Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l’emploi et information sur les métiers

 | 
Élisabeth Longuenesse

Première partie-Diplômés et marché de l’emploi

Introduction à la première partie

Résumé

Les deux textes de cette première partie interrogent la relation des diplômés au marché du travail et font le même diagnostic d’entrée de jeu : un taux de chômage très élevé chez les jeunes, qui touche particulièrement les diplômés et les jeunes femmes. La corrélation entre ces trois dimensions (jeunes, diplômés, femmes) apparaît de manière claire : le niveau d’éducation ayant fortement et régulièrement progressé depuis deux ou trois décennies, les jeunes sont plus éduqués que les vieux. Cette progression a été encore plus rapide pour les femmes, de sorte que leur entrée progressive sur le marché du travail se heurte de plus en plus à la hausse du chômage et les touche en priorité. Certes, la première question à se poser est celle de la définition du chômage, souvent problématique. En outre, si Liban et Égypte sont difficilement comparables, l’absence de données statistiques solides dans le premier cas rend toute comparaison particulièrement difficile. Mais les différences sont aussi de caractère structurel et renvoient à l’histoire des systèmes économiques et des politiques publiques.

Texte intégral

1Les deux textes de cette première partie interrogent la relation des diplômés au marché du travail et font le même diagnostic d’entrée de jeu : un taux de chômage très élevé chez les jeunes, qui touche particulièrement les diplômés et les jeunes femmes. La corrélation entre ces trois dimensions (jeunes, diplômés, femmes) apparaît claire : le niveau d’éducation ayant fortement et régulièrement progressé depuis deux ou trois décennies, les jeunes sont plus éduqués que les vieux. Cette progression a été encore plus rapide pour les femmes, de sorte que leur entrée progressive sur le marché du travail se heurte de plus en plus à la hausse du chômage qui les touche en priorité. Plus loin, dans la seconde partie, ce n’est pas autre chose que dit Ali Moussaoui à propos du cas particulier des diplômés de l’Institut des Sciences Sociales (ISS) de l’Université Libanaise (UL).

2Comment affronter ce défi ? Si le problème est structurel, il renvoie aux politiques économiques et aux politiques de développement ; s’il est lié à l’inadaptation des formations au marché, quel est le rôle respectif de l’État, des acteurs universitaires, des entreprises ?

3En Égypte, dans les années 1990, les diplômés de niveau intermédiaire étaient les plus touchés, les titulaires de diplômes universitaires de haut niveau apparaissant moins vulnérables (Fargues 2000) : signe que c’est bien l’élévation du niveau global qui, se poursuivant à rythme rapide, a déplacé le curseur du chômage vers le haut. Ce sont toujours les nouveaux entrants sur le marché du travail qui se heurtent à un problème désormais structurel. L’élévation moyenne de leur niveau de diplôme ne les protège pas.

4Mais que mesure le « chômage » ? La définition internationale généralement adoptée considère comme chômeur toute personne à la recherche d’un emploi n’ayant pas travaillé dans la semaine qui précède l’enquête (Nahhas 2007). Une telle définition déplace la question vers celle du travail : Mona Amer remarque que cela peut inclure ou non les activités dites « de subsistance ». La signification du chômage est aussi largement subjective : un chômeur qui a pu réaliser quelques maigres gains en donnant un coup de main à un artisan ou un commerçant, en remplaçant quelques heures un chauffeur de taxi, en revendant quelques marchandises, considérera-t-il qu’il a travaillé ? On sait que les statistiques du chômage varient considérablement d’une enquête à l’autre, selon ce qu’elles prennent en compte, selon la définition choisie et le mode de recueil de l’information. Le poids du secteur informel, qui permet d’accéder plus facilement à des emplois non déclarés, tend à réduire le chômage « réel », si l’on se base sur une définition stricte. Si l’on admet que l’emploi formel croît avec le niveau d’éducation, on comprend facilement que cela puisse tirer vers le haut les chiffres du chômage des diplômés. À l’inverse, l’émigration contribue à les faire baisser, dans une proportion par définition difficile à évaluer.

5Il reste que ce type de discussion tourne court en l’absence de données statistiques solides. L’Égypte est, de ce point de vue, grande productrice de riches enquêtes statistiques, qui facilitent la tâche du chercheur, à la différence du Liban. La donnée de base massive est donc en Égypte celle du chômage des jeunes : 80 % des chômeurs ont entre 15 et 24 ans. Si la part des femmes dans la population active reste faible (guère plus du quart du total, un tiers des femmes étant actives, contre deux tiers des hommes), elles sont deux fois plus touchées par le chômage. À cela il faut ajouter le sous-emploi (emploi à temps partiel, irrégulier). Enfin, le plus frappant est le poids de l’emploi dit « informel », particulièrement élevé pour les hommes, et le travail familial non rémunéré, plus élevé pour les femmes. Najib Issa ne dispose pas de chiffres équivalents pour le Liban. Ils sont sans doute beaucoup moins élevés. Il ne faudrait néanmoins pas sous-estimer l’importance des emplois non déclarés, y compris pour les plus diplômés.

6Quelle est la responsabilité du système éducatif, et plus particulièrement de l’enseignement supérieur, dans cette situation ? Les deux auteurs reconnaissent son inadaptation face à l’évolution du marché du travail. Pour Mona Amer, cela se traduit par le « faible rendement » de l’éducation en termes monétaires et en termes de qualité de l’emploi, au sens où, à niveau scolaire donné, les possibilités d’emploi tendent à se dégrader. Mais ce phénomène de déclassement relatif qui accompagne l’élévation du niveau de scolarisation est observé dans des contextes bien différents. Bourdieu l’a analysé pour la France dès 1978, et de nombreux travaux ultérieurs ont montré la persistance du mécanisme, sous des formes renouvelées qui se traduisent aussi par une élévation du niveau de diplôme exigé pour un emploi donné (par ex. Forgeot, Gautié 1997 ; Fournié, Guitton 2008).

7Pourtant, pour Najib Issa, on ne peut dire que l’enseignement supérieur ne fournisse pas la main d’œuvre diplômée dont le marché a besoin : si c’était le cas, ne devrait-on pas, nous dit-il, observer une élévation du niveau des salaires dans les spécialités déficitaires ? Or, le marché n’envoie aucun signal de ce type, qui stimulerait l’investissement des étudiants dans ces spécialités ou attirerait des étrangers diplômés. Il est vrai que l’argument pourrait être renversé, et que la faiblesse des salaires peut aussi signaler une faible reconnaissance des titres universitaires par les entreprises. En tout état de cause, on ne sait pas grand chose de la gestion de leurs ressources humaines par les entreprises, des formations qu’elles offrent à leurs employés et cadres. Il y a là un défi à relever pour la recherche sociologique au Liban.

8En Égypte (comme en Syrie), la fin de l’emploi automatique des diplômés par l’État, particulièrement ceux des filières techniques, est une des causes de l’accroissement du chômage (pour la Syrie, voir Huitfeld, Kabbani 2007). Ce rétrécissement de l’emploi public aurait dû être compensé par un accroissement de la demande dans le secteur privé formel. Sans surprise, cela n’a pas été le cas : la logique du recrutement par les entreprises privées est bien différente de celle qui préside à l’emploi public. Du coup, c’est le secteur informel qui joue le rôle de secteur d’ajustement, particulièrement pour les femmes. Cela signifie la fin de la stabilité de l’emploi, un accroissement de la précarité, l’absence de protection sociale, avec une pression sur le marché de l’emploi aggravée par l’ouverture des marchés, et pour le Liban le recours croissant à une main d’œuvre étrangère sous-payée, tout au moins pour les emplois les moins qualifiés.

9Le diagnostic de Mona Amer est particulièrement alarmant concernant les femmes : non seulement le taux de chômage augmente, mais en amont, c’est le taux d’activité global des femmes qui recule, alors qu’il avait précédemment connu une progression régulière. En d’autres termes, nombre de femmes renoncent d’emblée à chercher un emploi. De fait, elles sont les premières victimes de l’effondrement du secteur public, qui était le principal employeur des diplômés. Notons qu’on peut s’attendre à un phénomène analogue pour les femmes syriennes dans les années à venir.

10Que peut le système éducatif pour lutter contre une telle dégradation de la situation ? Quels mécanismes, quelles mesures peuvent enrayer cette tendance ? Quel doit être le rôle des politiques publiques ? Des acteurs privés ?

11L’utilité des études macro du type de celles qui ont été présentées, en introduction à ce colloque, est de rappeler la dimension structurelle des problèmes de l’emploi. Leur limite est cependant qu’elles ne permettent pas de saisir finement les dynamiques à l’œuvre, les stratégies des acteurs, la façon dont s’articulent et se conjuguent leurs actions et leurs choix. Il manque aussi des études par secteur ou par branche d’activité, qui permettraient de mettre en évidence le poids de la structure de l’économie dans les atouts et les défaillances de l’emploi. Mais surtout, des travaux sociologiques ou anthropologiques, au plus près des pratiques et des stratégies des acteurs, des trajectoires des individus, sont nécessaires pour comprendre la façon dont ceux-ci, dirigeants d’entreprises, responsables de formation, étudiants, travailleurs en emploi ou futurs actifs, évaluent les possibles, se saisissent d’une opportunité, construisent des programmes, définissent une politique de recrutement et de formation, interagissent (ou non) les uns avec les autres. Si la formation n’est pas la solution miracle au chômage, elle n’en joue pas moins un rôle important dans l’évolution des dynamiques de l’emploi. La question de l’information dont disposent les uns et les autres est centrale pour comprendre les prises de décision et les choix opérés. Qui peut et doit produire quelle information ? Comment ? Comment cette information est-elle diffusée, mobilisée, interprétée par quels acteurs ? Ce sont les questions qui étaient posées dans la suite du colloque, en confrontant l’expérience française, riche en la matière, à celle du Liban et de quelques pays voisins, et aux interrogations des uns et des autres.

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 1978, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la Recherche en Sciences Sociales 24, p. 2-22. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1978_ num_24_1_2613

Fargues Philippe, 2000, Générations arabes. L’alchimie du nombre, Paris, Fayard.

Forgeot Gérard, Gautié Jérôme, 1997, « Insertion professionnelle des jeunes et processus de déclassement », Économie et statistique 304-305, p. 53-74. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1997_ num_304_1_2556

Fournié Dominique, Guitton Christophe, 2008, « Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômées : vers une modification des normes de qualification », Bref (Céreq) 252.

Huitfeld Henrik, Kabbani Nader, 2007, Returns to Education and the Transition from School to Work in Syria, Beyrouth, American University of Beirut, Institute of Financial Economics (Lecture and Working Paper Series No.1/2007).

Nahhas Charbel, 2007, « La population active », Le Commerce du Levant 5571, p. 28-35.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search