Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Troisième partie-Classifications et nomenclatures

Introduction à la troisième partie

Résumé

À côté des classifications socio-professionnelles, dont le premier enjeu est de fournir une information à l’État, dans une perspective de planification des ressources humaines, un second type d’enquête, plus qualitatif, vise à répondre à un besoin d’information des acteurs économiques, mais aussi des individus et des familles, sur la nature des emplois et des métiers. Ces enquêtes débouchent sur la production de répertoires et de fiches, proposant une description du contenu des activités de travail. Nomenclatures, classifications, répertoires, sont des outils complémentaires, mais distincts.
Les trois papiers regroupés dans cette section illustrent le travail de classification, en mettant en lumière deux utilisations différentes. Le premier est écrit par une utilisatrice de nomenclatures qu’elle ne produit pas, mais qu’elle est amenée à interpréter et éventuellement à ajuster à ses besoins. Les deux autres présentent le travail d’agences pour l’emploi (l’Agence Nationale de l’Emploi algérienne, et l’Office National de l’Emploi libanais), à la fois producteurs de nomenclatures et de fiches descriptives, et utilisateurs de ces mêmes nomenclatures et descriptions.

Texte intégral

1En France, une multiplicité d’organismes ont produit des nomenclatures et des classifications, souvent sans coordination. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), devenue Pôle Emploi, et divers organismes préoccupés de formation-emploi comme les Observatoires Régionaux Emploi Formation (OREF), le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) ou l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep), ont tous, dans leur champ d’intervention et pour leur usage, eu à se préoccuper d’inventorier et de classer métiers, professions et qualifications, dans un but d’information ou de production d’études (voir quatrième partie). Le ROME, Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois, réalisé par l’ANPE en 1989, régulièrement mis à jour depuis, continue à faire l’objet d’une réflexion méthodologique approfondie, et sert d’outil dans la coopération internationale avec une diversité de pays.

2L’histoire de la catégorisation socio-professionnelle est ancienne. Elle est liée à celle de la statistique d’État, et remonte pour l’essentiel au XIXe siècle. Les classifications sont le produit d’un processus historique complexe de construction politique, juridique et sociale des catégories dont la logique varie d’un contexte national à un autre. Fondées d’abord sur une identification des métiers, elles prendront progressivement en compte la distinction entre patrons et salariés, puis intégreront les niveaux de qualification. Elles dépendent toutefois fortement des représentations autour du travail et de l’importance accordée à telle ou telle dimension, ce qui explique les différences d’un pays à l’autre. Ainsi, « dans les pays anglo-saxons ou en Allemagne […] la séparation entre salariés et non salariés semble moins importante [qu’en France] et du coup, c’est l’opposition entre professionals et managers qui est mise en avant » (Desrosières, Thévenot 1988, p. 32). La catégorisation est aussi amenée à changer pour intégrer l’évolution des réalités du travail : en France, la nomenclature dite des PCS (Professions et Catégories Socio-professionnelles) est venu remplacer celle des CSP (Catégories Socioprofessionnelles), suite à un profond remaniement rendu nécessaire au vu des résultats du recensement de 1982. L’unification européenne impose enfin un effort d’harmonisation des nomenclatures nationales. Le projet EseC (European Socio-economic Classification) fortement inspiré des travaux britanniques, suscitera critiques et réserves de la part du monde académique, en particulier français (Brousse 2008), mais aussi un renouvellement de la réflexion sur les processus de construction des nomenclatures, entre « catégorisations savantes et catégorisations profanes » (Deauvieau et alii 2011).

3Dans le monde ottoman, l’Égypte semble avoir joué un rôle précurseur, à l’occasion du recensement de 1846-48 (Alleaume, Fargues 1998 ; Didier 1995). La classification des métiers restait cependant rudimentaire, et pour l’essentiel fondée sur la logique des corporations de métiers, anciennes et nouvelles. C’est plus tard que la prise en compte des secteurs d’activité, du niveau de qualification, et plus encore, de la position dans l’emploi, seront progressivement pris en compte. Lors de l’occupation coloniale, les recensements et enquêtes de population mis en œuvre par la puissance occupante utilisent les méthodes en vigueur dans les métropoles. Les premiers recensements post-indépendance continuent à utiliser les catégories du colonisateur. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que, sous l’influence de l’établissement des premières nomenclatures internationales par le BIT, les administrations en charge de la production de statistiques dans les pays arabes se saisissent de ces nomenclatures internationales standardisées pour élaborer des nomenclatures nationales, puis arabes (Longuenesse 2004).

4À côté des classifications socio-professionnelles, dont le premier enjeu est de fournir une information à l’État, dans une perspective de planification des ressources humaines, un second type d’enquête, plus qualitatif, est réalisé, pour répondre à un besoin d’information des acteurs économiques, mais aussi des individus et des familles, sur la nature des emplois et des métiers. Ces enquêtes débouchent sur la production de répertoires et de fiches, proposant une description du contenu des activités de travail. Nomenclatures, classification, répertoires, sont des outils complémentaires, mais distincts.

5Les trois textes regroupés dans cette section illustrent ce travail de classification, en mettant en lumière deux utilisations différentes. Le premier est écrit par une utilisatrice de nomenclatures qu’elle ne produit pas, mais qu’elle est amenée à interpréter et éventuellement à ajuster à ses besoins. Les deux autres présentent le travail d’agences pour l’emploi (l’Agence Nationale de l’Emploi algérienne, ANEM, et l’Office National de l’Emploi libanais, ONE), à la fois producteurs de nomenclatures et de fiches descriptives, et utilisateurs de ces mêmes nomenclatures et descriptions.

6Choghig Kasparian, auteur de plusieurs études de référence sur les débouchés et le devenir professionnel des jeunes diplômés libanais, ainsi que sur l’émigration de ces mêmes jeunes diplômés, a été confrontée à la difficulté d’identifier les professions déclarées par les personnes enquêtées. L’enjeu est ici un enjeu de compréhension, d’interprétation et d’analyse des données de l’enquête : comprendre quels ont été les opportunités et les choix offerts aux diplômés libanais sur le marché du travail national et en émigration, mesurer le degré d’adéquation et analyser la relation entre la formation reçue et le diplôme obtenu, d’un côté, et un marché du travail désormais mondialisé, de l’autre. Le défi est double, il est autant de décrypter le contenu des professions exercées, à partir d’intitulés souvent peu explicites, mélangeant plusieurs langues (souvent le français et l’anglais) et renvoyant à des activités nouvelles et changeantes, que de repérer le niveau de qualification et de responsabilité. Or, l’intérêt de l’enquête est précisément de mettre en lumière l’évolution du marché du travail : trier, classer, regrouper, sans laisser échapper d’information pertinente, c’est la tâche difficile à laquelle est confronté l’analyste statisticien.

7Les agences pour l’emploi sont à la fois productrices et utilisatrices de classifications des métiers. Celles-ci ont une multiplicité d’objectifs : le premier est un objectif d’information des acteurs de l’emploi et de la formation. Cette information est destinée aux demandeurs d’emploi et aux entreprises, dans le but de faciliter la mise en relation des deux, de « mettre en correspondance l’offre et la demande », et d’aider les uns à trouver un emploi correspondant à leur formation et leurs attentes, les autres à trouver la personne compétente pour le poste à pourvoir. Il s’agit donc autant de décrire précisément les emplois que, cette opération de description réalisée, de classer et codifier les emplois par famille et par type, de façon à informatiser et simplifier les opérations de recherche. Dans un second temps, ce travail de classification et de codification peut être utilisé pour faire des études sur tel ou tel secteur en évolution, études qui en retour permettront d’affiner les classements.

8Pour réaliser ce travail, les Libanais partent de la classification internationale, pour l’ajuster à la réalité libanaise, en intégrant et en réorganisant les unités de base que sont les « professions » de façon à tenir compte des spécificités du marché du travail national, tandis qu’aux niveaux les plus élevés, les grands groupes sont ceux de la classification du BIT. Des études sectorielles, réalisées sur la demande d’acteurs professionnels ou d’institutions de formation, le plus souvent avec l’aide d’organismes de coopération étrangers, sont l’occasion d’approfondir l’analyse et de travailler à l’adaptation des formations à l’évolution des métiers et des compétences demandées par les employeurs. Mais les moyens accordés à l’ONE sont bien loin de répondre aux nécessités de la mission qui lui avait été impartie à sa création, et la multiplicité des acteurs privés intervenant dans le champ de l’emploi limite dramatiquement l’efficacité (pour ne pas dire l’utilité) du travail qui y est fait. L’absence de recensement de la population active est en outre un handicap majeur à la connaissance du marché du travail donc à une réflexion prospective sur l’emploi.

9Confrontés au problème de la multiplicité des systèmes de classement élaborés par une diversité d’acteurs intervenant dans la formation et l’emploi, les Algériens ont choisi, semble-t-il, de concentrer leurs efforts sur la modernisation de l’ANEM, qui s’est vu confier la mission d’élaborer une nomenclature unifiée des métiers et emplois. Travaillant en coopération avec leurs homologues français, les responsables de l’ANEM partent donc de l’expérience française, et s’appuient sur la méthodologie élaborée par les auteurs du ROME. L’accent est mis sur le travail de description, d’harmonisation, de clarification des appellations, en vue d’une adaptation des fiches à la réalité algérienne. Finalement, le principe de départ reste le même, partir de classifications existantes (la nomenclature du BIT, le ROME français) et l’adapter à un contexte particulier. À ceci près que les moyens de l’ANEM semblent infiniment plus importants que ceux de l’ONE libanais, et qu’au delà du travail de classification, c’est bien le projet de répertoire, donc d’élaboration de fiches métiers, qui prédomine.

Bibliographie

Alleaume Ghislaine, Fargues Philippe, 1998, « La naissance d’une statistique d’État. Le recensement de 1848 en Égypte », Histoire & Mesure 13/1-2, p. 147-193. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hism_0982-1783_1998_ num_13_1_896

Brousse Cécile, 2008, « ESeC, projet européen de classification socio-économique », Courrier des statistiques 125, p. 27-36 [En ligne] http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ cs125f.pdf

Deauvieau Jérôme, Filhon Alexandra, Pelage Agnès, Poullaouec Tristan, Tual-Micheli Laurence, 2011, Les catégorisations de l’espace social en Europe, Rapport de recherche pour la division Emploi de l’Insee.

Desrosières Alain, Thévenot Laurent, 1988, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte (coll. Repères).

Didier Emmanuel, 1995, « Un aspect de la nomenclature des professions dans le recensement égyptien de la population de 1917 », Lettre d’information de l’Observatoire Urbain du Caire Contemporain 40, p. 34-39.

Gedeon Musa, 1998, « Wâqi` sûq al-‘amal wa hajâtu-hu » [Situation et besoins du marché du travail], in al-Jâmi’a wa-l-‘ilm wa-l-‘amal [L’université, la science et le travail], Zûq Musbah, Publications de l’Université Notre-Dame de Louaizé. (coll. Al-sha’n al-‘âmm fî qadâyâ al-nâs [La chose publique et les problèmes des gens], Actes du onzième colloque), p. 71-73.

Kasparian Choghig, 2011, Le devenir des diplômés de l’Université Saint-Joseph 2005-2008, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Longuenesse Élisabeth, 2004, « Cadres, spécialistes, professionnels ou techniciens. Remarques sur les nomenclatures socioprofessionnelles et la situation des professions diplômées en Égypte et en Syrie », Cahiers du gdr cadres 8 : Les cadres d’Europe du Sud et du monde méditerranéen, p. 67-83. [En ligne] http://gdr-cadres.cnrs.fr/cahier/Cahier8.pdf

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search