Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Quatrième partie-L’information sur les métiers et les formations

L’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) et l’information sur les métiers

المكتب الوطني لتقديم المعلومات حول التعليم والمهن وتقديمه المعلومات عن المهن

Gérard Roche

Résumé

L’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep), établissement public à caractère administratif sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a pour mission d’élaborer et de mettre à la disposition du public les outils nécessaires à l’information et à l’orientation pour une meilleure connaissance des formations et des activités professionnelles. Il publie des informations sur les métiers d’une part, sur les formations d’autre part, à destination des conseillers et des équipes pédagogiques des établissements secondaires ainsi que des élèves et des étudiants. Il multiplie les rencontres avec le public étudiant pour donner à comprendre les nouveaux métiers. Il alimente deux bases de données : une base IDEO (Information Documentation Edition Onisep), qui sert de support pour la diffusion des données (en ligne, sur CD-ROM, sur papier) ; et une base documentaire interne (Réservoir Doc), qui sert à la constitution de dossiers. Les informations, collectées à partir d’une variété de sources (institutionnelles, professionnelles, presse économique), sont organisées sous forme de dossiers thématiques. Une nouvelle fiche est créée pour un « métier émergent » lorsqu’une dénomination est stabilisée et que les activités dévolues à ce nouveau métier représentent une part substantiellement différente de celles d’un autre métier proche.

Texte intégral

L’Office national d’information sur les enseignements et les professions

1L’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) est un établissement public à caractère administratif sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, exerçant ses missions grâce à un réseau composé de services centraux situés à Lognes et de vingt-huit délégations régionales (DR-Onisep). Il est régi par les articles L.313-6 et D.313-14 à D.313-36 du Code de l’Éducation.

2L’Onisep a pour mission d’élaborer et de mettre à la disposition du public les outils nécessaires à l’information et à l’orientation pour une meilleure connaissance des formations et des activités professionnelles.

3Créé en 1970 pour informer le public dans un contexte de problèmes économiques liés au choc pétrolier, l’Onisep assurait principalement une fonction d’éditeur public, soutien des centres d’information et d’orientation.

4Son objectif est la publication d’informations (sur supports papier) :

– sur les métiers d’une part, sur les formations d’autre part ;

– pour les conseillers et les équipes pédagogiques du secondaire, ainsi que les élèves.

5Les principales évolutions qui ont pesé sur les actions de l’Onisep :

– la complexification de la relation formation-métiers ;

– la multiplication des formations et passerelles au sein du système de formation ;

– l’accroissement de la demande du public et le développement du secteur privé sur l’orientation ;

– la transformation des moyens de communication, la place de la vidéo puis de l’internet.

6Signe d’ouverture, le Conseil d’Administration compte 26 membres, parmi lesquels des représentants du ministre chargé de l’Agriculture et du ministre chargé des Petites et moyennes entreprises, mais également des usagers (associations de parents et d’étudiants).

L’organisation de l’information, cœur de métier de l’éditeur

7Éditeur de contenus papier, vidéo, web, l’Onisep fait face aux problématiques usuelles du secteur face à une pression concurrentielle accrue et à un désamour des jeunes et de leurs familles pour le support papier : la collecte et le traitement de l’information, dont la vérification (fonction documentaire) représente une première étape fondamentale pour réunir les matériaux, constitueront la base de l’activité.

8La mise en forme des contenus (écrits, visuels) doit apporter une forte valeur ajoutée (fonction rédactionnelle). En tant que service public, l’Onisep se caractérise par la neutralité (égalité de traitement entre les différentes voies de formation, l’offre de formation publique et privée sous contrat, la présentation des métiers des différentes branches professionnelles, l’égale reconnaissance des niveaux de qualification) et la fiabilité de son information (recherche de l’exhaustivité, précision, citation des sources). Il doit garantir la vulgarisation d’informations par un niveau de langage approprié à son public (collégiens, lycéens, étudiants, parents, enseignants) et permettre d’appréhender des notions complexes liées à l’orientation et ses dispositifs (réformes du système éducatif, progressivité des choix).

9La diffusion des contenus (fonction d’accompagnement) se heurte à la problématique des nouveaux médias, avec une demande d’informations sans cesse accélérée du public (du papier au web, du web au chat) qui ne doit pas mettre en péril la constitution d’un fond documentaire de qualité et d’une information vérifiée.

10L’Onisep pour sa part alimente deux bases de données :

– une base de données IDEO (Information Documentation Edition Onisep), qui sert de support pour la diffusion des données web, CD-ROM, écrites ;

– une base documentaire interne (Réservoir Doc), qui sert à la constitution de dossiers pour les rédacteurs.

11Les rédacteurs, souvent conseillers d’orientation psychologues, évoluent vers des activités de journalisme.

L’information sur les métiers

Sources d’information et traitement

12Les sources nationales relatives aux métiers sont multiples, d’origine institutionnelle (publication d’études des ministères, de l’Insee, du Céreq) ou professionnelle (syndicats professionnels d’employeurs et de salariés, branches professionnelles, organismes paritaires collecteurs agréés de la formation professionnelle, groupements ou associations d’entreprises) ou encore issues de la presse économique. Au niveau régional, les collectivités, les services déconcentrés de l’État, les chambres consulaires (chambre de commerce, chambre d’agriculture ou chambre des métiers) produisent des études et des analyses supplémentaires.

13Les équipes documentaires collectent ces éléments, qu’ils organisent sous forme de dossiers thématiques au niveau central. Ils adressent quotidiennement un panorama de presse électronique à l’ensemble des 200 rédacteurs répartis au sein des vingt-huit délégations sur le territoire. En fonction de leurs sujets de prédilection, de leurs centres d’intérêt, de leurs travaux en cours, les rédacteurs contactent la documentation pour recevoir le dossier constitué. Ils exploitent ces dossiers pour alimenter leur rédaction.

La notion de métier émergent

14Les métiers se transforment sans cesse, sous l’influence combinée des évolutions technologiques, des nouveaux besoins du public, de l’influence extérieure (nouveaux modes d’organisation productifs issus de modèles étrangers). Cet état de fait concerne tous les métiers sans distinction, mais avec un rythme différent, et selon des proportions variées.

15Le facteur technologique est celui qui généralement transforme le plus rapidement et le plus fortement les métiers. Les métiers dits « émergents » font l’objet de beaucoup d’études, car ils représentent aux yeux des pouvoirs publics des potentialités de création d’emploi. Toutefois, l’essentiel des métiers nouveaux est le fruit de transformations propres à un métier, à la fusion de deux ou trois métiers entre eux, qui donnent lieu à une dénomination nouvelle.

16Ainsi, de façon pragmatique, l’Onisep évalue la pertinence de rédaction d’une nouvelle fiche métier lorsque :

– une dénomination est stabilisée ;

– les activités dévolues à ce « nouveau » métier représentent une part substantiellement différente de celles d’un autre métier proche.

17Deux exemples :

1) Les métiers de la chimie verte

Le secteur des énergies renouvelables représente un vecteur important de transformation de métiers et d’émergence de métiers nouveaux (dans une faible proportion). Le green washing est en marche. Les « métiers verts » sont à la mode ; ils sont à la conjonction d’évolutions technologiques, de contraintes réglementaires qui évoluent, d’attentes du public face à l’évolution des conditions météorologiques et des craintes relatives à l’énergie nucléaire et sous la pression du coût croissant des énergies fossiles dont la fin est sans cesse déclarée imminente.

La chimie verte constitue un élément de cet ensemble, avec l’exploitation de la biomasse et le développement de biocarburants par exemple. Ceux-ci engendrent actuellement peu d’emplois, mais des métiers nouveaux.

  • 1 Citation extraite de l’exposition scientifique « Chimie verte, une science d’avenir », présentée du (...)

« Le technicien chimiste biocarburant effectue la pesée, centrifugation, dosage. Il assiste les ingénieurs en recherche et développement dans leurs travaux. Il suit avec rigueur un protocole mis au point par les chercheurs et détecte les dysfonctionnements éventuels qui interviennent au cours d’une expérience. Il est également responsable de la maintenance du laboratoire : entretien du matériel et des appareils »1.

Un métier nouveau, mais qui ressemble fortement au technicien chimiste classique !

Le secteur de la chimie verte est aussi concerné par la nocivité des pesticides agricoles et a donc un impact sur la tâche des agriculteurs, la fabrication des peintures, et donc l’activité des opérateurs qui fabriquent ces produits et des métiers industriels et du bâtiment qui utilisent ces produits (moyens de protection individuels devenus inutiles, temps de séchage accéléré qui modifie le rythme de travail des peintres).

2) Les métiers émergents de la cybercriminalité

Le développement des attaques informatiques à grande échelle, sources de paralysie de l’ordinateur familial jusqu’aux services informatiques de l’État, commence à faire émerger de nouveaux métiers dans le domaine informatique.

Les « hackers », hier gentils pirates informatiques à l’allure adolescente, ont d’abord contribué au développement d’applications informatiques ou logiciels de sauvegarde au sein d’entreprises qui ont fortement progressé en emploi. Ils se sont spécialisés dans la protection des systèmes et réseaux. Mais de nouveaux métiers sont apparus, liés au développement en parallèle des réseaux sociaux, tels que les métiers relatifs à la e-réputation. Les compétences attendues : informatique, marketing, droit ! Bref, « communication », devenu un secteur « fourre-tout ».

  • 2 Association de Gestion des Formations en Alternance pour les Petites et Moyennes Entreprises (voir  (...)

18Pour éclairer ces questions, l’Onisep développe une collection « Onisep pratique » en partenariat avec le ministère du Travail (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques – DARES), l’Agefa PME2 et la revue Alternatives économiques.

Le public universitaire 

19L’Onisep organise son action en direction de l’université selon quatre axes :

– préparer les lycéens à réussir l’entrée à l’université ;

– aider l’étudiant à construire son parcours de formation, dans le cadre du plan Licence ;

– participer à la préparation à l’insertion professionnelle de l’étudiant dès la licence ;

– prendre en compte l’ouverture et les partenariats.

La connaissance des données économiques : enjeu pour l’institution ou pour l’étudiant ?

20« Dans nombre d’universités, on constate un décalage entre les efforts accomplis pour produire ces informations statistiques et l’insuffisante diffusion de leurs résultats, a fortiori leur faible utilisation dans la prise de décision. » (Rose 1999).

21L’information sur l’insertion a-t-elle un impact sur les choix des étudiants ? Joue-t-elle un rôle dans l’élaboration des contenus des formations et le pilotage global de l’offre de formation ?

22Actuellement les données sont mises à la disposition des enseignants et des étudiants, mais elles font rarement l’objet de dialogue dans les conseils de l’université ou dans les réunions pédagogiques et ne sont que très faiblement appropriées par les étudiants.

23L’usage de ces données ne va pas de soi : elles ne sont pas prédictives et leur interprétation nécessite qu’elles soient intégrées dans un ensemble d’autres informations qui vont leur donner sens.

24Les enseignants qui souhaitent utiliser ces données dans l’ingénierie de la formation devront en comprendre le contexte et les grandes évolutions et analyser les relations entre situations professionnelles, processus d’insertion et formations.

25Cela peut s’envisager par une évaluation des écarts entre les objectifs visés par l’équipe pédagogique en termes d’emploi et ceux réellement atteints : interpréter les raisons de ces écarts, préciser les faits sur lesquels la formation peut avoir un effet et ceux qui ne dépendent pas de la formation.

26Cette analyse peut se traduire par un élargissement des perspectives professionnelles, par une adaptation des contenus de formation, par une information plus précise des étudiants en amont de l’entrée dans la formation.

27Pour les étudiants et lycéens, il est possible d’intégrer des données sur l’insertion professionnelle dans l’information sur les formations. Actuellement, les formations le font en termes d’emplois visés, mais peu vont jusqu’à donner des chiffres.

28Pour que les lycéens ou les étudiants puissent utiliser ces données, il est important de lancer la réflexion à partir des questions qu’ils se posent, des représentations et des a priori qu’ils ont sur l’insertion professionnelle et les métiers. C’est en suscitant leur expression, en les faisant travailler sur les écarts entre leurs représentations et les données de l’insertion professionnelle, qu’ils peuvent s’approprier ces données, comprendre les processus, et mieux identifier les conditions de réussite.

Multiplier les rencontres avec le public étudiant

29De nombreux dispositifs ont été créés dans le cadre du plan Licence afin de « donner à comprendre » les nouveaux métiers. L’Onisep s’associe au niveau national à certaines initiatives ministérielles, telles que le site « monorientationenligne.fr » où des conseillers répondent aux questions des étudiants sur les métiers par chat, mel ou téléphone.

30Sur le plan local, les coopérations avec les universités prennent des formes multiples : sites internet sur les métiers, chat avec des professionnels, participation à des forums universitaires. Mais aussi des projets plus pérennes, avec la création de « Kiosques documentaires universitaires » développés au sein de quelques universités.

31En conclusion, l’Onisep dispose d’un « réservoir de contenus » sur les métiers, dont il assure la mise en forme et la mise à disposition des publics. La mise en œuvre d’une licence renouvelée, professionnalisante, constitue un levier pour le renforcement de coopérations avec le milieu universitaire dont une première pierre est posée avec la création du site « Mon stage en ligne Sup » qui offre aux étudiants des modalités pour préparer leurs stages en entreprise et rencontrer des entreprises.

Bibliographie

Rose José, 1999, « Connaissance des parcours étudiants et transformation des pratiques universitaires », in Actes du colloque Dix ans d’observation de l’enseignement supérieur : acquis et perspectives, Lyon, OURIP, p. 153-162.

Notes

1 Citation extraite de l’exposition scientifique « Chimie verte, une science d’avenir », présentée du 25 avril au 1er juillet 2012 à l’Espace Mendès France de Poitiers.

2 Association de Gestion des Formations en Alternance pour les Petites et Moyennes Entreprises (voir : www.agefa-mobilite.eu).

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search