Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Deuxième partie-Insertion professionnelle des diplômés, adaptation des formations

Difficultés de mise en œuvre de la réforme de la formation technique et professionnelle en Égypte

صعوبات تطبيق إصلاح التأهيل الفني والمهني في مصر

Mariannick Urvoy

Résumé

Suite à l’élaboration en 2002 d’un « Document Stratégique », rédigé par une équipe d’experts de la Banque Mondiale et de l’Union Européenne à la demande du Gouvernement égyptien, un projet européen d’Assistance à la mise en œuvre de la Réforme de la Formation Technique et Professionnelle en Égypte est en cours d’achèvement en 2012.
À l’heure du bilan, si les résultats sont indéniables en termes d’amélioration de la qualité de la formation, il apparaît en revanche peu probable que la loi-cadre et la structure institutionnelle du futur système de Formation Technique et Professionnelle décentralisé et centré sur les besoins du marché de l’emploi, telles qu’envisagées dans le cahier des charges du projet, puissent voir le jour d’ici la fin de l’année. Il faut toutefois reconnaître que la mise en place d’une réforme, quelle qu’elle soit, est un processus lent et difficile.

Texte intégral

1Initié en 2002 par l’élaboration d’un « Document Stratégique en vue d’une Réforme de la Formation Technique et Professionnelle en Égypte » (rédigé par une équipe d’experts de la Banque Mondiale et de l’Union Européenne à la demande du Gouvernement égyptien), un projet européen d’Assistance à la mise en œuvre de la Réforme de la Formation Technique et Professionnelle en Égypte est actuellement en cours d’achèvement.

2Parallèlement, un petit projet de « Développement des Compétences », à l’initiative de la Banque Mondiale, a aussi vu le jour en complémentarité du premier.

3Nous en arrivons aujourd’hui à l’heure du bilan de ces deux projets importants pour le développement des ressources humaines du pays.

4Nous nous attacherons dans cette présentation à décrire le contexte égyptien dans lequel ils se sont déroulés, à en rappeler les objectifs et les résultats, et enfin à tenter d’analyser les écarts entre les attentes des différents acteurs et les résultats enregistrés.

Difficultés liées au contexte égyptien

5Le contexte égyptien se caractérise à la fois par l’éclatement des structures intervenant dans le champ de la formation professionnelle et technique, par la centralisation de la décision et le manque d’autonomie, et par l’absence de prise en compte des besoins des entreprises.

6Ainsi, ce sont plus d’une demi-douzaine de ministères qui gèrent des institutions de formation technique et professionnelle : outre le ministère de l’Éducation, duquel dépendent les écoles techniques secondaires, offrant des formations en trois ou cinq ans dans les secteurs de l’industrie, du commerce et de l’agriculture, et le ministère de l’Enseignement Supérieur, qui est responsable d’établissements d’enseignement supérieur court (de type Institut Universitaire de Technologie), il faut compter aussi avec les établissements du ministère de l’Industrie (formations en trois ans), et les centres de formation des ministères de la Construction, de l’Agriculture, des Affaires sociales et du Travail. Il existe enfin un petit nombre de centres de formation privés, dépendant parfois d’ONG.

7Notons que le ministère du Travail n’a aucun rôle transversal dans ce dispositif, à la différence de ce qui se passe ailleurs.

8Enfin, quel que soit le ministère concerné, pratiquement aucune autonomie n’est accordée aux chefs d’établissements, sauf exceptions de caractère expérimental : la gestion du personnel, des équipements et de la matière d’œuvre, la gestion financière, la gestion des examens sont toujours centralisées au niveau du ministère.

9À la différence de la plupart des pays, où le développement de la formation continue en direction des entreprises est devenu un excellent moyen de financer l’autonomie des établissements et leur politique de développement, il est très difficile de mettre en place un système de formation continue susceptible de donner plus d’autonomie aux établissements.

10Last but not least, le système actuel, malgré tous les efforts développés dans le cadre des projets, continue à être centré sur l’offre de formation sans trop tenir compte de l’évolution de la demande des entreprises.

11Devant la lourdeur de l’offre de formation, le secteur privé a donc tendance à continuer de former son propre personnel lors de l’embauche des nouveaux diplômés. Patronat et syndicats, pour le moment, préfèrent rester en dehors du système public de formation professionnelle, dont l’évolution leur paraît trop lente.

12Finalement, le secteur informel absorbe un nombre important de jeunes diplômés et de jeunes qui ont abandonné leur scolarité. Leur formation professionnelle s’effectue alors sur le tas sans validation de leurs acquis.

Les projets de réforme

13Le principal acteur public de la réforme est ici, pour des raisons historiques, le ministère de l’Industrie.

Le Projet de Développement des Compétences (2004-2010)

14Il s’agit d’un projet financé par la Banque Mondiale grâce à un prêt de six millions de dollars.

15Les objectifs de ce projet peuvent se résumer en quatre points :

  • réduire l’inadéquation entre l’offre et la demande de main d’œuvre ;

  • réduire la faible productivité des ouvriers dans les entreprises ;

  • réduire le turnover de la main d’œuvre entre les entreprises ;

  • développer des actions de formation correspondant à la demande des employeurs.

16Il s’est traduit par les réalisations suivantes :

  • la mise en place d’un mécanisme de financement de la formation continue satisfaisant pour les trois partenaires : entreprises privées bénéficiaires, organismes de formation et agences intermédiaires ;

  • une perception plus favorable des entreprises vis-à-vis de l’efficacité de la formation sur la performance de leurs ouvriers ;

  • la formation de 34 500 stagiaires répartis dans 1 155 entreprises du secteur privé.

L’Assistance à la mise en œuvre de la Réforme de la Formation Technique et Professionnelle (2005-2012) (TVET1 Reform)

  • 1 Technical Vocational Education and Training

17Ce projet, initié à la demande du gouvernement égyptien, a bénéficié d’un financement de 33 millions d’euros de l’Union Européenne.

18Les objectifs étaient de :

  • développer les compétences humaines et institutionnelles, afin de faciliter la conception et la mise en place de la réforme de la formation technique et professionnelle ;

  • préparer une loi-cadre et une structure institutionnelle pour mettre en place un système de formation technique et professionnelle décentralisé et centré sur les besoins du marché de l’emploi ;

  • améliorer la qualité de l’enseignement technique et professionnel ;

  • établir un réseau décentralisé de partenariat privé/public : entreprises/enseignement technique/organismes de formation professionnelle ;

  • contribuer à l’amélioration de la compétitivité des entreprises égyptiennes sur le marché local et international ;

  • aider à la formulation et à la mise en œuvre d’une politique de réforme nationale de la formation technique et professionnelle ;

  • proposer une structure organisationnelle du futur système de formation technique et professionnelle.

19Le projet a permis :

  • la mise en place de 12 partenariats avec des entreprises dans le domaine de l’industrie, des travaux publics, du bâtiment et du tourisme ;

  • le développement de 517 manuels de formation ;

  • la formation de 8 385 enseignants/formateurs et tuteurs dans 12 secteurs de l’économie ;

  • la formation de 37 000 élèves et stagiaires ;

  • la réalisation de 1 789 audits et analyses de besoins de formation.

Difficultés de la mise en œuvre de la Réforme

20Elles sont liées à la gestion des projets, aux problèmes de financement, au contexte économique découlant des bouleversements en cours depuis 2011, à la faible motivation des acteurs.

  • Ces projets sont en effet gérés par le ministère de l’Industrie. Or mondialement, ce type de réforme est géré soit par le ministère du Travail, soit par le ministère de l’Éducation.

  • L’absence d’un mécanisme institutionnel de financement de la formation par les entreprises ne permet pas la mise sur pied d’un mécanisme pérenne. La tentative de mettre en place un fonds de formation en 2004 a échoué.

  • La trop faible rémunération des professeurs, l’insuffisance des budgets d’équipements et de fonctionnement, attirent peu les candidats.

  • Les programmes de formation continue sont trop rares.

  • Les instances ministérielles concernées sont peu motivées à appliquer un projet de réforme qui leur est imposé sans concertation. De ce fait, les modalités de changement appliquées en restent souvent au stade expérimental. La seule exception est le ministère de l’Enseignement supérieur qui a généralisé les nouvelles mesures préconisées à l’ensemble de ses Instituts Techniques Moyens.

Conclusion

21Si les résultats du projet d’Assistance à la mise en œuvre de la Réforme de l’Enseignement Technique et Professionnel sont indéniables du point de vue de l’amélioration de la qualité de la formation, les résultats en termes de mise en place de mécanismes institutionnels pérennes sont encore trop peu visibles à quelques mois de la fin du projet prévue pour septembre 2012.

22Il est en effet peu probable que la loi-cadre et la structure institutionnelle du futur système de Formation Technique et Professionnelle décentralisé et centré sur les besoins du marché de l’emploi, telles qu’envisagées dans le cahier des charges du projet, puissent voir le jour dans un délai aussi court.

23Il faut toutefois reconnaître que la mise en place d’une réforme, quelle qu’elle soit, est un processus lent et difficile. Il reste donc à espérer que dans le contexte de renouveau que vit le pays depuis janvier 2011, nous puissions assister bientôt au réel développement de cette réforme attendue. La Tunisie, pays phare en ce domaine, est là pour en montrer le chemin.

Notes

1 Technical Vocational Education and Training

Auteur

Consultante indépendante, Le Caire

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search