Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Première partie-Diplômés et marché de l’emploi

L’insertion des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur sur le marché du travail égyptien

إدماج الخريجين الشباب من التعليم العالي في سوق العمل المصرية

Mona Amer

Résumé

Le marché du travail égyptien se caractérise par un taux de chômage élevé des jeunes. Celui-ci touche particulièrement les jeunes ayant un diplôme secondaire ou supérieur et sans expérience professionnelle. Le chômage traduit alors un problème d’insertion sur le marché du travail ou plus exactement une difficile transition de l’école vers l’emploi. Les femmes sont particulièrement touchées avec un taux de chômage de plus de trois fois supérieur à celui des hommes. Bien que le taux de chômage ait récemment diminué, et que les jeunes aient tendance à obtenir leur premier emploi plus rapidement, cette expérience professionnelle est de plus en plus souvent précaire. La baisse récente du taux d’activité féminin est particulièrement frappante. Elle est due à la défection du secteur public, traditionnellement principal employeur des femmes.
Cette difficile insertion des jeunes sur le marché du travail est le résultat de facteurs structurels : le poids démographique des jeunes et la forte pression des nouveaux entrants sur le marché du travail ; l’inadéquation entre le système éducatif égyptien et les besoins du marché du travail ; la fin de l’embauche dans le secteur public des diplômés du secondaire et du supérieur et l’incapacité du secteur privé formel à créer suffisamment d’emplois ; la faible participation des femmes et les barrières à l’entrée dans le secteur privé.

Texte intégral

1Le marché du travail égyptien se caractérise (comme pour la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient) par un taux de chômage élevé des jeunes. Celui-ci touche particulièrement les jeunes ayant un diplôme secondaire ou supérieur et sans expérience professionnelle. Le chômage traduit alors un problème d’insertion sur le marché du travail ou plus exactement une difficile transition de l’école vers l’emploi. Les femmes sont particulièrement touchées avec un taux de chômage de plus de trois fois supérieur à celui des hommes. Le taux de chômage a récemment fortement diminué. Mais bien que les jeunes aient tendance à obtenir leur premier emploi plus rapidement, cette expérience professionnelle est de plus en plus souvent précaire. La baisse récente du taux d’activité féminin est particulièrement frappante. Elle est due à la défection du secteur public, traditionnellement principal employeur des femmes.

Une difficile transition de l’école vers l’emploi

  • 1 Egypte Labor Market Panel Survey. Les données de l’enquête ELMPS 2012 devraient prochainement être (...)

2L’Égypte dispose d’excellentes données sur le marché du travail. En plus des enquêtes main d’œuvre par échantillon effectuées tous les ans, quatre enquêtes spécifiques sur l’emploi et représentatives au niveau national apportent des informations extrêmement riches, fiables, dynamiques et comparables. Il s’agit des données ELMS 1998, ELMPS 1998, ELMPS 2006 et ELMPS 20121. S’y ajoute l’enquête spécifique sur les jeunes de 2009 (Survey on the Youth Population of Egypt, SYPE 2009) qui comporte un module spécifique sur l’emploi.

  • 2 L’activité économique peut être définie de manière stricte ou large en fonction qu’elle inclut ou n (...)

3Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 29 ans varie entre 16,7 % et 22,7 % en 2009 en fonction des définitions de l’activité économique et du chômage utilisées2. Le chômage égyptien a trois caractéristiques majeures : il touche les jeunes ; il augmente avec le niveau éducatif ; les femmes sont particulièrement touchées.

4En premier lieu, le chômage touche essentiellement les jeunes à la sortie du système éducatif. En effet, plus de 80 % des chômeurs ont entre 15 et 24 ans, et sont à la recherche de leur premier emploi.

5En second lieu, le taux de chômage augmente avec le niveau éducatif. Comme le montre le graphique 1, le taux de chômage est très faible parmi les jeunes ayant un diplôme inférieur au secondaire ou un diplôme secondaire général (il varie entre 0 et 5 % en 2006). Par contre, il varie entre 10 et 38 % parmi les plus éduqués et atteint un maximum parmi les diplômés universitaires (23 % chez les hommes et 38 % chez les femmes en 2006).

Graphique 1 – Taux de chômage par sexe et niveau éducatif en 1998 et 2006, 15-29 ans (en %)

Graphique 1 – Taux de chômage par sexe et niveau éducatif en 1998 et 2006, 15-29 ans (en %)

Source : Estimations à partir des enquêtes ELMPS 1998 et ELMPS 2006

6Troisièmement, le taux de chômage féminin est deux à trois fois plus élevé que le taux de chômage masculin. En 2009 il est de 31,1 % parmi les femmes âgées de 15 à 29 ans, alors qu’il est de 12,5 % parmi les hommes de la même classe d’âge. Les écarts entre sexes restent élevés aux niveaux éducatifs élevés et en particulier parmi les diplômés du secondaire technique, comme le montre le graphique 1.

7Bien que le taux de chômage ait sensiblement baissé entre 1998 et 2006, il est très probable qu’il ait récemment progressé du fait du fort ralentissement économique depuis 2011. Il faut toutefois noter que le chômage n’est que la partie émergée de l’iceberg, dans la mesure où le sous-emploi est très répandu bien qu’il soit mal estimé et peu étudié.

8Le graphique 2 montre que les transitions de l’école vers l’emploi varient fortement selon le sexe. Alors que près de 50 % des hommes travaillent après la fin de leurs études, une minorité de femmes fait de même. Bien que la majorité des jeunes hommes obtient un emploi après la fin de leur scolarité, il s’agit souvent d’un emploi précaire (informel – c’est-à-dire sans contrat et/ou sans sécurité sociale, ou emploi familial non rémunéré). En effet, moins de 10 % des jeunes hommes obtiennent un emploi formel (avec contrat de travail écrit et sécurité sociale) dans les secteurs public et privé. Près de 35 % des hommes sont à la recherche d’un emploi ou sont inactifs (probablement exerçant le service militaire obligatoire). Quant aux femmes, près de la moitié d’entre elles ne cherchent pas à entrer sur le marché du travail après la fin de leurs études, et un peu moins de 20 % sont au chômage.

Graphique 2 – Premier statut d’emploi après les études selon le sexe en 1998 et 2006, 15-29 ans

Graphique 2 – Premier statut d’emploi après les études selon le sexe en 1998 et 2006, 15-29 ans

Source : Estimations à partir des enquêtes ELMPS 1998 et ELMPS 2006

Des facteurs structurels à l’origine de la difficile insertion des jeunes sur le marché du travail

9Cette difficile insertion des jeunes sur le marché du travail est le résultat de nombreux facteurs structurels : la pression démographique ; l’inadéquation entre le système éducatif égyptien et la demande du marché du travail ; l’incapacité du secteur privé formel à créer suffisamment d’emplois et les barrières à l’entrée pour les femmes dans ce même secteur.

Le poids démographique des jeunes et la forte pression des nouveaux entrants sur le marché du travail

10La population égyptienne est très jeune : les moins de 29 ans représentent plus de la moitié de la population. La proportion des jeunes de 15 à 24 ans (les plus touchés par le chômage et en âge de terminer leurs études et de s’insérer sur le marché du travail) représente un peu plus d’un cinquième de la population. Elle a régulièrement augmenté au cours des dernières décennies (passant de 19,5 % en 1988 à 22,2 % en 1998), mais s’est stabilisée depuis la fin des années 1990 (voir graphique 3). On estime par ailleurs que chaque année le marché du travail doit accueillir environ entre 600 000 et 700 000 nouveaux entrants. Bien que le nombre de nouveaux entrants devrait diminuer au cours des prochaines années, il reste très élevé et exerce une très forte pression sur le marché du travail.

Graphique 3 – Distribution de la population par groupe d’âge en 1988,
1998 et 2006, 15-29 ans (en %)

Graphique 3 – Distribution de la population par groupe d’âge en 1988, 1998 et 2006, 15-29 ans (en %)

Source : Estimations à partir des enquêtes ELMS 1988, ELMPS 1998 et ELMPS 2006 

L’inadéquation entre le système éducatif égyptien et les besoins du marché du travail

11Les progrès en termes d’accès à l’éducation sont très importants. Les taux de scolarisation ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. En 2008 ils atteignent près de 96 % au niveau primaire, 81 % au niveau préparatoire et 32 % au niveau tertiaire (niveau post-secondaire et universitaire). Cependant, les rendements de l’éducation en termes monétaires (salaire) et de qualité de l’emploi ont fortement diminué entre 1998 et 2006. En effet, la qualité des emplois est restée stable et n’a pas évolué dans le même sens que le niveau éducatif de la population active. Par ailleurs, l’employabilité des titulaires d’un diplôme post-secondaire ou universitaire est relativement limitée. Le système éducatif égyptien ne dispense pas les outils nécessaires pour acquérir les compétences requises par le marché du travail. Les deux tiers des étudiants sont spécialisés en sciences humaines et sociales, et acquièrent une formation théorique. Une enquête du BIT (2006) montre que près de la moitié des employeurs interrogés estiment que leurs jeunes travailleurs ont de faibles capacités à apprendre et manquent de formation pratique. Enfin, l’évolution de la croissance des emplois par catégorie professionnelle entre 2000 et 2007 montre un décalage entre les catégories d’emplois créés et les sorties du système éducatif. Les emplois ayant progressé le plus rapidement correspondent aux catégories artisans et ouvriers dans les secteurs de la construction, de l’agriculture et de l’industrie, opérateurs de machines, et dans une moindre mesure aux professions intermédiaires (enseignants dans le primaire et le pré-scolaire).

La fin de l’embauche dans le secteur public des diplômés du secondaire et du supérieur, et l’incapacité du secteur privé formel à créer suffisamment d’emplois

12À partir du début des années 2000, le secteur public a mis fin à l’embauche automatique des titulaires d’un diplôme secondaire ou supérieur et à la politique de garantie de l’emploi public mise en place dans les années 1960. Or le secteur privé formel n’a pas été capable de compenser la réduction d’emploi du secteur public. Comme le montre le graphique 4, l’évolution de la part des premiers emplois publics et des premiers emplois privés informels suit un mouvement inverse. La part des premiers emplois précaires/informels a en effet très fortement progressé : elle est passée de moins de 40 % en 1975 à 50 % en 2006 chez les hommes, et de moins de 20 % en 1975 à plus de 40 % en 2006 chez les femmes.

Graphique 4 – Répartition des premiers emplois par sexe et type d’emploi,
1975-2006

Graphique 4 – Répartition des premiers emplois par sexe et type d’emploi, 1975-2006

Source : Estimations à partir de l’enquête ELMPS 2006

13L’évolution récente du marché du travail en Égypte a montré que le taux de chômage des jeunes a très fortement diminué. En effet, il est passé de 25,6 % en 1998 à 16,7 % en 2009. Cependant, la baisse du chômage peut en partie être expliquée par le fait que les jeunes les plus diplômés ont renoncé non seulement à l’emploi public mais également à un emploi privé formel dont les opportunités sont limitées et acceptent plus facilement des emplois précaires.

La faible participation des femmes et les barrières à l’entrée dans le secteur privé

14Le taux d’activité féminin des 15 à 29 ans reste très faible (13,7 % en 2009). Contrairement aux hommes, la participation féminine est fortement liée à l’âge et au niveau éducatif. La plupart des jeunes hommes sont actifs à l’âge de 29 ans (taux d’emploi de 92 %). Le taux d’activité féminin quant à lui augmente avec l’âge mais atteint un maximum qui reste très bas (15 %) à l’âge de 24 ans puis cesse d’augmenter jusqu’à l’âge de 29 ans (correspondant aux transitions vers le mariage). Les femmes les plus éduquées sont également les plus actives. Le taux d’activité féminin des diplômées du supérieur atteint près de 50 % en 2009.

15Cependant, alors que le taux d’activité féminin a progressé entre 1988 et 1998, il a baissé entre 1998 et 2009, et plus particulièrement parmi les diplômées du secondaire technique, du post-secondaire et du supérieur. Par exemple, la participation des femmes de 15 à 29 ans ayant un diplôme secondaire technique est passé de 51 % en 1998 à seulement 18 % en 2009. De la même manière mais dans une moindre proportion, le taux d’activité des femmes ayant un diplôme universitaire a diminué, passant de près de 70 % en 1998 à près de 50 % en 2009. Cette baisse de l’activité féminine est directement liée à la réduction de l’embauche du secteur public (le principal employeur des femmes les plus éduquées). Les faibles opportunités d’emploi dans le secteur privé formel ont découragé une partie de ces femmes à s’insérer sur le marché du travail.

Bibliographie

Amer Mona, 2002, « Youth Labor Market Trajectories: A Comparison of the 1980s and 1990s », in Ragui Assaad (éd.), The Egyptian Labor Market in an Era of Reform, Le Caire, The American University in Cairo Press, p. 223-257.

Amer Mona, 2007, The Egyptian Youth Labor Market. School-to-Work Transition 1988-2006, Le Caire, Economic Research Forum (Working Paper n° 0702).

Amer Mona, 2011, « Les transitions incertaines de l’école à l’emploi », in Vincent Battesti et François Ireton (éd.), L’Égypte au Présent. Inventaire d’une société avant révolution, Paris, Actes Sud, Sindbad, p. 749-766.

Handoussa Heba (éd.), 2010, Egypt Human Development Report 2010. Youth in Egypt: Building our Future, UNDP, Institute of National Planning (Égypte).

Jaramillo Adriana, Mélonio Thomas (éd.), 2011, Enseignement supérieur au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : atteindre la viabilité financière tout en visant l’excellence. Agence française de développement, Banque mondiale, Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée.

The International Comparative Higher Education Finance and Accessibility Project (Ichefap), s.d. [v. 2009], « Higher Education Finance and Cost Sharing in Egypt », Higher Education Finance and Cost Sharing Country Profiles. [En ligne] http://gse.buffalo.edu/org/inthigheredfinance/files/Country_Profiles/Africa/Egypt. pdf

Notes

1 Egypte Labor Market Panel Survey. Les données de l’enquête ELMPS 2012 devraient prochainement être disponibles.

2 L’activité économique peut être définie de manière stricte ou large en fonction qu’elle inclut ou non les activités de subsistance. La définition du chômage peut parfois inclure les chômeurs découragés qui ne sont pas à la recherche active d’un emploi.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Taux de chômage par sexe et niveau éducatif en 1998 et 2006, 15-29 ans (en %)
Crédits Source : Estimations à partir des enquêtes ELMPS 1998 et ELMPS 2006
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 2 – Premier statut d’emploi après les études selon le sexe en 1998 et 2006, 15-29 ans
Crédits Source : Estimations à partir des enquêtes ELMPS 1998 et ELMPS 2006
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 3 – Distribution de la population par groupe d’âge en 1988, 1998 et 2006, 15-29 ans (en %)
Crédits Source : Estimations à partir des enquêtes ELMS 1988, ELMPS 1998 et ELMPS 2006 
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 4 – Répartition des premiers emplois par sexe et type d’emploi, 1975-2006
Crédits Source : Estimations à partir de l’enquête ELMPS 2006
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Faculté d’Économie et de Sciences Politiques, filière francophone, Université du Caire

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search