rang des disciples d’Ibn Qutayba ; m. 313/925. V. Lecomte, Disciples.

77(2) Abū l-Ḥusayn b. al-Munādī a servi d’intermédiaire entre les savants du iiie/ixe siècle et Muḥammad b. al-’Abbās (q.v.). Son père, disciple d’Ibn Ḥanbal, et surtout son grand-père, Abū Ğa‘far Muḥammad b. Abī Dāwūd ‘Ubayd Allāh b. Yazīd al-Munādī (m. 272/885-6) jouèrent quelque rôle et eurent quelque notoriété ; Muntaẓam, V2, pp. 74, 88, 106, 139. Il est cité parmi les transmetteurs de données sur Ibn Qutayba par Ibn al-Anbārī, al-Ḫaṭīb et al-Ḏahabī.

78(3) Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-’Abbās al-Yazīdī al-Naḥwī, philologue en renom, précepteur des enfants d’al-Muqtadir. Serait l’auteur de K. al-ḫayl, K. manāqib Banī l-’Abbās, K. aḫbār al-Yazīdiyyīn ; m. 310/922. Ibn Ḫallikān, n° 612.

79(4) Abū ‘Umar Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid, Ġulām Ṯa‘lab. Disciple attitré de Ṯa‘lab. Auteur d’un nombre important d’ouvrages dont on retiendra ici K. mā ankarathu l-‘Arab ‘an Abī ‘Ubayd, et un Ġarīb al-ḥadīṯ établi sur le Musnad d’Ibn Ḥanbal. Le premier de ces titres explique peut-être ses démêlés avec Abū Bakr b. al-Anbārī (q.v.) ; m. 344/955. Il est cité comme source directe par al-Ḫaṭīb. GAL, I, p. 119 ; S I, p. 182 ; Ibn Ḫallikān, n° 610.

80(5) Abū Bakr Aḥmad b. Kāmil al-Šağarī al-Baġdādī al-Qāḍī, philologue, cadi de Kûfa, disciple de Ṭabarī ; cité comme source par al-Ḫaṭīb et Ibn al-Anbārī I ; m. 350/961 ; Muntaẓam, V2, pp. 77, 95, 96, 101 ; Flügel, Gram. Schul., pp. 227-228.

81(6) al-Ḥasan b. Abī Bakr, simple transmetteur du précédent. Dates inconnues. Muntaẓam, V2, pp. 76, 96. Cité comme source par al-Ḫaṭīb.

82(7) Abū Bakr b. Abī Muḥammad al-Qāsim al-Anbārï ; son père, m. 304 ou 5/916-8, était l’auteur de K. ḫalq al-insān, ḫalq al-faras, ġarīb al-ḥadīṯ, etc.. Lui-même, disciple de Ṯa‘lab, aurait entre autres écrit une Risāla fī muškil al-Qur’ān contre Ibn Qutayba et Abū Ḥātim al-Siğistānī. Il a eu pour disciples al-Dāraquṭnī et al-Azharī, qui le cite comme source ; m. 327 ou 8/939 ou 40. GAL, I, p. 119 ; Ibn Ḫallikān, n° 614.

83Il convient de ne pas le confondre avec l’auteur de la Nuzha, m. 577/1181 qui figure également dans le tableau A et qu’on désignera le cas échéant par Ibn al-Anbārī II.

84(8) Abū l-Ḥasan ‘Alī b. ‘Umar al-Baġdādī al-Dāraquṭnī, célèbre savant šāfi‘ite suspect de šī‘isme en raison de son admiration pour le poète Sayyid Ḥimyarī. Maître d’Abū Nu‘aym al-Iṣfahānī et d’al-Isfarā’inī (q.v.). Auteur de Sunan et de K. al-muḫtalif wa l-mu’talif ; m. 385/995. GAL, I, p. 165 ; S I, p. 275 ; Ibn Ḫallikān, n° 407. Invoqué comme source par al-Ḏahabī, al-Suyūṭī, Sibṭ b. al-Ğawzī, Ibn Taġrībirdī.

85(9) Abū Bakr Aḥmad b. al-Ḥusayn al-Bayhaqī, célèbre savant šāfi‘ite, compagnon d’al-Ḥākim al-Nīsābūrī (q.v.) compilateur de l’œuvre d’al-Šāfi‘ī. Il fut appelé à Nīsābūr pour y enseigner. Auteur de 1 000 ouvrages ( !) dont deux Sunan, Dalā’il al-nubuwwa, Manāqib al-Šāfi‘ī, Manāqib Aḥmad b. Ḥanbal ; m. 458/ 1066. GAL, I, p. 363 ; S I, p. 618 ; Ibn Ḫallikān, n° 27. Invoqué comme source par al-Ḏahabī et al-Suyūṭī.

86(10) Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Ḍabbī al-Ṭahrānī, al-Ḥākim al-Nīsābūrī, Ibn al-Bayyi‘ ; célèbre muḥaddiṯ šāfi‘ite qui aurait eu plus de 2 000 maîtres et écrit 1 500 livres (ğuz’), dont Ma‘rifat al-ḥadīṯ, Tāriḫ ‘ulamā’ Nīsābūr et Faḍā’il al-Imām al-Šāfi’ī. Cadi de Nīsābūr en 359/970, il servit d’émissaire entre les Sāmānides et les Būyides. Relations longues et amicales avec Dāraquṭnī ; m. 405/1014-15. GAL, I, p. 166 ; S I, p. 276 ; Ibn Ḫallikān, n° 587. Cité comme source par al-Ḏahabī, al-Suyūṭī, Ibn al-‘Imād.

87(11) Abū Ḥāmid Aḥmad b. al-Ṭāhir al-Isfarā’inī (344/955 - 406/1015). Un des premiers aš‘arites de Baġdād ; Ibn Ḫallikān, n° 25. On ne sait rien de son opinion sur Ibn Qutayba.

88(12) Abū l-Ma‘ālī ‘Abd al-Malik al-Ğuwaynī, Imām al-Ḥaramayn (419/1028 - 478/1085), célèbre aš‘arite ; enseigne à la Niẓāmiyya de Nīsābūrī ; maître de Ġazālī ; œuvre abondante et appréciée. GAL, I, p. 388 ; SI, p. 671 ; Ibn Ḫallikān, n° 351. Son opinion sur Ibn Qutayba est rapporté par Ibn Ḥağar (Lisān al-Mīzān),

89(13) al-Ġazālī, m. 505/1111. Dans sa notice sur Ibn Qutayba, al-Nawawī cite comme source son K. al-wasīṭ, inédit. Voir M. Bouyges et M. Allard, Essai de chronologie des œuvres d’al-Ġazālī, p. 13, n° 4 et les notes. Cet ouvrage et le Muhaḏḏab d’al-Šīrāzī (q.v.) sont considérés par al-Nawawī comme deux manuels de base du Šāfi‘isme.

90(14) Abū Isḥāq Ibrāhīm b. ‘Alī al-Šīrāzī, chef incontesté du Šāfi‘isme bagdadien en son temps. Premier recteur de la Niẓāmiyya. Auteur de K. al-muhaḏḏab fī l-maḏhab, invoqué par Nawawī comme source sur Ibn Qutayba. M. 476/1083. GAL, I, p. 387 ; Ibn Ḫallikān, n° 5.

91(15) Sibṭ b. al-Ğawzī, petit-fils d’Abū l-Farağ, auteur du Mir’āt al-zamān fī tārīḫ al-a‘yān, dont quelques extraits seulement sont publiés. M. 644/1247 ; ΕΙ, II, p. 395 ; GAL, I, p. 347.

92(16) Abū ‘Abd Allāh Ḥusayn b. ‘Abd al-Raḥmān Ibn al-Ahdal, auteur d’un muḫtaṣar du Mir’āt al-ğanān d’al-Yāfi‘ī, s.l.t. Ġirbāl al-zamān (mss. Paris, 1589/92, 5952) ; m. 855/1451. GAL, II, p. 176, 185.

93(17) Abū Manṣūr al-Šaybānī al-Baġdādī al-Qazzāz, source d’Ibn al-Ğawzï ; m. 535/1140 ; Muntaẓam, V, 102.

TABLEAU Β. — Sources égyptiennes

TABLEAU Β. — Sources égyptiennes

NOTES SUR LE TABLEAU B

94(1) Pour mémoire ; v. tableau A.

95(2) Abū l-Ḥusayn ‘Alī b. Aḥmad al-Muhallabī, disciple direct d’Aḥmad b. Qutayba, source d’Ibn Ḫurrazāḏ ; m. 335/946-7. Ibn Ḥağar, pp. 546, 548 ; al-Suyūṭī, 328. Cité comme source indirecte par Yāqūt.

96(3) Abū Ya‘qūb Yūsuf b. Ḫurrazāḏ al-Nağīramī, historien, l’une des sources de Yāqūt. Il aurait eu pour source le précédent ; m. 423/1032. Ibn Ḫallikān, n° 810 ; al-Suyūṭī, p. 425.

97(4) Abū Muslim Muḥammad b. Ma‘mar, disciple direct d’Aḥmad b. Qutayba, source d’Abū Nu‘aym (q.v.). Ibn Ḥağar, p. 547.

98(5) Abū Nu‘aym al-Iṣfahānī, célèbre savant šāfi‘ite, auteur de la Ḥilyat al-awliyā’ et de Tāriḫ Isfahān ; m. 430/1038. ΕΙ2, I, p. 146 (Pedersen) ; GAL, I, p. 362 ; S I, p. 616 ; Ibn Ḫallikān, n° 32 ; Ibn Ḥağar, p. 547. Cité par ce dernier comme source sur Aḥmad b. Qutayba.

99(6) Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Ibrāhīm b. Zūlāq al-Layṯī, historien, continuateur d’al-Kindī dans ses Aḫbar quḏât Miṣr ; m. 387/997. GAL, S I, p. 230 ; Ibn Ḫallikān, n° 159. Cité comme source par Ibn Ḥağar.

100(7) Abū Sa‘īd ‘Abd al-Raḥmān b. Aḥmad b. Yūnus, Ibn Ḥibbān al-Ṣadafī, auteur d’un ouvrage de biographies en deux sections : les étrangers et les égyptiens. Souvent cité par Ibn Ḫallikān, Ibn Ḥağar, Ibn Taġrībirdī ; m. 347/959. Wüstenfeld, Geschichtschreiber, n° 121 ; Ibn Ḫallikān, n° 341 ; v. aussi al-Kindī, p. 44. Cité comme source sur Aḥmad b. Qutayba par Yāqūt et Ibn Ḥağar.

101Ne pas confondre avec Ibn Ḥibbān al-Bustī, m. 354/965 (Wüstenfeld, n° 130 ; GAL, S I, p. 273) dont le K. al-ṯiqāt est l’une des sources essentielles d’al-Sam‘ānī et d’Ibn Ḥağar (Tahḏib).

102(8) Il s’agit selon toute vraisemblance de Maslama b. al-Qāsim (sic) b. Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. Ḥātim, Abū l-Qāsim, d’Ibn al-Faraḍī, Tāriḫ, II, p. 128 (n° 1423). Disciple cordouan de Qāsim b. Aṣbaġ, grand voyageur en Orient (Égypte, Ḥiğāz, Yémen, Irak, Syrie...), m. 353/964 à 60 ans. Tout porte à croire qu’il connut Aḥmad b. Qutayba en Égypte. En effet, c’est à lui qu’IBN Ḥağar (p. 561) doit de connaître le quantième de la mort d’Aḥmad.

103Il semble qu’il ait été l’auteur d’un K. al-ṣila, qui aurait continué le K. tāriḫ al-muḥaddiṯīn d’al-Buḫārī (cf. ΕΙ1, I, p. 803). Il serait également l’auteur d’un K. al-nisā’ (Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 653).

TABLEAU C. — LES SOURCES D’IBN ḪAYR

TABLEAU C. — LES SOURCES D’IBN ḪAYR

NOTES SUR LE TABLEAU C

104(1) Abū Muḥammad ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad b. ‘Isā al-Sukkarī, disciple direct d’Ibn Qutayba. V. Lecomte, Disciples.

105(2) Abū Bakr Aḥmad b. Marwān al-Mālikī, disciple direct d’Ibn Qutayba. Ibid.

106(3) Abū ‘Ali Ismā‘īl b. al-Qāsim b. ‘Ayḏūn b. Hārūn b. ‘Isā b. Muḥammad b. Salmān al-Qālī (en Occident : al-Baġdādī), célèbre philologue né en Arménie en 288/901, étudie à Bagdād jusqu’en 328/940, s’établit à Cordoue en 330/941 sous le califat de ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir. Disciple d’al-Baġawī, Ibn Durayd, Ibn al-Sarrāğ, al-Zağğāğ, al-Aḫfaš al-Ṣaġīr, Nifṭawayh, Ibn al-Anbārī, Ibn Durustawayh, Aḥmad b. Qutayba et son fils ‘Abd al-Wāḥid. Maître entre autres d’al-Zubaydī. Principaux ouvrages : Amālī, Nawādir, al-Bāri‘ fī ġarīb al-ḥadīṯ. M. 356/967 à Cordoue. ΕΙ, II, p. 736 (Ben Cheneb).

107(4) Muḥammad b. Zakariyyā al-Zuhrī al-Iflīlī, Abū ‘Abd Allāh, disciple cordouan de Qāsim b. Aṣbaġ. Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 466 (n° 1064).

108(5) ‘Abd al-Wāriṯ b. Sufyān b. Ḫayrūn (Ğabrūn ?) b. Sulaymān, Abū l-Qāsim, un des principaux disciples de Qāsīm b. Aṣbaġ qu’il fréquenta à partir de 333/944-45. Ibn Baškuwāl, Ṣila, I, p. 364 (n° 817).

109(6) Muḥammad b. Šurayḥ b. Aḥmad b. Šurayḥ al-Ru‘aynī, Abū ‘Abd Allāh, disciple de l’Égyptien Abū l-Qāsim al-Kaḥḥāl. Grand transmetteur en matière de sciences religieuses. Né en 392/1002 ; m. 476/1083. Père et maître de Šurayḥ b. Muḥammad, q.v. Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 523 (n° 1212).

110(7) Abū Bakr Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Arabī, traditionniste andalou célèbre, né à Séville en 468/1067. Parcourt l’Orient avec son père de 485/1092 à 1100. Étudie en Syrie, à Baġdād, la Mekke, en Égypte. Principaux maîtres ; al-Ṭurṭūšī, al-Ġazālī. Grand cadi de Séville, puis émigre à Fās où il meurt en 543/1148. On cite de lui 40 ouvrages différents, pour la plupart perdus. ΕΙ, II, p. 384 ; GAL, I, p. 412.

111Ne pas confondre avec Abū Bakr b. al-‘Arabī, Muḥammad b. ‘Alī, célèbre mystique m. 638/1240.

112(8) Šurayḥ b. Muḥammad b. Šurayḥ al-Muqrī, Abū l-Ḥasan, fils de Muḥammad b. Šurayḥ, q.v. ; savant sévillan qui doit beaucoup à son père. Maître d’Ibn Baškuwāl et d’Ibn Ḫayr. Né en 451/1059. M. 539/1144. Ibn Baškuwāl, I, p. 229 (n° 535).

113(9) Ğa‘far b. Muḥammad b. Makkï b. Abī Ṭālib al-Qaysī, Abū ‘Abd Allāh, savant philologue, maître d’Ibn Baškuwāl et d’Ibn Ḫayr, m. 535/1141. Ibn Baškuwāl, I, p. 129 (n° 297).

114(10) Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Abd al-‘Azīz al-Laḫmī, Abū Ğa‘far, maître sévillan d’Ibn Ḫayr. Connaisseur en ḥadīṯ et en transmetteurs, ainsi qu’en philologie et en adab. M. 533/1139. Ibn Baškuwāl, Ṣila, I, p. 82 (n° 175).

115(11) Yūnus b. Muḥammad b. (al-) Muġīṯ b. Muḥammad, Abū l-Ḥasan, autorité cordouane en matière de langue, ġarīb, ansāb, adab, etc... Maître d’Ibn Baškuwāl et Ibn Ḫayr. Beaucoup de ses ancêtres ont été en leur temps des savants célèbres. Ses isnād-s coïncident souvent avec sa généalogie. Né en 447/1055 ; m. 532/1138. Ibn Baškuwāl, Ṣila, II, p. 649 (n° 1518) ; Ibn al-Abbār, Takmila, p. 741 (n° 2103).

116(12) Muḥammad b. Aṣbaġ b. Muḥammad b. Muḥammad b. Aṣbaġ al-Azdī, Abū ‘Abd Allāh, personnage renommé pour sa piété et ses connaissances en sciences religieuses. Occupa à plusieurs reprises des fonctions juridiques importantes ; il fut notamment qāḏī l-ğamā‘a de Cordoue. A eu souvent les mêmes maîtres que Šurayh b. Muḥammad et Yūnus b. Muḥammad (q.vv.). M. 536/ 1141. Ibn Baškuwāl, II, p. 554 (n° 1288).

TABLEAU D. — LES SOURCES D’IBN FARḤŪN

TABLEAU D. — LES SOURCES D’IBN FARḤŪN

NOTES SUR LE TABLEAU D

117(1) Pour mémoire ; v. tableau A.

118(2) Qāsim b. Aṣbaġ, disciple direct d’Ibn Qutayba. V. Lecomte, Disciples.

119(3) Abū Bakr Yaḥyā b. Mālik b. ‘Ā’iḏ, disciple direct de Qāsim et maître d’Ibn al-Faraḍī. A beaucoup voyagé en Orient. Mort à Ispahan en 363/974 ; Ibn al-Abbār, Takmila, p. 102 (n° 348).

120(4) Muḥammad b. Yaḥyā b. ‘Abd al-‘Azīz, Ibn al-Ḫarrāz, disciple de Qāsim et maître d’Ibn al-Faraḍī, m. 366/980 ; Ibn al-Faraḍī, Tāriḫ, II, p. 82 (n° 1325).

121(5) Abū Ayyūb, Sulaymān b. Ayyūb, disciple de Qāsim et maître d’Ibn al-Faraḍī, m. 377/987 ; Ibn al-Faraḍī, Tāriḫ, I, p. 222 (n° 566).

122(6) Muḥammad b. al-Ḥāriṯ al-Ḫušanī, le célèbre auteur de biographies occidentales, m. vers 371/981. A eu pour maître direct Qāsim b. Aṣbaġ et a servi de source au Qāḍī ‘Iyāḍ. GAL, S I, p. 232 ; Ben Cheneb, Classes (Alger 1920), XVIII et XXV ; Boigues, Ensayo, p. 59 (n° 19) ; Ibn Farḥūn, Dībāğ, p. 169 ; Ibn al-Faraḍī, Tāriḫ, II, p. 114, n° 1400.

123(7) Abū l-Walīd ‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Azdī Ibn al-Faraḍī, auteur du Tāriḫ ‘ulamā’ al-Andalus (Caire, 1374/1954). A voyagé en Orient en 382/992. A eu de nombreux maîtres (liste dans l’introd. de l’éd.), parmi lesquels plusieurs disciples de Qāsim b. Aṣbaġ. M. 403/1012-13. Son ouvrage constitue le point de départ de toute une lignée de recueils biographiques (v. Ibn Baškuwāl et Ibn al-Abbār).

124(8) Abū l-Qāsim Ḫalaf b. ‘Abd al-Malik al-Anṣārī, Ibn Baškuwāl, auteur cordouan du K. al-ṣila fī tāriḫ. a’immat al-Andalus (Caire 1374/1955), complément de l’ouvrage d’I. al-Faraḍī, qui sera lui-même complété par la Takmila d’Ibn al-Abbār. M. 578/1183. ΕΙ, II, p. 390 (Ben Cheneb).

125(9) Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Abī Bakr, Ibn al-Abbār, auteur d’un complément à la Ṣila d’Ibn Baškuwāl, s.l.t. Takmilat al-ṣila (Madrid 1889, éd. Codera). M. 658/1260. ΕΙ, II, p. 374 (Ben Cheneb).

126(10) Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. al-Sīd al-Baṭalyūsī, célèbre grammairien andalou, bon connaisseur d’Ibn Qutayba (il a commenté l’Adab al-kātib s.l.t. K. al-iqtiḍāb fī šarḥ adab al-kuttāb, Beyrouth 1901). A eu pour source entre autres Ġulām Ṯa‘lab et pour disciples occidentaux Ibn Baškuwāl et ‘Iyāḍ. M. 521/1127. ΕΙ2, I, p. 1125 (Lévi-Provençal).

127(11) Abū l-Faḍl ‘Iyāḍ b. Mūsā al-Yaḥṣubī, dit le Qāḍī ‘Iyāḍ, auteur des Madārik, recueil de biographies occidentales. La liste de ses maîtres et de ses sources se trouve dans Ibn Farḥūn, p. 169. On y relève en particulier al-Ḫušanī et al-Baṭalyūsī. Ses Madārik, abrégés par deux de ses disciples (v. note 12) sont une source essentielle du Dībāğ d’Ibn Farḥūn. M. 544/1149. ΕΙ, II, p. 602 (Ben Cheneb).

128(12) Ces deux personnages ont composé chacun un muhtasar des Madārik de ‘Iyāḍ. Ces deux muḫtaṣar-s ont été utilisés par Ibn Farḥūn. V. Dībāğ, p. 361.

129(13) En guise de conclusion au Dībāğ, p. 361, Ibn Farḥūn donne une liste des sources qu’il a exploitées dans son ouvrage. Elle nous a beaucoup servi pour dresser le tableau D.

Notes

1 Cette liste constitue naturellement la bibliographie à peu près exclusive du chapitre Ier. On se dispensera donc de reproduire chaque fois la référence correspondante. On se bornera à citer désormais le nom de l’auteur de la notice. Pour les auteurs dont deux ouvrages différents figurent dans cette liste, on renvoie en principe au premier titre, sauf indication contraire.
Un astérisque * désigne une biographie complète ou une notice relativement développée sur Ibn Qutayba.
Deux astérisques ** désignent une biographie complète ou une notice relativement développée sur son fils Aḥmad.
Trois astérisques *** indiquent que l’ouvrage contient une notice sur le père et une notice sur le fils.
Les ouvrages non cochés contiennent une notice brève ou des indications éparses.

2 Par souci d’exhaustivité, on réunit ci-dessous une série de références de moindre intérêt. Le premier groupe consiste dans des notices ou indications figurant dans des travaux d’orientalistes, généralement sans intérêt véritable parce qu’elles sont de seconde main ; le second groupe consiste dans une série de références glanées dans des ouvrages divers, généralement dus à la plume d’auteurs orientaux modernes, mais qu’on n’a pas été en mesure de vérifier généralement parce qu’il s’agit de manuscrits qui nous sont restés inaccessibles, ou même parce que les références sont incomplètes ou imprécises. On fait donc toutes réserves sur cette dernière catégorie de données, mais on vise ici simplement à ne rien négliger de ce qui concerne la bibliographie d’Ibn Qutayba. L’avenir nous permettra peut-être de préciser ces données qui, répétons-le, ne peuvent en tout état de cause modifier sensiblement nos connaissances actuelles.
A) Browne (E.G.), A literary history of Persia (Cambridge 1929, 4 vol.), à l’index ; rien d’important.
Rescher (O.), Arabische literarische Geschichte (Stuttgart 1925), signalé par Ḥusaynī ; non consulté.
Sarton (G.), Introduction to the history of science (Baltimore 1927-1931, 3 vol.), I, p. 615 ; II, p. 84 ; II, p. 142 ; II, p. 271 ; données sans intérêt.
Suter (H.), Die Mathematiker und Astronomen der Araber und ihre Werke (Leipzig 1900), p. 31, n° 57 ; brève notice.
Wüstenfeld (F.), Die Geschichtschreiber des Islams und ihre Werke (Göttingen 1882), notice p. 24, n° 73.
B) al-Ḏahabī, K. al-muġnī (cf. GAL, S II, p. 47 ; 3e éd., II, p. 59), B.M., Or. 9212 ; signalé par Ḥusaynï.
al-Ḏahabī, K. siyar al-nubalā’, 9/68, 69, signalé par Kaḥḥālé et confirmé par communication personnelle de Mlle Malak Ḥanānō (Damas). Cet ouvrage consiste en fait dans des extraits du Tārīḫ kabīr de Ḏahabī. La partie éditée par Sa‘īd al-Afġānī (Damas 1360/1941) ne comprend que la notice sur Ibn Ḥazm.
al-Fīrūzābādī (Mağd al-Dīn, m. 817/1415), al-Bulġa fī asmā’ mašāyiḫ al-luġa (cf. GAL, 3e éd., II, p. 234, s.l.t. al-Bulga fī tāriḫ, a’immat al-luga), Berlin, Pr. Staatbibl., 10060, P.M. 451 ; signalé par Ḥusaynī.
al-Ḫuwānsārī (Muḥammad Bāqir, m. 1313/1895), Rawḍāt al-ğannāt fī ahwāl al-‘ulamā’ wa l-sādāt (cf. GAL, S II, p. 828 ; Kaḥḥālé, IX, p. 87) ; lith. persane, 1304-6, pp. 447, 448 ; non consulté.
Ibn Mākūlā (al-Amīr Abū Naṣr ‘Alī b. Hibat Allāh, m. 475/1082), al-Ikmāl fī l-muḫtalif wa l-mu’talif min asmā’ al-Baġdādī (cf. GAL, I, p. 354 ; S I, p. 602 ; 3e éd., I, p. 355), vol. I, B.M. Or. 4585 ; vol. II, Berlin, Pr. St. Phot. Mss. Simulata Or. 10 ; signalé par Ḥusaynī.
Ibn Qāḍī Šuhba (M. b. Abī Bakr al-Šāfi‘ī, m. 874/1470), al-Muntaḫab min tārīḫ al-Islām li l-Ḏahabī (cf. GAL, 3e éd., II, p. 58), B.M. Or. 3006 ; signalé par Ḥusaynī.
Le même, Ṭabaqāt al-Šāfi‘iyya, II, pp. 52-54 (sic) ; la réf. est fournie par Ṣaqr, introd. au Muškil. Il semble qu’elle renvoie au ms. signalé par Fu’âd Sayyid, Fihrist al-mahtūtāt al-musawwara, II, p. 124, et par Luṭfī ‘Abd al-Badï‘, Fihrist al-maḫṭūṭāt al-muṣawwara, II, pp. 129, 130. Apparemment, l’ouvrage n’a pas encore fait l’objet d’une édition.

3 Cité dans Lisān al-Mīzān, loc. cit. : « C’est un polémiste impulsif qui s’attaque à ce qu’il ne maîtrise pas. » Cf. Ṣaqr, p. 49.

4 Cf. Chapitre V : Recensement de l’œuvre.

5 Qu’il ne faut pas confondre avec le philologue célèbre, Abū Sa‘īd al-Ḥasan b. al-Ḥusayn, m. 275/888 ; ΕΙ, IV, p. 534 ; GAL, I, p. 108 ; S I, p. 168

© Presses de l’Ifpo, 1965

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search