Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Quatrième partie-L’information sur les métiers et les formations

Introduction à la quatrième partie

Résumé

Les trois organismes présentés dans cette section ont vu le jour dans des contextes différents, pour des fins différentes, et ont développé des outils et des méthodes de travail correspondant chacun à une mission spécifique. L’Office national d'information sur les enseignements et les professions (Onisep) et le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) ont été créés par le même décret, en 1970. Le second était alors pensé comme venant en appui au premier. Le contexte était celui de la préparation du Ve plan. En période de plein emploi, la formation était vue comme un outil de modernisation, par l’amélioration de la qualification. En 1985, le Céreq devient un établissement public distinct, et il se détache des sciences de l’éducation pour se rapprocher des économistes, et plus tard des sociologues du travail. Les OREF, Observatoires régionaux emploi formation, naissent deux décennies plus tard, au tournant des années 1990, dans le contexte de la politique de décentralisation, pour répondre à la mission d’aide à l’emploi et de développement de la formation professionnelle que les régions doivent prendre en charge. On ne peut donc comprendre les orientations de ces trois organismes sans avoir en mémoire les circonstances de leur naissance, le cadre institutionnel dans lequel ils s’inscrivent, les partenariats qu’ils mettent en œuvre, mais aussi les évolutions ultérieures, en lien avec celles des politiques publiques de l’emploi et de la formation.

تأسّست الهيئات الثلاثة التي ستُعرض في هذا الجزء في سياقات متباينة، ولأسباب مختلفة. وقد طورت أدواتٍ وطرق عملٍ تتناسب مع مهمةٍ نوعية تختصّ بها. تأسّس المكتب الوطني لتقديم المعلومات حول التعليم والمهن (Onisep) ومركز الدراسات والأبحاث عن الكفاءات (Céreq)، بالمرسوم التشريعي عينه، في العام ١٩٧٠. كان من المفترض آنذاك أن يكون الثاني داعماً للأول. وكان السياق هو التحضير للخطة الخامسة. في فترةٍ من التشغيل الكامل، كان يتمّ النظر إلى التأهيل بوصفه أداةً للعصرنة ولتحسين الكفاءة. في العام ١٩٨٥، أصبح مركز الدراسات والأبحاث عن الكفاءات هيئةً عامةً متمايزة، وانفصل عن علوم التربية ليقترب من الاقتصاديين، ولاحقاً من علماء اجتماع العمل. ولدت المراصد الإقليمية للتشغيل والتأهيل بعد عقدين من الزمن، في منعطف تسعينيات القرن العشرين وفي سياق سياسة اللامركزية، استجابةً لمهمة المساعدة على التشغيل وتطوير التأهيل المهني الذي ينبغي أن تتولاه المناطق. لا يمكن إذاً أن نفهم توجهات تلك الهيئات الثلاثة من دون معرفة ظروف نشأتها والإطار المؤسساتي الذي تندرج فيه والشراكات التي تطبقها، وكذلك التطورات اللاحقة، بالصلة مع تطورات السياسات العامة في مجال التشغيل والتأهيل.

Texte intégral

1La question à l’origine de ce colloque portait sur la façon dont les établissements universitaires et d’enseignement supérieur pouvaient recueillir l’information sur l’évolution des métiers qui leur permettrait d’être en mesure d’adapter leur offre de formation, autant que d’informer les étudiants et les familles sur les débouchés des formations offertes. Défi ancien, mais d’autant plus sensible dans le monde d’aujourd’hui où l’évolution des métiers s’accélère au rythme des innovations technologiques. Parallèlement, le besoin d’information sur la relation entre formation(s) et emploi(s) concerne une multiplicité d’autres acteurs, administrations, entreprises, familles, chercheurs d’emploi.

2Les trois organismes dont la mission et l’activité sont présentées dans cette section ont vu le jour dans des contextes différents, pour des fins différentes, et ont développé des outils et des méthodes de travail correspondant chacun à une mission spécifique – non sans éviter certaines redondances.

3L’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) et le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) ont été créés par le même décret, en 1970. Le second était alors pensé comme venant en appui au premier. Le contexte était celui de la préparation du Ve Plan, on était encore en période de plein emploi, la formation était vue comme un outil de modernisation, par l’amélioration de la qualification. Le tournant de la « crise » et du chômage ne viendra que quatre ans plus tard, à partir de 1974. En 1985, le Céreq devient un établissement public distinct, et il se détache des sciences de l’éducation pour se rapprocher des économistes, et plus tard des sociologues du travail.

4Les Observatoires régionaux emploi formation (OREF), naissent deux décennies plus tard, au tournant des années 1990, dans le contexte de la politique de décentralisation, pour répondre à la mission d’aide à l’emploi et de développement de la formation professionnelle que les régions doivent prendre en charge.

5On ne peut donc comprendre les orientations de ces trois organismes sans avoir en mémoire les circonstances de leur naissance, le cadre institutionnel dans lequel ils s’inscrivent, les partenariats qu’ils mettent en œuvre, mais aussi les évolutions ultérieures, en lien avec celles des politiques publiques de l’emploi et de la formation. Mutatis mutandis, le même type de questions doit être posé lorsque l’on réfléchit aux conditions de mise en place d’observatoires ou de centres d’information sur les métiers, les qualifications et les formations, dans d’autres contextes nationaux.

6Le Céreq est placé sous la double tutelle du ministère de l’Éducation nationale et du ministère du Travail. Il a développé en outre, au fil du temps, des liens étroits avec un grand nombre de centres de recherche universitaires. C’est une structure lourde, qui s’inscrit à l’échelle nationale, d’un pays de 60 millions d’habitants. Cette structure produit de l’information sur les emplois et les métiers, et pilote à cet effet de lourdes enquêtes. Ses équipes et ses chargés de mission, en lien avec le monde de la recherche, produisent aussi d’innombrables travaux sur l’évolution du travail et des formations et du lien entre les deux, par le biais de ses publications et de sa revue, tous accessibles en ligne.

7L’Onisep dépend des ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. Sa mission est une mission d’information des publics scolaires et des familles. Initialement adossé au Céreq, il s’en est dissocié et a développé une méthodologie propre, qui lui permet de produire des « fiches métiers » et un guide des métiers, à l’usage des élèves et des étudiants. Il affirme donc un rôle d’éditeur d’information, via une documentation papier, et de plus en plus via le web.

8Au départ pensé comme complémentaire, le travail de ces deux organismes a parfois été redondant. Ainsi, remarque Bernard Fourcade, le Répertoire Français des Emplois (RFE), élaboré sur la base d’enquêtes approfondies de longue haleine sur les métiers et sur les situations d’emploi, s’est fait non seulement « en parallèle et en concurrence avec le guide des métiers de l’ONISEP », mais même avec le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) réalisé par l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE). Néanmoins, l’expérience du RFE a été capitalisée pour l’élaboration de la nouvelle nomenclature des catégories socioprofessionnelles de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) de 1982, et aussi, dans un second temps, pour la seconde version du ROME. L’expérience française doit donc aussi être examinée pour les leçons à tirer de ses limites autant que de ses acquis.

9Le second grand programme d’enquête du Céreq, les enquêtes Génération, qui démarre dans les années 1990, s’appuie à son tour sur la nomenclature des professions de l’Insee pour codifier les emplois occupés par les jeunes diplômés, trois ans après leur entrée sur le marché du travail. Enquêtes de caractère longitudinal, qui suivent le devenir des diplômés sur plusieurs années, elles sont confrontées au même type de difficultés que celles rencontrées par Choghig Kasparian dans des enquêtes un peu comparables réalisées au Liban.

10Les OREF, quant à eux, dépendent des conseils régionaux et se situent en amont de l’Onisep, au sens où ils se présentent comme un outil d’analyse sur les besoins en qualifications, dans l’interface entre entreprises, partenaires sociaux et services de l’emploi, et comme un outil d’aide à la décision pour le développement de l’enseignement professionnel. Leurs liens sont plus ténus avec le monde universitaire et l’on voit bien comment, fondés sur une logique et répondant à des demandes différentes, ils peuvent apparaître soit comme complémentaires des précédents, soit comme fonctionnant en parallèle, avec un risque de concurrence ou de redondance.

11Ces expériences françaises, dans leur multiplicité, leur richesse, leur complexité, sont évidemment le produit d’une histoire particulière, et n’ont de sens que si l’on prend en considération le contexte politico-économique et institutionnel qui la caractérise. Elles n’en sont pas moins intéressantes à discuter, en les mettant en perspective les unes avec les autres. En tout état de cause, il est clair que le Liban, l’Égypte et l’Algérie, les trois pays représentés dans cette rencontre, offrent chacun des configurations radicalement différentes.

12Les trois pays du Maghreb ont tous, à des moments différents, exploré les modalités de mise en place de systèmes d’information sur le marché du travail et d’observatoires des métiers, de la formation et de l’emploi, plus en direction des acteurs économiques toutefois que des établissements de formation. En Tunisie, le ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi a mis sur pied un Observatoire de l’emploi et des qualifications, qui publie un Dictionnaire des professions et des emplois dont les fiches métiers sont consultables en ligne1, et qui se veut complémentaire de la Nomenclature nationale des professions. L’Algérie et le Maroc ont tenté à différents moments des expériences comparables, mais pour l’instant moins développées. On a vu que, récemment, la coopération de l’Agence Nationale de l’Emploi (ANEM) avec Pôle Emploi2 avait toutefois permis la production d’un nombre important de « fiches métiers »3. On notera que dans les trois cas, ce travail se fait sous l’égide des ministères du Travail et de l’Emploi.

13En ce qui concerne le Liban, on rappellera que c’est précisément sous le mandat du président Fouad Chehab, marqué par la volonté de donner un rôle central à l’État dans un projet de développement et de modernisation du pays, qu’est créée la Direction Centrale des Statistiques (DCS), dont le premier responsable fut Robert Kasparian, et que l’enseignement technique connaît un bond en avant. La concomitance des deux faits relève évidemment du même projet, qui sera remis en cause dès le début des années 1970, sous la présidence de Souleiman Frangié, et définitivement contrecarré par la guerre civile. La DCS est remplacée en 1990 par l’Administration Centrale des Statistiques (ACS). Mais dès les années 1960, le projet d’enquête sur la population active se heurte à l’opposition politique à toute idée de recensement de la population.

Bibliographie

Fourcade Bernard, 2006, « Les observatoire de l’emploi et de la formation professionnelle au Maghreb. Outils d’accompagnement des transformations du marché du travail et de la formation professionnelle ? », Revue européenne de formation professionnelle 37, p. 89-110.

Kasparian Robert, 1971, « Enquête sur la population active au Liban », Proche-Orient Études Économiques 68, p. 87-107.

Kasparian Robert, 1994, « La statistique et la planification au Liban sous le “chéhabisme” (1958-1972) », Proche-Orient Études Économiques 43, p. 43-49.

Tanguy Lucie, 2008, « La recherche de liens entre la formation et l’emploi : une institution et sa revue – Un point de vue », Formation Emploi 101 : Regards croisés sur les relations formation-emploi, p. 23-40. [En ligne] http://formationemploi. revues.org/57

Notes

1 A l’adresse : http://www.emploi.gov.tn/fr/dossier-systeme/divers/dictionnaire-national/

2 Pôle Emploi est depuis 2008 l’organisme public en charge de l’emploi en France. Il a résulté de la fusion de l’ANPE (en charge de la centralisation des offres et demandes d’emploi) et des Assedic (en charge de la gestion financière de l’indemnisation du chômage).

3 Voir la contribution de Samia Haridi dans le présent ouvrage.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540