Versión clásicaVersión móvil

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Deuxième partie-Insertion professionnelle des diplômés, adaptation des formations

Le devenir des diplômés de master à l’Université de Versailles Saint-Quentin. Dispositifs et résultats des enquêtes de l’Observatoire de la Vie Étudiante

مآل خريجي الماستر في جامعة فرساي سان كانتان آن إيفلين. ترتيبات ونتائج تحقيقات مرصد الحياة الطلابية في جامعة فرساي سان كانتان آن إيفلين

Sylvie Vilter

Resumen

L’Observatoire de la Vie Étudiante de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines a été créé fin 1992 par deux enseignants-chercheurs de sociologie. Dès le début, son objectif était de réaliser des enquêtes par questionnaire permettant d’améliorer la connaissance des parcours d’orientation, des modes de vie et des devenirs professionnels des étudiants. À partir de 1997, il a régulièrement mobilisé les données administratives des inscriptions étudiantes, afin d’analyser les parcours d’études et les résultats, en parallèle des enquêtes réalisées auprès des étudiants ou anciens étudiants de l’UVSQ. La systématisation des enquêtes d’insertion professionnelle et leur inscription dans un cadre national ont amené les universités à prendre au sérieux et à considérer de façon concrète la question des compétences et des métiers associés aux formations qu’elles proposaient. L’explicitation des diplômes en termes de compétences et de métiers est un élément crucial dans l’information des étudiants et lycéens, leur permettant d’estimer de façon concrète vers quoi débouche la formation qu’ils envisagent.

Texto completo

L’Observatoire de la Vie Étudiante de l’Université de Versailles

1L’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) a été créé fin 1992 par deux enseignants-chercheurs de sociologie, Jacqueline Bourget (maître de conférences) et Alain Chenu (professeur), rejoints peu de temps après par Sylvie Vilter (maître de conférences en économie). Dès le début, son objectif était de réaliser des enquêtes par questionnaire permettant d’améliorer la connaissance des parcours d’orientation, des modes de vie et des devenirs professionnels des étudiants de l’UVSQ. À partir de 1997, il a régulièrement mobilisé les données administratives des inscriptions étudiantes, afin d’analyser les parcours d’études et les résultats, en parallèle des enquêtes réalisées auprès des étudiants ou anciens étudiants de l’UVSQ.

2Il est hébergé par le Laboratoire Printemps (laboratoire de recherche de l’UVSQ associé au CNRS) et y bénéficie d’un environnement scientifique favorable, notamment dans les domaines de la sociologie de la qualification, des rapports formation / emploi, des organisations universitaires.

3Financées depuis 1995 à partir de crédits propres à l’université, ses actions ont été inscrites aux contrats quadriennaux de l’UVSQ à partir de 1998 et ses activités ont été placées sous la responsabilité de la Présidence de l’université qui lui a octroyé une grande liberté d’initiative. En septembre 2008, l’OVE a été intégré dans la Direction de la Réussite et de l’Insertion Professionnelle (DRIP) qui comprend aussi le Service d’Information et d’Orientation et le Bureau d’Insertion Professionnelle. Ce rattachement lui a permis de mettre à profit de manière plus visible et efficace ses productions, et ainsi d’informer au mieux lycéens, enseignants du secondaire et parents, étudiants et acteurs de l’environnement socio-économique, sur les parcours des étudiants pendant leurs études à l’UVSQ et après leur sortie de l’université, ainsi que sur les conditions dans lesquelles ils y réalisent leurs études.

4Il comprend aujourd’hui (en 2012) cinq personnes : Sylvie Vilter, responsable, maître de conférences, Sandie Teyssot et Élodie Detuncq, chargées d’études, Stéphanie Baudin et Solen Kerouredan, assistantes.

Les travaux de l’OVE

5Chaque année, l’OVE réalise des enquêtes auprès des étudiants et des diplômés portant sur leur devenir, leurs choix d’orientation et parcours d’études, leurs conditions d’études et leurs modes de vie. À partir de l’analyse des données administratives, une description détaillée des parcours d’études, à partir d’une entrée en L1 (première année de licence) pour chaque mention de licence, ou à destination d’une fin d’études en M2 pour chaque mention de master, est également réalisée de façon systématique. Ces suivis de cohorte permettent de mettre en évidence les parcours d’études empruntés au sein de l’établissement et de donner un éclairage complémentaire utile aux résultats issus des enquêtes sur les diplômés.

6Depuis 2006-2007, l’OVE participe au dispositif d’enquête auprès des diplômés de licence professionnelle mené sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur. Ces étudiants sont interrogés trente mois après leur sortie, et rendent compte de leur devenir, que ce soit une insertion professionnelle ou une éventuelle poursuite d’études. Depuis trois ans, cette enquête a été étendue aux diplômés de master, professionnels ou recherche et l’OVE a incorporé dans son dispositif d’enquêtes annuelles l’interrogation des diplômés de DUT (diplôme universitaire de technologie), qui était jusqu’alors menée par les instituts universitaires de technologie (IUT).

Les enquêtes d’insertion

7Ces trois enquêtes, menées de front avec les mêmes principes d’interrogation, et des questionnaires voisins, tiennent une part conséquente dans les activités de l’OVE. En effet, le dispositif national prescrit des dates précises pour le début et la fin de la passation, et fournit des trames de questionnaires qui laissent une marge de manœuvre réduite dans leur adaptation (il est possible d’ajouter des questions à un questionnaire déjà très conséquent). La nécessité de réaliser ces enquêtes dans un temps donné, avec une exigence importante en termes de taux de réponse, a conduit l’OVE à adopter des techniques de passation multiples et conjuguées, où la passation téléphonique a pris une place considérable. L’emploi de télé-enquêteurs, travaillant en fin de journée (entre 18 h et 20 h) et le samedi (entre 11 h et 14 h), rendu possible par le financement accordé par le ministère pour l’enquête d’insertion, a contribué à une nette amélioration des taux de réponse. En parallèle, les questionnaires sont proposés par voie postale et internet, ce qui permet aux diplômés d’utiliser d’autres moyens pour répondre. Ces trois enquêtes connaissent depuis trois ans des taux de réponse dépassant 60 %.

8En outre, les relations avec les équipes pédagogiques de ces formations ont été renforcées, au moyen de rencontres et par une politique de diffusion systématique des résultats. Ceci a permis d’obtenir de la part de ces formations un arrêt de leurs propres enquêtes d’insertion après 18 mois, ce qui évitait la « sur-interrogation » des diplômés. De plus, la transmission des informations contribuant à la mise à jour des coordonnées des diplômés s’est améliorée. Les conditions de passation de ces enquêtes ont été de ce fait nettement améliorées.

9Le ministère prévoit un champ d’interrogation des diplômés en conséquence réduit : seuls les diplômés de nationalité française et de moins de 30 ans, qui n’ont pas poursuivi d’études pendant les deux années suivant leur formation et qui n’ont pas interrompu leurs études plus d’un an avant l’obtention du diplôme, sont pris en compte. L’OVE a choisi d’interroger tous les diplômés, ce qui permet d’avoir une vision complète du devenir des diplômés quelle que soit leur situation après leur sortie. En DUT et en master recherche notamment, de nombreux diplômés poursuivent des études. Par ailleurs, dans certaines formations, la proportion d’étudiants étrangers est relativement importante et ne pas les interroger biaiserait les résultats locaux. Ce biais est d’autant plus préjudiciable que les cohortes de diplômés de chaque formation sont relativement modestes, notamment parce qu’il s’agit de formations sélectives, à effectifs contrôlés.

Les résultats des enquêtes menées en 2009-10 et 2010-11

10L’enquête auprès des diplômés de master en 2007, réalisée en 2009-2010, concernait 1 065 étudiants et 680 ont répondu, soit un taux de réponse net de 66 %. L’année suivante, les diplômés de master en 2008 étaient un peu plus nombreux (1 171), mais ils étaient pratiquement le même nombre à répondre : 63 % des diplômés qui ont pu être contactés l’ont fait. On ne note pas de différence entre les étudiants des masters pro et recherche en ce qui concerne le taux de réponse.

Inscrits

Diplômés

Contactés

Répondants

2007

Master Pro

1 029

844

818

542

Master Recherche

374

221

206

138

Ensemble

1 403

1 065

1 024

680

2008

Master Pro

1 118

931

878

550

Master Recherche

376

240

228

144

Ensemble

1 494

1 171

1 106

694

11La situation, deux ans et demi après le diplôme des étudiants de master pro et de master recherche diffère de façon considérable. Les premiers sont pour les quatre cinquièmes en emploi, quelle que soit leur promotion. Autour de la moitié des seconds poursuivent des études après leur master, en les combinant de façon différente selon la promotion avec un emploi. Il est cependant possible que cette différence soit en partie due à l’amélioration des conditions de passation de l’enquête, ce qui a permis de mieux saisir les situations d’emploi complexes des doctorants pour sa seconde édition.

12Les temps d’accès au premier emploi varient du simple au double selon les disciplines : autour de 3 mois en sciences, de 6 à 7 mois en gestion et en droit.

13La majorité des diplômés en emploi (exclusivement), trente mois après leur master, sont en CDI (près de 70 %), les scientifiques plus massivement que les diplômés de sciences humaines, sociales et d’économie. C’est logiquement parmi les juristes et les gestionnaires que l’on observe le plus de professions libérales et indépendants.

14Ces diplômés sont aussi le plus souvent salariés du privé, les emplois du public concernant surtout les diplômés des masters en sciences sociales et humaines, alors que plus des quatre cinquièmes de scientifiques sont employés par le secteur privé.

15Autour des quatre cinquièmes des diplômés sont cadres, sauf parmi les détenteurs de masters en sciences humaines et sociales où la proportion est moins favorable.

16Ces diplômés sont presque tous salariés à temps plein (entre 89 % et 99 % selon les domaines disciplinaires et les années d’enquête).

17La très grande majorité des emplois se situe en Ile-de-France, avec une proportion d’emplois parisiens surprenante.

18Les salaires médians varient entre 1 700 € et 2 200 € selon les disciplines. Les scientifiques se démarquent là aussi.

19Globalement, les diplômés de master professionnel en emploi sont satisfaits de leur emploi et ne recherchent pas d’autre emploi. Concernant le salaire, ils sont toutefois moins enthousiastes, surtout ceux qui sont le moins bien payés.

20Une partie non négligeable des diplômés estiment toutefois que l’emploi qu’ils occupent n’aurait pas nécessité la formation de master qu’ils ont suivie.

21L’emploi qu’ils occupent a été trouvé le plus souvent par annonce, ainsi que par candidature spontanée. Le stage joue un rôle majeur dans l’insertion professionnelle, particulièrement en sciences.

Conclusion

22La systématisation des enquêtes d’insertion professionnelle et leur inscription dans un cadre national ont amené les universités à prendre au sérieux et à considérer de façon concrète la question des compétences et des métiers associés aux formations qu’elles proposaient.

23Certes, le dispositif dans lequel ces enquêtes s’inscrivent est lourd (enquêtes annuelles) et ses choix méthodologiques sont à mettre en rapport avec une vision particulière de l’insertion professionnelle (champ restreint). Cependant, la plupart des universités ont choisi d’enquêter sur tous les diplômés, renforçant ainsi le caractère national des enquêtes menées.

24La remontée des données au niveau national, et leur usage dans le cadre de l’attribution des moyens aux établissements, a fortement incité ces établissements, de la direction aux porteurs de diplômes, à assurer la meilleure qualité pour la passation de ces enquêtes. Au-delà, cet affichage a contribué à une meilleure prise en compte, à tous les niveaux, de la question de l’insertion professionnelle et de ses caractéristiques. Ainsi, les modalités de cette insertion professionnelle, en termes de délais, de contrats, de salaires, sont devenues visibles et ont été d’autant plus souvent considérées comme des éléments déterminants dans la définition du contenu des formations. Cela a permis de lever en partie au moins les réticences des enseignants et chercheurs de l’université à considérer leur formation en termes de compétences et de savoir-faire, alors que la tradition universitaire penchait très nettement pour une approche en termes de savoir et de culture. Les deux visions, loin d’être antinomiques, devraient cependant être jugées comme complémentaires, par les universitaires certes mais aussi par le monde socio-économique.

25L’explicitation des diplômes en termes de compétences et de métiers est un élément crucial dans l’information des étudiants et lycéens, leur permettant d’estimer de façon concrète vers quoi débouche la formation qu’ils envisagent. Le projet professionnel, même s’il se construit sur la durée, tout au long de la formation, est certes parfois vu par les élèves et les étudiants à la fois comme un leitmotiv « subi » et un horizon rassurant. D’un côté, pratiquement dès le primaire, ils sont invités à y penser et à exprimer leur désir, avec la crainte éventuelle que cette expression ne les canalise vers une voie qu’ils ne faisaient qu’envisager vaguement. D’un autre côté, dans le monde d’incertitude économique et professionnelle dans lequel la jeunesse s’inscrit depuis des décennies, l’expression de la concrétisation professionnelle des études donne corps aux années de formation.

26Le fait que les universités soient maintenant en mesure de mettre à disposition des lycéens et des étudiants une description des débouchés professionnels que leurs formations permettent d’avoir est un élément crucial dans l’intégration de ces établissements à leur juste place dans le système dual de l’enseignement supérieur français. Les grandes écoles ne sont désormais plus les seules à faire valoir leur capacité à dessiner un avenir professionnel enviable…

© Presses de l’Ifpo, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search