Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Littérature et histoire

Enquête d’historien sur un conte des Mille et Une Nuits. Uns al-Wuǧūd et al-Ward fī l-akmām

Jean-Claude Garcin

Texte intégral

  • 1 Alf layla wa-layla, éd. ‘Abd al-Raḥmān al-Ṣafatī al-Šarqāwī, 2 vol., Būlāq, 1251/1835; vol. i, p. 5 (...)
  • 2 Tausend und Eine Nacht, éd., M. Habicht, 5 vol., Breslau, 1825 ; rééd. offset, Maṭba‘a dār al-kutub (...)

1Ce conte des Mille et Une Nuits est relativement long puisqu’il occupe environ 16 pages de l’édition de Būlāq1 (de la 371° à la 382° Nuit), et 27 pages de l’édition de Breslau2. C’est un beau conte de la passion amoureuse et du malheur des amants séparés. Tous les personnages du conte ont un jour vécu ces épreuves, et se sentent tenus de venir en aide aux deux héros. C’est un conte moral, presque normatif.

Le malheur des amants séparés

  • 3 Littéralement : le sublime, le fier. Dans Būlāq, vol. i, p. 546, le roi n’est pas nommé.
  • 4 Burton traduit : « Délice du monde » (Delight of existing things, of being, of the world).
  • 5 Le vizir n’est pas nommé dans Breslau, vol. v, p. 34 ; dans Būlāq, vol. i, p. 546, il est appelé Ib (...)
  • 6 Burton traduit : « Rose dans les calices » (The rose in the sleeves or calyces) ; Miquel (vol. ii, (...)

2« Un puissant roi, nommé Šāmiḫ3 avait à son service un garçon (ġulām) nommé Uns al-Wuǧūd4, dont il était très épris, et son vizir5 avait une fille, al-Ward fī l-akmām6, qui était belle et savante. Un jour où du haut du palais de son père, elle regardait les grands du royaume qui, comme c’était la coutume annuelle, avaient été convoqués par le roi pour pratiquer le jeu de la balle à cheval, elle remarqua Uns al-Wuǧūd, et se fit remarquer de lui en lui jetant une pomme. Désormais ils s’aiment. Une des servantes d’al-Ward fī l-akmām s’offre à faire l’intermédiaire et à transmettre les poèmes qu’ils s’écrivent. Mais il arrive qu’après les premiers échanges, la servante rencontrant le vizir sur son chemin, se trouble, et laisse tomber sur le sol, un billet de l’héroïne. Un eunuque le trouve et va l’apporter au vizir qui reconnaît l’écriture de sa fille. Il est effrayé car il sait qu’Uns al-Wuǧūd est le favori chéri du roi.

  • 7 Je reprends ici la traduction de l’arabe de Miquel, vol. ii, p. 108, Bahr al Kunūz (Breslau, vol. v (...)
  • 8 Miquel, ibid., traduit ainsi l’arabe Ǧabal al-ṯaklā (Breslau et Būlāq, ibid.). Le terme ṯaklā désig (...)
  • 9 Breslau, vol. v, p. 47 ; l’embarcation est brisée dans Būlāq, vol. i, p. 549.
  • 10 En arabe, ḫidmat al-sulṭān (Breslau et Būlāq, ibid.).
  • 11 En arabe, tanakkara bi-zayy al-fuqarā’ (Breslau, ibid.) ; dans Būlāq (ibid.), on trouve seulement t (...)

3Pour sauver la situation, et sur les conseils de sa femme, le vizir décide de faire construire un château sur une île de la Mer des Trésors7, une éminence rocheuse appelée la Montagne de la Mère affligée8. Dès que le château est prêt, et muni de provisions pour une année entière, le vizir fait emmener sa fille dans la nuit. Elle n’a que le temps de laisser, attaché à la porte du palais de son père, un poème pour prévenir son amant de son sort. Les serviteurs du vizir conduisent l’héroïne jusqu’au bord de l’eau, la font traverser, l’installent dans le château, puis coulent l’embarcation9 qui a servi pour passer l’eau, afin de ne pas laisser de trace. Quant à Uns al-Wuǧūd, lorsqu’au matin après le départ de sa bien-aimée, il passe à cheval, devant la maison du vizir, pour se rendre à la cérémonie du Service sultanien10, il trouve le poème, revient aussitôt chez lui, le cœur brisé, s’y enferme, désespéré, jusqu’à la nuit, puis se déguise en soufi (faqīr)11, et part, sans d’ailleurs savoir où aller.

  • 12 Breslau, vol. v, p. 53 ; dans Būlāq, vol. i, p. 550, Uns al-Wūǧūd n’a besoin que de frapper trois f (...)
  • 13 Breslau, vol. v, p. 57.

4Il marche toute la nuit. Épuisé de chagrin, de chaleur et de fatigue, il peut déjà, lorsqu’il s’abreuve à une source, constater combien son corps qui se reflète dans l’eau, a changé. Il poursuit sa route, et se trouve face à un lion. Comme il l’a lu dans les livres, il adresse des louanges au lion pour éviter d’être dévoré, et se plaint de la séparation d’avec sa bien-aimée ; le lion l’écoute, lui tend sa patte, les yeux pleins de larmes, le lèche, et lui fait signe de le suivre ; il le mène jusqu’au sommet d’une montagne, puis disparaît dans le désert. Uns al-Wuǧūd voit alors des traces sur le sol, certainement laissées par ceux qui ont emmené la fille du vizir. Il les suit jusqu’au bord de l’eau, où impuissant, il ne peut que pleurer jusqu’à s’évanouir. Le soir, il se réfugie dans la montagne par peur des fauves, et il est attiré vers une grotte d’où s’élève la psalmodie d’un ermite. Il frappe à la porte, mais il ne reçoit aucune réponse ; ce n’est qu’au bout de trois jours12, lorsqu’il s’est plaint dans un poème, de sa passion et de sa séparation d’avec l’aimée, que l’ermite vient à lui, lui fait raconter son histoire et s’apitoie. Lui aussi a connu l’amour et a souffert ; il est dans cette grotte depuis vingt ans, et il n’a jamais vu personne, sauf, il y a six jours de cela, des gens qui sont venus au bord de l’eau, ont construit un bateau et sont partis ; certains sont revenus et ont coulé le bateau avant de s’éloigner. L’ermite et Uns al-Wuǧūd s’étreignent, se jurent fraternité en Dieu, et pleurent si bien qu’à l’entour les montagnes elles-mêmes en sont affectées13. L’ermite va demander à Dieu qu’Il lui inspire une solution pendant la nuit (par istiḫāra). Pendant ce temps, al-Ward fī l-akmām s’est installée dans le château qu’elle a trouvé très beau, mais il y manque l’essentiel, l’être aimé, et elle a demandé à ses eunuques d’attraper des oiseaux pour les mettre dans des cages d’or.

  • 14 J’ai suivi ici la version de Būlāq, vol. i, p. 552, reprise dans Calcutta, vol. ii, p. 357-358 (Miq (...)
  • 15 On ne peut guère supposer qu’il a perdu en route son habit de soufi, car on retrouvera Uns al-Wuǧūd (...)
  • 16 Pour les noms des oiseaux, j’ai suivi les traductions de Miquel (vol. ii, p. 117-119), et p. 950, n (...)

5Au matin, l’ermite ordonne à Uns al-Wuǧūd : va dans le Wādī ramasser des fibres de palmier, et l’ermite les tresse pour en faire une sorte de filet, comme les filets dont on se sert pour transporter la paille ; tu trouveras également un tronc de palmier, qui a séché, va le prendre, mets-le dans les rets du filet, serre bien, mets-le à l’eau, et monte dessus14. Uns al-Wuǧūd pourra ainsi se lancer sur l’eau, ce qu’il fait. Au bout de trois jours, le vent le fait aborder sur le Ǧabal Ṯaklā, où il arrive épuisé. Il aperçoit au loin le château et s’y rend : la porte est close, et il doit attendre encore trois jours avant que paraisse un eunuque qui lui demande qui il est, et ce qu’il fait là. Uns al-Wuǧūd se présente comme un marchand d’Iṣfahān, qui a fait naufrage, et que le destin a conduit vers l’île15. L’eunuque se réjouit : lui aussi est d’Iṣfahān où est restée sa cousine qu’il aimait ; mais la ville a été attaquée ; il a été fait prisonnier, castré, puis vendu au vizir. Uns al-Wuǧūd découvre alors l’intérieur du château, dans la cour centrale, pendues à de grands arbres, les cages précieuses contenant une tourterelle, une colombe à collier, un rossignol, un bulbul, un pigeon ramier16, tous des oiseaux d’amour, à qui Uns al-Wuǧūd adresse des poèmes (et il reçoit une réponse en vers du ramier). Il apprend de son ami d’Iṣfahān que le lieu a été construit par le vizir du roi Šāmiḫ, pour sa fille, et que le château ne doit s’ouvrir qu’une fois l’an, pour y faire entrer l’approvisionnement. Uns al-Wuǧūd espère être proche du but.

  • 17 Littéralement : lion, chien méchant, qui mord.
  • 18 Dans Būlāq, vol. i, p. 556, le roi Dirbās aperçoit l’embarcation alors qu’il est assis à la fenêtre (...)
  • 19 Breslau, vol. v, p. 76 ; Būlāq, vol. i, p. 556. Le nom a déjà été donné dans Būlāq, vol. i, p. 546. (...)
  • 20 Breslau, vol. v, p. 79. Le texte de Būlāq, vol. i, p. 557, est moins précis, mais ajoute que l’acte (...)

6Mais entre-temps al-Ward fī l-akmām n’a pas pu supporter sa prison dorée. Elle a pris ses bijoux, a revêtu ses plus beaux habits, et a confectionné avec les autres, des cordes qu’elle a accrochées aux créneaux, puis elle s’est laissée glisser jusqu’à terre, hors du château. Elle a marché jusqu’à l’eau où le hasard fit qu’un pêcheur, poussé par le vent, venait d’aborder. Lui aussi avait aimé, et il la prit volontiers avec lui. Ils voguèrent ainsi pendant plusieurs jours, jusqu’à parvenir en vue de la ville du redoutable roi Dirbās17. Assis au sommet de son palais, le roi a vu arriver l’embarcation, et il ordonne à ses ġulām de lui amener les passagers18. Il pense aussitôt, en voyant les bijoux d’al-Ward fī l-akmām, qu’elle est fille de roi. Non, je suis la fille d’Ibrāhīm19, le vizir du roi Šāmiḫ, répond-elle, et elle lui raconte toute son histoire en lui demandant son aide. Le roi Dirbās s’émeut, et décide d’envoyer son vizir auprès du roi Šāmiḫ, avec pour mission (sous peine de révocation pour le vizir) de ramener Uns al-Wuǧūd, et de dire à Šāmiḫ : c’est à celui qui t’est le plus cher que je veux marier ma fille20. Le vizir de Dirbās part donc, muni des cadeaux indispensables, et à l’issue d’un voyage qui lui fait franchir « plaines et déserts, en long et en large », il arrive chez le roi Šāmiḫ  à qui il délivre le message. À la lecture du nom d’Uns al-Wuǧūd, Šāmiḫ éclate en sanglots, et dit dans un long poème combien lui manque son cher Uns al-Wuǧūd depuis qu’il a disparu. Interrogé, le vizir Ibrāhīm répond qu’il ne sait pas où il est, et le roi le charge d’accompagner le vizir de Dirbās pour le retrouver.

  • 21 Breslau, vol. v, p. 80 : qarya.
  • 22 Būlāq, vol. i, p. 558 : madā’in wa-l-qurā, mais aussi ‘arab wa-qawm ; et ils cherchent partout, dan (...)
  • 23 Breslau, vol. v, p. 80 (Baḥr al-Kunūz) ; Būlāq, vol. i, p. 558 (seulement al-Baḥr).
  • 24 Breslau, vol. v, p. 81. On peut constater l’incohérence de l’explication fournie. Si cette femme es (...)
  • 25 Būlāq, vol. i, p. 558. L’explication est ici plus satisfaisante en apparence, puisque ce sont les m (...)
  • 26 La version de Būlāq, vol. i, p. 558, retient qu’il était un marchand, mais il est également un maǧḏ (...)
  • 27 Il est évidemment peu crédible qu’on ne semble pas avoir découvert ces traces avant lui.
  • 28 Dans Būlāq, vol. i, p. 559, on attribue son évanouissement à l’état d’un maǧḏūb qui a été provisoir (...)
  • 29 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559. Le mot darwīš ne se trouve que dans Breslau.

7Les deux vizirs partent donc ensemble. Ils traversent des village ou localités, d’après la version de Breslau21, des villages et des villes, mais aussi des tribus bédouines, d’après la version de Būlāq22 : personne n’a entendu parler d’Uns al-Wuǧūd. Et ils finissent par arriver à la Mer des Trésors/Baḥr al-Kunūz23. Ils prennent un bateau pour le Ǧabal al-Ṯaklā. Le vizir de Dirbās interroge son collègue sur l’origine de ce nom. Dans la version de Breslau, Ibrāhīm lui explique qu’il y avait, à l’origine des temps, une ǧinniyya qui aimait les hommes ; la passion la prit, et elle eut peur des réactions de sa famille ; et lorsque sa passion augmenta, elle chercha à se fixer avec lui sur une terre, et elle trouva cette montagne isolée où ni homme ni ǧinn ne venait, et elle l’installa en ce lieu, mais elle continuait à aller voir sa famille, puis elle revenait à lui pour un long moment ; et chaque fois que les bateaux passaient près de cette montagne, les passagers entendaient les pleurs de ce jeune homme, et disaient : c’est cette Ṯaklā qui allaite ses enfants ; c’est pourquoi on a appelé ce lieu Ǧabal al-Ṯaklā24. Dans la version de Būlāq, la ǧinniyya appartenait aux ǧinns de Chine ; elle avait enlevé son amant, et l’avait installé dans ce lieu isolé ; elle rendait visite à sa famille, et revenait discrètement (pour qu’on ne découvre pas sa retraite). Et cela dura longtemps, si bien qu’elle eut de son amant de nombreux enfants ; et les marchands qui passaient entendaient les pleurs des enfants, et pensaient que c’étaient les pleurs de cette femme qui aurait été privée de ses enfants, et ils disaient : y a-t-il là une femme qui a été privée de ses enfants25 ? Arrivés sur l’île, les deux vizirs rencontrent Uns al-Wuǧūd, mais le vizir Ibrāhīm ne le reconnaît pas, tant il a changé ; il le prend pour un extatique (maǧḏūb) ; on lui dit que c’est un soufī d’Iṣfahān26, dont le bateau a fait naufrage dans les parages. Le vizir demande où est sa fille : on ne sait pas, elle est partie. Il monte au sommet du château et découvre les linges noués qui ont servi à l’évasion27 ; à son tour de chanter dans un poème, la douleur d’être séparé de ceux qu’on aime. C’est l’échec : il ne lui reste plus qu’à fermer le château, et à ramener ses serviteurs vers la capitale du roi Šamīḫ. C’est alors seulement qu’Uns al-Wuǧūd apprend qu’al-Ward fī l-akmām a disparu, et il tombe inanimé : le vizir de Dirbās décide de prendre avec lui ce  « derviche », et va l’emmener, inconscient28 ; il espère que sa baraka lui évitera la révocation qui le menace, puis on le renverra à Iṣfahān “qui n’est pas loin de notre pays29”. En apparence, les deux vizirs n’ont pas réussi dans leur mission, mais l’auditeur a déjà compris que le Dieu des amants conduit l’intrigue.

  • 30 Breslau, vol. v, p. 92.

8Pendant les trois premiers jours du voyage de retour par les pistes, le vizir de Dirbās nourrit et abreuve le derviche inanimé, puis l’état de celui-ci s’améliore. À l’approche de la ville de Dirbās, quand le vizir a fait annoncer son arrivée, le roi lui rappelle ce qui l’attend s’il est rentré bredouille, mais le derviche se fait fort d’arranger ses affaires. Présenté au roi, le derviche exige d’abord qu’on le mène au ḥammām, et qu’on lui donne un bel habit, puis il révèle qu’il est Uns al-Wuǧūd. On lui apprend qu’al-Ward fī l-akmām est là : après les pleurs et l’évanouissement attendus, l’acte de mariage est dressé. Le roi Šāmiḫ est informé, et il fait savoir qu’il va recevoir, pour célébrer la noce, les heureux époux. Il les accueille aux portes de la ville, avec les grands du royaume et les notables ; après une semaine passée à banqueter, une autre semaine est consacrée aux joies du sexe licite, qui n’ont nul besoin de l’excitation du vin30 ; de l’ancienne passion du roi pour Uns al-Wuǧūd, il n’est plus question ».

Les indices contextuels

9On sait qu’il est malaisé de dater un conte des Mille et Une Nuits. On y rencontre souvent des détails parfaitement situables dans le temps (événements, noms de monnaies, de monuments ou de lieux dits qu’on peut replacer dans la durée), mais on peut toujours objecter qu’ils ont été introduits a posteriori par un copiste. Il est plus sûr de rechercher dans les termes arabes utilisés, et dans les valeurs que le texte leur attribue, des indices d’un contexte général, qui renvoient à une ou plusieurs époques, à tel ou tel pays.

  • 31 Ibid., p. 35.
  • 32 Ibid., p. 47 ; même chose dans Būlāq, vol. i, p. 549.
  • 33 Būlāq, vol. i, p. 559.

10Il est évident que le conte est implicitement situé dans un contexte égyptien. Certains éléments du texte sont éclairants. L’histoire commence en effet par une partie de jeu de balle à cheval (kūra). On sait que c’était, à l’époque mamelouke, un jeu royal auquel prenait part le sultan et ses émirs au Caire. Dans le conte le souvenir en est gardé, mais de façon assez déformée. On peut admettre que les participants ici, soient des émirs (désignés par les termes vagues de ‘askar et arbāb al-dawla), mais des dignitaires civils (akābir al-dawla, terme souvent utilisé à l’époque ottomane pour les désigner)31 semblent aussi participer au jeu, ce qui n’était pas le cas à l’époque mamelouke ; et de toute façon, il eût été impensable qu’un simple ġulām comme Uns al-Wuǧūd y prenne part. De même, la partie de polo semble être dans le conte un fait annuel unique auquel sont convoqués tous les dignitaires, sauf à comprendre que l’auteur du conte avait en tête qu’il y avait une saison du jeu de polo, ce qui est exact pour l’époque mamelouke, mais ce qui ne paraît pas être le sens ici. L’époque mamelouke semble loin. On éprouve la même impression lorsqu’on en vient à l’épisode où Uns al-Wuǧūd trouve, attaché à la porte du palais du vizir, le poème de sa bien-aimée indiquant qu’on l’emmène loin de lui. Il se rendait alors, à cheval, à la cérémonie du Service sultanien (rakaba wa-sāra ilā ḫidmat al-sulṭān)32. C’était en effet une cérémonie officielle d’hommage des grands émirs au Sultan mamelouk, qui avait lieu chaque jour à l’aube. Mais il est peu concevable qu’un simple ġulām y ait participé, ni même qu’il ait eu un cheval ; on se demande d’ailleurs pourquoi un ġulām du sultan, surtout s’il est cher à son cœur, ne vit pas auprès de lui au palais (dans la Citadelle). Enfin, pour rester dans le domaine des manifestations du pouvoir, on voit que lorsque le roi Dirbās apprend le retour de son vizir, il lui rappelle qu’il sera révoqué s’il n’a pas ramené avec lui Uns al-Wuǧūd, et cela dans un message appelé marsūm33, terme qui convient davantage à un ordre du sultan mamelouk qu’à un billet, même menaçant.

  • 34 Il a visiblement sur l’époque mamelouke, le savoir de la majorité de son auditoire ou de ses lecteu (...)
  • 35 Garcin, Maury, Revault, Zakarya 1982, vol. i, p. 180-185.
  • 36 Breslau, vol. v, p. 35.
  • 37 Būlāq, vol. i, p. 556 ; voir supra, note 17.
  • 38 Zakarya 1983, p. 24-25, 36, 45 et 144. Un qītūn est décrit dans l’acte de vente, en 1484, du palais (...)
  • 39 Būlāq, vol. i, p. 547. Sur cette division de l’espace de la maison (opposition du haramlik et du sa (...)
  • 40 Garcin, Maury, Revault, Zakarya 1982, vol. i, p. 157.

11L’Égypte mamelouke a donc laissé des souvenirs, mais ils sont flous. L’auteur du conte n’était pas historien, ni ne cherchait à l’être34. Outre les manifestations cérémonielles du pouvoir, il y a également quelques indices intéressants relevant du domaine de l’architecture civile. C’est de la fenêtre (šubbāk) du qaṣr de la résidence du vizir son père, qu’al-Ward fī l-akmām voit pour la première fois son aimé. On sait qu’on désignait par qaṣr, à la première époque mamelouke (mais le terme a été parfois repris à l’époque ottomane), l’appartement supérieur réservé à l’émir dans son palais35 ; c’est bien de cela qu’il semble être question ici36. C’est peut-être la même disposition architecturale que l’on retrouve dans l’épisode où le roi Dirbās assiste, en compagnie de son fils, à l’arrivée en barque d’al-Ward fī l-akmām37 : il est également à sa fenêtre (šubbāk), dans son qaṣr, dont il descend, pour sortir sur le rivage, par la porte de son qīṭūn, terme qui servait à désigner au Caire, à partir du xve siècle, une salle basse ouvrant sur le rivage d’un canal ou d’un étang38. Enfin, c’est davantage l’époque ottomane que l’on retrouve dans l’épisode où un eunuque vient apporter au vizir, le poème écrit par sa fille à Uns al-Wuǧūd et que la servante a laissé tomber à terre : le vizir sort alors de son ḥarīm39, une distinction toute « ottomane » de l’espace privé40.

  • 41 Breslau, vol. v, p. 88.
  • 42 Ibid., p. 84.

12C’est décidemment à l’époque ottomane que renvoient des éléments d’un autre ordre encore. Lorsque le roi Dirbās fait rédiger le contrat de mariage entre les deux amants, il ne fait pas appel aux quatre cadis, comme il eut été normal à l’époque mamelouke, mais au cadi41 unique qui désormais est à la tête de la judicature en Égypte, et ce n’est vraisemblablement pas à une intervention de copiste qu’est dû le terme de darwīš appliqué à Uns al-Wuǧūd, dans la baraka de qui on espère42.

  • 43 Ibid., p. 92.

13Pour finir, un des derniers poèmes, qui indique aux époux qu’ils n’ont pas besoin du vin pour que leur ivresse sexuelle soit parfaite43, est bien dans le ton du moralisme post-mamelouk.

Identification d’un espace

  • 44 Breslau, vol. v, p. 62 ; Būlāq, vol. i, p. 552.
  • 45 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559.

14Ce n’est pas parce qu’un conte est égyptien qu’il doit avoir l’Égypte pour cadre. Dans notre récit la seule mention géographique indubitable est Iṣfahān d’où vient l’eunuque qui accueille Uns al-Wuǧūd sur l’île44, et dont il est dit que cette ville est proche du pays du roi Dirbās45. Il reste que, comme on l’a vu, le contexte auquel le conte se réfère, même si c’est de façon assez peu sûre historiquement, est celui de l’Égypte mamelouke, et que l’auditeur ne peut situer ailleurs qu’au Caire, la capitale du roi Šāmiḫ.

  • 46 Breslau, vol. v, p. 81 ; Būlāq, vol. i, p. 558.

15Les autres espaces du conte relèvent à première vue de l’univers fantaisiste habituel aux Nuits (la Citadelle de Cristal, l’île du Camphre, etc.). Comment placer ailleurs que dans l’imaginaire, la Mer des Trésors (Baḥr al-Kunūz) et l’île rocheuse de la Mère affligée (Ǧabal al-Ṯaklā) sur laquelle le vizir du roi Šāmiḫ fait construire son château ? Mais on ne voit pas de trésors dans ce conte, ni de mère affligée. Doit-on alors attribuer ces noms à la simple fantaisie du conteur, qui est bien libre de donner aux lieux les noms qu’il veut ? On constate cependant que si la « Mer des Trésors » ne semble poser au conteur aucun problème, il n’en va pas de même pour l’île de « la Mère affligée ». On sent sa perplexité à travers le dialogue qu’engagent les deux vizirs envoyés à la recherche d’Uns al-Wuǧūd46. Comme on l’a vu, l’explication varie selon les versions. Voilà qui ne nous avance guère, sauf à constater qu’il semble y avoir là un fait dont l’auteur du récit doit tenir compte. Une création de l’imaginaire n’aurait pas eu besoin d’être justifiée, et la réponse aurait été donnée sans hésitation, en cohérence avec le conte.

16On doit alors remarquer que Burton, tout en traduisant littéralement ces noms par « Sea of Treasures » et « Mount of the Bereaved Mother », indique dans une note (à la Nuit 373) que Lane, de façon ingénieuse selon lui, rapproche le premier toponyme (Baḥr al-Kunūz) de cette région du Haut Nil, appelée de la sorte par référence aux tribus qui y vivent. Dans ce cas, Baḥr al-Kunūz ne doit pas être traduit par « Mer des Trésors », mais par « Nil des Kunūz », et comme souvent en Égypte, le mot Baḥr désignerait le Nil.

  • 47 Garcin 1976, 2005, p. 47.
  • 48 Ibid., p. 73 ; le chef des Rabī‘a de ‘Ayḏāb reçut alors le titre de Hilāl al-Dawla (ibid., p. 76).
  • 49 Sur ces problèmes, et l’évolution de ces populations au cours du temps, voir Garcin 1976, 2005, ind (...)

17Et, de fait, nous savons que dans cette région de l’Égypte, s’étaient installés dès le ixe siècle, venant d’Arabie, des éléments de la tribu arabe des Rabī‘a47 qui contrôlèrent bientôt les mines d’or au sud d’Assouan, et la piste qui conduisait au port de ‘Ayḏāb sur la Mer Rouge, piste qui était également alors une route du grand commerce de l’Océan Indien et du Pèlerinage. Le pouvoir du Caire s’appuyait sur ces éléments tribaux pour lutter contre les Buja, populations autochtones, et assurer la sécurité des pistes. Au début du xie siècle, les califes fatimides attribuèrent au chef des Rabī‘a de la région d’Assouan, le titre de Kanz al-Dawla48, et les Rabī‘a de cette région furent désormais appelés Banū Kanz, puis Kenouz (Kunūz)49.

  • 50 Garcin 1976, 2005, p. 397.
  • 51 Ibid., troisième partie : la Désurbanisation, et « al-Ṣa‘īd », EI2, vol. viii, p. 895-897.
  • 52 En 1490, Ibn Iyās accepte le témoignage d’une personne de confiance qui a vu un cyclope noir à Asso (...)
  • 53 Breslau, vol. v, p. 80.
  • 54 Būlāq, vol. i, p. 558.

18Il n’est donc pas étonnant que le conte ne témoigne d’aucune hésitation particulière sur le Baḥr al-Kunūz. Ce que veut signifier le récit, c’est que lorsque le vizir du roi Šāmiḫ découvre le lien amoureux qui s’est établi entre sa fille et Uns al-Wuǧūd, et comprend aussitôt combien il peut être dangereux pour sa famille et pour lui en raison de la passion du roi pour son ġulām, il trouve excellente l’idée de sa femme : reléguer sa fille au fin fond de la Haute Égypte, dans une île du pays des Kenouz. Depuis les années 1360 en effet, le grand commerce de l’Océan Indien ne passe plus par la Haute Égypte50 qui intéresse moins les maîtres du Caire ; des pouvoirs bédouins s’y sont établis qui ont gardé une certaine autonomie même après l’occupation de l’Égypte par les Ottomans en 151751. C’est un pays perdu, dont l’isolement, dès le xve siècle, est entré dans l’imaginaire52. Lorsque Uns al-Wuǧūd a disparu, on ne peut le chercher que là, et c’est sans étonnement qu’on voit les deux vizirs chargés de le retrouver, traverser avant d’y arriver, un pays (la Haute Égypte) qui est décrit tantôt comme sans grandes villes53, tantôt avec des villages et des villes, mais aussi des tribus bédouines qu’on interroge vainement pour savoir si quelqu’un l’a vu54.

  • 55 Ibid., p. 556.

19Il s’ensuit que le mot baḥr désigne bien le Nil dans le conte, et que lorsqu’al-Ward fī l-akmām se sauve de son île, emmenée par un pêcheur compatissant, elle continue plus loin encore vers le Sud, elle remonte le Nil vers le pays du roi Dirbās, et on a vu que la version de Būlāq55 attribue à Dirbās qui les voit arriver, un qaṣr qui lui permet d’accéder directement au fleuve par son qīṭūn, une disposition caractéristique des maisons du Caire donnant sur une voie d’eau.

  • 56 Ibid, p. 550 ; Miquel, vol. ii, p. 112.
  • 57 Būlāq, vol. i, p. 552 ; Miquel, vol. ii, p. 116.
  • 58 Breslau, vol. v, p. 61.

20Il reste que le mot baḥr peut désigner aussi la mer, et la version de Būlāq, décrit « une mer où les vagues s’entrechoquaient à grand bruit56 », puis la peur d’Uns al-Wuǧūd, lorsque, sur les conseils de l’ermite, il a enfourché son tronc de palmier et s’est lancé sur l’eau « dans une longue errance sur l’immensité des flots, soulevé ou précipité au gré des vagues, dans le spectacle merveilleux et terrible des choses de la mer57 » : on aura reconnu les ‘Aǧā’ib al-baḥr, les Merveilles de la Mer, chères aux conteurs. Nous y reviendrons. Le texte de Breslau me semble ici plus proche de ce qu’a pu être le conte primitif : lorsque l’ermite conseille à Uns al-Wuǧūd de se jeter à l’eau, il lui dit : « dirige-toi vers le milieu du fleuve (tawaǧǧah ilā wasṭ al-baḥr), tu atteindras peut-être ton but ; qui ne risque pas sa vie n’atteint pas son but » et il est en effet pris par le vent, et ballotté pendant trois jours avant de pouvoir atteindre l’île58 ; mais il n’est pas question ici des ‘Aǧā’ib al-baḥr.

  • 59 Le lion est appelé asad dans Breslau, v, p. 49, mais sabu‘ dans Būlāq, vol. i, p. 548 (et dans Calc (...)

21Mais, à ce point de l’histoire, que ce soit bien à la limite du pays des Kenouz, en suivant le Nil, qu’est arrivé Uns al-Wuǧūd, le conte l’a déjà dit d’une autre façon. L’amant désespéré y a été accueilli par un lion compréhensif qui lui a montré qu’il était proche du but, en lui indiquant les traces laissées sur le sol par ceux qui ont emmené sa bien-aimée. C’est en effet à Ouadi el-Séboûah/Wadī al-Subū‘a, la Vallée des Lions, qu’on entre, jusqu’à nos jours, dans le pays des Kenouz59.

  • 60 Breslau, vol. v, p. 75 attribue une durée indéterminée au voyage (muddat ayyām) ; Būlāq, vol. i, p. (...)
  • 61 Breslau, vol. v, p. 84-85 : Būlāq, vol. i, p. 559.
  • 62 Avant 1567, voir Tuchscherer, « Uswān », EI2, vol. x, p. 1016 ; on est là non loin de Faras, l’anci (...)

22On sait que les deux amants ne sont pas restés au pays des Kenouz. Al-Ward fī l-akmām s’est enfuie de l’île par le fleuve, plus au sud encore, en compagnie du pêcheur compatissant. Au bout d’un certain temps60, ils se sont arrêtés à la ville du roi Dirbās qui les a aperçus du haut de son qaṣr. Uns al-Wuǧūd, lui, y a été emmené, d’abord inanimé pendant trois jours, puis conscient, sur les pistes, par le vizir de Dirbās61. Or au xvie siècle, dans les années 1560, nous sommes dans une zone que le Caire contrôle à nouveau, depuis l’occupation des Ottomans. Un sandjak a été constitué, incluant le Sud de la Haute Égypte, dont le centre est sur le Nil, dans la forteresse de Qaṣr Ibrīm62, à quelque 220 km au sud d’Assouan. C’est dans Qaṣr Ibrīm qu’il faut très vraisemblablement reconnaître le qaṣr de Dirbās. La redoutable réputation de ce roi, que son nom indique, vient-elle de la garnison de soldats bosniaques qui y est installée ? Quoi qu’il en soit, du haut du rocher qui surplombe le Nil de 40 m, et supporte Qaṣr Ibrīm, Dirbās a pu facilement apercevoir la barque qui amenait al-Ward fī l-akmām, mais il est douteux qu’il ait disposé d’un qīṭūn lui permettant de descendre jusqu’au fleuve.

  • 63 Jomard 1809, p. 15 « Description de Syene et des cataractes » écrit : « Je ne les ai vus embarrassé (...)
  • 64 Jomard 1809, vol. i, planche 2. Le sujet représenté semble à califourchon sur un tronc de forme ass (...)

23Reste à identifier le lieu dont le nom a suscité la perplexité des conteurs, ce qui nous a conduit à penser qu’il s’agissait d’un lieu bien réel, et à nous lancer dans notre enquête. Là encore la note de Burton à la Nuit 373 nous met sur la voie. Du temps de Lane, l’île de Philae était encore connue sous le nom d’« île d’Anas al-Wuǧūd », et Burckhard dans ses Travels in Nubia, p. 5, rapporte que, d’après une légende locale, c’était un puissant roi appelé « al-Wuǧūd », qui avait construit les temples de Philae. C’est aux temples que les savants qui accompagnaient Bonaparte en Égypte se sont surtout intéressés, mais aussi au pays. Quand ils sont arrivés à Philae, ils ont trouvé sur l’île un petit village ; les habitants s’y rendaient en passant le Nil sur un tronc de sycomore ou de palmier, en ramant avec la main63 ; et une des planches de la Description de l’Égypte, montrant une vue générale de l’île prise du côté ouest, figure en effet un homme à califourchon sur un tronc d’arbre, en train de traverser le Nil64. Sauf si on estime que le conte enregistre l’invention de cette forme de navigation par le bon ermite qui a demandé l’inspiration de Dieu pendant la nuit, on comprend qu’Uns al-Wuǧūd a seulement utilisé les moyens habituels en son temps, pour se rendre sur l’île.

Conte, histoire, espaces

  • 65 On sait qu’à la suite de la construction du premier barrage, entre 1892 et 1902, l’île n’était plus (...)
  • 66 C’est sous Nectanebo I (378-360 av. J.-C.) et Nectanebo ii (359-341) que furent édifiés les premier (...)
  • 67 Posener, 1959, « Isis », p. 140, et « Osiris », p. 204-207.
  • 68 Ibid., « Osiris », p. 207.
  • 69 Les « appels » d’Isis ne sont peut-être pas sans rapport avec un phénomène acoustique local. M.-A.  (...)

24Notre conte s’inscrit donc dans une longue histoire et un vaste espace. D’abord, dans l’espace proprement local, du temps où il n’y avait aucun barrage en aval de Philae, et où l’île n’en était pas encore réduite à surgir de l’eau deux mois par an, avant d’être définitivement engloutie aujourd’hui65. C’est là qu’au quatrième siècle avant notre ère66, on commença à construire des temples consacrés à la déesse Hathor, mais surtout à Isis, épouse et sœur d’Osiris67. On en connaît l’histoire : Isis, type de la femme fidèle et de l’épouse dévouée, recueille le corps d’Osiris, assassiné et démembré par son frère Typhon, et lui rend le souffle vital. Cette légende, enregistrée également par les historiens grecs, était très populaire. Chaque année des mystères se tenaient à Abydos, plus au nord, ainsi que sur l’île. La résurrection d’Osiris apparaissait comme garante de la résurrection humaine. Mais avant le miracle, il y avait eu les plaintes d’Isis et de sa sœur Neptis, « les appels déchirants par lesquels elles invitent le dieu à revenir sur terre68 ». Ce sont là les appels qui ont posé problème au conteur, et à d’autres sans doute69. L’auteur ne pouvait connaître un si lointain passé, ni savoir non plus que les lions de Ouadi el-Séboûah étaient en réalité les sphinx de pierre bordant l’allée qui menait au temple d’Amon, construit par Ramsès.

  • 70 Garcin 1976, 2005, p. 48-49, 114.
  • 71 Dans Breslau, vol. v, p. 81, ce sont les passagers des bateaux, en général, sans autre spécificatio (...)

25Mais si avant l’auteur du conte, d’autres, on l’a dit, se sont sans doute interrogés sur les appels d’Isis, cela nous entraîne vers des temps moins anciens, et nous introduit à un plus vaste espace. Il faut bien supposer que ce phénomène a perduré dans les lieux, puisqu’on a encore cru entendre ces plaintes de la femme Ṯaklā. Lorsqu’au xie siècle, Assouan était encore le principal lieu de passage du Pèlerinage vers le Hedjaz, et du grand commerce de l’Égypte vers l’Océan Indien70, les marchands les ont aussi entendues71. L’Égypte ancienne est alors bien oubliée, et la déesse est devenue ǧinniyya.

  • 72 Garcin, 1976, 2005, p. 141-145 ; Tuchscherer, « Uswān », EI2, vol. x, p. 1013-1014.
  • 73 Tuchscherer, p. 1014-1016.

26Assouan ensuite a périclité lorsque le grand commerce est passé plus au nord, par Qūs, situé dans la région de Louxor72. Les Banū Kanz, bientôt nommés Kenouz, ont dominé la ville et sa région73, devenues comme isolées du reste du monde. L’espace s’est rétréci. Philae est bien désormais dans le pays des Kenouz.

27Puis lorsque les Ottomans occupent l’Égypte, l’espace se dilate à nouveau. La région est retournée dans le domaine égyptien, et le roi Dirbās dans Qaṣr Ibrīm, doit bien composer avec le roi Šāmiḫ du Caire, même si c’est lui qui, en apparence, est le maître du jeu parce qu’il réunit les amants séparés et rétablit la norme des passions entre les sexes. C’est donc une longue histoire de l’Égypte que mobilise la compréhension du conte.

Questions

  • 74 Voir supra, note 59.

28Un certain nombre de points semblent désormais acquis. Le conte est un conte moral, du xvie ou du début du xviie siècle, qui s’inscrit bien dans la tradition devenue dominante dans les Nuits depuis le xve siècle. On y retrouve un des thèmes majeurs des Nuits depuis cette époque, le malheur d’être séparé (firāq) de ceux qu’on aime et à qui nous lie passion ou affection : le vizir Ibrāhīm est aussi malheureux d’avoir perdu sa fille, que le sont les deux amants d’être éloignés l’un de l’autre : on ne peut guère douter que le conte ait été écrit pour les Mille et Une Nuits. C’est une belle histoire, et qui finit bien, la délivrance (faraǧ) venant après l’adversité (šidda). Certains détails apparaissent comme des rappels : depuis le conte de Qamar al-zamān, les ǧinns de Chine ont une grande notoriété. Mais il est également possible qu’à partir du moment où Isis a été remplacée par une ǧinniyya, on lui ait localement attribué cette lointaine origine du fait des porcelaines chinoises qui décoraient les constructions du pays des Kenouz74. Si c’est le cas, l’auteur connaissait-il cette légende locale ?

29La question peut être formulée autrement. L’auteur connaissait-il cette partie reculée de la Haute Égypte ? L’épisode du lion qui, au seuil du pays des Kenouz met Uns al-Wuǧūd sur les traces d’al-Ward fī-l-akmām, nous a paru être une jolie trouvaille de conteur ayant bien tiré parti de la légende des lions de Ouadi el-Séboûah. Il y a cependant là un problème : Philae est située à quelque 10 km au sud d’Assouan, soit au nord du pays des Kenouz, alors que Ouadi el-Seboûah constitue la limite du pays des Kenouz vers le sud, à 150 km d’Assouan. Il est donc très improbable que le bon lion ait pu montrer à Uns al-Wūjūd les traces de ceux qui avaient conduit al-Ward fī l-akmām dans l’île, ni qu’ils soient passé par là en venant du nord. N’y avait-il donc aucun rapport entre Ouadi el Séboûah et le bon lion ? Je préfère penser que l’auteur n’avait qu’une idée assez vague de la région, ce qui se voit également dans la façon dont il décrit le Nil.

  • 75 Jomard 1809, p. 16.
  • 76 Une mer parsemée d’îles. Jomard (p. 15) en compte une vingtaine entre Philae et la cataracte, dont (...)
  • 77 Le mot est de Vivant-Denon, dans Voyage de la basse et la haute Égypte, p. 133. Il écrit : « ce n’e (...)
  • 78 Jomard 1809, p. 16.
  • 79 Ibid., p. 19-28.
  • 80 Ce qui ne signifie pas que des phénomènes atmosphériques simples ne pouvaient pas prendre un aspect (...)

30Il est clair que le Nil dans la région de Philae, avant ce qu’on appelle « la première cataracte », soit les rapides avant Assouan, avait une grande largeur. Jomard donne au Nil une largeur de « 3.000 m devant Philae » et s’étonne « d’une étendue d’eau aussi considérable75 ». C’était donc comme une sorte de mer intérieure76, bien faite pour aiguiser l’imagination d’un conteur. Ensuite, avant Assouan, on arrivait aux rapides. Les savants de l’expédition d’Égypte ont été bien déçus par « ce qu’on est convenu d’appeler la cataracte77 ». Ce n’étaient que des rapides. Il reste qu’il y avait le bruit de l’eau, qui s’entendait depuis Philae, que la navigation y était impraticable (pour les marchands, ce fut de tous temps, un lieu de rupture de charge obligé), et que Jomard écrit : « Tout cet espace est rempli de tourbillons et d’abîmes78 ». Il y avait également autre chose : une longue tradition littéraire, depuis les Grecs, partiellement passée en arabe, qui, confondant cette cataracte avec les autres plus en amont du fleuve, avait constitué tout un acquis d’effroi79. On peut donc se demander si l’auteur du conte, à partir de connaissances livresques, n’a pas mêlé tout cela, largeur du Nil et dangers de la zone, pour soumettre son héros à une navigation de trois jours dont il se tire exsangue. Les habitants de Philae n’avaient certainement pas du Nil la même expérience80. L’auteur devait connaître aussi seulement par ouï-dire, le site de Qaṣr Ibrīm, à plus de 200 km au sud d’Assouan.

31Cependant là ne se limitait pas l’horizon de l’auteur du conte. N’y a-t-il pas eu de sa part quelque malice à donner le nom d’Ibrāhīm au vizir du roi Šāmiḫ ? Après tout ce vizir n’avait pas besoin d’être nommé : le vizir de Dirbās ne porte pas de nom. La situation d’Ibrāhīm est bien délicate : sa fille aime le favori du roi, et ne l’avoir pas retrouvé quand il rentre de son expédition vers le Sud, pouvait le mettre en danger comme son collègue, le vizir de Dirbās. Alors ce nom d’Ibrāhīm aurait-il été choisi par référence à Ibrāhīm Pasha, le vizir et favori du sultan Soliman, qui perdit la vie en 1536, pour des raisons un peu différentes, il est vrai ?

  • 81 Ce commerce s’est établi dès le xive siècle (Garcin 1976, 2005, p. 380) et il continue bien après l (...)
  • 82 Sourdel-Thomine, « Iṣfahān », EI2, vol. iv, p. 107.

32Mais il n’y a pas d’opposition à l’État ottoman. L’auteur n’en ignore sans doute ni la grandeur, ni les excès. Pourquoi Uns al-Wuǧūd, à son arrivée sur l’île, se présente-t-il comme un marchand d’Iṣfahān ? Sans doute parce que l’auteur a voulu qu’apparaisse une solidarité entre lui et l’eunuque qui le reçoit. Car, on l’a vu, l’eunuque du château est aussi originaire d’Iṣfahān, séparé de sa cousine que sans doute il aimait, et avec qui on peut supposer qu’il voulait se marier. Mais des ennemis ont attaqué la ville, l’ont pris, castré, vendu, et il s’est retrouvé au service du vizir dans ce pays inconnu, comme n’importe lequel des eunuques soudanais dont le commerce était alors actif en Haute Égypte81. Y aurait-il eu quelques abus lors de la brève occupation d’Iṣfahān par les Ottomans82 en 1548 ?

  • 83 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559.

33Il reste que le vizir du roi Dirbās, qui espère que la baraka d’Uns al-Wuǧūd, redevenu un soufi, et maǧḏūb de surcroît, le protègera de la colère de son maître, se propose ensuite de le renvoyer à Iṣfahān, « qui n’est pas loin de notre pays83 ». Comment lire cette donnée si la compréhension proposée du texte est exacte ? À cette question, je ne trouve pas de réponse. Ajout au texte ? Mais c’est une solution de facilité. Volonté de l’auteur de brouiller les pistes, pour éviter des rapprochements avec le temps présent ? Mais les rapprochements ne pouvaient être évités. Alors, une simple fantaisie de l’auteur écrivant pour un recueil qui en a connu bien d’autres ?

Bilan

34Peut-on, après cette mise en contexte, ces identifications et questions, comprendre la façon dont ce conte est né ? Il a eu du succès puisque l’histoire d’Uns al-Wuǧūd s’est imposée à la tradition orale locale, comme en ont témoigné Lane et Burckhard. Mais il faut bien supposer un état antérieur de cette tradition des plaintes qu’on entendait à Philae. Et cet état antérieur, nous ne le connaissons plus.

  • 84 Garcin 1976, 2005, p. 48-50.
  • 85 Baud, Parisot 1956, p. 472-473.

35C’est pourtant nécessairement là que sont les origines du conte, vraisemblablement dans un état intermédiaire de la légende, qui a dû être élaboré lorsque la région d’Assouan et de Philae a connu son grand essor médiéval, vers le xe-xie siècle, du temps où Assouan était une ville animée et un centre de culture islamique, en rapport avec le Hedjaz, une ville où existait un milieu musulman instruit84. Ceci n’exclut pas d’ailleurs que les chrétiens, que nous connaissons mal, aient servi d’intermédiaires. Dans le conte, rien n’indique vraiment (à part la pratique de l’istiḫāra) si l’ermite qui apprend à Uns al-Wuǧūd comment passer le Nil, est musulman ou chrétien. La tradition érémitique chrétienne était importante, et le grand couvent de Saint Siméon/Deir Amba Sam‘ān, situé à 2 km du Nil, à l’ouest d’Assouan, un des plus grands couvents d’Égypte, a été occupé par des moines jusqu’au xiiie siècle85.

36Il faut donc supposer un ou plusieurs récits écrits, peut-être d’époques différentes, qui ont disparu.

  • 86 Voir note 81.

37Le saut chronologique est grand pour arriver jusqu’à l’auteur du conte. Entre temps, la région a été comme isolée du monde, échappant souvent au contrôle de la capitale égyptienne. L’auteur n’en était vraisemblablement pas originaire. Mais avec l’occupation ottomane, la région avait fait retour dans le giron égyptien. Faut-il supposer que le conteur s’intéressait à la Haute Égypte ? Vivait-il un peu plus au nord86 ? Il a certainement été frappé par les possibilités de développement que recélait cette histoire, pour en tirer un conte à placer dans le recueil des Nuits, un conte du malheur des amants séparés.

38Il est difficile de décider laquelle des deux versions du conte, celle de Breslau ou celle de Būlāq, est antérieure à l’autre. Il est cependant évident que c’est l’histoire d’Isis séparée d’Osiris, qui importe, parce qu’elle est en harmonie avec (et préfigure) celle d’al-Ward fī l-akmām séparée d’Uns al-Wuǧūd. De ce point de vue la version de Breslau est plus satisfaisante : les plaintes qu’on entend sont celles du jeune homme qui se plaint de l’absence momentanée de sa ǧiniyya, même si les passagers des bateaux croient que ce sont des pleurs d’enfants qu’on allaite (ce qui est absurde : si cette femme allaite, elle ne peut être dite ṯaklā). La version de Būlāq, peut-être sensible à cette absurdité, rectifie : ce sont les pleurs d’une femme privée de ses enfants ; mais là, nous ne sommes plus dans la douleur des amants séparés.

39Enfin, il faut encore remarquer que le conte n’avait nul besoin du maintien de la légende. Sans doute, elle ajoute au mystère des lieux où al-Ward fī l-akmām est retenue, et elle donne aussi un autre exemple du malheur des amants séparés, si elle est bien contée. Mais l’auteur n’aurait-il pas pu s’en passer ? Qu’il l’ait conservée indique de sa part qu’il faisait un certain cas des légendes d’Égypte.

Planche 2 : Vue générale (de l’île de Philae) prise du côté nord-ouest

Planche 2 : Vue générale (de l’île de Philae) prise du côté nord-ouest

Description de l’Égypte. Vol. i : Antiquités, Descriptions

Planche 1 : Plan général de l’île (de Philae) et de ses environs

Planche 1 : Plan général de l’île (de Philae) et de ses environs

Description de l’Égypte. Vol. i : Antiquités, Descriptions

Pour comprendre l’espace du conte

Pour comprendre l’espace du conte

Bibliographie

Sources

Alf layla wa-layla, éd. ‘Abd al-Raḥmān al-Ṣafatī al-Šarqāwī, 2 vol., Būlāq, 1251/1835.

Les Mille et une Nuits, trad. Jamel Eddine Bencheikh, et André Miquel, 2 vol., vol. ii : Nuits 327 à 719, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), 2006.

Tausend und Eine Nacht, éd., M. Habicht, 5 vol., Breslau, 1825 ; rééd. offset, Maṭba‘a dār al-kutub wa-l-waṯā’iq al-qawmiyya bi-l-Qāhira, Le Caire, 1423/2003.

Études

Baud, M. et Parisot, M., 1956 : Égypte, Le Nil soudanais du delta à Khartoum, Hachette, Guides bleus, Paris.

Behrens-Abouseif, D., 1982 : Quelques traits de l’habitation traditionnelle dans la ville du Caire dans Bouhdiba, A. et Chevallier, D. (éd.), La ville arabe dans l’islam, Tunis/Paris, CERES/CNRS.

Vivant Denon, D., 1802, 1989 : Voyage de la basse et la haute Egypte, présentation Vatin J.-C., IFAO, Le Caire.

Garcin, J.-C., 1976, 2005 : Un centre musulman de la Haute-Egypte médiévale : Qûs, IFAO, Le Caire.

— « al-Sa‘id  », EI2, vol. viii, p. 892-897.

— « Uswān », EI2, vol. x, p. 1013-1015.

Garcin, J.-C., Maury, B., Revault, J., Zakarya, M., 1982 : Palais et maisons du Caire, i, époque mamelouke (xiiie-xvie siècles), Paris, Éditions du CNRS.

Jomard, E., 1809 : Description de l’Égypte ; « Description de Syène et des cataractes », Antiquités, Descriptions, vol. i, chap. 1 (p. 1-59), Paris.

Lancret, M. A., 1809 : Description de l’Égypte ; « Description de l’île de Philae », Antiquités, Descriptions, vol. i, chap. 2 (p. 1-28), Paris. 

Maury, B., Raymond, A., Revault, J., Zakarya, M., 1983 : Palais et maisons du Caire, ii, époque ottomane (xvie- xviiie siècles), Paris, Éditions du CNRS.

Murro-Hay, S., « Marīs », EI2, vol. vi, p. 559-560.

Posener, G., en collaboration avec Sauneron S. et Yoyotte J., 1959 : Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Paris, Hazan.

Sourdel-Thomine, J., « Iṣfahān », EI2, vol. vi, p. 101-112.

Tuchscherer, M., « Uswān », EI2, vol. x, p. 1016-1017.

Walz, T., 1978 : Trade between Egypt and Bilād al Sūdān, 1700-1820, Le Caire, IFAO, (« Textes arabes et études islamiques », 8).

Zakarya, M., 1983 : Deux palais du Caire médiéval, Paris, CNRS.

Notes

1 Alf layla wa-layla, éd. ‘Abd al-Raḥmān al-Ṣafatī al-Šarqāwī, 2 vol., Būlāq, 1251/1835; vol. i, p. 546-562. Ne sont mentionnés dans les notes que les lieux d’édition du texte des Mille et une Nuits.

2 Tausend und Eine Nacht, éd., M. Habicht, 5 vol., Breslau, 1825 ; rééd. offset, Maṭba‘a dār al-kutub wa-l-waṭā’iq al-qawmiyya bi-l-Qāhira, Le Caire, 1423/2003 ; vol. v, p. 34-60.

3 Littéralement : le sublime, le fier. Dans Būlāq, vol. i, p. 546, le roi n’est pas nommé.

4 Burton traduit : « Délice du monde » (Delight of existing things, of being, of the world).

5 Le vizir n’est pas nommé dans Breslau, vol. v, p. 34 ; dans Būlāq, vol. i, p. 546, il est appelé Ibrāhīm.

6 Burton traduit : « Rose dans les calices » (The rose in the sleeves or calyces) ; Miquel (vol. ii, p. 949) rappelle le choix de Mardrus, « rose en son calice » : Les Mille et une Nuits, trad. J.E. Bencheikh, et A. Miquel, vol. ii, Nuits 327 à 719, Paris, Gallimard, 2006.

7 Je reprends ici la traduction de l’arabe de Miquel, vol. ii, p. 108, Bahr al Kunūz (Breslau, vol. v, p. 44 ; Būlāq, vol. i, p. 548).

8 Miquel, ibid., traduit ainsi l’arabe Ǧabal al-ṯaklā (Breslau et Būlāq, ibid.). Le terme ṯaklā désigne une femme qui a perdu son enfant ou son ami.

9 Breslau, vol. v, p. 47 ; l’embarcation est brisée dans Būlāq, vol. i, p. 549.

10 En arabe, ḫidmat al-sulṭān (Breslau et Būlāq, ibid.).

11 En arabe, tanakkara bi-zayy al-fuqarā’ (Breslau, ibid.) ; dans Būlāq (ibid.), on trouve seulement tanakkara.

12 Breslau, vol. v, p. 53 ; dans Būlāq, vol. i, p. 550, Uns al-Wūǧūd n’a besoin que de frapper trois fois à la porte pour que l’ermite vienne à lui.

13 Breslau, vol. v, p. 57.

14 J’ai suivi ici la version de Būlāq, vol. i, p. 552, reprise dans Calcutta, vol. ii, p. 357-358 (Miquel, vol. ii, p. 116) ; cette sorte de filet, appelé šinf, est défini par Dozy comme une « sorte de rets en forme d’un grand sac, dont on se sert pour transporter la paille » (Supplément aux dictionnaires arabes, vol. i, p. 792). La version de Breslau, vol. v, p. 61, donne šabaka, au lieu de šinf (ce qui ne change pas grand chose), mais le filet est rempli de calebasses fendues en deux ; c’est la version suivie par Burton. On verra plus loin pourquoi la version de Būlāq semble préférable.

15 On ne peut guère supposer qu’il a perdu en route son habit de soufi, car on retrouvera Uns al-Wuǧūd dans son rôle de soufi par la suite. De telles inconséquences ne sont pas rares dans les contes tardifs.

16 Pour les noms des oiseaux, j’ai suivi les traductions de Miquel (vol. ii, p. 117-119), et p. 950, note 11.

17 Littéralement : lion, chien méchant, qui mord.

18 Dans Būlāq, vol. i, p. 556, le roi Dirbās aperçoit l’embarcation alors qu’il est assis à la fenêtre (šibāk) de son palais, en compagnie de son fils, et il descend de sa salle haute (qaṣr), pour se rendre sur le rivage, en sortant par la porte de sa salle basse donnant sur l’eau (qītūn). La rencontre est plus mélodramatique : al-Ward fī l-akmām est endormie dans la barque, et le roi doit la réveiller, ce qui provoque chez elle, une crise de larmes.

19 Breslau, vol. v, p. 76 ; Būlāq, vol. i, p. 556. Le nom a déjà été donné dans Būlāq, vol. i, p. 546. Miquel (vol. ii, p. 950, note 13) voit dans ce nom d’Ibrāhīm, une insertion tardive de copiste. Nous y reviendrons.

20 Breslau, vol. v, p. 79. Le texte de Būlāq, vol. i, p. 557, est moins précis, mais ajoute que l’acte de mariage sera dressé (conformément à l’usage) chez le père de la mariée (ici, Dirbās qui se présente comme tel), et que la noce aura lieu chez Šāmiḫ dont Uns al-Wuǧūd est le fidèle (ṭābi‘). Cette alliance entre les deux rois est (ironiquement ?) appelée musāhara, bien qu’elle ne lie que la prétendue fille de l’un au ġulām favori de l’autre.

21 Breslau, vol. v, p. 80 : qarya.

22 Būlāq, vol. i, p. 558 : madā’in wa-l-qurā, mais aussi ‘arab wa-qawm ; et ils cherchent partout, dans les plaines, les déserts et les montagnes.

23 Breslau, vol. v, p. 80 (Baḥr al-Kunūz) ; Būlāq, vol. i, p. 558 (seulement al-Baḥr).

24 Breslau, vol. v, p. 81. On peut constater l’incohérence de l’explication fournie. Si cette femme est privée de ses enfants (ṯaklā), on ne voit pas comment elle peut les allaiter, ni le rapport avec les pleurs du jeune homme.

25 Būlāq, vol. i, p. 558. L’explication est ici plus satisfaisante en apparence, puisque ce sont les marchands qui se trompent.

26 La version de Būlāq, vol. i, p. 558, retient qu’il était un marchand, mais il est également un maǧḏūb.

27 Il est évidemment peu crédible qu’on ne semble pas avoir découvert ces traces avant lui.

28 Dans Būlāq, vol. i, p. 559, on attribue son évanouissement à l’état d’un maǧḏūb qui a été provisoirement « attiré par Dieu, et qui s’est abîmé dans les beautés du Grand Rétributeur ».

29 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559. Le mot darwīš ne se trouve que dans Breslau.

30 Breslau, vol. v, p. 92.

31 Ibid., p. 35.

32 Ibid., p. 47 ; même chose dans Būlāq, vol. i, p. 549.

33 Būlāq, vol. i, p. 559.

34 Il a visiblement sur l’époque mamelouke, le savoir de la majorité de son auditoire ou de ses lecteurs à son époque, ce qui peut être instructif pour l’historien d’aujourd’hui.

35 Garcin, Maury, Revault, Zakarya 1982, vol. i, p. 180-185.

36 Breslau, vol. v, p. 35.

37 Būlāq, vol. i, p. 556 ; voir supra, note 17.

38 Zakarya 1983, p. 24-25, 36, 45 et 144. Un qītūn est décrit dans l’acte de vente, en 1484, du palais Šihāb al-Dīn, à Birkat al-Fahhādīn, au Caire. Voir également Behrens-Abouseif 1982, p. 454.

39 Būlāq, vol. i, p. 547. Sur cette division de l’espace de la maison (opposition du haramlik et du salamlik) dans les palais, voir Garcin, Maury, Revault, Zakarya 1982, vol. ii, p. 177, 195, 216, 232, 247, 272, 375.

40 Garcin, Maury, Revault, Zakarya 1982, vol. i, p. 157.

41 Breslau, vol. v, p. 88.

42 Ibid., p. 84.

43 Ibid., p. 92.

44 Breslau, vol. v, p. 62 ; Būlāq, vol. i, p. 552.

45 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559.

46 Breslau, vol. v, p. 81 ; Būlāq, vol. i, p. 558.

47 Garcin 1976, 2005, p. 47.

48 Ibid., p. 73 ; le chef des Rabī‘a de ‘Ayḏāb reçut alors le titre de Hilāl al-Dawla (ibid., p. 76).

49 Sur ces problèmes, et l’évolution de ces populations au cours du temps, voir Garcin 1976, 2005, index, p. 641, et mes articles « al-Sa‘īd », EI2, vol. viii, p. 892-897, et « Uswān », EI2, vol. x, p. 1014 et 1016.

50 Garcin 1976, 2005, p. 397.

51 Ibid., troisième partie : la Désurbanisation, et « al-Ṣa‘īd », EI2, vol. viii, p. 895-897.

52 En 1490, Ibn Iyās accepte le témoignage d’une personne de confiance qui a vu un cyclope noir à Assouan (Garcin 1976, 2005, p. 433).

53 Breslau, vol. v, p. 80.

54 Būlāq, vol. i, p. 558.

55 Ibid., p. 556.

56 Ibid, p. 550 ; Miquel, vol. ii, p. 112.

57 Būlāq, vol. i, p. 552 ; Miquel, vol. ii, p. 116.

58 Breslau, vol. v, p. 61.

59 Le lion est appelé asad dans Breslau, v, p. 49, mais sabu‘ dans Būlāq, vol. i, p. 548 (et dans Calcutta, vol. ii, p. 352). Sur Ouadi el-Séboûah, voir Baud, Parisot 1956, p. 486. Sur ce territoire des Kenouz, on trouve le curieux phénomène de la décoration des murs par des assiettes, habitude héritée des temps où les Banū Kanz assuraient sur les pistes le transport des porcelaines chinoises, voir Garcin 1976, 2005, p. 424, note 1.

60 Breslau, vol. v, p. 75 attribue une durée indéterminée au voyage (muddat ayyām) ; Būlāq, vol. i, p. 556, fait de même, tout en précisant qu’ils ont bénéficié d’un vent favorable pendant trois jours, et que le pêcheur ne savait pas où il allait, ce qui semble être des enjolivements du conteur.

61 Breslau, vol. v, p. 84-85 : Būlāq, vol. i, p. 559.

62 Avant 1567, voir Tuchscherer, « Uswān », EI2, vol. x, p. 1016 ; on est là non loin de Faras, l’ancienne capitale du royaume de Nobatia. Voir Munro-Hay, « al-Marīs », EI2, vol. vi, p. 559.

63 Jomard 1809, p. 15 « Description de Syene et des cataractes » écrit : « Je ne les ai vus embarrassés que lorsqu’ils ont à traverser des remous considérables ».

64 Jomard 1809, vol. i, planche 2. Le sujet représenté semble à califourchon sur un tronc de forme assez régulière ; il est possible que ce soit le tronc entouré de ce filet dont parle le conteur, et qui devait avoir pour utilité de permettre à l’homme de se cramponner aux mailles.

65 On sait qu’à la suite de la construction du premier barrage, entre 1892 et 1902, l’île n’était plus à sec que pendant deux mois en été. Pendant la construction du Haut Barrage, entre 1960 et 1971, les temples ont été remontés sur une île plus élevée, située entre l’ancien et le nouveau barrage.

66 C’est sous Nectanebo I (378-360 av. J.-C.) et Nectanebo ii (359-341) que furent édifiés les premiers temples ; d’autres ont suivi aux époques hellénistique et romaine, et le paganisme a résisté à Philae jusqu’en 473 de l’ère chrétienne, voir Posener, 1959, article « Philae », p. 223.

67 Posener, 1959, « Isis », p. 140, et « Osiris », p. 204-207.

68 Ibid., « Osiris », p. 207.

69 Les « appels » d’Isis ne sont peut-être pas sans rapport avec un phénomène acoustique local. M.-A. Lancret écrit dans sa « Description de l’île de Philae » (Description de l’Égypte), p. 19 : « Entourée comme on l’a vu, par des chaînes de montagnes élevées et des rocs dépouillés, l’île se trouve placée tellement au milieu d’eux, que l’écho s’y répète un grand nombre de fois ; pendant la nuit, un seul cri en produit jusqu’à cinq, qui se font entendre distinctement à des intervalles de temps très sensibles ».

70 Garcin 1976, 2005, p. 48-49, 114.

71 Dans Breslau, vol. v, p. 81, ce sont les passagers des bateaux, en général, sans autre spécification ; dans Būlāq, vol. i, p. 558, il s’agit bien de marchands.

72 Garcin, 1976, 2005, p. 141-145 ; Tuchscherer, « Uswān », EI2, vol. x, p. 1013-1014.

73 Tuchscherer, p. 1014-1016.

74 Voir supra, note 59.

75 Jomard 1809, p. 16.

76 Une mer parsemée d’îles. Jomard (p. 15) en compte une vingtaine entre Philae et la cataracte, dont celle de Bigeh, proche de Philae, et bien plus grande.

77 Le mot est de Vivant-Denon, dans Voyage de la basse et la haute Égypte, p. 133. Il écrit : « ce n’est qu’un brisant du fleuve qui s’écoule à travers les roches, en formant dans quelques endroits des cascades de quelques pouces de hauteur ; elles sont si peu sensibles qu’on pourrait à peine les exprimer dans un dessin ».

78 Jomard 1809, p. 16.

79 Ibid., p. 19-28.

80 Ce qui ne signifie pas que des phénomènes atmosphériques simples ne pouvaient pas prendre un aspect violent, tel le vent qui démonte la surface du Nil. En témoigne Vivant Denon (Voyage, p. 180) qui décrit un impressionnant coup de ḫamsīn (vent soufflant du désert au moment des changements de saisons).

81 Ce commerce s’est établi dès le xive siècle (Garcin 1976, 2005, p. 380) et il continue bien après la naissance de notre conte, voir Walz 1978. Il concerne surtout une région située plus au nord, celle d’Assiût. La sensibilité que semble manifester notre auteur à cette question, indique-t-elle qu’il était originaire de cette région d’Égypte, par où transitait ce commerce ?

82 Sourdel-Thomine, « Iṣfahān », EI2, vol. iv, p. 107.

83 Breslau, vol. v, p. 84 ; Būlāq, vol. i, p. 559.

84 Garcin 1976, 2005, p. 48-50.

85 Baud, Parisot 1956, p. 472-473.

86 Voir note 81.

Table des illustrations

Titre Planche 2 : Vue générale (de l’île de Philae) prise du côté nord-ouest
Légende Description de l’Égypte. Vol. i : Antiquités, Descriptions
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5745/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Planche 1 : Plan général de l’île (de Philae) et de ses environs
Légende Description de l’Égypte. Vol. i : Antiquités, Descriptions
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Pour comprendre l’espace du conte
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5745/img-3.png
Fichier image/png, 748k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540