Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Deuxième partie-Insertion professionnelle des diplômés, adaptation des formations

Les diplômés de l’Institut des Sciences Sociales de l’Université Libanaise et le marché du travail

خريجو معهد العلوم الاجتماعية في الجامعة اللبنانية وسوق العمل

Ali Moussaoui
Traduction de Élisabeth Longuenesse

Résumé

Pour répondre aux interrogations des étudiants de sciences sociales de l’Université Libanaise concernant leur avenir professionnel, une enquête a été réalisée entre 2000 et 2002, dont les résultats n’avaient pas encore été publiés. L’objectif était de mieux connaître les caractéristiques sociales des étudiants et leur relation au marché du travail, durant leurs études et après l’obtention de leur diplôme. Parmi les résultats les plus frappants de cette enquête, outre l’accroissement rapide des effectifs de diplômés de l’Institut et leur féminisation croissante, il est apparu que l’emploi public (hors enseignement), très important pour les premières générations, s’était progressivement réduit. Au contraire, l’enseignement, y compris primaire et secondaire, absorbe aujourd’hui la majeure partie d’entre eux. Encore modeste, l’emploi dans les organisations internationales et les ONG locales semble progresser régulièrement. Le niveau de rémunération moyen (tiré vers le bas par le poids de l’emploi dans l’enseignement primaire) ne répond pas aux attentes correspondant au niveau d’études atteint.

Texte intégral

Historique de l’Institut

1L’Institut des Sciences Sociales (ISS) de l’Université Libanaise (UL) a été créé en 1959, sous la présidence de Fouad Chehab, pour fournir les cadres de l’administration et des services économiques et sociaux de l’État. Il est divisé en deux branches au début de la guerre en 1976, en même temps que les autres facultés. Trois nouvelles branches sont créées en 1978 à Tripoli, Zahlé, Saïda.

2Si l’on omet les deux premières années, où l’Institut a probablement bénéficié d’un effet de nouveauté qui s’est estompé l’année suivante, les effectifs n’ont cessé de progresser depuis 1965, ainsi que leur part dans le total des effectifs de l’UL.

3Aujourd’hui (en 2010), les étudiants de l’Institut des Sciences Sociales représentent 14 % de l’ensemble des facultés de lettres et sciences humaines (droit, lettres, sciences sociales), et 7 % du total des étudiants de l’UL. Par comparaison, les étudiants en lettres représentent respectivement les deux tiers des étudiants dans les disciplines de lettres et sciences humaines et plus du quart des effectifs de l’UL.

4Jusqu’en 1975, comme les autres facultés de l’UL, l’Institut n’était basé qu’à Beyrouth. En 1976 est créée une branche à Rabié, et l’enseignement, jusqu’alors essentiellement en français, est arabisé totalement dans la branche 1 (Beyrouth-Ouest), mais reste pour l’essentiel en français dans la branche 2. Les branches 3 (Tripoli), 4 (Zahlé) et 5 (Saïda) voient le jour en 1978. L’éclatement géographique de l’UL a permis l’accès à l’université de catégories sociales populaires qui jusqu’alors n’avaient pas les moyens d’envoyer leurs enfants à Beyrouth, mais aussi une féminisation rapide de son public. La proportion des filles à l’ISS croît très rapidement et elles sont aujourd’hui largement majoritaires.

5Près de la moitié des étudiants reste néanmoins concentrée à Beyrouth, les autres se répartissant plus ou moins à égalité entre les branches de la banlieue Est de Beyrouth à Rabié, et à Tripoli, Saïda et Zahlé. L’enseignement est désormais assuré pour l’essentiel en langue arabe, sauf dans la branche 2, où la plupart des cours sont toujours donnés en français.

La guerre civile et le marché du travail

6La création de l’Institut avait été pensée à l’origine comme visant à fournir aux administrations publiques un personnel qualifié en sciences sociales pour accompagner les projets de développement. La guerre civile a, par la force des choses (et des milices), réduit massivement l’intervention de l’État, dont une partie croissante des missions a été assurée par les communautés confessionnelles et locales, et par un nombre toujours plus élevé d’ONG, réduisant du même coup les possibilités d’emploi.

7Depuis les années 1990, le nombre des diplômés n’a cessé de croître, alors même que les conditions de formation avaient plutôt tendance à se dégrader. Dans le même temps, tandis que les emplois publics continuaient à se réduire, de nouveaux débouchés apparaissaient du fait de la multiplicité des organismes de coopération et des ONG. La création d’un baccalauréat de sciences sociales en 2000, donc d’un enseignement correspondant dans les écoles secondaires pour le préparer, a représenté un appel d’air pour les diplômés de l’Institut, qui n’a toutefois pas duré longtemps.

L’enquête

8Pour répondre aux interrogations des étudiants de sciences sociales de l’UL concernant leur avenir professionnel, dans le contexte de chômage croissant des diplômés de l’enseignement supérieur, a été constituée une équipe de recherche composée d’enseignants de l’Institut issus de ses cinq branches, qui a été chargée d’une étude sur la situation professionnelle des diplômés de l’Institut. Cette étude a été réalisée en 2000-2002, et n’a malheureusement jamais été publiée. Elle reste importante et utile car elle a couvert une population de 1 506 diplômés de 1964 à 1999.

9Sur la base de cet échantillon, on a cherché à savoir quelles sont les caractéristiques sociales de ces diplômés, leur relation avec le marché du travail, par quels canaux ils ont obtenu un travail, quelles professions ils exercent, dans quelles conditions, s’il y a une correspondance entre la profession exercée et la spécialisation, quel degré de satisfaction ils manifestent, quels sont les facteurs qui influent sur la relation entre le diplômé de l’ISS et le marché du travail. Qu’est-ce qui distingue ces diplômés les uns des autres ?

Méthodologie

10Un questionnaire a été passé auprès de 1 506 diplômés sur les 3 830 représentant le total des promotions de 1964-65 à 1998-99, soit 39,3 %. Ce nombre correspond à l’ensemble des diplômés qui ont pu être contactés.

Répartition des réponses par année d’inscription à l’ISS

Année

Avant 1971

(depuis + de 28 ans)

1971-80

(depuis 19 à 28 ans)

1981-85

(depuis 14 à 18 ans)

1986-90

(depuis 8 à 13 ans)

1991-99

(depuis 8 ans ou –)

Sans réponse

Total

Nombre de réponses

55

321

255

414

448

13

1 506

 %

4 %

21 %

17 %

27 %

30 %

1 %

100 %

Nb total de diplômés

3 830

Répartition des réponses selon la branche

Branche

1 (Beyrouth)

2 (Rabié)

3 (Tripoli)

4 (Zahlé)

5 (Saïda)

Total

Nombre de réponses

368

306

331

232

269

1 506

Nombre total de diplômés

1 807

476

519

517

511

3 830

 % de réponses

20 %

64 %

64 %

45 %

53 %

39 %

11Plus de la moitié des diplômés sont issus de la branche 1 (la seule à décerner des diplômes de 1964-65 à 1980-81), le reste se répartit presque à égalité entre les quatre autres branches (Rabié, Tripoli, Saïda, Zahlé). Avant 1977, il n’existait qu’un seul établissement, à Beyrouth, devenu ensuite la branche 1. Ce qui signifie que les effectifs attribués à la branche 1 englobent la totalité des diplômés de 1969 à 1980 (des onze premières années de l’Institut). Cela explique en partie sans doute la plus faible proportion de réponses pour la branche 1, qui inclut la totalité des diplômés de la première période.

12Le taux de réponse est en effet de 20 % seulement pour la branche 1, et varie entre 45 % (branche 4, Zahlé) et 64 % (branches 2 et 3, Rabié et Tripoli) pour les autres. Le faible taux dans le cas de la branche 1 s’explique probablement en partie par le fait que les plus anciens étaient plus difficiles à atteindre, peut-être aussi parce qu’une partie des diplômés d’avant 1980 ou 1981 se sont déclarés diplômés d’autres branches, où ils ont ensuite enseigné. La différence entre Zahlé d’un côté, Rabié et Tripoli de l’autre, s’explique moins : à moins que la première génération de l’Institut unique ait attiré un grand nombre d’étudiants de Zahlé, qui sont ensuite retournés dans leur ville d’origine, gonflant ainsi les premières générations plus difficiles à atteindre. Une autre hypothèse serait qu’ils ont plus été touchés par l’émigration. Seule une autre enquête permettrait de le savoir.

  • 1 L’enquête a été réalisée entre mai 2000 et janvier 2001.

13Les questions étaient réparties en quatre ensembles : l’origine socio-économique, les raisons du choix de la spécialité, la situation professionnelle (durant les études et après le diplôme), la relation entre formation et emploi1.

Résultats

Caractéristiques socio-démographiques et scolaires de l’échantillon

Âge au moment
de l’enquête

Nb de réponses

 % des réponses

Dont

Femmes

 %

Hommes

 %

Moins de 25 ans

136

9 %

-

-

25-30 ans

437

29 %

-

-

31-40 ans

497

33 %

-

-

41-55 ans

392

26 %

-

-

Plus de 55 ans

45

3 %

-

-

Total

1 506

100 %

1 141

76 %

365

24 %

  • 2 Durant la période 1961-62 à 1974-75, 2 737 diplômés sortent de l’Institut, dont 2 014 garçons et 72 (...)

1476 % des diplômés de l’échantillon sont des femmes : on sait qu’elles représentent aujourd’hui 84 % des effectifs étudiants, mais qu’elles étaient minoritaires dans la décennie qui a précédé la guerre civile2. Il est donc probable qu’elles soient surreprésentées dans l’échantillon, même si l’on sait que la création des branches dans les régions a fait exploser les effectifs de filles dans toutes les disciplines, et que le taux de réussite des filles est généralement plus élevé que celui des garçons.

36 % ont un baccalauréat scientifique, 64 % un baccalauréat littéraire.

Seuls 41 % se sont inscrits à l’université directement après le bac (notons que c’est plus souvent le cas des bacheliers de série littéraire – 47 % – que de ceux de la série scientifique – 30 %). Une majorité a donc travaillé avant de retourner à l’université : 30 % l’ont fait après un an d’activité, 29 % après deux ans ou plus. La proportion des types de baccalauréat s’inverse chez ceux qui rejoignent l’Institut deux ans ou plus après le baccalauréat (on n’a plus que 24 % de baccalauréats littéraires et 37 % de baccalauréats scientifiques).

15Depuis la date de l’enquête, un changement important a été l’introduction d’un baccalauréat sciences sociales, et la forte proportion de titulaires de ce baccalauréat parmi les nouvelles générations d’étudiants de l’Institut, à côté du baccalauréat littéraire. D’autre part, on a vu arriver un nombre croissant de diplômés de l’enseignement professionnel et technique.

16La plupart de ces étudiants viennent de l’enseignement public, avec tout ce que cela implique comme déficiences dans la formation du fait de la pénurie des moyens et du relativement faible niveau des enseignants (en particulier en langues étrangères et en méthodologie).

1712 % disent ne pas connaître de langue étrangère, 71 % disent connaître le français et 17 % l’anglais ; mais ces chiffres font probablement illusion sur un niveau de compétence globalement très faible en langue.

18Les réponses sur l’origine sociale se sont avérées difficiles à interpréter mais dans l’ensemble elles confirment que la plupart sont d’origine modeste ou même très modeste.

Raisons du choix de la spécialité

19Les deux raisons les plus fréquentes que les étudiants interrogés donnent pour avoir choisi cette spécialité sont d’abord un projet de travailler dans le social (ce qui explique probablement en partie la proportion particulièrement élevée des filles), et secondairement un souhait de compléter leur culture générale. Un très petit nombre avait une idée précise des débouchés et des possibilités d’emploi après leur diplôme (3 %).

20La plupart (82 %) n’ont pas fait d’autres études avant ou durant leur cursus de sociologie. Plus de la moitié (58 %) ont poursuivi leurs études au-delà de la licence, plus du tiers ont été jusqu’à la maîtrise mais pas au-delà, 15 % ont poursuivi jusqu’au diplôme d’études supérieures, 5 % (une trentaine environ) jusqu’au doctorat.

Études et travail

21Sur l’ensemble des promotions, un peu plus de la moitié des étudiants (53 %) travaillaient durant leurs études. Toutefois, la proportion de ceux qui travaillent est nettement plus élevée chez les hommes (80 %), que chez les femmes (45 %), ce qui révèle sans doute la relation inégale des uns et des autres au marché du travail. Mais si l’on croise ce chiffre avec la promotion et l’âge, ce sont aussi les plus anciens, majoritairement des hommes (et souvent fonctionnaires, voir infra), qui étaient les plus nombreux dans ce cas.

22Les plus anciens (qui étaient aussi majoritairement des garçons) étaient en effet les plus nombreux à travailler durant leurs études : c’était le cas de plus des quatre cinquièmes (45 sur 55) de ceux qui ont commencé leurs études avant 1972 ; de plus des deux tiers (69 %) de ceux qui les ont commencées entre 1972 et 1981 ; de 58 % de ceux qui ont commencé entre 1982 et 1986 ; et de seulement 39 % de ceux qui ont commencé leurs études après 1992.

23Difficile, donc, de faire la part de l’état du marché du travail et de la différence hommes/femmes sur le marché du travail. Aujourd’hui, la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur est corrélée à une féminisation accélérée des filières de sciences humaines et sociales, et probablement à une baisse générale de l’activité rémunérée des étudiants, dans les branches où ils étaient nombreux à en avoir une. Cela peut aussi être interprété comme un indice parmi d’autres de l’élévation de l’âge moyen de l’entrée sur le marché du travail, la poursuite des études apparaissant comme une façon détournée de compenser les effets du chômage, dans un contexte où l’État, qui était le principal employeur des diplômés de sciences sociales avant la guerre civile, n’embauche pratiquement plus.

24En tout état de cause, même si les étudiantes sont moins nombreuses que les étudiants à travailler, la proportion de celles qui ont une activité professionnelle reste paradoxalement beaucoup plus élevée que la part des femmes dans la population active (15 %) au niveau national – ce qui souligne l’importance du diplôme pour l’accès des femmes au marché du travail.

25Certes, cette tendance est facilitée par le fait que la présence aux cours n’est en général pas obligatoire (sauf quelques cours pratiques), à la différence des facultés de sciences appliquées. Elle signale peut-être aussi que la formation en sciences sociales est vue par beaucoup comme un outil d’avancement dans leur emploi.

26De façon surprenante, le taux d’activité durant les études est le plus faible parmi les étudiants de la branche 3 (Tripoli), suivi par Saïda, alors que l’écart de Tripoli par rapport aux autres branches disparaît après le diplôme d’études supérieures, où ce sont les branches 1 (Beyrouth-Ouest) et 5 (Saïda) qui connaissent le taux d’emploi après le diplôme le plus faible relativement (voir supra).

27Mais si 53 % des étudiants travaillent, il faut tenir compte du fait qu’en réalité ceux qui aimeraient le faire sont bien plus nombreux. Les études à plein temps sont un choix forcé, sauf pour une minorité d’étudiants.

28En effet, à la question « pourquoi ne travaillez-vous pas ? » seulement 27 % de ceux de la branche 1, 25 % de la branche 2, 13 % de la branche 3, 8 % de la branche 4, et 6 % de la branche 5, répondent qu’ils ne le souhaitent pas ou que l’environnement ne les y incite pas.

L’emploi après le diplôme

29Après l’obtention du diplôme, 93 % des hommes et 74 % des femmes ont trouvé un emploi. L’écart entre les hommes et les femmes, certes important, apparaît réduit par rapport à l’écart moyen sur le marché du travail (53 % contre 15 %).

30Cela peut s’expliquer par la pression de la crise sociale et économique sur le niveau de vie des familles, qui pousse les femmes à travailler tandis que l’élévation du niveau éducatif permet aux filles de se libérer de la mentalité conservatrice traditionnelle.

31Cette proportion d’actifs employés parmi les diplômés de sciences sociales varie selon les branches : elle est plus faible dans les branches 1 (Beyrouth-Ouest : 74 %) et 5 (Saïda : 73 %), mais plus élevée dans les branches 2 (Rabié : 84 %), 3 (Tripoli : 81 %) et 4 (Zahlé : 81 %). Ces différences ne sont pas faciles à expliquer de prime abord, sinon à faire l’hypothèse que les plus gros employeurs sont prioritairement situés dans le nord du Mont-Liban et à Beyrouth, et que la meilleure maîtrise des langues dans la branche 2 est un facteur favorable. Mais cette explication ne marche pas pour Tripoli et Zahlé. Seule une enquête plus fine permettrait donc de comprendre le handicap de Beyrouth-Ouest (qui recrute aujourd’hui massivement dans la banlieue Sud) et de Saïda, sauf à considérer une spécificité du public de ces deux branches (probablement plus souvent chiite, féminin, jeune), et une homogénéité relative du marché du travail au sud de Beyrouth (banlieue et mouhafazat du sud).

32Mais on note aussi qu’en réalité seuls les deux tiers des 21 % de sans emploi sont de « vrais » chômeurs, c’est-à-dire à la recherche d’un emploi (dont une petite proportion n’a jamais travaillé). Le taux de chômage réel serait donc seulement de 3 % pour les hommes et 16 % pour les femmes, si l’on exclut ceux qui ont renoncé à chercher un emploi : est-ce révélateur de la faible demande du marché pour ce type de spécialisation, ou du découragement précoce des jeunes filles, qui renoncent très vite à chercher un emploi (à moins qu’elles n’en aient jamais eu l’intention ?) Le taux de chômage le plus élevé serait alors parmi les diplômés des branches 5 (Saïda) et 1 (Beyrouth-Ouest), là où le taux d’activité est aussi le plus élevé.

Répartition des diplômés actifs selon le secteur professionnel

Secteur professionnel

Effectif

Pourcentage

Secteur public (hors enseignement)

192

16 %

Enseignement (public et privé)

602

51 %

Secteur privé (emploi salarié)

194

16 %

Secteur privé (activité indépendante)

102

9 %

ONG locales

59

5 %

Organisations régionales et internationales

35

3 %

Total

1 184

100 %

33La répartition des diplômés de l’Institut par secteur d’activité est instructive.

La moitié (51 %) travaille dans l’enseignement, privé et public, dont à nouveau plus de la moitié (58 %) dans le primaire et complémentaire. La proportion est, assez logiquement, plus importante pour les femmes. Cette proportion est la plus élevée dans les branches 3, 4 et 5 (Tripoli, Zahlé, Saïda), ce qui révèle probablement en creux d’une part la faiblesse des autres débouchés (en particulier, on va le voir, celui des ONG) mais peut-être aussi la plus grande jeunesse et la proportion plus grande de femmes parmi les diplômés de ces nouvelles branches.

Le reste des enseignants se répartit entre le secondaire (21 %), et l’administration de l’éducation (8 %). Un petit nombre accède à des postes de direction d’école (4 %). Enfin, 9 % sont devenus enseignants à l’université : ce sont probablement les plus anciens.

Seuls 16 % ont pu se faire recruter par l’État, mais le plus souvent à un niveau assez bas, puisque seulement 4 % sont fonctionnaires de première catégorie et 13 % de deuxième catégorie. L’immense majorité se répartit entre les fonctionnaires de troisième catégorie (42 %) et de quatrième catégorie (41 %).

16 % sont employés dans le secteur privé et 9 % sont travailleurs indépendants. Parmi ces deux groupes, 53 % sont employés, 14 % sont directeurs de département, 9 % directeurs généraux, 17 % travaillent à leur compte dans des bureaux d’études. On notera que la part de l’emploi dans le secteur privé (à l’exclusion des indépendants) est la plus importante dans les branches 1 et 2 (à Beyrouth et Rabié), ce qui signale probablement des possibilités d’emploi qui n’existent que dans la capitale et sa banlieue au sens large (Mont-Liban). La part de l’emploi public est au contraire la plus importante pour les diplômés des branches 2 (Rabié) et 3 (Tripoli).

5 % sont employés d’organisations de la société civile locale. Ce type d’emploi est plus important pour les diplômés de Beyrouth et de Saïda : il est possible que cela signale un emploi important dans les structures politiques et sociales de la communauté chiite, mais il faudrait pouvoir le vérifier.

3 % sont employés d’organisations régionales ou internationales, ce qui semble encore très peu, mais la tendance est clairement à la croissance de ce type d’emploi.

34De fait, la structure de l’emploi a fortement évolué depuis la guerre civile. Dès le milieu des années 1980, si l’emploi public continue à progresser en valeur absolue, il régresse en proportion au profit de l’emploi dans le secteur privé. L’emploi dans l’enseignement se tasse au début des années 1990, puis remonte à partir de la mi-1990.

35En 2000, une réforme du baccalauréat a introduit une filière économique et sociale, et les postes d’enseignants ont été réservés aux diplômés de l’Institut, et aux diplômés de gestion. Cela a représenté la première brèche sérieuse en faveur de la définition d’un emploi réservé à la spécialisation en sciences sociales sur le marché du travail, donc de la reconnaissance de ce diplôme de la part de l’administration libanaise, après sa reconnaissance légale suite à la création de l’Institut.

36À peine plus de la moitié des diplômés ayant répondu à l’enquête disent avoir un emploi stable : c’est le cas majoritairement des hommes, ce qui signifie donc les plus anciens, d’autant que les hommes sont plus nombreux dans le secteur public. Là encore, on a probablement un effet de génération.

37Pourtant, si l’on croise avec la région, on relève que l’emploi stable est un peu plus important pour les diplômés de la branche 1 (sans doute plus anciens et plus masculins) mais aussi pour la branche 5 (est-ce dû à la qualité des emplois dans l’enseignement ? dans les ONG communautaires ?). C’est aussi dans les organisations de la société civile que l’emploi stable est le plus élevé, suivi par l’emploi public, tandis que l’instabilité la plus grande se rencontre dans les organisations internationales…

Le salaire comme indicateur de la (faible) valeur du diplôme sur le marché ?

38Au moment de l’enquête, 70 % des diplômés de l’échantillon gagnaient moins d’un million de livres libanaises (environ 660 $), dont 23 % moins de 500 000 LL, ce qui est peu élevé (mais le salaire minimum n’était que de 300 000 LL, soit environ 150 $ à la même date).

39La proportion monte à 80 % pour les femmes, alors qu’elle n’est que de 44 % pour les hommes. Ce sont les diplômés de la branche 2 qui en moyenne gagnent le plus, talonnés par les diplômés de la branche 1 – on a vu que c’est aussi parmi les diplômés des deux branches beyrouthines que l’emploi privé est le plus élevé. Cela signifierait néanmoins que l’emploi privé ne serait pas exactement de même nature dans un cas et dans l’autre (plus petites entreprises dans la banlieue Sud que dans la banlieue Nord ?), à moins que ce soit dû au fait que les professeurs de la branche 2 se sont classés parmi les diplômés de la branche 2, alors qu’en réalité ils étaient diplômés d’avant la division de l’université. Le salaire débutant moyen des diplômés de sociologie se révèle donc très bas : est-ce dû au décalage entre le contenu du diplôme et les besoins du marché du travail ? À une dévalorisation des compétences et savoirs des sociologues sur le marché ? À la nature des emplois proposés aux diplômés de sociologie ?

40De fait, les salaires les plus bas se trouvent en moyenne dans l’enseignement (or ceux-ci sont tirés vers le bas par le primaire, majoritairement féminin), puis dans les ONG locales (mais le nombre encore faible d’emplois dans les ONG rend toute généralisation difficile).

41Le croisement du niveau de salaire avec l’âge fait enfin logiquement apparaître une élévation progressive du salaire moyen, ce qui permet de faire l’hypothèse que les ONG et l’enseignement emploient plus de jeunes.

Conditions de recrutement et stabilité dans l’emploi

42Si on confronte la distribution des hommes et des femmes selon le secteur d’emploi, selon la stabilité dans l’emploi, et selon le mode de recrutement, on note que les femmes sont moins souvent que les hommes fonctionnaires dans le secteur public, moins stables, et sont moins souvent recrutées par concours. Pourtant elles sont plus nombreuses dans l’enseignement, ce qui signifie qu’elles sont majoritairement dans l’enseignement privé (ou contractuelles dans le secteur public).

43Les modalités d’obtention d’emploi font apparaître un clivage fort entre les plus vieux (plus de 40 ans), à plus de 40 % entrés sur concours, proportion qui descend à 20 % ou moins pour les moins de 30 ans. Alors que les moins de 40 ans ont deux fois plus recours aux relations amicales ou au piston.

44Enfin, la relation entre la formation reçue et l’emploi exercé (telle que la voient les diplômés, non les employeurs, qui n’ont pas été interrogés) apparaît globalement faible. C’est particulièrement le cas dans le secteur privé, un peu moins pour les fonctionnaires de l’administration. En revanche, elle apparaît plutôt meilleure pour les ONG locales et les organisations internationales (mais il s’agit de petits nombres), ce qui souligne là l’existence d’une possible filière d’emploi destinée à se développer.

Conclusion, en forme d’hypothèse de travail

45Après le bref moment chehabiste où la question sociale a été posée, et qui a vu la création de l’Institut avec le projet de former des cadres de l’administration capables de réaliser des études, d’évaluer des besoins et de contribuer à l’élaboration des politiques publiques, le retour à une politique de laisser-faire, puis la guerre, et le tournant néolibéral et spéculatif d’après-guerre, ont vidé l’Institut de sa substance initiale. L’arrivée de nouveaux acteurs comme les ONG et les agences de développement a créé de nouveaux débouchés.

46Mais la dégradation des conditions de fonctionnement de l’UL a entraîné une baisse du niveau des étudiants, tant au recrutement qu’à l’obtention du diplôme.

47La conjugaison de l’évolution des publics, de la dégradation des conditions de formation, de la dévalorisation des diplômes en sciences sociales, a affaibli le niveau de formation et aggravé le fossé entre une possible demande du marché du travail et une offre de diplômes à faible contenu et de diplômés à faible compétence.

48Cela se traduit par la dispersion du recrutement des diplômés dans des secteurs extrêmement variés, sans correspondance entre formation et activité professionnelle réelle. Dans le meilleur des cas, le diplôme offre une formation générale que le diplômé complète sur le tas, par l’expérience professionnelle.

Bibliographie

Abdul-Reda Abourjeili Suzanne (éd.), 2003, Al-ta‘lîm al-‘âlî wa sûq al-‘amal fî Lubnân [L’enseignement supérieur et le marché de l’emploi au Liban], Beyrouth, Association Libanaise des Sciences de l’Éducation.

Atat Hitaf A., 2010, L’Université, la science et le travail : dynamiques de distinction (Étude de cas des diplômés de master de l’Institut des Sciences Sociales), Mémoire de mastère en sociologie (sous la direction d’Ali Moussaoui), Université Libanaise (en arabe).

Cermoc, 1995, Guide des centres de recherche en sciences sociales au Liban 1975-1992, Beyrouth, Cermoc (Cahiers du Cermoc n˚ 11).

Favier Agnès, 1994, L’Institut des Sciences Sociales de l’Université Libanaise : histoire d’une institution à travers les archives et la mémoire de ses acteurs (1961-1975), Mémoire de DEA, Université d’Aix-en-Provence.

Issa Najib, 2012, Les diplômés et le marché du travail au Liban, communication au colloque Formation Qualification Métiers, Beyrouth, mai 2012 (voir contribution dans le présent volume).

Kabbanji Jacques, 2010, Rechercher au Liban : communautés scientifiques, chercheurs et innovation. État des lieux en sciences sociales, Beyrouth, Institut des Sciences Sociales, Université Libanaise.

Kabbanji Jacques, Ali Moussaoui, 2007, Rapport sur l’état de la recherche en sciences sociales au Liban, Beyrouth, IRD/Université Libanaise (Projet Estime).

Moussaoui Ali, 2013, « Al-jâmi`a al-lubnâniyya. Hukâmat al-tawâzunât al-siyâsiyya » [L’Université Libanaise. La gouvernance des équilibres politiques], Al-`Ulûm al-ijtimâ`iyya 16 (revue du Centre de recherches de l’Institut des Sciences Sociales de l’Université Libanaise), p. 17-122.

Moussaoui Ali, 2013, « Diplômés de l’Université et marché du travail (Le cas des diplômés de l’Institut des Sciences Sociales de l’Université libanaise) », Actes du Colloque Les diplômés de l’Institut des Sciences sociales et le marché du travail, Beyrouth, p. 60-137 (en arabe).

République Libanaise, 1997, Al-awdâ` al-ma`îshîyya li-l-usar fî `âm 1997 [Les conditions de vie des ménages pour l’année 1997], Beyrouth, Direction centrale des statistiques.

Notes

1 L’enquête a été réalisée entre mai 2000 et janvier 2001.

2 Durant la période 1961-62 à 1974-75, 2 737 diplômés sortent de l’Institut, dont 2 014 garçons et 725 filles : respectivement 74 % et 26 % du total.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search