Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Quatrième partie-L’information sur les métiers et les formations

Le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) et ses apports sur les métiers et leur codification

مركز الدراسات والأبحاث عن الكفاءات، ومساهماته عن المهن وعن ترميزه

Bernard Fourcade

Résumé

Le Céreq (Centre d’études et de recherche sur les qualifications), établissement public sous la tutelle des ministères de l’Éducation nationale et du Travail, assure la production de statistiques sur l’insertion des jeunes, la formation continue, les caractéristiques des secteurs économiques, ainsi que des recherches et études sur les systèmes de certification et l’analyse du travail. Il est composé de trois départements : « Entrées et évolutions dans la vie active », « Formation et certification », « Travail, emploi, professionnalisation ». La connaissance des métiers est, depuis ses débuts, au centre des activités du Céreq. Le Répertoire Français des Emplois (RFE) et les Enquêtes Génération sont ses deux dispositifs majeurs d’enquête. La communication a présenté un bilan du premier, réalisé entre 1974 et 1982, y compris de ses défauts et des critiques qui lui ont été adressées. Sont ensuite présentées les Enquêtes Génération et la méthodologie adoptée d’analyse longitudinale de l’insertion des jeunes sur le marché du travail. L’auteur conclut sur les enseignements à tirer de ces expériences.

Texte intégral

1Avant d’aborder ses apports spécifiques sur les métiers et les qualifications, on donnera quelques informations sur le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq).

Le Centre d’études et de recherche sur les qualifications

2Le Céreq est un établissement public sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, et du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

3Il assure :

- la production de statistiques sur l’insertion des jeunes, la formation continue, les caractéristiques des secteurs économiques ;

- des recherches et études sur les systèmes de certification, et l’analyse du travail.

4Il développe des collaborations avec le monde de l’entreprise, avec le monde de la recherche, les institutions publiques, tant au niveau régional et national qu’international.

5Il formule des avis et des propositions destinés à éclairer les choix en matière de politique de formation à l’échelon régional, national ou international.

  • 1 Voir l’explication des sigles en fin d’article.

6Une équipe pluridisciplinaire de plus de 90 chercheurs (sociologues, économistes, statisticiens, économètres), dont 30 en région : le Céreq est un organisme expert de la demande régionale en matière de formation et d’emploi, avec un réseau de 16 centres régionaux associés implantés dans des laboratoires de recherche universitaires ou du Centre national de la recherche scientifique (CNRS)1.

Les départements et missions du Céreq

7Le Céreq est composé de trois départements : « Entrées et Évolutions dans la Vie Active », « Formation et Certification », « Travail, Emploi, Professionnalisation », et il dispose de trois missions : Partenariats nationaux, Partenariats régionaux, Relations internationales.

8On peut décrire ainsi, de façon sommaire, les principales missions et activités des trois départements :

– Le Département « Entrées et Évolution dans la Vie Active »

Ses principales missions sont de :

  • réaliser des enquêtes et produire des données,

  • analyser l’insertion des jeunes et leurs trajectoires,

  • exercer des fonctions d’expertise et de conseil,

  • confectionner, publier et diffuser des données statistiques.

– Le Département « Formation et Certification »

Ses principales missions sont d’analyser :

  • le rôle de la formation dans les politiques de gestion des ressources humaines des entreprises,

  • les conditions d’accès à la formation continue,

  • la construction du marché de la formation continue.

– Le Département « Travail, Emploi et Professionnalisation »

Ses principales missions sont d’analyser :

  • la dynamique des professions,

  • les mobilités individuelles sur le marché du travail,

  • les formes d’organisation du marché du travail.

Les dispositifs permanents d’enquête du Céreq

9Le Céreq gère plusieurs gros dispositifs nationaux et internationaux d’enquête. Les schémas ci-après en donnent un descriptif sommaire et montrent la multiplicité des relations entretenues par le Céreq avec de nombreux organismes publics, et avec les partenaires sociaux.

Les enquêtes métiers et la codification des métiers

10La connaissance des métiers est, depuis ses débuts, au centre des activités du Céreq.

11Il a été d’abord, de 1974 à 1982, réalisateur d’enquêtes sur les métiers, qui a permis d’élaborer un Répertoire Français des Emplois (RFE).

12Le second volet essentiel de ses activités est l’organisation des « Enquêtes Génération » (depuis 1992) : ce sont des enquêtes longitudinales rétrospectives réalisées tous les trois ans (successivement : Génération 1992, 1998, 2001, 2004, 2007, 2010). À ce titre, le Céreq utilise les nomenclatures d’emplois pour la codification des emplois occupés par les jeunes au cours de leur période d’insertion.

13Le RFE et les Enquêtes Génération sont deux dispositifs majeurs pour le Céreq. L’un, le RFE, a désormais une valeur historique, l’autre se trouve en pleine actualité.

Le Répertoire Français des Emplois (années 1974-1982)

  • 2 Pour une présentation succincte mais très bien informée, on consultera la Note d’information du Cér (...)

14L’ambition essentielle du RFE2 était de créer une information systématique sur les situations de travail.

15À l’origine de la création de ce dispositif se trouve la planification française.

16En 1971, les travaux préparatoires au VIe Plan avaient fait apparaître deux problèmes :

– « l’ignorance des planificateurs à l’égard du contenu des emplois et le manque de repérage des emplois dans le temps et dans l’espace, permettant d’étudier les évolutions et de fonder la prévision,

– la méconnaissance des conditions dans lesquelles les individus accèdent aux emplois et passent d’un emploi à l’autre » (cité dans Bertrand 2001).

Les objectifs du Répertoire

17La création d’une information systématique sur les situations de travail répondait à quatre objectifs :

– fournir un instrument de planification ;

– répondre aux besoins de l’orientation professionnelle et du placement professionnel ;

– permettre l’analyse qualitative des objectifs de la formation professionnelle ;

– permettre l’élaboration d’une nouvelle nomenclature des emplois et métiers.

Schéma d’analyse des situations de travail

18Le schéma indiqué ci-dessous résume le cœur du travail réalisé par le RFE : connaître le contenu des emplois en partant de la description systématique des situations de travail dans les entreprises ou les administrations.

19Le produit final du RFE a consisté en un dictionnaire qui définit de manière détaillée, sous forme d’articles, des emplois-types (18 cahiers, 800 emplois-types), ainsi qu’une carte des emplois (emplois techniques et industriels, emplois administratifs et des services), regroupés par domaine et fonction.

Quelques aspects institutionnels du RFE

20Le RFE présentait deux fortes caractéristiques :

– dispositif extrêmement coûteux et lourd : un objectif de 30 000 observations de poste de travail, 10 000 effectuées par une trentaine de personnes dans 2 000 entreprises, déroulement sur près de dix ans (au lieu de quatre prévus initialement) ;

– réalisation entièrement assurée par des structures publiques : le Céreq, avec le concours de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et de l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep).

21À sa mise en place, les institutions concernées fonctionnaient de manière autonome sans esprit de coopération : le RFE s’est fait en parallèle et en concurrence avec le guide des métiers de l’Onisep et avec la première version du ROME (Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois), réalisé par l’ANPE.

Les acquis du RFE

22Les acquis d’un dispositif aussi ambitieux ont été nombreux, les principaux ont été les suivants :

– méthodologiques : la démarche fondée sur la définition d’un emploi-type a fait fortune, puisqu’elle a été largement reprise ou adaptée par des bureaux d’études privés ou des organismes de recherche appliquée ;

– les données rassemblées et l’expérience acquise ont été fondamentales pour l’élaboration de la nomenclature des emplois de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) (PCS 1982) et pour la conception du nouveau ROME ;

– le RFE a constitué un apprentissage utile pour tous ceux qui ont participé à son élaboration et qui ont ensuite constitué le noyau des chercheurs du Céreq ;

– il impliquait un important travail de terrain, qui a finalement couvert un champ exceptionnellement vaste, apportant une connaissance étendue de la diversité du monde du travail.

Critique rétrospective, usages inattendus du RFE

23Selon Olivier Bertrand, qui a dirigé le RFE de 1973 à 1980, on peut a posteriori adresser quelques critiques à ce dispositif, tout en reconnaissant qu’il a donné lieu à des usages positifs non prévus au départ.

24Avec le recul, on peut s’étonner qu’une entreprise de cette ampleur et d’un coût aussi élevé n’ait fait l’objet d’aucune évaluation sérieuse, ni de la part des administrations qui l’avaient financée, ni de la part du Céreq. Mais il faut dire que l’évaluation n’était pas encore à cette époque une activité culte.

25Par ailleurs, dès le début des années 1980, on a eu tendance à considérer l’opération comme dépassée – voire démodée, d’autant plus qu’une lassitude légitime affectait la plupart des participants.

26Mais d’un autre côté, des utilisations peu envisagées au départ ont pris de l’importance : pour la formation continue et la gestion prévisionnelle en plein développement, le RFE est devenu un référentiel très utile à de nombreux organismes, notamment à l’étranger. Notamment, l’expérience du Céreq/RFE a permis de suggérer des orientations à un certain nombre de pays et de les mettre en garde contre certains écueils. Des interventions dans ce sens ont eu lieu notamment en Côte d’Ivoire, en Algérie, au Maroc et surtout au Portugal, ainsi qu’en Europe de l’Est.

La codification des métiers dans les enquêtes Génération

  • 3 On se reportera à la publication du Céreq NEF n° 2 (Cedo, Lopez 2003).

27L’essentiel de ce qui suit est tiré des travaux réalisés3 au Céreq sur les problèmes posés par l’utilisation de la nomenclature de l’Insee (PCS à quatre chiffres) pour la codification des emplois occupés par les jeunes au cours de leur période d’insertion.

28Les Enquêtes Génération permettent l’étude du devenir des jeunes formés/diplômés sortant du système éducatif. Elles utilisent une méthodologie qui permet l’analyse longitudinale de la période d’insertion professionnelle des jeunes.

29Il s’agit d’un suivi rétrospectif des jeunes au cours de leurs trois années après la sortie de formation initiale. Pour certaines enquêtes des ré-interrogations ultérieures ont eu lieu, en particulier pour l’enquête Génération 1998, qui ont permis un suivi des sortants à 3, 5, 7 et 10 ans. De 10 000 à 60 000 jeunes sont soumis à une enquête suivant les générations.

30Deux grands types de questions sont posés dans les études d’insertion :

– Quelle est l’insertion dans l’emploi ?

C’est une question essentiellement quantitative (quel taux de chômage à t°+n ?), bien maîtrisée conceptuellement et techniquement, et qui a donné lieu à des avancées techniques comme le tracé des trajectoires-types.

– Quels sont les métiers exercés ? Quel est le rapport avec la formation, en termes de niveau de qualification et de nature du « métier » ?

  • 4 Voir Fourcade, Ourtau, 2010.

Cette question est essentiellement qualitative (sur les métiers), difficile et plutôt mal maîtrisée4.

31Répondre à la question « Exerce-t-on le métier appris ? » demande de traiter deux aspects : d’abord savoir quels emplois sont occupés après une formation, puis comparer métier appris et métier exercé.

32Il est donc nécessaire de coder les situations d’emploi occupé déclarées par les enquêtés en termes de nature de l’emploi occupé (la profession ou le métier exercé). Il faut pour cela faire usage d’une nomenclature des professions/ métiers. En France, le Céreq pour les enquêtes Génération utilise la nomenclature PCS 455 (à quatre chiffres) que l’Insee utilise pour les recensements et les Enquêtes Emploi.

Difficultés d’usage des nomenclatures

33Faire usage d’une nomenclature pour coder les emplois déclarés par les jeunes en insertion pose une série de problèmes.

34On rencontre en premier lieu les problèmes liés aux déclarations individuelles spontanées : souvent trop générales (ouvrier…), imprécises (agent de fabrication…), ambiguës (pilote de ligne, voir ci-dessous).

35Pour lever les ambiguïtés, il faut recourir aux autres variables descriptives de l’emploi occupé (l’emploi étant une notion multidimensionnelle). On rencontre alors le problème de l’interprétation des autres variables recueillies dans les enquêtes : niveau de qualification, branche d’activité, fonction exercée, type d’entreprise, salaire, nature du contrat, etc.

36Exemple : un jeune déclare avoir un emploi de « pilote de ligne ». Or ce n’est pas un « cadre personnel navigant », comme on pourrait le penser à la seule lecture de cet intitulé, mais en réalité un professionnel « conducteur de ligne de production » dans l’industrie, car il déclare avoir un CAP et travailler dans l’industrie.

37La « chaîne d’informations » peut contenir des contradictions, ce qui rend très délicate la « bonne » codification. Dans de nombreux cas, affecter avec certitude l’emploi déclaré dans la rubrique adéquate de la nomenclature n’est pas possible en toute rigueur. On procède alors d’une façon raisonnable mais qui ne garantit pas la conformité à la réalité.

Analyse du flou statistique dans la relation Formation-Emploi

38En pratique, le Céreq utilise un système de classification automatique (SICORE : système informatique de codage par reconnaissance).

39Le Céreq a effectué un test sur l’enquête Génération 98 (étude publiée en 2003) sur 10 000 emplois en utilisant une double chaîne de codification, afin de comparer le codage automatique (SICORE) avec le codage manuel. Les principaux résultats de cette étude font ressortir plusieurs faits importants :

– 35 % d’écarts entre les deux modes de codifications sur 455 postes (les emplois),

– 19 % sur la codification en 42 postes (les catégories socio-professionnelles),

– 8 % sur la codification en 8 postes (les groupes sociaux).

40Ces chiffres montrent que plus on veut faire un codage détaillé, plus les risques d’erreur sont importants. Il s’agit là d’écarts identiques à ceux enregistrés sur les autres grandes enquêtes publiques (Enquête Emploi et Recensement).

41Une analyse très serrée des différents types d’écart montre des surprises (par exemple, on trouve plus d’écarts dans les métiers industriels que dans les métiers tertiaires).

Quelles sont les causes de ce « flou statistique » ?

42Dans la moitié des cas, une classification absolument sûre (au sens de conforme à la réalité) se révèle impossible avec les données disponibles dans l’enquête : libellés trop vagues, informations complémentaires insuffisantes.

43On trouve ensuite le problème des appellations nouvelles liées à l’innovation : les écarts entre les deux manières de classer se concentrent par exemple sur trois professions émergentes et en pleine évolution (« aides-éducateurs », « animateurs », « télévendeurs »).

44Enfin, on ne peut oublier le problème de la négociation constante des statuts et des rémunérations découlant de l’évolution des organisations de travail qui forgent de nouveaux repères.

45Le problème de fond qui demeure est lié au fait que l’énoncé de son emploi est un acte socialement conditionné, une forme de « présentation de soi ».

Mesures pratiques prises :

– on ne laisse plus les déclarants libres, mais on les fait choisir dans une liste préétablie sur la base des anciennes enquêtes ;

– les consignes pour les enquêteurs sont améliorées ;

– la nomenclature PCS a évolué (en 2003) pour mieux prendre en compte certaines évolutions dans les organisations de travail.

Enseignements tirés 

46La maîtrise d’une codification fine pose des problèmes difficiles à surmonter, d’où la question : la codification d’un emploi dans la nomenclature détaillée (plus de 450 postes) est-elle une ambition raisonnable dans une enquête de ce type ?

47On se trouve face à l’alternative suivante : adopter une nomenclature plus regroupée permet de mieux contrôler et réduire le flou, mais ne permet pas l’analyse fine des correspondances entre métiers appris et métiers exercés.

48Pour conclure sur cette question de la codification des emplois dans le cadre d’une enquête d’insertion, on retiendra d’abord qu’elle demeure un exercice très délicat entaché de « flou ».

49Les analyses des rapports entre métier appris/métier exercé restent les plus difficiles à mener. Toutes les enquêtes menées depuis vingt ans montrent qu’une très forte diffusion/dispersion dans l’univers des professions à l’issue de chaque formation est la règle et non l’exception, tout en manifestant certaines concentrations, en général minoritaires, sur des emplois visés par la formation. Cette réalité dominante d’une forte dispersion n’est pas interprétable en termes de dysfonctionnements dans la relation formation-emploi. Il reste à en chercher la signification.

Bibliographie

Bertrand Olivier, 2001, « Le RFE, Répertoire français des emplois, fin d’une époque… début d’une institution » [En ligne] http://mimosa.cereq.fr/Cereq30ans/analyses/bertrand.htm

Cédo Françoise, Lopez Alberto, 2003, Codifier la nomenclature PCS à quatre chiffres : une ambition raisonnable ? Analyse d’un flou statistique sur la relation formation-emploi, Marseille, Céreq (Notes Emploi Formation n˚ 2) [En ligne] http://www.cereq.fr/index.php/publications/Nef/Codifier-la-nomenclature-PCS-a-quatre-chiffres-une-ambition-raisonnable-Analyse-d-un-flou-statistique-sur-la-relation-formation-emploi

Fourcade Bernard, Ourtau Maurice, 2010, « Analyse qualitative des emplois occupés à l’issue des deux bacs professionnels, EIE et carrosserie option réparation », in Catherine Béduwé, Les baccalauréats professionnels de l'industrie à la veille de la réforme. Focus sur l'électrotechnique et la réparation des carrosseries, Paris, Ministère de l’Éducation Nationale (coll. CPC études n˚ 2), p. 65-168.

Annexes

Sigles des laboratoires associés du Céreq (schéma n° 1)

LEST : Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail

THEMA : Théoriser et Modéliser pour Aménager

CRESO : Centre de Recherche sur les Espaces et les Sociétés

CER.ESC : Centre d’Études et de Recherches (CER) du groupe ESC Clermont

IREDU : Institut de Recherche sur l’Économie de l’Éducation

CREG : Centre de Recherche en Économie de Grenoble

CLERSE : Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques

ART-DEV : Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement

GREE/LLSS : Groupe de Recherche sur l’Éducation et l’Emploi/ Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales

LEO : Laboratoire d’Économie d’Orléans

CES : Centre d’Études Sociologiques

CREM : Centre de Recherche en Économie et Management

BETA : Bureau d’Économie Théorique et Appliquée (UMR 7522)

CERTOP : Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir

Sigles des organismes partenaires du CÉREQ et des dispositifs d’action (schéma n° 2)

MESR : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

MEN : Ministère de l’Éducation Nationale

DGESCO : Direction Générale de l’Enseignement Scolaire

Insee : Institut national de la statistique et des études économiques

DEPP : Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance

DARES : Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques

CVTS : Continuing Vocational Training Survey

AES-FC : Adult Education Survey – Formation Continue

DIFES : Dispositif d’Information sur la Formation Employeur-Salarié

DGAFP : Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique

Notes

1 Voir l’explication des sigles en fin d’article.

2 Pour une présentation succincte mais très bien informée, on consultera la Note d’information du Céreq n° 18, du 28 décembre 1973, ainsi que l’article d’Olivier Bertrand (2001).

3 On se reportera à la publication du Céreq NEF n° 2 (Cedo, Lopez 2003).

4 Voir Fourcade, Ourtau, 2010.

Auteur

Université de Toulouse-Capitole, Céreq

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search