Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Première partie-Diplômés et marché de l’emploi

Les diplômés de l’enseignement supérieur au Liban et le marché du travail

خريجو التعليم العالي في لبنان وسوق العمل

Najib Issa
Traduction de Élisabeth Longuenesse

Résumé

Cette communication cherche à répondre aux deux questions suivantes : jusqu’à quel point l’enseignement supérieur répond-il aux besoins actuels du marché du travail local, quantitativement et qualitativement ? L’enseignement supérieur est-il en mesure de fournir une main d’œuvre capable d’être compétitive sur les marchés mondialisés, donc de répondre aux besoins à venir du marché local. L’analyse des contradictions du marché du travail permet de suggérer que le processus d’adaptation entre l’enseignement supérieur et les besoins du marché ne peut être qu’un processus dynamique dans le cadre d’une stratégie visant une restructuration de l’économie libanaise. Celle-ci devraient se faire sur des bases nouvelles, qui la feraient passer d’une économie de rente à une économie de la connaissance, fondée sur la mobilisation des ressources humaines locales (plutôt que leur exportation), parallèlement à une production locale diversifiée, assurant une plus-value élevée, compétitive tant sur le plan intérieur que sur le plan extérieur. La présentation se conclut sur quelques propositions concernant les conditions d’accès des étudiants à l’enseignement supérieur et les conditions de formation des étudiants répondant aux spécifications demandées sur le marché du travail.

Texte intégral

1Cette communication est structurée en trois parties. Dans la première partie, nous essayons de répondre à la question suivante : jusqu’à quel point l’enseignement supérieur répond-il aux besoins actuels du marché du travail local, quantitativement et qualitativement ? Dans la seconde partie, nous nous interrogeons sur la capacité de l’enseignement supérieur à fournir une main d’œuvre capable d’être compétitive sur les marchés mondialisés, donc de répondre aux besoins à venir du marché local. Dans la troisième partie, nous formulons quelques propositions susceptibles de permettre à l’enseignement supérieur de répondre aux besoins futurs de l’économie libanaise.

Premièrement : jusqu’à quel point l’enseignement supérieur au Liban répond-il aux besoins présents du marché du travail local, quantitativement et qualitativement ?

2Il est clair que le marché du travail des diplômés de l’enseignement supérieur au Liban souffre d’une crise aiguë. Cependant, loin d’être due à une pénurie de main d’œuvre qualifiée, quantitative ou qualitative, cette crise résulte bien au contraire d’un surnombre croissant de diplômés arrivant chaque année sur le marché du travail.

3D’un côté, il est remarquable que le marché du travail n’envoie pas de signes qui indiqueraient un besoin de spécialités ou de qualifications que l’enseignement supérieur ne fournirait pas : on n’observe en effet ni une augmentation inhabituelle des salaires dans certaines spécialités, ni une tendance à employer des non Libanais disposant de qualifications scientifiques ou de compétences professionnelles que l’on ne trouverait pas sur le marché libanais. En fait, parmi les étrangers travaillant au Liban, très peu ont des qualifications ou des compétences absentes parmi les Libanais. Il est vrai que les entreprises libanaises se sont mises à recourir à des étrangers diplômés et hautement qualifiés, mais uniquement en raison de leur coût moins élevé. D’un autre côté, les enquêtes de terrain qui ont pu être réalisées auprès des entreprises n’ont pas révélé de besoins en diplômés que les institutions d’enseignement supérieur au Liban ne seraient pas en mesure de fournir.

4Trois phénomènes révèlent que la crise est bien une crise de surplus :

1 – L’élévation évidente du niveau du chômage déclaré :

Le niveau de chômage des diplômés dépasse en effet le niveau moyen de chômage (11,1 % contre 9,2 %), et les chômeurs diplômés représentent 30 % de l’ensemble des chômeurs (en 2007).

2 – L’élévation du taux de l’émigration chez les diplômés :

Les chiffres disponibles sur les spécialisations des émigrés montrent que, dans les dernières années, 40 % d’entre eux ont un niveau universitaire. Cette proportion s’élève à 46 % chez les jeunes. 83 % des émigrés diplômés sont ingénieurs, diplômés de sciences exactes ou de sciences de la nature, d’informatique ou de gestion.

3 – Le développement du sous-emploi, difficile à mesurer, mais qui apparaît clairement sous différentes formes :

  • 1 Soit 3,5 médecins, 1,25 dentistes, 2 avocats pour 1 000 habitants (à titre de comparaison, en Franc (...)

En premier lieu, nombre de diplômés exercent des activités exigeant un niveau de qualification inférieur à celui qu’ils ont acquis (l’exemple le plus connu étant celui des diplômés universitaires travaillant comme chauffeurs de taxi). En second lieu, signalons le cas du chômage déguisé, représenté par le surnombre d’employés par rapport aux besoins dans certains secteurs : c’est le cas chez les médecins, les pharmaciens, les ingénieurs et les avocats. Ainsi, on trouve au Liban 32 000 ingénieurs, 14 000 médecins, 5 000 dentistes, 5 000 pharmaciens, 8 000 avocats, ceci dans un pays dont la population ne dépasse pas quatre millions1.

5Quelles sont les causes de cette crise dont souffre le marché du travail des diplômés du supérieur ? Dans quelle mesure le système de l’enseignement supérieur en est-il responsable ?

6Pour commencer, il faut signaler que les flux sortants de l’enseignement supérieur ont toujours été supérieurs aux besoins du marché du travail local, mais que les marchés extérieurs, et particulièrement les marchés arabes, absorbaient l’essentiel de ce surplus. Cette situation a commencé à changer dans les années quatre-vingt du siècle dernier quand l’enseignement supérieur s’est élargi à un rythme accéléré (par la multiplication des établissements et la similitude des filières) sans tenir compte de la demande du marché du travail. Du côté de cette demande, on remarque que les pays arabes concernés se sont mis eux aussi à créer des établissements d’enseignement supérieur qui ne différaient guère des nouveaux établissements d’enseignement supérieur au Liban, que ce soit du point de vue de la nature des spécialités ou du niveau de la formation. En ce qui concerne la demande locale de diplômés, une des causes de la crise est la saturation de la demande du marché dans les professions libérales (médecine, pharmacie, génie civil et architecture), ainsi que dans l’enseignement, à quoi s’ajoutent les sureffectifs dans la fonction publique. Mais la cause la plus importante de la crise du côté de la demande reste la faible capacité de l’économie libanaise à créer des emplois nouveaux. Ce qui renvoie au mode de croissance qui a prédominé après la guerre civile, qui ne reposait pas sur une restructuration des secteurs productifs adaptée aux nouvelles circonstances régionales et internationales découlant de la mondialisation, mais au contraire a laissé ces secteurs productifs devenir obsolètes et incapables de faire face à la concurrence intérieure et extérieure.

7À rebours de la faiblesse de la demande de diplômés, l’enseignement supérieur a continué, pour des considérations politiques, confessionnelles et commerciales, à croître rapidement (du point de vue du nombre d’établissements et du nombre de spécialisations, souvent similaires), dans un contexte d’absence totale de contrôle de l’État. Cet élargissement s’est produit au détriment de la qualité de l’enseignement et de la formation professionnelle (contenu des cursus, qualification du corps enseignant, activité de recherche scientifique, assistance à l’orientation des diplômés sur le marché du travail, équipements universitaires – bâtiments, laboratoires, bibliothèques, etc.). Ainsi, les diplômés les plus exposés au chômage, sous les deux formes du chômage réel et du chômage masqué, seront ceux qui, en général, choisissent des spécialités traditionnelles, et en particulier ceux qui sont issus des établissements d’enseignement supérieur dont le niveau de formation est faible.

8Mais la question qui se pose alors est : pourquoi un tel afflux d’étudiants dans l’enseignement supérieur, et surtout vers des spécialités traditionnelles, malgré la dégradation de leur situation sur le marché du travail ?

9De nombreuses raisons, souvent liées les unes aux autres, expliquent ce phénomène. Pour commencer, il y a l’accroissement du nombre de diplômés du secondaire général, lié à l’élévation de la proportion des filles, et à la baisse de la proportion des inscrits dans l’enseignement professionnel et technique, qui correspond aussi à la baisse des débouchés pour les diplômés du secondaire. En cela, l’engagement dans l’enseignement supérieur apparaît comme un moyen détourné de repousser le chômage. Ensuite, l’enseignement supérieur est devenu accessible à toutes les couches sociales ou presque, du fait de la création de branches de l’Université Libanaise (UL) dans les régions et des facilités qu’offrent les établissements d’enseignement supérieur privé en matière de paiement et de conditions d’inscription. On peut ajouter à cela une diversité de facteurs ayant à voir avec les inclinaisons personnelles et l’échelle des valeurs sociales dominantes.

10Il est clair que ces facteurs d’accroissement de la demande sociale pour l’enseignement supérieur devraient être traités par les politiques nationales publiques de l’enseignement. Mais c’est précisément ce qui manque au Liban.

Deuxièmement : jusqu’à quel point l’enseignement supérieur fournit-il une main d’œuvre capable d’être compétitive sur les marchés mondialisés ?

11Dans son volet économique – représenté par l’intensification et l’accélération des flux de marchandises, de capitaux, de personnes et d’informations à travers les frontières, résultant des transformations technologiques de grande envergure, surtout dans le domaine de l’informatique et des communications – la mondialisation a introduit des changements très importants sur le marché du travail : le déclin de certains métiers et l’apparition de nouveaux métiers d’un côté, l’émergence de nouveaux types de compétences professionnelles de l’autre. Cela a obligé l’enseignement supérieur à revoir ses structures traditionnelles pour que ses diplômes soient compétitifs sur les marchés mondialisés. Pour l’instant, une révision est en cours dans trois domaines principaux :

  • les programmes, et les services offerts par l’enseignement supérieur,

  • le contenu des cursus et les méthodes,

  • les relations institutionnelles entre l’enseignement supérieur et le monde du travail (le monde professionnel).

121 – Les programmes et l’offre de services :

La diversification des programmes et des services offerts par les établissements d’enseignement supérieur est une condition essentielle pour que ceux-ci s’adaptent aux exigences du marché du travail. Ceux-ci changent en effet à toute vitesse sous l’effet des découvertes scientifiques et technologiques comme des transformations dans les structures économiques et les relations de travail.

13Cette diversification prend à son tour trois directions principales :

  • la création de nouvelles filières,

  • la création de passerelles entre la formation scientifique et la formation professionnelle,

  • l’élargissement de l’offre de services des établissements d’enseignement supérieur

14a) La création de nouvelles filières en lien avec les nouveaux métiers émergents :

Dans ce domaine, les établissements d’enseignement supérieur au Liban suivent les développements du marché du travail local et extérieur, et s’efforcent de répondre à leurs besoins en matière de formations nouvelles en vue de pourvoir les nouveaux métiers. Ils ont en effet introduit au cours des dernières années de nombreuses filières de spécialisations nouvelles (surtout dans les domaines des sciences et des technologies de la communication et de l’information, des sciences touristiques, de l’environnement et de la gestion) et de nombreux instituts technologiques ont été créés.

15b) La création de passerelles entre la formation scientifique et la formation professionnelle :

Elle s’appuie sur des filières associant la formation scientifique de l’étudiant, en même temps que la formation pratique à une activité professionnelle. Les programmes qui se fondent le plus sur ce principe sont les programmes de formation continue, de formation en alternance, et les programmes de l’Université virtuelle.

Au Liban, on note que l’enseignement supérieur connaît un mouvement croissant de création de passerelles entre formation scientifique et formation professionnelle. Mais il faut aussi signaler ici que la formation en alternance reste bien moins importante que la formation continue.

En ce qui concerne la formation continue, il y a l’Institut des Sciences Appliquées et des instituts d’études supérieures dans quelques universités, qui offrent des programmes d’études spécialisées à des catégories particulières d’étudiants engagés sur le marché du travail, du type DESS ou MBA, dans une diversité de branches : en gestion, en information, en sciences de la santé...

Quant à l’enseignement à distance, il en est encore à ses débuts et se limite pour l’instant à une seule université.

16c) L’élargissement de l’offre de services des établissements d’enseignement supérieur :

Les services offerts par les établissements d’enseignement supérieur ne se limitent plus seulement à l’enseignement. Il leur est désormais demandé de créer des unités spécialisées dans l’orientation professionnelle des étudiants tout au long de leurs études, ainsi que des services d’assistance et de soutien dans la recherche d’emploi à la sortie de leurs études.

Au Liban, ce type de services est encore balbutiant. Les établissements qui ont des unités spécialisées dans l’orientation des étudiants sont rares. Notons tout de même qu’une évolution s’est dessinée au cours des dernières années, mais que le moteur principal en est quelques écoles secondaires et établissements économiques d’avant-garde. Cela prend la forme de l’organisation de rencontres et de foires pour faire la connaissance des métiers, de la publication de brochures pour expliquer les spécialisations. De même, rarissimes ou même inexistantes sont les unités spécialisées au sein des établissements d’enseignement supérieur qui font ce suivi de l’évolution des marchés du travail, en lien avec l’orientation de leurs diplômés. Les initiatives se limitent souvent à ce que font quelques associations de diplômés.

172 – Le contenu des cursus et les méthodes :

On attend de l’enseignement supérieur qu’il alimente le marché du travail en qualifications lui permettant de s’adapter à la diversité des situations rencontrées dans la vie professionnelle (changements du lieu du travail, de l’environnement du travail, du secteur d’activité…). Cela signifie que les diplômés de l’enseignement supérieur doivent associer la maîtrise de compétences spécialisées dans une diversité de domaines scientifiques, théoriques, techniques ainsi que des compétences sociales et personnelles qui les rendent capables d’explorer, d’analyser, d’innover, d’un côté, et de gérer, organiser, communiquer avec les autres dans une équipe de travail de l’autre. Pour cela, il est indispensable que le contenu des formations dans différentes spécialités offre à l’étudiant un ensemble de connaissances dont l’orientation professionnelle soit claire, évidente, ce qui signifie que les nouveaux programmes incluent, en plus des connaissances théoriques et technologiques de base nécessaires à toute spécialité, des connaissances acquises par le biais de stages que l’étudiant réalise à différentes étapes de ses études, dans des entreprises. Les programmes de formation doivent enfin inclure un troisième type de savoirs, susceptibles de renforcer les compétences professionnelles, gestionnaires, sociales, en sciences humaines et sociales, comme l’économie, la sociologie, la psychologie, les sciences de la communication, les langues, et aussi d’autres sciences que l’on peut qualifier de sciences de l’évaluation, de la gestion, de l’informatique et de la documentation.

18Or, en ce qui concerne le niveau de l’enseignement supérieur au Liban, on note que :

  • premièrement, à l’exception de quelques spécialisations en sciences appliquées, les connaissances acquises durant les stages pratiques en entreprise par l’étudiant sont très faibles ; dans les spécialisations « non appliquées », les quelques matières du programme ayant une dimension pratique sont souvent enseignées de façon théorique ou abstraite, et quand sont prévus des stages en entreprise, on se contente souvent de visites ou d’études sur le terrain et dans tous les cas, même s’il y a vraiment une période de stage, elle n’est pas prise en compte dans l’évaluation de l’étudiant (pour le passage d’une année sur l’autre ou pour le diplôme final) ; en plus, même dans les spécialisations appliquées, comme la médecine ou les sciences médicales, le génie ou les sciences de l’éducation, la formation théorique reste dominante dans les premières années d’études ;

  • deuxièmement, les éléments de connaissance générale des programmes d’enseignement supérieur susceptibles de consolider la formation professionnelle de l’étudiant en matière de compétences gestionnaires, sociales et personnelles restent insuffisants, quand ils ne sont pas totalement absents, à l’exception de quelques établissements suivant des cursus américains, ainsi que les matières de langues étrangères que l’on retrouve dans tous les programmes, mais avec des niveaux très variables d’un établissement à l’autre.

193 – La relation entre établissements d’enseignement supérieur et entreprises :

Il n’est plus possible aux établissements d’enseignement supérieur qui cherchent à faire de la formation professionnelle une composante essentielle du processus de formation des étudiants pour s’intégrer sur le marché du travail, de réaliser cet objectif sans lien avec le monde professionnel. Cela exige que soient tissés entre les deux parties des liens étroits et réguliers à tous les niveaux dans le cadre de mécanismes institutionnels clairs et définis (participation d’entreprises et d’organismes professionnels dans la gestion des établissements d’enseignement et la définition des programmes et des contenus, financement d’études et de recherches, participation de professionnels dans la formation, contribution des organismes d’enseignement supérieur dans la solution des problèmes scientifiques et techniques auxquels sont confrontés les entreprises, etc.).

20Au Liban, on remarque sur ce plan :

  • l’absence quasi totale des organismes professionnels et des entreprises dans les conseils d’administration de l’enseignement supérieur ou dans les organismes consultatifs ;

  • la faiblesse de la participation des organismes professionnels dans les décisions concernant la modernisation des programmes et des spécialisations nouvelles, l’élaboration des méthodes et la définition du contenu des enseignements ;

  • une participation notable mais partielle de professionnels et d’experts dans l’enseignement, dans les conférences, colloques et séminaires – l’objectif principal de cette participation n’étant pas la plupart du temps de présenter leur expérience pratique aux étudiants, mais seulement de pallier les insuffisances du corps enseignant ;

  • la rareté de la participation des entreprises et des organismes professionnels dans le financement des programmes de recherche réalisés par les établissements d’enseignement supérieur, et l’absence quasi totale de programmes de recherche conjoints.

21Cependant, il n’est plus exceptionnel que les établissements d’enseignement supérieur réalisent des études et des recherches sur la demande de parties extérieures, et d’entreprises en particulier, même si c’est encore rare. Enfin, on observe un accroissement de la participation conjointe d’établissements d’enseignement supérieur et d’entreprises à l’organisation d’expositions et de rencontres à l’occasion desquelles les premiers font connaître à leurs étudiants les besoins des secondes, tandis que celles-ci font connaissance avec les programmes proposés par les premiers à leurs étudiants.

Troisièmement : conclusion et propositions

22De ce survol rapide de la situation de l’enseignement supérieur au Liban dans sa relation avec les besoins actuels et futurs des marchés du travail, nous pouvons conclure que cette relation souffre principalement de deux types de problèmes :

  • le surplus relatif de diplômés qui sont la proie du chômage déclaré et masqué, alors même qu’une partie d’entre eux émigrent ;

  • l’incapacité des établissements d’enseignement supérieur, à des degrés divers, à fournir aux diplômés une formation professionnelle moderne complète qui les prépare à la compétition sur les marchés du travail mondialisés.

23L’origine de ce double problème est elle-même double :

  • d’un côté l’afflux trop grand vers les spécialités traditionnelles ;

  • de l’autre, les écarts énormes d’un établissement à l’autre du point de vue de la capacité à répondre aux nouvelles exigences de la formation professionnelle, certains étant capables d’offrir des formations adaptées, d’autres structurellement incapables de répondre aux nouvelles exigences.

24À partir de ce diagnostic, quelle orientation stratégique pouvons-nous proposer pour l’enseignement supérieur libanais ?

25Tout d’abord, celle-ci devrait être fondée sur deux principes, à savoir sur la nécessaire mise en œuvre de deux mécanismes :

  • un mécanisme permettant de limiter l’afflux dans les formations traditionnelles qui saturent le marché du travail, particulièrement le marché local ;

  • un autre visant à réduire les différences qualitatives entre établissements d’enseignement supérieur, de façon à ce que tous soient capables de répondre aux exigences de la formation professionnelle indispensable pour résister à la concurrence sur les marchés mondialisés.

26Une telle orientation semble correcte si l’on admet que le problème de l’ajustement entre le rendement de l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail provient de l’offre (i.e. de l’enseignement supérieur), c’est-à-dire si la question est de faire ajuster le rendement de l’enseignement supérieur au Liban à un marché du travail local de type moderne, exprimant un besoin en qualifications professionnelles nouvelles.

27Mais en fait, ce n’est pas de cela dont il s’agit. Nous avons déjà dit que le problème au Liban est aussi, est même précisément, du côté de la demande (de la croissance économique), que ce n’est donc pas seulement un problème conjoncturel, mais bien un problème structurel, dû à la permanence de structures de production périmées. De sorte que toute restructuration du système de l’enseignement supérieur qui ne prendrait pas en compte le problème de la demande, ne peut contribuer à adapter son rendement aux besoins du marché du travail, et ne fera que prolonger la crise dans les rangs des diplômés. À moins que l’objectif soit de former des diplômés pour les marchés extérieurs. Mais même dans ce cas, la non prise en compte de la demande locale ne peut pas non plus aider à former localement pour les marchés mondialisés dans de bonnes conditions. Car la restructuration nécessaire ne peut qu’être fondée sur le principe de la coopération avec les entreprises dans les différents domaines d’activité pour lesquels les établissements d’enseignement supérieur prétendent préparer les étudiants à la vie professionnelle et dans les différents services offerts dans ce but. Or les entreprises libanaises sont incapables, dans la situation actuelle, de faire cela comme elles le devraient.

28Bien sûr, l’incapacité à s’engager dans cette voie pour traiter le problème ne doit pas pousser à prendre la direction inverse, à savoir à se limiter à une adaptation aux seuls besoins présents du marché du travail local en matière de qualifications professionnelles. Cela signifierait en effet réduire par tous les moyens la demande sociale d’enseignement supérieur et réduire le nombre des étudiants s’engageant dans des études universitaires. Ce qui conduirait, dans un contexte où la situation économique libanaise ne bougerait pas, à une aggravation de la crise des débouchés de l’enseignement pré-universitaire, même dans le cas où la proportion de ceux qui s’engageraient dans l’enseignement technique et professionnel augmenterait.

29Ainsi, nous concluons que le processus d’adaptation entre enseignement supérieur et besoins du marché du travail ne peut être qu’un processus dynamique, dans le cadre d’une stratégie visant à restructurer l’économie libanaise sur des bases nouvelles, prenant en considération les transformations économiques, politiques et sociales apparues sur le plan local, régional et mondial. Cela signifie passer d’un mode de croissance fondé sur le financement extérieur d’une consommation locale élargie de produits échangeables au niveau international et importés, et de produits locaux non échangeables à l’international, vers un autre mode de croissance fondé sur la mobilisation des ressources humaines locales (plutôt que sur leur exportation) dans un tissu économique local diversifié générant une valeur ajoutée élevée et susceptible dans le même temps d’affronter la concurrence intérieure et extérieure. Cela signifie, dans les conditions de la concurrence internationale, que la production inclue des composants scientifiques et technologiques avancés. En d’autres termes, que l’économie libanaise se transforme d’une économie à caractère principalement rentier en économie de la connaissance. Parler d’économie de la connaissance ne signifie pas seulement que les technologies de la communication et de l’information y aient une part grandissante, mais que les savoirs avancés et la technologie moderne pénètrent l’ensemble des secteurs des biens et services.

30Dans ce cadre, on peut proposer les orientations suivantes pour l’enseignement supérieur :

1 – Mieux planifier l’accès des étudiants à l’enseignement supérieur :

  • élargir et renforcer l’enseignement professionnel et technique à l’étape pré-universitaire ;

  • créer des passerelles entre l’enseignement professionnel et technique pré-universitaire et l’enseignement universitaire professionnel et technique ;

  • créer un cadre institutionnel au niveau de l’enseignement secondaire pour l’orientation professionnelle des élèves ;

  • définir des conditions générales d’accès à l’enseignement supérieur et des conditions particulières pour accéder à l’enseignement spécialisé.

2 – Organiser la formation des étudiants de façon à répondre aux exigences du marché du travail :

31Ici, il doit être clair que ce qui est visé par « formation répondant aux exigences du marché du travail », c’est précisément l’inclusion dans le système de formation des trois éléments de la formation professionnelle moderne dont nous avons parlé précédemment (programmes et services annexes, contenu des cursus, relation avec les entreprises).

32À partir de là, les recommandations peuvent être regroupées en quatre groupes :

- Le premier groupe concerne la formation professionnelle et vise à : a) définir les spécifications pédagogiques pour chaque métier ; b) définir les spécifications professionnelles des spécialisations et des diplômes ; c) définir les spécifications de l’infrastructure matérielle, bâtiments et équipements, nécessaires.

- Le second groupe concerne plus particulièrement l’enseignement supérieur public, i.e. l’UL et les établissements d’enseignement qui lui sont liés. Il s’agit de : a) développer le cadre réglementaire et institutionnel qui permette de l’ouvrir sur le monde du travail ; b) renforcer les ressources financières ; c) soumettre l’inscription dans les disciplines théoriques à une orientation.

- Le troisième groupe concerne l’enseignement supérieur privé. Ici, il faut signaler d’abord que le renforcement du rôle des établissements de ce secteur en matière de formation professionnelle des diplômés dépend pour une large part de leurs ressources financières. À ce propos, la fragmentation de l’enseignement supérieur privé et la redondance des spécialités offertes apparaît comme l’un des obstacles les plus sérieux au développement de la formation professionnelle. Il faudrait donc : a) renforcer le contrôle de l’application des normes et des spécifications demandées par ces établissements ; b) les inciter à se regrouper ou à se spécialiser par le biais d’incitations financières.

- Le quatrième groupe de recommandations concerne l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur et a à voir avec certains problèmes auxquels sont confrontés ces établissements dans le processus de développement de la formation professionnelle, que l’on peut résoudre dans un cadre institutionnel collectif. Il est suggéré de : a) créer un cadre institutionnel unifié qui permette de combiner les efforts des trois parties : l’État, les établissements d’enseignement supérieur, les entreprises, dont l’objectif serait de fournir aux entreprises les informations nécessaires sur la situation de l’enseignement supérieur, et de fournir aux établissements d’enseignement supérieur les informations nécessaires sur les développements du marché du travail local et extérieur, et qui fournirait en même temps les services d’appui pour l’insertion des diplômés sur le marché du travail (production d’études et de publications périodiques, banques de données…) ; b) créer un cadre institutionnel unifié qui organise les relations entre les établissements d’enseignement supérieur au Liban et l’extérieur, et qui coordonne et harmonise les efforts surtout pour la recherche d’aides techniques et de financements d’études et de recherches ; c) créer un cadre institutionnel unifié pour tirer profit des capacités et des compétences des Libanais de l’étranger (entrepreneurs et professionnels) et les mobiliser pour soutenir et renforcer la formation professionnelle dans les établissements d’enseignement supérieur au Liban ; d) créer un cadre institutionnel unifié qui coordonne les efforts des différents établissements d’enseignement supérieur au Liban dans le domaine de la recherche-développement et contribue à la financer ; le Conseil national de la recherche scientifique constitue le cadre institutionnel adéquat pour cela – mais cet aspect de l’activité de l’enseignement supérieur devrait être l’objet d’une attention particulière du fait de ce qu’il peut apporter pour la renaissance des secteurs productifs.

33Tout cela exige une volonté politique forte, et un effort de coordination entre ministères et organismes publics et privés d’enseignement et de formation.

Bibliographie

AUPELF-UREF, 1999, Les assises francophones de l’enseignement supérieur technologique et professionnel : Pour un développement de la professionnalisation au sein de l’enseignement supérieur, Document de travail n° 3-98, Agence Universitaire de la Francophonie.

Issa Najib, 1999, « La Formation supérieure technologique et professionnelle au Liban », contribution présentée à la conférence régionale organisée par l’AUPELF sur La formation supérieure technique et professionnelle dans le Monde Arabe, Rabat, 12-15 mars (non publié).

Issa Najib, 2000, « L’enseignement supérieur et le marché du travail au Liban », Beyrouth, UN-ESCWA, ILO (non publié).

Kasparian Choghig, 2009, L’émigration des jeunes libanais et leurs projets d’avenir, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2 vols.

Notes

1 Soit 3,5 médecins, 1,25 dentistes, 2 avocats pour 1 000 habitants (à titre de comparaison, en France, 3,6 médecins, 0,7 dentistes et 0,7 avocats pour 1 000 habitants en 2007) (NdT).

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search