Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Troisième partie-Classifications et nomenclatures

La classification des métiers : quelle nomenclature utiliser ?

تصنيف المهن: أي تسميةٍ نستخدم ؟عموماً، تستند هذه

Choghig Kasparian

Résumé

D’une manière générale, ces classifications professionnelles reposent sur la nature des tâches à l’intérieur d’une entreprise et le degré de responsabilité dans l’accomplissement de ces tâches (certaines nomenclatures tiennent compte aussi du statut ou du secteur). Mais étant donnée l’évolution rapide de la division du travail et de la nouvelle économie, la création de nouveaux secteurs économiques et des tâches de plus en plus pointues et diversifiées, ces nomenclatures, malgré les efforts de mise à jour, sont vite dépassées et ne permettent plus la saisie correcte des métiers disponibles sur le marché. Dans le cadre de cette présentation, l’auteur s’est efforcée de répertorier, de structurer et de catégoriser autant que possible les différentes situations et les multiples difficultés rencontrées lors de l’exploitation des informations recueillies dans le cadre d’enquêtes réalisées au sein de l’Observatoire universitaire de la réalité socio-économique de l’USJ.

Texte intégral

1La question de la classification des métiers joue un rôle important dans le système d’information sur le marché de l’emploi.

2Les classifications concernant la vie professionnelle sont plus ou moins complexes et se réfèrent pour les variables clés soit à des nomenclatures propres au pays soit à des nomenclatures internationales.

3D’une manière générale ces classifications reposent sur la nature des tâches à l’intérieur d’une entreprise et le degré de responsabilité dans l’accomplissement de ces tâches (certaines nomenclatures tiennent compte aussi du statut ou du secteur).

4Mais étant donné l’évolution rapide de la division du travail et de la nouvelle économie, la création de nouveaux secteurs économiques et des tâches de plus en plus pointues et diversifiées, ces nomenclatures, malgré les efforts de mise à jour, sont vite dépassées et ne permettent plus la saisie correcte des métiers disponibles sur le marché. En effet, les mises à jour demandent des délais longs de réflexion et de prise de décision.

5Nous-mêmes dans nos différents travaux d’exploitation d’enquêtes, à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ) dans le cadre de l’Observatoire universitaire de la réalité socio-économique (OURSE), nous sommes souvent confrontés à ce problème de classification des nouveaux métiers (les principaux axes de recherche de l’OURSE sont : l’emploi, les jeunes, l’émigration, et nous suivons plus particulièrement nos diplômés par le biais d’enquêtes sur leur devenir). Ce problème de classification est encore plus pertinent dans les enquêtes sur les diplômés qui occupent des postes relevant des catégories dites « supérieures » et souvent difficiles à différencier.

6Cette contribution présente les principaux résultats d’une enquête menée en 2009-2010 pour connaître le devenir des diplômés de l’USJ des promotions 2005-2008.

7Mais auparavant, donnons un petit aperçu de notre expérience et des difficultés rencontrées tant dans la collecte de l’ensemble des informations concernant le profil professionnel des actifs, travailleurs ou chômeurs, que dans la classification des métiers.

D’abord, quelle nomenclature adopter ?

8Dans les enquêtes nationales, pour classer les métiers exercés par les personnes actives enquêtées, nous adoptons la nomenclature internationale des professions établie par le BIT et dont la dernière mise à jour a été faite en 2008 (CITP 2008). Ces listes, utilisées à l’échelle internationale (même si certains pays ont leur propre catégorisation), permettent de comparer les résultats entre pays et entre différentes recherches (pour information, actuellement il existe au Liban un projet avec le ministère du Travail et le BIT pour l’adaptation de ces listes au Liban).

9Mais malgré la mise à jour de cette liste CITP 2008 et le grand effort d’actualisation, les catégories prévues restent insuffisantes et parfois imparfaitement adaptées. Les mises à jour ne se font pas à la même vitesse que l’apparition de nouveaux métiers ou de nouveaux libellés.

Quels détails demander et à quel degré de finesse catégoriser ?

10En général, pour avoir le descriptif du travail exercé avec le plus de détails possibles, nous adoptons les questions ouvertes et nous catégorisons a posteriori suivant des catégories fines (à quatre niveaux CITP) même si, en définitive, nous présentons les résultats par grands groupes ou au deuxième niveau de détails, ou parfois faisons d’autres groupements a posteriori (en tenant compte du secteur d’activité mais en distinguant les spécialistes des intermédiaires, comme dans l’enquête sur le devenir des diplômés).

11Voici un aperçu rapide de quelques difficultés en ce qui concerne la catégorisation des emplois exercés par les diplômés universitaires :

1 – Manque de précision dans l’information collectée (quelle que soit la forme de passation du questionnaire : auto-administré ou par enquêteur)

2 – Difficulté à distinguer entre les niveaux de responsabilité pour classer une profession.
- Problème de classification et de distinction entre les trois grands groupes 1, 2, 3 du CITP où sont classés la plupart des travailleurs diplômés de l’université (bien sûr on trouve aussi d’autres emplois).

Directeurs, cadres supérieurs, professions intellectuelles et scientifiques, professions intermédiaires : souvent, pour un même métier, les détails ne sont pas suffisants pour pouvoir classer la personne dans la catégorie 1, 2 ou 3 (directeur, spécialiste ou intermédiaire, par exemple : directeur contrôle de qualité 1311 ; ou spécialiste de salubrité de l’hygiène et de la santé au travail et spécialiste de la salubrité de l’environnement 2263 ; ou inspecteur salubrité de l’environnement et de la santé 3257) ou le libellé est flou (vendeur ou assistant commercial). Le même problème se pose pour les comptables.

Entre les catégories 1 et 2, entre la catégorie cadres d’entreprises ou celle d’ingénieurs et cadres techniques (groupe 1 ou 2) : comment coder « les ingénieurs d’études » et « les chargés d’études » ? Une information plus fine sur la fonction, le secteur d’activité, la spécialisation est nécessaire. Souvent, il faut revenir au niveau du diplôme (licence-master), au salaire, aux années d’expérience (sans tomber dans la tentation de les classifier suivant leur diplôme universitaire). Surtout il ne faut pas revenir à la seule spécialisation, sinon la relation d’adéquation entre formation et emploi n’a plus de sens.
- Problème de classification des diplômés qui travaillent à leur compte, quelle que soit la taille de l’entreprise : directeur d’une entreprise commerciale ou patron dans une entreprise familiale se confondent avec une personne qui est directeur commercial ou autre directeur et tous sont classées dans la catégorie 1. Un commerçant propriétaire de son entreprise est soit commerçant gérant (groupe 1), soit commerçant vendeur (groupe 5 : personnels des services directs aux particuliers, commerçants, vendeurs).
- Existence de nomenclatures propres à certaines entreprises ou secteurs (comme les banques par exemple), avec souvent beaucoup de détails dans le titre, mais la description des tâches assignées ne permet pas de distinguer entre les catégories 2 ou 3 du CITP, c’est-à-dire entre spécialistes ou cadres supérieurs et emplois intermédiaires et cadres moyens : responsable de crédit commercial, étude de dossier de crédit, credit officer, suivi et validation des garanties des dossiers de crédit, processing of credit file, credit administration, etc. Le secteur public lui aussi a sa propre classification qui semble être basée sur les responsabilités administratives ou le statut, attribuant un contenu différent pour les mêmes libellés.

3 – Assignation d’une ou de plusieurs tâches selon la fonction de production de l’entreprise : dans les entreprises plus développées, une division du travail plus importante entraîne une augmentation et une diversification des tâches alors que, dans les entreprises plus petites, plusieurs tâches sont accomplies par une même personne. Une personne peut occuper plus d’un emploi ou certains libellés sont polyvalents et peuvent comprendre plus d’une fonction : responsable des ressources humaines et formation ou commerçant et technicien (suivi et vente d’appareils électroniques : cellulaire, ordinateur). Or il y a beaucoup de petites entreprises.

4 – Grand nombre de nouveaux métiers dû à la création de spécialités plus pointues ou nouvelles :

Les nouveaux métiers de plus en plus spécialisés avec des titres très divers posent encore plus de problèmes pour les ventiler.

Nous nous trouvons dans la nécessité de prendre des conventions propres à l’enquête (comment classer un télévendeur : vendeur, employé administratif ou directeur d’une entreprise ?).

Exemples de nouveaux métiers

12- Nouvelles technologies : ingénieur en recherche et innovation, design engineer, system engineer, online business development, team leader en tant que software engineer, ingénieur site, développeur, web developer, analyste programmeur, software analyst, ingénieur réseau, network engineer, consultant en sécurité d’information, solution presales engineer, etc.

- Communication et publicité : conception, production, promotion, technicien, coloriste photoshop, vendeur d’affiches publicitaires.

- Spécialistes de la commercialisation et de la gestion : brand manager, analyste de marché, business development, business support management, chef de produit, responsable produit, coordinateur marketing, business consultant, business advisor, marketing, sales coordinator, sales executive, sales supervisor, marketing coordinator, marketing data analyst, marketing executive, regional marketing officer, regional marketing coordinator, responsable clientèle, responsable commercial, senior marketing officer, pricing consultant, consultant en stratégies des prix, organisateur d’événements.

- Contrôle de qualité domaine médical, agro-alimentaire, industriel, construction : plusieurs codes dans 2 et 3. Responsable qualité : bancaire, universitaire. Contrôle de qualité des produits, food safety consultant, food safety expert, food safety manager, quality manager.

- Spécialistes de l’environnement.

- Conseils : consultant, conseiller, expert, advisor, junior consultant, project manager, consultant en stratégie, qui peut être de formation ingénieur télécom, industriel, sciences économique, etc.

- Manager : program manager, program coordinator, project administrator, project manager, head, directeur de production, responsable projet.

- Ressources humaines : directeur, D.G. (Directeur Général), coordinateur, responsable recrutement, employé service du personnel, manager ressources humaines.

- Comptables : account executive, account manager, audit, chef comptable, external auditor, senior chief accountant, responsable département comptabilité, senior accountant, senior auditor, junior auditor, audit assistant manager.

Dans le cadre de cette présentation, j’ai essayé de répertorier, de structurer et de catégoriser autant que possible, les différentes situations et les multiples difficultés rencontrées lors de l’exploitation des informations recueillies dans le cadre des enquêtes. Pour pouvoir interpréter les tableaux synthétiques dans lesquels une multitude d’informations sont agrégées, il me semble qu’il faut avoir touché de près la complexité de cette réalité. Évidemment nous parlons aujourd’hui de la profession, mais la catégorisation d’autres variables est souvent tout aussi difficile.

Auteur

Observatoire universitaire de la réalité socio-économique, Faculté des Sciences Humaines, Université Saint-Joseph

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search