Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Quatrième partie-L’information sur les métiers et les formations

Les missions des Observatoires régionaux emploi formation

مهمات المراصد الإقليمية للتشغيل والتأهيل

Luc Chevalier

Résumé

Les Observatoires régionaux emploi formation (OREF) se différencient d’un côté du Céreq par une approche et une analyse régionales des relations formation-emploi au service direct des acteurs du local ; de l’autre de l’Onisep par le fait qu’ils n’ont pas de mission d’information sur les métiers, mais doivent plutôt, par leurs travaux, contribuer à alimenter l’élaboration de cette information en direction du public. Ils éclairent les acteurs régionaux (conseil régional, services décentralisés de l’État, rectorat d’académie, maisons de l’emploi, entreprises, syndicats, etc). Ils jouent un rôle essentiel d’assembleur de données en réponse aux attentes exprimées par ces acteurs, en favorisant une réflexion collective, à l’écoute des différents points de vue. Ils sont aussi producteurs de données et d’analyses sur la relation formation-emploi, sur les besoins en formation. Ils construisent des indicateurs de suivi conjoncturel mis à jour annuellement, qui leur permettent d’identifier les spécificités des systèmes d’emploi inscrits dans des territoires. Ils réalisent des synthèses documentaires, construisent des diagnostics en matière d’emploi, enquêtent sur les parcours professionnels, en vue d’accompagner le processus de décision.

Texte intégral

1Les Observatoires régionaux emploi formation (OREF) sont nés de la volonté de créer un outil d’observation dans le champ de la formation et de l’emploi.

2Les OREF sont généralement cofinancés par l’État et les Conseils régionaux, à titre principal dans le cadre des contrats de projets État-Région.

3Ils se différencient du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) par une approche et une analyse régionales des relations formation-emploi, au service direct des acteurs du local. À la différence des OREF, le Céreq est en effet un établissement national de recherche sous la double tutelle des ministères de l’Éducation et du Travail.

4Ils se différencient enfin de l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) par le fait qu’ils n’ont pas de mission d’information sur les métiers, mais doivent plutôt, par leurs travaux, contribuer à alimenter l’élaboration de cette information en direction du public.

5La spécificité des OREF se mesure au fait qu’ils constituent d’abord et avant tout un outil d’analyse et d’étude sur la relation emploi-formation et les besoins de qualifications dans les régions à l’échelon régional, en y inscrivant de plus en plus la dimension économique.

6Certains d’entre eux sont également devenus des partenaires du Service Public de l’Emploi Régional en fournissant aux services départementaux et aux équipes locales les éléments statistiques, de bilan, de prospective leur permettant d’élaborer des diagnostics locaux.

7Les OREF sont repérés par la grande majorité des acteurs régionaux comme un outil d’expertise, capable d’éclairer les acteurs et jouant un rôle essentiel d’assembleur des données en réponse aux attentes exprimées.

8Ils sont reconnus comme un lieu neutre, facilitant les débats entre institutions, favorisant les échanges et la mise en commun des pratiques d’acteurs qui n’ont pas toujours la possibilité de travailler ensemble.

9Les OREF ont dans leur ensemble une politique d’information et de communication auprès des professionnels qui favorise et développe cette reconnaissance régionale.

Positionnement des OREF dans le paysage régional

10Le rôle de l’OREF est de travailler à l’interface entre les différents acteurs intervenant dans le champ de la formation et de l’emploi. Il doit permettre à chacun d’exprimer son point de vue et de comprendre celui des autres.

11Pour cela il est chargé, par ses outils, par ses publications, par ses interventions ou directement en animant une réunion ou un groupe de travail, de créer les conditions d’échanges et de débats. Il permet aux acteurs concernés de se réunir, de s’exprimer et de construire ensemble « de la connaissance partagée », dans le cadre d’un diagnostic et/ou dans une réflexion prospective. Il permet enfin de capitaliser ces échanges.

Une position singulière

12La position de l’OREF est singulière tant par ses missions que par ses sources de financement. Il n’est ni un service de l’État, ni un service de la Région. Son programme de travail est construit à la fois par la Région et l’État, qui sont ses principaux financeurs, mais aussi par les partenaires sociaux.

  • 1 L’académie est une circonscription administrative propre au service public de l’Éducation nationale (...)

13L’État est représenté par toutes ses composantes : Rectorat d’académie1, Direction régionale du Travail et formation professionnelle, Économie, Direction régionale Jeunesse et sport, etc., ces services étant à la fois acteurs dans la mise en place des politiques publiques et producteurs de données et services d’études.

14Du côté du Conseil régional, il n’est pas rare d’observer une organisation très segmentée en différents services : ceux chargés de la formation dans les lycées, de l’apprentissage, de la formation des chômeurs et de l’économie (aide aux entreprises). Même si depuis quelques années des regroupements se sont effectués dans quelques régions, beaucoup traitent encore l’économie indépendamment de la formation professionnelle.

15De ce fait, le positionnement de l’OREF dans le paysage régional est singulier car dans tous les lieux où il intervient, il est au contact d’acteurs qui peuvent avoir des positions très différentes. Position inconfortable : il doit s’assurer que les résultats qu’il produit répondent aux besoins de son commanditaire mais qu’ils apporteront aussi une plus-value à la région. Il doit veiller à l’intérêt de chacun de ses financeurs.

Une interface entre les acteurs chargés de prendre des décisions concertées

16Les OREF sont sollicités pour apporter un appui, une expertise ou des études préalables dans un certain nombre d’instances où doivent se prendre des décisions concertées.

17Il est intéressant de regarder la position de l’OREF dans un cas concret, par exemple, dans un groupe chargé de réfléchir sur l’orientation de la carte des formations dans le cadre du plan régional de développement des formations : l’OREF doit alors jouer un rôle de « facilitateur » dans l’analyse, d’interface entre les différents acteurs qui, observant la réalité du point de vue de leur propre activité, sont amenés à exprimer des points de vue contradictoires.

18Ainsi, dans cet exemple :

– Le groupe de travail est présidé par un élu dont les préoccupations sont de se positionner par rapport aux différents acteurs qu’il a auditionnés quelques temps avant. Il souhaite aboutir à des propositions compréhensibles, lisibles pour l’électorat, avec si possible un effet rapide.

– À côté de l’élu, le représentant du Recteur d’académie doit faire avancer les directives qui lui sont imposées au niveau national, réduire les coûts par exemple. Ce simple objectif peut l’amener à envisager de regrouper deux établissements d’enseignement ou de fermer une section lorsqu’il n’y a pas assez d’élèves. Il peut alors rencontrer des oppositions, en particulier si le territoire de la commune est petit, que le lycée représente un symbole pour la population et qu’il devient un objet de revendication pour des parents d’élèves.

– Les institutions de placement des demandeurs d’emploi (Pôle Emploi, Missions locales) ont parfois l’impression de recevoir des jeunes ayant un niveau de formation de plus en plus élevé avec des difficultés à s’insérer.

– Les entreprises souvent ne s’y retrouvent plus entre la formation dispensée au niveau 5 et au niveau 4. Selon les corps de métier, un diplôme de niveau 5 équivaut à un autre de niveau 4. Même si certaines d’entre elles reconnaissent qu’il faut accepter un temps d’adaptation et
accompagner les jeunes pour qu’ils s’insèrent dans l’entreprise, elles n’ont pas le temps de le faire et exigent que les jeunes soient directement opérationnels.

– Les branches professionnelles, les partenaires sociaux, ont leurs propres positions. Il est souvent constaté que celles-ci sont contradictoires entre les syndicats d’employeurs et les syndicats de salariés.

– Enfin, d’autres acteurs sont également conviés à donner un avis, tels le Conseil économique, social et environnemental régional, les associations familiales, les représentants des organismes de formation.

19Cette configuration d’acteurs est souvent représentée dans les différents groupes où l’OREF est amené à intervenir comme expert.

Une interface entre les services d’études et les services techniques : le travail en réseau avec les techniciens

20L’OREF, lorsqu’il n’est pas producteur de données, les recueille dans le cadre de relations partenariales avec les services statistiques administratifs de l’État ou d’autres producteurs de données, qui les lui communiquent en vue d’exploitations concertées. Ainsi l’OREF produit, assemble et organise ces données.

21Certaines administrations ont leur propre service statistique, qui exploite leurs données. D’autres s’en servent comme un moyen de gérer leur activité : ce sont des données de gestion, des mesures pour l’emploi, par exemple. L’OREF se positionne en assembleur de données et sa valeur ajoutée est l’expertise emploi-formation. Il compile les données pour les mettre en relation et les analyser.

22Pour réaliser et faciliter ce travail d’assembleur, les OREF peuvent constituer et animer un réseau régional de techniciens producteurs de données, ou travailler avec un comité de pilotage les regroupant.

23L’objectif est alors de définir de façon la plus partagée possible les indicateurs d’analyse des relations formation-marché du travail-emploi comme de l’évolution des métiers et de décider ensemble des indicateurs qui y contribueront.

24La circulaire du 25 juillet 2011 précise les grandes missions des OREF aujourd’hui :

251 – Mission d’appui au Comité de coordination régional Emploi Formation Professionnelle dans le cadre du suivi du Contrat pour le Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle

Par leur appui technique et méthodologique, et par leur rôle en matière d’anticipation des mutations économiques, les OREF apportent une plus value déterminante, à la fois comme lieu de rencontre et d’échanges entre tous les acteurs concernés et comme lieu de synthèse et de capitalisation des études. L’OREF est le plus souvent la « cheville ouvrière » pour l’élaboration des outils statistiques de suivi du Contrat pour le Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle.

262 – Mission d’analyse sur le champ emploi-formation

L’analyse territoriale des enjeux du champ emploi-formation fait partie du cœur de métier de l’OREF. En coordination avec les services régionaux de l’État et du Conseil régional chargés du développement économique et de la formation, il participe à la mise en place d’une cartographie du lien emploi-formation (analyse territoriale des qualifications et des besoins de formation) afin d’éclairer les acteurs sur les évolutions prospectives de moyen terme et les besoins de formation prévisibles.

27Cette mission d’analyse peut être illustrée ci-après par l’exemple de l’animation territoriale par une démarche prospective mise en place par l’OREF de Haute-Normandie.

28L’objectif visé dans la démarche engagée est de privilégier une lecture dynamique du territoire par la mise en évidence des faits marquants selon une logique opportunités/menaces/forces/ faiblesses. L’outil d’anticipation retenu doit alors apporter des informations pour comprendre et « anticiper » les crises mais doit aussi aider à repérer les activités en émergence, les dynamiques économiques à l’œuvre dans les territoires. Il doit être un point d’appui à un travail localisé plus approfondi et propose de donner un éclairage sur les changements induits en matière d’emploi, de qualifications et de formation.

29En termes de méthode, des indicateurs sont retenus pour identifier les éléments structurants de la population, de l’économie locale, des actifs, du marché du travail, de la formation et leurs évolutions respectives. Le choix des indicateurs devant également permettre d’apporter un regard croisé sur les thématiques emploi/marché du travail/formation afin d’identifier les ajustements utiles pour favoriser le lien entre les ressources disponibles et les besoins.

30L’information doit ensuite être organisée de manière à :

– replacer le territoire dans son contexte spatio-temporel par une mesure des écarts avec le niveau régional ;

– identifier les spécificités locales dans les systèmes de l’emploi, du marché du travail et de la formation ;

– repérer les secteurs, les domaines professionnels et les métiers les plus porteurs d’enjeux en matière d’opportunités ou de fragilité.

31Un ciblage est réalisé sur un petit nombre d’indicateurs de suivi « conjoncturel » qui sont mis à jour annuellement. Sur la base d’un scoring, les territoires sont positionnés sur une matrice synthétique de dynamisme.

32La finalité d’un tel outil est de tendre vers une démarche prospective par une animation au sein de groupes prospectifs locaux. Il est utilisé en tant que point d’appui à une réflexion concertée et facilite la compréhension des mécanismes qui conduisent de la formation à l’emploi ainsi que de ceux qui constituent des freins à l’accès à l’emploi.

33Dans le cadre d’un outillage du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations, l’association des branches professionnelles apparaît essentielle. Ces réunions s’appuient sur des matrices statistiques et des grilles de réflexion. Au cours d’une première année, des perspectives sont pointées en matière d’activité, d’emploi, de qualifications et de formation, et des hypothèses sont formulées. Le groupe de travail de l’année suivante a pour objectif de décider si ces perspectives sont toujours pertinentes ou sont susceptibles de connaître une modification. Par ailleurs, il s’agit de relever le cas échéant de nouvelles perspectives issues de l’accélération, de l’atténuation ou de l’inversion des tendances repérées.

34Cela doit permettre d’enrichir les données de l’OREF avec les données de chaque branche. Il s’agira également, dans la mesure du possible, de travailler et échanger avec d’autres acteurs (services déconcentrés de l’État, référents locaux Pôle Emploi, chargés de mission des sous-préfectures).

35Comme précédemment indiqué, l’OREF est en lien de partenariat avec plusieurs acteurs, représentants des branches et filières professionnelles, ou acteurs locaux.

  • 2 Le Havre est une ville portuaire à l’embouchure de la Seine, la ville la plus peuplée de la région (...)

36L’exemple qui suit montre un type de partenariat actif sur un territoire : la région du Havre2.

  • 3 Organisme local regroupant les différents services d’aide à l’emploi.

Les travaux de l’OREF s’inscrivent dans les orientations du cahier des charges des Maisons de l’emploi3.

La Maison de l’emploi du Havre a fait de la Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences (GTEC) une de ses priorités pour les quatre années à venir. Dans ce sens elle travaille actuellement à la mise en œuvre d’un partenariat renforcé avec la Chambre de commerce et d’industrie dans le cadre duquel elle engagera des analyses et des actions.

Dans le cadre de la préparation de ce partenariat, il est ressorti des échanges avec les différents acteurs mobilisés que la filière de l’Hôtellerie, de la Restauration et du Tourisme était porteuse d’enjeux forts en termes d’évolution et d’anticipation de ses besoins en compétences professionnelles. Au regard des enjeux dévoilés par les premiers travaux engagés, la Maison de l’emploi a souhaité une vaste mobilisation des acteurs concernés pour engager une expérimentation de GTEC sur cette filière.

L’étude confiée à l’OREF Haute-Normandie, et en partenariat avec lui, a permis, d’une part, de situer et qualifier les activités et les emplois de la filière Hôtellerie-Restauration-Tourisme dans le système économique local et régional. D’autre part, elle a fait émerger les enjeux en matière d’évolution des activités, des organisations et des compétences de façon à orienter la réflexion des acteurs et mettre en œuvre les conditions de l’animation du dialogue territorial autour de l’anticipation des mutations des activités, de l’évolution des compétences, des besoins des professionnels et des réponses à apporter.

Un diagnostic quantitatif a été présenté, qui a apporté des éléments de cadrage statistique du domaine sur le Pays du Havre Pointe de Caux Estuaire en matière d’activité, d’emploi, de marché du travail et de formation en mettant en évidence les évolutions et les spécificités du domaine.

Une analyse qualitative à travers des entretiens réalisés auprès de professionnels et d’acteurs de l’Hôtellerie-Restauration-Tourisme a constitué la seconde partie de cette étude. Elle est construite autour de quatre thématiques majeures (activité du domaine, emploi, compétences et offre de formation) présentant les besoins des professionnels et des acteurs et tentant d’apporter une vision anticipatrice.

373 – Fourniture d’un corpus commun à des utilisateurs multiples

L’OREF est positionné comme assembleur des données régionales. Le plus souvent, il constitue une base régionale complète comprenant des données sur l’offre de formation, sur le marché du travail, sur l’emploi. Ces données sont organisées par famille de métiers et par territoire.

38Parallèlement à ces trois grandes missions, les OREF peuvent être sollicités pour des études spécifiques pour un territoire donné, pour une filière ou une branche professionnelle, pour un dispositif.

39Au sein de l’OREF, il peut être également constitué un ou plusieurs observatoires spécifiques : observatoire validation des acquis de l’expérience (VAE), observatoire sanitaire et social, observatoire apprentissage, observatoire travailleurs handicapés.

40Dans le cadre des missions principales ou pour des études et observations spécifiques, les OREF sont amenés à conduire, le plus souvent en partenariat, différents types d’enquête en fonction des attentes ou commandes régionales.

41La grande majorité de ces enquêtes ont pour but l’analyse des parcours et les processus d’insertion professionnelle.

– Parcours d’orientation et de formation initiale

Exemples :

● Parcours de formation des étudiants de l’enseignement supérieur

● Parcours de formation des élèves en formation agricole, jeunesse et sport, sanitaire et social

● Parcours en formation professionnelle

● Observation du décrochage scolaire

● Observation des ruptures de contrats d’apprentissage

– Parcours d’entrée dans la vie active

Exemples :

● Insertion professionnelle des scolaires

● Insertion professionnelle des apprentis

● Insertion professionnelle des diplômés de différentes spécialités

● Insertion professionnelle des jeunes en missions locales

– Parcours dans l’emploi

Exemples :

● Analyse des mobilités professionnelles par métier et par secteur d’activité

● Parcours professionnels des contrats aidés

● Suivi des parcours VAE

● Devenir des stagiaires de la formation continue (formations financées par le Conseil régional)

● Trajectoires et changement d’orientation des demandeurs d’emploi adultes

Conclusion

42Les OREF ont pour mission de réunir des données et des informations, de mutualiser des analyses. Ils réalisent des synthèses documentaires, construisent des diagnostics ou des projections d’emplois, des enquêtes sur les parcours professionnels, l’objectif étant d’apporter aux acteurs un maximum d’éléments pour construire une vision de l’avenir possible.

43Ils permettent l’expression de différents points de vue et formalisent les enjeux, les perspectives, les aléas. Leur démarche prospective pour accompagner un processus de décision s’appuie sur leur capacité à réunir les acteurs en assurant un rôle d’interface, d’animation.

44La structuration de cette réflexion collective est susceptible non seulement d’éclairer l’avenir mais est aussi garante de l’adhésion des acteurs aux décisions qui seront prises.

Annexes

La relation formation-emploi

Qu’est-ce que la relation formation-emploi ? Comment se traduit-elle pour les entreprises, pour les organismes de formation, pour les salariés, pour les demandeurs d’emploi, pour les jeunes en formation ?

Cette relation est au cœur d’interactions permanentes entre divers systèmes, entités, individus : le système productif et les entreprises, le système éducatif, les individus, les familles et les groupes sociaux dotés de comportements spécifiques vis-à-vis de l’éducation et du travail, l’État et ses services, les collectivités élues et les institutions intervenant dans le champ de l’emploi et de la formation.

Elle peut être déclinée en six catégories :

1 – Adéquation

La relation est caractérisée par une double adéquation :

– qualitative dans le sens où le métier est lié à la possession du diplôme spécialisé dont la préparation conjugue formation théorique et formation pratique ;

– quantitative dans le sens où les flux de formation sont régulés par concours.

(Exemples : les professions médicales, les enseignants)

2 – Adéquation partielle

Au plan qualitatif, la relation est de type adéquationniste : seules les personnes issues de la formation professionnelle ciblée peuvent exercer ce métier.

Au plan quantitatif, la relation peut être caractérisée par un déséquilibre. Si les flux de formation excèdent les potentialités d’emploi durable, cela entraîne un taux de chômage qui peut être élevé pour les diplômés qui trouvent peu de débouchés naturels dans d’autres domaines de métiers.

(Exemple : les coiffeurs)

3 – Concurrentielle

Le recrutement se polarise sur deux profils de formation différents : les diplômés de la formation professionnelle d’une part et les diplômés d’enseignement général secondaire ou supérieur d’autre part. Si la demande de travail est supérieure à l’offre, les premiers se trouvent très concurrencés par les seconds.

(Exemples : les employés et cadres des banques et assurances, les employés du tourisme et des transports)

4 – Transférabilité des compétences

La relation formation-emploi favorise les mobilités professionnelles et les ajustements car :

– les diplômés occupent un large éventail de métiers où ils peuvent mettre en œuvre les connaissances et savoir-faire acquis au cours de leur formation ;

– les personnes recrutées par les entreprises pour les métiers proviennent de différentes spécialités de formation.

(Exemples : mécanique d’usinage, chaudronnerie, électrotechnique)

5 – Relation en voie de construction

Dans ces métiers, l’exigence de qualification professionnelle se construit progressivement. Aujourd’hui la relation formation-emploi est encore faiblement établie :

– les diplômés des spécialités ciblées sont peu nombreux, une grande partie d’entre eux vont cependant vers d’autres métiers, sans rencontrer un grand risque de chômage ;

– pour ces métiers, les entreprises recrutent des jeunes ayant des profils de formation très divers.

(Exemples : les ouvriers des industries agro-alimentaires, les magasiniers)

6 – Relation à construire

Ce sont des métiers où le marché du travail est très actif du fait du turnover et des variations saisonnières. La relation formation-emploi est peu établie :

– les diplômés des spécialités ciblées sont peu nombreux, mais soumis à un fort risque de chômage ;

– les personnes recrutées dans les métiers viennent de formation peu spécialisées.

(Exemples : métiers du service dans l’hôtellerie-restauration, agents de service de nettoyage)

Notes

1 L’académie est une circonscription administrative propre au service public de l’Éducation nationale en France. Le Recteur d’académie est responsable de la politique éducative et de la gestion des personnels sur son territoire pour les trois niveaux du primaire (fondamental), du secondaire (collèges et lycées) et du supérieur (instituts d’enseignement supérieur court et universités) (Ndlr).

2 Le Havre est une ville portuaire à l’embouchure de la Seine, la ville la plus peuplée de la région de Haute-Normandie.

3 Organisme local regroupant les différents services d’aide à l’emploi.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search