Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Littérature et histoire

Toutes les femmes d’al-Saḫāwī : quelques remarques sur le Kitāb al-nisā’ (« Le Livre des femmes »), comme source de « l’Histoire intime » des sociétés musulmanes médiévales1

Avner Giladi

Texte intégral

  • 1 Je voudrais chaleureusement remercier le Dr Colette Salem pour la traduction fluide et minutieuse d (...)

1Dans sa tentative de révéler les « souvenirs de l’humanité tout entière » afin de mieux poser les dilemmes du présent dans une perspective non dominée par le concept d’un conflit perpétuel, Théodore Zeldin, auteur de l’ouvrage An Intimate History of Humanity (« Histoire intime de l’humanité »), offre à l’historien de nouveaux défis.

2On en sait suffisamment, on a assez écrit sur ce qui divise les hommes ; mon propos est d’étudier ce qu’ils ont en commun (souligné par moi, A.G.). C’est pourquoi je me suis tout particulièrement penché sur la façon dont ils se rencontrent. La recherche de types anciens et nouveaux de rapports, à la fois proches et distants, constitua à mon sens la principale préoccupation de l’homme tout au long de son histoire… 

  • 2 Zeldin 1994, p. 16, 18-19.

3Et Zeldin d’ouvrir chaque chapitre de son ouvrage par l’histoire de vie d’une contemporaine, vivant en France le plus souvent, récit qu’il met en regard de l’expérience humaine, se demandant comment cette femme aurait agi si, au lieu de s’appuyer sur ses propres souvenirs, elle avait pu disposer de ceux de l’humanité tout entière. Pourquoi précisément une femme ? « J’ai choisi de parler de femmes car je n’en suis pas une, et que j’ai toujours préféré aborder des sujets que je ne peux prétendre ni croire comprendre pleinement », comme l’avoue Zeldin, mais pour l’essentiel « parce que de nombreuses femmes me semblent voir la vie d’un œil neuf, et que leurs autobiographies, sous des formes variées, forment l’apport le plus original de la littérature contemporaine2 ».

4« Le Livre des femmes » (Kitāb al-nisā’), constitue la dernière partie du vaste dictionnaire biographique de Šams al-Dīn al-Saḫāwī (830/1427-902/1497), intitulé al-Ḍaw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘. Il possède bien entendu un tout autre caractère. Ici l’auteur rapporte, brièvement la plupart du temps, les faits saillants de ces vies au féminin, mais il repose sur une approche empreinte, elle aussi, d’estime et d’empathie envers les femmes
— nous offrant un aperçu de l’intimité des relations humaines.

  • 3 De nombreuses informations, dont une partie a déjà été exploitée par des chercheurs contemporains, (...)

5Me basant sur des recherches antérieures, et au terme d’un nouvel examen du Kitāb al-nisā’, je me propose de mettre en valeur ce que ce texte peut apporter aux historiens de la famille dans les sociétés musulmanes moyen-orientales médiévales, en observant surtout les côtés aspects intimes de la vie familiale, et de souligner le potentiel qu’il recèle pour des recherches ultérieures3. Je vise ainsi à confirmer, dans un contexte fort différent de celui de son étude, l’assertion de Zeldin selon laquelle les histoires de vie des femmes constituent une source particulièrement riche en matière d’« histoire intime ».

Al-Ḍaw’ et son auteur

  • 4 Gilliot 2002, p. 19-54, particulièrement p. 38 ; Al-Qadi 1995, p. 93-122 ; Khalidi 1996, p. 205 ; M (...)
  • 5 5. Petry 1993, p. 912.

6Al- Ḍaw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘ (« La Lumière sur ceux qui ont vécu au neuvième siècle [islamique] » constitue l’acmé de l’œuvre érudite de Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥmān al-Saḫāwī, l’un des auteurs les plus féconds parmi les savants de son époque. Il représente le maillon d’une longue tradition arabo-islamique de recueil de biographies. Née au iiie/ixe siècle, elle était à son apogée à l’époque mamelouke4. L’envergure de l’ouvrage — pas moins de 11 860 entrées — et ses caractéristiques spécifiques, en font une source historique primordiale5.

  • 6 Al-Saḫāwī, al- Ḍaw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘, [cité ci-après, al-Ḍaw’], vol. i, p. 5.
  • 7 Al-Qadi 1995, p. 107 ; Robinson 1981, p. 8-14 ; Rosenthal 1965, p. 799-802.
  • 8 Sublet 1999, p. 86 ; Sublet 2009, p. 56-57.

7En adoptant un modèle préexistant, celui du dictionnaire biographique réservé aux notables d’une décennie ou d’un siècle, al-Saḫāwī consacre son ouvrage à un grand nombre de personnalités politiques, religieuses et littéraires du ixe/xve siècle qui ont vécu au centre du monde musulman — le Caire et les provinces d’Égypte, la Syrie-Palestine et le Hedjaz — et de sa périphérie — Maghreb, Soudan et Nubie, Anatolie, Iran, Yémen, Inde et Asie centrale6. Le modèle d’une version novatrice pour l’époque, où les sujets d’écriture sont fournis par des contemporains de l’auteur, lui fut apporté par son maître vénéré, Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī (mort en 852/1449). Celui-ci composa un ouvrage intitulé al-Durar al-kāmina fī a‘yān al-mi’a al-ṯāmina (« Perles cachées sur les notables du huitième siècle [islamique] »), qu’il dédia aux notables musulmans du Proche-Orient morts au cours du viiie/xive siècle7. Al-Ḍaw’ al-lāmi‘ représente donc la suite et, pourrait-on dire, l’approfondissement d’al-Durar al-kāmina, et il reflète les rapports privilégiés prévalant entre maître et élève8.

  • 9 Petry 1981, p. 8-14.

8Les notices d’al-Ḍaw’ al-lāmi‘ incluent les composantes du nom de la personnalité évoquée, la date de sa mort — et celle de sa naissance, si elle est connue — ainsi que des détails sur les proches : liens sociaux et politiques, lieux d’habitation, récits de voyages et pèlerinages, aumônes mais aussi mention des délits et peines, maladies et accidents, des causes de la mort des personnes enregistrées et de leurs lieux de sépulture. S’agissant des nombreux oulémas inclus dans le recueil, les articles fournissent des informations sur leur éducation et leur formation juridique, leur carrière professionnelle dans l’administration, le système juridique et leur enseignement, reçu ou transmis9.

  • 10 Guo 2001, p. 126-132. Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Muḥammad b. Ṭawq, notaire damascène d’origine paysanne, (...)
  • 11 Rapoport 2001, p. 202.

9L’apport novateur d’Ibn Ḥaǧar et d’al-Saḫāwī exerça bien entendu une influence sur le contenu des entrées des dictionnaires biographiques. Les personnages évoqués, souvent connus personnellement des rédacteurs, étaient présentés comme des hommes de chair et de sang, dépouillés de cette dimension mythologique qui caractérise par exemple les biographies du cercle des proches de Muḥammad (ṣaḥāba), composées plusieurs siècles après la mort des protagonistes ; et a fortiori celle du Prophète lui-même. Des chroniques écrites à l’époque mamelouke, et entremêlées parfois de textes autobiographiques et de journaux intimes, relatent directement les événements dont les auteurs avaient été les témoins directs ou indirects. Par exemple, Ibrāhīm b. ‘Umar al-Biqā‘ī, mort en 885/1480, religieux et historien cairote, originaire de la Bekaa au Bilād al-Šām, allia le style de la chronique et du journal dans son ouvrage Iẓhār al-‘aṣr li-asrār ahl al-‘aṣr (« Illumination de l’obscurité touchant les secrets des contemporains »)10. Ces écrits influencèrent sans doute al-Saḫāwī, qui, dans al-Ḍaw’ al-lāmi‘, consacre une place importante à des considérations personnelles, surtout dans les articles sur des personnages féminins11.

Les femmes dans al-Ḍaw’

  • 12 Roded 1994, p. 3 ; Sublet 2009, p. 56.
  • 13 Musallam 1996, p. 186-191.

10Lorsqu’il réserva la dernière partie d’al-Ḍaw’ al-lāmi‘ aux biographies de femmes, la dénommant Kitāb al-nisā’, al-Saḫāwī suivit derechef l’exemple de biographes islamiques antérieurs. Les recueils d’Ibn Sa‘d et Ḫalīfa b. Ḥayāṭ du iiie/ixe siècle, d’Ibn Ḥibbān au iv/xe siècle, d’Abū Nu‘aym al-Iṣbahānī, Ibn ‘Abd al-Barr et al-Ḫaṭīb al-Baġdādī au ve/xie siècle, d’Ibn al-Qaysarānī, Ibn ‘Asākir et Ibn al-Ǧawzī au vie/xiie siècle, lui étaient vraisemblablement connus, en partie ou en totalité. De toute évidence, il s’inspira en outre de deux ouvrages de son maître, Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, al-Iṣāba fī tamyīz al-ṣaḥāba et Tahḏīb al-tahḏīb12. Il faut d’ailleurs noter à ce propos que dans d’autres recueils, des biographies féminines furent insérées parmi des articles consacrés aux hommes, pour l’essentiel par ordre alphabétique13.

  • 14 Selon Roded, 15 % des entrées de Kitāb al-ṭabaqāt al-kabīr, d’Ibn Sa‘d, sont consacrées aux femmes, (...)
  • 15 En comparaison, voir par exemple Muḥammad ‘Alī Ibn al-Ǧawzī (mort en 597/1201), Ṣifat al-ṣafwa, les (...)

11Le Kitāb al-nisā’ comporte 1075 articles, soit 9 % de l’ensemble des notes biographiques d’al-Ḍawʾ al-lāmi‘. Ce pourcentage n’est guère élevé, comparé aux autres recueils, mais reste significatif compte tenu du fait que, contrairement aux exemples cités, il existe également des recueils biographiques où peu de femmes ont droit à une entrée spécifique, voire d’autres où les femmes sont totalement absentes14. En ce qui nous concerne, l’importance de cet ouvrage réside principalement dans l’insertion de biographies de femmes appartenant à la famille de l’auteur, à celle de ses amis et collègues, négociants et érudits cairotes — outre les femmes de sultans, d’émirs et de hauts fonctionnaires. Al-Saḫāwī nous offre ainsi un aperçu non seulement du monde des femmes de l’élite, qui attiraient tout naturellement l’attention des rédacteurs de recueils biographiques, mais également du monde des « femmes ordinaires », parfois même «simples », d’esclaves et de servantes, voire de petites filles mortes prématurément15.

12Carl Petry définit ainsi les nobles objectifs poursuivis par les rédacteurs des recueils biographiques dans le Moyen-Orient musulman médiéval :

  • 16 Petry 1981, p. 7. Voir aussi Gibb 1964, p. 54-58 ; al-Qadi 1995, p. 94, 111-115.

13L’objectif final de ces auteurs était de faire passer un héritage historique à travers la biographie collective de tous ceux qui avaient eu une influence sur la politique et la culture de leur temps. Un tel objectif […] repose sur l’idée fondamentale que la civilisation d’une époque est constituée par la somme des réalisations de ses participants et que l’histoire politique peut être mieux retracée en observant le comportement d’individus plongés tout au long de leur carrière16.

14Mais la quantité et le caractère des biographies féminines dans le Kitāb al-nisā’ imposent une description plus complexe des critères employés par al-Saḫāwī pour la sélection qu’il a faite des matériaux biographiques. En effet, quel rapport entre ces servantes de la famille, par exemple, ou ces petites filles à la vie si brève, donc sans éducation supérieure ni carrière — et qui furent pourtant incluses dans le recueil — et « l’héritage historique » ou « l’impact sur la politique et la culture » de leur temps ?

  • 17 Lutfi 1981, p. 109-110, 111.

15La réponse est la suivante : al-Saḫāwī a su combiner le modèle — existant dans les recueils biographiques — de femmes de l’élite érudite et politique avec sa propre attitude de haute estime à l’égard des femmes17, le poussant à élargir l’éventail et à remplir le cadre connu du dictionnaire biographique d’un contenu nouveau : l’histoire de vie des femmes « ordinaires ».

Al-al-Saḫāwī et son attitude envers Les femmes

  • 18 Al-Saḫāwī, al-Ḍaw’, vol. i, p. 5.
  • 19 Ibid., vol. viii, p. 2-32.
  • 20 Ibid., p. 9. Zaynab n’eut néanmoins pas droit à une notice biographique dans le Kitāb al-nisā’, peu (...)

16Si al-Saḫāwī se distingue réellement par son approche en faveur des femmes, il ne révèle pas ouvertement cette propension dans la préface du al-Ḍaw’ al-lāmi‘ qui ne comprend qu’une brève remarque sur l’insertion de biographies féminines dans le recueil18. Dans la longue notice qu’il se consacre à lui-même dans le huitième volume de son ouvrage19, al-Saḫāwī n’évoque pratiquement pas les femmes qui ont marqué sa vie, même pas ses nombreux professeurs femmes, incluses dans le Kitāb al-nisā’ sauf une, Zaynab bint al-Qāsim20.

  • 21 Dans le Kitāb al-nisā’, al-Saḫāwī consacre une entrée à sa fille morte à l’âge de quelques mois seu (...)
  • 22 Dols 1977 ; Shoshan et Panzac 2003, p. 2-5 ; Gerber 1979, p. 71-72.
  • 23 Al-Saḫāwī, Irtiyāḥ al-akbād bi-arbāḥ faqd al-awlād, Ms. Chester Beatty, Dublin, Ar. 3463.
  • 24 Ibid., fol. 3. Voir également al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a‘šā, 1916, p. 85-86.
  • 25 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 108 (674).
  • 26 Al-Saḫāwī, Irtiyāḥ, fol. 4.
  • 27 Ibid., fol. 43.
  • 28 Voir par exemple ibid., fol. 128-129, 173, 249.
  • 29 Ibid., fol. 18-20, 27-29, 64-66.
  • 30 Ibid., fol.105-107, 107-110, 114-116, 118, 135, 136-141.
  • 31 Ibid., fol. 255.
  • 32 Voir par exemple al-Ḍaw’, vol. xii, p. 3 (10) ; p. 19 (98) (morte quelques mois après sa naissance) (...)

17Un aspect de son approche empreinte de sympathie se révèle précisément dans ses réactions devant la mort d’enfants, tragédie qui n’épargna ni lui, ni sa famille21, durant les épidémies de « Peste Noire », qui frappaient le Moyen-Orient à quelques années d’intervalle22. Dans son Irtiyāḥ al-akbād bi-arbāḥ faqd al-awlād (« Contentement des parents [mot à mot, contentement des foies des parents] et bénéfices [accordés par Dieu du fait de] la mort des enfants »), le but de ce type spécial d’ouvrage visant à réconforter des parents endeuillés qui étaient très nombreux dans le Moyen-Orient mamelouk, al-Saḫāwī se distingue des autres auteurs par son attitude envers les femmes — qu’elles soient enfants ou adultes23. L’Irtiyāḥ al-akbād reflète la sensibilité de l’auteur devant l’impact de la mort de leurs filles sur les parents, et il se penche tout particulièrement sur les réactions des mères. Dès le début de l’ouvrage, al-Saḫāwī souligne son intention de consoler tous ceux qui perdirent un enfant — garçon ou fille (yatasallā bihi l-ḥazīn bi-faqd al-banāt wa-l-banīn)24. Et de fait, il rappelle dans son Kitāb al-nisā’ que Fāṭima bint al-Qāḍī Kamāl al-Dīn avait consulté l’Irtiyāḥ al-akbād pour se consoler de la mort de sa fille25. Le troisième chapitre de ce texte consolateur inclut des citations de la tradition touchant la mort d’enfants, de parents, de frères, d’épouses et de filles : mā qīla fī mawt al-walad wa-l-wālidayn wa-l-aḫ wa-l-zawǧa wa-l-ibna26. En outre, dans le glossaire qu’il ajouta à son premier chapitre, al-Saḫāwī spécifie que le concept de walad (enfant) ne comprend pas seulement le fils mais aussi la fille, poussant ainsi le lecteur à interpréter les nombreuses traditions qu’il cite comme concernant les enfants des deux sexes27. Quelques-unes de ces traditions décrivent l’émotion de pères ayant perdu leurs filles28, et nombre d’entre elles évoquent les réactions de tristesse de mères endeuillées29. D’autres mères sont célébrées pour avoir adopté une attitude héroïque dans la plus difficile des épreuves religieuses : la mort des enfants30. Quant à ce que la loi religieuse dit des condoléances à adresser aux femmes par des étrangers, al-Saḫāwī recommande de présenter des condoléances à tous les membres de la famille endeuillée, sans distinction de sexe, sauf aux jeunes femmes célibataires, « par décence »31. Ceci nous fournit un indice important sur l’attitude d’al-Saḫāwī envers les femmes, attitude s’exprimant dans le contenu des articles biographiques du Kitāb al-nisā’, et en particulier dans le fait surprenant qu’au moins quarante-cinq d’entre eux sont consacrés à des petites filles mortes prématurément, parfois âgées de quelques mois seulement — outre la mention de la mort d’enfants des deux sexes dans les notices consacrées à des femmes adultes32.

Les biographies des femmes dans al-Ḍaw’ comme source d’« histoire intime »

  • 33 Les distinctions de ce type ont laissé des vestiges dans une partie des langues européennes, par ex (...)
  • 34 Shahar 1983, p. 5.

18Les femmes figurent souvent dans al-Ḍaw’ al-lāmi‘ non pour ce qu’elles ont réalisé à titre personnel mais comme pour avoir été épouses, mères, filles, sœurs ou esclaves et servantes de notables de l’époque. Elles nous fournissent ainsi des informations sur les questions « intimes », les informations de ce type étant moins présentes dans les notices consacrées aux hommes. C’est ainsi, par exemple, que la mention du statut personnel et de ses modifications au cours de la vie est bien plus fréquente que dans les biographies consacrées aux hommes. Tout comme les auteurs de l’Europe médiévale qui tenaient à décrire la situation des femmes dans leurs familles, mais pas fréquemment celle des hommes33, afin de souligner le caractère et le rang social de la femme et de marquer les différences existant dans leur statut légal et leurs droits d’épouses, de célibataires et de veuves34. On trouve également dans le Kitāb al-nisā’ de nombreux détails de cet ordre.

  • 35 Voir par exemple, al-Ḍaw’, vol. x, p. 292 (1143) ; p. 297 (1157).
  • 36 Par exemple ibid., vol. i, p. 45, 68, 69.
  • 37 Par exemple ibid., vol. i, p. 40 (Ibrāhīm b. al-Badr) ; p. 70 (Ibrāhīm b. ‘Abdallāh b. Aḥmad b. Ḥas (...)
  • 38 Par exemple ibid., vol. i, p. 34, dans l’article consacré à Ibrāhīm b. Abī Bakr b. Aḥmad (« Je l’ai (...)
  • 39 Voir par exemple ibid., vol. i, p. 16, la surdité partielle d’Ibrāhīm b. Aḥmad b. ‘Uṯmān ; p. 49, l (...)
  • 40 Par exemple ibid., vol. i, p. 71, la mort d’Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. Aḥmad, après qu’il se soit dro (...)
  • 41 Ibid., p. 58, la description de la dégradation physique d’Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥmān b. Ḥusayn.
  • 42 Ibid., p. 17, le deuil profond d’Ibrāhīm b. Aḥmad b. ‘Uṯmān et la consolation qu’il trouva dans un (...)
  • 43 Quelques exceptions : par exemple la mention du mariage d’Ādam b. Sa‘d, ibid., vol. i, p. 7, et cel (...)

19En étudiant un échantillon aléatoire de quelque trois cents entrées biographiques consacrées par al-Saḫāwī aux hommes dans al-Ḍaw’ al-lāmi‘, il ressort qu’en marge des mentions principales sur les études du personnage abordé, ses affaires et ses voyages, divers détails personnels sont également fournis. Ils peuvent inclure la description de l’apparence physique35, voire de l’habillement et des traits de caractère36, des épidémies37, dont il a pu être la victime, des maladies et réactions aux maladies38, des infirmités39, accidents40, signes de vieillesse41 et de ses réactions à la mort des proches42. Pourtant, il faut noter l’absence presque totale d’information directe sur le statut familial des personnages en question43.

  • 44 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 25 (143) ; p. 137 (843) ; p. 138 (850) ; p. 163 (1021).
  • 45 Ibid., vol. xii, p. 162 (1013).
  • 46 Ibid., p. 164 (1036).
  • 47 Par exemple ibid., vol. xii, p. 140 (863) (Umm al-Ḥusayn bint ‘Abd al-Laṭīf b. Aḥmad, morte vierge (...)
  • 48 Ibid., vol. xii, p. 146 (909). Pour d’autres cas de femmes restées célibataires, voir par exemple : (...)
  • 49 Pour une mention d’un mariage d’une femme vierge, voir par exemple ibid., vol. xii, p. 20 (109) ; p (...)
  • 50 Voir par exemple ibid., vol. xii, p. 54 (322), où sont donnés la date de naissance de Sitt al-Ǧamī‘ (...)
  • 51 Ibid., vol. xii, p. 93 (585) : wa-kāna wāliduhā zawwaǧahā fī ṣiġarihā (« son père la maria mineure  (...)

20Il en va tout autrement dans le Kitāb al-nisā’. Des détails intimes, absents des biographies masculines, sont livrés en toute liberté dans les biographies féminines. Par exemple le fait qu’une femme soit restée vierge toute sa vie sera soulignée plus d’une fois dans le cadre des détails donnés sur sa mort : mātat bikr, wa-mātat wa-hiya bikr…44 ; mātat wa-hiya bikr bāliġ (« morte vierge à l’âge adulte45 ») ; mātat… wa-hiya bikr murāhiqa (« morte vierge peu avant l’âge adulte46 »), parfois avec la mention de son âge exact47. Contrairement aux jeunes femmes mortes avant d’avoir eu des rapports sexuels et aux femmes adultes restées célibataires contraintes et forcées, Sutayt bint ‘Alī b. Abī l-Barakāt, appelée Umm Rāǧiḥ (834/1430-886/1481), repoussa ses nombreux prétendants (wa-ḫuṭibat ġayr marra fa-imtana‘at) et préféra, selon al-Saḫāwī, un célibat voué au service du Seigneur et aux bonnes actions, entre autres élever le fils de son frère après la mort de son épouse : fa-kānat ka-ummihi ḥaqīqa (« elle fut pour lui une véritable mère48 »). D’autres détails intimes — comme le fait qu’une femme se marie vierge ou que son mariage ne soit pas consommé, autrement dit qu’aucun rapport sexuel n’ait existé entre elle et son époux avant la mort de ce dernier immédiatement après le mariage, ou qu’il ait chassé sa femme « toute neuve » ou encore qu’il ait été forcé de partir précipitamment — peuvent être mentionnés dans l’article biographique qui lui est consacrée49, ainsi que son âge lors d’un premier mariage50. Il est question enfin de cas de mariage avant la puberté51.

L’histoire de la famille en Islam : l’aspect psychologique

  • 52 Pour davantage de détails, voir par exemple, Bianquis 2005 ; Tucker 1993, p. 195-207, surtout p. 20 (...)
  • 53 Voir par exemple, Avila 1998, vol. i, p. 469-483, surtout p. 477-483 ; Gerber 1989, p. 409-421, sur (...)
  • 54 Voir par exemple, Bouhdiba 1975, chapitre 13 ; Lutfi 1992, p. 99-121 ; Chapoutot-Remadi 1995, p. 14 (...)
  • 55 Goitein 1999, p. 385-438 ; voir Alexandre-Bidon et Lett 1997, p. 83-84.
  • 56 Khatib-Chahidi 1992, p. 109-132, surtout p. 123-124.
  • 57 Rapoport 2005, p. 1-11, 111-114.
  • 58 Lutfi 1992, p. 99-121 ; Rapoport 2005.

21Les textes juridiques islamiques, la littérature biographique et les chroniques fournissent de nombreux détails sur les caractéristiques « formelles » des familles et des couples dans le monde islamique médiéval en général et à l’époque mamelouke en particulier52 : les familles n’avaient pas toujours de nombreux enfants, en particulier dans les couches populaires des villes, défavorisées au niveau économique et politique53. On trouvait ainsi des familles patrilinéaires — patriarcales, parfois élargies, selon les conditions économiques et le lieu, et polygames — limitées à quatre femmes en même temps — avec tout ce que cela signifiait quant au statut de marginalité des femmes et des enfants, mais aussi quant au rapport entre les sexes et les générations54. Les premiers mariages des femmes étaient souvent endogames, lorsque les intérêts familiaux — économiques, sociaux et politiques — les forçaient à préférer un parent. Les femmes divorcées, et parfois aussi les veuves, jouissaient d’une plus grande liberté de choix pour leurs mariages ultérieurs. En outre, la différence d’âge entre pères et mères, ainsi qu’entre pères et enfants, était souvent importante, surtout lorsque des filles mineures avaient épousé des hommes âgés55. En raison du jeune âge des mères lors de leur première grossesse, mères et filles étaient parfois enceintes en même temps56. Les relations sexuelles entre le chef de famille et ses esclaves femmes étaient autorisés, et les divorces fréquents, en tout cas dans les grandes villes du Moyen-Orient57. En dépit de tous ces signes révélateurs d’un statut féminin inférieur à celui de l’homme, certaines femmes dans les sociétés citadines, et en particulier à l’époque mamelouke, avaient accès à l’éducation, et devenaient enseignantes ou diseuses de hadith ; d’autres agissaient librement dans le cadre familial et dans le domaine public, malgré l’opposition de ceux des hommes qui représentaient l’approche traditionnelle58.

  • 59 Al-Saḫāwī rapporte un exemple de ce qui semble être un mariage provisoire, rappelant les mariages d (...)

22Le nombre de naissances était généralement compensé par le taux élevé de mortalité des nourrissons et des enfants, surtout, comme nous l’avons vu, lors des épidémies récurrentes de peste qui frappèrent entre le viiie/xive et le xiiie/xixe siècle de nombreuses familles, les anéantissant parfois complètement. Mais les sources arabes ne jettent guère de lumière sur la dimension psychologique de ces caractéristiques — ni sur des formes moins répandues, et même hors normes, de mariage et de divorce : mariages provisoires, mariages contractés dans des circonstances exceptionnelles, mariages d’un homme avec une femme plus âgée etc.59 — surtout en ce qui concerne les répercussions morales sur les femmes et les enfants. Le Kitāb al-nisā’, par son approche particulière, comble parfois ces vides.

Sentiments et vie familiale d’après le Kitāb al-nisā’

Mariages endogames

  • 60 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 13 (61) ; p. 44 (255). Voir également ibid., p. 31 (180) et de nombreux autre (...)
  • 61 Ibid., vol. xii, p. 39 (230).

23Certes, on ne peut trouver dans le Kitāb al-nisā’ des informations sur les conséquences personnelles de ces mariages endogames — imposés sans doute pour la plupart. Ce type de mariage fort répandu est signalé de façon laconique : wa-tazawwaǧat bi-bni ‘ammatihā (« [elle] a épousé son cousin paternel ») ou wa-kāna ibn ‘ammihā… tazawwaǧahā (« son cousin paternel l’a prise pour épouse60 »). Dans un cas seulement, on trouve l’expression de sentiments face à une telle situation, non de la mariée elle-même mais de sa mère. Ainsi, à propos du mariage de Zaynab bint al-Qāḍī al-Šihāb Aḥmad b. Abī Bakr b. ‘Alī al-Nāširī , la mère s’oppose à une union organisée par son mari entre leur fille et le fils de son propre frère, en raison de l’état de pauvreté du futur époux : zawwaǧahā abūhā li-bni aḫīhi …‘alā kurh min ummihā li-faqrihi, il est dit du mariage de Zaynab bint al-Qāḍī al-Šihāb Aḥmad b. Abī Bakr b. ‘Alī al-Nāširī61.

Mariages polygames

  • 62 Ibid., p. 19 (102).

24En revanche, d’autres passages du texte reflètent des sentiments liés au mariage polygame : l’homme craignant la réaction de sa première femme face à la seconde, une situation décrite dans l’article consacré à Ḥabībat Allāh bint al-Ṣafī ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad (817/1414-895/1490) : son époux, qui se trouvait être aussi son cousin, prit une nouvelle femme en cachette ; mais lorsque Ḥabībat Allāh l’apprit, le mari s’empressa de répudier sa nouvelle épouse, craignant la colère de sa première femme (ḫawf min suḫṭihā)62.

  • 63 Ibid., p. 119 (726).

25Le déplaisir (‘adam riḍāhā) qu’éprouva Kamāliyya bint al-Šarīf ‘Abd al-Raḥmān b. Abī l-Ḫayr, morte à l’âge de quarante ans en 827/1424, devant le mariage de son époux avec une autre femme, mécontentement qu’elle exprima sans doute explicitement, provoqua son divorce63.

Instabilité dans la vie familiale : veuvage et divorce

  • 64 Rapoport 2005, p. 69.
  • 65 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 64 (388).
  • 66 Ibid., p. 104 (657).

26Une évidente instabilité dans la vie familiale se dessine à travers la fréquente mention dans le Kitāb al-nisā’ de cas de veuvage et de divorce. La différence d’âge dans le couple, la mortalité et surtout les épidémies, laissèrent de nombreuses femmes veuves alors qu’elles étaient encore fécondes et disponibles pour un nouveau mariage. Les hommes usaient de leur droit de répudier leurs femmes par une simple procédure légale. Les femmes pouvaient elles aussi initier un divorce, mais par une procédure plus compliquée, et qui impliquait un renoncement partiel ou total à leurs biens. Selon Yossef Rapoport, cette forme de divorce (ḫul‘) était davantage reconnue à l’époque mamelouke que le divorce univoque initié par l’homme ou l’annulation du mariage par décision de justice64. Un cas de répudiation d’un homme par sa femme et la famille de celle-ci est décrit dans Kitāb al-nisā’. Mariée à un homme qui n’avait pourtant pas la préférence paternelle, et après qu’elle eut donné naissance à une fille, Sa‘āda umm al-Hūdā (née en 867/1471 — la date de sa mort n’est pas mentionnée — elle éprouva dégoût et animosité envers son époux et le chassa65. Un autre exemple « d’incompatibilité d’humeur » (fa-lam yaḥṣul iltiʾām) entre les époux se termine lui aussi par un divorce, sans doute initié par la femme, puisqu’il est dit qu’elle dégagea son époux de ses obligations et le paya généreusement (baḏl lahu wa-ibrā’)66.

  • 67 Ibid., p. 23 (130).
  • 68 Ibid., p. 30 (172).

27Après leur veuvage ou leur divorce, les femmes restées seules ont droit à une mention spéciale : « restées dans leur solitude » (‘azbā’, mot à mot : non mariées) ṯumma ṭallaqahā wa-qa‘adat… ‘azbāʾ67 ; wa-hiya l-ān ‘azbāʾ68 ; il est souvent question d’un autre mariage, se terminant parfois lui aussi par un veuvage ou une répudiation.

  • 69 Geertz 1973, chapitre I.
  • 70 Elle mourut quelque deux mois avant l’auteur, ce qui nous prouve qu’al-Saḫāwī poursuivit jusqu’à se (...)
  • 71 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 54-55 (324).

28D’autres notices biographiques du Kitāb al-nisā’ sont riches en détails sur l’histoire familiale des femmes et peuvent fournir une « description détaillée » (« thick description69 ») dans le cadre d’une étude d’anthropologie historique de la famille au Moyen-Orient. Il en est ainsi par exemple de l’histoire de vie de Sitt al-Ḫulafāʾ (morte en 902/1497)70, fille du dernier calife ‘Abāsside, al-Mustanǧid bi-llāh, vivant au Caire sous la protection des Mamelouks : son premier mariage ne fut pas consommé, comme on l’a vu, puis il fut annulé. Elle « ne fut pas heureuse » (fa-lam tas‘ad) avec son deuxième époux, qui finit par la répudier. Elle se remaria derechef, divorça encore une fois et ré-épousa son second mari. Ce mariage se termina lui aussi par une séparation, et elle convola de nouveau. Sont également évoqués : ses dépenses inconsidérées, un accident dont elle fut victime, et la peine que son style de vie causait à sa mère71.

  • 72 Ibid., p. 64 (389). Voir également p. 62 (377) ; p. 104 (659).

29La vie de Sa‘āda bint Abī l-Surūr (820/1418-867/1463) est décrite de façon exceptionnelle, et l’on peut ainsi noter l’âge avancé — relativement à la durée moyenne de la vie — qu’elle avait à son premier mariage, et surtout aux suivants. À vingt ans, elle se maria pour la première fois ; à 30 ans elle fut répudiée et se remaria à l’âge de 34 ans. Après une courte période, elle fut bientôt répudiée derechef et se remaria pour la troisième fois à l’âge de 36 ans. Sa grossesse — étonnante à cet âge — se termina par une fausse couche. Elle mourut à l’âge de 56 ans72.

30Certes, al-Saḫāwī ne s’attarde pas sur la signification psychologique profonde de ces épisodes. Mais même les rares remarques — révélant le détail de relations familiales idylliques, ou, au contraire, de mauvais rapports du couple, ayant entraîné le divorce — restent précieuses du point de vue de « l’histoire intime ».

Vie conjugale heureuse

  • 73 Sur al-Naǧm al-Marǧānī, prononçant l’éloge funèbre de sa femme Umm al-Ḥusayn, décédée, voir ibid., (...)
  • 74 Ibid., p. 84-85 (518).
  • 75 Voir également ibid., p. 44 (261).
  • 76 Ibid., p. 115 (699).
  • 77 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 167 (1065).
  • 78 Ibid., p. 165 (1047).

31‘Amā’im, épouse d’al-Šams al-Amšāṭī al-Ḥanafī, avait une vie conjugale particulièrement heureuse. Lorsqu’elle mourut (en 884/1480), raconte al-Saḫāwī, son mari eut beaucoup de peine ; sa tristesse et son affliction étaient visibles73. Sa femme avait été son amie intime durant sa vie, et il avait toujours recherché sa présence. Il s’abstint donc non seulement de se remarier mais même d’acquérir une esclave. Ceci ne manqua pas d’exciter la jalousie des amies de sa femme, qui n’avaient pas joui d’une telle attitude aimante de la part de leurs propres maris74. Un lien monogame avec une femme aimée et l’absence de relations intimes avec des esclaves était apparemment rare au sein de l’élite ; c’est pourquoi al-Saḫāwī tient à le mentionner tout particulièrement75. Un autre exemple d’harmonie conjugale, reposant sur un lien spirituel, est rapporté dans la notice biographique consacré à Farī‘a bint Mubārak (morte après 820/1417). Son époux, émir de la Mecque, Aḥmad b. ‘Aǧlān, éprouvait pour elle une grande tendresse (kāna yamīlu ilayhā) et ils vécurent longtemps ensemble76. On raconte de ‘Abd al-Razzāq al-Nāsiḫ qu’il aimait tendrement sa femme, Ǧall Allāh, malgré les désordres qu’elle provoquait toujours autour d’elle (kāna ‘aẓīm al-ḥubb lahā ma‘a mazīd taklīfihā) et qu’il la regretta énormément lorsqu’elle mourut (en 893/1488)77. Pour clore cette série d’exemples, il faut noter les relations de tendresse nouées parfois entre un homme et son esclave avec laquelle il avait des relations intimes. On en trouve un indice dans le bref article biographique d’une esclave éthiopienne, Umm ‘Abd al-‘Azīz (morte en 806/1404), dont le maître regretta la mort78.

Situations malheureuses

  • 79 Ibid., p. 13 (61).

32Le Kitāb al-nisā’ fait également état de situations malheureuses. La profonde tristesse de Badī‘a bint al-Sayyid Nūr al-Dīn s’explique non seulement par la mort de proches aimés, mais aussi parce qu’elle était délaissée par son mari (wa-hiya ġayr munṣafa min zawǧihā) dont les absences étaient longues (huwa ġāʾib ‘anhā illā fī l-nādir)79.

  • 80 Ibid., p. 136 (834).

33Outre les exemples précités de divorce à l’initiative de la femme, il faut rappeler le cas de Sitt al-Ḫulafāʾ bint al-Mustanǧid : « Le destin ne lui a pas souri » (wa-lam turzaq fī ḏālika ḥaẓẓ) lors de ses multiples mariages, formule qui laisse transparaître son mécontentement. Une expression semblable est utilisée pour décrire l’insatisfaction d’Umm al-Ḥasan bint al-Ġars Ḫalīl b. Aḥmad à l’égard de ses époux : wa-lam takun maḥẓūẓa min al-azwāǧ80. Ces remarques nous prouvent que les femmes n’étaient pas forcément passives dans leur vie conjugale et que parmi elles, certaines n’hésitaient pas à exprimer ouvertement leurs sentiments.

Rapports entre les générations

  • 81 Ibid., p. 12 (59).
  • 82 Ibid., p. 44 (260).
  • 83 Ibid., p. 133 (815).

34Les rapports entre les générations sont plus d’une fois décrits en termes d’amour et de dévouement, quoiqu’on trouve aussi des indices de tensions, comme dans le cas de Badriyya la fille du sultan al-Ašraf Īnāl (morte en 879/1474), dont on dit qu’elle se montrait irritée, voire mécontente et furieuse, contre son fils aîné (kānat sāḫiṭa ‘alā akbar awlādihā)81. Par contre, il est dit de Zaynab bint ‘Alī b. Abī l-Barakāt (née en 832/1428-1429) que ses fils et petits-fils, ses neveux et petits-neveux ne lui procurèrent que de la joie (aqarra llāh ‘aynahā bi-wuldihā…)82. Al- Saḫāwī évoque [Sitt ?] al-Wuzarā’ bint al-Šaraf Mūsā b. Muḫāṭa (morte en 908/1503) non seulement parce qu’elle était dotée de proportions physiques exceptionnelles (mufriṭat al-siman) mais également pour avoir été aimée de sa famille (‘azīzat ahlihā wa-aqāribihā) et honorée par ses fils83.

  • 84 Ibid., p. 13 (61).
  • 85 Ibid., p. 31 (177).
  • 86 Ibid., p. 104 (659).
  • 87 Ibid., p. 140 (861).
  • 88 Ibid., p. 77-78 (481).
  • 89 Ibid., p. 62 (377).
  • 90 Ibid., p. 94 (586).

35Badī‘a bint al-Sayyid Nūr al-Dīn (née en 845/1441-1442) est décrite comme une fille dévouée à son père vieux et malade, s’occupant de lui, le nourrissant et le soignant jusqu’à la limite de ses forces84. On souligne aussi l’attention d’un père envers sa fille en bas âge, Ḫadīǧa bint Muḥammad b. ‘Abd Allāh (i‘tanā bihā abūhā), « qui lui racontait [des histoires], lui enseignait des choses » (fa-asma‘ahā ašyāʾ), ce qui révèle leur intimité85. Pour la façon dont, dès sa jeunesse, elle respectait sa mère, la cousine de l’auteur, Fāṭima bint Muḥammad al-Ṭūḥī (née en 831/1428), a droit à des éloges86. La mère d’Umm al-Ḥusayn bint ‘Abd al-Raḥmān, citée supra, fut répudiée par son mari alors qu’elle était enceinte. Lorsque sa fille naquit, elle l’éleva seule et lui enseigna l’écriture, le Coran et le hadith87. Le fait que ‘Ā’iša bint ‘Alī b. Muḥammad (morte en 815/1413) ait étudié en même temps que son fils (sami‘at ma‘a waladihā) avec toute une série de professeurs, reflète les liens privilégiés entre les deux88. Sa‘ādāt bint al-Šayḫ Nūr al-Dīn — elle était encore en vie lors de la composition de la notice biographique, en 1493-1494 /899 —, qui prit l’initiative de divorcer, dut payer une forte somme pour rencontrer son fils, « quintessence de son âme » (muhǧatuhā) qui l’aimait tendrement89. Enfin, Fāṭima bint al-Taqī ‘Abd al-Raḥmān (morte en 805/1402) est célébrée par son frère pour ses bons soins et sa compassion maternelle envers lui90.

Réactions face à la mort

  • 91 Esperonnier 1999, p. 285-298.
  • 92 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 23 (129).
  • 93 Par exemple, 44 femmes sur 283 atteignirent l’âge de 71 à 80 ans, 35 l’âge de 81-90 et 9 l’âge exce (...)
  • 94 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 135 (831), p. 138 (847), p. 144 (895). Sur le reflet de ce phénomène dans les (...)

36La présence de la mort dans le monde d’al-Saḫāwī et de ses contemporains était prégnante, souvent menaçante. Outre les limites de la médecine face aux infirmités et aux maladies ordinaires, souvent évoquées dans Kitāb al-nisā’ — invalidité, paralysie partielle ou totale, cécité et surdité partielle, inflammations diverses, maladies des intestins et des voies urinaires, épilepsie, et autres – et des « longues maladies » non définies — il est question ici des causes de la mort des femmes : grossesse, accouchement et fausse couche (quinze cas au moins se terminant par la mort de la femme enceinte ou en couches), accidents (douze cas au moins de chute, noyade, ensevelissement sous un mur éboulé) et épidémie de peste (ṭā‘ūn) (au moins vingt-neuf cas)91. Ḥawrā’ bint al-Badr Muḥammad (833/1430-841/1438) constitue un bon exemple de cette cruelle réalité. Elle naquit quand son père, en route pour la Mecque, disparut sans laisser de traces. Elle perdit sa mère avant d’être sevrée et mourut elle-même d’une épidémie à l’âge de huit ans92. Bien entendu, les nourrissons et les enfants étaient des proies faciles pour les maladies et les épidémies. Outre quarante cinq cas signalés de petites filles mortes en pleine jeunesse, et qui eurent cependant droit à une entrée dans le Kitāb al-nisā’, vingt-trois autres cas au moins de mort d’enfant sont évoqués dans les notices consacrées aux femmes d’âge adulte. Sur 1075 biographies de femmes, quelque deux cent quatre-vingt fournissent des renseignements sur les dates de naissance et de mort, permettant de calculer la durée de leur vie. Parmi celles-ci, le groupe le plus important est constitué par des filles de 0 à 10 ans. Mais, en raison des dimensions modestes de l’ouvrage et du fait qu’il ne traite pas d’un large éventail social, cet échantillon n’est pas représentatif, et risque même d’induire en erreur93. Cette évidence ne reste pas moins significative, sans accorder trop d’attention aux chiffres exacts. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant de lire dans le Kitāb al-nisā’ le cas de femmes ayant perdu tous leurs enfants (wa-lam ya‘iš lahā walad)94.

37Les réactions face à la mort de membres de la famille, surtout des descendants
— enfants et adultes — témoignent de relations familières entre les membres de la famille, mais aussi de l’acceptation du deuil, en accord avec l’éthique islamique : retenue, patience et espoir d’une récompense dans l’au-delà. De ce point de vue, on constate une adéquation entre, d’une part, les réactions des parents face à la mort de leurs enfants, telles qu’elle sont décrites dans les recueils de condoléances, et en particulier dans celui d’al-Saḫāwī, avec toutes les contraintes nées de leur objectif didactique et des conventions littéraires de traditions antérieures qui y sont citées, et d’autre part les renseignements concrets fournis par le Kitāb al-nisā’.

  • 95 Ariès 1975, p. 61. Par contre, Wilson 1984, surtout p. 183, 184, 186, 187, 188-189, 193-194 dévelop (...)
  • 96 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 13 (61).
  • 97 Ibid., p. 20 (104). Pour d’autres exemples de douleur après la mort d’enfants, voir p. 94 (585).
  • 98 Ibid., p. 131 (805).
  • 99 Ibid., p. 135 (831).
  • 100 Ibid., p. 162 (1006).
  • 101 Ibid., p. 83 (506) ; p. 2 (2).
  • 102 Ibid., p. 130 (801). Badī‘a bint al-Sayyid Nūr al-Dīn, mentionnée supra, est décrite comme profondé (...)

38Dans quelques notices biographiques, on trouve aussi des témoignages de la douleur profonde des parents, et en particulier des mères, après la mort, l’absence prolongée ou la disparition d’un fils ou d’une fille — et ceci est en totale contradiction avec l’indifférence que Philippe Ariès prête aux parents européens du Moyen Âge qui ne pouvaient, selon sa théorie controversée, se permettre, dans une situation où la mort rôdait en permanence, manifester leur douleur95 : « sa peine l’écrasa » (fa-ištadda ḥuznuhā), relate-t-on à propos de Badī‘a bint al-Sayyid Nūr al-Dīn, déjà mentionnée, qui perdit un enfant96 ; « Nous avons tous ressenti la douleur de sa mort », c’est ainsi qu’al-Saḫāwī décrit la réaction de la famille face à la mort, à l’âge de 6 ans en 892/1486, de la fille de son neveu97. Il rapporte à propos de sa grand-mère maternelle, Hāǧir bint al-Ǧamāl (morte en 867/1462-1463) qu’après la perte de plusieurs de ses enfants, et la disparition de son fils, parti aux Indes, « elle ne cessa de se lamenter sur son absence » (wa-lam tazal āsifa ‘alā faqdihi)98. Umm al-Ḥasan bint Abī l-‘Abbās (744/1343-1344-824/1421) perdit tous ses enfants « et sa douleur en fut immense » (wa-‘aẓuma alamuhā bi-ḏālika)99. Dans l’article consacré à la fille du sultan al-Mu’ayyad Aḥmad b. al-Ašraf Īnāl, l’auteur souligne la profonde douleur éprouvée quand elle mourut encore jeune (wa-kaṯura ta’assufuhu), en 879/1474-1475100. Une colère retenue et des modifications corporelles — cécité et faiblesse — sont également décrites comme réactions féminines après la mort d’un enfant101. Dans des cas paroxysmiques, ce deuil ou cette disparition provoque la mort de la mère : « Morte… après une semaine de terribles souffrances causées par l’absence de son fils » (mātat ba‘da waǧa‘ ǧum‘a fī ġaybat waladihā) ; c’est ce qu’on relate à propos d’une esclave éthiopienne de ‘Abd al-Ġaniyy al-Qabbānī, Nūr al-Ṣabāḥ (morte en 895/1490)102.

La résistance à cette épreuve de deuil — ṣabr — dans l’esprit du Coran :

Ô vous qui croyez !

Demandez l’aide de la patience et de la prière.

  • 103 Le Coran (trad. Masson 1967), vol. ii, p. 153 et vol. i, p. 29 (cité par al-Saḫāwī, Irtiyāḥ, fol. 5 (...)

Dieu est avec ceux qui sont patients (inna llāh ma‘a l-ṣābirīna)103,

  • 104 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 4 (20)
  • 105 Ibid., p. 37 (218)
  • 106 Ibid., p. 39-40 (232).
  • 107 Ibid., p. 45 (262).
  • 108 Ibid., p. 76 (470).
  • 109 Ibid., p. 144 (895).

39est soulignée dans les biographies de mères endeuillées, figurant dans Kitāb al-nisā’. Il en est ainsi pour la propre mère de l’auteur, qui perdit deux de ses fils alors qu’elle était absente104 ; il en est également ainsi pour Zubayda bint al-Bahāʾ qui perdit plusieurs enfants et devint veuve105, et enfin pour Zaynab bint Aḥmad b. Muḥammad b. Mūsā (799/1397-886/1482) dont les enfants (tous ?) moururent et qui s’assura, par une réaction mesurée, une récompense dans l’au-delà (wa-fuǧi‘at bi-awlādihā fa-ṣabarat wa-iḥtasabat)106. On dit de Zaynab bint ‘Alī b. Muḥammad al-Dayrūṭī (née à peu près 830/1426-1427) qu’elle affronta avec une grande vaillance la mort de son jeune fils (wa-taǧarra’at faqduhu)107. ‘Ā’iša bint ‘Abd Allāh b. Muḥammad donna la preuve de sa fermeté en multipliant les voyages à Médine, en dépit de la perte de son fils aîné (wa-takarrarat ziyāratuhā li-l-Madīna wa-hiya ḫayra ṣābira)108. Enfin, le cas d’Umm al-Ḫayr bint ‘Alī b. Muḥammad b. Yūsuf al-Amyūṭī (morte en 837/1434) se révèle particulièrement touchant. Elle fut mariée à l’âge de onze ans au secrétaire de son père et lui donna plus de dix enfants des deux sexes. Al-Saḫāwī relate que ces derniers moururent l’un après l’autre et que néanmoins, la mère résista à cette épreuve (wa-hiya ṣābira ‘alā faqdihim awwal fa-awwal…), continua à servir dévotement Dieu et multiplia les actes de charité, faisant preuve d’un profond altruisme109.

  • 110 Ibid., p. 9 (44), p. 11 (55). Voir Wilson 1984, p. 197.

40La mention de mères enterrées auprès de la sépulture de leurs enfants témoigne, elle aussi, des liens privilégiés et proches ayant existé entre eux de leur vivant110.

Conclusion

  • 111 Traduction : Bible du Grand Rabbinat, 1966, p. 1024.
  • 112 Traduction : Masson, Le Coran, vol. ii, p. 499.
  • 113 Traduction : Bible du Grand Rabbinat, p. 1035.
  • 114 Traduction : Masson, Le Coran, vol. i, p. 343.
  • 115 Voir les commentaires de ce verset à la période classique de l’Islam, par exemple : al-Ṭabarī, Ǧāmi (...)

41Compte tenu du contexte social et démographique prévalant au ixe/xve siècle dans le Moyen-Orient, des caractéristiques de la « famille moyen-orientale » et de la réalité dans laquelle les liens du mariage — du moins au sein de l’élite — étaient subordonnés à des intérêts politiques, économiques et sociaux, on peut se demander dans quelle mesure il reste possible de comprendre exactement les relations personnelles entre hommes et femmes, entre parents et enfants, ainsi que les sentiments qui les animent. Est-ce que, par exemple, nous nous trompons en donnant au terme d’« amour » tel qu’il apparaît dans des textes antiques, éloignés de nous par des centaines ou des milliers d’années, la même signification qu’elle revêt dans notre vocabulaire actuel ? À propos de l’amour entre hommes et femmes, il est dit dans le Cantique des cantiques (viii, 6) : « Place-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras, car l’amour est fort comme la mort, la passion terrible comme le Cheol ; ses traits sont des traits de feu, une flamme divine111 » ; et dans le Coran, xxx, 21 (Les Romains), il est écrit : « Parmi ses Signes : il a créé pour vous, tirées de vous, des épouses afin que vous reposiez auprès d’elles, et il a établi l’amour et la bonté entre vous112 ». Dans les Lamentations (ii, 20), les jeunes enfants sont appelés « objets des tendres soins des mères113 » ; et dans la sourate Le Voyage Nocturne : xvii, 24, le musulman se voit exhorté de la sorte : « Incline vers eux [vers vos parents], avec bonté, l’aile de la tendresse et dis : “Mon Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux, comme ils l’ont été envers moi, lorsqu’ils m’ont élevé quand j’étais un enfant114” » ; autrement dit, j’ai été élevé avec amour115. Comment traduire de tels textes en passant par notre « dictionnaire » de concepts d’aujourd’hui ?

  • 116 Badinter 1981.
  • 117 Rosenwein 2006, p. 1-29, 191-203.
  • 118 Wilson 1984, p. 197.

42Dans la controverse soulevée par des historiens européens touchant l’évolution affective, controverse qui naquit après la publication en 1960 du livre de Philippe Ariès sur l’histoire de la famille et de l’enfance, puis avec la parution de l’ouvrage d’Élisabeth Badinter sur l’histoire de l’amour maternel116, dans le contexte de tentatives impressionnantes pour identifier des modifications dans l’ordre des priorités affectives et dans l’expression des sentiments, tout au long de l’histoire de l’Europe117, la position qui va se renforçant est la suivante : ce qui est « naturel » ou « instinctif » en nous est toujours occulté par le moule de la socialisation. On ne peut prétendre que cet élément « naturel » ou « instinctif » — en opposition au « culturel » — n’existe pas, qu’il soit question d’instinct sexuel, du besoin d’obtenir de la nourriture ou d’élever des enfants. Il n’est pas non plus pertinent de d’inverser tout simplement les termes de la proposition et de prétendre que l’« instinct maternel » est un pur produit de la culture. Le fait que chaque individu ne possède pas cet « instinct » ne signifie pas qu’il soit absent dans l’espèce humaine ; le fait que cet instinct revête diverses formes dans différentes sociétés n’implique pas non plus l’absence d’un substrat universel commun à toute l’humanité à travers le temps et l’espace118.

43Grâce à des récits de vie de contemporaines d’al-Saḫāwī, le Kitāb al-nisā’ nous fournit une occasion exceptionnelle de découvrir le témoignage des rapports intimes dans les sociétés musulmanes médiévales au Moyen Orient, dans leur forme réelle, concrète, autrement dit au-delà de ce que l’on peut apprendre au travers des textes littéraires, moraux ou légaux. Par delà les voiles culturels typiques, ces récits révèlent le fondement affectif universel sur lequel s’établissent les relations entre les sexes et entre les générations dans toute société humaine ; « l’investissement » affectif des adultes dans leurs enfants, et les sentiments ayant joué un rôle dans la vie conjugale, en dépit de toutes les contraintes imposées par les normes sociales. Il nous fournit également l’occasion de découvrir comment les femmes de l’époque mamelouke surent trouver les moyens de réaliser leurs aspirations, dans le cadre de la famille, malgré le statut moindre que la loi islamique et les normes sociales leur donnaient. Sur tous ces aspects, l’apport d’al-Saḫāwī est unique. L’usage qu’il fait, en l’adaptant à sa sensibilité, du genre spécifique du dictionnaire biographique, et en particulier la place qu’il accorde aux femvmes dans son ouvrage, et le type d’information qu’il choisit d’y faire figurer, font du Kitāb al-nisā’ une source précieuse pour « l’histoire intime » dans le contexte islamique moyen-oriental de la fin du Moyen Âge.

Bibliographie

Sources

Ibn Fahd, ‘Umar b. Muḥammad, Mu‘ǧam al-Šuyūḫ, éd. Muḥammad al-Zāhī, al-Riyāḍ, Dār al-Yamāma, 1982.

Ibn al-Ǧawzī, Muḥammad ‘Alī, Ṣifat al-ṣafwa, Haydarabad, 1355/1936.

Ibn Ḥaǧar al-‘Āsqalānī, Šihāb al-Dīn Aḥmad, al-Durar al-kāmina fī a‘yān al-mi’a al-ṯāmina, ‘Ābidīn, Dār al-kutub al-ḥadīṯa, 1966.

Ibn Ṭawq, Šihāb al-Dīn Aḥmad, al-Ta‘līq. Journal d’Ahmad Ibn Tawq : 834/1430-915/1509 : la vie quotidienne à Damas à la fin de l’époque Mamelouke. Volume i, Damas, Institut français de Damas, 2000.

Qalqašandī (al-), Abū l-‘Abbās, Ṣubḥ al-a‘šā, Le Caire, al-Maṭba‘at al-Amīriyya, 1916.

Saḫāwī (al-), Šams al-Dīn Muḥammad, al-Ḍaw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘, 12 vol., Le Caire, Maktabat al-Quds, 1353-1355/1934-1936.

— al-Ǧawāhir wa-l-durar fī tarǧamat Šayḫ al-Islām Ibn Ḥaǧar : éd. Ibrāhīm Bāǧis ‘Abd al-Maǧīd, Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm, 1999.

Irtiyāḥ al-akbād bi-arbāḥ faqd al-awlād, MS Chester Beatty, Dublin, Ar. 3463

Ṭabarī (al-), Muḥammad b. Ǧarīr, Ǧāmi‘ al-bayān fī ta’wīl al-qur’ān, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1997. 

Études

Abd al-Raziq, Aḥmad, 1973 : La femme au temps des mamlouks en Égypte, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale (« Textes arabes et études islamiques », 5).

Alexandre-Bidon, Danièle, Lett, Didier, 1997 : Les Enfants au Moyen Age (ve-xve siècles), Paris, Hachette.

Ariès, Philippe, 1975 : L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Paris, Éditions du Seuil.

Avila, Maria Luisa, 1998 : The Structure of the Family in Al-Andalus, dans Marin M. (éd.), The Formation of Al-Andalus, Brookfield, Vt., Ashgate, vol. i, p. 469-483.

Badinter, Élisabeth, 1981 : L’amour en plus : histoire de l’amour maternel, Paris, Flammarion.

Berkey, Jonathan, 1991 : Women and Islamic Education in the Mamluk Period dans Keddie Nikki R. et Baron Beth (éd.), Women in Middle Eastern History, New Haven/Londres/Yale UP, p. 143-157.

1992 : The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo : A Social History of Islamic Education, Princeton, Princeton UP.

Bianquis, Thierry, 2005 : La Famille arabe médiévale, Bruxelles, Édition Complexe.

Bible du Grand Rabbinat, Kahn Zadoc (dir.), Paris, Colbo, 1966.

Bouhdiba, Abdelwahab, 1975 : La sexualité en Islam, Paris, Presses universitaires de France.

Chapoutot-Remadi, Mounira, 1995 : « Femmes dans la ville mamlūke », Journal de l’histoire économique et sociale de l’Orient 38, p. 145-164.

Coran (Le), Masson Denise (trad.), Paris, Gallimard, 1967.

Dols, Michael W., 1977 : The Black Death in the Middle East, Princeton, Princeton UP.

Esperonnier, Maryta, 1999 : « Les causes de la mort en Égypte mamelouke d’après quelques chroniques de l’époque », Der Islam 76, p. 285-298.

Geertz, Clifford, 1973 : The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

Gerber, Haim, 1979 : « The Population of Syria and Palestine in the Nineteenth Century », Asian and African Studies 13, p. 71-72.

1989 : « Anthropology and Family History : The Ottoman and Turkish Families », Journal of Family History 14, p. 409-421.

Gibb, H.A.R., 1964 : Islamic Biographical Literature, dans Lewis B. et Holt P.M. (éd.), Historians of the Middle East, Londres/Oxford UP.

1960 : « al-Bulqīnī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. i, p. 1348-1349. 

Giladi, Avner, 1993 : «“The child was small... not so the grief for him” : Sources, Structure and Content of al-Sakhawi’s Consolation Treatise for Bereaved Parents», Poetics Today 14, p. 367-386.

Gilliot, Claude, 2002 : « Prosopography in Islam : An Essay of Classification », Medieval Prosopography 23, p. 19-54.

Goitein, Shlomo Dov, 1999 : A Mediterranean Society : An Abridgment in One Volume, révisé et édité par Lassner Jacob, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, p. 385-438.

Guo, Li, 1997 : « Mamluk Historiographic Studies : The State of the Art », Mamluk Studies Review 1,
p. 15-43.

2001 : « Al-Biqa‘i’s Chronicle : A Fifteenth Century Learned Man’s Reflection on His Time and World », dans Kennedy Hugh (éd.), The Historiography of Islamic Egypt (C. 950-1800), Leyde/Boston/Cologne, Brill, p. 126-132.

Khalidi, Tarif, 1996 : Arabic Historical Thought in the Classical Period, Cambridge, Cambridge UP.

Khatib-Chahidi, Jane, 1992 : « Milk Kinship in Shi‘ite Islamic Iran », dans Maher Vanessa (éd.), The Anthropology of Breastfeeding : Natural Law or Social Construct, Oxford and Providence, Berg, p. 109-132.

Lutfi, Huda, 1981 : « Al-Sakhawi’s Kitab al-Nisa’ as a Source for the Social and Economic History of Muslim Women during the Fifteenth Century A.D. », The Muslim World 71, p. 104-124.

—1992 : Manners and Customs of Fourteenth-Century Cairene Women : Female Anarchy versus Male Shar‘i Order in Muslim Prescriptive Treatises, dans Keddie Nikki R. and Baron Beth (éd.), Women in Middle Eastern History. Shifting Boundaries in Sex and Gender, Yale, Yale U.P., p. 99-121.

Malti-Douglas, Fedwa, 2001 : Power, Marginality, and Body in Medieval Islam, Aldershot, Ashgate-Variorum.

Motzki, Harald, 1996 : Child Marriage in Seventeenth-Century Palestine, dans Masud Muhammad Khalil, Messik Brinkley et Powers D.S. (éd.), Islamic Legal Interpretation : Muftis and Their Fatwas, Cambridge, Mass., Harvard UP, p. 129-140.

Musallam, Basim, 1996 : The Ordering of Muslim Societies, dans Robinson Francis (éd.), The Cambridge Illustrated History of the Islamic World, Cambridge, Cambridge UP, p. 186-191.

Petry, Carl F., 1981: The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, Princeton UP.

1993 : « al-Sakhāwī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. viii, p. 912.

Qadi (al-), Wadad, 1995 : Biographical Dictionaries : Inner Structure and Cultural Significance, dans Atiyeh George N. (éd.), The Book in the Islamic World, Albany, State University of New York Press et The Library of Congress, p. 93-122.

Rapoport, Yossef, 2001 : « Divorce and the elite household in late medieval Cairo », Continuity and Change 16, p. 201-218.

2005 : Marriage, Money and Divorce in Medieval Islamic Society, Cambridge, Cambridge UP.

Robinson, Chase F., 1981 : Islamic Historiography, Cambridge, Cambridge UP.

Roded, Ruth, 1994 : Women in Islamic Biographical Collections : From Ibn Sa‘d to Who’s Who, Boulder/Londres, Lynne Rienner.

Rosenthal, Franz, 1965 : « Ibn Ḥadjar al-‘Asḳalānī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. iii, p. 799-802.

Rosenwein, Barbara H., 2006 : Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca/Londres, Cornell University Press.

Shahar, Shulamith, 1983 : The Four Estate : A History of Women in the Middle Ages, Londres, Methuen.

Shoshan, B., Panzac, D., 2003 : « Wabāʾ », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. xi, p. 2-5.

Sublet, Jacqueline, 1999 : Ḥiṣn al-ism : Qirāʾāt fī l-asmāʾ al-‘arabiyya, Damas, Institut français de Damas.

—2009 : « Chroniques et ouvrages de biographies : classer les informations, donner un titre à l’ouvrage », Quaderni di Studi Arabi 4, p. 45-60.

Tucker, Judith E., 1993 : The Arab Family in History : Otherness’ and the Study of Family, dans Tucker J.E. (éd.), Arab Women : Old Boundaries, New Frontiers, Bloomington/Indianapolis, Indiana UP, p. 195-207.

Wilson, Stephen, 1984 « “The Myth of Motherhood”- a Myth : The Historical View of European Child-Rearing », Social History 9, p. 181-198.

Yazbak, Mahmud, 2002 : « Minor Marriages and Khiyār al-Bulūgh in Ottoman Palestine : A Note on Women’s Strategies in a Patriarchal Society », Islamic Law and Society 9, p. 386-409.

Zeldin, Théodore, 1994 : An Intimate History of Humanity, Londres, Sinclair-Stevenson.

Notes

1 Je voudrais chaleureusement remercier le Dr Colette Salem pour la traduction fluide et minutieuse de cet article en français.

2 Zeldin 1994, p. 16, 18-19.

3 De nombreuses informations, dont une partie a déjà été exploitée par des chercheurs contemporains, se trouvent dans Kitāb al-nisā’ touchant le mariage, le divorce, le statut féminin au sein de la famille, l’éducation des femmes, leurs activités économiques et leur participation sociale et politique. Voir par exemple : ‘Abd al-Raziq 1973, p. ix, et les références dans cet ouvrage ; Lutfi 1981, p. 104-124 ; Berkey 1992, p. 161-181 ; Berkey 1991, p. 143-157 ; Rapoport 2005, surtout p. 82-88.

4 Gilliot 2002, p. 19-54, particulièrement p. 38 ; Al-Qadi 1995, p. 93-122 ; Khalidi 1996, p. 205 ; Malti-Douglas 2001, p. 1-3. Sublet 2009, p. 45-60, particulièrement p. 45-47, 49-57.

5 5. Petry 1993, p. 912.

6 Al-Saḫāwī, al- Ḍaw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘, [cité ci-après, al-Ḍaw’], vol. i, p. 5.

7 Al-Qadi 1995, p. 107 ; Robinson 1981, p. 8-14 ; Rosenthal 1965, p. 799-802.

8 Sublet 1999, p. 86 ; Sublet 2009, p. 56-57.

9 Petry 1981, p. 8-14.

10 Guo 2001, p. 126-132. Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Muḥammad b. Ṭawq, notaire damascène d’origine paysanne, tint un journal intime détaillé entre 1480 et 1502. Une partie de ce journal fut publié sous le titre al-Ta‘līq (« Commentaire »). Voir Guo 1997, p. 15-43 ; Rapoport 2005, p. 10.

11 Rapoport 2001, p. 202.

12 Roded 1994, p. 3 ; Sublet 2009, p. 56.

13 Musallam 1996, p. 186-191.

14 Selon Roded, 15 % des entrées de Kitāb al-ṭabaqāt al-kabīr, d’Ibn Sa‘d, sont consacrées aux femmes, et 2 % dans Ṣifat al-ṣafwa d’Ibn al-Ǧawzī. Voir également Sublet 1999, p. 93 ; Gilliot 2002, p. 49.

15 En comparaison, voir par exemple Muḥammad ‘Alī Ibn al-Ǧawzī (mort en 597/1201), Ṣifat al-ṣafwa, les chapitres consacrés aux femmes dans les parties ii, iii, iv, qui commencent généralement par la formule al-muṣṭafayāt (les élues) et décrivent les « servantes du Seigneur » (‘ābidāt) dans les divers centres de l’Islam au Proche-Orient ; Ibn Fahd (mort en 885/1480), Mu‘ǧam al-Šuyūḫ : sur les 317 biographies consacrées aux oulémas, 51 traitent de femmes érudites (‘ālimāt) ; Ibn Ḥaǧar al-‘Āsqalānī, al-Durar al-kāmina fī a‘yān al-miʾa al-ṯāmina. La grande majorité de ces quelque cent cinquante biographies de femmes étudiées — qui, dans cet ouvrage, ne sont pas concentrés dans une partie séparée mais ont été insérés par ordre alphabétique entre les articles consacrés aux hommes — concernent des érudites, des enseignantes et en particulier des rapporteuses de hadith ; quelques-unes d’entre elles sont soufies.

16 Petry 1981, p. 7. Voir aussi Gibb 1964, p. 54-58 ; al-Qadi 1995, p. 94, 111-115.

17 Lutfi 1981, p. 109-110, 111.

18 Al-Saḫāwī, al-Ḍaw’, vol. i, p. 5.

19 Ibid., vol. viii, p. 2-32.

20 Ibid., p. 9. Zaynab n’eut néanmoins pas droit à une notice biographique dans le Kitāb al-nisā’, peut-être parce qu’elle vivait encore lorsqu’al-Saḫāwī termina son ouvrage. Ce dernier ne consacra qu’exceptionnellement un article à une contemporaine en vie lors de la composition du dictionnaire biographique. Voir par exemple l’entrée de Yūsuf b. Aḥmad al-Andalūsī, al-Ḍaw’, vol. x, p. 302 (1170) : wa-huwa l-ān, fī sannat tis‘īn, ḥayy, zāda ‘alā l-sittīn ; vol. xii, p. 62-63 (377) : à propos de Sa‘ādāt bint al-Šayḥ Nūr al-Dīn, il est dit : wa-hiya l-ān, sannat tis‘a wa-tis‘īn ḥayya. C’est peut-être également le cas — même s’il ne précise pas qu’elle vit encore — lorsqu’al- Saḫāwī ne donne pas l’année de la mort d’une femme dans le Kitāb al-nisā’, surtout s’il fournit sa date de naissance. L’étude actuelle détaillée des manuscrits du texte autobiographique d’al-Saḫāwī, Iršād al-ġāwī bal is‘ād al-ṭālib wa-l-rāwī bi-tarǧamat al-Saḫāwī (voir al-Saḫāwī, al-Ǧawhar wa-l-durar fī tarǧamat Šayḫ al-Islām Ibn Ḥaǧar, 1999, préface de l’éditeur, p. 9) est susceptible de donner un aperçu novateur sur les femmes de sa vie et ses relations avec elles.

21 Dans le Kitāb al-nisā’, al-Saḫāwī consacre une entrée à sa fille morte à l’âge de quelques mois seulement, et relate qu’elle fut enterrée près de ses frères : al-Ḍaw’, vol. xii, p. 19 (98).

22 Dols 1977 ; Shoshan et Panzac 2003, p. 2-5 ; Gerber 1979, p. 71-72.

23 Al-Saḫāwī, Irtiyāḥ al-akbād bi-arbāḥ faqd al-awlād, Ms. Chester Beatty, Dublin, Ar. 3463.

24 Ibid., fol. 3. Voir également al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a‘šā, 1916, p. 85-86.

25 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 108 (674).

26 Al-Saḫāwī, Irtiyāḥ, fol. 4.

27 Ibid., fol. 43.

28 Voir par exemple ibid., fol. 128-129, 173, 249.

29 Ibid., fol. 18-20, 27-29, 64-66.

30 Ibid., fol.105-107, 107-110, 114-116, 118, 135, 136-141.

31 Ibid., fol. 255.

32 Voir par exemple al-Ḍaw’, vol. xii, p. 3 (10) ; p. 19 (98) (morte quelques mois après sa naissance) ; p. 20 (104) ; p. 21 (112) (morte à moins de deux ans) ; p. 29 (165) (morte quelques mois après sa naissance) ; p. 38 (223) ; p. 47 (275) (morte avant l’âge d’un mois) ; p. 48 (286) ; p. 54 (318) ; p. 61 (367) (morte à deux mois) ; p. 62 (370) ; p. 74 (455) (morte à moins d’un mois) ; p. 75 (462) (morte à moins de dix mois) ; p. 88 (542, 544) ; p. 90 (562) ; p. 97 (607) (morte avant l’âge de six mois) ; p. 97 (608) (morte à moins d’un an) ; p. 113 (681) ; p. 114 (691) ; p. 118 (720) : p. 122 (742) (morte au cours de sa première année) ; p. 132 (809) (morte à trois mois) ; p. 132 (811) ; p. 134 (822) ; p. 137 (846) ; p. 138 (849) (morte à moins d’un an) ; p. 139 (855) (morte à quelques mois) ; p. 142 (880) ; p. 145 (898, 899) ; p. 149 (922) ; p. 152 (948) (morte à six mois) ; p. 153 (954, 957, 958) ; p. 156 (977) ; p. 160 (995) ; p. 162 (1011) (morte à moins d’un an). Dans les volumes incluant des biographies d’hommes, on peut également trouver des notices consacrées à des enfants morts prématurément. Voici quelques exemples m’ayant été communiqués par Jacqueline Sublet : al-Ḍaw’, vol. iii, p. 148 (563) ; vol. iv, p. 16 (63), p. 210 (533), p. 244 (636) ; vol. vii, p. 212 (522), p. 280 (722), p. 287 (738, 739) ; vol. ix, p. 289 (745).

33 Les distinctions de ce type ont laissé des vestiges dans une partie des langues européennes, par exemple la distinction entre « madame » et « mademoiselle ».

34 Shahar 1983, p. 5.

35 Voir par exemple, al-Ḍaw’, vol. x, p. 292 (1143) ; p. 297 (1157).

36 Par exemple ibid., vol. i, p. 45, 68, 69.

37 Par exemple ibid., vol. i, p. 40 (Ibrāhīm b. al-Badr) ; p. 70 (Ibrāhīm b. ‘Abdallāh b. Aḥmad b. Ḥasan).

38 Par exemple ibid., vol. i, p. 34, dans l’article consacré à Ibrāhīm b. Abī Bakr b. Aḥmad (« Je l’ai rencontré à la Madrasa al-Ṣāliḥiyya à Damas alors qu’il était malade, pleurant et soupirant sans cesse », relate al-Saḫāwī) ; p. 50, la mort de tuberculose d’Ibrāhīm b. Dāwūd b. Muḥammad ; p. 57, mention de la maladie intestinale qui causa la mort d’Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥmān b. Aḥmad ; p. 69.

39 Voir par exemple ibid., vol. i, p. 16, la surdité partielle d’Ibrāhīm b. Aḥmad b. ‘Uṯmān ; p. 49, la cécité qui frappa Ibrāhīm b. Ḫalīl b. Ibrāhīm.

40 Par exemple ibid., vol. i, p. 71, la mort d’Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. Aḥmad, après qu’il se soit drogué ou enivré.

41 Ibid., p. 58, la description de la dégradation physique d’Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥmān b. Ḥusayn.

42 Ibid., p. 17, le deuil profond d’Ibrāhīm b. Aḥmad b. ‘Uṯmān et la consolation qu’il trouva dans un pèlerinage à la Mecque et dans le fidèle service de Dieu ; p. 71, le profond deuil d’Ibrāhīm b. al-Ǧamāl après la mort du benjamin de ses fils, mort qui provoqua sans doute la sienne propre ; p. 79, un cas semblable — la mort d’Ibrāhīm b. ‘Alī b. Aḥmad à la suite du décès de son fils bien-aimé.

43 Quelques exceptions : par exemple la mention du mariage d’Ādam b. Sa‘d, ibid., vol. i, p. 7, et celle des femmes d’Ibrāhīm b. Aḥmad b. Ḥasan, ibid., vol. i, p. 11-12.

44 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 25 (143) ; p. 137 (843) ; p. 138 (850) ; p. 163 (1021).

45 Ibid., vol. xii, p. 162 (1013).

46 Ibid., p. 164 (1036).

47 Par exemple ibid., vol. xii, p. 140 (863) (Umm al-Ḥusayn bint ‘Abd al-Laṭīf b. Aḥmad, morte vierge à près de quarante ans).

48 Ibid., vol. xii, p. 146 (909). Pour d’autres cas de femmes restées célibataires, voir par exemple : 22 (122) – mātat ḫāliya min zawǧ.

49 Pour une mention d’un mariage d’une femme vierge, voir par exemple ibid., vol. xii, p. 20 (109) ; p. 46 (265). Pour un mariage non consommé, voir par exemple ibid., vol. xii, p. 54-55 (324) : le mariage de la fille du calife de l’ombre ‘Abbāside al-Mustanǧid bi-llāh Abū al-Maḥāsin Yūsuf (mort au Caire en 884/1479) avec Ḫaškaldī al-Ẓāhirī, exilé avant d’avoir pu consommer son mariage ; p. 94 (589) : sur le divorce de Fāṭima bint al-Zīnī ‘Abd al-Raḥīm, alors qu’elle était vierge ; p. 126 (776) : sur la mort d’Ibn al-Šihāb Maḥmūd avant qu’il ait pu consommer son mariage.

50 Voir par exemple ibid., vol. xii, p. 54 (322), où sont donnés la date de naissance de Sitt al-Ǧamī‘ bint ‘Alī b. Abī l-Barakāt ainsi que son âge lors de son mariage. Il est apparemment question ici d’un premier mariage, à un âge avancé : 31 ans.

51 Ibid., vol. xii, p. 93 (585) : wa-kāna wāliduhā zawwaǧahā fī ṣiġarihā (« son père la maria mineure »). Autrement dit, il dressa pour elle un acte de mariage, qui ne devait se réaliser qu’à sa puberté, si le père était fidèle aux lois de la šarī‘a stipulant la puberté sexuelle (bulūġ) comme condition du mariage ; ibid., p. 116 (700) : tazawwaǧahā… qabla bulūġihā (…« la maria avant sa puberté »). À la p. 163 (1022), on évoque la fille du sultan al-Muʾayyad Šayḫ, qui fut mariée trois mois avant sa mort à l’âge de neuf ans. Sur les mariages prépubères dans les sociétés musulmanes, voir par exemple Motzki 1996, p. 129-140 ; Yazbak 2002, p. 386-409.

52 Pour davantage de détails, voir par exemple, Bianquis 2005 ; Tucker 1993, p. 195-207, surtout p. 202.

53 Voir par exemple, Avila 1998, vol. i, p. 469-483, surtout p. 477-483 ; Gerber 1989, p. 409-421, surtout p. 412-413.

54 Voir par exemple, Bouhdiba 1975, chapitre 13 ; Lutfi 1992, p. 99-121 ; Chapoutot-Remadi 1995, p. 145-164.

55 Goitein 1999, p. 385-438 ; voir Alexandre-Bidon et Lett 1997, p. 83-84.

56 Khatib-Chahidi 1992, p. 109-132, surtout p. 123-124.

57 Rapoport 2005, p. 1-11, 111-114.

58 Lutfi 1992, p. 99-121 ; Rapoport 2005.

59 Al-Saḫāwī rapporte un exemple de ce qui semble être un mariage provisoire, rappelant les mariages de mut‘a
— un usage reconnu par les Ši‘ites mais interdit par la loi sunnite — dans l’article dédié à ‘Ā’iša bint al-Šams Muḥammad, le petit-fils du juge Ǧalāl al-Dīn al-Bulqīnī (al-Ḍaw’, vol. iv, p. 106-114). Il relate que son cousin (?) Abū l-Sa‘ādāt al-Bulqīnī (al-Ḍaw’, vol. ix, p. 95-100) l’épousa pour quelques jours, lors d’un voyage de sa femme : …tazawwaǧahā… ayām fī safar zawǧatihi, al-Ḍaw’, vol. xii, p. 80, (492). Sur la famille al-Bulqīnī, voir Gibb 1960, p. 1348-1349. Des mariages contractés dans des circonstances exceptionnelles sont décrits dans l’article consacré à Fāṭima bint Abī l-Ḫayr [al-Ḍaw’, vol. xii, p. 91-92 (567)]. On y dit que veuve, elle avait fait le voyage vers la Mecque par la mer, et qu’elle épousa un homme sur le bateau, en raison de la difficulté à respecter, à bord, les règles de séparation entre sexes (‘adam imkān al-taḥarruz). Deux autres cas, au moins, de mariages d’un homme avec une femme plus âgée sont évoqués dans Kitāb al-nisā’ [al-Ḍaw’, vol. xii, p. 35 (205) ; p. 86 (529)].

60 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 13 (61) ; p. 44 (255). Voir également ibid., p. 31 (180) et de nombreux autres cas. Dans al-Ḍaw’, vol. xii, p. 30 (174), on évoque le mariage d’une femme avec son cousin paternel, qui se termine par un divorce, puis un second mariage, également avec un proche parent. Dans le vol. xii, p. 68 (411), on relate le mariage avec le cousin maternel de l’épouse, puis, après la mort de celui-ci, avec le petit-fils de l’oncle paternel de la mariée.

61 Ibid., vol. xii, p. 39 (230).

62 Ibid., p. 19 (102).

63 Ibid., p. 119 (726).

64 Rapoport 2005, p. 69.

65 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 64 (388).

66 Ibid., p. 104 (657).

67 Ibid., p. 23 (130).

68 Ibid., p. 30 (172).

69 Geertz 1973, chapitre I.

70 Elle mourut quelque deux mois avant l’auteur, ce qui nous prouve qu’al-Saḫāwī poursuivit jusqu’à ses derniers jours la rédaction de son ouvrage.

71 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 54-55 (324).

72 Ibid., p. 64 (389). Voir également p. 62 (377) ; p. 104 (659).

73 Sur al-Naǧm al-Marǧānī, prononçant l’éloge funèbre de sa femme Umm al-Ḥusayn, décédée, voir ibid., p. 141 (871).

74 Ibid., p. 84-85 (518).

75 Voir également ibid., p. 44 (261).

76 Ibid., p. 115 (699).

77 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 167 (1065).

78 Ibid., p. 165 (1047).

79 Ibid., p. 13 (61).

80 Ibid., p. 136 (834).

81 Ibid., p. 12 (59).

82 Ibid., p. 44 (260).

83 Ibid., p. 133 (815).

84 Ibid., p. 13 (61).

85 Ibid., p. 31 (177).

86 Ibid., p. 104 (659).

87 Ibid., p. 140 (861).

88 Ibid., p. 77-78 (481).

89 Ibid., p. 62 (377).

90 Ibid., p. 94 (586).

91 Esperonnier 1999, p. 285-298.

92 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 23 (129).

93 Par exemple, 44 femmes sur 283 atteignirent l’âge de 71 à 80 ans, 35 l’âge de 81-90 et 9 l’âge exceptionnel de 91 à 100 ans. Certes, ces chiffres ne sauraient être représentatifs de l’état de la population générale.

94 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 135 (831), p. 138 (847), p. 144 (895). Sur le reflet de ce phénomène dans les recueils de condoléances au sujet de la mort d’enfants, voir Giladi 1993, p. 367-386.

95 Ariès 1975, p. 61. Par contre, Wilson 1984, surtout p. 183, 184, 186, 187, 188-189, 193-194 développe une théorie opposée.

96 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 13 (61).

97 Ibid., p. 20 (104). Pour d’autres exemples de douleur après la mort d’enfants, voir p. 94 (585).

98 Ibid., p. 131 (805).

99 Ibid., p. 135 (831).

100 Ibid., p. 162 (1006).

101 Ibid., p. 83 (506) ; p. 2 (2).

102 Ibid., p. 130 (801). Badī‘a bint al-Sayyid Nūr al-Dīn, mentionnée supra, est décrite comme profondément affligée (zāda tawaǧǧu‘uhā) par la mort de son père puis, immédiatement après, par celle de sa tante. Ibid., p. 13 (61).

103 Le Coran (trad. Masson 1967), vol. ii, p. 153 et vol. i, p. 29 (cité par al-Saḫāwī, Irtiyāḥ, fol. 58).

104 Al-Ḍaw’, vol. xii, p. 4 (20)

105 Ibid., p. 37 (218)

106 Ibid., p. 39-40 (232).

107 Ibid., p. 45 (262).

108 Ibid., p. 76 (470).

109 Ibid., p. 144 (895).

110 Ibid., p. 9 (44), p. 11 (55). Voir Wilson 1984, p. 197.

111 Traduction : Bible du Grand Rabbinat, 1966, p. 1024.

112 Traduction : Masson, Le Coran, vol. ii, p. 499.

113 Traduction : Bible du Grand Rabbinat, p. 1035.

114 Traduction : Masson, Le Coran, vol. i, p. 343.

115 Voir les commentaires de ce verset à la période classique de l’Islam, par exemple : al-Ṭabarī, Ǧāmi‘ al-bayān fī ta’wīl al-qur’ān, 1997, vol. viii, p. 62.

116 Badinter 1981.

117 Rosenwein 2006, p. 1-29, 191-203.

118 Wilson 1984, p. 197.

Auteur

Université de Haïfa

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540