Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Littérature et histoire

La mosquée de Ǧalāl al-Dīn Ḫwārazm Sāh à Damrilā, dans les bouches de l’Indus

Monik Kervran

Texte intégral

1Plusieurs sources relatant le séjour dans le Sindh de Ǧalāl al-Dīn Minǧībirnī ont mentionné la fondation, par ce sulṭān, d’une grande mosquée à Daybul, vers 620/1222-23. Or cet événement ne semble ni avoir été commenté par les historiens, ni avoir été soumis à investigation par les archéologues. C’est sans doute parce que la fondation d’une mosquée, dans cette région où Ǧalāl al-Dīn n’avait conquis qu’un pouvoir précaire, en raison des forces hostiles qui l’entouraient, paraissait improbable. De plus, la localisation de Daybul, controversée jusqu’à présent, et son association constante, dans les sources, avec un autre toponyme tout à fait inconnu, Damrilā, ajoutaient au caractère incertain de cette fondation. Enfin, aucun vestige archéologique susceptible d’y correspondre n’avait jamais été signalé jusqu’en 1992.

  • 1 Les fouilles et prospections faites sur le delta de l’Indus, de 1989 à 1995, et la fouille du site (...)
  • 2 Abbott écrivait en 1924 (p. 53) « Damrilha is one of the puzzeles of Sindh record… It... invariably (...)

2À cette époque une prospection archéologique, facilitée par les images satellitaires, était en cours sur la frange occidentale du delta de l’Indus, zone intertidale jamais explorée auparavant, car d’accès particulièrement difficile 1 (fig. 1). Cette prospection révéla une demi douzaine de sites médiévaux d’intérêt majeur, certains inconnus, tous inédits. Parmi eux, les ruines d’une mosquée de grandes dimensions, associées à d’autres bâtiments, furent le point de départ d’une recherche qui constitue l’objet du présent article. Cette recherche a conduit, non seulement à identifier — avec une grande probabilité — la mosquée édifiée par le Ḫwārazm Šāh, mais aussi la ville où cette mosquée a été construite. Cette ville, Damrilā, restée une énigme pour des générations d’historiens du Sindh 2, semble désormais pouvoir être localisée grâce à la mosquée découverte en 1992. L’association, constante dans les sources, de Damrilā avec Daybul, peut enfin se comprendre par la proximité géographique des deux sites : 12 km seulement les séparent. La position de Damrilā semble confirmée par un toponyme porté sur l’Atlas Catalan : Damonela. D’une part sa graphie est proche de celle de Damrilā (ou Darbela, ou Darmila selon les sources). Enfin Damrilā, qui apparaît pour la première fois dans les sources en relation avec le séjour de Ǧalāl al-Dīn dans le Sindh vers 1222-23, n’est plus mentionné après 1350 : cette fourchette chronologique s’accorde avec la date présumée de l’Atlas Catalan, antérieure à 1375. Ces convergences permettent de soutenir l’hypothèse selon laquelle la mosquée découverte en 1992 pourrait être celle que Ǧalāl al-Dīn fit construire vers 1222-23 dans une ville appelée Damrilā. L’existence de cette mosquée fut semble-t-il éphémère puisqu’un siècle après sa fondation, Ibn Baṭṭūṭa passa à côté sans la mentionner.

Fig. 1 - L’ouest du delta de l’Indus, de Karachi à Thattā

Fig. 1 - L’ouest du delta de l’Indus, de Karachi à Thattā

Les hachures horizontales correspondent à la zone intertidale

3On examinera successivement les sources qui relatent la fondation de cette mosquée, sur le territoire de Daybul et Damrilā selon les chroniqueurs contemporains, et sur celui de Thattā et Damrilā selon les chroniqueurs plus tardifs. On présentera ensuite les vestiges archéologiques de cette mosquée, accompagnés des fragments d’une inscription qui ont permis de dater le monument de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle, date compatible avec celle pendant laquelle Ǧalāl al-Dīn Minǧībirnī a séjourné dans le delta de l’Indus. Ces découvertes sont de nature à susciter de nouvelles réflexions sur les projets contradictoires du Ḫwārazm Šāh qui à cette époque, sous la menace permanente des Mongols, a peut-être envisagé de s’installer dans le Sindh avant de décider, finalement, de quitter la région pour se rendre en Iran où il prit possession du royaume de son frère.

Les sources sur le séjour de Ǧalal al-Dīn dans le sud de la province du Sindh

  • 3 Commandant du dernier Ġūride Mu‘izz al-Dīn Muḥammad b. Sām qui, à sa mort en 602/1206, lui avait tr (...)
  • 4 Ǧuwaynī, Histoire du conquérant du monde : Barthold et Boyle 1977, p. 621. Cet auteur était au serv (...)

4Désigné par son père comme son successeur, mais menacé par un complot familial, Ǧalāl al-Dīn avait gagné Ġazna, son apanage, en c. 617/1220-21. De là, poursuivi par les Mongols désireux d’en finir avec la dynastie des Ḫwārazm Šāhs, il avait fui en Inde où il avait tenté de s’allier à Šams al-Dīn Ilutmiš, le sultan de Delhi (607-33/1210-36). Celui-ci s’était dérobé et avait engagé le sulṭān à lutter contre Nāṣir al-Dīn Qabāša 3, gouverneur du Sindh depuis 602/1206. Ǧalāl al-Dīn s’était emparé des États de ce dernier, qui s’étendaient de Multān aux bouches de l’Indus, et resta dans le Sindh entre deux et trois ans. Toujours talonné par les Mongols, il gagna ensuite le Kirmān, puis le Fārs et de là l’Irān où il déposa son frère, Ġiyāṯ al-Dīn 4.

5La fondation de la mosquée et la ville de Damrilā sont mentionnées pour la première fois entre le moment où Ǧalāl al-Dīn se rendit maître des territoires de Qabāša et le moment où il quitta le Sindh pour le Kirmān :

  • 5 « Malik Sinān ad-Dīn Chatīsar was the eleventh of the Sūmra line, a Rājput dynasty the later member (...)
  • 6 Nahrwāla ou Anahilwāda, capitale du Guǧarāt, l’actuelle Patan.
  • 7 Boyle 1958, vol. i, p. 416. Le ta’rīḫ-i ǧahānǧušā de Ǧuwaynī a été rédigé deux à trois décennies ap (...)

[Ǧalāl al-Dīn] then advanced against Deval and Damrila and Chatisar 5, the ruler of that province, fled before him and put to sea in a boat. The Sultan encamped near Deval and Damrila and sent Kass-Khan with an army to make an attack on Nahrwāla 6, from whence they brought many camels. The Sultan built a Friday mosque in Deval on the site of an idol temple 7.

6Une autre traduction du même passage présente d’infimes variantes (indiquées en italique) : 

  • 8 Elliot & Dawson 1867-1877, vol. ii, p. 398.

the Sultan then went towards Dewal and Darbela and Jaisī, the ruler of that country… The Sultan… sent… an army to… Nahrwāla, whence…brought back many captives 8.

  • 9 « The Sultan… marched towards Dewal (Debal) and Damrīla. Hasar, who was the ruler of this territory (...)
  • 10 Ibid., p. 550.
  • 11 Houdas, Mohamed en-Nesawi, p. 150. Sur Mālik Sinān al-Dīn voir supra note 5.
  • 12 Raverty exprime son aigreur à l’égard de cette omission de Ǧūzǧānī : « Here we have a good specimen (...)

7Quatre autres chroniques ont couvert peu ou prou les mêmes événements. Le Ǧāmi‘ al-tawārīḫ de Rašīd al-Dīn, de moins d’un siècle postérieur aux faits rapportés, s’accorde à peu près avec la relation de Ǧuwaynī 9, ainsi que le Tārīḫ-i Waṣṣāf « qui n’en est qu’un pauvre résumé 10 ». Les deux dernières chroniques, pour des raisons différentes, n’apportent aucune information sur le séjour de Ǧalāl al-Dīn dans le delta de l’Indus. La Sīrat al-sulṭān Ǧalāl al-dīn Mankburnī, bien que son auteur Muḥammad ibn Aḥmad al-Nasawī, ait été le secrétaire et chroniqueur de Ǧalāl al-Dīn, du moins à partir de l’arrivée de ce dernier en Irān, commet plusieurs erreurs chronologiques dans son récit du séjour de ce dernier dans le Sindh, qu’il ne connaît pas. Concernant l’épisode qui nous intéresse ici, il mentionne un toponyme — Khāniser — dans lequel on peut reconnaître le nom du gouverneur de la province de Daybul mais n’évoque pas la construction d’une mosquée par le sulṭān. Il signale cependant que ce dernier « avait jeté le bâton de voyage pour se délasser dans cette ville [Khāniser] des fatigues de la route et se remettre des souffrances qu’il venait d’endurer 11 ». Ǧūzǧānī, quand à lui, ne pouvait ignorer le séjour de Ǧalāl al-Dīn dans la basse vallée de l’Indus, ayant exercé la fonction de directeur de la plus vénérable madrasa du Sindh (la Madrasa-i Fīruzī de Uš) en 623-24/1226-27. Cependant il se borne, dans ses Ṭabaqāt-i Nāirī, à mentionner la progression du sulṭān de Uš à Multān puis, par le Kirmān, à l’Irān, sans rien dire de son séjour dans la région de Daybul. Son silence, ou son manque d’intérêt pour l’épisode relatif à Daybul, peuvent s’expliquer par sa fidélité aux Ġūrides, puis à Qabāša et à Iltutmiš, tous ennemis du dernier Ḫwārazm Šāh 12.

8Trois siècles plus tard, Firišta et Alfī donnent à ces événements un tardif écho dont le double intérêt est de confirmer les informations contenues dans les chroniques du viie/xiiie siècle, tout en enregistrant les modifications intervenues dans la toponymie de la région du delta du Sindh : la disparition de Damrilā et la mention de Thattā à la place de Daybul : 

  • 13 Firišta, Ḫulāṣat al-tawārīḫ, Elliot & Dawson, vol. ii, p. 564.

… [the sulṭān] marched on towards Daibal, which is now called Thatta, committing on his road massacre and pillage in every city and town which belong to the Shāh Qubācha. When he arrived at Thatta, the ruler of that place, whose name was Jashī, of the tribe of Sūmra, placed his property and wealth on board of a boat and fled in haste with his children and relations to some islands 13.

9Le Tārīḫ-i Alfī, seule de ces deux chroniques, évoque la fondation d’une mosquée par Ǧalāl al-Dīn :

  • 14 Tārīḫ-i Alfī, Elliot & Dawson, vol. ii, p. 562.

At that time, the ruler of Tatta was a person called Jaisar who, when he heard of the approach of the Sultan, placed his treasure and property in a boat, went toward the sea, and took refuge in some of his islands… The Sultan remainded some time at Tatta, demolished the temples which were there, and built a large Masjid-i jāmi 14.

  • 15 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīḫ, éd. C.J. Tornberg, vol. xii, p. 276.

10Le séjour de Ǧalāl al-Dīn dans la région deltaïque de l’Indus est confirmé par Ibn al-Aṯīr, qui ne donne pas de détails sur cet événement d’intérêt local 15. Yāqūt, qui écrivit sa chronique jusqu’à la veille de sa mort, en 627/1229, ne le mentionne pas non plus, l’information pouvant ne pas lui être parvenue.

  • 16 Thattā, voir infra note 22.

11Ǧalāl al-Dīn a du séjourner dans la région du bas Indus durant les derniers mois de l’année 620/1222-23, puisqu’il eut le temps d’envoyer une expédition au Guǧarāt qui lui rapporta captifs, animaux de bât et richesses, et — possible retombée de ce butin — d’ordonner la construction d’une grande mosquée à Dewal. Comme nous l’avons déjà noté, les chroniqueurs des viie-viiie/xiiie-xive siècles associent Dewal à Damrilā, laissant entendre que ces deux villes, ou leur territoire, étaient voisines l’une de l’autre. Les chroniqueurs tardifs (xe/xvie siècle), commettant une distorsion chronologique, situent la fondation de la mosquée à Thattā 16, « la nouvelle Dewal », sans mentionner Damrilā dont le souvenir semble alors oublié.

  • 17 Ǧūzjānī, Ṭābaqāt-i nāṣirī, vol. i, p. 641.
  • 18 Badā’ūnī, cité dans Abbott, p. 50 n. 2.
  • 19 Ḍiyā’ al-Dīn Baranī, Tārīḫ-i Fīrūz Šāhī, Elliot & Dawson, vol. iii, p. 259-265.

12D’autres chroniques, sans relation avec le séjour de Ǧalāl al-Dīn dans le delta de l’Indus, mais mentionnant Daybul, Damrilā ou Thattā, méritent d’être citées car elles apportent quelques informations sur l’évolution de la toponymie de cette région. Ǧūzǧānī relate qu’en 635-37/1237-39, sous le sultanat de la Begam Raḍiyya (fille d’Iltutmiš) « tout le pays était pacifié de Laḫnawaṭī [Laḫnaw] à Diwal et Damrilā 17 ». Quelques décennies plus tard, le fils aîné du sulṭān Ġiyāṯ al-Dīn Balban (664-86/1266-87) aurait conquis Thattā et Damrilā 18. Enfin, près d’un siècle plus tard, Ḍiyā’ al-Dīn Barnī relate l’expédition que le sulṭān Muḥammad b. Tuġluq Šāh iii mena pour remettre en ordre les territoires méridionaux de son empire, tombés aux mains de rebelles du Deccan, du Guǧarāt et de Bharoch. Parmi eux se trouvait Ṭaġī qui bénéficiant de l’asile des Sammā, se rendit dans le Sindh. Le sulṭān l’y poursuivit jusqu’aux abords de Thattā où il mourut de fièvre et de dysenterie, le 21 muḥarram 752/1350 19. Dans ce récit, Thattā est citée cinq fois, deux fois seulement associée à Damrilā, le contexte ne permettant pas de comprendre si cette dernière était alors une ville ou une région. Damrilā ne sera plus jamais mentionnée dans l’historiographie du Sindh et n’a jamais été localisée depuis.

Daybul et Thatta

  • 20 Une douzaine de localisations de Daybul ont été proposées, aux xixe et xxe siècles, fondées, les un (...)
  • 21 Kervran 1995, p. 269-278 et 1996, p. 48 à 57. Pour les niveaux pré-islamiques de Banbhore, voir Kha (...)
  • 22 Bosworth 2000, p. 475-476. Thattā n’est pas mentionnée par Ibn Baṭṭūṭa qui visita la région, et en (...)

13Avant d’aborder les circonstances de la découverte des vestiges archéologiques de Damrilā, il convient de donner au lecteur quelques repères topographiques et chronologiques sur les deux sites qui lui sont associés, Daybul et Thattā. La localisation des deux villes est liée à la géomorphologie du delta de l’Indus ainsi qu’à son développement historique et économique. Situées à la même latitude (24’45N), elles se trouvent toutes deux sur la partie de formation ancienne du delta, séparées l’une de l’autre par une distance de 40 km à vol d’oiseau (fig. 1). Daybul, dont l’identification avec le champ de ruines de Bhanbore est aujourd’hui établie 20, a probablement été fondée à la fin du 1er millénaire avant J.-C., sur la rive nord de la rivière — aujourd’hui la crique — de Gharo, l’ancien bras d’estuaire occidental de l’Indus 21. Avant sa conquête par les Arabes, en 92/710-11, comme après, Daybul a connu une grande prospérité. Mais sa réputation avait été telle que, plusieurs siècles après son abandon (vers le vie-viie/xiie-xiiie siècle), son nom était toujours connu, et il désignait les villes du delta qui lui avaient succédé : Thattā, désormais la métropole du Sindh méridional, nommée dans les chroniques du xive siècle « la nouvelle Daybul », et plus tard Lāhorī, son port sur l’Océan, appelée « Diul » par les marchands occidentaux. La localisation de Thattā n’est pas discutable puisque la ville existe toujours. Elle apparaît dans les chroniques du viiie/xive siècle mais pourrait avoir été fondée dans le courant du siècle précédent 22. À proximité de l’Indus à l’origine, la ville s’en trouve aujourd’hui éloignée de plusieurs kilomètres. Elle eut aux xvie et xviie siècles une grande importance politique et commerciale, qui déclina dans les siècles suivants.

Causes et preuves de l’abandon de Daybul

  • 23 Kervran, 1996, p. 55.
  • 24 Ce port de Loharānī émergea aux ive-ve/xe-xie siècles comme l’atteste al-Bīrūnī, p. 205, 208, 260 e (...)

14Plusieurs causes ont été avancées pour expliquer l’abandon du port de Daybul. Le glissement vers le sud du cours de l’Indus a sans doute compté dans cet abandon. Mais enregistré dès le ive/ixe siècle par les géographes arabo-persans 23, il a été lent et n’a pas provoqué l’exode de sa population qui y a remédié pendant plusieurs siècles en utilisant ou en canalisant d’anciens chenaux du delta reliés à l’Indus. Al-Bīrūnī, le premier (sa description de l’Inde a été achevée en 421/1030), a cependant noté la présence d’un autre port à l’embouchure de l’Indus : Loharānī 24. Ce port, situé à c. 18 km au sud-ouest de Daybul (fig. 2) prit de l’importance vers le viie-viiie/xiiie-xive siècle puis, sous le nom de Diul Sinde, acquit une réputation internationale.

Fig. 2 - La frange nord-ouest du delta de l’Indus

Fig. 2 - La frange nord-ouest du delta de l’Indus

G. Decroix (CNRS-Prodig, UMR 183) pour la Mission Archéologique Française du Sind (Mission MAE/CNRS), carte : 1997-2000.

  • 25 Ṭabarī, Ta’rīḫ, vol. iii, p. 2139. Je remercie Y. Ragheb de m’avoir communiqué la traduction du pas (...)
  • 26 Ghafur 1966, p. 81-84 ; Khan 1976, p. 28-30.
  • 27 Khan 1976, p. 34.
  • 28 « A large number of human skeletons have been unearthed, lying scattered inside the houses or on th (...)
  • 29 Bazmee Ansari 1977, p. 194. Il est tentant de rapprocher cette tradition de la capture, à la fin du (...)
  • 30 Baalbaki 1995, p. 848.
  • 31 La date donnée par Bazmee Ansari « vers 637/1239 » ne s’accorde pas avec les dates auxquelles Baalb (...)

15Le terrible tremblement de terre qui ravagea Daybul en 280/893 n’entraîna pas non plus l’abandon de la ville, malgré les 50 000 victimes qu’il fit 25 : quatorze ans plus tard, une inscription datée de 294/907, retrouvée dans les ruines de la mosquée de Banbhore lors des fouilles de 1958, atteste que la grande mosquée avait été reconstruite 26, et la ville, certainement, avec elle. La preuve de l’abandon de Daybul a été apportée par l’archéologie : les dernières céramiques utilisées par les habitants de la ville appartiennent à un type tardif de sgraffiato, daté de la fin du vie/xiie ou du début du viie/xiiie 27. Au même horizon, de nombreux squelettes sans sépulture, abandonnés dans les maisons ou les rues, ont été mis au jour, amenant F.A. Khan à suggérer un rapprochement entre ces morts et la conquête de la région de Daybul par le dernier Ḫwārazm Šāh vers 620/1222-23 28. Vers la même époque, le lexicographe originaire de Transoxiane, Raḍī al-Dīn Ḥasan b. Muḥammad al-Saġānī a visité Daybul et en a rapporté l’anecdote selon laquelle les riches habitants de la ville se livraient autrefois à la piraterie et à la flibusterie 29. Al-Saġānī fut envoyé en Inde, une première fois par le calife al-Nāṣir en 618/1221, et y resta quelques années, puis une deuxième fois par le calife al-Mustanṣir en 624/1226-27, revenant à ‘Adan en 630/1232 30. La date exacte du passage d’al-Saġānī à Daybul, si elle était connue, apporterait sans doute une information sur la date de la destruction et de l’abandon de la ville 31.

  • 32 « Les Sumerâ des premiers temps [début 5e/11e] ont du être affectés par le courant ismā‘īlien qui p (...)
  • 33 On a cependant un exemple au ive/xe siècle « d’un des du‘āt Ismā‘īliens… qui détruisit le temple de (...)

16Bien qu’attestée par plusieurs chroniqueurs, la construction d’une mosquée par Ǧalāl al-Dīn dans la ville de Daybul est, dans une perspective tant archéologique qu’historique, peu plausible. Daybul possédait une grande mosquée, reconstruite en 294/907. Peut-être restaurée depuis cette date, cette mosquée devait exister lorsque Ǧalāl al-Dīn vint à Daybul. On voit encore aujourd’hui, au milieu du site de Bhanbore, le sol carrelé, la base des murs et le seuil des portes d’une grande mosquée : est-ce celle qui exista jusqu’à l’abandon de la ville, ou celle que le sulṭān aurait fait construire après avoir détruit la ville ? La possible adhésion à l’ismā‘īlisme de la population de Daybul et de ses maîtres est loin d’être fondée à cette époque 32. Et dans cette hypothèse, le sulṭān aurait fait construire sa mosquée sur l’ancienne, et non sur un « temple d’idole », notation qui correspondrait mieux au temps de la conquête arabe qu’à celui d’une ville conquise à l’islam depuis sept siècles 33. Face à ces incertitudes, rappelons que les sources mentionnant la construction d’une mosquée par Ǧalāl al-Dīn à Daybul associent toujours cette ville à Damrilā, toponyme dont on ignore tout : pourrait-il être le nom d’un quartier de Daybul, ou d’une localité voisine ? Dans ce cas il n’y aurait pas de relation entre la mosquée de Daybul et celle que Ǧalāl al-Dīn construisit à Damrilā.

Le site archéologique de Ǧām Ǧaskar Goth

  • 34 La même année les Dr Asma Ibrahim et Kaleem Lashari avaient également visité le site et publièrent (...)
  • 35 Ǧām est un titre porté par certains chefs tribaux Rāǧput et Ǧāt : Hobson-Jobson, p. 447, Elliot & D (...)

17Le dernier site visité sur la frange orientale du delta de l’Indus lors de la prospection de 1989-1994, fut d’un accès particulièrement difficile 34. En raison d’une situation légèrement déprimée, ou d’une subsidence plus prononcée des alluvions à cet endroit du delta, les ruines de ce site n’apparaissaient qu’exceptionnellement, certaines années, aux plus basses marées de décembre. L’endroit porte le nom de Ǧām Ǧaskar Goth 35. Quelques tombes tardives, disloquées par l’érosion marine, témoignaient qu’un village avait existé là, il y a quelques siècles. Ses habitants avaient enterré leurs morts, comme de coutume, sur les ruines de monuments plus anciens. Ces monuments apparurent quand la marée fut au plus bas : les parements, partie la plus résistante de leurs murs, étaient les mieux visibles, sectionnés de place en place par des ravins d’érosion (fig. 3 et 5).

Fig. 3 - Vue prise au cerf-volant du site de Ǧām Ǧaskar Goth

Fig. 3 - Vue prise au cerf-volant du site de Ǧām Ǧaskar Goth

Fig. 5 - Les deux principaux monuments de Ǧām Ǧaskar Goth

Fig. 5 - Les deux principaux monuments de Ǧām Ǧaskar Goth
  • 36 Deux au nord et à l’est, cinq au sud, de tracé et de dimensions différentes, signe de réfections de (...)
  • 37 Ce site a été fouillé par la Mission archéologique française durant l’hiver 1993-1994 : information (...)

18Le plus vaste des monuments était une enceinte quadrangulaire de briques cuites de 103 x 99 m, munie de tours d’angle et d’un nombre variable de demi-tours latérales 36. L’entrée, au sud, était protégée par deux tours. Les murs n’étaient pas très larges (entre 1.10 et 1.80 m) mais ils étaient doublés, au moins sur les côtés nord et ouest. Par ses dimensions (1.2 ha), cette enceinte fortifiée pouvait être comparée à celle qui fut fouillée en 1993-94 37 à Lāhorī (1.5 ha, avec un mur de 2.70 m d’épaisseur), 6 km à l’ouest de Ǧām Ǧaskar Goth. Dans l’enceinte de Lāhorī furent mis au jour la résidence du gouverneur de la place et une petite mosquée. Le vaste espace restant, contenant un puits, avaient pu servir à abriter une garnison et son équipement.

  • 38 Une petite structure, située dans l’axe de la colonnade sud de la nef centrale, semble l’indiquer ( (...)
  • 39 Ibrahim et Lashari reproduisent, p. 27 à 33, plusieurs fragments de poterie commune trouvés sur le (...)

19Moins de 200 m au sud-est de l’enceinte fortifiée de Ǧām Ǧaskar Goth, un monument rectangulaire d’orientation nord-sud se révéla être une mosquée : au milieu de son mur ouest saillait un miḥrāb de plan semi-circulaire et à l’intérieur subsistaient quinze de ses trente-neuf bases de colonnes en briques cuites (fig. 6 a et b). La salle de prière était divisée en trois travées de quatorze nefs, de largeurs inégales : celle qui faisaient face au miḥrāb avait 4.50 m de large, les deux qui l’entouraient n’avaient que 2 m de large, et toutes les autres nefs avaient 2.40 m. Ce dispositif indiquait que la couverture de la nef centrale avait été vraisemblablement constituée d’une voûte plus élevée que celles qui couvraient les autres nefs, et que cette voûte avait été contrebutée par deux autres, plus étroites, couvrant les deux nefs qui flanquaient le vaisseau central, assurant une solidité particulière à cette partie de la salle de prière : le plus grand nombre de bases de colonnes s’y était conservé. Les voûtes étaient sans doute d’arête et construites en briques cuites. En plusieurs endroits de la salle de prière, les briques tombées en éventail (fig. 6 b) confirmaient que le monument avait bien eu une couverture voûtée et non plate. Il est possible qu’un auvent ait longé la salle de prière 38, mais aucun portique n’était visible sur les trois autres côtés. Une seule entrée avait subsisté, au nord de la salle de prière. Les murs de l’édifice, de 1.10 à 1.20 m d’épaisseur, mesuraient en moyenne 46.50 m d’est en ouest et 56 m du nord au sud, déterminant un espace total de 2 700 m2. À moins de 100 m au sud-ouest de la grande mosquée, on a remarqué les vestiges d’un four ayant sans doute fourni en briques le chantier de ce bâtiment. Il était habituel de produire les briques sur le lieu de construction pour éviter leur charroi. Ce fut certainement le cas ici où les dépôts alluviaux du delta de l’Indus constituent un excellent gisement naturel pour la manufacture des briques et des objets de céramique. Peu de tessons se trouvaient cependant sur ce site, lessivé depuis des siècles par les marées de mousson 39.

Fig. 6 - La mosquée de Ǧām Ǧaskar Goth : A. Plan de la mosquée ; B. Détail de la salle de prière

Fig. 6 - La mosquée de Ǧām Ǧaskar Goth : A. Plan de la mosquée ; B. Détail de la salle de prière

Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002

  • 40 Kervran 1996, p. 64-65 et fig. 3.
  • 41 Mosquée de Ǧām Ǧaskar Goth : 2 700 m2 ; mosquée de Banbhore : 1 360 m2. La surface de la mosquée de (...)

20Les vestiges qui reposent sous le village déserté de Ǧām Ǧaskar Goth sont donc ceux d’un établissement considérable par la taille de ses monuments. Sa forteresse est presque aussi vaste que celle de Lāhorī, le port des bouches de l’Indus du xive au xviie siècle 40, mais son enceinte en est d’une qualité moindre. Sa mosquée est beaucoup plus étendue que celle de Banbhore 41, mais son plan est plus simple, voire sommaire : un enclos dont le quart occidental est occupé par la salle de prière. La mosquée de Banbhore possède, quant à elle, des portiques latéraux doubles et un portique d’entrée. La base de ses murs est en pierres de taille et aucun miḥrāb n’a été identifié.

Un fragment d’inscription

  • 42 Ibrahim et Lashari 1993, p. 15-22.

21Une découverte de dernière minute, faite dans le ravin d’érosion qui traverse la mosquée à l’est, apporta un indice pour dater le monument. C’était un carreau d’argile cuite de 50 cm de côté, sculpté ou plus vraisemblablement moulé avant cuisson, portant quatre lettres d’une inscription en arabe. Les caractères coufiques aux hampes entrelacées s’y détachent sur un fond de rinceaux à décor végétal, occupant tout le carreau entre les deux listels horizontaux (fig. 4). Peu de temps auparavant, un carreau identique avait été trouvé au même endroit 42 : les deux découvertes ne peuvent être fortuites, les deux carreaux appartenaient bien à cette mosquée. Ils avaient certainement fait partie d’une frise épigraphique ayant orné le mur de qibla de la salle de prière, long de 52.50 m. Une centaine de carreaux avait été nécessaire, moins si l’inscription n’avait occupé que la partie centrale du mur, au-dessus du miḥrāb. Les autres fragments de cette inscription devaient soit se trouver encore emprisonnés dans les alluvions qui encerclaient le monument, soit avoir été déjà emportés au large par les marées.

Fig. 4 - Deux fragments de l’inscription de la mosquée

Fig. 4 - Deux fragments de l’inscription de la mosquée

Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002

  • 43 Kervran 1974, vol. i, p. 107 et vol. iii, tableau p. 432.
  • 44 Melikian-Chirvani 1970, p. 322-323.
  • 45 Lowick 1985, pl. 20.
  • 46 Blayac 2010, p. 53 et fiche 7.

22La qualité du tracé des lettres et du rinceau végétal qui en occupait les intervalles, indiquait que la construction de cette mosquée n’avait pas été l’œuvre d’artisans locaux, mais qu’elle avait bénéficié du concours d’artistes de cour. On trouve des inscriptions comparables à celle-ci de l’Iran oriental aux confins de l’Asie Centrale. La comparaison la plus probante peut être faite avec les deux inscriptions qui ornent la façade du mausolée anonyme d’Uzgend (Kirghizistan), daté de 581/1186. Ces inscriptions possèdent à elles deux toutes les caractéristiques de celle de Ǧām Ǧaskar Goth : l’une a les mêmes caractères coufiques aux longues hampes tressées, l’autre le même fond de rinceaux végétaux inscrits dans des cercles parfaits 43. L’inscription qui orne la façade de la grande mosquée de Harāt, datée du règne du ġūride Ġiyāṯ al-Dīn Muḥammad b. Sām, qui mourut dans cette ville en 599/1202, présente des caractères similaires 44. Ce style d’épigraphie monumentale, tressée et fleurie, a été en grande faveur sous cette dynastie. Le minaret de Ǧām et la madrasa de Šāh-i Mašhad, en Afghanistan comptent parmi les plus belles illustrations de ce type d’inscriptions décoratives. Mais c’est bien avant cette dynastie qu’on en trouve les éléments précurseurs. Dès la fin du ive/xe siècle les sculpteurs des tombes de Sirāf en associèrent déjà les trois principes : des caractères anguleux aux hampes effilées, le tressage de ces hampes, de place en place et, en arrière plan, le décor de fleurons et de palmettes encerclé dans leurs propres vrilles 45. Cependant, comme à Harāt et à Uzgend, ce style a atteint à Ǧām Ǧaskar Goth une grande maturité qui suggère, pour l’inscription de ce dernier site une datation de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle 46.

Quelle autre autorité politique aurait-elle pu construire la mosquée de Damrilā ?

  • 47 Supra, n. 32.
  • 48 Flood 2009, p. 46.

23Vers la fin du xiie/début du xiiie siècle, on serait en peine de désigner un édile ayant pu ordonner la construction d’une mosquée de cette ampleur, possédant ce plan et ce type d’inscription. Cette mosquée nous ramène à l’Iran et à l’Asie Centrale où le plan des premières mosquées arabes et les couvertures des salles de prière propres aux mosquées iraniennes de l’époque salǧūqide ont fusionné. Les dimensions du monument sont supérieures à celles de la mosquée de Banbhore et à celles la première mosquée de Dilhī, celle de Quṭb al-Dīn Aybak (602-7/1206-10) : elles sont difficiles à expliquer dans cet endroit où, entre Daybul et Lāhorī, aucune autre ville n’est attestée. On ne connaît pas de monuments islamiques construits pas les Sumrās, puissance dominante du Sindh inférieur entre le xie et le xive siècle 47. Cette dynastie passa sous la tutelle de Nāṣir al-Dīn Qabāša, puis sous celle d’Iltutmiš deux décennies plus tard. Ni l’un ni l’autre ne sont crédités de fondations religieuses dans le Sindh. À cette époque, l’architecture religieuse qui se développait à Dilhī, dont la grande mosquée de Quṭb al-Dīn Aybak fut le premier exemple, emprunta largement à l’art indien, en particulier les colonnes, récupérées de temples hindous ou les imitant, et un système de toitures en petites coupoles sur plan carré. L’architecture islamo-indienne devait ensuite rapidement gagner le Sindh inférieur, par le Kach et le Guǧarāt, et le Rajasthan. En témoigne la petite mosquée de Tanbuwara dont subsistent encore quelques beaux vestiges, quelques kilomètres au nord-est de Damrilā (fig. 2) : « the multisectional pillars and the carved creeper ornaments that frames the entrance of the mosque is entierly Indic in form and decoration. In this respect, the mosque has more in common with the stone temple of the region… 48 ».

  • 49 Godard 1949, p. 87-124.

24La grande mosquée retrouvée dans le village de Ǧam Ǧaskar Goth témoigne d’un esprit tout à fait différent, que seul un souverain héritier des traditions architecturales et décoratives du nord-est du monde islamique, le Ḫurāsān et l’Afghanistan, pouvait transmettre dans le Sindh. Les Ḫwārazm-Šāhs ont laissé des monuments d’une exceptionnelle somptuosité, dans leurs capitales de Gurganǧ, mais aussi dans leurs possessions ḫurāsāniennes, tels que les mosquées de Forūmad et de Zawzan (datée de 616/1219) 49. Ǧalāl al-Dīn pourrait avoir tenté de prolonger cette tradition familiale, mais les conditions dans lesquelles il se trouvait lorsqu’il fit construire sa mosquée du delta de l’Indus n’étaient plus celles de ses prédécesseurs lors de leurs fondations antérieures.

Damonela et l’Atlas Catalan

  • 50 Une bonne représentation de cet atlas se trouve dans Pastoureau 1990, p. 18-23.
  • 51 El Atlas Catalán, p. 129 et 131.

25C’est au hasard d’une recherche sur des toponymes de la côte d’Arabie orientale que, consultant l’Atlas Catalan, il y a quelques années, mes yeux se portèrent machinalement sur la côte du Sindh : j’y remarquai le nom d’une ville qui m’était inconnue, Damonela, à l’endroit où aurait du se trouver Daybul. Je connaissais ce que les historiens de cette région avaient nommé « l’énigme de Damrilā », et la ressemblance entre les deux noms m’incita à regarder plus attentivement le 8e feuillet de cet atlas 50. En suivant la côte iranienne du golfe Persique vers l’Inde, on peut y lire les toponymes suivants : « nocran, chesimo, damonela, femnat » (fig. 7). L’édition de l’Atlas Catalan qui m’a été accessible 51 explicite ainsi ces toponymes : « Makran pour nocran, Ile de Qeshm pour chesimo, Daibul pour damonela, Somnath pour femnat ». Le premier et le dernier de ces toponymes, qui cernent le territoire côtier contenu entre l’Iran et la péninsule indienne, sont correctement interprétés. La lecture du deuxième et du troisième toponymes doit être commentée.

Fig. 7 : Damonela dans l’Atlas Catalan

Fig. 7 : Damonela dans l’Atlas Catalan

Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002

  • 52 Bosworth 1987, p. 177. Piacentini et al. 2003 p. 125, 128, 131, 137, 147 et 154.
  • 53 Besenval et Sanlaville 1990, carte n° 1, pl. xii.
  • 54 Atlas historique... Pour Kec = xarma ou charma, en particulier, p. 146-147, 166-167, 184-185, 208-2 (...)

26L’identification, par l’éditeur anonyme de l’Atlas Catalan, de chesimo avec l’île de Qeshm, est sans aucun doute fautive. Si chesimo a une graphie proche de qeixome, qexemo ou qeixeme, transcription du nom de l’île de Kesm/Kišm dans la cartographie du xvie siècle, chesismo, localisé dans l’Atlas Catalan entre le Makran et le Sindh, ne peut désigner cette île située dans le détroit d’Ormuz, environ 800 km à l’ouest. Chesimo est en fait la transcription du nom d’une importante ville du Makran central, nom ayant changé au cours des siècles : Kiz ou Kiǧ au Moyen âge, puis Kāš ; « c’est la Kesmacoran (= Kidj Makran) de Marco Polo qui navigua le long de la côte du Makran… en 1290 52 ». Aujourd’hui la ville, située sur la rivière de Kech, 170 km au nord de la côte, s’appelle Kalatuk 53. Il semble que les cartographes portugais et néerlandais des xvie et xviie siècles ont transcrit le nom de cette ville sous la forme de xarma ou charma. Ils l’ont bien localisée entre le Makrān et le Sindh, et sur les mêmes cartes, on voit quexume ou quexomo = île de Kesm/Kishm, située dans le détroit d’Ormuz 54.

27L’Atlas Catalan situe correctement Damonela entre chesimo/Kec et femnat/Somnāth, ville de la côte ouest du Guǧārat, et son éditeur en a fait, en raison de sa localisation, l’équivalent de Daybul, par référence aux cartes arabes anciennes (carte d’Ibn Ḥawqal, xe siècle, carte d’Idrīsī, 1154). Les cartographes du xvie siècle, ignorant l’abandon de la ville de Daybul, ont continué à nommer le port des bouches de l’Indus Diul, ou cidade de Sinde, r. de Ulsinde, à une époque où les navires européens n’abordaient plus depuis longtemps à Daybul, mais 20 km au sud-ouest, au port de Lāhorī.

  • 55 Date à laquelle une copie de ce portulan a été enregistrée dans la bibliothèque du roi de France Ch (...)

28Les informateurs des cartographes qui ont réalisé l’Atlas Catalan ont eu une connaissance exacte du Makrān et du Sindh pour mentionner et situer la principale ville du premier (territoire de tout temps mal connu), et avoir su que le port du second, Daybul, avait été remplacé par une autre ville — Damrila — dont ils ont transcrit approximativement le nom : Damonela. Ils ont du recueillir cette information longtemps avant l’achèvement du portulan, si la date qu’on assigne à ce dernier — un peu avant 1375 55 — est exacte. L’abandon définitif de Daybul et l’émergence de Damrila — la construction de sa mosquée, du moins — sont intervenus à la fin de la deuxième décennie du viie/xiiie siècle, au moment de la présence de Ǧalāl al-Dīn dans la région de Daybul. Un siècle plus tard, le témoignage d’Ibn Baṭṭūṭa prouve que vers 1330, Damrilā ne comptait déjà plus : lorsqu’il descendit l’Indus en bateau, de Sīwistān à Lāhorī, le voyageur maghrébin passa nécessairement à Damrilā ou à sa proximité : or il ne mentionne ni Daybul ni Damrila, mais seulement Lāhorī.

Conclusion

  • 56 Il est probable que les chroniqueurs, résidant dans des villes ou des Cours, n’avaient pas une conn (...)

29Des sources récurrentes ont mentionné la construction d’une mosquée par Ǧalāl al-Dīn à Daybul, à Thattā ou à Damrilā, les deux dernières associées à la première et géographiquement proches d’elle 56. Or les vestiges d’une mosquée, aux dimensions, supérieures à celles de Daybul, accompagnés de fragments d’une inscription d’une facture remarquable, ont été découverts, relevés et photographiés dans le village de Ǧam Ǧaskar Goth, site tardif ayant recouvert un champ de ruines plus ancien, à 12 km au sud-ouest de Daybul. Ces éléments constituent des indices assez sérieux pour voir dans ce champ de ruines la ville de Damrilā. Enfin le seul port du Sindh représenté sur l’Atlas Catalan porte le nom de Damonela, toponyme dont la graphie, la localisation et la date pourraient correspondre à la Damrilā des sources médiévales.

  • 57 Les deux bâtiments sont construits avec le même type de briques cuites, selon le même appareillage, (...)
  • 58 En raison de l’avancée progressive du rivage, Damrilā n’était pas à plus de 5 ou 6 km du bord de l’ (...)
  • 59 La brièveté du temps que nous avons passé sur ce site et l’impossibilité d’y faire des fouilles ne (...)
  • 60 « La foi musulmane coexista généralement pacifiquement [dans le Sindh] avec les Hindous qui constit (...)
  • 61 Supra, n. 7.

30Ces sources disent que le sulṭān érigea une mosquée, mais elles ne disent pas qu’il fonda une ville, et la brièveté de son séjour dans cette région ne lui en aurait sans doute pas laissé le temps. Il est probable cependant qu’en même temps que la mosquée, il fit construire, à 100 m d’elle, l’enceinte fortifiée 57 que l’on a retrouvée. Cet organe politico-militaire est présent dans toutes les villes marchandes qui se sont succédé sur le delta de l’Indus. Aux xiie/xiiie siècle, après la décadence de Daybul et avant l’essor de Lāhorī, l’emplacement de Damrilā (fig. 2), sur le bras sud-ouest de l’estuaire de l’Indus et à proximité de la mer 58, était un endroit favorable à la localisation d’une ville portuaire et fluviale. En existait-il déjà une 59 où séjournaient des marchands de diverses obédiences religieuses, dont des hindous 60 et, à l’instar de ses prédécesseurs Ġaznavides et Ġūrides, le sulṭān détruisit-il leur temple pour y ériger sa mosquée, puisque ce détail est donné par Ǧuwaynī 61 ?

  • 62 Ibn Baṭṭūṭa, Voyages d’Ibn Batoutah, trad. C. Defrémery, vol. iii, p. 113-114. Son hôte lui indiqua (...)
  • 63 Il est impossible d’imaginer le paysage de Damrilā et Lāhorī au xiiie siècle. Certainement aussi pl (...)

31Il est possible aussi que les ruines d’une ville hindoue, détruite ou abandonnée lors de la conquête arabe, ou plus tard, se trouvaient sur ce site, et que le sulṭān fit construire sa mosquée sur le temple de cette ville. Un siècle plus tard, Ibn Baṭṭūṭa décrivit les vestiges d’une ville ancienne, Tārnā, situées à sept miles (c. 14 kilomètres) de Lāhorī : « Je vis là une quantité incalculable de pierres qui ressemblaient à des figures d’hommes et d’animaux ; beaucoup avaient subi des altérations et les traits des objets qu’elles représentaient étaient effacées… Il y avait là des traces d’un mur et des parois de maisons… [dans l’une d’elles] s’élevait une estrade… taillée avec une telle précision qu’elle paraissait ne former qu’une seule pierre… elle supportait une figure d’homme, mais dont la tête était fort allongée, la bouche placée sur un des côtés du visage, et les mains derrière le dos, comme un captif… 62 ». Ce qu’il était possible de voir au xiiie siècle ne l’était plus au xxe et malgré toutes les explorations faites sur cette partie du delta, les ruines de la vieille Tārnā n’ont jamais été retrouvées. Mais inversement, on peut se demander pourquoi Ibn Baṭṭūṭa, lorsqu’il descendit l’Indus jusqu’à Lāhorī, n’a pas vu les ruines de la mosquée et de l’enceinte fortifiée construites un siècle plus tôt, puisqu’elles se trouvaient à 3 km en aval du même bras d’estuaire 63. Mais celui-ci était certainement plus large et sinueux à l’époque qu’il ne l’est aujourd’hui (fig. 2), avec des chenaux de navigation changeant fréquemment.

  • 64 Jackson 1990, p. 45 et 47.
  • 65 « The Sulṭān… retire into Hindūstān, the reason probably was, that he claimed the Western part of t (...)
  • 66 « Chingiz had despatched another army against him and the Sulṭān was obliged to move towards Lower (...)
  • 67 La mère de Ǧalāl al-Dīn était indienne (Lambton 1988, p.276), peut-être de lignée royale (Jackson 1 (...)
  • 68 Houdas, p. 152.
  • 69 Jackson 1990, p. 45.
  • 70 Bazmee Ansari 1975, p. 1183.
  • 71 Houdas, p. 153.

32P. Jackson a insisté sur l’insuffisance et le manque de fiabilité des sources occidentales concernant la conquête du Panǧāb et du Sindh par Ǧalāl al-Dīn, et les limites des sources orientales sur ce sujet : divergences entre Ǧuwaynī et Nasawī (non résolues par Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh au viiie/xive siècle), et partialité de Ǧuzǧānī en faveur des Mongols 64. Il en résulte souvent une grande difficulté à restituer un fil des événements cohérent, plus encore à saisir les motivations des acteurs de ces événements. Après une victoire éclair sur Gingis Han en 618/1221, suivie d’une déroute dont la seule issue fut son saut mémorable, à cheval, dans l’Indus, Ǧalāl al-Dīn gagna le Panǧāb. Le sulṭān avait songé à s’emparer de l’ouest de cette province et du Sindh supérieur, considérant que ces régions, ayant appartenu aux Ġūrides, lui revenaient 65. L’hostilité d’Iltutmiš ne lui en laissa pas la possibilité. De plus, lorsqu’il fut parvenu dans la région de Multān, il sut qu’une armée mongole le poursuivait et il dut fuir vers le sud du Sindh 66. Son arrivée dans la province de Daybul ne paraît donc pas avoir été le fruit de sa décision, mais résulta de la pression des dangers qui le menaçaient. Une fois dans la région du delta de l’Indus, d’où il envoya un raid sur la capitale du Guǧarāt qui lui rapporta un important butin, il comprit sans doute l’intérêt de cette région et de son riche potentiel commercial 67. Contre l’avis de certains de ses officiers qui l’incitaient à marcher sur l’Iran pour prendre le pouvoir des mains de son frère Ġiyāṯ al-Dīn, très impopulaire parmi les troupes, « Djhân Bahlaouân Ouzbek conseillait comme plus glorieux de rester dans l’Inde pour protéger ce pays, dont les princes étaient trop faibles, contre Djenguiz-Khân 68 ». La fondation de la mosquée et de la forteresse de Damrilā fut peut-être le premier acte de la décision du sulṭān de rester en Inde 69. Mais il se rallia finalement à l’autre avis et se mit en route vers l’Iran par le Makrān et le Kirmān, ayant confié les territoires conquis en Inde à Üzbek. Cet officier ne put les garder longtemps : Malik Sinān Šatīsar, le souverain de la province de Daybul, qui avait fuit trois ans plus tôt devant Ǧalāl al-Dīn, reconnut la suprématie d’Iltutmiš vers 625-26/1228-29 70 et Üzbek fut expulsé en 627/1229-30 71.

  • 72 L’abandon puis la fin de Damrilā semblent bien être intervenus dans le courant du xiiie siècle. Aus (...)

33Les monuments construits par le sulṭān à Damrilā furent-ils délibérément détruits ou la ville simplement abandonnée 72 ? C’est à cette époque que Lāhorī prit son essor puisqu’un siècle plus tard Ibn Baṭṭūṭa décrivit la ville en ces termes :

  • 73 Ibn Baṭṭūṭa, vol. iii, p. 112.

34une belle place située sur le rivage de l’Océan, et près de laquelle le fleuve du Sindh se jette dans la mer… elle possède un grand port où abordent des gens du Yaman, du Fars, etc. Aussi ses contributions sont considérables et ses revenus importants. L’émir ‘Alā Almulc m’a raconté que le revenu de cette ville se montait à soixante lacs par an… L’émir prélève là-dessus la moitié de la dixième partie… 73.

  • 74 Ibn al-muǧāwir’s tārīḫ al-mustabṣīr, éd. G. Rex Smith, p. 113.
  • 75 Ibid. p. 258.
  • 76 Ibid. p. 261.

35Au moment où je terminais cet article, j’ai eu connaissance d’une source d’un intérêt considérable pour l’histoire de la destruction de Daybul. Il s’agit du Tārīḫ al-mustabṣīr d’Ibn al-Muǧāwir. Si son périple en Arabie assura la célébrité à ce voyageur originaire du Ḫurasān, il voyagea dans d’autres régions comme le Sindh et Daybul, sur laquelle il livre deux témoignages dignes d’intérêt : « The first time I saw it [the fruit of the henna] in Daybul was in the year 618 [1221] 74 ». Plus loin, dans une curieuse liste intitulée « Towns destroyed in fear of ennemies who then did not show up 75 », il mentionne : « Khan al-Ḥusayn b. ‘Alī al-Khaljī destroyed Daybul in 619 [1222], fearing Naṣīr al-Dīn Qubachah 76 ». G. Rex Smith, l’éditeur et traducteur du Tārīḫ al-mustabṣīr n’a pas pu identifier Ḫān al-Ḥusayn b. ‘Alī al-Ḫalǧī, le destructeur de Daybul.

  • 77 Supra, n. 30-31.

36Le témoignage d’Ibn al-Muǧāwir sur le fruit du hanna a l’intérêt de prouver qu’en 618 [1221], Daybul était encore un port fréquenté 77. L’année suivante, la ville était détruite : la date de l’événement suggère qu’elle le fut par l’un des généraux de Ǧalāl al-Dīn. Ce dernier fonda aussitôt après sa ville de Damrilā, la nouvelle Daybul ( ?).

Bibliographie

Sources

Atlas historique du golfe persique (xvie-xviie siècles), éd. D. Douto, J.-L. Bacqué-Grammont et M. Taleghani, Turnhout, Brepols, 2006.

Balāḏurī (Al-), Kitāb futūḥ al-buldān, trad. F.C. Murgotten, New York, Columbia University Press, 1924.

El Atlas Catalán de Cresques Abraham, Primera Edición con su traducción al castellano en el sexto centenario de su realización, 1375-1975, Barcelone, Diafora, 1975.

Elliot, H.M. and Dawson, J., The History of India as told by its own Historians. The Muhammad Period, 8 vol., Londres, 1867-1877.

Ǧūzjānī, Minhāǧ al-Dīn Sirāǧ, Ṭabaqāt-i Nāṣirī, trad. H.G. Raverty, 2 vol., Londres, Gilbert and Rivington/New Delhi, Oriental Books Reprint Corporation, 1970.

Houdas, O. (trad.), Mohamed en-Nesawi, Histoire du Sultan Djelal ed-din Mankobirti, Paris, E. Leroux, 1895.

Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīḫ, éd. C.J. Tornberg, 12 vol., Leyde, 1851-1876.

Ibn al-muǧāwir’s tārīḫ al-mustabṣīr, A traveller in thirteenth-century Arabia, trad. Oscar Löfgren, éd. annotée par G. Rex Smith, Londres, The Hakluyt Society.

Ibn Baṭṭūṭa, Voyages d’Ibn Batoutah, texte arabe accompagné d’une traduction, par C. Defrémery et B.R. Sanguinetti, 4 vol., Paris, Imprimerie Impériale, 1853-1858.

Sachau, E.C. (éd., notes et index), Alberuni’s India. An account of the religion, philosophy, litterature, geography, chronology, astronomy, customs, laws and astrology of India, 1910.

Ṭabarī, Ta’rīḫ, éd. M.J. de Goeje, 3 séries en 15 vol., Leyde, 1879-1901.

Études

Abbott, J., 1924 : Sindh. A reinterpretation of the unhappy valley, University of Bombay, rééd., Indus Publication, Karachi, 1977.

Alberuni’s India. An account of the religion, philosophy, literature, geography, chronology, astronomy, customs, laws and astrology of India about ad 1030, Edited with Notes and Indices by Sachau, Edward C. ; originally published in 1090 by Kegan, Paul, 2 vol., Trubner & Co ltd, London, 1992, Munshiram Manoharlal Publishers Pvt, New Delhi (vol. i and ii bound in once).

Baalbaki, R., 1995 : « al-Saghānī », EI2, vol. viii, p. 848-849.

Barthold, W. et boyle, J. A., 1977 : « Djuwaynī », EI2, vol. ii, p. 621-622.

Bazmee Ansari, A.S., 1975 : « Iltutmiš », EI2, vol. iii, p. 1183-1184.

— 1977 : « Daybul », EI2, vol. ii, p. 194-195.

Besenval, R. et Sanlaville, P., 1990 : « Cartography of ancient settlements in Central Southern Pakistani Makran : new data », Mesopotamia xxv, p. 79-146.

Blayac, J., 2010 : Genèse et histoire des premières sociétés Indo-musulmanes et Indo-islamiques à travers les inscriptions Arabes et persanes (viie-xive siècles), Thèse de doctorat de l’École pratique des hautes-études, ive section (sous la direction du Pr. L. Kalus), 2 vol. dactylographiés.

Bosworth, C.E., 1987 : « Makrān », EI2, vol. iv, p. 176-177.

1997 : « Sumerā ou Sumrā », EI2, vol. ix, p. 908.

2000 : « Thattā », EI2, vol. x, p. 475-476.

Boyle, J.A., 1958 : Ata Malik Juvaini, The History of the World Conquerant, trans., Oxford.

1977 : « Djalāl al-Dīn Khwarizm-Shāh », EI2, vol. ii, p. 403.

1981 : Jalal al-Din Khwarazm-Shah in the Indus Valley, dans Khuhro H. (éd.), Sind through the Centuries, Oxford University Press, p. 124-129.

Flood, F.B, 2009 : Objects of translation. Material culture and Medieval « Hindu-Muslim » Encounters, Princeton University Press.

Friedmann, Y., 1992 : « Multān », EI2, vol. vii, p. 548-550.

Ghafur, M.A., 1966 : « Fourteen kufic inscriptions of Banbhore, the site of Daybul », Pakistan Archaeology 3, p. 65-90.

Godard, A., 1949 : « Ḫorāsān », Āār-é īrān, vol. iv, Haarlem, Joh. Enschedé en Zonen.

Haig, T. W. et Bosworth, C.E., 1997 : « Sind », EI2, vol. ix, p. 656-659.

Ibrahim, A. et lashari, K., 1993 : « Recent archaeological discoveries in the lower deltaïc area of Indus », Journal of Pakistan Archaeologists’ Forum 2/i-ii, p. 1-44.

Jackson, P., 1990 : « Jalāl al-dīn, the Mongols and the Khwarazmian conquest of the Panjāb and Sind », dans Iran xxvii, p. 45-54.

Kervran, M., 1974 : Les structures funéraires et commémoratives en Iran et en Asie Centrale du 9e au 12e siècles, Thèse d’Université de Paris Sorbonne, Paris iv (sous la direction du Pr. J. Sourdel-Thomine), 3 vol. dactylographiés.

— 1993 : « Vanishing Medieval cities of the Northwest Indus Delta », Pakistan Archaeology 28, p. 3-54.

1995 : « Le delta de lIndus au temps dAlexandre. Quelques éléments nouveaux pour linterprétation des sources narratives », dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 259-312.

1996 : « Le port multiple des bouches de l’Indus : Barbariké, Deb, Daybul, Lāhorī Bandar, Diul Sinde », Res Orientales viii, p. 45-92.

1999 : « Caravansérails du delta de l’Indus. Reflexions sur l’origine du caravansérail islamique », Archéologie islamique 8-9, p. 143-176.

Khan, F.A., 1976 : Banbhore. A preliminary Report on a Recent Archaeological Excavation at Banbhore, 4e éd., Dept. of Archaeology and Museums, Government of Pakistan, Karachi.

Lambton, A.K.S., 1988 : Continuity and Change in Medieval Persia. Aspects of Administrative, Economic and Social History, 11th-14th Century, Londres, Tauris.

La Roncière (de), M. et Mollat du Jourdin, M., 1984 : Les Portulans. Cartes marines du xiiie au xviie siècle, Fribourg, Office du Livre.

Lowick, N.M., 1985 : Siraf xv, The coins and monumental inscriptions, Londres, The British Institute of Persian Studies.

Melikian chirvani, A.S., 1970 : « Eastern Iranian architecture : apropos of the Ghūrid parts of the great Mosque of Harāt », BSOAS XXXIII/2, p. 322-327.

Panhwar, M.H., 1983 : Chronological Dictionnary of Sind, Karachi, Institute of Sindhologie Publication, vol. 99.

Pastoureau, M., 1990 : Voies Océanes. De l’ancien aux nouveaux mondes, Paris, Ed. Hervas.

Piacenti Fiorani, V. et Redaelli, R., 2003 : Balutchistan : Terra Incognita, BAR International Series 1141, Oxford, Archeopress.

Sachau E.C., 1910 : Alberuni’s India. An account of the religion, philosophy, litterature, geography, chronology, astronomy, customs, laws and astrology of India about AD 1030, ed. with Notes and Indices, 2 vol., Londres, Paul Kegan, Trench & Co.

Yule, H. et Burnel, A.C., 1903 : Hobson-Jobson : A glossary of colloquial Anglo-Indian words and phrases, Londres, John Murray. 

Notes

1 Les fouilles et prospections faites sur le delta de l’Indus, de 1989 à 1995, et la fouille du site de Sewhān, de 1996 à 2002, ont été réalisées sous ma direction, grâce au concours du Ministère des Affaires Étrangères et du CNRS, avec le soutien du Département de l’Archéologie du Gouvernement Pakistanais.

2 Abbott écrivait en 1924 (p. 53) « Damrilha is one of the puzzeles of Sindh record… It... invariably appears coupled with Debal… when Tatha first appears in Barni’s account of the Emperor Muhammad Shah’s pursuit of the rebel Taghi into Sindh, it is equally strangely coupled with Tatha. Major Raverty in one passage identifies it with the ruins found by Ibn Battuta near Lohari, an identification made impossible by the later mention of Damrilah in the account of the Taghi’ rebellion… Local traditions still point to the debris of Shakhrpur… the residence of Sumrah chiefs, among them of Chanisar, whose name history and legend alike associates with Debal ». En 1981 (n. 13), Boyle annonça : « Damrila is… no longer a mystery : it has been identified… by Pr. Baloch with the present Danbharlo… 150 miles east of Karaci ». Une telle localisation ne peut être soutenue, car elle se trouve respectivement à 160 et 200 km à l’est de Thattā et de Daybul. Si Damrilā s’était trouvée à une telle distance de ces deux villes, elle n’aurait été associée ni à l’une, ni à l’autre.

3 Commandant du dernier Ġūride Mu‘izz al-Dīn Muḥammad b. Sām qui, à sa mort en 602/1206, lui avait transmis le pouvoir : Haig et Bosworth 1997, p. 658.

4 Ǧuwaynī, Histoire du conquérant du monde : Barthold et Boyle 1977, p. 621. Cet auteur était au service des Mongols, comme son père l’avait été avant lui. Mais ses ancêtres avaient été, pendant plusieurs générations, les serviteurs fidèles des Ḫwārazm Šāhs. Ǧuwaynī, dans son œuvre historique, servit équitablement la mémoire des uns et des autres.

5 « Malik Sinān ad-Dīn Chatīsar was the eleventh of the Sūmra line, a Rājput dynasty the later members accepted Islam », Haig, Turcs and Afghans, p. 54, cité par Boyle 1958, p. 416, n. 19. Raverty le dit « Habash [Abyssinian or negro] » : Ǧūzǧānī, traduction du Ṭābaqāt-i nāṣirī, vol. i, p. 294, n. 5. Après la défaite de Qabāša en 625/1228, il devint vassal d’Iltutmiš : Bazmee Ansari 1975, p. 1183. Le nom de ce souverain est diversement transcrit : Chatisar par Boyle 1958, p. 416, Jaisī par Elliot & Dawson 1867-1877, vol. ii, p. 398 (trad. Ǧuwaynī), Hasar par Elliot & Dawson, vol. ii, p. 555 (trad. Rašīd al-Dīn), Chanīsar par Jackson 1990, p. 50, Jaisar par Elliot & Dawson, vol. ii, p. 563 (trad. Alfī), Jashī par Elliot & Dawson, vol. ii, p. 564 (trad. Firišta), Khāniser par Nasawī, qui le prend pour un toponyme (trad. Houdas, p. 150).

6 Nahrwāla ou Anahilwāda, capitale du Guǧarāt, l’actuelle Patan.

7 Boyle 1958, vol. i, p. 416. Le ta’rīḫ-i ǧahānǧušā de Ǧuwaynī a été rédigé deux à trois décennies après les événements concernés.

8 Elliot & Dawson 1867-1877, vol. ii, p. 398.

9 « The Sultan… marched towards Dewal (Debal) and Damrīla. Hasar, who was the ruler of this territory, took to flight, and embarked in a boat. The Sultan, on reaching the borders of Dewal and Damrīla, deputed Khās Khān with a force to Narwāla, from which place he brought away much spoil and many prisoners. Shortly after, the Sultan entered Dewal and Damrīla, and erected a Jāmi’ mosque in the former place, opposite the temple of an idol » (en italique, les variantes du texte par rapport à Ǧuwaynī, trad. du Ǧāmi‘ al-tawārīḫ of Rašīd al-dīn , Elliot & Dawson, vol. ii, p. 555).

10 Ibid., p. 550.

11 Houdas, Mohamed en-Nesawi, p. 150. Sur Mālik Sinān al-Dīn voir supra note 5.

12 Raverty exprime son aigreur à l’égard de cette omission de Ǧūzǧānī : « Here we have a good specimen of our author’s wilful concealment and distortion of facts : he could not have been ignorant of these events, which happened during his own lifetime, in the country he was residing, and at Court, were all these matters were perfectly known. He came first into Sindh in 624 H., no long after they happened… I must… correct our author’s blunders and misstatements » : Ṭābaqāt-i nāṣirī, vol. i, p. 293, n. 5.

13 Firišta, Ḫulāṣat al-tawārīḫ, Elliot & Dawson, vol. ii, p. 564.

14 Tārīḫ-i Alfī, Elliot & Dawson, vol. ii, p. 562.

15 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīḫ, éd. C.J. Tornberg, vol. xii, p. 276.

16 Thattā, voir infra note 22.

17 Ǧūzjānī, Ṭābaqāt-i nāṣirī, vol. i, p. 641.

18 Badā’ūnī, cité dans Abbott, p. 50 n. 2.

19 Ḍiyā’ al-Dīn Baranī, Tārīḫ-i Fīrūz Šāhī, Elliot & Dawson, vol. iii, p. 259-265.

20 Une douzaine de localisations de Daybul ont été proposées, aux xixe et xxe siècles, fondées, les unes sur d’hypothétiques reconstitutions morphologiques du delta de l’Indus, de l’antiquité à l’époque moderne, les autres fondées sur des sources médiévales ou modernes ne tenant pas compte de la topographie de la région. Aucune de ces identifications n’a été validée par la découverte, sur les sites proposés, de vestiges architecturaux ou d’artefacts. Seul le site de Banbhore a livré, lors des fouilles de 1958-1965, toutes les preuves architecturales, épigraphiques, numismatiques et céramologiques permettant d’identifier ce site avec celui d’une ville portuaire, occupée sans discontinuité depuis le ier siècle av. J.-C. jusqu’au xiie ou xiiie siècle, ayant commercé avec la Chine et le Moyen Orient. En raison de ces découvertes, faites sur ce seul site, il apparaît que Banbhore est bien Daybul, et très probablement aussi la ville antique de Barbariké. Bazmee Ansari, dont l’article ne tient aucun compte de ces découvertes, certes très sommairement publiées entre 1960 et 1976, perpétue l’opinion qu’aucune preuve concluante ne permet de considérer les ruines de Banbhore comme celles de Daybul (Bazmee Ansari 1977, p. 194).

21 Kervran 1995, p. 269-278 et 1996, p. 48 à 57. Pour les niveaux pré-islamiques de Banbhore, voir Khan 1976, p. 11 à 16.

22 Bosworth 2000, p. 475-476. Thattā n’est pas mentionnée par Ibn Baṭṭūṭa qui visita la région, et en particulier Lāhorī, dans le 1er tiers du xive siècle. Elle existait au milieu du xive siècle, date à laquelle Muḥammad b. Tuġluk Šāh mourut à sa proximité. La conquête de Thattā dans la deuxième moitié du xiiie siècle par le fils du sulṭān de Dilhī est en revanche sujette à caution puisque le chroniqueur qui l’évoque (Badā’ūnī) écrivait au xviie siècle et a pu, comme Firišta et Alfī, appeler Thattā la ville qui, au moment de l’événement, s’appelait encore Daybul.

23 Kervran, 1996, p. 55.

24 Ce port de Loharānī émergea aux ive-ve/xe-xie siècles comme l’atteste al-Bīrūnī, p. 205, 208, 260 et 316 : « Lohāniyye, i.e. Loharānī ». Sous le nom de Lāhorī, il domina le delta de l’Indus du xive à la fin du xviie, date à laquelle l’accès à son entrée fut ensablé : Kervran 1996, p. 66.

25 Ṭabarī, Ta’rīḫ, vol. iii, p. 2139. Je remercie Y. Ragheb de m’avoir communiqué la traduction du passage relatif à ce tremblement de terre.

26 Ghafur 1966, p. 81-84 ; Khan 1976, p. 28-30.

27 Khan 1976, p. 34.

28 « A large number of human skeletons have been unearthed, lying scattered inside the houses or on the streets in a disorderly manner, some with iron arrow heads embedded in them. The floors on which they lie are thickly covered with ashes and charcoal… it is difficult to believe that dead bodies were buried inside residential quarters… In this context, it may be interesting to mention here that Jalaluddin Khwarezm Shah is known to have invaded Sindh… He is said to have caused the final destruction of Debal », Khan 1976, p. 33-34, qui ne cite pas ses sources.

29 Bazmee Ansari 1977, p. 194. Il est tentant de rapprocher cette tradition de la capture, à la fin du ier/viie, du navire chargé de musulmanes et de présents pour le calife, voguant de Ceylan à Baṣra. L’attitude insolente du roi du Sindh, Dāhar, et son refus de libérer les captives, provoqua l’expédition lancée par al-Haǧǧāǧ sur Daybul : al-Balāḏurī, Kitāb futūḥ al-buldān, F.C. Murgotten (trad.), New York, 1924, p. 216.

30 Baalbaki 1995, p. 848.

31 La date donnée par Bazmee Ansari « vers 637/1239 » ne s’accorde pas avec les dates auxquelles Baalbaki assigne les deux séjours en Inde d’al-Saġānī.

32 « Les Sumerâ des premiers temps [début 5e/11e] ont du être affectés par le courant ismā‘īlien qui pénétra le Sindh au début de son islamisation, mais ils ne furent sans doute pas des Musulmans très convaincus, et n’ont laissé aucun monument », Haig et Bosworth 1997, p. 908.

33 On a cependant un exemple au ive/xe siècle « d’un des du‘āt Ismā‘īliens… qui détruisit le temple de Multān… et édifia une mosquée sur son emplacement » : Friedmann 1992, p. 549.

34 La même année les Dr Asma Ibrahim et Kaleem Lashari avaient également visité le site et publièrent les résultats de leur exploration : 1993, p. 1-44 ; Kervran, 1996, fig. 13 et 14.

35 Ǧām est un titre porté par certains chefs tribaux Rāǧput et Ǧāt : Hobson-Jobson, p. 447, Elliot & Dawson, vol. i, p. 495, Ǧaskar ou Ǧaskaran est un surnom honorifique souvent attribué, dans le delta de l’Indus, au saint Udero Lāl (je remercie M. Boivin de m’avoir donné ces informations). Goth signifie village en Sindhi. Ce toponyme a certainement un lien avec la piété populaire locale.

36 Deux au nord et à l’est, cinq au sud, de tracé et de dimensions différentes, signe de réfections de cette muraille causées sans doute par une plus forte érosion de ce côté.

37 Ce site a été fouillé par la Mission archéologique française durant l’hiver 1993-1994 : informations préliminaires dans Kervran 1993, p. 26-38, 1996, p. 64-67 et 1999, p. 150-152.

38 Une petite structure, située dans l’axe de la colonnade sud de la nef centrale, semble l’indiquer (fig. 6 b).

39 Ibrahim et Lashari reproduisent, p. 27 à 33, plusieurs fragments de poterie commune trouvés sur le site et ayant aussi bien pu appartenir au village tardif qu’à l’établissement sous-jacent. Quelques boulets d’argile séchée pourraient attester une certaine activité de la forteresse, à une époque indéterminée. Les auteurs reproduisent aussi, p. 23, le plan d’une petite mosquée vraisemblablement associée au village tardif, et p. 25, celui du four à briques.

40 Kervran 1996, p. 64-65 et fig. 3.

41 Mosquée de Ǧām Ǧaskar Goth : 2 700 m2 ; mosquée de Banbhore : 1 360 m2. La surface de la mosquée de Lāhorī n’est pas connue : elle a été submergée il y a plusieurs décennies et seul un monticule informe emprisonné dans les alluvions, signale encore son existence, à marée basse. À titre d’exemple, on peut donner ici la surface de quelques autres grandes mosquées des ve-viie/xie-xiiie siècles : Dilhī, mosquée de Quṭb al-Dīn, 2 300 m2 ; Šūš, au Ḫūzistān, c. 3 300 m2 ; Sirāf, dans le Fārs, 3 300 m2. Les mosquées de métropoles telles qu’Ispahan et Nišāpūr atteignaient respectivement 10 200 et 14 400 m2.

42 Ibrahim et Lashari 1993, p. 15-22.

43 Kervran 1974, vol. i, p. 107 et vol. iii, tableau p. 432.

44 Melikian-Chirvani 1970, p. 322-323.

45 Lowick 1985, pl. 20.

46 Blayac 2010, p. 53 et fiche 7.

47 Supra, n. 32.

48 Flood 2009, p. 46.

49 Godard 1949, p. 87-124.

50 Une bonne représentation de cet atlas se trouve dans Pastoureau 1990, p. 18-23.

51 El Atlas Catalán, p. 129 et 131.

52 Bosworth 1987, p. 177. Piacentini et al. 2003 p. 125, 128, 131, 137, 147 et 154.

53 Besenval et Sanlaville 1990, carte n° 1, pl. xii.

54 Atlas historique... Pour Kec = xarma ou charma, en particulier, p. 146-147, 166-167, 184-185, 208-211, 220-221. Pour Kešm = queixome (et al.), en particulier, p. 84 à 146.

55 Date à laquelle une copie de ce portulan a été enregistrée dans la bibliothèque du roi de France Charles v : La Roncière et al., p. 202.

56 Il est probable que les chroniqueurs, résidant dans des villes ou des Cours, n’avaient pas une connaissance précise de la région des bouches de l’Indus. Ils ont situé la construction de la mosquée par le sulṭān dans la ville dont le nom leur était familier depuis longtemps, Daybul. L’association de Thattā avec Damrilā ne fut sans doute qu’une répétition de cette association, quand Thattā eut remplacé Daybul.

57 Les deux bâtiments sont construits avec le même type de briques cuites, selon le même appareillage, et les murs des deux monuments ont sensiblement la même épaisseur : de 1.20 à 1.50 m.

58 En raison de l’avancée progressive du rivage, Damrilā n’était pas à plus de 5 ou 6 km du bord de l’Océan si Lāhorī, au xie siècle, était sur la côte.

59 La brièveté du temps que nous avons passé sur ce site et l’impossibilité d’y faire des fouilles ne nous ont même pas permis d’apprécier dans quelle hauteur de sédiment les deux monuments étaient enfouis, ni de voir si d’autres vestiges, davantage érodés ou, à plus forte raison, sous-jacents à la mosquée et à l’enceinte fortifiée, existaient.

60 « La foi musulmane coexista généralement pacifiquement [dans le Sindh] avec les Hindous qui constituaient sans doute toujours la très grande majorité de la population », Haig & Bosworth 1997, p. 658. Cette notation, appliquée aux iiie-ive/ixe-xe siècles, était sans doute encore valable aux siècles suivants, et en particulier parmi la communauté des marchands qui fréquentaient les bouches de l’Indus.

61 Supra, n. 7.

62 Ibn Baṭṭūṭa, Voyages d’Ibn Batoutah, trad. C. Defrémery, vol. iii, p. 113-114. Son hôte lui indiqua « qu’une inscription indienne… renferme la date de la destruction la ville : cela est arrivé il y a mille ans ou environ ». Damrilā étant située à 5 ou 6 km de Lāhorī, on serait tenté de penser que Tārnā était peut-être Damrilā (voir supra n. 2), mais comment expliquer alors qu’Ibn Baṭṭūṭa n’ait pas mentionné les monuments construits un siècle avant sa visite, même si ceux-ci étaient déjà en ruines, au moment où il visita Tārnā ?

63 Il est impossible d’imaginer le paysage de Damrilā et Lāhorī au xiiie siècle. Certainement aussi plat qu’aujourd’hui, il devait être plus humanisé, avec des villages et des cultures. Les ruines de Damrilā pouvaient ne pas être visibles du bateau sur lequel se trouvait Ibn Baṭṭūṭa, la mangrove croissant le long des cours d’eau. L’hôte en compagnie duquel il voyageait, originaire du Ḫurāsān et précédemment qāḍī de Harāt, avait été nommé gouverneur de Lāhorī par le roi de l’Inde (Ibn Baṭṭūṭa, vol. iii, p. 108-109). Il pouvait ignorer qu’un siècle auparavant le Ḫwārazm Šāh avait fait édifier une mosquée dans la région, monument rapidement abandonné.

64 Jackson 1990, p. 45 et 47.

65 « The Sulṭān… retire into Hindūstān, the reason probably was, that he claimed the Western part of the Panjāb and also of Sindh, as successor of the dominions of Mu’izz Shihāb-ud Dīn Ghūrī… » : Ǧūzǧānī, Ṭabaqāt-i Nāṣirī, vol. I, p. 290. 

66 « Chingiz had despatched another army against him and the Sulṭān was obliged to move towards Lower Sindh » : Ǧūzǧānī, vol. i, p. 294.

67 La mère de Ǧalāl al-Dīn était indienne (Lambton 1988, p.276), peut-être de lignée royale (Jackson 1990, p. 45). Elle était morte noyée en 618/1221, avec le ḥaram du sulṭān, lors du combat contre les Mongols, tandis que le jeune fils de Ǧalāl al-Dīn, pris par l’ennemi, avait été exécuté (Houdas, p. 140). Cet événement de la vie de Ǧalāl al-Dīn n’apparaît pas dans les chroniques qui m’ont été accessibles, aussi est-il difficile d’avancer qu’il aurait pu jouer un rôle au moment où le sulṭān envisagea de se fixer en Inde.

68 Houdas, p. 152.

69 Jackson 1990, p. 45.

70 Bazmee Ansari 1975, p. 1183.

71 Houdas, p. 153.

72 L’abandon puis la fin de Damrilā semblent bien être intervenus dans le courant du xiiie siècle. Aussi l’association de ce toponyme avec Thattā dans les sources du xive siècle m’apparaît comme un anachronisme privé de consistance, seulement lié à l’habitude de nommer Thattā « la nouvelle Daybul » et donc de lui associer Damrilā, le nom du territoire, à défaut de la ville, ayant survécu.

73 Ibn Baṭṭūṭa, vol. iii, p. 112.

74 Ibn al-muǧāwir’s tārīḫ al-mustabṣīr, éd. G. Rex Smith, p. 113.

75 Ibid. p. 258.

76 Ibid. p. 261.

77 Supra, n. 30-31.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - L’ouest du delta de l’Indus, de Karachi à Thattā
Légende Les hachures horizontales correspondent à la zone intertidale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-1.png
Fichier image/png, 377k
Titre Fig. 2 - La frange nord-ouest du delta de l’Indus
Crédits G. Decroix (CNRS-Prodig, UMR 183) pour la Mission Archéologique Française du Sind (Mission MAE/CNRS), carte : 1997-2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-2.png
Fichier image/png, 505k
Titre Fig. 3 - Vue prise au cerf-volant du site de Ǧām Ǧaskar Goth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 5 - Les deux principaux monuments de Ǧām Ǧaskar Goth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-4.png
Fichier image/png, 414k
Titre Fig. 6 - La mosquée de Ǧām Ǧaskar Goth : A. Plan de la mosquée ; B. Détail de la salle de prière
Crédits Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-5.png
Fichier image/png, 411k
Titre Fig. 4 - Deux fragments de l’inscription de la mosquée
Crédits Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-6.png
Fichier image/png, 941k
Titre Fig. 7 : Damonela dans l’Atlas Catalan
Crédits Mission archéologique française dans le Sind, MAE/CNRS, 1989-2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5741/img-7.png
Fichier image/png, 584k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par