Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Deuxième partie-Insertion professionnelle des diplômés, adaptation des formations

Introduction à la deuxième partie

Résumé

Cette seconde partie regroupe deux études traitant de l’insertion professionnelle de certaines catégories de diplômés sur le marché, en France et au Liban, auxquelles nous avons associé une note discutant les limites des projets de réforme de la formation professionnelle en Égypte. Les trois textes rendent compte de réflexions et d’expériences différentes, qui ont cependant en commun de s’interroger sur la relation entre formation et emploi et, directement ou indirectement, des conditions d’une bonne « insertion » des jeunes diplômés sur le marché du travail. Il nous a semblé qu’elles apportaient des éclairages susceptibles de se faire écho, tout en mettant en lumière les contrastes opposant chacun de ces contextes.

Texte intégral

1Cette seconde partie regroupe deux études traitant de l’insertion professionnelle de certaines catégories de diplômés sur le marché, en France et au Liban, auxquelles nous avons associé une note discutant les limites des projets de réforme de la formation professionnelle en Égypte.

  • 1 L’anglais n’a pas de mot strictement équivalent, et parlera plutôt d’« integration » (occupational (...)

2En France, les travaux sur l’insertion professionnelle des diplômés sont légion. Cette question constitue un des grands axes de travail du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), et la question centrale des enquêtes Génération. Pourtant, la notion même d’insertion n’est pas facile à définir, encore moins à traduire1. Claude Dubar (2001) montre comment elle a pris forme en France, dans les années 1970, à une époque où le passage de l’école à l’emploi commence à être problématique.

3Au Liban, un certain nombre de travaux interrogent la relation entre université et emploi (Matar 1998 ; Abdul-Reda 2003), l’entrée des jeunes dans la vie active, ou le devenir des diplômés (Kasparian 2003, 2009), tandis que Mona Amer (2009) parle de transition de l’école vers le travail.

4Les trois textes regroupés dans cette seconde section rendent compte de réflexions et d’expériences différentes, qui ont cependant en commun de s’interroger sur la relation entre formation et emploi et, directement ou indirectement, des conditions d’une bonne « insertion » sur le marché du travail des jeunes diplômés. Il nous a néanmoins semblé qu’elles apportaient des éclairages susceptibles de se faire écho, tout en mettant en lumière les contrastes opposant chacun de ces contextes.

5L’enquête dont Ali Moussaoui rend ici compte porte sur l’insertion sur le marché du travail, dans la longue durée, des diplômés de l’Institut des Sciences Sociales (ISS) de l’Université Libanaise (UL), depuis sa création au tournant des années 1960. Celles de l’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), présentées par Sylvie Vilter, suivent au contraire des cohortes de diplômés d’une année donnée, en s’intéressant aux parcours d’insertion des étudiants. Ni l’objectif, ni la méthode de ces deux types d’enquête ne sont les mêmes.

6L’enquête libanaise propose une analyse globalisante et vise à mettre en évidence le degré de correspondance entre un diplôme (sans s’attarder sur le contenu de la formation) et les débouchés sur le marché du travail des titulaires de ce diplôme, à repérer quel type d’emploi ils ont réussi à obtenir, à vérifier le rendement de l’investissement universitaire, du point de vue de la qualité de cet emploi et du niveau de rémunération. Portant sur l’ensemble des diplômés depuis la naissance de l’Institut, l’enquête permet aussi de mettre en évidence l’évolution de son public (avant, pendant et après la guerre civile) et du type d’emplois offerts.

7Les enquêtes de l’OVE traitent de données plus fines, recueillies tant à partir des données administratives fournies par l’Université, que grâce à des enquêtes par questionnaire spécifiques. Elles s’intéressent aux « parcours d’orientation » et au « devenir professionnel » des étudiants, à partir du suivi de cohortes ayant obtenu leur diplôme à une date donnée. Réalisées à intervalles, ces enquêtes permettent aussi de suivre l’évolution du marché et de faire des comparaisons entre filières et diplômes. L’objectif est de fournir une information aux lycéens et aux familles dans une perspective d’orientation, mais aussi d’aider les acteurs universitaires à ajuster le contenu de leurs formations. Ces enquêtes relativement lourdes bénéficient du soutien de l’Université, mais aussi de financements spécifiques du ministère de l’Enseignement supérieur.

8Malgré les différences d’objectif, donc de méthodologie, entre l’enquête libanaise et les enquêtes menées par l’OVE, il est intéressant de confronter certaines catégorisations, pour une part révélatrices de préoccupations – mais aussi d’une réalité – différentes. Ainsi de la mesure de l’emploi : les Français distinguent d’abord le statut des emplois, définis comme stables (CDI : Contrat à Durée Indéterminée), à durée limitée (CDD : Contrat à Durée Déterminée) et activités indépendantes ; puis les niveaux d’emplois : cadres, professions intermédiaires, ouvriers ; et enfin seulement privé/public (le public représentant un débouché réduit, concernant surtout les filières littéraires). L’enquête libanaise distingue d’abord secteur public, secteur privé, organisations non gouvernementales et organisations internationales ; puis au sein du secteur public, l’enseignement, et au sein du secteur privé, l’emploi salarié et l’activité indépendante. Cela s’explique par la nature particulière des débouchés des diplômés de sciences sociales, où l’enseignement occupe une part dominante, bien que décroissant avec le temps, tandis que pour les jeunes générations, l’emploi dans le secteur non gouvernemental et international tend à prendre la place de l’emploi public. Sur un autre plan, la distinction hommes-femmes ne semble pas pertinente (ou probablement trop faiblement) pour les enquêtes de l’UVSQ, puisqu’aucune distinction n’est faite dans les résultats analysés, alors que les différences semblent significatives pour les diplômés libanais de l’ISS, d’autant que la part des jeunes femmes est devenue de plus en plus écrasante avec le temps.

9On notera aussi que les salaires des diplômés en sciences sociales de l’UL sont globalement bas (il est vrai que l’importance de l’emploi dans l’enseignement primaire, signe d’un décalage majeur entre la formation et l’emploi, tire de toute évidence vers le bas). Mais il est remarquable que parmi les diplômés de master de l’université française, ceux d’histoire et de sociologie aient en moyenne un salaire proche du SMIC, et parfois même inférieur.

10La multiplication systématique de ce type d’enquête en France, grâce à la mise en place d’observatoires de la vie étudiante dans toutes les universités, est une source d’information précieuse et fournit une connaissance très fine et complète de la relation entre les formations offertes, les métiers vers lesquels ces formations peuvent déboucher et les compétences attendues ou demandées dans ces métiers. Les universitaires apprennent à conjuguer les approches en termes d’acquisition de compétences et de savoir-faire d’un côté, de savoirs et de culture de l’autre. Confrontée aujourd’hui aussi à ce type de débat, l’UL ne s’est pas encore dotée de moyens permettant d’affiner sa connaissance des parcours étudiants, alors même que les efforts de professionnalisation y sont réels. L’ISS pourrait jouer un rôle pionnier en la matière.

  • 2 Voir le compte-rendu d’une réunion à la faculté d’Économie et de Sciences politiques de l’Universit (...)

11L’université égyptienne semble encore loin de ce type de réflexion. Si l’on en croit quelques experts consultés à l’automne 20112, l’université publique est à peu près totalement déficiente en matière de formation professionnelle. Bien que la détention d’un titre universitaire continue de bénéficier d’un prestige non entamé, les jeunes diplômés savent qu’ils doivent se tourner vers les institutions privées pour acquérir une formation complémentaire leur permettant d’accéder à un emploi. Le résultat est la multiplication des établissements privés de formation, directement en lien avec le monde économique, tandis que les efforts de réforme peinent à se mettre en place. Mariannick Urvoy (ci-après) pointe les difficultés auxquelles sont confrontés les programmes mis en place grâce à des financements extérieurs. Là encore, il manque des enquêtes ciblées, qui permettraient de suivre le devenir des étudiants ayant suivi telle ou telle formation dans des organismes ou des programmes de formation professionnelle après un diplôme universitaire, et plus encore, de comprendre quelles stratégies ils mettent en œuvre, et quelles perspectives s’ouvrent à eux, de façon à améliorer la cohérence des projets développés par les organismes de coopération.

Bibliographie

Abdul-Reda Abourjeili Suzanne (éd.), 2003, Al-ta‘lîm al-‘âlî wa sûq al-‘amal fî Lubnân [L’enseignement supérieur et le marché de l’emploi au Liban], Beyrouth, Association Libanaise des Sciences de l’Éducation.

Amer Mona, 2009, « The Egyptian Youth Labor Market School to Work Transition, 1988-2006 », in Ragui Assaad, The Egyptian Labor Market Revisited, Le Caire, American University in Cairo Press, p. 177-218.

Arrighi Jean-Jacques (éd.), 2012, Quand l’école est finie... Premiers pas dans la vie active d’une génération, enquête 2010, Marseille, Céreq.

Borras Isabelle, Épiphane Dominique, Lemistre Philippe, Ryk Gaël (dir.), 2012, Étudier en licence : parcours et insertion, Marseille, Céreq (coll. Relief n˚ 36).

Dubar Claude, 2001, « La construction sociale de l’insertion professionnelle », Éducation et sociétés 7, p. 23-36. [En ligne] http://www.cairn.info/revue-education-et-societes-2001-1-page-23.htm

Kasparian Choghig, 2003, L’entrée des jeunes Libanais dans la vie active et l’émigration, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 3 vol. 

Kasparian Choghig, 2009, L’émigration des jeunes Libanais et leurs projets d’avenir, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2 vol. 

Lemistre Pierre, 2012, L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi, Marseille, Céreq (Net.Doc n˚ 91).

Matar Suhayl (préf.), 1998, Al-Jâmi‘a wa-l-‘ilm wa-l-‘amal [L’Université, la science et le travail], Zûq Musbâh, Publications de l'Université Notre-Dame de Louaizé (coll. al-sha’n al-‘âmm fî qadâyâ al-nâs [La chose publique et les problèmes des gens], Actes du onzième colloque).

Trottier Claude, Laforce Louise, Cloutier Renée, 1997, « Les représentations de l’insertion professionnelle chez les diplômés de l’université », Formation Emploi 58, p. 61-77.

Notes

1 L’anglais n’a pas de mot strictement équivalent, et parlera plutôt d’« integration » (occupational integration, ou labor market integration). L’arabe « idmâj mihanî », utilisé par les Algériens, semble un calque du français, mais n’est que rarement utilisé au Liban.

2 Voir le compte-rendu d’une réunion à la faculté d’Économie et de Sciences politiques de l’Université du Caire, avec Mona Amer (économiste et spécialiste de l’emploi), Mariannick Urvoy (consultante, experte sur les questions de formation professionnelle), May El-Batran (Higher Institute for Specific Studies), Ola El-Khawaga (professeur d’économie), Élisabeth Longuenesse (Institut français du Proche-Orient), le 26 septembre 2011.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search