Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Esclaves et affranchis trahis par leur nom dans les arts de l’Islam médieval1

Yūsuf Rāġib

Texte intégral

  • 1 En premier, je n’oublie pas Juan A. Souto, disparu en 2011, et María Antonia Martínez Núñez : sans (...)
  • 2 Sur cette catégorie d’esclaves, voir Rāġib 2006, p. 30 § 76.
  • 3 Rāġib 2006, p. 29 § 71-72.Les étrangers étaient couramment débaptisés dans les marchés, Rāġib 2006, (...)
  • 4 Ayalon 1977, p. 274-280 ; Schimmel 1989, p. 70-71 ; Sublet 1991, p. 43-44.
  • 5 Lam takun al-kunā li-šay’ min al-umam illā li l-‘arab wa-hiya min mafāḫirihā… wa-l-takniya i‘ẓām, s (...)
  • 6 Wa-ammā al-takniya fa-takrima bayna l-nās, Zamaḫšarī, vol. ii, p. 356 ; Schimmel 1989, p. 4.
  • 7 Sublet 1991, p. 9, 43 ; Rāġib 1996, p. 7.
  • 8 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. xxiii, p. 1 ; Ṣafadī, vol. xxvii, p. 97, 100 ; Kutubī, vol. iv, p. 20 (...)
  • 9 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. iii, p. 71-72 ; xviii, p. 336, 342 ; Ibn ‘Asākir, vol. lvii, p. 133-1 (...)

1L’esclave ne portait souvent en terre d’Islam au Moyen âge qu’un seul nom (ism). Choisi par le maître, s’il était né au pays (muwallad)2 ou par le maquignon, s’il était importé (maǧlūb)3, il ne révèle guère sa condition, sauf s’il désigne un parfum (‘Anbar, Ṣandal et Kāfūr), une pierre précieuse (Ǧawhar, Fayrūz et Yāqūt) ou une perle (Lu’lu’)4. Ce nom unique n’était généralement pas assorti d’une kunya : cet honneur propre aux Arabes5 était en principe dévolu aux hommes de condition libre que le droit romain appelle ingénus. Aussi la majorité des maîtres ne devait honorer leurs esclaves de cette marque verbale de respect dans la société6 qu’à leur affranchissement7 : ainsi le futur calife al-Mahdī décerna au poète Nuṣayb la kunya d’Abū l-Ḥaǧnā’ en lui offrant la liberté, sa belle esclave Ǧa‘fara pour épouse, un domaine et deux mille dirhams8 ; de même, son fils, Hārūn al-Rašīd accorda au chanteur Muḫāriq la kunya d’Abū l-Muhanna’ pour la beauté du chant qui lui avait tiré les larmes ainsi que la faveur de sa clientèle et cent mille dirhams9.

  • 10 Celles du scribe de Nessana Abū Sa‘īd en 54/674 et 57/677, Kraemer 1958, p. 180-181, n° 60, p. 194, (...)
  • 11 Abū l-Faḍl, Van Berchem 1888, p. 468 ; RCEA (Répertoire chronologique épigraphique arabe), ix, p. 6 (...)
  • 12 Abū l-Fatḥ, Melikian-chirvani 1979a, p. 27-28 ; et Abū Naṣr al-Naqqāš, Melikian-Chirvani 1977, p. 3 (...)
  • 13 Abū Ḫālid à Samarra, Herzfeld 1925, p. 84, n° 183 ; Islamische Keramik 1973, p. 35, n° 23 ; Abū Naṣ (...)
  • 14 ‘Īsā Abū Dirham l’architecte de Diyār Bakr, RCEA, ix, p. 226-227, n°s 3523, 3524 et 3525 ; Gabriel (...)
  • 15 Abū Lu’lu’a Fayrūz al-Nahāwandī qui ôta la vie au second calife, Ṭabarī, vol. i, p. 2632, 2722-2725 (...)
  • 16 Ǧāḥiẓ, vol. iii, p. 28 ; Dagorn 1981, p. 41-42 ; Sublet 1991, p. 64-65.

2Néanmoins, malgré ces restrictions, maints esclaves dont certains avaient peut-être obtenu la liberté portaient, pour diverses raisons, une kunya, comme en témoignent nombre de signatures en Orient, dès le temps des Omeyyades10. Généralement de prestige, elle tenait souvent lieu de nom, notamment à divers architectes11, bronziers12 et potiers13. Mais parfois elle lui était associée : elle pouvait alors le suivre14 comme le précéder15. Bien qu’il revînt au maître seul de leur conférer cet honneur, la vanité conduisait les impudents à s’en arroger indûment une. S’ils en étaient jugés indignes, ils étaient publiquement accablés de reproches et même écrasés de railleries, tel ce pauvre gardien qui refusait obstinément d’abandonner la noble kunya d’Abū Ḫuzayma pour en prendre une conforme à sa condition et sa rusticité16.

  • 17 Comme en témoigne Abū l-Ṯanā’ l’architecte qui travailla dans la mosquée de l’Olivier (al-Zaytūna) (...)

3Cette coutume d’Orient ne pénétra toutefois que faiblement en Occident : si elle apparaît en Ifrīqiya17, elle ne semble pas avoir gagné l’Andalus où les esclaves furent apparemment privés de cet honneur verbal, comme l’attestent d’innombrables signatures recueillies sur le marbre, l’ivoire, la céramique et le bronze.

  • 18 Rāġib 2006, p. 29 § 70.
  • 19 Comme en témoigne la généalogie de Muḫāriq reproduite par Abū l-Faraǧ al-Iṣbahāni, vol. xviii, p. 3 (...)

4Enfin, à la différence de l’ingénu, le nom de l’esclave ou la kunya qui le remplaçait n’était généralement pas accompagné du nom de son père placé derrière le mot ibn, non seulement pour l’étranger importé, capturé par des combattants en guerre ou des pirates en mer dont la filiation était couramment inconnue, mais également pour le natif du pays, fût-il engendré par l’époux de sa mère : même dans les actes de vente, le notaire passait sous silence son nom paternel, comme s’il était fils d’un inconnu, mais le rattachait quelquefois par la naissance à sa mère18. La filiation servile, même légitime, n’étant pas toujours reconnue, le terme ibn lui était souvent interdit19.

  • 20 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahāni, vol. xviii, p. 336, 338 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Tadmurī, an. 231-240, p. 357 (...)

5Toutefois, certains esclaves nés au pays étaient susceptibles de mentionner le nom de celui qui leur avait transmis sa servitude en les procréant. Bien que cette coutume remonte à des temps reculés, elle n’est que tardivement attestée dans les sources narratives : le chanteur Muḫāriq (m. en 231/845-846) était fils d’un boucher de condition servile de Kūfa, Yaḥyā, et peut-être petit-fils de Nāwūs dont le nom qui signifie caveau passait toutefois pour le sobriquet de son père20.

  • 21 Martínez 1995, p. 116 ; Souto 2001, p. 292.
  • 22 Seul le début a survécu : al-ǧamī‘ ‘abīd. La fin qui devait comporter amīr al-mu’minīn est perdue, (...)
  • 23 Martínez 1995, p. 123 ; Souto 2001, p. 285.

6Cette coutume passa d’Orient en Occident. Ses premiers témoignages apparaissent en Andalus dès la fondation du califat omeyyade. Dans le salon de ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir au palais d’al-Zahrā’, trois signatures gravées en 343/954-955 révèlent quatre marbriers de condition servile dont le nom est suivi du nom de leur père. Dans la première, Muḥammad b. Sa‘d et deux artisans sans filiation se qualifient d’« esclaves du commandeur des croyants » (‘abīd amīr al-mu’minīn)21. Dans la seconde, la même expression désigne deux autres, Ġālib b. Sa‘d et Sa‘īd b. Fatḥ22. Enfin, dans la dernière, Badr b. Aḥmad déclare être « son esclave » (‘abdihi)23 sans toutefois nommer son maître le calife.

  • 24 Dans le Musée de Navarre de Pampelune. Son nom fut d’abord lu Numayr, Lévi-Provençal 1931, p. 189, (...)
  • 25 À la cathédrale de Braga (Portugal). Son nom perdu fut d’abord rétabli Numayr, Lévi-Provençal 1931, (...)
  • 26 À l’Islamisches Museum de Berlin. L’inscription seulement connue par la traduction d’une transcript (...)

7Quelques décennies plus tard, trois inscriptions mentionnent le nom paternel de deux esclaves désignés sous le terme précis de mamlūk qui remplirent la même fonction élevée : fatā kabīr. Le premier, Zuhayr b. Muḥammad al-‘Āmirī, appartenait au chambellan Sayf al-dawla ‘Abd al-Malik b. al-Manṣūr qui lui confia la direction de deux précieux ivoires : un coffret en 395/1004-100524 et probablement une pyxide vers la même date25. Le second, Ḫalaf b. al-Maṭar ( ?) surveilla pour son maître, Hišām al-Mu’ayyad, la sculpture d’une vasque de marbre apparemment établie dans la cour de la mosquée de Tolède26. Sa date est toutefois incertaine : elle pourrait remonter aux cinq années de son premier règne : 366/976-370/981, aussi bien qu’aux quatre de son dernier : 400/1010-403/1013.

  • 27 Jadis au monastère de Santo Domingo de Silos, à présent au Musée archéologique provincial de Burgos (...)

8Après la chute des Omeyyades, quelques esclaves continuèrent de mentionner le nom de leur père après leur nom, comme l’ivoirier de Cuenca, Muḥammad b. Zayyān : dans la signature d’un coffret achevé en 417/1026, il se qualifie de ‘abd d’un souverain dont le nom a disparu27.

  • 28 Aḥmad b. Mālik ġulām de Ṣārim al-dīn Qaymāz al-Naǧmī, Sharon 1999, p. 238.
  • 29 Ayalon 1975, p. 210-212.
  • 30 Tels Ḥasan b. Taškur et Malīḥa b. Aylam dans leur contrat de mariage en 744/1342, Abd ar-Raziq 1970 (...)

9Enfin, des esclaves dont le nom paternel suit leur nom sont tardivement attestés en Orient : à la fin du vie/xiie siècle dans la Palestine ayyoubide28, puis dans l’Empire mamelouk où la coutume devait se répandre parmi les mamelouks29, si leur père était toutefois connu, comme parmi d’humbles serviteurs souvent nés et nourris dans le palais d’émirs30.

  • 31 Comme Šāḏbaḫt ‘atīq d’al-Malik al-‘Ādil, RCEA, ix, p. 189, n° 3467 ; Sanǧar ‘atīq d’Alṭūnbā (m. ver (...)
  • 32 Cette coutume remonte à l’aube de l’Islam, comme l’atteste le graffiti de Zuhayr mawlā Ibnat Šayba (...)
  • 33 Muḫāriq demanda à Hārūn al-Rašīd de l’honorer de sa clientèle (tušarrifunī bi-walā’ika) en lui acco (...)
  • 34 Comme le considère le droit musulman, Brunschvig, p. 31.

10Mais à la sortie de la servitude par manumission ou rachat, l’affranchi gagnait une identité nouvelle : il pouvait désormais joindre le nom qui l’avait longtemps désigné à celui de son bienfaiteur, comme les ingénus à celui de leur père, par deux termes qui remplaçaient ibn : ‘atīq31 et mawlā32, s’il avait toutefois obtenu l’insigne honneur de clientèle33. Le maître était, en effet, susceptible de lui refuser la faveur de ce lien assimilé à la parenté naturelle34 : ne pouvant être rattaché à sa famille, il perdait le droit d’emprunter son titre, son surnom honorifique et sa nisba pour former la sienne.

  • 35 Pratique courante chez les Mamelouks, Ayalon 1975, p. 210-211.
  • 36 L’initiale de son nom ne porte aucun point diacritique dans la signature des deux astrolabes qui on (...)
  • 37 Comme le désigne un manuscrit anonyme, GAS, vol. vi, p. 278, 288.
  • 38 King 1995, p. 81.

11Toutefois, certains affranchis généralement importés préféraient dissimuler leur ancienne condition, plutôt que de la rappeler par le statut pourtant honorifique de clients : ils plaçaient alors le nom fictif d’un père musulman, ‘Abd Allāh (serviteur de Dieu) après le leur35, au lieu du nom réel de leur ancien père qui devait rester, malgré le temps, gravé dans leur mémoire, si toutefois ils n’avaient été réduits en esclavage dans la première enfance. Cette filiation inventée à la faveur d’une liberté fraîchement acquise leur permettait d’occulter une origine servile susceptible d’attiser les avanies et desservir leur ascension. En outre, elle offrait l’avantage de passer à jamais l’éponge sur le monde des infidèles. Mais leur ancien nom ne sombrait pas fatalement dans l’oubli : le facteur d’astrolabes Busṭūlus/Basṭūlus (altération d’Apostolos)36 conserva le sien après son passage de la servitude à la liberté, malgré la conversion qui l’avait autorisé à prendre le nom du Prophète qu’il donna peut-être également à son père qui n’avait jamais dû abjurer le christianisme37, s’il ne fut toutefois appelé ‘Abd Allāh, comme couramment les pères d’affranchis38.

  • 39 Notamment certains facteurs d’instruments astronomiques de l’ère moderne dont l’identification devi (...)

12Cette distinction onomastique entre esclaves et ingénus longtemps vivace en terre d’Islam s’estompe toutefois au fil du temps, en particulier depuis l’époque mamelouke : maints hommes de condition libre prirent coutume de bannir leur filiation de leur signature pour la réduire généralement à leur nom, quelquefois à leur kunya, comme les fils d’inconnus39.

  • 40 Quelques ingénus signent parfois d’un seul nom : les deux lapicides, ‘Abd al-Raḥmān b. Abū Ḥaramī e (...)
  • 41 Al-Baṣrī, al-Išbīlī, al-Kūfī, al-Ma‘arrī, al-Makkī et al-Miṣrī.
  • 42 Al-Ḫurāsānī.
  • 43 Al-Rūmī.
  • 44 Al-Bāhilī.
  • 45 Al-bannā’, al-maṯṯāl, al-naqqāš et al-raḫḫām.
  • 46 Al-naṣrānī.
  • 47 Les deux lectures sont possibles, Ibn Mākūlā, vol. v, p. 277-279.
  • 48 Sur les noms courants d’esclaves, voir Souto 2001, p. 283.

13Aussi dans l’Orient musulman, surtout dans le monde arabe, jusqu’à l’avènement des Mamelouks, soit grossièrement la moitié du viie/xiiie siècle, mais longtemps plus tard en Occident, spécialement en Andalus, à quelques exceptions près, pour diverses raisons qui demeurent énigmatiques40, toute signature qui ne comporte qu’un nom ou une kunya, fût-elle accompagnée d’un nom, trahit généralement une servitude présente ou passée, même si l’un ou l’autre est suivi d’une nisba. Cet élément qui rappelle l’origine géographique de l’esclave ou de l’affranchi, le plus souvent la ville où il avait longtemps vécu avant de changer d’horizon41, mais quelquefois la province42 ou le pays étranger dont il provenait s’il avait été capturé ou simplement importé43, sa tribu ou celle de son patron, s’il avait obtenu la faveur de la clientèle44, son métier45 ou sa religion46, ne peut suppléer sa filiation. Elle s’avère, en effet, indispensable pour l’identifier, spécialement au sein du palais ou de l’atelier, où certains noms, comme Aflaḥ, Badr, Faraǧ, Fatḥ, Ḫafīf, Mubārak, Naṣr, Rašīq, Sa‘āda, Sa‘d et Ṭarīf ou Ẓarīf47, étaient répandus parmi les hommes privés de leur liberté et ceux qui l’avaient obtenu par affranchissement ou rachat48.

  • 49 Terme que se donnent Yāsmīn sur un bol exhumé à Madīnat al-Zahrā’, Ocaña 1970, p. 35 ; Cano 1996, p (...)
  • 50 Comme l’attestent nombre de signatures : Ḫafīf ġulām de ‘Alī b. ‘Īsā, Mayer 1956b, p. 54 ; Busṭūlus (...)
  • 51 Un seul lapicide se désigne sous ce terme en 537/1142-1143 : Kīn (?) Ǧādan Pādišāh fatā d’Abū ‘Alī, (...)
  • 52 Il ne fut que tardivement réservé aux blancs, comme ‘abd aux noirs, Rāġib 2006, p. 24.
  • 53 Seul un étranger, l’architecte Qusṭa, l’a mis après ‘amal vers 550/1155 sur une voûte du château de (...)
  • 54 Ibn Ḥanbal, vol. ii, p. 316, 423, 444, 463, 484, 491, 496, 508 ; Buḫārī, vol. ii, p. 124, 125/ii, p (...)
  • 55 Ocaña 1945, p. 156 ; Ocaña 1970, p. 32 ; Martínez 1995, p. 114, 115, 116 ; Souto 1999, p. 292 ; Sou (...)
  • 56 Amador 1880, p. 229, n° 67, p. 345-346 ; RCEA, iv, p. 184-185, n° 1562, p. 198, n° 1584, p. 199, n° (...)
  • 57 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Martínez 1995, p. 143 ; Blair 1998, p. 101 ; Souto 2001, p. 285 ; Sout (...)
  • 58 Le mot désigne parfois les ingénus : ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad commandant (qā’id) et ‘abd de ‘Abd (...)
  • 59 Au Musée de l’Histoire des Sciences de Florence, RCEA, vii, p. 208-209, n° 2727.
  • 60 À l’Osservatorio Astronomico de Rome, RCEA, ix, p. 50-51, n° 3273 (rectifier 563 en 463).
  • 61 Il désigne le cadi Sirāǧ al-dīn Abū l–Ṯurayyā dans une inscription perdue, RCEA, viii, p. 175-176, (...)
  • 62 Elles ouvrent couramment par ces mots : al-mamlūk yuqabbil al-arḍ wa-yunhī.
  • 63 Ainsi Yāqūt débute sa lettre rédigée en 617/1220 à Mossoul : le mamlūk Yāqūt b. ‘Abd Allāh al-Ḥamaw (...)

14Par dignité et pudeur, l’esclave ne signale que rarement sa servitude dans une signature. S’il est contraint de s’humilier par une déclaration aussi avilissante, la langue lui offrait quelques termes. Si l’immense majorité des femmes devaient pencher pour ǧāriya49, les hommes préféraient ġulām50 pour son ambiguïté : il désigne, en effet, les enfants, les adolescents et les apprentis, les serviteurs qui jouissent de la liberté aussi bien que ceux qui l’ont perdu par naissance dans l’esclavage ou capture à la guerre, fussent-ils courbés sous le poids du temps, comme s’ils demeuraient jeunes à vie. Bien qu’aussi vague, son équivalent fatā semble curieusement moins courant51. Enfin, l’humiliant mamlūk qui fut longtemps donné aux noirs autant qu’aux blancs avant de dénommer seulement les derniers52 fut apparemment évité53. Quant à ‘abd et ama, leur cruelle précision les rendait si dégradants que le Prophète adjurait les maîtres de les bannir pour adopter des mots vagues et doubles : fatā et ġulām au masculin, fatāt et ǧāriya au féminin54. En clair, ils devaient dire : « mon serviteur, mon garçon, ma servante, ma fille », mais jamais « mon esclave » pour ne pas lui infliger ce terme de mépris et lui témoigner quelque respect. Aussi les artisans de condition servile ne se qualifiaient de ‘abd dans une signature que s’ils en tiraient gloire, comme une poignée de marbriers de Madīnat al-Zahrā’, Cordoue et Grenade : leur nom est tantôt suivi de l’expression « esclaves du commandeur des croyants » (‘abīd amīr al-mu’minīn)55 dont le prestige devait rejaillir sur eux et tantôt des mots « son esclave » (‘abduhi/‘abdihi)56, où le pronom affixe désigne le calife qui n’est couramment pas nommé. Cette dernière formule est reprise dans la signature du coffret d’argent de la cathédrale de Gérone « œuvre de Badr et Ṭarīf ou Ẓarīf ‘abdihi » peut-être imposée par le maître à l’esclave57. Mais la servilité conduisait parfois les ingénus à se donner ce terme ambigu qui dénomme indifféremment esclaves et serviteurs58, comme en témoigne l’inscription d’une sphère céleste achevée à Valence en 473/1080 ou 478/1085 où Ibrāhīm b. Sa‘īd al-Sahlī al-Wazzān se qualifie de ‘abd du vizir qui en avait passé commande59, malgré sa condition libre : dans la signature d’un astrolabe en 463/1071, sa filiation remonte à son grand-père, Aṣbaġ60. Une humilité sincère ou simulée poussait également quelques ingénus à se désigner sous le terme de mamlūk qui devint double au fil de temps61, couramment dans les requêtes où ils déclaraient d’emblée baiser la terre devant le destinataire62, plus rarement dans les lettres63. Ils nourrissaient le même espoir : être écoutés, sinon exaucés. En somme, les esclaves éludaient les termes avilissants : ‘abd et mamlūk, alors que les hommes libres se prévalaient de leur ambiguïté pour gagner la faveur des grands, s’ils ne l’avaient encore acquise.

  • 64 Ainsi Mayer ignore la servitude trahie par d’innombrables signatures patiemment recueillies. Pourta (...)
  • 65 Comme ce terme désigne les apprentis des facteurs d’astrolabes dans Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 284-28 (...)
  • 66 Mayer 1959, p. 54.
  • 67 Ghouchani 1986, p. 268, n° 124.
  • 68 RCEA, i, p. 292, n° 376 ; ii, p. 4, n° 405, p. 184-185, n° 663, p. 238-239, n° 741 ; iii, p. 21, n° (...)
  • 69 Blair 1998, p. 101.

15Si l’on examine les signatures des secrétaires dans les papyrus, des architectes dans les monuments et des artisans sur les objets en Orient jusqu’à l’avènement des Mamelouks, en Occident plus tardivement jusqu’à la fin du Moyen âge, aussi bien que les listes d’éminents calligraphes, copistes du Coran ou facteurs d’astrolabes rassemblées par Ibn al-Nadīm dans divers passages disséminés du Fihrist, force est de constater que leur nom souvent privé de filiation trahit un esclave ou un affranchi. Ce fait rarement soupçonné jusqu’à nos jours64 a fatalement engendré une interprétation erronée des termes doubles qui les désignent parfois dans les inscriptions et les sources littéraires : ainsi ġulām est couramment rendu par apprenti65, disciple66 ou employé67, alors que la condition servile n’offre l’ombre d’une incertitude. De même, fatā68 et ‘abd69 sont souvent traduits par serviteur, même si l’absence de filiation trahit l’esclavage. Le rassemblement de ces signatures disséminées dans le monde permettra de mettre en lumière le rôle capital de la servitude en terre d’Islam qui demeure plongé dans l’ombre, malgré le progrès souvent illusoire de l’histoire de l’Islam.

  • 70 Rāġib 1996, p. 13.
  • 71 Ibid., p. 8-9.
  • 72 Ibid., p. 13-14.
  • 73 Ibid, p. 14.
  • 74 Harvey 1966, p. 623.
  • 75 Lafaye, p. 1232 ; Schmidt 1973, p. 74-75.
  • 76 Rāġib 1996, p. 16.

16Dès le premier siècle de l’hégire, le travail servile apparaît étroitement lié à l’écriture. Dans les chancelleries de Palestine et d’Égypte, aussi bien que dans divers bureaux omeyyades et abbassides, la rédaction et la copie des documents officiels étaient couramment assurées par des esclaves d’État : de quarante-sept signatures relevées dans les papyrus entre 54/674 et 168/784, quarante (soit près de 86 %) furent tracées par des scribes privés d’une filiation permettant de les identifier, sept seulement par des ingénus, soit moins d’un sur six70. En clair, dans les services publics, œuvraient des esclaves auprès de salariés libres, les uns écrivant l’arabe, les autres le grec dont la réforme de ‘Abd al-Malik fut loin de provoquer le soudain abandon71. L’importance de leur nombre suggère que la fonction de secrétaire n’attirait guère les lettrés arabes de condition servile qui la jugeaient sans doute servile, si la méfiance du pouvoir ne les en écartait : ils étaient, en effet, susceptibles de trahir les secrets qui leur étaient confiés72. Mais comme les besoins grandirent avec le territoire, ces besognes subalternes furent dévolues à des esclaves acquis dans leur jeune âge et formés par des maîtres. Certains devaient être recrutés sur les marchés, comme d’autres tirés des batailles lors des conquêtes, puis réservés au service de l’État. On les confiait alors à des maîtres qui s’engageaient à les éduquer par des cours particuliers ou collectifs dispensés dans des écoles spécialisées. Ainsi l’esclavage public se développa par achat ou capture à la guerre73, suivant une pratique qui remonte à la nuit des temps : Athènes recourut jadis à une main d’œuvre servile pour la conservation des archives74, comme Rome pour les ateliers de copie75. Mais au courant du iiie/ixe siècle, des hommes libres accédèrent aux fonctions jusqu’alors couramment remplies par des esclaves publics : aussi l’écriture soignée de maints documents officiels fut désormais condamnée à dégénérer en gribouillis, sauf dans les chancelleries où des scribes calligraphiaient toujours les actes majeurs76.

  • 77 Rāġib 1993, p. 752 ; Rāġib 1996, p. 16.
  • 78 Ainsi l’historien al-Wāqidī (m. en 207/823) avait deux esclaves qui lui copiaient jour et nuit les (...)
  • 79 Pedersen 1984, p. 46.
  • 80 Ibn Durayd (m. en 321/933) dicta sa Ǧamhara à son esclave Ta‘allam, Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 61. Le (...)
  • 81 Balāḏurī, vol. vi B, p. 158-159 ; Ṭabarī, vol. ii, p. 1470.
  • 82 Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 7/i, p. 12 (la traduction comporte une addition : a slave of Ibn Qayyūmā).

17Mais si l’État cessa de recruter ces esclaves qualifiés pour les besognes de bureau, les particuliers continuèrent de les acquérir pour leur usage privé : ils furent même si longtemps prisés que les maquignons maculaient d’encre les vêtements et les doigts d’illettrés offerts en vente pour gruger des clients naïfs qui prenaient ces taches pour des signes extérieurs de la profession de scribe77. Si certains étaient destinés à servir de secrétaire, d’autres étaient voués à des tâches ardues qui décourageaient souvent les ingénus : transcription des manuscrits78, parfois dans des ateliers spécialisés où les copistes utilisaient des esclaves de bibliothèques79, rédaction d’ouvrages recueillis des lèvres du maître, lors de dictées infinies80 et même enseignement de l’écriture, suivant une coutume qui remonte aux Omeyyades : Ziyād b. ‘Ubayd Allāh al-Ḥāriṯī demanda en 105/723-724 au gouverneur de l’Iraq, Ḫālid al-Qasrī, de lui acheter un esclave pour lui servir de maître et guider sa main à former les caractères qu’il savait seulement suivre des yeux et identifier. Grâce à son assiduité à l’étude, il parvint, au bout d’une quinzaine, à rédiger et lire ce qu’il voulait : il méritait désormais le gouvernement de Rayy qui lui fut accordé81. De même, l’eunuque Šuqayr ou Suqayr devint dans une période indéterminée le maître (mu’addib) de son maître, al-Qāsim b. al-Manṣūr82.

  • 83 Vol. i, p. 7/i, p. 11-13.
  • 84 Al-Ḍaḥḥāk b. ‘Aǧlān, Isḥāq b. Ḥammād, Ibrāhīm b. al-Muḥassin ou al-Mušaǧǧir, ‘Amr b. Mas‘ada, Aḥmad (...)
  • 85 Nul n’a soupçonné sa servitude, comme Huart 1908, p. 72 ; puis Abbott 1939, p. 31, 33, 38.

18Comme dans l’écriture, les asservis jouèrent un rôle prépondérant dans la calligraphie. Des dix-huit artistes qui marquèrent son aube et dont Ibn al-Nadīm83 évoque le souvenir, neuf, soit la moitié, sont par leur filiation des ingénus84. Trois sont spécifiés comme de condition servile par les termes qui les dénomment : une femme (ǧāriya), Ṯanā’, qui servit de secrétaire (kātiba) à son maître, Ibn Fayyūmā ou Qayyūmā et deux eunuques (ḫādim), Šuqayr ou Suqayr et Sulaym, dont l’un appartenait à al-Qāsim b. al-Manṣūr et le second à Ǧa‘far b. Yaḥyā dont il fut le secrétaire (kātib). Un quatrième, ‘Abd al-Ǧabbār, devait provenir de Byzance, comme le révèle sa nisba : al-Rūmī. Un cinquième pourrait également être un esclave : Quṭba85, le premier calligraphe de la période omeyyade. Si le nom de son père était connu, Ibn al-Nadīm, le seul à l’évoquer, n’aurait pas manqué de le mentionner. Quant aux quatre derniers, Yūsuf le secrétaire (al-kātib) dit Laqwa al-Šāṭir ou al-Šā‘ir, al-Ša‘rānī, al-Abraš et Aḥmad al-Kalbī secrétaire d’al-Ma’mūn, leur appellation est trop vague pour déterminer leur condition. Enfin, dans la liste des copistes du Coran (kuttāb al-maṣāḥif) dressée par Ibn al-Nadīm, l’absence de filiation de nombre d’entre eux semble également trahir la servitude : les uns ne sont, en effet, désignés que sous sous une kunya, tels Abū ‘Aqīl ou ‘Uqayl, Abū l-Faraǧ, Abū Ḥudayy ou Ǧudayy et Abū Ḥumayra ou Ḫamīra, et les autres sous un nom suivi d’une nisba indiquant leur ville d’origine, comme Ḫašnām al-Baṣrī et Mahdī al-Kūfī qui vécurent sous le califat de Hārūn al-Rašīd et Šarāšīr al-Miṣrī que l’auteur du Fihrist avait eu l’occasion de voir.

  • 86 Ibn al-Aṯīr, vol. xii, p. 405 ; Yāqūt, vol. vii, p. 268 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, an. 611-620, p. 392, n° 5 (...)
  • 87 Ibn al-Fuwaṭī, p. 500 ; Ibn al-Ṣuqā‘ī, p. 175/203, n° 291 ; Ibn Kaṯīr, vol. xiv, p. 6 ; Kutubī, vol (...)

19Dans l’art de l’écriture, les esclaves durent longtemps œuvrer dans l’ombre, notamment dans la transcription du Livre saint, même s’il est impossible de le prouver : les Corans restèrent des siècles durant anonymes, par l’humilité et la piété des copistes qui s’abstenaient de joindre leur nom aux versets divins pour échapper également au blâme soulevé par une signature dont la vanité risquait d’offenser. Cependant, quelques maîtres d’origine servile devaient tardivement gagner un immense renom, comme les deux fameux Yāqūt : le premier, al-Malikī al-Mawṣilī (m. en 618/1221-1222), fut la propriété du sultan salǧūkide, Malikšāh86 ; et le second, al-Musta‘ṣimī (m. en 698/1298-1299), avait longtemps appartenu au dernier calife abbasside de Bagdad87. Tous deux sortirent finalement de l’esclavage : par leur talent et leur zèle, ils méritèrent la faveur de la liberté, s’ils ne l’avaient rachetée par le fruit de leur art.

  • 88 Abū Ibrāhīm b. Aflaḥ qui signa une dalle commémorant la restauration d’un minaret en 472/1079, Amad (...)
  • 89 Burhān dans une épitaphe en 608/1212, RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.
  • 90 Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid al-Naysābūrī qui rédigea en 332/944 une invocation à présent à l’Eretz Is (...)
  • 91 Maktūm b. Yazīd qui grava vers 550/1155 le texte de construction d’un monument de Ḥisbān au sud d’A (...)
  • 92 Aḥmad dont le nom figure sur une stèle en 436/1044, Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; RCEA, vii, (...)
  • 93 ‘Umar dans l’inscription de la mosquée en 635/1237-1238, Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933 (...)
  • 94 ‘Atīq qui signa une pierre en 497/1104, Zbiss 1960, p. 107, n° 4.

20Comme l’écriture tracée en un seul temps sur support souple, l’élaboration des inscriptions en plusieurs temps par trois stades graphiques (préparation faite sur la pierre, dessin des lettres et des ornements, puis gravure au ciseau), semble avoir été longtemps jugée indigne des ingénus. Aussi les lapicides furent en majorité de condition servile, d’Orient en Occident. Mais comme cette activité épisodique ne permettait guère de nourrir son homme, la majorité d’entre eux ne devait travailler que par intermittence au gré des commandes : ils exerçaient d’ordinaire un métier manuel qu’une poignée a pris soin d’indiquer. Ainsi un lapicide de Séville était marbrier (raḫḫām)88, un deuxième du Turkestan graveur (naqqāš)89, un troisième de Palestine forgeron (ḥaddād)90, un quatrième du même pays menuisier (naǧǧār)91 et deux constructeurs ou maçons que l’on désignait indifféremment sous les mêmes termes : le premier se qualifie à Cordoue de bannā’92 et le second à Palmyre de mi‘mār93. Enfin, le septième fut un intellectuel : ce maître d’école (mu’addib) de condition servile qui grava une stèle de Monastir94.

  • 95 Maqrīzī, ii, p. 146, en recopia le texte d’une monographie perdue d’al-Quḍā‘ī. Il figure dans RCEA, (...)
  • 96 Isḥāq b. Ibrāhīm, Wiet 1942, p. 153-154, n° 4523 ; Rāġib 2001, p. 338 ; et Aḥmad b. Hārūn qui sculp (...)
  • 97 RCEA, ii, p. 97, n° 537 ; Rāġib 2001, p. 339.
  • 98 Sa servitude ayant échappé à Schneider 1986, p. 95-97, elle énumère d’autres hypothèses sur son ori (...)
  • 99 Schneider 1986, p. 2-3, 107-108.
  • 100 Sur les signatures, voir Schneider 1986, p. 9-10.
  • 101 RCEA, vii, p. 131-132, n° 2609 ; Rāġib 2001, p. 339.
  • 102 RCEA, x, p. 220-221, n° 3923.

21Le premier esclave lapicide apparaît en Égypte dès le temps des Omeyyades dans une inscription dont seule une transcription tardive a survécu95. Écrite en 69/688 par un certain ‘Abd al-Raḥmān privé de filiation et, partant, d’identité, elle commémorait la fondation d’un pont sur le canal reliant la capitale à la mer Rouge, sur ordre du gouverneur ‘Abd al-‘Azīz b. Marwān. Le métier resta, des siècles durant, essentiellement servile dans la vallée du Nil, comme en témoigne la majorité des épitaphes signées du Caire et d’Assouan que le hasard a sauvé de la disparition. Des six lapicides qui incisèrent leur nom dans la pierre, deux sont des ingénus96 et quatre des esclaves. Le premier, Masrūr, grava une stèle dépourvue de date que l’écriture permet d’attribuer à la fin du iie/viiie siècle97. Du second, le fameux Mubārak al-Makkī qui devait provenir de la ville sainte98, subsistent quatre épitaphes s’échelonnant de 243/857 à 246/86199, où il a préféré omettre son nom dans deux pour n’y graver que sa nisba. Il devait non seulement écrire les inscriptions, autrement dit, en tracer les lettres et peut-être même en rédiger le texte, comme l’atteste le verbe kataba qu’il emploie dans deux stèles, mais également les inciser et en sculpter le décor : dans deux signatures, il utilise, en effet, le mot ‘amal qui devait englober l’ensemble du travail100. Le troisième, Ḥusayn, grava son nom au haut de son œuvre (‘amal) : une épitaphe du ve/xe siècle101. Enfin, le dernier, Sulaymān, signa la colonne funéraire dressée sur la tombe d’al-Faḫr al-Fārisī (m. en 622/1225)102.

  • 103 Aḥmad b. Muḥammad qui sculpta en 545/1150 une stèle de marbre provenant de Yazd à présent au Metrop (...)
  • 104 Dans cette pierre qui appartenait à E. Sassoon, un nom incertain fut déchiffré : Kīn (?) Ǧādan Pādi (...)
  • 105 Brunschvig, p. 29.
  • 106 RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.
  • 107 RCEA, x, p. 113, n° 3760, p. 116-117, n° 3765.
  • 108 L’inscription d’un mašhad de Salamiyya par ‘Alī b. Ǧa‘far probablement au iiie/ixe ou au ive/xe siè (...)
  • 109 Épitaphe inédite. Communication de S. Ory.
  • 110 Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933, p. 65-66, n° 58 ; RCEA, xi, p. 94, n° 4144 ; Mayer 1956 (...)
  • 111 Amitai-Preis 1995 ; Sharon 1999, p. 77-78. La lecture de Van Berchem 1888, p. 466, reprise dans RCE (...)
  • 112 Ibn ‘Abbās al-Muqayyar qui signa une stèle en 323/935, Schneider 1983, vol. i, p. 78, 188-189, n° 6 (...)
  • 113 Son nom figure sur deux stèles jumelles sculptées en 450/1058, Schneider 1983, vol. i, p. 78, p. 29 (...)

22Comme en Égypte, le métier de lapicide semble avoir été couramment exercé par des esclaves ou des affranchis dans le restant de l’Orient. Des rares signatures qui ont traversé le temps, sept sculptées du ive/xe au viie/xiiie siècle dans diverses régions attestent ou suggèrent une condition servile. Des deux qui travaillèrent en Perse, l’un est un ingénu103, mais l’autre apparemment un esclave : dans une stèle de grès rédigée en 537/1142-1143, il dit être le fatā d’Abū ‘Alī lui-même fatā d’Ibn ‘Alī Tabrīzī104. Comme son nom partiellement effacé et la kunya de son maître sont privés de filiation, le terme devait désigner un artisan de condition servile plutôt qu’un apprenti. En somme, il serait l’esclave d’un esclave, suivant la coutume immémoriale qui autorisait les hommes privés de leur liberté de posséder des serviteurs de même condition dont ils pouvaient disposer librement et recueillir les fruits de leur travail105. Le troisième devait résider au Turkestan : Burhān qui écrivit en 608/1212 une épitaphe106. Le quatrième provenait de Qayṣariyya : Naǧm al-dīn Yuwāš al-Qayṣarīwī qui sculpta en 612/1215 deux inscriptions de Sinope107. Des sept pierres signées de Syrie, quatre furent rédigées par des ingénus108, les trois autres par des esclaves : une stèle de Buṣrā par Muḥammad en 561/1165-1166109, un texte de construction de Palmyre en 635/1237-1238 par ‘Umar l’architecte (al-mi‘mār)110 et une inscription du château de Bāniyās gravée en 674/1275 sur le dessin (bi-rasm) de Yūsuf111. Enfin, de trois lapicides dont la signature fut relevée sur des stèles à Dahlak, deux étaient de condition libre112 et le troisième Muḥammad, de condition servile113. Mais ils habitaient peut-être La Mekke où l’archipel lointain commandait parfois les pierres funéraires.

  • 114 Miles 1948, p. 237 ; Grohmann 1962, p. 56-57. Le nom de son père pourrait être toutefois Ǧabbāb, Ḫa (...)
  • 115 Al-Rāšid 1421/2000, p. 69, 70, 71.
  • 116 Ibid., p. 153-154.
  • 117 ‘Abd al-Raḥmān dans trois pierres, RCEA, x, p. 79-80, n° 3714 (= Schneider 1983, vol. i, p. 405-406 (...)
  • 118 Schneider 1983, vol. i, p. 78, 379, n° 221.
  • 119 RCEA, ix, p. 53, n° 3277 ; Wiet 1971, p. 43. Schneider 1983, vol. i, p. 382-383, n° 223, l’attribue (...)
  • 120 RCEA, ix, p. 112-113, n° 3365 (= Schneider 1983, vol. i, p. 387-388, n° 226), p. 225-226, n° 3521 ; (...)
  • 121 RCEA, ix, p. 183-184, n°3460 (= Schneider 1983, vol. i, p. 393-394, n° 230), p. 197, n° 3479.
  • 122 RCEA, ix, p. 215-216, n° 3507, p. 216-217, n° 3508 ; xi, p. 25-26, n° 4042.
  • 123 RCEA, ix, p. 178-179, n° 3452 (= Schneider 1983, vol. i, p. 391-392, n° 229) ; x, p. 79-80, n° 3714 (...)
  • 124 Schneider 1983, vol. i, p. 410-411, n° 241.
  • 125 Ibid., p. 418, n° 246.

23Au rebours du restant de l’Orient, le métier de lapicide fut essentiellement exercé par des ingénus dans le Hedjaz. On ne rencontre, en effet, aucun esclave parmi les huit dont la signature a traversé le temps, même dans les deux premiers siècles où le métier n’était pourtant qu’à son aube : l’inscription du barrage édifié en 58/677-678 près de Ṭā’if par Mu‘āwiya fut rédigée par ‘Amr b. Ǧanāb114 et le texte de fondation du barrage du Wādī Rānawnā’ dans la région de Médine par Bašīr b. Muslim b. Bašīr vers la fin du premier siècle ou le début du second115 ; de même, l’inscription du lieu appelé maǧlis apparemment destiné au repos des voyageurs, notamment pèlerins et marchands, dans l’oasis d’al-‘Uwayna à l’est de Médine, fut sculptée dans la roche par ‘Abd al-Ḥamīd b. ‘Uṯmān sans doute à la fin du deuxième siècle ou à l’orée du suivant116. Maints hommes de condition libre continuèrent à pratiquer ce métier apparemment considéré dans ce coin du monde, notamment les cinq membres d’une famille mekkoise dont le vaste renom leur attirait des commandes lointaines d’Aden et même des îles perdues de la mer Rouge, Dahlak. Bien que la signature de deux d’entre eux se réduit à leur nom117, ils ne semblent pas des esclaves : leur filiation remonte parfois à leur ancêtre, Abū Ḥaramī Barakāt. Du premier, son petit-fils qui devait être l’aîné, Muḥammad b. Abū Barakāt, deux stèles ont survécu, l’une gravée en 542/1148118, l’autre en 563/1168119. De son neveu, Muḥammad b. Barakāt, subsistent cinq pierres funéraires qui s’échelonnent de 577/1181 à 604/1207-1208120, dont deux sculptées avec son oncle paternel, ‘Abd al-Raḥmān b. Abū Ḥaramī121. De sa production certainement considérable, douze œuvres seulement ont échappé à la ruine, dont la première remonte à 588/1192 et la dernière à 629/1232 : trois textes de construction à La Mekke122 et neuf épitaphes dont deux achevées avec son neveu et sept exhumées dans l’archipel lointain de Dahlak123. Enfin, ses deux fils, Yaḥyā124 et Aḥmad125, semblent les derniers à pratiquer le métier de famille, comme le révèlent deux pierres funéraires qui ont traversé le temps : l’une porte le nom du premier et l’autre celui du second.

  • 126 ‘Atīq b. Ḥasan sur une stèle du Musée de Monastir, Zbiss 1960, p. 37, n° 19.
  • 127 Actuellement conservée au musée de Monastir, Zbiss 1960, p. 107, n° 4.
  • 128 Zbiss 1955, p. 74, n° 51.
  • 129 Zbiss 1962, p. 29, n° 46 ; el Aoudi-Adouni 1997, vol. i, p. 54-55, n° Q 31.
  • 130 Une inscription de la mosquée de Séville en 214/829 par ‘Abd al-Barr b. Hārūn, Lévi-Provençal 1931, (...)
  • 131 Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; RCEA, vii, p. 62, n° 2499.
  • 132 Lévi-Provençal 1931, p. 31, n° 24 ; RCEA, viii, p. 51-52, n° 2884.
  • 133 RCEA, viii, p. 112-113, n° 2968.

24Comme en Orient, les lapicides d’Occident furent souvent de condition servile. En Ifrīqiya, de quatre stèles signées revenues à la lumière du jour, une seule fut incisée en 467/1073 par un ingénu126, les trois autres par des artisans de condition servile : ‘Atīq l’instituteur (mu’addib) dont le nom figure sur une pierre datée de 497/1104 découverte à Monastir127, ‘Uṯmān qui fit en 530/1135 une épitaphe de Tunis128 et le maître (mu‘allim) Sa‘d qui grava en 655/1257 le décor (bi-zīnat) d’une stèle tirée du cimetière d’al-Gurǧānī129. Enfin, en Andalus, des sept pierres signées, quatre furent rédigées par des hommes de condition libre130 et trois par des artisans de condition servile : deux épitaphes de Cordoue, dont l’une est l’œuvre d’Aḥmad l’architecte (al-bannā’) en 436/1044131, l’autre une sculpture (naqš) d’al-‘Ayyād en 496/1103132 et une inscription d’Alméria incisée par al-Mufaḍḍal (510/1116)133.

  • 134 Amador 1880, p. 348 ; Ocaña 1935, p. 159 ; Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Ocaña 1941, p. 163 ; Ocaña 19 (...)
  • 135 Amador 1880, p. 341, n° 1, 364 ; Ocaña 1940, p. 444 ; Gómez-Moreno 1941, p. 425 ; RCEA, iv, p. 156- (...)

25Encore plus que les lapicides, les marbriers qui se désignent parfois dans les inscriptions sous les mêmes termes que ces derniers, le plus souvent naqqāš134, mais quelquefois raḫḫām135, furent couramment de condition servile, comme en témoigne le nombre considérable de signatures qui ont échappé aux ravages du temps. La quasi-totalité provient de l’Andalus, où le travail du marbre fut apparemment regardé comme une tâche non seulement ingrate, mais déconsidérée. Aussi pour pallier la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, les ateliers, en particulier ceux du commandeur des croyants, avaient coutume de former des esclaves dans ce métier pénible et rebutant qui n’attirait guère les ingénus afin d’en tirer profit pour la décoration des monuments, notamment mosquées et palais.

  • 136 Qaṣr al-Zahrā’, Muqtabas, p. 28, 32, 241.
  • 137 Ibn Ḥayyān repris dans Maqqarī, vol. ii, p. 67 ; Muqtabas, p. 21, 28, 32, 136, 155, 241 ; Ibn ‘Iḏār (...)
  • 138 Ibn Ḥayyān repris dans Maqqarī, vol. ii, p. 67 ; Ibn ‘Iḏārī, vol. ii, p. 231 (vocalisé Mu’nis).

26Les plus anciens témoignages de ces marbriers de condition servile apparaissent à Madīnat al-Zahrā’. Dans le palais couramment désigné sous le nom de la ville136, les fouilles ont graduellement ramené au jour quinze signatures dont la majorité (treize) sont disséminées dans la somptueuse salle identifiée de nos jours avec le « salon oriental » (al-maǧlis al-šarqī)137 que certaines sources narratives désignent également sous le terme de « lieu de réunion » (al-ma’nas)138, les deux restants dans le bain voisin. Lors du chantier qui s’étendit sur près de quatre ans (342/953-345/957), comme le révèlent les dates relevées dans les inscriptions, plusieurs artisans gravèrent leur nom dans le marbre en divers endroits : chapiteau, base, pilastre, linteau ou bandeau de plaque décorative.

  • 139 Deux figurent deux fois : Fatḥ, Martínez 1995, p. 113, 123 ; et Naṣr, Martínez 1995, p. 114, 125 ; (...)
  • 140 Comme les deux qui désignaient peut-être des inconnus, Martínez 1995, p. 114, 124.

27Le travail étant généralement solitaire, l’immense majorité des signatures (neuf, soit presque deux sur trois) ne comportent qu’un nom. Les six autres sont collectives : elles en renferment tantôt deux et tantôt trois réunis par la conjonction wa (et). Comme cinq marbriers apparaissent deux ou trois fois139, leur nombre s’élève seulement à quinze. Mais il devait être nettement supérieur : d’abord, plusieurs n’étaient jamais confiés au marbre, comme ceux des illettrés incapables d’en tracer les lettres ; puis, maints autres sont perdus, effacés par le temps140 ou emportés avec leur support vers un monument ou une collection tantôt proche et tantôt lointaine, où leur provenance est tombée dans l’oubli, si elle a jamais été connue.

  • 141 Martínez 1995, p. 123 ; Souto 2001, p. 285.
  • 142 Martínez 1995, p. 121.
  • 143 Ibid., p. 111-112.
  • 144 Ibid., p. 129, 142.
  • 145 Ibid., p. 124.
  • 146 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 113 ; Souto 2001, p. 284 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b (...)
  • 147 Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b, p. 468.
  • 148 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116 ; Souto 2001, p. 292.
  • 149 Martínez 1995, p. 114 ; Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 254.
  • 150 Zarīf, pour Martínez 1995, p. 112, mais Rizq pour Souto 2001, p. 284. Le fac-similé de Martínez 199 (...)
  • 151 Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b, p. 468.

28Ces signatures revêtent une forme immuable : elles ouvrent toujours par le terme ‘amal (œuvre) qui introduit le nom du ou des marbriers. Quatre ou cinq, soit près du tiers, avaient coutume de se livrer seuls à leur tâche pénible et soutenue : Badr b. Aḥmad141,
Muẓaffar142, Sa‘d143, Sa‘d al-kabīr144 et peut-être celui dont le nom perdu est suivi du terme al-naqqāš145. Cinq abandonnaient parfois le labeur solitaire pour sculpter à plusieurs mains le même élément : l’union de leurs forces permettait non seulement d’en abréger la durée, mais d’alléger leur peine. La majorité préférait apparemment former des équipes éphémères de trois. Les signatures en révèlent quatre : Fatḥ, Aflaḥ et Ṭarīf ou Ẓarīf146, Ġālib b. Sa‘d, Sa‘īd b. Fatḥ et Ṭarīf ou Ẓarīf147, Muḥammad b. Sa‘d, Sa‘īd al-aḥmar et Rašīq148, enfin, Badr, Naṣr et un troisième dont le nom a disparu149. Mais deux groupes étaient réduits au minimum où besognait le même marbrier, Aflaḥ : dans le premier, il s’échina aux côtés de Badr et dans le second, il s’épuisa près d’un esclave au nom incertain150. Enfin, six ou sept ne sculptaient apparemment jamais le marbre dans la solitude, comme si leur vocation était de seconder un ou deux marbriers : Ġālib b. Sa‘d, Muḥammad b. Sa‘d, Rašīq, Rizq ( ?), Sa‘īd al-Aḥmar, Sa‘īd b. Fatḥ151 et peut-être un dernier dont le nom a disparu. Enfin, aucun groupe de quatre n’apparaît dans les signatures du palais comme, au reste, dans aucun monument en Andalus, malgré les gains de temps et les allègements de peine que ces associations provisoires permettaient d’obtenir, spécialement pour les travaux de longue haleine qui réclamaient, de surcroît, une grande vigueur physique : les équipes ne dépassaient jamais trois.

  • 152 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 112, 113, 142 ; Souto 2005a, p. 254.
  • 153 Martínez 1995, p. 112, 114, 128, 142 ; Souto 2001, p. 285.
  • 154 Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 113, 123, 142 ; Souto 2001, p. 28 (...)
  • 155 Ocaña 1945, p. 158 ; Martínez 1995, p. 121, 142.
  • 156 Martínez 1995, p. 114, 125, 143 ; Souto 2001, p. 293.
  • 157 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 143 ; Souto 2001, p. 292.
  • 158 Lecture de Souto 2001, p. 284. Mais Zarīf pour Martínez 1995, p. 112.
  • 159 Martínez 1995, p. 129, 142.
  • 160 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 111-112.
  • 161 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 143 ; Souto 2001, p. 292.
  • 162 Martínez 1995, p. 113, 115, 121, 143 ; Souto 2005a, p. 254.
  • 163 Martínez 1995, p. 123, 142 ; Souto 2001, p. 285.
  • 164 Martínez 1995, p. 115, 142 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254.
  • 165 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 142 ; Souto 2001, p. 292.

29Des quinze noms relevés dans les signatures qui devaient désigner quinze marbriers différents, l’immense majorité (onze, soit presque quatre sur cinq) sont privés de filiation, comme les fils d’inconnus : Aflaḥ152, Badr153, Fatḥ154, Muẓaffar155, Naṣr156, Rašīq157, Rizq ( ?)158, Sa‘d l’aîné (al-kabīr)159, Sa‘d160, Sa‘īd al-aḥmar161 et Ṭarīf162 ou Ẓarīf. Les quatre autres sont suivis du nom paternel : Badr b. Aḥmad163, Sa‘īd b. Fatḥ, Ġālib b. Sa‘d164 et Muḥammad b. Sa‘d165. Ces deux derniers pourraient être frères, mais l’absence du nom du grand-père ne permet de l’assurer.

  • 166 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 114, 116, 142, 144 ; Souto 1999, p. 292 ; Souto 2001, p. 285 (...)
  • 167 Ocaña 1945, p. 155, 158 ; Martínez 1995, p. 111, 121, 123, 128, 142 ; Souto 2001, p. 285.
  • 168 Martínez 1995, p. 111-112.

30La totalité de ces esclaves du marbre, non seulement les onze dépourvus de filiation, mais également les quatre qui en sont dotés comme les ingénus, devaient appartenir à ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir. Leur servitude est, en effet, soulignée dans nombre de signatures après leur nom, tantôt par une longue expression : « esclaves du commandeur des croyants les graveurs » (‘abīd amīr al-mu’minīn al-naqqāšīn)166, tantôt par une brève formule : ‘abdihi167. Le pronom affixe qui rend le possessif devait désigner le calife, même si son nom ne précède qu’une fois celui du marbrier168.

  • 169 Ainsi Durrī al-kabīr est distingué de Durrī al-ṣaġīr dans trois inscriptions, Souto 2001, p. 287.
  • 170 Rāġib 2006, p. 37.

31Ces noms éparpillés dans le palais ne pouvaient désigner qu’un seul artisan : afin d’écarter toute confusion entre ces esclaves sans filiation, on se gardait de donner le même vocable à plus d’un dans l’atelier ; et si, par mégarde, deux ou peut-être trois avaient reçu le même, ils étaient distingués par une épithète : ainsi le premier Sa‘d fut dénommé al-kabīr afin de ne pas être pris pour son cadet appelé seulement Sa‘d, mais qui pouvait être parfois baptisé al-ṣaġīr169 ; de même, Sa‘īd avait dû recevoir le terme d’al-aḥmar qui désignait les blancs170 pour le différencier d’un homonyme de race noire surnommé al-aswad dont aucune signature n’a résisté aux ravages du temps.

  • 171 Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.
  • 172 Dans le premier qui se trouve au Musée national de Kuwayt, le nom du marbrier fut d’abord lu Fatḥ, (...)
  • 173 Ce surnom a suscité diverses interprétations au cours du temps, Martínez 1999, p. 89-90. Il fut d’a (...)
  • 174 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández et Vicent 1973, p. 113, fig. 5 ; Martínez 1 (...)

32Outre ces signatures exhumées dans le palais, d’autres revenues au jour dans des lieux inconnus de la ville révèlent quatre marbriers de condition servile. Trois figurent sur des chapiteaux. Le premier attribué par le style au long règne de ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir qui dura une cinquantaine d’années (300/912-350/961) est l’œuvre de Fatḥ le « graveur » (al-naqqāš)171. Les deux autres furent achevés sous le califat d’al-Ḥakam al-Mustanṣir172 en 362/972-973par un second Fatḥ qui devait être l’un de ses esclaves, comme le révèlent les mots ‘abdihi qui suivent son nom. Pour le distinguer de ses homonymes nés au pays ou importés qui suaient près de lui dans l’atelier, il fut surnommé « le captif » (al-asīr)173. En somme, il devait provenir d’une capture par des pirates en mer ou des guerriers en terre. Enfin, la quatrième signature fut gravée par Rašīq dans une plaque décorative dont la date demeure inconnue174.

  • 175 Souto 2001, p. 296, suggère qu’elles permettaient aux marbriers de percevoir leur salaire. Mais un (...)
  • 176 Souto 2005b, p. 462.

33Ces marbriers de condition servile apparaissent ensuite dans les agrandissements entrepris dans la mosquée de Cordoue par deux califes : al-Ḥakam al-Mustanṣir de 350/961 à 366/976, puis al-Manṣūr jusqu’en 392/1002. Plusieurs étaient apparemment si fiers de leur œuvre qu’ils y ont gravé leur signature175 sans doute dans l’atelier même plutôt que dans les carrières de la région ou le monument176 : nom pour les lettrés, mais simple marque d’identité pour les illettrés.

  • 177 Nombre communiqué par Souto dans un courriel d’octobre 2008.
  • 178 Comme celui de Fatḥ, Souto 2001, p. 288, 306 fig. 3.
  • 179 Les noms recueillis par Amador 1880, puis repris dans RCEA sont parfois erronés, comme le prouve la (...)

34Les sept cent signes lapidaires177 patiemment recueillis au fil du temps, spécialement depuis la fin du siècle dernier, comportent une trentaine de noms. Les premiers relevés se montrent en évidence, comme ceux qui sont gravés dans un cadre au milieu d’une arcade, dans l’abaque d’un chapiteau, la base et le fût d’une colonne où ils sont parfois répétés178. Les autres ne furent que tardivement découverts : maints d’entre eux se dissimulent, en effet, dans un recoin où noyés dans la pénombre et parfois même invisibles, ils ont longtemps échappé aux regards comme aux investigations qui furent menées par moments au fil du temps179.

  • 180 Amador 1880, p. 229, nos 65, 66 et 67, p. 241, n° 80, p. 244, nos 90 et 96, p. 243, nos 86, 87, 88 (...)
  • 181 Rodríguez et Souto 2000, p. 380, 387 ; Souto 2001, p. 283, 284.
  • 182 Rodríguez et Souto 2000, p. 386-387 ; Souto 2001, p. 292.
  • 183 Rodríguez et Souto 2000, p. 363.
  • 184 Souto 2001, p. 292.
  • 185 Ibid., p. 285.
  • 186 Amador 1880, p. 364 ; RCEA, iv, p. 156, n° 1509 ; Rodríguez et Souto 2000, p. 386 ; Souto 2001, p.  (...)
  • 187 Souto 2001, p. 286, 288 ; Souto 2005b, p. 463.
  • 188 Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 464.
  • 189 Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 255.
  • 190 Rodríguez et Souto 2000, p. 385.
  • 191 Rodríguez et Souto 2000, p. 370, 387 ; Souto 2001, p. 284.
  • 192 Rodríguez et Souto 2000, p. 363, 364, 366, 368, 387 ; Souto 2001, p. 284, 286.
  • 193 Rodríguez et Souto 2000, p. 385.
  • 194 Souto 2001, p. 286.
  • 195 Rodríguez et Souto 2000, p. 386.
  • 196 Souto 2001, p. 292.

35Les signatures ne renferment le plus souvent que le nom du ou des marbriers. Mais quelquefois, il est précédé du terme explicite : ‘amal (œuvre)180, exceptionnellement d’un substantif aussi révélateur bien que rarement usité pour exprimer effort et labeur : kadd (travail)181. L’immense majorité de ces artisans s’attelaient seuls à la totalité de l’élément signé, malgré le temps infini qu’il devait dévorer : du chapiteau à la base en passant par le fût, des ornements aux inscriptions dont des lettrés avaient dû au préalable en rédiger le texte et peut-être même en tracer les lettres. Mais parfois le travail était divisé et réparti entre deux esclaves qui ont gravé leur nom côte à côte sans toutefois préciser la tâche accomplie par chacun : ainsi Naṣr qui sculptait fréquemment les colonnes et parfois les chapiteaux, les cimaises et surtout les bases sans solliciter la moindre aide182 fut pour trois fûts tour à tour secondé par Mubārak183, Muḥammad184 et Badr185 ; de même, Fatḥ quittait quelquefois le travail solitaire qui porte toujours son nom186 pour travailler brièvement avec trois artisans : Durrī187 et Bāšir188 pour des éléments de colonne, Ṭarīf ou Ẓarīf189 pour le miḥrāb, comme Aflaḥ qui trimait d’ordinaire seul190 fut assisté par Rizq pour une cimaise191 et par Durrī pour trois autres et peut-être même une quatrième où la fin de son nom est toutefois perdue192. À son tour, Durrī qui sculptait généralement sans assistance chapiteaux, cimaises et fûts193 peina deux fois avec un illettré dont la signature se réduit à un signe anonyme >o<194. Même Mas‘ūd qui avait coutume de graver le marbre de ses seules mains, comme l’atteste une cinquantaine de signatures195, recourut exceptionnellement à celles de Muḥammad pour achever un fût196. Enfin, aucune équipe de trois n’apparaît, comme dans le palais d’al-Zahrā’, dans les innombrables marques d’identité relevées jusqu’à ce jour.

  • 197 Plutôt qu’al-Qarrā’, Rodríguez et Souto 2000, p. 364, 366, 371, 385 ; Souto 2001, p. 283, 284, 301 (...)
  • 198 La vocalisation de Souto 2001, p. 291-292, Ḫayra, doit être écartée : le nom est, en effet, féminin (...)
  • 199 Souto 2001, p. 295, suggère que le nom pourrait également être une invocation exprimant « bonheur » (...)
  • 200 Rodríguez et Souto 2000, p. 385-386 ; Souto 2007, p. 120.
  • 201 Amador 1880, p. 229, n° 43 ; RCEA, iv, p. 198, n° 1584 ; Souto 2001, p. 285.
  • 202 Amador 1880, p. 229, n° 43 ; RCEA, iv, p. 199, n° 1587 ; Souto 2001, p. 285.
  • 203 Rodríguez et Souto 2000, p. 364, 372.
  • 204 Ibid., p. 364, 367, 372, 375, 385 ; Souto 2001, p. 290 ; Souto 2007, p. 120.
  • 205 Amador 1880, p. 218, n° 43 ; RCEA, iv, p. 198, n° 1583. Une photo a permis à Souto 2001, p. 285-286 (...)
  • 206 Rodríguez et Souto 2000, p. 373, 386 ; Souto 2007, p. 120.
  • 207 Sur un chapiteau de la façade orientale, sur la porte Saint-Jean de la cathédrale, Brisch 1979-1981 (...)
  • 208 Souto 1999, p. 290 ; Rodríguez et Souto 2000, p. 378, 382, 385 ; Souto 2001, p. 290 ; Souto 2007, p (...)

36Des trente noms recueillis, l’immense majorité (vingt-six) sont privés du nom de leur père, comme s’ils n’en avaient jamais eu : ‘Abd ( ?), Aflaḥ, Aflaḥ al-Farrā’197, ‘Āmir, Badr, Bāšir, Bišr, Bušrā, Durrī, Faraǧ, Fatḥ, Ḥakam, Ḫalaf, Ḫiyra198, Kāh ( ?), Mas‘ūd, Maysūr, Mubārak, Muḥammad, Qāsim, Rašīq, Rizq, Sa‘āda199, Ṣārh ( ?), Ṭarīf ou Ẓarīf et Yaḥyā200. Malgré la servitude manifeste de tous ces marbriers, seuls deux, Badr201 et Naṣr202, la reconnaissent par l’expression ‘abduhu/‘abdihi, sans toutefois nommer leur maître qui devait être le calife régnant al-Ḥakam al-Mustanṣir. Mais deux autres avaient peut-être obtenu la faveur de la clientèle, bien qu’ils aient négligé de signaler leur rattachement à la famille de leur patron, le commandeur des croyants, comme le suggère la nisba d’al-‘Āmirī : Aflaḥ203 et Ḫalaf204. Enfin, les quatre derniers ont précisé leur filiation : Badr dont le nom paternel est maintenant partiellement effacé, si bien que sa restitution est incertaine : Aḥmad ou al-Ḥayyān205 et Mubārak b. Hišām206. Quant aux deux autres, ils ont curieusement oublié d’indiquer leur nom pour se désigner, suivant la coutume des ingénus, comme fils de leur père : Ibn Badr207 et Ibn Naṣr208. Mais la filiation ne prouve guère en Andalus une condition libre : aussi pouvaient-ils être des esclaves nés au pays.

  • 209 Rodríguez et Souto 2000, p. 388-391 ; Souto 2007, p. 106, 120.
  • 210 Souto 2001, p. 286 ; Souto 2006, p. 319-320.
  • 211 Souto 2001, p. 284.
  • 212 Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, spécialement p. 461-462. Mais il ne semble pas désigner une famil (...)

37Toutefois, le nombre de marbriers devait dépasser le nombre de noms. En premier, plusieurs sont perdus, les uns effacés ou détruits au cours des siècles, les autres déplacés avec leur support, le plus souvent chapiteau, vers une destination parfois lointaine, où le souvenir de leur origine tomba dans l’oubli. Ensuite, la signature des illettrés était dépourvue de nom : elle se réduisait souvent à un signe lapidaire qui ne semble pas toutefois leur être propre et correspondait probablement à une marque d’atelier. Plusieurs reviennent souvent, comme les figures géométriques, les étoiles à cinq ou six branches, les croix, les cercles, les lettres latines209 ou encore la « liaison OS » qui apparaît également dans les monnaies de cuivre (fulūs) de l’Andalus et dont quinze modèles sont disséminés dans le monument : onze dans l’extension d’al-Ḥakam al-Mustanṣir et quatre dans celle d’al-Mansūr210. Enfin, comme les travaux se prolongèrent pendant près de quarante ans, certains noms que l’on retrouve en maints endroits devaient désigner deux ou plusieurs artisans, même si pour éviter les confusions entre les esclaves ou les affranchis que leur absence de filiation ne permettait de distinguer dans l’atelier, chaque nom n’était en principe donné qu’à un seul artisan. Ainsi Aflaḥ dont la signature a été relevée dans l’addition d’al-Ḥakam al-Mustanṣir n’est probablement pas Aflaḥ ou Aflaḥ al-Farrā’ dont les noms apparaissent dans l’agrandissement d’al-Manṣūr : plus de quatre décennies séparent le début de la première adjonction de la fin de la seconde211. Or, la durée d’activité et l’espérance de vie des manuels devaient être relativement brèves. De même, Fatḥ désigne plusieurs marbriers spécialisés chacun dans un élément déterminé (chapiteau ou fût), comme le suggèrent les différences de l’écriture de leur signature. Mais leur nombre demeure incertain : au minimum quatre, au maximum six212. En clair, les marbriers de condition servile ne devaient pas être trente, mais friser et peut-être même dépasser la quarantaine pour les lettrés, outre les illettrés impossibles à dénombrer.

  • 213 Souto 2001, p. 286.
  • 214 Comme le suppose Souto 2001, p. 284.
  • 215 Souto 2001, p. 286.
  • 216 Ibid., p. 294.
  • 217 Ibid., p. 293.

38De ces tailleurs de marbre, une poignée avait déjà dû déployer sa virtuosité dans le palais d’al-Zahrā’ une douzaine d’années plus tôt : certainement Badr b. Aḥmad, si toutefois le nom de son père n’était pas al-Ḥayyān en partie perdu213 ; et probablement trois autres dont la signature figure dans l’adjonction d’al-Ḥakam al-Mustanṣir : Aflaḥ214, Badr215 et Rašīq216, bien que leur absence de filiation ne permet de l’assurer. Par contre, Naṣr dont le nom apparaît dans l’ajout tardif d’al-Manṣūr doit être distingué de son homonyme du salon oriental du palais d’al-Zahrā’ : plus d’un demi-siècle sépare le début du premier chantier en 342/952 de la fin du second en 392/1002217.

  • 218 Amador 1880, p. 341 ; RCEA, iv, p. 156-157, n° 1510 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

39Ces esclaves du marbre n’embellirent pas seulement la mosquée de Cordoue, mais également d’autres monuments de la ville, comme en témoignent seize éléments déracinés de provenance inconnue. Le plus ancien semble un chapiteau « œuvre (‘amal) de Fatḥ le marbrier (al-raḫḫām)218 ». Bien que dépourvu de date, le nom du calife ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir qu’on y lit permet de le situer entre 317/929 où il prit le titre de commandeur des croyants que ses ancêtres portaient jadis à Damas et 350/961 où il rendit le dernier soupir.

  • 219 Le premier à déchiffrer correctement ce nom gravé sur un chapiteau du Musée archéologique national (...)
  • 220 Amador 1880, p. 341, n° 1 ; RCEA, iv, p. 156, n° 1509 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

40Les deux éléments suivants pourraient remonter au règne du même calife aussi bien qu’à celui de son successeur al-Ḥakam al-Mustanṣir décédé en 366/976. Le premier est un chapiteau présenté dans la signature de la cimaise comme « œuvre (‘amal) de Ṭarīf ou Ẓarīf », probablement le marbrier qui avait précédemment décoré le palais d’al-Zahrā’, suivi des mots « son esclave » (‘abdihi)219 ; autrement dit, de l’un des deux califes, comme le suggère le style. Le second est une base de colonne, « œuvre (‘amal) de Fatḥ en l’année 350/961 », au cours de laquelle ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir quitta la vie et al-Ḥakam al-Mustanṣir monta sur le trône220.

  • 221 Ce chapiteau se trouvait dans une maison la Plaza de San Nicolás de la Villa, Amador 1880, p. 345-3 (...)
  • 222 Ocaña 1940, p. 447 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 467.
  • 223 Futūḥ est préférable à Fattūḥ, Amador 1880, p. 348 ; RCEA, v, p. 116, n° 1860 ; Ocaña 1941, p. 163  (...)
  • 224 Le premier passa de l’Auberge suisse de Cordoue à l’Islamisches Museum de Berlin, Gómez-Moreno 1941 (...)
  • 225 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Ocaña 1935, p. 161, 162, avait cru voir le nom rare d (...)

41Puis cinq chapiteaux furent sculptés sous le califat d’al-Ḥakam al-Mustanṣir : trois assurément par la date et les trois autres seulement par le style. Le plus ancien est l’œuvre (‘amal) de Ǧarīr « son esclave » (‘abdihi), comme le révèle la signature. Il doit provenir d’un monument disparu que ce calife avait dû bâtir en 353/964-965 dont le texte de fondation a survécu221. Le deuxième fut apparemment achevé par Fatḥ en 363/974-975 comme la mosquée évoquée dans l’inscription222 ; enfin, le troisième fut gravé par Futūḥ le sculpteur (al-naqqāš) en 366/976-977, soit l’année même de la mort du calife223. Quant aux trois autres, ils sont dépourvus de date : deux portent la signature de Fatḥ qui semble le marbrier dont le nom se lit dans le chapiteau daté de 363/974-975224 ; et le troisième est l’« œuvre de Sa‘d pour l’oratoire de son maître » (‘amal Sa‘d li-masǧid sayyidihi)225, certainement le calife dont il a négligé d’indiquer le titre.

  • 226 Actuellement à la mosquée de la Qaṣba de Marrakesh, Souto 2001, p. 291 ; Souto 2007, p. 114-115, 12 (...)
  • 227 Le chapiteau décore la porte de la façade du Palais des Infants d’Orléans et de Bourbon, siège actu (...)
  • 228 Il gagna la mosquée al-Qarawiyyīn à Fès, Terrasse 1968, p. 42 et pl. 86 ; Souto 2001, p. 293.
  • 229 Au Musée archéologique national de Madrid, Souto 2002, p. 332-334 ; Souto 2007, p. 111-112, 124-125
  • 230 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Souto 2007, p. 112, 125-126.

42Des cinq chapiteaux que le style et le décor ont permis d’attribuer au califat d’al-Manṣūr (366/976-392/1002), nul ne porte de date. Des signatures qui y furent recueillies, quatre sont individuelles : Ḫiyra226, Mubārak227, Naṣr228 et Sa‘āda al-‘Āmirī229 ; et la cinquième collective : elle renferme le nom de trois marbriers qui s’épuisèrent à six mains pour l’achever : Bāšir, Faraǧ et Mubārak230.

  • 231 Ce chapiteau se trouve dans la deuxième colonne de la galerie du patio de l’ancien couvent de Jésus (...)

43Enfin, un dernier chapiteau remonte vaguement au ive/xe siècle, aucun élément ne permettant d’en préciser la date. Il porte la signature d’Aḥmad b. Fatḥ qui, malgré sa filiation, était esclave d’un calife inconnu, comme le révèle la formule ‘abdihi231.

  • 232 Il était conservé dans une collection privée, Ocaña 1940, p. 444.
  • 233 Actuellement au Musée de l’Alhambra, Ocaña 1936-1939b, p. 167 ; Martínez 1995, p. 143 ; Souto 2001, (...)
  • 234 Il fut transféré d’une maison du Callejon de las Campanas à l’Institut Valencia de Don Juan à Madri (...)

44Les esclaves du marbre travaillèrent également dans d’autres villes, notamment Grenade. Deux gravèrent leur nom dans des chapiteaux qui semblent dater du califat d’al-Ḥakam al-Mustanṣir. Mais celui du premier est maintenant perdu. Sur son œuvre sans doute sculptée en 353/964-965, deux termes subsistent seulement : « marbrier » (raḫḫām) et « son esclave » (‘abdihi)232. Le second, Naṣr, signa un chapiteau du bain d’Abaicín bâti vers 361/971-972233. Enfin, le troisième, Nafīs, Nufays ou Nuqayš le marbrier (raḫḫām), sculpta sa signature sur le couvercle d’un aquamanile commandé par le chef Abū Ǧa‘far vers l’an 400/1010, soit sous le règne de Hišām al-Mu’ayyad234.

  • 235 La lecture Fand doit être écartée, Amador 1875, p. 118, n° xi ; RCEA, xvii, p. 50-51, n° 765 006. L (...)
  • 236 Amador 1875, p. 119, n° xii ; RCEA, xvii, p. 51-52, n° 765 007-765 009.

45Après la disparition des Omeyyades, les esclaves durent continuer à scier, tailler et polir le marbre des siècles durant, même si leur présence n’est que tardivement attestée sous les Naṣrides dans l’Alcazar de Séville par quatre noms incisés vers 765/1364 dont trois sont incertains : Fayd, Find ou Qand sur un chapiteau de la Salle des Ambassadeurs235, Mazr ( ?), Mutabarrak ( ?) et Ḫayr dans des cartouches dans le Salon del Principe236.

  • 237 RCEA, x, p. 79, n° 3713.

46Dans le restant du monde musulman, les sculpteurs de pierre n’avaient pas coutume de signer leurs œuvres : aussi leur condition demeure inconnue. Toutefois, la claire-voie en granit du mausolée de Sayf b. Ḏī Yazan au Caire porte le nom d’un esclave, Murhiǧ qui la sculpta en 610/1213237.

  • 238 Il est conservé au Cabinet des Médailles, RCEA, iv, p. 175, n° 1546 ; Arts de l’Islam 1971, p. 187, (...)

47Comme la gravure du marbre et de la pierre, celle de l’ivoire fut apparemment un métier servile, même si l’immense majorité des objets (en gros 130 sur 141) sont anonymes. Des onze signatures recueillies, dix, peut-être même onze, soit la totalité, semblent trahir des esclaves ou des affranchis. Un seul travaillait dans une région incertaine d’Orient, probablement le nord de l’Inde, comme le suggère le style de son œuvre : l’éléphant provenant d’un échiquier jadis conservé à Saint-Denis qui longtemps passa pour un présent de Hārūn al-Rašīd à Charlemagne et dont la date indécise remonte, pour certains, au iiie/ixe siècle, mais pour d’autres à l’un des six siècles suivants238. La signature gravée au bas du pachyderme révèle seulement que l’ivoirier, Yūsuf al-Bāhilī, était de souche arabe, si sa tribu n’était celle du patron qui lui avait accordé la faveur de la liberté et de la clientèle.

  • 239 Coffret du Musée archéologique national de Madrid, Lévi-Provençal 1931, p. 191-192, n° 210 ; RCEA, (...)
  • 240 Galán 2005, vol. i, p. 138 ; ii, p. 179-181.

48Les onze autres habitaient l’Occident. Mais l’un venait du fond de l’Orient : Aḥmad ou Muḥammad (la perte de son initiale a rendu son nom incertain) avait quitté la province lointaine du Ḫurāsān que sa nisba continua de rappeler, pour s’établir dans la résidence fatimide d’al-Manṣūriyya en Ifrīqiya, où un coffret lui fut commandé par al-Mu‘izz, comme le révèle l’inscription de la plaque239. Bien que privée de date, l’œuvre fut certainement accomplie entre l’avènement du calife en 341/953 et son départ définitif pour Le Caire en 361/972. Mais le bijou ne fut pas emporté dans la nouvelle capitale d’Empire fraîchement fondée : il changea de continent et gagna la péninsule Ibérique où des fouilles l’auraient déterré dans le monastère de San Zoilo de Carrión de los Condes (Palencia)240.

  • 241 Le premier est conservé à l’église paroissiale de Fitero (Navarre), Lévi-Provençal 1931, p. 187, n° (...)
  • 242 Conservée à l’Hispanic Society of America de New York, RCEA, v, p. 8, n° 1617 ; Ferrandis 1935, p.  (...)
  • 243 Le coffret appartient au Musée de Navarre à Pamplune, Navascués 1964b, p. 204, pl. 6 ; Kühnel 1971, (...)
  • 244 Deux noms furent d’abord repérés, Lévi-Provençal 1931, p. 189, n° 204 ; RCEA, vi, p. 50, n° 2098 ; (...)
  • 245 Les deux lectures sont possibles, Ibn Mākūlā, vol. iv, p. 69-71.
  • 246 Navascués 1964a, p. 244 ; Navascués 1964b, p. 204-205 ; Kühnel 1971, p. 43 n. 16.
  • 247 Galán 2005, vol. i, p. 391 ; ii, p. 52 ; Martínez 2007, p. 178-179.

49Le restant des ivoiriers résidaient en Andalus, dont sept à Madīnat al-Zahrā’. Le premier, Ḫalaf, sculpta deux coffrets en 355/966241 et une pyxide à une date sans doute proche qu’il négligea de préciser242. Le deuxième, Faraǧ, exécuta en 395/1004-1005 pour le chambellan ‘Abd al-Malik b. al-Manṣūr, le merveilleux coffret provenant du monastère de Leire, comme le révèle la signature collective : « œuvre de Faraǧ avec ses élèves » (‘amal Faraǧ ma‘a talāmiḏatihi)243. Ces apprentis au nombre de cinq ont gravé leur nom en différents endroits, parfois si discrètement qu’ils ne furent que tardivement découverts244. Quatre sont introduits par le terme ‘amal : Ḫayr, Sa‘āda, Miṣbāḥ et Rašīd ou Rušayd245. Mais le cinquième, ‘Āmir, en est privé : aussi son nom passa longtemps pour une allusion à la famille d’al-Manṣūr246 avant d’être tenu pour une signature247. Apparemment, l’ouvrage sort d’un atelier d’esclaves, du maître aux disciples.

  • 248 Il est passé du monastère de Santo Domingo de Silos au Musée archéologique provincial de Burgos, (...)
  • 249 Lévi-Provençal 1931, p. 190 n. 2 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Galán 2005, vol. ii, p. 77.
  • 250 Lévi-Provençal 1931, p. 190 n. 2 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Kūhnel 1971, p. 47 ; Galán 2005, vol. ii, (...)
  • 251 Casamar cité par Galán 2005, vol. ii, p. 78.
  • 252 Conservé au Musée archéologique national de Madrid (anciennement au Trésor de la cathédrale de Pale (...)
  • 253 Comme certains l’ont supposé, Kühnel 1971, p. 49 ; Blair et Bloom 1996, p. 53.

50Enfin, les deux derniers ivoiriers travaillèrent à Cuenca sous le règne des « rois des partis » (los Reyes de Taifas). Le premier, Muḥammad b. Zayyān est, malgré sa filiation, de condition servile, comme le révèlent les mots : « son esclave » (‘abdihi)248 qui suivent son nom avant la fin de l’inscription d’un coffret achevé en 417/1026. Mais le nom de son maître qui le précédait est maintenant perdu : aussi passa-t-il tantôt pour le souverain de Tolède, Abū Bakr Ya‘īš b. Muḥammad b. Ya‘īš al-Asadī249, tantôt pour le seigneur de Šantabariyya (Santaver), ‘Abd al-Raḥmān b. Ḏū l-Nūn, qui englobait alors Cuenca dans ses provinces250 et finalement pour Ismā‘īl, le fils de ce dernier, qui régna à Tolède jusqu’en 435/1043251. Enfin, le second ivoirier, ‘Abd al-Raḥmān b. Zayyān, fit un coffret en 441/1049-1050 sur ordre d’un arrière petit-fils de Ḏū l-nūn, le chambellan Ḥusām al-dawla Abū Muḥammad Ismā‘īl252. Toutefois, sa servitude est incertaine : s’il était le frère cadet de Muḥammad253, il devait partager la condition ; sinon, il serait un ingénu.

51À l’instar de la gravure du marbre, de la pierre et de l’ivoire, les arts de la céramique semblent avoir été souvent exercés par des esclaves d’Orient en Occident dans les sept premiers siècles de l’Islam, comme en témoignent d’innombrables signatures de potiers dépourvus de filiation.

  • 254 Au Musée national de Damas, ‘Ušš 1960, p. 140-141, 170 ; ‘Ušš 1963, p. 37 ; ‘Ušš 1969, p. 174, fig. (...)
  • 255 Et non Sulaymān b. ‘Abd al-Malik, comme le croyait Grohmann 1971, p. 73 b, 85 n° 26, fig. 54 et pl. (...)
  • 256 Ḫaṭīb, vol. ix, p. 24, n° 4616 ; Ibn ‘Asākir, vol. xxii, p. 338 ; Ṣafadī, vol. xv, p. 394, n° 541.
  • 257 Comme le révèlent des pièces de cuivre, Heidemann 2003, p. 34 n. 264.
  • 258 Meinecke 1982, p. 277, datait le vase entre la fondation d’al-Rāfiqa en 155/772 et le décès d’al-Ma (...)
  • 259 Ṣūlī, p. 15, 16 ; Heidemann 2003, p. 33-34.

52Des habitants de l’Asie, sept seulement travaillèrent certainement en Mésopotamie qui longtemps dépassa l’Iraq présent pour déborder notamment sur la Syrie. Mais seul le premier dans le temps a pris soin de préciser son nom, sa religion et même le lieu de son atelier sur un récipient (vase ou broc) en terre cuite254 qui, sans la précieuse indication, aurait probablement passé pour une production de Raqqa dont les céramiques sont réputées par leur qualité : les fouilles l’ont, en effet, retiré des ruines d’un palais de sa « compagne », la cité voisine, al-Rāfiqa. Suivant les termes de l’inscription, l’œuvre fut faite par Ibrāhīm le chrétien (al-naṣrānī) dans la ville d’al-Ḥīra qui s’étendait jadis au sud de Kūfa pour « l’émir Sulaymān fils du commandeur des croyants » maintenant reconnu pour Abū Ayyūb b. Abū Ǧa‘far al-Manṣūr255 mort en 199/814 dans la cinquantaine256. La commande lui fut sans doute passée vers 174/790-791 dans la proche Baṣra que gouvernait alors Sulaymān257 plutôt que dans la lointaine Raqqa258, dont il fut nommé émir par Hārūn al-Rašīd, puis al-Ma’mūn à des dates encore impossibles à déterminer259.

  • 260 Sitôt découverts, ils ont gagné l’Islamisches Museum de Berlin.
  • 261 Herzfeld 1925, p. 81, n° 24.
  • 262 Ibid., n° 22.
  • 263 Ibid., nos 20-21 ; Islamische Keramik 1973, p. 31, n° 18.
  • 264 Herzfeld 1925, p. 81, n° 23 ; Islamische Keramik 1973, p. 31, n° 18.
  • 265 Herzfeld 1925, p. 84, n° 183 ; Islamische Keramik 1973, p. 35, n° 23.
  • 266 Herzfeld 1925, p. 84, n° 182. L’article al écarte le nom courant Aḥmar.
  • 267 Rāġib 2006, p. 37.

53Les six autres potiers travaillèrent sans doute dans des ateliers de Samarra, la capitale éphémère de l’Empire abbasside de 221/836 à 279/892, comme le suggèrent les débris délaissés portant leur signature que des fouilles ont recueillis dans ses vastes ruines260. Mais le lieu de découverte, autrement dit, la provenance, peut être distinct du lieu d’origine : les objets voyageaient alors infiniment plus que les hommes. Quatre n’y ont inscrit que leur nom, comme s’ils n’étaient les fils de personne : ‘Īsā261, ‘Ubayd262, ‘Umar263 et Zikrī264 ; le cinquième une kunya, comme s’il n’avait jamais eu de nom : Abū Ḫālid265 ; et le dernier apparemment le surnom qui remplaçait couramment l’un ou l’autre : al-Aḥmar266 que son teint clair avait dû susciter dans un atelier dominé par les noirs267.

  • 268 Un plat du Staatliches Museum für Völkerkunde de Münich, Wiet 1933, p. 9, n° 4, pl. 16 droite ; Isl (...)
  • 269 Comme al-Ṣāliḥ, Ṣalā, Salā’, Grube 1976, p. 36, 39, 40.
  • 270 Les deux formes sont signalées par Ibn Mākūlā, vol. v, p. 213-214.
  • 271 Elle figure sur un bol du Brooklyn Museum, Katz 1963, n° 7 cité par Atil 1973, p. 15, n° 1. Elle es (...)
  • 272 Sur un bol du Victoria and Albert Museum, Islamic Pottery 1969, p. 10, fig. 5 ; Grube 1976, p. 38, (...)

54Outre ces sept potiers de condition servile, trois autres sont susceptibles d’avoir également exercé leur art en Mésopotamie au cours des iiie/ixe et ive/xe siècles. Cette attribution demeure toutefois incertaine : comme nul d’entre eux n’a précisé sa ville, leur pays continue de partager les spécialistes dont certains penchent pour la Perse en se fondant sur style. Sur l’unique œuvre qui subsiste du premier268, sa signature comporte un nom, Muḥammad, suivi d’une nisba qui a suscité différentes lectures erronées269. Le tracé des lettres suggère toutefois deux interprétations qui n’ont pas encore été envisagées : al-Ḍābī’ ou al-Ṣābī’270 qui trahirait l’origine sabéenne de son père ou de son grand-père. Quant à celle des deux autres, elle renferme une kunya : Abū l-Bāqī271 et Abū l-Ǧafr272.

  • 273 Le bol anonyme et les deux signés l’un Ya‘qūb et l’autre Suhayl, Ghouchani 1986, p. 178, n° 79, 204 (...)
  • 274 Comme le bol de Sulaymān, OrArt, 23/1, 1977, p. 48 ; Ghouchani 1986, p. 268 n° 124, 269, pl. 124.

55Mais la majorité des esclaves potiers d’Asie devaient habiter diverses régions de Perse qu’aucun n’a toutefois pris soin d’indiquer dans l’inscription de son œuvre. Les premiers travaillèrent sans doute dans la ville de Nīšāpūr ou sa région aux iiie/ixe et ive/xe siècles. Le métier semble y avoir été en ce temps essentiellement servile, comme en témoigne la totalité des signatures recueillies sur cent quarante céramiques disséminées dans le monde qu’une vaste monographie a eu le mérite de rassembler, malgré les foules d’erreurs qui la déparent, non seulement de déchiffrement ou de traduction, mais parfois de classement. L’origine de certains bols est, en effet, incertaine, d’autant plus qu’elle n’est jamais attestée par une inscription ni même suggérée par le lieu de découverte souvent inconnu ou noyé dans l’oubli : aussi quelques spécialistes ont préféré, pour diverses raisons jamais énumérées ni même évoquées, ne pas les attribuer à ce coin du monde. Leur origine fut ainsi élargie tantôt à la Perse entière sans distinction et tantôt à l’Iraq voisin273, sans parler de l’Égypte lointaine274.

  • 275 Ibid., p. 94 n° 37, 95, pl. 37, 168 n° 74, 169, pl. 74.
  • 276 Sur un bol dont le possesseur actuel est inconnu, ibid., p. 194 n° 87, 195, pl. 87.
  • 277 Un bol du Metropolitan Museum, Grube 1964-1965, p. 210, fig. 1 (la lecture Sahīl doit être bannie)  (...)
  • 278 Après avoir appartenu à une collection privée dans Islamische Keramik 1973, p. 36-37, n° 26, il pas (...)
  • 279 La lecture al-Aḫwal de Ghouchani 1986 est improbable, p. 116 n° 48, 117, pl. 48, 148, n° 64, 149, p (...)
  • 280 Le possesseur actuel de ce bol est inconnu. La photo accompagnée d’une notice anonyme publiée dans (...)
  • 281 Au Musée Reza Abbasi à Téhéran, Ghouchani 1986, p. 94 n° 37, 95, pl. 37.

56Toutes les signatures relevées, soit sept, sont dépourvues de filiation, comme si aucun potier n’avait eu de père. Six ne comportent qu’un nom : ‘Abawayh275, Aḥmad, Badr276, Suhayl277, Sulaymān et Ya‘qūb278. Quant à la septième, elle se réduit à un sobriquet : al-Aḥwal (le louche)279. Malgré l’évidence de leur condition servile, un seul, Sulaymān, la reconnaît par le terme ambigu de ġulām suivi du nom de son maître également sans filiation, Abū Ḫuld280 : il serait l’esclave d’un esclave qui l’aurait acquis pour le former, comme devaient le faire maints artisans en ces temps reculés. Enfin, un second, ‘Abawayh, est susceptible d’avoir appartenu à un calife abbasside : dans la signature d’une assiette, il se qualifie, en effet, d’« artisan du commandeur des croyants » (ṣāni‘ amīr al-mu’minīn)281, comme d’un titre. L’absence du nom du souverain suggère qu’il était un esclave public rattaché à la fonction et non à la personne.

  • 282 Islamische Keramik 1973, p. 45, n° 39 ; Ghouchani 1986, p. 100 n° 40, 101, pl. 40, p. 108, n° 44, 1 (...)
  • 283 Ghouchani 1986, p. 136, n° 58, 137, pl. 58.
  • 284 OrArt, 23/1, 1977, p. 48 ; Ghouchani 1986, p. 268 n° 124, 269, pl. 124.
  • 285 Elle est conservée au Musée Reza Abbasi, Ghouchani 1986, p. 52, n° 16, 53, pl. 16.

57Le nombre de potiers dépasse toutefois le nombre de noms : il doit s’élèver à huit, peut-être même neuf et non seulement à sept. Ainsi Aḥmad désigne certainement deux artisans différents dont les œuvres sont dissemblables malgré leurs similitudes (blancheur du fond et transparence de la glaçure) : les quinze bols de l’un portent des devises circulaires sur le rebord et une signature au centre dont l’écriture angulaire en brun sombre se distingue par l’allongement démesuré des lettres alif et lām282, alors que l’unique bol du second présente des inscriptions tracées en bleu et vert dans le fond dont le style et le décor végétal sont éloignés de ceux du premier283. De même, Sulaymān semble correspondre à deux céramistes susceptibles d’avoir exercé leur art à des années de distance : le décor du bol qui subsiste du premier, l’esclave (ġulām) d’Abū Ḫuld284, diffère de celui de l’assiette qui a survécu du second285 ; mais l’écriture angulaire de leur signature est proche sans être rigoureusement identique.

  • 286 Dans la liste des faïences persanes datées dressée par Ettinghausen 1938-1939, p. 1672-1696, la pre (...)
  • 287 Comme le suppose Pope 1938-1939, p. 1508, pl. 586 A, fig. 532.

58Les autres potiers de condition servile devaient travailler dans diverses régions de Perse souvent impossibles à déterminer avec certitude autant que leur situation dans le temps. La coutume d’inscrire une date sur une céramique ne se répandit, en effet, que tardivement dans ce coin du monde sans jamais s’imposer286 : dans les cinq premiers siècles de l’Islam, seul un certain Yaḥyā a pris soin de préciser l’année où son compotier fut achevé. Mais comme les termes exprimant la centaine sont perdus, ils furent rétablis par conjecture. Aussi la date 383/993 est probable mais non certaine287 : cent ou même deux cents ans supplémentaires ne doivent pas être écartés.

  • 288 Ce bol appartenait à la collection Lorey, Pézard 1920, i, p. 183 ; ii, pl. cix (haut, droite) ; Wie (...)
  • 289 Pièce découverte à Rayy et conservée au Musée de Brooklyn, Atil 1973, p. 15, n° 1.
  • 290 Un bol à la Freer Gallery de Washington, Atil 1973, p. 56, 57, n° 22. Un homonyme devait exécuter e (...)
  • 291 Ettinghausen 1955, p. 305 n. 25.
  • 292 Au Musée du Louvre, Pézard 1920, ii, pl. Lxxviii ; Pope 1938-1939, p. 1529, pl. 608 ; Sauvaget 1948 (...)
  • 293 De l’Art Institute de Chicago, Wiet 1933, p. 24-25, n° 18, pl. xvii (gauche) ; Pope 1938-1939, p. 1 (...)
  • 294 La kunya peinte sur ce tesson du Musée de l’Art islamique du Caire fut d’abord prise pour celle de (...)

59Le siècle des autres potiers est particulièrement incertain. Deux vécurent probablement au iiie/ixe ou au ive/xe : Ṣāliḥ288 et Abū ‘Abd al-…289 ; puis deux au vie/xiie ou au viie/xiiie. La signature du premier comporte son nom, Ḥasan suivi de la nisba qui rappelait ses attaches à la ville de Qāšān290. Quant à celle du second, elle se réduit à une kunya en guise de nom : Abū Ṭālib. Les historiens de l’art lui attribuent trois faïences, principalement pour les similitudes de leur signature, malgré leurs notables dissemblances de technique, de style et de qualité291. Deux doivent provenir de la Perse du Nord : elles présentent un décor jaspé de jaune et de vert dit « d’Aghkand » où la signature est gravée à la pointe sans alif dans le terme Abū, à la mode persane. Dans la première, une coupe292, elle figure derrière les oreilles d’un lapin et dans la seconde, un plat293, dans le médaillon central. Mais la dernière, un tesson découvert à Fusṭāṭ, offre des reflets métalliques. Peinte au pinceau dans le fond, la signature persane se décompose en trois fragments écartés qui en révèlent la lointaine origine : le four d’Abū Ṭālib le peintre (az-tannūr-i Abū Ṭālib muṣawwir)294. Mais au rebours des deux précédentes, le alif initial d’Abū est écrit.

  • 295 Au Musée de l’Art islamique du Caire, Wiet 1935, p. 5-6, n° 9, fig. 1 et pl. ii ; Ettinghausen 1935 (...)
  • 296 Le mois et l’unité que porte cette céramique du Museum of Fine Arts (Boston) remontent à une restau (...)
  • 297 Dans l’ancienne collection Achéroff, Wiet 1935, p. 6, n° 10, pl. iii ; Sauvaget 1965, p. 42, fig. 8 (...)
  • 298 Au Musée du Louvre, RCEA, x, p. 126-127, n° 3782 (attribué à tort à la Mésopotamie). Il ne figure p (...)

60Trois autres potiers travaillèrent au viie/xiiie siècle. Le premier résidait apparemment à Qāšān ou sa région. Sur les deux étoiles de faïence qui subsistent de sa production, sa signature ne comporte qu’une kunya sans nom : Abū Zayd. Dans l’une ornée d’une femme parmi les arbres, il déclare avoir rédigé l’inscription de sa main après avoir fait et manufacturé la céramique (katabahu ba‘da mā ‘amalahu wa-ṣana‘ahu) dans la première décade de ḏū l-qa‘da 609/25 mars-3 avril 1213295 ; mais dans l’autre qui comporte un cavalier galopant, il a négligé de dater son œuvre296. La signature du second potier comporte une kunya suivie d’un nom : Bū Ṭāhir Ḥusayn. Elle figure sur un bol bleu à réseau de médaillons circulaires dépourvu de date que son style permet d’attribuer à la même époque297. Quant à celle du dernier, elle ne renferme qu’un nom, Muqrī, tracé sur un vase terminé en 612/1215298.

  • 299 Au Musée national du Kuwayt, Jenkins 1983, p. 84.

61Enfin, le métier semble avoir été moins servile en Syrie que dans le restant de l’Orient : des céramiques qui en proviennent, seul un vase porte la signature d’un esclave, Yūsuf, qui le façonna à Damas apparemment au viie/xiiie siècle299.

  • 300 Lane 1947, p. 12.
  • 301 Trois autres lectures de sa nisba sont possibles, et non une seule, comme le croyait R. Guest dans (...)
  • 302 Conservée au British Museum, Lane 1939, p. 59 ; Lane 1947, p. 12 ; Philon 1980, p. 16, fig. 21 ; Bl (...)
  • 303 Notamment au Musée Benaki, Philon 1980, p. 6, 16, fig. 21, 22 et 23, p. 17, fig. 24.
  • 304 À l’Islamisches Museum de Berlin, Herzfeld 1925, p. 82 ; Lane 1939, p. 59, 64-65.
  • 305 Lane 1939, p. 59 ; Philon 1980, p. 16, fig. 21.

62D’Afrique, seule l’Égypte a livré d’innombrables céramiques signées par des esclaves, dont certains avaient peut-être gagné la liberté, même s’ils négligeaient de signaler leur changement de condition. Les deux premiers exercèrent leur art au cours du iiie/ixe siècle ou au début du suivant, comme le suggèrent le style de leur œuvre et l’écriture angulaire de leur signature : Ḥusayn dont le nom figure sur une coupe lobée300 et Abū Naṣr al-Baṣrī301 qui travaillait dans un atelier de Miṣr, en clair : de la capitale, comme le révèle l’inscription d’une assiette carrée à condiments302. Sa production dont plusieurs pièces sont disséminées dans diverses collections de l’ancien et du nouveau monde303 était si prisée qu’elle gagnait des régions lointaines : un tesson provient, en effet, d’Aḫmīm304 et un autre d’al-Mīnā près d’Antioche305.

  • 306 De l’année, seul le sīn de sana subsiste, Fouquet 1900, p. 97-98, pl. xiii ; Wiet 1936, p. 178.

63Sous le califat des Fatimides, le nombre considérable de signatures tracées sur les pièces lustrées, les unes conservées plus ou moins intégralement, les autres sous forme de tessons aux dimensions tantôt importantes et tantôt réduites, suggère que le métier était non seulement prospère, mais peut-être aussi considéré, bien qu’en majorité servile. Toutefois, les premiers potiers avaient dû commencer à l’exercer avant la conquête du pays par l’armée venue d’Occident et les derniers le poursuivre sous les Ayyoubides : les changements de dynastie n’entraînent pas nécessairement des changements de technique ou de style. Mais comme ces artisans n’avaient pas coutume d’inscrire l’année où leur œuvre fut achevée, comme devaient le faire plus tardivement maints céramistes persans et que la seule qui figurait sur un tesson est maintenant perdue306, leur situation dans le temps demeure incertaine. Aussi les pièces attribuées au ive/xe siècle ou au suivant pourraient être plus anciennes comme plus tardives : une chronologie qui repose sur une base relativement fragile ne peut qu’inspirer une profonde réserve et continuera d’être controversée tant qu’une date ou un élément permettant de la déterminer ne sera découvert.

  • 307 ‘Alī al-Bayṭār, Yūsuf 1958, p. 176, n° 2 ; et un autre dont le nom est perdu, Fouquet 1900, p. 97-9 (...)
  • 308 Islamische Keramik 1973, p. 93-94, n° 112.
  • 309 Philon 1980, p. 202, fig. 414.
  • 310 Ibid., p. 180, 257, fig. 573.
  • 311 Bahgat et Massoul 1930, p. 62, pl. xxv, fig. 2 et 2 bis ; Wiet 1936, p. 178 ; Lamm 1941, p. 47, 49  (...)
  • 312 Bahgat et Massoul 1930, p. 73, pl. xxxiv, fig. 5 bis ; Yūsuf 1958, p. 221 ; Philon 1980, p. 227, fi (...)
  • 313 Lamm 1941, p. 47.
  • 314 Bahgat et Massoul 1930, p. 51, 52, 53, 54, 55, 58, 69 ; Lamm 1941, p. 47-48, 49, 50, 51 ; Mayer 195 (...)
  • 315 Philon 1980, p. 270, fig. 595.
  • 316 Bahgat et Massoul 1930, p. 60, pl. xxii, nos 7 et 7 bis ; Yūsuf 1958, p. 219-220.
  • 317 Yūsuf 1958, p. 187-196 ; Lamm 1941, p. 47 ; Islamic Art in Egypt 1969, p. 131, n° 117 ; Philon 1980 (...)
  • 318 Fouquet 1900, p. 53-54 ; Bahgat et Massoul 1930, p. 75 ; Yūsuf 1958, p. 221.
  • 319 Yūsuf 1958, p. 221-222.
  • 320 Ibid., p. 176, n° 2. Cette nisba est généralement omise dans sa signature, Ḥasan 1951, p. 99 ; Yūsu (...)
  • 321 Yūsuf 1958, p. 196, n° 1. Cette nisba est couramment oubliée sur sa production, Yūsuf 1958, p. 196- (...)
  • 322 Yūsuf 1958, p. 176, n° 2.
  • 323 Ibid., p. 175-180 ; Islamic Art in Egypt 1969, p. 115, n° 101 ; Philon 1980, p. 165, 167, 169, 173, (...)
  • 324 Jenkins 1967-1968, p. 366-369 ; Philon 1980, p. 167, 168, 169, 197, 198, fig. 404 et 405, 218 ; Bay (...)

64De ces maîtres incontestés des arts de la terre, l’immense majorité (quinze sur un nombre légèrement supérieur mais indéterminé) semble de condition servile, comme le suggère leur absence de filiation. La plupart devait travailler dans des ateliers de l’ancienne capitale, Fusṭāṭ, peut-être dans le même quartier, bien que seuls deux aient pris le soin de le préciser307. La signature de douze ne comporte qu’un seul élément. Huit, soit plus d’un sur deux, se bornaient à mettre leur nom. La lecture de sept est évidente : Badr308, Fawz309, Ḥusayn310, Ibrāhīm311, Muḥammad312, Ramaḍān313 et Sa‘d314 ; mais celle du huitième inspire la méfiance : Bahīn315. Le neuvième n’inscrivait que sa kunya : Abū l-Faraǧ316 ; et les trois autres leur nisba qu’ils devaient préférer à leur nom qui demeure, au reste, inconnu : ainsi al-Ṭabīb317 se flattait de l’appellation honorifique de médecin, comme al-Šāmī318 évoquait sa ville d’origine (Damas) et al-‘Alawī319 le maître ou le patron dénommé ‘Alī plutôt que la famille du Prophète. Enfin, la signature des trois derniers comporte parfois un second élément qu’ils avaient coutume d’omettre. Deux pouvaient accompagner leur nom d’une nisba de nature variée : ainsi Ǧa‘far rappelle sur une céramique ses rattaches à la ville de Baṣra320, comme Aḥmad se désigne sur une œuvre sous le terme
al-ṣayyād321 qui tirait son origine d’une activité qu’il devait exercer plus fréquemment que les arts de la terre : chasse du gibier à poil ou à plumes aussi bien que pêche indifféremment désignées sous le même terme. Enfin, le troisième, al-Bayṭār (vétérinaire) livre son nom, ‘Alī, sur une pièce322, alors qu’il n’inscrivait d’ordinaire que sa nisba323. Quant au plus prolifique, Muslim, il ne semble pas de condition servile : son nom est, en effet, parfois suivi d’une appellation toutefois ambiguë, Ibn al-Dahhān (fils du peintre), où la profession de son père remplace son nom324.

  • 325 Ces céramiques appartiennent au Musée de l’Art islamique du Caire, Yūsuf 1958, p. 182, n° 1, 182-18 (...)
  • 326 Yūsuf 1958, p. 182, n° 1.
  • 327 Comme l’avance Yūsuf 1958, p. 182, n° 1.
  • 328 Ibid., p. 221-222, pl. 88 b.
  • 329 Ibid., p. 190, n° 4, 247.

65Comme ces potiers travaillaient généralement seuls du modelage de la pâte à la cuisson finale, chaque céramique ne porte qu’une signature. Toutefois, deux pouvaient au besoin s’associer dans l’atelier : ainsi Ǧa‘far et Muslim ont inscrit leur nom au dos de deux pièces, une assiette et un tesson, l’un en gros et l’autre en petit au-dessus325. La différence de taille des écritures suggère que le premier était le maître, le second l’élève326 : l’ingénu aurait appris son art auprès d’un esclave. Mais l’inverse peut être envisagé : le maître aurait sciemment réduit son nom pour mettre en valeur le travail de son apprenti dont la signature figure sous la sienne327. Muslim semble avoir également façonné avec al-Šāmī une céramique où son nom est toutefois incertain328. Enfin, deux autres céramistes ont probablement fait œuvre commune : al-Ṭabīb et un esclave dont le nom résiste au déchiffrement329.

  • 330 En majeure partie au Musée archéologique provincial de Cordoue et au Musée de l’Art hispano-musulma (...)
  • 331 Seul Cano 1996, p. 124, a rassemblé les photos de quelques signatures.

66Peut-être plus qu’en Orient, la céramique fut apparemment un métier servile en Andalus, comme le révèlent les signatures généralement tracées au pinceau au rebord de coupes revenues au jour à Madīnat al-Zahrā’ : nulle ne comporte, en effet, un nom de père. Mais leur nombre demeure indéterminé : seules quelques-unes sont évoquées par allusions fugitives dans diverses publications, les autres dispersées dans quelques musées330 n’ont encore été ni recueillies et rassemblées ni même pour la majorité d’entre elles déchiffrées331.

  • 332 Ibid., p. 124 ; Souto 2007, p. 113.
  • 333 Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124 ; Souto 2007, p. 113.
  • 334 Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124.
  • 335 Martínez 1995, p. 143 ; Cano 1996, p. 124 ; Souto 2001, p. 293.
  • 336 Martínez 1995, p. 143 ; Cano 1996, p. 124 ; Azuar 1999, p. 47 ; Souto 2001, p. 294.
  • 337 Comme l’initiale de son nom porte un point sur la photo publiée par Cano 1996, p. 124, la lecture Ẓ (...)
  • 338 Ibid., p. 124.
  • 339 Ocaña 1970, p. 35 ; Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124.
  • 340 Signature recueillie par Ocaña 1970, p. 35 sans en préciser l’origine.

67Comme pour les marbriers de la ville, notamment du palais d’al-Zahrā’, puis ceux qui s’échinèrent pendant plus de quatre décennies pour donner à la mosquée de Cordoue sa splendeur inégalée, l’absence d’une filiation ne permet guère de savoir si chaque nom désigne un ou plusieurs artisans : la majorité d’entre eux étaient, en effet, extrêmement répandus parmi les esclaves sous le califat des Omeyyades, comme Bāšir332, Mubārak333, Nāṣir334, Naṣr335, Rašīq336 et Ẓarīf337 ; mais les autres furent apparemment moins courants, tels Wāṯiq et Ǧābir338. La majorité des ateliers devaient être masculins, mais certains étaient féminins, sinon mixtes : quelques femmes travaillaient, en effet, la terre et la peignaient pour la cuire certainement parmi d’autres femmes, mais peut-être au voisinage d’hommes, comme le révèlent deux signatures comportant chacune le nom d’une potière suivi du terme ǧāriya : Yāsmīn339 et Baraka340.

  • 341 Lecture de F. Day dans Garstang 1953, p. 261 ; Mayer 1954, p. 263 ; Rice 1958, p. 8-9.
  • 342 Lamm 1941, p. 46 ; Mayer 1954, p. 264 ; Rice 1958, p. 9.

68Enfin, parmi les rares verriers qui signèrent leur œuvre, deux furent également des esclaves ou des affranchis : Qāsim dont le nom figure sur un objet évoquant une cuillère apparemment du iie/viiie ou du iiie/ixe siècle que les fouilles ont rendu au jour à Mersin au sud de l’Anatolie341 ; et Sa‘d le peintre sur verre d’Égypte fatimide dont la signature rappelle tant celle du potier qu’ils furent tenus pour un seul et même artisan342.

  • 343 RCEA, vi, p. 74, n° 2139 ; Mayer 1959, p. 20.
  • 344 RCEA, x, p. 51-52, n° 3671 ; Mayer 1959, p. 82 ; Melikian-Chirvani 1974, p. 32 ; Melikian-Chirvani (...)

69Dans les autres métiers, le nombre de signatures d’esclaves diminue sensiblement : sans doute mieux rémunérés et souvent moins pénibles, ils ne devaient pas décourager les ingénus désireux de gagner leur vie. Toutefois, les asservis ont particulièrement brillé dans certains d’entre eux, comme l’art du métal, le plus souvent bronze ou laiton, mais parfois argent ou cuivre, où certains se qualifient de sculpteur (maṯṯāl)343 ou de graveur (naqqāš)344, à l’instar de quelques marbriers et lapicides.

  • 345 Cette aiguière de Tbilissi fut transférée du Musée d’Histoire de la Géorgie au Musée des Beaux-arts (...)
  • 346 Et non un ou deux siècles plus tard, comme l’avançait Maršak 1971, p. 148 ; Maršak 1972, p. 66-72 : (...)
  • 347 Au Musée de l’Ermitage, Diakonoff 1951, p. 24-26 ; Mayer 1959, p. 85, 92 ; Masterpieces of Islamic (...)
  • 348 Trois lectures furent proposées : Madīnat al-Fazz (quartier de Nīsāpūr), Qašan en Iran ou Qasan en (...)
  • 349 Il appartient maintenant au Museum of Fine Arts (Boston), RCEA, vii, p. 164, n° 2661 ; Mayer 1959, (...)
  • 350 Maintenant à la Freer Gallery, RCEA, x, p. 51-52, n° 3671 ; Mayer 1959, p. 82 ; Melikian-Chirvani 1 (...)
  • 351 Du Bādqīs de Hérat où il fut découvert, il gagna une collection de la ville, Melikian-Chirvani 1974 (...)
  • 352 Dans une collection particulière, Melikian-Chirvani 1979b, p. 224, 225, 229, 234, 241.
  • 353 Au Türk ve Islam Eserleri Müzesi (Istanbul), Rice 1953b, p. 230 (qui hésite entre slave et hireling(...)

70La majorité (vingt) habitaient l’Orient. Mais seuls cinq ont marqué l’année où leur œuvre s’acheva. Le premier, Abū Yazīd, coula une aiguière en bronze345 à Baṣra en 69/688-689 ou peut-être deux ans plus tôt, le sept et le neuf pouvant prêter à confusion en l’absence de points diacritiques346. Le deuxième, Sulaymān, sculpta en 180/726-727 un aquamanile en forme de rapace (sans doute aigle) de bronze ou de laiton incrusté de cuivre et d’argent, comme le révèle l’inscription qui lui ceint le cou en guise de collier347. Mais le nom de la ville où l’œuvre fut accomplie résiste encore au déchiffrement, malgré la clarté de sa gravure348. Le troisième, Ḥasan al-Qāšānī, exécuta en 459/1066-1067 dans une région indéterminée de Perse un plateau d’argent pour le sultan salǧūkide, Alp Arslān349. Le quatrième, Šāḏī le graveur (al-naqqāš) de Hérat, signa trois bronzes incrustés de cuivre et d’argent : une écritoire achevée au cours des mois de l’année 607/1210-1211350, un plumier portatif351 et un flacon en forme d’oiseau dont il a omis la date352. Enfin, le dernier, Iyās, était l’esclave (ġulām) de ‘Abd al-Karīm b. al-Turābī al-Mawṣilī, comme le révèle la signature d’une aiguière de bronze coulée en 627/1229-1230 dans une ville indéterminée dans le style de Mossoul353.

71Les quinze autres maîtres du métal de condition servile ont négligé de graver l’année où leur travail prit fin. Aussi demeure-t-elle indécise, autant que la région où ils avaient exercé leur art qui pouvait être éloignée de la ville où ils l’avaient appris sans y avoir nécessairement vu le jour : ainsi Ismā‘īl al-Ḥalabī, Muḥammad Ṭūsī, Maḥmūd Qazwīnī avaient dû en cours de vie respectivement quitter Alep, Ṭūs et Qazwīn, sinon ils n’auraient jamais été désignés sous cette nisba.

  • 354 Dans la collection Keir à Ham (Royaume-Uni), Fehérvári 1976, p. 25, 32-33 ; Bernus-Taylor 2000a, p. (...)
  • 355 Plusieurs aiguières portent son nom, Baer 1983, p. 93-94, fig. 71 ; Masterpieces of Islamic Art 199 (...)
  • 356 Son nom est gravé sur une aiguière du Musée d’Histoire de la Géorgie à Tbilissi, Loukonine et Ivano (...)
  • 357 Un chaudron du Musée de l’Ermitage porte sa signature, Mayer 1959, p. 59 ; Masterpieces of Islamic (...)
  • 358 Il signa deux brûle-parfums, l’un au Musée de l’Ermitage, l’autre au Musée archéologique de Téhéran (...)
  • 359 Son nom figure sur une aiguière du Musée de l’Ermitage, Loukonine et Ivanov 1995, p. 142, n° 124.
  • 360 Sa signature est gravée sur une aiguière du Musée de l’Ermitage, Mayer 1959, p. 76.
  • 361 Il signa deux encriers en cuivre, RCEA, ix, p. 257, n° 3578 ; Mayer 1959, p. 82-83 ; The Arts of Is (...)
  • 362 Un chaudron du Musée de l’Ermitage porte sa signature, Mayer 1959, p. 59 ; Masterpieces of Islamic (...)
  • 363 Il signa deux brûle-parfums, l’un au Musée de l’Ermitage, l’autre au Musée archéologique de Téhéran (...)
  • 364 Sur une aiguière du Victoria and Albert Museum, Melikian-Chirvani 1979a, p. 27-28.
  • 365 Deux bronzes portent sa signature : un bol de la collection Foroughi à Téhéran qui remonte peut-êtr (...)
  • 366 Sur un bassin de l’ancienne collection Kevorkian, Melikian-Chirvani 1972, p. 140 ; et un chaudron, (...)
  • 367 Sur une aiguière d’une collection privée, Melikian-Chirvani 1977, p. 381-382, pl. 8.

72Comme le révèle le style de leurs œuvres le plus souvent créées dans des alliages cuivreux (bronze ou laiton), mais parfois en cuivre, la majorité de ces maîtres (douze) devait habiter ou provenir du Ḫurāsān ou de Mésopotamie qui furent des siècles durant les centres les plus importants d’Orient pour l’art du métal. Le plus ancien semble ‘Awf dont le nom apparaît sur l’anse d’une aiguière en laiton sans doute coulée au iie/viiie siècle354. Les onze suivants vécurent longtemps plus tard, les premiers probablement au ive/xe siècle, les derniers au viie/xiiie et peut-être même au-delà, leur datation étant particulièrement indécise par manque de repères. Leur production disséminée dans diverses collections de l’ancien et du nouveau monde est de nature variée : la majorité est constituée d’aiguières parfois qualifiées de cruches dont l’usage fut particulièrement répandu en Orient, le restant de chaudrons, bassins, encriers ou plateaux qui servaient apparemment de brûle-parfum. Leur signature offre un trait commun : elle est dépourvue de filiation, comme pour les fils d’inconnus. Celle de sept (soit moins de la moitié) ne comporte qu’un nom : Aḥmad355, al-Faḍl356, Maḥmūd357, Muḥammad358, Nāṣir359, Naṣr360 et Šāh Malik361. Mais deux ont pris soin de rappeler leurs attaches à leur ville d’origine sans toutefois indiquer celle où le hasard les avait alors établis : ainsi Maḥmūd provenait de Qazwīn362 et Muḥammad de Ṭūs363. Enfin, la signature de quatre ne comprend qu’une kunya qui devait leur servir de nom également sans filiation : dans celle de deux, Abū l-Fatḥ364 et Abū Naṣr365, le alif initial du terme Abū est écrit comme dans le monde arabe, mais dans les deux autres, Bū Bakr366 et Bū Sa‘īd367, il est omis à la mode persane.

  • 368 Cette sculpture appartient aux Staatliche Kunstsammlungen de Cassel, RCEA, vi, p. 74, n° 2139 ; May (...)
  • 369 Dans la collection Keir, Fehérvàri 1976, p. 130.
  • 370 Au Metropolitan Museum of Art, Mayer 1959, p. 67-68.
  • 371 RCEA, ix, p. 253, n° 3569 ; Mayer 1959, p. 51 ; The Arts of Islam 1976, p. 172, n° 183.

73Des quatre derniers maîtres, deux semblent avoir habité l’Égypte, comme le suggère le style de leur œuvre : ‘Abd ‘Allāh le sculpteur (al-maṯṯāl) qui signa un lion368 et Yaḥyā une chaîne et un crochet de bronze incrusté d’argent369. Enfin, les deux autres vécurent dans des pays indéterminés : Muḥammad al-bayyā‘ ( ?) qui fit un encrier incrusté d’argent probablement au viie/xiiie siècle370 et Ismā‘īl al-Ḥalabī un crochet en cuivre peut-être au suivant371.

  • 372 RCEA, vii, p. 134, n° 2613 ; Mayer 1959, p. 21-22 ; Makariou 2000, p. 111 ; Galán 2005, vol. i, p.  (...)
  • 373 Bautier 1977. Auparavant, le paon fut également attribué au ive/xe et au vie/xiie siècles et le nom (...)
  • 374 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Martínez 1995, p. 143 ; Blair 1998, p. 101 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 6 (...)
  • 375 Souto 2001, p. 285, puis Souto 2005a, p. 255, n’a pas saisi cette finesse : il a pris le terme ‘abd(...)
  • 376 Comme le suppose Souto 2001, p. 286.

74Les bronziers d’Occident de condition servile résidaient tous en Andalus. Des sept révélés par leur signature, un seul grava l’année où son travail fut achevé : ‘Abd al-Malik qui souligne sa confession par l’épithète de chrétien (al-naṣrānī) placée derrière son nom372 dans la signature du fameux paon aquamanile du Louvre dont l’inscription latine du jabot précise la date longtemps controversée : 1010 de l’ère d’Espagne (972 de la nôtre)373. Mais la dédicace d’une seconde œuvre permet de la situer dans le temps : le coffret en argent doré et niellé de la cathédrale de Gérone destiné à Hišām, l’héritier présomptif, fut certainement achevé en 366/976 entre le 5 février où al-Ḥakam al-Mustanṣir le désigna comme successeur et le 1er octobre où son père quitta la vie. L’objet fut longtemps tenu pour anonyme, la signature des deux artisans n’ayant été que tardivement découverte au dos de la fermeture : « œuvre de Badr et de Ṭarīf ou Ẓarīf son esclave » (‘amal Badr wa-Ṭarīf/Ẓarīf ‘abdihi)374. Comme le mot ‘abd est au singulier, alors que le duel s’impose, le second devait être l’esclave du premier ; autrement dit, l’esclave d’un esclave375 et non celui du calife. Ces deux artisans étaient peut-être les deux marbriers qui avaient précédemment travaillé pour la gloire de la mosquée de Cordoue376.

  • 377 Cette pièce est maintenant déposée au Musée paroissial de Liétor, Navarro et Robles 1996, p. 77-78, (...)
  • 378 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández et Vicent 1973, p. 113, fig. 5 ; Martínez 1 (...)
  • 379 Comme l’avance Azuar 1999, p. 46-48, 53 ; mais Souto 2001, p. 294-295, demeure réservé.
  • 380 L’un se trouve au Musée archéologique provincial de Cordoue, Santos 1945, p. 45, fig. 10 ; Azuar 19 (...)
  • 381 Ils sont conservés au Musée archéologique national de Madrid, Franco 1993, p. 83, n° 1, 84-85, n° 6 (...)
  • 382 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Córdoba et Hernández 1993, p. 921, 922 ; Zozaya 2000b (...)
  • 383 Comme le propose Souto 2001, p. 287. Toutefois, Durrī n’est jamais précédé de l’article al.

75Tous les autres bronzes sont dépourvus de date. Mais leurs ornements ont permis de les assigner à la fin du iiie/ixe siècle ou au début du suivant. Le plus remarquable est la lampe à huile fortuitement découverte dans une grotte des montagnes d’Albacete près de Liétor où la signature de Rašīq apparaît sur le côté droit du réservoir377. Comme son décor évoque celui d’une plaque provenant de Madīnat al-Zahrā’ qui porte le même nom378, le bronzier et le marbrier sont susceptibles d’être un seul artisan qui gravait indifféremment les deux matières379. Deux dés de tailleur ou de sellier de bronze découverts dans la province de Cordoue présentent également la même signature380, mais l’absence d’ornements ne permet guère de les lui attribuer avec certitude. Enfin, cinq doigtiers similaires de même époque révèlent deux derniers esclaves du bronze : quatre portent la signature de Sayf381 et le cinquième un nom incertain qui fut d’abord lu Durrī382, puis al-Ḥurrī383.

  • 384 Cette boiserie est maintenant conservée au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández 192 (...)
  • 385 Ces bois appartiennent également au même musée, Hernández 1928, p. 219-220, fig. 91, 93 et 94 ; RCE (...)
  • 386 Rassemblées dans la liste chronologique de Mayer 1958, p. 75.
  • 387 RCEA, viii, p. 35-36, n° 2863 ; Mayer 1958, p. 51.
  • 388 Mayer 1958, p. 24.

76Encore plus que dans le travail du métal, les esclaves ne semblent pas avoir abondé dans la sculpture du bois, sauf en Andalus : de quatre signatures relevées sur des solives de la toiture dans l’agrandissement entrepris par al-Ḥakam al-Mustanṣir dans la mosquée de Cordoue, une seule fut apparemment gravée par un ingénu, Ibn Fatḥ384, les trois autres par des artisans privés de nom de père, comme s’ils étaient les fils de personne : Albakka, Altikka ou Alika ( ?), Rašīq et Ḥātim385. On peut présumer qu’ils appartenaient, comme les marbriers, au commandeur des croyants. Mais dans le restant du monde musulman, les esclaves du bois semblent de nombre réduit : de dix-neuf signatures jusqu’à la moitié du viie/xiiie siècle de l’Islam386, seuls deux, en effet, trahissent une condition servile : Muḥammad qui grava en 490/1097 son nom dans le minbar de la mosquée d’Alger387 et ‘Abd al-Wāḥid qui façonna en 531/1136-1137 une porte de la mosquée al-Qarawiyyīn à Fez388.

  • 389 Mayer 1956a.
  • 390 Son nom est précédé dans l’inscription du terme banā qui désigne la construction et non sa directio (...)
  • 391 Ibn Ḥammādo, p. 32/52 ; Beylié 1909, p. 20, 34 ; Marçais 1926, vol. i, p. 136 ; Marçais 1954, p. 92 (...)
  • 392 Burckhardt 1822, p. 150-151 ; Van Berchem 1909, p. 17, n° 17, fig. 3 ; RCEA, viii, p. 287, n° 3197  (...)
  • 393 Herzfeld 1921, p. 143 ; Mayer 1956a, p. 133.
  • 394 Van Berchem 1907, p. 31, n° 12 bis ; Beygu 1936, p. 242 ; RCEA, x, p. 96-97, n° 3738.
  • 395 Van Berchem 1907, p. 29, n°11, p. 30, n° 12, p. 31, n° 12 bis ; Beygu 1936, p. 241-243 ; RCEA, x, p (...)
  • 396 Hakki 1929, p. 250 ; Riefstahl 1931, p. 47, 85, fig. 205 ; Mayer 1956a, p. 57.

77Contrairement aux précédents métiers d’art, les deux derniers ne semblent pas avoir été essentiellement serviles : l’architecture et la construction des instruments astronomiques. Pour les bâtisseurs, des 126 dont le nom a été recueilli dans les sources narratives et les inscriptions avant l’avènement des Mamelouks389, 90 (soit près de 72 %) sont assurément libres. Mais cinq furent certainement de condition servile, les uns leur vie durant, les autres pour une période limitée de leur existence avant de gagner la liberté. Le premier, Abū Raddād client de ‘Abd Allāh b. ‘Ayyāš ou ‘Abbās, éleva le barrage de Wādī al-Ḫanq à l’est de Médine sur ordre de Mu‘āwiya entre 41/662 et 59/679390. Les deux suivants provenaient du monde chrétien : Būniyāš qui bâtit et dota de solides remparts en 398/1007-1008 la citadelle de ses maîtres, les Banū Ḥammād391 ; et Qusṭa dont la signature en larges caractères fut jadis relevée sur une voûte du château des Assassins à Maṣyaf probablement édifié vers la moitié du vie/xiie siècle392. Enfin, le nom des trois derniers semble trahir des eunuques qui avaient dû toutefois obtenir la liberté, mais dont seul le troisième est formellement désigné comme tel par le terme de ṭawāšī : Abū l-Ṯābit Yāqūt qui érigea vers 600/1203 un monument face au mausolée de la famille al-Ḫaššāb à Alep393 ; Ḍiyā’ al-dīn Lu’lu’ architecte (mi‘mār) d’un émir dont le nom est perdu394 qui releva en 610/1213 les remparts de Bāybūrd (Bayburt) en Turquie pour le sultan salǧūkide de Rūm Muġīṯ al-dīn Ṭuġril Šāh dont il fut aussi le majordome (ustāḏ al-dār)395 ; et Balabān qui édifia en 774/1373 la mosquée de la citadelle proche de Yivli396.

  • 397 Sur ce privilège, voir Mayer 1956a, p. 21-22.
  • 398 Marçais 1926, vol. i, p. 13 ; RCEA, ii, p. 75, n° 505 ; Glück 1932, p. 324 ; Creswell 1940, vol. ii(...)
  • 399 Zbiss 1955, p. 33-34, n° 6 ; Mayer 1956a, p. 43.
  • 400 Hawary 1934-1935, p. 143-144 ; RCEA, vii, p. 213, n° 2733 ; Creswell 1952, p. 148 ; ‘Abd al-Wahhāb (...)

78Mais ces cinq architectes ne devaient pas être les seuls esclaves de la profession : vingt-six partagèrent apparemment leur condition, comme le suggère leur signature. S’ils avaient obtenu l’insigne honneur de graver leur nom sur leur œuvre, parfois même en évidence sur la façade, les murs, une tour ou le linteau d’une porte397 sans l’accompagner du nom de leur père, ils devaient être privés de filiation plutôt que fils d’un inconnu. Les trois premiers édifièrent des parties de la mosquée de l’Olivier (al-zaytūna) à Tunis : Fatḥ qui éleva en 250/864 la coupole précèdant le miḥrāb, comme l’indique la frise épigraphique que clôture son nom398 ; puis Aḥmad al-Burǧīnī et Abū l-Ṯanā’ qui collaborèrent avec deux architectes de condition libre pour bâtir de 380/990 à 385/995 la coupole antérieure, les galeries (muǧannabāt) et le sous-sol (dawāmis)399. Près d’un siècle plus tard, le bandeau du minaret du village d’al-Bāb au sud d’al-Šallāl dans la région d’Assouan révèle qu’il est l’œuvre de Ḥātim le constructeur (al-bannā’) et de son fils dont le nom est passé sous silence à une date non précisée que son style permet de situer entre 469/1077 et 474/1081400.

  • 401 Comme le miḥrāb de la mosquée de Mossoul, RCEA, viii, p. 248, n° 3138 ; et le minaret de Ghelmetz, (...)
  • 402 Mayer 1956a, p. 36.
  • 403 Van Berchem 1909, p. 89, n° 1240 ; Van Berchem et Strzygowski 1910, p. 61, n° 21 ; RCEA, ix, p. 2-3 (...)
  • 404 Van Berchem et Strzygowski 1910, p. 63, n° 22 ; RCEA, ix, p. 37-38, n° 3257 ; Gabriel 1940, vol. i,(...)
  • 405 RCEA, ix, p. 29-30, n° 3245 ; Mayer 1956a, p. 59.
  • 406 RCEA, ix, p. 226-227, n° 3523 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 322, n° 69 ; Mayer 1956a, p. 74.
  • 407 RCEA, ix, p. 227, n° 3524 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 323, n° 71 ; Mayer 1956a, p. 74.
  • 408 RCEA, ix, p. 227, n° 3525 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 199, 335, n° 101 ; Mayer 1956a, p. 74.
  • 409 Mayer 1956a, p. 127. Cet architecte doit être distingué de son homonyme qui restaura en 635/1237-12 (...)
  • 410 RCEA, x, p. 115-116, n° 3764 ; Mayer 1956a, p. 119.
  • 411 RCEA, x, p. 206, n° 3902 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 197, 331, n° 90 ; Mayer 1956a, p. 87.
  • 412 RCEA, x, p. 204-205, n° 3900, p. 205-206, n° 3901 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 194, 197, 325, n° 77, (...)
  • 413 Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 325, n° 77 ; RCEA, xi, p. 88-89, n° 4137 ; Mayer 1956a, p. 37-38.
  • 414 RCEA, xii, p. 178, n° 4666 ; Mayer 1956a, p. 118.

79Les esclaves bâtisseurs se répandirent ensuite dans maints pays d’Orient, dont deux semblent avoir élevé à leurs frais l’élément du bâtiment qui porte leur nom, comme le suggère l’absence inusuelle du nom du maître d’ouvrage dans l’inscription401. Le plus grand nombre (onze) érigèrent des monuments en Asie centrale ou mineure : le premier, Abū Bakr, construisit à une date non précisée dans le dernier tiers du ve siècle (tournant des xie et xiie siècles) la mosquée de Dandānaqān au Turkestan402. Les cinq suivants érigèrent divers monuments au cours du vie/xiie siècle : Hibat Allāh originaire de Gurgān, comme le révèle la nisba d’al-Kurkānī, bâtit en 550/1155-1156 l’aile orientale (al-ǧanāḥ al-šarqī) et l’estrade (dakka) établie à son nord de la mosquée de Diyār Bakr403, puis neuf ans plus tard en 559/1164 la colonnade (ṣuffa) est, « des fondations au sommet », et l’enclos réservé (maqṣūra)404 ; à la même époque, Dalǧī, Ṣartān et Ṭasǧī « maîtrisèrent la construction » (ḍabaṭa binā’) du minaret de la mosquée de Ghelmetz dans le Caucase en 557/1162, pour reprendre les termes de l’inscription405 ; ‘Īsā Abū Dirham le constructeur de maisons (bannā’ al-dur) (sic) érigea deux monuments toujours à Diyār Bakr : la citadelle en 595/1199, où il plaça deux signatures, l’une au-dessus de la porte après le texte de construction406, l’autre sur une tour de l’enceinte407 et la madrasa al-Zinǧiriyya probablement à la même date, où subsiste toujours son nom sur la face sud de la cour408. Enfin, les cinq derniers signèrent plusieurs bâtiments au fil du viie/xiiie siècle : ‘Umar l’architecte (al-mi‘mār) éleva en 602/1205-1206 une paire de madrasas à Kayserı (Qayṣariyya), l’une connue sous le nom d’al-Šifā’iyya et l’autre sous celui de la Ġiyāṯiyya409 ; Sebastos al-Qayṣarawī restaura en 612/1215 un saillant de la citadelle de Sinope410 ; Mas‘ūd bâtit en 620/1223 la mosquée de Diyār Bakr411 et la madrasa voisine désignée sous le nom du sultan salǧūkide de Rūm, Mas‘ūd412 ; Abū l-Faraǧ érigea en 634/1237 l’enceinte de Diyār Bakr413 ; enfin Sa‘īd al-Qayṣarī construisit en 671/1272-1273 l’hôpital Yīlanlī de Kastamonu414.

  • 415 Van Berchem 1909, p. 23, n° 26 c ; RCEA, ix, p. 165, n° 3434 ; Mayer 1956a, p. 52.
  • 416 Sharon 1999, p. 237-238.
  • 417 Van Berchem 1888, p. 468 ; RCEA, ix, p. 64, n° 3291 ; Sharon 1999, p. 52-53. Son œuvre ne se bornai (...)
  • 418 RCEA, x, p. 74, n° 3705 ; Sharon 2004, p. 236-237.
  • 419 Sarre et Herzfeld 1911-1920, vol. i, p. 2, n° 1 ; RCEA, x, p. 159, n° 3828 ; Mayer 1956a, p. 31.
  • 420 RCEA, xi, p. 36-37, n° 4057 ; Mayer 1956a, p. 49.
  • 421 Il écrivit l’inscription sans toutefois s’attribuer la construction de la mosquée, Sauvaget 1931, p (...)
  • 422 Ṭabbāḫ, vol. iii, p. 111 ; passage traduit par Sauvaget dans Ibn al-Šiḥna, p. 24 n. 4 ; RCEA, xi, p (...)
  • 423 Sharon 2007, p. 35-36.

80Dans le restant de l’Orient, le nombre d’esclaves bâtisseurs fut apparemment plus réduit qu’en Asie centrale ou mineure. Ainsi en Syrie, neuf signatures seulement semblent, en effet, révéler en deux siècles la servitude : ‘Alī al-Ma‘arrī qui grava fièrement son nom en 584/1188 dans un médaillon de son œuvre (‘amal), la mosquée al-‘Umarī à Ḥamā415 ; Aḥmad b. Mālik l’esclave (ġulām) de l’émir Ṣārim al-dīn Qaymāz al-Naǧmī (m. en 596/1198-1199) qui construisit la mosquée d’al-Bīra près d’un lustre avant la disparition de son maître416 ; Abū l-Faḍl al-Mawṣilī qui releva la tour du château de Bāniyās en 597/1200-1201417 ; Yaḥyā Abū l-Qāsim qui bâtit en 609/1212 au Mont Tabor un « lieu béni », probablement une mosquée418 ; le maître (ustāḏ) ‘Abd Allāh qui refit le minaret de Bālis sous le règne d’al-Malik al-‘Ādil Abū Bakr b. Ayyūb (m. en 615/1218)419 ; le maître (ustāḏ) ‘Alī qui rebâtit le château de Šayzar en 630/1233420 ; ‘Umar l’architecte (al-mi‘mār) qui grava en 635/1237-1238 son nom dans la pierre commémorant la construction de la mosquée de Palmyre qu’il semble avoir bâtie421 ; al-Muṭawwa‘ qui revendiquait fièrement la facture (ṣan‘at) du Palais de justice d’Alep fondé vers 641/1243 dans l’inscription qui en surmontait jadis la porte422 ; enfin, ‘Alī qui construisit en 660/1262 une forteresse à Balāṭunus423.

  • 424 RCEA, viii, p. 248, n° 3138 (où le nom Muṣṭafā n’a pas été déchiffré) ; Mayer 1956a, p. 111-112.
  • 425 Leur nom figure dans l’inscription de la coupole, Herzfeld 1914, p. 367 ; RCEA, ix, p. 192-193, n°  (...)
  • 426 Comme le suggère l’invocation en sa faveur, Sarre et Herzfeld 1911-1920, vol. i, p. 22, n° 24 ; RCE (...)

81De même, en Iraq, seuls quatre architectes semblent de condition servile : Muṣṭafā qui avait dû quitter Bagdad, comme le révèle sa nisba al-Baġdādī, pour s’établir à Mossoul où il signa en 543/1148 le miḥrāb de la mosquée424 ; les deux maîtres (ustāḏayn), Muslim et Badr, qui bâtirent un mausolée anonyme en 589/1193 dans la localité de Mašhad ‘Alī425 ; et Sunbul dont les deux noms de relation al-Malikī al-Badrī révèlent qu’il appartenait à Badr al-dīn Lu’lu’, le maître de Mossoul, où il construisit en 646/1248 le mausolée de ‘Awn al-dīn426.

  • 427 Souto 1997, p. 22 ; Souto 2001, p. 288, 296 ; Souto 2005b, p. 467 ; Martínez 2007, p. 203 n. 740.
  • 428 ‘Uḏrī, p. 63 ; Souto 1995, p. 500-502, 505-506 ; Souto 1997, p. 21.
  • 429 Ibn Ṣāḥib al-Ṣalāt, p. 392 ; Antuña 1930, p. 45, 51, 118, 139 ; Torres Bálbas 1941, p. 217 ; Torres (...)

82Enfin, en Andalus, une seule inscription livre le nom d’un architecte de condition servile : Fatḥ esclave du commandeur des croyants (ġulām amīr al-mu’minīn) qui sans doute rebâtit en 318/930 à Écija (Séville) un travail hydraulique (aqueduc, citerne ou fontaine) désigné sous le terme vague de siqāya, bien que le mot ‘amal ne précise pas si son œuvre fut la reconstruction du monument ou la gravure de la plaque427. Mais elle pourrait embrasser les deux : maints architectes étaient également lapicides. En outre, les sources narratives révèlent l’existence d’un, sinon deux esclaves bâtisseurs : Ḫafīf qui bâtit en 261/874-875 la muraille de Huesca, comme l’attestait son nom jadis gravé dans l’inscription (naqš) de la porte de Bāb Lubūn428 ; et peut-être aussi ‘Alī al-Ġumārī al-‘arīf (le maître-maçon) qui releva en 584/1188 le minaret de la mosquée de Séville, comme permet de le supposer la chronique qui en évoque le souvenir : elle ne le désigne que sous la nisba de sa ville d’origine (Gomera) sans mentionner sa filiation429.

  • 430 Cet instrument appartient maintenant au Museum of the History of Science (Oxford), Mayer 1956b, p.  (...)
  • 431 Le premier appartient à une collection particulière au Kuwayt, le second au Musée de l’Art islamiqu (...)
  • 432 D’après un manuscrit anonyme, GAS, vol. vi, p. 288.
  • 433 King 1995, p. 81.
  • 434 Dans l’astrolabe de l’Adler Planetarium (Chicago), elle se réduit à Badr ; mais dans la sphère du M (...)
  • 435 Le premier est au Museum of the History of Science (Oxford), RCEA, x, p. 260-261, n° 3989 ; Mayer 1 (...)

83Dans le domaine des instruments astronomiques, où le travail manuel est obligatoirement accompagné d’amples connaissances dans les sciences de l’Univers, la condition servile devient relativement rare : elle n’est plus trahie que par quatre facteurs dans les innombrables signatures disséminées dans le monde. Le premier, Ḫafīf, se déclare ġulām de ‘Alī b. ‘Īsā dans l’inscription d’un astrolabe de la fin du iiie/ixe siècle430, le plus ancien qui ait survécu du monde islamique. Le deuxième est son esclave (ġulām), Busṭūlus/Basṭūlus plutôt que Nasṭūlus, dont la signature se lit sur le trône de deux astrolabes, l’un daté de 315/927-928, l’autre dépourvu de date431. Son maître dut plus tard l’arracher à la servitude pour récompenser son dévouement ou l’affranchir en mourant, s’il n’avait racheté sa liberté par les gains obtenus dans l’exercice de son art. Les maîtres reconnaissants devaient, en effet, vendre à leurs esclaves leur libération à un prix plus bas qu’ils n’en auraient tiré sur le marché. Busṭūlus/Basṭūlus ne changea pas seulement de statut, mais également de religion, comme le révèle le nom de Muḥammad qu’il prit tardivement et accompagna du nom d’un père également musulman, alors qu’il n’avait pas jamais dû abandoner le christianisme : Muḥammad, d’après certains432, mais ‘Abd Allāh d’après d’autres433. Mais cette nouvelle dénomination n’évinça pas l’ancienne qui continua de le désigner. Le troisième, Badr, fut d’abord l’esclave du fameux astronome, Badī‘ al-zamān al-aṣturlābī, avant d’en devenir le client (mawlā) en gagnant la faveur de la liberté, comme le révèle la signature des deux instruments qui ont survécu d’une production sans doute considérable : un astrolabe daté de 525/1130-1131 et une sphère céleste construite dix ans plus tard434. Enfin le dernier, ‘Abd al-Karīm al-Mu‘izz al-Šihāb, fut l’esclave du sultan ayyoubide al-Malik al-Ašraf Abū l-Fatḥ Mūsā, puis son client, comme l’attestent les deux noms de relation (nisba), al-Malikī al-Ašrafī, qu’il joignit à son nom après sa libération de la servitude dans la signature de deux astrolabes, l’un gravé en 625/1227-1228, l’autre probablement en 638/1240-1241435.

  • 436 Comme le souligne Hilāl, p. 124 ; Rāġib 1996, p. 8.
  • 437 Rāġib 1996, p. 14.

84Ce tour d’horizon de diverses branches des arts de l’Islam médiéval risque toutefois de fausser notre vision : il est, en effet, essentiellement fondé sur le dépouillement des signatures recueillies dans les papyrus, les objets et les monuments, non seulement parce qu’il est fatalement incomplet, mais surtout parce que l’immense majorité des œuvres demeurent anonymes, hormis les instruments astronomiques que les facteurs avaient coutume de signer. Si les documents officiels émanés des chancelleries et divers bureaux omeyyades et abbassides des premiers temps portent toujours le nom du rédacteur et parfois du copiste, cette précision permettait uniquement de les identifier436 et ne témoignait nullement de leur fierté d’avoir rédigé ou transcrit le document. En clair, la signature affirmait seulement la sincérité de l’écrit et engageait la responsabilité du scribe qu’on pouvait ainsi retrouver s’il avait commis une bévue ou une trahison passible de sanction : la ressemblance de l’écriture de ces secrétaires, de chancellerie aussi bien que des bureaux de la capitale ou de province, fruit d’un élevage public ou privé437 souvent sous la direction d’un même maître, était, en effet, si grande qu’il était malaisé, voire impossible, même pour des yeux avertis, d’identifier le scribe qui avait rédigé le document s’il n’avait inscrit son nom au bas de la feuille avant la date qui le clôturait. Par contre, les signatures des monuments et des objets avaient un but différent : souligner le mérite de l’artisan, le glorifier et même, au besoin, augmenter le prix de son œuvre lors d’une vente future. Toutefois, l’historien est en droit de soupçonner avec raison que le rôle de la servitude révélée par les signatures doit être confirmée, sinon amplifiée, par les bâtiments et les objets qui en sont dépourvus : en clair, nombre d’œuvres anonymes doivent être attribuées à des esclaves, même s’il est impossible de le prouver. Le développement de maints arts de l’Islam médiéval apparaît donc intimement lié au travail servile, dont l’importance a cependant varié de branche en branche : s’il a été primordial dans la calligraphie, l’élaboration des inscriptions, la gravure du marbre et de l’ivoire, la céramique et le verre, il s’avère moins important pour la sculpture du métal et du bois, l’architecture et la construction des instruments astronomiques, malgré l’éminence de nombre d’artisans de condition servile.

  • 438 Ibn ‘Iḏārī, vol. ii, p. 247-248 et p. 392 ; Marçais 1926, vol. i, p. 225-226 ; Lévi-Provençal 1931, (...)
  • 439 Comme l’avance Stern 1976, p. 38.

85Ces êtres privés de liberté appartenaient souvent aux souverains, dont plusieurs possédaient des ateliers serviles spécialisés dans des techniques déterminées : ainsi les marbriers de ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir embellirent de 342/953-954 à 345/957 le palais d’al-Zahrā’ ; puis ceux d’al-Ḥakam al-Mustanṣir et al-Manṣūr trimèrent de 350/961 à 392/1002 pour le prestige de la mosquée de Cordoue. L’habileté manuelle de certains esclaves était si grande qu’elle leur permettait d’acquérir promptement des métiers encore inconnus dans le pays : en 354/956, al-Ḥakam mit nombre des siens sur le chantier du mosaïste envoyé par l’Empereur Nicéphore Phocas pour parer la grande mosquée de tesselles en pâte de verre qui l’avaient accompagné de Constantinople. Ils apprirent si vite la technique nouvelle qu’ils dépassèrent bientôt le maître : aussi prit-il le chemin du retour avant l’achèvement des travaux qui durent se prolonger jusqu’à la fin de 361/970 ou au début de l’année suivante438. Ils innovèrent même en mêlant aux mosaïques de verre importées des cubes de pierre et de marbre confectionnés dans la ville même ou dans les carrières de la région439.

  • 440 Ghouchani 1986, p. 94 n° 37, 95, pl. 37.
  • 441 Mustaḫdamāt min arbāb al-ṣanā’i‘ min al-quṣūriyyāt, Maqrīzī, vol. i, p. 411. Mais le premier terme (...)
  • 442 Ibn Wāṣil, vol. iii, p. 214 ; Ḥanbalī, p. 329 ; ‘Abd al-Wahhāb 1953-1954, p. 540 ; Eddé 1999, p. 22 (...)

86Quelques souverains d’Orient entretenaient également des artisans de condition servile souvent nés sous leur toit. De père en fils, ils façonnaient maints objets généralement destinés à leur usage. Ainsi les califes abbassides devaient posséder des esclaves rompus à différents arts, notamment la céramique. Si certains habitaient la capitale, d’autres travaillaient dans des provinces aussi reculées que Nīšāpūr, tel ‘Abawayh qui, dans la signature d’une assiette, se flatte d’être « artisan du commandeur des croyants » (ṣānī‘ amīr al-mu’minīn) sans toutefois souligner sa servitude trahie par son absence de filiation440. Dans les palais fatimides du Caire, des servantes exerçaient également différents métiers441. Quelques-unes devaient être nées libres ou tardivement affranchies, mais le restant de condition servile. La tradition ne fut pas abandonnée par les Ayyoubides, malgré le changement de dynastie : lorsque la fille préférée d’al-Malik al-‘Ādil, Ḍayfa Ḫātūn, quitta Damas en 609/1212 pour rejoindre son époux, le souverain d’Alep, al-Malik al-Ẓāhir, elle fut accompagnée de cent femmes esclaves aux mains expertes en artisanats divers442.

  • 443 Ainsi Burhān le raḫḫām rédigea une épitaphe du Turkestan en 608/1212, RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.
  • 444 Badr et Ṭarīf gravèrent le coffret de Gérone et sans doute le marbre pour la mosquée de Cordoue, co (...)
  • 445 Ainsi Rašīq le marbrier devait sculpter le bronze,comme le suggèrent les ornements d’une lampe port (...)
  • 446 Ainsi Aḥmad al-bannā’ écrivit une stèle de Cordoue en 436/1044, Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; (...)
  • 447 Comme Sa‘d à Fusṭāṭ sous les Fatimides, Lamm 1941, p. 46 ; Mayer 1954, p. 264 ; Rice 1958, p. 9.

87Ces artisans de condition servile n’exerçaient pas tous un seul métier : les nécessités de la vie obligeaient maints d’entre eux à en pratiquer deux et peut-être trois dont la technique souvent proche les conduisait à manier les mêmes outils (ciseau et marteau). Ainsi les marbriers ne sculptaient pas seulement, le cas échéant, les stèles443 ; certains travaillaient également des objets usuels en métal : argent444 ou bronze445. De même, architectes et maçons que la terminologie ne permet de distinguer rédigeaient au gré des besoins les inscriptions destinées aux monuments et aux morts446. Mais les lapicides ne pouvaient bâtir sans formation. S’ils venaient à l’acquérir, ils préféraient se donner un terme dénommant le métier noble de constructeur plutôt que l’activité dépréciée qu’ils exerçaient au fil des commandes. Enfin, les potiers peignaient par moments le verre447.

  • 448 Fatḥ, Aflaḥ et Ṭarīf, Martínez 1995, p. 113 ; Badr, Naṣr et un troisième dont le nom est perdu, Mar (...)
  • 449 Aflaḥ trimait tantôt avec Badr et tantôt avec Rizq, Martínez 1995, p. 112 
  • 450 Aflaḥ s’associa à Durrī, Rodríguez et Souto 2000, p. 363, 364, 366, 368, 387 ; Souto 2001, p. 284, (...)
  • 451 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, il porte les noms de Bašīr, Faraǧ et Mubārak, Souto 2 (...)
  • 452 RCEA, ix, p. 29-30, n° 3245 ; Mayer 1956a, p. 59.
  • 453 Herzfeld 1914, p. 367 ; RCEA, ix, p. 192-193, n° 3473 ; Mayer 1956a, p. 110.
  • 454 Hawary 1934-1935, p. 143-144 ; RCEA, vii, p. 213, n° 2733 ; Creswell 1952, p. 148 ; ‘Abd al-Wahhāb (...)
  • 455 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Blair 1998, p. 101 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 68 ; Souto 2001, p. 285-2 (...)
  • 456 Lévi-Provençal 1931, p. 189, n° 204 ; RCEA, vi, p. 50, n° 2098 ; Navascués 1964a, p. 242-243 ; Nava (...)
  • 457 Yūsuf 1958, p. 221-222, pl. 88.
  • 458 Ibid., p. 190, n° 4, 247.

88Le travail était généralement individuel. Mais il devenait parfois collectif, surtout s’il était pénible, rude et long. Ainsi six équipes de marbriers sculptèrent de 342/953-954 à 345/957 un même élément du salon oriental du palais d’al-Zahrā’, de préférence à trois448, mais parfois à deux449. Puis huit groupes gravèrent à quatre mains nombre de pièces destinées aux ajouts de la mosquée de Cordoue entre 350/961 et 392/1002450. Enfin, dans un monument inconnu apparemment bâti ou décoré sous le califat d’al-Manṣūr, trois marbriers peinèrent sur un seul chapiteau451. De même, des maîtres d’œuvre asservis ont parfois travaillé aux côtés d’autres de même condition : ainsi la triade formée par Dalǧī, Ṣartān et Ṭasǧī bâtit en 557/1162 le minaret de la mosquée de Ghelmetz dans le Caucase452, comme Muslim et Badr élevèrent en 589/1193 le mausolée de Mašhad ‘Alī453. Cette collaboration était parfois familiale : entre 469/1077 et 474/1081, Ḥātim fut secondé par son fils dont l’inscription ne donne même pas le nom pour l’érection du minaret d’al-Bāb454. Mais pour des œuvres dont les dimensions réduites n’exigeaient pas une grande vigueur physique, des esclaves pouvaient s’associer sans toutefois préciser la tâche accomplie par chacun. Ainsi Badr et son esclave, Ṭarīf ou Ẓarīf, façonnèrent en commun en 366/976 le coffret en argent de Gérone455, comme Faraǧ grava en 395/1004-1005 le coffret d’ivoire de Leire avec cinq apprentis de condition servile : ‘Āmir, Ḫayr, Miṣbāḥ, Rašād et Ša‘āda456. De même, dans les fours de Fusṭāṭ, deux potiers collaboraient au besoin pour une céramique, comme al-Šāmī avec un esclave au nom incertain457 et al-Ṭabīb avec un autre dont la signature disparut au fil du temps458.

  • 459 Rāġib 1996, p. 8-9.
  • 460 Deux pièces du Musée de l’Art islamique du Caire portent leurs signatures, Yūsuf 1958, p. 182, n° 1 (...)
  • 461 Zbiss 1955, p. 33-34, n° 6 ; Mayer 1956a, p. 43.

89Mais parfois le travail servile coexistait avec le travail libre. Dans les chancelleries omeyyades et abbassides, des esclaves publics dressaient les documents aux côtés de scribes jouissant de leur liberté459. Puis dans les ateliers de Fusṭāṭ sous les Fatimides, des potiers, les uns de condition servile, les autres de condition libre, façonnaient quelquefois une même céramique, comme Ǧa‘far al-Baṣrī et Muslim b. al-Dahhān qui pourrait être son élève460 ou son maître. Enfin, esclaves et ingénus pouvaient élever en commun un monument : ainsi Aḥmad al-Burǧīnī et Abū l-Ṯanā’ édifièrent avec ‘Abd Allāh b. al-Qaffāṣ et Bišr b. al-Burǧīnī divers éléments de la mosquée de l’Olivier à Tunis entre 380/990 et 385/995461.

  • 462 Rāġib 1996, p. 10-11, 13.
  • 463 RCEA, x, p. 204-205, n° 3900, p. 205, n° 3901, p. 206, n° 3902 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 197, (...)
  • 464 Van Berchem et Strzyzowski 1910, p. 106, n° 34 (le nom de l’architecte est omis) ; Gabriel 1940, vo (...)

90Mais lorsque le travail est partagé entre l’ingénu et l’asservi, la tâche noble revient au premier, la tâche ingrate incombe au second : la liberté donne des droits dont l’esclave est privé. Aussi l’ingénu écrit l’original que le scribe soumis copie462 ou dresse le plan du monument que l’esclave exécute, comme à Diyār Bakr : la mosquée et la madrasa al-Mas‘ūdiyya furent bâties en 620/1223 par Mas‘ūd sur le croquis (tarsīm) de Ǧa‘far b. Maḥmūd al-Ḥalabī463 ; de même, l’enceinte fut érigée en 634/1237 par Abū l-Faraǧ sur le plan de ce dernier qui finit par recevoir le surnom honorifique (laqab) de Šuǧā‘ al-dīn464.

  • 465 Ainsi Badr et son esclave Ṭarif signèrent le coffret de Gérone, Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Blair (...)
  • 466 Ce récit est relaté seulement par Ṣafadī, vol. xxviii, p. 47. Cependant, ce dernier a peut-être con (...)
  • 467 Ibn al-Qifṭī, vol. iv, p. 74-75 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 127 ; Ṣafadī, vol. xxviii, p. 45 ; Yāfi (...)

91De bureaux ou d’ateliers, ces esclaves avaient un rôle essentiel de formateurs, de leur progéniture, aussi bien que de serviteurs de condition servile acquis dans l’âge tendre. Comme dans l’Antiquité, les maîtres autorisaient leurs esclaves à prendre à leur tour des esclaves destinés à les assister. Aussi des hommes soumis qui avaient le devoir d’obéir introduisaient dans la maison du maître d’autres hommes également asservis qui n’étaient pas aux ordres du maître mais aux leurs. Ces achats ne leur permettaient pas seulement de satisfaire une soif innée de commander et de diriger, mais également de dégrossir et d’instruire les enfants et les adolescents acquis, afin d’avoir des compagnons de travail qui les secondaient dans l’atelier et leur procuraient un substantiel profit s’ils venaient à les revendre ou les louer465. Même après avoir gagné la liberté par affranchissement ou rachat, ils continuaient d’acheter de nouveaux esclaves pour les éduquer ou parfaire leur instruction, s’ils avaient déjà acquis leur métier. Ainsi le fameux géographe d’origine byzantine, Yāqūt al-Ḥamawī, se plaisait à choisir des enfants au marché pour les initier à la calligraphie. Parvenus à la perfection, il leur promettait la faveur de la liberté s’ils achevaient trois copies du fameux dictionnaire, le Ṣaḥāḥ d’al-Ǧawharī, en un volume chacune466. Désormais, ils pouvaient vivre du savoir qu’il leur avait transmis. Cet affranchissement était pour « la face de Dieu », autrement dit : une œuvre pie, comme devait le rappeler le maître dans ses paroles à l’esclave : la valeur des trois manuscrits était, en effet, nettement inférieure au prix qu’il pouvait en obtenir s’il le vendait sur le marché des humains ou de gré à gré à quelque maître désireux d’en exploiter le métier, sans compter les gains qu’il était susceptible d’en tirer par la vente du fruit de son travail ou de sa location pour une période ou une tâche déterminée. Lui-même fut capturé à la guerre dans la prime enfance, puis acquis à Bagdad par un marchand illettré, ‘Askar al-Ḥamawī, qui l’éleva et le forma pour lui confier plus tard la gestion de ses affaires avant de lui rendre sa liberté perdue à l’âge tendre467.

  • 468 Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 285/671 ; Saliba 1991, p. 111.
  • 469 Yāqūt, vol. vii, p. 268 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Ma‘rūf, Arna’ūṭ et ‘Abbās, an. 611-620, p. 392, n° 58 (...)
  • 470 Ibn Kaṯīr, vol. xiv, p. 6 ; Kutubī, vol. iv, p. 263 ; Ibn Ḥabīb, vol. i, p. 219 ; ‘Aynī, vol. iii, (...)
  • 471 Sh. R. Canby, « Yāḳūt al-Musta‘ṣimī », EI2, vol. xi, p. 287.

92L’enseignement que ces esclaves dispensaient ne s’adressait pas seulement à des hommes de condition servile : tantôt ils devenaient les maîtres de leur maître en leur apprenant l’écriture ou le métier qu’ils exerçaient ; et tantôt les maîtres d’hommes libres qui, attirés par le bruit de leur renommée, venaient recevoir une éducation technique auprès d’eux : ainsi ‘Alī b. Aḥmad al-muhandis fut l’apprenti de Ḫafīf, comme Sayf al-dawla, ‘Alī b. Ṣurad al-Ḥarrāni, Šuǧā‘ b. … et Ibn al-Sallām apprirent l’art de construire les astrolabes sous la direction de Busṭūlus/Basṭūlus468. Les élèves qui travaillèrent dans son atelier eurent pour maître direct un esclave et pour maître indirect, le maître de leur maître, un autre esclave. De même, Yāqūt al-Malikī al-Mawṣilī enseigna l’écriture à nombre d’ingénus, dont certains étaient fils de puissants469, probablement avant même son affranchissement, comme son homonyme al-Musta‘ṣimī470 : de ses disciples les plus distingués, six furent même autorisés à signer leurs calligraphies de son nom471 ; en somme, du nom d’un eunuque affranchi, sans être fatalement châtrés ou asservis.

  • 472 Pedersen 1984, p. 44.

93Dans ces ateliers spécialisés, les véritables maîtres étaient les esclaves ; et les ingénus, les soumis : les premiers commandaient, les seconds obéissaient docilement pour s’initier aux secrets du métier. Progressivement, des professions qui, dans les premiers siècles de l’Islam, étaient généralement abandonnées aux mains serviles, devinrent des tâches dignes des mains libres, parfois lucratives et source de prestige. Ainsi dans les chancelleries et les bureaux abbassides, des secrétaires rémunérés prirent la place des esclaves qui travaillaient sans doute gratuitement pour l’État qui toutefois en assurait l’entretien matériel. De même, la calligraphie devait bientôt attirer les lettrés et même promouvoir certains d’entre eux, comme le vizir Ibn Muqla ou Ibn al-Bawwāb. Mais dans le même temps, des copistes moins doués et fatalement moins prisés, gémissaient vainement de leur misère et du maigre fruit de leur peine472. Plaintes significatives : le travail libre salarié était devenu moins onéreux que le travail servile. Le salaire aux pièces ou au temps était désormais plus avantageux que l’achat d’un esclave qualifié ou d’un enfant qu’il fallait entretenir et dresser des années durant avant d’en exploiter la maîtrise, même si cette éducation augmentait sa valeur première : ils n’étaient pas toujours destinés à la revente. Mais la baisse du prix de production a fatalement entraîné une baisse de la qualité. Aussi la décadence de certains arts, comme la sculpture du marbre ou de l’ivoire, ne semble pas étrangère à la substitution du travail libre au travail esclave. L’un peut être bâclé, alors que l’autre est couramment soigné : l’œil du maître veille et l’espoir de la liberté entretient la qualité. Tel fut le rôle marquant de la servitude et le secret de maintes œuvres sublimes qui n’auraient jamais été atteint le sommet de la perfection, sans l’adresse d’esclaves qui n’avaient peut-être obtenu pour rémunération que la gratitude du maître.

Bibliographie

Sources

Abū Dāwūd, Ṣaḥīḥ sunan al-muṣṭafā, 2 vol., Le Caire, s.d.

Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, K. al-aġānī, 24 vol., Le Caire, 1345/1927-1394/1974.

Abū l-Maḥāsin Ibn Taġrībirdī, Al-Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, 16 vol., Le Caire, 1348/1929-1392/1972.

‘Aynī, ‘Iqd al-ǧumān fī ta’rīḫ ahl al-zamān. ‘Aṣr salāṭīn al-mamālīk, éd. M.M. Amīn, 4 vol., Le Caire, 1407/1987-1412/1992.

Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, vol. vi B, éd. Kh. Athamina, Jérusalem (« The Max Schloessinger Memorial Series », vii), 1993.

Bīrūnī, Istī‘ab al-wuġūh al-mumkina fī ṣan‘at al-aṣturlāb, ms British Library Or 5593 ; ms Berlin 5796.

Buḫārī, Al-Ǧāmi‘ al-ṣaḥīḥ, vol. i-iii, éd. L. Krehl, Leyde, 1862-1864 ; vol. iv, éd. Th.W. Juynboll, Leyde, 1907-1908 ; Les traditions islamiques, vol. I-ii, trad. O. Houdas et W. Marçais ; vol. iii-iv, trad. O. Houdas, PELOv, 4e série, iii-iv-v-vi, Paris, 1903-1906-1908-1914.

Ḏahabī, Al-Muštabih fī l-riǧāl : asmā’ihim wa-ansābihim, éd. ‘A.M. al-Biǧāwī, 2 vol., Le Caire, 1962.

Siyar a‘lām al-nubalā’, vol. xxii, éd. B. ‘Awwād Ma‘rūf et M. Hilāl al-Sarṭān, Beyrouth, 1406/1986.

Ta’rīḫ al-islām wa-wafayāt al-mašāhīr wa l-a‘lām, éd. ‘U.‘A. Tadmurī, 43 vol., Beyrouth, 1407/1987-1417/1997 ; éd. B. ‘Awwād Ma‘rūf, Š. Arna’ūṭ et Ṣ.M. ‘Abbās, 4 vol., Beyrouth, 1408/1988.

Ǧāḥiẓ, Al-Ḥayawān, éd. ‘A.M. Hārūn, 8 vol., Le Caire, 1385/1988.

Ḥanbalī, Šifā’ al-qulūb fī manāqib Banī Ayyūb, éd. N. Rašīd, Bagdad, 1979.

Ḫaṭīb Baġdādī, Ta’rīḫ Baġdād aw madīnat al-salām, 14 vol., Le Caire, 1349/1931.

Hilāl al-Ṣābī’, Rusūm dār al-ḫilāfa, éd. M. ‘Awwād, Bagdad, 1383/1964.

Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, éd. M.A.‘U. b. Ġarāma al-‘Amrawī, 80 vol., Beyrouth, 1415/1995-1421/2000.

Ibn al-Fuwaṭī, Al-Ḥawādiṯ al-ǧāmi‘a wa-l-taǧārib al-nāfi‘a fī l-mi’a al-sābi‘a, éd. M. Ǧawād, Bagdad, 1351/1932.

Ibn Ḥabīb, Taḏkirat al-nabīh fī ayyām al-Manṣūr wa-banīh, éd. M.M. Amīn, rév. S.‘A. ‘Āšūr, 3 vol., Le Caire, 1976-1986.

Ibn Ḥaǧar, Tabṣīr al-muntabih bi-taḥrīr al-muštabih, éd. ‘A.M. al-Biǧāwī et M.‘A. al-Naǧǧār, 4 vol., Le Caire [1383/1964-1386/1967].

Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān wa-anbā’ al-zamān, éd. I. ‘Abbās, 8 vol., Beyrouth, 1968-1972.

Ibn Ḥammādo, Aḫbār mulūk Banī ‘Ubayd wa-sīratuhum, éd. et trad. M. Vonderheyden, Histoire des Rois ‘Obaïdides (les califes fatimides), Publications de la Faculté des Lettres d’Alger, iiie série, Alger/Paris (« Textes relatifs à l’histoire de l’Afrique du Nord », ii), 1346/1927.

Ibn Ḥanbal, Musnad, Le Caire, 6 vol., 1313/1895.

Ibn ‘Iḏārī, Al-Bayān al-muġrib fī aḫbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, éd. G.S. Colin et É. Lévi-Provençal, 4 vol., Leyde, 1948-1951 ; trad. E. Fagnan, Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée Al-Bayanol-Magrib, 2 vol., Alger, 1901-1904.

Ibn Kaṯīr, Al-Bidāya wa-l-nihāya fī l-ta’rīḫ, 14 vol., Le Caire, 1932.

Ibn Mākūlā, Al-Ikmāl fī raf‘ al-irtiyāb ‘an al-mu’talif min al-asmā’ wa-l-kunā wa-l-ansāb, éd. ‘Abd al-Raḥmān b. Yaḥyā al-Mu‘allamī, 6 vol., Hyderabad, 1381/1961-1392/1972 ; vol. vii, éd. N. al-‘Abbās, Beyrouth, s.d.

Ibn al-Nadīm, Fihrist, éd. G. Flügel, 2 vol., Leipzig, 1871 ; trad. B. Dodge, The Fihrist of al-Nadīm. A Tenth-Century Survey of Muslim Culture, 2 vol., New York/Londres, 1970.

Ibn al-Qifṭī, Inbāh al-ruwāt ‘alā anbāh al-nuḥāt, éd. M. Abū l-Faḍl Ibrāhīm, 4 vol., Le Caire, 1369/1950-1392/1973.

Ibn Ṣāḥib al-ṣalāt, Al-Mann bi l-imāma, éd. ‘A. al-Tāzī, 3e édition, Beyrouth, 1987.

Ibn al-Šiḥna, trad. J. Sauvaget, « Les perles choisies » d’Ibn ach-Chihna. Matériaux pour servir à l’histoire de la ville d’Alep, t. i, Beyrouth, 1933.

Ibn al-Ṣuqā‘ī, Tālī kitāb wafayāt al-a‘yān, éd. et trad. J. Sublet, Damas, 1974.

Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-qurūb fī aḫbār Banī Ayyūb, vol. i-iii, éd. Ǧ. al-Šayyāl, Le Caire, 1953-1960.

Kutubī, Fawāt al-wafayāt wa-l-ḏayl ‘alayhā, éd. I. ‘Abbās, 4 vol., Beyrouth, 1973-1974.

Maqqarī, Nafḥ al-ṭīb min ġuṣn al-Andalus al-raṭīb, éd. M. Muḥyī al-dīn ‘Abd al-Ḥamīd, 10 t. en 5 vol., Beyrouth, 1367/1949.

Maqrīzī, Al-Mawā‘iẓ wa-l-i‘tibār fī ḏikr al-ḫiṭaṭ wa-l-āṯār, 2 vol., Būlāq, 1270/1853.

Monšī-e Qomī, Golestān-e honar, éd. A. Soheylī Ḫawānsārī, Téhéran, 1352/1974.

Al-Muqtabas fī aḫbār balad al-Andalus, éd. ‘A.‘A. al-Ḥaǧǧī, Beyrouth, 1983.

Muslim, Ṣaḥīḥ bi-šarḥ al-Nawawī, 18 vol., Le Caire, 1349/1930.

Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, vol. i-xviii, Le Caire, 1342/1923-1374/1954.

Ṣafadī, Al-Wāfī bi-l-wafayāt, vol. xv, éd. B. Radtke, Beyrouth, 1979 ; vol. xxvii, éd. O. Weintritt, Beyrouth, 1418/1997 ; vol. xxviii, éd. I. Šabbūḥ, Beyrouth, 1425/2004.

Ṣūlī, Aš‘ār awlād al-ḫulafā’ wa-aḫbāruhum min kitāb al-awrāq, éd. J. Heyworth-Dunne, Londres, 1355/1936.

Suyūṭī, Al-Muzhir fī ‘ulūm al-luġa wa-anwā‘ihā, éd. M.A. Ǧād al-mawlā, M. Abū l-Faḍl Ibrāhīm et ‘A.M. al-Biǧāwī, 2 vol., Le Caire, 1378/1958.

Ṭabarī, Ta’rīḫ, éd. M.J. De Goeje, 3 séries en 15 vol., Leyde, 1879-1901.

Ṭabbāḫ, I‘lām al-nubalā’ bi-ta’rīḫ Ḥalab al-šahbā’, 7 vol., Alep, 1923-1926.

‘Uḏrī (al-), Nuṣūṣ ‘an al-Andalus min kitāb tarṣī‘ al-aḫbār wa-tanwī‘ al-āṯār wa-l-bustān fī ġarā’ib al-buldān wa-l-masālik ilā ǧamī‘ al-mamālik, éd. ‘A. al-Ahwānī, Madrid, 1965.

Yāfi‘ī, Mir’āt al-ǧanān wa-‘ibrat al-yaqẓān, 4 vol., Hyderabad, 1338/1918-1339/1920.

Yāqūt, Iršād al-arīb ilā ma‘rifat al-adīb, éd. D.S. Margoliouth, 7 vol., Londres, 1923-1931.

Zamaḫšarī, Rabī‘ al-abrār wa-nuṣūṣ al-aḫbār, éd. S. al-Nu‘aymī, 4 vol., Bagdad, 1976-1982.

Études

Abbott, N., 1939 : The Rise of the North Arabic Script and its Kur’ānic Development : with a full Description of the Kur’ān Manuscripts in the Oriental Institute, Chicago.

Abd ar-Raziq, A., 1970 : « Un document concernant le mariage des esclaves au temps des Mamlūks », JESHO (Journal of the Economic and Social History of the Orient) 13/3, p. 309-314.

Abd al-Wahhāb, Ḥ., 1953-1954 : « Tawqī‘āt al-ṣunnā‘ ‘alā āṯār Miṣr al-islāmiyya », BIE (Bulletin de l’Institut d’Égypte) 36, p. 533-538.

Allan, J., 1976 : « Compte-rendu de Fehérvári 1976 », OrArt 22/3, p. 299-302.

Amador de los Ríos y Villalta, R., 1875 : Inscripciones árabes de Sevilla, Madrid.

1880 : Inscripciones árabes de Córdoba precedidas de un estudio histórico-crítico de la Mesquita-Aljama, 2e édition, Madrid.

Amitai-Preis, R., 1995 : « Qal‘at Namrūd-an Arabic Inscription from the Mamlūk Period » (en hébreu), Hadašot Archeologiyot 104, p. 3-4.

Les Andalousies de Damas à Cordoue. Exposition présentée à l’Institut du monde arabe du 28 novembre 2000 au 15 avril 2001.

Antuña, Melchor M., 1930 : Sevilla y sus monumentos arabes, Escurial.

El-Aoudi-Adouni, R., 1997 : Stèles funéraires tunisoises de l’époque hafside (628-975/1230-1574), 2 vol., Tunis.

Arts de l’Islam des origines à 1700 dans les collections publiques françaises, Orangerie des Tuileries, 22 juin-30 août 1971 [Paris, 1971].

The Arts of Islam. Exhibition Catalogue. Hayward Gallery, 8 April-4 July 1976, The Hayward Gallery, London and the Arts Council of Great Britain, Londres.

Atil, E., 1973 : Freer Gallery of Art Fiftieth Anniversary Exhibition, iii. Ceramics from the World of Islam, Washington, Smithsonian Institution.

Ayalon, D., 1975 : « Names, titles and nisbas of the Mamlūks », IOS 5, p. 189-232.

1977 : « The eunuchs in the Mamluk Sultanate », dans Studies in memory of Gaston Wiet, The Hebrew University of Jerusalem, p. 267-295.

Azuar Ruiz, R., 1999 : « Bronces litúrgicos y la formación de al-Andalus », dans Ruptura o Continuidad. Pervivencias preislámicas en al-Andalus, Mérida, p. 29-64.

Baer, E., 1983 : Metalwork in Medieval Islamic Art, Albany.

Bahgat, A. et Massoul, F., 1930 : La céramique musulmane de l’Égypte, Le Caire.

Bautier, R.-H., 1977 : « [La datation et la provenance du « paon aquamanile » du Louvre à l’inscription bilingue, latine et arabe] », BSAF (Bulletin de la société nationale des antiquaires de France), p. 92-101.

Bayani-Wolpert, M., 1980 : « Inscriptions on Early Ceramics 9th to Late 12th Centuries », dans Philon 1980, p. 293-302.

Beckwith, J., 1960 : Caskets from Cordoba, Londres, Victoria and Albert Museum.

Bernus-Taylor, M., 2000a : « Période umayyade et abbasside », dans Andalousies, p. 26-39.

2000b : « L’art d’al-Andalus du viiie siècle à 1086 », dans Andalousies, p. 56-71.

Beygu, A., 1936 : Erzerum tarihi, Anitaları, Kitabeleri, Istanbul.

Beylié, L. (de), 1909 : La Kalaa des Beni-Hammad : une capitale berbère de l’Afrique du Nord au xiie siècle, Paris.

Blair, Sh.S., 1998 : Islamic Inscriptions, Édimbourg.

Blair, Sh.S. et Bloom, J.M., 1999 : « Signatures on Works of Islamic Art and Architecture », DamMitt 11,
p. 49-66.

Bloom J. et Blair Sh., 1997 : Islamic Arts, Londres.

Brieux, Maddison et Rāġib, Répertoire des facteurs d’astrolabes et de leurs œuvres en terres d’Islam (éd. préparée par Bruno Halff), Paris, CNRS éditions, à paraître.

Brisch, K., 1979-1981 : « Sobre un grupo de capiteles y basas islámicas del siglo xi de Toledo », CuadAlh 15-17, p. 155-164.

Brunschvig, R., « ‘Abd », EI2, vol. i, p. 25-41.

Burckhardt, J.L., 1822 : Travels in Syria and the Holy Land, Londres.

Cano Piedra, C., 1996 : La cerámica verde-manganeso de Madīnat al-Zahrā, Grenade, El legado andalusí.

Cantineau, J., 1933 : Inventaire des inscriptions de Palmyre, fascicule ix, Le sanctuaire de Bêl, Publications du Musée national syrien de Damas, n° 1, Beyrouth.

Casamar Pérez, M., 1992 : « Arqueta de Hišām ii », dans Dodds, p. 208-209.

Córdoba de la Llave, R. et Hernández Iñigo, P., 1993 : Dedales hispano-musulmanes en la provincia de Córdoba, dans iv Congreso de Arqueología Medieval Española, « Sociedades en transición », Actas, iii, Alicante,
p. 919-925.

Creswell, K.A.C., 1932-1940 : Early Muslim Architecture, 2 vol., Oxford.

1952 : The Muslim Architecture of Egypt, i, Ikhshīds and Fāṭimids, 939-1171 A.D., Oxford.

Dagorn, R., 1981 : La geste d’Ismaël d’après l’onomastique et la tradition arabe, Genève.

Diakonoff (Diakonov), M.M., 1947a : « Ob odnoj rannej arabskoj nadpisi », Epigrafika Vostoka 1, p. 5-8.

1947b : « Bronzovaja plastika pervykh vekov khijry », Trudy Otdela Vostoka, Gosudarstvennyj Ermitazh (Musée de l’Ermitage, Travaux du Département oriental) 4, p. 155-179.

1951 : « Arabskaja nadpis’ na bronzovom orle iz sobranij Gosudarstvennogo Ermitazha », Epigrafika Vostoka 4, p. 24-27.

Dodds, J.D. (éd.), 1992 : Al-Andalus. Las artes islámicas en España, Madrid/New York, The Metropolitan Museum of Art.

Eddé A.-M., 1999 : La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-658/1260), Stuttgart (« Freiburger Islamstudien », xxI ).

Ettinghausen, R., 1935 : « Addendum », Bulletin of the American Institute for Persian Art and Archaeology 4, p. 227-228.

1938-1939 : « Dated Faience », dans Pope et Ackerman, iv, p. 1667-1696.

1940 : « “Six Thousand Years of Persian Art”, The Exhibition of Iranian Art, New York, 1940 », ArsIsl 7, p. 106-117.

1955 : « The “Mesopotamian” Style in Lustre Painting », Artibus Asiæ 18/3-4, p. 294-306.

Fairchild Ruggles, D., 1992 : « Capitel de Madīnat al-Zahrā’ », dans Dodds, p. 247.

Fehérvári, G., 1976 : Islamic Metalwork of the Eighth to the Fifteenth Century in the Keir Collection, Londres.

Ferrandis, J., 1935-1940 : Marfiles árabes de Occidente, 2 vol., Madrid.

Fouquet, D., 1900 : Contribution à l’étude de la céramique orientale, extrait des MIE (Mémoires de l’Institut d’Égypte), Le Caire.

Franco Mata, M.A., 1993 : « Dedales islámicos en el Museo Arqueológico Nacional », Boletín del Museo Arqueológico Nacional 11, p. 79-88.

Ġabbān, A. b. Ibrāhīm, 2003 : « Naqš Zuhayr : aqdam naqš islāmī mu’arraḫ bi-sanat 24 h/644-645 m », Arabia 1, p. 293-342.

Gabriel, A., 1940 : Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, 2 vol., Paris.

Galán y Galindo, Á., 2005 : Marfiles medievales del Islam ; i, Texto ; ii, Catálogo de piezas, Cordoue.

Garstang, J., 1953 : Prehistoric Mersin, Yümük Tepe in Southern Turkey, Oxford.

GAS = F. Sezgin, Geschichte des arabischen Schrifttums, vi, Astronomie bis ca. 430 H., Leyde, 1978.

Ghouchani, A., 1986 : Inscriptions on Nishabur Pottery, Téhéran, Reza Abbasi Museum.

Glück, H., 1932 : Der Ursprung des römischen und abenländischen Wölbungsbaues, Vienne.

Gómez-Moreno, M., 1941 : « Capiteles árabes documentados », Andalus 6/2, p. 422-427.

Great Art Treasures of the Hermitage Museum, St. Petersburg, 1994 : 2 vol., Saint-Pétersbourg.

Grohmann, A., 1962 : Arabic Inscriptions, dans Expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie, iie partie, Textes épigraphiques, vol. 50, Louvain, Bibliothèque du Muséon.

1971 : Arabische Paläographie, ii, Das Schriftwesen. Die Lapidarschrift, Vienne.

Grube, E.J., 1964-1965 : « The Art of Islamic Pottery », BMMArt new series 23, p. 209-228.

1976 : Islamic Pottery of the Eighth to the Fifteenth Century in the Keir Collection, Londres.

Hakki, I., 1929 : Kitabeler ve Sahip, Saruhan, Aydin …, Istanbul.

Harvey, F.D., 1966 : « Literacy in the Athenian Democraty », REG (Revue des études grecques) 79, p. 585-635.

Ḥasan, M., 1951 : « Tuḥaf ǧadīda min al-ḫazaf al-fāṭimī ḏī l-barīq al-ma‘danī », BFA (Bulletin of the Faculty of Art, Le Caire) 13/2, p. 91-110.

El-Hawary, H.M., 1934-1935 : « Trois minarets fatimides à la frontière nubienne », BIE 17, p. 141-153.

Heidemann, St., 2003 : Geschichte von ar-Raqqa und ar-Rāfiqa in islamischer Zeit, dans Heidemann St. et Becker A. (éds) : Raqqa ii–Die islamische Stadt, Mayence, p. 9-56.

Hernández, F., 1928 : « Arte Musulmán. La techumbre de la Gran Mezquita de Córdoba », AEArtArq 12,
p. 191-225.

Hernández, F. et Vicent, A.Ma, 1973 : Plaqueta decorativa califal procedente de Medina al-Zaḥrā’ (sic), dans Actas del xxiii Congreso Internacional de Historia del Arte. España entre el Mediterráneo y el Atlántico, Grenade, ii, p. 109-117.

Herzfeld, E., 1914 : « Mashhad ‘Alī, ein Bau Zengis a.h. 589 », Islam 5, p. 358-369.

1921 : « Mshattâ, Ḥîra und Bâdiya. Die Mittelländer des Islam und ihre Baukunst », JPK 42, p. 104-146.

1925 : Epigraphisches dans Sarre F., Die Keramik von Samarra, Berlin.

Holod, R., 1992 a : « Arqueta de Leyre », dans Dodds, p. 198-202.

1992b : « Bote de Sayf al-Dawla », dans Dodds, p. 202.

Huart, Cl., 1908 : Les calligraphes et les miniatures, Paris.

L’Islam dans les collections nationales, 2 mai-22 août 1977 [Paris, 1977].

Islamic Art in Egypt 969-1517, 1969, Le Caire.

Islamic Pottery 800-1400 AD, 1969 : An Exhibition arranged by the Islamic Art Circle and held at the Victoria and Albert Museum. 1 October to 30 November 1969, Londres.

Islamische Keramik, 1973, Hetjens-Museum, Düsseldorf in Zusammenarbeit mit dem Museum für Islamische Kunst, Berlin.

Jenkins, M., 1967-1968 : « An Early Fatimid Ceramist », BMMArt new series 21, p. 359-369.

1983 : Islamic Art in the Kuwait National Museum. The al-Sabah Collection, Londres, Sotheby.

Katz, L., 1963 : Asian Art from the Collections of Ernest Erickson, Brooklyn Museum, New York.

King, D.A., 1995 : Early Islamic Astronomical Instruments in Kuwaiti Collections, dans Fullerton A. et Fehérvári G. (éds), Kuwait : Arts and Architecture-A Collection of Essays, Koweït, p. 76-96.

Kosegarten, J.G., 1837 : « Über den Vornamen oder die Kunje des Araber », Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes 1, p. 297-317.

Kraemer, C.J., 1958 : Excavations at Nessana. Non-Literary Papyri, Princeton.

Kröger, J. (éd.) avec la collaboration de Heiden, D., 2004 : Islamische Kunst in Berliner Sammlungen-100 Jahre Museum für Islamische Kunst in Berlin, Berlin.

2004 : Die Erwerbungen anlässlich des sechzigsten Geburtstages von Friedrich Sarre, dans Kröger J. (éd.),
p. 82-84.

Kühnel, E., 1971 : Die islamischen Elfenbeinskulpturen. viii.-xiii. Jahrhundert, Berlin.

Lafaye, G., « Librarius », dans DAGR iii/ii, p. 1231-1234.

Lamm, C.J., 1941 : Oriental Glass of Mediaeval Date found in Sweden and the Early History of Lustre-Painting, Stockholm.

Lane, A., 1939 : « Glazed Relief Ware of the Ninth Century A.D. », ArsIsl 6, p. 56-65.

1947 : Early Islamic Pottery : Mesopotamia, Egypt and Persia, Londres.

Lévi-Provençal, É., 1931 : Inscriptions arabes d’Espagne, 2 vol., Leyde/Paris.

Loukonine, V. et Ivanov, A.S., 1995 : L’art persan, trad. Davtian N., Bournemouth/Saint-Pétersbourg.

Makariou, S., 2000 : « Les paons, aquamaniles ou bouches de fontaine ? », dans Andalousies, p. 111-113.

Marçais, G., 1926-1927 : Manuel d’art musulman. L’architecture : Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, Sicile, 2 vol., Paris.

1954 : L’architecture musulmane d’Occident, Paris.

1965 : Sur les mosaïques de la Grande Mosquée de Cordoue, dans Studies in Islamic Art and Architecture in Honour of Professor K.A.C. Cresswell, Le Caire, p. 147-156.

Maršak, B.I., 1971 : Sogdijskoe Serebro, Moscou.

1972 : « Bronzovyj kuvšin iz Samarkanda », dans Szednjaja Azija i Iran, Leningrad, p. 57-90.

Martinez-Gros, G. et Makariou, S., 2000 : « Art et politique en al-Andalus. xe-xie siècles », dans Andalousies, p. 72-79.

Martínez Nuñez, Ma.A., 1995 : « La epigrafía del Salón de ‘Abd al-Raḥmān iii », dans Madīnat al-Zahrā’. El Salón de ‘Abd al-Raḥmān iii, coordin. V. Triano, Cordoue, p. 107-152.

1999 : « Epígrafes a nombre de al-Ḥakam en Madīnat al-Zahrā’ », CuadMadZah 4, p. 83-103.

2007 (avec la collaboration de Rodríguez Casanova, I. et Canto García, A.) : Epigrafía árabe : Catálogo del Gabinete de Antigüedades, Real Academia de la Historia, Madrid.

Masterpieces of Islamic Art in the Hermitage Museum, Koweït, 1990.

Mayer, L.A., 1954 : « Islamic Glassmakers and their Works », IEJ (Israel Exploration Journal) 4/3-4, p. 262-265.

1956a : Islamic Architects and their Works, Genève.

1956b : Islamic Astrolabists and their Works, Genève.

1958 : Islamic Woodcarvers and their Works, Genève.

1959 : Islamic Metalworkers and their Works, Genève.

Meinecke, M., 1982 : Keramik Gefäß, dans Kohlmeyer K. et Strommenger E. (éd.), Land des Baal : Syrien-Forum der Völker und Kulturen, Mayence, p. 277-278, n° 252.

Melikian-Chirvani, A.S., 1972 : Les calligraphes et l’art du bronze, dans Iran, Les sept climats, Paris, p. 138-149.

1974 : « Les bronzes du Khorâssân-I », StudIr 3/1, p. 29-50.

1976 : Islamic Metalwork from Iranian Lands (8th-18th Centuries), Victoria and Albert Museum Exhibition April-May.

1977 : M. C. A. B. I. xiV. Les thèmes ésotériques et les thèmes mystiques dans l’art du bronze iranien, dans Mélanges offerts à Henry Corbin, éd. Hossein Nasr S., Téhéran, p. 367-406.

1979a : « Les bronzes du Khorâssân — vi », Studir, 8/1, p. 7-32.

1979b : « Les bronzes du Khorâssân — vii. Šāẓī de Herat, ornemaniste », StudIr 8/2, p. 223-243.

1982 : Islamic Metalwork from the Iranian World : 8th-18th Centuries, Londres, Victoria and Albert Museum Catalogue.

Migeon, G., 1927 : Manuel d’art musulman : arts plastiques et industriels, 2 vol., Paris.

Miles, G.C., 1948 : « Early Islamic Inscriptions near Ṭā’if in the Ḥijāz », JNES (Journal of Near Eastern Studies) 7, p. 236-242.

Montesquiou-Fezensac, Bl. de, 1973 : Le trésor de Saint-Denis, i, Inventaire de 1634, Paris.

Montesquiou-Fezensac, Bl. et Gaborit-Chopin, D., 1977 : ii, Documents divers ; iii, Planches et notices, Paris.

Museum für Islamische Kunst, Berlin, 2001.

Navarro Palazón, J. et Robles Fernández, A., 1996 : Liétor : formas de vida rurales en Šarq al-Andalus a través de una ocultación de los siglos x-xi, Murcie (« Serie Islam y Arqueología », 2 »).

Navascués y de Palacio, J. de, 1964 a : « Una joya del arte hispano-musulmán en el Camino de Santiago », Principe de Viana nos 96-97, p. 239-246.

1964b : « Una escuela de eboraria, en Córdoba, de fines del siglo iv de la Héjira (xi de J. C.), o Las inscripciones de la arqueta hispano-musulmana llamada de Leyre », Andalus 29/1, p. 199-206.

Nehls, H., 2004 : Das Marmorbecken aus der Sammlung Julius von Minutoli, dans Kröger (éd.), p. 62-65.

Ocaña Jiménez, M., 1935 : « Capiteles epigrafiados del Alcázar de Córdoba », Andalus 3/1, p. 155-167.

1936-1939a : « Capiteles epigrafiados de Madīnat al-Zahrā’ », Andalus 4/1, p. 158-165.

1936-1939b : « Capiteles epigrafiados del baño del Albaicín en Granada », Andalus 4/2, p. 166-168.

1940 : « Capiteles fechados del siglo x », Andalus 5/2, p. 437-449.

1941 : « Obras de al-Ḥakam ii en Madīnat al-Zahrā’ », Andalus 6/2, p. 157-168.

1945 : « Inscripciones árabes descubiertas en Madīnat al-Zahrā’ en 1944 », Andalus 10/1, p. 155-159.

1970 : El cúfico hispano y su evolución, Cuadernos de historia, economía y derecho hispano-musulmán, i, Madrid.

Pedersen, J., 1984 : The Arabic Book, trad. anglaise French G., Princeton.

Pézard, M., 1920 : La céramique archaïque de l’Islam et ses origines, 2 vol., Paris.

Philon, H., 1980 : Early Islamic Ceramics : Ninth to Late Twelfth Centuries, Benaki Museum Athens.

Pope, A.U., 1938-1939 : « vii. The Ceramic Arts », dans Pope et Ackerman, iv, p. 1446-1666.

Pope, A.U. et Ackerman, Ph., 1938-1939 : A Survey of Persian Art from Prehistoric Times to the Present, 6 vol., Oxford.

Rāġib, Y., 1993 : « Les marchés aux esclaves en terre d’Islam », dans Mercati e mercanti nell’alto medioevo : l’area euroasiatica e l’area mediterranea, 23-29 avril 1992, Settimane di Studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, xl, Spolète, p. 722-866.

1996 : Les esclaves publics aux premiers siècles de l’Islam, dans Bresc H. (dir.), Figures de l’esclave au Moyen-Age et dans le monde moderne, Paris, L’Harmattan, p. 7-30.

2001 : « Les pierres de souvenir : stèles du Caire de la conquête arabe à la chute des Fatimides », AnIsl 35, p. 321-383.

2002-2006 : « Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale », i, CAI 23 ; ii, CAI 28.

al-Rāšid, S. b. ‘A., 1421/2000 : Dirāsāt fī l-āṯār al-islāmiyya al-mubakkira bi l-madīna al-munawwara, Riyad.

Rice, D.S., 1952 : « Studies in Islamic Metal Work — I », BSOS 14/3, p. 564-578.

1953a : « Studies in Islamic Metal Work — ii », BSOS 15/1, p. 61-79.

1953b : « Studies in Islamic Metal Work — iii », BSOS 15/2, p. 229-238.

1953c : « Studies in Islamic Metal Work — iv », BSOS 15/3, p. 489-503.

1954 : « Studies in Islamic Metal Work — v », BSOS 17/2, p. 207-231.

1958 : « Early Signed Islamic Glass », JRAS p. 8-16.

Riefstahl, R.M., 1931 : Turkish Architecture in Southwestern Anatolia, Cambridge.

Robinson, C., 1992 : « Arqueta de Palencia », dans Dodds, p. 204-206.

Rodríguez, Ma. J. et Souto, J.A., 2000 : De gliptografía omeya : signos lapidarios en la Mezquita Aljama de Córdoba. Situación e índice, dans Actes du xie Colloque International de Glyptographie de Palma de Majorque, Braine-le-Château, p. 359-391.

Saliba, G., 1991 : « A Sixteenth-century Drawing of an Astrolabe made by Khafīf Ghulām ‘Alī b. ‘Īsā (c. 850 A. D.) », Nuncius 6/1, p. 109-119.

Santos Gener, S. de los, 1945 : « Museo Arqueológico Provincial de Córdoba. Memoria », Memorias de los Museos Arqueológicos Provinciales 6, p. 31-45.

Sarre, F. et Herzfeld, E., 1911-1920 : Archäologische Reise im Euphrat und Tigris-gebiet, 3 vol., Berlin.

Sauvaget, J., 1931 : « Inscriptions arabes du Temple de Bêl à Palmyre », Syria 12, p. 143-153.

1948 : « Une signature de potier persan sur un tesson d’al-Fusṭāṭ », ArsIsl 13-14, p. 148-149.

1965 : « Introduction à l’étude de la céramique musulmane », REI (Revue des études islamiques) 33, p. 1-68.

Schimmel, A., 1970 : Islamic Calligraphy, Leyde.

1989 : Islamic Names, Édimbourg.

Schmidt, J., 1973 : Vie et mort des esclaves dans la Rome antique, Paris.

Schneider, M., 1983 : Stèles funéraires musulmanes des îles Dahlak (Mer Rouge), 2 vol., Le Caire (« Textes arabes et études islamiques », xix).

1986 : Mubārak al-Makkī. An Arabic Lapicide of the Third/Ninth Century, Journal of Semitic Studies, Monograph n° 9, Manchester.

Sezgin, F., 1978 : Geschichte des Arabischen Schrifttums, Band IV: Astronomie. Bis ca. 430 h. Brill Academic Publishers.

Sharon, M., 1997 : Corpus Inscriptionum Arabicarum Palaestinae, i, Leyde/New York/Cologne Brill.

1999 : Corpus Inscriptionum Arabicarum Palaestinae, ii, Brill, Leyde/Boston/Cologne.

Sharon, M., 2004 : Corpus Inscriptionum Arabicarum Palaestinae, iii, Leyde/Boston/Cologne, Brill.

2007 : Corpus Inscriptionum Arabicarum Palaestinae, Addendum, Leyde/Boston, Brill.

Soustiel, J., 1985 : La céramique islamique, Fribourg.

Souto, J.A., 1995 : Un pasaje de al-‘Uḏri acerca de la [r]econstrucción de la muralla de Huescas en el año 261/874-875 : observaciones y precisiones, dans Vásquez de Benito C. et Manzano Rodríguez M. Á. (éd.), Actas XVI Congreso UEAi, Salamanque, p. 499-507.

1997 : La prática y la profesión del artista en el Islam : arquitectos y constructores en al-Andalus omeya, dans Espacio, Tiempo y Forma, série vii, Historia del Arte, t. 10, Madrid, p. 11-34.

2001 : Glyptographie omeyyade : signes lapidaires à la Grande Mosquée de Cordoue. Documentation de noms propres, dans Actes du xiie Colloque International de Glyptographie de Saint-Christophe-en-Brionnais, Braine-le-Château, p. 283-307.

2002 : « ¿ Sa‘āda = Sa‘āda al-‘Āmirī ? (Precisiones en torno a un trabajador andalusí de la construcción) », Qanṭara 23/2, p. 331-334.

2005a : « ¿ Karīm o Ṭarīf ? (Notas sobre un escultor esclavo de califas, a propósito de una pieza del Museo Arqueológico Nacional), Qanṭara 26/1, p. 249-262.

2005b : De gliptografía omeya. El nombre Fatḥ en la Mezquita Aljama de Córdoba, dans Aguadé J., Vicente Á. et Abu-Shams L. (éd.), Sacrum Arabo-Semiticum. Homenaje al profesor Federico Corriente en su 65 aniversario, Saragosse, p. 453-477.

2006 : Glyptographie omeyyade : la « liaison OS », un signe lapidaire de la Grande Mosquée de Cordoue, dans Actes du xve Colloque International de Glyptographie de Cordoue, Braine-le-Château, p. 313-338.

2007 : « Las inscriptiones constructivas de la época del gobierno de Almanzor », Qanṭara 28/1, p. 101-142.

Stern, H., 1976 : Les mosaïques de la Grande Mosquée de Cordoue, Berlin (« Madrider Forschungen », 11).

Sublet, J., 1991 : Le voile du nom : essai sur le nom propre arabe, Paris.

Terrasse, H., 1968 : La mosquée al-Qaraouiyin à Fès, Paris.

Torres Balbás, L., 1941 : « Reproducciones de la Giralda anteriores a su reforma en el siglo XVI », Andalus 6/1, p. 216-229 ; réimprimé dans Torres Balbás 1981, I/1, p. 288-301.

1946 : « Arquitectos andaluces de las épocas almorávide y almohade », Andalus 11/1, p. 214-224 ; réimprimé dans Torres Balbás 1981, I/3, p. 179-189.

1949 : Arte almohade. Arte nazarí. Arte mudéjar, Madrid (« Ars Hispaniae », iv).

1981 : Obra dispersa, 6 vol., Madrid.

‘Ušš, A., 1960 : « Al-Fuḫḫār ġayr al-maṭlī », AAAS (Annales Archéologiques Arabes de Syrie) 10, p. 135-184.

1963 : « Al-Fuḫḫār ġayr al-maṭlī », AAAS 13, p. 25-52.

1969 : « Département de l’art arabe-islamique », Saadé G. (trad.), Catalogue du Musée National de Damas, Damas, p. 153-271.

Van Berchem, M., 1888 : « Le château de Bâniâs et ses inscriptions », JournAs 8e série 12, p. 440-470.

1907 : « Arabische Inschriften aus Armenien und Diyarbekr », extrait de C.F. Lehmann-Haupt, Materialien zur älteren Geschichte Armeniens und Mesopotamiens, AGWG (« Philologisch-historische Klasse », n. s., ix/3).

1909 : Arabische Inschriften, dans Van Oppenheim, M., Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien, i, Leipzig (« Beiträge zur Assyriologie und Semitischen Sprachwissenschaft », vii/1), p. 1-156.

Van Berchem, M. et Strzygowski, J., 1910 : Amida, Heidelberg.

Welch, S.C., 1985 : India : Art and Culture, 1300-1900, New York.

Wiedemann, E., 1913 : « Ein Instrument, das die Bewegung von Sonne und Mond darstellt, nach al Bîrûnî », Islam 4, p. 5-13.

Wiet, G., 1930a : Matériaux pour un Corpus inscriptionum arabicarum, Première partie : Égypte, t. ii., Égypte, MIFAO 52.

1930b : Album du Musée arabe du Caire, Le Caire.

1933 : L’Exposition persane de 1931, Le Caire.

1935 : L’épigraphie arabe de l’Exposition de l’art persan du Caire, MIE 26, Le Caire.

1936 : « Deux pièces de céramique égyptienne », ArsIsl 3/2, p. 172-179.

1942 : Stèles funéraires, viii, Catalogue général du Musée arabe, Le Caire.

1971 : Inscriptions historiques sur pierre, Catalogue général du Musée de l’Art islamique du Caire, Le Caire.

Yūsuf, ‘A.‘A., 1958 : « Ḫazzāfūn min al-‘aṣr al-fāṭimī wa-asālībuhum al-fanniyya », BFA 20/2, p. 173-279.

Zbiss, S.-M., 1955 : Inscriptions de Tunis et de sa banlieue, Corpus des inscriptions arabes de Tunisie, 1re partie, Notes et documents, vol. xiii, t. 1, Tunis.

1960 : Inscriptions de Monastir, Corpus des inscriptions arabes de Tunisie, 2e partie, Tunis.

1962 : Inscriptions du Gorjāni. Contribution à l’histoire des Almohades et des Hafsides, Corpus des inscriptions arabes de Tunisie, 1re partie, 2e fascicule, Tunis.

Zozaya, J., 2000a : « Deux lampes à huile posées sur un support tripode », dans Andalousies, p. 161.

2000b : « Dés de sellier et de tailleur », dans Andalousies, p. 164.

Notes

1 En premier, je n’oublie pas Juan A. Souto, disparu en 2011, et María Antonia Martínez Núñez : sans leur envoi de publications oubliées des bibliothèques françaises, mes incursions en Andalus auraient été singulièrement réduites. Mais sur les terrains où le hasard des recherches a favorisé nos rencontres, nos voies ont parfois divergé. Je remercie également Jean-Pierre Molénat pour m’avoir éclairci la langue de Cervantès.

2 Sur cette catégorie d’esclaves, voir Rāġib 2006, p. 30 § 76.

3 Rāġib 2006, p. 29 § 71-72. Les étrangers étaient couramment débaptisés dans les marchés, Rāġib 2006, p. 31-32 § 78.

4 Ayalon 1977, p. 274-280 ; Schimmel 1989, p. 70-71 ; Sublet 1991, p. 43-44.

5 Lam takun al-kunā li-šay’ min al-umam illā li l-‘arab wa-hiya min mafāḫirihā… wa-l-takniya i‘ẓām, souligne Zamaḫšarī, vol. ii, p. 383 ; propos répétés par Suyūṭī, vol. i, p. 343.

6 Wa-ammā al-takniya fa-takrima bayna l-nās, Zamaḫšarī, vol. ii, p. 356 ; Schimmel 1989, p. 4.

7 Sublet 1991, p. 9, 43 ; Rāġib 1996, p. 7.

8 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. xxiii, p. 1 ; Ṣafadī, vol. xxvii, p. 97, 100 ; Kutubī, vol. iv, p. 201 ; Kosegarten 1837, p. 304 ; Schimmel 1989, p. 6 ; Ch. Pellat, « Nuṣayb al-aṣġar », EI2, vol. viii, p. 147. Cette kunya deviendra le nom de sa fille, Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. xxiii, p. 15, 16.

9 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. iii, p. 71-72 ; xviii, p. 336, 342 ; Ibn ‘Asākir, vol. lvii, p. 133-134 ; Nuwayrī, vol. iv, p. 315 ; Kosegarten 1837, p. 305.

10 Celles du scribe de Nessana Abū Sa‘īd en 54/674 et 57/677, Kraemer 1958, p. 180-181, n° 60, p. 194, n° 66 ; et du bronzier de Baṣra Abū Yazīd en 67/687 ou 69/688-689, Fehérvári 1976, p. 25.

11 Abū l-Faḍl, Van Berchem 1888, p. 468 ; RCEA (Répertoire chronologique épigraphique arabe), ix, p. 64, n° 3291 ; Mayer 1956a, p. 37 ; et Abū l-Faraǧ, RCEA, xi, p. 88-89, n° 4137 ; Mayer 1956a, p. 37-38.

12 Abū l-Fatḥ, Melikian-chirvani 1979a, p. 27-28 ; et Abū Naṣr al-Naqqāš, Melikian-Chirvani 1977, p. 368-369.

13 Abū Ḫālid à Samarra, Herzfeld 1925, p. 84, n° 183 ; Islamische Keramik 1973, p. 35, n° 23 ; Abū Naṣr al-Baṣrī, Lane 1939, p. 59, 64-65 ; et Abū l-Farāǧ à Fusṭāṭ, Bahgat et Massoul 1930, p. 60, pl. xxii, n°s 7 et 7 bis ; Yūsuf 1958, p. 219-220.

14 ‘Īsā Abū Dirham l’architecte de Diyār Bakr, RCEA, ix, p. 226-227, n°s 3523, 3524 et 3525 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 322, n° 69, p. 323, n° 71, p. 335, n° 101 ; Mayer 1956a, p. 74.

15 Abū Lu’lu’a Fayrūz al-Nahāwandī qui ôta la vie au second calife, Ṭabarī, vol. i, p. 2632, 2722-2725, 2797 ; et le potier persan Bū Ṭāhir Ḥusayn, Wiet 1935, p. 6, n° 10.

16 Ǧāḥiẓ, vol. iii, p. 28 ; Dagorn 1981, p. 41-42 ; Sublet 1991, p. 64-65.

17 Comme en témoigne Abū l-Ṯanā’ l’architecte qui travailla dans la mosquée de l’Olivier (al-Zaytūna) à Tunis de 380/990 à 385/995, Zbiss 1955, p. 33-34, n° 6 ; Mayer 1956a, p. 43.

18 Rāġib 2006, p. 29 § 70.

19 Comme en témoigne la généalogie de Muḫāriq reproduite par Abū l-Faraǧ al-Iṣbahāni, vol. xviii, p. 336, 338, 343. Quelques biographes l’ont reprise, comme Ibn al-Naǧǧār dans un passage copié par Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Tadmurī, an. 231-240, p. 357 et Nuwayrī, vol. iv, p. 312, Mais la majorité a préféré l’omettre : sa condition l’en privait.

20 Abū l-Faraǧ al-Iṣbahāni, vol. xviii, p. 336, 338 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Tadmurī, an. 231-240, p. 357 ; Nuwayrī, vol. iv, p. 312 ; H.G. Farmer, « Mukhāriḳ », EI2, vol. vii, p. 518-519.

21 Martínez 1995, p. 116 ; Souto 2001, p. 292.

22 Seul le début a survécu : al-ǧamī‘ ‘abīd. La fin qui devait comporter amīr al-mu’minīn est perdue, Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 468.

23 Martínez 1995, p. 123 ; Souto 2001, p. 285.

24 Dans le Musée de Navarre de Pampelune. Son nom fut d’abord lu Numayr, Lévi-Provençal 1931, p. 189, n° 204 ; RCEA, vi, p. 50, n° 2098 ; Ferrandis 1935, p. 78-79, n° 19 ; Navascués 1964a, p. 241. Puis l’erreur fut corrigée par Navascués 1964b, p. 200-202 ; repris par Kühnel 1971, p. 41, n° 35 ; Holod 1992a, p. 198, n° 4 ; Galán 2005, vol. i, p. 391 ; ii, p. 51 ; Martínez 2007, p. 178.

25 À la cathédrale de Braga (Portugal). Son nom perdu fut d’abord rétabli Numayr, Lévi-Provençal 1931, p. 190, n° 205 ; RCEA, vi, p. 65-66, n° 2123 ; Beckwith 1960, p. 29 ; Kühnel 1971, p. 43, n° 36. Puis il fut tardivement rectifié en Zuhayr, Holod 1992b, p. 202, n° 5 ; Galán 2005, vol. i, p. 392-393 ; ii, p. 54.

26 À l’Islamisches Museum de Berlin. L’inscription seulement connue par la traduction d’une transcription incorrecte de C.-P. Haase reprise par Nehls 2004, p. 64, fut finalement déchiffrée par Martínez 2007, p. 307, sur un moulage du Gabinete de Antigüedades de Madrid. Mais la lecture al-Muẓaffar semble incertaine : l’omission d’une lettre dans une gravure aussi soignée est improbable. Aussi je préfère Maṭar attesté sans l’article al, voir Ṭabarī, index.

27 Jadis au monastère de Santo Domingo de Silos, à présent au Musée archéologique provincial de Burgos, Lévi-Provençal 1931, p. 190, n° 206 ; RCEA, vi, p. 188-189, n° 2347 ; Ferrandis 1935, p. 88-89, n° 25 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Kühnel 1971, p. 46, n° 40 ; Galán 2005, vol. ii, p. 76, 78.

28 Aḥmad b. Mālik ġulām de Ṣārim al-dīn Qaymāz al-Naǧmī, Sharon 1999, p. 238.

29 Ayalon 1975, p. 210-212.

30 Tels Ḥasan b. Taškur et Malīḥa b. Aylam dans leur contrat de mariage en 744/1342, Abd ar-Raziq 1970,
p. 309-310.

31 Comme Šāḏbaḫt ‘atīq d’al-Malik al-‘Ādil, RCEA, ix, p. 189, n° 3467 ; Sanǧar ‘atīq d’Alṭūnbā (m. vers 615/1218), RCEA, x, p. 151, n° 3816 ; Bilāl ‘atīq d’al-Faḫr al-Fārisī (m. en 631/1234), RCEA, xi, p. 44, n° 4064 ; Abū Bakr ‘atīq d’Aḥmad al-Andalusī, RCEA, xi, p. 162, n° 4245 ; Yāqūt ‘atīq d’Abū l-Ma‘ālī, Ṣafadī, xxviii, p. 38 ; Yāqūt ‘atīq d’Abū l-Mawāhib, Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Ma‘rūf, Arna’ūṭ et ‘Abbās, an. 611-620, p. 391, n° 584.

32 Cette coutume remonte à l’aube de l’Islam, comme l’atteste le graffiti de Zuhayr mawlā Ibnat Šayba apparemment gravé en 24/644-645, Ġabbān 2003, p. 300 pl. 6, 333, 335.

33 Muḫāriq demanda à Hārūn al-Rašīd de l’honorer de sa clientèle (tušarrifunī bi-walā’ika) en lui accordant la liberté, Abū l-Faraǧ al-Iṣbahānī, vol. iii, p. 71.

34 Comme le considère le droit musulman, Brunschvig, p. 31.

35 Pratique courante chez les Mamelouks, Ayalon 1975, p. 210-211.

36 L’initiale de son nom ne porte aucun point diacritique dans la signature des deux astrolabes qui ont survécu. Quelques manuscrits l’appellent Basṭūlus, comme dans l’Istī‘āb de Bīrūnī, où le bā’ est clairement marqué, British Library, fol. 84 v., et Berlin cité par Wiedemann 1913, p. 13. Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 285/i, p. 671, le désigne également sous ce nom que d’ignorants copistes ont estropié et transformé en Baṭūlus et Qaṭusṭūlus. Mais d’autres sources en donnent une lecture divergente : Nasṭūlus, Wiedemann 1913, p. 13, que préfèrent Sezgin 1978, GAS (Geschichte des Arabischen Schrifttums), vol. vi, p. 178-179, et surtout King 1995, p. 81 : sa condition d’esclave, puis d’affranchi et de converti, lui ayant échappé, le nom d’Apostolos lui paraissait impropre à un musulman appelé Muḥammad b. ‘Abd Allāh.

37 Comme le désigne un manuscrit anonyme, GAS, vol. vi, p. 278, 288.

38 King 1995, p. 81.

39 Notamment certains facteurs d’instruments astronomiques de l’ère moderne dont l’identification devient incertaine.

40 Quelques ingénus signent parfois d’un seul nom : les deux lapicides, ‘Abd al-Raḥmān b. Abū Ḥaramī et son neveu, Muḥammad b. Barakāt, RCEA, ix, p. 112-113, n° 3365 (= Schneider 1983, vol. i, p. 387-388, n° 226) p. 197, n° 3479 ; x, p. 79-80, n° 3714 (= Schneider 1983, vol. i, p. 399-400, n° 235), p. 146, n° 3808 ; Schneider 1983, vol. i, p. 399-400, n° 235, p. 405-406, n° 238 ; le potier, Muslim b. al-Dahhān, Philon 1980, p. 168, 198, fig. 404 et 405 ; Bayani-Wolpert 1980, p. 298 ; les bronziers, ‘Abd al-Razzāq b. Mas‘ūd al-Naysābūrī, RCEA, ix, p. 4-5, n° 3206 ; Mayer 1959, p. 23 ; et Aḥmad b. ‘Umar b. Kāmil surnommé al-Ḏakī, RCEA, x, p. 206, n° 3903 ; Mayer 1959, p. 30-31.

41 Al-Baṣrī, al-Išbīlī, al-Kūfī, al-Ma‘arrī, al-Makkī et al-Miṣrī.

42 Al-Ḫurāsānī.

43 Al-Rūmī.

44 Al-Bāhilī.

45 Al-bannā’, al-maṯṯāl, al-naqqāš et al-raḫḫām.

46 Al-naṣrānī.

47 Les deux lectures sont possibles, Ibn Mākūlā, vol. v, p. 277-279.

48 Sur les noms courants d’esclaves, voir Souto 2001, p. 283.

49 Terme que se donnent Yāsmīn sur un bol exhumé à Madīnat al-Zahrā’, Ocaña 1970, p. 35 ; Cano 1996, p. 124 ; Soustiel, p. 185, n° 214 ; et Baraka, Ocaña 1970, p. 35, dont la signature doit figurer sur une céramique de même origine qui mérite d’être retrouvée.

50 Comme l’attestent nombre de signatures : Ḫafīf ġulām de ‘Alī b. ‘Īsā, Mayer 1956b, p. 54 ; Busṭūlus/Basṭūlus ġulām de Ḫafīf ; Fatḥ ġulām amīr al-mu’minīn, Souto 1997, p. 22 ; Souto 2001, p. 288 ; Sulaymān ġulām d’Abū (et non Ibn) Ḫuld, Ghouchani 1986, p. 268 n° 124 ; Aḥmad b. Mālik ġulām de Qaymāz al-Naǧmī, Sharon 1999, p. 237-238 ; Iyās ġulām de ‘Abd al-Karīm b. Turāb al-Mawṣilī, Rice 1953b, p. 230 ; Mayer 1959, p. 52.

51 Un seul lapicide se désigne sous ce terme en 537/1142-1143 : Kīn (?) Ǧādan Pādišāh fatā d’Abū ‘Alī, lui-même fatā d’Ibn ‘Alī Tabrīzī, RCEA, viii, p. 230, n° 3113.

52 Il ne fut que tardivement réservé aux blancs, comme ‘abd aux noirs, Rāġib 2006, p. 24.

53 Seul un étranger, l’architecte Qusṭa, l’a mis après ‘amal vers 550/1155 sur une voûte du château des Assassins à Maṣyaf, Burckhardt 1822, p. 150-151 ; Van Berchem 1909, p. 17, fig. 3 ; RCEA, viii, p. 287, n° 3197 ; Mayer 1956a, p. 58.

54 Ibn Ḥanbal, vol. ii, p. 316, 423, 444, 463, 484, 491, 496, 508 ; Buḫārī, vol. ii, p. 124, 125/ii, p. 176, 177 ; Muslim, vol. xv, p. 5-7 ; Abū Dāwūd, vol. ii, p. 311 ; Brunschvig, p. 26.

55 Ocaña 1945, p. 156 ; Ocaña 1970, p. 32 ; Martínez 1995, p. 114, 115, 116 ; Souto 1999, p. 292 ; Souto 2001, p. 285.

56 Amador 1880, p. 229, n° 67, p. 345-346 ; RCEA, iv, p. 184-185, n° 1562, p. 198, n° 1584, p. 199, n° 1587 ; Ocaña 1945, p. 155, 158 ; Martínez 1995, p. 111, 121, 123, 128 ; Souto 2001, p. 285, 292.

57 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Martínez 1995, p. 143 ; Blair 1998, p. 101 ; Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 255.

58 Le mot désigne parfois les ingénus : ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad commandant (qā’id) et ‘abd de ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir dans la pierre de fondation d’un arsenal de Tortosa en 333/945, Lévi-Provençal 1931, p. 83-84, n° 86 ; RCEA, iv, p. 89, n° 1384 ; le cadi Sirāǧ al-dīn Abū l-Ṯurayyā ‘abd d’al-Ḥāfiẓ dans une boiserie perdue de la mosquée d’Ibn Ṭūlūn gravée en 526/1132, RCEA, viii, p. 175-176, n° 3048 ; Wiet 1930a, p. 81, n° 566. Enfin, l’expert en bâtiment (‘arīf li l-binā’) qui suivit en 630/1233 l’érection du minaret de la mosquée d’al-Qaṣba à Tunis, ‘Alī b. Muḥammad b. Qāsim, est qualifié de ‘abduhum, à savoir du maître d’ouvrage, Yaḥyā, de son père Abū Muḥammad et de son grand-père Abū Ḥafṣ, RCEA, xi, p. 31-32, n° 4048 (où le mot est traduit par esclave au lieu de serviteur). Une photo figure dans el Aoudi-Adouni 1997, vol. ii, p. 633.

59 Au Musée de l’Histoire des Sciences de Florence, RCEA, vii, p. 208-209, n° 2727.

60 À l’Osservatorio Astronomico de Rome, RCEA, ix, p. 50-51, n° 3273 (rectifier 563 en 463).

61 Il désigne le cadi Sirāǧ al-dīn Abū l–Ṯurayyā dans une inscription perdue, RCEA, viii, p. 175-176, n° 3048 ; Wiet 1930a, p. 81, n° 566.

62 Elles ouvrent couramment par ces mots : al-mamlūk yuqabbil al-arḍ wa-yunhī.

63 Ainsi Yāqūt débute sa lettre rédigée en 617/1220 à Mossoul : le mamlūk Yāqūt b. ‘Abd Allāh al-Ḥamawī al-Akramī, Ibn al-Qifṭī, vol. iv, p. 80 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 129 ; Yāfi‘ī, vol. iv, p. 61. Pourtant, il avait recouvré la liberté en 596/1199, soit plus de vingt ans plus tôt, Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 127.

64 Ainsi Mayer ignore la servitude trahie par d’innombrables signatures patiemment recueillies. Pourtant Marçais 1926, p. 13, avait déjà souligné que le nom Fatḥ dans la mosquée de l’Olivier à Tunis désignait un esclave ou un affranchi, n’étant suivi d’aucune indication relative à son père. Ce passage dut inspirer Glück 1932, p. 324.

65 Comme ce terme désigne les apprentis des facteurs d’astrolabes dans Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 284-285, les uns de condition libre, les autres de condition servile, les traductions hésitent : Dodge, ii, p. 671 ; Saliba 1991, p. 110, 119 (student et apprentice sans même ajouter slave). Voir aussi Mayer 1959, p. 78.

66 Mayer 1959, p. 54.

67 Ghouchani 1986, p. 268, n° 124.

68 RCEA, i, p. 292, n° 376 ; ii, p. 4, n° 405, p. 184-185, n° 663, p. 238-239, n° 741 ; iii, p. 21, n° 835, p. 61, n° 903, p. 91, n° 957 ; viii, p. 230, n° 3113 ; Wiet 1971, p. 5, n° 7-9776, p. 7, n° 10-3150/47.

69 Blair 1998, p. 101.

70 Rāġib 1996, p. 13.

71 Ibid., p. 8-9.

72 Ibid., p. 13-14.

73 Ibid, p. 14.

74 Harvey 1966, p. 623.

75 Lafaye, p. 1232 ; Schmidt 1973, p. 74-75.

76 Rāġib 1996, p. 16.

77 Rāġib 1993, p. 752 ; Rāġib 1996, p. 16.

78 Ainsi l’historien al-Wāqidī (m. en 207/823) avait deux esclaves qui lui copiaient jour et nuit les manuscrits, Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 98/i, p. 214 ; Rāġib 1996, p. 16 ; S. Leder, « Al-Wāḳidī », EI2, vol. xi, p. 112.

79 Pedersen 1984, p. 46.

80 Ibn Durayd (m. en 321/933) dicta sa Ǧamhara à son esclave Ta‘allam, Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 61. Le terme de ġulām a suscité diverses interprétations : Dodge, 1970, vol. i, p. 134, le traduit par pupils (young men), alors que Pedersen 1984, p. 46, hésite entre élève et esclave. La seconde acception du mot semble toutefois la bonne : s’il n’était qu’un disciple, Ibn al-Nadīm aurait probablement employé tilmīḏ, comme Ibn Ḫallikān, vol. iv, p. 326 : ismā‘ talāmiḏatihi wa-imlā’ihi ‘alayhim à propos d’Ibn Durayd.

81 Balāḏurī, vol. vi B, p. 158-159 ; Ṭabarī, vol. ii, p. 1470.

82 Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 7/i, p. 12 (la traduction comporte une addition : a slave of Ibn Qayyūmā).

83 Vol. i, p. 7/i, p. 11-13.

84 Al-Ḍaḥḥāk b. ‘Aǧlān, Isḥāq b. Ḥammād, Ibrāhīm b. al-Muḥassin ou al-Mušaǧǧir, ‘Amr b. Mas‘ada, Aḥmad b. Abī Ḫālid, ‘Abd Allāh b. Šaddād, ‘Uṯmān b. Ziyād al-‘Ā’il ou al-‘Ābid, Muḥammad b. ‘Abd Allāh ou ‘Ubayd Allāh surnommé al-Madanī et Abū l-Faḍl Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Malik al-Tamīmī al-Ḫurāsānī.

85 Nul n’a soupçonné sa servitude, comme Huart 1908, p. 72 ; puis Abbott 1939, p. 31, 33, 38.

86 Ibn al-Aṯīr, vol. xii, p. 405 ; Yāqūt, vol. vii, p. 268 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, an. 611-620, p. 392, n° 585 ; Siyar, vol. xxii, p. 149-150 ; Ṣafadī, vol. xxviii, p. 39-40 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 119-122 ; Yāfi‘ī, vol. iv, p. 42-43 ; Abū l-Maḥāsin, vol. v, p. 283 ; viii, p. 187.

87 Ibn al-Fuwaṭī, p. 500 ; Ibn al-Ṣuqā‘ī, p. 175/203, n° 291 ; Ibn Kaṯīr, vol. xiv, p. 6 ; Kutubī, vol. iv, p. 263-264 ; Ibn Ḥabīb, vol. i, p. 219 ; Abū l-Maḥāsin, vol.viii, p. 187 ; ‘Aynī, vol. iii, p. 479-480 ; Huart 1908, p. 84 ; Abbott 1939, p. 36 ; Pedersen 1984, p. 87 ; Schimmel 1970, p. 7-8 ; Sh.R. Canby, « Yāḳūt al-Musta‘ṣimī », EI2, vol. xi, p. 286-287.

88 Abū Ibrāhīm b. Aflaḥ qui signa une dalle commémorant la restauration d’un minaret en 472/1079, Amador 1875, p. 104, 405 ; Lévi-Provençal 1931, p. 39, n° 31 ; RCEA, vii, p. 205-206, n° 2723.

89 Burhān dans une épitaphe en 608/1212, RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.

90 Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid al-Naysābūrī qui rédigea en 332/944 une invocation à présent à l’Eretz Israël Museum, Sharon 1997, p. 195-196.

91 Maktūm b. Yazīd qui grava vers 550/1155 le texte de construction d’un monument de Ḥisbān au sud d’Amman avec un lapicide dont le nom est partiellement perdu, RCEA, viii, p. 285, n° 3193.

92 Aḥmad dont le nom figure sur une stèle en 436/1044, Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; RCEA, vii, p. 62, n° 2499.

93 ‘Umar dans l’inscription de la mosquée en 635/1237-1238, Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933, p. 65-66, n° 58 ; RCEA, xi, p. 94, n° 4144 ; Mayer 1956a, p. 127-128.

94 ‘Atīq qui signa une pierre en 497/1104, Zbiss 1960, p. 107, n° 4.

95 Maqrīzī, ii, p. 146, en recopia le texte d’une monographie perdue d’al-Quḍā‘ī. Il figure dans RCEA, i, p. 7, n° 8.

96 Isḥāq b. Ibrāhīm, Wiet 1942, p. 153-154, n° 4523 ; Rāġib 2001, p. 338 ; et Aḥmad b. Hārūn qui sculpta en 434/1042 une stèle d’Assouan, RCEA, vii, p. 55-56, n° 2490.

97 RCEA, ii, p. 97, n° 537 ; Rāġib 2001, p. 339.

98 Sa servitude ayant échappé à Schneider 1986, p. 95-97, elle énumère d’autres hypothèses sur son origine ; Rāġib 2001, p. 338-339.

99 Schneider 1986, p. 2-3, 107-108.

100 Sur les signatures, voir Schneider 1986, p. 9-10.

101 RCEA, vii, p. 131-132, n° 2609 ; Rāġib 2001, p. 339.

102 RCEA, x, p. 220-221, n° 3923.

103 Aḥmad b. Muḥammad qui sculpta en 545/1150 une stèle de marbre provenant de Yazd à présent au Metropolitan Museum, RCEA, viii, p. 258-259, n° 3150.

104 Dans cette pierre qui appartenait à E. Sassoon, un nom incertain fut déchiffré : Kīn (?) Ǧādan Pādišāh, RCEA, viii, p. 230, n° 3113.

105 Brunschvig, p. 29.

106 RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.

107 RCEA, x, p. 113, n° 3760, p. 116-117, n° 3765.

108 L’inscription d’un mašhad de Salamiyya par ‘Alī b. Ǧa‘far probablement au iiie/ixe ou au ive/xe siècle, RCEA, iii, p. 86-87, n° 949 ; une invocation actuellement au Eretz Israel Museum de Tel Aviv par Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid al-Naysābūrī le forgeron (ḥaddād) en 332/944, Sharon 1997, p. 195-196 ; le texte de construction d’un monument de Ḥisbān au sud d’Amman par Maktūm b. Yazīd al-naǧǧār et un lapicide au nom partiellement perdu vers 550/1155, RCEA, viii, p. 285, n° 3193 ; et l’inscription de la mosquée de Bayt Ḥānūn en 637/1239 par Muḥammad b. Ḥamdān b. ‘Aqīl al-Anṣārī, Sharon 1999, p. 98-102.

109 Épitaphe inédite. Communication de S. Ory.

110 Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933, p. 65-66, n° 58 ; RCEA, xi, p. 94, n° 4144 ; Mayer 1956a, p. 127-128. Il faut probablement le distinguer de son homonyme qui bâtit en 602/1205-1206 deux madrasa à Kayserı, Mayer 1956a, p. 127.

111 Amitai-Preis 1995 ; Sharon 1999, p. 77-78. La lecture de Van Berchem 1888, p. 466, reprise dans RCEA, xii, p. 225-226, n° 4737, est partielle.

112 Ibn ‘Abbās al-Muqayyar qui signa une stèle en 323/935, Schneider 1983, vol. i, p. 78, 188-189, n° 60 ; et Muḥammad b. al-ḥāǧǧ Aḥmad qui grava son nom dans une pierre en 637/1240, RCEA, xi, p. 111-112, n° 4167 ; Wiet 1971, p. 55, n° 74-100 ; Schneider 1983, vol. i, p. 78, 416-417, n° 245.

113 Son nom figure sur deux stèles jumelles sculptées en 450/1058, Schneider 1983, vol. i, p. 78, p. 299-300, n° 151, p. 301, n° 152, et peut-être une troisième gravée en 435/1044, Schneider 1983, vol. i, p. 276, n° 131.

114 Miles 1948, p. 237 ; Grohmann 1962, p. 56-57. Le nom de son père pourrait être toutefois Ǧabbāb, Ḫabbāb, Ǧannāt, Ḥabāb, Ḥubāb, Ḥattāt et Ḥutāt, Ibn Mākūlā, vol. ii, p. 133-151 ; Ḏahabī, Muštabih, vol. i, p. 204-206 ; Ibn Ḥaǧar, vol. ii, p. 522-524.

115 Al-Rāšid 1421/2000, p. 69, 70, 71.

116 Ibid., p. 153-154.

117 ‘Abd al-Raḥmān dans trois pierres, RCEA, x, p. 79-80, n° 3714 (= Schneider 1983, vol. i, p. 405-406, n° 238), p. 146, n° 3808 ; Schneider 1983, vol. i, p. 399-400, n° 235 ; et Muḥammad dans une stèle, RCEA, ix, p. 112-113, n° 3365 (= Schneider 1983, vol. i, p. 387-388, n° 226) ; enfin les deux dans une épitaphe, RCEA, ix, p. 197, n° 3479.

118 Schneider 1983, vol. i, p. 78, 379, n° 221.

119 RCEA, ix, p. 53, n° 3277 ; Wiet 1971, p. 43. Schneider 1983, vol. i, p. 382-383, n° 223, l’attribue à Muḥammad b. Barakāt et supprime Abī de la kunya de son père. L’absence de reproduction ne permet guère de trancher. Mais sa date suggère qu’elle est l’œuvre du premier et non du dernier qui travailla jusqu’en 604/1207-1208.

120 RCEA, ix, p. 112-113, n° 3365 (= Schneider 1983, vol. i, p. 387-388, n° 226), p. 225-226, n° 3521 ; x, p. 21-22, n° 3631.

121 RCEA, ix, p. 183-184, n°3460 (= Schneider 1983, vol. i, p. 393-394, n° 230), p. 197, n° 3479.

122 RCEA, ix, p. 215-216, n° 3507, p. 216-217, n° 3508 ; xi, p. 25-26, n° 4042.

123 RCEA, ix, p. 178-179, n° 3452 (= Schneider 1983, vol. i, p. 391-392, n° 229) ; x, p. 79-80, n° 3714 (= Schneider 1983, vol. i, p. 405-406, n° 238), p. 80, n° 3715 (= Schneider 1983, vol. i, p. 425-426, n° 252), p. 146, n° 3808, p. 240, n° 3956 ; Schneider 1983, vol. i, p. 399-400, n° 235, p. 401-402, n° 236.

124 Schneider 1983, vol. i, p. 410-411, n° 241.

125 Ibid., p. 418, n° 246.

126 ‘Atīq b. Ḥasan sur une stèle du Musée de Monastir, Zbiss 1960, p. 37, n° 19.

127 Actuellement conservée au musée de Monastir, Zbiss 1960, p. 107, n° 4.

128 Zbiss 1955, p. 74, n° 51.

129 Zbiss 1962, p. 29, n° 46 ; el Aoudi-Adouni 1997, vol. i, p. 54-55, n° Q 31.

130 Une inscription de la mosquée de Séville en 214/829 par ‘Abd al-Barr b. Hārūn, Lévi-Provençal 1931, p. 198 ; RCEA, vii, p. 273, n° 189 A ; le texte de fondation de la même mosquée par ‘Abd Allāh b. Ḥamdūn sans doute en 231/845, Lévi-Provençal 1931, p. 43, n° 28 bis ; RCEA, i, p. 245, n° 311 ; celui d’un arsenal à Tortosa en 333/944-945 par ‘Abd Allāh b. Kulayb, Lévi-Provençal 1931, p. 83, 84, n° 86 ; RCEA, iv, p. 89, n° 1384 ; Martínez 2007, p. 216 ; enfin, la dalle commémorant l’érection du minaret d’une mosquée de Séville en 472/1079, actuellement dans l’église d’el-Salvador, par Abū Ibrāhīm b. Aflaḥ, Amador 1875, p. 104, 405 ; Lévi-Provençal 1931, p. 39, n° 31 ; RCEA, vii, p. 205-206, n° 2723.

131 Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; RCEA, vii, p. 62, n° 2499.

132 Lévi-Provençal 1931, p. 31, n° 24 ; RCEA, viii, p. 51-52, n° 2884.

133 RCEA, viii, p. 112-113, n° 2968.

134 Amador 1880, p. 348 ; Ocaña 1935, p. 159 ; Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Ocaña 1941, p. 163 ; Ocaña 1945, p. 156 ; RCEA, v, p. 116, n° 1860 ; Ocaña 1970, p. 32 ; Martínez 1995, p. 114, 116, 123, 124, 142, 143 ; Souto 1997, p. 24 ; Souto 1999, p. 292 ; Souto 2001, p. 285, 286, 288, 289, 292 ; Souto 2005b, p. 467.

135 Amador 1880, p. 341, n° 1, 364 ; Ocaña 1940, p. 444 ; Gómez-Moreno 1941, p. 425 ; RCEA, iv, p. 156-157, n° 1510 ; Martínez 1995, p. 128, 142, 143 ; Souto 1997, p. 24 ; Souto 2001, p. 285, 286, 288.

136 Qaṣr al-Zahrā’, Muqtabas, p. 28, 32, 241.

137 Ibn Ḥayyān repris dans Maqqarī, vol. ii, p. 67 ; Muqtabas, p. 21, 28, 32, 136, 155, 241 ; Ibn ‘Iḏārī, vol. ii, p. 231.

138 Ibn Ḥayyān repris dans Maqqarī, vol. ii, p. 67 ; Ibn ‘Iḏārī, vol. ii, p. 231 (vocalisé Mu’nis).

139 Deux figurent deux fois : Fatḥ, Martínez 1995, p. 113, 123 ; et Naṣr, Martínez 1995, p. 114, 125 ; et les trois autres trois fois : Aflaḥ, Martínez 1995, p. 112, 113 ; Badr, Martínez 1995, p. 112, 114, 128 ; et Ṭarīf, Martínez 1995, p. 113, 115, 121.

140 Comme les deux qui désignaient peut-être des inconnus, Martínez 1995, p. 114, 124.

141 Martínez 1995, p. 123 ; Souto 2001, p. 285.

142 Martínez 1995, p. 121.

143 Ibid., p. 111-112.

144 Ibid., p. 129, 142.

145 Ibid., p. 124.

146 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 113 ; Souto 2001, p. 284 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b, p. 467.

147 Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b, p. 468.

148 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116 ; Souto 2001, p. 292.

149 Martínez 1995, p. 114 ; Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 254.

150 Zarīf, pour Martínez 1995, p. 112, mais Rizq pour Souto 2001, p. 284. Le fac-similé de Martínez 1995, fig. iii, ne permet de trancher.

151 Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254 ; Souto 2005b, p. 468.

152 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 112, 113, 142 ; Souto 2005a, p. 254.

153 Martínez 1995, p. 112, 114, 128, 142 ; Souto 2001, p. 285.

154 Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 113, 123, 142 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

155 Ocaña 1945, p. 158 ; Martínez 1995, p. 121, 142.

156 Martínez 1995, p. 114, 125, 143 ; Souto 2001, p. 293.

157 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 143 ; Souto 2001, p. 292.

158 Lecture de Souto 2001, p. 284. Mais Zarīf pour Martínez 1995, p. 112.

159 Martínez 1995, p. 129, 142.

160 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 111-112.

161 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 143 ; Souto 2001, p. 292.

162 Martínez 1995, p. 113, 115, 121, 143 ; Souto 2005a, p. 254.

163 Martínez 1995, p. 123, 142 ; Souto 2001, p. 285.

164 Martínez 1995, p. 115, 142 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254.

165 Ocaña 1945, p. 155 ; Martínez 1995, p. 116, 142 ; Souto 2001, p. 292.

166 Ocaña 1945, p. 156 ; Martínez 1995, p. 114, 116, 142, 144 ; Souto 1999, p. 292 ; Souto 2001, p. 285, 292. Dans une autre signature, la formule est précédée du terme al-ǧamī‘. Sa fin perdue devait comporter amīr al-mu’minīn, Martínez 1995, p. 115 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005a, p. 254.

167 Ocaña 1945, p. 155, 158 ; Martínez 1995, p. 111, 121, 123, 128, 142 ; Souto 2001, p. 285.

168 Martínez 1995, p. 111-112.

169 Ainsi Durrī al-kabīr est distingué de Durrī al-ṣaġīr dans trois inscriptions, Souto 2001, p. 287.

170 Rāġib 2006, p. 37.

171 Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

172 Dans le premier qui se trouve au Musée national de Kuwayt, le nom du marbrier fut d’abord lu Fatḥ, Ocaña 1941, p. 160 ; puis Falīḥ, Jenkins 1983, p. 44 ; Fairchild Ruggles 1992, p. 247, n° 39 ; Bernus-Taylor 2000, p. 276 ; pour redevenir Fatḥ, Martínez 1995, p. 123, 143 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467. Le second chapiteau est conservé sur le site de Madīnat al-Zahrā’, Martínez 1995, p. 123 ; Martínez 1999, p. 88, 99, pl. 6, 103, fig. vi ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 467.

173 Ce surnom a suscité diverses interprétations au cours du temps, Martínez 1999, p. 89-90. Il fut d’abord pris pour al-aysar, Ocaña 1941, p. 160 ; puis peut-être pour al-asīr, Jenkins 1983, p. 44 ; qui finit par s’imposer, Fairchild Ruggles 1992, p. 247, n° 39 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467 ; Martínez 1999, p. 88.

174 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández et Vicent 1973, p. 113, fig. 5 ; Martínez 1995, p. 143 ; Martínez 1999, p. 90, 100, pl. 8 ; Souto 2001, p. 295.

175 Souto 2001, p. 296, suggère qu’elles permettaient aux marbriers de percevoir leur salaire. Mais un esclave ne recevait d’ordinaire aucune rétribution.

176 Souto 2005b, p. 462.

177 Nombre communiqué par Souto dans un courriel d’octobre 2008.

178 Comme celui de Fatḥ, Souto 2001, p. 288, 306 fig. 3.

179 Les noms recueillis par Amador 1880, puis repris dans RCEA sont parfois erronés, comme le prouve la liste rassemblée par Rodríguez et Souto 2000.

180 Amador 1880, p. 229, nos 65, 66 et 67, p. 241, n° 80, p. 244, nos 90 et 96, p. 243, nos 86, 87, 88 et 89, p. 246, n° 105 ; RCEA, iv, p. 198, nos 1584 et 1585, p. 199, nos 1586 et 1587 ; v, p. 1, n° 1602 ; Rodríguez et Souto 2000, p. 364, 365, 366, 368, 370, 371, 373, 374, 378, 381, 383, 387 ; Souto 2001, p. 283, 284 ; Souto 2005a, p. 255 ; Souto 2005b, p. 463, 464, 465, 466.

181 Rodríguez et Souto 2000, p. 380, 387 ; Souto 2001, p. 283, 284.

182 Rodríguez et Souto 2000, p. 386-387 ; Souto 2001, p. 292.

183 Rodríguez et Souto 2000, p. 363.

184 Souto 2001, p. 292.

185 Ibid., p. 285.

186 Amador 1880, p. 364 ; RCEA, iv, p. 156, n° 1509 ; Rodríguez et Souto 2000, p. 386 ; Souto 2001, p. 288.

187 Souto 2001, p. 286, 288 ; Souto 2005b, p. 463.

188 Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 464.

189 Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 255.

190 Rodríguez et Souto 2000, p. 385.

191 Rodríguez et Souto 2000, p. 370, 387 ; Souto 2001, p. 284.

192 Rodríguez et Souto 2000, p. 363, 364, 366, 368, 387 ; Souto 2001, p. 284, 286.

193 Rodríguez et Souto 2000, p. 385.

194 Souto 2001, p. 286.

195 Rodríguez et Souto 2000, p. 386.

196 Souto 2001, p. 292.

197 Plutôt qu’al-Qarrā’, Rodríguez et Souto 2000, p. 364, 366, 371, 385 ; Souto 2001, p. 283, 284, 301 n. 4 ; Souto 2007, p. 120.

198 La vocalisation de Souto 2001, p. 291-292, Ḫayra, doit être écartée : le nom est, en effet, féminin, comme Ǧabra et Ḥabra. Plusieurs autres lectures sont possibles : Ǧanza, Ḥibra, Ḫiyara, Ḫubza et Ḫunnara, Ibn Mākūlā, vol. ii, p. 30-33.

199 Souto 2001, p. 295, suggère que le nom pourrait également être une invocation exprimant « bonheur ».

200 Rodríguez et Souto 2000, p. 385-386 ; Souto 2007, p. 120.

201 Amador 1880, p. 229, n° 43 ; RCEA, iv, p. 198, n° 1584 ; Souto 2001, p. 285.

202 Amador 1880, p. 229, n° 43 ; RCEA, iv, p. 199, n° 1587 ; Souto 2001, p. 285.

203 Rodríguez et Souto 2000, p. 364, 372.

204 Ibid., p. 364, 367, 372, 375, 385 ; Souto 2001, p. 290 ; Souto 2007, p. 120.

205 Amador 1880, p. 218, n° 43 ; RCEA, iv, p. 198, n° 1583. Une photo a permis à Souto 2001, p. 285-286, 301 n. 18, de déchiffrer le nom de son père. Mais il ne semble pas le Badr sans filiation, comme l’avance Souto 2001, p. 286.

206 Rodríguez et Souto 2000, p. 373, 386 ; Souto 2007, p. 120.

207 Sur un chapiteau de la façade orientale, sur la porte Saint-Jean de la cathédrale, Brisch 1979-1981, p. 162 ; Martínez 1995, p. 142 ; Souto 2001, p. 286 ; Souto 2007, p. 107, 121.

208 Souto 1999, p. 290 ; Rodríguez et Souto 2000, p. 378, 382, 385 ; Souto 2001, p. 290 ; Souto 2007, p. 120.

209 Rodríguez et Souto 2000, p. 388-391 ; Souto 2007, p. 106, 120.

210 Souto 2001, p. 286 ; Souto 2006, p. 319-320.

211 Souto 2001, p. 284.

212 Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, spécialement p. 461-462. Mais il ne semble pas désigner une famille, comme le supposait Ocaña 1936-1939a, p. 160, ni un atelier appelé du nom de son directeur, comme le suggère Souto 2001, p. 289.

213 Souto 2001, p. 286.

214 Comme le suppose Souto 2001, p. 284.

215 Souto 2001, p. 286.

216 Ibid., p. 294.

217 Ibid., p. 293.

218 Amador 1880, p. 341 ; RCEA, iv, p. 156-157, n° 1510 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

219 Le premier à déchiffrer correctement ce nom gravé sur un chapiteau du Musée archéologique national de Madrid fut Souto 2005a. Auparavant, il passa tantôt pour ‘Abd al-Karīm et tantôt pour Karīm.

220 Amador 1880, p. 341, n° 1 ; RCEA, iv, p. 156, n° 1509 ; Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 467.

221 Ce chapiteau se trouvait dans une maison la Plaza de San Nicolás de la Villa, Amador 1880, p. 345-346, n° iv ; RCEA, iv, p. 184-185, n° 1562. La signature fut omise par Ocaña 1935, p. 159, 160, fig. 6 a.

222 Ocaña 1940, p. 447 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 467.

223 Futūḥ est préférable à Fattūḥ, Amador 1880, p. 348 ; RCEA, v, p. 116, n° 1860 ; Ocaña 1941, p. 163 ; Souto 2001, p. 289 (qui a reculé la date de trois ans).

224 Le premier passa de l’Auberge suisse de Cordoue à l’Islamisches Museum de Berlin, Gómez-Moreno 1941, p. 423-424 ; Ocaña 1945, p. 159 ; Martínez 1995, p. 143 ; Museum für islamische Kunst 2001, p. 91-92 ; Souto 2001, p. 288 ; Kröger 2004, p. 84, fig. 64 (où son nom est devenu Falih) ; et le second de la cathédrale de Pise à l’Opera della Primaziale Pisana, Bernus-Taylor 2000, p. 195.

225 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Ocaña 1935, p. 161, 162, avait cru voir le nom rare de Safr. Reprise par Souto 1997, p. 25-26, cette lecture fut ensuite rectifiée par Souto 2001, p. 296, 307, fig. 4.

226 Actuellement à la mosquée de la Qaṣba de Marrakesh, Souto 2001, p. 291 ; Souto 2007, p. 114-115, 126-127.

227 Le chapiteau décore la porte de la façade du Palais des Infants d’Orléans et de Bourbon, siège actuel de la Mairie de Cádiz, Souto 2007, p. 113-114, 126.

228 Il gagna la mosquée al-Qarawiyyīn à Fès, Terrasse 1968, p. 42 et pl. 86 ; Souto 2001, p. 293.

229 Au Musée archéologique national de Madrid, Souto 2002, p. 332-334 ; Souto 2007, p. 111-112, 124-125.

230 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Souto 2007, p. 112, 125-126.

231 Ce chapiteau se trouve dans la deuxième colonne de la galerie du patio de l’ancien couvent de Jésus Crucifié de Cordoue converti en caserne de cavalerie, puis en maison de retraite, Residencia de los Ancianos Desamparados, Amador 1880, p. 350-351 ; Ocaña 1936-1939a, p. 160 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 467.

232 Il était conservé dans une collection privée, Ocaña 1940, p. 444.

233 Actuellement au Musée de l’Alhambra, Ocaña 1936-1939b, p. 167 ; Martínez 1995, p. 143 ; Souto 2001, p. 293.

234 Il fut transféré d’une maison du Callejon de las Campanas à l’Institut Valencia de Don Juan à Madrid, RCEA, vi, p. 71, n° 2133. L’interprétation de Lévi-Provençal 1931, p. 195, n° 219, « ‘Amal naqīš al-ruḫām... » (œuvre de sculpture du marbre…) mérite oubli. Les trois lectures possibles du nom sont signalées par Ibn Mākūlā, vol. vii, p. 361-362.

235 La lecture Fand doit être écartée, Amador 1875, p. 118, n° xi ; RCEA, xvii, p. 50-51, n° 765 006. Les trois formes sont énumérées par Ibn Mākūlā, vol. vii, p. 72-73.

236 Amador 1875, p. 119, n° xii ; RCEA, xvii, p. 51-52, n° 765 007-765 009.

237 RCEA, x, p. 79, n° 3713.

238 Il est conservé au Cabinet des Médailles, RCEA, iv, p. 175, n° 1546 ; Arts de l’Islam 1971, p. 187, n° 266 ; Kühnel 1971, p. 30-31, n° 17 ; Montesquiou-Fezensac et Gaborit-Chopin 1977, vol. iii, p. 74-75, pl. 63 ; L’Islam dans les collections 1977, p. 173-174, n° 377 ; Welch 1985, p. 126-127, n° 72 ; Blair et Bloom 1999, p. 52 ; Galán 2005, vol. i, p. 184.

239 Coffret du Musée archéologique national de Madrid, Lévi-Provençal 1931, p. 191-192, n° 210 ; RCEA, v, p. 89, n° 1811 ; The Arts of Islam 1976, p. 145, n° 145 ; Galán 2005, vol. i, p. 138, 184, 398 ; ii, p. 179, 180. Ferrandis 1940, p. 127-128, n° 9, a restitué Muḥammad ; Blair et Bloom 1999, p. 53 n. 23, Aḥmad. Le meuble étant de bois, Kühnel (1971) l’a écarté de sa monographie des ivoires.

240 Galán 2005, vol. i, p. 138 ; ii, p. 179-181.

241 Le premier est conservé à l’église paroissiale de Fitero (Navarre), Lévi-Provençal 1931, p. 187, n° 197 ; RCEA, v, p. 6, n° 1614 ; Ferrandis 1935, p. 63-64, n° 8 ; Kühnel 1971, p. 34, n° 23 ; Blair et Bloom 1999, p. 53 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 68 ; Martinez-Gros et Makariou 2001, p. 77 ; Souto 2001, p. 290 ; Galán 2005, vol. i, p. 184, 185, 385, 437 ; ii, p. 29-30. Le second qui appartient à l’Institut Valencia de Don Juan à Madrid peut lui être attribué, même s’il a omis de le signer, Kühnel 1971, p. 34-35, n° 23. Lévi-Provençal 1931, p. 187, n° 198, signale toutefois son nom après la date. Il a été repris dans RCEA, v, p. 6-7, n° 1615 ; Beckwith 1960, p. 14 ; et Souto 2001, p. 290.

242 Conservée à l’Hispanic Society of America de New York, RCEA, v, p. 8, n° 1617 ; Ferrandis 1935, p. 64-65, n° 9 ; Beckwith 1960, p. 14 ; Kühnel 1971, p. 36-37, n° 28 ; Blair et Bloom 1999, p. 53 ; Martinez-Gros et Makariou 2001, p. 77 ; Galán 2005, vol. i, p. 184, 185, 384-385 ; ii, p. 31.

243 Le coffret appartient au Musée de Navarre à Pamplune, Navascués 1964b, p. 204, pl. 6 ; Kühnel 1971, p. 41-43, n° 35 ; Holod 1992a, p. 199, n° 4 ; Blair et Bloom 1997, p. 258-259, fig. 137 ; Blair et Bloom 1999, p. 53 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 71 ; Souto 2001, p. 287, 297 ; Souto 2007, p. 112-113 ; Galán 2005, vol. i, p. 391 ; Martínez 2007, p. 177, n. 561, 178-179.

244 Deux noms furent d’abord repérés, Lévi-Provençal 1931, p. 189, n° 204 ; RCEA, vi, p. 50, n° 2098 ; puis deux autres, Ferrandis 1935, p. 78-79. Après avoir repris la lecture de ses prédécesseurs, Navascués 1964a, p. 242-243, pl. 1, 2, 3, 4 et 5, parvint à déchiffrer correctement les quatre, Navascués 1964b, p. 202-206. Mais une dent superflue a transformé Sa‘āda en Ša‘abāḏa. Souto 2001 a préféré Ḫayra à Ḫayr, p. 291, 292.

245 Les deux lectures sont possibles, Ibn Mākūlā, vol. iv, p. 69-71.

246 Navascués 1964a, p. 244 ; Navascués 1964b, p. 204-205 ; Kühnel 1971, p. 43 n. 16.

247 Galán 2005, vol. i, p. 391 ; ii, p. 52 ; Martínez 2007, p. 178-179.

248 Il est passé du monastère de Santo Domingo de Silos au Musée archéologique provincial de Burgos, Lévi-Provençal 1931, p. 190, n° 206 ; RCEA, vi, p. 188-189, n° 2347 ; Ferrandis 1935, p. 88-89, n° 25 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Kühnel 1971, p. 46, n° 40 ; Blair et Bloom 1999, p. 53 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 71 ; Galán 2005, vol. i, p. 393 ; ii, p. 76.

249 Lévi-Provençal 1931, p. 190 n. 2 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Galán 2005, vol. ii, p. 77.

250 Lévi-Provençal 1931, p. 190 n. 2 ; Beckwith 1960, p. 30 ; Kūhnel 1971, p. 47 ; Galán 2005, vol. ii, p. 77.

251 Casamar cité par Galán 2005, vol. ii, p. 78.

252 Conservé au Musée archéologique national de Madrid (anciennement au Trésor de la cathédrale de Palencia), Lévi-Provençal 1931, p. 190-191, n° 207 ; RCEA, vii, p. 87-88, n° 2540 ; Ferrandis 1935, p. 92-95, n° 27 ; Beckwith 1960, p. 30-32 ; Kühnel 1971, p. 48-49, n° 43 ; The Arts of Islam 1976, p. 153, n° 150 ; Robinson 1992, p. 206, n° 7 ; Blair et Bloom 1999, p. 53 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 71 ; Galán 2005, vol. i, p. 393-394 ; ii, p. 80-81.

253 Comme certains l’ont supposé, Kühnel 1971, p. 49 ; Blair et Bloom 1996, p. 53.

254 Au Musée national de Damas, ‘Ušš 1960, p. 140-141, 170 ; ‘Ušš 1963, p. 37 ; ‘Ušš 1969, p. 174, fig. 77 ; Grohmann 1971, p. 73 b, 85 n° 26, fig. 54 et pl. 14 (2) ; The Arts of Islam 1976, p. 213, n° 250 ; Meinecke 1982, p. 277-278, n° 252 ; Soustiel 1985, p. 32 ; Blair et Bloom 1999, p. 50.

255 Et non Sulaymān b. ‘Abd al-Malik, comme le croyait Grohmann 1971, p. 73 b, 85 n° 26, fig. 54 et pl. xiV (2).

256 Ḫaṭīb, vol. ix, p. 24, n° 4616 ; Ibn ‘Asākir, vol. xxii, p. 338 ; Ṣafadī, vol. xv, p. 394, n° 541.

257 Comme le révèlent des pièces de cuivre, Heidemann 2003, p. 34 n. 264.

258 Meinecke 1982, p. 277, datait le vase entre la fondation d’al-Rāfiqa en 155/772 et le décès d’al-Manṣūr en 158/775. Mais la formule ibn amīr al-mu’minīn survécut à la mort du calife dans la titulature de Sulaymān, comme l’attestent les monnaies, Heidemann 2003, p. 34 n. 264.

259 Ṣūlī, p. 15, 16 ; Heidemann 2003, p. 33-34.

260 Sitôt découverts, ils ont gagné l’Islamisches Museum de Berlin.

261 Herzfeld 1925, p. 81, n° 24.

262 Ibid., n° 22.

263 Ibid., nos 20-21 ; Islamische Keramik 1973, p. 31, n° 18.

264 Herzfeld 1925, p. 81, n° 23 ; Islamische Keramik 1973, p. 31, n° 18.

265 Herzfeld 1925, p. 84, n° 183 ; Islamische Keramik 1973, p. 35, n° 23.

266 Herzfeld 1925, p. 84, n° 182. L’article al écarte le nom courant Aḥmar.

267 Rāġib 2006, p. 37.

268 Un plat du Staatliches Museum für Völkerkunde de Münich, Wiet 1933, p. 9, n° 4, pl. 16 droite ; Islamic Pottery 1969, p. 10, fig. 6 ; Islamische Keramik 1973, p. 35, n° 24 ; Grube 1976, p. 39, n° 7, 40 ; The Arts of Islam 1976, p. 215, n° 255.

269 Comme al-Ṣāliḥ, Ṣalā, Salā’, Grube 1976, p. 36, 39, 40.

270 Les deux formes sont signalées par Ibn Mākūlā, vol. v, p. 213-214.

271 Elle figure sur un bol du Brooklyn Museum, Katz 1963, n° 7 cité par Atil 1973, p. 15, n° 1. Elle est devenue Abū l-Baġi dans Grube 1976, p. 35 n. 2.

272 Sur un bol du Victoria and Albert Museum, Islamic Pottery 1969, p. 10, fig. 5 ; Grube 1976, p. 38, 41, n° 8. Ǧafr (divination) semble préférable à Ǧafar inconnu de l’arabe. L’inscription du bol de la collection Keir que Grube 1976, p. 71, n° 34, avait pris pour une signature, Abū Fākrī, est, en réalité, un proverbe : al-wafā’ ‘azīz, Ghouchani 1986, p. 178, n° 79.

273 Le bol anonyme et les deux signés l’un Ya‘qūb et l’autre Suhayl, Ghouchani 1986, p. 178, n° 79, 204, n° 92, 205, pl. 92, p. 230, n° 105, 231, pl. 105, passent parfois pour iraqiens : Grube 1964-1965, p. 210, fig. 1 ; Islamische Keramik 1973, p. 36-37, n° 26 ; Grube 1976, p. 71, n° 34.

274 Comme le bol de Sulaymān, OrArt, 23/1, 1977, p. 48 ; Ghouchani 1986, p. 268 n° 124, 269, pl. 124.

275 Ibid., p. 94 n° 37, 95, pl. 37, 168 n° 74, 169, pl. 74.

276 Sur un bol dont le possesseur actuel est inconnu, ibid., p. 194 n° 87, 195, pl. 87.

277 Un bol du Metropolitan Museum, Grube 1964-1965, p. 210, fig. 1 (la lecture Sahīl doit être bannie) ; Ghouchani 1986, p. 230, n° 105, 231, pl. 105. Mais son nom peut être également lu Šuhayl, Ibn Mākūlā, vol. iv, p. 402.

278 Après avoir appartenu à une collection privée dans Islamische Keramik 1973, p. 36-37, n° 26, il passa au Hetjens-Museum de Düsseldorf, Ghouchani 1986, p. 204, n° 92, 205, pl. 92.

279 La lecture al-Aḫwal de Ghouchani 1986 est improbable, p. 116 n° 48, 117, pl. 48, 148, n° 64, 149, pl. 64, 196, n° 88, 197, pl. 88, 220, n° 100, 221, pl. 100.

280 Le possesseur actuel de ce bol est inconnu. La photo accompagnée d’une notice anonyme publiée dans OrArt, 23/1, 1977, p. 48, fut reprise par Ghouchani 1986, p. 268 n° 124, 269, pl. 124. Mais prenant le wāw final pour un nūn, il a lu Ibn au lieu d’Abū ; puis Ḫālid. Comme ce nom devait alors s’écrire avec une voyelle longue, deux autres lectures s’imposent : Ḫuld et Ǧald, Ibn Mākūlā, vol. iii, p. 180-181. Mais la première est préférable, la seconde étant généralement précédée de l’article al.

281 Au Musée Reza Abbasi à Téhéran, Ghouchani 1986, p. 94 n° 37, 95, pl. 37.

282 Islamische Keramik 1973, p. 45, n° 39 ; Ghouchani 1986, p. 100 n° 40, 101, pl. 40, p. 108, n° 44, 109, pl. 44, 150, n° 65, 151, pl. 65, 182, n° 81, 183, pl. 81, 200, n° 90, 201, pl. 90, 216, n° 98, 217, pl. 98, 218, n° 99, 219, pl. 99, 228, n° 104, 229, pl. 104, 232, n° 106, 233, pl. 106, 236, n° 108, 237, pl. 108, 242, n° 111, 243, pl. 111, 248, n° 114, 249, pl. 114, 254, n° 117, 255, pl. 117, 260, n° 120, 261, pl. 120, 262, n° 121, 263, pl. 121.

283 Ghouchani 1986, p. 136, n° 58, 137, pl. 58.

284 OrArt, 23/1, 1977, p. 48 ; Ghouchani 1986, p. 268 n° 124, 269, pl. 124.

285 Elle est conservée au Musée Reza Abbasi, Ghouchani 1986, p. 52, n° 16, 53, pl. 16.

286 Dans la liste des faïences persanes datées dressée par Ettinghausen 1938-1939, p. 1672-1696, la première remonte seulement à 575/1179.

287 Comme le suppose Pope 1938-1939, p. 1508, pl. 586 A, fig. 532.

288 Ce bol appartenait à la collection Lorey, Pézard 1920, i, p. 183 ; ii, pl. cix (haut, droite) ; Wiet 1933, p. 9, n° 5, pl. 16 gauche ; Sauvaget 1965, p. 41 fig. 6. Il pourrait se trouver maintenant à l’Institute of Arts de Detroit, Grube 1976, p. 35 n. 2.

289 Pièce découverte à Rayy et conservée au Musée de Brooklyn, Atil 1973, p. 15, n° 1.

290 Un bol à la Freer Gallery de Washington, Atil 1973, p. 56, 57, n° 22. Un homonyme devait exécuter en 459/1066-1067 un plateau pour Alp Arslān, RCEA, vii, p. 164, n° 2661 ; Mayer 1959, p. 44-45.

291 Ettinghausen 1955, p. 305 n. 25.

292 Au Musée du Louvre, Pézard 1920, ii, pl. Lxxviii ; Pope 1938-1939, p. 1529, pl. 608 ; Sauvaget 1948 ; Ettinghausen 1955, p. 301 ; Arts de l’Islam 1971, p. 49, n° 33 ; Atil 1973, p. 51, n° 19 ; The Arts of Islam 1976, p. 238, n° 326 ; L’Islam dans les collections 1977, p. 103-104, n° 168.

293 De l’Art Institute de Chicago, Wiet 1933, p. 24-25, n° 18, pl. xvii (gauche) ; Pope 1938-1939, p. 1529, pl. 611 A ; Sauvaget 1948 ; Ettinghausen 1955, p. 301 ; L’Islam dans les collections 1977, p. 103-104, n° 168.

294 La kunya peinte sur ce tesson du Musée de l’Art islamique du Caire fut d’abord prise pour celle de l’oncle du Prophète, Wiet 1930b, p. 65. Sauvaget 1948 semble en avoir résolu l’énigme. Mais sa lecture fut contestée par Ettinghausen 1955, p. 301-305 : le mot muṣawwir serait Manṣūr et la lecture tannūr suspecte.

295 Au Musée de l’Art islamique du Caire, Wiet 1935, p. 5-6, n° 9, fig. 1 et pl. ii ; Ettinghausen 1935, p. 227-228, fig. 10 ; Ettinghausen 1938-1939, p. 1672, n° 32.

296 Le mois et l’unité que porte cette céramique du Museum of Fine Arts (Boston) remontent à une restauration tardive, Ettinghausen 1935, p. 227-228.

297 Dans l’ancienne collection Achéroff, Wiet 1935, p. 6, n° 10, pl. iii ; Sauvaget 1965, p. 42, fig. 8.

298 Au Musée du Louvre, RCEA, x, p. 126-127, n° 3782 (attribué à tort à la Mésopotamie). Il ne figure pas dans la liste des faïences persanes datées d’Ettinghausen 1938-1939.

299 Au Musée national du Kuwayt, Jenkins 1983, p. 84.

300 Lane 1947, p. 12.

301 Trois autres lectures de sa nisba sont possibles, et non une seule, comme le croyait R. Guest dans Lane 1939, p. 64-65 : Naṣrī, Naḍrī et Naḍarī, Ibn Mākūlā, i, p. 389-396. La nisba qui figure amputée sur un fragment de bol découvert à Fusṭāṭ ne peut être al-naṣrānī, comme le croyait Fouquet 1900, p. 125, pl. xv fig. 1, mais al-Baṣrī, Lane 1939, p. 59.

302 Conservée au British Museum, Lane 1939, p. 59 ; Lane 1947, p. 12 ; Philon 1980, p. 16, fig. 21 ; Bloom et Blair 1997, p. 107, fig. 57 ; Blair et Bloom 1999, p. 51. Le mot Miṣr désigne la capitale et non le pays, comme le croient Bloom et Blair 1997, p. 107 ; Blair et Bloom 1999, p. 51 ; et Bayani-Wolpert 1980, p. 295.

303 Notamment au Musée Benaki, Philon 1980, p. 6, 16, fig. 21, 22 et 23, p. 17, fig. 24.

304 À l’Islamisches Museum de Berlin, Herzfeld 1925, p. 82 ; Lane 1939, p. 59, 64-65.

305 Lane 1939, p. 59 ; Philon 1980, p. 16, fig. 21.

306 De l’année, seul le sīn de sana subsiste, Fouquet 1900, p. 97-98, pl. xiii ; Wiet 1936, p. 178.

307 ‘Alī al-Bayṭār, Yūsuf 1958, p. 176, n° 2 ; et un autre dont le nom est perdu, Fouquet 1900, p. 97-98, pl. xiii. L’atelier de Sa‘d devait également se trouver à Fusṭāt où furent recueillies plusieurs pièces portant sa signature, Bahgat et Massoul 1930, p. 58.

308 Islamische Keramik 1973, p. 93-94, n° 112.

309 Philon 1980, p. 202, fig. 414.

310 Ibid., p. 180, 257, fig. 573.

311 Bahgat et Massoul 1930, p. 62, pl. xxv, fig. 2 et 2 bis ; Wiet 1936, p. 178 ; Lamm 1941, p. 47, 49 ; Philon 1980, p. 169 ; Soustiel 1985, p. 112, 114.

312 Bahgat et Massoul 1930, p. 73, pl. xxxiv, fig. 5 bis ; Yūsuf 1958, p. 221 ; Philon 1980, p. 227, fig. 484.

313 Lamm 1941, p. 47.

314 Bahgat et Massoul 1930, p. 51, 52, 53, 54, 55, 58, 69 ; Lamm 1941, p. 47-48, 49, 50, 51 ; Mayer 1954, p. 264 ; Philon 1980, p. 176, 177, 178, 179, 180, 181, 233, fig. 502, 235, fig. 507, 238, fig. 516, 243, fig. 533, 250, fig. 552 ; Soustiel 1985, p. 112, 114.

315 Philon 1980, p. 270, fig. 595.

316 Bahgat et Massoul 1930, p. 60, pl. xxii, nos 7 et 7 bis ; Yūsuf 1958, p. 219-220.

317 Yūsuf 1958, p. 187-196 ; Lamm 1941, p. 47 ; Islamic Art in Egypt 1969, p. 131, n° 117 ; Philon 1980, p. 37, 166, 206, fig. 426, 219, fig. 463, 238, fig. 516, 243, fig. 533, 250, fig. 552.

318 Fouquet 1900, p. 53-54 ; Bahgat et Massoul 1930, p. 75 ; Yūsuf 1958, p. 221.

319 Yūsuf 1958, p. 221-222.

320 Ibid., p. 176, n° 2. Cette nisba est généralement omise dans sa signature, Ḥasan 1951, p. 99 ; Yūsuf 1958, p. 180-187 ; Islamic Art in Egypt 1969, p. 122, n° 108 ; The Arts of Islam 1976, p. 222, n° 276 ; Philon 1980, p. 167, 169 ; Blair et Bloom 1999, p. 54.

321 Yūsuf 1958, p. 196, n° 1. Cette nisba est couramment oubliée sur sa production, Yūsuf 1958, p. 196-199 ; Philon 1980, p. 166, 167, 173, 200, fig. 410, 213, fig. 444, 219, fig. 461 ; Blair et Bloom 1999, p. 54.

322 Yūsuf 1958, p. 176, n° 2.

323 Ibid., p. 175-180 ; Islamic Art in Egypt 1969, p. 115, n° 101 ; Philon 1980, p. 165, 167, 169, 173, 174, 204, fig. 420 ; Blair et Bloom 1999, p. 54.

324 Jenkins 1967-1968, p. 366-369 ; Philon 1980, p. 167, 168, 169, 197, 198, fig. 404 et 405, 218 ; Bayani-Wolpert 1980, p. 298.

325 Ces céramiques appartiennent au Musée de l’Art islamique du Caire, Yūsuf 1958, p. 182, n° 1, 182-183, n° 2, p. 237, fig. 12 b, 239, fig. 14 b ; Philon 1980, p. 197, fig. 402.

326 Yūsuf 1958, p. 182, n° 1.

327 Comme l’avance Yūsuf 1958, p. 182, n° 1.

328 Ibid., p. 221-222, pl. 88 b.

329 Ibid., p. 190, n° 4, 247.

330 En majeure partie au Musée archéologique provincial de Cordoue et au Musée de l’Art hispano-musulman de Grenade.

331 Seul Cano 1996, p. 124, a rassemblé les photos de quelques signatures.

332 Ibid., p. 124 ; Souto 2007, p. 113.

333 Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124 ; Souto 2007, p. 113.

334 Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124.

335 Martínez 1995, p. 143 ; Cano 1996, p. 124 ; Souto 2001, p. 293.

336 Martínez 1995, p. 143 ; Cano 1996, p. 124 ; Azuar 1999, p. 47 ; Souto 2001, p. 294.

337 Comme l’initiale de son nom porte un point sur la photo publiée par Cano 1996, p. 124, la lecture Ẓarīf s’impose.

338 Ibid., p. 124.

339 Ocaña 1970, p. 35 ; Soustiel 1985, p. 185, n° 214 ; Cano 1996, p. 124.

340 Signature recueillie par Ocaña 1970, p. 35 sans en préciser l’origine.

341 Lecture de F. Day dans Garstang 1953, p. 261 ; Mayer 1954, p. 263 ; Rice 1958, p. 8-9.

342 Lamm 1941, p. 46 ; Mayer 1954, p. 264 ; Rice 1958, p. 9.

343 RCEA, vi, p. 74, n° 2139 ; Mayer 1959, p. 20.

344 RCEA, x, p. 51-52, n° 3671 ; Mayer 1959, p. 82 ; Melikian-Chirvani 1974, p. 32 ; Melikian-Chirvani 1977, p. 369 ; Melikian-Chirvani 1979b, p. 223, 224, 226, 227, 229, 234, 241 (qui prend le terme dans l’acception « dessinateur, ornemaniste et peintre ») ; Blair et Bloom 1999, p. 56.

345 Cette aiguière de Tbilissi fut transférée du Musée d’Histoire de la Géorgie au Musée des Beaux-arts, Loukonine et Ivanov 1995, p. 112-113, n° 86. Le nom du bronzier fut déchiffré Abū Yazīd par Ettinghausen 1940, p. 115 ; mais Ibn Yazīd par Diakonoff 1947a, p. 8 ; Diakonoff 1947b, p. 166 ; Diakonoff 1951, p. 26 ; repris par Mayer 1959, p. 48.

346 Et non un ou deux siècles plus tard, comme l’avançait Maršak 1971, p. 148 ; Maršak 1972, p. 66-72 : faute de place, le bronzier aurait omis le dernier mot de la date qui devait comporter le siècle : mi’a ou mi’atayn. Sa lecture fut admise par Allan 1976, mais justement récusée par Fehérvári 1976, p. 25-26 ; Melikian-Chirvani 1976, p. 2 ; Melikian-Chirvani 1982, p. 25, 37 n. 22.

347 Au Musée de l’Ermitage, Diakonoff 1951, p. 24-26 ; Mayer 1959, p. 85, 92 ; Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 10, n° 1 ; Great Art Treasures 1994, i, p. 419, n° 403 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 111, n° 84 ; Bloom et Blair 1997, p. 122, fig. 67 ; Blair et Bloom 1999, p. 50 ; Bernus-Taylor 2000a, p. 34.

348 Trois lectures furent proposées : Madīnat al-Fazz (quartier de Nīsāpūr), Qašan en Iran ou Qasan en Asie centrale, Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 10, n° 1 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 111, n° 84. Mais le fac-similé de Diakonoff 1951, p. 25-26 et la photo publiée p. 20 de la partie arabe de Masterpieces of Islamic Art 1990, permettent de les écarter.

349 Il appartient maintenant au Museum of Fine Arts (Boston), RCEA, vii, p. 164, n° 2661 ; Mayer 1959, p. 44-45. À ne pas confondre avec l’homonyme dont la signature figure sur un bol de la Freer Gallery of Art de Washington, Atil 1973, p. 56, 57, n° 22.

350 Maintenant à la Freer Gallery, RCEA, x, p. 51-52, n° 3671 ; Mayer 1959, p. 82 ; Melikian-Chirvani 1974, p. 32, pl. ix, fig. 9, pl. x, fig. 11 ; Melikian-Chirvani 1979b, p. 223, 224-225, 232, 233 ; Blair et Bloom 1999, p. 56.

351 Du Bādqīs de Hérat où il fut découvert, il gagna une collection de la ville, Melikian-Chirvani 1974, p. 32 ; Melikian-Chirvani 1979b, p. 223-225, 238.

352 Dans une collection particulière, Melikian-Chirvani 1979b, p. 224, 225, 229, 234, 241.

353 Au Türk ve Islam Eserleri Müzesi (Istanbul), Rice 1953b, p. 230 (qui hésite entre slave et hireling) ; Mayer 1959, p. 52.

354 Dans la collection Keir à Ham (Royaume-Uni), Fehérvári 1976, p. 25, 32-33 ; Bernus-Taylor 2000a, p. 33.

355 Plusieurs aiguières portent son nom, Baer 1983, p. 93-94, fig. 71 ; Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 14, n° 22 ; Blair et Bloom 1999, p. 52.

356 Son nom est gravé sur une aiguière du Musée d’Histoire de la Géorgie à Tbilissi, Loukonine et Ivanov 1995, p. 126, n° 104.

357 Un chaudron du Musée de l’Ermitage porte sa signature, Mayer 1959, p. 59 ; Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 18, n° 34 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 138, n° 118.

358 Il signa deux brûle-parfums, l’un au Musée de l’Ermitage, l’autre au Musée archéologique de Téhéran, Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 18, n° 36 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 142, n° 125.

359 Son nom figure sur une aiguière du Musée de l’Ermitage, Loukonine et Ivanov 1995, p. 142, n° 124.

360 Sa signature est gravée sur une aiguière du Musée de l’Ermitage, Mayer 1959, p. 76.

361 Il signa deux encriers en cuivre, RCEA, ix, p. 257, n° 3578 ; Mayer 1959, p. 82-83 ; The Arts of Islam 1976, p. 172, n° 183.

362 Un chaudron du Musée de l’Ermitage porte sa signature, Mayer 1959, p. 59 ; Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 18, n° 34 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 138, n° 118.

363 Il signa deux brûle-parfums, l’un au Musée de l’Ermitage, l’autre au Musée archéologique de Téhéran, Masterpieces of Islamic Art 1990, p. 18, n° 36 ; Loukonine et Ivanov 1995, p. 142, n° 125.

364 Sur une aiguière du Victoria and Albert Museum, Melikian-Chirvani 1979a, p. 27-28.

365 Deux bronzes portent sa signature : un bol de la collection Foroughi à Téhéran qui remonte peut-être au règne du sultan ġaznavide Maḥmūd b. Sebüktegin (388/998-421/1030), comme l’avance Soheylī Ḫawānsārī dans l’introduction, p. 27, de Monšī-e Qomī ; et un bassin acquis par le Metropolitan Museum, où sa kunya est suivie du terme al-naqqāš, Melikian-Chirvani 1977, p. 368-369, pl. 1 et 2. Il ne doit pas être confondu avec le potier de Fusṭāṭ, Abū Naṣr al-Baṣrī, comme l’a fait Bayani-Wolpert 1980, p. 295 : d’abord, ce dernier met toujours le terme Abū après ‘amal au cas indirect, alors que le bronzier d’Asie emploie le nominatif ; ensuite, les deux écritures sont différentes, malgré leurs caractères angulaires.

366 Sur un bassin de l’ancienne collection Kevorkian, Melikian-Chirvani 1972, p. 140 ; et un chaudron, Melikian-Chirvani 1982, p. 48-49, n° 10.

367 Sur une aiguière d’une collection privée, Melikian-Chirvani 1977, p. 381-382, pl. 8.

368 Cette sculpture appartient aux Staatliche Kunstsammlungen de Cassel, RCEA, vi, p. 74, n° 2139 ; Mayer 1959, p. 20.

369 Dans la collection Keir, Fehérvàri 1976, p. 130.

370 Au Metropolitan Museum of Art, Mayer 1959, p. 67-68.

371 RCEA, ix, p. 253, n° 3569 ; Mayer 1959, p. 51 ; The Arts of Islam 1976, p. 172, n° 183.

372 RCEA, vii, p. 134, n° 2613 ; Mayer 1959, p. 21-22 ; Makariou 2000, p. 111 ; Galán 2005, vol. i, p. 426. La traduction de Melikian, dans Arts de l’Islam 1971, p. 102, est absurde : il rend ‘amal ‘Abd al-Malik al-naṣrānī par « œuvre du serviteur du roi chrétien ». Si on ignore une langue, on s’abstient de dénaturer sciemment un texte pour se démarquer en privant une signature de son essence : le nom.

373 Bautier 1977. Auparavant, le paon fut également attribué au ive/xe et au vie/xiie siècles et le nom de Salomon dans Opus Salomonis erat pris pour une signature, Azuar 1999, p. 49-50.

374 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Martínez 1995, p. 143 ; Blair 1998, p. 101 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 68 ; Souto 2001, p. 285-286 ; Souto 2005a, p. 255, 261, fig. vi ; Galán 2005, vol. i, p. 423 ; ii, p. 32-33.

375 Souto 2001, p. 285, puis Souto 2005a, p. 255, n’a pas saisi cette finesse : il a pris le terme ‘abd pour son pluriel ‘abīd, malgré l’omission du yā’.

376 Comme le suppose Souto 2001, p. 286.

377 Cette pièce est maintenant déposée au Musée paroissial de Liétor, Navarro et Robles 1996, p. 77-78, fig. 48, 50 et 51 ; Azuar 1999, p. 45-46 ; Souto 2001, p. 294 ; Zozaya 2000a, p. 161.

378 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández et Vicent 1973, p. 113, fig. 5 ; Martínez 1999, p. 90 ; Souto 2001, p. 294.

379 Comme l’avance Azuar 1999, p. 46-48, 53 ; mais Souto 2001, p. 294-295, demeure réservé.

380 L’un se trouve au Musée archéologique provincial de Cordoue, Santos 1945, p. 45, fig. 10 ; Azuar 1999, p. 45 ; Zozaya 2000a, p. 161 ; Zozaya 2000b, p. 164 ; l’autre au Musée archéologique de Santaella où son nom fut pris pour Isḥāq, Córdoba et Hernández 1993, p. 921-922 ; Martínez 1995, p. 143 ; Zozaya 2000b, p. 164. La faute fut rectifiée par Azuar 1999, p. 45.

381 Ils sont conservés au Musée archéologique national de Madrid, Franco 1993, p. 83, n° 1, 84-85, n° 6, 85, nos 9 et 10 ; Azuar 1999, p. 46.

382 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, Córdoba et Hernández 1993, p. 921, 922 ; Zozaya 2000b, p. 164.

383 Comme le propose Souto 2001, p. 287. Toutefois, Durrī n’est jamais précédé de l’article al.

384 Cette boiserie est maintenant conservée au Musée archéologique provincial de Cordoue, Hernández 1928, p. 220, fig. 92 ; RCEA, v, p. 2, n° 1604 ; Souto 2001, p. 289 ; Souto 2005b, p. 467.

385 Ces bois appartiennent également au même musée, Hernández 1928, p. 219-220, fig. 91, 93 et 94 ; RCEA, v, p. 2-3, nos 1603, 1605 et 1606 ; Souto 2001, p. 294. Comme ces noms ont éveillé la méfiance de Mayer 1958, p. 12, n. 1, ils furent exclus de son répertoire.

386 Rassemblées dans la liste chronologique de Mayer 1958, p. 75.

387 RCEA, viii, p. 35-36, n° 2863 ; Mayer 1958, p. 51.

388 Mayer 1958, p. 24.

389 Mayer 1956a.

390 Son nom est précédé dans l’inscription du terme banā qui désigne la construction et non sa direction, dont furent chargés Kaṯīr b. al-Ṣalt et Abū Mūsā, Rāšid 1421/2000, p. 46, 47-49.

391 Ibn Ḥammādo, p. 32/52 ; Beylié 1909, p. 20, 34 ; Marçais 1926, vol. i, p. 136 ; Marçais 1954, p. 92 ; Mayer 1956a, p. 58.

392 Burckhardt 1822, p. 150-151 ; Van Berchem 1909, p. 17, n° 17, fig. 3 ; RCEA, viii, p. 287, n° 3197 ; Mayer 1956a, p. 116.

393 Herzfeld 1921, p. 143 ; Mayer 1956a, p. 133.

394 Van Berchem 1907, p. 31, n° 12 bis ; Beygu 1936, p. 242 ; RCEA, x, p. 96-97, n° 3738.

395 Van Berchem 1907, p. 29, n°11, p. 30, n° 12, p. 31, n° 12 bis ; Beygu 1936, p. 241-243 ; RCEA, x, p. 94-95, n° 3735, p. 96, n° 3737, p. 96-97, n° 3738 ; Mayer 1956a, p. 84.

396 Hakki 1929, p. 250 ; Riefstahl 1931, p. 47, 85, fig. 205 ; Mayer 1956a, p. 57.

397 Sur ce privilège, voir Mayer 1956a, p. 21-22.

398 Marçais 1926, vol. i, p. 13 ; RCEA, ii, p. 75, n° 505 ; Glück 1932, p. 324 ; Creswell 1940, vol. ii, p. 323 ; Marçais 1954, p. 7-8 ; Zbiss 1955, p. 27, n° I ; Mayer 1956a, p. 61.

399 Zbiss 1955, p. 33-34, n° 6 ; Mayer 1956a, p. 43.

400 Hawary 1934-1935, p. 143-144 ; RCEA, vii, p. 213, n° 2733 ; Creswell 1952, p. 148 ; ‘Abd al-Wahhāb 1953-1954, p. 552 ; Mayer 1956a, p. 67-68. Sur la datation du minaret, voir Creswell 1952, p. 155.

401 Comme le miḥrāb de la mosquée de Mossoul, RCEA, viii, p. 248, n° 3138 ; et le minaret de Ghelmetz, RCEA, ix, p. 29-30, n° 3245.

402 Mayer 1956a, p. 36.

403 Van Berchem 1909, p. 89, n° 1240 ; Van Berchem et Strzygowski 1910, p. 61, n° 21 ; RCEA, ix, p. 2-3, n° 3203 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 194, 329, n° 86 ; Mayer 1956a, p. 68.

404 Van Berchem et Strzygowski 1910, p. 63, n° 22 ; RCEA, ix, p. 37-38, n° 3257 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 329, n° 87 (a ajouté ibn entre Hibat Allāh et al-Kurkānī) ; Mayer 1956a, p. 68.

405 RCEA, ix, p. 29-30, n° 3245 ; Mayer 1956a, p. 59.

406 RCEA, ix, p. 226-227, n° 3523 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 322, n° 69 ; Mayer 1956a, p. 74.

407 RCEA, ix, p. 227, n° 3524 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 323, n° 71 ; Mayer 1956a, p. 74.

408 RCEA, ix, p. 227, n° 3525 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 199, 335, n° 101 ; Mayer 1956a, p. 74.

409 Mayer 1956a, p. 127. Cet architecte doit être distingué de son homonyme qui restaura en 635/1237-1238 la mosquée de Palmyre.

410 RCEA, x, p. 115-116, n° 3764 ; Mayer 1956a, p. 119.

411 RCEA, x, p. 206, n° 3902 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 197, 331, n° 90 ; Mayer 1956a, p. 87.

412 RCEA, x, p. 204-205, n° 3900, p. 205-206, n° 3901 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 194, 197, 325, n° 77, 335, n° 100 ; Mayer 1956a, p. 87.

413 Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 325, n° 77 ; RCEA, xi, p. 88-89, n° 4137 ; Mayer 1956a, p. 37-38.

414 RCEA, xii, p. 178, n° 4666 ; Mayer 1956a, p. 118.

415 Van Berchem 1909, p. 23, n° 26 c ; RCEA, ix, p. 165, n° 3434 ; Mayer 1956a, p. 52.

416 Sharon 1999, p. 237-238.

417 Van Berchem 1888, p. 468 ; RCEA, ix, p. 64, n° 3291 ; Sharon 1999, p. 52-53. Son œuvre ne se bornait pas à la porte monumentale, comme le déclare Mayer 1956a, p. 37 : il rebâtit la tour, comme le révèle le terme burǧ déchiffré par Sharon, et non ṯaġr (marche) que Van Berchem avait cru voir.

418 RCEA, x, p. 74, n° 3705 ; Sharon 2004, p. 236-237.

419 Sarre et Herzfeld 1911-1920, vol. i, p. 2, n° 1 ; RCEA, x, p. 159, n° 3828 ; Mayer 1956a, p. 31.

420 RCEA, xi, p. 36-37, n° 4057 ; Mayer 1956a, p. 49.

421 Il écrivit l’inscription sans toutefois s’attribuer la construction de la mosquée, Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933, p. 65-66, n° 58 ; RCEA, xi, p. 94, n° 4144 ; Mayer 1956a, p. 127-128.

422 Ṭabbāḫ, vol. iii, p. 111 ; passage traduit par Sauvaget dans Ibn al-Šiḥna, p. 24 n. 4 ; RCEA, xi, p. 152, n° 4227 ; Mayer 1956a, p. 112.

423 Sharon 2007, p. 35-36.

424 RCEA, viii, p. 248, n° 3138 (où le nom Muṣṭafā n’a pas été déchiffré) ; Mayer 1956a, p. 111-112.

425 Leur nom figure dans l’inscription de la coupole, Herzfeld 1914, p. 367 ; RCEA, ix, p. 192-193, n° 3473 ; Mayer 1956a, p. 110.

426 Comme le suggère l’invocation en sa faveur, Sarre et Herzfeld 1911-1920, vol. i, p. 22, n° 24 ; RCEA, xi, p. 192, n° 4293 ; Mayer 1956a, p. 195.

427 Souto 1997, p. 22 ; Souto 2001, p. 288, 296 ; Souto 2005b, p. 467 ; Martínez 2007, p. 203 n. 740.

428 ‘Uḏrī, p. 63 ; Souto 1995, p. 500-502, 505-506 ; Souto 1997, p. 21.

429 Ibn Ṣāḥib al-Ṣalāt, p. 392 ; Antuña 1930, p. 45, 51, 118, 139 ; Torres Bálbas 1941, p. 217 ; Torres Bálbas 1946, p. 218 ; Torres Bálbas 1949, p. 23 ; Mayer 1956a, p. 51.

430 Cet instrument appartient maintenant au Museum of the History of Science (Oxford), Mayer 1956b, p. 54 ; Brieux, Maddison et Rāġib. Le personnage est cité par Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 284/i, p. 671.

431 Le premier appartient à une collection particulière au Kuwayt, le second au Musée de l’Art islamique du Caire.

432 D’après un manuscrit anonyme, GAS, vol. vi, p. 288.

433 King 1995, p. 81.

434 Dans l’astrolabe de l’Adler Planetarium (Chicago), elle se réduit à Badr ; mais dans la sphère du Mūse-ye Īrān-Bāstān (Téhéran), son nom précède le nom fictif de son père, ‘Abd Allāh, Brieux, Maddison et Rāġib. Le second astrolabe de Chicago est un faux récent.

435 Le premier est au Museum of the History of Science (Oxford), RCEA, x, p. 260-261, n° 3989 ; Mayer 1956b, p. 29-30 ; Brieux, Maddison et Rāġib ; le deuxième au British Museum, RCEA, xi, p. 54, n° 4080 ; Mayer 1956b, p. 30.

436 Comme le souligne Hilāl, p. 124 ; Rāġib 1996, p. 8.

437 Rāġib 1996, p. 14.

438 Ibn ‘Iḏārī, vol. ii, p. 247-248 et p. 392 ; Marçais 1926, vol. i, p. 225-226 ; Lévi-Provençal 1931, p. 18 ; Marçais 1954, p. 140 ; Marçais 1965, p. 147-149 ; Stern 1976, p. 1-2.

439 Comme l’avance Stern 1976, p. 38.

440 Ghouchani 1986, p. 94 n° 37, 95, pl. 37.

441 Mustaḫdamāt min arbāb al-ṣanā’i‘ min al-quṣūriyyāt, Maqrīzī, vol. i, p. 411. Mais le premier terme est ambigu : il désigne les servantes de condition libre aussi bien que les esclaves.

442 Ibn Wāṣil, vol. iii, p. 214 ; Ḥanbalī, p. 329 ; ‘Abd al-Wahhāb 1953-1954, p. 540 ; Eddé 1999, p. 222.

443 Ainsi Burhān le raḫḫām rédigea une épitaphe du Turkestan en 608/1212, RCEA, x, p. 70-71, n° 3700.

444 Badr et Ṭarīf gravèrent le coffret de Gérone et sans doute le marbre pour la mosquée de Cordoue, comme le suppose Souto 2001, p. 286.

445 Ainsi Rašīq le marbrier devait sculpter le bronze, comme le suggèrent les ornements d’une lampe portant sa signature, Navarro et Robles 1996, p. 77-78, n° 64 ; Azuar 1999, p. 46-53 ; Souto 2001, p. 294-295. Le nom figure également sur deux dés. Mais leur nudité ne permet toutefois de savoir s’il désignait ce bronzier ou un homonyme, Azuar 1999, p. 45 ; Souto 2001, p. 294.

446 Ainsi Aḥmad al-bannā’ écrivit une stèle de Cordoue en 436/1044, Lévi-Provençal 1931, p. 29, n° 22 ; RCEA, vii, p. 62, n° 2499. De même, ‘Umar al-mi‘mār grava le texte de construction de la mosquée de Palmyre en 635/1237-1238, Sauvaget 1931, p. 149-150 ; Cantineau 1933, p. 65-66, n° 58 ; RCEA, xi, p. 94, n° 4144 ; Mayer 1956a, p. 127-128.

447 Comme Sa‘d à Fusṭāṭ sous les Fatimides, Lamm 1941, p. 46 ; Mayer 1954, p. 264 ; Rice 1958, p. 9.

448 Fatḥ, Aflaḥ et Ṭarīf, Martínez 1995, p. 113 ; Badr, Naṣr et un troisième dont le nom est perdu, Martínez 1995, p. 114 ; Ġālib b. Sa‘d, Sa‘īd b. Fatḥ et Ṭarīf, Martínez 1995, p. 115 ; Muḥammad b. Sa‘d, Sa‘īd al-aḥmar et Rašīq, Martínez 1995, p. 116.

449 Aflaḥ trimait tantôt avec Badr et tantôt avec Rizq, Martínez 1995, p. 112 

450 Aflaḥ s’associa à Durrī, Rodríguez et Souto 2000, p. 363, 364, 366, 368, 387 ; Souto 2001, p. 284, 286 ; et Rizq, Rodríguez et Souto 2000, p. 370, 387 ; Souto 2001, p. 284 ; Naṣr tantôt à Mubārak, Rodríguez et Souto 2000, p. 363 ; tantôt à Muḥammad, Souto 2001, p. 292 ; et tantôt à Badr, Souto 2001, p. 285 ; Fatḥ tour à tour à Durrī, Souto 2001, p. 286, 288 ; Souto 2005b, p. 463 ; Ṭarīf, Souto 2001, p. 285 ; Souto 2005a, p. 255 ; et Bašīr, Souto 2001, p. 288 ; Souto 2005b, p. 464.

451 Au Musée archéologique provincial de Cordoue, il porte les noms de Bašīr, Faraǧ et Mubārak, Souto 2007, p. 112, 125-126.

452 RCEA, ix, p. 29-30, n° 3245 ; Mayer 1956a, p. 59.

453 Herzfeld 1914, p. 367 ; RCEA, ix, p. 192-193, n° 3473 ; Mayer 1956a, p. 110.

454 Hawary 1934-1935, p. 143-144 ; RCEA, vii, p. 213, n° 2733 ; Creswell 1952, p. 148 ; ‘Abd al-Wahhāb 1953-1954, p. 552 ; Mayer 1956a, p. 67-68.

455 Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Blair 1998, p. 101 ; Bernus-Taylor 2000b, p. 68 ; Souto 2001, p. 285-286 ; Souto 2005a, p. 255, 261, fig. vi.

456 Lévi-Provençal 1931, p. 189, n° 204 ; RCEA, vi, p. 50, n° 2098 ; Navascués 1964a, p. 242-243 ; Navascués 1964a, p. 202-206 ; Kühnel 1971, p. 40-43, n° 35 ; Galán 2005, vol. i, p. 391 ; ii, p. 52 ; Martínez 2007, p. 177, n. 561, p. 178-179.

457 Yūsuf 1958, p. 221-222, pl. 88.

458 Ibid., p. 190, n° 4, 247.

459 Rāġib 1996, p. 8-9.

460 Deux pièces du Musée de l’Art islamique du Caire portent leurs signatures, Yūsuf 1958, p. 182, n° 1, 182-183, n° 2, p. 237, fig. 12 b, 239, fig. 14 b ; Philon 1980, p. 197, fig. 402.

461 Zbiss 1955, p. 33-34, n° 6 ; Mayer 1956a, p. 43.

462 Rāġib 1996, p. 10-11, 13.

463 RCEA, x, p. 204-205, n° 3900, p. 205, n° 3901, p. 206, n° 3902 ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173, 197, 325, n° 77, 331, n° 90, 335, n° 100 ; Mayer 1956a, p. 87 ; voir aussi Mayer 1956a, p. 75.

464 Van Berchem et Strzyzowski 1910, p. 106, n° 34 (le nom de l’architecte est omis) ; Gabriel 1940, vol. i, p. 173 ; RCEA, xi, p. 88-89, n° 4137 ; Mayer 1956a, p. 37-38.

465 Ainsi Badr et son esclave Ṭarif signèrent le coffret de Gérone, Casamar 1992, p. 208, n° 9 ; Blair 1998, p. 101 ; Souto 2001, p. 285-286 ; Souto 2005a, p. 255. De même, le lapicide qui grava une stèle en 537/1142-1143 était l’esclave d’un esclave qui devait exercer le même métier, RCEA, viii, p. 230, n° 3113.

466 Ce récit est relaté seulement par Ṣafadī, vol. xxviii, p. 47. Cependant, ce dernier a peut-être confondu l’auteur du Mu‘ǧam al-buldān avec son homonyme le calligraphe al-Malikī al-Mawṣilī qui avait effectivement transcrit maints exemplaires du dictionnaire d’al-Ǧawharī, comme le rapportent nombre de ses biographes, Yāqūt, vol. vii, p. 268 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Ma‘rūf, Arna’ūṭ et ‘Abbās, an. 611-620, p. 392, n° 585 ; Siyar, vol. xxii, p. 149 ; Ṣafadī, vol. xxviii, p. 40 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 119 ; Yāfi‘ī, vol. iv, p. 43. Cette méprise avait peut-être pour source un manuscrit du Ṣaḥāḥ qui devint sa possession : son colophon portait le nom de Yāqūt b. ‘Abd Allāh al-Rūmī qui désignait indifféremment les deux eunuques.

467 Ibn al-Qifṭī, vol. iv, p. 74-75 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 127 ; Ṣafadī, vol. xxviii, p. 45 ; Yāfi‘ī, vol. iv, p. 59 ; Abū l-Maḥāsin, vol. v, p. 283 ; viii, p. 187 ; Cl. Gilliot, « Yāḳūt al-Rūmī », EI2, vol. xi, p. 287.

468 Ibn al-Nadīm, vol. i, p. 285/671 ; Saliba 1991, p. 111.

469 Yāqūt, vol. vii, p. 268 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ, éd. Ma‘rūf, Arna’ūṭ et ‘Abbās, an. 611-620, p. 392, n° 585 ; Siyar, vol. xxii, p. 149 ; Ṣafadī, vol. xxviii, p. 40 ; Ibn Ḫallikān, vol. vi, p. 119 ; Yāfi‘ī, vol. iv, p. 43.

470 Ibn Kaṯīr, vol. xiv, p. 6 ; Kutubī, vol. iv, p. 263 ; Ibn Ḥabīb, vol. i, p. 219 ; ‘Aynī, vol. iii, p. 480.

471 Sh. R. Canby, « Yāḳūt al-Musta‘ṣimī », EI2, vol. xi, p. 287.

472 Pedersen 1984, p. 44.

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540